Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

Allocution d’ouverture

René Monory

Volltext

1Monsieur le Ministre, Messieurs les Ambassadeurs,

2Mesdames, Messieurs,

3Je me réjouis de pouvoir ouvrir la Table ronde sur les « Images réciproques du Brésil et de la France », et je remercie Monsieur le Président Poher, ainsi que Monsieur le Sénateur Habert, de nous offrir le cadre prestigieux de la salle Médicis pour l’accueil de cette manifestation scientifique.

4J’y salue avec plaisir Monsieur Celso Furtado, Ministre d’État du Brésil, chargé de la Culture, qui nous a fait l’honneur de parrainer ce colloque et d’y participer, ainsi que Messieurs Josué Montello, Ambassadeur du Brésil auprès de l’UNESCO, et Antonio Carlos Coelho da Rocha, Ministre chargé d’affaires du Brésil.

5Mes remerciements vont également aux deux commissaires brésilien et français, Messieurs Henrique Valle et Robert Richard.

6Le projet intergouvememental France-Brésil, vise à faire progresser de manière significative les relations entre nos deux pays. Il répond à deux objectifs bien précis : favoriser une meilleure connaissance réciproque de la France et du Brésil, valoriser les résultats de la coopération entre nos deux pays.

7La Table ronde sur les Images réciproques du Brésil et de la France s’inscrit totalement dans cette perspective. Elle doit permettre à tous ceux qui contribuent à l’élaboration et à la diffusion des représentations des deux pays, spécialistes des médias, enseignants et chercheurs, écrivains et artistes, acteurs de la coopération, de prendre conscience de certaines distorsions entre les idées reçues, les stéréotypes et les réalités effectives des pays, ici et maintenant.

8Les relations entre la France et le Brésil souffrent en effet de ces distorsions qui génèrent dans les opinions nationales une mauvaise connaissance de l’autre pays et notamment de ses évolutions récentes.

9Cette table ronde sera réussie, si elle parvient à contribuer, grâce à la mobilisation de participants de qualité, à une meilleure appréciation, à une prise en compte plus juste des réalités brésiliennes et françaises. Cette reconnaissance réciproque de nos identités est indispensable au développement d’une coopération franco-brésilienne équilibrée, à bénéfices mutuels.

10La manifestation d’aujourd’hui est l’un des temps forts d’une dynamique lancée par les deux ministères de l’Éducation Nationale. Je voudrais rappeler ici certaines des actions engagées qui constituent autant d’étapes significatives de notre coopération :

11Je citerai d’abord les échanges de professeurs brésiliens de français, et de professeurs français de portugais, soutenus par les Associations d’enseignants des deux pays, qui ont largement contribué à l’effort de connaissance mutuelle du Brésil et de la France ; leurs représentants sont dans cette salle, puisque cette Table ronde s’inscrit en quelque sorte dans la suite logique de leur action.

12J’évoquerai ensuite le concours organisé dans les établissements scolaires français sur la perception culturelle du Brésil par nos jeunes générations.

13J’ai présidé avec grand plaisir, au mois de juin dernier, à la remise des prix aux lauréats de ce concours qui a mobilisé plusieurs centaines d’élèves en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer.

14Cette intention de mieux faire connaître le Brésil dans les milieux de création scientifique, et de dynamiser les recherches sur sa réalité contemporaine, m’a conduit à créer comme je l’avais annoncé en avril dernier, lors de ma visite officielle à Brasilia, une chaire d’histoire du Brésil à l’Université de Paris IV. Cette chaire constituera un élément important pour la coopération universitaire avec le Brésil, et plus largement, pour la structuration du « Réseau Amérique Latine », dont l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine est l’un des pivots majeurs. De la même façon, la Maison des Sciences de l’Homme de Paris contribue de manière positive, grâce à son programme d’échanges franco-brésiliens, à construire et à enrichir nos relations.

15Je tiens aussi à souligner que le Comité Français d’Évaluation de la Coopération Universitaire avec le Brésil, le COFECUB, organisme placé sous la double tutelle de mon Département et du Ministère des Affaires Étrangères, s’est impliqué activement dans cette Table ronde. Il y représentera cette coopération efficace menée depuis bientôt dix ans avec son homologue brésilien, la Coordination pour la formation des Personnels de l’Enseignement Supérieur – la CAPES – et les universités brésiliennes, dans le domaine de la formation supérieure intégrée à une recherche conjointe. Et je me réjouis du nombre important de jeunes Brésiliens qui poursuivent leurs études de3e cycle en France. Le Brésil se situe ainsi, dans ce domaine, avec plus de 1 100 étudiants, au tout premier rang des pays partenaires non francophones.

16Cette manifestation regroupe des participants qui représentent tous les niveaux du système éducatif. Elle a été organisée avec le concours de la Direction des Affaires Générales, Internationales et de la Coopération, avec celui de l’Inspection Générale de l’Éducation Nationale, avec celui du Centre National de Documentation Pédagogique, avec celui, enfin des deux établissements supports de l’organisation du colloque que sont l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, avec son Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, et la Maison des Sciences de l’Homme. Nombre d’universitaires et d’enseignants des collèges et des lycées ont également contribué à sa préparation, soit personnellement, soit au travers de leurs associations et en particulier l’Association pour le Développement des Études Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie Lusophones (ADEPBA). Je tiens à les remercier tous de leur aide.

17Cette réunion témoigne aussi de l’ouverture naturelle des milieux éducatifs sur la société tout entière. Je tiens en particulier à remercier de leur intérêt et de leur présence parmi nous tous les représentants des mondes de la culture, des médias, de la recherche et de la technologie.

18Je souhaite vivement qu’une manifestation analogue soit organisée au Brésil l’an prochain, dans le prolongement logique de la Table ronde d’aujourd’hui axé plus particulièrement sur les sciences humaines. Une place plus importante pourrait alors être réservée aux sciences, à la technologie et à l’économie. Une telle initiative permettrait d’élargir les champs de coopération actuels et d’approfondir les échanges dans lesquels nos deux pays sont déjà engagés.

19Je remercie enfin tout particulièrement Monsieur Celso Furtado, qui a tenu à participer à cette réunion en sa double qualité de Ministre d’État chargé de la Culture et d’universitaire, ainsi que Monsieur Eurico de Freitas, Conseiller culturel de l’Ambassade du Brésil, dont le concours efficace a été précieux pour la préparation de ces journées.

20Je déclare ouverte la Table ronde, et souhaite que les trois journées de travail qui vont se dérouler contribuent à renforcer les relations déjà fécondes et confiantes entre le Brésil et la France.

Autor

Ministre de l’Education Nationale

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540