Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

Les images réciproques du Brésil et de la France

Solange Parvaux und Jean Revel-Mouroz

Volltext

1Le projet intergouvememental France-Brésil a pour objectif général de favoriser une meilleure connaissance réciproque, ainsi que de valoriser et développer la coopération entre les deux pays.

2La Table ronde sur les « Images réciproques du Brésil et de la France », retenue tant par la partie française que par la partie brésilienne parmi les opérations prioritaires du projet France-Brésil s’est insérée précisément dans cette perspective.

3Le Ministère de l’Éducation Nationale en a pris l’initiative et en a assumé le pilotage au travers de la Direction des Affaires Générales, Internationales et de la Coopération – DAGIC –, avec la collaboration de l’Inspection Générale et d’institutions et organismes sous sa tutelle : le Centre National de Documentation Pédagogique, l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine de l’Université de Paris III, ainsi que la Maison des Sciences de l’Homme de Paris.

4Les Commissaires Généraux successifs du projet France-Brésil, Messieurs les Ambassadeurs Henrique Rodrigues Valle Junior pour le Brésil et André Lewin et Robert Richard pour la France, ont joué un rôle décisif dans sa préparation et pour sa réussite.

5Le Ministère des Affaires Etrangères l’a appuyée et le Président du Sénat, M. Alain Poher, l’a parrainée et honorée de sa présence.

6Cette opération a été menée en étroite collaboration avec le Ministre d’État brésilien chargé de la Culture, M. Celso Furtado, qui non seulement a donné son patronage, assuré la coprésidence de la séance d’ouverture, avec M. René Monory, Ministre de l’Éducation Nationale, et conclu le colloque, mais, en tant que scientifique, a participé aux débats de plusieurs séances.

7Le Ministère de l’Éducation du Brésil a également apporté son concours direct, avec la participation du Directeur Général de la Coordination de la Formation des Personnels de l’Enseignement Supérieure – CAPES, Monsieur Edson Machado de Sousa, du Directeur de la Fondation d’aide à l’étudiant, M. Carlos Pereira de Carvalho qui ont, tous deux, présenté des communications très remarquées.

8Il a par ailleurs facilité l’enquête sur l’image de la France, menée au Brésil en milieu scolaire par les Associations des professeurs de français, opération symétrique de l’enquête sur l’image du Brésil menée en France en milieu scolaire et confiée à l’Association pour le Développement des Études avec le Portugal, le Brésil, l’Afrique et l’Asie lusophones (ADEPBA).

9Cette Table ronde a constitué l’une des contributions importantes du Ministère de l’Éducation Nationale au projet France-Brésil, avec :

  • le concours sur le Brésil organisé en France dans les établissements scolaires, dont les prix ont été décernés aux lauréats par le Ministre en personne, au mois de juin 1987 ;

  • la création d’une chaire d’histoire du Brésil à l’Université de Paris IV, comme suite à la décision prise par le Ministre lors de sa visite officielle au Brésil en avril 1987.

10Elle a rassemblé plus de trois cents personnes, Français et Brésiliens, responsables et acteurs à différents niveaux des systèmes contribuant à la constitution et à la diffusion des images, comme l’Éducation (universitaires, enseignants du primaire et du secondaire, auteurs de manuels), la Coopération culturelle, scientifique et économique (diplomates, scientifiques, dirigeants d’entreprises), et bien entendu les milieux de l’information et des médias (journalistes, responsables à la radio et à la télévision).

11Dans leurs conclusions, le Ministre d’État chargé de la Culture, Monsieur Celso Furtado et Monsieur l’Ambassadeur Robert Richard ont souligné l’originalité et l’ampleur des objectifs de ce colloque qui cherchait à démonter et à démontrer les mécanismes de constitution des Images entre la France et le Brésil, dans toute leur complexité et leur diffusion, en faisant appel à des spécialistes et des acteurs de tous les secteurs impliqués.

12Les relations entre la France et le Brésil souffrent des idées reçues, des stéréotypes où les réalités contemporaines respectives sont exagérément simplifiées ou déformées. Les opinions nationales de chacun des deux pays, marquées par des images très souvent dépassées, méconnaissent les évolutions de fond, n’enregistrent que des images extrêmes : le Brésil du Carnaval ou du « roi Pelé » oblitère l’émergence de ce pays comme huitième puissance industrielle mondiale. Ces images du Brésil se sont forgées au cours du temps et plusieurs communications au colloque ont montré que, dans le cas de l’Amazonie, ces mythes se sont construits dès le XVIe siècle, qu’un fonds littéraire les a progressivement sclérosés et qu’ils se maintiennent dans le subconscient et l’imaginaire des gens. Un nouveau souffle leur est donné par la télévision, qui revivifie certains mythes comme l’a encore tout récemment confirmé la prestation télévisée d’un chef indien Kayapo.

13Quant à la France, elle est le plus souvent reconnue comme le pays de la haute couture et des vins célèbres plutôt que comme la cinquième puissance économique de la planète ou encore la troisième puissance spatiale. C’est cette image qui est confirmée avec beaucoup d’humour dans les dessins proposés par les élèves de l’enquête menée au Brésil en vue du colloque, et dont certains sont reproduits dans cet ouvrage.

14La Table ronde avait donc pour objectifs :

  • de contribuer à une meilleure appréciation des réalités brésiliennes et françaises par une opération d’actualisation de ces images réciproques, en s’attachant à en analyser les mécanismes de formation et en proposant des méthodes pour en corriger les déformations ;

  • d’amorcer, sur un plan volontairement opérationnel, des actions à moyen et à long termes susceptibles d’équilibrer et d’enrichir la coopération entre les deux pays. Comme le rappelait Monsieur le Ministre Celso Furtado dans son discours de clôture : « C’est par la coopération que l’on peut vraiment arriver à l’image réciproque, à améliorer, à perfectionner, à approfondir l’image que l’on a de l’autre.

15La coopération permet la présence, c’est-à-dire d’être là, de vivre le pays, de le connaître dans toute sa complexité, phénomène que l’on peut saisir par l’analogie, mais jamais par l’analyse ».

16Il s’agissait aussi pour le ministère français de l’Éducation Nationale d’analyser quantitativement et qualitativement la place que le Brésil occupe dans les programmes officiels d’histoire-géographie et de portugais, voire de français, et dans les manuels d’enseignement correspondants, d’amorcer une évaluation des échanges au niveau de la recherche universitaire et de favoriser le maintien d’une capacité de développement des connaissances sur ce pays.

17La préparation de la Table fonde s’est faite durant une année au sein de trois commissions (Pédagogie, Médias, Sciences et Technologie) coordonnée par Jean Revel-Mouroz, Directeur de Recherche au CNRS et Consultant à la DAGIC et Solange Parvaux, inspecteur général de portugais qui a animé les équipes chargées des recherches méthodologiques et des enquêtes en milieu scolaire, définies et réalisées spécifiquement en vue du colloque.

18Le comité de pilotage comprenait également M. de Marigny, responsable des Relations internationales au Centre National de Documentation Pédagogique, M. Bernard Poli, chargé de mission à la DAGIC, et M. Lamartine Venance, chef du bureau de la Coopération et du Développement à la DAGIC.

19Le secrétariat technique de la Table ronde a été assuré par Mmes Michèle Arrué, Balland, Carmen Falconnet, Mona Huerta, et par MM. Patrice Mélé et Raymond Safon.

20La Table ronde s’est déroulée à Paris les 3-4 et 5 décembre 1987, dans la salle Médicis du Sénat, en abordant successivement :

I. L’Image du Brésil au quotidien. L’impact des médias d’information (presse et télévision),

II. La construction de l’Image du Brésil dans l’héritage culturel français,

  • médias culturels (littérature, cinéma, musique),

  • transmission des images dans le système éducatif,

III. L’émergence du Brésil : une nouvelle image ?

  • image culturelle (télévision, arts plastiques, traductions littéraires),

  • image scientifique et technologique (domaine des sciences sociales, coopération scientifique, témoignages d’acteurs de la coopération).

21Elle a plus particulièrement traité des aspects culturels, pédagogiques et des sciences sociales, sans toutefois oublier pour autant les aspects technologiques et économiques qui devraient être développés dans un prochain colloque au Brésil, suivant la logique même de réciprocité dans laquelle il s’inscrit.

22Elle s’est attachée également plus à l’image du Brésil en France qu’à l’image de la France au Brésil, thème que doit reprendre le colloque réciproque.

23Au total c’est une soixantaine de communications, synthèses et rapports qui ont été présentés et que l’on retrouve dans l’édition des Actes, à l’exception de deux ou trois dont le caractère oral, une forte composante iconographique ou le support vidéo ne pouvaient malheureusement pas être intégrés pour des raisons techniques ni retranscrits dans un texte écrit, un paradoxe pour un colloque sur les Images ! C’est le cas de l’enquête vidéo réalisée par le CNDP, de l’exposé des étudiants d’HEC, de la communication sur les images des médias publicitaires, qui avaient été accueillis avec un très vif intérêt.

24Un certain nombre de communications et de compte-rendus de débats sont des transcriptions d’enregistrements pris sur le vif, ce qui pourrait expliquer certaines imperfections dans la forme.

25La grande majorité des communications ayant été présentées en français, la publication bilingue des Actes de la Table ronde, seule formule correspondant à la philosophie de la réciprocité qui a guidé tout le projet, a représenté un nouveau défi tant technique que financier. La participation exemplaire de la CAPES grâce à l’impulsion de son Directeur général, M. Edson Machado de Sousa et le soutien permanent de la DAGIC ont rendu possible le long travail de rédaction, traduction, édition.

  • 1 Association pour le Développement des Etudes Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie Lusopho (...)

26Les deux signataires de cette introduction ont assuré la coordination de cette édition, Solange Parvaux assumant en particulier la lourde tâche de coordination des traductions, avec l’aide de l’ADEPBA1 et d’un groupe de traductrices, Mmes Dominique Dreyfus, Ligia Ferreira, Marie-Christine Giust, Ruth Lepine, Elisalva Oliveira-Joué, Jacqueline Penjon, Leyla Perrone Moisés, Clélia Piza, Anne-Marie Quint.

27Nous remercions tous ceux qui ont contribué à la révision des traductions, notamment les auteurs brésiliens de communications écrites en français. Toutefois nous regrettons de ne pas avoir pu contacter certains d’entre eux qui se trouvaient au Brésil.

28A ce stade l’Ambassade du Brésil à Paris a apporté un appui précieux, par les conseils de son Conseiller Culturel, M. Eurico de Freitas et les révisions faites par Mme Claudia Laux. Notre gratitude va aussi à Monsieur le Professeur Jean Orecchioni qui a accepté la tâche ingrate de la relecture finale.

29Le secrétariat de rédaction était assuré par Michèle Arrué.

30Enfin la maquette de la couverture de l’ouvrage, destinée à identifier la réalité d’un travail en commun franco-brésilien, a été conçue par Mme Valderez Coelho da Paz.

Endnoten

1 Association pour le Développement des Etudes Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie Lusophones.

Autoren

Inspecteur général du Ministère de l’Éducation Nationale de portugais

Directeur de recherche au CNRS et directeur du CREDAL (Institut des Hautes Études d’Amérique Latine, Université de Paris III)

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540