Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Deuxième partie. La grammaire

Chapitre premier. Le nom : son exposant, l’article ; les substituts de l’article et les mots qui remplacent le nom

Texte intégral

A. Le nom

1Nous rappelons que la nature, les formes et les emplois du nom sont les mêmes en F. H. et en français normal. Voici de courts passages tirés de deux romans contemporains et qui, sans présenter tous les cas possibles, donneront in globo une idée de ce que nous avançons : Il dit an chauffeur du camion : Arrêtez. Le chauffeur le regarda, étonné, mais ralentit. Pas une case en vue. La ligne des montagnes courait à l’Est, pas très haute... (J. Roumain, Gouv., p. 19). Il entendait dans la cour le chant agressif des coqs et le piaillement affairé des poules (Ibid., p. 46)... Georges passa son bras sous le mien et m’attira vers lui. Nous nous mîmes en marche. La route silencieuse, peuplée d’ombres, s’ouvrait devant nous à perte de vue... Une brise fraîche soufflait au-dessus des flots qui s’écrasaient contre le rivage. Celui qui nous attendait nous reçut avec joie et nous offrit, aidé de sa femme, une mulâtresse grasse et rougeaude, du café noir sucré au rapadou... Douze chevaux attendaient dans le fond de la cour. Les amis de Georges n’habitaient dans cet endroit qu’une cabane en chaume propre à souhait... (Marie Chauvet, Fille d’Haïti, p. 200).

2Nous trouvons en effet dans ces énoncés des mots qui sont précédés d’un article ou d’un déterminatif, et qui sont sujets de verbe : Le chauffeur le regarda... Le chauffeur mit les freins... La ligne des montagnes courait à l’Est... Douze chevaux attendaient... Les amis de Georges habitaient... etc., ou bien, en partant de la définition traditionnelle, des mots qui désignent des êtres (chauffeur, coqs, poules, chevaux, femme, mulâtresse, Georges, etc.) et des choses (camion, frein, ligne, route, brise, etc.).

3Un seul mot, que ne précède ni l’article ni le déterminatif, est sujet de verbe : Georges passa son bras : en effet, il identifie un être. C’est un nom propre par rapport aux autres qui sont des noms communs.

4Parmi les noms précédés du réactif de l’article, les uns prennent les articles le, du, au : Il dit au chauffeur du camion... Le chauffeur mit les freins : ils sont du masculin singulier ; d’autres prennent les articles la ou un de ses substituts, une : sa femme, une mulâtresse... la route silencieuse : ils sont du féminin singulier. Pour certains noms : le chauffeur, sa femme, le genre correspond à une réalité, pour d’autres (du camion, la route silencieuse), il est purement arbitraire. Quelques noms féminins ne comportent aucun élément du radical du masculin auquel ils sont opposés, soit dans le texte : poules/coqs, soit dans le lexique : femme/homme : ce sont des féminins immotivés ; d’autres ajoutent une désinence à leur masculin : mulâtresse/mulâtre.

5Un certain nombre de noms enfin sont précédés des articles : les, des ou d’un déterminatif exprimant la quantité : les amis de Georges, le chant agressif des coqs, le piaillement des poules... douze chevaux attendaient : ils sont au pluriel. Mais si « des coqs » s’oppose à du coq, « douze chevaux » s’oppose à un cheval : c’est un pluriel dit irrégulier.

6On aurait pu pousser plus loin l’analyse et distinguer des noms concrets (coq, poule, chauffeur, montagne) et des noms abstraits (joie) et, au point de vue des fonctions, des noms compléments de noms, des noms compléments de verbe et des noms compléments d’adjectifs.

7Pour tous les détails relatifs à la nature du nom, à sa forme (genre et nombre), aux procédés de la formation du féminin et du pluriel et à ses fonctions grammaticales, nous renvoyons aux grammaires françaises.

8Ce qu’il nous paraît intéressant de noter dans ce chapitre, c’est la manière dont s’y prend le F. H. pour marquer le genre de certains noms d’origine locale inconnus du français normal, et de certains noms empruntés à l’anglais, et ensuite le maintien dans notre français dialectal de quelques féminins rares dans le français de Paris : ces derniers cas ne représentent pas précisément une tendance à l’extension de la « flexion sexuisemblancielle ».

Genre des noms « haïtiens »

9On verra en effet dans la troisième partie de cette étude que l’Haïtien francophone est forcé d’employer des mots inconnus du français normal. Quand il faut marquer ces noms du réactif de l’article ou les faire accorder avec des pronoms ou des adjectifs, l’usage est hésitant : ils ont en fait deux genres. Des divergences se produisent particulièrement dans les cas où le genre est purement arbitraire et où le genre naturel ne peut aider à fixer le genre grammatical (choses inanimées,... petits animaux). Seule la forme extérieure du nom influe alors sur la détermination du genre. Tels sont, pour ne nous arrêter qu’à ces exemples :

10 Coudiaille : senti comme un nom masculin dans cet énoncé tiré de F. Hibbert : L’armée assiégeante se met à danser au son des tambours un coudiaille forcené (F. Hibbert, Romulus, p. 143). Mais la finale aille, qui rapproche ce mot de muraille, mitraille, valetaille, ferraille, etc., le fait ranger la plupart du temps dans la catégorie des noms féminins : Et les milliers de partisans du Victory organisèrent une coudiaille endiablée... (Le Matin, 29/4/1954 — 8-7) ;

11 Coumbite : Le coumbite (Stella, août 1927, p. 351). Avec un gai coumbite il a engrangé une masse respectable de pois rouge (D : Price Mars, Ainsi parla l’Oncle, p. 206). Un jour, quand nous aurons compris cette vérité, nous nous lèverons d’un point à l’autre du pays et nous ferons l’assemblée générale des gouverneurs de la rosée, le grand coumbite des travailleurs de la terre pour défricher la misère et planter la vie nouvelle (Jacques Roumain, Gouverneurs de la Rosée, p. 78). Ce mot est cependant senti comme féminin par des auteurs que frappe sans doute sa finale en e : la coumbite sacrée aux travaux campagnards (Constantin Mayard, Trente poèmes, p. 35). C’était le sourire du gros soleil de chaque matin, la bonne nouvelle lancée du haut de la montagne, la grande coumbite fraternelle qui chante avec la chanson des maïs jaunes, des gousses blanches de coton et des gaules mauves de canne à sucre (Gérard Duc, Terre en gésine, p. 52). Il (le numéro) comportera une scène de coumbite paysanne pour une plantation de maïs (Le National, 22/4/54 — 1-3).

12 Haïti : rarement masculin « Haïti sportif (titre de journal). Tout Haïti sait que cet avocat, qui se place au rang des maîtres illustres du barreau de la capitale, est une inoubliable figure parlementaire (Haïti litt. soc., 20/1/1912 — 6-54) ; Pourquoi Haïti ne peut-il pas produire davantage ? (L. D., in Nouv., 17/4/1957 — 1-7)Féminin chez nos meilleurs auteurs : Pour une Haïti heureuse (Dantès Bellegarde), Haïti sportive (titre de revue).

13 Ouanga-négresse : On le considère en général comme un nom masculin. J’irai prendre d’un doigt tremblant / Sur la branche où dort sa paresse / Le précieux ouanga-négresse / Dans son doux nid de duvet blanc (O. Durand, Rires et pleurs), Le ouanga-négresse se parait des plumes du paon (Fortunat Guéry, Témoignages, p. 77)...

14Mais d’autres auteurs, se fondant sur le second élément du composé, le font féminin : une ouanga-négresse, tout ce qu’il y a de plus femelle (A. Duval, La Ronde).

15 Port-au-Prince. Le genre de ce nom de ville donne lieu aussi à des flottements. Jusqu’au début de ce siècle, l’usager, dominé sans doute par l’idée du premier élément de ce composé, employait souvent l’article, et l’article masculin devant Port-au-Prince, alors que nous omettons aujourd’hui l’article exposant : On ne doit pas passer sous silence le beau mouvement qui anima Me Auguste Bonamy, bâtonnier de l’Ordre des Avocats de la Juridiction du Port-au-Prince (E. Chancy, Faits contemporains : Événements de 1902, p. 43). Je n’ignore rien de ce que vous avez fait depuis que j’ai quitté le Port-au-Prince (F. Hibbert, Masques et Visages, p. 56 ?). Il mourut dans la rue des Fronts Ports au Port-auPrince le 20 septembre 1858... (S. Rouzier, Haïti litt. soc., 9/1/1908, p. 1755).

16De nos jours, le sujet parlant, quand il range ce mot dans la catégorie du genre, est influencé par l’idée de ville et emploie le féminin : Port-au-Prince, la magnifique, Port-au-Prince, ma citadelle (Professeur D. F., plusieurs fois au cours de meetings électoraux organisés en 1957) — Si ces quelques lignes doivent avoir l’honneur d’une seconde de son attention, je ne doute pas que Son Excellence prendra une fois de plus une heureuse initiative pour un meilleur standard de vie du professionnel haïtien dans une plus belle Port-au-Prince (G. Carpel, Le National, 19/8/1955 — 1-4).

17De même l’usage reste flottant sur le genre du nom de ville « Gonaives », alors que la finale de ce mot est féminine ; M. S. Alexis écrit : « Dans mon Gonaives chevaleresque et magnifique » (Le Matin, 8/3/1957 — 1-1).

18Ailleurs, l’accord est parfait : sont féminins les noms à finale en e muet comme kéneppe, macoute, gaguère ou gagaire, cassave, calebassille, meringue, sapotille, à l’exception de pipirite et kite, qui désignent de petits oiseaux, généralement asexués en français. Sont masculins les noms terminés par une consonne non prononcée ou par une voyelle autre que e muet : Clairin, mabi, tafia, tasso, etc... Les quenêpes de Jérémie sont excellentes, surtout les petites, et très rondes (François Xaxier, Haïti littéraire et sociale, 5/9/1905, p. 388). Un souvenir qui dénote mon goût pour les fruits bizarres de mon pays : c’est que les kéneppes de Jérémie, de « Buvette » surtout, sont délicieuses (O. Durand, Haïti litt. et soc., 20/9/1905, p. 403). Néanmoins, bayahonde, en dépit de sa forme extérieure, est considéré comme masculin : Que de fois j’ai dormi sous vos frais bay ahondes (D. Hyppolite, La Route ensoleillée, p. 98) — le bay ahonde à la ramure sensible... (F. Burr Reynaud, Visages d’arbres et de fruits, p. 182).

Genre des noms empruntés à l’anglais

19Dans le cas des noms venant de l’anglais, le F. H. résout le problème du genre de façons différentes suivant qu’il s’agit de noms de personnes et d’animaux ou de noms de choses : les noms de personnes conservent le genre qu’ils ont en anglais et qui est fondé sur le sexe : un steward, une stewardesse, la miss, une beautician. Le genre des noms d’animaux est également fondé sur le sexe : un tobie (= un mulet).

20S’agit-il, au contraire, de noms abstraits ou de noms de choses concrètes, qui sont du neutre en anglais, le F. H. en fixe le genre de façon plutôt arbitraire : parfois, il se fonde sur la finale et procède par rapprochement avec des mots français ayant le même suffixe : ainsi sanitation, supervision, réservation, déconnexion, sentis comme des mots français, seront du féminin comme action ou notion ; on dira de même : une surprise-party comme : une surprise, la nursery « l’art d’élever les nourrissons » comme : l’épicerie. Mais, en général, c’est le genre masculin que prennent les noms neutres d’origine anglaise qui se prononcent d’ailleurs à l’anglaise : un file, le size, un tail pipe, le choke, un move, un cangrease, le schedule, le feature. On dit même : le party au sens de « partie de plaisir » malgré l’analogie de « la partie », et le garden-party est plus courant que la garden-party.

21On hésite entre un business et une business, la conscience du sujet parlant ne dissociant pas tout à fait business et affaire.

Féminins formés par suffixe ou féminins rares en français normal

22L’origine savante du F. H. et l’influence de la grammaire normative sur notre parler expliquent l’emploi courant d’un certain nombre de mots féminins qui sont, en français normal, ou bien peu usités, ou bien familiers ou même spécialisés dans une acception péjorative. Tels sont :

  1. agente, employé en mauvaise part en français normal : Encore aujourd’hui, deux agentes spécialisées en Économie domestique, Mlles P. L. et D., seront installées à Savane Zombi par Mlle G..., experte de la FAO. (Nouv., 20 et 21/8/1956 — 1-7) ; Cours d’entraînement des agentes d’enseignement ménager agricole (Le Matin, 26 et 27/8/1956 — 1-8).
  2. amatrice, employé par Rousseau et recommandé par Littré, n’est point entré dans l’usage (cf. Paul Robert, op. cit., I, p. 124) : La prime de deux dollars du journal échet par tirage au sort à l’amatrice Mme Gérard Pollas (Le National, 21/8/1955 — 15-5)-
  3. Consœur, au sens de femme membre d’une confrérie, d’une communauté, s’emploie avec une nuance ironique en français normal, cependant il est très courant en F. H. : Demain matin, notre consoeur E. C. L., directrice de « El Alba » laisse le pays (Le National, 20/3/1954 — 1-7). La représentation de la pièce de notre consoeur, Mme E. C. L. a été renvoyée à cause de son voyage aux Etats-Unis (ib.). On annonce, mais sous le manteau encore, qu’une de nos consoeurs se portera candidate à la Magistrature communale de Port-au-Prince aux prochaines élections (Nouv. 29/3/1954 — 6-4). Nous présentons nos vives félicitations à notre consoeur pour la belle tenue de la revue dont le sommaire est des plus intéressants (Haïti-Miroir, 19/2/1957 — 4-2).
  4. Mairesse : formation à caractère plutôt familier ou plaisant en français normal (Larousse du xxe siècle : A. Thomas, Dictionnaire des difficultés) est exclusivement employé en F. H. pour désigner une femme maire : La mairesse de Porto Rico, La mairesse de Cabaret, La mairesse de l’Acul.
  5. Présidente : est usité en français normal pour désigner celle qui dirige une association, un club, mais Madame la Présidente, si courant en Haïti pour désigner la femme du Président de la République, ne s’emploie pas dans ce sens à Paris.
  6. Représentante : La Maison Clémart Joseph Charles, seule représentante et distributrice des produits de la General Electric... (entendu le 22/4/1957 à la Radio) ; Ces charmantes représentantes de la American Automobile Association sont en voyage d’inspection des Caraïbes (Nouv., 31/10/1955 — 1-2). Selon une résolution adoptée à la 8e conférence générale de l’UNESCO tenue à Montevideo, la Fédération Internationale des Femmes Juristes a bien voulu porter à la connaissance de la Commission Haïtienne de l’UNESCO qu’elle a désigné Madame W. D. W. comme sa représentante auprès de cette Commission (Le Jour, 7/8/1956 — 1-7).

23Cependant, cette tendance à maintenir vivante la « flexion sexuisemblancielle » se heurte au respect de la tradition. Tout compte fait, elle est plutôt timide ; ni parleur, ni scripteur n’ont osé, à notre connaissance, des formes telles que : oratrice, sculptrice, successrice, prédécessrice, chéfesse, dentistesse, rigolotte, dingotte, professeuse, relevées par Damourette et Pichon, soit dans la conversation, soit chez des écrivains français. Nous trouvons quelquefois doctoresse, employé pour désigner la femme médecin : La doctoresse M. H. B. eut l’opportunité de donner aux petits écoliers des conseils d’hygiène dentaire (Le Matin, 31/3/1954 — 8-5). La doctoresse Rhoda M..., femme de l’ancien directeur du projet de Marbial (Le National, 17/5/1954 — 8-2) ; cependant, « le docteur » semble être plus courant : Ses enfants, nos amis Roger T... et le docteur Léonie T... étaient allés le rejoindre à New York (Le Mercure, 19/9/1956 — 3). Ce cliché montre le docteur Méhu, debout, prêtant serment... Mlle Hermine B. Méhu, diplômée de l’Université de Montpellier (Nouv., 20/1/1959 — 1-6 et 7). Installation du docteur Marie-Thérèse D... (Nouv., 12/1/1959 — 4-6). En dépit de l’emploi courant de l’article féminin dans : ma secrétaire, une secrétaire, la secrétaire de M. X., on lit de même : Le Sous-Secrétaire d’État du Travail, MlleJ..., pose des actes (Nouv., 22/2/1957 — 6-5). Quelques jeunes filles ont pu forcer les portes de l'enseignement supérieur et l’on compte aujourd’hui plusieurs femmes avocats, médecins, pharmaciens, dentistes (D. Bellegarde, Haïti et son peuple, p. 44).

B. L’article

24Les formes et les emplois généraux de l’article sont identiques en F. H. et en français normal. On s’en rendra compte à la lecture de ces textes tirés de deux romans contemporains : quelques-uns d’entre eux sont les mêmes que nous avons utilisés pour montrer l’identité de la nature, des formes et des emplois du nom dans les deux langues : Il dit au chauffeur du camion : Arrêtez. Le chauffeur le regarda, étonné, mais ralentit (J. Roumain, Gouv., p. 19). Sur les hauts cactus, perchaient des volées de corbeaux qui, à son approche, s’enfuyaient dans un noir remous, avec des croassements interminables (J. Roumain, Gouv., p. 22). Il entendait dans la cour le chant agressif des coqs et le piaillement affairé des poules... (id., ib., p. 46). La confiance, c’est presque un mystère (id., ib., p. 94). L'expérience est le bâton des aveugles (id., ib., p. 46). Quand j’aurai déterré l’eau, je te ferai savoir et tu commenceras à parler aux femmes (id., ib., p. 100). Vous avez offert des sacrifices aux loas (id., ib., p. 288). Celui qui nous attendait nous reçut avec joie et nous offrit, aidé de sa femme, une mulâtresse grasse et rougeaude, du café noir sucré au rapadou (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 200). Dans la cour de grandes « caloges » abritaient des poules qui couvaient patiemment, couchées sur de la paille, des oeufs invisibles où déjà la vie des poussins palpitait (Marie Chauvet, op. cit., p. 284).

25Nous trouvons dans ces différentes phrases à peu près toutes les formes de l’article, c’est-à-dire du mot outil, qui placé devant le nom, le détermine et en précise le genre, le nombre et le cas :

  1. l’article défini, soit sous les formes simples, le chauffeur, la confiance, les hauts cactus, soit sous la forme élidée :/'expérience, soit sous les formes agglutinées : au chauffeur du camion, aux loas, aux femmes, le chant agressif des coqs et le piaillement affairé des poules ;
  2. l’article indéfini : un noir remous, une mulâtresse... de grandes caloges abritaient des poules qui couvaient des oeufs invisibles... ;
  3. l’article partitif : celui qui nous attendait nous offrit... du café noir ; couchées sur de la paille.

26Nous y distinguons les indices du genre (masculin ou féminin, réel ou arbitraire) et du nombre (singulier ou pluriel), comme nous l’avons montré au paragraphe du nom.

27Les formes le, la, les, du, au, des, aux, expriment la détermination individuelle : Il dit au chauffeur... Le chauffeur le regarda... Sur les hauts cactus, dans la cour, chant des coqs, etc. Mais on les trouve également employés avec le nom à extension large ou à extension illimitée : La confiance... l'expérience... la vie des poussins. Un, une, des expriment, en tant qu’indéfinis, « l’individualisation indéterminée » : une mulâtresse, des poules... couvaient patiemment.

28Quant aux partitifs, du, de la : du café noir, de la paille, ils expriment, comme leur nom l’indique, une partie d’un tout non partageable.

29Nous rencontrons également dans ces passages des noms employés sans article : volées de corbeaux... Celui qui nous attendait nous reçut avec joie.

30Les particularités de l’emploi de l’article en F. H. qui nous paraissent devoir retenir l’attention sont les suivantes :

b) Suppression de l’article

31Le F. H. supprime l’article, comme le français normal :

  1. dans les locutions où le nom forme avec le verbe un groupe « coalescent » : /’embauchage prend fin (Nouv., 20/1/1959 — 1-3). J’ai soif, répéta-t-il (J. Roumain, Gouv., p. 196). Nous avons beau prier et demander grâce et demander pardon (id., ib., p. 202). Mes amis oh ! j’ai peur (G. Duc, Terre, p. 54) ;
  2. dans certaines expressions négatives : A-t-on jamais vu pareille chose ? (G. Duc, Terre, p. 30).
  3. dans certaines locutions prépositionnelles où la préposition fait bloc avec le nom : Maria la grondait à voix si basse que je n’entendais rien (M. Chauvet, Fille d’H., p. 17). Un petit chien hirsute bondit sur lui en aboyant avec rage (J. Roumain, Gouv., p. 28) ; vivre en paix (id., ib., p. 10) ;
  4. dans un grand nombre de phrases avec attribut et en général toutes les fois que le nom cesse d’être pensé comme un substantif et prend plutôt la valeur d’un adjectif : Je me révélai débrouillarde quand je devins marchande (M. Chauvet, Fille d’H., p. 231), cette voix d’homme (id., ib., p. 17), cette odeur de menthe verte (id., ib., p. 17). Il (l’arbre) est plein de nids d’oiseaux (J. Roumain, Gouv., p. 10), etc.

32Mais, en outre, l’article défini est omis en F. H. notamment : devant les noms d’animaux ou de choses employés dans un sens général : Depuis, C... devient rond comme citron et perdit son siège sénatorial... (Le National, 26/9/1956 — 8-4). Depuis, coucou n’est pas plus prudent que notre bon docteur (ib.). Les élèves de l’E. N. S. doivent présenter mêmes devoirs que ceux de l’E. P. (G. A., étudiant, 1954). Calcul seulement que tu fais (une jeune dame à un petit écolier, le 22/4/1957).

33L’explication de cette tendance à supprimer l’article défini semble être la suivante : tandis que l’article français ne marque pas la distinction du particulier et du général (le chien peut signifier : le chien qui passe, le chien du voisin ou bien l’espèce chien), le créole résout cette diffculté par l’opposition de l’article à l’article zéro, l’article marquant la notion du particulier et l’absence d’article, celle du général. Cette distinction est parfois transposée dans le français dialectal.

34b') L’usage hésite sur l’emploi de l’article défini devant les noms de lieux issus de noms communs : Il est allé aux Gonaives (L. P.), J’étais du côté d’Anse à Veau (entendu le 28/9/1958) — Dès le Ier janvier 1804, les indigènes de Saint-Domingue, réunis en Fédération armée à Gonaives... (Louis Joseph Janvier, Du gouvernement civil en Haïti, p. 56) — Port-Margot et la banane Le Port-Margot qui regrette le départ de l'agronome V... récolte à présent les fruits du travail de ce technicien... Il eût été bon qu’une offensive caféière s’étendit à toutes les sections rurales de Port-Margot (Le Nouveau Monde, 20/7/1958 — 2-4) — En 1679, le marron Padrejean, réfugié à La Tortue... ravage Port-de-Paix et le Port-Margot (J. Fouchard, Les marrons du syllabaire, p. 32).

b") Suppression de l’article partitif

35En F. H., chez les parleurs de culture moyenne, l’article partitif est souvent omis : Est-ce que vous avez fromage ? (une fillette d’une dizaine d’années à une épicière, 1955). Je ne mange pas pomme (Mme G. D., Brevet élém., 1953). Le fait se constate même chez des gens de culture élevée qui imitent de propos délibéré le langage des enfants, très coutumiers de cet usage : Tu veux pain ? Nous n’en connaissons pas d’exemple dans la langue écrite.

36Il a pour support le créole qui, comme beaucoup de langues anciennes ou modernes plus perfectionnées, ne connaît pas l’emploi de l’article partitif et qui exprime par l’absence d’article la notion d’une partie prélevée sur un tout non partageable.

b'") Tendance à préciser l’indétermination

37Ce matin, au cours des discussions qui ont eu lieu au sein d’une commission du Congrès juridique,un délégué d’une association féminine de Port-au-Prince a cru bon de proposer (Nouv., 31/1/1959 — 1-7). Je m’appelle Lotus. S’il est vrai que pour une Haïtienne,ce nom d’une fleur orientale ne semble pas indiquée (Marie Chauvet, Fille d’H., p. 7).

38Dans ces deux énoncés, les passages soulignés : un délégué d’une association, ce nom d’une fleur, sont les exemples d’un usage différent de celui du français normal qui, dans le premier cas, ne marque pas la double indétermination et dit de préférence, au risque d’être moins précis : le délégué d’une association ou l’un des délégués, et, dans le second, se passe de l’article : ce nom de fleur orientale.

b"") Une trace de la langue du xvie siècle : le pluriel de un

  • 1 Tous ces exemples sont empruntés à Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, t. II, p. 27 (...)

39Dans la langue du XVIe siècle, on retrouve encore le pluriel de un, soit devant un nom pluriel à sens collectif, soit devant les noms qui n’ont pas de singulier : unes lunettes, ungz yeux, c’étaient unes secondes nopces, unes sept seaumes. On retrouve même le singulier de un devant un pluriel : dedans un quinzs jours d’ici ; pendant le séjour d’un quatre ou cinq mois1.

40Ce dernier tour a survécu dans le créole haïtien qui l’a restitué à notre français. Les exemples en sont, il est vrai, sporadiques : Récemment il était question d’un 10 000 dollars dépensés pour un accueil délirant dans le Sud (Le Matin, 13 et 14/1/1957 — 2) —...36 % de terres cultivables se trouvaient aux mains d’un 5 % de la population (L. Saint-Juste, Nouv., 27/4/1957 — 1-8).

b'"") Fait décadent, bien de, expression de la quantité

41Pour marquer la quantité, le français normal se sert, devant les substantifs, d’expressions comme beaucoup de, pas mal de, bien des concurrencé par bien de : cette dernière forme demeure très vivace en F. H. : Bien de malheurs (F. Sénat, Conf., p. 46) — Bien de gens ne le connaissent jusqu'ici que de nom (Le Matin, 7/1/1954 — 1-1) — Bien de surprises peuvent changer l’ordre des choses dans le calendrier du championnat (Le National, 17/5/1954 — 1-7) — Et cela nous consolait alors de bien de machinations souterraines, de bien de pièges, de bien de traquenards et de bien de persécutions (Le Jour, 11/6/1957 — 1-2).

C. Les substituts de l’article et les mots qui remplacent le nom

42Les substituts de l’article et les autres mots qui remplacenet le nom, sont, quant à la forme, à peu près identiques en F. H. et en français normal. Ce sont :

1° Les démonstratifs

43Les démonstratifs (adjectifs et pronoms), dont les principaux apparaissent dans les textes suivants :

44(Masculin et neutre singulier) Regarde ce doigt comme c’est maigre et celui-là tout faible, et cet autre pas plus gaillard. et CE malheureux, pas bien fort non plus et ce dernier tout seul et pour son compte. Il serra les poings. Et maintenant est-ce que c’est assez solide ?... Eh bien, la grève, c’est ça (J. Roumain, Gouv., p. 99). —... celui-ci se croyait blanc, celui-là était nègre (id., ibid., p. 99).

45(Féminin singulier) Dans cette demeure isolée dans une cour immense, un visiteur un soir avait pris sous le sien le bras de ma mère. Ils avaient gagnécette chambre voisine de celle que j’occupe maintenant (M. Chauvet, Fille d’H., p. 8)... Mais je n’ai pu le faire jusqu’ici... pour ne pas contrarier l’enquête judiciaire entreprise par le Parquet ainsi que celle menée concurremment par la Police (A. R., avocat, in Nouv., 27/1/1959 — 1-1).

46(Pluriel) Et chargez-moi CES brigands (J. Roumain, Gouv., p. 100). C’est amer, ces souvenances-là (id., ibid., p. 76).

2° Les déterminatifs

47(Singulier)...il s’était persuadé un jour que tous les métiers étaient faciles pourcelui qui n’est point sot (M. Chauvet, Fille d’H., p. 29).

48(Pluriel) Ils sont tous là,ceux de la montagne, de la vallée et de la plaine (G. Duc, Terre, p. 8).

49Elle (la source) jaillissait dans une gorge, et des choux caraïbes poussaient là, du cresson et même de la menthe. C’est là que s’approvisionnaient ceux de Fonds rouge... (J. Roumain, Gouv., p. 122).

3° Les présentatifs

50C’est un nègre de grande taille (J. Roumain, Gouv., p. 27).

51Voici l’harmonieux et propice séjour...

52Voila pour mon plaisir le dôme sidéral.

53Voici le ciel et mevoici (E. Vilaire, La guérison).

54Le fonctionnement des démonstratifs, des déterminatifs et des présentatifs donne lieu à peu de particularités en F. H. Notons toutefois que :

  1. si le F. H. emploie, comme le français normal, des démonstratifs ou des déterminatifs suivis de la préposition de « ceux de la montagne », « ceux de Fonds Rouge », il n’emploie pas les autres prépositions comme à, en ou sur : des énoncés comme : « les copies manuscrites et celles à la main » ou « les maisons en briques et celles en béton », sont considérés comme des faits appartenant à une langue négligée ;
  2. la forme ça y est d’un emploi beaucoup moins courant qu’en France. Un énoncé comme : « ça n’est pas bon », appartient à la langue négligée. ;
  3. la forme : « c’est les enfants » au lieu de « ce sont les enfants » est considérée comme une forme de la langue négligée.

4° Les possessifs

55Les possessifs (adjectifs et pronoms) :

56Possessifs de la première personne : Voyant sur le litmes robes chiffonnées,mes souliers qui gisaient pêle-mêle avecmes chapeaux, et tout ce désordre qui peignait si bienma stérile agitation, j'eus envie... de cachermon visage sous le drap (M. Chauvet, Fille d’H., p. 77). Sa vie, qui ne fut jamais mêlée àla mienne, ne m’a laissé aucun souvenir (id., ibid., p. 15). Anotre droite, la mer avait des teintes pailletées d’argent... (id., id., p. 200). Nous nous étions à peine remis en marche pour rejoindrenos amis... (id., ib., p. 206). Un desnôtres... (Nouv., 26/1/1959 — 1-1).

57Possessifs de la 2e personne : En vérité, il y a une consolation, je vais te dire : c’est la terre,ton morceau de terre fait pour le courage detes bras, avectes arbres fruitiers à l’entour,tes bêtes dans le pâturage... etta liberté qui n’a pas une autre limite que la saison bonne ou mauvaise... » (J. Roumain, Gouv., p. 25). Ce sont vos nerfs qui sont malades. Pour aider àvotre guérison, une vie calme est nécessaire (M. Chauvet, op. cit., p. 143).

58Possessifs de la 3e personne : Si l’on est d’un pays, si l’on y est né, comme qui dirait : natif-natal, eh bien, on l’a dans les yeux, la peau, les mains, avec la chevelure deses arbres, la chair desa terre, les os deses pierres, le sang deses rivières,son ciel,sa saveur,ses hommes etses femmes : c’est une présence (J. Roumain, Gouv., p. 20)... Dans cette demeure... un étranger avait pris sous lesien le bras de ma mère (M. Chauvet, Fille d’H., p. 8)... Il prit le chemin d'une butte couronnée de lataniers.Leurs éventails froissés pendaient inertes (J. Roumain, Gouv., p. 21).

59Nous n'avons pas cité de phrases où se trouvent employés le tien, le vôtre, le leur : il aurait fallu chercher assez longtemps pour en trouver. Les pronoms possessifs sont d’un emploi rare en F. H. Si les gens cultivés réussissent à les manier de façon convenable, les enfants, les adolescents qui en sont à l’apprentissage du français et même les adultes de culture moyenne se meuvent malaisément dans le réseau de ces formes : aussi leur ont-ils substitué un possessif spécifiquement haïtien, d’un maniement plus facile : ma part, ta part, sa part, etc... Mammi, je vais nettoyer ma part, entendez : les miens (G. S. P., 6 ans). Dans ta part (i. e. ton réfrigérateur), il y a de la place pour les œufs (Mme G. L., c. moy., 30 ans). Ma part (mon enfant, le mien) ne va pas encore à l’école (un employé de magasin, 35 ans environ, 31/5/1956).

60La langue écrite n’offre pas d’exemple de l’emploi de ces formes.

5° Les indéfinis

61Les indéfinis sont également identiques et fonctionnent à peu près de la même manière dans les deux langues : Aucun grognement,aucune plainte (G. duc, Terre, p. 51). Certains soirs où l’on me croyait sagement couchée... je quittais mon lit (M. Chauvet, Fille d’H’., p. 17). Certaines femmes qu’elle reçoit sont d’affreuses bourgeoises pourries de vices (id., ibid., p. 125). Ah ! je ne me sensaucune envie de tenter quoi que ce soit pour qui que ce soit (id., ibid., p. 259). Tous portent la machette à leur côté...quelques bayahondes à abattre pour le charbon... (J. Roumain, Gouv., p. 39)... Les uns plantent,les autres récoltent (id., ibid., p. 44,) etc...

62Cependant il y a lieu de noter les particularités suivantes :

  1. En F. H. chaque est employé avec le pluriel à peu près par tout le monde : Grâce à ce miracle presque seul dans l’histoire, la moyenne est sauvée : une constitution chaque deux années (G. D. Sam, Le Constitutionnel, 6/7/1953 — 4-4). L’eau d’arrosage, elle ne venait plus sur leur terre que chaque trois jours (G. Duc, Terre, p. 71).
  2. Quelconque a pris le sens de « sans exception », outre les sens qu’il a en français normal : dans ce cas, il est précédé de l’adverbe « généralement » : L’une des mesures les plus sérieuses qu’ait prises le gouvernement provisoire est incontestablement celle de l’hypothèque portée sur tous les biens généralement quelconques des membres de ce gang... (Notre pays, 9/1/1957 — 1-2). La Caribbean... a toujours fait face à ses engagements et continuera à y faire face en payant au fur et à mesure de ses rentrées toutes ses obligations généralement quelconques (G. T., négociant, in Le Matin, 17/1/1957 — 1-7).
  3. En F. H., le pronom chacun est presque supplanté par une forme composée : tout un chacun, croisement de deux formes archaïques : un chacun et tout chacun : Mais dans l’intérêt de la vérité et pour ne pas laisser dans l’esprit de tout un chacun un doute à ce sujet, il nous faut préciser... (Nouv., 29/12/1951). En a-t-on fait la remarque, tout un chacun s’acharne à la poursuite de Sa Majesté Argent (La République, 1/7/1947 — 4-1). Dans ces conditions, pense-t-on, « le devoir » le plus strict de tout un chacun est de se mettre à l'ombre en attendant des jours meilleurs (Le National, 20/8/1956 — 5-7).
  4. Un, nominal, suivi du conjonctif, fait de la langue populaire en France, n’appartient en F. H. qu’à la langue écrite (cursive ou littéraire) : Un qui pratique sérieusement la politique de l’austérité est le Secrétaire d’État du département des Travaux Publics (Le Nouveau Monde, 2/7/1958 — 3-2). Philogène, un qui voulait du bien à tout le monde (G. Duc, Terre, p. 15).

6° Les interrogatifs, les exclamatifs, les quantitatifs

63Les interrogatifs, les exclamatifs, les quantitatifs (numéraux) et autres : tant de, quantité de, nombre de, etc., n’appellent aucune remarque : Quel homme ne l’a pas connue ? (M. Chauvet, Fille d’H., p. 133). Ta mère, ta mère,quelle affreuse profanation ! (id., ibid., p. 136). On les vendrait bien (les chapeaux) trente centimes pièce au bourg voisin (J. Roumain, Gouv., p. 76). Je partis, laissant lesdeux femmes atterrées (M. Chauvet, Fille d’H., p. 257). Nous marchâmes longtemps par groupe detrois ouquatre... Douze chevaux attendaient dans le fond de la cour (id., ibid., p. 200). J’avais alorsdix-huit ans (id., ibid., p. 20). Decinquante et un, le nombre des membres était passé àtrois cents (G. Duc, Terre, p. 94). C’était ladeuxième fois qu’il me parlait sur ce ton (M. Chauvet, op. cit., p. 197).

7° Les conjonctifs

64Leurs formes et leurs emplois courants ne sont pas différents en F. H. et en français normal : Des gensqui volaient etque l’on battait, spectacle journalier (M. Chauvet, Fille d’H., p. 26). De la petite fille sage que j’étais, je fis volontairement une rebelledont la plus noble ambition était de braver les gens (ibid., p. 17). Je me rappelais les contes de Maria il était toujours question de diables... (ibid., p.22). Nicole, par délicatesse, évitait de m’entretenir de ces réunionsauxquelles elle aurait désiré nous avoir, Janine et moi... comme le jour où elle eut quinze ans (ibid., p. 18). Il dressait dans la clairière la meule souslaquelle le bois brûlerait à feu lent (J. Roumain, Gouv., p. 74). Vixama, lui, occupait le milieu de cette balançoire aux extrémités delaquelle étaient placés Lidor et Cédieu (G. Duc, Terre, p. 39). Pour qui et quoi prépositionnels, voir ci-dessous.

65Cependant, à propos des conjonctifs, il y a lieu de faire les remarques qui suivent :

  • 2 Voir à ce sujet L. Foulet : La difficulté du relatif en français moderne, in Revue de Philologie f (...)

66Le F. H. semble devoir abandonner progressivement, au moins dans la langue cursive, les formes variables du représentant conjonctif, lequel, duquel, auquel, plus lourdes et plus difficiles à manier, même pour les Français cultivés2, au profit des formes invariables qui, quoi, dont, où. Mais en même temps, il a tendance à généraliser des tours archaïques : qui prépositionnel avec un antécédent désignant des choses, quoi prépositionnel avec un antécédent masculin ou féminin, singulier ou pluriel, se rapportant à des choses ou à des personnes ; c’est à vous à qui, etc...

1° Qui prépositionnel

67En F. H., une assez grande liberté règne dans l’emploi de qui prépositionnel. Il s’applique, non seulement à des personnes, à des choses personnifiées ou, par syllepse, à des noms collectifs désignant des personnes : Mon adolescence inquiète devant qui se posait, vers 1925, inéluctable, le problème du choix... (Alter Ego, Nouv., 14/2/1951) ; les organes, à qui la constitution a confié cette fonction nécessaire de contrôle (Dantès Bellegarde, Un Haïtien parle, p. 176) ; un organisme légal, autonome, à qui sera confiée l'administration des terres de la région à développer... (R. Carducci, Démocratie, 16/10/1951 — 4). Là aussi il s’évada. Et ce fut des formules fissurées qui perdaient leur jus, des systèmes en désuétude à qui les circonstances venaient d’infliger un cruel démenti (L. Laleau, Nouv., 7/5/1954 — 8-5) ; mais aussi à des choses non personnifiées : Certes, reprit Télémaque, je reconnais qu’il y a des dépenses nécessaires, indispensables : celles sur qui repose la paix publique (F. Marcelin, Thém., p. 134). Nous devons honorer la mémoire de Justin Lhérisson dont le patriotisme fervent a su trouver les paroles en qui s’incarne l’âme nationale (Dr C. Lanier, Lélia J. Lhérisson, Le National, 1/1/1954).

2° Quoi prépositionnel

68En français normal, le conjonctif quoi, précédé d’une préposition, ne peut se rapporter qu’à un mot de sens vague : ce, rien, chose ou à une idée précédemment exprimée.

69La langue littéraire de nos jours, retournant à un vieil usage, fait un emploi fréquent de quoi précédé d’une préposition et représentant un nom de sens précis, singulier ou pluriel.

70Cet archaïsme s’est généralisé en F. H. et quoi prépositionnel concurrence les formes du conjonctif composé même dans la langue cursive. Figé dans une forme invariable, ce conjonctif l’emportera sans doute à la longue sur ses concurrents, en vertu de la tendance, signalée par A. Meillet, qui porte le français vers l’invariabilité. On le trouve employé en rapport avec des noms de choses : Et pour ce qui est des petites manœuvres occultes... par quoi l’on pense exercer une sorte de chantage sur le gouvernement... nous nous bornerons à répéter, à l’usage de ceux qui sont durs d’oreille, que Janus avait deux visages (Démocratie, 12 et 13/10/1951). Les trois axes autour de quoi tourneront les débats de l'assemblée générale... sont... (Nouv., 31/10/1951). La loi a fixé pour les différents risques signalés plus haut le quantum... à partir de quoi l’assurance est obligatoire (Nouv., 14/11/1951). Il se plaît à nous raconter... des faits vrais ou de petites anecdotes à quoi il ne manque pas de tour d’esprit (V. Freycinet in Le Matin, 8/8/1952 — 1-2). Quelle que soit la réserve à quoi le journaliste est tenu... (F. L. M. in Le Matin, 3 et 4/8/1952 — 3-4). A coup sûr, l’histoire des peuples présente presque toujours cette courbe par quoi, au début de leur formation, ils s’appuient souvent sur la culture du peuple prédominant... (M. W. in Le Matin, 26/3/1953 — 3-6). Et cette acclamation générale par quoi est salué le « Canard » au passage est-elle caractéristique de la psychologie haïtienne ? (Le National, 11/8/1953 — 1-7). Quelles sont les chances du pays d’obtenir ces élections honnêtes après quoi il conspire (sic) ? (Notre pays, 5/2/1957 — 3-6).

71Nous avons même relevé des exemples de l’emploi de quoi prépositionnel se rapportant à des noms de personnes :...ces porteurs de flambeaux à quoi dans les Républiques idéales l’État confie les guides de son destin et que la foule honore, acclame et célèbre (Léon Laleau, Conjonction, août 1951, p. 29). Il est souhaitable que l’autorité compétente prenne des mesures nécessaires en vue de réserver les trottoirs uniquement à ceux à quoi ils sont destinés (Le Matin, 3/10/1951 — 4). Car si nous qui avons la parole et la plume pour nous défendre et pour quoi les choses paraissent plus simples, nous sommes obligés... que penser des modestes compatriotes, des électeurs des bourgs et des quartiers ? (Indépendance, 10/9/1956 — 4-3).

72Néanmoins l’emploi de quoi prépositionnel pour remplacer un nom de sens déterminé reste un fait de la langue écrite. Nous n’en avons noté aucun exemple dans la langue parlée par nos compatriotes.

3° C’est à vous à qui

73Le tour c’est à vous à qui, au lieu de c’est à vous que, souvenir de la période classique, revit à l’état sporadique en F. H. Nous en avons relevé deux exemples dans la langue cursive : Il nous revient que c’est un étranger, M. Oliver, à qui la totalité du quota de 10 000 sacs de maïs à exporter aurait été donnée (Nouv., 27/8/1946). Pour nous autres Haïtiens, eu égard aux conditions exceptionnelles dans lesquelles les Morts ont fondé notre patrie, leur cendre doit être l'objet d’un culte spécial. Et c’est ce culte auquel a pensé le Gouvernement de la République quand il a convié tous les citoyens à aller aux Gonaives, berceau de notre indépendance... (Le National, 10/11/1953 — 1-2).

Conjonctif de liaison

74Nous avons même relevé dans la langue du journalisme des exemples d’un tour assimilable à celui que les grammairiens latins appellent relatif de liaison. En voici un : A dix heures a. m. hier matin le Président D... a reçu en sa résidence les membres du Tribunal de Cassation et du Tribunal d’Appel.

75De beaux discours ont été échangés entre le porte-parole des tribunaux et le président F. D.

76A la suite desquels des propos très cordiaux furent échangés entre le Président D... et les membres des tribunaux (Nouv., 19/10/1957 — 1-3).

Notes

1 Tous ces exemples sont empruntés à Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, t. II, p. 279-280.

2 Voir à ce sujet L. Foulet : La difficulté du relatif en français moderne, in Revue de Philologie française, t. 40, p. 100-124 et 161-181.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540