Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Deuxième partie. La grammaire

Chapitre IV. L’adverbe

Texte intégral

1Les adverbes du F. H. sont les mêmes que ceux du français normal :

2Adverbes de manière : Le geste désespéré d’un adulte, assezbien mis, a provoqué... un grand émoi (Nouv., 4/4/1959 — 4-8), adverbes en ment : Je les fermais (mes yeux) durement (M. Chauvet, Fille d’H., p. 9). Elle remue la têtedoucement (J. Roumain, Gouv., p. 1). Un long tapis de chaux vive qui s’étalehardiment entre les jambes béantes des bananiers... (G. Duc, Terre, p. 8,) etc...

3Adverbes de temps : C'estdemain que l'Église catholique célèbre la fête des Rameaux (Nouv., 21/3/1959 — 1-6). Les 17 asiles sont partishier (Nouv., 3/4/1959 — 1-2). Je me laisse allerquelquefois à lui dire (M. Chauvet, Fille d’H., p. 27), etc.

4Adverbe de lieu : Ils sont tous LÀ (G. Duc, Terre, p. 9). Je restais blottie des heures dans ma cachette, m'imaginant qu’on me cherchait partout (M. Chauvet, Fille d’H., p. 8-9), etc.

5Adverbes de quantité et d’intensité : Je m’enfuyais toute rouge (M. Chauvet, Fille d’H., p. 9). Maria la grondait à voix SI basse que... (id., ibid., p. 16). Certains jours il mordillait UN PEU nerveusement son cigare (ib., ibid., p. 32).

6Adverbes de négation : Le vent ne pousse PAS les nuages (J. Roumain, Gouv., p. 34). Il s’était persuadé un jour que tous les métiers étaient faciles pour celui qui N'est point sot (M. Chauvet, Fille d’H., p. 29). Rien N’était nouveau (id., ibid., p. 26).

7Cependant le F. H. s’est créé quelques adverbes par croisement des formes françaises. Tels sont :

8ne... pas encore « ne... plus » : Ne lui donne pas encore, il a assez bu comme ça (Mme G. G., Brevet, 1958).

9ne... plus encore « ne plus » : Cette plaisanterie ne doit plus encore continuer (Journal du Commerce, 15 et 16/12/1952 — 4-4).

10Il a, en outre, conservé quelques formes archaïques :

11si tant « tant » : Il y a si tant de matières au programme de la première (Mlle L. R., étudiante, 25 ans, juin 1953).

12Si tellement « tellement », correspondant à une forme adjectivale si tel :

13Je suis si tellement malade (L. P.). Ce n’est pas si tellement le temps qui fait l’âge, mais les tribulations de l’existence (J. Roumain, Gouv., p. 24). Car si les Chefs de section... avaient les yeux sérieusement sur la police de leur section, longtemps déjà ils arriveraient à poser la main sur ces grands chevaliers de nuit qui opèrent avec une si telle aisance (Lettre de Ls J. Ph. in Démocratie, 8/8/1952).

14Par ainsi « ainsi » : le sens démocratique les unifie tous dans le devoir et par ainsi ils servent le pays en servant le gouvernement (Étincelles, 26/5/1952 — 3-2).

15Derechef « à nouveau », employé par les personnes distinguées quand elles se rencontrent plus d’une fois au cours de la même journée.

L’emploi de l’adverbe

16L’emploi de l’adverbe en F. H. présente les particularités suivantes :

1° Extension de l’adjectif adverbialisé

17En F. H., la langue parlée et même la langue écrite donnent une très large extension à l’adjectif adverbialisé du type parler haut, marcher droit, sentir bon, payer cher, etc. Le fait est limité en général aux gens de moyenne culture, cependant même des personnes très cultivées emploient seul pour seulement comme on le verra dans les exemples qui vont suivre : Les femmes croient facile (M. A., homme d’affaires, c. moy., 1951). Tu dois sortir vrai (W. P., brevet, 1953). Si tu vois, il a nettoyé la voiture propre propre. Elle fait propre le ménage (id.). Rappelez-vous, Mesdames et Messieurs, que seul à la maison Paul Anson vous trouverez (Avis commercial à la radio). Seul au Castel Haïti vous trouverez cuisine et service continental comme sur les transatlantiques (Mat., 9/5/1 :956 — 8-2). La Chambre des Députés, de son côté, a voté une proposition analogue, mais elle en circonscrit les effets seul au gouvernement Lescot (Sénateur E. S. L., séance du 29/8/1946, reproduite in Mon., 7/6/1948). Les scellés ayant été posés sur le coffre, dont la serrure est d’ailleurs à secret, seul quand on l’ouvrira, on pourra savoir si oui ou non l’argent s’y trouvait au moment de l’assassinat (Nouv. 3 et 4/10/1955 — 1-7). Alors, vrai, vous croyez ça, Elméus (A. Lespès, Les semences de la colère, p. 52). Il t’expliquait l’affaire si clair que tu pouvais la saisir comme un bon morceau de pain avec la main (J. Roumain, Gouv., p. 182). Mais dis-moi franc ce que tu veux faire (id., ib., p. 149). Ces trois derniers exemples représentent des transpositions voulues du parler des paysans. En effet, le substrat du fait en question est le créole : dans cet idiome, il n’existe pas de cloison entre l’adjectif et l’adverbe ; le même mot fonctionne à la fois en qualité d’adjectif et en qualité d’adverbe suivant qu’il accompagne un nom ou un verbe. De plus, s’il a pris au français quelques adverbes en « ment » (réellement, heureusement), l’usage du morphème « ment » suffixé à des adjectifs ne s’y est pas généralisé.

2° Aussi = non plus

18En français normal, aussi, au sens de « pareillement », s’emploie dans les phrases affirmatives ; avec la négation on dit ordinairement non plus. Le F. H. conserve aussi dans des phrases négatives : Haïti aussi n’a pas bien joué (Nouv., 9 et 10/7/1956 — 1-6). Il ne peut venir à l’esprit de personne de sous-estimer totalement le poids des impondérables. Mais il ne faut pas oublier aussi que trop souvent le hasard est une espèce de bouc émissaire qu'on rend responsable d’événements qui ont suivi une courbe logique et que l’on n’a pu prévoir par manque d’attention tout court (Ulysse Pierre-Louis, Le National, 25/5/1956 — 1-1).

19Le substrat de ce tour est encore le créole, qui a gardé un emploi courant autrefois dans les phrases négatives : Mais comme les hommes ne se dégoûtent point du vice, il ne faut pas aussi se lasser de leur reprocher (La Bruyère, Caractères, préface). La faveur des princes n’exclut pas le mérite, et ne le suppose pas aussi (La Bruyère, Caractères, XII, 6). Ma douleur serait bien médiocre si je pouvais vous la dépeindre ; je ne l’entreprendrai pas aussi (Mme de Sévigné, Lettre du 6 fév. 1671 à Mme De Grignan, Édition Hachette, p. 62).

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540