Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. Les media culturels/Os media culturais

Évocation cavalière des images du Brésil en France. Un héritage ambigu

Mario Carelli

Testo integrale

  • 1 Cf. Mario Carelli, Hervé Théry et Alain Zantman, France-Brésil : Bilan pour une relance, Paris, Éd (...)

1A la fin de cette table-ronde, nous réussirons peut-être à affiner le réseau d’images qui est associé au Brésil par la grande majorité des Français. D’ailleurs, je continue à me demander si on peut en toute rigueur parler d'images tant la pauvreté de ces représentations stéréotypées les apparente plutôt à des clichés. Je vous ai naguère proposé un sottisier raisonné de ces ponctifs avec leur bon usage, je crains que les enquêtes minutieuses que vous avez menées à bien ne fassent que confirmer ce bestialógico impressionniste1.

2Or, de toute évidence, les « images » franco-brésiliennes actuelles sont porteuses d’un substrat culturel dont il importe de connaître non seulement l’évolution diachronique mais encore les contradictions et les hésitations à des moments clefs de l’histoire des relations entre les deux peuples. Je suis chargé de vous placer en quelques minutes dans « la longue durée » historique, de vous proposer une archéologie des images contemporaines. Allons à l’essentiel en rappelant les principaux jalons de l’évolution des représentations mentales, de leurs réactualisations et de leurs transformations.

Nostalgie édénique et frayeur fantasmatique

  • 2 Cf. Mario Carelli, « Portraits français du Brésil » in Brésil des Brésiliens, Paris, Beaubourg, 19 (...)

3Les images françaises et plus largement européennes du Brésil ne sont pas purement accidentelles mais elles nous apparaissent comme le résultat d’une stratification historique dont nous ne pouvons pas faire fi. Les représentations contemporaines doivent beaucoup non seulement à celles qui les ont immédiatement précédées mais encore aux premières visions du Nouveau Monde2.

  • 3 Gilbert Chinard, L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIII(...)

4Le sujet a été abondamment étudié, en particulier par Gilbert Chinard, Geoffroy Atkinson, Afonso Arinos de Melo Franco et Sérgio Buarque de Holanda pour ne citer que les classiques3.

  • 4 Gilbert Chinard, L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIII(...)

5Soulignons que les premiers récits insistent infiniment plus sur la description des « Brésiliens » que sur la luxuriante nature tropicale4. Et pourtant les topoï de la Renaissance découlent de l’association de la Nature, de l’état de nature, de l’exaltation classique du corps humain dont la perfection plastique exprime la vertu morale, du goût de la fête et du jeu, autant d’éléments qui sont le lot d’une humanité « dans l’enfance », donc dans un état d’innocence.

  • 5 Cf. reproduction de l’iconographie ancienne dans Mario Carelli, Brésil, épopée métisse, Paris, Gal (...)
  • 6 Catalogue L’Amérique vue par l’Europe, Paris, Musées Nationaux, Grand Palais, 1976-1977.

6Simultanément, ces barbares, non baptisés, sont affublés de démons, de malformations physiques proprement monstrueuses, corps acéphales, membres sexuels demesurés, têtes de chien. Les récits mêlent aux observations directes les références à l’Écriture Sainte ou à Ptolémée, sans oublier les mirabilia de l’imaginaire médiéval. Ses distorsions et extrapolations étaient sensiblement accentuées par les illustrateurs qui ne s’étaient pas rendus sur place et qui laissaient leur imagination créer à partir des récits des témoins, eux-mêmes assez fantaisistes. Pour Bernadette Bucher, par exemple, les représentations parfois positives, parfois disgracieuses, des sauvages des de Bry, aident ces protestants à résoudre les contradictions morales nées de la conquête5. Souvenons-nous qu’il faut attendre le XVIIe siècle et les peintres hollandais de la cour de Maurice de Nassau pour que les realia brésiliennes soient peintes d’après nature6.

  • 7 France-Brésil... op. cit. p 119.
  • 8 Déjà l’image de l’Homme américain prenait le relais de celles du Turc ou de l’Africain, cf. Philip (...)
  • 9 Hugh Honour, « Science and Exoticism : The european artist and the non-european world before Johan (...)

7Exalté ou redouté, le Brésilien connaît une popularité certaine à tel point qu’il est devenu la référence lorsque de nouveaux sauvages sont découverts, en particulier au Canada7. Exhibé dans les cours et dans les fêtes, sa présence même déclenche et alimente les débats théologiques et philosophiques, les exemples les plus connus étant les chapitres des Coches et les pages sur les Cannibales, « hommes voisins de leur naïveté originelle », des Essais de Montaigne. Mais une fois que les Portugais assureront leur monopole sur leur colonie, les informations deviendront moins précises. Alors les Tupinambas seront assimilés aux Hurons ou aux Iroquois, les Encyclopédistes parleront du Sauvage américain comme d’une entité globale. Il faut dire que l’Améridien a déjà été assimilé et que l’américainerie est devenue une mode parmi d’autres à côté notamment du goût pour les Turcs8. Des éléments disparates sont rassemblés dans la figure allégorique du continent américain qui souvent rend hommage avec l’Afrique et l’Asie à la figure royale de l’Europe9.

  • 10 Cf. édition d’Hélène Minguet, Paris, Maspéro, 1981, pp 62-63.

8Franco Cenni a montré qu’à la même période Buffon élaborant ses théories scientifiques sur les « époques de la nature » soutenait que la nature américaine était immature et que sa faune souffrait d’une forme de dégénérescence due à un arrêt de son développement. Cette ambiguïté fondamentale à la fois d’attirance et de mépris persiste au cours de l’histoire des contacts français avec le Brésil. Pour rester dans le XVIIIe siècle, rappelons l’une des rares sources fiables la Relation abrégée d’un voyage fait dans l’intérieur de l’Amérique méridionale, depuis la côte de la mer du Sud jusqu’aux côtes du Brésil et de la Guyane, en descendant la rivière des Amazones ; lue à l’assemblée publique de l’Académie des sciences le 28 avril 1745 de Charles-Marie de la Condamine. Quand cet homme de science propose une définition du « même fond de caractère » des Indiens américains, il n’est pas tendre : « L’insensibilité en fait la base. Je laisse à décider si on la doit honorer du nom d’apathie, ou l’avilir par celui de stupidité (...) on ne peut voir sans humiliation combien l’homme abandonné à la simple nature, privé d’éducation et de société, diffère peu de la bête ». Il constate la dégénérescence des Péruviens par rapport à leurs illustres ancêtres et conclut : « Quant aux autres nations de l’Amérique australe, on ignore qu’elles soient jamais sorties de la barbarie »10. Le portrait de l’Indien « abruti » est la reprise en négatif de toutes les valeurs que devait incarner un gentilhomme du XVIIIe, avec son idéal de culture générale, de connaissance de la nature, de maîtrise des passions, de raffinement de manières, de vertus de courage et d’honneur, de prévoyance, de modération, en un mot de perfectionnement intellectuel et moral.

De l’exotisme

9Le sensualisme pré-romantique va adoucir les angles. A la fin du XVIIIe siècle, par exemple, la « paresse » attribuée aux métis sera maquillée en indolence. Les Natchez de Chateaubriand et son Voyage en Amérique (1827) qui sera le prototype du genre, présentent des guerriers homériques aux mœurs d’une calme noblesse. Ainsi depuis le XVIe, l’effet de distanciation et d’appropriation du Nouveau Monde passe par la référence à des « modèles » antiques connus. Puis viendra le verdict sans appel du racisme rationnaliste et la condamnation du métissage dont le Comte de Gobineau, en poste à Rio et ami personnel de Dom Pedro II, sera le théoricien. « Le spectacle est dans le spectateur » constatait Lamartine ; de fait, le Brésil est tiré à hue et à dia.

10Et pourtant, les Européens continueront à chercher au Brésil ce qu’ils veulent y trouver. Ainsi Jean-Baptiste Debret, « peintre d’histoire, naturaliste et philosophe » comme il se définit lui-même, consacre un volume entier de son Voyage pittoresque aux Indiens alors qu’il n’a pas dû rencontrer plus de deux ou trois Botocudos durant son séjour entre 1816 et 1831. Mais à partir des documents ethnographiques du Musée impérial de Rio de Janeiro, il réussit à construire une image des divers types où il respecte la morphologie des visages plantés sur des corps aux canons néo-classiques.

11Même chez cet observateur minutieux, la réalité doit se modeler aux mythes ou aux rêves de l’enfant qui dans la bibliothèque de son père avait lu l’Abbé Raynal et quelques vieux voyageurs. Toute son interprétation du Brésil passe par une vision idéologique du triomphe progressif de la civilisation sur la barbarie. Oeuvre à laquelle il a conscience de participer avec ses collègues de la mission française, Nicolas Taunay ou Granjean de Montigny, en fondant l’Académie des Beaux-Arts. C’est une vingtaine d’années après le retour de Debret en France, que Jules Verne publie son roman « brésilien » Jangada, où la trame aventureuse s’accomode bien au caractère impénétrable d’une Amazonie fantasmagorique. Un travail sur l’inter-textualité permet de montrer comment les images sont réappropriées de texte en texte (Jean de Léry est cité par Jean-Baptiste Debret qui est cité par Ferdinand Denis... Jean-Jacques Rousseau est tributaire des récits des jésuites...).

12Cette évolution des regards correspond à la progression générale du discours européen sur l’autre mais avec des variantes dues à la nature de la colonisation et de l’indépendance du Brésil, et à sa relation privilégiée (bien que souvent à sens unique) avec la France. Les Français ont inventé des Brésils en essayant de rendre compte de ce pays, ils ont été conduits à construire des images qui doivent autant à leurs désirs qu’à la rigueur de leur observation.

Les temps de rupture

13C’est dans ce jeu de miroirs déformants que les Brésiliens se sont vus enfermés avec un malaise qui ira grandissant. En effet, certains intellectuels auront conscience du décalage entre la réalité de leur pays et les représentations européennes, décalage qu’accentuait nécessairement la vision exotique, attachée par définition à souligner les traits différentiels les plus suggestifs. Cette quête du pittoresque conduit souvent le récit de voyage à devenir un texte plus ou moins fictionnel.

14Ces images françaises étaient souvent dévalorisantes par rapport aux modèles incontestés de développement à l’européenne. Dans l’opposition classique entre barbarie et civilisation, le Français connaît sa place et le Brésilien qui appartient à l’élite de son pays se pense blanc et afrancesado pour rivaliser avec son modèle, sacrifiant ainsi son héritage améridien et exorcisant la présence africaine.

  • 11 Revue des deux mondes, Paris, tome septième, quatorzième année, nouvelle série.

15Ce rapide tableau de fond nous permettra de mieux comprendre la polémique qui opposa le Brésilien Araújo Porto Alegre au journaliste français Louis de Chavagnes en 1844. Dans la Revue des deux mondes11, Chavagnes se montre un digne précurseur du Comte de Gobineau en ironisant sur « l’amour-propre des Brésiliens » : « Sans doute le Brésil a de grandes ressources, le sol ne demande qu’à produire ; mais le rôle que voudrait jouer cette race portugaise dégénérée est-il bien à la mesure de ses forces ? » (p 67). Il stigmatise la fameuse indolence des tropiques : « Les Brésiliens aimeraient mieux mourir que de se presser » (p 74). Fort de ce diagnostic, le chroniqueur termine son article par un plaidoyer pour l’intensification des relations commerciales qui permettraient au Brésil de « reprendre confiance dans l’avenir » : « Le commerce européen n’apportera pas seulement avec lui la prospérité matérielle, il servira la cause de l’ordre, favorisera la réforme des mœurs, et ramènera une population égarée dans les voies de la civilisation, d’où elle s’écarte de plus en plus » (p 909).

  • 12 Minerva Brasiliense, Paris, no 23, vol. II, p 711.

16Il importe de savoir que ce réquisitoire est contesté par Araújo Porto-Alegre, un des plus brillants disciples de la Mission française, qui entreprend la réhabilitation de sa patrie à Paris où il achève ses études tout en animant la revue Minerva brasiliense dans la lignée du nationalisme romantique européen d’alors. Le jeune polygraphe brésilien ne craint pas la polémique car Chavagnes se bat contre « un fantôme engendré par sa propre imagination »12. Ce dernier se plaint du mauvais accueil qui lui aurait été réservé alors que, selon Porto-Alegre, justement au Brésil, peuple jeune, les étrangers sont bien reçus même s’il s’agit de pauvres bougres qui viennent pour y faire fortune. Tous les Brésiliens sensés seraient d’accord pour reconnaître l’archaïsme de leur agriculture et le retard de leur industrie, mais la pauvreté n’est pas l’apanage de leur pays, elle atteint bien des régions de l’Europe. Peu nous importent les arguments de cette controverse. C’est la vivacité de la réaction avec la tactique de renvoyer à ce Français et à sa conscience de supériorité une image également dévalorisante de sa propre nation qui est une nouveauté en 1844. Il reviendra à la charge dans une comédie réponse aux voyageurs Estátua amazónica (1851).

17Près d’un siècle plus tard, la désacralisation de l’Europe chez António de Alcântara Machado (1901-1935) passera par la démythification de Paris. En renversant le point de vue des voyageurs européens au Brésil, il oppose le Paris de la modernité, celui de « la fièvre de l’inédit et du présent », au Paris mythifié par les Brésiliens. Cette conviction s’affermit lors de son second voyage en 1929. Au cours de son périple, il a l’occasion de lire Océan et Brésil d’Abel Bonnard. Son sang ne fait qu’un tour devant ces « âneries » que résume une formule percutante : « (Les Brésiliens) nous montrent les trésors de leur sol et nous demandent ceux de notre culture. Cela rappelle la franchise et la naïveté des anciens échanges : ils nous offrent des papillons et nous demandent des idées ». « On a besoin de se contenir pour ne pas lâcher un gros mot », commente Alcântara Machado. Il se fait un plaisir de montrer les failles de la « culture » de Bonnard. Etre capable de dénoncer ces sornettes représente, à ses yeux, un grand progrès pour les Brésiliens trop longtemps intimidés par l’Europe, donc incapables de distinguer les vraies valeurs françaises des sous-produits parisiens, qu’il se garde de confondre.

Un imaginaire tenace

  • 13 Anvers, Éditions du Dauphin.

18Parmi plus de six mille références bibliographiques, prenons quelques exemples choisis pour leur caractère symptomatique. Charles Bernard publie en 1921 Où dorment les Atlantes : Paysages brésiliens13. Ce Belge rend compte des émotions contradictoires que suscite chez lui la visite d’un marché carioca : « Les cinq sens sont pris, roulés dans un vertige ; sensation violente faite d’écœurement et de volupté, tous ces relents de la terre qui s’ouvre, de la mer qui se livre, défont en nous une animalité joyeuse et féroce, et je ris de voir passer un négrillon tramant sur le pavé, au bout d’une corde, un cabri à moitié étranglé, comme un holocauste au Pan tropical... » (pp. 25-26). Je vous laisse imaginer les transports que vont lui provoquer les orgies carnavalesques.

19Nous retrouvons donc sous la plume d’un voyageur du XXe siècle toujours l’attirance-répulsion éminemment physique. Ce qui n’empêche pas une certaine lucidité dans sa perception de la singulière appropriation culturelle du Brésil : « (...) malgré les apports continuels de l’étranger, il y a là un peuple autochtone, déjà façonné à l’aspect de cette terre prodigue et de ce ciel de feu, formé par trois siècles de traditions. Il reste lui-même jusque dans ses imitations et s’il n’y a pas dans tout Rio de Janeiro, calquée sur Lisbonne en attendant qu’elle le fût sur Paris, Gênes ou New-York, une œuvre architecturale surgie des entrailles mêmes de son sol sous le coup de baguette magique d’un artiste créateur, l’immense cité dans son ensemble, intégrée à la lumière de son golfe comme à l’aspect de ses montagnes, confesse son âme exotique et son génie original » (« Une capitale sous les tropiques » p. 27).

  • 14 Victor Segalen, Essai sur l’exotisme : Une esthétique du divers et Textes sur Gauguin et l’Océanie (...)
  • 15 François Hartog, Le miroir d’Hérodote : Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, (...)
  • 16 Tzvetan Todorov, La conquête de l'Amérique : La question de l’autre, Paris, Seuil, 1982, p 252.

20La sclérose des images s’explique par la nature fort simpliste des oppositions : le monde solaire des tropiques étant associé à la sensualité (« Sous l’équateur point de péché »), l’Europe, scandée par les saisons, configurée par sa longue histoire, étant un monde ordonné, rationnalisé. Ce n’est que depuis peu que les Européens réfléchissent sur leur relation à l’autre. Et dans un sens, Victor Segalen est un précurseur, lorsqu’il tente de définir un exotisme non frelaté : « Dépouiller (le mot exotisme) de tous ses oripeaux : le palmier et le chameau ; casque colonial ; peaux noires et soleil jaune ; et du même coup se débarrasser de tous ceux qui les employèrent avec une faconde niaise (...) Et en arriver très vite à définir, à poser la sensation de l’Exotisme : qui n’est autre que la notion du Différent ; la perception du Divers ; la connaissance que quelque chose n’est pas soi-même ; et le pouvoir d’exotisme, qui n’est que le pouvoir de concevoir autre »14. Des érudits ont réussi à reconstruire la « rhétorique de l’altérité » depuis Hérodote, et l’effort de « traduction » pour inscrire le monde que l’on raconte dans le monde où l’on raconte ». Les instruments du langage et de la représentation ne sont autres que la comparaison, l’analogie ou l’inversion... Le voyageur est obligatoirement pris dans ce système réducteur : « Une rhétorique de l’altérité est dans son fond opération de traduction : elle vise à faire passer l’autre au même (tradere) ; passeur de la différence »15. Nous connaissons maintenant « l’oblitération de l’autre » entreprise par l’Européen dans sa conquête de l’Amérique concomitante avec la découverte d’un autre intérieur, ce « je » qui est un autre16.

Conclusion

21Si nous ne voulons pas « défoncer des portes ouvertes » en établissant des répertoires d’images stéréotypées (réactualisées avec une efficacité redoutable par les grands medias et par les clichés publicitaires), nous devons non seulement connaître la genèse et le fonctionnement de ces images mais encore voir comment elles ont été parfois violemment remises en cause. Ce rejet a été fait soit par des Brésiliens las de voir l’image de leur pays et de leurs compatriotes défigurée, soit par des artistes ou des intellectuels français (Milhaud, Cendrars, Bernanos, Roger Bastide...) qui ont été de véritables initiés au Brésil et qui l’ont révélé à leurs lecteurs. Et pourtant le Brésil continue à être victime d’un préjugé esthétique...

22La contemplation complaisante quelque peu larmoyante de la pauvreté de notre connaissance réciproque ne mène pas à grand chose. En revanche, la traduction et la critique des grands textes brésiliens, l’approfondissement de la production scientifique française sur le Brésil, la présence de vrais initiés dans les medias, sont autant de prolégomènes à un renouveau dans nos rapports. Vamos à luta !

Note

1 Cf. Mario Carelli, Hervé Théry et Alain Zantman, France-Brésil : Bilan pour une relance, Paris, Éditions Entente, préface de Robert Richard, pp 17-28 et « Interactions culturelles franco-brésiliennes » (avec bibliographie) pp 107 à 171. La relecture des textes anciens sur le Brésil et de l’iconographie permet d’exploiter un capital historique encore peu étudié. Elle s’appuie sur une recherche documentaire, bibliographique, iconographique, événementielle, qui a débouché sur une banque de plus de six mille données sur les relations entre la France et le Brésil. L’originalité de cette B.F.B. vient du fait qu’elle est constituée par une équipe brésilienne de la Casa França-Brasil de Rio de Janeiro par l’équipe Lery-Assu de l’I.E.A. de l’Université de São Paulo et par le Laboratoire d’informatique pour les Sciences de l’Homme du C.N.R.S. sous l’égide du Projet France-Brésil. Notre travail doit beaucoup à la Bibliographie franco-brésilienne (1551-1957) de Georges Raeders (avec la collaboration d’Edson Nery da Fonseca), Rio de Janeiro, I.N.L., 1960.

2 Cf. Mario Carelli, « Portraits français du Brésil » in Brésil des Brésiliens, Paris, Beaubourg, 1983.

3 Gilbert Chinard, L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIIIe siècle, Paris, Droz, 1934 ; Geoffroy Atkinson, Les nouveaux horizons de la Renaissance française, Paris, Droz, 1935 ; Afonso Arinos de Melo Franco, O Indio brasileiro e a revolução francesa : As origens brasileiras da teoria de bondade natural, Rio de Janeiro, José Olympio, 1937 ; Sérgio Buarque de Holanda, Visão de paraíso. Os motivos edênicos no descobrimento e colonização do Brasil, (1re éd. en 1958,) 3e éd. São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1977.

4 Gilbert Chinard, L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIIIe siècle, Paris, Droz, 1934 ; Geoffroy Atkinson, Les nouveaux horizons de la Renaissance française, Paris, Droz, 1935 ; Afonso Arinos de Melo Franco, O Indio brasileiro e a revolução francesa : As origens brasileiras da teoria de bondade natural, Rio de Janeiro, José Olympio, 1937 ; Sérgio Buarque de Holanda, Visão de paraíso. Os motivos edênicos no descobrimento e colonização do Brasil, (1re éd. en 1958,) 3e éd. São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1977.

5 Cf. reproduction de l’iconographie ancienne dans Mario Carelli, Brésil, épopée métisse, Paris, Gallimard, 1987 et pour l’étude de Théodore de Bry et de sa dynastie, Bernadette Bucher, Icon and conquest : A strutural analysis of the illustrations of the Bry’s « Great Voyages », Chicago, University of Chicago Press, 1981 ; sur la portée pamphlétaire des illustrateurs protestants voir également Michel Duchet et al. L’Amérique de Théodore de Bry, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1987.

6 Catalogue L’Amérique vue par l’Europe, Paris, Musées Nationaux, Grand Palais, 1976-1977.

7 France-Brésil... op. cit. p 119.

8 Déjà l’image de l’Homme américain prenait le relais de celles du Turc ou de l’Africain, cf. Philippe Sénac, L’image de l’autre : Histoire de l’Occident médiéval face à l’Islam, Paris, Flammarion, 1983, p 163.

9 Hugh Honour, « Science and Exoticism : The european artist and the non-european world before Johan Maurits », in E. van den Boogaart, Johan Maurits van Nassau-Siegen (1604-1679) : A humanist prince in Europe and Brazil, The Hague, The Johan Maurits van Nassau Stichting, 1979, pp 269-296.

10 Cf. édition d’Hélène Minguet, Paris, Maspéro, 1981, pp 62-63.

11 Revue des deux mondes, Paris, tome septième, quatorzième année, nouvelle série.

12 Minerva Brasiliense, Paris, no 23, vol. II, p 711.

13 Anvers, Éditions du Dauphin.

14 Victor Segalen, Essai sur l’exotisme : Une esthétique du divers et Textes sur Gauguin et l’Océanie, Montpellier, Fata Morgana, 1978. Segalen réfléchit à partir de sa connaissance du Tout autre, l’homme d’Extrême Orient : « A sentir vivement la Chine, je n’ai jamais éprouvé le désir d’être Chinois » (Ibid, p 65).

15 François Hartog, Le miroir d’Hérodote : Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1980, pp 225 et 249.

16 Tzvetan Todorov, La conquête de l'Amérique : La question de l’autre, Paris, Seuil, 1982, p 252.

Autore

Chercheur CNRS.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540