Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Deuxième partie. La grammaire

Chapitre III. Les représentants personnels et le verbe

Texte intégral

A. Les représentants

1Comme nous l’avons fait jusqu’ici, nous citons quelques courts passages tirés des mêmes auteurs haïtiens pour montrer très rapidement que les formes et les emplois courants des représentants personnels sont identiques en F. H. et en français commun :

2Gervilen se tut un moment et dans ce silence, Annaïse éprouvait une angoisse insupportable.

3 On dit qu’il y en a un (un mauvais esprit) dans ces parages.

4 Et de quel côté ?

5 Tu veux savoir ?

6 Oh ! dis-moi vite.

7Il siffla entre ses dents : Sur la butte des lataniers.

8Elle comprit aussitôt. Gervilen les avait surpris, le malveillant, le Judas...

9Elle dit avec une feinte indifférence :

10 C’est peut-être pas vrai...

11 Tu mens, éhontée. Je vous ai vus de mes propres yeux.

12 Lâche cette bride, tu es saoûl, je suis pressée de rentrer.

13 Saoûl ? Tu vas prétendre que je n’ai pas vu qu'il a mis ses pattes sur toi et que tu n’as rien fait pour l’empêcher ?

14 Et même si c’était vrai. De quel droit tu te mêles de mes affaires ? Quelle autorité as-tu sur moi ?

15 Ca me regarde, foutre. Nous sommes la même famille... (J. Roumain, Gouv., p. 107-108).

16...Mais Annaïse ne l’entendait pas. Nous avons beau prier, nous autres pauvres nègres,...tu nous foules comme le petit mil sous le pilon, tu nous écrases comme la poussière, tu nous réduis, tu nous détruis... (ibid., p. 202). Vous avez offert des sacrifices aux loas (ibid., p. 288). Je souffrais pourtant pour elle de mille manières. Je lui donnais tort et je détestais cette haine qui venait de la secouer devant moi comme si elle eût été une furie... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 129).

17Quel sentiment me porta à vouloir quand même ouvrir cette malle vide ? Je l’avais moi-même dépouillée de son contenu, quel besoin avais-je de la voir encore ? Bien m’en prit, car j’y trouvai la seule chose capable de m’édifier réellement sur la vie de ma mère : son journal (ibid., p. 177-178). Il leur parla longtemps. Pas un murmure n’interrompit sa voix. Lèvres pendantes, ils écoutaient, eux si méprisés de tous, ils écoutaient cette voix qui leur criait d’espérer, d’avoir foi et de croire qu’eux aussi étaient des êtres humains... (ibid., p. 202)... Mais elle a duré (notre amitié) et c’est un bon point pour toi, car j’ai toujours fréquenté les femmes sans m’attacher à elles (ibid., p. 138-139). Lui n’est pas responsable de ce que tu as fait... (ibid., p. 129).

18A part la forme soi que l’on retrouvera plus loin, ces extraits nous fournissent toutes les formes du représentant personnel, soit au point de vue de la personne : Je souffrais ; quel sentiment me porta ; oh ! dis-moi vite ; nous sommes la même famille ; tu nous écrases (1re personne).

19Tu veux savoir... de quel droit tu te mêles... tu vas prétendre que je n’ai pas vu qu’il a mis ses pattes sur toi. Je vous ai vus de mes propres yeux (2e personne).

20Il siffla entre ses dents... Elle comprit aussitôt... tu n’as rien fait pour l’empêcher... quel besoin avais-je de la voir encore ? Je lui donnais tort... Gervilen les avait vus... Il leur parla longtemps... sans m’attacher à elles... ils écoutaient, eux si méprisés... Bien m’en prit... j’y trouvai la seule chose (3e personne), soit au point de vue de la forme que prend le représentant suivant sa fonction dans le discours et suivant sa place dans l’énoncé : formes ordinaires du sujet : Je souffrais... Tu veux savoir... il siffla entre ses dents... ils écoutaient cette voix, elle comprit aussitôt.

21Formes ordinaires du complément : Ça me regarde, de quel droit tu te mêles de mes affaires... Gervilen se tut... Gervilen les avait supris... Il leur parla... bien m’en prit... J’y trouvai... quel besoin avais-je de la voir ?

22Formes d’insistance, employées après une préposition ou comme apposition, ou comme sujet joint à un autre pronom : oh ! dis-moi vite... il a mis la main sur toi... Quelle autorité as-tu sur moi... Je l’avais moi-même dépouillée... Je souffrais pour elle de mille manières... ils écoutaient, eux si méprisés...

23Formes qui ne varient pas suivant leur fonction : nous avons beau prier, tu nous foules, tu nous écrases. Il en est de même de vous et de lui : Vous avez offert des sacrifices... Lui n’est pas responsable...

24On aurait pu pousser l’analyse plus loin et montrer que dans les deux langues les représentants personnels se répartissent en formes spéciales au masculin, formes spéciales au féminin, formes communes aux deux genres, formes spéciales au singulier, formes spéciales au pluriel et formes communes aux deux nombres.

25Les particularités d’emploi du représentant qui nous paraissent intéressantes sont de deux catégories :

  1. celles qui ont pour soutien le créole : tels sont la confusion du datif et de l’accusatif du représentant personnel de la 3e personne, l’emploi fréquent du représentant personnel composé, l’omission du représentant ;
  2. des archaïsmes remontant à la langue classique : pléonasme du représentant personnel, vogue de soi. Quant à l’emploi du nous, dit de solidarité, c’est un fait du français normal contemporain et qui ne se classe dans aucune des deux premières catégories : sa fréquence en F. H. éclaire peut-être un aspect de la psychologie de nos compatriotes.

1° Confusion du datif et de l’accusatif du représentant personnel

26Dans la langue parlée et dans la langue écrite, même dans les couches les plus cultivées, on observe de fréquentes confusions du datif et de l’accusatif du représentant personnel de la 3e personne.

27Demande-la pour moi si elle travaille (W. P., Brevet, le 19/4/1954). Il ne le défend pas de coucher sur la dure (élère 1re, 1955). Le Président Geffrard les permit de s’établir sur cette terre (candidat bac., 1955). On doit l'apprendre à réfléchir (l’enfant) (candidat bac., 1956). Mais vos larmes ne la rendraient pas la vie (élève de 2e, 1956). Il les pardonna (élève de 2e, 1956). On sait que, fondé par le Dr Price Mars... l’Institut s’est toujours contenté de son statut d’initiative privée. Sous le dernier gouvernement, une subvention l’a permis de louer un local (L’Aurore, 2/8/1952 — 1-5). L’écrivain et savant suisse Corden qui passe quelques semaines en Haïti... eut l’autre soir un contact des plus fructueux avec le savant ethnologue Kurt Ficher. Celui-ci le reçut très cordialement et le fit voir ses diverses collections y compris ses pièces précolombiennes (HaïtiJournal, 21/12/1954 — 1-3).

28Inversement, on rencontre le datif pour l’accusatif : Il m’a dit que je lui ai sauvé (élève de 3e, 1956). Je lui laissai, tandis qu’il continuait (élève de 2e, 1956). Et, au lieu de punir Cinna, il lui pardonne en lui comblant de bienfaits (élève de 2e, 1956). Cet emploi du datif pour l’accusatif ne s’observe que chez les parleurs de moyenne culture, mais l’emploi de l’accusatif pour le datif est beaucoup plus fréquent et se décèle même dans le langage des parleurs de culture élevée et dans la langue cursive. Cette confusion a sans doute pour soutien le créole qui ne possède pour chacun des deux nombres qu’une forme du représentant de la 3e personne, commune au datif et à l’accusatif (li/yo).

2° Fréquence du représentant personnel composé

29Le français normal n’emploie le représentant personnel composé que pour souligner un sujet ou pour renforcer un complément réfléchi ou non réfléchi : Je le verrai moi-même ; Tu ne me trompais pas, tu te trompais toi-même ; il faut le voir lui-même.

30Le F. H. fait un emploi plus large du personnel renforcé : il l’emploie sans aucune idée d’insistance, surtout dans la langue parlée : Comment vous portez-vous ? Très bien, et vous-même ? (L. P.) — Qu’est-ce qui a toussé ? Moi-même (L. P.).

31Ce fait a pour support le créole qui, plus que le français, éprouve le besoin d’étoffer ses représentants personnels, surtout celui de la2e personne du singulier qui se ramène au seul son u.

3° Omission du représentant.

32Quand un verbe a pour complément deux représentants, l’un au datif, l’autre à l’accusatif, le sujet parlant a tendance à supprimer l’un des deux représentants. Cette tendance se manifeste même dans le parler des gens les plus cultivés, mais il n’y en a pas d’exemples dans la langue écrite. Tu ne lui as pas indiqué la maison ? — Mais si, je lui ai indiqué. Montre-moi donc ton costume ? — Mais je t’ai déjà montré.

33Cette omission pourrait s’expliquer soit par la loi du moindre effort, soit par le besoin d’éluder les difficultés que soulève la place des représentants compléments devant un même verbe en français. Elle existe aussi en français normal, mais elle est sans doute plus répandue en F. H.

Faits décadents

I° Pléonasme du représentant personnel et des adverbes pronominaux en, y

34Le pléonasme du représentant personnel est l’un des faits les plus frappants du F. H. Il se produit dans toutes les couches sociales, dans la langue parlée et dans la langue écrite :

35a) Pléonasme du représentant sujet : Horace, lui, il s’apprête avec un patriotisme farouche à combattre son beau-frère (élève de 2e, 1955) —Même nos artistes, ils n’aiment pas jouer les compositeurs haïtiens (A. V., avocat, musicien, le 25/3/1956).

36b) Pléonasme du représentant complément et particulièrement de lui, leur, où, en, y : Le lendemain j’y vais là (M. G., le 21/8/1953) — Il (le comte d’Ennery) fut enterré au cimetière extérieur, où sa tombe s’y trouve encore (F. C., speaker de Radio Commerce, le 3/11/1953) —Il n’y en a pas de mardi gras aujourd’hui (N. S., 7 ans, 1953) — Je n’en connais pas un seul des deux (l’auteur de cette thèse, le 30/8/1956) — Seule l’église était sans toit et du presbytère il n’en restait plus que la fondation (élève de 2e, 1953) — La salle était archicomble, et à ceux qui arrivaient trop tard, le poète leur criait... (élève de 2e, 1954) — Et s’il vous dit qu’il comprend, soyez-en sûr de son affirmation (candidat bac., 1954) — A cette haine il y en a qui refuseraient d’y croire (candidat bac., 1954) —-Nous devons en être fiers de notre place dans le monde (candidat bac., 1954) — Caracas, les soirs, est un joyau. Il est somptueusement illuminé. A cela le Commerce et l’Industrie y ont considérablement contribué (Emmanuel C. Paul, in Nouv., 25/9/1954 — 1-5) — Nous souhaitons bonnes vacances à tous les Députés et Sénateurs, et aux distingués Présidents des deux branches du Législatif, nous leur adressons nos vives félicitations... (Le National, 19/8/1955 — 1-5) — A une aussi importante Commission, alors que la présidence est occupée par l’ambassadeur E. G. Chauvet, Haïti ne pouvait point n’y pas siéger (Nouv., 22/10/1955 — 1-1) — Une question à laquelle je ne m’y attendais pas m’a été posée (id., Nouv., 7-9-1956 — 1-2) — De ces derniers il fallait donc, par prudence, s’en débarrasser (G. M. Laurent, Six études sur Dessalines, p. 108). — Mais permettez-nous tout de même de vous faire remarquer que dans toutes les religions, quelque (sic) soit leur degré d’évolution, les symboles y jouent un rôle considérable (Dr J. C. Dorsainvil, Vodou et Magie, p. 10) — Je sais que pour beaucoup d’Haïtiens, cette époque représente pour eux une espèce de survivance coloniale (Marc Verne, Marie Villarceau, préface, xix). A remarquer que le pléonasme du représentant personnel se produit, non seulement dans des phrases longues où un complément déjà exprimé peut être facilement oublié et remplacé par un représentant, mais aussi dans de très courtes phrases.

2° Soi et soi-même.

37Dans le français courant d’aujourd’hui, en Haïti comme à Paris, la forme réfléchie du représentant personnel de la 3e personne ne s’emploie que pour rappeler un sujet de sens vague, général, comme on, chacun, nul, personne, tel, tout le monde, etc. : Chacun travaille pour soi (Ac.) — On n’est plus maître chez soi (G. Duc, Terre, p. 40) — Trop souvent on doute de soi (Fille d’H., p. 140).

  1. Avec un infinitif dont le sujet n’est pas exprimé : Ne vivre que pour soi (Ac.) — Multiplier des vies sur cette terre où l’on a soi-même tant de mal à s’acclimater, n’est-ce pas criminel ? (Marie Chauvet, Fille d’Haïti, p. 49).
  2. Avec un verbe impersonnel : il va de soi que...
  3. Avec des noms marquant une action réfléchie : L’amour de soi... Souvent, le remords et le mécontentement de soi sont les seules causes du mal (ib., p. 147).
  4. Avec un sujet désignant un nom abstrait : Un bienfait porte en soi sa récompense (Ac.).

38Pour rappeler un sujet de sens précis, déterminé, en parlant de personnes, on a recours aux représentants personnels non réfléchis de la 3e personne : C’est pour lui qu’il travaille non pour les autres (Ac.) — Il se croyait aimé pour lui-même (Ac.) — Sans rien dire, il m’avait attiré vers lui (M. Chauvet, Fille d’H., p. 55). Cependant, les auteurs modernes, reprenant un vieil usage (cf. La Bruyère : Gnaton ne vit que pour soi) recourent encore souvent au représentant réfléchi soi (soi-même) pour rappeler un nom de personne : Ce vieil usage est courant en F. H. non seulement dans les textes à caractère littéraire : D’une voix brisée, M. Thazar, comme se parlant à soi-même, murmurait... (F. Hibbert, Les Thazar, p. 44) — Une joie immense le soulevait et il descendait le Champ de Mars baigné de lumière, de son allure victorieuse, content de soi (F. Courtois, Deux pauvres petites filles, p. 37) — Gogs sentit en soi une tristesse sourde de n’entendre pas dans cette nature un chant d’oiseau (T. Lechaud, La Relève, oct. 1935, p. 29) — Mais Courtilien Coutard vole, lui, vers l’historique bicorne. S’il a obéi, ce n’est qu’à soi-même (Léon Laleau, Apothéoses, p. 15) — Cesse donc d’être cette égoïste aveugle qui ne vit que pour soi (M. Chauvet, Fille d’H., p. 85) ; mais aussi dans la langue parlée des gens de grande culture : Et c’est le Nonce Apostolique qui a pris sur soi de chanter les funérailles (L. Grimard, Recteur de l’Université d’Haïti, fév. 1954) ;

39Dans la langue courante du journalisme et du théâtre : Il semble que l'assistant d’un de nos consuls de l’autre côté aurait gardé par-devers soi le montant des dépôts d’argent opérés entre ses mains par ces laborieux compatriotes (Nouv., 8-6-1955 — 1-3) — Cette année selon les ordonnances de Rome, les cérémonies se feront le soir ainsi que cela se passait aux premiers temps de l’Église. Espérons que l’humanité, après s’être repliée sur soi-même, recevra les bienfaits d’en haut dont elle a tant besoin (Nouv. 28, 29 et 30/3/1956 — 1-3) — Mme Borose n’a pas pu se voler soi-même (entendu le 21/2/1957 à la représentation des Bas-Fonds de P. Blain),

40Et même dans la langue des annonces commerciales : Quelle que soit l’heure, quel que soit le jour, le client se sert soi-même... A l’Épicerie Georges Coles (annonce in Le National, juin 1955).

41Toutefois l’emploi du réfléchi n’exclut pas celui des formes lui, elle, eux ou lui-même, elle-même, eux-mêmes : pour écrivains et parleurs, le réfléchi représente simplement une variante stylistique ou un moyen d’insistance commode : Et en elle-même elle prononça... (F. Hibbert, Les Thazar, p. 125). Comme il la pressait contre lui avec une ardeur peut-être excessive chez un philosophe épris seulement de rêve, elle se dégagea doucement (id., ib., p. 168) — Loulou n’avait eu qu’à parler, qu’à dire des choses très vagues de sa voix chaudement timbrée... et le chagrin de Jacques se taisait, il ne pensait plus à lui-même (F. Courtois, Deux pauvres petites filles, p. 12). —Elle répétait au fond d’elle comme un écho amorti tous les mots qu’il•lui avait dits dans l'impétuosité de son étreinte (id., ib.,p. 114).

42Souvent les deux formes sont associées dans la même phrase : Je réunis en moi tout ce qu’il faut pour qu’un être s’élève au-dessus de lui-même et laisse un nom après soi (F. Hibbert, Le Manuscrit de mon ami, p. 8). Elle était libre, oui, libre de disposer de soi, d’orner son existence à sa façon, de s’abandonner au rêve qui palpitait en elle (F. Courtois, Deux pauvres petites filles, p. 85). Dans cette dernière phrase, la répétition de soi eût été franchement déplaisante.

43Le pluriel de solidarité. — Le nous dit de majesté est fréquent en F. H. On le relève parfois dans la langue parlée : Lorsqu’il y a deux mois, M. James Cassedy vint nous faire part de son projet, nous ne nous fîmes pas faute (Allocution du Directeur général de l’Éducation Nationale, le 28/7/1952) ; mais le plus souvent dans le langage administratif (celui qui écrit a peut-être conscience de représenter une fraction importante de la souveraineté nationale et de parler pour lui et pour d’autres) : Nous avons l’honneur de vous soumettre ce projet de réorganisation du Musée du Peuple haïtien (Memorandum du Conservateur E. L. le 31/7/1950) — Nous avons l’honneur de vous envoyer la lettre d’un directeur de centre... (Lettre de L. F., chef de service, le 27/12/1950) — Nous avons reçu le memorandum en date du 24 mai... (Dépêche du Directeur du Bureau d’Ethnologie, le 7/6/1950). Comme vous le savez, le pays connaît depuis quelques semaines une situation confuse que nous avons systématiquement ignorée tout le temps qu'elle ne se manifestait que dans les colonnes de certains périodiques dont nous avons toléré la publication et ce, pour bien marquer notre respect de la liberté d’expression (Message du Président de la République, le 22/5/1956).

44On l’observe aussi dans les écrits de simples particuliers qui ne peuvent prétendre parler en leur nom et en celui d’autrui : Nous eûmes jadis l’honneur de servir d’arbitre entre deux distingués compatriotes... (A. Bervin, Le Matin, 15 et 16/6/1952 — 1-1). Nous avions suggéré les moyens de la faire revivre (la méringue haïtienne) et en manière de conclusion nous avions dit (E. Almonacy, Le National, 26/7/1955 — 2-1). Dans ces derniers cas, le « nous » exprime sans doute la conscience d’une valeur sociale rayonnante et qui déborde la personnalité du scripteur.

B. Le verbe et son emploi

Morphologie

45La flexion verbale du F. H. est celle du français normal. Le verbe présente peu de formes particulières. Sur ce point, l’influence du livre et de l’école a été encore décisive. Certes, on peut relever, çà et là, dans les copies d’élèves négligents, dans des articles de journaux, des formes verbales aberrantes. Mais ce sont de véritables fautes qui n’échappent pas à la critique et qui sont vite enrayées. En voici une petite collection : Elle m’injure (élève de 5e), Ils remettèrent, il résolvera, il éteignera, il metta, il disa, il s’asseya, qu’il mettât, qu’il vivat, il couvra sa tête d’un manteau, ils les tenurent, ils atteinrent, ils craignirent (candidats au bac.). Elle se plaigne beaucoup de cela (J. R., le 22/12/1954). Il revêtissait (M. H., élève d’ens. sup.). Il s’enquérit (R. M., Le National, 30/6/1955 — 5-3). Ils fuyèrent (D. R. Relève, oct. 1935, p. 23). Il (Toussaint) nous a légué une patrie qu’il a conquérie (candidat concours ens. sup.). Dans l'après-midi du 10 février, la nommée E. E. soustraya frauduleusement la somme de dix gourdes au préjudice de C. B. (Le National, 13/2/1954 — 8-6).

46Le français normal n’ignore pas des faits analogues et l’on peut en trouver un assez grand nombre groupés par Damourette et Pichon dans leur Essai de grammaire de la langue française, III, p. 13-149 passim. A. Dauzat en a réuni aussi quelques-uns dans ses Études de linguistique française, p. 69.

47Néanmoins, le français d’Haïti a emprunté à la langue créole :

1° Deux auxiliaires à caractère nettement dialectal : donner et vouloir

  • 1 F. Brunot signale : il veut pleuvoir, dans La Pensée et la langue, p. 465, mais il note que cette (...)

48Le F. H. connaît deux auxiliaires de mode et de temps à caractère nettement dialectal : le premier, donner, est un auxiliaire de l’impératif, on le relève uniquement dans le parler des enfants : donne-moi prendre = laisse-moi prendre. Le second, vouloir, est un auxiliaire du futur prochain que l’on retrouve dans le langage des parleurs de tous les niveaux de culture : Je dois amener G... chez le médecin... il veut avoir la fièvre (Mme R. M., Brevet élém., 1955). Puisqu’à chaque fois qu’il veut y avoir un soulèvement malheureux dans le pays vous avez toujours prêché la paix en jetant ce slogan : le pays avant tout, il paraît à mon sens que ce mot est pris en sens contraire (J. B. in Nouv., 20/2/1957 — 3-6)1. A lire au travers des événements, il veut s’opérer, bon gré mal gré, comme une refonte de la réalité nationale (Roger Pereira, C. S. S. Haïti-Rencontres, I, p. 18)1

2° Un impératif employé dans une proposition interrogative directe

49Pour solliciter l’adhésion de son interlocuteur à un acte que l'on va accomplir et auquel il prend un certain intérêt, on se sert en français normal de tours tels que : Puis-je, Dois-je, Veux-tu que ou Voulez-vous que : Puis-je verser un peu plus de lait pour toi ? Dois-je apporter le linge à la blanchisserie ? Veux-tu que je prenne ta valise ? En F. H., et dans la conversation des gens de culture moyenne, surtout des femmes, cette demande d’adhésion s’exprime par un impératif assez particulier placé dans une interrogation directe. Devançant le désir de l’entendeur qui s’exprimerait sous la forme : Verse un peu plus de lait pour moi, Apporte le linge, Prends ma valise, le parleur dit, avec l’intonation montante qui caractérise la dernière syllabe d’une phrase interrogative : Verse pour toi ? Apporte le linge ? Prends ta valise pour toi ?

3° Très large extension donnée au tour : avoir + à et l’infinitif et surtout : avoir eu + à et l’infinitif

50Le F. H. a en outre innové en donnant une très large extension à un tour français. En français normal, avoir à + infinitif équivaut à devoir entendu dans le sens d’une obligation ou employé comme auxiliaire du futur prochain : J’ai à payer d'assez lourds impôts. J’ai à porter la parole à la réunion de demain.

51Cependant le F. H. emploie en outre le tour avoir à + infinitif, surtout avoir eu à + infinitif parfois sans aucune idée d’obligation, mais pour situer dans le passé une action qui aurait pu être actualisée par le passé composé du verbe mis à l’infinitif. Les nombreux exemples qui suivent montreront la grande vitalité du tour : J'avais entamé ces études dès l’année 1887... J’ai eu à les reprendre plus tard (J. Dévot, La Nationalité, p. 7). Personnellement, j’ai eu, ce matin, à en prendre communication aux Archives du Sénat (Sénateur Ls B. à la séance du 29/8/1946 — compte rendu dans Moniteur, 7/6/1948). Messieurs, à l’une de nos récentes séances, j’ai eu à soumettre à l’assemblée une proposition de loi... nous avons eu à étendre la mesure au gouvernement Vincent (Sénateur E. S. L. le 29/8/1956 — Monit. du 7/6/1948). Nous eûmes à voyager ensemble en 1949 (un chef de service, 40 ans, environ). J’ai eu à signer mes articles E. T., ce qui signifie que c’est à titre personnel que j'ai eu à écrire (E. Thézan, Démocratie, 10/5/1952). Récemment une équipe eut à utiliser deux scolaires pour un match du samedi soir (J. Coicou, Étincelles, 8/2/1953 — 2-6). Le nommé S. L. V. a été expédié à la Justice le 31 juillet pour avoir eu, à la rue Joseph Janvier, le dimanche 27 juillet, vers 9 h. du matin, à voler la somme de 10 gourdes (Nouv., 4 et 5/8/1952 — 2-2). Les communiqués du département de la police comportent invariablement ce tour, quand il s’agit d’exprimer le motif de l’arrestation ou de l’inculpation. On a eu à emmener ces jours derniers... (Nouv., 19/9/1951). Le dimanche 7 mars courant, on a eu à procéder à l'inauguration officielle de la Caisse populaire Saint-Jean du Nord (Le National, 23/3/1954 — 6-1). Ces statistiques ont été fournies par le Bureau d’Économie et de Statistique du Conseil de Planification de Puerto Rico lequel a eu à révéler... que... (Le Matin, 9 et 10/9/1956 — 1-4). Nous lui avons fait part du but de notre visite qui était de demander à P. C. de démissionner de son poste... M. L.... eut alors à nous dire que le Directeur était absent (E. W. F. D. in Le Jour, 18/12/1956 — 6-2).

4° Des verbes impersonnels s'emploient comme verbes ordinaires

52Dans La Pensée et la langue (p. 291) F. Brunot a cité des exemples de verbes impersonnels devenus personnels : Contrat passé, notre homme, tranche du roi des airs, Pleut, vente (La Font., Fab., VI, 4) ; lui qui fait luire son soleil sur les bons et sur les mauvais et qui pleut sur les justes et sur les injustes (Boss., Serm. Néc. de la vie, 1re part.).

53En F. H., même la langue courante fournit des exemples du passage de l’impersonnel au personnel. Ce transfert a lieu tant pour des verbes essentiellement impersonnels que pour d’autres qui peuvent s’employer à la 1re et à la 2e personnes. La chambre fait noir, la cour fait noir (L. P.). Le Comité reste à vous signaler les quelques modifications qu’il a faites... (Rapport du Comité de la Justice du Sénat de la Rép. in Nouv., 10/9/1952 — 6-3).

5° Passage du subjectif à l’objectif et vice versa.

54En F. H. comme en français normal, les verbes sont, quand on se place du point de vue de l’objet, subjectifs ou objectifs : les premiers suffisent à eux seuls à préciser l’idée de l’action : Des vieillards meurent. Des femmes, des enfants tombent aussi par suite de carence alimentaire prolongée (Député M. à la tribune de la Chambre, rapporté par Le National, 6/8/1955 — 3-5) ; les autres ne la précisent pas par eux-mêmes, mais au moyen d’un objet, qui en est le terme : Manuel vida son verre (J. Roumain, Gouv., p. 69). Une voiture tue une femme (Nouv., 9/1/1959, p. 1, col. 6).

55Mais cette distinction n’est pas absolue et l’usage jouit à ce point de vue d’une assez grande liberté. Le F. H. manifeste, beaucoup plus que le français normal contemporain, la tendance à employer avec un complément d’objet premier des verbes qui semblent répugner à cet emploi.

56a) Dans les cas où le français commun recourt à l’auxiliaire « faire » : Ça m’a frémi (Mme G. D., Brevet élém., le 14/4/1954). G... a disparu l’autre soulier (Mme R. B., Brevet élém., le 18/6/1954, fr. n. Ça m’a fait frémir... G. a fait disparaître...

57En 1891, il échappa le pays miraculeusement dans l’affaire du Môle (P. E. G., avocat à la Station M. B. C., le 19/9/1956). Quatre mois plus tard, on a vu ce même officier débarrasser le pays du régime d’E... qui faillit disparaître Port-au-Prince en semant la discorde et la haine dans les familles haïtiennes (Discours de M. Jh. Ap. in Démocratie, 6/8/1951). Dans le cas où une telle rumeur se confirmerait, il s’agirait de savoir si c’est dans le but d’évader des fonds (Nouv., 21/1/1952). Occupés de cette haine qui bouillonnait leur sang (candidat bac., 1953). Pour fructifier l’héritage sacré légué par les Aïeux, il importe que l’on soit animé par un même idéal de grandeur (Le National, 17/9/1955 — 1-2). Le lendemain à l’aide de ce bateau, ils bombardèrent le palais national et explosèrent deux mille quarts de poudre qui s’y trouvaient (A. Michel, XIVe Législature, II, p. 33).

58b) Un complément de lieu ou de cause devient complément d’objet premier du verbe : La journée s’annonçait chaude, des gouttes de sueurs perlaient déjà les visages, glissaient autour des cous (Félix Courtois, Deux pauvres petites filles, p. 117). Les grands esprits pullulent le monde (élève de 4e, 1956).

59c) Un complément d’objet second devient complément d’objet premier. Pour plaire leurs amants (candidat bac., 1952). Son œuvre manquait les conditions essentielles pour être une épopée (candidat bac., 1952). On n’assiste plus, comme sous Pétion, le gaspillage dans la caisse publique (candidat concours ens. sup., 1953). Pardonner son assassin (élève de 2e, 1956). On a besoin un effectif de douze élèves (élève de 3e, 1956). La Croix-Rouge Internationale a disposé 14 millions de dollars pour aider les Pays-Bas (Nouv., 24/3/1953 — 6-3). Les patatistes sont par définition tous les politiciens qui n’ont qu’une idée en tête, qu’un but : jeter un gouvernement pour avoir un autre sous lequel ils espèrent jouir certains privilèges, c’est-à-dire sauver leur patate (Rasoir, 8 et 9/9/1956 — 1-1). Il y en a à la prison des malheureux, de véritables loques humaines qui ont quatre ans en dépôt en attendant jugement, d’autres criminels plus chanceux qui eux ont pu bénéficier la liberté au moyen de combinaisons louches (Les détenus opprimés in Haïti-Miroir, 19/1/1957 — 4-7). Nous faisons également appel à la sagesse de tous les étrangers membres de colonies étrangères qui jouissent l’hospitalité de la terre haïtienne pour qu’ils se tiennent en dehors de tout mouvement susceptible de faire échec à la nouvelle phase de l’expérience démocratique d’Haïti (Le Matin, 10 et 11/2/1957 — 1-1).

60d) Un verbe subjectif est employé au passif personnel et parfois avec un complément d’agent : Débutées par une messe d’action de grâces... ces fêtes se sont poursuivies plus tard à la salle paroissiale (Étincelles, 8/2/1953 — 4-6). Aucun transfert, aucune valeur ne peut être disposée sans une autorisation (Communiqué du Dpt des Finances in Mat., 1/3/1957 — 1-7).

61e) Le mot qui logiquement devrait être le sujet du verbe en devient le complément d’objet : Le conjunto Panaméricano débute son programme avec... (Speaker poste 4VRW — 14/2/1953).

62Inversement un verbe objectif en français normal s’emploie dans le sens subjectif en F. H. : Il profite pour vous faire savoir, pour vous renouveler (L. P.). Les supporters du général profitent pour élaborer son plan de campagne aux élections de novembre prochain (Démocratie, 18 et 19/7/1952 — 4). Aussi la Direction profite d’annoncer en l'occurrence qu’elle procède à l’inventaire des Ateliers de la Gare du Nord (Communiqué de la Régie du Tabac, Le Jour, 20/4/I957 — 6-3).

63Le cas le plus fréquent est celui du verbe demander, au sens de « chercher quelqu’un pour le voir, lui parler » ou « prier de faire venir quelqu’un » qui est devenu demander pour dans la langue des parleurs de culture moyenne. Il y a quelqu’un qui demande pour vous (L. P.).

64De même, le verbe accaparer qui est objectif en français normal, prend la forme pronominale en F. H. et construit avec une préposition le complément désignant la personne ou la chose accaparée : Ils se sont accaparés impudiquement de tout ce qui leur tombait sous la main (Voix de la République d’Haïti, le 10/7/1958).

65Empêcher à quelqu’un de faire quelque chose est beaucoup plus courant que le tour empêcher quelqu’un : les bruits des machines... empêchent aux résidents de dormir et aux gens malades de jouir du sommeil récupérateur (Mat., 19 et 20/9/1958 — 6-3).

66Prier à quelqu’un de faire quelque chose se répand peut-être par contamination de demander à quelqu’un de faire quelque chose. A tous les parents affectés par ce deuil, particulièrement à M. J. T., nous prions de trouver ici... (Constitut., 6/7/1953 — 4-5).

67La cause de ces faits est aisée à saisir : la différence entre les verbes subjectifs et les verbes objectifs n’est pas une différence de nature, mais une différence d’emploi. Le français commun admet également : Il monte, il descend, et : il monte l’escalier, il descend l’escalier ; il dort et il dort son dernier sommeil, vivre et vivre une heure d’angoisse, etc. Or, le créole est encore tout proche de l’état ancien du français, où tous les verbes, à l’exception des verbes copules, s’employaient indifféremment comme subjectifs ou objectifs, et qui permettait d’écrire, au moyen âge : ne périssons pas l’honneur ; Mort m’ad mes hommes...

68Par ailleurs, l’idiome populaire d’Haïti ne fait aucune distinction entre la transitivité directe après un verbe comme chanter et la transitivité indirecte après des verbes comme nuire ou plaire. Ce sont ces tendances que l’on trouve transposées dans les faits étudiés à ce paragraphe.

6° Emploi et concordance des temps.

69L’un des faits les plus frappants du F. H., c’est la quasi-inconscience de la moyenne des sujets parlants à l’égard de ce que les grammairiens appellent la concordance des temps. Si ce fait s’observe de préférence dans la langue parlée par des gens de culture peu élevée, il ne se manifeste pas moins dans des journaux bien cotés et sous la plume de grands écrivains.

70Si le sujet parlant se contente, comme il arrive bien souvent, de transposer en français une phrase créole, un présent peut surgir là où un passé serait indispensable pour situer dans le temps l’état ou le procès. Le cas se présente :

71a) dans des propositions isolées : Depuis le 24 décembre, je commence à boire (C. B., employé public, le 9/1/1952). Je fais un bon voyage (Lettre de C. W. arrivée à destination, 1953). Est-ce-que X vous a dit de venir lundi le remplacer ? Oui, il me dit de venir lundi (M. R., Brevet élémentaire, le 21/9/1958) ;

72b) mais aussi dans des propositions coordonnées ou juxtaposées : le verbe de la première proposition exprime un état ou un procès qui se situe dans la même portion du temps que l’état ou le procès exprimé par le ou par les verbes suivants :

73b’) le premier verbe se met au passé et le ou les autres verbes au présent : Les résultats furent proclamés le lundi à 8 h. 1/2 et tout de suite les classes commencent (élève de 3e, 1947). Il se mit à parler, il me fait connaître qu’il n’est pas découragé (id., 1947). Il a compris ce que doit être l’histoire et se met au travail (candidat bac., 1952). Il se mit à étudier et s’adonne (étudiant de l’Univ. d’Haïti, examen oral 1953). Elle a avalé le bout de surette ; son estomac lui fait mal, elle l’a battu comme ça (Mme W. B., brevet, élém., le 24/10/1953). Elle a eu le cauchamar, elle court dans ma chambre, me raconte ses élucubrations (entendu le 27/11/1953 à la représentation de La Maison hantée de F. MorisseauLeroy). Vous avez deviné, dit Porus, alors je retournai sur mes pas, je cherche, je cherche, je cherche (F. Hibbert, Séna, p. 301) ;

74b’’) le premier verbe se met au présent et les autres au passé : Ce Spartacus apparaît... et allumait (candidat concours ens. sup., 1952). Ils se révoltent contre ce misérable et proclamèrent l’indépendance (candidat concours ens. sup., 1952). Mené par 2-4 au premier set, il rejoint et prit l’avantage en portant le score à 5-4 et 7-6 (Nouv., 30/10/1953 — 1-7) ; ce camion-ci peu satisfait de la route, pourtant belle en cet endroit, la délaisse et versa dans un fossé (Nouv., 17/3/1956 — 8-7).

75c) Dans des phrases à subordinatifs : le verbe de la proposition subordonnée peut être au passé et celui de la principale à un temps du présent, ou vice versa, alors même qu’il y a contemporanéité des deux états ou procès : Moi, quand j’avais des enfants, je ne déplace rien chez moi et ils ne touchent à rien (Mme T..., 60 ans environ, le 12/6/1953). Tu as bu tandis que j’ai les yeux tournés (R. B., brevet, le 3/7/1955) ; Quand je donne le signal, j’ai été toute surprise de voir les élèves du lycée rester immobiles (Mlle E. M., élève d’ens. sup., le 23/6/1953). Quand j’ouvre mon armoire, tu as profité pour prendre (W. B., brevet, le 31/12/1953). Quand nous arrivons, nous avons trouvé... (J. I., brevet élém., 1953). Quand je vomis, je me mettais à genoux (Mme L. P. P., brevet, le 7/7/1955). Quand les deux équipes font leur entrée sur le land, elles furent accueillies par les vivats de leurs fanatiques (Démocratie, 10/9/1952 —4-5). Le temps était loin d'être au beau fixe quand les deux adversaires pénétrent sur le terrain de jeu du stade Magloire (Le Matin, 7 et 8/9/1952 — 1-5).

76d) Deux états ou deux procès situés dans le passé mais à des moments différents du passé sont exprimés par la même forme morphologique ou des formes morphologiques équivalentes pour le sens, sans que soit rendue la nuance d’antériorité de l’un des états ou procès par rapport à l’autre : Le peu de bien que mon père me laissait avait fondu comme beurre au soleil (élève de 2e, 1945). Il m’a dit que je lui ai sauvé la vie, que depuis huit jours il n’a pas mangé (élève de 3e, 1945). Mercredi soir, vers 7 heures, le propriétaire du bar « Blue Horizon »... constata que toutes ses économies ont été emportées (Nouv., 16-17/2/1953). A Borel, S. V. qui par mégarde posa l’un de ses pieds sur un fil électrique, en a reçu une décharge... (Le National, 6/8/1955 — 1-6).

77é) Le futur présent s’emploie à la place du futur imparfait : Il m'avait dit qu’il viendra, qu’il fera son possible (L. P.). On assista à la présentation au Président de la République des officiels de la F. H. F.... et des joueurs des deux teams qui devront s’affronter l’instant d’après... (Nouv., 29/7/1955 — 1-6). Dans un magasin, un poste de radio annonça tout à coup qu’il y aura bientôt d’importantes nouvelles (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 220). Mais le roi... se contenta de renouveler sa promesse de lui donner sa fille s’il réussissait en ajoutant toutefois qu’il lui en cuira dans le cas contraire (Michelson P. Hyppolite, Contes, I, p. 171).

78f) Un conditionnel présent s’emploie là où le sens réclamerait un passé : Vous devriez ou bien on devrait s’entendent ou s’écrivent à la place de : Vous auriez dû. Si vous étiez réellement forts, vous devriez continuer la grève jusqu’à hier matin (G. T., le 5/5/1955). Vous pouvez me reprocher de n’avoir pas été aussi assidu que je devrais l’être (S. A., étudiant, 30 ans, 1958).

79Ces nombreux faits de discordance trouvent leur explication dans la différence profonde qui sépare le système du verbe français de celui du verbe créole. Il ne faut pas chercher dans l’idiome populaire d’Haïti les modes et les temps du français ; mais certains rapprochements sont peut-être nécessaires pour faire ressortir cette différence. Une même forme créole représente à la fois l’infinitif, qui est en même temps un nom, le participe passé, qui est aussi un adjectif, l’impératif, un présent d’habitude, qui peut être précisé par un adverbe, le présent de narration employé pour le passé, l’aspect perfectif et, enfin, l’aspect imperfectif, c’est-à-dire celui d’une action qui, tout en étant passée quant au début de son accomplissement, est encore en cours au moment où l’on parle ; dans ce dernier cas, il correspond au passé composé français. Notre exemple de Io Depuis le 24 décembre je commence à boire est la transposition d’un imperfectif créole, relatif à une action passée en ce qui concerne le début de son accomplissement et qui se prolongeait au moment où s’exprimait notre sujet : à cette notion convient le passé composé français, qui permet d’envisager le passé du point de vue du présent. L’autre exemple de 1o : Je fais un bon voyage est la transposition d’un perfectif créole qui, dans la forme, ne se distingue pas de l’imperfectif : c’est encore le passé composé français qui convient dans la circonstance, parce qu’il « associe subjectivement un fait passé au présent ».

80D’un côté, on a donc des distinctions de temps, de l’autre des distinctions d’aspects : toute transposition aboutit forcément à une erreur.

81Dans le cas même où l’on pousserait très loin le « mentalisme », il serait bien difficile de trouver en créole l’équivalent du conditionnel-temps français, ou celui du conditionnel passé, de l’imparfait du subjonctif, du plus-que-parfait du subjonctif ou même du subjonctif tout court.

82L’éventail des modes et des temps — quand on essaie d’appliquer ces notions à une langue non indo-européenne — n’est pas le même : il est bien plus étroit en créole et la superposition des deux éventails dans l’esprit du sujet parlant constitue une cause permanente d’erreur.

Faits décadents

Survivance du prétérit et de l’imparfait du subjonctif

83D’éminents linguistes et grammairiens français et étrangers ont, depuis le début de ce siècle, signalé le fléchissement du prétérit dans le français parlé à Paris et dans la région parisienne. C. Nyrop a même noté dans sa Grammaire historique de la langue française (t. VI, p. 296) une remarque de Jules Lemaître à propos de l’emploi du prétérit dans les pièces de F. Fabre. Cette remarque, qui date de 1886, montre que déjà à la fin du xixe siècle, cette forme était sentie à Paris comme une forme littéraire.

84D’après J. Séguy (Le français parlé à Toulouse), F. Boillot (Le français régional de la Grand’Combe) et A. Brun (Le français de Marseille), le prétérit serait aussi en régression dans la France méridionale, contrairement à l’opinion des autres linguistes.

85En Haïti, le prétérit est demeuré vivant dans la conversation des personnes de culture élevée. Voici de très nombreux exemples du fait que nous avançons. Il est analogue à la situation qui existe ou a existé dans le Sud de la France. Nous nous rappellerons toujours qu’un jour où vous nous fîtes l’honneur de nous recevoir en audience privée, vous eûtes à nous dire... (Discours du Sous-Secrétaire d’État au Tourisme, 41 ans, in Nouv., 18/2/1950). Lorsque, il y a deux mois, M. J. C. vint nous faire part de son projet, nous ne nous fîmes pas faute... (Allocution improvisée du Directeur général de l’Éducation Nationale, 45 ans env., à l’Institut Haïtiano-Américain, le 28/7/1952). Des amis m’invitèrent à une réception dernièrement (Major A. D., 55 ans env., le 6/3/1953). Tu fus son professeur ? (Mme P. P., 33 ans, brevet, le 1/10/1953). Nous eûmes à voyager ensemble en 1949 (un chef de service, 40 ans environ). Il avait été Sous-Secrétaire d’État sous Em. Vint la junte de gouvernement (A. J. V., 45 ans, le 19/7/1953). Tu te souviens que c’est toi qui, à mon insu, entrepris des démarches et me fis nommer mandataire du peuple (D. Hippolyte, 62 ans, Le Forçat (drame), I, 1). Lorsque vous vîntes au monde, heureux, je vous reconnus... (id., ib., I, 4). Je le vis hier (Dr M. Day, 36 ans, le 8/8/1954). Je me levai très tôt le jeudi matin et allai faire part de cette solution au Secrétaire général qui à ce moment-là m’apprit que déjà il y avait eu une pétition des étudiants contre moi, je persistai dans mon projet, vins en faire part aux étudiants... (F. D., Directeur d’École Normale, 40 ans env., devant une Commission d’enquête, le 13/1/1958). Je me séparai du Ministre. M... me suivit dans ma voiture et me demanda une recommandation au ministre D... pour un emploi ailleurs... Je lui reprochai d’avoir dérangé la conversation entre le ministre et moi... J’étais à la Chambre à mon siège quand un officier accompagné de six gendarmes m’annonça... qu’il m’accompagnait chez moi. Cependant, déposé dans une camionnette, je fus conduit directement à la police... L’officier qui me reçut à la salle de garde m’annonça que j’étais sous le coup d’une arrestation. De là, je fus envoyé au Bureau des Recherches criminelles et remis au capitaine L... Je m’enquis auprès de ce dernier de quoi il en (sic) retournait. Il me répondit... Immédiatement je fus mis en contact avec le Chef de la Police qui me répondit... (Député F. S. déposant devant le tribunal, reproduit par Nouv., 22/12/1958 — 4-3).

86Le prétérit se rencontre aussi dans le simple entrefilet de journal où il entre en concurrence avec le passé indéfini ou passé composé : Hier après midi furent chantées les funérailles du regretté P. P. décédé après une assez longue maladie (Nouv., 21/8/1958 — 1-3). Une forte pluie jeta hier ses ondées sur Port-au-Prince (ibid., p. 4, col. 3). Dernièrement il y eut de passionnants débats au Sénat de la République à propos de l’application de la loi du... (Le National, 6/8/1953 — 1-3). Les rédacteurs ne reculent même pas devant les formes en âmes, ûmes ou îmes de la 1re personne du pluriel : Pensez-vous inculper quelqu'un, demandâmes-nous au Magistrat instructeur (Nouv., 17/1/1959 — 1-6). Comme nous voulûmes savoir si d’ici mardi le Parquet émettra un communiqué,... le Commissaire du gouvernement répondit par l'affirmative et précisa (ibid., p. 1, col. 7). Ici nous l’interrompîmes par la question suivante... (Nouv., 16/1/1959 — 1-5).

87A plus forte raison le prétérit abonde-t-il dans la langue littéraire sous les formes les moins courantes : Devinant qu’il n’attendait que mon invitation, je lui offris d'entrer, ce qu’il fit avec empressement. Nous montâmes sur la terrasse et de là nous admirâmes la vue qui s’offrait à nos regards (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 132). Georges passa son bras sous le mien et m’attira vers lui. Nous nous mîmes en marche... Nous marchâmes longtemps par groupes de trois ou quatre... Il était plus de quatre heures quand nous arrivâmes à Carrefour (ibid., p. 200).

88Si l’on examine les références que nous avons données pour les phrases parlées, on remarquera qu’il s’agit dans tous les cas de personnes de plus de trente ans, occupant une position sociale élevée et qui ont fait d’assez longues études : elles ont subi pendant de nombreuses années la contrainte de la grammaire normative et elles ont suffisamment pratiqué le prétérit en récitant des textes pour ne pas craindre d’achopper dessus. En général, les adolescents sont plus prudents et ils n’emploient ce temps que dans les récits de la vie d’un écrivain, auquel cas ils ne font que reproduire le style de leur manuel ; ils sont plus exposés à buter, et, à cause de cela, ils aiment mieux recourir au passé composé ou même à l’imparfait.

  • 2 Ling. gén. et ling. hist., p. 155.

89La réticence des moins de vingt ans signifie-t-elle que le prétérit soit voué en Haïti aussi à une déchéance qui n’est pas bien éloignée ? Nous ne le croyons pas. Elle confirmerait plutôt l’explication que Meillet a donnée du fléchissement de ce temps dans la région parisienne, à savoir la tendance, chez les parleurs qui sont peu sûrs d’eux-mêmes, à « substituer à la forme difficile, qui ne parvient jamais à n’avoir qu’une caractéristique unique pour tous les verbes, la forme facile qui a pour tous les verbes une seule et même structure »2.

90Quant à l’imparfait du subjonctif, il est beaucoup plus rare que le prétérit dans la langue parlée. Nos élèves l’accueillent toujours avec un léger sourire et un air étonné quand nous nous croyons obligé de l’employer, même à la troisième personne du singulier. C’est dire qu’ils négligent absolument d’en faire usage. Mais les gens âgés l’emploient couramment.

91Pour la langue écrite, il faut faire une distinction. L’imparfait du subjonctif ayant sa place en général dans une proposition subordonnée, celui qui écrit l’emploiera ou le remplacera par un temps du présent suivant l’importance plus ou moins grande qu’il attache à la concordance des temps. La langue littéraire, celle des gens cultivés, des Haïtiens d’âge mûr et des écrivains antérieurs à 1915, se conforment scrupuleusement à la grammaire normative : Le petit Epaminondas, dès qu’il fut en âge de distinguer le tien du mien, fut dressé à surveiller les vendeuses, afin qu’elles ne fourrassent pas dans leurs poches l’argent reçu (F. Marcelin, Thémistocle Epaminondas, p. 3). Tu ne voudrais pas qu’après tous leurs sacrifices, ses parents lui missent une aune en main dans leur boutique (id., ib., p. 30). Fallait-il que vous fissiez attention aux propos d’une pauvre femme (F. Hibbert, Séna, p. 43). Il importait d’éviter que les choses tournassent de cette façon (id., Romulus, p. 88). N’est-ce pas, il faudrait que le lecteur entendît le latin et peut-être serait-il nécessaire... qu’il simulât.. .(Dr Price Mars, Ainsi parla l’Oncle, p. 14). Craignant que le Corps Législatif ne mît trop de lenteur à donner son approbation, l’amiral Caperton... fit saisir un lot de billets du gouvernement non signés... (Dantès Bellegarde, La résistance haïtienne, p. 41). Sans assigner à leur effort des limites trop étroites, on voudrait que nos écrivains missent plus d’attention à observer et à comprendre le milieu où ils vivent (D. Bellegarde, Haïti et son peuple, p. 71).

92Mais la langue du journalisme est plutôt flottante sur ce point : notez l’énoncé suivant : Mais notre marquage individuel extrêmement sévère contraria les essais avant que nos filets fussent en réel danger (Le Matin, 19/12/1956 — 1-5), en face de : La police a dû prendre des mesures sévères pour empêcher que la foule envahisse le secteur de la rue du Centre (Le Matin, 12 et 13/12/1956 — 1-1). Le couple fit la remarque que le bruit venait plutôt du Bord-de-Mer et que vu l’ampleur de la secousse l’affaire... méritait qu’on aille faire un tour en ville (Haïti-Miroir, 9/1/1957 — 4-7). Nous ne voudrions pas être des prophètes de malheur, nous ne voudrions pas qu’on nous traite de Cassandre (Le Jour, 19/1/1957 — 6-4). L’ex-colonel et ses enfants se sont farouchement défendus jusqu’à ce qu’ils aient pu s’enfuir (Indépendance, 17/12/1956 — 3-1) ; et surtout ceux-ci où les temps du présent et ceux du passé sont amenés par un même verbe principal : Il ne faudrait pas que tout cela ait été accompli en vain, qu’il n’en restât point une morale, une doctrine, que vous retombiez dans les mêmes errements et vices, dans les mêmes complaisances coupables (S. Alexis, Le Matin, 28/12/1956 — 1-1). Je voudrais, m'a-t-il dit, que l’Armée... évoluât hors de toutes intrigues politiciennes, qu’elle soit considérée, non comme l’ennemi de la nation, mais comme son Amie, son Défenseur,... (S. Alexis, Le Matin, 1, 2, 3 et 4/1/1957 — 8-6).

Une influence de l’anglais : l’emploi fréquent du passif

93En F. H., et particulièrement dans la langue écrite, la forme passive est plus courante qu’en français normal. Le F. H. recourt au passif dans la traduction des légendes mises en anglais sous des clichés venant des États-Unis : Le danseur espagnol José Greco est vu ici, au moment de la signature d’une police d’assurances de $100 000 pour ses pieds (Nouv., 12/3/1952). Bob Richards est montré ici battant le record de saut en hauteur avec la distance de 15 pieds 3 pouces aux jeux athlétiques de Madison Square Garden à New York (Étincelles, 13/3/1952).

94De là le tour s’est étendu au détriment du tour On + verbe actif : Un grand nombre de visiteurs est enregistré chaque jour au Parc Leconte (Nouv., 19/3/1952). Samedi matin, vers 8 heures, l’appareil judiciaire et le lieutenant L. du S. R. C. du Département de la police ont été appelés à dresser un constat : un cadavre venait d’être vu flottant sur la mer derrière le pavillon du Venezuela (Nouv., 12/3/1952). A vendre : Une automobile Buick Roadmaster 1942 en parfait état de fonctionnement... La voiture peut être examinée devant le bureau de la Texaco (Le Matin, Annonce, le 18/3/1952). La grande popularité dont jouit le Président M. dans le Nord a été nettement démontrée. La sympathie dont l’entourent les populations du Nord a été manifestée dans toutes les couches de la société capoise. Cette visite surprise peut être considérée comme le point de départ de la Renaissance de la cité capoise (Le Matin, 5/4/1952). Le vénérable prélat a été ainsi empêché d’effectuer un voyage à Jérémie... (Le Nouveau Monde, 20/7/1958 — 3-4).

95La forme passive tend aussi à se substituer à la forme active ou pronominale dans certaines propositions participiales équivalant à une conjonctive ou une conjonctionnelle : Georges Larue s’était enfui une fois la scène éclatée (E. Trouillot, Chair, sang et trahison, p. 29). On n’aura pas sitôt oublié les menaces que causa naguère l’incendie éclaté en plein midi à la rue Pavée au Dry cleaning de nos amis Bouchereau (Étincelles, 22/2/1953 — 4-6). Plusieurs personnalités officielles avaient assisté à cette cérémonie déroulée en présence de plusieurs centaines de paysans et planteurs de la région (Nouv., 9/3/1953 — 1-4). Le Président élu Manuel Prado qui a triomphé aux premières élections libres déroulées au Pérou depuis onze années, restera en fonction jusqu’en 1962 (Le Matin, 29 et 30/7/1956 — 6-6).

96En conclusion de ce chapitre sur le verbe, l’élément central de la phrase, il ressort des faits étudiés que si les formes verbales du F. H. sont à peu près identiques à celles du français normal et si les modalités du verbe (les modes, les temps, les aspects, les voix, la personne) ont théoriquement et idéalement le même sens pour le Parisien et pour l’Haïtien, il s’en faut que, dans la pratique, du moins chez la moyenne des sujets parlants, l’expression du procès ou de l’état soit toujours adéquate en F. H. La modalité du temps est celle qui donne lieu au plus grand nombre de cas aberrants, non point que les deux communautés linguistiques conçoivent différemment la notion du temps, mais parce que les deux langues qui se superposent dans l’esprit de l’Haïtien francophone utilisent des moyens bien différents pour l’exprimer. En conservant une forme qui n’a plus de fonction dans la langue parlée en France (le prétérit), le parleur haïtien voit se compliquer encore pour lui le problème de l’emploi des temps.

Notes

1 F. Brunot signale : il veut pleuvoir, dans La Pensée et la langue, p. 465, mais il note que cette forme « est usitée seulement dans le Sud et dans l’Est et qu’elle n’est pas parisienne. » M. G. Gougenheim le signale aussi dans sa Grammaire de la langue du XVIe siècle, p. 136, comme un tour dialectal (gascon).

2 Ling. gén. et ling. hist., p. 155.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540