Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Deuxième partie. La grammaire

La grammaire

Texto completo

1Nous n’avons pas voulu subdiviser cette partie de notre étude en faits de morphologie et faits de syntaxe. Aujourd’hui, les linguistes sont à peu près d’accord pour ne plus séparer la syntaxe de la morphologie, vu que les limites des emplois et des formes ne peuvent être bien définies. Seules des nécessités pratiques obligent encore les auteurs de grammaires scolaires à maintenir l’ancienne division.

2D’un autre côté, les formes particulières à notre français dialectal ne pourraient nous fournir qu’une matière extrêmement réduite. Seul le maniement du verbe donne lieu à la production de quelques formes aberrantes, qui ne peuvent être considérées d’ailleurs comme des particularités dialectales, au sens que nous avons donné à cette expression, puisque la communauté linguistique les sanctionne sévèrement : ce sont des lapsus ou même des barbarismes qui déclassent leurs auteurs.

3Dans notre pays, l’école et la grammaire normative ont à peu près triomphé de toutes les forces qui poussent la langue vers le changement. Du reste, la forte cohérence du système morphologique du français, l’application consciente que les Haïtiens mettent forcément à l’assimiler l’ont préservé de l’influence d’une langue populaire, dont le système morphologique est totalement différent de celui des langues indo-européennes : rappelons qu’en dehors de quelques oppositions (cousin/cousine, voisin/voisine, (n) oncle/tante, (n) homme/femme, malheureux/malheureuse, etc., qui sont venues du français, le créole ne connaît pas les flexions qui, dans les langues indo-européennes, anciennes ou modernes, correspondent aux notions de genre, de nombre, de mode, de temps, de personne, etc. Les formes du français dialectal d’Haïti sont donc demeurées, à quelques exceptions près que nous signalerons plus loin, celles du français normal. En dehors des raisons d’ordre linguistique invoquées plus haut, l’impossibilité de réunir une masse assez importante de particularités morphologiques nous oblige à grouper sous les mêmes rubriques les emplois et les formes.

  • 1 Albert Dauzat, compte rendu de l’ouvrage de Jean Séguy, Le français parlé à Toulouse, Toulouse, 19 (...)

4Nous insisterons de préférence sur les faits grammaticaux qui différencient le français d’Haïti du français commun. Nous disons bien : nous insisterons de préférence, car notre intention n’est pas de nous en tenir aux seules particularités. Une langue régionale est « un tout qu’il est intéressant de connaître dans son ensemble »1, avec ses différences, bien entendu, mais aussi avec ses ressemblances et ses lacunes par rapport à la langue commune. Quand dans une description on ne présente que les faits qui la différencient, on tronque le visage de la langue en question, on mutile le réel, on n’en donne qu’une image fausse. Mais il y a un autre écueil à éviter : il serait inutile et tout à fait fastidieux de redire tout au long, en voulant exposer le système grammatical complet du F. H., ce qui a été déjà dit — et souvent bien dit — par tant de bons grammairiens à propos du français normal.

5Pour éviter à la fois des répétitions oiseuses et une lacune qui serait regrettable, nous avons cru bon de grouper, au début de certains chapitres, mais sans viser à être exhaustif, des textes courts tirés des journaux haïtiens et de quelques écrivains contemporains et qui montrent in globo ce qu’il y a de commun entre notre français dialectal et le français normal. Il est vrai que les phrases suivies dans lesquelles s’encadrent les particularités étudiées ici auraient pu dissiper l’équivoque. Mais ceci ne suffit pas à nos yeux. Nous nous sommes étendu un peu plus sur l’ordre des mots, parce qu’il s’agit là d’une question à laquelle les grammairiens s’intéressent depuis peu de temps et qu’à ce point de vue le F. H. présente certaines différences notables.

  • 2 V. Actes du 1er Congrès International des Linguistes à La Haye du 10-15 avril 1928, p. 33 sqq.

6Un plan idéal pour une étude grammaticale est très difficile à établir, à moins que l’on se décide à présenter la langue étudiée dans sa « structure immanente » : tel n’est pas notre dessein. Si les linguistes sont d’accord pour critiquer la division traditionnelle de la grammaire en parties du discours, les grammairiens qui s’inspirent de cette vue n’ont pas réussi à donner des faits grammaticaux un exposé basé sur un plan qui soit rigoureusement conforme à leurs principes. La méthode suivie par M. A. Sechehaye dans son « Abrégé de Grammaire française sur un plan constructif » et décrite dans une communication au Premier Congrès International des Linguistes2, ne semble pas avoir tenté beaucoup de grammairiens. M. C. de Boer, qui, dans sa « Syntaxe du français moderne » (Leiden, 1947), a essayé de suivre un plan logique, n’a pu que réduire le nombre des parties du discours, tout en recourant d’ailleurs à de nombreux renvois. On ne peut tout d’un coup se débarrasser d’une méthode consacrée par une longue tradition.

7Tout en essayant de nous dégager des grammaires scolaires, nous avons à notre tour adopté un plan dont nous reconnaissons tout le premier les imperfections. En voici les grandes lignes :

8Chapitre I : Le nom, son exposant, l’article ; les substituts de l’article et les mots qui remplacent le nom.

9Chapitre II : L’adjectif.

10Chapitre III : Les représentants personnels (conjoints ou indépendants) et le verbe.

11Chapitre IV : L’adverbe.

12Chapitre V : Les relations marquées par les prépositions.

13Chapitre VI : La phrase.

14Les faits étudiés se répartissent, généralement, entre deux grandes catégories :

  1. les innovations et les adaptations qui proviennent du contact du créole et qui se répandent surtout dans la couche la moins cultivée de la population francophone,
  2. les formes et les emplois qui vieillissent en français normal, qui sont peu courants à Paris : ils sont plutôt l’apanage de la couche la plus cultivée.

15Nous les appelons faits décadents. Rarement nous avons l’occasion de noter des faits grammaticaux qui soient dus à une influence de l’anglais.

16Nous avons gardé la nomenclature grammaticale traditionnelle, mais nous avons tenu compte, sans verser dans aucun excès, des améliorations apportées dans ce domaine par Ferdinand Brunot, Damourette et Pichon, etc., et qui sont aujourd’hui admises par tous ceux qui s’occupent sérieusement des études grammatiacles.

Notas

1 Albert Dauzat, compte rendu de l’ouvrage de Jean Séguy, Le français parlé à Toulouse, Toulouse, 1951, in Français moderne, 1950, p. 313 sqq. ; voir également Antoine Meillet, compte rendu de l’étude de A. Brun sur le français de Marseille, in B. S. L., no 100 (1932).

2 V. Actes du 1er Congrès International des Linguistes à La Haye du 10-15 avril 1928, p. 33 sqq.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540