Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Troisième partie. Le lexique

Chapitre II. Les anglicismes

Texte intégral

1Les relations entre Haïti et les grandes nations de langue anglaise (Angleterre et États-Unis) remontent à un passé très lointain. Dans notre introduction, nous avons signalé les rivalités qui ont mis aux prises Français et Anglais, entre 1630 et 1644, pour la possession de la Tortue, ainsi que l’occupation de certains points de Saint-Domingue par les troupes anglaises pendant les guerres de la Révolution française. Mais il ne semble pas que l’influence de ces contacts passagers sur le français d’Haïti ait été bien profonde ; le créole s’en est ressenti davantage.

2Durant les longues tractations qui devaient aboutir en 1838 à la reconnaissance contractuelle de l’indépendance d’Haïti par la France, les dirigeants haïtiens escomptèrent beaucoup l’appui de l’Angleterre et il lui fut consenti, en retour, d’immenses avantages commerciaux. C’est même vers elle que se tourna Henri Christophe quand il fallait à ce dernier des professeurs pour les écoles secondaires et supérieures de son royaume.

3En outre, de 1843 à 1915, la Jamaïque a été la terre d’exil classique des politiciens haïtiens : c’est par centaines qu’ils y affluaient chaque fois qu’une insurrection les chassait du pouvoir. Ils y restaient deux ans, trois ans, six ans même, attendant les circonstances favorables pour évincer leurs concurrents qui venaient les y remplacer. Saint-Thomas disputait la palme à la Jamaïque, mais venait au second plan.

4Quant à nos relations avec les États-d’Unis d’Amérique, elles datent de l’époque où ni Haïti, ni les États-Unis n’existaient encore comme États indépendants. Entre Saint-Domingue et le consortium des treize colonies anglaises du continent, se faisaient, en dépit du pacte colonial, d’intenses échanges commerciaux : contre la farine, les viandes, les poissons, les biscuits et les bois du continent, Saint-Domingue vendait principalement son rhum et sa mélasse.

5En 1778, l’escadre du comte d’Estaing, en route pour les champs de bataille où se disputait le destin des colonies anglaises d’Amérique, s’accrut à Port-au-Prince, à Saint-Marc et au Cap de plus de 800 volontaires parmi lesquels figuraient quelques-uns de nos futurs leaders des luttes pour l’indépendance. Est-il besoin de rappeler le caractère des rapports qui existaient entre le gouvernement de Toussaint Louverture et la Jeune République Étoilée, qui se faisait représenter à Saint-Domingue en 1799 par un Consul général accrédité auprès du Gouverneur ?

6Cependant, après la proclamation de l’indépendance d’Haïti, une visible méfiance a caractérisé les rapports entre les deux plus vieilles nations indépendantes du Nouveau Monde. Le refus obstiné des États-Unis de reconnaître l’indépendance de notre pays après que l’Angleterre et la France même l’eurent fait, l’exclusion d’Haïti du premier Congrès des États américains à Panama en 1826 ont été les manifestations d’une évidente hostilité, dont les causes ont été souvent exprimées avec une brutale sincérité par le Département d’État. Même après l’échange des premiers plénipotentiaires en 1863, les Haïtiens ont conservé leur méfiance, conscients qu’ils étaient du danger auquel les exposaient l’accroissement de la puissance économique de leurs grands voisins et la situation de leur pays sur la ligne de la « défense atlantique ». Les échanges commerciaux demeurèrent néanmoins satisfaisants : ils furent même intenses à l’époque des tractations avec la France pour la reconnaissance de l’indépendance haïtienne. C’est à ces différents contacts que nous devons un certain nombre de mots anglais qui ont pénétré avant 1915 dans le français d’Haïti.

7Pour mesurer les progrès de la pénétration de l’anglais dans notre français dialectal depuis la date de l’occupation américaine, nous nous sommes évertué à relever des mots anglais ou anglicismes dans des publications antérieures à 1915. Nous avons limité cette partie de nos recherches à la période 1900-1916 et nous avons dépouillé systématiquement, dans leur section des « chiens écrasés » en particulier :

  1. La Revue Haïti littéraire et sociale, qui a paru de 1905 à 1913 en changeant son nom en celui d’Haïti politique et littéraire (1909-1912) et en celui d’Haïti scientifique et littéraire (1912-1913).
  2. La revue L’Essor (1912-1916) qui a continué en quelque sorte la première.
  3. Le journal Le Nouvelliste pour les années 1902 à 1912.

8L’image que nous révèle un tel dépouillement est forcément inexacte : elle ne reflète nullement l’état de la langue parlée ; mais, comparée à celle que nous offre la lecture des journaux actuels, elle sera assez significative. Voici, classés suivant les objets auxquels ils se rapportent, ces mots anglais ou anglicismes :

Particularités éducatives

a constructive educator

V. D. Woodrow Wilson (Essor, nov. 1912, p. 183)

a constructive stateman

(id., ib.)

self made man

(A. L., Haïti litt. soc., 5/6/1907, p. 1437)
F. Féquière, Éduc. Haït., p. 109

école de défectifs

(V. Delbeau, L’éducation américaine. Essor, sept. 1913, p. 432)

unskilled man

(id., ib.)

Particularités politiques

self government

(D. Bellegarde, Haïti litt. soc., 20/10/1905, p. 467). Cet anglicisme est usité en France.

golden rule

(D. Bellegarde, Élections présidentielles aux États-Unis. Haïti litt. sc., 5/11/1912, p. 565)

recall

D. Bellegarde, La présidence des États-Unis (Haïti litt. sc., 5/7/1912, p. 335)

big stick

D. Bellegarde (Haïti litt. sc., 5 et 20/4/1912, p. 193)

home rule

D. Bellegarde (Ext. Haïti litt. sc., 5/5/1912, p. 220)

commonlaw

(Haïti litt. scient., 20/3/1912, p. 165)

season (session parlementaire)

Le vieux parlementaire (Haïti litt. sc., 5/7/1912, p. 331)

plumed knight

D. Bellegarde, La présidence des États-Unis (Haïti litt. scient., 5/7/1912, p. 335)

bosses (conducteurs des affaires politiques)

V. D. Woodrow Wilson (Essor, nov. 1912, p. 183)

trusts

D. Bellegarde, Les élections présidentielles aux États Unis (Haïti litt. sc., 5/11/1912, p. 565)

Sports.

rugby, foot-ball (Nouv., 17/10/1904—2-3) (Laf. Noire, Haïti litt. soc., 5/6/1905, p. 238)

foot-baller

(Haïti litt. soc., 20/7/1905, p. 316 ; Haïti litt. sc., 5/5/1912, p. 224)

clubman

(A. Fox, La vie sportive, Haïti litt. soc., 20/5/1905, p. 223)

sprinter

(id., ib).

starter

(id., ib.)

cracks

(id., ib.)

matcher

(A. Fox, Haïti litt. soc., 20/3/1905, p. 112)

land

(Luce A. Lay, Haïti litt. soc., 20/4/1905, p. 174) ; (Ant. Laf., ib., 20/10/1905, p. 450)

rugbymen

(A. Fox, Haïti litt. scient., 20/4/1905, p. 175)

race-walk

(id., ib., 5/5/1905. p. 192)

cake-walk

(Ant. Laf., ib., p. 199).

blows

(A. L., Haïti litt. soc., 5/8/1905, p. 332)

boating

yatching

(A. Laforest, Aperçus sur la ville de Kingston)

walk race

(Haïti litt. soc., 20/10/1905, p. 454)

vehicles competitions round

(Félix Maria de R..., Compte rendu d’un match de boxe, Haïti litt. soc., 5/7/1912, p. 323)

goal

(Capitaine Santache, L’Essor, mai 1912, p. 37)

goal Reeper

(id., ib., avril 1912, p. 18)

Commerce et affaires

police d’endowment

(Haïti litt. soc., 5/7/1905, p. 300)

clearing house

(Petites notes, Haïti litt. soc., 5/11/1906, p. 1087)

customer

(Publicité, Haïti litt. soc., 5/12/1906, p. 1130)

argent cash

(A. Inn., nov. 11/1/1907)

business life

(A. L., Haïti litt. soc., 5/6/1907, p. 1438)

shop keeper

(A. L., ib., 5/1/1908, p. 1738)

business man

(P. Mars, Paul Laurence Dunbar, Haïti littér. scient., 20/2/1912, p. 100)

djob

(passim)

fashionable ladies, smart gentlemen

(Avis in Nouv., 9/1/1912 — 4-3)

Machines, outils, meubles, techniques

buss

(= voiture de louage traînée par un cheval), Nouv. 5/1/1907 — 3-1 et passim, Haïti litt. soc., 5/8/1905 — p. 340 et passim

car

(= voiture de chemin de fer, Nouv., 12/3/1907 — 2-1)

compound engine

(A. L., Haïti litt. soc., 20/5/1906 — p. 820)

Man of war

(Fr. Xa., Haïti litt. soc., 5/2/1906 — p. 636)

flagship

(Laf. N., Haïti litt. soc., 2/5/1905, p. 224 ; A. Fox, ib.)

troopship

(A. Laf., Haïti litt. soc., 20/11/1906, p. 1089)

guardship

(A. Laf., Haïti litt. soc., 20/11/1906, p. 1090)

flyboats

(id., ib., p. 1098)

bumboats

(Antoine Laforest, Visite au yacht Lysistrata, Haïti litt. soc., 20/5/1907, p. 1408)

fighting crafts

(La flotte américaine dans le Pacifique, Haïti litt. soc., 5/9/1907. p. 1594)

side board

(Nouv., 22/1/1908, — 3-1) Contrôleur = conducteur de chemin de fer (Nouv., 6/1/1909 — 3-2)

boss

(passim)

Titres, métiers, professions. Nationalité

type-writer

(A. Laforest, Haïti litt. soc., 5/11/1905, p. 473 ; Nouv., 5/3/1909 — 3-3 et passim)

short-hand writers

(Haïti litt. soc., 20/11/1905, p. 498)

constable

(A. L., Haïti litt. soc., 5/1/1906, p. 598)

frenchman

(Laf. N. Kingston, Haïti litt. soc., 5/6/1906, p. 837)

mid wife

(A. Laforest, Haïti litt. soc., 20/11/1906, p. 1090)

acting governor

(Petites notes, Haïti litt. soc., 20/4/1907, p. 1393)

attorney

(P. Mars, Paul Laurence Dunbar, Haïti litt. sc., 20/2/1912)

clergyman

(V. D. Woodrow Wilson, Essor, nov. 1912, p. 182)

hetman

(Nouv., 14/3/1904, — 3-1)

bussmen

(Nouv., 6/5/1902 — 2-4) M. E. B. de Garston, acting consul général d’Angleterre en cette résidence (Nouv., 15/1/1912 — 2-2)

Mets, boissons, aliments

bass-ale, guiness

Publicité (Nouv., 5/5/1902 — 2-2 et 4)

stout

half and half

(bière et porter mélangés) (F. Marcelin, Thém. Epam. Lab., p. 78)

crème à la glace

(Nouv., 31/12/1909 — 3-3-et passim)

Ginger kola

(Nouv., 11/8/1909 — 4-1 et passim)

soda water

(ibid.)

lait condensé

(ibid.)

persian sherbet

(Nouv., 17/1/1911 — 3-2 et passim)

plum-pudding

(Laf. N., Haïti litt., soc., 5/1/1906, p. 594)

delicacy

(id., ib.)

delicacies

(Publicité, Haïti litt. soc., 5/12/1906, p. 1133)

bead fruit

(Luce A. Lay Haïti litt. soc., 5/6/1905, p. 239)

pic nuts

(Haïti litt. soc., 5/11/1905 — p. 493)

drinks

(Laf. N., Haïti litt. soc., 5/6/1906, p. 837)

cream soda

(id., ib.)

american pindays

(Haiti litt. soc., 5/11/1905, p. 493). Petites notes.

quatty d’arachides

(id., ib.)

Vie sociale

lunch room

(Nouv., 5/5/1902 — 2-3 et 4)

high life

(Ant. Laf., Nouveaux aperçus sur la ville de Kingston, Haïti litt. soc., 5/11/1905, p. 474 ; Fr. X., Haïti litt. soc., 5/3/1906, p. 694 ; A. Chevry, Haïti litt. soc., 20/4/1907, p. 1389 et passim)

shows agricoles

(A. Laforêt, Aperçus sur la ville de Kingston, Haïti litt. soc., 20/10/1905, p. 450).

middle life

(La forêt Noire, récit relatif à Kingston, Haïti litt. soc., 5/6/1906, p. 836)

night club

(id., ib.)

shake hands

(id., ib.)

Christmas

(Laf. N., Haïti litt. soc., 5/1/1906 —, p. 594)

guests

(A. Laf., Visite du yacht Lysistrata, Haïti litt. soc., 20/5/1907, p. 1410 ; Fr. Xa., 5/6/1907, p. 1434)

misses

(Laf. N., 5/6/1906, p. 975)-

two steps

boston

(id., ib.)

sketches

(id., ib., 5/11/1908, p. 2065)

sweet heart

(Laf. N., Kingston, Haïti litt. soc., 5/6/1906, p. 837)

young fellow

(id., ib.)

love

(id., ib.)

breackes of promise

(id., ib.)

full spead

(id., ib., 20/3/1906, p. 952)

excitement

(id., ib., 5/9/1906, p. 975)

gentry

(Dora, Le féminisme en Angleterre, Haïti litt. soc., 20/9/1906, p. 1001)

Danses

two steps

(Haïti litt. soc., 20/4/1906, p. 778)

boston

(ib.)

sketches

(ib., 5/11/1908, p. 2065)

États ou particularités physiques des personnes et des animaux

lovy

(Haïti litt. soc., 5/7/1905, p. 287)

coq bald

(Laf. N., Haïti litt. soc., 20/11/1905, p. 514)

tobies (= mulets)

(A. Fox, Haïti litt. soc., 5/6/1902, p. 655)

Divers. up-to-date

(Petites notes, Haïti litt. soc., 20/7/1905, p. 323 ; 5/1/1906, p. 608 ; 20/6/1906, p. 867-868 et passim)

modem style

(Haïti litt. soc., 20/7/1907, p. 1507 ; 5/4/1909, p. 1837 et passim)

all right

(Ant. Laf., Haïti litt. soc., 5/12/1906, p. 1122)

go ahead

(Jean la Violette, Haïti litt. soc., 5/1/1906, p. 587) ; (Luce Archim Lay, Haïti litt. soc., 20/2/1906, p. 667) ; (Ant. Laf., Haïti litt. soc., 20/4/1906, p. 766)

to be or not to be

(Laf. N., Haïti litt. soc., 5/8/1905, p. 343) (Jean la Violette, Haïti litt. soc., 5/4/1906, p. 744)

time is money

(Laf. N., Haïti litt. soc., 5/6/1905, p. 238)

the right man in the right place

(Haïti litt. sc., 20/11/1912, p. 585)

struggle for life

(F. Féquière, Haïti litt. soc., 20/1/1906, p. 631)

american bar and ice cream parlour

(Adresse in Nouv., 31/12/1909 — 3-3 et passim).

9Il est aisé de remarquer que plusieurs de ces emprunts sont des anglicismes-citations : ils se réfèrent à des institutions anglaises ou américaines et s’emploient dans des articles ayant trait à la vie américaine. Ce ne sont donc pas des signes d’une pénétration de l’anglais dans le français d’Haïti. D’autre part, un bon nombre de ces termes étaient déjà acceptés comme mots français.

10Il est également bon de noter que les initiales, abréviations ou pseudonymes A. L., Ant. Laf., A. Laforest, Laforêt Noire, Laf. Noire, Laf. N. désignent un seul et même personnage, Antoine Laforest, rédacteur en chef de Haïti littéraire et sociale, dont la signature, sous ces diverses formes, revient plus de quarante fois dans les exemples cités. Ayant résidé à Kingston, il a publié en 1904 ses « Souvenirs et impressions de la Jamaïque » où perce sa tendance à abuser des anglicismes. Cette même tendance s’est manifestée dans les notes et articles qu’il donna plus tard dans Haïti littéraire et sociale. Nous avons pu faire une comparaison entre la relation de sa visite du yacht Lysistrata (Haïti litt. soc., 20/5/1907) et celle du rédacteur du Nouvelliste, 20/5/1907 ; pas un seul mot anglais ne s’est glissé dans l’article de ce dernier. La tendance personnelle d’Antoine Laforest ne doit donc pas faire illusion sur le degré d’influence de l’anglais avant 1915 en Haïti.

11On va voir que les emprunts de notre français à l’anglais après l’occupation américaine ont été bien plus nombreux et ont accusé un tout autre caractère. L’influence des choses a été renforcée par l’influence des relations humaines qui ont pris des formes diverses suivant les secteurs ou les moments. Avant 1915, c’est surtout le snobisme qui joue dans l’introduction des mots anglais en F. H., après 1915, l’influence de la mode n’est pas exclue, mais c’est la nécessité qui tient le premier rôle et qui triomphe des résistances passagères. Avant 1915, il n’y a pas de calque, après 1915, les calques se multiplient.

12Des faits analogues à ceux que nous allons décrire peuvent également s’observer en France, surtout depuis la dernière guerre, mais si l’introduction d’un grand nombre d’anglicismes dans le français normal s’explique par certaines circonstances économiques nées du conflit mondial de 1939, l’influence du snobisme ne peut être complètement écartée. Il a existé une industrie française avant la Deuxième Guerre mondiale : quand donc le Français donne un nom américain à un objet qu’il a su fabriquer autrefois, mais qu’il a dû acheter des États-Unis pendant une période de transition, il n’y est pas amené par une pression irrésistible.

13L’emploi du terme anglais est au contraire pour l’Haïtien, dans la plupart des cas, une tragique nécessité : la grande industrie n’existe pas chez nous et, comme nous le verrons, c’est de l’Américain que nous avons appris à connaître certaines choses : nous n’avions pas le choix des mots qui les désignent

14D’un autre côté, il faut tenir compte des dix-neuf ans de l’occupation américaine qui s’est étendue à presque tous les secteurs de l’activité nationale de 1915 à 1934 et dont les séquelles ne sont pas près de disparaître.

1° La vie militaire

15L’occupation militaire par elle-même n’a eu, au point de vue linguistique, qu’une influence négligeable : l’action des 3 000 « marines », qui étaient surtout en contact avec les gens du peuple, s’est exercée davantage sur le créole, et le dialecte populaire s’est enrichi d’interjections comme Godêm (God dem you), Salmabit (son of bitch), oltégêt (hold the gate), sadap (shut up), etc. Ces vocables qui trahissent tous un certain état d’esprit, ont à peu près disparu aujourd’hui du langage populaire. Des termes comme full, clean, shine (= cireur de bottes), bway (boy), blakin, etc., y sont demeurés. Notre français, de son côté, a gardé peu de termes et d’expressions relatifs à l’armée. Ce sont : drill (= entraînement des troupes), sharpshooter (= tireur d’élite), cook (= cuisinier à bord d’un bateau), mess, qui est d’ailleurs reçu dans le lexique du français de Paris depuis 1838 (cf. A. Dauzat, Dict. étymologique) ; il a en outre calqué secondlieutenant (sous-lieutenant).

2° L’administration publique et privée

16Mais la mainmise américaine s’est étendue à certaines branches de l’administration comme les Finances, l’Hygiène, les Travaux publics et, à partir de 1924, l’Enseignement rural. Le contrôle administratif de l’occupant a laissé des traces durables, surtout dans le domaine des finances et du travail. Beaucoup de mots anglais de cette catégorie doivent également leur survie à l’existence des compagnies et des grosses maisons d’affaires établies depuis dans le pays.

17Sur le fronton de la caserne des pompiers de Port-au-Prince, on peut encore lire, écrite en grandes lettres, l’enseigne Station des Pompiers. Ils sont absolument rares, les Haïtiens qui disent encore une « chemise » ou un « fichier » au lieu de un file ; année fiscale a évincé l’expression « année financière » ; balance débitrice fait concurrence à « déficit, différence » ; le mot payroll a complètement supplanté l’expression « feuille de paie » (qui fait déjà pédant) et il s’emploie même par extension pour « paiement fait à un grand nombre de travailleurs, ouvriers et employés par un chef d’entreprise » ; overtime l’a emporté sur « travail supplémentaire » ou « salaire pour un travail supplémentaire » qui est long et incompatible avec le besoin d’économie et de rapidité de la langue ; de même full time a supplanté « à plein temps » ; faire une application a pris le pas sur « remplir une feuille de demande d’emploi ou de demande de bourse », office fait la concurrence à « bureau », contracteur à « entrepreneur », département prend la place de « comptoir, section, division », brain-trust et staff se répandent au détriment de « direction », « état-major ». « équipe », et même staff-meeting au détriment de « conférence d’état-major » ; management au détriment de « administration à l’échelle supérieure » ; superintendant a effacé « surintendant », ingénieur en chef « ingénieur principal, directeur du corps des ingénieurs », assistant-directeur et même assistant secrétaire d’État se répandent à côté de « sous-directeur », « sous-secrétaire d’État », foreman a presque fait oublier « contremaître », job a pris la place de « emploi », « fonction » ou « travail exécuté par un ouvrier payé à la tâche ». (Il s’est en outre étendu, depuis longtemps au sens péjoratif de « prévarication » : Un gros djob douanier aurait été perpétré à...), boss celle de « patron » ou « d’ouvrier », jour-off gagne du terrain sur « jour de congé ». Et même l’abréviation anglaise O. K. remplace les mots français : « approuvé ou approbation ».

18La langue du journalisme fourmille d’exemples de cette catégorie. Il en est de même de la langue parlée.

année fiscale

L’année fiscale qui a pris fin le 30 septembre 1955 est la pire d’Haïti au point de vue économique (Le Jour, 10/1/1956).

application

(faire une —) : Les personnes intéressées sont priées de faire leur application à la main (Mat., 28/3/1952).

balance débitrice

En ce qui concerne la situation financière en particulier, les fonds généraux ont accusé une balance débitrice supérieure à celle de la fin du mois précédent (Bulletin du Département Fiscal de la Banque Nationale, avril 1952, p. 1).

brain-trust

Les gouvernements doivent réaliser le trust des cerveaux, le brain-trust (J. Blanchet, La Relève, janv. 1935, p. 21). C’est dans cet esprit, dans cette vue... que toute la tendance présente du brain-trust nord-américain, c’est d’agir dans cette crise... (S. Alexis, Mat., 19 et 20/8/56 — 6-6).

contracteur

Il y a plein accord entre le gouvernement et le contracteur (Notre Temps, 12/2/1951 — 1-5).

département

« La Belle Créole » organise de nouveaux départements (Notre Temps, 23/10/1950 — 3-5). Le Département des Sciences sociales à l’Université (L. P.).

djob

Deux faits caractérisent généralement le fonctionnaire haïtien, principalement le Chef de service :
a) le manque d'esprit d'initiative,
b) la crainte perpétuelle et quasi maladive de perdre son djob (Le National, 17/6/1955 — 3-3).
La Compagnie du canal de Suez aurait offert des conditions attrayantes à ses employés européens en Égypte s’ils abandonnent leurs djobs (Mat., 14 et 15/8/56 — 2-3).

foremen

(= contrôleur) v. p. 220, infra.

jour-off

Les samedis sont décrétés jour-off (Vœu du Sénat de la République, voté le 15/11/1957).

management

L’un des buts principaux des propriétaires du Riviera Hôtel d’Haïti est de former de manière complète de jeunes Haïtiens à qui ils font appel pour occuper tous les postes du « management » et de l’administration (Le National, 9/8/1955 — 1-2)

O. K.

Et comme la côte d’Haïti à l’extérieur est à son point maximum, la Banque Import et Export donne son O. K. au financement du projet de l'Artibonite (Le Soleil, 25/12/1952 — 4-5).

overtime

D’après les renseignements que nous avons pu obtenir d’une ouvrière au service de cette Compagnie, les employées sont astreintes à fournir environ 9 heures de travail pénible au lieu de 8 heures légales, et ce, sans compensation ni overtime (Dem., 17/3/1952).

payroll

Le payroll du mois de juin est déjà assuré (L. M., le 27/6/1958). Le payroll du Châtelet des fleurs augmente constam_ ment (J. Large, Nouv., 11/7/1953 — 6-5). Des télégrammes ont été envoyés à Port-de-Paix et Petit Goâve informant que les payrolls en retard seront payés mercredi de cette semaine (Nouv., 25/6/1958 — 4-5). Payroll à Maïs Gaté : Hier après-midi la I. H. D. C. a effectué à Maïs Gaté le payroll pour la quinzaine du 16 septembre au 1er octobre... Nous présentons nos félicitations à la I. H. D. C. pour l'empressement qu’elle met à effectuer ses payrolls (Nouv., 2/10/1958 — 4-8).

staff

Le ministre R. D. a été bien inspiré en conviant le staff de son Département à débattre les questions ayant trait aux relations du travail (Le National, 12/5/1955 — 1-5). Nos félicitations au staff de la Chambre de Commerce (Le National 12/4/1955 — 1-1). La réunion de mercredi entre les techniciens de la Banque Agricole et le Directeur et les A gronomes de Damiens portait sur la coordination du plan et des tâches dévolues aux membres du « staff » chargés de sa réalisation (La Phalange, 24/5/1955 — 1-4).

staff-meeting

Les chefs de service de l’Institut du Bien-être social et de recherches... ont tenu un staff-meeting. Il s’agissait de discuter un plan de travail susceptible d’intégrer cet organisme dans la vie même de notre communauté.

superintendant

M. D. N., superintendant des Plantations Crooks (Mat., 21/9/1952 — 8-6). Superintendant Réseau urbain (Annuaire téléphonique de Port-au-Prince, juin 1949). L’un de nos fidèles abonnés, M. L. P., superintendant de la Esso, est passé en nos bureaux (Le National, 29/6/1955 — 9-2).

3° Les sports

19Par leur origine et leur caractère international, les sports ont constitué en Haïti une voie de pénétration commode pour les mots anglais. On a vu qu’avant 1915 notre vocabulaire sportif s’était déjà enrichi de nombreux termes anglais. Cette tendance n’a fait que s’accentuer après l’occupation américaine.

20Dans la langue parlée, c’est plutôt par leurs noms d’origine que l’on désigne le cadre, certains acteurs et les différentes phases d’une partie de foot-ball, de tennis, de volley-ball, de boxe ou de ping-pong (tennis de table) :

blows

coups de poing

coach

entraîneur (coach est cependant moins courant que le mot français)

goal

but

corner

coin, angle du terrain de foot-ball ; tir à l’angle

goalie ou goal keeper

gardien de but

draw

partie nulle

fly

coup de pied manqué

free kick

coup franc

game

partie gagnée

hands

jeu de la main

heading

jeu de la tête

inning

manche d’une partie de base-ball

off side

(plus communément out side) position de hors-jeu

out

dehors

penalty

faute commise dans le carré de réparation ; sanction de cette faute

ready ? play

mots par lesquels les partenaires engagent la partie de volleyball ou ses différentes phases, chaque fois que le ballon est remis au jeu

round

manche d’une partie de boxe

score

résultat, marque (entériné par le dernier Larousse du xxe siècle)

scorer

marquer un but

set

manche d’une partie de tennis

shoot

tir

shooter

tirer

21Les exemples qui suivent et qui sont tirés de différents journaux montrent que la langue cursive abuse peut-être beaucoup plus que la langue parlée des termes anglais se rapportant aux sports :

22Il lui administra force blows (Zinglins, 30/7/1944, p. 7).

23La partie se disputa avec beaucoup de fougue et se termina sur le score 2-2 (Haïti J., 8/1/1951 — 1-3).

shoot-heading keeper

Sur un shoot de Phelps... Nau fait un heading : le keeper s’élance (Nouv. 10/6/1952 — 4-5)

set-inning

Le premier set fut gagné par Mc Guffie (Nouv., 12 et 13/6/1952 — 1-6). Samedi dernier une équipe haïtienne de base-ball a vaincu une équipe du bateau transport américain dans un match de 9 innings (Nouv., 21/3/1950). Score final 3-1 en faveur de Victory (Phal., 23/9/1952 — 1-4).

draw

Avant l’ouverture du match Racing-Pérou qui aboutit comme l’on sait à un « draw » (Démocratie, 5/5/1953 — 4-5).

4° Machines, outils, commerce, affaires

24C’est l’orientation nouvelle imprimée à notre commerce et aux affaires depuis l’occupation qui a amené sans aucun doute le plus de mots anglais et d’anglicismes dans le français d’Haïti. Nous avons vu qu’avant 1915 les rapports commerciaux de notre pays avec l’Angleterre et les États-Unis ont été bons, parfois même intenses. Or ces deux grandes nations ont été en général, sous ce rapport, sur le pied d’égalité avec l’Allemagne, la Belgique, la Hollande, la France. Mais la guerre de 1914-1918 aidant, l’industrie américaine a déversé sur le marché haïtien ses machines et leurs accessoires, ses outils, ses tissus, ses conserves en boîtes, ses médicaments, ses instruments chirurgicaux, etc., toutes choses qui, d’une manière générale, ne sont pas produites dans notre pays. Elle nous a fourni seule et sans crainte d’aucune concurrence, jusqu’en 1950, les voitures automobiles et les postes de T. S. F. Certaines activités manuelles connexes à ces inventions nouvelles, telles que la radio-électricité et la mécanique automobile, ont pris naissance dans notre société sous l’impulsion de l’Américain : la nomenclature en usage dans l’exercice de ces métiers est donc essentiellement anglaise.

25En même temps, des maisons de commerce ont pris l’habitude de faire de la publicité au moyen des mêmes clichés et de la même littérature utilisés à New York et à Philadelphie ou bien au moyen de traductions absolument indéchiffrables comme celle-ci : Fraîches des E.-U. A Chesterfield Cigarettes d’années en avant de tous. Aucun effet nuisible à la gorge et aux cavités nasales quand on fume les Chesterfield d’après un rapport d’un spécialiste médical qui, depuis plus d’une année, donne des examens réguliers chaque deux mois à un groupe de fumeurs de Chesterfield ; ou farcies d’anglicismes comme la suivante : Les avantages économiques de posséder un moderne camion Ford 58 sont nombreux. Ensemble ils représentent les plus grandes possibilités d’économie qu’aucun autre camion peut offrir... D’abord le prix... Ensuite le coût d’opération et d’entretien... Bas prix d’achat, bas prix d’opération, plus longue durée... Ce n’est pas étonnant que ceux qui connaissent mieux les camions... achètent davantage de camions Ford que de toute autre marque (Publicité in La Phalange, 23/8/1958, p. 4). Même l’Administration publique a emboîté le pas et, au risque de ne toucher qu’un public restreint, émet des avis où les choses essentielles sont désignées par des mots anglais. Nous reproduisons ici à dessein un avis de vente de la Direction générale des Contributions de l’année 1952 :

« Vente au-dessous de la mise à prix. »

26On fait savoir à tous ceux qu’il appartiendra, qu’il sera procédé le mardi qui sera trente et un mars mil neuf cent cinquante deux, à dix heures du matin, au Garage du Département des Travaux Publics sis à Port-au-Prince, rue Américaine, à la vente publique des objets suivants au-dessous des mises à prix précédemment fixées, savoir : 1 Truck Diamond no 1 au-dessous de la précédente mise à prix de Gdes 1 000 00.

271 Dodge Truck Frame châssis au-dessous de la précédente mise à prix de G. 50 00.

281 Station Wagon Willys Body no 2, au-dessous de la précédente mise à prix de G. 150 00.

291 Lot of grader parts est., au-dessous de la précédente mise à prix de G. 150. 4 Road Boller Whools au-dessous de la précédente mise à prix de G. 200.

301 Fordson Boller au-dessous de la précédente mise à prix de G. 300.

311 Winch Drum, au-dessous de la précédente mise à prix de G. 20.

321 Hand Winch trime au-dessous de la précédente mise à prix de G. 20.

332 Tractors hors d’usage, au-dessous de la précédente mise à prix de G. 200. 1 Winch Sook, au-dessous de la précédente mise à prix de G. 200.

341 Steam Road Roller, au-dessous de la mise à prix de G. 300.

351 Steel Cutter Bloc, au-dessous de la mise à prix de G. 75.

361 Grader Grane, au-dessous de la mise à prix de G. 300.

371 Rouleau compresseur, au-dessous de la précédente mise à prix de G. 900.

381 Rouleau, au-dessous de la précédente mise à prix de G. 50.

391 vieille chaîne et bouée, au-dessous de la précédente mise à prix de G. 100. « A la requête du Directeur général des Contributions, M. Edmée L. Angrand, propriétaire, demeurant et domicilié à Port-au-Prince, identifié au no 867-CC. »

40La Seconde Guerre mondiale, en nous coupant une nouvelle fois de l’Europe, n’a fait qu’aggraver la dépendance de notre économie par rapport à l’économie américaine. Cette circonstance, du reste, suivait de près la rupture de nos rapports commerciaux avec la France en 1936, à cause des difficultés soulevées par le règlement des emprunts 1910.

41Ce n’est donc pas étonnant si le vocabulaire de l’automobilisme, de la mécanique, de l’électricité, de l’usine en général et du commerce est en Haïti tout imprégné de mots anglais. On connaît le vieil adage : rem verba sequuntur. Dans le cadre de la phrase demeuré français, le sujet parlant introduit des termes anglais pour désigner telle partie d’une voiture automobile, tel outil ou telle autre marchandise. On peut dire que la langue générale elle-même en est pénétrée : l’homme du monde, pas plus que l’ouvrier spécialisé ou la vendeuse, ne soupçonne le nom français des choses ou ne se donne la peine d’y songer. L’action du milieu linguistique est si forte qu’elle s’exerce même sur des étrangers : à une Française résidant en Haïti depuis six ans et intéressée à la vente des pièces d’automobiles, un de ses compatriotes faisait le reproche de ne plus savoir parler français, parce qu’elle avait écrit sur une facture : tube, au lieu de « chambre à air ». À cela, elle a répondu très justement : « Si je parle de chambre à air, personne ne me comprendra. »

42Seule la curiosité professionnelle nous a poussé à chercher les correspondants français des expressions ou termes qui suivent et que nous avons si souvent entendus autour de nous ou employés nous-même.

43Un axle : Un essieu.

44Back (faire —) : Faire marche arrière.

45Le back seat : Le siège arrière.

46Un cangrease : Un carter.

47Carbone (faire le —) : Faire le décalaminage.

48Le choke : Le starter.

49Un clutch : Une pédale d’embrayage.

50Le coil : La bobine.

51Le cranck : La manivelle.

52Un cut out : Un régulateur

53Le dash : Les petites lumières.

54Un fuse : Un fusible.

55Un gasket : Un joint de culasse.

56Un jack : Un cric.

57De la kérosine : De la kérozène.

58Un mainswitch : Un commutateur principal.

59Un muffler : Un silencieux.

60Un tail-pipe : Une queue de silencieux.

61Un overhaul : Une révision de moteur.

62Un overhaul (faire —) : Faire une révision de moteur, et, au figuré, faire un examen médical général.

63Du patch : De la colle à rapiécer les chambres à air.

64Un pick up Chevrolet : Une camionnette de transport.

65Un plug : Un obturateur ou une douille.

66Pomper (un pneu) : Le gonfler.

67Le starter ou self starter : Le démarreur.

68Un socket : Une douille.

69Un speedomètre : Un indicateur de vitesse.

70Une station-wagon : Une voiture camion.

71Un switch ou un main switch : Un commutateur ou un commutateur principal.

72Un switch board : Un tableau de distribution dans une installation téléphonique.

73Le tank : Le réservoir d’essence.

74Un trailer : Une voiturette remorque.

75Un tube : Une lampe de radio ou une chambre à air.

76Un winch : Un treuil.

77Un wiper : Un essuie-glace.

78Pour les objets dont les noms suivent, le mot français est connu, mais il tend à disparaître devant le mot anglais et n’est employé que par de rares personnes : effet de la mode ou conséquence du besoin d’économie, le mot anglais étant généralement plus court.

79Un bulldozer : Un rouleau compresseur, un camion niveleuse.

  • 1 Cargo boat, emprunté à l’anglais en 1887 par le français de Paris (cf. A. Dauzat, Dic. étym.) s’es (...)

80Un cargo boat : Un cargo, un « bateau à charge »1.

81Un cash register : Une machine enregistreuse.

82Des clips : Des attaches (au singulier : un clips).

83Un drum : Un tonneau en fonte.

84Un film : Une pellicule.

85Un flash : Une lampe de poche.

86Un folder : Un dépliant.

87Un freezer : Une glacière.

88Un grader : Une machine qui sert à aplanir les aspérités d’une route non asphaltée.

89Un hand-car : Une voiture à bras.

90Un jack-pot : Une boîte à sous.

91Une machine-gun : Une mitrailleuse.

92Un mixer : Un batteur électrique.

93Un mop : Un balai à laver.

94Un motor-boat : Un canot à moteur ou un bateau à moteur.

95Le motor-car : Le train à moteur.

96Un plaster : Un emplâtre adhésif.

97Une boîte de polish : Une boîte de cirage.

98Une plume-fontaine : Une plume à réservoir.

99Un set à cocktail : Un service à cocktail.

100Un shaker : Un frappe-cocktail.

101Un short : Un court-circuit.

102Des slides : Des vues en couleur.

103Un sound truck : Une camionnette munie de haut-parleur.

104Un tape measure : Un mètre en ruban.

105Un tape recorder : Un magnétophone.

106Un water-cooler : Un rafraîchissoir.

107Un water-heater : Un chauffe-bain.

108Wave (Long, short—) : Ondes longues, ondes courtes.

109Welcome : Lampe de galerie, lampe d’entrée.

110Un zip : Un fermoir, une fermeture-éclair.

  • 2 Ce mot est noté par le dictionnaire étymologique d’A. Dauzat et celui d’O. Bloch et Von Wartburg c (...)

111Commerce et affaires. — La langue du commerce et des affaires s’est également enrichie de termes anglais. Il est plus expéditif d’appeler shop un store ou bien l’atelier de l’ébéniste ou du mécanicien ; show-room, une salle d’exposition ; super-market (Mat., 9/8/1956 — 6-1) est plus impressionnant que « grande épicerie ». La valeur d’un commerçant ou plutôt d’un business man réside dans le cash (valeur liquide) dont il peut disposer — le même mot cash prend une valeur adverbiale dans acheter cash (acheter comptant) — la richesse est évaluée en dollars ou, pour les gens vaniteux, en green-back ; un salesman exerce un emploi plus relevé qu’un commissionnaire. Un client signe un bill (un bordereau ou même l’addition au restaurant) ; un acheteur obtient un discount (une remise) sur une opération ; un homme d’affaires se fait donner un overdraft (un découvert) par la banque ; on enregistre un short (un déficit) sur la vente d’une marchandise ; on note un shortage de sucre (rareté) sur la place ou le boom du sisal2 sur le marché de New York. Le propriétaire d’une automobile ou d’un réfrigérateur fait un trading avec sa voiture ou son frigidaire, c’est-à-dire l’échange contre une nouvelle voiture ou un appareil neuf moyennant paiement de la différence de valeur. Le cordonnier ou le tailleur s’intéresse au size (pointure ou mesure) du client ; celui-ci va faire le shopping (des achats) dans les magasins ou bien au shopping-Center, comme on dit depuis quelques semaines. Porter un compte au débit d’un acheteur, c’est le charger (le même mot s’emploie au sens de « augmenter une facture d’une valeur quelconque ») ; novelties pour « nouveautés » et drug-store (pharmacie) viennent de faire leur apparition sur quelques enseignes et à la devanture d’un petit nombre de magasins,.

112La langue cursive emploie constamment les mots anglais appartenant au domaine de la mécanique, du commerce et des affaires : c’est une preuve qu’ils ont débordé leur cadre pour atteindre la langue générale :

113Faire back ; circuler en hack (Nouv., 23/12/1952 — 5-8).

114cash : On désire acheter cash une voiture automobile (Le National, 8/8/1956 — 8-5).

115jack pot : Le Président faisait remarquer avec justesse que la présence des jacks pots dans les centres d’affaires ne peut être que préjudiciable aux intérêts du pays (Nouv., 1/2/1950 — 1-4).

116shop : Shop André François. Fer forgé, Meubles, Soudure électrique (enseigne) — Alta gracia shop (enseigne d’une modeste cordonnerie). Plusieurs shops de touristes ont eu la permission de rester ouverts hier soir jusqu’à onze heures, à l’occasion de la visite des bateaux de guerre (Haïti-Journal, 18/1/1949). Faites vos achats au shop de l’aéroport (Publicité commerciale). Le shop « Notre-Dame du Perpétuel Secours » situé à la Rue de l'Enterrement... vous offre un service irréprochable dans les réparations et vulcanisations de pneus (Nouv., 17/5/1954 — 3-8).

117show-room : Au rez-de-chaussée un grand « show-room » avec des vitrines en vitres incassables (Mat., 27, 28/3/1953 — 1-2).

118green-back : On le voit bien, il ne peut être question, comme l’écrit le confrère, d’un gentilhomme gonflé de green-back que le général Nord Alexis, président de la République, expédia à Paris (Nouv., 26/9/1953 — 1-5).

119salesman : Importante et sérieuse firme de produits pharmaceutiques désire engager un salesman pour la vente en détail (Nouv., 9/9/1955 — 6-7 et 8) Offre d’emploi : On demande quatre bons salesman expérimentés (Le Jour, 9/8/1956 — 6-2).

120bulldozer : Partout dans la plaine, « bulldozer », « scrapers », « graders » et « dragues » poursuivent activement la construction de canaux primaires et secondaires (Nouv., 19/12/1955 — 1-4).

121size : D’ordinaire on ne trouve pas mon size (Mme M. G., institutrice, 60 ans, le 14/9/1958). Pierre Coles... Grand assortiment de costumes de 25 à 30 dollars, Dacron et Palmbeach ; pantalons inchiffonnables à 8 et 9 dollars, tous les sizes...

122(Publicité in Nouv., 1/8/1956 — 5-4).

123trailer : L’on nous signale qu’ont dû être envoyés dans l’île voisine, notamment un des grands rouleaux broyeurs du moulin et plusieurs cuiseurs de sirop qui ont été amenés gracieusement à la capitale par un grand « traiter » de la Etagild... (Le Matin, 23/8/1956 — 1-3).

124switch : Le Président de la République abaisse le « switch » inondant la ville de lumière (Le Matin, 15/2/1952).

125winch : Le wharf des Cayes est dans un état déplorable. Le hangar est délabré, un seul petit « winch » fonctionne tant bien que mal (Démocratie, 24/9/1951).

5° Mode et toilette

126Le secteur de la mode et de la toilette s’est incorporé en général peu de termes : sport-jacket « veste de printemps », raincoat (moins courant que pardessus), polo short, pull over, slack (Zinglins, 31/10/1943 — p. 6), short « culotte », slip « caleçon très court et très serré », sweater « chandail », shaving cream, vanishing cream, bay rum. Cette résistance est-elle due à la différence qui sépare l’Américain de l’Haïtien au point de vue des goûts, ou bien l’influence de Paris a-t-elle continué à s’exercer dans ce domaine ? Les deux hypothèses nous semblent également valables et même se complètent l’une l’autre. Cependant il se peut bien que cette situation change dans un avenir très proche : l’importation des robes et des costumes confectionnés à New York s’intensifie, l’artisanat local bat de l’aile ; un brusque changement des goûts reste possible : c’est par des mots anglais que l’on désigne déjà différentes mesures des costumes importés : 36 ou 40 long, large, regular, medium, small.

6° Alimentation

127En matière d’alimentation, les emprunts ne sont pas plus nombreux. Ils se rapportent à des variétés de boissons gazeuses ou autres (cream soda, grape juice, banana, seven up, canada dry, gingerale, soda, lait malté, gin, whisky) ou à des variétés de céréales mises en boîtes (corn flakes, cream of wheat) de confiserie (chiclets, plus courant que chewing gum), de médicament (fruit salt) de boissons. La langue écrite, en dehors de celle de la publicité commerciale, ne présente pas beaucoup d’emplois de ces termes. En voici un exemple : Il existe à la Jamaïque un certain nombre d’entreprises qui fabriquent des produits pour la consommation locale parmi lesquelles on peut citer la fabrication du lait condensé (M. Dartigue, Notre Temps, 13 août 1951 — 1-8).

128Les secteurs dont il vient d’être question ont dû être envahis très tôt, parce qu’ils étaient les plus exposés. L’examen de certains journaux de la période de l’occupation confirme notre hypothèse. D’autres secteurs, comme l’éducation, la vie intellectuelle, la vie sociale, les voyages ont été préservés au début grâce à l’attitude défensive de nos compatriotes. Le nationalisme haïtien a opposé en effet à l'occupant, durant dix-neuf ans, une résistance morale qui s’est souvent traduite par un attachement plus profond aux valeurs spécifiquement indigènes et par une grande ardeur à maintenir dans sa pureté la langue française. L’extrait suivant d’une annonce que nous avons retrouvée dans un journal de 1931, pour amusant qu’il soit, n’en est pas moins significatif : « D’autre part nous croyons savoir que ce mois-ci M. Dorsinville organisera un concours de beauté pour savoir quelle est la plus belle de nos jeunes filles qui doit figurer comme Mademoiselle Haïti, pour ne pas employer le mot américain « Miss » (La Presse, 7 mai 1931 — 6-2).

129Mais le retrait des troupes d’occupation en 1934 fut le signal d’une nouvelle orientation de la politique américaine à l'égard d’Haïti. La méfiance de nos compatriotes s’évanouit immédiatement et la pénétration de l’anglais dans des domaines jusque-là plus ou moins préservés fit de rapides progrès.

130Les relations culturelles, auparavant réticentes, devinrent vite très intenses entre les deux pays. Des bourses d’études, prodiguées avec une rare générosité, permirent à des éducateurs, à des artistes, à des agronomes, à des médecins, à des journalistes haïtiens, etc., de se perfectionner dans les centres universitaires des États-Unis. Le mouvement continue de s’intensifier. L’hégémonie politique exercée dans le monde occidental depuis la dernière guerre mondiale par la patrie de Washington, les réussites de son industrie, la simplicité de ses méthodes d’éducation, l’importance grandissante du technicien, du commerçant, de l’industriel, de l’homme d’affaires dans notre milieu orientent vers les établissements d’enseignement américain un nombre chaque année croissant de jeunes Haïtiens en quête d’une rapide formation spécialisée.

131Ceux qui n’ont pas la possibilité de traverser l’océan apprennent par correspondance, qui la mécanique, qui la radio, qui la comptabilité. En même temps un « Institut Haïtiano-Américain » établi à Port-au-Prince depuis 1942, encourage, avec des moyens puissants, l’étude de l’anglais et poursuit l’œuvre de compréhension et de rapprochement inaugurée depuis la libération.

132De leur contact avec la vie, la civilisation et le livre américains, nos compatriotes gardent en général un langage farci d'anglicismes, et, comme leur position sociale et leurs titres universitaires leur créent des imitateurs, ils le répandent aisément autour d’eux. Il n’est pas sans intérêt de rapporter telles phrases typiques recueillies dans leur conversation : Ce n’est pas le feature ordinaire des maisons américaines (L. F., ingénieur, 60 ans environ) (entendez : la physionomie, l’aspect, le plan). J’attends encore ma copie (entendez : mon exemplaire) de ta conférence (M. W., universitaire, 28 ans). Je ne lui ai pas encore payé visite (le même). Il y a un sérieux move pour rattacher la radio à la presse (i. e. : une forte tendance) (F. M. L., journaliste doublé d’un poète, 40 ans environ). Comment aimez-vous ces disques ? (transposition de : How do you like) (un étudiant de 29 ans). Est-ce le gage ordinaire de la voiture ? (la quantité d’essence qu’elle peut prendre) (T. R., diplômé en administration, 40 ans environ). Ils ont déjà leur schedule (leur itinéraire) (un employé d’administration, 35 ans, ingénieur). On a l’impression de faire un véritable flight quand on monte dans un élévateur (entendu le 27/7/1953 d’un nouvellement débarqué des U. S. A.) Je faisais à Broadway une enquête sur le minimum wage (i. e. le salaire minimum) (Mme R. V., 1951). Laisse-moi savoir demain ce qui aura été décidé (M. W., le 21/5/1954).

133Le journal, hier si hostile à la pénétration de l’anglais, en est devenu l’un des plus sûrs agents. Le journaliste fait usage aujourd’hui de termes anglais non seulement pour nommer des choses techniques dont il est excusable d’ignorer les noms français, mais même dans les cas où le terme français semble plus naturel et plus aisé à trouver. Nous en voulons pour preuve les trois phrases suivantes :

134Le salaire des ouvriers non qualifiés est fixé à G. 1.20, des foremen et des checkers à G. 2.50, des watchmen à G. 2.90 (Démocratie, Ier juillet 1952 — 1-3).

135Une démarche a été entreprise auprès du ministre D... pour que son Département intervienne dans le commerce de la gazoline. Les dealers, malgré la solution conciliante récemment intervenue entre eux et le Département du Travail quant aux salaires à payer aux watchmen des stations, se trouveraient dans une situation embarrassante (Nouv., 14/2/1952).

136Dans les voies larges... le chauffeur qui tourne à droite doit s’engager dans le lane situé à l’extrême droite de la voie (Nouv., 13/12/1952 — 1-3).

137Le quotidien publie en même temps des nouvelles étrangères en provenance des États-Unis et mises en français par des traducteurs pressés, mal payés et mal préparés à leur tâche ; ces traductions charrient tout un flot d’anglicismes qui finissent par s’imposer avec le temps.

138L’influence du journal s’exerce même dans les couches de la population où l’anglais n’a pas fait de progrès : il est en effet l’unique nourriture intellectuelle de beaucoup de gens ; c’est la seule forme de l’imprimé qui s’introduit dans tous les coins des villes et des bourgs.

139Le développement très récent du tourisme n’a pas peu contribué à la vogue de la langue anglaise et des anglicismes. Haïti reçoit actuellement tous les ans près de cinquante mille touristes, américains pour la plupart. Pour plaire à la clientèle et lui épargner les moindres efforts, les agents de Tours et les hôteliers américanisent le plus possible le cadre où doit vivre le voyageur : les enseignes qui le guident, les avis à l’intérieur de l’hôtel, les légendes portées sur les cartes postales qu’on lui destine sont en anglais.

140Les relations culturelles, les voyages, le journal, le tourisme ont donc modifié ces derniers temps, les conditions de la concurrence du français et de l’anglais au profit de cette dernière langue et favorisé l’introduction de bon nombre d’anglicismes dans des secteurs qui avaient été préservés au début.

141Voici maintenant quelques exemples pris tant à la langue parlée qu’à la langue écrite.

7° Voyages et transports

142Clipper « avion » ne se dit pas, mais est très courant dans la langue cursive-Contrôleur (= conducteur) : Le contrôleur du train (L. P.).

143Ligne : Compagnie de navigation maritime ou aérienne : La PAN AMERICAN AIRWAYS, la ligne aérienne la plus expérimentée du monde (Publicité).

144Parking (= garage) : Par endroits les trottoirs sont de véritables parkings (Nouv., 7/6/1952 — 4-3). Un parking à la place Geffarrd ou ailleurs rendrait beaucoup de services à la collectivité (Mat., 15/3/1952). Des parcs, des jardins, des parkings pour voitures seront construits (Phalange, 3/12/1955 — 2-5).

145Le mot parking se réfère également, par extension, au fait de stationner : Nous sommes certains que le Département de la Police n’a pas accepté d’avaliser ces instructions intempestives qui privent la circulation et le parking en ville, déjà si difficiles et si compliqués, de quelques espaces supplémentaires (Le Jour, 12/9/1956—1-4).

146Réservation (faire une —, ou prendre une —) : retenir sa place à l’avance dans l’avion, le bateau ou l’hôtel : Haïtian Travel Service est à vos ordres pour prendre vos tickets d’avion et faire toutes vos réservations d’hôtel à l’étranger (Mat., 15/11/1952 — 8).

147Steward et stewardess (hôte de l’air, hôtesse de l’air) : Une stewardess a été hypnotisée (Mat., 28/8/1953 — 1-2). Des membres de l’équipage, dont les charmantes stewardesses H. E. et T. H., ont fait avec regret leurs dernières emplettes à Tam-Tam et chez Carlos (Nouv., 17/3/1956 — 8-4).

148Travel Agents : Agents de voyage.

149Traveler’s chèques (L. P.) (= chèques de voyageurs).

150Transportation (= transport des passagers ou des marchandises). Pour la question de transportation, il y a de graves difficultés (Mlle E. M., élève d’enseignement supérieur, 1953). Les risques nouveaux de transportation l’élévation des frais d’assurances des bateaux-citernes... tout cela devait alourdir les prix de revient (S. Alexis, Mat., 10/9/1956 — 8-6). Jouirons-nous bientôt du système de transportation qui est en train de devenir si populaire aux ÉtatsUnis (Nouv., 22/9/1956 — 8-6).

151Vol, n. m. « départ d’avion ». Trois vols par semaine vers New-York (sur une affiche publicitaire de la Pan American Airways à Port-au-Prince). Pan American offre plus de 100 vols par semaine... (Publicité).

1522) « l’avion lui-même » : le vol 224 va décoller dans un instant (L. P.). Par un avion de la P. A. A. du dimanche 13... sont partis l’ingénieur J. V. et sa femme... Et l’ingénieur A. R. a pris également le même vol (Nouv. Monde, 20/7/1958 — 3-4).

8° Éducation

153Back-ground (= connaissance de base). Il faut dire, en toute bonne foi, que le personnel enseignant ne peut pas arriver à donner en trois ans, à des étudiants ayant un back-ground intellectuel aussi bas, une sérieuse formation classique ou professionnelle (Rapport de Mlle C. M., inspectrice à la D. G. E. U., in Bulletin no 1 de la D. G. E. N., 1949, p. 68).

154Boy friend et girl friend (= camarade de classe). Mais ces expressions prennent de plus en plus, dans la vie sociale haïtienne, le sens d’amant et d’amante.

155Chairman (= directeur d’études ou même toute personne qui dirige un groupe de discussion, une assemblée). C’est également l’opinion du chairman du Département des Sciences sociales (Lettre d’un étudiant haïtien à Fisk University, le 25/11/1952). Ce soir, table ronde à l’Institut Haïtiano-Américain. Sujet : Littérature haïtienne. Chairman : M. L. (Nouv., 16/3/1953 — 6-8). Les débats sont dirigés par deux co-chairman. A. Aristide par exemple a rempli le rôle de co-chairman à la place de J.-B. Romain absent avec David Ridney de l’Université de l’Inde (Emm. C. Paul, Nouv., 12/9/1956 — 1-1).

156Curriculum (= durée des études ; plan d’études). Le programme des cours classiques a été point par point entièrement reconsidéré... le relèvement et l’extension du curriculum des études classiques (Nouv., 3/10/1951 — 1-4).

157Éducationnel a presque supplanté éducatif. Les différences dans les traditions éducationnelles des deux peuples rendaient assez difficile cette collaboration (M. Dartigue, L’enseignement en Haïti, p. 15). De retour en Haïti, ils (ces diplômés) accordaient très peu de leur curiosité à nos régions minières, se soucièrent à peine de nos problèmes éducationnels (René Victor, Vues sociologiques, p. 12).

158Lettré (= qui sait lire et écrire). Formé peut-être d’après l’anglais : illiterate. Le lecteur habitué à l’aspect physique de la page française n’a pas pu être utile à la campagne, puisqu’il ne parvient pas à lire facilement ce qu’il est censé enseigner. Le dilemne a consisté à utiliser des « illettrés » comme éducateurs. Il faut autrement que l’éducateur déjà « lettré » s’analphabétise (F. M. L., Nouv., 7/8/1956 — 1-2).

159Seminar et séminaire (= congrès, conférence, groupe d’études). Sous les auspices de l’O.N. U. et du Gouvernement Brésilien il se tiendra à Rio de Janeiro un séminaire d’administration publique (Nouv., 7/11/1951 — 1-7). J’ai fait partie de ce groupe des coopératives durant le seminar de la Jamaïque (J. Lauture in Mat., 12/11/1952 — 1-6). Hier après-midi se sont poursuivis les travaux du Séminaire sur l’Enfance à l’auditorium du Département du Travail (Le National, 12/8/1953 — 1-5). Clôture du Seminar des Instituteurs dans le Sud (Le National, 7/9/1955 — 1-3). Le but du Seminar est l’étude des moyens en vue d’améliorer le standard de la presse américaine et de fournir l’occasion d’un échange fructueux d’information entre journalistes de différents pays (Nouv., 22/8/1956 — 1-1).

160Superviseur et supervision ont détrôné inspecteur et inspection, contrôleur et contrôle ou direction, d’abord dans les cadres de l’Enseignement rural haïtien, puis dans les secteurs du travail privé et de l’Administration. Un nouveau programme fut élaboré et un système de supervision fut organisé par l’emploi comme inspecteurs d’un groupe de directeurs efficients de fermes-écoles. Ce groupe de superviseurs, au nombre de onze, suivirent des cours (M. Dartigue, L’enseignement en Haïti, p. 20-21). Directeur du Théâtre de verdure Massillon Coicou, Monsieur T. B. a aussi le titre de Superviseur de la Troupe folklorique nationale (Le Jour, 21/1/1956 — 6-2). Que tout Haïti ne fasse qu’une équipe travaillant sous la supervision d’un même chef (A. Chs., Le Rempart, 30/9/1950 — 6-4). Les travaux sont effectués sous l’active supervision de l'Agronome du district de Fort-Liberté M. A. G. (Le National, 11/8/1956 — 1-4). Le mot supervision est parfois associé à contrôle : Ces examens sont placés sous l'active supervision et le contrôle de l’Assistant-Directeur général... (Nouv., 22/9/1956 — 8-4).

161Superviser (= inspecter, contrôler). L’inspecteur E. Barbot a visité, hier matin, le lycée Anténor Firmin et a supervisé des cours d’anglais et d’espagnol qui s’y donnaient à ce moment-là (Nouv., 31/1/1956 — 6-6). Les Experts de la General Conventry supervisent les travaux de la mise en place du matériel (Le National, 6/9/1956 — 1-7).

162Test est employé pour désigner les examens traditionnels : Les élèves des trois classes fonctionnant actuellement n’auront pas à subir cette année les tests de contrôle du premier trimestre (Mat., 22/11/1952 — 8-3) ; puis, par extension, toute sorte d’expérience : Les tests nucléaires ont pris fin dans le Pacifique (Mat., 29 et 30/7/1956 — 2-5 et 6), et même des examens médicaux : Le Président Eisenhower va se soumettre à un dernier test médical (Le Jour, 23/10/1956 — 1).

163Tester a pris également le sens de : examiner un élève et, par extension, examiner le fonctionnement, la valeur d’un objet quelconque : Voulez-vous tester pour moi le no 5668 ?, i. e. : voir s’il fonctionne (Mme P. P. au téléphone, juin 1956).

164Training (= formation, entraînement, habitude acquise) : Il n’a pas le training nécessaire (L. P.). Parmi les nouveaux venus qui exercent leur premier mandat, l’unique révélation : R. M., de Jérémie. Élocution facile et profondeur de vue. Il ne lui manque que le training (Indépendance, 22/3/1956 — 2-1).

165Workshop. Courant dans la langue parlée au sens de : journées d’études ou de discussions sur des problèmes d’ordre littéraire et scientifique.

166En outre, on désigne couramment en anglais des matières du programme d’études. Il a étudié le business administration (i. e. : l’administration et, plus couramment, l’administration d’une affaire commerciale) ; les public rela¬ tions (i. e. : la publicité) ; le nursing ou nursery (i. e. : l’art de soigner les nourrissons) : Mme P. passera trois ans et six mois à Montréal où elle étudiera le nursing (Nouv. 28/8/1955 — 1-5). Durant son séjour en terre canadienne, elle étudiera le nursery dans un grand centre hospitalier (Le National, 8/8/1956 — 8-4). Nous avons appris avec un réel plaisir que le jeune G. H. est définitivement rentré au pays après avoir passé trois ans aux États-Unis, muni de son diplôme de Business Administration qu’il a brillamment obtenu à Georgetown University à Washington (Indépendance, 9/9/1956 — 1-5).

167Les titres universitaires délivrés aux États-Unis sont également conservés sans changement ou simplement transposés. Il a obtenu son master ou son master’s degré (L. P.) ou bien il a son M. A. (Master of Arts), son M. S., son B. S. (L. P.) Les journaux emboîtent le pas à la langue parlée : Dr Paul Moise, Master of Public Health (Nouv., 1/9/1951 — 1-8). Dr Gérard Bastien, dentiste post-gradué de l’Université de Michigan (Le National, 16/12/1953 — 2-4). Nous avons été particulièrement heureux de recevoir ce matin en notre rédaction la visite du Dr Gérard Helmké... ex-fellow de la Cleveland Clinic (Nouv., 22/8/1956 — 1-3).

9° Particularités intellectuelles

  • 3 Le mot scientiste est relevé dans le Larousse du xxe siècle avec le sens suivant : qui a le culte (...)

168La langue parlée connaît : condensé « résumé d’une étude, d’une thèse, d’une conférence », copie (= exemplaire d’un livre, numéro d’un journal) ; foot-notes (= notes au bas de la page) ; brain (= intelligence) ; survey (= relevé des notes d’un élève) ; ou une « enquête sociologique » ; scientiste (= savant, chercheur)3.

169Quant à la langue écrite, elle fournit peu d’exemples de particularités intellectuelles, exprimées par des mots anglais. En voici quelques-uns : Copie : Nous devons certainement les demandes réitérées de copies supplémentaires de nos éditions... (Le Jour, 30/6/1955).

170Délivrer un discours (Mat., 25/5/1953 — 3-4).

171Fellow : Remise des diplômes de fellow du chapitre haïtien du Collège International des Chirurgiens (Programme des Journées médicales in Haïti-Journal, 11/7/1951 — 4-4).

172Quiz (= questionnaire) : Réponses du Quiz no 7 (Zingl., 6/6/1943 — p. 13). Le quiz de la semaine (ib., 13-6-1953, p. 13).

173Scientiste : En scientiste ayant une mission sociale et humaine (L. H., in Mat., 20/5/1951 — 1-5).

10° Hygiène, médecine et chirurgie

174Nous n’avons pas relevé, dans le français parlé d’Haïti, beaucoup de termes anglais appartenant à la langue de la médecine et de l’hygiène, non que nos médecins et infirmières aient été préservés de la contagion des anglicismes, mais parce que la langue générale n’a pas subi l’influence de cette catégorie sociale. Plaster et nursing, déjà notés p. 216 et 224, brake down, check up, sanitation sont à peu près les seuls courants. Les exemples qui suivent appartiennent à la langue parlée autant qu’à la langue écrite :

175Brake down : surmenage : Je suis atteint de brake down (R. S.), 1956.

176Check up : révision d’un moteur et, par transfert de sens, examen général de l’état physique d’une personne apparemment saine : Pour le présent quart d’heure, notre Président est à « New England Baptist Hospital » pour un « check up » de deux jours (Rigaud C. Magloire, Circuit Artibonite, 26 et 27/2/1955 — 3-6). Hier, après-midi, au milieu d’un concours empressé de parents, d’amis et d’officiels du Gouvernement, le Chef de l’État, accompagné de sa distinguée épouse, a pris l’avion à destination de Philadelphie où, sur l’avis de son médecin, le Dr Anténor Miot, il subira un check up au Temple Universitary Hospital (Le Jour, 11/9/1956 — 1-1). Lozano est parti par avion pour les E. U. A. en vue d’un repos et d’un check up médical (Mat., 16 et 179/1956, p. 2, col. 7).

177Odeurs offensantes (exemple unique) : Les « clorets » débarrassent votre haleine des odeurs offensantes (Publicité commerciale in Mat., 9/4/1952).

178Sanitation : « hygiène publique, assainissement, administration de l'hygiène publique » : Le Département de la Santé Publique exécute actuellement un programme de sanitation de grande envergure à travers la République (Mat., 5/9/1952 — 1-3). Le mot sanitation est repris deux fois dans le même article, p. 1, col. 4 et 5. Il est actuellement à Porto Rico étudiant les méthodes de curage d’égouts et de sanitation dans l’État Libre Associé (Le National, Le Cap et ses environs, 9/8/1956—3-8). Il (M. L. C.) est dans la sanitation (M. L., le 8/10/1953). La sanitation de Hinche, d’accord avec le Directeur du Service de la Santé en ce district... s’adonne à la réfection des rues, de ponceaux, de canaux (Maurepas Robillard, Le National, 18 et 19/5/1955— 5-6). Au moment où le tourisme atteint le stade du « big business », il nous faut un plan minimum de sanitation pour Port-au-Prince (Le Jour, 22 et 23/6/1956 — 6-6). Test : examen médical : Les tests-contrôle seront achevés aujourd’hui (Nouv., 15/9/1956 — 1-2). Par extension toute action exercée sur une personne ou sur un groupe pour déterminer ses réactions : C’est un test concluant en faveur du candidat qui n’a jamais perdu la foi en la constance et en la sympathie de son peuple (Le Rempart 1/2/1957 — 4-4).

11° Vie sociale — Spectacles — Divertissements

179La langue de la vie sociale — la langue parlée surtout — a accueilli ces temps derniers beaucoup de mots anglais et d’anglicismes. Quand deux amis se rencontrent, c’est par les mots « what news ? » qu’ils essaient en général d’amorcer la conversation. Un pacte, une entente se concluent, moins souvent sur les expressions françaises : « D’accord ! Convenu ! Entendu ! Bien ! Ça va ! », que sur les expressions ou mots anglais : All right ! Fine ! O. K. ! Good ! « Bien sûr » est concurrencé par Sure. Dire « au revoir » est une marque de distinction raffinée et qui est même collet monté dans certains milieux : on se quitte en se disant : Good luck ou bien good bye qui cède de plus en plus la place à une forme plus familière et plus concise : bye bye ou, plus exactement babye. Le mot « merci » recule devant Thank you et Thanks, Junior l’emporte sur « cadet » et « fils » (Robert Junior, Charles Junior) ; cependant senior pour « aîné » ou « père » est à peu près ignoré. On va assister, non pas à un spectacle folklorique, à un numéro de danse ou un récital de chant, mais à un show folklorique ou à un show tout court. Ce dernier mot a même pris le sens de « exposition de machines ou d’objets quelconques à vendre » ; le mot night club a supplanté « cabaret », trop humble, ou « boîte de nuit » et « dancing » qui se sont aussi détériorés ; au dancing on paie le « cover charge », « surplus pour le couvert » ou le minimum charge ; drive in vient de faire son apparition il y a quelques mois au sens de « cinéma en plein air », de même que grill et luncheon au sens de « bar, cabaret, restaurant ».

180Il existe aussi dans la langue écrite quelques exemples typiques de termes relatifs à la vie sociale.

181Admission : entrée payante à un bal ou un spectacle : Cabane Choucoune présente samedi soir... le célèbre saxophoniste cubain Aquilino. Admission : 2 dollars (Nouv., 17/8/1956 — 6-2).

182Cocktail party : Inviter à un cocktail party : inviter à un cocktail, à une réception. A l’issue de ce meeting, le Président fut invité à un cocktail party organisé en son honneur (Mat., 16/9/1952 — 8-6).

183Cover charge : En outre, la direction s’est vue dans l'obligation de prévoir un modique cover charge d’un dollar pour défrayer les améliorations apportées aux attractions (Mat., 12/8/1958 — 4-1).

184Drive in : Voilà certes des avantages qui auront pour effet de faire affluer les voitures vers le drive in (Mat., 7 et 8/9/1958 — 4-3).

185Night Club : employé dans le libellé de nombreuses enseignes : Simbie night club, Bohème night club, Rumba night club, Shango night club et parfois ramené à son second élément : Vodou club, Bambou club, Siboney club ; est également fréquent dans les journaux : Malgré une surveillance redoublée de la police aux abords des salles de spectacles, night-clubs de Port-au-Prince et de Pétion-Ville... (Haïti-Journal, 4/1/1951 —4-5). Le Nigh (sic) club à la mode « Aux Calebasses » était comble à craquer, le jazz mettait des fourmis aux pieds des invités (Rasoir, 12/8/1956 — 1-3).

186Party : réception : Bacchus y assistant, le party fut, comme on se l’imagine bien, des plus réussis (Le National, 28/7/1953 — 1-7).

187Surprise party : soirée imprévue : Le lendemain, le groupe haïtien à Washington organisa une surprise-party chez les Montlor en l’honneur du Président de la République d’Haïti (Mat,. 29 et 30/7/1956 — 5-6).

188Tea-party : un thé : Un tea-party en l’honneur de Madame P. E. M. (Le National, 15/10/1953 — 1-5).

189Show : Ce fut une fête splendide. Il y eut deux shows (Nouv., 10/4/1950). Mais cette fois-ci on sentait qu’elle chantait mieux et que le show était des mieux réussis (Étincelles, 29/9/1952 — 6-2). Chaque vendredi soir, le chœur Michel Déjean organise un show à l’Hôtel Ibo-Lélé de Pétion-Ville (Le National, 15/2/1954 — 8-4). Poursuivant la série de shows au Casino International, les artistes de la Revue de Paris ont connu à nouveau samedi et dimanche soir un éclatant succès (Le National, 15/2/1954 — 8-3). La Direction du Théâtre de Verdure « Massillon Coicou » avise les Agences de Tours, les chauffeurs de taxis, les guides et le public en général qu'à cause de la visite des membres de la ASTA, le show du jeudi 3 mai de la Troupe Folklorique Nationale aura lieu à Cabane Choucoune dès 9 h 45 p. m. (in Le Jour, 2/5/1956 — 6-2). Grand show de plantes ornementales le samedi 16 mai à 5 hres de l’après-midi... (Nouv., 13/5/1953 — 3-3).

190Welcome : Après la Dessalinienne et l’Hymne National américain, le docteur St. John, Directeur de l’Institut, souhaite le welcome (J. C. Milord, Le National 6/8/1956 — 4-1). Mme St. John souhaite le welcome aux professeurs et amis de l’Institut (id., ib.).

12° Fonctions, métiers et professions

191La langue parlée et la langue écrite désignent par des termes anglais un certain nombre de fonctions, de métiers et de professions, ainsi que ceux qui les exercent. Les activités dont il est ici question ne sont pas nouvelles pour la plupart, et les mots anglais se sont imposés sans qu’il y ait eu déficit du français :

192Auditeur : « comptable » : Expert-Comptable-Auditeur (Nouv., 23/12/1954 — 5-5). Comme on s’en souvient, notre compatriote avait voyagé mercredi dernier en compagnie de G. P., auditeur lui aussi à la Cour Supérieure des Comptes... (Nouv., 27/8/1958 — 4-5).

193Barman : garçon d’hôtel ou de cabaret : On demande de bons garçons de café et de bons barmen (Mat., 16/1/1952).

194Beautician (= qui donne des soins de beauté) : A la Belle Chevelure, Manager : Mme N. J. F., ex-beautician.

195Boy : souvent employé dans la conversation pour désigner un jeune domestique.

196Congresman : Membre du Congrès américain : Trente congresmen des ÉtatsUnis entreprennent une tournée en Amérique Latine (Nouv., 1, 2 et 3/11/1951).

197Dealer : Agent, représentant de manufacture : Tous nos compliments à la Maison Luciani et Behrman, dealer pour Haïti des produits Ford (Nouv., 9/5/1952).

198Desk clerck : Employé d’hôtel qui accueille les clients : On désire jeune fille parlant anglais, dactylographe, pour desk clerck dans hôtel (Nouv., 22/12/1954 — 6-5). Ce mot est souvent réduit à son premier élément : La gentillesse des barmen, le sérieux du desk ont donné à nos hôtes l'impression d’être chez eux (Nouv. 20/1/1956 — 1-2).

199Driver : s’est spécialisé au sens de « chauffeur expérimenté » et même de « chauffeur imprudent, qui dépasse la limite de la vitesse fixée par les règlements ».

200Dry cleaning : blanchisserie, nettoyage à sec. Très courant : L’importante question des « dry cleaning » (Étincelles, 8/9/1953). Je ne pouvais décemment prendre une vulgaire camionnette avec mon beau costume tout frais sorti du « Dry cleaning » (J. Large, Nouv., 17/8/1956 — 1-3). Nous annonçons avec plaisir que nos amis A. et J. viennent d’ouvrir... un dry cleaning pourvu d’un outillage moderne (Le Mercure, 5/9/1956 — 2-2). La langue parlée réduit parfois ce mot à son premier élément : Les associés de ce « Dry » ne sont pas d’accord (une employée de blanchisserie, le 19/7/1955).

201Dry cleaner : Propriétaire d’une blanchisserie, ouvrier d’une blanchisserie. Ce mot est d’un emploi plutôt restreint : Le service de la formation professionnelle du Bureau du Travail rappelle aux Directeurs des Établissements de Dry Cleaners... (Communiqué du S. I. P. P., 16/1/1952).

202Foreman : Contremaître, chef d’équipe, contrôleur — avec un pluriel anglais : foremen : Rassemblez ici les foremen, les polices et le personnel responsable (A. Lespès : Les Semences de la colère, p. 210). Un effectif de 2 000 hommes comprenant foremen, contrôleurs, chefs d’équipe... a été utilisé par les Travaux Publics au cours du mois d’octobre pour l’exécution de ces travaux (Le Jour, 16/11/1956 — 2-2).

203Forewarder, forwarding : Commissionnaire expéditeur, expédition (Nouv., 11/5/1953 — 1-6).

204Gentleman farmer : S’entend d’un citadin instruit qui va vivre à la campagne et s’occuper de cultiver ses terres.

205Producer : Producer il dirige des programmes de divertissements pour les employés et certaines grandes compagnies américaines (Nouv., 2/9/1958 — 4-2).

206Salesman : Hier matin, nous avons reçu en notre rédaction la visite de M. Kissileff, qui est général salesman de Sears, Roebuck et Co. (Le Matin, 19/1/1952). (Voir un autre exemple dans le même journal, no du 3/4/1954 — 8).

207Shine (de l’anglais shiner : cireur de bottes) : Un shine m’a traité de maroca parce que je l'engueulais (Zinglins, 30/10/1943, p. 6). Certains shines emportent les souliers des clients (Le Jour, 22 et 23/7/1955 — 1-5).

208Stevedor-contracteur (= chef des débardeurs) (Nouv., 7/6/1958 —4-5).

209Travel agents (agents de tours, v. p. 221).

210Vamp : fille de joie, femme ensorceleuse, enjôleuse et qui vit du prix des faveurs qu’elle accorde aux hommes.

211Watchman (= surveillant, gardien) : Écoutez plutôt les déclarations du watchman (Le Jour, 12/3/1956 — 6-3).

212La langue parlée et la langue écrite ont également emprunté ou forgé de nombreux composés en suffixant le terme man ou woman à un premier élément désignant l’activité du professionnel.

213Bussman (= conducteur de buss) : en voie de disparition, parce que les taxis ont remplacé les buss.

214Cameraman (= photographe) (Mat., 25/1/1952).

215Jazzman (Rasoir, 2/11/1952 — 1-1).

216Line-man : (Mat., 2/11/1952 — 4-3), ouvrier qui travaille sur la ligne téléphonique ou celle du courant électrique.

217Radioman (Mat., 2/11/1952 — 4-3).

218Taximan, taximen (Le Jour, 9/8/1956 — 1-1).

219Tennis-women (Nouv., 15 et 16/12/1952 — 1-2).

220Quand ils parlent d’un fonctionnaire ou d’un professionnel américain, nos journalistes se contentent de juxtaposer à leurs noms, sans aucune modification, leurs titres anglais ou la désignation de leurs professions : Le programme se termina par une Adresse du Public Affairs Officer de l’Ambassade, Mr. Homer Gayne (Démocratie, 1/7/1952 — 1-1-). Nous avons actuellement dans nos murs Mr. Kenneth N. Stanley Moss, Food and Beverage Manager de Caribe Hilton à Porto-Rico (Nouv., 26/9/1953 — 1-3). A l'arrivée du Président, il fut reçu par l'Acting Director du Point IV (Le National, 29/6/1955 — 1-4). Les hommes étaient sous le commandement du Major général Williams, assisté de Don Sturgill, Acting Commissaire pour la Santé Publique (Mat., 16 et 17/9/1956).

221Et la tendance à appliquer ces mêmes titres à des Haïtiens se manifeste dans un énoncé comme celui-ci : L’Amphitryon était M. Paul Baussan, Public Relations des Grands Magasins « La Belle Créole » et du « Rhum Barbancourt » (Nouv., 8/9/1956 — 2-4).

13° L’Architecture : la maison, l’hôtel et leurs différentes parties, l’ameublement

222Le vocabulaire de l’architecture n’a pas été préservé contre l’influence de l’anglais, bien que les emprunts appartenant à ce secteur aient été peu nombreux. En voici les plus courants : Air conditionné « climatisation », « air climatisé » : Appareil à air conditionné (L. P.). M. B. nous reçoit dans son étude où, par ces temps de hautes températures, on a la chance de souffler un peu et de respirer dans la fraîcheur de l’air conditionné (Mat., 27 et 28/3/1953 — 1-2).

223Basement : sous-sol : J’ai visité la maison du basement à l’étage (Mme F. G., 60 ans environ, 1951). La salle de jeu se trouve ordinairement au basement (un professeur d’université, 50 ans environ).

224Desk : bureau : Au desk, j’ai rencontré X (un journaliste, 35 ans environ, 1952).

225Fournitures : meubles : A vendre pour cause de départ fournitures pour maison, parfait état (Avis in Nouv., 10/4/1954 — 2-6). Appartement à louer pour personne seule, avec ou sans fourniture (Le Jour, 3/9/1956 — 6-1) ; même journal, 18/1/1956 — 6-6).

226Living-room (= vivoir) : A vendre une grande maison en maçonnerie à Desprez, Bellevue, grande galerie, living-room (Annonce in Mat., 5/1/1952).

227Lobby (= salle d’attente) : On sait que seuls les chauffeurs d’agences de Tours ont le droit de pénétrer dans le lobby de la P. A. A. (Nouv., 4/6/1952 — 4-4).

228Roof-garden : L'objectif principal du Comité pour le moment se limite à la réalisation des escaliers donnant accès au local de l'Avenue Truman ainsi qu’au « roof-garden » (Bulletin Chambre de Commerce d’Haïti, fév.-mars 1952, p. 35). Hier soir, l’inauguration du « roof-garden » de l’Hôtel Choucoune fut un éclatant succès (Nouv., 3/12/1953 — 8-3).

229Sea-wall (= front de mer) : Les grands travaux du Cap vont bon train. Le seawall est en voie d’achèvement (Nouv., 19/9/1951). Un sea-wall en béton cyclopéen sera construit sur une longueur de plus de 200 mètres (Mat., 24/8/1954 — 1-7).

230Venitian-blind : Volets en lames de métal.

14° Qualités et défauts des personnes et des choses

231La langue parlée et la langue écrite emploient couramment des adjectifs anglais désignant des qualités physiques tels que : full et clean ; on parle de disque long playing et short playing, d’appareils de radio high fidelity, de montres shock proof et water proof, de femme glamour (belle élégante, ensorceleuse. Dans le commerce des costumes importés, il est couramment question de costume « short, long, regular ou medium ». Mais on recourt plus rarement à ceux qui dépeignent des qualités morales, tels que : rough « mal élevé », et shocking « déplacé, déplaisant, inconvenant ». Le mot O. K., qui fonctionne comme verbe et comme interjection, joue également le rôle d’une épithète passe-partout qui signifierait : « bon, à point, préparé », dans la langue familière : A ces cours pour lesquels je suis O. K., j’ai ajouté d’autres (Lettre de C. J., étudiant à une université américaine, le 10/2/1953). Je me sens O. K. pour les autres matières (id., ib.).

232En outre, les calques suivants sont courants pour caractériser des êtres et des objets :

233Adéquat, adj. (= approprié aux circonstances) : Des mesures adéquates seront prises (L. P.).

234Anxieux, adj.

  1. Qui se hâte de faire quelque chose par avidité : L’admirable travail de T. L. et de M. qui, livrés à leurs propres forces, ont pu forcer l’habitant à présenter une bonne denrée, serait plutôt handicapé par certains gros bonnets de la capitale, anxieux de rafler la récolte (E. Roumer, Le National, 16/12/1953 — 3-1).
  2. Qui désire ardemment : Les Égyptiens paraissent très anxieux d’avoir des pilotes du Canal qui relie la Baltique à la mer du Nord (Mat., 30/8/1956 — 2-3).
  3. Curieux de savoir : L’opinion publique est anxieuse de la décision qui sera prise vis-à-vis de « Le National » (Haïti-Miroir, 21/2/1957 — 3-3).

235Conjoint, adj. (= qui se fait d’un commun accord) : Voici le texte de la déclaration conjointe que nous a transmis le SID (Nouv., 22/12/1958 — 1-3) ; se dit également de l’autorité, lorsqu’elle est partagée entre deux personnes qui agissent cependant d’un commun accord : Les opérations... commencent le 2 février sous la direction et la responsabilité conjointes du major R. B. et de M. A. C. S. (Communiqué officiel in Nouv., 31/1/1959 — 1-1).

236Correct, adj. : « exact, juste, régulier », en parlant d’une personne ; s’emploie plus rarement, et seulement dans le langage familier, en parlant d’une personne, au sens de « compétent, capable, dont les services sont appréciés » : Si les estimations de la production mondiale sont correctes... (Démocratie, 23 et 24/5/1952 — 4-5). Le but marqué par Haig était-il correct ? (Nouv., 20/11/1953 — 1-2).

237Drastique, adj. : « sévère » en parlant des êtres et des choses : C’est un monsieur drastique (L. P.). Des mesures drastiques (L. P.).

238Dynamique, adj. : prend de plus en plus la place de « actif, entreprenant, énergique » : un ministre dynamique, un commerçant dynamique (L. P.).

239Effectif, adj. : « qui a force légale, qui est en vigueur » : La mesure sera effective à partir de... (L. P.).

240Gentilhomme, n. et adj. : « bien élevé, d’une politesse raffinée » (transposition de gentleman) : Humaniste consommé, gentilhomme, il domine par sa profonde culture le sujet de ses cours-conférences (J. C. Milord, Le National, 6/8/1956).

241Qualifié, adj. : « qui a qualité pour » : Nul n’était plus qualifié que notre éminent collaborateur L. L. de recevoir la mission hautement honorable... (Notre Temps, 13/8/1951).

15° Les calques et les emprunts sémantiques divers

242Les calques forment le groupe le plus imposant des anglicismes du français d’Haïti : nous rangeons sous ce titre des mots anglais transposés dans notre français avec leur sens originel soit à cause de l’identité graphique du mot dans les deux langues (évidence, convention, réhabilitation), soit à cause de l’identité des racines ou de l’aspect français des suffixes (sanitation, opportunité). De la sorte, tantôt un mot français emprunte le sens d’un mot anglais graphiquement identique : évidence prend le sens de « preuve » ; convention, celui de « réunion » ; réhabilitation, celui de « rénovation », « relèvement » ou même de « rééducation » ; tantôt un mot anglais d’apparence française et de racine latine emprunte les sons du français et passe en F. H. avec son sens anglais : sanitation prend le sens de « assainissement, hygiène » ; opportunity « opportunité, occasion ». La traduction des nouvelles étrangères transmises en anglais, la lecture chaque jour accrue des revues et des livres anglais par les intellectuels haïtiens sont à l’origine de la plupart de ces calques.

243Nous avons déjà mentionné en leur lieu et place : transportation, éducationnel, supervision, sanitation, admission, application, etc... Voici d’autres exemples de calques relevés pour la plupart dans les journaux haïtiens :

244Célébrer un congrès, une réunion, une conférence (= tenir) : Les hauts gradés ont célébré une réunion privée dimanche soir (Mat., 24/8/1954 — 8-1) ; ib., 14 et 15/1/1954 — 1 ; 6 et 7/9/1953 — 1-1 ; 30 et 31/12/1952 — 12-5. Les leaders politiques syriens célèbrent d’urgentes conversations pour essayer de résoudre une crise provoquée par une offre de démission du Président S. el Kuwatly (Le National, 6/8/1956 — 7-2 ; ib., 10/9/1956 — 1-7).

245Célébration est employé à la place de « réunion » : La Grèce a demandé aux trois grands Occidentaux d’ajourner la conférence sur le canal de Suez et de changer le lieu de sa célébration (Mat., 9/8/1956 — 6-3).

246Ou bien par redondance dans : La célébration du 264e tirage de la Loterie de l’État haïtien aura lieu le...

247Conduire un programme, une discussion : les diriger : Le programme est depuis quatre années conduit avec compétence par l’ingénieur économiste J. A. (Nouv., 14/1/1955 — 1-2).

248Conduire une campagne : la diriger, l’entreprendre : Les résultats des campagnes antipianiques, conduites pendant des années (Le Jour, 14/3/1955 — 1-2).

249Contacter quelqu’un : prendre contact avec lui, pour lui faire des ouvertures sur un projet, pour solliciter sa participation, obtenir son concours.

250Contrôler (= maîtriser) : Il ne se contrôlait plus (L. P.). Plus de mille détenus de la prison de Montréal ont organisé un mouvement séditieux... la police a contrôlé le mouvement après 5 heures de lutte (Mat., 3 et 4/8/1952 — 1).

251Connecter, c. tr. : Connecter un téléphone, un appareil de radio (L. P.) : le brancher.

252Chapitre, n. m. (= filiale) : Comme il a été annoncé dans les journaux, la fête annuelle de la Maison Internationale chapitre d’Haïti se tient ce soir à l’Institut Haitiano-Américain (Étincelles, 17/11/1952 — 3-7).

253Connexion, n. f. (= liaison entre une ville et une autre par la voie aérienne) : J’ai dû passer la nuit à Miami : je n’ai pas trouvé la connexion pour New York (L. P.).

254Établissement d’une prise d’eau, embranchement sur la ligne principale du courant électrique ou du téléphone.

255Convention (= congrès, réunion, conférence) : Du 18 au 22 février s’est tenu à Petit-Goave, sous la direction du Pasteur Rémus Arbouet, la convention annuelle de l’Église de Dieu (Mat., 1 et 2/3/1953 — 2-4). Une convention médicale qui intéresse des médecins de toute l'Amérique sera tenue au Panama du 23 au 26 mars prochain (Le National, 10/2/1954 — 1-1). Ces trois visiteurs revenaient d’une convention à Puerto Rico quand ils se sont arrêtés ici. Cette convention a pour but de cimenter les relations du peuple américain avec ceux des Caraïbes (Nouv., 24/3/1955 — 1-5).

256Déconnecter (= débrancher) : La Compagnie Électrique par mesure de sécurité a déconnecté les câbles qui conduisent le courant électrique aux machines de la Fabrique de Mosaïques (Nouv., 7/3/1956 — 1-6). Au figuré, être déconnecté s’emploie dans la langue familière pour « être dans les nuages, n’avoir pas le sens des réalités, être inadapté ».

257Déconnexion, n. f. : Action de débrancher un fil conducteur.

258Dédiés, p. adj. (= qui se propose pour but de faire quelque chose) : Cette doctrine définit l’Urbanisme comme un Art, une Science et un politique dédiés à la création (A. Mangonès, Mat., 10/10/1952 — 7-3).

259Dissatisfaction (= insatisfaction, déplaisir) : Dans une note délivrée au Foreign Office Britannique, la République de Panama a exprimé sa dissatisfaction et sa surprise de n’avoir pas été invitée à participer à la Conférence sur Suez (Le Jour, 17/8/1956 — 6-3).

260Évidence, n. f. (= preuve, ce qui appuie une affirmation ; en évidence de : à l’appui de) : Vous trouverez ci-inclus un ordre de l’époque en évidence de ce que nous avançons (A. L., in Nouv., 4/6/1952 — 1-5). Le fait de ne pas déclarer les logements additionnels devant être occupés pendant l’exercice 1956-1957, sera considéré comme une évidence de fraude (Avis de l’Administration générale des Contributions publié au mois d’août 1956 dans les principaux quotidiens de Port-au-Prince).

261Facultés (= pouvoirs) : Le Tribunal constitutionnel fédéral composé de 23 magistrats qui forment la plus haute autorité juridique de l'Allemagne s’est réuni en session plénière pour décider, avec des facultés absolues, si le pacte de paix et de réarmement de l'Allemagne sont (sic) constitutionnel (Mat., 10/12/1952 —1-7).

262Flash éclair : Le mot flash signifie jet de lumière, éclair. Il est employé en Haïti, soit seul, soit associé à éclair comme en-tête des nouvelles brèves que rapportent certains journaux.

263Handicapé, n. et adj. : (= infirme) : Foyer des handicapés (enseigne). Les petits handicapés ont connu le plus grand succès dans l’organisation de piécettes, chansonnettes et de poèmes pour enfants (Le National, 30/6/1955 — 8-8).

264Futur (= avenir) : Quelle sera la situation dans le futur ? (L. P.).

265Introduction, n. f. (Lettre d’—) : (= lettre de recommandation) : Remettre à quelqu’un une lettre d’introduction pour un autre (L. P.).

266Journalistique, adj. : qui concerne le journalisme et les journalistes : La carrière journalistique (L. P.). Un nouveau confrère vient de faire son entrée dans l’arène journalistique (Nouv., 25 et 26/8/1958 — 1-8).

267Laisser le pays : traduction de to leave the country : quitter le pays.

268Librairie du congrès : transposition de Lihrary of Congress : bibliothèque du Congrès : De nombreux journaux américains ont publié en bonne place ce communiqué de la Librairie du Congrès relatif à la participation de cette institution à notre Cent Cinquantenaire (Le National, 1/1/1954).

269Matérialiser (se) v. pronom. (= se réaliser, se transposer dans la réalité).

270Message : lettre ou télégramme : Marquez vos messages : Via all America (Avis publicitaire).

271Mineurs (Événements —) : d’importance secondaire.

272Opportunité (= bonne occasion ou simplement occasion). Très courant : Durant notre séjour aux États-Unis, nous eûmes l’opportunité d’aborder ce sujet (R. Victor, Rassemblement, 28/6/1950 — 4-3). Il a profité d’une opportunité qui lui était offerte pour faire un coup de pied ici (Le National, 28/9/1954 — 5-2). Il serait plus logique que nous fassions en sorte que les Haïtiens préparés pour certaines tâches spéciales aient l'opportunité de servir d’abord leur pays OEdipe, 11/9/1956 — 4-2). Au champagne, M. H. Magloire... émet enfin le vœu que soit créé aux Gonaives un « Centre culturel » où les jeunes générations auraient l’opportunité de prendre contact avec leurs aînés, apprendre à les connaître et à se connaître entre eux (Circuit-Artibonite, 5 et 6/8/1956 — 4-4). La cérémonie donnera l’occasion aux nombreux dentistes formés par le docteur T... l’opportunité de renouveler leur gratitude à leur ancien professeur (Le Matin, 1/2/1954 — 1-4). Ce dernier exemple montre comment le rédacteur du Matin a subi, malgré ses efforts pour s’en affranchir, la tyrannie du nouvel usage. L’énoncé suivant, pris à une annonce commerciale, suggère une remarque analogue : Un jour seulement vous reste pour faire votre profit de cette grande occasion qui ne durera que jusqu’au 31 juillet. Profitez le plus possible de cette opportunité (Le National, 30/7/1956 — 3).

273Au pluriel, le mot opportunité est l’équivalent de « facilités, possibilités de progrès économique, intellectuel et moral » : Ce palais, c’est le portail ouvert sur... notre culture enfin, dont la profondeur se trouve étalée partout grâce aux opportunités offertes à tous (Discours du Sous-Secrétaire d’État au Tourisme in Nouv., 18/2/1950).

274Personnel (Ami —) : Se répand au détriment de ami intime.

275Possibilités au pluriel est employé :

  1. dans le sens de talent, intelligence en parlant d’un individu,
  2. dans le sens de ressources, avenir en parlant d’un pays, d’une entreprise : Ce garçon a de grandes possibilités. Notre pays a d’immenses possibilités (L. P.).

276Proéminent a presque détrôné éminent : Notre proéminent compatriote (L. P.).

277Promouvoir (= encourager, favoriser, faciliter, développer) : Selon les vœux de S. E. le Président de la République, il a été créé au Bureau du Travail une section d’Éducation dont le but est de promouvoir la mystique du travail (HaïtiJournal, 2/1/1949 — 1-4). L’un des points essentiels du programme du Président M. vise à promouvoir l’industrie en Haïti (Mat., 27/9/1952 — 1-3). Il (le Gouvernement) n’hésite pas à accorder, par mesures législatives, les exonérations et les détaxes susceptibles de promouvoir le développement économique (Discours du Secrétaire d’Etat des Finances, le 11/12/1952). Comme on le sait, le gouvernement travaille d’arrache-pied pour promouvoir l’industrialisation progressive du pays (Le National, 18/1/1953 — 1-1). En mettant au service de la vie les forces nouvelles que nous connaissons, nous pouvons promouvoir un nouveau genre d'existence dans le domaine de la technique (E. G. Chauvet, Nouv., 7/9/1956 — 1-2).

278Promotion (= développement, essor) : Le Gouvernement a pris, on le sait, une série d’opportunes et heureuses mesures en vue de faciliter la promotion du Tourisme chez nous (Nouv., 22/12/1955 — 1-3). A la demande du Gouvernement, les Cayes lui a été désigné comme poste officiel et l’on espère beaucoup de sa mission pour une promotion et un élargissement des activités coopératives dans cette région du pays... (Nouv., 6 et 7/8/1956 — 1-4). En un mot, ce fut un plein succès pour nos artistes... pour l’Office National du Tourisme qui a toujours répondu avec empressement à l’appel de son Bureau de New York en ce qui a trait à l’aide nécessaire à la promotion de l’œuvre touristique qu’il a l'honneur d’accomplir (Mat., 10/9/1956 — 3-4). A l’occasion de l’Exposition Universelle qui se tiendra à Bruxelles en 1958, il a été fondé dans ce même pays une association pour la promotion du logement (Le National, 22/9/1956 — 1-6).

279Reconditionnement, n. m. (= réparation, remise à l’état neuf) : Une entreprise de reconditionnement à neuf de pneus pour autos et camions (Le Jour, 18 et 19/5/1955 — 4-1). Reconditionnement des rues de la capitale (Nouv., 22/12/1955 — 1-7 et 8).

280Reconditionner (= réparer) : Trois cent quarante kilomètres de route ont été reconditionnés dans le même temps (speaker Radio Citadelle le 6/12/1955). A vendre : Des machines à coudre reconditionnées à l’état neuf de la fameuse marque Singer (Mat., 20 et 21/3/1955 — 6-4). Attention aux imitations et aux machines reconditionnées, il y en a beaucoup sur le marché (Nouv., 13/5/1955 — 3-4 et 5).

281Reconnexion (= rétablissement d’une prise d’eau ou du courant électrique dans une maison ; nouvel embranchement sur la ligne téléphonique) : La reconnexion coûtera un dollar (Avis de la Compagnie d’Éclairage Électrique).

282Redistribution (= nouvelle distribution) : La redistribution du revenu public (L. P.).

283Réhabilitation (= rééducation, ensemble des actions exercées sur une infirme pour le rendre apte à la vie sociale ; cette aptitude elle-même une fois acquise) : L’association haïtienne pour la réhabilitation des handicapés se fait le plaisir d’inviter les amis... à une conférence (Nouv., 13/5/1953—-6-4). C’est le moment pour nous de demander à qui de droit les raisons pour lesquelles le Centre de Réhabilitation de Frères inauguré depuis l’année dernière, n’a pas été ouvert au public jusqu’ici (Le Jour, 21/7/1955 — 1-3).

2842) Par extension éducation, relèvement de tous les déshérités du sort : Aujourd’hui nous abordons un aspect de la politique gouvernementale touchant la réhabilitation et l'émancipation des masses (Éditorial radiophonique de la Voix de la République d’Haïti, le 22/10/1953). Les résultats des campagnes antipianiques, conduites pendant des années, dans le cadre d’une fructueuse collaboration entre techniciens américains et haïtiens, ont abouti à la réhabilitation, tout au moins physique, en de vastes zones rurales, d'un nombre considérable de travailleurs agricoles (Le Jour, 14/3/1955 — 1-2).

2853) Reconstruction d’une ville, d’une région dévastée par des intempéries ou par la guerre : Les Nations Unies ont informé que 500 millions de dollars ont été affectés au programme de réhabilitation des régions dévastées par la guerre coréenne (Mat., 18/4/1952). Pour la réhabilitation de la ville des Abricots (Mat., 19/1/1956 — 1-8). Il (M. N. Nardesty) a déclaré qu’une aide additionnelle de 3 000 000 de dollars sera donnée à Haïti pour continuer le programme de réhabilitation entrepris à la suite du cyclones Hazel (Nouv., 17/6/1955 — 1-1). Projet de réhabilitation de la station agricole de Pourcine (Le National, 16/1/1956 — 1-6).

286Réhabiliter, v. tr. (= rééduquer, reconstruire) : Le but du Centre nouveau construit à Frères... est de réhabiliter l’infirme et de commencer sa réorientation professionnelle (Le Jour, 29/11/1954 — 1-8).

287Relations publiques : transposition de public relations.

288L’exemple suivant en précise le sens : M. Irwin Robinson sera chargé du service du « Public Relations », c’est-à-dire de faire paraître dans les différentes publications des articles favorables à notre pays (Le Nouveau Monde, 20/7/1958 — 1-6).

289Résidentiels (Quartiers —) : Quartiers où s’élèvent les villas et les maisons d’habitation, par opposition au quartier commercial où se trouvent les magasins : C’est au cours de cette semaine que commencera... le tracé de la nouvelle route devant aboutir à Ti-Faine où sera bâti un nouveau quartier résidentiel (Le Nouveau Monde, 31/8/1958 — 8-6).

290Roue libre, traduction de free wheeling : L’expression désigne tout d’abord l’état d’une voiture automobile qui marche à moteur éteint ; dans la langue parlée et familière, donner une roue libre, c’est offrir une place à quelqu’un dans sa voiture ou même le prendre gratuitement à bord d’une voiture publique : Prendre une roue libre, c’est se faire transporter sans bourse délier : J’ai raté une roue libre (Mme A. O., institutrice, 40 ans, le 14/9/1958).

291Rues simples (= rues à sens unique) : Plusieurs rues de la capitale ont été transformées en rues simples par le service de la circulation (Le Matin, 12/12/1952 — 6-6). On se plaint du nombre des rues simples. Les automobilistes, principalement les chauffeurs de taxi, sont continuellement indisposés à l’idée des longs détours qu’ils doivent faire pour déposer leurs passagers dans la zone des rues simples (Le Jour, 7/8/1956 — 1-7).

292Session, n. f. (= séance) : Après 16 sessions (publiques et secrètes) les Ministres des Affaires Étrangères des Quatre Grands réunis à Berlin n'ont réalisé rien de concret sur aucun point important (Le Matin, 12/2/1954 — 1). Le vote est intervenu après une session qui a duré toute la nuit (Le National, 14/8/1954 — 1-1 et 2). La Conférence de Londres a tenu sa première session hier (Le Jour, 20/8/1956 — 1-5).

293Quelquefois la transposition littérale d’où résultent la plupart des anglicismes que nous venons de voir, aboutit à de grossiers contresens ou des impropriétés violentes, comme dans cette phrase, traduite de l’anglais : D’après les journaux parisiens, Pinay a déclaré que la note a été offensive (sic) parce qu’elle critiquait les efforts de la France dans sa défense et faisait allusion à la Tunisie et d’autres questions semblables (Mat., 10/10/1952 — 1-3). Le discours d'Eisenhower a causé sensation dans le monde (Le National, 25/8/1956 — 1-6).

16° Mots dérivés ou composés

294La tendance à former des dérivés à partir de mots anglais ou des composés dans lesquels entre un élément anglais est assez faible dans le français d’Haïti. On peut noter seulement :

2951) Quelques verbes en er comme :

296Checker (pr. čéké) < check = collationner, pointer,

297contrôler, Clipser < clips = agrafer, attacher deux feuilles de papier ensemble,

298Flasher < flash = projeter sur un objet la lumière d’une lampe de poche,

299Gadger < gadje = mesurer le volume d’un liquide (pr. géğé),

300Jacquer (pr. ğaké) = soulever une voiture au moyen d’un cric,

301Ploguer < plug = boucher à l’aide d’un obturateur ou bien brancher un appareil fonctionnant à l’électricité,

302Patcher < patch = boucher un trou sur une chambre à air à l’aide d’une colle spéciale appelée « patch »,

303Poster une lettre — la déposer dans la boîte postale,

304Shooter < shoot = jouer le ballon, tirer au but,

305Stopper < stop = 1) réparer un tissu légèrement déchiré,

3062) arrêter l’élan d’un individu, le progrès d’une action.

307(A la même racine se rattache le nom stoppage pour désigner l’action de réparer un tissu.)

308Téper < tape = enrouler un isolant sur la partie dénudée d’un fil électrique,

309Tiper < tip = donner le pourboire à un garçon de café.

3102) Des noms d’instruments ou d’agents en eur ou er : un clipseur (un appareil à agrafer) ; un shooteur (un joueur dont le tir au but est précis) ; un checker (un contrôleur) ; un johbeur < job entendu dans un sens péjoratif : un prévaricateur.

3113) Des noms d’action en age : Le patchage des rues de la capitale, ou en ing : le patching des rues.

3124) Des noms composés de man ou woman : déjà signalés plus haut.

313Il est aussi intéressant de signaler le verbe défectif oquer formé sur les initiales anglaises O. K. et qui est d’un emploi très courant dans l’administration publique et privée au sens de : approuver, parapher : Il n’a pas encore O. K. la pièce.

314La plupart des anglicismes que nous avons signalés plus haut et classés suivant les secteurs auxquels ils appartiennent font déjà partie de la langue générale. Nous les avons relevés le plus souvent dans le journal, qui s’adresse à tout le monde. Ce ne sont pas uniquement les sportifs qui disent : un « goal », un « penalty », « shooter », « scorer », « game », ce sont les milliers de spectateurs qui assistent aux compétitions et qui ont l’occasion de parler foot-ball ou volleyball.

315L’intendant de maison ou le père de famille qui demanderait à acheter dans un magasin un « cric », une « douille », ou un « commutateur principal » risquerait de ne pas se faire comprendre du vendeur. Enfin, combien d’Haïtiens se gardent aujourd’hui de dire ou même d’écrire : « J’ai eu l’opportunité de faire la connaissance de ce Monsieur... » ou bien : « Je suis chargé de la supervision de ce travail », ou bien encore : « La lettre se trouve dans le file no X », etc. ?

316Il va de soi que le parler des secteurs fermés envisagés ci-dessus est encore beaucoup plus riche d’anglicismes. Mais il n’est pas aisé de pénétrer ces groupes fermés et de saisir autre chose que ce qu’ils veulent bien livrer à la langue générale. Notre sujet ne nous oblige d’ailleurs pas à aller au-delà.

317Il faut noter en outre que les mots anglais qui ont pénétré chez nous n’ont nullement subi l’influence de leur nouveau milieu linguistique. Ils s’y sont imposés au contraire avec leur prononciation et leur orthographe originelles. Tout au plus ont-ils changé la place de leur accent d’intensité.

318Seuls les noms d’agents ou d’instruments à suffixe en er (fr. eur) prennent parfois dans l’écriture la désinence française : un footballeur ou un footballer, un mixeur ou un mixer, un clipseur ou un clipser.

319L’anglais a apporté en outre au français d’Haïti de nouveaux morphèmes : tels sont les éléments de composés man et woman, qui fonctionnent comme de véritables suffixes ; le suffixe er, dont nous avons montré la grande vogue dans la formation des noms d’agents ; le suffixe ing, beaucoup moins usité que les premiers.

320Enfin les mots anglais ont exercé une grande influence, on vient de le montrer au paragraphe des calques, sur la sémantique même des mots français.

Notes

1 Cargo boat, emprunté à l’anglais en 1887 par le français de Paris (cf. A. Dauzat, Dic. étym.) s’est réduit en France à son premier élément, mais s’est conservé en Haïti à côté de cargo peut-être sous l’influence de l’américain (cf. Mat. 19, 20/9/1958-6-7).

2 Ce mot est noté par le dictionnaire étymologique d’A. Dauzat et celui d’O. Bloch et Von Wartburg comme une onomatopée empruntée de l’anglo-américain en 1885. Le Larousse du xxe siècle le définit : réclame bruyante en vue de lancer une affaire. En Haïti, il s’entend de la hausse du prix d’un article par suite d’une forte demande.

3 Le mot scientiste est relevé dans le Larousse du xxe siècle avec le sens suivant : qui a le culte de la science positive ; ici, il représente un calque de scientist : homme de science, savant.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter