Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Conclusion

Texte intégral

1La phonologie et la grammaire du F. H. sont constamment soumises à deux forces : l’une qui tend à le maintenir dans l’état où il est transmis par l’enseignement, l’autre qui le pousse vers les innovations. La première, la tradition grammaticale et le livre en général, agit plutôt sur le parler des couches les plus cultivées ; la seconde, le créole, exerce de préférence son influence sur le langage des gens de moyenne culture qui, eux aussi d’ailleurs, ont reçu pendant une dizaine d’années, l’empreinte de l’enseignement grammatical.

2En phonologie, nous retrouvons dans le système consonantique les mêmes oppositions pertinentes que celles du français normal : par exemple p s’oppose à b comme sourde, à m comme non nasale, à toutes les autres consonnes comme bilabiale, etc.

3La tendance conservatrice se manifeste par le maintien de l’h aspiré, dont le rendement phonologique, lorsqu’on l’oppose à l’absence d’aspiration, est à peu près nul.

4Les innovations que l’on peut observer dans le système consonantique sont, non point phonologiques, mais phonétiques. Nous avons noté dans la réalisation des phonèmes une certaine mollesse d’articulation, un manque d’énergie, une tenue insuffisante qui a abouti à la réduction de r français à un son voisin de w.

Les oppositions pertinentes du système vocalique se retrouvent aussi à peu près identiques dans les deux langues, français d’Haïti et français normal (v. notre tableau des voyelles, p. 65). Mais ici la tendance conservatrice est encore plus manifeste. Tandis que l’opposition Image/òe (brin/brun) s’est complètement neutralisée, effacée à Paris, elle s’est maintenue en F. H. sans aucune difficulté, malgré son rendement phonologique plutôt faible. Il en est de même de l’opposition é/è en finale accentuée : alors qu’elle tend à se neutraliser à Paris, au profit de é, elle garde toute sa force en F. H., notamment dans les prétérits opposés aux imparfaits de la conjugaison dite vivante : je donnai/je donnais ; dans les futurs opposés aux conditionnels : je donnerai/je donnerais.

5Par contre, d’autres oppositions, o/ò dans môle et molle, oe/oè dans jeûne et jeune ; a antérieur/a postérieur dans patte et pâte, sont négligées et se perdent en F. H., tandis que, suivant l’enquête Martinet, la grande majorité des Parisiens les maintiennent.

6La tendance à prononcer la variante e caduc dans un grand nombre de cas où le Parisien le laisse tomber est encore un des traits caractéristiques de la phonologie du F. H.

7En grammaire, la tendance conservatrice apparaît dans la survivance de certaines formes et fonctions qui, ou bien n’existent plus, ou bien sont en décadence dans le français de Paris (bien de ; soi représentant le nom d’un être particulier même dans la langue courante ; extension de l’emploi de qui prépositionnel et de quoi prépositionnel ; maintien du prétérit dans la langue parlée ; avant que de, devant que, etc.).

8Les innovations sont cependant assez nombreuses dans les fonctions, sinon dans les formes. Le F. H. n’a emprunté au créole qu’un tout petit nombre de morphèmes : ma part, ta part, sa part se substituant dans les couches peu cultivées à : le mien, le tien, le sien, la mienne, la tienne, la sienne ; donner, comme auxiliaire de l’impératif et vouloir comme auxiliaire du futur prochain et de l’éventuel ; quelques marques de relation : quant à pour, depuis à (l’âge de...), même que « même si » ; en cas que « au cas où » ; la tendance à antéposer le complément d’objet premier au verbe dans le langage parlé.

9Les effets du bilinguisme se sont principalement manifestés dans le fait que des formes du français ont été employées dans des fonctions nouvelles : la forme non marquée du verbe qui suffit en créole pour exprimer, suivant le contexte, le présent, le passé duratif et le perfectif, est purement transposée dans la phrase française où ces différentes fonctions déterminent différentes formes ; de là les énoncés : depuis le 24 décembre je commence à boire (dit le 9 janvier suivant), tu as bu tandis que j’ai les yeux tournés, je fais un bon voyage (écrit par une personne arrivée à destination depuis plusieurs jours).

102) Les verbes qui semblent répugner à la transitivité directe en français normal ou bien que le français normal a pris l’habitude d’employer comme transitifs indirects, s’emploient avec un complément d’objet premier en F. H. : jouir l’hospitalité, pour plaire leurs amants.

113) Des prépositions françaises ont pris des valeurs nouvelles : dans et en servent à marquer l’origine ou le point de départ du mouvemnet : Des chiffres que j’ai tirés dans le Moniteur ; les deux autres grands grammairiens sont sortis en Amérique... d’Amérique plutôt.

12Quant au lexique, qui est soumis à l’action de trois forces : la tradition, le créole et l’anglais, il éclate de toutes parts pour accueillir des mots nouveaux, des sens nouveaux et des images transposées de la langue populaire. Dans la mesure où le lexique porte témoignage du passé d’un peuple et du mode de présence au monde d’une communauté donnée à un moment donné de sa vie, le vocabulaire du F. H. conserve l’empreinte de toutes les races et de tous les peuples que les hasards de l’histoire ont amenés sur le sol d’Haïti pour s’y affronter et y mêler leur sang, leurs mœurs, leurs croyances, leurs coutumes. Le lexique du français normal s’y est enrichi d’une masse de vocables nouveaux nécessaires à l’expression d’une « culture » différente au sens que les anthropologues donnent à ce mot.

13Les particularités que nous avons étudiées au cours de ce travail rendent-elles la communication difficile entre l’Haïtien et le Français ou l’étranger francophone en général ? Les faits attestent le contraire. La mollesse articulatoire, que nous avons signalée dans la réalisation des consonnes, de l’r en particulier, et l’extrême faiblesse de l’accent tonique peuvent constituer une gêne au départ. Mais, au contact du Français, l’Haïtien adapte très vite sa phonologie. Il demeure néanmoins souhaitable que l’enseignement mette davantage l’accent sur l’aspect phonique du français et s’applique à redresser les écarts constatés.

14Les différences de caractère grammatical, si nombreuses soient-elles, n’ont jamais gêné la communication entre Haïtiens. Mais nous ne savons pas quelle est la réaction d’un Français, au strict point de vue de la compréhension, à un énoncé comme : Quand je vomis, je me mettais à genoux ; ou bien : Pourvu qu’elle soit bien élevée, elle me comprend, je pourrai vivre avec elle ; ou bien encore : Dites à L... de sortir dans la cuisine avec l’enfant ; ne jouez pas dans le papillon, ne jouez pas dans le soleil.

15Les mots nouveaux du lexique paraissent nombreux. Mais, en face du vocabulaire du français normal qui est aussi celui de l’Haïtien, ils ne représentent pas une quantité énorme. Celui qui les emploie, en parlant ou en écrivant, prend soin du reste de les expliquer ordinairement à son interlocuteur. Les déviations sémantiques constituent une difficulté plus sérieuse pour la communication. D’abord, elles sont généralement inconscientes : il ne peut être question, par exemple, pour le locuteur d’expliquer le sens nouveau qu’il attache à colloque, puisqu’il n’a plus conscience du sens premier. D’autre part, elles portent en partie sur le vocabulaire des sentiments et des idées générales pour lesquels les mots devraient être exacts comme les chiffres (colloque, dilection, décomposition, mortalité, tromperie, vices, vicieux) ; enfin, dans la vie sociale, elles peuvent occasionner des bévues regrettables : interner un malade, si courant en Haïti, se charge en France d’une nuance désagréable ; il en est de même de : je suis irrité ou de : il est malhonnête au sens de : peu serviable. Là aussi, il est souhaitable que l’enseignement travaille à opérer la rectification du vocabulaire sans essayer de frapper d’interdit les mots nouveaux qui sont indispensables et qui constituent en définitive un enrichissement pour la langue française.

16A ces conditions, le français restera un instrument de communication de plus en plus efficace et le trait d’union entre deux peuples qui, séparés par l’océan, demeurent liés par l’histoire et des idéaux communs.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540