Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

I. L’image du Brésil au quotidien : l’impact des médias d’information (presse et télévision)/A imagém do Brasil no cotidiano: o impacto dos meios de comunicação de massa (imprensa e televisão)

L’opinion publique en France a une image confuse du Brésil

Édouard Bailby

Texte intégral

1A l’exception de « Libération » et du « Monde », qui ont des correspondants sur place, tous les autres quotidiens de la grande presse ne consacrent que des articles sporadiques à ce grand pays du continent américain. La radio et la télévision, malgré les efforts méritoires de quelques reporters, se contentent généralement de traiter des thèmes de l’actualité immédiate : les orpailleurs de la Serra Pelada, la misère des « favelas », la violence pendant le Carnaval, la survie des Indiens en Amazonie, etc. Rarement on sent le grand souffle de la civilisation brésilienne, avec ses échecs et ses réussites.

2C’est dans « Le Monde Diplomatique » et dans les journaux périphériques, généralement de gauche, que l’on peut lire des articles fouillés sur la situation politique, économique et sociale au Brésil. Des magazines à grand tirage tels que « Géo », « Le Figaro Magazine » et « Paris Match » publient plutôt des reportages à caractère touristique ou culturel.

3Pourtant, si le Brésil reste encore flou dans l’esprit de l’opinion publique, la musique populaire puis la littérature contemporaine ont fait une forte percée au cours des dernières années. A cet égard, le projet France-Brésil a déjà eu des effets positifs, notamment dans la jeunesse et les milieux universitaires.

4Il apparaît aujourd’hui que pour mieux se faire connaître, le Brésil devrait prendre l’initiative de créer une agence de presse internationale, sur le modèle de France Presse ou de l’Associated Press. Il pourrait ainsi, dans le cadre d’une communication moderne et démocratique, multiplier les images de sa réalité sociologique, culturelle, artistique et économique. Ce problème de l’information est au demeurant celui de tous les pays en développement, qui ont à affronter le poids des grandes agences occidentales sur la diffusion des nouvelles dans le monde. La création de ce moyen de communication est d’autant plus nécessaire que la langue portugaise reste, à l’extérieur des frontières du Brésil, un handicap à la connaissance de sa réalité.

5Malgré des insuffisances, l’image du Brésil dans l’opinion publique française est aujourd’hui plus précise que celle des autres pays de l’Amérique latine, notamment le Mexique, la Colombie et l’Argentine.

Auteur

Secrétaire Général de l’Association des Journalistes spécialistes de l’Amérique latine et des Caraïbes (AJALC).

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540