Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Deuxième partie. La grammaire

Chapitre VI. La phrase

Texte intégral

1Les principales espèces de phrases du français commun se retrouvent en F. H. Ce sont :

1) La phrase nominale

2Eliacine !

3 Oui (G. Duc, Terre, p. 27).

4A la santé de la Coopérative !

5A la santé du Comité ! (id., ib., p. 51).

6Debout le nègre ! (id., ib., p. 26).

7L’aube. Le ventre de l’horizon accouche d’un gros soleil (id., ibid., p. 27). Pas de temps à perdre (id., ibid., p. 26).

8Hé ! bonjour.

9 Bonjour, ma petite demoiselle (Marie Chauvet, Fille d’Haïti, p. 78).

10J’apparaissais devant mon juge,les yeux baissés (Fille d’Haïti, p. 9).

11Georges, devant moi, les poings serrés, me dévisageait durement (ibid., p. 85).

2) La phrase verbale simple

12a) avec attribut :

13La situation est grave... (député B. à la tribune de la Chambre, Le National, 6/8/1955 – 3-5).

14Le sac était lourd (J. Roumain, Gouv., p. 20).

15Manuel demeura un instant silencieux (id., ibid., p. 43).

16b) sans attribut :

17— avec un verbe impersonnel :

18Il pleuvait sans arrêt depuis trois mois (G. Duc, Terre, p. 93).

19— avec un verbe intransitif ou en emploi intransitif :

20Des vieillards meurent (Le National, 6/8/1955 — 3-5).

21Nous mourrons tous (J. Roumain, Gouv., p. 1).

22L’étranger descendit (id., ibid., p. 19).

23Les coqs chantent (G. Duc, Terre, p. 26).

24— avec un verbe en emploi transitif simple :

25Racing bat Violette (Nouv., 25 et 26/12/1958 — 1-7).

26Le chauffeur mit les freins (J. Roumain, Gouv., p. 19).

27Il ouvrit la porte (id., ibid., p. 46).

28Un gendarme avait arrêté un voleur (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 24).

29— avec un verbe à double transitivité :

30J’ai demandé des explications à ma mère et j’ai récolté des gifles (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 18).

31Du regard, l’homme donna encore une fois le bonjour à ce paysage retrouvé (J. Roumain, Gouv., p. 19).

32La phrase simple peut être affirmative :

33Debout le nègre... L’étranger descendit... Nous mourrons tous...

34— négative : Une voiture tue une femme et ne s’arrête pas (Nouv., 9/1/1959 — 1-6).

35Pas de temps à perdre.

36Le vent ne pousse pas les nuages (J. Roumain, Gouv., p. 34).

37Ne déparle pas, mon fi. Ne mets pas de sacrilèges dans ta bouche (id., ibid., p. 34).

38— interrogative :

39Quel est ce diplomate ? (Nouv., 17/12/1958 — 1-5).

40Où en est le commerce national ? (Nouv., 20/11/1958 — 1-3).

41Est-ce que tu as peur de moi ? (J. Roumain, Gouv., p. 89).

42Qui t’a appris ? (M. Chauvet, Fille d’H., p. 88).

43Et sur qui pleures-tu ? (id., ibid., p. 135).

44— exclamative :

45Ta mère, ta mère, quelle affreuse profanation ! (M. Chauvet, Fille d’H., p. 136).

46— dubitative :

47Si on partait ! (forme très rare dans la langue parlée et dans la langue écrite, au point que nos dernières lectures ne nous en ont fourni aucun exemple).

3) La phrase verbale complexe

48a) propositions juxtaposées ou coordonnées :

49Il va sur la grand’route, il s’assied sur la galerie, il se lève à nouveau (J. Roumain, Gouv., p. 128). Manuel s’arrêta, il en croyait à peine ses yeux et une sorte de faiblesse le prit aux genoux (id., ibid., p. 126) ;

50b) avec des propositions complétives conjonctionnelles :

51Le leader cubain a ajouté qu’il est possible que Cuba affronte à nouveau des troubles... (Nouv., 12/1/1959 — 1-3). J’avais souhaité seulement que mon geste... apportât un peu de réconfort au miraculé C. D. (Une mère haïtienne in Le Journal, 26 et 28/3/1953 — 1-3).

52c) avec une complétive percontative :

53Je t’ai demandé si tu avais du tabac (J. Roumain, Gouv., p. 30).

54d) avec une infinitive :

55Je la verrai enfin perdre sa morgue... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 128).

56e) avec des propositions conjonctives (relatives) :

57Pas un planteur, pas un cultivateur de la région qui n’ait de cet or vert dans son champ qui fait courir les spéculateurs et les exportateurs (G. Duc, Terre, p. 39). Je le voyais qui venait... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 293). Je vis seule dans une maison trop grande et que deux domestiques entretiennent (M. Chauvet, Fille d’H., p. 7).

58/) avec une circonstancielle finale :

59Pour marquer le passage des honorables membres du parlement libérien, le Sénat et la Chambre des Députés haïtiens organisent une réception (Nouv., 6/8/1958 — 1-4).

60g) avec une circonstancielle causale :

61Les hommes, parce qu’ils m’avaient volé ma mère, étaient mes pires ennemis (M. Chauvet, Fille d’H., p. 17).

62h) avec une circonstancielle consécutive :

63Elle les aimait trop pour que j’en eusse aussi le goût (M. Chauvet, op. cit., p. 17).

64i) avec une circonstancielle concessive, une comparative et une temporelle :

65J’arrivai toute (sic) essoufflée chez Georges une heure plus tard, et bien que ce fût la première fois que je venais chez lui, j’ouvris la porte sans frapper comme il avait accoutumé de faire quand il venait me voir (M. Chauvet, op. cit., p. 67).

66j) avec une circonstancielle hypothétique :

67Si tes jambes marchaient aussi vite que ta langue, tu ferais la route d’... à Port-au-Prince en un clin d’œil (J. Roumain, Gouv., p. 117). Puis, il s’assit lourdement, comme si ses jambes eussent été coupées (Marie Chauvet, op. cit., p. 288).

68k) avec une conjonctive (relative) indéfinie :

69...les femmes sont différentes, quoi qu'on pense (M. Chauvet, op. cit., p. 42).

  • 1 Expressions empruntées à M. G. Gougenheim, Système grammatical de la langue française.

70Les conjonctions, locutions conjonctionnelles, prépositions et locutions prépositives qui unissent les propositions sont les mêmes dans les deux langues et les conjonctions entraînent les mêmes « servitudes grammaticales », les mêmes « oppositions significatives » et les mêmes « variations stylistiques »1. Notre seconde phrase citée à (j) « Puis, il s’assit... montre que la langue écrite a conservé le conditionnel passé, 2e forme.

71Cependant, le F. H. a créé quelques « articulations » qui lui sont propres :

  1. même que au sens de « quand bien même, même si » : Même que vous avez l’argent, vous ne trouvez pas de quoi acheter (Mme P. P. P., c. moy., 1955).
  2. en cas QUE au sens de « au cas où » : Mais que les équipiers du Vieux Lion ne perdent pas de vue que Armée est une équipe qui ne joue pas mal et qui ne négligerait pas de bâtir des « casernes » infranchissables en cas qu’elle arriverait à scorer (Rasoir, 16/11/1952 — 3-1).
  3. c’est parce que... qui fait que, « c’est parce que... que » : C’est parce que je suis malade qui fait que je suis retournée (Mme N. G., c. moy., oct. 1954). Ce n’est pas parce que... qui fait que je prends cette décision (G. M., ens. sup., le 19/9/1955).
  • 2 Voir un exemple de proposition subordonnée complément d’une préposition dans Damourette et Pichon, (...)

72Une proposition subordonnée conjonctionnelle devient complément d’une préposition, la préposition pour en général (le cas est également connu en français normal2, mais en F. H., il se limite au parler des gens de culture moyenne) : Pour si tu n’as pas d’argent (W. P., brevet élém., 1954). A chaque fois qu’elle achète de grosses boîtes de bonbon pour quand B. vient, son petit frère les emporte (Mme G. N., 26 ans, brevet élém., 1955).

73Le F. H. a gardé des « articulations » de la langue classique, aujourd’hui abandonnées à Paris : ce fait de conservation se limite au parler des gens de grande culture.

  1. avant que de : avant même que d’être au Département de l’Éducation Nationale, j’ai eu souventes fois, comme avocat, l’occasion d’apprécier la variété de vos talents (J. D. C., Secrétaire d’État, installant son successeur le 1/4/1953). Avant que de venir ici, j’étais à Rome (U. B., diplomate, le 12/12/1958). J’avais souhaité seulement que mon geste avant que d’avoir la preuve qu’il n’a pas été inutile apportât... (Une mère haïtienne, in Le Journal, 26 et 28/3/1953 — 1-3). Nous nous sommes contenté de ces exemples de la langue parlée et cursive mais ils abondent dans la langue littéraire.
  2. devant que : Et devant qu’on crève dans la dèche, on voudrait tenter une suprême chance (La République, 20/7/1946 — 4/1). Mais devant que la grande consultation populaire du 8 octobre élise... l’homme qui... (Le Ralliement, 16/9/1950 — 1-1). Séduisant message qui nous vient de la vieille Europe ! Nous devons l’écouter devant que le siècle s’estompe... (R. Piquion et J. Blanchet, Essais sur la culture, p. 9).

Le subordinatif est annoncé par « comme ça »

  • 3 V. dans Flaubert, Mme Bovary, 1re partie, chap. III, 26e ligne, édition Belles Lettres, 1945 : Ven (...)

74Le subordinatif que est précédé de la locution comme ça dans le parler des gens de moyenne culture, principalement quand le verbe principal est le verbe dire : Elle m’a dit comme ça qu’elle ne vient pas (une demoiselle au téléphone, le 8/8/1955). La langue du théâtre et celle des romans contemporains offrent également des exemples de ce fait, mais c’est là certainement une imitation consciente du parler populaire : Oui, Monsieur Richard a dit comme ça que vous avez beaucoup manqué à sa réception (D. Hyppolite, Le Baiser de l’aïeul, phrase mise dans la bouche d’une servante). Sanite m'a dit comme ça que tu n’es plus avec elle (Frères Marcelin, Canapé vert, p. 45 ; phrase prononcée par un paysan). Cette construction est un haïtianisme, d’origine normande peut-être3.

4) Prédominance de la parataxe sur Vhypotaxe

75Quoique la tendance à la parataxe se retrouve dans toute langue parlée, elle paraît beaucoup plus prononcée en F. H. qu’en français commun. Elle se manifeste d’ailleurs en Haïti jusque dans la langue écrite.

761° Pour contourner la difficulté constituée par le conjonctif (relatif), le sujet parlant, même dans les couches les plus cultivées, et parfois le scripteur, reprennent, au moyen d’un représentant personnel, le nom antécédent ou bien ils le répètent purement et simplement : C’est un monsieur, il est déséquilibré (F. C., c. moy., le 25/5/1955). C’est un graçon, il fait des efforts (Mme J. B., institutrice, le 21/10/1955). C’est une petite fille, elle n’est pas très intelligente, mais elle est laborieuse (Mme A., c. moy., le 31/8/1956). M. C. est une petite fille, elle sait ce qu’elle veut (Mme P. S. P., c. moy., le 2/9/1956). C’est un garçon, il faut être très sévère avec lui (Mme M. M., ens. sup., 1956). Nous avons un pays, la majorité des gens de ce pays ne savent pas lire (Mme F. C., institutrice, le 5/9/1956). Ce sont des types, j’ai l’impression qu’ils ne raisonnent pas (R. D., diplômé ens. sup., le 26/1/1959), dans cette phrase, le parleur évite les tours, assez lourds : dont on peut dire que, dont le moins que l’on puisse dire est que... Quelques jours plus tard, tandis que le petit Manuel, filleul de Mado, se promenait, il aperçut une très grosse femme qui chantait et à mesure qu’elle chantait, elle accouchait d’une infinité de diablotins (Michelson P. Hyppolite, Contes, I, p. 142).

77 Suppression du subordinatif que.

78Le subordinatif que est supprimé entre la proposition principale et la subordonnée sujet, objet ou complément circonstanciel. Ces faits se passent à l’insu des sujets parlants : les personnes à qui nous avons emprunté les énoncés qui suivent protesteraient sûrement si elles arrivaient à reconnaître leurs initiales dans notre texte. Le cas se restreint d’ailleurs à la langue parlée et nous n’en avons encore noté aucun exemple dans la langue écrite : Le Directeur de l’Institut m’a dit j’ai beaucoup de chances (Mlle E. M., diplômée d’ens. sup., le 13/1/1954). Il paraît il n’y a personne (H. A., diplômé ens. sup., haïtien et étranger, 1954). Moi, je trouve c’est bon (W. P., brevet, 1954). Tu vois bien il y a de l'eau (R. B., brevet, le 27/5/1954). Elle m'a dit sa mere était malade Mme A. P., le 7-8/1955). Plus tard quand tu verras ces marques, tu te rappelleras c’est pour ton bien que tu les as reçues (Mme W. B., brevet, le 2/9/1956). Il a dit là-bas il est très bien (M. A., diplômé d’ens. sup., 1956). Il était tellement furieux il parlait l’écume à la bouche (G. M., 45 ans env., diplomé ens. sup., 1956). Ce tour, malgré sa fréquence, n’exclut pas le tour normal avec que subordinatif. Il a pour soutien le créole qui se passe de ce subordinatif.

793° Le subordinatif que, si, lorsque, puisque, etc., n’est pas répété quand deux subordonnées de même sens se suivent, qu’elles soient coordonnées ou juxtaposées. Le fait s’observe dans la langue parlée et dans la langue écrite. La langue classique nous a laissé des exemples de cette économie du subordinatif (cf. Laf : Est-ce la mode que baudet aille à l’aise et meunier s’incommode — Le meunier, son fils et l’âne). Mais le soutien du fait en F. H. est le créole : Si tu vas à l’école et quelqu’un te donne un coup, tu ne me trouveras pas pour me porter plainte (Mme P. G., le 12/4/1954). Pourvu qu’elle soit bien élevée, elle me comprend, je pourrai vivre avec elle (Mme R. B., 1954) (entendez :... et qu’elle me comprenne). Si je viens et je ne te trouve pas, le fouet ! (Mme A. C., le 18/3/1954). Étant donné que l’épopée nécessite une certaine naïveté d’imagination et Voltaire en manquait, l’œuvre est un peu sèche (candidat bac., 1952). Il est entendu que les délibérations seraient publiques, et les représentants des diverses associations similaires discuteraient les problèmes communs et les moyens de les résoudre (Le National, 14/11/1953 — 2-1). Julie, qui revient du combat (sic), annonce que deux Horaces sont morts et l’autre s’est enfui (élève de 2e, 1956).

804° Le second membre du gallicisme c’est... que est supprimé dans la langue parlée et dans la langue écrite, surtout quand le mot que devrait suivre une forme commençant par une vélaire : C’est le lendemain seulement le garçon nous a dit (Mlle C. C., employée publique, le 13/4/1952). C’est ainsi quand il pleut on fait (W. P., le 24/9/1953). Dis à ta maman que c’est demain je viendrai (Mme A. B., le 23/5/1954). Ce n’est qu’après il se rendra compte d’avoir été bafoué (Le Matin, 6/11/1953 — 8-1). Ce n’est qu’à la deuxième mi-temps la Violette put obtenir l’unique but et gagner la partie (Le Matin, 20 et 21/6/1954 — 8-3). C’est ainsi après deux ou trois randonnées infructueuses j’ai pu glaner ceci pour votre dilection (Le National, 9/10/1955 — 5-1). Ce fait a également pour soutien le créole.

5) Un tour syntaxique calqué de l’anglais

81Les emprunts que le F. H. a faits à l’anglais sont en général des emprunts de vocabulaire. Cependant on peut signaler comme définitif un tour syntaxique calqué de l’anglais. Il s’est introduit grâce à la traduction des nouvelles étrangères transmises des États-Unis : Un grave accident s’est produit avant-hier dans la province de Sakateouan (Canada) quand un avion de la Trans Canada Airline est entré en collision avec un avion d'entraînement de l’Aviation Royale canadienne (Le National, 10/4/1954 — 8-7). La construction y est bien française, mais le rapport établi entre les faits ne correspond pas aux habitudes de l’esprit français : on ne subordonne pas en français deux faits d’égale valeur (le fait de l’accident et la nature de l’accident) et dont l’un précise simplement l’autre.

82De la traduction le tour a passé dans des énoncés spontanés : Mardi après-midi, un drame sanglant se produisit à Thomazeau quand le Magistrat communal M. B. N. tira de trois balles de son revolver le nommé P. P. (Le Matin, 19/1/1952). Un accident dont les suites auraient pu être fatales s’est produit au Portail de Montrouis... quand une locomotive de la Compagnie des Chemins de fer et le camion immatriculé au no 3354 entrèrent en collision (Le National, 28/5/1956 —-8-5). Quelques cahutes ont été la proie des flammes, quand un incendie éclata dans le voisinage du marché de la Croix des Bossales (Haïti-Journal, 19/4/1949 — 4-5). Mais il se limite à la langue écrite, et à la langue du journalisme, nous ne l’avons jamais relevé dans la langue parlée.

6) Allure générale de la phrase parlée

831° Elle est saccadée, entrecoupée de mots et d’expressions comme mon cher, tu ne sais pas, n’est-ce pas, vous comprenez, qui se glissent dans le discours, dans le récit, dans la conversation pour l’animer ou pour marquer les sentiments par lesquels passent les parleurs, les hésitations et les gênes qu’ils éprouvent : Tu ne sais pas ? J’ai grandement besoin de toi (une jeune fille au téléphone, le 11/8/1955). Papi, tu ne sais pas ? Apporte des raisins pour moi (J. P., 4 ans).

842° L’affirmation et la négation sont renforcées par oui ou par non même chez les parleurs les plus cultivés : On commence, oui (entendu le 27/11/1953 et dit par une dame du high life). G.... tu peux casser les boules, oui, de l’arbre de Noël (R. B., le 4/1/1954). C’est avec le fusil, oui, que l’on doit courir (M. P., le 24/12/1956). Je n’aime pas ça non (L. P.). Ne viens pas non (L. P.).

85Les romanciers et les dramaturges, qui imitent le parler vivant, prêtent aussi à leurs personnages des phrases ponctuées de oui et de non : Pardon, oui chef (Anthony Lespès, Les semences de la colère, p. 115). Je ne suis pas de ceux qu’on exploite, non, ah ! (F. Hibbert, Séna, p. 41).

863° La phrase parlée, — et même la phrase écrite, — donne particulièrement l’impression du saccadé ou du disloqué quand le sujet, exprimé en tête de l’énoncé, reste suspendu en quelque sorte, soit que le parleur l’oublie totalement, soit qu’il le reprenne plus loin sous la forme d’un représentant personnel. N’importe qui, vous recevez un ordre, vous devez vous conformer (ingérieur M. P., le 3/4/1958), ou bien quand la construction est brusquement brisée par la substitution d’une indépendante à la subordonnée qu’on attendrait : Je connais des étrangers qui sont dans le pays depuis deux ans seulement... ah ! ah ! ils supportent très bien la chaleur (Dr M. L., médecin, le 5/4/1958). Un peuple qui laisse mourir sa meringue, c’est une partie de son âme qui s’en va (E. Almonacy, Le National, 26/7/1955 — 2-1)....Une hypothèse, pour être vérifiée, il faut qu’elle soit... (candidat bac., 1956).

7) L’ordre des mots dans la proposition

87L’ordre des mots en F. H. suit l’usage du français commun : dans l’énoncé le plus courant, le plus habituel, le plus normal, il obéit à ce que Charles Bally appelle « la séquence progressive ». C’est l’ordre déterminé-déterminant. Il présente cependant deux particularités frappantes sur lesquelles nous nous arrêterons en temps opportun : 1° en Haïti le langage parlé inverse plus librement qu’en France l’ordre verbe-complément d’objet premier ; 2° le tour ancien « je le peux faire » opposé au tour moderne « je peux le faire » a chez nous une fortune diamétralement opposée à celle qu’il connaît en France.

88Par ailleurs, le F. H. utilise les mêmes moyens grammaticaux et les mêmes procédés stylistiques de mise en relief que le français commun. Peut-être fait-il un usage plus fréquent et plus libre de l’inversion. Nous allons rapidement passer en revue les différents groupes de mots qui forment au sein de la phrase les unités grammaticales les plus intimement liées : le nom et ses déterminants, l’adverbe et ses déterminés, le groupe sujet-attribut, le groupe sujet-verbe et le groupe verbe-complément.

L’apposition

89Le nom en apposition peut précéder le nom déterminé et former avec lui un seul groupe rythmique : L’empereur Dessalines, Le roi Henri Ier, Le Président Petion, le fleuve Artibonite, la ville de Port-au-Prince (L. P.). Il peut également suivre le nom déterminé, soit en formant avec lui un même groupe rythmique (auquel cas l’attention est attirée sur l’apposition) : Toussaint le précurseur, soit en formant un groupe distinct : Toussaint, précurseur de l’indépendance nationale (L. P.) ; R. D., ambassadeur d’Haïti au Venezuela (Nouv., 3/2/1959 — 1-4).

90On lit sur certaines enseignes commerciales de Port-au-Prince des groupes de mots comme Nirvana restaurant, Quisqueya station, Tennessee bar, Parc Hôtel, où le nom en apposition est postposé contrairement à l’usage du français normal. Ces cas ne doivent pas faire illusion, il s’agit d’une mode, de la nécessité de plaire à une certaine clientèle ; ils se limitent à un domaine bien restreint et n’ont pas de connexité avec l’état actuel de la langue. Quelques-uns de ces groupes fonctionnent du reste comme de véritables noms propres : il est descendu à Parc Hôtel (L. P.). On peut observer les mêmes faits à Paris dans le même domaine.

Les compléments déterminatifs du nom

91L’ordre normal en F. H. est l’ordre déterminé-déterminant : Le livre du jour (Constitutionnel, 6/7/1953/— 1-5). Un complot contre la vie de Castro est éventé (Nouv., 12/1/1959 — 1-6). Distinction entre dictatures et démocraties (Nouv., 14/1/1959 — 1-3). Dix nouveaux diplômés en bactériologie (Nouv., 20/1/1959 — 1-4). Elle est belle, ma maison, avec sa grille en fer forgé... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 7).

92Mais le déterminant peut être disjoint du déterminé par un groupe de mots ou même par toute une proposition : Nous avons appris avec infiniment de peine le décès survenu dans la nuit d’hier de Madame Veuve C. L.... (Nouv., 19/12/1958 — 4-1). La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre de la disparition depuis trois jours de M. F. L.... (Nouv., 12/1/1959 — 1-6).

93L’ordre normal peut être inversé parfois dans la langue cursive, mais surtout dans la prose littéraire (et les vers, bien entendu) : De nos absurdités politiques, nos constitutions ont la plus grande part de responsabilité (G. D. Sam, Constitutionnel, 6/7/1953 — 2-1). Des deux cents régimes présentés à la compagnie, la moitié seulement a été acceptée (G. Duc, Terre, p. 41).

Place de l’adjectif épithète

94En F. H., comme en français normal, la place de l’adjectif épithète est essentiellement variable et elle dépend de causes historiques, phonétiques, sémantiques et stylistiques. Il est impossible de ramener la question à quelques formules. L’observation des faits montre que d’une manière générale :

  1. les épithètes de caractère objectif, physique (épithètes de catégorie, de couleur,) les participes adjectifs et les épithètes suivies d’un déterminant se placent après le nom : Chaque case se revêtit d’ocre rouge, d’ocre jaune. Chaque case eut... sa cour de gazon vert (G. Duc, Terre, p. 83). Ce qu'il voyait, c’était une étendue torréfiée, d’une sale couleur rouillée (J. Roumain, Gouv., p. 21). Le chant emplissait le matin inondé de soleil (id., ib., p. 9) ;
  2. un certain nombre d’adjectifs changent de sens suivant qu’ils sont placés avant ou après le nom : dans ce cas, leur place dépend de causes sémantiques : homme brave/brave homme ; homme grand/grand homme ; l’année dernière/la dernière année, une robe nouvelle/une nouvelle robe, etc. (v. à ce sujet Damourette et Pichon, op. cit., II, p. 399) ;
  3. d’autres épithètes se placent librement avant ou après le nom, mais leur antéposition exprime une nuance plutôt affective ou subjective, un sens figuré ou bien elle s’explique par des raisons d’ordre rythmique, euphonique : L’atmosphère maussade du bord de mer créait la nostalgie des arbres et des ombres douces (M. Chauvet, Fille d’H., p. 79). Certains jours où les souvenirs de son enfance lui revenaient avec une douce chaleur (id., ib., p. 32). Brutale agression et vol au Morne Hercule... On n'a jamais eu à enregistrer en notre capitale un fait aussi grave, une agression aussi brutale... (Nouv., 28/11/1958— 1-2). Ils sont tous là, les oreilles chavirées dans le vent chaud qui souffle du Sud-Ouest (G. Duc, Terre, p. 9). L'obscure montée de la sève le fait gémir dans les chaudes après-midi (J. Roumain, Gouv., p. 10).

95Les épithètes exprimant la couleur changent aussi de place quand elles sont employées au sens figuré :

96...tout autour de moi de grosses gouttes rouges se mirent à tomber, tachant mes draps et ma chemise (M. Chauvet, Fille d’H., p. 135)...et votre sang fermente dans les rouges sillons du drapeau étoilé (J. Brierre, Black Soul).

97De belle taille avec... des dents blanches (J. Roumain, Gouv., p. 58).

98Seul brille gardien pur de ta blanche innocence,

99Dans la lampe éternelle un éternel espoir (Louis Henry Durand, Attente).

La place de l’adverbe

1001° L’adverbe modifie toute une phrase ou une proposition : il se place au début de la phrase ou de la proposition : il avait de la peine à le suivre, tant il allait vite (J. Roumain, Gouv., p. 134).

1012° L’adverbe modifie un verbe à un temps simple : il se place après le verbe, dans la langue la plus courante : Le Victory ne s’avouait pas battu et menaçait dangereusement la défense du Racing (Nouv., 21/1/1959 — 1-6). On le sent à chaque bordée qui s’échappe, qui monte librement vers l’azur (G. Duc, Terre, p. 10).

102Georges, devant moi, les poings serrés, me dévisageait durement (M. Chauvet, Fille d’H., p. 85).

103L’adverbe, dans ce cas, peut être mis en relief en début de phrase ou immédiatement avant le sujet, dans la langue littéraire et même la langue cursive :

104Lentement, harmonieusement, mes épaules s’abaissent, s’arrondissent (M. Chauvet, Fille d’H., p. 36). Un dernier regard au soleil, à la montagne, et lentement, lentement le cercueil fut descendu (G. Duc, Terre, p. 19). Pour le plus grand malheur de la République, trop souvent nous oublions que chaque constitution révisée est un pas en arrière (G. D. Sam, Le Constitutionnel, 6/7/1953 — 2-1).

1053° L’adverbe modifie un verbe à un temps composé :

106a) Les adverbes de temps toujours et jamais se placent entre l’auxiliaire et le participe :

107Nous autres de la Grande Anse, nous n’avons jamais manqué de faire notre devoir (Député M.... à la tribune de la Chambre, rapporté par Le National, 6/8/1955 — 3-5).

108Mon mari a toujours eu de bons rapports avec M. S.... (Mme F. L. in Nouv. 15/1/1959 4-5) ;

109mais l'adverbe jamais peut être mis en relief en début de phrase :

110Jamais on n’a vu pareille chose (L. P.) ;

111b) les adverbes ici et se placent après le participe ou bien ils sont mis en relief en début de phrase :

112Il est venu ici plusieurs fois (L. P.) ; il s’est rendu là en face (L. P.).

113Là, ils ont dansé de porte en porte (G. Duc, Terre, p. 10).

114Ici est mort... (L. P.) ;

115c) les adverbes de temps encore, longtemps, déjà, et les autres adverbes se placent tantôt entre l’auxiliaire et le participe, tantôt après le participe :

116Mais plus tard j’ai constaté que les écritures n’étaient pas encore passées (C. S... in Nouv., 16/1/1959 — 4-7). Ce vendredi 9 janvier, les heures de la nuit se succèdent et M. F. L. n’est pas rentré chez lui encore (Nouv., 15/1/1959 — 1-5). Laissons ce passé, car il a déjà fait médiocrement ses preuves (G. D. Sam, Le Constitutionnel, 6/7/1953 — 3-1). Elle (la Banque agricole) a reçu déjà deux millions de dollars (ibid., p. 2, col. 1).

117Le Commissaire nous a affirmé également (Nouv., 17/1/1959 — 1-8) (« nous a également affirmé » est tout aussi possible).

118Mais à l’exception de encore, ils peuvent aussi être mis en relief en début de phrase.

1194° L’adverbe modifie un infinitif :

120a) Les adverbes ayant peu de « corps » phonétique se placent avant l’infinitif, dans la langue la plus courante :

121Sans bien la distinguer (M. Chauvet, Fille d’H., p. 187). Son orgueil, fatigué de tant lutter, cédait enfin à son désir (id., ibid., p. 120).

122b) Les adverbes plus longs se placent après l’infinitif :

123Pour renseigner objectivement l’opinion (Nouv., 16/1/1959 — 1-5)....Comme elle avait eu l’occasion de le faire déjà (M. Chauvet, Fille d’H., p. 126).

124Mais dans la langue très recherchée, l’ordre normal peut être inversé : c’est une particularité du style de M. Léon Laleau, dont les écrits fourmillent d’exemples de ce tour.

1255° L’adverbe modifie un autre adverbe ou un adjectif : à l’exception des adverbes encore, déjà, dont la place est assez libre, l’adverbe déterminant précède l’adjectif ou l’adverbe déterminé.

126Car si le jeu du Victory s’est révélé techniquement brillant, il a été néanmoins inefficace (Nouv., 21/1/1959 — 1-6).

127Un corner tiré admirablement bien par Z. (id., ibid.).

128Cet ordre est même le seul possible avec les adverbes ayant peu de « corps » phonétique : plus, moins, fort, très.

La place du sujet

129L’ordre le plus habituel, le plus courant est l’ordre sujet-verbe, comme l’ont montré les différents énoncés que nous avons donnés comme exemples au paragraphe de la phrase. Mais l’inversion du sujet peut être imposée par de nombreuses servitudes grammaticales, notamment :

1301° L’interrogation directe :

131Le professeur X est-il là ? (R. D., étudiant, oct. 1957).

132Que dirais-tu, Anna, si la plaine se peinturait à neuf ? (J. Roumain, Gouv., p. 97).

133Pourquoi me déranges-tu ?... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 44).

134Cependant, même dans l’interrogation directe, le F. H. évite l’inversion et revient à l’ordre normal, comme le français commun :

135a) si le sujet de la phrase est un mot interrogatif :

136Qui serait la maîtresse de la case ?... Qui serait la maîtresse du jardin ? (J. Roumain, Gouv., p. 103). Qui t’a appris ? (M. Chauvet, Fille d’H., p. 38) ;

137b) si la phrase commence par une forme comme :

138Est-ce que (qui contient d’ailleurs une inversion) : Est-ce que tu as peur de moi, Annaïse ? (J. Roumain, Gouv., p. 89)

139Qu’est-ce que (qui contient aussi une inversion) : Qu’est-ce que c’est ce mot : la huelgue ? (id., ibid., p. 99).

140Combien que (forme du langage parlé) : Combien que ça coûte ?

141c) l’intonation montante, suivie parfois de n’est-ce-pas, permet aussi d’éviter l’inversion : Tu viendras, n’est-ce pas, Anna ? (J. Roumain, Gouv., p. 90) ;

142d) l’inversion est évitée, enfin, dans la langue parlée et écrite, même avec un mot interrogatif qui aurait dû l’entraîner normalement : J’étais avec toi. Pourquoi tu ne m’as pas dit que tu allais sortir ? (Mme C. D., c. moy., le 16/1/1954). Êtes-vous bon observateur ? Pourquoi les jeunes filles qui se présentent aux séances de Radio-Haïti refusent de monter sur la scène ? (le speaker de Radio-Haïti, le 25/10/1953). Mais pourquoi, me direz-vous, l'expression est nécessaire en musique (le speaker des Jeunesses Musicales, le 15/3/1953). Dans quel coin de la terre l’Haïtien bénéficiera de telle faveur au mépris du citoyen ? (La Voix du chauffeur, Bulletin extraordinaire, janvier 1952), Pourquoi le Département des Travaux Publics ne commence pas l'asphaltage des alentours du marché Salomon, par exemple ? (Le Matin, 5/5/1954 — 1-8).

1432° L’interrogation indirecte :

144Dans la proposition interrogative indirecte, quand le sujet du verbe est un représentant personnel ou un nominal, le français normal le place avant le verbe : Tu sais quels efforts j’ai faits pour parvenir à ce résultat.

145En F. H., au contraire, la tendance est très marquée qui consiste à considérer l’interrogation indirecte comme une servitude grammaticale entraînant l’inversion du représentant personnel ou du nominal sujet. Elle se manifeste dans la langue parlée et dans la langue écrite, même dans des journaux bien cotés : Je vous dirai tout à l’heure pourquoi veut-on qu'il soit jugé (entendu à la radio le 6/3/1957). Il doit nous dire comment s’y est-il pris pour connaître l’opinion du peuple (Mlle M. T. P. R., à la radio le 7/9/1957). On se demande si le citoyen L. C. doit-il répondre des actes posés par l’ex-chef d'état-major (entendu à la radio le 15/11/1957). Voilà où nous en sommes en l’an de grâce 1958 ; nous nous demandons pourquoi les Pouvoirs publics tardent-il à protéger ceux qui confient à ces compagnies leurs économies réalisées non sans sacrifices (Le Matin, 20/3/1958 — 1-5).

1463° L’inversion est également imposée dans les exclamatives négatives :

147Quel ne fut pas mon étonnement de constater que la maison des Caprou était modestement meublée... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 68).

1484° Dans l’exclamation optative :

149Périssent les apatrides, mais vive la République ! (G. D. Sam, Le Constitutionnel, 6/7/1953 — 2-5). Puisse l’exemple... de l’héroïque martyr du Fort de Joux, rallumer dans nos cœurs la flamme sacrée du patriotisme... (H. Pauléus Sannon, Histoire de Toussaint Louverture, préface).

1505° Dans les incises :

151C’est quoi, interrogeai-je ?... Ote-la, lui criai-je cette fois avec colère (M. Chauvet, Fille d’H., p. 20). Si ça continue, dit Cédieu (G. Duc, Terre, p. 39). Quelle coopécoopérative ? demanda Lidor (id., ibid.). Des capons que vous êtes, leur lâcha Norisca en plein visage (id., ibid., p. 45).

152— Les tours sans inversion : Non, c’est pas de ta faute,qu’il répliqua Lorméus (G. Duc, Terre, p. 81). Merci, voisins,qu’il répétait. Beaubrun (J. Roumain, Gouv., p. 12), que l’on lit couramment dans nos romans contemporains, ne sont pas vivants ; c’est une imitation du français populaire que transcrivent certains romanciers français tels que Giono, Malraux, etc...

1536° Après certains adverbes :

154a) à peine : Norisca, à peine avait-il laissé Altagrâce qu’il aperçut Anilus (G. Duc, Terre, p. 29) ;

155b) ainsi : Ainsi l’a compris le Département de la Santé (Le National, 6/8,/1955 — 1-1). Ainsi finit la vieille et méchante sorcière (Michelson P. Hyppolite, Contes, I, p. 151). Ainsi jour après jour se surchargeait l'atmosphère de Vieux-Boucan (G. Duc, Terre, p. 72) ;

156c) aussi : Aussi prenons-nous plaisir à offrir ci-dessous la belle lettre... (Le National, 6/8/1955). Aussi se mit-il à faire le guet aux alentours (Michelson P. Hyppolite, Contes, I, p. 150). Aussi Eliacine avait-elle fait placer... (G. Duc, Terre, p. 18).

157Cependant, la langue n’est pas ainsi constamment surveillée et l’on rencontre également des énoncés sans inversion qui commencent par aussi : Aussi il importe de tenir compte de son désir de comprendre le français (D. Colimon in Constitutionnel, 6/7/1953 — 4-1). Aussi je demande à la cour la poursuite des travaux (M. K. D., rapporté par Nouv., 6/8/1958 — 1-7) ;

158d) de là : de là ressort sa culpabilité, de là vient que (L. P.) ;

159e) l’adverbe puis et, d’une manière générale, les adverbes de temps et leurs équivalents :

160Puis commença le tracé des sillons (G. Duc, Terre, p. 52).

161Puis vinrent les murailles, les palissades, les toits de chaume, les parquets (ibid., p. 83). (Ici l’inversion est amenée en outre par la « masse » des mots sujets.) Hier matin, par un avion de la P. A. A., est parti à destination de New York M. A.... L.... (Nouv., 6/8/1958 — 1-2). La semaine dernière est décédée à un âge assez avancé Mme Vve T.... (Le Constitutionnel, 6/7/1953 — 4-5).

1627° L’inversion du sujet s'impose dans les hypothétiques indépendantes : Vienne la morte-saison Ce que j’ai connu, je te jure que mon enfant ne le connaîtra pas, dussé-je me résigner à n’importe quoi (M. Chauvet, Fille d’H., p. 172).

1638° Dans les participiales absolues : Il avait paru hésiter un moment, puis RÉFLEXION FAITE, il avait accepté (M. Chauvet, Fille d’H., p. 56).

1649° Elle peut être amenée par le déplacement de l’objet second, quand celui-ci occupe le début de l’énoncé :

165A lui seul obéissaient plus d’une centaine d’hommes (G. Duc, Terre, p. 61).

16610° Elle peut être amenée par le déplacement d’un complément circonstanciel quand celui-ci occupe le début de l’énoncé :

167a) dans le simple entrefilet de journal :

168Sous ce titre vient de paraître l’ouvrage tant attendu de M. G... G... (Le National, 6/8/1955 — 1-3).

169Avec la fuite de Batista et de ses sicaires vient dans l’opprobre de s’effondrer un régime pourri (René Dépestre, Nouv., 13/1/1959 — 1-7) ;

170b) à plus forte raison dans la langue littéraire :

171Sur cette désolation planait le vol des corbeaux (J. Roumain, Gouv., p. 95).

172Sous la porte rampait, avec une légère froidure, la clarté brouillée de l’aube (id., ibid., p. 46). Dans l’air flottaient, doux comme des bruissements d’ailes, des murmures de voix (M. Chauvet, Fille d’H., p. 118).

173Mais dans bien des cas l’inversion n’est commandée par aucune servitude. Le verbe est placé en tête de l’énoncé et le sujet rejeté à la fin par pur souci de mise en relief :

174a) dans un simple entrefilet de journal ou dans un article à caractère scientifique :

175Prend l’avion à destination de Madrid l'ambassadeur d’Espagne à Port-au-Prince S... S... (Nouv., 26/11/1958 — 1-8). Vient de paraître sur le marché haïtien le fameux café en poudre I pan (Le National, 6/8/1955 — 4-5). Est également décédé, mercredi de la semaine écoulée, M. F. M... (Le Constitutionnel, 6-/7/1953 — 4-5). Lu question des frontières était ouverte. S’inauguraient du même coup les négociations laborieuses et âpres autour des limites territoriales haïtiano-dominicaines (Leslie F. Manigat, Nouv., 25/11/1958 — 1-2). Ce fut d’abord le tour de Me Eberle Beaubrun... Lui succéda Me Yvon Siméon dont le plaidoyer... (Nouv., 22/12/1958 — 1-6) ;

176b) à plus forte raison dans la langue littéraire :

177Et s’engage aussitôt un brutal corps à corps, une lutte acharnée avec la terre (G. Duc, Terre, p. 33).

178Couché à plat ventre, rampait vers moi, telle une bête, un enfant qui pleurait (M. Chauvet, Fille d’H., p. 59).

179Le sujet est également mis en relief :

180a) par le gallicisme c’est... qui : Comme on le sait, c’est le docteur Adolpho Lopez Mateo qui a été élu Président des États-Unis du Brésil (Nouv., 27/11/1958 — 1-4) ;

181b) par disjonction : Quand le premier magistrat de la République, pour les besoins de sa cause, se débarrasse du texte sacré... (G. D. Sam, Constitutionnel, 6/7/1953 — 2-2). Constitutions insensées que le peuple, s’il était éclairé, aurait condamnées et rejetées (id., ibid., p. 2, col. 1). Les mornes, comme chaque soir à pareille heure, déployaient leur épais éventail d’ombre (G. Duc, Terre, p. 24). Et ces damnés de la terre, lorsqu’ils travaillent ainsi, s’oublient à la tâche (id., ibid., p. 36) ;

182c) par dislocation avec anticipation et reprise (tour très vivant dans la langue parlée) :

183Tous ceux qui sont dans l’enseignement, ils souffrent de migraine (E. S. V., gr. cuit., 1955). X., c’est un menteur (L. P.).

184Ce moyen est exploité par la langue littéraire :

185Les paysans, ils ont besoin d’apprendre depuis A jusqu’à Z (G. Duc, Terre, p.47). La terre, elle a bu toute la sève chaude de notre jeunesse (ib., ibid., p. 47). La faillite, voilà ce qui l’attendait (id., ibid., p. 40) ;

186d) par dislocation avec anticipation :

187Elle est belle, ma maison, avec sa grille en fer forgé et ses jardins encombrés de grands arbres (M. Chauvet, Fille d’H., p. 7). C’était atroce, cette intoxication par une idée fixe (id., ibid., p. 75) ;

188e) par dislocation et intercalation d’un représentant appositif :

189Grelier Joseph, lui, avait pour tâche... (G. Duc, Terre, p. 51) ;

190f) par une proposition conjonctive (relative) :

191Oui, la ruine, la faillite qui nous attend (G. Duc, Terre, p. 40).

192Dans la proposition subordonnée, l’inversion du sujet peut être aussi amenée, soit par une servitude grammaticale : Mais si amoureux que fussent ses baisers... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 196), soit par un souci de mise en relief ou une exigence d’ordre rythmique : Une longue bave blanchâtre que vomit la gueule affamée d’un rouleau compresseur (G. Duc, Terre, p. 8). Pour que tombent du ciel ces fraîches gouttelettes de rosée et ces belles chutes d’eau (id., ibid., p. 11).

La place de l’attribut

193L’ordre normal est, comme en français commun, l’ordre sujet-verbe copule-attribut : Ma mère était très belle (M. Chauvet, Fille d’H., p. 9). Le sac était lourd (J. Roumain, Gouv., p. 20). Manuel demeura un instant silencieux (id., ibid., p. 43).

194Quand l’attribut se rapporte à un nom complément d’objet premier, l’ordre normal est celui-ci : verbe-complément d’objet premier-attribut :

195Je trouve ma mère injuste et mesquine (M. Chauvet, Fille d’H., p. 18).

196Et quand le complément d’objet premier est un représentant personnel conjoint, on a l’ordre : objet premier-verbe-attribut :

197Je me la rappelle enveloppée de ses longs cheveux (M. Chauvet, Fille d’H., p. 9).

198Enfin, dans tous les cas qui précèdent, l’attribut est placé à la fin du groupe sujet-verbe-attribut.

199Mais cet ordre peut être inversé par suite de servitudes grammaticales :

200a) dans la proposition interrogative directe ou indirecte :

201Quel est ton nom ? (J. Roumain, Gouv., p. 106).

202Il n’est pas comme les autres, mais QUI est-il en réalité ? (M. Chauvet, op. cit., p. 41).

203Je te demande QUEL est ton nom (L. P.) ;

204b) dans la proposition conjonctive (relative) :

205De la petite fille sage que j’étais, je fis volontairement une rebelle (M. Chauvet, Fille d’H., p. 17) ;

206c) quand l’attribut est l’indéfini tel employé sans corrélatif :

207Telle est ma foi ferme et profonde (Georges Sylvain, Prière) ;

208d) quand l’attribut est un représentant personnel conjoint :

209Êtes-vous prêt ? Je le suis.

210L’attribut peut aussi être placé en tête de la proposition par souci de mise en relief.

211Belle réception, en tous points réussie, que celle organisée en leur résidence à Diquini par... (Nouv., 24/11/1958 — 1-1).

212Une sale affaire que cette coopérative (G. Duc, Terre, p. 74).

213Dans le soir triste, plus triste encore la voix des hommes qui chantent... (id., ibid., p. 17).

214En outre, l’attribut peut être mis en relief par disjonction :

215...car j’étais, auprès des parents de mes amis,l’indésirable (M. Chauvet, Fille d’H., p. 11) ;

216ou par dislocation et reprise : Riche, il l’était, mais ne donnait pas un centime aux pauvres (G. Duc, Terre, p. 31).

217— Les tours : des capons que vous êtes tous (G. Duc, Terre, p. 45) avec attribut jeté en tête de l’énoncé + que tampon + sujet + verbe ; ou bien c’est un gérant jardin que tu es, avec attribut encadré par c’est... que + sujet + verbe, ne sont pas vivants, bien qu’on les lise chez nos romanciers contemporains : ce sont des tentatives d’adaptation d’un tour créole. Tout au plus peut-on les observer dans le parler enfantin.

La place de l’objet premier

218I. L’objet premier est l’un des nominaux tout et rien :

219a) si le verbe est à l’infinitif, le nominal objet premier précède le verbe : comme en français normal :

220Me B... a trouvé une carcasse, mais on a ordonné de ne rien y toucher (Me A. R., Nouv., 17/1/1959 — 1-8). Sans rien dire (M. Chauvet, Fille d’H., p. 44)....il m’est impossible d’y rien découvrir d’autre que... (id., ibid., p. 42) ;

221b) si le verbe est à un temps composé, le nominal se place entre l’auxiliaire et le participe :

222Il ne m’a rien répondu (M. Chauvet, Fille d’H., p. 176).

223Ah ! tant que je n’aurai pas tout tenté pour arracher ce peuple à sa misère, ma vie ne m’appartiendra pas (id., ibid., p. 198).

224II. L’objet premier est un représentant personnel, conjonctif ou interrogatif. Le F. H. suit l’usage du français normal et place l’objet premier avant le verbe, à condition que celui-ci soit à un mode autre que l’impératif :

225Tum’as créée et je T'en remercie (M. Chauvet, Fille d’H., p. 97). Elle est nécessaire à ses enfants, je vaisle lui dire (id., ibid., p. 115). Toutes les insultes Qu’on m'avait jetées (id., ibid., p. 133). Que dirais-tu, Anna, si la plaine se peinturait à neuf... (J. Roumain, Gouv., p. 97).

226Cependant, si le verbe est à l’impératif, le représentant personnel objet premier se place après lui :

227Ote-'LA, lui criai-je cette fois avec colère (M. Chauvet, Fille d’H., p. 20).

228Notre pays est pauvre, dis-LE toi bien (id., ibid., p. 105).

229Crois-moi en vérité (J. Roumain, Gouv., p. 88).

230Ote-toi de ma terre (id., ibid., p. 61).

231III. Le représentant personnel objet premier se rapporte à un infinitif qui dépend immédiatement d’un autre verbe.

232a) Lorsque l’infinitif forme avec le verbe à mode personnel un groupe « coalescent », une unité indissoluble (tel est le cas quand le verbe à mode personnel est l’un des verbes suivants : faire, laisser, envoyer, mener et les verbes de perception : voir, entendre, écouter, sentir), le représentant se place devant le groupe :

233Je me débats pour les faire lâcher prise... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 50). Elle me laisssait faire (id., ibid., p. 164). Chaque jour elle l’envoyait chez maman Sara acheter cinquante centimes de calalou gombo (Michelson P. Hyppolite, Contes, I, p. 147). Il la vit venir (J. Roumain, Gouv., p. 87). Je la sentais respirer (M. Chauvet, op. cit., p. 181). Il l’écoutait bavarder... (M. Chauvet, op. cit., p. 101).

234Cependant cette unité se brise quand le premier verbe est à l’impératif :

235Laisse-moi passer (J. Roumain, Gouv., p. 88). Laisse-la sortir, maman, a dit Gille (id., ibid., p. 211) ;

236elle se brise egalement quand le verbe a l'infinitif a un complément propre :

237Jamais je ne l’ai vu me sourire (M. Chauvet, Fille d’H., p. 47) ;

238quand le verbe à l’infinitif est un pronominal dépendant du verbe faire, le représentant réfléchi est tantôt économisé au profit de l’unité du groupe, tantôt exprimé, et dans ce dernier cas, le groupe se brise : Il me fit asseoir (M. Chauvet, Fille d’H., p. 143, 159, 255). Ta seule irruption dans ma vie a fait s’effondrer lamentablement tout mon passé (id., ibid., p. 171). Petits chocs douloureux, impétueux, qui me démoralisèrent et me firent aussitôt me lever (id., ibid., p. 68). Ils les accueillit... et les fit s’asseoir en face de lui, G. Duc, Terre, p. 38).

239Parfois la rupture de l’unité du groupe est nécessaire pour éviter un faux sens : Norisca appela Lorméus, le fit se placer face à lui... (G. Duc, Terre, p. 52) : le fit placer aurait un tout autre sens.

240b) Mais quand le groupe formé par l’infinitif et un premier verbe (vouloir, devoir, falloir, pouvoir, aller, etc.) n’est pas indissoluble, le représentant se place entre les deux verbes : c’est aujourd’hui le tour le plus courant en français normal :

241Oui, il faut le venger, le continuer (G. Duc, Terre, p. 24).

242Ma mère voulait me les couper (M. Chauvet, Fille d’H., p. 8).

243Tu dois te préparer à recevoir ton enfant (id., ibid., p. 129).

  • 4 Études de linguistique française, p. 82 sqq.

244Malgré sa forte tendance conservatrice, le F. H. d’aujourd’hui n’a pas gardé le tour ancien qu’Albert Dauzat appelle « un archaïsme prétentieux » et dont il déplore la fréquence dans les journaux et même les lettres familières4. En Haïti, il en existe bien quelques traces chez les écrivains d’un certain âge : ainsi M. Dantès Bellegarde (84 ans) l’a employé 15 fois dans le premier volume de son livre Pour une Haïti heureuse publié en 1929, en face du tour moderne employé 54 fois. Mais la langue cursive de nos jours et même la langue littéraire l’évitent : nous ne l’avons relevé qu’une fois dans les trois romans où nous avons puisé la plus grande partie des faits grammaticaux étudiés ici : Je lui promis de l’aller voir au moment de ses couches (M. Chauvet, Fille d’H., p. 152). M. Bellegarde lui-même n’y revient pas dans ses derniers ouvrages : La nation haïtienne (1938), Haïti et son peuple (1954).

245IV. L’objet premier est un nom.

246L’ordre normal est l’ordre verbe-objet premier :

247Manuel vida son verre (J. Roumain, Gouv., p. 69).

248Cependant, en F. H., beaucoup plus librement qu’à Paris, la langue parlée met en relief le nom complément d’objet premier en le plaçant en tête de l’énoncé et sans recourir à la périphrase c’est... que ni au « mot tampon » que :

249— Qu’est-ce qui se passe ?

250 Des pas j'ai entendus dans l’allée (Mme P. L., c. moy., 1953).

251— Qu’y a-t-il que tu sois revenu ?

252 Mon cahier de calcul j’ai oublié (G. S. P., 8 ans, 1958).

253De l’eau tu veux ? (Mme R. R., c. moy., le 5/12/1957).

254Même la cautérisation on ne peut pas faire pour lui (M. M., 36 ans, ens. sup., le 6/9/1958).

255Quarante mille dollars les Américains lui ont offerts pour abandonner la lutte (M. L., avocat, journaliste, 55 ans, le 12/3/1959).

256Cette tournure, si vivante dans la langue parlée, est quelquefois imitée par nos romanciers : Ma chère, même un petit peu de café nous n’avons pas aujourd’hui (E. Saint-Amant, Bon Dieu Rit, p. 142).

257MM. G. et R. Le Bidois (Syntaxe du français moderne, II), à la suite de A. Blinkenberg (L’ordre des mots en français), citent certaines phrases tirées d’auteurs français et dans lesquelles le nom objet premier ou l’attribut de l’objet premier précède le verbe : Une rude langue il avait, ce Créqui, un battant solidement accroché (Genevoix, Rabalot, 14). Toute une ceinture de douros pour dépenser à la guerre il avait (J. Paulhan, Le guerrier appliqué, 92). La petite Musyne on l’appelait dans ce milieu (Céline, Voyage au bout de la nuit, I, 62).

258Mais ces deux grammairiens estiment que le tour est « anormal » et qu’il se justifie seulement « dans une certaine mesure, par le besoin de mettre l’accent d’émotion ou d’intensité affective sur l’objet direct et son attribut ».

  • 5 No 3, juin 1936 : Influence du breton sur le français, p. 249.

259De même, M. Eugen Lerch cite, dans un article du Français moderne5, une phrase de Panaït Istrati : T rois enfants j’ai eus et tous trois je les ai perdus — et il s’appuie sur ce témoignage et quelques autres moins probants pour affirmer qu’il s’agit là d’une influence du breton devenue une tendance latente du français.

260Mais Albert Dauzat, commentant l’article de M. Lerch, opine que cette inversion est étrangère à la langue vivante d’aujourd’hui.

261En Haïti, au contraire, elle est tout à fait naturelle : c’est l’adaptation d’un tour créole faite par les parleurs de toutes les couches sociales et de tous les niveaux de culture. La place de l’objet premier est plus libre dans ce dialecte qu’en français et cette liberté permet au parleur de suivre aisément le mouvement de sa pensée et de mettre en avant, sans recourir à aucune périphrase, l’élément le plus énergique de la phrase.

Autres moyens de mettre en relief l’objet premier

262Par ailleurs, l’objet premier peut être mis en relief, comme en français normal :

2631° par le gallicisme c’est... que : C’est du cent pour un qu’elle donnera (G. Duc, Terre, p. 63) ;

2642° par disjonction : Je devais à ma mère non seulement mon estime, mais encore une réhabilitation complète (M. Chauvet, Fille d’H., p. 172). Elle me rapportait, non sans amertume, la sévérité de sa mère, ses vaines remontrances (id., ibid., p. 124) ;

2653° par dislocation avec anticipation :

266Qu’on les relise, ces paperasses abominables (G. D. Sam, Constitutionnel, 6/7/1953 — 2-1). Contemplez-les, ces constitutions éphémères (id., ibid.). Laissez-la donc avec ses cheveux, cette mignonne (M. Chauvet, Fille d’H., p. 9) ;

2674° par dislocation avec reprise :

268Cette question, je me la suis posée aussi (M. Chauvet, op. cit., p. 46). Cette âme charmante, combien je me désole de l’avoir perdue (id., ibid., p. 14). La terre, il faut l’aimer (G. Duc, Terre, p. 25).

Place de l’objet second

269I. L’objet second est un conjonctif ou un interrogatif : il se place normalement avant le verbe :

270...les organes à qui la constitution a confié cette fonction nécessaire du contrôle (D. Bellegarde, Un Haïtien parle, p. 176).

271Et sur qui pleures-tu ? (M. Chauvet, Fille d’H., p. 135).

272II. L’objet second est un représentant personnel de forme ordinaire : il précède le verbe, à condition que celui-ci soit à un autre mode que l’impératif : Je t’ai demandé si tu avais du tabac (J. Roumain, Gouv., p. 30).

273Elle lui dérobait son visage (id., ibid., p. 88).

274Mais si l’objet second est un représentant de forme tonique ou bien si le verbe est à l’impératif, il suit ce dernier :

275Je m’abandonnais à lui (M. Chauvet, Fille d’H., p. 42).

276J’ai de la bonne amitié pour toi (J. Roumain, Gouv., p. 88).

277Alors, laisse-lui donc sa liberté (id., ibid., p. 129).

278Notre pays est pauvre, dis-le-toi bien (M. Chauvet, op. cit., p. 105).

279III. Le verbe doit être précédé de deux représentants, dont l’un est objet premier et l’autre objet second : comme en français normal, les représentants de la 1re personne et de la 2e personne précèdent ceux de la 3e ; les représentants le, la, les précèdent tout autre représentant de la 3e personne, et les représentants en et y occupent toujours la dernière place :

280Cette question, je me la suis posée aussi (M. Chauvet, op. cit., p. 46).

281Elle est nécessaire à ses enfants, je vais le lui dire (id., ibid., p. 115).

282...il la leur montre (J. Roumain, Gouv., p. 212).

283Je leur en donnais (M. Chauvet, op. cit., p. 117).

284IV. L’objet second est un nom :

  1. il n’y a pas d’objet premier : l’ordre normal est le suivant : verbe-objet second : il ne leur était plus possible de prendre part aux danses du village (G. Duc, Terre, p. 71) ;
  2. il y a un objet premier et un objet second : l’ordre normal est l'ordre : verbe-objet premier-objet second :

285Nous remercions le Service d’Information de l'Ambassade du Libéria du gracieux envoi (Le National, 6/8/1955 — 1-5).

286Ce sont eux (les sillons) qui infusent du sang, de la sève, de la vie aux plantes (G. Duc, Terre, p. 52).

287Mais la place de l’objet second est assez libre et dépend de sa « masse » : il peut précéder l’objet premier s’il est plus court, être jeté en tête de la proposition si le parleur veut mettre l’accent d’émotion ou d’intensité sur la notion représentée par l’objet second :

288Je devais à ma mère non seulement mon estime, mais encore une réhabilitation complète (M. Chauvet, Fille d’H., p. 172).

289Aux familles affectées par ce deuil, particulièrement à sa veuve... ainsi qu’aux autres parents et alliés, le Nouvelliste présente ses sincères condoléances (Nouv., 21/8/1958 — 1-3).

290A la conversation participait le Dr C.D. (Le National, 6/8/1955 — 1-5).

291Comme l’objet premier, l’objet second peut être mis en relief par c’est... que : La question du développement économique revient donc à l’ordre du jour des discussions au Club International de Commerce, et c’est de cela, sans doute, qu’entretiendra aussi le mercredi 18, les membres du Club, notre collaborateur Gérard Philippeau... (Nouv., 3/2/1959 — 1-3) ;

292b) par dislocation et reprise :

293Ces types-là, je ne leur donne pas ce conseil... (G. Duc, Terre, p. 43).

294Et nous autres, c’est un méchant coup de poignard que tu nous donnes dans le dos (id., ibid., p. 74).

Notes

1 Expressions empruntées à M. G. Gougenheim, Système grammatical de la langue française.

2 Voir un exemple de proposition subordonnée complément d’une préposition dans Damourette et Pichon, Essai de grammaire : Elle a toujours sa gomme à côté de soi pour si elle se trompe (VI, p. 398).

3 V. dans Flaubert, Mme Bovary, 1re partie, chap. III, 26e ligne, édition Belles Lettres, 1945 : Venez nous voir, ma fille pense à vous de temps à autre, savez-vous bien, et elle dit comme ça que vous l’oubliez ; phrase prononcée par le père Rouault.

4 Études de linguistique française, p. 82 sqq.

5 No 3, juin 1936 : Influence du breton sur le français, p. 249.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540