Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Deuxième partie. La grammaire

Chapitre II. La qualification : l’adjectif

Texte intégral

I. Nature, formes et fonctions de l’adjectif qualificatif

1Comme nous l’avons fait jusqu’ici, nous donnerons quelques phrases tirées d’écrivains ou de journalistes haïtiens pour montrer que la nature, les formes et les fonctions de l’adjectif sont identiques en F. H. et en français commun. Nous ne visons pas à donner des exemples relatifs à tous les cas possibles et nous nous bornerons à des énoncés où les variations de formes comportent un changement phonique.

  1. Sur les hauts cactus perchaient des volées de corbeaux (J. Roumain, Gouv., p. 22).
  2. La ligne des montagnes courait à l’est, pas très haute (ibid., p. 19).
  3. Dès qu’il entra dans la cour, un petit chien hiruste bondit vers lui (ibid., p. 28).
  4. De la petite fille sage que j’étais, je fis volontairement une rebelle (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 17).
  5. Une longue bave blanchâtre que vomit la gueule affamée d’un rouleau compresseur (G. Duc, Terre, p. 8).
  6. Un long tapis de chaux vive qui s’étale hardiment... (id., ibid., p. 8).
  7. Du sable blanc (G. Duc, Terre, p. 85).
  8. Je me résigne au contraste peu harmonieux qu’il fait avec ma peau blanche de mulâtresse (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 7).
  9. Le sabot des alertes petits chevaux du pays résonnait clair et SEC sur le roc rouge du sentier (F. Marcelin, Thèm.).
  10. ... dans les déchirures de leurs hardes rapiécées, on voit la peausèche et terreuse (J. Roumain, Gouv., p. 39).
  11. Aussitôt, on a eu un riregras dans les cases et sous les tonnelles (G. Duc, Terre, p. 7).
  12. Celui qui nous attendait... nous offrit, aidé de sa femme, une mulâtresse grasse et rougeaude, du café noir sucré au rapadou (M. Chauvet, Fille d’H., p. 200).
  13. Considérations sur l’étatmental de la société haïtienne (J. Dévot, titre d’ouvrage).
  14. Notre principal objectif est d’améliorer le traitement médical pour les maladesmentaux d’Haïti, a déclaré le Dr N. S. K. (Nouv., 14/1/1959 — 1-8).
  15. De belle taille, avecde grands yeux... (J. Roumain, Gouv., p. 59).
  16. On l’aimait parce qu’il était amusant et parce qu'on le savaitincapable d’une infamie (F. Hibbert, Les Thazar).

2Les énoncés 1 à 12 ont été couplés de façon à présenter des oppositions de masculins à féminins (féminin dit régulier : haute, petite, et féminins «irréguliers » : longue, blanche, sèche, grasse). On aurait pu trouver d’autres exemples chez les mêmes auteurs.

3Les énoncés 13 et 14 montrent l’opposition d’un pluriel à des singuliers phoniquement différents (mentaux/mental, principal, médical). Et l’énoncé 15 présente un pluriel phoniquement différent du singulier à cause de son antéposition à un nom à initiale vocalique, de belle taille avec de grands yeux/un grand œil.

4Au point de vue des fonctions, à part l’énoncé 2 qui comporte un adjectif en apposition : La ligne des montagnes courait à l’est, pas très haute, l’énoncé 9, qui renferme des adjectifs à valeur adverbiale (clair et sec) et l’énoncé 14 qui présente un attribut du sujet (amusant) et un attribut de l’objet (incapable), les autres ne comportent que des épithètes.

5Ces énoncés nous renseignent aussi sur la place de l’adjectif en F. H., mais c’est une question que nous envisagerons au chapitre de la phrase.

6Pour tous les détails relatifs à la nature, aux formes, aux emplois et à l’accord de l’adjectif qualificatif, nous pouvons donc renvoyer aux grammaires françaises.

II Les degrés

7Les degrés de la qualité sont identiques en F. H. et en français commun et ils sont marqués à peu près de la même manière. Ce sont :

  1. Les degrés absolus : Ma mère était très belle (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 9). Je m’enfuyais toute rouge (id., ib., p. 9). Au PREMIER reproche, mes yeux devenaient... chauds de larmes (id., ib., p. 9). Haïti possède un centre d’investigation peu commun (Nouv., 14/1/1959 — 1-6, 7 et 8).
  2. Les degrés relatifs : le soleil... plus caressant et chaud qu’un duvet de poussin sur le dos du morne (J. Roumain, Gouv., p. 7). Il m’aurait fallu davantage d’expérience pour apprendre à ne point regimber contre la destinée (M. Chauvet, Fille d’H., p. 169) : exemple unique d’un emploi courant en France dans la langue familière, mais extrêmement rare en Haïti dans le parler vivant : nous ne crovons pas l’avoir entendu une seule fois. Et les femmes n’étaient pas les moins fougueuses au travail (J. B. Cinéas, Le drame de la terre). Maintenant, il se montrait attentif à mes moindres désirs (M. Chauvet, op. cit., p. 137). Les hommes, parce qu’ils m’avaient volé ma mère, étaient mes pires ennemis (M. Chauvet, Fille d’H., p. 17). Même physiquement, je crois avoir été la plus forte (id., ib., p. 23). Mais paraît-il qu’elle était en meilleure forme que toutes les autres fois (G. Duc, Terre, p. 67).
  3. Le degré suffisant : Elle m’avoua avoir eu avec sa mère une scène assez pénible... (M. Chauvet, Fille d’H., p. 18).
  4. L’excès : Je vis seule dans une maison trop grande (id., ib., p. 7).

8On observe en F. H. la même tendance à suppléer à l’usure des adverbes d’intensité bien et fort par des mots qui présentent phonétiquement plus de « corps » et dont le contenu sémantique est mieux senti, ou bien par de nouvelles tournures plus expressives :

  1. Combien et quel exclamatifs : Le Poison et l’Antidote, c’est le titre combien original du prochain livre que fera paraître notre collaborateur et ami... (Nouv., 27/11/1958 — 1-1). Les éditoriaux de notre co-directeur E. S. L... sur la situation combien tragique des populations de la Grande Anse ont bouleversé l’opinion (Le National, 6/8/1955 — 1-1)....un avenir tout proche qui m’apporterait une longue chaîne d’actions indispensables qui me ligoteraient sans une hésitation dans leur impitoyable, mais combien juste fatalité (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 182). J’y retrouvai, avec quel plaisir, Gauthier et Samson (id., ib., p. 262). Au dehors, les oiseaux en pépiant refaisaient leurs nids avec quelle patience (id., ib., p. 261).
  2. Une exclamation : Ah ! peux-tu être malpropre (id., ib., p. 77).
  3. La langue parlée emploie de préférence : tellement, excessivement, extrêmement, on ne peut plus, etc., devant l’adjectif. La langue écrite préfère : éminemment.
  4. Les expressions : Ce n’est pas de la blague, ce n’est pas une blague, c’est une chose effrayante ou même c’est effraïque, nous paraissent être particulières au F. H. Ces expressions sont employées pour exprimer les hauts degrés dans la langue familière.

9L’expression des degrés de la qualité appelle en outre les remarques qui suivent :

10 L’intensité marquée par la répétition de l’adjectif. — Dans la langue parlée, l’intensité d’une qualité ou d’un défaut se marque, non seulement par des comparatifs et des superlatifs, mais aussi par la répétition de l’adjectif ou de l’adverbe : Elle fait propre, propre le ménage (W. P., Brevet, 1956). La maison est propre, propre, propre, propre (M. P. P. S., le 15/12/1956). Ce procédé, commun à toutes les langues, est particulièrement courant en F. H. dans le parler des gens de moyenne culture et surtout des femmes.

11 L’intensité marquée par plus ou le plus devant des comparatifs ou superlatifs synthétiques. — Quand le sujet parlant a perdu la conscience de la valeur intensive de certains comparatifs et superlatifs synthétiques, il antépose plus ou le plus à ces formes : Plus supérieur (L. P.). Dans l’opinion du gouvernement une vente cash est beaucoup plus préférable (Nouv., 28/11/1952 — 1-3). Par surcroît, le prix que la Coop. Tours demande aux visiteurs étrangers est beaucoup plus inférieur à celui que demande (sic) Un Southerland et consorts (Reproduit de « La voix du chauffeur » par Le Matin du 10/1/1952). La forme de gouvernement la plus idéale (candidat bac., 1956).

12 L’intensité est marquée aussi par des locutions de renforcement transposées du créole et qui prennent la place de certaines locutions traditionnelles du français :

Voleur comme un chat,
Gai comme un pipiri.
Léger comme une paille.
Sérieux comme un pain rassis.
Habillé comme un paon.
Ivre comme un cochon, ivre comme un macaque.
Fort comme un mapou.
Laid comme un frisé, comme un coucou.
Maigre comme un tasso, maigre comme un hareng saur.
Noir comme la terre.
Mou comme une tripe.
Plat comme une puce, comme une punaise.
Amer comme le fiel.
Paresseux comme une femme enceinte.

13A ces « échantils » on peut ajouter comme lui seul et comme pas un qui ne nous semblent pas courants en français commun : effronté comme lui seul, préparé comme pas un.

14 La comparaison généralisée sans article. — A tous les étages du F. H. dans la langue parlée comme dans la langue écrite, la comparaison généralisée s’exprime fréquemment sans article. Ceux qui n’ont pas d’enfants sont souvent ceux qui ont plus de propension à aimer et à élever les enfants (Mme F. G. à la radio le 4/5/1958). Bientôt il atteignit, au point où l'escarpement devint plus raide, une grande barrière grillagée à demi ouverte pour l’instant (F. Marcelin, La Vengeance de Mama, p. 121). C’est au point de vue économique qu’il fit plus de bien au pays (candidat bac., 1952). Il nous est agréable de présenter d’ores et déjà nos souhaits de plus cordiale bienvenue à la grande artiste américaine... (Le National, 24/5/1954 — 1-8). Il (l’agronome R. D.) se livre actuellement à des expériences sur dix-sept variétés de pommes de terre. Dès l’obtention des résultats définitifs, il signalera aux planteurs de l’endroit les méthodes à adopter pour cultiver la variété qui se révélera plus productive et rentable (Nouv., 17/5/1955 — 1-5).

15Ce tour a pour soutien le créole qui l’a gardé de la syntaxe classique, cf. : Rabelais : « C’est, comme dit Platon... la bête du monde plus philosophe » (I. prologue). Vous savez quelle est le propriété de cette eau et comme elle déclare les pensées plus secrètes des Amants (H. d’Urfé, L’Astrée, 1, 3, t. I, p. 153). Chargeant de mes débris les reliques plus chères (Racine, Bajazet, III, 2, v. 30).

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540