Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

I. L’image du Brésil au quotidien : l’impact des médias d’information (presse et télévision)/A imagém do Brasil no cotidiano: o impacto dos meios de comunicação de massa (imprensa e televisão)

Le Brésil à travers la presse quotidienne et la télévision françaises. Étude sur la création de l’actualité1

Ana Maria Montenegro

Texte intégral

  • 1 Avec la collaboration, en ce qui concerne le traitement informatique des données, de Gérard CAMPAN (...)

1L’étude des articles de la presse écrite et des émissions de télévision, lorsqu’ils évoquent le Brésil, complétée par des entretiens avec quelques journalistes, constitue un vecteur permettant de poursuivre une réflexion sur les images du Brésil en France et sur ce qu’elles peuvent révéler à la fois sur le Brésil et sur la France.

2Il n’est pas question ici de s’appesantir sur le rôle des médias pour faire circuler, refléter, transformer et créer des représentations sociales. Il est plus difficile d’aborder ces significations quand elles portent sur des phénomènes extérieurs à une société, car elles correspondent à des réalités qui ne font pas partie du vécu de la majorité de ceux qui participent aux processus de création d’un autre réel, socialement construit.

3Avant de présenter les résultats de l’analyse des données, je tiens à remercier les journalistes qui m’ont aidée à approfondir certains points.

***

4L’analyse de l’information sur le Brésil à la télévision a été réalisée à partir d’un fichier fourni par l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Ce fichier répertorie près de 630 émissions dont 90 % concernent directement le Brésil ; les 10 % restant correspondent à des séquences extraites d’émissions qui évoquent d’autres pays ou d’autres problèmes en les éclairant du « cas » brésilien (sujets de type « dette des pays du Tiers Monde » par exemple). Chacune des émissions a fait l’objet, de la part de l’INA, d’une description en clair qui rappelle : le thème de l’émission, son genre (journal télévisé, série, documentaire, variétés,...), la durée, la date, l’heure et la chaîne de diffusion, les noms des journalistes, des réalisateurs, des producteurs et, enfin, un inventaire des séquences et des images la composant.

  • 1 Fait en collaboration avec Philippe Henriot

5Un examen préliminaire de ces fiches1 a permis d’établir un inventaire des sujets et des séquences, d’élaborer une méthodologie de classement et d’arrêter une stratégie de codification des informations afin de les traiter par un logiciel d’analyse interactive des données. Cet outil a permis d’opérer des dénombrements, des sélections, des croisements, des recherches sur argument pour éclairer ou approfondir tel ou tel point. Les résultats obtenus sont très abondants mais seuls les faits les plus marquants seront évoqués ici.

  • 2 Date limite pour obtenir le fichier de l’INA et présenter les résultats de l’analyse à la Table ro (...)

6La période analysée s’étend du 1er janvier 1975 au 31 mars 19872, c’est-à-dire 12 ans et 3 mois, auxquels correspondent 384 dates d’émissions.

7Peut-on dire, simplement pour fixer les idées, pour, en quelque sorte, embrasser d’un seul regard l’espace – temps qu’il y aurait eu en moyenne une diffusion tous les 12 jours ? Non, car de fait le rythme a été irrégulier. L’examen du tableau no 1 met en évidence à la fois une croissance continue depuis 1975 et surtout les pics importants par rapport à cette tendance, à savoir : 1978 avec 30 émissions de plus que la moyenne constatée au cours des cinq premières années ; 1980, avec 104 émissions, arrive en deuxième position dans le classement du nombre de diffusions ; la palme revient à l’année 1985, durant laquelle ont été diffusées 20 % des émissions répertoriées dans le fichier.

8Le tableau no 1 montre aussi que l’actualité brésilienne à la télévision française connaît chaque année une trève estivale, systématique en août et septembre. Or au même moment le Brésil connaît sa saison hivernale. La mise en sommeil de l’actualité serait donc la conséquence d’une sorte de trève des confiseurs, bien que cette corporation ne joue pas au Brésil le rôle actif qu’elle tient dans les médias occidentaux au plus froid de l’hiver.

9L’analyse porte uniquement sur les diffusions réalisées par les trois chaînes nationales de télévision. TF1 arrive très largement en tête avec 54 % des émissions répertoriées, suivie par Antenne 2 (36 %) et par FR3 pour le reste (cf. tableau 2). On relève que 75 % des émissions ont été diffusées durant les journaux télévisés (notamment ceux de 20 h de TF1 et A2) (cf. tableaux 3 et 4). Il s’agit donc pour l’essentiel de séquences courtes n’excédant pas 2 à 3 minutes. Quant aux 25 % restants, les durées sont de longueurs variables pouvant atteindre 1 heure (par exemple la célèbre série sur les expéditions du commandant Cousteau en Amazonie), voire même dépasser ce temps. Ce fut le cas de certaines émissions de type « plateau », réunissant des invités qui vont parler du Brésil avant ou après la diffusion d’un long métrage, de retransmissions de spectacles de variétés brésiliennes, etc...

10Le dépouillement des fiches a permis de les classer selon 56 sujets ou thèmes principaux d’émissions. Il s’agit soit de séquences rendant compte de faits d’« actualité » qui motivent la diffusion ; soit d’images à caractère documentaire choisies pour illustrer un magazine (exemple : un reportage sur ces « fameux » chercheurs d’or qui semblent être pour le Brésil ce que le monstre du Loch Ness est à l’Écosse – médiatiquement parlant, bien sûr).

11Parmi les 56 sujets, 10 ont été abordés si souvent qu’ils représentent à eux seuls la moitié des émissions répertoriées (310 sur 630). On peut penser qu’ils ont, plus que les autres, frappé les imaginations. Énumérons-les :

SUJETS PRINCIPAUX

Nombre

Pourcentage

Cumul

Visite du Pape

62

9,89

9,89

La France au Brésil

56

8,93

18,82

Carnaval

37

5,90

24,72

Elections

27

4,31

29,03

Exilés, nazis

26

4,15

33,17

Courses automobiles

25

3,39

37,16

Musique

22

3,51

40,67

Tancredo Neves

21

3,35

44,02

Inondations

18

2,8

46,89

Amazonie

16

2,55

49,44

(Voir tableau no 6)

  • 3 D’après 8 rubriques, à savoir : données socio-économiques, questions de politique intérieure ; asp (...)

12Pour clore cette description à grands traits du paysage audiovisuel, il faut faire référence aux séquences qui composent les émissions. Nous en avons dénombré près de 2 500, que nous avons classées dans une centaine de sous-thèmes3 comme vues de Rio, bidonvilles, scènes de plage, fête, richesses naturelles et en général tous les clichés qui caractérisent souvent à tort ou à raison le Brésil. Nous voulions vérifier leur fréquence d’apparition et également intégrer les connotations ou notions qui peuvent être attachées aux séquences répertoriées (misère urbaine, religiosité, mœurs politiques, structures agraires, etc.). A l’exclusion des images représentant directement le sujet principal, c’est Rio de Janeiro qui arrive en tête. A titre d’exemple, les tableaux no 7 et no 8 indiquent les séquences composant les émissions consacrées à la visite du Pape et à la présence française au Brésil qui ont été, comme on le sait maintenant, les sujets les plus diffusés.

  • 4 Après une lecture rapide de l’ensemble du texte et selon les éléments d’information apportés, cert (...)

13En ce qui concerne la presse, nous avons retenu 5 titres : La Croix, Le Figaro, L’Humanité, Libération et Le Monde. Le dépouillement qui porte sur 3 ans – 1983, 1984, et 1985 –, correspond à 600 articles signés par des journalistes et 800 dépêches, portant tous directement sur le Brésil. Ces nouvelles ont été ventilées d’après leurs titres et sous-titres en 4 rubriques : questions politiques et socio-économiques ; le Brésil sur la scène internationale ; la culture ; l’insolite et l’étrange4.

14Vous avez sous les yeux une série d’histogrammes. Dans celui qui porte le numéro 9, chaque journal est représenté par deux barres, l’une indique le nombre d’articles, l’autre le nombre de dépêches publiés par chaque quotidien dans la période considérée. Ce graphique permet de comparer entre eux les journaux, selon le volume total de l’information relative au Brésil, ainsi que la part respective de dépêches et d’articles. Ces derniers sont beaucoup plus nombreux dans les journaux qui maintiennent un correspondant sur place, au Brésil : Le Monde et, depuis 1985, Libération. Les dépêches l’emportent nettement dans La Croix, Le Figaro et L’Humanité. Notons aussi que dans ces trois quotidiens, l’importance relative des nouvelles classées par nous dans la rubrique « l’insolite, l’étrange » est relativement plus grande que dans Libération et Le Monde.

15Les histogrammes qui portent le numéro 10, établis pour chaque journal, montrent, mois par mois, le nombre d’articles signés – et seulement d’articles –, publiés par chacun des quotidiens dépouillés.

16Les spécificités propres à la télévision d’un côté, à la presse écrite quotidienne de l’autre interdisent une comparaison terme à terme quant à la place accordée au Brésil dans les deux types de média. De plus, comme il a été indiqué, le fichier de l’INA est en principe exhaustif, tandis que dans les journaux seuls les articles portant directement sur le Brésil ont été décomptés.

17Il ne reste pas moins que ces histogrammes, comparés au tableau no 1, sur la télévision, montrent qu’il y a bien parallélisme journaux/télévision en ce qui concerne la fréquence et surtout les concentrations de nouvelles, ce d’autant plus nettement qu’il s’agit de quotidiens n’ayant pas de correspondant au Brésil – c’est le cas, rappelons-le, de La Croix, du Figaro et de L’Humanité.

18Nous ne nous attarderons pas sur les nouvelles de la rubrique culture, dont la majorité sont en fait des commentaires sur les spectacles brésiliens présentés en France : la musique d’abord, le cinéma ensuite. Quelques-uns de ces articles comportent des éléments d’information qui visent à situer le spectacle en question dans un contexte culturel plus large. Leur importance est particulière dans Libération, dont les pages culture/spectacles sont de toute façon très nombreuses. De plus, dans le cas qui nous occupe, la présence de Rémy Kolpa Kopul y contribue particulièrement. L’histogramme no 10 montre pour 83 et 84 une prépondérance absolue de ces articles ; en 85, sans que leur nombre diminue, la rubrique « questions politiques et socio-économiques » l’emporte : Libération a désormais un correspondant permanent à Brasilia.

***

19Les résultats que nous avons obtenus montrent que l’information est surtout événementielle : élections, remaniements dans les sphères du pouvoir, visites de personnalités étrangères, réunions internationales – y compris celles se rapportant à la dette extérieure – ou encore grèves et émeutes, sans parler des grands événements sportifs. C’est seulement à travers ces types de faits, qui ont une sorte de « valeur informationnelle » très forte, que peuvent éventuellement accéder à l’actualité des questions importantes.

20Un exemple pourrait illustrer ces propos : l’analyse du fichier de l’INA révèle que seulement à deux reprises la question des structures agraires a été le sujet principal d’émissions : à l’époque du voyage du Pape et lors du procès des prêtres français arrêtés en Amazonie fin 1982. Ce sont ces événements qui ont rendu médiatique le problème des structures agraires dont on sait pourtant la pertinence dans la société brésilienne.

  • 5 Ces événements se sont déroulés au-delà de la période analysée ici.

21D’autres événements sont traités à l’aide d’éléments d’information trop généraux pour les rendre intelligibles. Journaux et télévision ont très récemment décrit et montré les manifestations contre la hausse des prix des tickets d’autobus à Rio de Janeiro5. Bus renversés et en feu, voilà ce qui, de notre point de vue, n’est resté qu’un fait divers, une émeute de plus dans un pays pauvre – car les commentaires sur le coût de la vie ne renseignaient ni sur les problèmes propres aux transports de Rio ni comment ils grèvent le budget des couches populaires.

22Mais les concentrations d’articles et d’émissions dans le temps – et ceci n’est pas, loin s’en faut, propre à l’actualité brésilienne en France – correspondent d’abord aux événements politiques, comme les élections, voire même les campagnes électorales qui les précèdent. Dans le cas du Brésil, et dans les limites de la période étudiée dans les journaux, il s’agit du vote du Parlement, refusant les élections au suffrage universel, les « diretas já ». Notons que les manifestations massives qui précèdent ce vote contribuent à ce que la télévision prenne le relais de la presse (12 occurences en avril 84). A l’époque, seule la presse écrite rendra compte de la confirmation de Tancredo Neves comme candidat de l’opposition. Mais lors des élections « indiretas », la télévision, à son tour, se réfère à cet événement (8 occurences en janvier 85).

23Au-delà des événements qui appartiennent à la sphère du pouvoir, d’autres faits, imprévisibles mais chargés d’émotion, de drame, ou de violence, représentent eux aussi une valeur informationnelle sûre.

24N’est-ce pas, tant au Brésil qu’en France, le cas de la maladie du président Neves, des phénomènes de foule qui l’accompagnèrent et de tout ce qui entoura l’accession de José Sarney à la présidence de la République ?

25N’est-ce pas le cas de nombreuses manifestations politiques avec leur foule bariolée (pour reprendre un mot de L’Humanité) et chantante ?

26Ne sont-ce pas les manifestations d’août 83 qui propulsèrent dans l’univers médiatique français la sécheresse qui sévissait au Nordeste depuis bien longtemps ? (10 occurences à la télévision entre novembre 83 et janvier 84).

27Ce type de phénomène porte au rang d’actualité, de manière aussi éphémère que sensationnelle, certaines réalités.

28A côté de ces contingents, un autre type d’événements – les voyages officiels des présidents de la République – nourrit l’univers médiatique. Ainsi le voyage de François Mitterrand en 86 a suscité, dans les journaux dépouillés, une trentaine d’articles (dont un peu plus de la moitié concernant le rôle de la France dans le continent latino-américain, les autres étant surtout axés sur le Brésil). A la télévision, les images de la partie brésilienne de cette visite correspondent à 8 émissions ; mais si on les ajoute à celles diffusées lors de la visite de Valéry Giscard d’Estaing en 1978 (21 émissions) on dépasse la moitié des thèmes classés sous la rubrique « la France au Brésil ». Aussi peut-on affirmer que l’étude de l’information relative au Brésil en France renvoie en fait au mode de fonctionnement des médias.

29Les entretiens avec les journalistes et responsables de différents supports fournissent d’autres éléments empiriques sur la place accordée au Brésil dans l’information écrite et télévisuelle en France.

30Ainsi une majorité parmi ces journalistes considère que, du point de vue de l’intérêt porté aux nouvelles en provenance de l’étranger, l’Amérique Latine n’est pas prioritaire. L’espace médiatique s’ouvre respectivement aux deux grands : USA et URSS ; à la CEE ; et, ensuite, aux autres pays de l’Europe, occidentale d’abord ; enfin au Tiers Monde – l’Amérique Latine venant en 3e position après l’Afrique et le Moyen-Orient. Selon le service Amérique Latine de l’Agence France-Presse, la presse allemande utilise bien plus que la française les nouvelles latino-américaines. Quoi qu’il en soit, en France seuls trois abonnés – le Quai d’Orsay, Radio-France Internationale et le journal Le Monde – reçoivent les nouvelles en espagnol. Les dépêches concernant l’Amérique Latine sont en effet rédigées dans cette langue par les divers correspondants de l’AFP, y compris celles en provenance du Brésil. Les nouvelles distribuées en français aux autres abonnés ne sont donc qu’une sélection opérée quotidiennement sur l’ensemble de nouvelles disponibles.

31Deux types d’arguments justifient l’ordre de priorité donné aux nouvelles en provenance de l’étranger : les intérêts de l’État français – en termes de politique étrangère, de commerce extérieur ou de sport et donc d’industrie automobile – et l’intérêt du public. Retenons le second pour faire ressortir les considérations exprimées par Le Monde et par Libération c’est-à-dire, par les quotidiens accordant une part importante aux nouvelles de l’étranger. Le Monde met en avant son statut, « le plus grand journal international de langue française », dont une partie non négligeable de la diffusion se fait hors du territoire national. Libération considère qu’il s’agit avant tout de savoir-faire – ce qui revient à assumer activement le rapport média/public, tandis que dans les autres supports dominerait une attitude attentiste, que seuls certains événements viennent ponctuer. Aussi aux éléments fournis ci-dessus relatifs à la valeur informationnelle de certains types d’événements, ajoutons ce que dit le journaliste interviewé au Figaro : « si les pays veulent qu’on parle d’eux, il faut nous inviter ! Là ils sont sûrs d’avoir au moins un « papier » touristique – où l’on dira d’eux des choses positives ; après un délai, et à condition que l’on ait de la place, viendra probablement un autre papier où il sera question de ce qui se passe »... (citation non littérale).

32Tout en tenant compte de ces priorités d’ordre objectif, il ressort un élément unaniment admis : la particularité du cas brésilien. Celle-ci tient d’abord à l’importance de son territoire et de son économie. On considère qu’au Brésil les moments de difficulté ou de marasme recèlent, tout au moins potentiellement, des capacités sinon inattendues toujours surprenantes. A cela s’ajoute autre chose : la sympathie, confirmée régulièrement, dont jouit le Brésil en France.

33En effet, les entretiens avec les journalistes confirment ce qui revient presque sans faille à chaque fois lorsque, au hasard des rencontres, on parle du Brésil : « il fait bon y aller ». Parce que l’accueil des gens en général, des collègues en particulier, y est garanti. L’exemple contraire cité pour l’Amérique Latine est le Pérou. L’introduction de M. Henri Moniot sur le rapport à l’Autre permet de rappeler que la dominante occidentale de sa culture fait du Brésil un terrain où l’on évolue plus facilement qu’ailleurs... S’y ajoutent aussi, toujours selon des interviewés, « le meilleur rapport qualité/prix que l’on puisse trouver », les avantages du change parallèle et du climat, à Rio surtout !

34Ces aspects positifs semblent compenser ce qu’il y a de négatif : « le manque de sérieux au travail », l’inexactitude dans les horaires et la violence dans les grandes villes, où les tournages à l’extérieur deviennent un exercice périlleux.

35Dans l’effort que nous faisons tous, qui sommes réunis ici, pour cerner et comprendre les images du Brésil en France, il était bien évidemment indispensable de procéder à une étude des données concrètes, y compris en « faisant parler » des créateurs de messages. Nous venons de vous transmettre un aperçu de notre démarche et de ses résultats – et nous comptons sur vos critiques et suggestions pour enrichir l’une et l’autre.

***

36Au fur et à mesure que nous avançions dans cette étude, il devenait de plus en plus clair que les résultats obtenus ne pouvaient se comprendre sans une approche qui dépassât le cas du Brésil pour en faire une étude de cas relative au système français de messages, étude de cas basée sur l’information quotidienne, écrite et télévisuelle, sur le Brésil.

37C’est pourquoi nous voudrions revoir avec vous quelques notions relatives à la production de l’actualité, aux mass medias et à leur fonctionnement.

  • 6 A ce propos, cf. Maurice Mouillaud, « Note sur la production d’actualité et son rapport à l’histoi (...)

38Rappelons d’abord que l’actualité, telle que nous la transmettent les différents supports médiatiques, est issue de dispositifs qui mettent en rapport : des événements ; des acteurs – tous ceux qui travaillent dans la production et la publication de nouvelles ; des objets – les unités codées qui sont les informations ; des pratiques – celles des lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, constitués en « public » par les appareils médiatiques (ce que les débats récents sur Médiamétrie nous ont bruyamment rappelé) ; et enfin des mises en perspective – puisque ces dispositifs et les messages qu’ils produisent sont ancrés dans la formation sociale, ils sont des éléments de formes constantes et renouvelées d’interaction6.

39En s’emparant de certains événements, les appareils médiatiques (agences de nouvelles, journaux, télévision, réseaux cablés) les extraient de leur contexte, de leurs référents et en neutralisent la temporalité propre car, en les transformant en énoncés homogènes d’information, les médias impriment à chaque fait une synchronie qui n’est plus celle de la réalité dont ils font partie, qui n’est plus celle de leur contexte ; la synchronie se fait désormais par rapport à d’autres unités d’information.

40Ce sont donc des événements sélectionnés et individualisés, désormais événements médiatiques, actualité, que chaque support grand public (par opposition aux agences de nouvelles) va à son tour traiter et en programmer la publication, d’après sa politique rédactionnelle et, plus généralement, d’après ses propres conditions de production.

41Les entretiens avec les journalistes contiennent des éléments qui éclairent bien certaines règles de ces processus de production de l’actualité.

42Ainsi il est courant, après une période où on considère avoir beaucoup parlé d’un pays, de faire une pause pour « ne pas saturer le public ».

  • 7 Cf. ci-dessus p. 38 et tableau no 1

43Cette pause n’est donc pas celle des événements, ni même celle des événements médiatisés qui seraient transmis entretemps par les grandes agences. Il en va de même de la pause des vacances – à laquelle chacun est habitué, et que confirme le traitement des nouvelles de la télévision7. Mais d’après un autre entretien, les vacances seraient une période très propice pour « passer » des nouvelles sur l’Amérique Latine – la concurrence est alors moindre avec l’actualité relative aux pays médiatiquement prioritaires et même avec l’actualité franco-française.

  • 8 Entretien réalisé en avril 1987.

44C’est bien dans cette perspective que l’on peut comprendre que certaines questions importantes ne prennent une valeur informationnelle qu’à la faveur d’un type d’événement qui les hisse au niveau d’actualité. Nous avons fait référence à la question des structures agraires au Brésil ; il en va vraisemblablement de même pour « la vallée la plus polluée du monde » Cubatão, propulsée dans l’actualité par la catastrophe qui s’y déroula. Si les critères d’actualité s’appliquent avec tant de rigueur, comme le soulignent des journalistes, il ne reste pas moins que l’espace télévisuel s’ouvre quelquefois à des thèmes dont le principal intérêt, sinon le seul, est de montrer des images choc ou dépaysantes. Quelques émissions de TF1 nous ont ainsi montré les tours penchées de Santos (un ensemble d’immeubles dont les fondations sont visiblement de mauvaise qualité) ; les sauvetages par hélicoptères des baigneurs des plages de Rio ; les bordels proches du barrage de Itaipu ; et bientôt, à en croire le correspondant de TF1 à Rio, la contrebande de peau de crocodiles entre le Brésil et la Bolivie !8

45Par contre des questions aiguës et douloureuses sont en quelque sorte vidées de signification, devenues toile de fond pour différents thèmes, pour ne pas dire pour n’importe quel thème : n’est-ce pas le cas des bidonvilles, en particulier ceux de Rio et surtout ceux qu’un journaliste, le cas échéant, peut filmer de sa fenêtre ou lors d’une promenade ?

46Quoi qu’il en soit, pour clore ces éléments sur la production de l’actualité, revenons à la distribution dans le temps des articles de journal et des émissions de télévision.

47Sous la dénomination « sujets principaux » nous avons donc essayé de cerner et commenter les types d’événements porteurs, dont dérive l’actualité. Or, l’actualité est aussi un flux continu : sur des périodes de durée variable mais éphémère, les divers supports se relayent sans cesse pour en produire et reproduire chaque unité. Sur deux semaines la télévision a diffusé 62 émissions centrées sur la visite du Pape, total qui correspond à 10 % de l’ensemble des émissions où, sur 11 ans, il a été question du Brésil sur les 3 chaînes. Mengele, le nazi réfugié et décédé au Brésil, a été le sujet principal de 24 émissions, entre le 3 et le 23 juin 1985.

48Ce que j’appelerais la « cacophonie » est en fait une donnée constructive des moyens de communication de masse. En tant que public, nous le savons tous très bien ; l’étude des données en fournit des mesures significatives, les entretiens avec les journalistes le confirment et en donnent en quelque sorte le mode d’emploi. Chaque fois que j’ai interrogé ceux qui se trouvaient sur place comme correspondants sur leurs sources, la première citée sont les médias brésiliens, y compris par l’AFP. Celle-ci met en avant la TV-Globo, qui est en fait la Rede Globo (le réseau Globo) dont l’efficacité découle à la fois de la rapidité et de la fiabilité de l’information fournie – un atout dans « la lutte fratricide avec les collègues des autres agences », selon les mots du responsable au bureau brésilien de l’AFP.

49Ceux qui, à Paris, ne peuvent pas avoir recours à la presse brésilienne, pour cause de délais, de langue ou de coût, se réfèrent aux agences, en particulier l’AFP, pour « donner l’alerte » ; viennent ensuite d’autres médias, dont la presse étrangère, de langue anglaise, voire espagnole ; et enfin les collègues brésiliens en poste à Paris.

50Ce dernier type de source apporte sûrement un éclairage particulier : l’atout des connaissances de chaque journaliste sur son propre pays. A partir de cela, je voudrais rendre compte d’un aspect de l’entretien avec la journaliste de La Croix, qui parle de son réseau d’amis brésiliens – amis qui l’aident à se tenir informée et à mieux comprendre certains aspects de l’évolution de la société brésilienne. Aussi dans ses articles, la journaliste en question essaie en règle générale, de brosser un tableau, plutôt que d’aligner des faits, dont elle pense qu’ils « ne parlent pas d’eux-mêmes », vu la distance, le peu de connaissances sur l’Amérique Latine en France. Pour ne pas trahir ses propos, ajoutons qu’elle souligne qu’il s’agit là d’un choix qui s’appuie aussi sur la spécificité du public de son journal.

51Résumons-nous : y compris en intégrant les démarches personnelles des différents acteurs, l’actualité est faite d’un flux continu d’objets, d’énoncés codés qui se réfèrent surtout les uns aux autres et par là-même accentuent la « dé-contextualisation » (!) du fait ou de l’ensemble de faits qui en sont à l’origine. Rappelons-le : 75 % de l’information sur le Brésil à la télévision entre janvier 1975 et mars 1987 est donnée dans les journaux télévisés dont la brièveté, elle non plus, ne favorise pas la compréhension des faits et du contexte d’où on les a extraits.

  • 9 Morin Edgar, L’esprit du temps, vol. 1 : Névrose, 1962, 280 p. ; vol. 2 : Nécrose, 1975, 270 p.

52Mais ce qui « passe » de cette information contribue à forger ou à renforcer les images du Brésil chez ceux à qui elle s’adresse : ce Français moyen, unité syncrétique d’hommes, femmes, adultes, enfants, classes sociales, auquel, par chiffres d’audiences et sondages interposés, on prête « goûts et dégoûts » – pour reprendre le mot d’Edgar Morin9 ; c’est à partir de cet homme moyen que se construisent des contenus, c’est à lui que s’adressent les messages – tant et si bien que ce Français moyen, comme son confrère brésilien ou autre, se met à exister – il est le public.

53Pour attirer, élargir, « fidéliser » les publics – néologisme on ne peut plus signifiant – les différents médias diffusent des messages variés et standardisés – l’actualité. Ces messages à la fois se réfèrent à des événements devenus unités d’information et véhiculent des idéaux de vie, flattent l’imaginaire, misent sur tout ce qui pourrait fonctionner comme exutoire de pulsions et de désirs policés, interdits ou irréalisables – pour cause de normes, de valeurs, d’habitudes ou, plus prosaïquement, d’obstacles d’ordre socio-économique. Les faits divers sont la forme la plus accomplie de ces objets, y compris parce qu’ils font ressortir de manière saisissante la concurrence entre les diverses valeurs informationnelles.

54Notre étude de cas, l’information sur le Brésil, recèle des faits divers. Au premier degré : les inondations, à elles seules, sont parmi les 10 sujets les plus diffusés ; a fortiori si on y ajoute les autres catastrophes, naturelles ou non. Elles sont talonnées, voire dépassées, par les sujets où il est question de violence (de la police, des milices, des prisons), de faits choquants (vente de sang, d’organes, enfants abandonnés, bidonvilles) ou encore d’émeutes.

  • 10 Edgar Morin, op. cit.

55A propos de la culture de masse Edgar Morin parle d’une double polarité. Polarité négative, faite de thèmes porteurs de valeurs « masculines » – l’agression, le meurtre, l’aventure10. Autrement dit, ceux que l’on vient d’énumérer, ainsi que la plupart des sujets liés à cet immense « terrain d’aventures » qu’est l’Amazonie – où chercheurs d’or et Indiens se battent à la fois pour survivre et entre eux – secondés ou attisés par des hommes de main, capitalistes « sauvages », aventuriers ou porteurs d’uniforme.

56Polarité positive, à laquelle correspondent les thèmes porteurs de valeurs « féminines » : l’érotisme, l’amour, le bonheur. De quoi ne pas s’étonner de la fidélité de l’information envers le carnaval. Fidélité pour s’indigner contre le nombre de morts – et les surévaluer ! Le chiffre diffusé concerne l’ensemble de décès, y compris ceux d’une longue maladie, précise le responsable de l’AFP à Rio, qui s’en prend à la fois à ses clients qui passent outre à cette mise en garde et à la police brésilienne qui persiste à ne pas différencier les causes de mortalité.

  • 11 Cf. L’Humanité, 22.2.85 « Sur un air de samba ».

57Fidélité pour commenter le carnaval et en montrer des images chargées de musique, de sensualité et d’irrationnel – comme il ressort d’un des rares articles que L’Humanité consacre au Brésil11 !

  • 12 Sujets principaux d’après notre codification.

58La recherche du « merveilleux », y compris quand il est chargé de détresse et de violence, est un trait constant de l’information. Aussi elle affectionne certains espaces – l’Amazonie, surtout ; le Nord-Est – respectivement une quarantaine et une vingtaine d’émissions si on fait le total des sujets principaux12 s’y déroulant ; et Rio, son Pain de Sucre et son Christ, ses plages et leurs femmes, ses favelas et son samba, première toile de fond télévisuelle, tous sujets confondus. São Paulo, elle, espace où la modernité s’impose, où le dépaysement est presque nul et les débordements rares, est nettement défavorisée : une seule émission dont le sujet principal est ce pôle économique et l’agglomération la plus peuplée du pays.

59« Le plus grand pays catholique du monde » dont l’Église, à la pointe de la contestation, vit en harmonie avec les « orixás » et autres sectes envoûtantes ; où le carnaval annuellement et pendant 5 jours fait tout oublier, à tous, ou presque... Par son immensité et ses inégalités, de même que par certains traits de sa culture, le Brésil offre à l’actualité des thèmes qui permettent à l’homme moyen idéalisé par les médias de projeter ailleurs, dans l’Autre, ce qui lui est interdit ou, au contraire, de s’identifier à cet Autre, quand il s’agit de joie de vivre, de promesses du tropique ou de miracles économiques...

***

60L’espace accordé en France au Brésil, dans l’information comme dans le domaine des représentations sociales et de l’imaginaire est grand, et toujours teinté de sympathie. Cela se fait à la faveur d’une sélection qui privilégie certains aspects de la société au détriment de ce qui serait une vision plus équilibrée et plus complexe ; à la faveur aussi d’anachronismes, de stéréotypes, d’images qui se forgent, se charrient et acquièrent en quelque sorte une vie propre, réélaborée chaque jour par les divers réseaux de communication. Mais il ne reste pas moins que ces données de la pensée sociale courante portent souvent en elles la marque de questions graves et réelles. Quoi qu’il en soit, la démarche adoptée pour cette étude ne permettrait pas d’approfondir ces questions.

61Aussi, en guise de conclusion, je voudrais revenir sur la démarche qui, comme l’évoquait l’introduction, cherche à faire du thème d’études « images du Brésil en France » une réflexion à la fois sur le Brésil et sur la France.

62Cette table ronde m’a donné l’occasion de me pencher sur des matériaux qui relèvent du mode de fonctionnement des médias. Le travail porte, vous l’avez vu, sur les thèmes abordés par les médias français à propos du Brésil. Ces thèmes en eux-mêmes et la fréquence de leur occurrence sont ainsi à considérer parmi les données qui, ré-élaborées socialement, c’est-à-dire par ceux qui regardent la télévision, lisent la presse et en parlent, contribuent à forger les images du Brésil en France.

  • 13 Ana-Maria Montenegro,
    - « Le Brésil dans les manuels scolaires français » en collaboration et sous (...)

63Si ces thèmes sont un volet des images, il ne reste pas moins que seule une analyse de ce qui est dit par les médias à partir de ces thèmes (données et raisonnements) permettrait de mieux identifier telle ou telle manière de voir, telle ou telle image. C’est un autre travail, que j’espère pouvoir faire à propos des programmes de la télévision et qui viendrait élargir la recherche que j’ai menée sur les manuels scolaires et, surtout, sur la presse écrite. En effet j’ai analysé quelques-uns de ces textes : pour en étudier les thèmes développés et restituer les raisonnements qui les justifient et les articulent les uns aux autres ; pour essayer d’en saisir les référents. Dans cette perspective et pour essayer de développer des hypothèses de travail, je me suis tournée vers les théories du développement et les approches marxistes, dont les notions et des concepts largement répandus pouvaient m’aider à comprendre l’origine de certains raisonnements et schèmes récurrents. Je cherchais ainsi à cerner des éléments qui participent aux processus d’interaction par lesquels des faits sociaux et des théories s’y rapportant se transmettent et se transforment, modelés à la fois par des systèmes de référence et par des réseaux de communication. Autrement dit, comment se construit un autre « réel » ou, mieux, comment se construisent des images d’une réalité « autre »13.

64Mais bien d’autres paramètres seraient à considérer pour avancer dans l’étude de cas « le Brésil vu par les médias français » et dans l’analyse de ce que ces médias reflètent de la société dont ils participent.

65S’il faut parler d’une image du Brésil en France en m’appuyant sur les résultats de ce travail antérieur, je ferais référence à ce que l’on nomme souvent « les Brésiliens », voire « le peuple brésilien » – catégorie aussi idéaliste que « le Français moyen ». Je dirais d’une part que ce Brésilien moyen est dépeint comme quelqu’un qui s’apparente beaucoup à la cigale de la fable ; d’autre part que les traits qui lui sont attribués en font souvent un des principaux facteurs des difficultés de son pays, potentiellement si riche comme chacun sait... ! C’est dire que l’on privilégie ce qui seraient des explications ethno-psycho-sociologiques, qui de plus s’appliquent à un Brésilien moyen qui n’existe pas ! C’est dire que l’on fait l’économie de l’étude des formes par lesquelles se concrétisent les clivages et les injustices sociales que, par ailleurs, on ne méconnaît pas en France.

66Mais quelles que soient les images du Brésil en France, et pour les analyser, il faut aussi étudier et tenir compte des représentations des Brésiliens sur eux-mêmes, de même que des connaissances qu’ils produisent sur leur propre société. Car elles sont autant d’éléments qui aiguillent et participent à la perception qu’en ont les Autres. Cet Autre qui est l’ami français, quand il visite le Brésil, quand il en parle, quand il se met à l’aimer.

Notes

1 Fait en collaboration avec Philippe Henriot

2 Date limite pour obtenir le fichier de l’INA et présenter les résultats de l’analyse à la Table ronde de décembre 87

3 D’après 8 rubriques, à savoir : données socio-économiques, questions de politique intérieure ; aspects socio-culturels, comportements ; culture ; sports ; accidents et singularités ; le Brésil dans la scène internationale ; expatriés et aventuriers.

4 Après une lecture rapide de l’ensemble du texte et selon les éléments d’information apportés, certains articles – en particulier ceux portant sur les questions relatives à la dette extérieure brésilienne – ont été classés soit dans la rubrique « le Brésil sur la scène internationale » soit dans « questions politiques et socio-économiques ».

5 Ces événements se sont déroulés au-delà de la période analysée ici.

6 A ce propos, cf. Maurice Mouillaud, « Note sur la production d’actualité et son rapport à l’histoire » in FRITSCH, Philippe (sous la direction de) Le sens de l’ordinaire, Ed. du CNRS, 1983, pp. 119-128

7 Cf. ci-dessus p. 38 et tableau no 1

8 Entretien réalisé en avril 1987.

9 Morin Edgar, L’esprit du temps, vol. 1 : Névrose, 1962, 280 p. ; vol. 2 : Nécrose, 1975, 270 p.

10 Edgar Morin, op. cit.

11 Cf. L’Humanité, 22.2.85 « Sur un air de samba ».

12 Sujets principaux d’après notre codification.

13 Ana-Maria Montenegro,
- « Le Brésil dans les manuels scolaires français » en collaboration et sous pseudonyme (Reteilmont), Hérodote, no 4, 1976, Paris, pp. 135-150
- Images du Brésil. Un pays du Tiers-Monde dans la presse française, Thèse de 3e cycle, Université de Paris VII, 1983, 323 p.
- « Imagens do Brasil na imprensa francesa » Ciência e cultura, vol. 38, no 5, mai 1986, São Paulo, pp. 783-788
- « Le Brésil vu par la presse quotidienne française », in « Les massmédia en Amérique Latine », Annales des pays d’Amérique Centrale et des Caraïbes, no 6, 1987, Université d’Aix-Marseille III, pp. 136-162

Notes de fin

1 Avec la collaboration, en ce qui concerne le traitement informatique des données, de Gérard CAMPAN, ingénieur informaticien.

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Paris XII.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540