Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Première partie. Phonologie

Phonologie

Texte intégral

1Dans cette partie de notre travail, nous avons fait une étude plus phonologique que phonétique. Au lieu de nous satisfaire d’une description des sons, nous avons cherché à déterminer quelles sont les oppositions qu’ils engendrent dans le parler que nous étudions. Nous n’avons pas essayé d’innover dans un domaine nouveau : nous avons fait exactement ce qu’a fait M. A. Martinet pour le patois d’Hauteville (V. La description phonologique avec application au parler franco-provençal d’Hauteville (Savoie), Paris, Minard, 1956). Comme la phonologie doit tenir compte du sentiment des sujets parlants, nous avons également mené une enquête phonologique, en utilisant le questionnaire employé par M. Martinet dans : La prononciation du français contemporain : nous l’avons du reste adapté à nos besoins, en supprimant des questions qui n’intéressent pas notre étude, en y introduisant de nouveaux groupes ou de nouveaux mots plus courants en Haïti. Nous avons tenu à contrôler les réponses obtenues, par une seconde enquête, plutôt phonétique, menée dans les lycées, collèges et institutions d’enseignement supérieur de Port-au-Prince. Comme nous n’avions pas de laboratoire à notre disposition au moment où nous pouvions mobiliser un grand nombre de sujets, nos remarques phonétiques reposent plutôt sur l’observation personnelle et portent sur des sons que l’oreille peut aisément percevoir et distinguer.

2Voici le questionnaire qui a été proposé à nos sujets et les phrases qu’ils ont lues au cours de l’enquête orale :

Questionnaire sur la prononciation du français en Haïti

3Nom……………

4Age…………….

5Profession………

6Ville d’origine……………… Habite Port-au-Prince depuis………

7Études faites………….

8Veuillez ne tenir compte, en répondant à ces questions, que du parler le plus naturel :

  1. Dans le parler le plus naturel, prononcez-vous la lettre a de façon identique dans : a) là et las ? b) rat et ras ? c) chat et chats ? d) patte et pâte ? e) Pathé et pâté ?
  2. Si vous faites une différence entre rat et ras, est-ce une différence : a) de timbre (voyelle plus ou moins ouverte ou profonde) ? b) de longueur (durée de la voyelle) ?
  3. Si vous faites une différence entre patte et pâte, est-ce une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  4. Dans un parler tout à fait naturel et familier, prononcez-vous de façon identique : a) laque et lac ? b) Rome et rhum ? charretier et Chartier ? au c près, calepin et alpin ?
  5. Prononcez-vous naturellement : a) arc (que)-boutant ou arc’boutant ? b) ours(e) blanc ou ours’blanc ?
  6. Quelle prononciation vous paraît la plus naturelle ? soulignez-la : ouvrez la fenêtre ou ouvrez la f’nêtre — Vous avez un neveu ou vous avez un n’veu — au secours ou au s’cours — appesantir ou app’santir — au fur et à mesure qu’il grandit ou au fur et à m’sure qu’il grandit — nous ferions ou nous f’rions — nous faisons ou nous f’sons — la sainteté ou la saint’té — je vous en remercie ou r’mercie — la vedette de la semaine ou la v’dette de la semaine — la p’louse ou la pelouse — je te remercie, j’te remercie, je t’remercie, je te r’mercie — j’me dis, je m’dis, je me dis — on s’retourne, on se r’tourne, on se retourne — Rien ne se fait sans peine, rien n’se fait sans peine, rien ne s’fait sans peine ?
  7. Prononcez-vous de façon identique : a) pot et peau ? b) mot et mots ? c) sotte et saute ? d) molle et môle ? e) Paul et pôle ?
  8. Si vous faites une différence entre pot et peau, est-ce une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  9. Si vous faites une différence entre molle et môle, est-ce une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  10. Prononcez-vous de façon identique : a) roux et roue ? b) bout et boue ? c) tousse et tous ?
  11. Si vous faites une différence entre roux et roue, est-ce une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  12. Prononcez-vous de façon identique : a) barbu et barbue ? b) sûr et sûre ?
  13. Si vous faites une différence entre barbu et barbue, s’agit-il d’une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  14. Prononcez-vous de façon identique : a) mi et mie ? b) ri et rie ? c) le cri et il crie ?
  15. Si vous faites une différence entre cri et crie, s’agit-il d’une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  16. Prononcez-vous de façon identique : a) piquet et piqué ? b) piquet et piquait ? c) couchait et couché ? d) armé et armée ? e) collé et collée ? f) selle et cèle ? g) fête et faîte ?
  17. Si vous faites une différence entre armé et armée, s’agit-il d’une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  18. Si vous faites une différence entre selle et cèle, s’agit-il d’une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  19. Prononcez-vous de façon identique : a) jeune et jeûne ? b) veule et veulent ? c) filleul et filleule ?
  20. Si vous faites une différence entre jeune et jeûne, s’agit-il d’une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  21. Si vous faites une différence entre veule et veulent, s’agit-il d’une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  22. Si vous faites une différence entre filleul et filleule, s’agit-il d’une différence : a) de timbre ? b) de longueur ?
  23. Parmi les mots quai, gai, les, mes, serai, cahier, quels sont : a) ceux que vous faites rimer avec été, étés ? b) ceux que vous faites rimer avec était, étais ?
  24. Prononcez-vous de façon identique : a) le premier é de été et celui de était ? b) le eu de déjeuner et celui de déjeunons ?
  25. Prononcez-vous de façon identique : a) brun et brin ? b) alun et Alain ?
  26. Si vous faites la distinction, avez-vous conscience de la faire avec un certain effort ?
  27. Avez-vous l’impression de prononcer : a) le d de médecin comme un d ou comme un t ? le b de absent comme un b ou comme un p ? le c de anecdote comme un c ou comme un g ? le j de faux-jeton comme un j ou comme un ch ? le t de vingt-deux comme un t ou comme un d, ou bien est-il muet ?
  28. Estimez-vous que soient satisfaisantes à l’oreille les rimes : cap — cab ? il divague et il vaque ? gag-bac ? nabab-Gap ? jazz-Pallas ?
  29. Prononcez-vous de façon identique : a) Daniel et d’agnelle ? b) l’agneau et l’Anio ? c) régnons et régnions ?
  30. Distinguez-vous nettement dans la conversation ordinaire entre nous travaillons et nous travaillions ?
  31. Prononcez-vous de façon identique : a) soulier et souillé ? b) pilier et pillé ? c) fusilier et fusillé ?
  32. Prononcez-vous de façon identique brillant et Briand ?
  33. Prononcez-vous en une ou deux syllabes : a) pied ? b) lion ? c) bouée ? d) buée ? e) louer ?
  34. Prononcez-vous de façon identique les mots soulignés dans : je crois et il reste coi, j’ai foi et j’ai froid, je dois et j’ai le droit ?
  35. Prononcez-vous l’h aspiré dans les mots : la hauteur, à la hâte, une hâche, hisser ?
  36. En parlant familièrement, faites-vous sentir : a) deux n dans sonnez ? b) deux m dans sommet ? c) deux d dans addition ? d) deux 1 dans illogique ? e) deux r dans irrémédiable ? f) deux 1 dans je l’ai vu ?
  37. Prononcez-vous de façon identique : a) guère et guerre ? b) parage et barrage (à la première lettre près) ? c) vous courez et vous courrez ? d) vous mourez et vous mourrez ?
  38. Prononcez-vous le ng de looping, de smoking, de footing : a) comme n, b) comme gn, c) comme en anglais ?

Enquête orale

91. Il est né au Môle Saint-Nicolas..

102. Non, il est plutôt des Côtes-de-Fer.

113. J’ai travaillé à la hâte.

124. De haut en bas.

135. On a hissé le drapeau.

146. Rien ne se fait sans peine.

157. Plutôt que de céder, il endurera toutes les souffrances.

168. Il a fait froid cette nuit.

179. Un élégant smoking.

1810. Agir avec patriotisme.

1911. Veux-tu te taire ?

2012. Il est recommandé, pendant le Carême, de pratiquer le jeûne.

2113. Cet imbécile n’a rien compris.

Analyse des deux questionnaires

22L’enquête phonologique ne comporte aucune question sur les antécédents linguistiques de nos sujets, parce qu’il s’agit d’élèves, d’étudiants et d’amis que nous connaissons depuis longtemps. Tous ils sont bilingues, tous ils parlent le créole et le français. Aucune question ne concerne les domiciles successifs des enquêtés : la mobilité géographique n’est pas considérable en Haïti. En dehors de la carrière militaire, il y a chez nous peu de situations qui imposent aux familles de fréquents changements de domicile, et même quand le père est astreint à « faire la province », il s’arrange pour laisser sa femme et ses enfants à la capitale, où les écoles sont meilleures. Du reste, nous l’avons déjà dit, comme le français se maintient en Haïti principalement par l’enseignement, il présente dans tout le pays une grande unité : les comparaisons que nous avons établies entre les réponses des sujets élevés en province et celles des sujets élevés à la capitale confirment cette vue. Seuls le dessin mélodique de la phrase et un relâchement plus prononcé du r distinguent le français parlé par un Capois de celui que parle un Port-au-Princien.

23Les questions 1 à 26 concernent le système des voyelles et les questions 27 à 38 celui des consonnes.

24Les phrases de l’enquête orale portaient sur les réalisations de 0 fermé accentué (1 et 2), de e caduc (6, 7, 11 et 13), de oe fermé accentué (12), de h aspiré (3, 4 et 5), de n vélaire (9), la neutralisation de l’opposition sourde-sonore à l’intérieur d’un mot (10) et, enfin, la réalisation de r en position explosive devant w.

Résultats généraux des deux enquêtes

25Cent soixante personnes, un peu plus de 50 %, ont répondu à notre questionnaire écrit. Mais plus de deux cents étudiants et élèves ont participé à notre enquête orale : appelés un à un dans une salle de classe, ils ont lu de bonne grâce les phrases proposées, tandis que sur une feuille préparée à l’avance, nous notions nos observations par des signes. Nous ne pouvons pas dire que ces sujets représentent telle ou telle portion de la population francophone d’Haïti, mais, ce qui est certain, c’est qu’ils représentent tous les milieux où l’on parle français, la capitale, la province, la moyenne et la haute bourgeoisie : les données chiffrées que nous tirons de l’enquête sont donc applicables à ces différents milieux. Il n’est pas d’un grand intérêt de répartir nos informateurs par groupes d’âge, parce que les gens d’âge mûr représentent une infime proportion par rapport aux autres. Nous avons compté en effet :

de 19 à 30 ans

118 sujets

de 31 à 40 ans

12 sujets

de 41 à 60 ans

8 sujets

26En outre, vingt-deux informateurs — la plupart des hommes pourtant — n’ont pas indiqué leur âge et se sont contentés de porter sur leur feuille la mention « adulte » ou « majeur ». Ce n’est pas que nous ayons négligé de rechercher des sujets âgés, mais ces derniers ont omis d’envoyer leurs réponses et, à leur égard, il n’a pas été possible de trop insister.

27Quant à l’enquête orale, exception faite pour deux de nos proches parents, elle n’a pu se faire que parmi des sujets de 17 à 25 ans : un Haïtien qui n’est pas étudiant se prêterait malaisément à une telle épreuve, il aurait fallu un long préambule et d’infinies précautions pour l’y décider sans froisser son orgueil.

28Les résultats partiels seront utilisés et exposés, en temps opportun, au cours de l’étude détaillée qui va suivre. Nous avons eu la joie de constater que sur bien des points les résultats des deux enquêtes concordaient merveilleusement et venaient confirmer nos observations.

LES PHONÈMES

I. Les consonnes

Le phonème p

29L’identité phonologique du phonème p ressort des rapprochements suivants :

  1. p/b (non-sonorité/sonorité) : paquet-baquet ; poisson-boisson ; pâtir-bâtir ; dépit-débit ; dépris-débris ; gap-nabab.
  2. p/f (bilabial/labiodental) : pain-faim ; poule-foule ; poison-foison ; empreindre-enfreindre ; empan-enfant.
  3. p/m (non-nasalité/nasalité) : port-mort ; pairie-mairie ; punition-munition ; débarquer-démarquer ; déparier-démarier ; dépit-démis.

30Ce phonème se réalise en Haïti comme une occlusive bilabiale sourde articulée avec moins d’énergie qu’à Paris. Par suite d’une tenue insuffisante, son articulation laisse même une impression de relâchement.

Le phonème b

31L’identité phonologique du phonème b ressort des rapprochements que nous avons faits à propos de p (v. p. 1o) et des suivants :

  1. b/v (bilabial/labiodental) : ballon-vallon ; bisser-visser ; cabale-cavale ; aboyer-avoyer ; habit-avis.
  2. b/m (non-nasalité/nasalité) : bouton-mouton ; billion-million ; boissonmoisson ; débâter-démâter ; abolir-amollir.

32Ce phonème se réalise en Haïti comme une occlusive bilabiale sonore articulée avec moins d’énergie qu’à Paris, et même avec un certain relâchement provenant d’une tenue insuffisante, comme nous l’avons expliqué pour p.

Le phonème f

33L’identité phonologique du phonème f ressort des rapprochements que nous avons faits à propos de p (v. ci-dessus p, 2°) et des suivants :

341° f/v (non-sonorité/sonorité) : fin-vin ; fallu-valu ; faner-vanner ; affiner-aviner ; affaler-avaler ; défaut-dévot.

35Ce phonème se réalise en Haïti comme une spirante labiodentale sourde articulée plus faiblement qu’à Paris, par suite d’une tenue insuffisante, comme nous l’avons expliqué pour les phonèmes précédents.

Le phonème v

36L’identité phonologique de v ressort des rapprochements que nous avons déjà faits à propos de b et f (v. b 1o et f 1o).

37Ce phonème se réalise en Haïti comme une spirante labiodentale sonore articulée plus faiblement qu’à Paris, par suite d’une tenue insuffisante.

Le phonème t

  1. t/d (non-sonorité/sonorité) : tarder-darder ; tenture-denture ; tonner-donner ; centre-cendre ; cintre-ceindre ; atterrer-adhérer ; parti-pardi.
  2. t/n (non-nasalité/nasalité) : toit-noix ; datation-damnation ; dotation-donation ; athée-année ; dépatter1-dépanner.

38Ce phonème se réalise en Haïti comme une occlusive apicale postdentale sourde articulée plus faiblement qu’à Paris, par suite d’une tenue insuffisante, comme il est indiqué ci-dessus.

Le phonème d

39L’identité phonologique de d ressort des rapprochements que nous avons faits à propos de t (v. ci-dessus t 1o) et des rapprochements suivants :

40d/n (non-nasalité/nasalité) : doter-noter ; dation-nation ; aduler-annuler ; dard-nard.

41Ce phonème se réalise en Haïti comme une occlusive apicale postdentale sonore articulée avec moins d’énergie qu’à Paris.

Le phonème s

  1. s/z (non-sonorité/sonorité) : son-zon ; sonne-zone ; sain-zain ; cinq-zinc ; sanie-zanni ; selle-zèle ; dessert-désert ; poisson-poison ; once-onze ; assuré-azuré ; casser-caser ; Pallas-jazz.
  2. s/s (sifflante-chuintante) : sou-chou ; déçu-déchu ; entasser-entâcher ; décosser-décocher.

42Ce phonème se réalise en Haïti comme une sifflante sourde continue articulée plus faiblement qu’à Paris avec la pointe de la langue abaissée sur la gencive inférieure.

Le phonème z

43L’identité phonologique de z ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de s (v. s 1°) ainsi que de ceux qui suivent :

44z/j (sifflante-chuintante) : zèle-gel ; zest-geste.

45Ce phonème se réalise en Haïti comme une sifflante sonore continue articulée avec la pointe de la langue abaissée sur la gencive inférieure. En finale, son opposition à la sourde correspondante demeure très nette, comme il est dit ci-dessus.

Le phonème š

46L’identité phonologique de š ressort des rapprochements faits ci-dessous à propos de s (v. s-2°) et de ceux qui suivent :

47š/j (sourde/sonore) : char-jarre ; chou-joue ; bêche-beige ; déjucher-déjuger.

48Ce phonème se réalise en Haïti comme une chuintante sourde continue articulée avec la pointe de la langue appuyée au-dessus des alvéoles des dents inférieures.

Le phonème j

49L’identité phonologique de j ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de z et de š.

50Ce phonème se réalise en Haïti comme une chuintante sonore continue articulée avec la pointe de la langue appuyée au-dessus des alvéoles des dents inférieures. Dans un groupe comme nous jetons ou faux-jeton, il garde son articulation sonore, d’autant plus que les 96 % de nos sujets conservent l’e caduc dans cette position.

Le phonème k

51k/g (non-sonorité-sonorité) : cage-gage ; cacher-gâcher ; oncle-ongle ; écart-égard ; écu-aigu ; il vaque-il divague ; crosse-grosse ; crasse-grasse.

52Ce phonème se réalise en Haïti comme une occlusive dorsale sourde plus ou moins profonde suivant la voyelle qui suit.

Le phonème g

53L’identité phonologique de g ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de k (v. k-1°). Ce phonème se réalise comme une occlusive dorsale sonore plus ou moins profonde suivant la voyelle qui suit.

Le phonème m

54L’identité phonologique de m ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de p et b (v. p-3° et b-2°) et de ceux qui suivent :

55m/n (bilabialité/apicalité) : main-nain ; mâture-nature ; motion-notion ; amont-ânon ; démis-déni ; camail-canaille.

56Ce phonème se réalise en Haïti comme une occlusive bilabiale nasale plutôt sonore.

Le phonème n

57L’identité phonologique de n ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de t, d et m (v. t-2°, d-1°, m-1°), ainsi que de ceux qui suivent :

581° n/ñ (apicalité-/dorsalité) : anneau-agneau ; canard-cagnard.

Le phonème ñ

59L’identité phonologique de ñ ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de n (v. n-1°).

60Ce phonème se réalise en Haïti comme une nasale prépalatale plutôt sonore. Il se distingue nettement du groupe n + y des mots comme Anio, Rénier, Daniel : à part une seule exception qui pourrait s’expliquer par l’influence du milieu parisien, tous nos sujets affirment qu’ils font une distinction entre agneau et Anio, Régnier et Rénier, d’agnelle et Daniel.

Le phonème l

61L’identité phonologique de 1 ressort des rapprochements suivants faits avec r qui est, comme lui, en dehors du système, mais qui s’oppose à lui :

62dilection-direction ; coulant-courant ; haleine-arène ; lire-rire ; calice-Carice (commune du nord d’Haïti).

63Ce phonème se réalise en Haïti comme une latérale apicodentale généralement sonore.

Le phomène r

64L’identité phonologique de r ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de 1.

65La réalisation de ce phonème en Haïti appelle quelques observations un peu plus longues que celles que nous avons faites à l’occasion des autres consonnes. La faiblesse articulatoire qui l’affecte est plus prononcée que celle des autres consonnes.

66Le r que prononcent les Haïtiens dans la conversation ordinaire ne correspond à aucun des r décrits dans les manuels ou traités de phonétique française : ce n’est ni un r apical, ni tout à fait un r uvulaire. Il est bien difficile, en dehors du laboratoire, d’en préciser le lieu d’articulation. En nous fondant sur l’observation personnelle, nous pourrions dire que c’est une fricative sonore vélaire, moins profonde que le r français et très proche de la semi-consonne w.

67Le r se réalise ainsi particulièrement en position explosive devant a, e, i, qu’il soit seul ou précédé d’une occlusive ou d’une autre spirante.

68En position explosive et suivi des labiales o, oe, ü, u, w, il se ramène presque à un W : ainsi rot, heureux, rue, roue, roi, se prononcent à peu près comme wo, oewoe, wü, wu, wa. Il en est de même quand r est précédé d’une occlusive ou d’une spirante et suivi de w : froid, droit, proie, trois, croix, broyer ne se distinguent pratiquement pas dans la conversation et même dans une lecture soutenue, de foi, doit, pois, toi, quoi et Boyer (nom propre).

69Placé entre les voyelles e et i — position faible — il s’amuit dans un débit rapide : directeur, vérité> di(r)ecteur, vé(r)ité.

70En position implosive, il ne fait qu’allonger la voyelle qui le précéde : perdre s’entend comme pêêdre.

71Sur les différentes réalisations du r, l’enquête écrite n’a pourtant pas confirmé nos observations. A la question 34 : Prononcez-vous de façon identique : je crois et il reste coi, j’ai foi et il fait froid, je dois et j’ai le droit ?, 57,14 % de nos informateurs ont répondu : Non. Seulement 36,36 % ont répondu oui et précisé — du moins quelques-uns — qu’ils prononcent faiblement le r. Cependant, ces 36,36 % constituent déjà une bonne masse. Les 57,14 % se sont sans doute laissé influencer par la graphie. Ou bien, faute de terme de comparaison, ils n’ont réellement pas conscience de la faiblesse articulatoire de leur r : pour nous en rendre compte nous-même, il nous a fallu vivre quelque temps dans le milieu parisien.

72Les résultats de l’enquête orale sont plus conformes à la réalité. Tous ceux qui ont lu la phrase 8 : Il a fait froid cette nuit ont prononcé fwa et non frwa.

73Il nous a paru intéressant, sur ce point, de mener une seconde enquête dans un milieu spécial où l’on est censé suivre une orthoépie rigoureuse : la Société Nationale d’Art Dramatique souchée au Conservatoire National d’Art Dramatique. Là encore, 67,5 % des sujets ont prononcé froid comme foi, 17,5 % ont fait entendre un r à peu près normal et 15 % seulement l’ont fait vibrer convenablement.

Réalisations de l’n vélaire

74L’n vélaire, que le français normal a emprunté à l’anglais, est beaucoup plus familier à l’usager haïtien, qui a pris l’habitude de le prononcer en parlant créole : l’n vélaire existe en effet dans diverses interjections de la langue locale : bing, bang, ding, dong, king, kong. De plus, l’Haïtien adopte les mots anglais avec leurs sons d’origine et n’essaie pas de les naturaliser du point de vue phonétique. Aussi, n’avons-nous pas été étonné de constater qu’à la question 38 de notre enquête écrite : Prononcez-vous le ng de looping, de smoking, de footing : a) comme n, b) comme gn, c) comme en anglais ?

7583,66 % de nos sujets ont répondu : comme en anglais.

76Mais il est fort possible qu’en croyant répondre comme en anglais nos informateurs n’articulent en réalité que le son in, car dans le membre de phrase de notre enquête orale : un élégant smoking, le mot smoking a été lu comme smokin par 35 % de nos sujets, et comme en anglais véritablement par 65 %.

La gémination

77A Paris, la prononciation insistante des géminées à l’intérieur d’un radical (sommeil, donnez) ou celle qui résulte de l’antéposition d’un préfixe à un radical (illogique, irrémédiable) n’est pas recommandée.

78On peut néanmoins observer ce fait en Haïti en particulier dans le langage de certains speakers de radio officielle ou privée, parfois même dans la conversation courante. Nos informateurs en ont bien conscience.

79A la question 36 de notre enquête écrite : Faites-vous sentir deux n dans donnez, deux m dans sommeil ? deux d dans addition ? deux 1 dans je l’ai vu ? deux 1 dans illogique ? deux r dans irrémédiable ?

8048 % de nos sujets ont répondu qu’ils ne font pas sentir la gémination, mais 52 % la font sentir, dans certains mots ; seulement 2 sujets, soit 1,33 % la font sentir dans tous les mots.

44 %

l’observent dans illogique

33.33 %

— irrémédiable

10,66 %

— donnez

9.33 %

— sommeil

6,66 %

— addition

2,66 %

— je l’ai vu

81Les forts pourcentages observés pour illogique et irrémédiable n’ont rien d’étonnant : la conscience encore vivace de la composition de ces deux mots explique bien cette insistance. Les faibles pourcentages enregistrés pour sommeil, donnez, addition et je l’ai vu sont encore compréhensibles : ce sont des mots courants, les parleurs qui y font sentir la gémination sont ou bien ceux qui se laissent influencer par la graphie, ou bien ceux qui sont à la recherche d’un langage distingué, ou enfin les mauvais observateurs : il est par exemple assez curieux de noter que l’un de nos sujets a fait sentir la gémination dans donnez et sommeil et non dans les autres mots, qu’un second l’a observée dans tous les mots sauf illogique et je l’ai vu. Une grande masse d’enquêtés observent également la gémination dans le futur : vous mourrez face au présent : vous mourez.

82La gémination de yod demande un effort articulatoire assez accentué. Cependant la réaction de nos informateurs a été la suivante : à la question 30 de notre enquête écrite : Distinguez-vous dans la conversation ordinaire entre nous travaillons et nous travaillions :

66,66 % ont répondu qu’ils font la distinction,
33.33 % ont dit non.

83L’enquête orale a révélé ce qui suit :

40 % ont fait sentir le double yod,
40 % ont fait sentir un seul yod

84et dans le cas de 20 % des sujets, il a été difficile de décider s’ils ont émis un double yod ou un seul yod.

Neutralisation de l’assimilation sourde/sonore ou sonore/sourde

85Quand une consonne sonore se trouve en contact avec une sourde, la première s’assimile à la seconde, selon la loi du plus fort. Mais cette assimilation n’est jamais complète. Elle peut être neutralisée par plusieurs facteurs et particulièrement par la graphie dans une langue qui se voit et se lit autant qu’elle se parle et même plus qu’elle ne se parle.

86Une question tend à mesurer le degré de cette neutralisation dans le F. H.

87Question 27. Avez-vous l’impression de prononcer : a) le d de médecin comme un d ou comme un t, le b de absent comme un b ou comme un t, le t de vingtdeux comme un t ou comme un d ?

8890,27 % de nos informateurs ont prononcé le d de médecin comme un d,

8977,14 % de nos informateurs ont prononcé le b de absent comme un b,

9088,46 % de nos informateurs ont prononcé l’s de patriotisme comme un s.

91Le fort pourcentage de ceux qui prononcent le d de médecin comme tel pourrait s’expliquer par la présence de l’e instable qui masque à la lecture le contact des deux consonnes — n’oublions pas que dans un très grand nombre de cas l’e caduc se maintient en F. H. La répugnance à l’assimilation constatée dans ces trois cas peut aussi s’expliquer par le souvenir de la graphie.

92Cependant l’assimilation de la sourde à la sonore qui suit, dans vingt-deux, est faite par 71,21 % de nos sujets. Seulement 16,66 % prononcent le t de vingt-deux comme t'. Ces résultats contredisent-ils les précédents ? En apparence seulement. Si la graphie ne joue pas ici, c’est sans doute parce que le t de vingt est muet. D’autre part, les informateurs ont sans doute mal analysé leur impression : l’Haïtien ne prononce ni vẽt doe ni vẽd doe, mais vẽn doe ; c’est ce qu’ont bien senti un tout petit nombre de nos sujets, 12,12 % qui ont donné cette réponse. Ce pourcentage aurait été bien plus élevé ; il aurait même dépassé les 50 % si nous n’avions pas malheureusement omis d’indiquer la prononciation vên doe à côté des deux autres.

93La proportion de ceux qui ont prononcé l’s de patriotisme selon la graphie est pourtant moins élevée, suivant les résultats de l’enquête orale : seulement 60 % contre 40 % qui ont fait l’assimilation.

L’aspiration

94Tandis que l’aspiration de l’h ne se fait plus sentir à Paris et dans la région parisienne, elle est encore très sensible en Haïti. Ce fait, qui se révèle à l’observateur le moins sagace, a été confirmé par nos deux enquêtes.

95A la question 35 de l’enquête écrite : Prononcez-vous l’h aspiré dans les mots : à la hâte, la hauteur, une hache, hisser ?

966I,53 % des sujets ont répondu oui et 19,23 % non.

97Les autres ont fait des distinctions : ainsi 7,69 % ont répondu qu’ils prononcent l’h aspiré dans trois des quatre mots proposés, et non dans le quatrième ; 14,10 % dans deux des quatre mots proposés ; 5,12 % sont passés à côté de la question.

98C’est surtout dans la hauteur et dans hisser qu’on a évité de marquer l’aspiration quand on voulait faire une distinction entre les quatre mots.

99L’enquête orale a donné des chiffres un peu différents, mais qui ne contredisent pas les réponses au questionnaire écrit. Dans la phrase : J’ai travaillé à la hâte, l’aspiration a été fortement marquée par 86,10 % des sujets. C’est là un résultat plus proche de la réalité que les 61,53 % de l’enquête écrite.

100De haut en bas : la proportion de ceux qui ont fait l’aspiration est de 54,31 % contre 43,10 qui n’ont pas fait l’aspiration et qui ont fait l’hiatus oe/o.

101On a hissé le drapeau : dans cet énoncé enfin, seulement 27 % des sujets ont fait entendre une aspiration. Rappelons que dans l’enquête écrite, le mot hisser est celui pour lequel le plus faible pourcentage des sujets a marqué l’aspiration.

II. LES VOYELLES

Le phonème i

102L’identité phonologique de i, sous la forme de la voyelle i ou de la semi-voyelle y, ressort des rapprochements suivants :

  1. i/é (aperture du 1er degré/aperture du 2e degré) : nid-nez ; décidé-décédé ; attirer-atterrer ; suie-suer.
  2. i/ü (arrondi/non arrondi) : pli-plu ; pire-pure ; kilo-culot ; dépité-député ; brisque-brusque.
  3. ° i sous la forme de y/ñ : Bayard-bagnard ; Cayard-cagnard.

103Le phonème i se réalise tantôt comme une voyelle antérieure non arrondie d’aperture minima, tantôt comme la semi-voyelle y. Sa durée varie suivant la place qu’il occupe dans le mot et suivant la nature de la consonne ou de la voyelle qui le suit. A la finale, il s’allonge devant les consonnes allongeantes r, j, v, z, vr ; il en est de même dans les mots terminés par un e muet : 50,22 % de nos sujets font une différence de longueur entre le cri et il crie.

Le phonème ü

104L’identité phonologique de ü ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de i, ainsi que de ceux qui suivent :

  1. ü/oe (aperture du 1er degré/aperture du 2e degré) : fût/feu ; jus-jeu ; moussu-mousseux ; nu-noeud ; vue-voeu ;
  2. ü/u (antérieur-/postérieur) : pur-pour ; sursis-sourcil ; puce-pouce ; mûrir-mourir ; sûrir-sourire ; bureau-bourreau ; débuter-débouter ;
  3. w/u (semi-voyelle/semi-voyelle) : lui-Louis ; huis-ouïe ; enfui-enfoui.

105Ce phonème se réalise tantôt comme une voyelle antérieure arrondie d’aperture minima, tantôt comme la semi-voyelle w. Sa durée varie suivant sa place dans le mot et suivant l’entourage consonantique ou vocalique. Nos enquêtés croient que devant un e muet, il reste bref : go % d’entre eux ne font aucune différence entre : il est barbu et elle est barbue.

Le phomène u

106L’identité phonologique de u ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de ü, ainsi que de ceux qui suivent :

107u/o (aperture du 1er degré/aperture du 2e degré) : fou-faux ; boue-beau ; couteau-côteau ; loup-lot.

108Ce phonème se réalise tantôt comme une voyelle postérieure arrondie d’aperture minima, tantôt comme une semi-voyelle. Il s’allonge à la finale suivant la nature de la consonne qui le suit. Au sentiment de nos sujets, il reste bref devant e muet dans des mots comme roue ou boue : 85 % d’entre eux prononcent de façon identique, sans aucune différence de timbre ou de longueur, roux et roue, bout et boue.

Le phomène é

109L’identité phonologique de é ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de i, ainsi que de ceux qui suivent :

  1. é/oe (non arrondi/arrondi) : blé-bleu ; dé-deux ; fée-feu ; vasé-vaseux ; moussé-mousseux ; pied-pieu ;
  2. é/è (aperture du 2e degré/aperture du 3e degré) : piqué-piquet ; piqué-piquait ; saurai-saurais ; mué-muet.

Le maintien de l’opposition é/è constitue à l’heure actuelle l’un des traits les plus significatifs de la phonologie du français dialectal d’Haïti et l’un de ceux qui le différencient le plus du français de Paris. Nous avons noté qu’actuellement à Paris è en finale se confond de plus en plus avec é et, le 9 mars 1959, pour nous faire comprendre de la serveuse d’un restaurant à qui nous avions demandé un lait froid (Imagelè frwa) et qui tendait vers nous l’oreille, signe qu’elle avait mal entendu, il nous a bien fallu, contrairement à nos habitudes locales, dire : Imagelé frwa, et immédiatement le malentendu était dissipé. Tous nos sujets ont, comme nous, conscience de cette opposition qui se présente dans les participes passés face aux imparfaits et aux substantifs terminés en et = è comme piquet ; dans les conditionnels (1re personne du singulier) face aux futurs (1re personne du singulier). Ce phénomène de conservation est le triomphe de l’enseignement, puisque, en créole haïtien, é est fermé en finale absolue : gilet, chapelet, billet se prononcent jilé, šaplé, biyé.

110Le phonème é se réalise comme une voyelle antérieure d’aperture moyenne, intermédiaire entre celle de i et celle de è. Nos sujets n’ont pas le sentiment qu’il s’allonge à la finale devant e muet : pour la très grande majorité d’entre eux, il n’y a pas de différence de longueur entre armé et armée.

Le phonème oe

111L’identité phonologique du phonème oe ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de ü et de é, ainsi que de ceux qui suivent :

  1. oe/o (antérieur/postérieur) : peureux-poreux ; écoeurer-écorer ; gateuxgâteau ; neutre-nôtre.
  2. oe/oè (aperture du 2e degré/aperture du 3e degré) : jeûne-jeune ; veuleveulent (cette dernière opposition se perd, sans doute à cause de son faible rendement : 41 % de nos sujets n’en ont pas conscience, affirment-ils. En fait, 90 % d’entre eux prononcent jeune et jeûne avec un oè ouvert).

112Le phonème oe se réalise en Haïti comme une voyelle antérieure arrondie, d’aperture moyenne, intermédiaire entre celle de ü et celle de oè. Sa durée varie comme nous l’avons expliqué pour les autres voyelles.

Le phonème o

113L’identité phonologique de o ressort de certains rapprochements faits cidessus à propos de u et de oe, ainsi que de ceux qui suivent :

114o/ò (aperture du 2e degré/aperture du 3e degré) : pôle-Paul ; môle-molle ; saule-sol ; vôtre-votre ; saute-sotte. (Cette opposition n’est pas très stable : si une bonne masse de nos sujets (71 %) fait la différence entre saute et sotte, sans doute à cause de l’infinitif sauter et du participe sauté, 39,73 % n’en font pas entre pôle et Paul et 69,49 % n’en voient pas entre môle et molle.)

115Ce phonème se réalise en Haïti comme une voyelle postérieure arrondie d’aperture intermédiaire entre celle de u et celle de ò. Il connaît en finale des réalisations de durée variables suivant la consonne qui le suit.

Le phonème è

116L’identité phonologique de è ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de é (v. é-2°), ainsi que des suivants :

117è/a (aperture du 3e degré/aperture du 4e degré) : père-part ; chair-char ; grève-grave ; il lève-il lave.

118Ce phonème se réalise comme une voyelle antérieure non labialisée d’aperture intermédiaire entre celle de é et celle de a. Il connaît des réalisations de durée variables suivant la consonne qui le suit.

Le phonème oè

119L’identité phonologique de oè ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de oe (v. oe-2 °), ainsi que de ceux qui suivent :

  1. oè/ò (antérieur/postérieur) : seul sol ; cœur-cor ; beurre-bord ; sœur-sort ; peur-port.
  2. oè/a (aperture du 3e degré/aperdure du 4e degré) : leurre-lare ; feuille-faille ; veuille-vaille.

120Ce phonème se réalise en Haïti comme une voyelle antérieure labialisée, d’aperture intermédiaire entre celle de oe et celle de a.

Le phonème ò

121L’identité phonologique de ò ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de o et de oè (v. o-1°, oè-1°) ainsi que des suivants :

122ò/a (aperture du 3e degré/aperture du 4e degré) : bol-bal ; col-cal ; dort-dard ; gomme-gamme ; crosse-crasse ; école-écale ; échoppe-échappe.

123Ce phomène se réalise comme une voyelle postérieure labialisée d’aperture intermédiaire entre celle de o et celle de a. Il connaît des réalisations de durée variables, comme cela a été expliqué pour les autres voyelles.

Le phonème a

124L’identité phonologique de a ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de è, oè et ò (v. è-1°, oè-1°, ò-1°). Il n’y a pas lieu, dans une étude phonologique du français dialectal d’Haïti, d’opposer un a antérieur à un a postérieur, car ce phonème se réalise comme un phonème antérieur d’aperture maxima : jusqu’au moment où nous avons entrepris des études spéciales de phonologie, nous ne nous imaginions pas qu’il pût exister deux a distincts quant à la profondeur. Aussi n’avons-nous pas été étonné de constater qu’à la question 1 de notre enquête, 10,25 % de nos sujets n’ont rien répondu, tandis que 76,69 % de ceux qui ont répondu ne font aucune différence entre patte et pâte, chat et chats, là et las, Pathé et pâté.

Le phonème Image

L’identité phonologique de Image ressort des rapprochements suivants :

  1. Image/é : daim-dé ; nain-nez ; étain-été ; purin-purée.
  2. Image/è : essaim-essai ; poulain-poulet ; peintre-paître ; crainte-crête.
  3. Image/ã : sein-sang ; instinct-instant ; insérer-enserrer ; crin-cran.
  4. Image/õ : lin-long ; pain-pont ; moulin-moulon ; pinceau-ponceau.
  5. Image/õe : brin-brun ; Alain-alun ; empreint-emprunt (cette dernière opposition, maintenue avec beaucoup de netteté en Haïti, malgré son faible rendement, est l’une de celles qui différencient le plus ce dialecte du français de Paris. Elle est faite sans difficulté même par les Haïtiens qui résident en France depuis plusieurs années et dont la phonologie s’est parisianisée quant à la réalisation d’autres phonèmes.)

Le phonème Image se réalise comme un è nasal beaucoup moins ouvert que celui de Paris. Sa durée varie, comme il a été expliqué pour les autres voyelles, selon sa place dans le mot et selon qu’il est suivi ou non de consonne articulée.

Le phonème õè

L’identité phonologique de ôè ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de Image, ainsi que des suivants :

  1. õè/è : parfum-parfait ; défunt-défait.
  2. õè/oe : un-eux ; (à) jeun-jeu ; alun-alleu.
  3. õè/õ : défunt-défont.
  4. õè/ã : lundi-lendit ; brun-bran.

Ce phonème se réalise en Haïti comme un oè nasal, avec des variations de durée qui dépendent de sa place dans le mot et de son environnement phonique, comme nous l’avons expliqué pour Image.

Le phonème Image

L’identité phonologique de Image ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de Image et de õè (v. Image-4° et õè-3°), ainsi que de ceux qui suivent :

  1. Image/o : don-dos ; barbon-barbeau ; broncher-brocher ; défoncer-défausser.
  2. Image/ò : nonce-noces ; (il) longe-(il) loge ; ronce-rosse.
  3. Image/ã : tonte-tente ; monteur-menteur ; pondre-pendre ; fondre-fendre.

125Ce phonème se réalise comme la nasale de ò. Sa durée varie, comme il a été expliqué ci-dessus pour les autres voyelles nasales.

Le phonème ã

L’identité phonologique de ã ressort des rapprochements faits ci-dessus à propos de Image, õè, õ (v. Image-3°, õè-4°, õ-3°), ainsi que de ceux qui suivent :

  1. ã/è : ban-baie ; antre-être ; cendre-cèdre ; chanvre-chèvre.
  2. ã/a : banque-bac ; chant-chat ; rance-race.
  3. ã/ò : (il) mande-mode ; sente-sotte ; vente-vote.

126Ce phomène se réalise comme un a antérieur nasalisé avec des variations de durée qui dépendent de sa place dans le mot et de son environnement phonique. Au contraire, l’a qui est nasalisée à Paris est un a postérieur.

Réalisation de l’e caduc

127Observation. — Si, en général, le maintien ou la disparition de l’e caduc en français normal dépend de l’environnement phonique et de la cadence du débit, en F. H. où le débit est plus lent, la tendance est de le maintenir dans un très grand nombre de cas où le Parisien le laisse tomber.

128a) A la finale. Si l’e caduc se maintient à la finale dans le style soutenu, il tombe, comme en français normal, dans la conversation ordinaire. Nos informateurs en ont une conscience fort nette. A la question 5 de notre enquête écrite : Prononcez-vous de façon identique : laque et lac, Rome et rhum ? 78,27 % des sujets ont répondu oui.

129Ceux qui ont répondu non, la petite minorité, ont dû se laisser influencer par la graphie.

130b) Un seul e caduc à l’intérieur d’un mot ou d’un groupe rythmique. A l’intérieur d’un mot ou d’un groupe rythmique, l’e caduc s’efface quand sa disparition n’amène pas un groupe de consonnes difficile à prononcer : ach(’)ter, rapp(’)ler, él(’)ver, ils aim(’)raient, nous cèd(’)rons, un(’) grand(’)maison, un(’) vieill(’) personne.

131Cependant, les groupes de consonnes difficiles à prononcer ne sont pas les mêmes en Haïti qu’en France. Ainsi lorsque la chute de l’e caduc entraîne la formation de groupes comme mz, vd, sk, fn, et surtout pz, bz, pl, bl, sj, rf, rv, la tendance est de le maintenir. Dans ces cas, ce n’est pas toujours l’environnement phonique qui amène la disparition de l’e caduc ; le souvenir de la graphie exerce aussi probablement une certaine influence. Lorsque à notre retour de France en 1947, nous disions devant des amis, le plus naturellement du monde : Je n’ai pas b(’)soin de..., c’est avec un sourire narquois que certains d’entre eux accueillaient cette prononciation, insolite à leur gré. La p(’)louse, la p(’)lure ou la b(’)lette passent en Haïti pour des façons de parler recherchées et même pédantes, malgré l’analogie de : p(’)loton, comploter, la blouse, le bleu, etc.

132Notre enquête écrite paraît confirmer nos observations.

133Si dans le membre de phrase : au fur et à mesure qu'il grandit, 52 % de nos informateurs ont reconnu qu’ils prononcent l’e muet, tandis que 48 % l’ont laissé tomber — la proportion des sujets qui le maintiennent dans les autres mots ou propositions est beaucoup plus forte.

134Dans : ouvrez la fenêtre, 61,53 % ont prononcé l’e prétonique tandis que 38,47 % l’ont laissé tomber.

135Dans le groupe : Au secours, 67 % des informateurs ont prononcé l’e muet contre 33 % qui ont déclaré ne pas le prononcer. Cette proportion nous a même paru peu conforme à la réalité, parce que l’Haïtien considère la prononciation : au s(’)cours comme étrangère au milieu et, par conséquent, pédante, malgré l’analogie de squelette, score, etc.

136Dans : la v(e)dette de la semaine, 81,80 % des sujets ont reconnu qu’ils prononcent, non seulement l’e prétonique de vedette, mais tous les e du membre de phrase :

137Dans la phrase : Je vous en remercie, 83 % ont prononcé l’e caduc et 17 % l’ont laissé tomber : cette proportion nous paraît encore faible, car le groupe rm est particulièrement difficile à prononcer en Haïti.

138Enfin dans la phrase : Vous avez un neveu et dans le mot appesantir, respectivement 92 % et 98,68 % de ceux qui ont répondu à l’enquête ont maintenu l’e caduc. C’est là un résultat tout à fait conforme à l’observation.

139De même dans les conditionnels présents comportant un e prétonique à la1 re et à la 2e personne du pluriel, l’e muet est maintenu. Peut-être y a-t-il là un reste de l’habitude de conjuguer les verbes en classe et d’en séparer soigneusement les différentes parties : ainsi 98,71 % de ceux qui ont répondu à notre enquête écrite ont déclaré qu’ils prononcent : nous ferions et non pas nous f(’)rions. Un seul enquêté s’est abstenu ou a oublié de répondre à cette question. Ajoutons enfin que la prononciation : nous f’sons (nu f’zõ), si courante à Paris, ne s’entend jamais en Haïti : ici joue le souvenir de la graphie.

140Quand la suppression de l’e caduc amène la production de géminées telles que rr et tt, la tendance est de le maintenir. Cependant, on le supprime si la géminée qui en résulte est mm.

141Étant donné les phrases 7 et n de notre enquête orale :

1427. Plutôt que de céder, il endurera toutes les souffrances,

14311. Veux-tu te taire,

144et les mots extrêmement et extrêm’ment, il durera et il dur’ra, la sainteté et saint’té proposés dans notre enquête écrite, il a été constaté que dans la phrase 7 61,11 % de nos sujets prononçaient l’e caduc de endurera, que dans la phrase 11, 96,66 % maintenaient l’e du groupe : Veux-tu te taire.

145De même, 62,66 % de ceux qui ont répondu à l’enquête ont reconnu que la prononciation : il durera leur paraît la plus naturelle, tandis que 93,50 % ont estimé que la prononciation la sainteté est la plus naturelle. Les résultats des deux enquêtes sont ici étonnamment concordants.

146Cependant, seulement 22,36 % adoptent la prononciation extrêmoement avec maintien de l’e prétonique.

147La prononciation c’t (st) du démonstratif masculin placé devant une voyelle est évitée : 100 % de ceux qui ont lu la phrase suivante de notre enquête orale : Cet imbécile n’a rien compris, ont prononcé l’e caduc de Cet.

Loi des trois consonnes

148I. e caduc dans des groupes initiaux : a) je me dis

Ont prononcé :

je me dis avec tous les e muets :

32,5 %

je m’dis :

62 %

j’me dis :

4,5 %

149b) je te remercie

Ont prononcé :

je te remercie avec tous les e muets :

38,66 %

j’te remercie :

56,33 %

je t’remercie :

4 %

je te r’mercie :

1,33 %

150II. e caducs dans des ensembles où ils sont précédés d’une voyelle stable :

151a) Rien ne se fait sans peine (phrase proposée dans l’enquête écrite et l’enquête orale à la fois) :

Image

152b) On se retourne :

Ont prononcé :

On se retourne :

40,16 %

On s’retourne :

58,83 %

On se r’tourne :

1 %

DÉFINITION ET CLASSEMENT DES PHONÈMES

Les consonnes

153p : sourd (p/b), bilabial (p/f, p/t, p/s, p/s, etc.), non nasal (p/m)

154b : sonore (b/p), bilabial (b/v, b/d, etc.), non nasal (b/m)

155f : sourd (f/v), labiodental (f/p, f/t, etc.)

156v : sonore (v/f), labiodental (v/b, v/d, etc.)

157t : sourd (t/d), apical (t/p, t/f, t/s, etc.), non nasal (t/n)

158d : sonore (d/t), apical (d/b, d/v, d/z, etc.), non nasal (d/n)

159s : sourd (s/z), sifflant (s/t, s/s, etc.)

160z : sonore (z/s), sifflant (z/j, z/d, etc.)

161s : sourd (s/j), chuintant (š/s, s/k, etc.)

162j : sonore (j/s), chuintant (j/z, j/g, etc.)

163k : sourd (k/g), dorsal (k/s, k/s, k/t, etc.)

164g : sonore (g/k), dorsal (g/j, g/z, etc.)

165m : nasal (m/b, m/p), bilabial (m/n)

166n : nasal (n/d, n/t), apical (n/m, n/ñ)

167ñ : prépalatal (ñ/n)

1681 : latéral (1/r)

169r : fricatif vélaire/labial, dental, etc. (r/b, r/d, etc.)

Tableau du système consonantique

Image

Les voyelles

170i : aperture mínima, du 1er degré : (i/é, è, a), non arrondi (i/ü, u)

171ü : aperture mínima, du 1er degré (ü/oe), antérieur (ü/u), arrondi (ü/i)

172u : aperture mínima, du 1er degré (u/o, ò), postérieur (u/ü)

173é : aperture du 2e degré (é/i, è, a), non arrondi (é/oe)

174oe : aperture du 2e degré (oe/u, oè, a), antérieur (oe/o), arrondi (oe/é)

175o : aperture du 2e degré (o/u, ò, a), postérieur (o/oe)

è : aperture du 3e degré (è/a, é, i), non arrondi (è/oè, ò), non nasal (è/Image)

176oè : aperture du 3e degré (oè/a, oe, ü), antérieur (oè/ò), arrondi (oè/è), non nasal (oè/õè)

ò : aperture du 3e degré (ò/a, o, u), postérieur (ò/oè), non nasal (ò/Image)

177a : aperture du 4e degré (a/ò, o, u ; a/è, é, i), neutre quant à l’arrondissement, non nasal (a/ã)

Image : nasal (Image/è), antérieur non arrondi (Image/Image)

oè : nasal (õe/oè), antérieur arrondi (õè/Image)

Image : nasal (õ/ò), postérieur (õ/Image)

178à : nasal (ã/a), neutre quant à l’arrondissement et à la profondeur.

179Voyelles orales Voyelles nasales

Tableau du système vocalique

Image

LA PROSODIE

180Dans le français dialectal d’Haïti, l’accent est, comme en français commun, sur la dernière syllabe stable d’un mot ou d’un groupe rythmique : il est moins intense qu’à Paris, et comme l’accent du français commun est déjà assez faible, les premiers contacts de l’Haïtien avec le Français d’Europe sont rendus difficiles par cette tendance à l’effacement de l’accent.

Les signes démarcatifs

181Le F. H. ne les distingue pas plus que le français commun. Au contraire, les liaisons, qui aboutissent à déplacer les limites des unités sémantiques, sont observées chez nous avec plus de scrupule qu’à Paris. Les liaisons en z et en t sont les plus surveillées. Il est assez rare de noter dans la conversation de nos compatriotes ce laisser-aller qui fait dire souvent à un Français : Il est//aveugle ; ou bien : Nous//aussi.

La phonologie de la phrase

182En F. H. comme en français commun, c’est la différence d’intonation qui permet de distinguer si un énoncé comme : il vient, est affirmatif, interrogatif, ou exclamatif.

183La seule particularité à signaler à ce point de vue, c’est l’habitude, chez les sujets parlants de toutes les classes sociales et de tous les niveaux de culture, de souligner l’affirmation ou la négation par un oui ou un non qui se place à la fin de l’énoncé ou qui le brise, et qui se prononce sur une intonation différente du reste de la phrase : intonation ascendante d’un demi-ton pour oui et d’un octave à peu près pour non :

On commence, oui.
Je m’en vais, oui.
C’est avec le fusil, oui, que l’on doit courir.
Je n’aime pas ça, non.

Notes

1 Mot haïtien qui signifie : détacher une à une, d’un régime de bananes, les grappes ou « pattes » dont il se compose.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540