Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Troisième partie. Le lexique

Chapitre III. Les traces de la langue classique

Texte intégral

1Nous avons groupé dans ce chapitre les survivances classiques qui ont pénétré jusque dans le français parlé et dans la langue du journalisme et qui nous sont venues par la voie savante : on n’aurait pas pu, en bonne logique, les ranger parmi les haïtianismes.

2La réunion dans un même chapitre des faits ci-dessous exposés aura en outre pour résultat de mettre en évidence l’un des aspects les plus frappants du français d’Haïti : la survivance de mots et de tours qui ont déjà vieilli dans le français de Paris (faits décadents du vocabulaire).

  • 1 Nouv. 24, 25/10/1952-1-4.

3Nos visiteurs et nos amis français ont souvent souligné cette saveur un peu ancienne de notre parler. C’est tout récemment encore que l’ambassadeur de la France à l’O. N. U. félicitait notre délégué, M. E. Chauvet, de parler la langue française « dans le style le plus pur du xviie siècle »1. Cette impression est confirmée par les aveux des Haïtiens eux-mêmes. Dans La République d’Haïti et ses visiteurs, publié à Paris en 1883, Louis Joseph Janvier avertit le lecteur en ces termes : « D’ailleurs M. Cochinat ayant été insolent envers mes concitoyens et mon pays, et ce burlesque personnage écrivant plutôt en argot qu’en français, je laisse là le style sucré du xviie siècle et vais employer, en m’adressant à lui, un langage moins recherché et plus brutal » (op. cit., p. 43-44). Le témoignage de M. Léon Laleau à propos d’Edmond Laforest, n’est pas moins catégorique : « Ceux-là n’avaient certainement aucune idée de la vie d’Edmond Laforest qu’étonnait son arrivée à l’Inspection générale (de l’Instruction Publique). Aussi leur satisfaction n’eut-elle d’égale que celle qu’ils éprouvèrent à admirer quelques jours plus tard Edmond Laforest interrogeant les candidats au certificat de fin d’études secondaires classiques. Ils se rendirent tout de suite compte qu’il ne possédait pas seulement ses classiques. Ils lui étaient familiers si vrai qu’on retrouvait quelques-unes de leurs tournures dans son langage et aussi quelques-uns de leurs mots, avec leur sens de jadis comme si la patine de plus de deux siècles n’avait pas atténué leur éclat ni affaibli leur valeur » (Edmond Laforest in La Relève, P.-au-P., février-mars 1938).

4Nous avons déjà noté que la langue française est surtout pour nos compatriotes un instrument de culture et qu’elle se maintient principalement par le livre et l’école. Étant donné la place qu’occupaient les classiques du xviie siècle dans la formation d’un Haïtien qui a fréquenté l’école vers 1885, il n’est pas étonnant que l’on retrouve leur empreinte dans son langage et dans ses écrits.

5Cependant l’examen des faits révèle qu’on a plutôt exagéré cette influence des écrivains classiques sur le français d’Haïti. D’abord elle n’est plus si facilement décevable dans la conversation. Il est vrai que la phrase parlée d’un Haïtien cultivé est souvent articulée comme la phrase d’un livre. Ce que dit M. Jean F. Brierre à propos de M. Stephen Alexis pourrait s’appliquer à plus d’un : « Sa phrase semble avoir été écrite quelque part et burinée à l’avance... » (Nouv., 27 nov. 1952 — 1-7). Il est également possible de surprendre dans notre parler courant des mots qui ont plutôt leur place dans les livres. Un jeune instituteur (d’environ 25 ans) que nous allions dépasser une fois sur une route publique, voulant nous demander une place en voiture, nous a dit : « Je vous demanderais de m'octroyer une place qu’il vous plaît. » De même, un étudiant, à qui on demandait de faire partie d’un club littéraire, a répondu à ceux qui le sollicitaient : « Qu’est-ce que cela implique pour moi ? » Mais les faits de lexique représentant des traces de la langue classique ne sont pas très abondants dans le français parlé de nos jours en Haïti. Il nous est arrivé assez rarement de noter des phrases comme celles-ci : « Voilà qu’on vient me quérir » (une institutrice d’enseignement primaire supérieur) ; je m’en vais quérir la réponse ce soir (un acteur, 55 ans environ). Avant même que d’être à ce département... (un Secrétaire d’État). Souventes fois j’ai attiré son attention là-dessus : Par ainsi vous évitez bien des ennuis. Je n’ai pas l’heur de lui plaire.

6C’est plutôt la langue écrite qui manifeste la tendance à garder des termes qui vieillissent ou qui sont sortis de l’usage en France. Cette tendance est du reste beaucoup moins marquée dans les œuvres contemporaines que dans celles d’avant 1900.

7Voici les archaïsmes du lexique les plus courants que nous avons pu relever dans la langue parlée et écrite d’aujourd’hui (langue du journalisme et langue littéraire). Cette liste comprend, à côté de termes anciens ou qui ont gardé leur ancienne signification, des termes rares ou sortis de l’usage.

8Archidiocèse : diocèse principal, où siège d’un archevêque : Le dimanche 28 septembre ou le dimanche 12 octobre, dans toutes les paroisses de l’archidiocèse et chapelles ayant chapelain la quête sera faite au profit de toutes ces paroisses sinistrées (Appel de l’évêque auxiliaire de P.-au-P. in Nouv., 13/9/1958 — 1-8).

9Demoiselle : Mes compliments pour votre demoiselle (J. F., le 5/7/1953).

10Dextre : au sens de main droite : Et cette clientèle, dans son ensemble, appartenait à la catégorie sociale d’où l'on recrutait les citoyens qui de la dextre présidentielle, recevaient les Aventures de Télémaque et Simon de Nantua (E. Brutus, Inst. Publ. en Haïti, p. 69).

11Épousailles (= célébration d’un mariage, mariage). Si votre femme, élégante et réservée au moment des épousailles, devient, après quelques années, vache de corps et de caractère... (Zinglins, avril 1944, p. 7). Heureuses épousailles : Mardi après-midi, 4 décembre... ont été célébrées en l’église paroissiale du Sacré-Cœur de Turgeau les épousailles de la gentille et sympathique Mlle E. B. avec le sous-lieutenant J. B. (Le Matin, 8/12/1956 — 8-4).

12Épouse : Mon épouse, son épouse sont courants pour ma femme, sa femme dans le langage des personnes de la moyenne bourgeoisie : Et il fallait aller au plus vite : une épouse, des enfants, un foyer à maintenir, certaines obligations à satisfaire (E. A. in Nouv., 8/9/1956 — 8-3).

13Esprits, au pluriel, comme au xviie siècle, au sens de : corps légers et subtils, principes de la vie : Reprends tes esprits (R. Dorsainvil, Barrières, p. 21). Mais où laissé-je égarer mes esprits (R. C. dans un discours funèbre, le 22/4/1958).

14Heur (= bonheur) : Je n’ai pas l’heur de lui plaire (L. P.). J’ai eu, en revanche, l’heur de contempler les ébats de touts la faune du quartier (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 21).

15Noces : dans l’expression convoler en justes noces qui vient plutôt de la langue archaïque du droit : Notre ami le Dr E. P. convolera en justes noces le 22 septembre avec Mlle D. N. (Nouv., 22/8/1956 — 6-4).

16Revoyure : A la revoyure (= à nous revoir), courant dans le langage des personnes très distinguées.

17Secrétairerie d’État : La langue commune a emprunté cette expression à la langue administrative pour désigner tel ou tel ministère : La Secrétairerie d’État de l’Éducation Nationale, de la Santé Publique, etc.

18Conséquent (= de grand prix, de grande importance, en parlant des choses) : Un piano en soi est peu de chose, mais quand c’est Ludovic Lamothe qui le fait vibrer, un piano devient immédiatement un objet conséquent (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 8).

19Injurieux (= injuste) : A l’amour tenace qu'elle avait voué à cet homme égoïste et injurieux succéda un sentiment qui n’était peut-être pas de la haine, mais qui lui ressemblait singulièrement (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 59).

20Impertinent (= déplacé, absurde, extravagant) : Des écrivains courageux ont, sans ménagement pour l’amour-propre national, signalé les causes nombreuses de cette infériorité commerciale de la France. On trouverait impertinent que je veuille les exposer ici (D. Bellegarde, Un Haïtien parle, p. 9). Il n’est point impertinent de prétendre que dans différentes paroisses fonctionnaient de minuscules écoles pour les enfants des deux sexes de la région (E. Brutus, Instr. Pub. en Haïti, p. 15). Nul ne se montra soucieux d’un contrôle scientifique pour expliquer ce qui parut un choc impertinent contre le bon sens et la raison (Dr P. Mars, Ainsi parla l’Oncle, p. 173).

Verbes et locutions verbales

21Céler : Je ne puis vous céler que cette décoration cristallise les souvenirs les plus émouvants qui m’avaient remué le cœur (Discours de M. J. D. Chs. in. Le National, 11/8/1956 — 8-1).

22Décréditer : Tout cela n’est donc que fantaisie de l’imagination et ne peut tendre qu’à décréditer l’Haïtien (Nouv., 26/9/1953 — 1-5).

23Espérer (= attendre) Je ne vous espérais plus, Monsieur Sinclair, dit-elle en souriant.

24Temps : Il fut un temps.

25Aux archaïsmes, il faut ajouter un certain nombre de termes de la langue administrative qui ont passé dans la langue courante pour désigner des fonctionnaires qui, en France, ont changé de nom ; tels sont : magistrat communal, plus courant que « maire » ; commissaire du gouvernement, employé exclusivement pour désigner le fonctionnaire appelé en France « Procureur de la République ».

26Des mots et expressions de la langue du droit sont également courants, en F. H., mais plutôt dans la langue cursive que dans la langue parlée. L’étude du droit a été pendant longtemps la seule forme d’études supérieures existant en Haïti : elle demeure encore aujourd’hui un moyen de culture générale et attire un grand nombre de jeunes gens. De là l’emploi courant d’expressions comme le dit, le susdit, et surtout à qui de droit, convoler en justes noces : Dimanche matin à 11 h. 30, Mme Fred Wolley organise à l’Hôtel Riviera un défilé de mannequins haïtiens qui sera filmé par les cinéastes de « Carillon Film ». On se rappelle que les dits cinéastes... tournent un film sur les Antilles, pour compte de la KLM (Nouv., 17/3/1956 — 8-7). On dit que le montant de ces susdits dédommagements a été déjà voté et empoché par les tout-puissants du régime déchu (Haïti Miroir, 17/1/1957 — 3-6). Ils espèrent que cette note retiendra l’attention de qui de droit et que justice leur sera faite (ib.). Devant l’injustice criante de cette mesure... l’actif directeur de l’école de Jonc remit sa démission à qui de droit (Le Jour, 22/1/1957 — 4-6).

27Notre langue conserve aussi jalousement quelques images usées : et l’on se plaît à rappeler qu’il signala son passage à l’office général des Contributions par des mesures et une organisation marquées au coin de la compétence (Haïti-J., 8 janvier 1951 — 1-3). C’est dans ces sentiments marqués au coin du patriotisme le plus pur et le plus affranchi qu’il nous est agréable de vous souhaiter la plus cordiale bienvenue (Réponse de la Chambre à la déclaration du Cabinet, in Monit., 30 sept. 1948). Comme on a pu s’en rendre compte, je me suis continuellement maintenu dans l'atmosphère sereine des principes (U. Rey in Mat., 6 nov. 1952 — 1-1). Il est heureux qu’à côté d’un chef qui travaille de toutes ses forces et qui pose journellement des actes de foi et de courage pour la montée de son peuple... Telles sont encore : les ténèbres de l’ignorance et de la superstition, le pain de l’instruction, engager ou lancer le pays dans la voie du progrès et de la civilisation, se hisser à la hauteur de sa mission historique, écrire ou tracer en lettres de feu, vers les sommets de la culture, les hauts lieux de l’histoire, les cimes ensoleillées du progrès et de la civilisation, grandir à l’ombre des principes de liberté, l’idéal démocratique a été votre bannière ou votre boussole, la barque nationale allait sombrer, porter haut le flambeau national.

Notes

1 Nouv. 24, 25/10/1952-1-4.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540