Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Deuxième partie. La grammaire

Chapitre V. Les relations marquées par les prépositions

Texte intégral

1L’emploi des prépositions, marques de relation entre les mots pleins, est l’un des plus sérieux écueils auxquels puisse se heurter celui qui parle une langue apprise. Les francophones qui se livrent à l’étude de l’anglais éprouvent bien du mal à retenir : to consist of, to look at, to search for. Ces difficultés ne sont pas moindres pour les étrangers parlant français, même si le français est leur langue officielle. Elles tiennent d’une part aux caprices et aux hésitations du français normal.

2Des prépositions différentes ont parfois le même sens et expriment le même rapport : de et à marquent tous les deux l’appartenance : Le fils de Pierre, le fils à Pierre (populaire), un fils à papa (familier). C’est un ami à moi. Ce livre est à moi ;

3Ou la provenance : sortir de l’école, puiser de l’eau à la source ;

4Ou la manière : citer de mémoire, accepter de grand cœur, aller à pas lents, courir à bride abattue ;

5Ou le moyen : se couvrir d’un manteau, frapper d’un bâton, écrire au crayon, à la machine, charger à la baïonnette, piquer à la machine.

6On dit dans le parler courant : en été, en hiver, en automne, mais : au printemps.

7Par contre, une même préposition exprime des rapports tout à fait opposés : Comparez : aller de Port-au-Prince à Paris avec l’avion de Paris (celui qui va à Paris) ; livrer quelqu’un à la mort et l’arracher à la mort ; il a pour tout le sexe une haine fatale (Racine, Phèdre, 789) et : Je sens que pour toi ma piété s’intéresse (Corneille, Cid, 429).

8Ces flottements se produisent surtout dans le cas où la préposition, ayant perdu tout sens concret, est devenue une simple ligature abstraite qui relie un terme à son régime, par exemple un infinitif au verbe qu’il complète. Les prépositions à et de sont aujourd’hui les plus « vidées » de leur contenu sémantique originel. Comparez : accepter de + infinitif et accepter à + infinitif, courants tous les deux dans le parler de Paris ; forcer quelqu’un à faire quelque chose et être forcé de faire quelque chose ; hésiter à faire quelque chose (construction moderne) et hésiter de... (construction ancienne). On parlait ainsi à la cour (construction moderne) et on parle ainsi dans la cour (Vaugelas), etc...

9Si l’emploi des prépositions est brouillé en F. H. par suite des hésitations et des caprices du français normal, il est soumis également à l’influence du créole. Moins riche en prépositions que le français, le créole étend ses propres moyens de liaison et ces extensions d’emploi passent dans le français parlé en Haïti. En outre le locuteur, ayant à sa disposition un registre plus large, les prépositions françaises et celles du créole, est de ce fait plus exposé à l’erreur.

10Les faits relatifs à l’emploi des prépositions s’observent, non seulement dans la langue parlée, mais même dans la langue écrite et chez de bons écrivains. Nous les avons groupés de la manière suivante :

  1. Faits qui sont dus à une influence locale (faits d’adaptations et innovations).
  2. Faits qui s’expliquent par les caprices et les hésitations du français normal.
  3. Survivances et faits décadents.

Faits qui sont dus à une influence locale

  1. Le sujet parlant transpose purement et simplement le créole qui ignore le « de » en fonction d’ablatif et qui exprime par une seule et même préposition (nã) l’origine ou le terme du mouvement : J’étais sorti dans l’abîme où j’étais plongé (élève de 4e, 1945). Sortez dans l’eau (W. B., brevet élém., 1953). Des chiffres que j'ai tirés dans le Moniteur (R. D., élève d’ens. sup., le 11/7/1955). Les deux autres grands grammairiens sont sortis en Amérique... d’Amérique plutôt (C. M., professeur, le 9/5/1953). Dis à Lucie de sortir dans la cuisine... de la cuisine avec J... (Mme C. C., institutrice, le 6/9/1956). Ces deux derniers exemples montrent comment les parleurs de la meilleure culture sont obligés de lutter contre l’emprise du tour local.
  2. Le sujet parlant transpose un tour du créole qui exprime par une seule et même préposition des rapports que le français exprime tour à tour au moyen de à, sous, sur, avec : Actuellement, le département des Travaux Publics met sérieusement la main dans la construction de l’église des Verrettes en vue de son achèvement (Étincelles, 22/2/1953 — 4-7). Pour avoir pris part dans un complot contre l'homme fort de l’Égypte, un lieutenant-colonel de l’armée égyptienne a été condamné à mort (Haïti-J., 26/1/1953 —1-5). G... ne joue pas dans le papillon (Mme P. P., le 3/12/1954). Avez-vous de la monnaie dans cinq gourdes (dit par une dame de 50 ans environ à un chauffeur de taxi, le 11/1/1955). Écoutez, général, votre chapeau ne tombera pas entre les mains des ennemis, puisqu’il sera dans la tête de quelqu’un qui prendra votre place (M. D., élève de 1re, 1955) (entendez : sur la tête).
  3. Le sujet parlant transpose des tours du créole et confond les prépositions ou locutions prépositives à et pour, au cours de et pour : ce cahier, c’est pour Guigui (entendu le 27/7/1955). Ce paquet, c’est pour moi (L. P.). Chapeaux à hommes, souliers à femmes (L. P.). Le sénateur Jorge Alessandri a triomphé pour l’élection à la Présidence (Nouv., 5/9/1958 — 4-2).
  4. Le sujet parlant transpose un tour créole et précise par une seconde préposition ajoutée à la préposition depuis le rapport de lieu ou de temps marqué par cette dernière : Depuis à l’âge de six ans (Mme A. D., le 6/10/1954). Depuis dans la nuit elle a commencé à ressentir des douleurs (Dr A. L., médecin, le 22/8/1956). En effet, depuis sur l’habitation Diégo Colomb (candidat au bac., 1956)...le département de l’Éducation nationale a fait appel à un professeur de carrière M. P. J. qui, depuis sous le gouvernement d’Estimé, enseigne les belles lettres... Mat., 11/4/1958 — 1-3). La vérité, la voici, Armand Thoby a réellement porté les députés de l’Artibonite, dont il était le leader depuis sous Nissage Saget, à donner la majorité à Boisrond Canal (Me P. Thoby, Nouv., 5/9/1957 — 1-4). Quant à pour est également employé dans la langue parlée : Quant à pour G..., il est turbulent (L. P.).
  5. Un tour local entre en concurrence avec le tour français et s’impose même dans la langue écrite et la langue littéraire : c’est le cas du tour en Haïti en face de à Haïti, sur lequel nous allons nous arrêter un peu plus longuement.
  • 1 Cf. cependant P. Fouché, Traité de prononciation française, p. 466 : « Port-au-Prince, capitale de (...)

11Les Français disent le plus souvent : à Haïti (en aspirant l’h) pour marquer le lieu ou le terme du mouvement1.

12On rencontre dans le même sens à Haïti :

  1. dans des textes haïtiens proches de la période coloniale : L’esclavage est à jamais aboli à Haïti (Constitution de l’État d’Haïti, 1807, art. 2) ;
  2. chez de rares écrivains nationaux qui affectent l’air français et qui sont excessivement soucieux d’écrire comme des Français2. L’enseignement est libre à Haïti (J. N. Léger, Haïti, son histoire et ses détracteurs, p. 265). Leur arrivée à Haïti le 4 octobre créa une profonde commotion (id., ib., p. 177). A mon retour à Haïti, je le retrouvai Président du Cercle Catholique de Port-au-Prince proclamant de sa voix mielleuse la grandeur de cette église (Dr J. Audain, Choses d’Haïti, p. 8). Son sang a, je le sais, cimenté la tyrannie à Haïti (F. Marcelin, La Vengeance de Mama, 2e éd., p. 109). On m’a reproché aussi d’avoir méconnu l’œuvre civilisatrice de la religion à Haïti (id., Autour de deux romans, p. 33). Frédéric Marcelin adopte ce tour uniquement dans les livres qu’il a écrits et édités à Paris, mais dans les écrits publiés dans le pays, il emploie le tour local, en Haïti, le seul qui soit courant et accepté aujourd’hui : Le premier contingent que les États-Unis envoyèrent en Europe à leur entrée en guerre comprenait un grand nombre de « marines » qui avaient passé quelque temps en Haïti (Dantès Bellegarde, Pour une Haïti heureuse, p. 39). Mais on peut dire que vers les années 1506 où les premiers nègres ont été introduits en Haïti (Dr P. Mars, Ainsi parla l’Oncle, p. 108). Le droit de propriété immobilière est également accordé à l’étranger résidant en Haïti... (Constitution de 1950, art. 8). Des médecins éminents, venus tout spécialement en Haïti pour visiter ces sources, leur ont reconnu des qualités exceptionnelles (Le Jour, 8/12/1956 — 1-7). Nous sommes en présence d’une agression d'un type nouveau de la part des colonies étrangères établies dans notre pays et cette situation, d’après nous, nécessite l’établissement de nouveaux rapports entre les étrangers et ce qu’il reste d’Haïtiens en Haïti (Le National, 12/2/1956 — 8-4).
  • 3 Voir cependant une opinion différente exprimée par M. G. Gougenheim dans Vie et Langage, no 29, p. (...)

13L’opposition à Haïti ¡en Haïti repose sur une différence de point de vue. D’après la plupart des grammairiens français, ou mieux, européens, il faut dire : à Haïti, parce que Haïti est le nom d’une petite île lointaine et, par surcroît, un nom d’île masculin à initiale consonantique. D’après M. G. Gougenheim « l’opposition en/à a un caractère grammatical devant les noms d’îles : les noms féminins des grandes îles proches ou lointaines sont précédés de en : en Corse, en Sardaigne, en Australie, etc. ; les noms d’îles masculins à initiale consonantique sont précédés de à : à Chio, à Madagascar, à Ceylan, à Cuba, à Haïti (Système grammatical de la langue française, p. 299)3. De même, selon M. M. Grevisse : « Devant les noms féminins de grandes îles proches ou lointaines, pour indiquer le lieu (situation ou direction), on emploie en : en Sardaigne, en Islande, en Nouvelle-Guinée. Devant les noms féminins de petites îles lointaines, on emploie à la : à la Réunion, à la Martinique. Devant les noms de petites îles d’Europe et devant les noms masculins de grandes îles lointaines, on emploie à : à Malte, à Chypre, à Cuba, à Madagascar (Le bon usage, p. 253, Remarques).

14MM. Paul Zumthor et W. von Wartbourg, bien qu’ils aient formulé la règle de façon plus claire et plus large, aboutissent à la même conclusion... « Devant un nom d’île de quelque importance, en prévaut s’il s’agit d’une terre connue depuis l’époque ancienne : en Sicile, mais s’il s’agit d’une île découverte dans les temps modernes (et par conséquent, qui ne fut connue d’abord que par le point de côte, ou le port même, où l’on y débarquait), on emploie à : il a passé trois ans à Madagascar ; il a échoué à Terre-Neuve » (Précis de syntaxe du français contemporain, p. 283, no 1034).

15À ce propos, les Haïtiens ne sont d’accord avec les grammairiens européens ni sur le plan linguistique, ni sur le plan formel : pour la plupart des Français, et même des Européens, Haïti est une petite île perdue au milieu de l’Océan Pacifique et sur laquelle la France exerce encore sa souveraineté par l’organe d’un gouverneur. Voilà pourquoi ils se servent devant ce nom de la préposition à qui s’applique de préférence à un point dans l’espace, à ce qui manque d’étendue, au point de côte des terres découvertes dans les temps modernes et encore inexplorées. Les Haïtiens, au contraire, conscients de la réalité, de l’étendue et de la personnalité de leur île, de leur union intime avec elle, ont recours à la préposition extensive en qui convient seule dans ce cas.

16Sur le plan formel, l’usage local se justifie bien mieux que le tour à Haïti. Pour les Haïtiens, sauf de rares exceptions, le nom de notre île est un nom féminin à initiale vocalique :

  1. Un nom féminin, pour la plupart des parleurs et scripteurs, comme l’attestent les titres de journaux et de revues et les énoncés suivants pris à nos meilleurs auteurs : La jeune Haïti, La nouvelle Haïti, Haïti sportive, Pour une Haïti heureuse (Dantès Bellegarde). Ceux qui sentent et pensent comme nous sont l’espoir de l’avenir, dans notre malheureuse et chère Haïti (A. Firmin, Lettres de Saint-Thomas, p. 294). Dominés par un sens élevé du patriotisme, guidés par l’esprit de sacrifice, nous concevons tous une Haïti heureuse (Le Jour, 11 et 12/12/1956 — 1-1). Mais le génie tutélaire de notre mystérieuse Haïti lui a permis... (Indépendance, 17/12/1956 — 3-2). Haïti s’est classée championne du tournoi triangulaire (Nouv., 22/12/1956 — 3). Si vous me dites que les Haïtiens n’ont pas inventé la prévarication, la concussion et autre manière de dépecer un pays, je vous répondrai que le cas d’Haïti est spécial, et qu’elle est bien trop malheureuse pour qu’on s’acharne sur elle, pour qu’on ne la ménage pas... (F. Courtois, Le Matin, 24 et 25/12/1956 — 3-1).
  2. Un nom à initiale vocalique : l’h y est muet comme en témoignent les expressions courantes : La république d’Haïti, L’armée d’Haïti, Les affaires d’Haïti (titre d’ouvrage), Les événements d’Haïti (Le Jour, 11 et 12/2/1956). Même ceux qui s’appliquent à écrire à Haïti disent comme les autres : le libérateur d’Haïti (J. N. Léger, op. cit., p. 130). La neutralisation d’Haïti (id., id.> p. 204). Dans les textes les plus anciens, l’h est aussi muet : les indigènes d’Haïti (acte de la proclamation de l’Indépendance), la constitution de l’État d’Haïti (Constitution de 1807). Des écrivains férus d’étymologie, remontant à l’origine indienne du nom de notre pays, vont même jusqu’à l’écrire sans h : En Ayti, la légende de la croix chez les Indiens (Vilius Gervais), Pantoum aityen (C. Mayard, Essor, nov. 1913, p. 475), Conte aityen (J.-B. Richard, l’Essor, août 1912, p. 100)4.

Préposition zéro

17Le français normal fait l’économie de la préposition dans le cas où le rapport entre deux termes est suffisamment suggéré ou senti grâce à la simple juxtaposition des mots : le boulevard Raspail, côté cour, côté jardin, et plus particulièrement après en face, près, proche, vis-à-vis, dans le parler familier. C’est peut-être une trace de l’usage ancien de la langue.

18Le F. H. connaît également ces tours. Mais il omet en outre la préposition dans des cas où son emploi paraît indispensable : cette rupture de relation se produit surtout dans les énoncés où la préposition de paraîtrait nécessaire pour marquer l’origine, le point de départ. Des exemples en sont fournis par le langage des gens de moyenne culture et même par des écrivains et des journalistes : Où me téléphones-tu (Mme O. L., brevet, le 5/9/1956, parlant à sa fille au téléphone et désirant savoir où se trouvait cette dernière). Une Haïti où doivent disparaître l’injustice criante, la misère effarante (un orateur à un meeting électoral le 2/12/1956). Parfois je sors ici à six heures juste pour aller au Sacré-Cœur (Mme C. D., brevet, le 7/12/1956). Disparaissez devant moi, gredins (M. B., élève de 1re). Le couvert pour le dîner est mis depuis longtemps dans la petite pièce où part l’escalier conduisant à la chambre au-dessus (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas, p. 16). Il a fait de longs voyages dans les pays d’Europe où il est originaire (Nouv., 20/10/1956 — 8-3). On l’observe également dans des énoncés où la préposition à conviendrait pour préciser un rapport d’accompagnement : Ils se mirent à boire du rhum coca (Magloire Saint-Aude, Parias, p. 58). Garçon ! un rhum-soda (L. P.).

Sur la galerie ou sous la galerie ?

19Les deux expressions sont en concurrence en F. H. Dans le langage parlé, on dit couramment sur la galerie. Nous avons aussi trouvé ce tour une fois dans « Gouverneurs de la Rosée » : Il va sur la grand’route, il s’assied sur la galerie (op. cit., p. 128). Cette forme a pour soutien l’expression créole sou galèri, dans laquelle sou (ancien français sour) a le sens de sur. Cependant les écrivains emploient de préférence le tour sous la galerie : A cet apophtegme, prononcé au moment où l’on apportait les lampes sous la galerie, M. Modestin s’arrêta (F. Marcelin, Marilisse, p. 152). Le... digne homme se disposa à se retirer sous la galerie de côté (F. Hibbert, Les Thazar, p. 152). En bas, sous la galerie de côté protégée par des tentes à barres rouges, M. Thazar... s’était laissé aller à un doux cabicha (id., ib., p. 153). Souvent, assise sous la galerie dans la dodine de liane, elle revoyait ce soir où son mari... était conduit là-bas, à la prison meurtrière (F. Courtois, Deux pauvres petites filles, p. 159). Maria m’attendait sous la galerie (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 35). Les hommes, eux, se tiennent dans la cour ou sous la galerie (J. Roumain, Gouv., p. 218).

20Aucun de ces deux tours ne concorde, comme on s’en est rendu compte, avec la forme courante en français normal : dans la galerie, se promener dans une galerie (Académie). Ces différences dans l’expression tiennent à des différences de conception. Les tenants de sur la galerie et de sous la galerie ne considèrent comme telle qu’une partie de la galerie : ou bien celle sur laquelle on se tient, ou bien la partie du toit qui recouvre la galerie, c’est-à-dire un « espace à deux dimensions ». Au contraire, pour le français, la galerie est « la partie extérieure beaucoup plus longue que large, où l’on peut se promener à couvert » (Ac.), donc une pièce de la maison, un « espace à trois dimensions ». Dans ce cas, c’est la préposition dans qui convient et non sur ni sous.

Faits qui s'expliquent par le caractère abstrait de la préposition et par les caprices et hésitations du français normal

Accepter

21Bien que, d’après Damourette et Pichon (op. cit., III, p. 607 in fine) les deux tours accepter à et accepter de soient courants à Paris, le F. H. s’en tient plutôt au second sans y attacher la nuance d’intimité que ces deux grammairiens croient y découvrir : Aucune congrégation n’acceptera d’établir de maison dans une commune non desservie par un prêtre (D. Bellegarde, Pour une Haïti heureuse, II, p. 423). Comme compensation pour la perte de leurs biens, le gouvernement haïtien accepta de payer aux colons une indemnité (D. Bellegarde, Haïti et son peuple, p. 45). Qu’on se rappelle l’épisode du garçon d’ascenseur Shorty qui accepte de recevoir un coup de pied pour une pièce de monnaie (P. J. C. Bayeux, Haïti-Rencontres, I, p. 40).

Autoriser, s’autoriser, être autorisé

22Pour relier un infinitif aux verbes autoriser, s’autoriser, être autorisé, le F. H. emploie, dans la langue parlée et dans la langue écrite, tantôt la préposition à, comme dans le français normal contemporain : En outre, le bénéficiaire d’une bourse d’études accordée par la I. A. P. A. était autorisé à laisser le pays (Nouv., 28/1/1959—1-7). Le conseil des professeurs est autorisé à faire des suggestions au Département (Nouv., 27/1/1959 — 4-4) ;

23tantôt la préposition de : il m’a autorisée de l’appeler (une jeune dame de la bourgeoisie, brevet élém., le 4/2/1952). Le jour même de la réception de cette lettre, j’adressai un télégramme au Département des Relations Extérieures pour le prier d'autoriser la maison Simmond de me payer les mois de juin, de juillet et d’avril (A. Firmin, L’effort dans le mal, 1911, p. 14). Dimanche dernier, le brave chef de service s’est cru autorisé de « couper » sans raison la journée de travail de quelques journaliers (Démocratie, 9/8/1951). L’Administration du Centre de Santé situé près de la cathédrale de... a été autorisée par la Direction générale de la Santé Publique de transférer à l’ancien local du Service Hydraulique à la rue des Miracles ses services de Médecine préventive (La Démocratie, 8 et 9 fév. 1952). Et ils croient que vraiment le tour est joué. Ils s’autorisent de prononcer tous les verdicts, de décréter même des autodafés... (La Rue, 7/1/1957 —4-4). Et alors on se croit autorisé d’épiloguer selon sa logique à soi, sans se donner la peine d’analyser une situation selon la seule logique qui compte : celle des faits et des événements (E. S. Laurent, National, 20/8/55 — 8-8).

Continuer

24Pour relier au verbe continuer un infinitif complément, le F. H. emploie indifféremment à ou de, comme le français normal, bien qu’en général continuer de soit plutôt considéré comme littéraire : M.... continue de s’enferrer dans sa déposition (Député F. S. déposant à un procès ; rapporté par Nouv., 27/12/1958 — 4-3). Geffrard paya, mais n’en continua pas moins à aider les Dominicains dans leur lutte pour l’indépendance (D. Bellegarde, Haïti et son peuple, p. 117). C’est une mine très riche où nos écrivains... ont puisé et continuent de puiser à pleines mains les matériaux de leurs oeuvres (id., ib., p. 66). Alors, mentant à leurs parents, elles continuèrent de me fréquenter (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 12). Autour de moi la vie continuait à grouiller (id., ib., p. 241).

Être décidé, se décider

25Après être décidé, se décider, le F. H. relie l’infinitif régime, tantôt au moyen de la préposition à, comme le français normal : Nous sommes décidés plus que jamais à défendre les intérêts de notre pauvre département (M. Pierre Antoine in Nouv., 20/1/1959 — 4-2). Lorsqu’Amélie Peyronnet se décida à s'exiler rue Blémont (A. Brun, Sans pardon). De guerre lasse, il se décida... à recourir aux démarches que nécessite son cas (Jean-qui-Fouille, in Nouv., 3/2/1959 — 1-1) ;

26tantôt au moyen de la préposition de : Je vois que vous êtes décidée d’accabler votre fille (Mme N. G., brevet élém., 1953). Pourquoi faut-il que le Service compétent attende qu’on le lui signale pour se décider de faire exécuter les travaux de réfection (Le National, 21/6/1955 — 5-2). Notre Directeur aurait pu se dispenser de répondre à cette carte qu’il n’était pas tenu de comprendre. Mais ayant toujours professé que le français est pour l’Haïtien une langue d’emprunt, après avoir fait l’exégèse de la carte, il s’est décidé de se présenter à midi au Département de l’Intérieur (Le Matin, 14/3/1957 — 1-8).

Déterminer

27Au sens de décider, pousser, porter, inciter, le verbe déterminer se construit avec à + l’infinitif en F. H. comme en français normal :...ce qui détermina Bonaparte à vendre aux États-Unis la florissante Louisiane... (D. Bellegarde, Haïti et son peuple, p. 15).

28Cependant le F. H. parlé et écrit offre des exemples de l’emploi de la préposition de + infinitif après le verbe déterminer : Ils espéraient réussir à le déterminer de se démettre et à quitter le pays (F. Marcelin, La Vengence de Mama, p. 260).

Engager, s’engager

29S’engager de + l’infinitif est vieux. Le français courant d’aujourd’hui n’emploie que s’engager à devant l’infinitif. Le F. H. présente encore cependant, à côté du tour moderne : elle l’engagea poliment à faire l’ascension de l’arbre (M. P. Hyppolite, Contes, I, p. 133) ; celle-ci... s’engageait à fournir des semences (G. Duc, Terre, p. 68), des exemples de l’ancien tour : Je me suis engagé envers moi-même de considérer la tâche que j’ai volontairement assumée comme un apostolat... (Dr P. Mars, Le National, 26/1/1954 — 1-1). Je m’engage, tant envers moi-même qu’envers tous mes concitoyens, d’agir uniquement dans l’intérêt de la nation (A. P. P., discours d’installation, in Le Jour, 9/4/1957 — 6-7).

S’évertuer

30Après s’évertuer, l’infinitif régime est précédé de la préposition à dans le parler français contemporain (voir K. Sandfeld, op. cit., p. 348 et Paul Robert, Dictionnaire : Évertuer (s’), exemples 1, 3, 4).

31Le F. H. semble préférer la préposition de : nous avons vainement cherché dans trois romans haïtiens, deux essais, et de nombreux articles de journaux et de revues lus récemment un exemple de s’évertuer à + l’infinitif. Nous nous évertuons de traiter un problème de gouvernement (Sénateur E. S. L., à la radio, le 30/12/1956). Lamertume se rengorgea avec délices et répliqua sur un ton qu’il s’évertuait de rendre modeste (F. Hibbert, Les Thazar, [p. 121-122). Mais autant que possible, nous nous évertuerons avec les mêmes sentiments de rappeler notre pays au sens des normes éternelles de la raison et des choses exactes (A. Bervin, Le Matin, 18 et 19/5/1952 — 8-6). Il s’évertue de donner à l’administration publique une allure plus dynamique en vue de diminuer la pression du marasme et de trouver à nos problèmes des solutions à la hauteur des légitimes aspirations du peuple (E. S. Laurent, 9 et 10/6/1955 — 1-1).

Hésiter

32Hésiter de + l’infinitif est vieilli. Cependant, à côté d’exemples du tour moderne hésiter à : vous nous aiderez dans ce sens et nous n’hésiterons pas... à exposer nos doléances (M. P. Antoine, Nouv., 20/1/1959 — 4-2), le F. H. présente de nombreux exemples du tour ancien : l’État n’a jamais hésité de révoquer un père de famille (W. P., brevet, le 21/1/1954). On ne doit pas hésiter de les bousculer un peu (les chefs d’État), respectueusement, mais ça comporte des risques (S. Alexis, Le Matin, 11/7/1952 — 8-5). Parmi ces derniers, nous pouvons citer un David Vilain qui a suivi Anténor Firmin sur la terre d’exil, qui n’a pas hésité une seconde d’opérer avec lui et sans armes... le fameux débarquement des Gonaives en 1908 (A. Brun, Le Jour, 2/12/1953 — 3-8). Elle n’hésite pas de refuser la main de Clitandre à la nouvelle de la ruine de Chrysale (élève de 2e, 1956). Nous sommes d’autant plus à l’aise pour rendre cet hommage que nous n’avons jamais hésité, toutes les fois que c’était nécessaire, et parfois à notre corps défendant, de critiquer certaines méthodes policières (Indépendance, 17/12/1956 — 3-3).

S’ingénier

33En français normal, l’infinitif régime du verbe s’ingénier se construit avec la préposition à, mais le F. H. confond volontiers à et de : Oh ! l’écrivain artiste dont le talent s’ingénierait à consigner dans une scrupuleuse notation... (A. Brun, Sans pardon). Ils s’ingénient en dansant, de garder l’équilibre à leur monumentale coiffure (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas, p. 234).

Inviter

34Dans le français contemporain, c’est la préposition à qui sert à relier à l’infinitif qui le complète, le verbe inviter. Le F. H. présente après ce verbe, à côté d’emplois normaux : notre brillant compatriote avait été invité... à visiter divers États et villes de la République Étoilée (Nouv., 4/1/1959— 1-7). Fwè Bout l’invita à passer sous son toit le reste de la nuit (Michelson. P. Hyppolite, Contes, I, p. 134) ; nous avons été invité ce matin à participer à une conférence de presse (Nouv., 9/1/1959 — 1-6) ; de nombreux cas de troubles : Henry est invité par Madame d’Oliveau d’aller les accompagner sur le quai (F. Sénat, Confidences, p. 34). Le Ministre de Sa Majesté Britannique invite les sujets de Sa Majesté et les amis du Commonwealth Britannique en Haïti d’assister à un service funèbre qu’il fait célébrer le 31 mars en cours à la Cathédrale Épiscopale... (Le Matin, 29 et 30/3/1953 — 2-5). La Commission a demandé d’abord aux Clubs d’inviter leurs joueurs sélectionnés en vue de la Coupe du Monde de participer aux entraînements du manager B.... (Le Jour, 14/9/1953 — 1-8). C’est une œuvre qui mérite réellement d’être encouragée et nous invitons tout Haïtien conscient et progressiste de comprendre la haute portée sociale et éducative d’une telle institution (P. J., Le National, 4/11/1953 — 5-6). La Direction du Protocole invite les hauts fonctionnaires de l’État et tous ceux qui ont leurs places réservées dans le chœur ou dans la nef de bien vouloir pénétrer dans la Cathédrale par l’entrée principale et d’emprunter l’allée centrale (Communiqué du Département des Relations Extérieures, Service du Protocole, le 17/5/1955).

Plaisir, Prendre —, se plaire, éprouver du —, de la joie

35Après ces verbes et locutions, le F. H. emploie tantôt la préposition à, comme le français normal contemporain : Nous prenons plaisir à lui adresser nos plus vives félicitations (Nouv., 20/1/1959 — 4-8). Nous prenons plaisir à détacher des noms (Maurice A. Lubin, Nouv., 30/1/1959 — 4-1). Je lui répétais, pour la calmer, cette phrase que Maria se plaisait à me lancer (Maurice Chauvet, Fille d’H., p. 13). On dirait que la nature a pris un plaisir d’artiste à creuser ses rivages d’échancrures fantaisistes (D. Bellegarde, Haïti et son peuple, p. 15) ;

36tantôt la préposition de : Il était assez facétieux et c’était à table qu’il prenait plaisir d’évoquer les souvenirs de « là-bas » (F. Hibbert, Séna, p. 58). Nous prenons un vrai plaisir d’annoncer au public la fondation d’une nouvelle société culturelle (Le Soleil, 25/12/1952 — 6-1). Ce juge Arpenteur, se disant couvert de puissante protection, a pris plaisir de jeter en prison un paisible notaire public de cette commune (Molière Quiterrès, notaire in Le Matin, 11/4/1953 — 2-4). La Section se plaît d’espérer que les directeurs et directrices... (Bulletin du Département de l’Éducation Nationale, octobre, novembre, décembre 1955, p. 41). Mlle G. E.... a dit qu’elle éprouve une joie intense de se trouver à Jacmel qui l’a déjà conquise, elle et ses compagnes, par son accueillante hospitalité (Le Matin, 17/8/1956 — 5-4).

Refuser

37Le français normal de nos jours dit : refuser de faire quelque chose et, exceptionnellement, refuser à faire quelque chose (cf. Sandfeld, op. cit., III, p. 907), mais il n’admet que se refuser à + l’infinitif.

38Le F. H., au contraire, hésite entre à et de après se refuser : C’est vraiment à son corps défendant que le Port-au-Princien se refuse de prendre part à l’une ou l’autre de ces manifestations... (M. W., le 20/3/1953). Le Matin se refusera-t-il de gagner ainsi en un tournemain $ 182 500 ? (Lettre in Le National, 17/9/1953 — 8-8). Et... quand ils hurlent contre les courageux chefs de notre armée, c’est simplement parce que ceux-ci se refusent de préparer pour eux une farce électorale qui leur remettrait le pouvoir sans autre forme (La Rue, 7/1/1957 — 4-4).

Renoncer

39Après ce verbe, le F. H. relie l’infinitif ou le nom régime, tantôt au moyen de la préposition à, tantôt au moyen de la préposition de : Le Président Geffrard renonça à toute revendication territoriale... (D. Bellegarde, Haïti et son peuple, p. 117). Imaginez-vous que Siraudin un beau jour a renoncé d’écrire des pièces de théâtre qui faisaient courir tout Paris, pour s’établir confiseur (F. Hibbert, Les Thazar, p. 128). A la vérité il (le Directeur de l’École de Médecine) avait porté les autres étudiants, sous je ne sais quelle pression, à renoncer d’aller faire un stage à la maternité (Dr Charmant, Vers les sommets, Introduction, p. XXVII).

Soustraire

40Dans le français courant de nos jours, c’est la préposition à qui relie à son complément le verbe soustraire employé au sens de « préserver, affranchir, faire échapper (à) », quand ce complément désigne le danger, la situation dont on préserve l’objet. En F. H., parleurs et scripteurs emploient tantôt à, tantôt de : Sans pouvoir se soustraire absolument à la loi commune (D. Bellegarde, Pour une Haïti heureuse, I, p. 35)... Car vous aurez soustrait au bien l’un de ses meilleurs défenseurs (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 255). Cette foi en des lendemains meilleurs... retiendra constamment le Président M.... au milieu des ouvriers, au cœur de la plèbe, pour détruire les taudis et constituer par la pierre et le mortier un peuple plus fort, moins exposé aux endémies, parce que soustrait des conditions dégradantes de la promiscuité (Assistant, Le Matin, 24/4/1952 — 2-6). C’est une heureuse mesure qui soustrait les employés de l’État des griffes des usuriers (Le National, 15/9/1953 — 6-8).

41Il y a peut-être croisement entre le sens plus haut indiqué de soustraire et le sens de : « retirer, dérober ».

42Hésitations entre sur et sous.

43Ces hésitations s’observent plus particulièrement dans le cas où les prépositions sur et sous n’ont aucun sens concret capable de guider le choix du sujet parlant :

  1. Sur employé à la place de sous : Sur tous les rapports (candidat bac., 1955). Toujours sur la présidence effective de M.D. C... directeur général du Département du Travail, la séance commença à 4 heures et demie (Le National, 12/8/1953 — 1-5). Sur quel prétexte peut-on refuser à un candidat qui a pris part de l’étranger à la lutte de l'opposition une représentation dans le cabinet ? (Le Matin, 10/1/1957 — 1-1). Par ailleurs, nous avons été ahuris de vous entendre dire que le Département de la Justice ne respectera pas une décision de justice sur le fallacieux prétexte que telle est l’exigence de la Révolution (E. C., C. D., avocats in Nouv., 2/3/1957 — 5-7).
  2. Sous employé à la place de sur : Le Département de l’Éducation Nationale n’est pas resté inactif tous ces jours passés et c’est sous la demande même du directeur général que le personnel de contrôle de l’enseignement rural a effectue une tournée d’inspection dans le Sud (entendu le 23/11/1953 à Radio Commerce). Sous l’initiative de Seymour Pradel (L’Essor, mai 1914, p. 609). Depuis quelques jours, la brasserie de la Couronne, sous l’initiative de l’actif P. E. N., entreprend une tournée industrielle dans les écoles (Le National, 26/1/1954 — 8-7). Sous la suggestion de quelques instituteurs, l’Union Nationale des Instituteurs Haïtiens (l'U. N. I. H.) se propose de former une caisse populaire qui viendra en aide à nos éducateurs... (Le National, 1/12/1953 — 5-8). Me voici nommé professeur à l’École de Médecine en 1922, sous la recommandation du Chef de division au Département de l'Instruction Publique (Dr R. Charmant, Vers les sommets, p. 3). C’est ainsi que, sous les instances de Toussaint Bréda, le Dr Stewart se présenta au chevet de Christophe à l’hôtel de la Couronne (Dr M. T., Le National, 3/1/1954 — 2-2).

44Les faits que nous venons d’énoncer sont les plus courants, mais l’on aurait pu réunir d’autres exemples isolés montrant des emplois divergents de la préposition en F. H. : Tandis qu’il se trouvait à Honolulu, il avait fait connaissance de la princesse L.... (Le matin, 17, 18 et 19/2/1953 — 1-7). Je ne sais pas si je ne serais pas vivement repris par M. Georges Sylvain en me hasardant de faire paraître, au dessert, dans la description d’un dîner d’apparat, un plat de bananes mûres, frites, par exemple (F. Marcelin, Autour de deux romans, p. 90). Je suspecte là une manœuvre de quelque habile commerçant impatient à créer l’atmosphère de fête propice aux affaires (G. B. in Le National, 26/10/1953 — 5-7). Il me reste de clore un chapitre (Prof. M. W., le 9/4/1957). On serait tenté à traduire... (Prof. P., le 21/3/1955). Si l’on devait s’arrêter au décret de la Junte de Gouvernement qui fait état de la formation professionnelle, on serait tenté à donner raison au Secrétaire d’État (Le National, 25/7/1953 — 8-7, rapportant les propos du député D. F.).

Les faits qui semblent être des souvenirs classiques : faits décadents

  1. Tantôt on est en présence d’une extension du sens de la préposition à qui s’emploie, comme au xviie siècle, à la place de dans ou contre : Gédéon, vous vous êtes toujours distingué à la lutte (M. B., élève de 1re, 1953). La question du logement reste toujours aiguë à la Métropole du Sud (Démocratie, 23/3/1953 — 3-7). Mon impression de M. B. est qu’il se blâmerait amèrement pour une peccadille commise à la langue de Shakespeare (J. C. Milord, Le National, 6/8/1956 — 4-3).
  2. Tantôt on rencontre la préposition en employée avec l’article défini pour à ou dans comme en poésie ou comme à l’époque classique : Ils sont toujours présents en la mémoire (René Victor, Vues sociologiques, p. 140). A ce jeune compatriote, nous souhaitons une fructueuse besogne en la république sœur (Le Matin, 21/8/1953 — 1-7). Incident en la Cité de l'Indépendance. Il nous revient qu’en la ville des Gonaives les esprits sont un peu échauffés (Le Matin, 30/1/1957 — 1-6). En la basilique Notre-Dame a été béni, samedi soir, le mariage de notre sympathique ami N. S. et de la distinguée Mlle L. M. (Le Jour, 22/4/1958 — 4-6).
  3. Tantôt enfin on rencontre la préposition de introduisant une consécutive là où la langue courante moderne emploie la préposition pour : En tout cas, il n’avait aucune qualité d’invoquer l’illégalité de la mesure (A Michel, XIVe Législature, II, p. 28). Nul n’était plus qualifié que notre éminent collaborateur L. L. de recevoir la mission hautement honorable de diriger le secteur haïtien de l’Alliance Française (Notre Temps, 13/8/1951). Il n’est pas trop tard pour nous de présenter nos sincères condoléances à notre ami Joseph G.... qui a eu la douleur de perdre sa dévouée mère (Le Journal, 26 et 28/3/1953 — 1-2). Il est encore trop tôt d’opiner sur la qualité du foot-ball pratiqué par les professionnels mexicains ni d’oser aucun pronostic sur l’issue du tournoi (Nouv., 12/1/1953 — 1-5).

45Désirer de, préférer de : tours vieillis que certains écrivains français contemporains essaient de rajeunir, sont encore assez courants en F. H. dans la langue parlée et surtout dans la langue écrite. Jeunes et vieux y recourent, ceux-ci par réminiscence, ceux-là d’instinct : J’avais désiré d’aller visiter l’Italie (A. P., inspecteur, 15/3/1959). A dix-huit ans... j’ai désiré d’aller plus loin dans la hiérarchie sociale (Dr R. Charmant, Vers les sommets, XXIV). J’ai préféré d’être de ceux pour qui le progrès social est le tourment quotidien (id., ib., XXXVI).

Notes

1 Cf. cependant P. Fouché, Traité de prononciation française, p. 466 : « Port-au-Prince, capitale de la république d’Haïti ».

2 À noter à ce sujet l’étude de Charles Séguy Villevaleix, citée dans notre bibliographie : l’auteur proteste contre l’emploi de l’expression en Haïti, qu’il considère comme un grossier créolisme.

3 Voir cependant une opinion différente exprimée par M. G. Gougenheim dans Vie et Langage, no 29, p. 377.

4 De même, l’h de Haïtien est muet dans l’usage local : l’Haïtien.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540