Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. Les media culturels/Os media culturais

La présence et l’image du Brésil dans la Revue des Deux Mondes, au XIXe siècle

Luiz Dantas

Texte intégral

1C’est le 9 mars 1830 que la Revue des Deux Mondes a été officiellement créée ; son titre alors était plus long, et résumait l’ensemble de ses préoccupations : « Journal de voyages, de l’administration, des mœurs, etc., chez les différents peuples du globe, ou archives géographiques et historiques du XIXe siècle ».

2Son fondateur, François Buloz (1804-1877), qui conserva la direction de la Revue jusqu’à sa mort, en lui laissant d’ailleurs les empreintes de sa très forte personnalité, s’est alors lancé dans une aventure, car ce genre de publication était à peu près inexistant en France, et seules les revues anglaises – très populaires, alors – pouvaient servir de modèle à cette entreprise, avec leurs comptes-rendus, leurs extraits des principales publications et leurs chroniques de voyage.

3Aventure durable, car la Revue a traversé tout le XIXe siècle, a survécu à tous ses bouleversements politiques, pour arriver jusqu’à nos jours après un peu plus d’un siècle et demi d’histoire. Aventure réussie, car la doyenne des revues françaises, si nous considérons principalement son premier demi-siècle d’existence, a occupé une place de tout premier plan parmi les publications françaises, en réunissant des collaborateurs prestigieux, en publiant les plus grands noms de la littérature, en devenant, en quelque sorte, une véritable institution du XIXe siècle.

4Pendant cette longue période qui va de 1830 à la fin des années 1880 – âge d’or de la Revue – (période qui correspond au Brésil au début de la Régence jusqu’à la fin du règne de D. Pedro II) le Brésil a mérité une attention toute particulière de la part de la Revue des Deux Mondes. C’est du côté de la politique, ou des affinités politiques, que nous pourrions trouver quelques-unes des explications de cet intérêt.

  • 1 Gabriel de Broglie : Histoire politique de la Revue des Deux Mondes, Librairie Académique Perrin, (...)

5Bien que la Revue se soit toujours refusée à s’identifier à un quelconque parti politique, sa pensée dans ce domaine s’est néanmoins révélée, toujours, progressivement, prudemment, au fil des événements. Un historien actuel1 résume ainsi ses principes :

6« (...) les croyances de la Revue des Deux Mondes étaient celles de la bourgeoisie qui arrivait au pouvoir : confiance dans le progrès, culte de la liberté individuelle, et défense de l’ordre social ».

7Sous la Monarchie de Juillet, la Revue n’a jamais caché son adhésion aux principes de ce régime ; sous le Second Empire, la Revue est passée à l’opposition, en ralliant autour d’elle les fidèles et les nostalgiques de la monarchie tombée. Opposition discrète, toutefois, car il fallait, en même temps, conserver les principes libéraux de la Revue, et ne pas être l’ennemie du pouvoir, au risque de disparaître. Plutôt favorable à l’Empereur Napoléon III lui-même, qu’au régime, la Revue des Deux Mondes a conservé cependant une certaine bienveillance envers l’Empire, dans la mesure où il rétablissait l’ordre, et où il écartait le péril républicain.

  • 2 Le Brésil, in Annuaire des Deux Mondes, 1860, p. 707.

8Ces observations nous aident, bien sûr, à comprendre quel type de regard était celui que la Revue dirigeait vers le Brésil de D. Pedro II, la seule exception monarchique dans cette Amérique si fortement républicaine. Je cite comme exemple quelques lignes qui servent d’introduction à un article de 18602 : « Nous arrivons enfin au plus grand des États américains, à cet empire du Brésil qui a, de plus que les autres pays du Nouveau Monde, la monarchie, c’est-à-dire, une garantie considérable de stabilité et d’ordre (...) », et l’auteur complètera son raisonnement ensuite, en opposant le cas brésilien au désordre et à l’anarchie des Républiques voisines.

9Rappelons, néanmoins, que cette image se ternira passablement à la fin de la décennie de 1860, après l’intervention du Brésil dans les affaires de la Plata, et dans la guerre du Paraguay – dont l’action et les mobiles seront jugés très sévèrement par les commentateurs de la Revue. Rappelons aussi que cette attention portée au fonctionnement des institutions brésiliennes – si proches des idéaux de la Revue des Deux Mondes – ne compromettait pas des analyses, très souvent sans aucune complaisance.

10C’est pendant la période qui coïncide avec le Second Empire que la Revue a connu son plus grand succès et son impulsion. Sa réputation dépassait bien largement les frontières françaises, et dans le cas du Brésil, nous pouvons dénombrer au moins cinq points de diffusion : trois à Rio de Janeiro, un à São Paulo, et un dernier à Recife. Il n’est pas difficile de mesurer le pouvoir de pénétration de cette publication auprès des élites brésiliennes, tout d’abord par la fréquence des mentions de la Revue dans les œuvres littéraires du Brésil, ensuite, par sa présence dans les bibliothèques publiques et privées.

11Les articles consacrés au Brésil sont nombreux : 40 environ, pour la période qui va de la fondation de la Revue des Deux Mondes jusqu’à la fin des années 1880, c’est-à-dire, à la fin du règne de D. Pedro II. Parmi ces articles, quelques-uns se détachent par leur importance, des véritables bilans du Brésil au cours de ces années. Et si nous voulions procéder à une classification simple, il faudrait faire mention, tout d’abord, des récits de voyage, genre informatif par excellence, et qui nous renvoyent aux préoccupations originelles de la Revue.

12C’est ainsi que les deux premiers articles seront signés par les deux plus illustres voyageurs français au Brésil du XIXe siècle : Ferdinand Denis et Auguste de Saint-Hilaire.

  • 3 Ferdinand Denis : Voyages dans l'intérieur du Brésil, 1831, tome 2, pp. 149-181.

13En 1831, Ferdinand Denis3, qui salue la parution des célèbres Voyages dans l’intérieur du Brésil d’Auguste de Saint-Hilaire, en présentant aux lecteurs l’ouvrage et le savant, rappelle l’ancienneté des liens et l’importance des voyageurs français au Brésil :

14« (...) on sait encore moins peut-être que c’est à deux Français ennemis par religion et rivaux comme historiens qu’on doit les premières notions un peu plus complètes que nous avons eues sur le Brésil et sur les nations guerrières qui le parcouraient. Le premier est Jean de Léry, natif du duché de Bourgogne, comme il le dit lui-même, et protestant, fuyant les persécutions de l’Europe, et cherchant une patrie nouvelle aux doux climats de Guanabara. Le second, André Thevet, est un moine, grand explorateur de contrées nouvelles, voyant rapidement, mais avec sagacité, et revêtu du titre pompeux de cosmographe du roi ».

  • 4 Francis de Castelnau : L’Araguail, scènes de voyage dans l'Amérique du Sud, 1848, tome 3, pp. 151- (...)

15Et les voyageurs français du XIXe siècle, quelles sont les raisons qui les ont poussés jusqu’au Brésil ? Laissons la parole et la réponse à un autre collaborateur de la Revue des Deux Mondes, Francis de Castelnau4, chef d’une expédition qui a parcouru, pour la première fois, les rivières Araguaia e Tocantins, et qui écrit en 1848 : « Tandis que l’Amérique du Nord devenait la terre de l’utilitaire et du négociant, le sud restait et il n’a pas cessé d’être en grande partie le domaine du poète et du naturaliste. Là point de chemins de fer ni de canaux, ni le plus souvent de routes quelconques, mais partout d’admirables forêts vierges, des fleuves dont l’étendue est sans bornes, des animaux aux formes les plus bizarres, des montagnes dont les cimes glacées se perdent au-dessus des nuages, des nations sauvages enfin, auxquelles le nom même de l’Europe est inconnu ».

16Ces quelques phrases attestent, d’une part, la vitalité des vieilles images chères aux romantiques, et liées à la fascination américaine, et d’autre part, les besoins plus pratiques. Il ne faudrait pas, cependant, surestimer l’aspect littéraire ou exotique des préoccupations de ces voyageurs. Les descriptions des paysages tropicaux, leur solitude et leur grandeur, sont – il est vrai – un morceau obligé dans tous les récits. Mais ces voyageurs sont engagés dans une enquête plus « sérieuse », ce sont ou bien des savants, en exercice de leurs missions scientifiques, ou bien des observateurs qui parcourent le pays de façon à réunir le plus grand nombre de renseignements nécessaires à sa compréhension et à son analyse.

  • 5 Adolphe d’Assier : Le Brésil et la société brésilienne mœurs et paysages, 1863, aux livraisons d (...)

17Ils partent de Rio de Janeiro, leur port d’arrivée, et où ils font un séjour plus ou moins long de façon à pouvoir connaître la capitale de l’Empire ; ils gravissent ensuite les chaînes côtières, de façon à pouvoir pénétrer dans les régions de l’arrière-pays de Rio, étudier le fonctionnement des « fazendas », et les conditions du travail servile. Adolphe d’Assier, auteur de « Le Brésil et la société brésilienne – mœurs et paysages », dira en 18635 :

18« La ‘cidade‘ ne nous montre pas aussi nettement que la ‘fazenda‘ et le ‘rancho‘ la société brésilienne dans son passé, dans cette sorte de lutte entre la civilisation et la sauvagerie dont l’intérieur de l’empire est resté le principal théâtre. Ici les contrastes se multiplient. ; mais c’est l’activité européenne qu’on entrevoit presque toujours, tantôt subissant, tantôt dominant les influences locales. Le monde où nous avons à conduire le lecteur ne lui est pas entièrement inconnu. Dans la ‘cidade‘ du Brésil, des besoins nouveaux ont fait surgir des moeurs qui ne nous éloignent pas trop de l’ancien continent ».

19Ils poussent encore leur voyage jusqu’à la province de Minas Gerais, très imprégnée encore du prestige qui vient des splendeurs du siècle précédent – quoique les richesses de l’or ne soient alors que des vestiges, voire des souvenirs – ; et ces voyageurs retournent enfin à la capitale du pays, à moins qu’ils ne risquent leur voyage jusqu’à Salvador de Bahia, à travers l’intérieur des terres.

20Au fur et à mesure que le siècle avance, les descriptions s’élargissent aux régions plus éloignées (comme l’intérieur de Goias, dans le texte de Francis de Castelnau, cité plus haut), ou bien vers le nord, l’Amazonie, ou encore vers le sud, les colonies allemandes de Santa Catarina et le Rio Grande do Sul.

  • 6 Pereira da Silva : Le Brésil en 1858 sous l'empereur D. Pedro II, 1858, tome 4, pp. 791-834.

21En revenant à notre classification sommaire de toute cette matière de la Revue sur le Brésil, il faudrait mentionner rapidement les bilans généraux, qui portent assez souvent le titre simple de « Situation du Brésil en... ». Ces bilans surgissent périodiquement, à chaque décennie environ (1844, 1850, 1858, 1863, 1873), et ils présentent de très nombreuses statistiques, puisées dans les publications brésiliennes ou dans les ouvrages européens contemporains ; ils s’appuient sur les témoignages des voyageurs, et ils rendent compte enfin des dernières réalisations du pays. L’importance de ces textes, aux yeux mêmes des lecteurs brésiliens de la Revue des Deux Mondes – qui regardaient la réalité de leur pays par le regard que des français portaient sur elle – a été sûrement très grande. Cela est attesté par une mise au point effectuée par un ancien président de la province de Rio de Janeiro, le sénateur conservateur Pereira da Silva, qui, en 1858 est l’auteur de : Le Brésil en 1858 sous l’Empereur D. Pedro II6. Son but est évident, et il dira en guise d’introduction : « Tout ce qui a été publié jusqu’ici cependant ne donne pas une idée suffisamment exacte de ses institutions politiques, de ses rapports extérieurs, et surtout du rôle qu’il joue dans l’Amérique du sud, rôle qui prépare et définit son influence future dans cette partie du monde ». Et Pereira da Silva passe en revue ensuite les principaux aspects de la vie brésilienne, mais il s’attarde plus particulièrement sur le fonctionnement de l’administration, et sur son efficacité, pas toujours épargnée par la plume des observateurs de la Revue. Le texte de Pereira da Silva est, bien entendu, on ne peut plus officiel, et destiné à corriger l’image du pays, mais c’est surtout comme symptôme de la portée de cette publication auprès des élites brésiliennes qu’il devient précieux.

  • 7 Elisée Reclus : Le Brésil et la colonisation, 1862, aux livraisons du 15 juin et 15 juillet, respe (...)

22Parmi les bilans du Brésil publiés par la Revue des Deux Mondes se détache très nettement un texte, tout à fait remarquable, du géographe Elisée Reclus : « Le Brésil et la colonisation », de 18627.

23Reclus utilise, comme source d’information, comme point de référence, les récits de voyages, et plus particulièrement Le Voyage dans le Nord du Brésil et Le Voyage dans le Sud du Brésil du savant Avé-Lallemant, d’origine germanique, publiés respectivement en 1858 et 1859.

24L’importance et la finesse des analyses d’Elisée Reclus méritent d’être évoquées. Il s’agit d’une étude des fondements de la société brésilienne, très moderne d’inspiration, car elle part d’une analyse économique, et il faudra attendre notre siècle pour trouver une même façon de poser ces questions.

25Face aux difficultés qu’éprouve le Brésil à se placer au rang des nations modernes, surtout en comparaison avec les États-Unis d’Amérique, malgré les richesses naturelles comparables des deux pays, Reclus s’interroge sur les raisons de tels décalages. Il refuse les explications générales, douteuses, émises par la plupart des voyageurs, qui encombrent leurs commentaires de considérations sur les désavantages du climat tropical, sur le métissage excessif des races, sur la paresse des habitants, sur les incompatibilités entre les civilisations latines et le progrès technique. Le Brésil se trouve dans une position bien plus dangereuse que celle de la république américaine, car, au Brésil, sur trois habitants, un est esclave. Et si le régime servile brésilien est moins cruel que celui des plantations américaines, Reclus estime – paradoxe apparent – « que l’institution servile offre aux États-Unis une apparence de moralité qu’on chercherait vainement au Brésil ». Car « les planteurs américains, avertis par la réprobation de leurs compatriotes et par la voix de leur propre conscience, n’ont jamais cessé de discuter l’esclavage au point de vue de la justice ». Tandis que la société brésilienne, « complètement immergée dans l’esclavage, ne saurait en apprécier la justice ou l’iniquité ». Elisée Reclus cite les cas des couvents, avec leur domesticité africaine, il cite le cas de l’État lui-même, propriétaire d’esclaves. Et il conclut avec cette phrase si exemplaire qu’elle pourrait nous aider à comprendre bien des contradictions de notre Brésil d’aujourd’hui :

26« Les joyeux éclats de rire des nègres et des négresses retentissent souvent dans les carrefours de Bahia et de Rio de Janeiro ; mais si l’on passe devant les maisons de correction, où des fouetteurs aux gages de l’État fustigent l’esclave à la simple requête du propriétaire, on entend des hurlements de douleur faire écho à la bruyante hilarité des rues ».

27Elisée Reclus s’interroge ensuite sur un autre problème majeur du Brésil, celui de la grande propriété terrienne et de la monoculture. Que d’inconvénients, pour lui, à la concentration de tous les capitaux, de toutes les forces, dans une production unique, qui met le pays en danger, lorsque se présente une crise, d’ordre international ou naturel (sécheresse, inondations, etc.), ou qui met le pays dans l’obligation d’acheter à l’étranger les denrées qui servent à son alimentation. Pour lui, la « lavoura grande » est une agriculture incomplète, routine invariable, qui écarte la participation et le dynamisme des vrais agriculteurs.

28Elisée Reclus accuse l’institution patriarcale, car elle « utilise la terre et l’homme avec la même barbarie, et ne leur rend jamais rien en échange de leurs services ; elle brûle le sol où elle passe ». D’autre part, si les voyageurs se réfèrent si souvent à la paresse des hommes libres, comment pourrait-il en être autrement – se demande Reclus – si l’existence même de l’esclavage déshonore le travail ? Si ces mêmes voyageurs remarquent l’effacement et l’état d’infériorité de la femme dans la vie brésilienne, cela ne provient-il pas – s’interroge le géographe – des habitudes de despote contractées par le mari dans ce monde de maîtres et d’esclaves ?

29Voici, donc, quelques-unes des questions posées par Elisée Reclus, de façon si percutante, dans ce texte étonnant par sa modernité, car il annonce les réflexions sur la formation économique de la société brésilienne, développées seulement de nos jours.

30Pour terminer avec notre classification rapide des articles de la Revue des Deux Mondes consacrés au Brésil, il faudrait mentionner la matière proprement journalistique, abondante, et axée autour de deux thèmes, principalement : les questions relatives à la traite et aux différends qui ont opposé le Brésil à l’Angleterre, et en second lieu, bien sûr, la Guerre du Paraguay.

  • 8 Théodore Lacordaire : L’or des Pinheiros, 1835, tome 2, pp. 335-355

31J’ai laissé pour la fin un texte de Théodore Lacordaire, « L’or des Pinheiros », publié en 18358, et qui a connu au Brésil une destinée curieuse. L’auteur, frère du prédicateur dominicain, grand voyageur, a parcouru l’Amérique du Sud à quatre reprises, entre 1825 et 1832.

  • 9 Cf. Luiz Dantas : O segredo dos Pinheiros in Revista do Instituto de Estudos Brasileiros, São Paul (...)

32« L’or des Pinheiros » n’est pas exactement un récit de voyage, mais la dramatisation d’un épisode historique, de l’épopée « bandeirante », plus exactement. En vérité, ce récit se trouve aux frontières imprécises de l’histoire et de la fiction9.

  • 10 Carvalho Franco : Os Camargo de São Paulo, Instituto Genealógico Brasileiro, São Paulo, 1943, pp.  (...)

33Après avoir brossé un tableau des premiers siècles de l’histoire du Brésil, l’auteur s’arrête plus longtemps sur les hauts faits des aventuriers de São Paulo, seuls dignes d’intérêt, selon lui, au milieu de la « longue monotonie » des annales portugaises en Amérique. Mais, si les expéditions « bandeirantes » représentent une source exceptionnelle d’intérêt par elles-mêmes, les documents écrits sont à peu près inexistants, car « les premiers Paulistes s’entendaient mieux à manier l’épée et le marteau du mineur que la plume, et n’ont laissé aucune relation de leurs exploits », remarque avec regret l’auteur. Cependant, le hasard d’un séjour dans le couvent des bénédictins à Rio de Janeiro, l’étude de quelques manuscrits de sa bibliothèque réputée, lui feront découvrir « un véritable trésor, un mince cahier d’une centaine de pages environ, écrit en latin, une espèce de chronique de la province de Saint-Paul ». Et les souvenirs de la lecture de ce manuscrit et les notes prises à cette occasion permettront à Théodore Lacordaire, d’élaborer son récit. « L’or des Pinheiros » est un mélange de situations historiques réelles (les rivalités de familles dans le São Paulo du XVIIe siècle, le départ des expéditions à la recherche des mines d’or), et d’une intrigue tout à fait romanesque (l’organisation d’une « bandeira » pour apaiser les esprits, les combats et la disparition des participants, le retour du seul survivant avec la nouvelle de la découverte des mines d’or, la révélation interrompue par la mort de celui-ci, la reprise des combats entre les clans ennemis). Or, ce texte, qui utilise l’artifice du « manuscrit trouvé » pour la fabrication de l’épisode « historique », connaîtra une postérité étonnante. En 1838, cinq ans après sa publication par la Revue des Deux Mondes, il sera traduit et publié partiellement par la revue Panorama de Lisbonne (« O ouro dos Pinheiros – tradição brazileira). Aucune indication de source ni d’auteur n’y figure, et seul le récit dramatisé a été reproduit. Bien près de nous, en 1943, un historien brésilien, Carvalho Franco10, intéressé par les luttes de famille à São Paulo, et ayant connaissance de l’article anonyme de la revue portugaise, a cru trouver un document inédit. Mais Carvalho Franco ne possédait aucun renseignement sur l’auteur de ce « document » et il l’attribue à « un écrivain du XVIIIe siècle », qui aurait lu un vieux code latin du couvent de São Bento. L’épisode de l’or des Pinheiros se trouve ainsi crédité d’une ancienneté et d’une légitimité que ne mettront plus en question, après lui, les chercheurs les plus sérieux.

34L’ensemble de la question concernant l’image du Brésil dans la Revue des Deux Mondes semble, bien sûr, impossible à résumer dans les limites de cette communication. Néanmoins, il me paraît fondamental de mettre l’accent (après cette brève présentation) sur ce qui lie le thème de ce Colloque et la matière sur le Brésil dans cette célèbre revue. En effet, les images proposées par les auteurs des articles sur le Brésil au XIXe siècle sont, sûrement, celles qui demeurent, par la suite, dans la mémoire collective, aussi bien des Français que des Brésiliens eux-mêmes, et elles deviennent donc la base sur laquelle semble s’appuyer l’imagerie, voire le stéréotype habituel de celui qui depuis la France regarde le Brésil.

Notes

1 Gabriel de Broglie : Histoire politique de la Revue des Deux Mondes, Librairie Académique Perrin, 1979.

2 Le Brésil, in Annuaire des Deux Mondes, 1860, p. 707.

3 Ferdinand Denis : Voyages dans l'intérieur du Brésil, 1831, tome 2, pp. 149-181.

4 Francis de Castelnau : L’Araguail, scènes de voyage dans l'Amérique du Sud, 1848, tome 3, pp. 151-169.

5 Adolphe d’Assier : Le Brésil et la société brésilienne mœurs et paysages, 1863, aux livraisons du 1er juin, 15 juin et 1er juillet, respectivement, pp. 554-579, 753-787 et 65-98.

6 Pereira da Silva : Le Brésil en 1858 sous l'empereur D. Pedro II, 1858, tome 4, pp. 791-834.

7 Elisée Reclus : Le Brésil et la colonisation, 1862, aux livraisons du 15 juin et 15 juillet, respectivement, pp. 930-959 et 375-415

8 Théodore Lacordaire : L’or des Pinheiros, 1835, tome 2, pp. 335-355

9 Cf. Luiz Dantas : O segredo dos Pinheiros in Revista do Instituto de Estudos Brasileiros, São Paulo, n° 23,1981 pp. 51-71

10 Carvalho Franco : Os Camargo de São Paulo, Instituto Genealógico Brasileiro, São Paulo, 1943, pp. 105-106

Auteur

Professeur l’université de Campinas.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540