Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Troisième partie. Le lexique

Chapitre I. Les haïtianismes

Texte intégral

1Sous ce titre, on a rangé :

  1. Des mots et des expressions qui n’existent pas dans le lexique du français de Paris et qui sont courants et même indispensables en F. H. pour désigner des particularités locales (êtres, choses, croyances, coutumes, etc.).
  2. Des termes du lexique français qui, tout en conservant pour les Haïtiens leurs acceptions normales, se sont enrichis d’un sens nouveau, soit qu’on les emploie seuls, soit qu’ils rentrent dans une locution.
  3. Des images transposées du créole et couramment usitées.

2La dénomination que nous avons adoptée est sans doute critiquable. Le terme « haïtianisme » n’est pas assez large pour embrasser tous les faits étudiés dans ce chapitre ; les Haïtiens ne sauraient revendiquer comme leur, c’est-à-dire comme nés sur leur sol, tous les mots et expressions dont il sera question dans cette partie de notre travail : quelques-uns d’entre eux sont communs au français du Canada, de la Louisiane, de la Martinique et de la Guadeloupe, parce qu’ils ont une source commune, les dialectes des provinces de France, ou qu’ils ont passé d’une colonie à l’autre ; un certain nombre de ces termes ont leur origine dans l’espagnol parlé autour de nous, mais se sont si totalement adaptés qu’ils ont maintenant l’allure française. Le mot « créolisme » paraîtrait par conséquent plus indiqué, puisque « créole » se réfère au langage parlé par les noirs dans toutes les îles intertropicales. Mais nous l’avons délibérément écarté parce qu’en Haïti ce terme est déprécié et ne s’entend que des fautes contre la langue française consistant dans l’emploi involontaire d’un mot ou d’une tournure du dialecte populaire. Le mot « haïtianisme » a l’avantage d’éviter cette confusion et d’être plus conforme à l’objet de notre travail ; nous le garderons donc puisqu’il y a eu, nous l’avons déjà dit, naturalisation de ces mots et expressions et que souvent les significations nouvelles qu’ils ont prises résultent d’un développement spontané du français en Haïti.

  • 1 Jusqu’à ce que vous lui ayez ouvert la porte.
  • 2 C’est pourquoi je dis.
  • 3 Comme elle l’a dit.
  • 4 Quoi qu’il fasse.

3Nous avons dit dans notre introduction que le créole est connu et parlé par tous les Haïtiens, quelle que soit leur situation sociale. Le dialogue est possible entre l’intellectuel le plus raffiné et le paysan du coin le plus reculé du pays. Il est rare qu’une conversation entre Haïtiens, quel qu’en soit l’objet, se déroule en français d’un bout à l’autre. Dès que la passion entre dans le jeu, dès qu’il devient nécessaire de détendre un peu l’interlocuteur, d’exprimer une idée d’une façon vive, familière ou enjouée, dès qu’il éprouve une gêne quelconque, le parleur recourt au créole. Souvent une même phrase juxtapose le français et le créole comme celle-ci que nous reproduisons textuellement : « Parfois je l’enferme (mon gosse) dans une chambre ; alors il se met à tempêter jusqu’à ce que u vini luvri pôt-la ba li »1 (Mme L. P., 30 ans, Brevet élémentaire, 1952). L’ordre inverse s’observe tout aussi bien : « Sé sa ki fè-m di2 que tu peux venir » (Mme O. L., Brevet élémentaire, juin 1953) ; « Kom li di3, elle doit partir incessamment, elle a besoin d’argent » (la même dame, à la même date). Les dialogues de nos romanciers et de nos dramaturges offrent aussi de nombreux exemples de ces faits, qui sont bien vivants : Li met fè ku li fè4, je l’arrêterai dans ses projets de débauchage (J. Lhérisson, Zoune chez sa nainnaine, p. 69).

4Le sujet parlant, qui intercale dans la conversation des membres de phrases créoles, hésitera moins à insérer dans une proposition des termes de dialecte. D’abord, il y est souvent forcé. Il y a des êtres, des objets et même des actions qui ne peuvent être désignés que par des mots indigènes ; ils sont en effet spécifiquement américains ou antillais ou même spécifiquement haïtiens. Lorsque par exemple Mme W. P. dit à son fils : Ne défaites pas le BLAHI, le puriste se creuserait vainement la cervelle pour trouver un substitut valable à ce mot inconnu du français, et qui désigne une chose également inconnue à Paris, c’est-à-dire « un assemblage de pierres exposé au soleil et sur lequel la lavandière étend le linge mouillé plusieurs heures avant de le rincer ». Il en est de même quand M. Léon Laleau écrit dans la Danse des vagues : « Comme elle demanda le chef de bureau et qu’on ne lui répondit pas, dédaigneuse, elle secoua sa souquenille, CUIPA longuement, puis murmura... » (op. cit., p. 78) : le geste est inconnu aux Français qui consiste, par dépit ou dédain, à appuyer le rebord de la langue contre les canines, puis à aspirer l’air en faisant sonner sa salive, ce qui produit un clic prolongé et que notre langue locale traduit par l’onomatopée cuiper.

  • 5 Onomatopée par laquelle le F. H. désigne le taon (lagochirus araeniformis L.)

5Quand le même animal, le même objet, la même action prennent en France et en Haïti deux noms différents, le sujet parlant, même s’il connaît les deux termes, est porté à employer le plus courant, celui qui se présente le premier à son esprit, qui s’impose à lui par sa fréquence et qui, en général, facilite le mieux la communication. Ainsi, l’insecte que les Français dénomment « cafard » ou « blatte » a pour nom indigène « ravet », terme de l’époque coloniale qui se rencontre dans les oeuvres de Charlevoix et de Dutertre, qui s’est répandu à Saint-Domingue, à la Louisiane, à la Martinique et à la Guadeloupe et que le Larousse du xxe siècle a entériné comme le « nom vulgaire des blattes ». C’est ce terme qu’emploiera tout naturellement le locuteur haïtien : s’il a recours au mot du français normal, il risque de suggérer une image imparfaite ou fausse de la réalité, de restreindre le champ de la communication ou même de rendre impossible toute communication. Il en sera de même si au lieu de voun-voun5 il parle de taon.

  • 6 De l’espagnol cabessear.

6D’autres fois, le mot français, même courant dans son milieu d’origine, détonne chez nous dans la conversation familière et cède par conséquent la place à une expression locale. Dans cette phrase : Tu ne vas pas faire cabicha au salon, dite en notre présence par Mme T. F., Brevet élémentaire, le 6 janvier 1956, le mot « somnoler » aurait paru pédant s’il avait été employé au lieu de faire cabicha6.

  • 7 V. p. 156 et 157.

7Dans d’autres cas, c’est le besoin naturel d’expressivité qui amène le terme dialectal. Le sujet parlant, même fort cultivé, ne se satisfait pas de l’expression française, qui ne correspond pas à son état psychique ou à l’impression qu’il veut produire. Ceci se vérifie surtout quand il s’agit d’exprimer une attitude subjective à l’égard d’un être ou d’un objet. D’un homme qui ne lui inspire pas beaucoup de sympathie et qu’elle trouve trop assidu auprès d’elle, l’Haïtienne, même très instruite, dira, non pas qu’il est fringant ou rasoir, mais qu’il est fréquent ou rase7. Les Don Juan de chez nous se verront plus communément appeler bacoulou. Pour désigner un mauvais footballeur, le parleur haïtien, quelle que soit sa catégorie sociale et quel que soit son niveau d’instruction, ne trouvera pas d’autre terme que celui de calant. À l’usager de culture moyenne, l’indignation en présence d’une effronterie arrachera immanquablement ce cri : « C’est une insolenceté ! »

8Par souci d’expressivité, de pittoresque ou de couleur locale, et même à cause d’un déficit du français normal, l’écrivain, de son côté, recourt au terme local et l’emploie :

  • 8 Caler ouest : Le terme de marine caler signifie : mettre d’aplomb une machine, un meuble ; d’où la (...)

91° Tantôt pour renforcer l’expression ou le mot français : Lorsqu’il est avéré que l’Haïtien (le bourgeois, le citadin, bien entendu) ne vise qu’à la vie facile, très grasse, aux siestes répétées et prolongées, au caler ouest8 indéfini... je crains bien que mon scepticisme ne soit absolument fondé (A. Laforest, Haïti Litt. Soc., 6/6/1907, p. 1436).

  • 9 Terme d’origine caraïbe.
  • 10 Pamplemousses.

10Dupré était un poète haïtien, un vrai samba9, auteur de chansons populaires qui ont eu une très grande vogue à l’époque du gouvernement du président Boyer (S. Rouzier, Haïti litt. soc., 1907, f. 1698). Les plantations de pamplemousses établies dans la région d’Aitz sont sur le point d’être réhabilitées... des dispositions sont prises pour que l’exploitation de nos chadèques10 soit faite rationnellement (Nouveau Monde, 17/8/1958 — 2-6) ;

  • 11 D’origine inconnue.
  • 12 Premier jet du lait de vache. Il est formé sur lampogne, terme dialectal qui subsiste encore avec (...)

112° Tantôt seul, quitte à le définir dans le contexte ou en note : Ne travaillant presque plus... il était devenu très promptement un tchonnel11, sorte de parasite national vivant d’autrui et chez autrui (F. Marcelin, Marilisse, p. 244). En compensation, il m’offre un verre de poie12, le premier jet du lait de la vache (Haïti litt. soc., 5/9/1905, f. 72). Au Lycée national, le régime de la rigoise, sorte de fouet long et flexible en lanières de cuir tressées, était de principe (F. Marcelin, Au gré du souvenir, p. 47).

12Dans le cadre de la phrase, demeuré français, peut donc se trouver inséré un terme local désignant une plante, un animal, un objet usuel, une coutume, une croyance, une action ou un état, une qualité, etc., soit qu’il y ait déficit complet du français normal, soit que le terme créole se présente le premier à l’esprit, soit qu’enfin le besoin naturel d’expressivité amène ce terme.

13Il y a naturellement des limites à l’emploi des haïtianismes. Tout excès frisant le mélange est vite sanctionné et taxé de ridicule. Le français des romans de Fernand Hibbert est accepté comme naturel, celui de La famille des Pitite Caille de Justin Lhérisson, provoque l’hilarité, parce qu’il atteint au mélange.

  • 13 Voir p. 145, note 6.
  • 14 Voir p. 144, note 13.
  • 15 Voir p. 145, note 7.

14Du reste, en entrant dans la phrase française, le mot créole se francise au point de vue phonétique, morphologique et syntaxique : il abandonne telle sonorité qui se trouve incompatible avec le phonétisme du français, par exemple il se dénasalise en tout ou en partie, il se rapproche autant que possible des types de mots français déjà existants : ainsi zwézo-palmis > oiseau de palmiste13 ; wâga nègès > ouanga-négresse14 ; šwal-jab > cheval de diable ou cheval du diable15.

15Nous ne saurions donner ici un inventaire de tous les haïtianismes de notre français. Nous allons essayer d’en relever les plus caractéristiques et les plus courants. Nous les répartirons suivant les rubriques que voici :

16A) La nature :

  1. les phénomènes atmosphériques,
  2. le site,
  3. la flore,
  4. la faune.

17B) L’homme :

  1. son corps,
  2. ses particularités physiques et ethniques,
  3. ses maladies,
  4. son habitation et l’ameublement de sa maison,
  5. ses vêtements,.
  6. son alimentation,
  7. son caractère et sa conduite, ses émotions et ses passions,
  8. son attitude subjective ou objective à l’égard des choses,
  9. ses croyances et coutumes,
  10. ses occupations :
    1. la vie agricole,
    2. les poids et mesures,
    3. les moyens de transports et de communications,
    4. la vie politique,
    5. la vie sociale,
    6. les divertissements,
  11. la mort.

18C) Divers.

19Sous chaque rubrique, nous avons rangé les emprunts de mots, les emprunts de sens ou les transpositions d’images qui s’y rapportent. Nous n’avons certainement pas abouti à un classement rigoureux, puisque certains termes peuvent se ranger, suivant les points de vue, sous telle rubrique plutôt que sous telle autre. Ainsi le mot audience, que nous avons laissé sous la rubrique « Divers », pouvait, dans son premier sens, se référer à la vie politique et, dans le second, à la vie sociale.

A. La nature

1° Phénomènes atmosphériques

20C’est par d’anciens termes de marine, empruntés à la langue populaire, que l’on désigne dans nos climats certains phénomènes atmosphériques qui leur sont particuliers. La langue écrite, comme la langue parlée, est forcée de recourir à ces termes. Le mot nord désigne le mauvais temps, lorsque le ciel reste couvert et qu’il pleut pendant un ou plusieurs jours ; a l'origine, le mot a désigne les vents violents venant du Nord ; il fait nord est l’expression consacrée pour désigner ce phénomène : Jamais nord ne fut plus tenace sous le ciel d’Haïti (Léon Laleau, La Danse des Vagues, p. 155). Une lugubre soirée de novembre, par un nord humide et glacé, nous ramenions à travers les eaux boueuses de la Grand-Anse en crue, Vincent Vilaire, baillonné volontaire, fatigue immense accrochée aux étoiles (Jean F. Brierre, Le National, 21/4/1954 — 1-8). Le gris sale du temps, le goût de sel qu’on trouve à l’aigrette du moindre brin d’herbe littorale, la légère odeur salée que véhicule le vent... tout dit qu’il fait nord... Il fait nord en effet (Jean F. Brierre, Provinces, p. 163).

21La presqu’île du Sud et le Plateau Central d’Haïti connaissent, à certaines époques, un phénomène bien particulier : c’est le nordé, vent violent qui souffle dans la direction nord-est, d’où son nom ; Voici, à tout seigneur tout honneur, voici le « nordé », l’âpre et tumultueux « nordé » (Sténio Vincent, En posant les jalons, III, p. 356). Le temps reste très brumeux et chaque soir l’intensité des vents augmente, jusqu’à la limite de la tempête. Il y a longtemps que le Sud-Ouest n’a connu un nordé aussi persistant (Le Matin, 22/1/1955 — 1-6). S’il faut en croire l’un de nos confrères généralement bien informés... le nordé a violemment soufflé dans la cité de l’indépendance durant ces jours, il y aurait même quelques dégâts occasionnés par cette tornade saisonnière (Le Nouvelliste, 4/2/1956 — 6-5).

22Quand le vent souffle dans la direction Sud-Ouest, il prend le nom de suroît. Cependant ce terme est moins courant que les deux premiers et nous ne connaissons qu’un exemple de son emploi, dans la langue écrite d’ailleurs : Un voilier quitte le port sous le « suroît » (Jean F. Brierre, Provinces, p. 110). La pluie farine, est une autre expression imagée du F. H. pour désigner la chute d’une pluie fine, qui rappelle de la farine jetée au vent. Cependant seuls y recourent les gens de culture moyenne. Les Haïtiens « de parlure optimale » emploient un dérivé de il pleut : il pleuvine, qui est moins expressif, ou bien plus rarement l’expression française il grésille, qui est impropre.

2° Le site

23Le site rural — Le site, dans lequel évolue le campagnard — le paysan de préférence — est constitué, suivant les régions, par la plaine, entendue soit dans le sens strict de « grande étendue de terrain plat » ou dans le sens de « campagne ». La plaine comprend les terrains cultivés et la savane « prairie naturelle, étendue de terrain plus ou moins vaste, couverte d’herbes, qui n’est pas livrée à la culture et qui sert plutôt de pâturage ». C’est un terme d’origine espagnole qui était employé déjà dans ce sens à l’époque coloniale : Afin qu’on sache ce que c’est que savane, je dirai que savane et prairie naturelle sont la même chose (Père Labat, Voyages, I, p. 69). Le mot s’applique également à toute grande étendue de terrain plat non cultivé.

24Mais le pays n’offre en général à ses habitants qu’un site constitué par des montagnes, ou plutôt des mornes, terme générique qui désigne dans notre langue toute élévation de terrain, de la colline à la montagne proprement dite. Sur les « mornes » s’étendent des platons, mot qui désigne un terrain plat situé sur une élévation.

25Le mot « savane », dans les deux sens indiqués plus haut, se retrouve dans certains noms de lieux : Savane Madame Michel, Savane Zomhi, La Savane désolée et il s’emploie aussi dans la langue écrite :...comme un taureau libre et seul au milieu de la savane (G. Duc, Terre, p. 26). Que dirais-tu, Anna, si... dans la savane l’herbe de Guinée montait haute comme une rivière en crue (J. Roumain, Gouv., p. 97). Il en est de même de plaine, de morne et platon : X... est à la plaine, La Plaine du Cul-de-Sac, le morne Pensez-y-Bien (noms de lieux). Que dirais-tu, Anna, si la plaine se peinturait à neuf... (J. Roumain, Gouv., p. 97). Mais la pluie est tombée à l’avalasse dans les mornes, et vers l’après-midi, l’eau descend comme une déchaînée et ravage tout sur son passage... (id., ibid., p. 214). Ce platon de Chambrun où se trouvait Manuel s’élevait... (id., ibid., p. 122).

26Le site urbain. — La plupart des villes d’Haïti sont érigées au bord de la mer ou d’un fleuve, sur un terrain dont le niveau s’élève graduellement au-dessus de celui de l’eau, de sorte qu’une partie des constructions se situe sur une certaine élévation où la température est plus fraîche. Cette partie de la ville est réservée aux quartiers de résidence par opposition à la partie basse, où s’installent les magasins et qui constitue « la ville » proprement dite ou « le bord de mer ». La topographie de nos villes a eu des répercussions sur la langue : aller en ville ou, plus couramment, descendre en ville, signifie « se rendre dans le quartier commercial pour des emplettes ou des affaires » ; se rendre au bord de mer a le même sens, et le mot bord-de-mer est tellement lié à la notion de commerce qu’il a fini par désigner les commerçants en général et même le haut commerce.

27Par ailleurs, pour le provincial, la capitale est la ville par excellence, de sorte que se rendre en ville peut bien signifier pour un Capois, selon le contexte ou la situation « se rendre dans le quartier commercial ou à la capitale ».

28La ville est divisée en pâtés de maisons, en groupes de maisons situées entre quatre rues parallèles deux à deux : pour cette notion, le F. H. utilise de préférence le mot « bloc ».

29Voici quelques exemples de l’emploi de ces mots et expressions dans la langue la plus courante :

30Descendre en ville : Edna me répondit que Lolotte était descendue en ville chercher la robe de baptême (J. Large, Nouv., 17/8/1956 — 1-4).

31Bord de mer : Trévier habitait la place d’armes qui était aussi le marché et le « bord de mer » de Miragoâne (F. Hibbert, Romulus, p. 35). Nous demandons au ministre H... d’intervenir pour arrêter les abus qui se commettent au bord de mer au détriment de la Presse... (Le National, 17/9/1953 — 8-5). Je l’ai connu quelques années après sa mésaventure alors qu’au bord-de-mer il gagnait péniblement son existence dans le courtage (F. Courtois, Le Matin, 14-15/8/1956 — 4-1). Le bord de mer n’est pas satisfait de la mesure prise par le gouvernement (L. P.). MM. les commerçants, je vous réitère que la police a reçu des instructions de prêter main-forte et protection au bord de mer (Président P. M., Le Jour, 11 et 12/12/1956 — 1-4). Bloc : Nous attirons l’attention de la Compagnie d'Éclairage électrique sur les maisons situées dans le bloc compris entre les rues Monseigneur-Guilloux et Macajoux (Le National, 7/1/1956 —1-7). Le bloc de la rue Geffrard compris entre la rue des Miracles et le Poste-Marchand est privé d’eau depuis quelques jours (Le Jour, 21/2/1956 — 6-1).

3o La flore

  • 16 Très grand arbre sauvage (ceiba pentendra L.). Le terme est d’origine caraïbe.
  • 17 Nom populaire d’une espèce végétale, dont le fruit est largement consommé (artocarpus L.).
  • 18 Nom populaire d’une espèce végétale à tiges grimpantes et à vrilles (momordica charanda L.).
  • 19 Plante à tubercule comestible, de la famille des araceae ; le mot vient de la langue des Caraïbes (...)
  • 20 Nom populaire de la albizzia lebbecq L. C’est une onomatopée imitant le bruit des graines à l’inté (...)
  • 21 Nom populaire d’une plante ornementale d’Haïti (antigonon leptopus).
  • 22 Nom vulgaire du Polyscias Forst.
  • 23 Arbuste sauvage à feuilles pinnées (prosopis L.).
  • 24 Nom vulgaire de la passiflora maliformis L.
  • 25 Arbuste sauvage qui abonde sur les plages et dont le fruit rappelle celui de la vigne (coccoloba u (...)
  • 26 Arbre des Antilles (spondias purpurea L.). Fruit jaune à drupe charnue produit par cet arbre. Comp (...)
  • 27 Arbre à fruit comestible (spondias L.) ; le fruit lui-même. Le terme est d’origine caraïbe et le p (...)
  • 28 Nom vulgaire d’une espèce à sucs résineux, balsamiques (bursera simaruba L.).
  • 29 Arbre des Antilles (melicocca bijuga L.).
  • 30 Nom populaire du fruit du manguier. De l’espagnol mango, même sens.

32Dans la conversation ou dans la langue écrite, pour les causes que nous avons fait ressortir plus haut, c’est par leurs noms indigènes que l’on désigne nos plantes et nos fruits. Les écrivains surtout se plaisent à évoquer les arbres et les fruits du pays, non seulement en recourant à leurs noms populaires, mais aussi en rappelant leurs formes, leurs couleurs, leurs parfums, leurs contours variés. Tels sont les centenaires mapous16 qui bruissent ensemble Une douce et lente et consolante chanson (C. Fabry, L’âme du lambi, p. 36) ; le feuillage déchiqueté des arbres à pain17, rapiécé d’azur (J. Roumain, Gouv., p. 7) ; les coques dorées des assorossis18 où s’épanouit une pulpe rouge comme un velours de muqueuses (id., ib., p. 6) ; la lourde senteur des fougères et des malangas19 (id., ib., p. 9) ; les splendides tachatchas20 aux fleurs tendrement pâles, odorantes, divinement ourlées (Frédéric Marcelin, Marilisse, p. 103) ; les belles mexicaines21 aux grappes fleuries (id., ib., p. 102) ; les bougainvilliers penchant leurs branches fleuries sur les paresseuses vertes22 (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 37) ; le bayahonde23 à la ramure sensible que le vent balance et dont les feuilles vert-gris font une fine dentelle (F. Burr-Reynaud, Visages d’arbres et de fruits d’Haïti, p. 182) ; la calebassille24 à la peau dure (id., ib., p. 172) ; l’émeraude des raisiniers25 (Timothée Paret, Revue de la Ligue de la Jeunesse Haïtienne, p. 49) ; l’or des cirouelles26 et des mombins27 (F. Fouché, Message, p. 9) ; les trompettes et les gommiers28 sur lesquels les bourgeons ont déjà éclaté (Anthony Lespès, Semences de la colère, p. 180) ; le parfum si troublant qui tombe des dômes fleuris et lourds des kénépiers29 (Damoclès Vieux, L’aile captive, p. 125) ; les mangots30 odorants, suaves comme des lèvres de femme (R. Dambreville, Confidences, p. 16) ; l’odeur sucrée des sapotilles (M. Chauvet, Fille d’H., p. 117).

  • 31 Nom populaire de la passiflora foetida L. De l’indien caraïbe probablement.
  • 32 Arbre inerme d’Haïti (inga vera) ; le fruit de cet arbre.
  • 33 Pamplemousse.
  • 34 La figue-banane.
  • 35 La banane qui se mange bouillie et non la figue-banane.

33Mais parfois les arbres et les fruits sont nommés purement et simplement, sans aucune notation pittoresque : les sucrins31 (Émile Roumer, Panorama, p. 359) ; le marigouya32 (Dr R. Charmant, Vie incroyable d’Alcius) ; un jus de chadèque33 (L. P.) ; une figue34 ; une banane35.

4° La faune

  • 36 Nom populaire de l’oiseau-mouche (mellisuga mínima Vieillotti). Dans la croyance populaire, les os (...)
  • 37 Nom vulgaire du pivert des Antilles. D’après Charlevoix, ce mot est la traduction française de paj (...)
  • 38 Nom vulgaire d’un tyranneau des Antilles (tyrannus dominicensis). Le mot semble être une onomatopé (...)
  • 39 Oiseau de proie nocturne (tyto glaucops Kaup.). Origine inconnue.
  • 40 Nom populaire d’un oiseau des montagnes d’Haïti, remarquable par la savante harmonie de son chant (...)
  • 41 Grand oiseau des mers d’Haïti (pelicanus occidentalis occidentalis L.). Ce nom a été donné à l’ois (...)
  • 42 Nom populaire d’un oiseau d’Haïti (coccyzus minor Teres, Peters).
  • 43 Nom vulgaire du ver luisant. De l’espagnol cucuy et cucuyo.
  • 44 Nom vulgaire du dulus dominicus, qui se nourrit des graines de palmiste.
  • 45 Nom vulgaire d’un diptère d’Haïti, dont la forme rappelle celle d’un cheval (fr. moine).
  • 46 Insecte ailé dont la piqûre est très douloureuse. C’est un terme de français dialectal : il est no (...)
  • 47 Nom vulgaire du caméléon, qui passe pour être sourd à tous les bruits.
  • 48 Nom indigène du lézard. Le terme est d'origine caraïbe.
  • 49 Petit oiseau d’Haïti (mniotilla varia L.). C’est sans doute une onomatopée.
  • 50 Nom vulgaire de l’émerillon des Antilles. C’est sans doute une onomatopée créée, d’après le père D (...)
  • 51 Nom vulgaire d’un oiseau de proie des Antilles (accipiter striatus). L’origine du mot est incertai (...)

34Les noms exacts des animaux du pays ont également enrichi le français d’Haïti d’un flot de mots nouveaux. Voici : les minuscules ouanga-négresses36, ces topazes aériennes, qui tourbillonnent, inlassables, insaisissables, dans le chatoiement de leurs nuances électriques (F. Marcelin, Thémistocles Épaminondas, p. 25) ; l’élégant charpentier37 à la robe jaune et vermeille qui becquète le cocotier (O. Durand, Rires et pleurs, II, p. 69) ; le pipirit38, héraut total de l’allégresse (Constantin Mayard, Trente poèmes, p. 12) ; les frisés39, qui sillonnent la nuit, en poussant de lugubres cris sur les toits sombres (Marcel Dauphin, Panorama, p. 457) ; l’oiseau musicien40 dominant l’orage, Faisant un collier d’or à l’écharpe du vent (Jean F. Brierre, Marian Anderson, préface) ; le grand gosier41 planant au loin, ailes tendues (Damoclès Vieux, L’aile captive, p. III) ; des tacots42 gris de fer s’enfonçant dans les branches (Duraciné Vaval, Stances haïtiennes, p. 35) ; la danse macabre des coucouilles43 phosphorescentes (Fortuna Guéry, Témoignages, p. 62), les oiseaux de palmistes44 au gai pépiement (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 37) ; ces insectes aux longues pattes appelés vulgairement cheval-dediable45 (Haïti littéraire et scientifique, 20/1/1912, p. 36). Mais aussi on se contente parfois de nommer, sans les caractériser, les bigailles46, la sourde47, le mabouya48, les kites49, le grigri50, le malfini51, etc.

B. L’homme

1° Le corps

35Bisquet, n. m.

36Bréchet.

37Estomac, n. m.

38Se prend au sens de poitrine dans le langage des gens de culture moyenne :

39Boutonne ta chemise, ton estomac est à l’air (Mme P. L., le 10/12/1955).

40Son estomac d’athlète le faisait vite remarquer (élève de 2e, 1956).

41Fiel, n. m.

42Vider son fiel : décharger sa bile : M. Hellénus Caton était particulièrement disposé à « vider son fiel », pour citer une expression qu’il employait souvent (H. Hibbert, Les Simulacres, p. 9).

43Avoir du fiel, être physiquement résistant ou avoir de la patience : Il faut avoir du fiel avec ces enfants (L. P.). C’est un terrible maître que l’amour ! Dire qu’il y a des gens qui passent leur existence à aimer tantôt l’une, tantôt l’autre. Ceux-là ont du fiel, comme dit le populaire (F. Fibbert, Le manuscrit de mon ami, p. 33).

44Formé (e), adj.

45Se dit d’un garçon ou d’une fille qui a atteint l’âge de puberté : sans se douter que sa filleule, à peine formée, tournait la tête à bien des petits vicieux et même à des hommes très graves (J. Lhérisson, Zoune, p. 35).

46Ventre (faire du —).

47Devenir obèse : Vous faites du ventre (lieutenant R. L., le 6/7/1955).

2° Les particularités ethniques

48On sait que le mélange des peuples a produit en Amérique une grande variété de types ethniques. Ces différences dans la nuance de la peau, en dehors des conséquences sociales et politiques qu’elles entraînaient, exerçaient un certain attrait sur le voyageur ou l’observateur européen. On s’explique donc que Moreau de Saint-Rémy ait consacré de longues pages de sa « Description de la partie française de Saint-Domingue à étudier » les résultats de toutes les nuances produites par les diverses combinaisons du mélange des blancs avec les nègres et des nègres avec les Caraïbes ou sauvages ou Indiens occidentaux et avec les Indiens orientaux » (op. cit., I, p. 83-115). Quelques-uns de ces termes ont survécu dans le français d’Haïti et s’emploient constamment dans la langue parlée et dans la langue écrite, non plus comme une marque de la catégorie sociale, mais comme un moyen de noter des nuances individuelles. Tels sont :

49Carteronne ou quarteronne : né d’un blanc et d’une mamelouque : Mon grand-père était un carteronné aux yeux bleus... (La Réplique, 21/1/1950 — 3-1).

50Chabine : mot courant pour désigner une mulâtresse à la chevelure blonde ou rousse : Jamais chabine plus jolie en tels repas ne parut (E. Roumer, Belle sous un madras). Le masculin, chabin, est plus rare, mais les deux formes sont à rapprocher de chabin noté par le Larousse du xxe siècle au sens de « variété de mouton à laine longue et grossière » considérée à tort comme un métis du bouc et de la brebis. De même, le dictionnaire général donne pour chabin « Dialecte, Antilles françaises : Produit hybride du bouc et de la brebis ».

51Griffe : issu du croisement du mulâtre avec la noire ou plus souvent de la mulâtresse avec le noir : M. Cascará était un griffe long, maigre et d’humeur chagrine (Fernand Hibbert, Masques et Visages, p. 269). Frédéric Germain était une espèce de griffe mâtiné aux cheveux indécis (F. Condé, Le voile de satin, La Relève, avril 1935, p. 29). Son ami Paul Téléfis était commis de magasin depuis dix ans. C’était un griffe aux regards soumis et niais (C. Magloire Saint-Aude, Parias, p. 8). Ce griffe qui passe avec les manches et le menton sales n’a jamais obtenu la bourse (Jean F. Brierre, Provinces, p. 135). A rapprocher de l’espagnol grifo = griffon, animal fabuleux moitié aigle et moitié lion.

52Griffonne, féminin du précédent : C’était une toute petite griffonne, ronde comme une boule et fruste comme une truie (Fernand Hibbert, Masques et Visages, p. 68). C’était une griffonne, de ce type de femme dont un connaisseur affirme qu’il réalise, dans ses formes physiques, le modèle de séduction le plus achevé de la race humaine (Frédéric Marcelin, Marilisse, p. 92)...j’eusse préféré être une piquante griffonne à la peau brune ou une authentique négresse au corps parfait (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 48).

53Grimaud, orth. plus normale grimeau étant donné le féminin grimelle. Ce mot ne figure pas dans la classification de Moreau de Saint-Méry. Mais il est d’usage courant en Haïti pour désigner un individu dont la nuance épidermique oscille entre celle du mulâtre et celle du griffe : Au physique, Ti-Malice était un grand grimaud à tête crépue qui ne faisait pas défriser ses cheveux (G. Théard, Contes haïtiens, p. 85). Un avocat de province, grimaud, moustachu et barbu, défenseur de célèbres mauvaises causes (Zinglins, 2 juillet 1944, p. 44). Ouvriers, ingénieurs, architectes, noirs, jaunes, grimauds et albinos s'étaient entendus volontiers pour tirer le maximum de bénéfices de ces travaux gigantesques (Notre Époque, 7/7/1956 — 4-3). Le mot grimaud est peut-être en rapport avec le terme grimaude (V. Godefroy) qui désignait au xvie siècle la revêche. A noter que toutes ces désignations de nuances de la peau sont tirées de noms d’animaux.

54Grimelle, féminin du précédent : C’est plutôt une grimelle (L. P.). Plus une femme se rapproche des types appelés griffonnes ou grimelles, plus facilement elle pleure (Zinglins, 2 juillet 1944, p. 33). Et la grimelle recommanda à Esther de ne pas dormir aussitôt après la délivrance, car la mort pourrait s’ensuivre (C. Magloire Saint-Aude, Parias, p. 19). C’était une toute jeune fille, avec un teint de grimelle mal fourbie (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 267).

55Marabout ou marabou, masc. et fém. Homme ou femme de couleur noire, mais portant de longs cheveux : Le Dr Piq était un marabout aux yeux myopes (C. Magloire, Saint-Aude, Parias, p. 77). Est-il vrai qu’une marabout assez chaude d’une grande école de jeunes filles faillit étrangler dans la cour de récréation sa voisine de table (Rasoir, 12/10/1952 — 2-1). Origine assez obscure, s’agirait-il d’une analogie entre les cheveux soyeux du marabou et les plumes fines et déliées de l’oiseau du même nom ?

56Noir (e) : Personne de teinte très foncée. Le mot entre en opposition avec griffe, grimaud, etc., mais surtout avec jaune ou mulâtre : Les deux premières étaient des mulâtresses et la dernière une petite noire ravissante (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 10-11).

57Sacatra : Produit du croisement d’un noir et d’une griffonne ou d’une noire et d’un griffe : c’est un terme de la langue écrite : nous n’en connaissons pas d’exemple dans la langue parlée : Vous croyez en danger l’âme chantante noire, l’élégance métisse et l’ardeur sacatra (Constantin Mayard, Trente poèmes, p. 34). Origine obscure.

58La langue parlée connaît en outre des dérivés et des composés qui expriment des nuances nouvelles : hrunette, brune-pêche, brune-prune, noir caimitte, noir à peau fine, etc...

3° La maladie et la santé

59Coeur, n. m.

60Avoir le coeur tourné, « avoir la nausée » : J’ai le coeur tourné (F. Hibbert, Séna, p. 302).

61Consulter, v. tr.

62S’emploie couramment au sens de « examiner un patient ». Dans un hôpital, un docteur consultait une belle femme (Rasoir, 28/9/1952 — 3-1). Chaque dimanche après-midi, le dévoué disciple d’Esculape consulte les malades venus en grand nombre, leur prodigue des conseils (Le National, 7/1/1955 — 1-5). Ce changement de sens provient peut-être d’une confusion avec ausculter.

63Décomposer, v. tr.

64Incommoder, donner la nausée : L’odeur de la gazoline me décompose (R. S., étudiant, 29 ans, 1952).

65Au figuré, être décomposé, c’est être désarçonné, perdre ses moyens sous le coup de l’émotion ou de la surprise.

66Décomposition, n. f.

67Légère indisposition, nausée : J’ai une petite décomposition (L. P.).

68-Dérangé, part. adj.

69Se dit de celui qui a des malaises intestinaux.

70Déranger (se).

71Se faire mal en tombant, avoir un membre démis : Vous allez vous déranger si vous continuez à courir ainsi, les enfants (C. M. D., avocat, le 22/6/1957).

72Dérangement, n. m.

73Malaise intestinal.

74Être là, v.

75Être là, plus souvent : être encore là, c’est jouir de la plénitude de ses forces physiques et de ses facultés intellectuelles en dépit d’un certain âge ; au figuré, c’est jouir d’une grande influence politique et sociale.

76Gonflement, n. m.

77Indigestion : L’enfant a un petit gonflement (L. P.). Gonflement d’estomac : même sens.

78Interner, v. tr.

79Ne s’emploie en français normal qu’à l’égard des individus jugés dangereux pour la sécurité publique. Mais en F. H., le mot se prend abusivement au sens de hospitaliser : Nos vœux de prompt rétablissement à notre ami A. Z.... actuellement interné à l’hôpital... (La République, 17/9/1948, 2-3). L’épouse du sympathique député A. H. a été internée à l’hospice Saint-François-de-Sales (Le Jour, 2/4/1954 — 6-2). Nous adressons nos vœux de bonne santé à Mme D. V. internée depuis avant hier à l’hôpital Général (Le Matin, 30/4/1954 — 1-8). Ils ont été conduits immédiatement à l’hôpital Général et internés (Démocratie, 30 oct. 1952 — 1-2).

80La pression du terme interner est telle qu’il reprend vite le pas sur hospitaliser, même quand le parleur ou l’écrivain ont pensé à ce dernier, par exemple : Notre ami C. hospitalisé. Notre collaborateur J. C... a été interné à l’hôpital Général sur le conseil de son médecin (Nouv., 6 et 7/8/1956 — 1).

81Internement : hospitalisation : Le bâtiment comprend une vaste salle d’opération qu’avoisinent des salles destinées à la préparation opératoire du patient ainsi que diverses salles d’internement (Le Jour, 29/10/1953). Sautant d’un balcon, le nommé G. P. s’est relevé avec des contusions qui ont motivé son internement à l’hôpital (Nouv., 21/3/1953 — 6-6).

82Irriter, v. tr.

83En français normal, ce verbe s’emploie au sens de : provoquer une irritation, une légère inflammation dans une partie déterminée de l’organisme :

84Mets, boissons qui irritent l’estomac.

85En F. H., il s’emploie aussi dans le sens de : déterminer une irritation générale : L’acassan m’irrite (L. P.), d’où cette expression courante et assez équivoque : Je suis irrité (L. E.) i. e. : J’éprouve une irritation générale de l’organisme ou de tel organe.

86Mal macaque, m. : malaises que l’on éprouve au lendemain d’une nuit de plaisir : avoir le mal macaque i. e. : être patraque, avoir mal aux cheveux : Oh ! l’affreux mal aux cheveux, notre terrible mal macaque, après une cuite carabinée (Antoine Laforêt, Haïti litt. et soc., 5/1/1906, p. 504).

87Pian, m. : maladie de la peau qui se manifeste par de grosses éruptions : Rappelons cependant que le Dr Rein a été le premier à introduire en Haïti le traitement du Pian par la pénicilline (Ernest G. Chauvet, Nouv. 20/10/1956 — 1-8). Cf. du Tertre, Hist. gén. des Antilles, II, p. 481 : « La vérole des Indes, que nos habitants nomment pian et épian. » Le Larousse du xxe siècle le donne comme un mot de la langue galibi.

88Sarampion, n. m.

89Espèce de rougeole.

4° La maison

90L’architecture de la maison n’a pas emprunté de termes à la langue locale ni donné lieu à beaucoup de déviations sémantiques. Les seules qui nous paraissent intéressantes sont les suivantes :

91Commode (aller à la —) : « aller aux commodités, au W.-C. »

92Crocheter une porte, en F. H., c’est la fermer au moyen du crochet qu’elle comporte.

93Entourage, n. m.

94Seul le Dictionnaire de la langue française de Paul Robert donne pour ce mot le sens de « clôture », « enclos ». Le Littré, Le Dictionnaire général, le Larousse du xxe siècle et celui de l’Académie ignorent cette signification. Elle est courante en F. H. dans le parler des gens de moyenne culture et elle est confirmée par plusieurs de nos romanciers qui le prennent parfois à leur compte. Enfin tout le long de l’entourage étaient plantés des bananiers en grand nombre, au pied desquels fuyaient des ruisselets d’eau claire (F. Hibbert, Les Thazar, p. 8). Le jardin à nettoyer était au tournant du sentier protégé par un entourage de bambous entrecroisés (Jacques Roumain, Gouv., p. 6).

  • 52 Mot d’origine caraïbe qui, à l’époque coloniale, s’étendait à « tous les vaisseaux de terre, grand (...)
  • 53 Mot d’origine caraïbe.
  • 54 Terme dialectal noté avec le même sens par Esnault, Métaphores occidentales. Il serait né au xviii(...)
  • 55 Origine incertaine.
  • 56 De l’espagnol macuto « panier de mendiant » et, dans le langage militaire « sac ».
  • 57 Entériné par le Larousse du xxe siècle comme terme spécial aux Antilles. Il serait d'origine prove (...)
  • 58 De l’anglais gloss « lustre, luisant, lustrer », qui désigne une teinture importée d’Angleterre en (...)

95L’ameublement. — La maison haïtienne n’est pas toujours ornée de meubles importés ou imités des modèles européens ou américains. Campagnards et citadins utilisent, à côté d’objets de fabrication étrangère, des meubles et des ustensiles d’origine locale comme le canari52, petite jarre en terre cuite servant à conserver l’eau, la boquitte, de l’anglais bucket, petit seau utilisé pour transter l’eau, le coui53, récipient constitué par la moitié d’une calebasse vidée de sa pulpe ; la dodine, formée sur dodiner, sorte de rocking-chair commode particulièrement pour la sieste ; la grêque54, filtre en toile qui sert à préparer le café ; le layé55, sorte de van utilisé pour débarrasser les grains de leurs impuretés ; le diacoute ou la macoute56, récipient en fibre de latanier, de grandeur variable, servant à divers usages domestiques ; le poban57 ou glosse58, flacon de dimensions variables.

5° Les vêtements

  • 59 Terme du xvie siècle employé par Marot, d’après A. Dauzat (Dictionnaire étymologique) et O. Bloch- (...)
  • 60 Origine incertaine.

96Le costume n’a pas nécessité le recours à des mots nouveaux. Ni le caraco de la paysanne, ni la vareuse du campagnard ne sont typiquement haïtiens. Seuls sont caractéristiques le halefort, grande bourse en paille que le paysan porte en bandouilière, quand il se rend au marché ; le tanga, mot d’origine africaine, espèce de pagne que revêtent les lavandières qui opèrent au bord de la rivière ; les sapates, de l’espagnol zapata, pantoufles très simples qui laissent à découvert une partie du pied. Les petites vieilles des faubourgs de Port-au-Prince et des villes de province se distinguent encore par leur fichu noué de façon à laisser sur la nuque une sorte de chignon ou tignon59 ; si les gens du monde arborent le haut-de-forme dans les cérémonies officielles, c’est plutôt par les termes « coma » ou « rétapé »60 que la langue courante désigne cette coiffure.

97La langue écrite est bien obligée, elle aussi, de recourir à ces vocables : Elle va au canari, y plonge son petit gobelet bleu à fleurs blanches (E. Saint-Amand, Bon Dieu Rit, p. 140). Elle y plongea son balai et, malgré la nuit froide, renversa une grande boquitte d’eau dessus et lava soigneusement toute la pièce (S. Sylvain, Contes, p. 7). Elle s’arrêta une minute à la salle à manger, s’abattit dans une dodine (F. Courtois, Deux pauvres petites filles, p. 46). La femme... fortement se ceignit les reins d’un grand mouchoir de coton rouge, puis rajusta son tignon (Marc Verne, Marie Villarceaux, p. 191).

98La façon de s’habiller a également donné naissance à quelques expressions particulières : être en brisure « être pauvrement vêtu, mal fagoté », être bien busqué « être tiré à quatre épingles », être mal occupé « être en mauvaise tenue ».

6° L’alimentation

99Tous les pays ont, en matière alimentaire, leurs spécialités qui se désignent par des termes particuliers. Haïti ne fait pas exception à cette règle. Voici quelques-uns des mots auxquels parleurs et scripteurs sont tenus de recourir constamment.

100Acassan : n. m.

101Sorte de bouillie de farine de maïs, qui est consommée dans toutes les familles des villes et de la campagne : La marchande d’acassan est venue (Jean F. Brierre, Provinces, p. 111). Du côté du cimetière, vers 7 heures a. m., la dame M. T., marchande d’acassan, reçut une halle à la cuisse droite (Nouv., 28, 29 et 30/7/1958 — 1-8). Ce terme est d’origine africaine.

102Acra, m. : galette de « pois inconnu » : Auprès du tombeau peint en blanc de l’ancien, le houngan rassemble tous les objets propres à la cérémonie... de l'acra (Dr P. Mars, Ainsi parla l’Oncle, p. 149). Le terme est d’origine africaine.

103Couche-couche : pâte alimentaire à base de farine d’igname, consommée en particulier dans le sud d’Haïti. Ce terme est d’origine arabe.

104Calalou, n. m.

105Ragoût dans lequel entre le fruit du même nom. Ce mets ainsi que le mot qui le désigne remontent à la période coloniale, mais les créoles des Antilles faisaient une distinction, aujourd’hui négligée, entre le fruit qu’ils appelaient Ketmie gombo ou gombo, et le mets qu’ils désignaient sous le nom de calalou. Cf. Descourtilz, Flore pittoresque et médicale des Antilles, VII, p. 314 : « Les deux espèces de Ketmies sont des plantes potagères et les créoles des Antilles font entrer leurs fruits, avant la maturité, dans leur potage et dans le mets de prédilection qu’ils appellent calalou. » Les deux termes ont été empruntés aux Africains.

106Cassave, n. f.

107Sorte de galette préparée à partir de la farine de manioc ; de l’espagnol cazabe.

108Clairin, n. m.

109Espèce d’eau-de-vie obtenue par la fermentation du jus de canne : La bouteille de clairin circule à la ronde (J. Roumain, Gouv., p. 39). Ça fait plus de bien qu’un verre de clairin quand on a le froid dans le ventre (A. Lespès, Semences de la colère, p. 197). L’origine du mot est incertaine.

110Douce : pâte alimentaire à base de jus de coco bouilli et mélangé avec du sucre ou du sirop : N’oublie pas ta douce (A. C., le 10/12/1953).

111Godrine ou goudrine, n. f.

112Boisson rafraîchissante dont la base est la pelure d’ananas trempée longuement dans de l’eau. Le mot vient vraisemblablement de deux mots anglais : good drink.

113Grillot ou grilleau, n. m.

114Viande de porc assaisonnée et frite : Dans les chaudrons, les casseroles, les écuelles, s'empilaient le grilleau de cochon, pimenté à l'emporte-bouche, le maïs moulu à la morue (J. Roumain, Gouv., p. 13). Boissons, rafraîchissements divers accompagnés de mets de toutes sortes, dont cabrit (sic) boucané et griot, furent servis à souhait aux nombreux invités (Circuit-Artibonite, 5 et 6/8/1956 — 3-6). L’origine du mot est obscure. Le passage de gruau à griyo est normal (u français > i en créole), mais on ne voit pas le rapport de sens entre le terme haïtien grillot et le mot français gruau.

115Grog, n. m.

116Toute espèce de boisson alcoolisée : Gaston arriva et il offrit à boire à un jeune garçon qui fumait un poye en silence... Le garçon but goulûment. Gaston lui offrit un autre grog et des cigarettes (C. Magloire, Parias, p. 27).

117Lambi, n. m.

118Plat obtenu en faisant cuire le crustacé du même nom. Le terme est d’origine caraïbe.

119Mabi, n. m.

120Bière locale non alcoolisée, ainsi appelée du nom de la plante dont le bois lui donne son goût caractéristique : Sur la table, des verres et un petit pot de grès rempli de mabi, légère et inoffensive bière locale (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas, p. 111). Le terme, connu durant la période coloniale a été emprunté aux Caraïbes, cf. Du Tertre, Histoire générale des Antilles, II, p. 458 : « La boisson ordinaire est le maby ou le ouycou ».

121Mamba, m. : beurre d’arachide : Dans la cour du ministère, Santiag et Léveillé mangeaient des sandwiches au mamba (Magloire Saint-Aude, Parias, p. 48).

122Mantègue, n. f.

123Saindoux : une marmite de mantègue (L. P.).

124Marinade, f. : Pâte composée d’un mélange de farine, d’eau et d’épices et que l’on fait frire : J’entraînai Georges à Carrefour dans des dancings où j’avais accoutumé d’aller. Collée à lui, je dansai les yeux fermés de plaisir des méringues languissantes, le forçai à prendre du punch au rhum, à manger des marinades (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 246).

125Pois et riz : Plat national consistant en ces deux céréales cuites ensemble.

126Rapadou, m. : Pain de sucre brut, fabriqué à partir du sirop de canne : C’est de Hinche que Port-au-Prince reçoit la totalité de son stock de rapadou (Le National, 2/11/1953 — 1-1) ; Jules Faine le rattache à l’espagnol raspadura qui a le même sens. Rapadura existe aussi en ibéro-américain avec le même sens.

127Tafia, m. : Eau-de-vie obtenue par la fermentation du jus de canne, mais plus alcoolisée que le clairin : Les veillées sont bien agréables : pour alimenter la palabre et combattre le sommeil, on vous sert du ta fia et du café chaud (J. Roumain, La montagne ensorcelée, p. 20). Par extension, toute boisson alcoolisée. L’origine du terme est incertaine en dépit des ingénieuses hypothèses de Joan Corominas (Diccionario critico etymologico de la langua castellana, Berne, 1954), mais il figure déjà chez les classiques de la colonisation française : » L’eau-de-vie que l’on fait aux îles avec les écumes et les sirops de sucre n’est pas une des boissons la moins en usage ; on l’appelle guildive ou tafia (P. Labat, Nouveau voyage, p. 129, I).

128Tasso, tassot ou tasseau, m. : Viande assaisonnée, puis séchée au soleil : Le restaurant est spécialisé dans la cuisine haïtienne : grillot, tassot de dinde (Nouv., le 18/8/1955 — 3-7 et 8) ; ce mot existe avec le même sens dans le français de la Louisiane et dans l’œuvre de Descourtilz, mais l’origine en est incertaine.

129Thé, m. : Infusion de n’importe quelle espèce de plante : Veux-tu que je te fasse un thé, lui dit Jane anxieuse... Malvina, faites un thé de verveine (L. Laleau, La danse des vagues, p. 130).

130Trempé, m. : Boisson aphrodisiaque faite de racines macérées dans du clairin. Le mot est tiré du verbe tremper — macérer.

131Les mets et boissons dont il est question ci-dessus sont généralement connus. D’autres sont d’un usage moins courant et font partie du menu des campagnes. Aussi, quand un écrivain est amené à les nommer, prend-il la précaution de les décrire dans le contexte : A des époques déterminées de l’année, tante Rosalie « pilait » elle-même le « tom-tom », mélange de bananes mûres et vertes, de patates, d’igname, etc., le tout réduit en une pâte dont elle faisait de grosses boulettes. Elle préparait aussi lev, cham-cham », produit de maïs, de hoholi > de pistache grillée et de piment, tout cela pulvérisé et mélangé ensemble ; le « moussa », qui n’est autre chose que la farine de maïs cuite avec de l’eau de poule bouillie (Antoine Innocent, Mimola, p. 15). Pour n’être pas très répandus, les termes tom-tom et moussa et les mots qu’ils désignent remontent cependant à la colonisation française, comme en témoignent les textes suivants : Une autre manière de préparer les bananes mûres comme aliment est de les faire bouillir et de les piler avec des patates également cuites pour en obtenir une masse qu'on appelle tom-tom et qui se mange avec le poisson salé... (Descourtilz, Flore médicale, 7, p. 111). Souvent le père, en contemplant le cercle de ses enfants, se décide à piler le maïs ou bien le petit mil pour le moussa (id., Voyages d’un naturaliste..., III, p. 191).

7° Le caractère et la conduite

132Le caractère de l’homme et sa conduite envers ses semblables donnent lieu à l’emploi d’un grand nombre de termes particuliers ou de mots français détournés de leur sens.

133Armes (maître d’—), n.

134S’emploie exclusivement au figuré, dans le sens de madré, rusé compère, mauvais coucheur : X., c’est un maître d’armes. Cette expression est la transposition d’une image populaire et son sens nouveau a presque éclipsé celui du français normal « qui enseigne l’escrime », sans doute à cause de la disparition complète de cette profession en Haïti.

135Arriviste, adj.

136Se confond avec parvenu : Nous considérons comme.. une trahison le fait de ramasser ce qu’on a pu sauver d’économies pour aller le gaspiller dans des pays plus avancés et plus riches... aller mener une vie d’arriviste incompatible avec ses débuts... (B. D. Bouzi, Le Jour, 22/4/1957 — 6-6).

137Ballant (être en —), v.

138Être indécis, hésitant. Le français normal ne connaît que : être en balance ou tenir en balance, i. e. dans l’incertitude, dans l’indécision.

139Bandit, n. et adj.

140Le sens français du mot s’atténue dans des cas courants en celui de : indocile, insoumis, surtout en parlant des enfants : Cl... est un petit bandit (L. P.).

141Bouche (avoir une bonne —), loc.

142C’est savoir parler aux gens, être persuasif, insinuant, mielleux : Une fois qu’on faisait la connaissance de Cresson, on n’avait plus rien à lui refuser : il avait si bonne bouche (F. Hibbert, Les Thazar, p. 24).

143Brigand (e), n. et adj.

144Le sens de ce mot s’affaiblit quand il s’agit d’un enfant et se rapproche de celui de : vif, turbulent, boute-en-train.

145Calan ou Calant, n. et adj.

146Maladroit, particulièrement à la danse et au foot-ball. C’est probablement un participe présent de caler, pris au sens de céder, reculer. V. Wart-bourg F. E. W., sous calare.

147Chat.

148Le chat lui a pris la langue : expression familière, s’applique à celui qui, par timidité, garde le silence en public : On parlait en très bons termes de P. J... comme orateur, mais sauf une fois pendant toute la durée de la session, « chat a pris sa langue » (Indépendance, 22/3/1956 — 2-1).

149Cherant (e), adj.

150Se dit d’un marchand qui demande un prix excessif en échange de sa marchandise. Il ne s’emploie que dans le langage parlé. C’est un terme dialectal qui se retrouve encore dans beaucoup de parlers de la France (en Saintonge et en Aunis par exemple). V. Wartburg F. E. W., sous carus.

151Crasse, adj.

152Avare, qui est près de ses sous : Ce monsieur est crasse (L. P.).

153Démon (être en —).

154Etre furieux, entrer dans une colère terrible. Ne s’emploie que dans le langage parlé.

155Démonstratif, adj.

156Se dit de celui qui étale aux yeux du monde une opulence supérieure à ses moyens, ou qui, dans tous les domaines, essaie de se faire passer pour ce qu’il n’est pas.

157Dérespecter, v. tr.

158Manquer au respect dû à quelqu’un : Tu veux dérespecter ton propre papa (J. Roumain, Gouv., p. 30).

159Désagréable, adj.

160Tâtillon, pointilleux, rigide dans ses principes : Ma chère, Bagadais est un homme par trop désagréable... pas moyen de lui parler (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 249).

161Drôle, adj.

162A presque le sens de « impertinent » : Vous êtes bien drôle ! (L. P.) = Vous vous permettez bien !

163Étrange, adj.

164Se trouver étrange dans un salon, une société nouvelle (L. P.), c’est être tout chose dans ce salon, dans cette société.

165Farandoleur, n. m.

166Fanfaron : D’autres, faisant les farandoleurs, furent fugés trop pédants et empochaient force emprisonnement (La Forêt Noire, Haïti litt. et soc., 5 mai 1907, p. 1381).

167Fréquent, adj.

168Se dit d’un homme qui n’a pas froid à l’œil et surtout qui est entreprenant auprès des femmes : Police Bastien est fréquent. Parce qu’il est police, il croit que toutes les femmes sont ses femmes et qu’il peut les patiner comme des vivres au marché (A. Lespès, Les semences de la colère, p. 48).

169Ce sens n’est pas sans rapport avec celui que prend le verbe fréquenter dans l’expression fréquenter une jeune fille ou une femme, i.e., lui faire la cour, encore vivante dans l’Anjou, l’Aunis, la Saintonge, la Touraine, etc... V. Wartburg, sous frequentare.

170Gai, adj.

171C’est une personne gaie signifie, comme en français normal : c’est une personne pleine d’entrain, mais c’est parfois en F. H. un euphémisme appliqué à une femme d’un niveau social élevé et dont la conduite laisse à désirer.

172Lait, n. m.

173C’est le lait et le citron ou Ils sont comme lait et citron (L. P.). Se dit de deux personnes, de deux partis, qui ne peuvent pas s’accorder ensemble ou dont l’inimitié est irrémédiable. La langue écrite emploie également cette comparaison : Point n'est besoin de reprendre ici les arguments évoqués par les représentants des deux partis, aussi peu faits pour s’entendre que lait et citron (Le National, 21/12/1953 — 3-4).

174Malfaisant, adj.

175Espiègle, taquin : Un enfant malfaisant (L. P.).

176Malhonnête, adj.

177Se dit de quelqu’un qui n’est pas serviable, qui n’est pas disposé à faire plaisir aux autres : Tu es malhonnête (Mme G. P. à son gosse qui ne s’empressait pas de lui passer une cuiller, le 6/6/1955).

178Maniéré, adj. et n.

179Qui a des manies, maniaque : C’est un monsieur maniéré (L. P.).

180Ordinaire, adj.

181S’applique à une personne, surtout à une femme qui n’a pas de retenue dans sa conduite ou dans ses paroles.

182Rase, adj.

183Importun, rasoir : X... est rase (L. P.).

184Sang sale (au —).

185Se dit d’une personne qui a des sentiments bas, de mauvaises tendances : Cette enfant a vraiment le sang sale (entendu le 30/7/1954). Tais-toi, petite sotte, fille au sang sale. J'attends ton père pour lui parler. En tout cas, jamais ce mariage ne se fera. Tu entends ? Jamais tu n'épouseras Robert Rabeau (R. Dorsinville, Barrières, p. 19).

186Soutireuse, adj. et n. f.

187Qui montre une indulgence excessive pour les fautes ou les défauts des siens. Ne s’emploie que dans la langue parlée.

188Suspect, adj.

189Susceptible, méfiant, tourmenté par la conscience d’une faute commise : Comme G... est suspect. Qu’est-ce qu’il vient de faire encore ? (entendu le 6/8/1958).

190Tout de bon, adj.

191Sérieux, laborieux, brave, entreprenant : Un homme tout de bon (L. P.), i. e. un homme dans le vrai sens du mot, un vir.

192Travaillante, adj. f.

193Laborieuse : C’est une personne travaillante (L. P.). Le terme et le sens sont encore vivants dans les dialectes de l’ouest de la France. Le masculin cependant n’existe pas.

194Vices, n. m.

195Malversations, détournement de fonds : Vous m’entravez dans l’exercice de mes fonctions parce que je surveille vos vices (F. Hibbert, Romulus, p. 21) ; 2° tendance au larcin, tendance à rechercher des profits illicites, à vivre en parasite ; 3° concupiscence.

196Vicieux, adj. et n.

197S’applique : 1o au fonctionnaire qui a malversé, 2° au sens de gourmand : Gérard est un petit vicieux (L. P.). Regarde comme il te pétrit le sein, le petit vicieux (Pétion Savain, La case de Dambalah, p. 116).

1983° Coureur de dot.

1994° Concupiscent.

  • 61 De l’espagnol bozal, nègre récemment arrivé d’Afrique, puis, par extension, niais, sot, idiot.
  • 62 Origine incertaine.
  • 63 De l’espagnol chulo, a, effrontée, libre, sans retenue.

200Les vocatifs injurieux et les mots dépréciatifs. — Aux termes qui s’appliquent au caractère de l’homme et à sa conduite, il faut joindre les vocatifs injurieux et les dépréciatifs. Sous le coup de la colère, l’usager rencontre tout d’abord les mots de sa langue maternelle et seuls le plus souvent ceux-ci lui conviennent : tchonnel, « parasite », rien du tout, composé transparent « vaurien » ; mapiat « sans aveu » ; tête de marteau « chauffard » et, par extension, « mauvais manoeuvrier », « politique maladroit » ; mal aux pieds, composé transparent à rapprocher de bétail mal à pied, « ouvrier malhabile », nègre bossal61 « personne dépourvue d’éducation » ; azizouelle ou arona62 « femme de mœurs libres » ; dfobeur, formé sur djob « prévaricateur » ; ta fiateur, formé sur tafia « ivrogne, pilier de cabaret » ; grogueur, formé sur grog, a le même sens que le précédent, mais c’est un mélioratif ; mornier, formé sur morne, « rustre » ; mardi-gras « être vil, méprisable » ; tchoul63 « valet, souteneur, espion, homme-lige ». Dans ce cas aussi on emploie des mots français dans une acception nouvelle : ainsi audacieux est usité en F. H. comme vocatif injurieux joint à voleur, menteur. Il est alors synonyme de effronté, impudent.

201La langue écrite ne dédaigne pas ces mots, soit que l’écrivain les prenne à son compte, soit qu’il veuille peindre un personnage dans toute sa vérité en lui mettant dans la bouche le langage qui convient à son éducation ou à son état d’âme :

202Azizouelle : Madame Tyrlir se coiffa d’un canotier, jeta un fichu de dentelle sur son peignoir et, dans cette tenue d’azizouelle, sortit sous la galerie (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 29).

203Mapiat : Quand j’ai vu le dernier mapiat américain rouler frénétiquement en auto sur le sol sacré de la patrie, je me suis dit que je mériterais mon propre mépris si je continuais à aller en buss ou à pieds (F. Hibbert, Les Simulacres, p. 43).

204Dans les cas qui suivent, le terme dialectal ne s’impose ni par suite d’un déficit du français normal ni par inadéquation du mot français à l’état psychique de l’écrivain, seul le besoin de pittoresque en explique l’emploi :

205Banda, adj.

206Élégant, bien mis : Quand on revient de France, qu’on a bagoût et de belles manières, qu’on est jeune, fier et « banda » (Dr R. Charmant, Vie incroyable d’Alcius, p. 45). De l’espagnol banda qui signifie parements, galon, ruban, fanfreluches.

207Marassa, n. m. f.

208Jumeau, jumelle : Votre mère était marassa (Antoine Innocent, Mimola, p. 124) ; par extension, adj. : 1) double : soufflets marassas (D. Hyppolite, Le Forçat..., i. e. administrés sur les deux joues ; 2) se dit aussi dans la langue politique, de deux candidats qui ont obtenu aux élections un nombre égal de voix : députés marassas. Le terme est d’origine africaine.

209Les émotions. — Pour exprimer les élans spontanés de son âme, c’est aussi à sa langue naturelle que se réfère le parleur haïtien. Dans le parler français de l’Haïtien moyen ou même dans le parler familier de l’Haïtien cultivé, des mots invariables inconnus du français normal, des onomatopées jaillissent à tout instant. Tels sont :

210Ayayaie : Interjection qui exprime l’impatience, la contrariété.

211Bichi : Mot qui accompagne le geste du pied de nez et qui équivaut approximativement à : Vous ne l’aurez pas, vous voilà bien pris.

212Boup : Onomatopée marquant la soudaineté d’un fait et qui équivaut à « tout à coup » : Je l’ai frappé d’un coup de poing boup (M. B., 21/10/1926).

213Kif-kif : C’est kif-kif : c’est égal, c’est tout pareil. Dial. Il est donné par le Larousse du xxe siècle comme populaire, mais les Haïtiens l’ont pris sans doute aux dialectes français.

214Pioute : Interjection marquant l’admiration, la satisfaction : Et vous savez qu’à Petit-Goave on fait bien. Oh ! pioute (F. Hibbert, Masques et visages, p. 199).

215Tow-tow : Rapidement, en un clin d’œil : Ça se fait tow-tow (une dame de 29 ans, 1re année de Brevet supérieur, juin 1955).

8° La caractérisation des choses par l’homme

216La caractérisation des choses par l’homme se fait souvent au moyen de mots particuliers au F. H. Tels sont :

217Bogota, f. : Vieille voiture, vieux tacot et, par extension, tout objet usé par un long service : Le bruit court qu’on va envoyer dans notre ville le matériel hors service de la Centrale automatique du Cap-Haïtien... Nous ne voulons pas de bogota (La Garde, des Cayes, 3/2/1957 — 5-4).

218Calebossé, adj.

219Gondolé : des calebasses calebossées (S. Féthière, Panorama, p. 408 (dial.).

220Caoutchouté, adj.

221Dérivé de caoutchouc : dont la roue comporte un revêtement extérieur en caoutchouc : buss caoutchouté ; ou bien, en parlant de souliers, dont la semelle est en caoutchouc : souliers caoutchoutés.

222Carreauté, adj.

223Dérivé de carreau : rayé dans les deux sens, dont le dessin est fait de divers carreaux : un tissu carreauté (L. P.).

224Chaud, adj.

225Se dit au figuré au sens de cher : C’est chaud, en parlant d’une marchandise, signifie : « Ca coûte cher ».

226Escampé, adj.

227Bien tiré, s’agissant d’un pantalon : Un superbe pantalon gris perle merveilleusement « escampé » et tombant avec majesté sur ses bottes vernies (F. Hibbert, Séna, p. 35). Le mot est peut-être en rapport avec l’ancien verbe escamper = fuir.

228Glissé, adj.

229Glissant : le salon est glissé (Un jeune homme de la moyenne bourgeoisie juin 1954).

230Gros, adj.

231Anteposé à un nom de temps, fait ressortir la disconvenance d’un état ou d’un acte accompli à ce moment-là : Tu vas chez les gens ce gros midi (Mme P. P. à son fils). Tu es si mal habillé ce gros dimanche (L. P.).

232Piqué, adj.

233Relevé, en parlant des mets : La sauce est piquée (L. P.).

234Rase, adj.

235Fastidieux, dégoûtant, ennuyeux : Le latin est rase (élève de 4e, 1956).

236Risquant, adj.

237Employé par la langue familière dans l’expression impersonnelle : c’est risquant, il y a des risques, il y a du péril à le faire.

9° Croyances et coutumes

238La civilisation occidentale n’a atteint que la couche superficielle de la population haïtienne. La grande masse des campagnes et des faubourgs a gardé des habitudes, des croyances et des modes de vie fort éloignés des habitudes, croyances et modes de vie de l’Occident. Dans son accoutrement, dans l’ameublement de sa maison, dans ses divertissements et même dans sa façon d’adorer Dieu, l’homme de la masse diffère de celui de l’élite. Or, ce genre de vie particulier fait l’objet des conversations, discussions ou dissertations des hommes politiques, des journalistes, des sociologues. Bien plus, croyances et modes de vie se compénètrent : des psychologues et des écrivains sociaux s’acharnent même à découvrir dans le comportement des membres de nos élites intellectuelles ou sociales des traces de l’homme primitif. Il en résulte l’incorporation à notre français d’un grand nombre de mots nouveaux, souvent évocateurs de forêts tropicales, de scènes pittoresques, de croyances anciennes.

239La littérature de fiction a largement contribué de son côté à la diffusion de ces mots dans la langue générale. Tous les romans haïtiens à succès qui ont paru ces trente dernières années sont inspirés par les mœurs, croyances et coutumes de nos paysans : L’héritage sacré de M. Jean-Baptiste Cinéas, Canapé Vert, de MM. Pierre et Philippe Thoby Marcelin, Gouverneurs de la Rosée, de M. Jacques Roumain, Les Semences de la colère, de M. Anthony Lespès, Bon Dieu Rit, de M. Edriss Saint-Amand. Des poètes se sont mis également à rêver d’impossibles retours à l’Afrique et à revivre par l’imagination des scènes étranges et grandioses.

240On se limitera ici, comme pour les autres catégories de mots, aux vocables les plus courants, ceux qui sont communs à la langue parlée, à la langue du journalisme et à celle des écrivains.

241Malgré le baptême chrétien, malgré une adhésion tout extérieure aux dogmes et aux rites de la religion romaine, la majorité des Haïtiens demeurent fidèles à la foi de leurs ancêtres africains et pratiquent en secret — parfois même ouvertement — le vodou, mot d’origine dahoméenne et qui désigne le culte des esprits et diverses sortes de danses dont l’exécution fait partie du culte en question (cf. J. C. Dorsainvil, Une explication philologique du vodou, Port-au-Prince, 1924). Le terme se répand maintenant au grand jour et sert même de dénomination à des clubs mondains. Pour se rendre favorables les esprits ou loas, les adeptes du vodou organisent en leur honneur des cérémonies propitiatoires appelées services ou manger les âmes, que préside le houngan ou bocor ou papa-loi : celui-ci est à la fois prêtre, devin et guérisseur et opère, assisté de ses hounsi ou prêtresses, dans son hounfor ou temple du vaudou. Le « vaudouisant » croit à la survie des morts qui se manifestent aux vivants sous la forme de zombis ou revenants ; il vit dans la terreur perpétuelle du wanga, c’est-à-dire du mauvais sort qui peut lui être jeté par un ennemi ou un envieux, ou dans la crainte du mauvais air, c’est-à-dire de l’esprit malin qui menace sa vie et celle de ses enfants.

242Sont devenus également très courants les mots assotor et asson ou açon qui désignent les objets du culte populaire : le premier est le plus gros des tambours sacrés ; le second, un « hochet sacrificiel ». Tous ces termes, à l’exception de service et de mauvais air viennent de l’Afrique avec les choses qu’ils désignent.

243Pour montrer avec quelle aisance la langue cursive ou littéraire se sert de ces mots, on choisira deux ou trois exemples :

244Hougan-hounsi : Et bien vite nous nous intéressâmes moins aux évolutions du « Houngan » et des « Hounsi » qu’aux réactions qu'elles provoquaient chez nos visiteurs étrangers (J. Large, Nouv., 24/8/1956 — 1-8).

245Loa : Le récidiviste incorrigible a encore abusé, dit-on, d’une cliente au mépris des prescriptions formelles des loas (J.-B. Cinéas, L’héritage sacré, p. 18). Vous avez offert des sacrifices aux loas (J. Roumain, Gouv., p. 228).

246Hounfor-açon : C’est la veille, au soir, pendant que lui, Avilmar, se trouvait dans le hounfort à rendre les honneurs à ce dieu, pendant qu’il agitait l’açon qu’il s’est senti possédé (Gérard Duc, Terre, p. 87).

247Ouanga-loa : Maintenant on parlait même de « ouanga », de vengeance des loas qui possédaient Philogène et qu’il refusait de servir de son vivant (Gérard Duc, Terre, p. 30).

248Service, n. m.

249Un soir, il organisa un service au cours duquel on dépeça cinq bœufs (G. Duc, Terre, p. 69).

250Vodou : Ce soir-là nous nous étions rendus à une danse de vodou... (J. Large, Nouv., 24/8/1956 — 1-8).

  • 64 D’après Jules Faine, le mot viendrait de l’anglais bookish « qui aime les livres » et, par dérisio (...)

251Le folk-lore : Le folk-lore a aussi laissé ses traces dans la langue courante, en particulier dans les noms de deux personnages représentant, l’un, l’habileté et la ruse, d’où sa dénomination de Ti-Malice, et l’autre, la sottise : ce dernier s’appelle Bouqui64 : Sous l’enveloppe grossière d'un Bouqui, il cachait l’âme d’un Ti-Malice (Justin Lhérisson, Zoune chez sa ninnaine p. 5). Qui croyez-vous tromper ? Alors vous croyez avoir affaire à Bouqui ? (Anthony Lespès, Semences de la colère p. 93).

252Louis Jean Beaugé est aussi un personnage légendaire dont le nom est synonyme de Fier-à-Bras et a passé dans la langue parlée.

253Borome est également courant dans la langue parlée et désigne un chef qui exerce brutalement l’autorité, comme autrefois un certain Borome légendaire.

254Mais les croyances et les coutumes sont aussi désignées par des expressions françaises prises dans une acception nouvelle, telle que :

255Sain et sauf, adj.

256Cette expression caractérise la personne qui réussit dans la vie grâce aux seules forces naturelles et humaines et sans aucune intervention supranaturelle : Naïf, tu crois qu’on réussit comme cela, sain et sauf (D. Hyppolite, Le Forçat, I, 4).

257En parlant d’un événement, elle caractérise ce qui peut s’expliquer par l’action des forces physiques et biologiques : Directement, Contrôleur. Et Zidor croit même que la maladie de Lazare est suspecte. Comme quoi, c’est pas sain et sauf (A. Lespès, Les Semences de la colère, p. 138).

258Ténèbres, n. f. pl.

259Battre les —, c’est faire du bruit en frappant à coups redoublés sur les portes des habitations, les pylones électriques, les mercredi, jeudi et vendredi de la semaine sainte, à l’heure des Matines et des Laudes. Cette coutume, qui a un sens religieux et qui tire son nom des offices célébrés la semaine sainte, tend à prendre une signification politique aux époques de troubles.

10° La vie économique

260a) La vie agricole. — Demeurée fermée à toute influence extérieure, la vie agricole a conservé en Haïti des pratiques et des méthodes anciennes qui se désignent par des termes particuliers. L’agriculteur est bien obligé de faire le bois neuf, c’est-à-dire de défricher la terre, ou bien de faire un bois debout (Frédéric Marcelin, La Vengeance de Mama, p. 96) ; c’est-à-dire d’abattre les arbres qui couvrent un terrain.

  • 65 Terme dialectal encore vivant en Normandie en 1887 dans le sens de « pic ou pioche ». V. Moisy, Di (...)
  • 66 De l’espagnol convite.
  • 67 D’origine incertaine. M. M. Piron, dos Romanica Gandensia, I, 1953, a fait une étude ingénieuse du (...)
  • 68 Terme d’origine caraïbe.
  • 69 D’origine incertaine : la forme zéperlin, répandue dans plusieurs régions d’Haïti, laisse supposer (...)
  • 70 Terme d’origine dialectale.

261Ses instruments ordinaires de travail sont la houe, la machette, la serpette ou couteau digo, le pic et le piquois65. Pour les travaux demandant un grand nombre de bras, il organise des combites ou coumbites66 ou ramponos67, sorte de coopérative agricole sans statut écrit, pour les semailles, la récolte et d’autres travaux ruraux ; il sonne le rassemblement à l’aide du lambi68, conque marine ; il protège ses plantations contre les ravages des oiseaux sauvages ou domestiques grâce à des perlins69 (lasso), renferme ses poules dans des caloges70.

  • 71 De l’espagnol hato, vaste étendue de terre servant de pâturage ; était usité déjà dans ce sens à l (...)
  • 72 Le Littré définit ce mot « nom qui se donne, dans les îles de l’Amérique, à l’eau-de-vie qu’on tir (...)

262Les agriculteurs eux-mêmes se divisent en plusieurs catégories suivant qu’ils sont ou non propriétaires du sol : les premiers sont des dons (mot d’origine espagnole probablement et apparenté au latin dominas), ils possèdent plusieurs « carreaux » de terre, parfois des hattes71 (lati-fundia) ; les seconds sont des « de-moitié » ou « deux-moitiés » parce qu’ils donnent la moitié de la récolte aux propriétaires des terres qu’ils cultivent. L’industrie agricole la plus répandue et que nous avons héritée des anciens colons français est la fabrication du sirop de canne et celle de l’alcool à partir du sirop de canne : cette dernière opération se fait à la guildive72.

263Voici quelques exemples de l’emploi de ces termes dans la langue écrite : Elles (les femmes) ne réclamaient le concours de leurs hommes que pour quelques gros travaux, assez rares d’ailleurs, tels que l’abattage d’un arbre géant ou pour faire un bois debout complet (F. Marcelin, La Vengeance de Mama, p. 96). La terre ensemble, les hommes ensemble : c’était le jour délivré du poids lourd de la nuit, c’était le sourire du gros soleil de chaque matin, la bonne nouvelle lancée du haut de la montagne, la grande coumbite fraternelle qui chante avec la chanson des maïs jaunes, des gousses blanches de coton et des gaules mauves de canne à sucre (Gérard Duc, Terre, p. 52).

264Don : Dites-lui (au préfet) de vous citer un don, un notable de chaque section. On paierait gros pour voir la tête du bélître (E. Roumer, Le National, 16/10/1953 — 3-1). C’était un véritable don, si tu as mémoire, ce général Lonjeanis, un nègre de grandes manières, un patriarche : on n'en avait plus de ce format (Jacques Roumain, Gouv., p. 60).

265De-moitié ou Deux-moitiés : Cette catégorie sociale (les paysans) comporte un appendice assez important : les « deux-moitiés » qui vivent de la culture de terres qui ne leur appartiennent pas et aux propriétaires desquelles ils servent la moitié du produit de ces terres (Indépendance, 16/7/1956 — 4-1). Puis ils se précipitent vers l’eau d’arrosage qui coule en glouglou de la montagne et que reçoivent chaque jour à heure fixe fermiers et propriétaires, de-moitié et cultivateurs embauchés à la journée (Gérard Duc, Terre, p. 64).

266Certaines réalités de la vie agricole s’expriment aussi par des mots français pris dans des acceptions nouvelles. Tels sont :

267Gérant, m. : Garçon préposé à la garde d’un champ : Recueilli à Dufour par un brave homme mi-campagnard nommé Thiecely, qui était gérant d’un jardin en cet endroit (F. Hibbert, Rom., p. 18).

268Habitant, m. : Paysan propriétaire du champ qu’il cultive, paysan producteur ou paysan tout court : On ne trouvait pas à travers toute la section deux « habitants » à posséder autant de carreaux de terre que lui (G. Duc, Terre, p. 31). C’est la faute du gouvernement, s’écrie-t-il, on ne protège plus l’habitant (id., ib., p. 40).

269Terme de l’époque coloniale et qui désignait les corsaires devenus sédentaires, par opposition aux flibustiers, il a gardé en F. H. une acception qui s’apparente à son ancien sens, noté par Littré, Larousse et le Dictionnaire général.

270Habitation, n. f.

271Propriété rurale, d’étendue variable ; exploitation rurale : En 1724, des habitations du Nord sont fréquemment désolées par les incursions des marrons (J. Fouchard, Les marrons du syllabaire, p. 32). Terme de l’époque coloniale, il est noté avec le même sens par Littré (Habitation — 4°) et le Larousse du xxe xiècle.

272b) Les poids et mesures. — Bien que notre pays ait adhéré à la Convention Internationale créant le ssytème métrique décimal, il s’en faut de beaucoup que les unités usitées en France soient courantes chez nous. Dans leurs rapports commerciaux avec les pays étrangers, les Haïtiens sont bien forcés de compter comme les Européens et les Américains, mais dans les rapports internes, ils utilisent en général d’anciennes mesures françaises ou espagnoles : L’aune, pour les longueurs, dans le commerce des tissus : elle vaut 1,20 m.

273Le pied, pour les longueurs en général : il vaut 0,33 m.

274Le carreau, pour les grandes superficies : il vaut 1,29 ha.

275La gourde, pour les monnaies : elle équivaut au 1/5 du dollar ou à 100 francs environ.

276La vente des produits agricoles dans nos campagnes se fait suivant des unités de mesures absolument insoupçonnées en France et inconnues même du citadin haïtien. En vue de la publication des données sur les productions agricoles recueillies au cours du recensement de 1950, l’Institut haïtien de Statistiques a été obligé de mener des enquêtes dans plusieurs régions naturelles du pays pour aboutir à un relevé complet des unités de mesures agricoles employées dans chaque culture et à l’établissement de leur équivalence en unités courantes (livre, tonne, régime). Une même unité de mesure peut avoir des équivalences variables suivant les régions et suivant les produits. Voici, par exemple, un certain nombre d’unités de mesures usitées dans la plaine de l’Arcahaie, aux environs de Port-au-Prince, avec leurs équivalences (voir tableau page suivante).

277Pour les raisons que nous avons exposées au début de ce chapitre, ces termes rentrent dans la phrase française parlée ou écrite :

278Marmite : La marmite de riz est à 3,75, tandis que la marmite de maïs moulu est passée à 1,75 g (Le Nouveau Monde, 20/7/1958 — 3-2).

PRODUITS

UNITÉ DE MESURE EFFECTIVE

ÉQUIVALENCESEN UNITÉS DE

Banane plantain

Charge

6 régimes

Café (pilé)

Baril
Charge
Marmite
Sac

134 livres
85 »
4 »
129 »

Canne à sucre

Bail (sirop)
Cabrouet (canne)
Camion »
Charge »
Drum (sirop)
Ferblanc »
Gallon »
Livre »
Millier »
Paquet (canne)
Voyage »

0,75 tonne
1,25 »
200 livres
2,75 tonnes
500 livres
100 »
11 »
5,50 tonnes
60 livres
200 »

Maïs

Baril
Corde
Inane
Macorne
Marmite
Petit sac

221 »
130 »
4OO »
2 »
5.97 »
108

Tabac

Diacoute
Charge
Douzaine
Macoute
Mano
Paquet

300 »
178 »
26 »
31 »
28 »
1,16 »

279Carreau : Sous peu 4 000 carreaux de terre seront affectés, à travers le pays, à la culture de la pite (Haïti-Journal, 13/7/1951 — 4-2). A vendre une grande propriété sur la route asphaltée de Kenscoff, à Fermathe, mesurant un carreau de terre (Annonce in Nouv., 23/10/1952 — 4-1).

280Gourde : L’École de Bois Patate a coûté 178 121,29 gourdes (Nouv., 2/12/1955 — 1-5). Du nouveau à la Loterie de l’État haïtien : les coupons des billets sont maintenant à 1 gourde (Publicité in Nouveau Monde, 20/7/1958 — 8).

281c) Les moyens de transport et de communications. — L’Haïtien n’ignore pas les moyens de transport et de communications les plus modernes : le bateau, les chemins de fer, la voiture automobile, l’avion, le camion de transport en commun. Port-au-Prince est relié aux principales localités environnantes par de nombreuses camionnettes de capacité réduite que la langue populaire a baptisées de tap-tap, onomatopée qui traduit sans doute la rapidité avec laquelle s’effectue le voyage.

282Mais le manque de voies de pénétration et de facilités portuaires, les ressources exiguës d’une forte portion de la population imposent à la vie économique, à ses échelons inférieurs et même à ses échelons les plus élevés, l’utilisation de moyens de transport archaïques, dont on ne peut parler sans emprunter leurs noms originels. Tels sont le cabrouet, les charrois pour le transport terrestre, le boumba, le coralin, le lagon, pour le transport fluvial ou maritime.

283Cabrouet, n. m.

284Sorte de charrette à bœufs utilisée plutôt à la campagne pour le transport des marchandises et des denrées : Des modes de transport désuets, mais d’un usage pratique, tels que les cabrouets à bœufs, sont encore employés dans les zones rurales (Diffusion haïtienne, p. 254). C’est un terme dialectal, encore usité en Normandie.

285Charrois, n. m.

286Bêtes de somme ou hommes de peine servant au transport des meubles ou des marchandises : Voici l’innombrable armée des charrois, convois massifs de pauvres bourriques ployant sous les charges de café (Sténio Vincent. En posant les jalons, III, p. 356). Le terme est français, mais n’est pas connu dans ce sens. Son dérivé, charroyer s’entend également dans l’acception de : transporter à dos d’animal ou à dos d’homme : Dans ce canari, où les petites servantes vident l’eau charroyée de la fontaine (F. Marcelin, Thémistocle, Epaminondas, p. 17).

287Boumba, n. m.

288Embarcation longue et étroite faite en général d’un tronc d’arbre creusé et qui sert, particulièrement dans l’Artibonite, à passer la rivière aux endroits non guéables. Jules Faine rattache ce mot à l’anglais « bumboat », petit canot à victuailles : Ta fesse est un boumba chargé de victuailles (E. Roumer, Marabout de mon cœur).

289Coralin, m. : Petite embarcation servant pour les transports à courte distance. L’origine du mot est difficile à fixer. Il existe un type de chaloupe appelée coraillère « espèce de chaloupe en usage dans le Levant pour la pêche du corail, et qui porte une voile carrée, sans vergue, sur un petit mât, avec un foc en dedans. On dit aussi coralière, coraline et coral », Larousse du xxe siècle. Mais le passage de coraline à coralin ne s’explique pas aisément. C’est dans des chalands ouverts, appelés coralins, que des deux rives de la baie de Port-au-Prince, chaque après-midi, on voit descendre ces arrivages spéciaux (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas, p. 15). Quand l’herbe a été longtemps mouillée par l’embrun ou par une vague inondant le coralin, elle devient amère... (id., ib.).

290Lagon, m. : Ce n’est autre que l’accon que Littré définit : « bateau à fond plat qui cale fort peu d’eau et qui sert principalement, dans les Antilles, au chargement des navires de commerce (poitevin d’après Ménage). » Une fausse coupure a donné un lacon, le lacon, phénomène extrêmement courant en créole, puis par sonorisation de C, lagon.

291Ligne : Voiture de louage, taxi : Prendre une ligne (L. P.). Un chauffeur de ligne (L. P.). Les touristes et les marins ont égayé un peu la monotonie de la capitale à la grande joie des ciceroni improvisés, des lignes et des shops pour touristes (Haïti-Journal, 17/1/1949 — 4-3).

292Des réalités de la vie économique sont exprimées également au moyen de termes français pris dans de nouvelles acceptions. Tels sont :

293Courtage, m. : qui s’est détérioré en F. H. et désigne un gain plus ou moins licite réalisé par des combinaisons parfois louches.

294Maison d’affaires, f. : Bric à brac où se pratique en même temps le prêt sur gage. On lit cette expression sur de nombreuses enseignes des quartiers pauvres.

295d) Vie politique. — Nos constitutions et nos lois, les discours de nos hommes d’État reflètent les idées les plus libérales qui ont cours en Europe. Mais nos méthodes politiques sont bien loin de reproduire celles du vieux continent : elles se ressentent de notre état économique précaire, de nos mœurs, de notre structure sociale. Aussi ont-elles donné naissance à un vocabulaire approprié dont voici les mots les plus usuels et les plus indispensables. Quelques-uns de ces termes ont d’ailleurs passé de la langue politique à la langue courante :

296Boiser : Mot dérivé de bois : gagner les bois, se cacher pour se dérober aux poursuites de la police ; aujourd’hui le mot boiser cède la place à gagner le maquis, employé dans le même sens. Dans une effervescence politique vous n’avez qu’à l’éviter (le premier mouvement) pour que vous soyez quitte, au moins pour la farce... Boisez et revenez plus tard : vous êtes sauvé, tant l’oubli est l’une de nos suprêmes qualités (Antoine Laforêt, Haïti littéraire et sociale, 5/9/1905 — p. 378).

297Calbindage, n. m.

298Astuce, rouerie : Il (l’Haïtien) a inventé le calbindage, c’est-à-dire l’hypocrisie érigée en système (Dantès Bellegarde, Pour une Haïti heureuse, p. 169). Mais il y a le calbindage haïtien, qui, trouvant son compte dans l’équivoque, la confusion et le mensonge, se refuse jusqu'ici à toute organisation de partis (H. Pauléus Sanon, Le Temps, 25/3/1938 — 3). Si le peuple haïtien devait agréer la conclusion de cette conférence de presse, sinistre présage d’une politique de calbindage et de camaraderie, il est mûr pour toutes les abjections, toutes les déchéances (Notre Pays, 31/12/1956 — 4-3).

299Calbinder, intr.

300Ruser avec l’adversaire, donner le change sur ses vrais sentiments, ménager la chèvre et le chou : Comme il voulait ménager les deux parties, il fit une chose bien simple : il calbinda (F. Hibbert, Les Thazar, p. 248).

301Tr. : Tromper, disposer quelqu’un en sa faveur par des flatteries calculées : Mais depuis que nos petits commerçants ont calbindé tous les créanciers d’outremer... je crains qu’aucune maison haïtienne puisse tenir longtemps debout (François Xavier, Haïti littéraire et sociale, 5/11/1905 — p. 487). Ce n’était nullement M. Lelière qui avait été chez lui, de son propre gré, pour le calbinder... (Léon Laleau, La Danse des Vagues, p. 69). Origine obscure, s’agit-il d’un personnage Calbinde, représentatif de cette méthode ? On peut également supposer que le mot créole Kalbên, francisé en calbinde, d’où sont sortis calbinder et calbindage, est une corruption de calembredaine, plaisanterie. De la plaisanterie à la tromperie le passage est aisé : on dit bien jouer quelqu’un pour : tromper quelqu’un.

302Chef de bouquement, n. m.

303Homme lige d’un candidat à une fonction élective, chargé de lui recruter des partisans et des électeurs dans un secteur donné : Vers les trois heures de l’après-midi, Eliézer Pitite Caille et son chef de bouquement furent arrêtés brutalement (Justin Lhérisson, La famille des Pitite Caille, p. 50). Figurezvous que samedi, après avoir conféré avec mes chefs de bouquement... j’ai reçu une lettre (Hédor, Nouv., 10/1/1912 — 1-2). S’il faut en croire notre correspondant, l’on doute que plus de cinq candidats affronteront (sic) les risques du scrutin. Dans toutes les communes, les chefs de bouquement, les amis et parents se préparent à contribuer au triomphe de leur partisan (Le Matin, 29/12/1953 — 1-3). Origine peu sûre, Frédéric Marcelin, qui n’est pas linguiste, mais romancier et écrivain politique, a pourtant proposé au sujet de ce mot, une explication vraisemblable : c’est celui, dit-il, qui fait des bouquements, c’est-à-dire des intrigues. Nous n’avons trouvé le mot bouquement dans aucun des dictionnaires que nous avons pu consulter. Mais il est fort possible que le créole ait créé ce terme sur bouquer qui, dans sa forme factitive, faire bouquer, signifiait anciennement « faire baiser à quelqu’un ce qu’il ne veut pas baiser, le forcer à faire ce qui lui déplaît » (Littré) et même « l’empêcher de faire ce qu’il voulait ». La fonction du chef de bouquement n’est pas bien différente.

304Coq, n. m.

305Le seul coq qui chante, leader incontesté, qui domine la situation politique et s’impose à tous : A. Saint-Mars les J... veulent être les seuls coqs qui chantent (R. V., le 2/11/1957). Le seul coq qui chante (Mat., 3/8/1956 — 4-6).

306Couri, n. m.

307Subst. verbal de courir (en créole kuri) : panique provoquée dans les marchés publics par les agitateurs politiques, en vue de créer un climat d’insécurité et d’amener la chute du gouvernement. Très fréquente avant 1915, cette pratique n’a pas entièrement disparu de nos mœurs politiques : nous l’avons vu réapparaître trois fois, en 1937, en 1950 et 1956. Il y eut alors un commencement de couri (Justin Lhérisson, La famille de Pitite Caille, p. 48). Ce passe-temps remisé, on organisa les couris (F. Marcelin, Marilisse, p. 306). Couris : Ce matin il y eut de l’agitation en ville par suite de « couris » aux marchés (Nouv., 2/8/1904 — 2-3). La panique suscitée à la suite du couri d’hier matin, a gagné les centres scolaires (Nouv., 11/12/1956 — 1-3).

308Laisser grainnin, n. m. (... grẽnẽ) = laisser faire.

309Méthode politique qui consiste à laisser les affaires publiques aller comme elles peuvent, sans rien tenter pour les diriger et les améliorer : Au moment où nous écrivons ces lignes, la situation est telle que le pays ne peut plus se contenter de cette politique du laisser grainnin (La Presse, 7/5/1931 — 1-1).

310Panier de crabes, n. m.

311Expression imagée empruntée à la langue populaire et appliquée à un milieu difficile, en particulier à la vie haïtienne, faite surtout de trahisons, de coups bas et d’efforts négatifs tendant à contrarier l’ascension et la libération de ses semblables, de même que les crabes dans un panier s’accrochent les uns aux autres comme pour s’y retenir mutuellement prisonniers : Il est vrai... que sous votre patronage les analphabètes et les primaires de New York, que mes activités empêchaient de dormir, préparaient contre ma personne un complot d’opérette, dont je me moquais, étant bien décidé depuis longtemps à laisser ce panier de crabe et ce nœud de vipères (G. de Catalogne, Le Jour, 6 et 7/9/1957 — 4-2).

312Pape, n. m.

313Être seul pape ou simplement être pape, jouir d’une autorité indiscutée : Quant à moi, vous devinez sans peine que je me suis fait Commandant de l'Arrondissement de... J’ai dédaigné de l’être à la Capitale, vu qu’en province on est mieux, on est Pape, et que devant son autorité, coq pas chanté (Haïti litt. et soc., 20/10/1905, p. 426).

314Peuple (Gros).

315Pour désigner la partie du peuple la plus nombreuse et en même temps la moins bien partagée sous le rapport de la fortune et de l’éducation, le français normal a recours à des expressions comme le petit peuple, le menu peuple, le bas peuple.

316Le F. H. évite en général ces expressions qui paraissent péjoratives et adopte de préférence : le gros peuple : Nous devons choisir d’autres directives, renier la route des erreurs et de l’abjection où l’on a maintenu le gros peuple (Panorama, 6/9/1958 — 4-5).

317Piquet, n. m.

318Paysan du Sud soulevé en 1843 contre le gouvernement de Rivière Hérard. Ce nom leur vient de ce qu’ils n’avaient comme armes, pour soutenir leurs revendications sociales, que des piques : Bientôt, les paysans du Sud connus sous le nom de Piquets— parce qu’il étaient en majorité armés de pique, se soulevèrent... (D. Bellegarde, Histoire du peuple haïtien, p. 144).

319Ce nom s’applique également à tout révolutionnaire haïtien : Si le mot piquet fut une injure en Haïti, c’est parce que Goman et Acaau étaient des esprits incultes, qu’on les vainquit. Tel n’est pas le cas des piquets de nos jours. En 1868 déjà, il ne leur a manqué qu’un chef pour demeurer vainqueurs. Ils ont maintenant les chefs qu’ils attendaient depuis longtemps (Louis Joseph Janvier, Constitution d’Haïti, p. 522).

320Propagande, n. f.

321Fausses nouvelles que l’on répand en vue de troubler la paix publique et d’ébranler le gouvernement : Messieurs, la paix règne dans toute l’étendue du pays ; seulement la propagande bat son plein toujours par rapport à l'affaire des Consolidés (Communiqué du Président d’Haïti dans le Nouvelliste, 10/10/1904 — 2-2).

322Propagandiste, n. m. f.

323Propagateur de fausses nouvelles qui portent préjudice au gouvernement : Dans le cercle intime de la famille, on s'étonna certain jour du désespoir de Mme Thazar, parce que Cresson, qui n’était pas mince dans l’art d’inventer les nouvelles les plus extraordinaires, avait été arrêté et déposé en prison comme propagandiste (F. Hibbert, Les Thazar, p. 26). Une nouvelle qu’apprendront avec peine les propagandistes, c’est que la police a arrêté trois d’entre eux et ne manquera certainement pas, par ceux-ci, de remonter à la source de ces propagandes qui ont cours ces jours-ci (Nouv., 31/5/1953 — 1-2). Il faut penser à autre chose et surtout veiller au grain. C’est précisément ce que font les propagandistes de rumeurs de crise ministérielle (Le Jour, 9/8/1956 - 1-6).

324Règne, n. m.

325Employé plus couramment en français pour désigner le gouvernement exercé par un roi ou un prince, ce terme s’applique également en F. H. au pouvoir exercé par le Président de la République : C’est le deuxième anniversaire du règne du Président (F. Marcelin, Bric-à-Brac, 1904, p. 56). Désormais on ne dira peut-être plus à notre pauvre Haïti ces paroles sinistres et si profondément vraies... Et pourquoi ne les lui dira-t-on pas ? Parce que le Prédent Vilbrun Guillaume Sam aura le bonheur de voir la Paix s’asseoir parmi nous, affermir son règne, disposer tous les cœurs à se tourner vers le bien... (Moniteur, 6 mars 1915). Si l’on songeait à l’entente même pour un ou deux règnes, ne croit-on pas que cela eût donné un résultat appréciable ? (Haïti-Journal, 18/4/1949 — 1-6).

326Régner, v. intr.

327Donne lieu aux mêmes observations que règne : Il nous est revenu que l'ex-président S. V. aurait produit devant notre actuel gouvernement une réclamation... Au titre de Sénateur à vie, l’ancien Chef d’Etat, qui a régné sur ce pays de 1930 à 1941, touchait 500 dollars par mois (Le Constitutionnel, 24/8/1953 — 1-5). Il (le président Hippolyte) régna avec une dignité que, malheureusement, polluèrent de temps en temps ses colères et ses vengeances impitoyables (E. Brutus, Instruction publique en Haïti, p. 294).

328Révolution, n. f.

329Coup d’État ou soulèvement armé ayant pour but le renversement du pouvoir constitué et l’établissement d’un nouveau gouvernement : C’est, je crois, au triomphe de la Révolution d’Hippolyte que Sanon fut envoyé, avec d’autres jeunes gens des Cayes et du Cap, comme boursier haïtien en France (J. C. Dorsainvil, Essai, p. 159). Michel Oreste parti, Davilmar Théodore, chef de la révolution du Nord, en marche sur Port-au-Prince, s’arrêta à Gonaives (Nouv., 27/3/1953 — 1-1). La révolution a éclaté au Paraguay (Le National, 23/2/1955 — 1-7 et 8).

330Téléguiol, télégueule ou télédiol, n. m.

331Mot hybride formé sur la racine grecque télé, qui se trouve dans téléphone, télépathie et le mot gueule : il se réfère à la propagation rapide, de bouche en bouche, de fausses nouvelles, parfois susceptibles de faire du tort au gouvernement : Ils sont une escouade qui, par la presse ou le téléguiol, sèment ainsi le défaitisme pour leur intérêt du moment (la Presse, 8/5/1931 — 1-2). Mais il semble que ces jours-ci, les rumeurs les plus persistantes et les plus précises ont cours dans la Cité : les listes ministérielles se font et se défont au gré des sympathies, des antipathies ou des intérêts immédiats. Ce qu’il y a de plus curieux, c’est que bien souvent le télédiol ne se trompe pas (Le Jour, 9/8/1956 — 1-7). Le télédiol est en vacances. Les techniciens de ce mode spécifiquement haïtien de transmission connaissent un temps de chômage et en sont tout transis (Le National, 20/8/1956 — 1-1). Sacré télédiol, va ! Il nous a eu (sic) le sacré télédiol, nous qui croyions à son inutilité dans notre démocratie... En effet, hier à midi précis le cabinet ministériel a offert sa démission au Chef de l’État qui l’a acceptée... Sacré télédiol, tu nous a eu (sic) (Le National, 29/8/1956 — 1-3).

332Mais le mot s’entend également de la propagation rapide de n’importe quelle nouvelle : Avant midi, le bruit que Manuel avait découvert une source s’était répandu à travers le village. Nous avons un mot pour ça, nous autres nègres d’Haïti : le télégueule que nous disons, et faut pas plus pour qu’une nouvelle, bonne ou mauvaise, véridique ou fausse, agréable ou malveillante, circule de bouche en bouche, de porte en porte, et bientôt elle a fait le tour du pays, on est tout étonné tellement c’est rapide (Jacques Roumain, Gouv., p. 156). Les gens bien élevés, frappés de l’inconvenance du mot gueule ou diol, ont créé télé-bouche : Mackandal sauvé ! Aldus enfui de son cachot... Toute la ville le crut, et la télé-bouche', aux cent mille échos, le propagea au loin (Dr R. Charmant, Vie incroyable d’Alcius, p. 135). Mais cette formation n’est pas bien vivace.

333Ti Couloutisme ou Petit Couloutisme, n. m.

334Hypocrisie politique, abstention, refus d’agir au grand jour : (Indépendance, 30/7/1956 — 1).

335Petit Couloute, n. m. :

336Politique retors, hypocrite, et, par extension, avare, chiche. Origine incertaine. Il s’agit peut-être d’un personnage.

337Notre histoire militaire nous a également légué un petit nombre de mots dont ni locuteur ni scripteur ne peuvent se passer. Tels sont :

338Cacos, n. m. :

339A l’origine, paysan du Nord en rébellion contre le pouvoir établi : il rappelle par association d’idées le mot piquets, qui désigne les paysans du Sud révoltés et armés de piquets. En septembre 1915, les autorités américaines par l’entremise de M. Charles Zamor, signèrent un accord avec plusieurs chefs cacos (c’est le nom qu’on donnait aux révolutionnaires du Nord, ceux du Sud étant appelés piquets (Dantès Bellegarde, La résistance haïtienne, p. 56). Par extension, cacos signifie « pillards » : Hé ! bande de cacos, vous êtes venus ici pour piller (Anthony Lespès, Les Semences de la colère, p. 87). Le mot vient de l’espagnol caco qui signifie : voleur, fieffé voleur.

340Sans-maman, n. m. : Soldat qui se bat comme seul peut le faire celui qui n’a pas de famille et qui n’a pas à regretter la vie ; par extension, vagabond, sans aveu : Nous n’avons pas besoin que ce vagabond, ce sans-maman, vienne refaire ici ce que son père fit dans la ville de Limonade le jour de la fête de sainte Anne en l’année 1883 (G. Théard, Contes haïtiens, p. 88).

341e) La vie sociale.

342Adieu ! interj.

343Ne se dit que par les personnes âgées pour répondre au salut d’une personne plus jeune.

344Arrêter :

345Arrêter une jeune fille, c’est la demander en mariage, plus précisément, c’est, de la part d’un jeune homme, faire connaître aux parents d’une jeune fille qu’il a jeté son dévolu sur elle.

346Baptiser, v. tr.

347Tenir un enfant, comme parrain ou marraine, sur les fonts baptismaux : Pourtant, ce sera le colonel Marius Cimber qui baptisera Cléore (F. Marcelin, Marilisse, p. 96).

348Conduire des mariés au pied de l’autel, en qualité de premier témoin : Baptiser un mariage (L. P.).

349Baptistaire, n. m.

350S’emploie parfois substantivement en français normal au sens d’extrait d’acte de baptême. Mais en F. H., il prend par extension l’acception de : acte de naissance ou même de reconnaissance : lever le baptistaire d’un enfant ou lui donner un baptistaire, c’est le reconnaître comme sa progéniture.

351Baptistère, n. m.

352Se prend dans le même sens que baptistaire : Nous pouvons maintenant avec certitude dire que le baptistère de notre pays (il s’agit de l’acte de l’Indépendance d’Haïti) se trouve toujours en des mains inconnues (T. C. Brutus, Nouv., 24/1/1953 — 1-1).

353Bonjour, interj.

354S’emploie, pour saluer une personne qu’on aborde, quand la rencontre a lieu avant midi. Si l’on se rencontre après midi, c’est par le mot bonsoir qu’on se salue. Les Haïtiens s’étonnent de voir des compatriotes, revenus au pays après un séjour plus ou moins long en France, enfreindre cet usage en disant bonjour après 12 heures.

355Bonsoir, interj.

356Voir bonjour.

357Déjeuner, n. m.

358Voir dîner.

359Dîner, n. m.

360Ce mot désigne en général dans la petite bourgeoisie, le repas qui se prend à midi. Cependant, dans la presse, le monde officiel, parmi les Haïtiens qui ont des rapports suivis avec des Européens, l’usage s’implante de plus en plus de prendre le dîner le soir et le déjeuner à midi : Hier soir à 8 heures, Son Excellence le Président de la République et Mme M. ont offert un dîner en l’honneur de S. E. l'ambassadeur de France et Mme B. de L... (Le National, 15/12/1955 — 1-3). A 1 heure de l’après-midi, les invités de la « Société Haïtienne d’Études scientifiques » participèrent à un déjeuner fort réussi au restaurant « Le Perchoir » (Le National, 20/12/1955 — 1-7).

361Mais les hésitations que l’on note quelquefois montrent que le parleur a conscience d’enfreindre l’usage local : Hier midi il y a eu un dîner... ou plutôt un déjeuner en l’honneur de M. B... (Mlle A. P., tragédienne amateur, octobre 1955).

362Honneur ! Respect !

363Deux termes qui équivalent dans certaines circonstances à des interjections. Le premier est celui par lequel un visiteur annonce sa présence, s’il ne veut pas frapper à la porte. Le second est la réponse au premier. Il signifie que le visiteur peut entrer ou qu’on va lui ouvrir.

364Placer, v. pronom. ou passif.

365S’unir librement.

366Vivre en union libre : On cite, comme une curiosité, le cas d’un homme très connu qui s’était placé à la plus douce des femmes (E. Vilaire, Haïti littéraire et soc., 20/6/1907, p. 1449). Si ce n’est que ça, répliquai-je, je suis prêt à me placer avec vous, Malvina car je ne me soucie nullement de l’opinion publique d’Andouilly (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 258). Non, non, proteste Zézé, je vous ai déjà dit que sa mère veut qu’elle se marie. Elle est placée elle-même. Ce n’est pas la peine d’avoir une fille pour qu’elle ne fasse pas mieux que soi (F. Marcelin, Marilisse, p. 115). Zine était une charmante jeune fille, magnifique de santé et de jeunesse. Même un grand gars athlétique et sanguin l’aimait à la folie et voulait se placer avec elle (Marc Verne, op. cit., p. 98).

367Plaît-il ?

368C’est par ces mots qu’en manière de déférence l’interpelé répond à celui qui l’appelle. On connaît bien le « oui » employé dans ce cas en France, mais « plaît-il » passe pour être plus poli : Penchée à la fenêtre, j’appelai Gertrude... Un « plaît-il » traînant et sans éclat s’opposa à mon fougueux appel (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 76).

369f) Les divertissements. — Des divertissements populaires ou d’origine populaire, de caractère nettement profane, imposent leurs noms en F. H. ou se désignent par un mot français dont le premier sens a été dévié. Tels sont :

370Bande, n. f.

371Groupe de gens masqués qui parcourent les rues en dansant, au son de la musique, à l’époque des carnavals ou pendant le carême : Six bandes ont fait de réels efforts pour offrir des spectacles de choix (Circuit-Artibonite, 25/2/1953 — 4-4).

372Barbaco, n. m.

373Partie de plaisir à la campagne ; peut-être de l’espagnol barbacoa, viande rôtie, ce plat rentrant normalement dans le menu d’une partie de plaisir champêtre.

374Boula, n. m.

3751° le plus petit des trois tambours sacrés du culte vodou, 2° chant du travail exécuté à la campagne au cours des opérations du sarclage, de la semence ou de la récolte : le terme est d’origine africaine.

376Coudiaille, n. m. f.

377Sorte de retraite aux flambeaux : L’armée assiégeante se mit à danser au son des tambours un coudiaille forcené (Fernand Hibbert, Romulus, p. 143). Dans la soirée, coudiaille, foule immense criant : Vive P. M. (Le Rempart, 30/9/1950 — 6-5). Et les milliers de partisans du Victory organisèrent une coudiaille endiablée. Ce fut durant toute la nuit une fête à tout casser au Bas Peu de Chose (Le Matin, 29/4/1954 — 8-7).

378Gagaire ou gaguère, n. f.

3791° Combat de coqs.

3802° Lieu destiné à des combats de coqs.

381Divertissement populaire à l’origine, le combat de coqs s’installe aujourd’hui en plein Port-au-Prince, pour la joie des touristes ou du bourgeois : Les élèves fréquentent la « gaguère » et se cachent par moment dans les différents buildings de la cité (Haïti-Journal, 18/1/1951 — 4-3). Et au département de la Santé Publique d’empêcher que la zone de la gaguère... soit transformée en dépotoir (Le Matin, 30/4/1951 — 1-8). Le mot vient de l’espagnol Gallera sorti lui-même de « gallo, coq » ; 1 mouillé a évolué en ibéro-américain en y, puis dj, puis g (cf. créole haïtien, gadyè, gadjè et gagê).

382Mardi-gras, n.

383Personne qui porte un masque, particulièrement à l’époque des carnavals : La première journée carnavalesque a présenté les joies et folies populaires que de coutume (sic). Les bandes de « mardi-gras » ont pris leurs ébats sans désordre à la folle allégresse des enfants grands et petits (Nouv., 11/2/1907— 2-3). Si vous ne voulez pas vous retirer immédiatement d’ici, je vous fais mettre sous corde et je vous fais donner dix-huit coups de macaque comme un mardigras bat un chien (Edriss St-Amand, Bon Dieu Rit, p. 115).

384Par extension, se dit avec dédain ou dépit d’un individu dont on ne craint pas les menées ou l’opinion : Quant à nous, nous n’avons pas peur des mardigras (entendu le 28/11/1953 à la Voix de la République d’Haïti). Monsieur Sartène, gardez vos observations pour vous. Ce n’est pas des mardi-gras de votre espèce qui viendront faire la leçon à un homme comme moi (F. Hibbert, Séna, p. 95).

385Mascaron, n. m.

386Personne masquée : La fête des masques continue. Hier les mascarons étaient tous en grand nombre dans nos rues qu’ils animaient de leurs chansons égrillardes (Nouv., 27/1/1902 — 2-3). A l'entraînement d’une musique enragée... les mascarons défilaient et les femmes hurlaient (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 39). Elles (les chaussures) faisaient leur apparition à la veille de Noël ou le jour de l'An pour terminer leur destinée brève et accidentée pendant les fêtes du carnaval dans les bandes de mascarons (G. Théard, Contes haïtiens, p. 16).

387Méringue, n. f.

388Danse typiquement haïtienne, à deux temps, et de cadence langoureuse : Au rythme de la méringue... un Hindou sautillait avec sa femme (Jacques Large, Nouv., 11/2/1956 —-6-2). Origine probable : anglais « merry ring », la danse joyeuse.

389Rara, n. m.

3901° Nom populaire de la crécelle qui faisait, il n’y a pas longtemps, les divertissements des enfants pendant la semaine sainte.

3912° Bande joyeuse qui, pendant le Carême, s’en va à travers la campagne, certains jours de la semaine et qui danse au rythme endiablé d’instruments primitifs nommés vaccines (tronc de bambou) : Ces jours-ci, dans les coins les plus reculés de la République... les bandes de raras procèdent à leurs exercices traditionnels (Le Jour, 6/3/1954 — 6-1). Des bandes de raras, dans la plaine de Léo gane, sèment la terreur (Nouv., 13/4/1954— 1-4).

3923° La danse elle-même : danser le rara.

393Le mot semble être une onomatopée tirée du bruit que fait la crécelle. De là, il se serait étendu aux divertissements plus haut signalés et aux groupes qui s’y livrent.

11° La mort

394Cadavre, n. m.

395Installer un cadavre, c’est l’exposer : Le cadavre a été installé à la vieille cathédrale (L. P.).

396Mortalité, n. f.

397Se prend couramment au sens de décès : R. s’est formalisée parce qu’on ne l’a pas prévenue pour la mortalité (W. P., le 8/2/1954). Mon cher, mes condoléances, j’ai appris la mortalité (G. D., 40 ans, comptable, le 12/2/1956). Nous enregistrons la mort, la semaine dernière, à Jacmel, de Harris Cajou, commissaire dît gouvernement de ce ressort... Notre confrère L’Abeille nous prie d’annoncer qu’il n’a point paru à cause de cette mortalité qui lui tenait de près (Nouv., 3/1/1910 — 3-1). De 1902 à 1912, le Nouvelliste n’emploie que mortalité ou télégramme funèbre comme titre des entrefilets relatifs à un décès. Il n’a pas tout à fait renoncé à cette habitude, puisqu’on lit dans son numéro du 1/10/1958 : Mortalité : Nous avons appris avec infiniment de peine la triste nouvelle du décès de Mme Vve C. A. (p. 4, c. 3).

398Veillée, n. f.

399Réunion de parents et d’amis dans une maison mortuaire, la nuit qui a suivi le décès. A la campagne, elle donne lieu à des jeux, des distributions de vivres et de boissons, des récits d’aventures vraies ou fausses : Et cette nuit-là eut lieu une belle veillée. Une veillée magnifique, qui fit honneur au défunt (G. Duc, Terre, p. 18). Littré, qui a noté ce sens, a dit qu’il est local.

C) Divers

400Acte (Poser des —).

401Poser des actes. Les locutions françaises accomplir un acte, exécuter des actes, ou simplement agir, être en action, sont aujourd’hui complètement supplantées, dans la langue parlée et écrite, par l’expression poser un acte, ou poser des actes, prise à la langue philosophique et qui s’est répandue grâce à l’influence des sociologues et des avocats. Les exemples de ce fait sont si abondants que nous en avons relevé quatre dans un même numéro de journal : Depuis son accession au Pouvoir, le Président provisoire a posé certains actes qui ont justement rencontré l’adhésion de tous les démocrates honnêtes et sincères (Communiqué de l’Alliance Démocratique signé de divers in Nouv., 22/2/1957 — 1-4). Bien imbu des nombreuses possibilités et des pressants problèmes de cette région, il saura, au rang des Pères conscrits, poser des actes capables de promouvoir l’évolution matérielle et morale des vaillantes populations... (ib., p. 1, col. 7). Le Sous-Secrétaire d’État du Travail, Mlle L. J. pose des actes (ib., p. 6, col. 5). L’Alliance Démocratique... a fait annoncer à la Radio hier soir que le Président S... ayant posé des actes, elle lui accorde tout son soutien. Et voici d’autres exemples : Ce gouvernement est constitué. Bientôt, il va passer à l’action. Il serait peu sage de notre part de nous dresser contre lui, c’est-à-dire bien avant qu’il ne pose des actes (Le Jour, 9/4/1957 — 1-3). Le Comité Exécutif... composé en partie de représentants de larges secteurs démocratiques, s’était abstenu jusqu'ici de poser des actes qui puissent être interprétés comme une prise de position hostile (Communiqué du Bureau Politique de Me C. J., avril 1957). Et tous les actes qu’il aura à poser en cette qualité doivent être considérés comme nuls et non avenus (entendu le 23/4/1957 à la Radio). Et les actes que vous avez posés persisteront à rappeler la constance de votre sollicitude... (M. V. dans son discours d’installation, Haïti-Journal, 26/10/1957 — 4-1). Tous les actes que je poserai ici seront en conformité du programme que nous avons élaboré ensemble (id., ib.).

402Armes.

403Prise d’armes, n. f. — Le Larousse du xxe siècle définit ainsi cette expression : « Dans une ville, réunion sous les armes, pour quelque cérémonie militaire, des troupes ou d’une partie des troupes de la place. » Le Dictionnaire de la langue française de Paul Robert donne de cette expression la même acception : « Manœuvre, revue par laquelle une troupe prend les armes. » Le Dictionnaire général de Darmsteter, Hatzfeld et Thomas la définit au contraire : « Action de s’armer pour aller se battre » (voir Prise, 3°). De son côté, le Dictionnaire de l'Académie (1932) semble admettre les deux sens. On y lit en effet : « Prendre les armes, s’armer, soit pour se défendre ou pour attaquer, soit pour rendre honneur à quelqu’un ou pour faire l’exercice. On dit de même une prise d’armes. » Quant à Littré, il note sans ambiguïté les deux acceptions : « Action de prendre les armes et de se réunir pour un exercice. Fig. Soulèvement, insurrection » (voir Prise, 15°).

404Le F. H. connaît également les deux acceptions. Mais la seconde, « soulèvement, insurrection », est prépondérante au point de faire oublier la première, et le journaliste qui annonce : Il y aura une prise d’armes demain au Champ de Mars risque de se faire appeler à la police pour donner des éclaircissements.

405Arriver, v. intr.

406En français normal, c’est toucher au terme de son voyage, parvenir au lieu où l’on voulait aller.

407En F. H., il s’emploie familièrement avec l’acception de : aller, se rendre dans un lieu : J’arrive chez Duquella (C. T., 70 ans environ, déc. 1951, en prenant congé d’un groupe d’amis). Je vais arriver chez M... (Mme B. P., 1952). Voulez-vous me faire l’amitié d’arriver à la maison cet après-midi entre quatre et cinq heures (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 310).

408Audience, n. f.

409Le mot a désigné une coutume, disparue depuis 1915, d’après laquelle le chef de l’État recevait le dimanche au palais national les principaux fonctionnaires et employés publics et même les simples citoyens pour leur adresser la parole et répondre à leurs questions : C’est aujourd’hui dimanche. C’est calme plat. Je ne sais si le président parlera à l’audience. Je saurai ce qu'il a dit dans la journée (Frédéric Marcelin, Bric-à-Brac, 1904, p. 44). Hier au Palais National, l’audience a été très brillante. Il y avait foule, pour écouter le président qui, dans un langage toujours heureux et approprié à la circonstance, a parlé de l’union et du faisceau national qui doivent être indissolubles plus que jamais (Haïti litt. et soc., 20 fév. 1908, p. 1796).

410Ce mot signifie également : récit d’un fait vrai ou fictif, mais plaisant et, par extension, conversation sur des sujets badins ou familiers : L'audience était très intéressante (entendu le 12/4/1955). On faisait de la musique au salon et l’audience battait son plein sous la galerie (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 174).

411Pris dans le premier sens, le mot est peut-être l’ellipse de l’expression audience publique, après absorption du déterminant dans le déterminé.

412L’expresion donner une audience ou donner des audiences, qui se rattache à la deuxième acception, veut dire « échanger des propos sur des sujets familiers » : elle est calquée du créole : Toutefois M. Thazar ne changea pas grand-chose à ses habitudes : il lisait beaucoup les journaux français et le « Courrier des États-Unis », et presque chaque matin, il poussait une pointe jusque chez son vieil ami Loiseau, derrière l'Exposition, donnait une bonne audience et regagnait le Bois-Verna par Turgeau (F. Hibbert, les Thazar, p. 252).

413Autorité, n. f.

414Le français normal emploie le pluriel : les autorités pour : les personnes qui exercent l’autorité administrative, judiciaire ou militaire, mais nous ne connaissons pas d’exemple, dans le même sens, de l’emploi du singulier comme en F. H. L’autre, abasourdi, cherche une réplique tandis que s’amène une autorité à la vue du groupement qui se forme (Nouv., 8/1/1912 — 1-3). Samedi 23 juin, un jazz jouait à « Rumba ». Il entonna un air de musique de danse exotique. Un groupe parmi lequel se trouvait une autorité, assis devant une table, frappa des mains sur la table en signe de désapprobation (E. Almonacy, Le National, 26/7/1955 — 2-7 et 8).

415Babiller, v. intr.

416Maugréer : Guy, je n'aime pas que les garçons babillent comme ça (W. P., le 4/4/1954).

417Bac, n. m.

418Le Larousse du xxe siècle et le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française de Paul Robert donnent pour ce mot les deux sens suivants :

  1. Récipient servant à plusieurs usages : v. auge, baquet, bassin, cuve.
  2. Bateau à fond plat servant à passer un cours d’eau, un lac.

419L’objet décrit à 2° est connu en Haïti sous le même nom. Mais aucun des objets énumérés à 1° ne correspond à ce qu’on appelle un bac en Haïti. C’est plutôt un récipient carré ou rectangulaire, à fond plat, généralement en bois, qui sert à exposer des marchandises.

420Barbe, n. f.

421Avoir sa barbe à la trempe, mettre sa barbe à la trempe, c’est s’attendre à une disgrâce, à une défaite ou une mort inévitable : Staline n’a pu s'imposer qu’en faisant disparaître ceux qui pouvaient lui porter ombrage. Comme on dit vulgairement « la barbe de Molotov, de Beria et autres, est à la trempe » (E. G. Chauvet, Nouv., 19/9/1953 — 6-2). C’est une image transposée de la langue populaire.

422Barres, n. f.

423Tissu à barres (L. P.) : tissu rayé.

424Barré, p. p. et adj.

425Qui est embarrassé, qui se trouve dans une situation difficile, qui est à court d’argent : Ici on ne peut pas trouver une ligne quand on est barré (Mme D. G., infirmière, 9/9/1953). C’est un calque. Il ne s’emploie que dans la langue familière.

426Bâton : Le bâton change de bout : la roue de la fortune tourne (celui qui se servait du bâton pour frapper est frappé à son tour) : Le retentissant message du Président Eisenhower au peuple des États-Unis, lu devant la Chambre et le Sénat réunis, me met à l’esprit le proverbe créole qu'on traduit en français « le bâton a changé de bout ».

427Les Américains désormais prennent l’initiative de la guerre froide que le monde subissait des Soviets.

428Il a suffi de deux déclarations du Président Eisenhower pour changer la face des choses (Nouv., 7/2/1953 — 1-1). C’est une image transposée du langage populaire.

429Bébé, n.

430Tout en gardant en F. H. le sens courant de : tout petit enfant, ce mot a aussi, suivant la situation ou le contexte, une valeur hypocoristique. Il désigne alors selon le cas, la dulcinée, la fiancée, la maîtresse ou la femme désirée, et se met au féminin : Une bébé d’un sex-appeal rare (L. P.).

431Bêtise, n. f.

432S’entend, surtout au pluriel, au sens de : injures, propos désobligeants : Je m’en vais lui dire quelques bêtises (L. P.).

433Bêtiser, v. intr.

434Plaisanter : Écoutez, ce sont des choses folles que je vous dis là. Et pourtant, mon intention n’était pas de bêtiser ce matin (Agathon II, La Presse, 8/5/1931 — 1-2).

435Être au-dessous de soi, ne pas savoir tirer parti d’une situation donnée : Il a bêtisé dans les grandes largeurs (L. P.).

436V. tr. : Injurier, insulter, bafouer : On ne peut pas impunément bêtiser quelqu’un à ce point (L. P.). C’est un calque du créole.

437Beurre.

438Prendre du beurre pour de la mantègue, c’est se laisser tromper odieusement, prendre des vessies pour des lanternes : ils persistent encore dans leur vaine tentative de faire prendre la lune pour le soleil, et du beurre pour de la mantègue (Le Jour, 11/7/1957 — 1-7).

439Beurrer, v. tr.

440S’emploie couramment au figuré, dans le sens de : flatter, avoir des attentions spéciales pour : Beurrer quelqu’un (L. P.).

441Bien.

442Se faire bien (L. P.), employé absolument, signifie : être heureux, vivre à son aise ; se faire bien avec quelqu’un « le traiter humainement, vivre en bonne harmonie avec lui ».

443Brotter < brouetter < brouette, v.

444Transporter des meubles ou des marchandises d’un lieu à un autre peu éloigné : Il a passé huit jours, brottant nuit et jour, avant de finir (dit le 17/10/1953 par monsieur de 50 ans environ). Bien des fous ont cette étrange manie de brotter des paquets sur la tête, sur le dos ou sur les bras... (Luce Archin Lay, Haïti litt. et soc.).

445Boucan, n. m.

446Grand feu de bois ou de paille : Son regard plus ardent que le feu du boucan, se promenait sur ces visages attentifs, levés vers lui (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 201). Communiqué par un boucan qu'avait sur ses terres allumé le planteur Léon Biaise, le feu déborda son jardin et envahit les terres plantées en canne à sucre de M. Bince (Le Nouvelliste, 23/3/1956 — 6-3).

447Boules, n. f.

448Tissu à boules (L. P.), tissu à pois.

449Bouline, n. f., terme de marine.

450A la bouline, à toute bouline, à toute vitesse : J’allais à la bouline (F. Hibbert, Séna, p. 30).

451Bourrique, n. f.

452Jeu de cartes où le perdant est celui à qui il reste le plus de cartes à la fin de la partie : Bientôt elle (la bête) fera son apparition jusque dans le corps de garde où elle supplantera la timide bourrique ou l’antique trois-sept (Haïti litt. et soc., 20/4/1905, p. 160).

453Être bourrique avec quatre as en main, c’est perdre sa peine, être frustré dans ses espérances, en dépit des atouts dont on dispose : Voyez-vous, mon ami, j’ai le pressentiment que Pitite Caille dans ce jeu va « être bourrique avec quatre as en main » (J. Lhérisson, La famille des Pitite Caille, p. 45).

454Être la bourrique de quelqu’un, travailler à son seul profit : Mon cher, pas de blagues : ces messieurs en relief font grassement leur affaire, je ne suis pas leur bourrique, moi, et je dois tailler le plus que je peux dans le gâteau commun (François Xavier, Haïti litt. et soc., 5/11/1905, p. 488).

455Travailler comme une bourrique, tient lieu, pour des raisons psychologiques, de l’expression française : travailler comme un nègre.

456Que chaque bourrique hennisse dans son pâturage, mot historique attribué à Nissage Saget, président d’Haïti de 1870 à 1874, et qui exprime, de façon pittoresque, son respect de la Constitution et particulièrement du principe de la séparation des pouvoirs : Ce qu’il faut surtout, c’est ramener la confiance, pacifier les esprits, mettre fin à l’anarchie qui, chaque jour, gagne du terrain. Il faut aussi que chaque bourrique hennisse dans son pâturage (Le Jour, 20/4/1957 — 1-1).

457Brigandage, n. m.

  1. Défaut d’organisation, désordre qui en résulte : Le brigandage de la Compagnie Électrique, qui remonte à plusieurs mois déjà, a certainement commencé sous l’administration du ministre C... (Constitutionnel, 24/8/1953 — 4-4).
  2. Prostitution : Toute jeune, elle était déjà flétrie, car depuis une année elle s’était jetée dans le « brigandage » comme on dit. Et l'on sait que trois mois de prostitution en Haïti, c’est tout ce que peut supporter la créature la mieux constituée (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 111). Le mot brigandage se substitue à prostitution par euphémisme.

458Canir, v. intr.

459Pourrir en exhalant une odeur spéciale. Fig. : Pourrir en prison. Il est dialectal. Et n’eût été l’intervention du commissaire, le pauvre serait encore à canir au cachot pour une faute de diction (Zinglins, 2/7/1944, p. 10).

460Caoutchouc, n. m.

  1. Pneu d’une voiture automobile ou d’une bicyclette : Panne de caoutchouc (L. P.). Il avait acheté aussi des caoutchoucs qu’il n’avait pas payés (Mme E, B., le 21/12/1955).
  2. Roue : Ce camion-ci, peu satisfait sans doute de la route, pourtant belle en cet endroit, la délaisse carrément et versa dans un fossé, les quatre caoutchoucs en l’air (Nouv., 17/3/1956 — 8-7).

461Carguer, v. t.

462Appuyer une chaise contre un mur de façon que le dossier fasse un angle avec le mur.

463V. pronom. : S’asseoir sur une chaise mise dans cette position : Il se laissa tomber lourdement dans sa chaise et s’y cargua avec nonchalance (L. Laleau, La Danse des Vagues, p. 140).

464Cartes, n. f.

465Battre les cartes, ou faire les cartes (L. P.) : brasser les cartes. Couper les cartes, les tirer. Un pli de cartes : une levée ; filer les cartes, les distribuer avec le consentement du partenaire sans qu’il les ait tirées. Carte marquée se dit d’un élève qui s’est signalé par son indiscipline ou d’un homme politique connu pour son intrépidité, son audace, ses coups de tête et sur qui, dans les moments de trouble, la police a les yeux fixés : Le gouvernement ordonna sur l’heure l’arrestation de dix-sept paisibles citoyens... tandis que plusieurs autres, des cartes marquées, se mirent à couvert... (Dr R. Charmant, Vie incroyable d’Alcius, p. 209).

466Ceinture, n. f.

467Être en pleine ceinture, être dans un état de grossesse très avancé. Le Dictionnaire de l’Académie (1932), le Littré et le Paul Robert ont noté dans ce sens la phrase : une femme grosse à pleine ceinture, et la donne comme populaire. En F. H., non seulement le terme de rapport diffère, mais l’adjectif grosse est supprimé et la phrase : elle est en pleine ceinture prend une nuance euphémique.

468Centimes, n. m.

469Avoir deux centimes, être passablement fortuné.

470Chantant.

471Au pipirit (e) chantant, de grand matin, à la première heure, expression transposée de la langue populaire et que ne dédaigne pas la langue familière : Vous pouvez lui envoyer votre reçu demain au pipirit (e) chantant (F. Hibbert, Les Thazar, p. 54). Au pipirit chantant, le « combiteur », entouré de son ÉtatMajor, prend ses dernières dispositions (Campagnard, Stella, n° 16, p. 351, août 1927).

472Cheveu, n. m.

473Faire ses cheveux (L. P.), se faire coiffer, se faire friser les cheveux en parlant d’une femme.

474Cigare, n. m.

475Un cigare allumé aux deux bouts, expression imagée transposée de la langue populaire pour désigner une situation politique inextricable : Le catastrophique dernier gouvernement nous a laissé, comme on disait autrefois, un cigare allumé aux deux bouts (F. Courtois, Le Matin, 28 et 29/4/1957 — 5-1).

476Cinquante, adj. num.

477Employé pour exprimer l’idée du grand nombre, équivaut à maints, quelques, plusieurs : Moi, je vais vous raconter une chose cinquante fois plus terrible encore (E. Saint-Armand, Bon Dieu Rit, p. 146).

478Cinquantaine, n. f.

479Appelle la même observation que cinquante : Je saisis une petite boquitte peinte en rouge, l'emplis d eau et y additionne une cinquantaine de calalous trouvés dans la cuisine (Luce Archín Lay, Haïti litt. et soc., 2/5/1905, p. 40).

480Coffrer, v. tr.

481Meurtrir, contusionner, principalement dans la région thoracique : Quatre blessés ont dû être hospitalisés, le plus éprouvé a été le chauffeur de la voiture privée qui revenait de Péligre. Il a été littéralement « coffré », comme on dit (Nouv., 19/3/1956 — 1-8).

482Colloque.

  1. Réplique insolente : Pas de colloque ! (L. P.).
  2. Vive discussion, échange de propos désobligeants : Un tumulte s’ensuivit et un colloque assez violent eut lieu entre les députés Annulysse André et Josias Montreuil. Des paroles assez aigres furent échangées entre eux ; on dit même qu’il y eut revolver tiré (Nouv., 7/5/1902 — 2-3). Les époux Mélard ont depuis quelque temps de continuels colloques. A la suite de l’un d’eux plus violent que les autres, Léon Mélard quitte la maison (Duraciné Vaval, Hist. de la littérature haïtienne, p. 388). Il est bruit que le Sénateur L. D., au cours d'un meeting... aurait engagé un vif colloque avec la foule qui manifestait ses sympathies en faveur d’un autre candidat (Le Matin, 9/1/1957 — 6-2). Le fait saillant de la semaine qui vient de s’écouler est certainement la polémique féroce qui, si déplorablement, opposa le sénateur E. S. L. et le brillant chroniqueur du quotidien « Le Matin » qu’est S. A... Il faut souhaiter que le sénateur E. S. L. et S. A. mettent un point final à un colloque indiscret qui les amoindrit tous deux dans l’estime publique (Le Jour, 23/1/1957 — 1-7).

483Composer, v. tr.

484Faire subir à un élève un examen classique ; lui proposer les épreuves écrites ou l’interroger comme examinateur : Dès qu’il apparaît [le professeur), je le reconnaissais, car c’était lui qui m’avait composé (élève de 3e, 1947). Je viens de composer les élèves de la 3e (R. C., professeur d’enseignement secondaire, le 8/7/1955).

485Comprendre, v. tr.

486Croire, penser : Ne comprenez pas que vous allez vous en tirer comme ça (C. B., le 7/6/1953).

487Confronter, v. tr.

488Se heurter à des difficultés, se trouver aux prises avec une situation embarrassante : Si la plupart de ces faits dévoilent un certain moment une étape de la vie de l’homme sur la planète, la première explication provisoire et aventureuse des problèmes qu’il a eu à confronter (Dr. Price Mars, Ainsi parla l’Oncle, p. 2). C’est un terme de la langue des lettrés.

489Conte, n. m.

490Tirer des contes, proposer des sortes d’énigmes : Ils (les enfants) sont dans la cour, répondit Pavilus. Ils tirent des contes (E. Saint-Amand, Bon Dieu Rit, p. 159).

491Côte (La), n. f.

492S’emploie quelquefois pour désigner la région sud d’Haïti et, par extension, la province par opposition à la capitale : Sainte-Ursule, Élisabeth, La Saline, La Voldrogue, Marie-Joseph, qui assurent la liaison [entre la « côte » et la capitale (J. F. Brierre, Province, p. 2). Ta phobie ne t’a pas quitté. Tu es demeuré crotté de tous les vieux préjugés de la côte (id., ib., p. 150). Ferrari, fabricant de chaussures, porte à la connaissance du public, particulièrement de ses nombreux clients de la côte et de la capitale, que l’établissement a un stock incalculable de chaussures pour hommes, femmes et enfants (Nouv., 3/1/1907 — 3-3). J’avais déjà trouvé beaucoup d’acheteurs, mais ils ne marchaient pas à ma satisfaction. Ils étaient tous de la capitale. Et il me fallait un homme de la côte. (L. Laleau, La Danse des Vagues, p. 38).

493Débarrer, v. tr.

494Proprement lever l’obstacle qui barre la route à quelqu’un. Fig. : tirer d’embarras. Dites-lui de venir me débarrer (un employé de banque, 1955).

495Démêler (se), v. pronom.

496Se débrouiller, se démener, s’arranger pour faire face à une situation difficile et surtout pour trouver de l’argent : C’est en ce moment seulement que je commence à me démêler (entendu le 2/9/1958 dans un magasin).

497Désappuyer (se), v. pronom.

498Quitter son appui, se tenir droit : Désappuyez-vous (L. P.).

499Déborder, v. intr.

500S’emploie sans complément au sens de : s’abandonner à la colère, s’emporter, éclater : Aussi il fallait que la commande partît coûte que coûte et, en attendant qu’une combinaison à cette fin se présentât à son cerveau en travail, la terrible femme soulageait ses nerfs en faisant des scènes douloureuses au pauvre M. Thazar qui, ne sachant où donner de la tête, déborda (F. Hibbert, Les Thazar, p. 105).

501Débotter, v. tr.

502Formé sur botte, avec le préverbe privatif dé ; appliqué à un officier, c’est le révoquer où le réformer, proprement lui enlever ses bottes, une des caractéristiques qui le distinguent. Le mot s’applique plus rarement et dans le même sens à un fonctionnaire ou employé civil.

503Démarrer, v. tr.

504Délier. Détacher un animal qui était amarré. Dial.

505Déparler, v. intr.

506S’emploie à la forme affirmative au sens de : se contredire ou divaguer, parler en dépit du bon sens : Mais, vous déparlez, Lacorne, s’écria Philippe Auguste ! Comment ! un homme vivant qui tombe à la mer en réchappe difficilement, jugez voir un cadavre troué de coups de poignard qu'on y jette à minuit et qu’un autre bateau retrouve. Ce n'est pas seulement de l’invraisemblance, mais c’est un manque d’égards (F. Hibbert, Séna, p. 210).

507Déparlant, cet organe conservateur a dit que rarement d’aussi grands espoirs n’ont été brisés plus rapidement et plus cruellement (Panorama, 6/9/1958 — 1-5).

508Usité dans le même sens au Canada et à la Louisiane.

509M. C. Rostaing, dans un article sur le Français de Marseille chez Marcel Pagnol (Français moderne, avril 1942, p. 125), note le mot déparler dans ce sens comme un provençalisme. De même, M. Jean Séguy, dans le Français parlé à Toulouse, le signale chez Desgouais et Lambert au sens d’« extravaguer ».

510Déraper, v. intr.

511Démarrer, en parlant d’un véhicule. S’en aller d’un lieu, en parlant d’une personne. La voiture va déraper (L. P.). Eh bien ! mes amis, nous allons déraper n’est-ce pas ? (Mme R. B., le 25/6/1955). Et nous « dérapons » dans un tohubohu formidable (M. W., Le Matin, 16/3/1953 — 1-5).

512D’après Sainéan (le Langage parisien au xixe siècle, Paris, Boccard, p. 175), ce mot appartient au langage des marins avec le sens de : détacher l’ancre du fond, d’où lâcher prise, partir.

513Usité dans le même sens au Canada.

514Devant, adv.

515Devant derrière. Le français normal connaît l’expression sens devant derrière. En F. H., on emploie familièrement la même expression, mais en l’amputant du mot sens : Tu as mis la robe devant derrière (L. P.).

516Devenir, n. m.

517Terme de la langue philosophique qui signifie changement, mouvement, évolution, est employé assez couramment en F. H. au sens de « avenir » : Par elle (l’éducation), on forme des citoyens et assure le devenir d’une nation (A. Salgado, Haïti-J., 19 et 20/9/1958 — 1-8). Puissent les leçons qu’il nous a laissées être retenues par la génération actuelle et celles qui suivront afin que la Capitale du Nord, jalouse de son passé, demeure le boulevard des citoyens soucieux du devenir de la Patrie haïtienne (E. Etienne, Le Nouveau Monde, 31/8/1958 — 1-4).

518Dilection, n. f.

519Se prend en F. H. presque exclusivement au sens de délectation, plaisir : M. Ernest Douyon, Président du Tribunal de Cassation, pour la dilection des amis des lettres, s’évade parfois de l’austérité des textes de droit (La Relève, mai 1935, page de garde). Pour Damoclès Vieux, ses vers faisaient la dilection des délicats, des pêcheurs de lune, et soulevaient d’un délicieux émoi le cœur des jeunes filles (Félix Courtois, Le Matin, 7/5/1953 — 3-1 et 2). Sonates raffinées ou concertos inondent nos salles climatisées pour la dilection de nos esthètes mélomanes (Magloire Saint-Aude, Nouv., 26/2/1954 — 6-7). Aujourd’hui, nous allons offrir à la dilection de nos auditeurs quelques fables de La Fontaine (Speaker de Radio-Commerce, le 30/8/1953). Pour votre dilection, l’orchestre L. va se faire entendre dans un pot pourri de musique cubaine (G. B. à Radio-Haïti, le 1/11/1953). Radio-Commerce vous présente Radio-Concert, un programme bi-hebdomadaire qui, tous les mardis et tous les jeudis, offre à votre dilection de la musique tirée du répertoire classique (entendu le 12/11/1953).

520Ce glissement sémantique provient sans doute d’un faux sens initial qui s’est propagé grâce au journal. Il a d’ailleurs l’appui des meilleurs écrivains haïtiens.

521Discontinuer, v. tr.

522Employé de préférence en français normal au sens intransitif et à la forme négative, et également dans l’expression « sans discontinuer », ce verbe est courant en F. H. avec un complément d’objet premier : Sans compter les nombreuses victimes que les wagons vont discontinuer de semer sur leurs parcours (Démocratie, 16/7/1952 — 1-5). Quelque peu surmené depuis quelques jours, notre directeur H. C. a dû, sur les conseils de son médecin, discontinuer tout travail actif au journal (Le Jour, 8/8/1956 — 1). La population de Pétion-Ville se plaint qu’on ait discontinué les concerts hebdomadaires qu’offrait sur la place Saint-Pierre durant les vacances, la Fanfare du Palais National... Pourquoi a-t-on discontinué cette pratique ? (Le Matin, 19 et 20/8/1956 — 1-8).

523Dodiner, v. intr.

524Se bercer doucement dans un rocking-chair.

525Droit, adj.

526Droit et gauche, dans la langue familière, est l’équivalent de à l'envers et se dit en parlant des souliers : Tu as mis les souliers droit et gauche (W. B., 1956).

527Eau, n. f.

528Envoyer de l’eau sans mouiller personne, proverbe transposé du langage populaire et qui signifie : dire des vérités sans faire d’allusion directe à personne : et traduisant en français un de nos proverbes créoles « nous envoyons de l’eau, mais nous ne voulons mouiller personne » (Le Jour, 20/6/1955 — 1-4).

529Échouer, v. intr.

530Se dit au figuré d’un individu que des échecs ont fait déchoir de son rang et qui a fini par se réfugier en terre étrangère : Schlieden n’était pas de ces Allemands prétentieux qui viennent quelquefois échouer dans nos ports (F. Hibbert, Les Thazar, p. 91).

531Emprunt, n. m.

532Est confondu avec prêt qui est presque supplanté « Washington offre un emprunt au Président Morales » (Le Matin, 29, 30 et 31/2/1957 — 1-5). Selon une information de la Banque Internationale, un emprunt de 15 000 000 de dollars a été consenti à la Peruvian Corporation... (Le Jour, 12/4/1958 — 1-6).

533Engager, v. tr.

534Fig. Embarrasser, placer dans une situation difficile, mettre en danger : Je te fais cette recommandation parce que, tu sais, dans ce pays on a la vilaine habitude, quand on est engagé, d’engager ses amis (J. Lhérisson, La famille des Pitite Caille, p. 2).

535Dans les temps de révolution, ou bien aux heures où la patrie est engagée, les hommes de Torbeck ont l’habitude de montrer le plus grand courage (G. Théard, Contes haïtiens, p. 97).

536Entonnoir, n. m.

537Gouffre, tournoiement d’eau : A l’endroit dénommé Bassin Bourrique il existe un entonnoir très profond qui contrarie la navigation dans cette partie du fleuve Artibonite (Le National, 19/5/1954 — 8-7).

538Entrave, n. f.

539Situation compromettante ou simplement embarrassante : Quelle entrave ! (L. P.).

540Entraver, v. tr.

541Fig. Compromettre quelqu’un dans une mauvaise affaire ; le placer dans une position difficile, l’embarrasser.

542Être, v.

543Être sur ça, être bien disposé à faire quelque chose, avoir du goût pour quelque chose (fr. être à cela) : S’il n’est pas sur ça, il ne faut pas le forcer (P. P., bachelier, le 7/8/1955).

544Excuser, v. tr.

545Excusez-moi (L. P.), permettez-moi de passer.

546Faire, v. tr.

547Verbe omnibus en F. H. comme en français normal, donne lieu à de nouvelles extensions comme : Faire de la gazoline, faire de l’huile, « prendre, acheter de l’essence, de l’huile » à un débit ; faire sa moyenne à l’examen ou faire x points « obtenir sa moyenne, obtenir x points » ; faire deux cents gourdes par mois « gagner par son travail deux cents gourdes par mois » ; faire une voiture, c’est, suivant la situation ou le contexte, la réparer ou la nettoyer.

548Faire, v. intr.

549Être à bien faire, porter un enfant dans son sein ; Mme X a l’air très fatiguée. Elle est à bien faire (L. P.). Je suis à bien faire et ne puis me déplacer (Mme E. G., c. moy., le 11/11/1955).

550Fatras, n., pl.

551Immondices : Depuis un mois, une énorme pile de fatras est entassée à côté d’un atelier de petite industrie à la rue des Casernes (Le Jour, 20/5/1954 — 1-5).

552Ailleurs, le mot est associé à immondices : J’ai pitié de ceux dont le cadavre passe dans un cabrouet destiné aux immondices, aux fatras (Emile Dorsainville, L’Essor, août 1912, p. 87).

553Ferblanc, n. m.

554Boîte, marmite, gobelet ou tout récipient en fer-blanc : Un tambour, d’hallucinants ferblancs, hurlent, rageurs, leurs rythmes troublants (Charles F. Pressoir, Au rythme des Coumbites, p. 9).

555Les patrons... lui adressaient un compliment, un geste galant, car ils la connaissaient tous, non seulement de la voir ainsi passer chaque jour à sept heures, mais parce qu’elle venait leur acheter de temps à autre une bouteille d’huile d'olive, un ferblanc de beurre, de mantègue, un bidon de kérosine (F. Marcelin, Marilisse, p. 19). Sitôt le client parti, ils empochent deux gourdes, montant du ferblanc d’huile (Nouv., 17/8/1956 — 1-5).

556Fil, n.

557Marcher sur un fil : se conduire avec une extrême prudence, prendre d’infinies précautions dans la conduite de sa vie. Marcher sur un fil (L. P.). Marche sur un fil (Bon Dieu Rit, p. 107).

558Finesse, n. f.

559Se prend au sens concret de marchandises fines, marchandises de qualité supérieure : Au petit bénéfice, Allien et Co., Vente au grand rabais de tous articles : finesse, grosserie, etc., etc. (Nouv., 8/3/1907 — 3-2). En effet, de la rue du Port à la rue des Césars, au marché Vallière, on compte les importants magasins de finesse et de quincaillerie Veuve Eutald Mollentiel... (Haïti litt. et soc., 5/4/1908, p. 1843).

560J. H. Abraham Finesses (Annonce commerciale sur un almanach 1954).

561Finir, v. tr.

562S’attaquer à la réputation de quelqu’un, le calomnier, le perdre dans l’estime publique ou dans celle de ses amis.

563Grager, v. tr.

  1. Râper : Mme Labasterre sucre, grage de la muscade et de la cannelle (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas, p. 37). Gragée et mêlée à du lait, la patate s’applique sur les démangeaisons (Dr R. L., Nouv., 11/5/1956 — 6-3).
  2. V. intr. et fig. Se mordre le pouce, être rongé par l’envie : Ce que ces dames vont grager (F. Hibbert, Masques, p. 41).

564Le Larousse du xxe siècle a entériné ce mot dans le premier sens, tout en le rapportant à la langue des Antilles et de la Guyane. Voir grager et gragé : grager est employé à côté de râper, dans un même texte au début de ce siècle : Ces tranches sont râpées ou gragées avec une de ces râpes ou grages ordinaires qu’on a dans tous les ménages (E. R., Haïti litt. et soc., 5/3/1906, p. 1809).

565Haiti (d’Haïti Thomas).

566Dénomination emphatique par laquelle les Haïtiens se désignent quelquefois : Cependant d’Haïti Thomas... s’alourdira toujours en sa pose quasi horizontale (E. Laforest, Haïti litt. soc., 20 oct. 1912, p. 531). La nature est ainsi faite, c’est la féerie des pays chauds, c’est le secret des d’Haïti Thomas (Michelson P. Hyppolite, Contes, I, p. 22).

567Cette expression désigne aussi le pays lui-même : La popularité dans ce d’Haïti Thomas est ce qu’il y a de plus éphémère (J. Lhérisson, La famille des Pitite Caille, p. 46). Manière d’épater les gogos à qui l’on fera croire que tel magnat de la finance américaine s’intéresse à ce point aux élections d’Haïti Thomas qu’il va risquer des millions (Le National, 27/10/1956 — 8-3). En cela, il ne faisait que suivre cet instinct qui veut qu’un nègre d'Haïti Thomas, avant de croire, mesure à l’aune de ses propres yeux (G. Duc, Terre, p. 58). L’origine de l’expression est obscure.

568Huile.

569Boire de l’huile, s’agissant d’une fête, d’une entreprise, c’est ne pas réussir, faire fiasco : Ah ! la fête me fait l’effet d’avoir « bu de l’huile » (F. Hibbert, Séna, p. 92).

570Ilet, n. m.

571Groupe de maisons entouré de rues : L’îlet comprend une dizaine de maisons dont trois ou quatre seulement méritent ce nom (F. Hibbert, Le manuscrit de mon ami).

572Jeunesse, n. f.

573S’emploie parfois au sens concret pour désigner une femme de mœurs libres : Ce cocu de première classe... assiste sans broncher aux bêtises de sa femme réputée comme « jeunesse » (Rasoir, 29/5/1955 — 2-2).

574Substitut euphémique de prostituée, gourgandine, etc.

575Juif, n. m.

576Sorte de mannequin exposé, durant la semaine sainte, dans les rues ou à la barrière des résidences et que l’on bat le samedi saint pour fêter la résurrection du Christ : Maintenant, dès que les cloches, battant à toutes volées et accompagnées de la pétarade des canons, annoncent à la population émerveillée que le Bon Dieu est levé, c’est de la part des gamins une manière d’écartèlement et une flagellation, suivi de l'incinération en règle des juifs, mannequins empaillés exposés, durant les jours saints, au seuil des portes et qu’on sacrifie pour fêter le triomphe du Christ (A. Laforest, Haïti litt. et scientifique, 5 mars 1913. p. 735).

577Exp. : Être immobile comme un juif : Ne soyez pas là à me regarder, immobile comme un juif (L. P.).

578Là-bas, adv.

579Désigne quelquefois les pays étrangers : Fils unique d’un père veuf et commerçant aisé, celui-ci l'avait envoyé de bonne heure là-bas où Lionel avait fait d’excellentes études classiques au Collège Stanislas (F. Hibbert, Les Thazar, p. 26). Notre jeune compatriote s’est rendu aux États-Unis où il va à ses propres frais étudier le génie civil à l’une des plus grandes Universités de l’État de Tennessee... Il passera quatre ans là-bas en vue de se spécialiser complètement dans cette branche scientifique (Nouv., 17/8/1956 — 1-6).

580Lambi, n. m.

581Conque marine, utilisée tantôt comme instrument de musique pour les divertissements rustiques, tantôt comme cor de ralliement pour le travail collectif :...pendant qu’au loin sur la montagne le lambi lançait son appel profond et séculaire (G. Duc, Terre, p. 88). Autrefois, signe de ralliement pour la révolte, le lambi est parfois évoqué dans ce sens par les historiens : Huit jours après la cérémonie du Bois-Caïman... retentit soudain le son rauque du lambi (Dantès Bellegarde, La Nation haïtienne, p. 66).

582Lessiveuse, n. f.

583Femme de ménage préposée à la lessive. Celle qui fait profession de blanchir le linge : La lessiveuse n’est pas venue cette semaine (L. P.). Existe dans le même sens en Louisiane.

584Lumière, n. f.

585Faire la lumière (L. P.), allumer les lampes, passer le commutateur.

586Macaque, n. m.

587Plus souvent cocomacaque, n. m. « matraque » : Deux bananes... pour deux bananes... tu l’arrêtes, tu lui casses les os avec ton cocomacaque (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 25). Il a été menacé d’être frappé de cocomacaque par lesdits gendarmes (Nouv., 30/4/1957 — 1-3).

588Mériter, v. intr.

589Sous l’influence du créole, ce mot tend à prendre le sens de devoir : Certaines rues de la capitale, notamment la Grand’Rue, la rue du Quai et certaines artères du Bois-Verna... sont dans un état désastreux. Le Département des Travaux Publics mérite d’y jeter un coup d’œil et d’entreprendre la réfection de ces voies (Nouv., 15/2/1955 — 8-5). Un châtiment de rigueur mérite d’être infligé à Saint-Phard Saint-Fleur qui, le 14 mai courant, assassina, à coups de machette,...Nadius Siméon (Le National, 19/5/1955 — 9-5).

590Meubler, v. tr.

591En français normal, on dit : Meubler une chambre, i. e. la garnir de meubles, se meubler, i. e. se procurer des meubles. En. F. H., on dit et on écrit même : meubler une femme, i. e. lui procurer des meubles et en faire sa maîtresse : Tancrède vient de meubler une petite femme... (Marc Verne, Marie Villarceaux, p. 51).

592Militarisme, n. m.

593Employé abusivement au sens de carrière militaire, art militaire, par des parleurs de culture moyenne.

594Militer, v. intr.

595S’emploie de plus en plus au sens de : exercer activement une profession : Il ne milite plus comme médecin (L. P.). Son premier poste fut les Cayes où il prépare les élèves au Certificat d’Études primaires (1928-1930). De là il est envoyé à Petit-Goâve où il milite pendant trois ans et demi (Luc Bernadel, Le National, 16/7/1955 — 5-2 et 3). P. G. milite depuis quelques années dans l'enseignement secondaire comme Professeur (Le Jour, 9/12/1955 — 6-7). L’on demeure perplexe de voir un journal créé par Georges J. Petit et où il milite activement accuser un confrère de « pousser aux troubles » (Le National, 27/12/1955 — 3-8).

596Ministère, n. m.

597Désigne parfois le Palais des Ministères, où se concentrait, jusqu’à une date récente, toute l’administration publique : Dans la cour du Ministère, Santiag et Léveillé mangeaient des sandwiches au mamha (C. Magloire SaintAude, Parias, p. 48).

598Misère, n. f.

599Faire des misères à quelqu'un (L. P.), c’est lui causer des ennuis.

600Nègre (esse), n.

601S’emploie couramment à la place de individu, homme, gens, parfois même pour désigner une personne de la race blanche : Il y a des nègres, c’est sans sentiment comme des chiens (Jacques Roumain, Gouv., p. 225). Je l’ai vu grandir, je l’ai vu se former jusqu’à faire cette belle négresse que tu viens de voir tout à l’heure (Pierre et Philippe Thoby Marcelin, Canapé-Vert, p. 105).

602Nettoyer, v. tr.

603Nettoyer quelqu’un, le vaincre, le perdre, lui couper l’herbe sous le pied : L... a été nettoyé (Emm. C. P., le 16/5/1951). Je n’ai nulle part à aller. Je ne quitterai que le 15 mai 1909. Au contraire, je vais nettoyer ce petit Antoine-là, répétait-il de sa voix caverneuse et plus voilée que jamais (Haïti politique et littéraire, 16/12/1908, p. 2070).

604Oreille, n. f.

605Donner à quelqu’un ses oreilles : éviter de troubler son repos en parlant haut ou en faisant du bruit : Donne-moi mes oreilles, petit garçon (W. P., c. moy., le 11/12/1954).

606Papier, n. m.

607Diplôme universitaire : Il faut pourtant que ce jeune homme ait son papier (M. A., un père à qui nous faisions part de nos appréhensions quant au succès de son fils au baccalauréat, mars 1955). Cet homme est revenu de France avec tous ses papiers (Dr G. D., médecin, 1948).

608Parler, v. intr.

609Compter, primer, avoir de l’importance : Aujourd’hui, c’est l’argent qui parle (le 3/6/1953, G. B., commerçant, 29 ans environ).

610Part, n. f.

611Faire la part de quelqu’un, être indulgent ou complaisant pour lui : Voilà, on a fait ta part (R. Dorsinville, Barrières, p. 5). Familier.

612Passage, n. m.

613Être au passage, être dans une situation critique. Le Programme élargi de l'Assistance technique de l’O.N. U. est « au passage » comme on dit chez nous (Nouv., 7/8/1954 — 8-7). Cette expression, prise à la langue des sages-femmes, se réfère à l’instant le plus dangereux de l’accouchement, celui où l’enfant, sortant du ventre de sa mère, est le plus exposé.

614Passer, v. tr.

615S’emploie couramment pour purger, en parlant d’un laxatif, mais seulement dans la langue parlée : J’ai pris deux pilules et ça m’a passé (M. C. C., déc. 1955).

616Patate, n. f.

  1. Subsistance, moyens d’assurer la vie matérielle : On ne peut reprocher aux gens de chercher leur patate, de la défendre même acharnément... (Stéphen Alexis, le Matin, 21/10/1955 — 6-6) ; fr. norm. : chercher son bifteck.
  2. Gain, profit : Il y avait dans cette cause une patate... et là où il y a une patate, on ne doit pas négliger de s’en approprier (F. Hibbert, Le manuscrit de mon ami, p. 13).

617Sauver une patate, gagner une valeur modique dans une affaire un peu trouble ou par des moyens peu honorables : Il peut s’agir encore de « sauver une patate » de sortir d’un mauvais pas, de se mettre en valeur (Dr Louis Mars, La Relève, février 1937, p. 6).

618Patinage, n. m.

619Dérapage, en parlant d’une automobile : Ma voiture a fait un patinage sur la route et j’ai failli me blesser (L. P.). Le mot dérapage est à peu près inconnu en Haïti au sens de « mouvement d’une roue de voiture qui n’adhère pas au sol ».

620Patiner, v. intr.

621Déraper.

622Pays, n. m.

623Se restreint au sens de « endroit, village, lieu natal » dans la langue des Haïtiens de culture moyenne : De tous les lieux que j’ai fréquentés, un seul endroit m’a réellement charmé. J’y ai passé des heures inoubliables dans une sorte de griserie, et tous les paysages restent gravés dans mon esprit. Ce charmant pays n'est pas loin de Port-au-Prince, c’est Kenskoff (élève de seconde, 1955).

624Philosophie, n. f.

625Bouqui est en philosophie, expression transposée de la langue populaire et qui signifie : personne ne trompera plus personne, puisque Bouqui, le symbole de la sottise, peut faire ses classes jusqu’au bout. Heureusement, et nous ne cesserons de le répéter, Bouqui est actuellement en philosophie : le peuple, le vrai, ne se laissera plus faire (Notre Époque, 27/11/1956 — 4-1.).

626Plume, n. f.

627Avoir une belle plume : être bon écrivain, écrire dans un style agréable, fleuri ; l’expression existe en français normal (cf. Larousse du xxe siècle Plume), mais elle signifie : avoir une belle écriture.

628Plumeau, n. m.

629Houppe à poudrer.

630Pomper, v. intr.

631Sauter en l’air, bondir. Fig. : se démener pour obtenir quelque chose : Sautez, pompez, Haïti restera nation (chanson populaire).

632Porc, n. m.

633La graisse du porc doit servir à le cuire, les gens peu fortunés doivent tirer de leur budget le maximum possible : On dit dans le peuple que « la graisse de porc doit servir à le cuire ». L’application de cet adage nous permit d’éviter la présentation d’une demande de crédit supplémentaire qui se serait sûrement heurtée à l’opposition du Ministre des Finances (D. Bellegarde, Pour une Haïti heureuse, p. 190).

634Pouce, n. m.

635Plus souvent gros pouce. Être gros pouce dans une affaire, être étranger à cette affaire, se tenir à l’écart comme le pouce par rapport aux autres doigts : Pour moi, je suis gros pouce dans la question (un pharmacien, 45 ans environ, le 6/2/1954). Moi désormais je serai dans cette affaire-là comme le gros pouce (P. et Ph. Thoby Marcelin, Le Crayon de Dieu, p. 146).

636Poule, n. f.

637Plumer la poule (L. P.), voler l’État.

638Quand les poules auront des dents, c’est-à-dire jamais. Comparaison transcrite de la langue populaire et dont nous avons trouvé des exemples dans la langue écrite : Mais quand donc laisserez-vous les petites femmes en repos ?... Oh ! commère Zélie, vraiment, je ne sais pas, dit-il, la mine pauvrement découragée. Ce sera quand les poules auront des dents (Pierre et Philippe Thoby Marcelin, Le Crayon de Dieu, p. 130). Car, pour ce qui est de son frére Epaminondas, si jamais une fois seulement, Démétrius voit la couleur de son argent, les poules auront des dents (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas).

639Poussader, v. tr. intensif.

640Pousser quelqu’un avec violence : Rudes, de commandement bref, sans mitigation, comme il convient aux serviteurs de Dieu, ils (les prêtres) poussadaient les gens (F. Marcelin, Marilisse, p. 162).

641Prêter, v. tr.

642Se confond souvent, dans le langage parlé et écrit, avec emprunter. Je vais prêter ta plume pour écrire deux ou trois lignes (L. P.). M. X. a prêté le livre et ne l’a pas rapporté (Mlle C. C., le 8/7/1955). Ils viennent ici quelquefois prêter des livres (M. L. M., ens. sup., le 18/6/1955). Elle fut obligée de prêter une petite somme entre les mains d’un ami de son père (élève de 3e, 1947). A ce propos, il est bon de rappeler que les Fonds du projet de l’Artibonite sont les Fonds du Gouvernement haïtien prêtés de la Banque Export-Import... (Communiqué officiel du 15/9/1956).

643Remplace dans le langage courant des verbes de sens plus précis : Prêtemoi la cuiller (L. P.), i. e. : Passe-moi la cuiller Prête-moi la chaise (L. P.), i. e. : Cède-moi la chaise.

644Profiter, v. intr.

645Grandir, ou faire des progrès à l’école, en parlant d’un enfant : Guy a bien profité (Mme P. P.).

646Quorer (orthographe usuelle ; corer plus conforme à l’étymologie), v. tr.

  1. Bloquer une roue, une porte au moyen d’une pierre ou d’un objet quelconque ; mettre d’aplomb un meuble : La porte n’est pas quorée, j’avais dit cependant de la quorer (entendu le 5/6/1958 à Canapé Vert et dit par une demoiselle distinguée).
  2. Au figuré, consolider quelqu’un dans une position ; appuyer, assurer, affermir.

647Le mot vient par aphérèse de l’ancien terme de marine écorer.

648Rafle, n. f.

649Loterie : La rafle d’une radio et de précieux autres objets au profit des pupilles de Soeur Etienne a été enfin tirée dimanche à Pétion-Ville et a fait des heureux (Haïti-Journal le 6/7/1951 — 4-4). Une rafle est organisée à Carrefour dont les bénéfices seront versés au profit des travaux de l’Église paroissiale (La Phalange, 19/9/1952 — 2-2).

650Ce sens est en rapport avec le jeu qui consiste, pour gagner, à amener le même point par les deux dés : jusqu’à présent on tire encore la rafle au moyen de dés. Il est courant dans le français du Canada et celui de la Louisiane.

651Rafler, v. tr.

652Mettre un objet à la rafle, en loterie.

653Raide, adj.

654S’emploie au figuré dans le sens de rusé, habile, retors. Vous savez, c’est un homme si raide. On ne peut jamais savoir avec lui (L. P.).

655Rances, n. f.

656Propos insipides, plaisanteries de mauvais goût : Je ne suis pas dans les rances (L. P.), i. e. : je ne plaisante pas ou je n’aime pas vos plaisanteries.

657Rare, adj.

658Se faire rare, espacer ses visites : Vous vous faites rare (L. P.).

659Raseur, adj.

660Je suis raseur : c’est à peu près en F. H. la seule expression du langage courant pour dire : Je n’ai pas d’argent, je suis à court d’argent ou même : ma situation économique est précaire : Je suis riche, moi ! Ah ! Ti Dé, vous n’êtes pas mon ami. Vous voulez donc me faire écharper. Je suis raseur, mon cher, tout ce qu’il y a de plus raseur (F. Hibbert, Séna, p. 50).

661Réaliser, v. intr.

662S’emploie absolument dans le sens de « faire de l’argent », plutôt par des moyens louches : En a-t-on fait la remarque ? Tout un chacun s’acharne à la poursuite de Sa Majesté Argent. En dépit de tout, on doit « réaliser » sans se rappeler que la vraie grandeur est d'ordre moral (La République, 1/7/1947 — 4-1).

663Régler, v. tr.

664Fig. : Régler quelqu’un : le punir, le châtier, le tenir en échec, le ruiner.

665Rendement, n. m.

666Réalisations dues aux qualités d’un administrateur : eu égard au rendement que G. R. a déjà donné à l’office des contributions (Haïti-Journal, le 8/1/1951 — 1-4).

667Renvoi, n. m.

668Agent provocateur. Personne toujours disposée à chercher noise. Espèce de renvoi ! (L. P.). Elle crut sage de ne point leur répondre, mais quoi qu’elle fît, elle ne put jamais empêcher sa filleule de sortir et d’aller se mesurer avec ces renvois (J. Lhérisson, Zoune, p. 49).

669Rien.

670Etre pour rien, loc. « Manifester une indifférence total à l’égard de ce qui se fait ou se dit autour de soi, qu’il s’agisse de la vie privée ou de la vie publique, se tenir pour irresponsable » : C’est grave, il y a des gens qui disent qu’ils sont pour rien dans rien, alors qu’ils devraient être pour tout dans tout (reproduit dans Le Jour, 27/6/1955 — 1-1).

671L’expression est de création récente.

672Rigoise, n. f.

673Sorte de férule en lanières de cuir tressées, dont on frappe les chevaux de selle et, parfois, les enfants indociles ou peu intelligents : Au Lycée National, le régime de la rigoise, sorte de fouet long et flexible en lanières de cuir tressées, était de principe (F. Marcelin, Au gré du souvenir, p. 47). A Kenskoff tout récemment un Inspecteur de l’Institut du Bien-Être social et de Recherches a, à l’aide d’une rigoise, frappé une dizaine de paysans... (Nouv., 20/6/1958 — 4-6).

674L’origine du mot est obscure.

675Roche, n. f.

676Se prend souvent, dans le langage ordinaire, au sens de petite pierre ou de caillou : Il y a parfois des tas de roches sur la voie (Percepteur des Contributions du Cap, le 12/9/1953). On s’attendait à voir l’autre partie en face des Tribunes, aménagée, embellie comme elle le mérite, mais autour de la statue du grand Pétion, il n’y a que halliers, poussière et roches (Le National, 9 et 10/6/1955 — 1-6).

677Ronfler, v. tr.

678Rompre de coups : Eh bien ! un second homme de police intervient et a ronflé ce malheureux de coups de bâton (F. Hibbert, Le manuscrit de mon ami, p. 70).

679Rouler, v. tr.

680Très souvent employé dans le sens français de duper, mais s’entend plus particulièrement au sens de « tromper par des promesses fallacieuses » : Il m’a roulé de la belle façon. C’est trop beau pour être vrai : ce monsieur est en train de vous rouler (L. P.).

681Savoir, v. tr.

682Suivi d’un verbe à l’infinitif, a conservé dans la langue parlée comme dans la langue écrite, et dans toutes les couches du parler français d’Haïti, son sens ancien de « avoir l’habitude de » ou bien « il arrive parfois que » : Les enfants d’en face savent venir jouer ici (L. P.). Guy... ça sait se casser (Mme L. P., 1955). Il en est de même du trafic Port-au-Prince-Croix des Bouquets. En effet une camionnette de 18 passagers sait « démarrer » parfois avec près de 30 personnes (Nouv., 17, 18 et 19/1/1955 — 1-5).

683Scandale, n. m.

684Bruit, tapage : Silence ! les enfants, vous faites trop de scandale (L. P.).

685Secret (e).

686Boîte à secret ou, plus souvent, boîte secrète « tirelire ».

687Sirop, n. m.

688Sirop de miel (L. P.), du miel.

689Soir, n. m.

690Le mot soir, surtout dans l’expression ce soir, désigne le temps qui s’écoule au-delà de midi, qu’il s’agisse de l’après-midi ou du soir proprement dit : Nous vous donnons rendez-vous pour ce soir à partir de 3 heures (entendu le 3/5/1957 à la 4 V R J) : 3 heures — 15 heures, heure de Paris.

691Soleil, n. m.

692Avoir un coup de soleil pour quelqu’un : jeter son dévolu sur lui : Tu n’as pas remarqué que Porus a un « coup de soleil » pour Mme Dufey (F. Hibbert, Séna, p. 145).

693Sorbonnard, n. m.

694Désigne tout Haïtien qui a fait des études en France, qu’il soit diplômé d’une Faculté de Droit, de Médecine, d’une grande école ou de la Sorbonne. Il marque une opposition entre l’ancien étudiant d’université française et celui qui s’est formé dans le pays même. Ce glissement est d’origine récente.

695Sortir, v.

696Être bien sorti, avoir une conduite irréprochable et conforme à l’éducation qu’on a reçue, réussir dans la vie par des moyens honnêtes : Mes enfants sont tous bien sortis (Mme N. V. G., le 26/6/1955).

697Suinter, v. intr.

698Transpirer, en parlant d’une nouvelle : A propos est-ce que tu as des tuyaux sur cette question de base navale, demande Brion ? Aucun, répondit M. Delhi. Mais cela a « suinté », comme tout « suinte » chez nous (F. Hibbert, Les Simulacres, p. 70).

699Tête, n. f.

700Faire faire sa tête ou, plus couramment, faire sa tête : se faire coiffer, se faire friser les cheveux en parlant d’une femme : Amène donc G... faire sa tête aujourd’hui (W. P., le 12/4/1955). J’étais allée faire ma tête (dit le 4/6/1955 par une normalienne).

701Tête en bas, sens dessus dessous : Excusez la maison que les enfants ont mise tête en bas (Mme W. P...). L’anarchie, vous dis-je, l’anarchie dans toute son horreur. Ma famille est tête en bas positivement. Un désordre effroyable règne en mon foyer ! (F. Hibbert, Séna, p. 219).

702Tête chargée, difficultés, contrariétés, embarras, ennuis, tracas : « Tête chargée » : un compatriote perd sa bourse avec 186 dollars (Nouv., 31 août et Ier sept. 1953, p. 1, col. 2). Cette violente apostrophe jeta le trouble dans l’esprit des auditeurs. Ils en eurent la tête chargée (Gaston Théard, Contes haïtiens, p. 86).

703C’est une belle tête, c’est une personnalité distinguée par le savoir ou le caractère, c’est une belle figure.

704Il a quelque chose dans la tête, il est très instruit, il a de solides connaissances.

705Tort, n. m.

706Être en tort (L. P.), avoir tort.

707Tracas, n. m.

708(Donner du —), c’est causer de la peine, des soucis, des embarras, surtout en opposant à quelqu’un une résistance morale, à laquelle il ne s’attendait pas : Sapristi ! il va me donner du tracas, pensa-t-elle, car le gaillard est résistant... (F. Hibbert, Les Thazar, p. 116).

709Traverser, v. intr.

710Se rendre dans une maison, ou un endroit tout proche : Je traverse chez Duquella (C. T., le 7/6/1951). Ils sont traversés chez Mme B... (Mme P. P., le 3/1/1956). Le soir Marilisse traversa chez Cessé où elle trouva sous la petite tonnelle plusieurs personnes (F. Marcelin, Marilisse, p. 58). Elle était seule sous sa galerie quand une demi-heure plus tard je traversai et nous avons eu une petite explication (F. Hibbert, Le manuscrit de mon ami, p. 57). Le dimanche 22 avril 1956, à deux heures de l’après-midi, je me divertissait (sic) chez moi avec ma famille... quand l’idée me vint de traverser chez une voisine d’en face (M. V. in Le Jour, 8/5/1956 — 6-8).

711Tromperrie, n. f.

712Se prend presque exclusivement au sens d’erreur : C’est sûrement une tromperie (une dame de 30 ans, Brevet élém.).

713Venir, v. intr.

714Venir pour quelqu’un : expression pleine de menace, qui signifie, suivant le cas : approcher quelqu’un pour un éclaircissement, une rixe ou une correction. Je viens pour toi (L. P.).

715Vider, v. tr.

716Verser dans un récipient un liquide ou des grains : Il ne faut pas vider comme ça (Mme P. L. à son gosse qui versait du lait dans son gobelet en salissant la nappe, le 22 juin 1954). Dans ce canari, où les petites servantes vident l’eau (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas, p. 17).

717Cette étude des haïtianismes nous a mis en présence d’un grand nombre de mots dont la langue populaire, le créole, a enrichi le français dialectal d’Haïti. Si en partie ces vocables sont inconnus du français normal, il en est aussi qui, pris depuis longtemps au français, ont acquis en créole des valeurs nouvelles par le jeu complexe des oppositions dans de nouveaux champs sémantiques : ils sont restitués au F. H. avec ces valeurs nouvelles qui, parfois, masquent complètement le sens ancien : tel est le cas pour colloque et raseur par exemple.

718Certaines déviations sémantiques s’expliquent par le maintien en Haïti de quelques vieux usages français : les choses ayant peu évolué ont gardé naturellement leurs anciens noms avec leurs anciens caractères, tandis que l’évolution sociale et politique en France a amené un changement de nom ou une évolution du sens : tel est le cas de déjeuner, dîner,-plaît-il ?

719D’autres sont, à l’origine, des faux sens qui se sont propagés et qui tendent à se cristalliser grâce à l’action de la presse. Ils sont le fait des gens cultivés qui, grâce à leur position privilégiée, sont à même de créer et d’accréditer des sens nouveaux. C’est ainsi que nous expliquerions le sens nouveau qui s’attache à confronter, dilection.

720Dans certains cas, la matière dont est fait l’objet donne son nom à l’objet : un caoutchouc = un pneu ; un ferblanc d’huile se dira pour un récipient en ferblanc rempli d’huile.

721D’autres, enfin, se réfèrent à des faits historiques ou à des coutumes locales, par exemple bord-de-mer, habitant, piquet.

722Des changements de sens comme commode pour latrines s’expliquent par le désir d’éviter le cortège d’images désagréables qu’évoquent les termes dont ils prennent la place.

723La psychologie collective joue aussi un certain rôle dans ces déviations de sens. Si la plupart des Haïtiens appellent « règne » l’administration ou le gouvernement de nos présidents, c’est qu’en fait le pouvoir de nos chefs d’État équivaut à celui d’un roi, la transmission héréditaire mise à part. La psychologie rend compte également de la substitution de la comparaison : Travailler comme une bourrique à la traditionnelle expression travailler comme un nègre, où le mot nègre est synonyme d’esclave. C’est aussi sans doute l’outrecuidance ou le désir de grandir et d’idéaliser leur action qui fait donner le nom de révolution à tous les soulèvements armés, dont les militaires et les politiciens ont jalonné notre histoire.

724Nous avons noté, en outre, quelques images non encore sémantisées et des proverbes où des mots même français traduisent une vision nouvelle et différente du monde. Images et proverbes sont le plus souvent transposés du langage populaire et sont employés par les meilleurs auteurs.

725En général, les sujets parlants n’ont aucune conscience de ces changements de sens ; les écrivains, de leur côté, se conforment aux sens nouveaux imposés par le public, mais ils feignent de se courber malgré eux devant une servitude lexicologique, en ajoutant un : comme dit le populaire ou comme on dit chez nous.

726En réalité, même dans ce dernier cas, le parleur ou l’écrivain n’ont pas tellement le choix, car le mot ou l’expression française n’apparaît pas toujours immédiatement à l’esprit.

727Nous avons rencontré aussi des mots qui révèlent en F. H. une certaine activité créatrice : tels sont mornier, djobeur, tête de marteau. Si cette activité créatrice existe, elle est en somme très timide et elle ne saurait fournir une matière bien riche. Elle se limite aux noms des habitants des différentes villes du pays : Capois, Saint-Marcois, Jérémiens, Gonaiviens ; à des adjectifs et des noms formés sur les noms propres à l’aide des suffixes isme, iste et ien pour désigner une conception sociale, un parti politique et les adhérents de ce parti : l'idéal dessalinien (celui du fondateur de la nation), la dessalienne (chant national d’Haïti), et enfin à un tout petit nombre de noms en ation (désanalphabétisation, désoccupation, haïtianisation).

728Les autres mots à suffixe que nous connaissons sont d’un emploi plus rare et ils sont si peu lexicalisés que leur étude ressortirait plutôt à la grammaire : tels sont pourianisme « indifférence à l’égard des affaires publiques », dénationalisation, combiteur, assauter (le pouvoir), lugubrer, se mélancoliser, hatïanerie, mardigrature, vodouesque (assez courant).

Notes

1 Jusqu’à ce que vous lui ayez ouvert la porte.

2 C’est pourquoi je dis.

3 Comme elle l’a dit.

4 Quoi qu’il fasse.

5 Onomatopée par laquelle le F. H. désigne le taon (lagochirus araeniformis L.)

6 De l’espagnol cabessear.

7 V. p. 156 et 157.

8 Caler ouest : Le terme de marine caler signifie : mettre d’aplomb une machine, un meuble ; d’où la notion de bien-être matériel qui s’exprime dans des locutions comme se caler les joues, « faire un bon repas », se caler, « se mettre dans ses meubles », « sortir de l’état d’indigence » ; caler {un) ouest, « faire la sieste à l’air libre après un bon repas » se rattache à ces locutions.

9 Terme d’origine caraïbe.

10 Pamplemousses.

11 D’origine inconnue.

12 Premier jet du lait de vache. Il est formé sur lampogne, terme dialectal qui subsiste encore avec le même sens dans la langue des Acadiens Louisianais (voir Jay K. Ditchy, op. cit.), par aphérèse de la première syllabe et passage de la nasale vélaire à yod.

13 Voir p. 145, note 6.

14 Voir p. 144, note 13.

15 Voir p. 145, note 7.

16 Très grand arbre sauvage (ceiba pentendra L.). Le terme est d’origine caraïbe.

17 Nom populaire d’une espèce végétale, dont le fruit est largement consommé (artocarpus L.).

18 Nom populaire d’une espèce végétale à tiges grimpantes et à vrilles (momordica charanda L.).

19 Plante à tubercule comestible, de la famille des araceae ; le mot vient de la langue des Caraïbes par l’intermédiaire de l’espagnol.

20 Nom populaire de la albizzia lebbecq L. C’est une onomatopée imitant le bruit des graines à l’intérieur des gousses de l’arbre, quand celui-ci est secoué par le vent.

21 Nom populaire d’une plante ornementale d’Haïti (antigonon leptopus).

22 Nom vulgaire du Polyscias Forst.

23 Arbuste sauvage à feuilles pinnées (prosopis L.).

24 Nom vulgaire de la passiflora maliformis L.

25 Arbuste sauvage qui abonde sur les plages et dont le fruit rappelle celui de la vigne (coccoloba uvifera L.).

26 Arbre des Antilles (spondias purpurea L.). Fruit jaune à drupe charnue produit par cet arbre. Comparez l’espagnol ciruela « prune ».

27 Arbre à fruit comestible (spondias L.) ; le fruit lui-même. Le terme est d’origine caraïbe et le père Charlevoix l’emploie pour désigner « une sorte de fruit de l’île espagnole » (op. cit., table).

28 Nom vulgaire d’une espèce à sucs résineux, balsamiques (bursera simaruba L.).

29 Arbre des Antilles (melicocca bijuga L.).

30 Nom populaire du fruit du manguier. De l’espagnol mango, même sens.

31 Nom populaire de la passiflora foetida L. De l’indien caraïbe probablement.

32 Arbre inerme d’Haïti (inga vera) ; le fruit de cet arbre.

33 Pamplemousse.

34 La figue-banane.

35 La banane qui se mange bouillie et non la figue-banane.

36 Nom populaire de l’oiseau-mouche (mellisuga mínima Vieillotti). Dans la croyance populaire, les os de cet oiseau réduits en poudre, pourvu qu’on l’ait tué à midi précis, constituent un philtre (ouanga) auquel nulle femme (négresse) ne résiste.

37 Nom vulgaire du pivert des Antilles. D’après Charlevoix, ce mot est la traduction française de pajarito carpintero, par lequel les Espagnols ont désigné cet oiseau.

38 Nom vulgaire d’un tyranneau des Antilles (tyrannus dominicensis). Le mot semble être une onomatopée imitant le trille de l’oseau. Mme Élodie Jourdain (Du français aux parlers créoles) le classe parmi les termes d’origine caraïbe, ce qui n’exclut pas la possibilité que les Caraïbes aient été frappés par le chant de l’oiseau.

39 Oiseau de proie nocturne (tyto glaucops Kaup.). Origine inconnue.

40 Nom populaire d’un oiseau des montagnes d’Haïti, remarquable par la savante harmonie de son chant (myadestës genibarbis montanus Turdidae).

41 Grand oiseau des mers d’Haïti (pelicanus occidentalis occidentalis L.). Ce nom a été donné à l’oiseau par les fondateurs de Saint-Domingue, à cause de l’exubérance de son jabot.

42 Nom populaire d’un oiseau d’Haïti (coccyzus minor Teres, Peters).

43 Nom vulgaire du ver luisant. De l’espagnol cucuy et cucuyo.

44 Nom vulgaire du dulus dominicus, qui se nourrit des graines de palmiste.

45 Nom vulgaire d’un diptère d’Haïti, dont la forme rappelle celle d’un cheval (fr. moine).

46 Insecte ailé dont la piqûre est très douloureuse. C’est un terme de français dialectal : il est noté avec ce sens par G. Musset, Glossaire... de la Saintonge et de l’Aunis.

47 Nom vulgaire du caméléon, qui passe pour être sourd à tous les bruits.

48 Nom indigène du lézard. Le terme est d'origine caraïbe.

49 Petit oiseau d’Haïti (mniotilla varia L.). C’est sans doute une onomatopée.

50 Nom vulgaire de l’émerillon des Antilles. C’est sans doute une onomatopée créée, d’après le père Du Tertre (op. cit., II, p. 253) par les fondateurs de Saint-Domingue.

51 Nom vulgaire d’un oiseau de proie des Antilles (accipiter striatus). L’origine du mot est incertaine. On le trouve sous la forme malfenis dans Charlevoix (op. cit., I, p. 30).

52 Mot d’origine caraïbe qui, à l’époque coloniale, s’étendait à « tous les vaisseaux de terre, grands et petits » (R. Père Labat, Voyages).

53 Mot d’origine caraïbe.

54 Terme dialectal noté avec le même sens par Esnault, Métaphores occidentales. Il serait né au xviiie siècle d’après E. Piron, qui cite un témoignage de première main tiré de l’Histoire de la vie privée des Français de Le Grand d’Aussy : « A l’époque de la dernière paix s’établit une manière nouvelle (de faire le café). Alors s’était répandue chez les Parisiens la manie singulière de faire tout à la greque (sic). C’était là un mot vague et vide de sens qu’on appliquait à toute mode nouvelle... Enfin, on imagina aussi du café à la grèque (sic), c’est-à-dire qu’au lieu de jeter dans l’eau bouillante le grain en poudre et de l’y laisser clarifier, on le mit dans une chausse, puis on versa l’eau à plusieurs reprises là-dessus » (Romanica Gandensia, I (1953), p. 149-150).

55 Origine incertaine.

56 De l’espagnol macuto « panier de mendiant » et, dans le langage militaire « sac ».

57 Entériné par le Larousse du xxe siècle comme terme spécial aux Antilles. Il serait d'origine provençale d’après E. Jourdain (op. cit.). Rien ne nous permet de controuver ou de confirmer cette assertion.

58 De l’anglais gloss « lustre, luisant, lustrer », qui désigne une teinture importée d’Angleterre en Haïti et utilisée pour nettoyer les chapeaux, les chaussures, etc. Du contenu le mot est passé au contenant.

59 Terme du xvie siècle employé par Marot, d’après A. Dauzat (Dictionnaire étymologique) et O. Bloch-Wartburg (Dictionnaire étymologique) ; il est noté par Littré comme terme populaire avec le sens de « partie des cheveux qui est derrière la tête ».

60 Origine incertaine.

61 De l’espagnol bozal, nègre récemment arrivé d’Afrique, puis, par extension, niais, sot, idiot.

62 Origine incertaine.

63 De l’espagnol chulo, a, effrontée, libre, sans retenue.

64 D’après Jules Faine, le mot viendrait de l’anglais bookish « qui aime les livres » et, par dérision « drôle de pédant ». Ce philologue le rapproche du papiamento « booky » qui désigne un sot. Le Dr P. Mars le fait dériver au contraire de bourriqui, une tribu de l’Afrique. Mais le mot bouqui existe tel quel en woloff avec le sens de sot et il n’est pas impossible qu’il nous soit venu directement de l’Afrique.

65 Terme dialectal encore vivant en Normandie en 1887 dans le sens de « pic ou pioche ». V. Moisy, Dictionnaire de patois normand.

66 De l’espagnol convite.

67 D’origine incertaine. M. M. Piron, dos Romanica Gandensia, I, 1953, a fait une étude ingénieuse du mot rampono ou ramponeaux, mais il n’a pas signalé le sens que nous notons ici. Le mot ramponeaux, si répandu au xviiie siècle et si vague à la fois, aurait-il pris à Saint-Domingue ce sens spécial ?

68 Terme d’origine caraïbe.

69 D’origine incertaine : la forme zéperlin, répandue dans plusieurs régions d’Haïti, laisse supposer un pluriel les éperlins/l’éperlin, qui serait d’origine dialectale. Mais nous n’en avons pas eu la confirmation.

70 Terme d’origine dialectale.

71 De l’espagnol hato, vaste étendue de terre servant de pâturage ; était usité déjà dans ce sens à l’époque coloniale.

72 Le Littré définit ce mot « nom qui se donne, dans les îles de l’Amérique, à l’eau-de-vie qu’on tire des gros sirops de sucre ou de l’écume des premières chaudières. On dit aussi tafia ». Le Dictionnaire Général de Darmsteter, Hatzfeld et Thomas, reprend la même définition. Le Larousse du xxe siècle et le Dictionnaire étymologique de A. Dauzat, à leur tour, donnent au mot le sens de « sorte de tafia ou « tafia ». Toutes ces définitions sont conformes aux renseignements fournis par le P. Labat, Nouveau Voyage, I, p. 129. Cependant, en Haïti, la guildive n’est pas le tafia, mais le lieu où se prépare le tafia, l’ensemble des installations qui en rendent la fabrication possible. Origine probable : Kill-devil (ang.).

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter