Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

Discours inaugural

Celso Furtado

Texte intégral

1Monsieur le Président Alain Poher, Président du Sénat,

2Monsieur le Ministre René Monory, Ministre de l’Éducation Nationale,

3Messieurs les Ambassadeurs,

4Mesdames, Messieurs,

5Cette Table ronde s’inscrit dans l’ensemble des manifestations du projet Brésil-France. Notre principal objectif est de contribuer à une meilleure et mutuelle perception des réalités complexes qui composent nos pays respectifs.

6Notre stratégie a consisté à montrer de grands ensembles qui permettent de connaître des segments significatifs de l’univers culturel brésilien. D’où l’exposition d’art populaire, en avril dernier, qui visait à dévoiler quelque chose de notre inconscient collectif sous la forme utilisée par le peuple pour exprimer librement ses désirs, laisser fleurir son imaginaire, relier culture et quotidien.

7La grande Rétrospective du Cinéma brésilien, d’ailleurs sans précédent par son ampleur et sa représentativité, a eu l’objectif également de montrer ce qui est propre à la créativité brésilienne, l’esprit d’expérience, le courage de rupture avec le conventionnel, la capacité d’improvisation dans le but de dépasser l’insuffisance des moyens et des techniques.

8A la fois créativité culturelle et organisation industrielle, le cinéma se prête particulièrement bien à révéler la problématique de la culture du monde actuel.

9La grande Exposition d’Arts plastiques que nous ouvrirons au public français la semaine prochaine, également sans précédent par son ampleur est la troisième face d’un polyèdre représentatif de la culture que nous construisons patiemment. Sa forme finale sera donnée par la grande exposition de 1989, année où nous fêterons un siècle de vie républicaine et dont l’objectif est de faciliter une vision d’ensemble de cette terre de contrastes où cohabitent des peuples originaires d’Europe, d’Afrique, d’Asie et de la propre Amérique, formant un pays continent encore en formation, aux contours pas toujours clairement définis mais dont l’identité est déjà manifestée vigoureusement.

10Parallèlement à ces manifestations et afin de mieux les unir, nous avons cherché à ouvrir un espace de réflexion et de dialogue sur la réalité brésilienne et la forme dont elle est perçue en France. Dans un premier temps, 15 auteurs brésiliens dont les plus représentatifs de la génération actuelle ont participé à des échanges et donné des impressions à l’intérieur et à l’extérieur du cadre universitaire de Paris. Un débat plus systématique recouvrant la réalité sociale, économique, politique et culturelle du Brésil sera organisé à l’occasion de la grande exposition de 1989.

11Mais avant de faire le bilan, nous devons nous interroger les uns les autres. Que savons-nous de nos réalités mutuelles ? Comment se présentent sous nos yeux ici et là les messages que nous nous envoyons mutuellement ? Cette Table ronde a pour finalité de tenter de répondre à des questions de ce genre.

12Dans le processus d’apprentissage par lequel nous devenons les membres d’une société avec une identité culturelle propre, nous recevons des informations qui cristallisent en notre esprit l’image d’autres sociétés. Nous devons également avoir le souci d’aborder de façon critique ce flux d’informations codifiées et de contribuer ainsi à les enrichir et à les actualiser.

13Depuis la publication des Lettres Persanes de Montesquieu, nous savons qu’observer une autre culture peut être la meilleure façon d’atteindre sa propre conscience critique. L’aventure dans laquelle nous nous lançons à la découverte de l’autre est toujours un exercice d’auto-purification, d’avance vers une prise de conscience de ce que nous sommes. Que nous ayons pu organiser cette Table ronde, travail d’auto-critique à quatre mains, constitue la preuve de la haute estime que nos peuples se vouent mutuellement. Sans cette « empathie », on n’obtient aucune connaissance authentique de la réalité de l’autre culture.

14Mes remerciements vont à tous ceux qui ont collaboré à faire de cette initiative un événement culturel de grande portée pour le rapprochement de nos peuples.

15En particulier l’Institut des Hautes Études d’Amérique Latine et la Maison des Sciences de l’Homme.

16Mes remerciements vont aussi à Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale, Monsieur René Monory qui m’a fait l’honneur de m’inviter à co-parrainer le présent colloque.

Auteur

Ministre de la Culture

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540