Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Troisième partie. Le lexique

Le lexique

Texte intégral

1Le vocabulaire de l’Haïtien francophone se compose, en principe, de tous les mots et expressions du français normal qui, en même temps que leurs signifiés, se sont déposés dans sa conscience sous forme d’empreintes virtuelles, par suite de nombreux actes de parole. De ces mots et expressions, une bonne partie, bien entendu, reste à l’état de connaissance passive et ne s’actualise que rarement. Ce sont tout d’abord les termes techniques — cela va de soi — et ceux qui ont trait à des objets ou à des aspects tout à fait particuliers de la vie française (par exemple nombre de mots usités à Paris, pour désigner des mets ou des boissons). Viennent ensuite ceux que le français normal emprunte à l’argot et que le livre n’a pas répandus et relevés de leur condition. L’Haïtien qui a vécu quelque temps en France s’empresse d’oublier, en débarquant chez lui, les rares mots d’argot qu’il a pris l’habitude d’utiliser dans la conversation familière (flic, fric, vache au sens de « rosse », marrant, se marrer, pépin, dégueulasse, etc.) : l’emploi de l’argot le distinguerait trop des autres et le rendrait presque ridicule. Enfin, les expressions idiomatiques, celles qui sont du cru en quelque sorte et qui s’apprennent exclusivement par l’oreille, sont également rares dans notre français régional : par exemple, se moquer de quelque chose comme de l’an mille ou comme de l’an quarante, faire litière de quelque chose, n’avoir ni sou ni maille, poser un lapin à quelqu’un, etc.

2Mais pour compenser ses lacunes et assurer sa survie par ce renouvellement continu dont aucune langue ne peut se passer, le F. H. a fait des emprunts au créole et à l’anglais. De plus, il se départit, beaucoup plus lentement que le français normal, des mots et expressions de l’époque classique.

3C’est pourquoi nous avons divisé cette partie de notre travail en trois chapitres d’étendue inégale, parce que les faits qui rentrent sous chacune de ces rubriques sont d’importance inégale :

  1. Les haïtianismes.
  2. Les anglicismes.
  3. Les traces de la langue classique.

4Nous appelons haïtianismes les emprunts que le F. H. a faits à la langue locale, le créole, qu’il s’agisse de mots inconnus du français ou de vocables du français normal pris dans des acceptions nouvelles, ou encore de termes dialectaux conservés par le créole. Les anglicismes sont les emprunts qu’il a faits à l’anglais, particulièrement à l’anglo-américain depuis 1915. Il existe une différence évidente entre les anglicismes et les mots haïtiens d’origine anglaise empruntés à date ancienne et qui se sont si bien fondus dans le parler local que seul le spécialiste réussit à dépister leur origine, par exemple méringue < merry ring ; godrine < good drink ; bumba < bumboat, etc. Quant aux archaïsmes, ce sont les traces de la langue des xviie et xviiie siècles qui sont encore courantes dans notre français dialectal, les mots ou expressions qui ont vieilli à Paris, mais qui ont gardé leur pleine vigueur chez nous. Nous avons tenu à les distinguer des anciens provincialismes qui ont complètemnet disparu du français de Paris et qui, conservés par le créole, reparaissent en Haïti : ces derniers faits, nous les avons groupés de préférence avec les haïtianismes. Tout classement comporte une part d’arbitraire et celui que nous avons adopté n’est sans doute pas indiscutable ; on peut nous objecter que les anciens provincialismes que le créole haïtien a conservés et que le français local lui emprunte ont plutôt leur place parmi les archaïsmes. Nous croyons plutôt qu’ils ont été naturalisés, qu’ils sont entrés dans de nouveaux champs sémantiques, qu’ils sont intégrés dans d’autres oppositions et que nous sommes autorisés à les appeler des haïtianismes.

5On nous reprochera peut-être de n’avoir pas consacré un chapitre aux hispanismes. La situation d’Haïti au Centre du bloc hispano-américain semble avoir destiné notre français à une profonde pénétration de la langue espagnole. Telle n’est cependant pas la réalité actuelle. De nombreux mots d’origine espagnole sont entrés à date ancienne dans notre créole, et par cette voie, s’infiltrent quelquefois dans la phrase française, mais ils ont pris si bien l’aspect créole ou français que seul le spécialiste peut en soupçonner l’origine (cassave < cazabe ; sapate < zapata). De même, le créole des localités situées sur la frontière haïtiano-dominicaine est riche de mots empruntés à l’espagnol. Mais les emprunts récents de notre français à l’espagnol sont plutôt sporadiques. Si l’on excepte le domaine de la danse et de la musique de danse qui nous a fourni d’assez nombreux vocables tels que rumba, marimba, mambo, guaracha, bolero, tcha-tcha-tcha, conjunto, bijonnel, etc., si l’on excepte celui de la toilette qui nous a donné, avec la chose, le mot guayabel < guayavera, espèce de chemise à nombreux plis verticaux qui recouvre le pantalon et se porte sans veste, on peut affirmer que la culture hispano-américaine n'a pas eu d’influence sur notre français. C’est de façon très sporadique que l’on relève dans les copies d’élèves ou dans les journaux des phrases qui révèlent une influence de la syntaxe espagnole, comme celle-ci : Depuis six semaines, les journalistes de la capitale, tant comme ceux des grandes villes de province... n’ont pas eu l'opportunité de rencontrer le distingué Secrétaire d’État de la Présidence (Nouv., 29/1/1953 — 1-4). Jusqu’à la date où la civilisation anglo-américaine s’est imposée à nous avec la violence que l’on sait, Haïti, qui a mieux aimé regarder vers l’Europe et, en Europe, vers la France, est restée fermée au monde américain et ibéro-américain. Si nos relations diplomatiques avec la République dominicaine remontent à une date assez ancienne, si notre Légation à Cuba a été ouverte en 1908, nos missions diplomatiques au Brésil, en Argentine, au Chili, au Mexique, au Venezuela sont de création toute récente. Les échanges culturels avec ces pays, inspirés par la doctrine du panaméricanisme, sont à leurs débuts. Quant aux échanges économiques, ils ne contrebalanceront pas de sitôt ceux que nous entretenons avec les États-Unis d’Amérique, au point de faciliter des échanges linguistiques.

6Il est fort possible que la situation change à l’avenir : l’Université du Mexique attire de plus en plus les jeunes Haïtiens, surtout à sa Faculté de Médecine, l’Université d’Oriente, tâche d’intensifier ses rapports avec Haïti ; le Centre de formation de Patzcuaro (Mexique), les Universités du Brésil et du Chili accueillent nos futurs spécialistes en éducation rurale et en économie politique. Mais actuellement les hispanismes ne constituent pas dans notre français la masse compacte que l’on pourrait supposer.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540