Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La langue française en Haïti

 | 
Pradel Pompilus

Introduction

Texte intégral

DE LA DÉCOUVERTE A L’INDÉPENDANCE

1L’île d’Haïti est située dans l’archipel des Antilles, à l’entrée du golfe du Mexique, entre les 10° 36'40" et 19o 58'20" de latitude nord et les 68° 20'et 74°3o'de longitude ouest de Greenwich. Elle fut découverte en 1492 par Christophe Colomb, au cours de ce vaste mouvement d’expansion coloniale qui portait vers l’Amérique les peuples de l’Europe occidentale. Dominée pendant un peu plus de cent ans par les Espagnols qui l’appelèrent Hispagnola, elle devint aussi, au début du xvie siècle, la proie des corsaires français et anglais que l’esprit de lucre et le goût de l’aventure avaient poussés vers le Nouveau Monde, à la suite des armateurs, navigateurs et fondateurs d’empires qui s’appelaient Jean Ango, Verazano, Jacques Cartier, Champlain, le Chevalier de Tonti, etc.

  • 1 C’est-à-dire pour faire une fortune avantageuse en Amérique.

2Il n’est pas aisé de déterminer d’une façon précise la date du premier établissement des Français dans les Antilles. Le Père Du Tertre, qui a effectué en 1640 son premier voyage en Amérique, écrit dans son Histoire générale des Antilles habitées par les Français (Paris, 1667-1671) : « Dans cette intention1 il (d’Enambuc) partit de Dieppe en l’année 1625, sur un brigantin monté de quatre pièces de canon et de quelques pierreries, avec trente-cinq ou quarante hommes, tous braves soldats, bien aguerris et bien disciplinés » (op. cit., p. 3). Les Pères Lepers et Charlevoix rapportent également qu’en « 1625, des Anglais, commandés par Waernard et des Français, sous la conduite de Belain d’Enambuc et de Du Rosey, se trouvèrent, par un concours d’événements assez singulier, en même temps des deux côtès de l’île Saint-Christophe » (Histoire de l’île espagnole ou de Saint-Domingue, Paris, 1730-1731, II, p. 2). La date de 1625 a été adoptée par de nombreux historiens, à la suite de Du Tertre, Lepers et Charlevoix, comme le point de départ de l’établissement de la France aux Antilles. Cependant, des travaux récents, ceux de M. Philippe Barrey au Havre par exemple, montrent assez nettement que d’Enambuc s’était fixé à Saint-Christophe avant 1625 : « Commandité par eux (les armateurs du Havre), écrit M. P. Barrey qui s’appuie sur les minutes des notaires, Pierre Belain d’Enambuc, en deux voyages entrepris en 1620 sur la Marquise, de 80 tonneaux et en 1623, sur l’Espérance, de 100 tonneaux, se fixa dans une partie de Saint-Christophe » (Mémoires et documents, Paris, 1917, p. 217). Les Petites Antilles, abandonnées à peu près par les Espagnols qui parvenaient difficilement à défendre leurs immenses possessions d’Amérique, ont d’ailleurs abrité des corsaires anglais et français bien avant 1620 : « Il est possible, il est même probable, ajoute M. P. Barrey, que pour des raisons quelconques, accidents de mer ou de guerre, des équipages étrangers y atterrirent et y séjournèrent jusqu’au moment où des navires amis les rapatrièrent » (op. cit., p. 216).

3Ce qui est moins discutable, c’est que l’île de Saint-Christophe a servi de base d’opération aux aventuriers français et anglais qui sont allés disputer aux conquistadores la possession de la partie occidentale d’Hispagnola.

4En effet, chassés en 1629 par l’amiral Federico de Tolède, une partie des occupants de Saint-Christophe se dispersèrent non loin de l’île pour y revenir quelques jours plus tard, tandis qu’un autre contingent se dirigea vers La Tortue, petite île située à deux lieues au nord-ouest d’Hispagnola et qui avait déjà reçu, elle aussi, la visite des corsaires.

5Le Père Du Tertre est très catégorique sur ce point : « L’établissement dans l’île de Saint-Christophe a été comme le fondement de tous les autres établissements et cette île a été comme la pépinière qui a fourni toutes les autres îles... (op. cit., p. 3).

6Les aventuriers n’eurent pas de peine à s’établir vers le même temps sur la côte nord et sud d’Hispagnola : ils avaient en effet devant eux des rivages déserts et la campagne environnante ne résonnait que du mugissement des bœufs sauvages et du grognement des sangliers. Depuis 1606, la Cour de Madrid, impuissante à réprimer les violences des flibustiers et à mettre un terme au commerce illicite qui se faisait avec les Hollandais dans l’ouest de la colonie, avait ordonné la fermeture de tous les ports de cette partie de l’île au seul profit de Santo-Domingo. Mais c’est surtout à La Tortue que se joua le destin de la colonie naissante. À cause de son havre commode et bien protégé, cet îlet fut convoité et tour à tour dominé, pendant près d’un quart de siècle, par les Français, les Anglais et les Espagnols jusqu’au jour où du Rausset et ses successeurs, d’Ogeron et du Casse, en eurent assuré à leur patrie la possession définitive et, en même temps, celle de la côte nord et ouest de « la Grande Terre ». Le traité de Ryswick, qui mit fin à la guerre de la coalition d’Augsbourg (1697), consacra les droits de la France sur la partie occidentale d’Hispagnola devenue Saint-Domingue.

7La population blanche de la colonie, qui était d’environ 500 « habitants » lors de la nomination de Bertrand d’Ogeron au gouvernement de La Tortue en 1664, et de 3 000 « habitants » et « engagés » à la signature du traité de Ryswick (1697), s’accrut très vite après cette dernière date : elle atteignit en 1789 le chiffre de 30 000. À l’ère des flibustiers et des « engagés » avait succédé au cours du xviiie siècle celle de leurs descendants socialement améliorés, des cadets de la noblesse française, des procurateurs nommés par les hommes d’affaires des ports de France.

8Mais l’épanouissement et la richesse de Saint-Domingue reposaient essentiellement sur la traite des Noirs amenés d’Afrique et réduits en esclavage. Vint la Révolution de 1789. A la faveur des nombreux antagonismes suscités par l’état social de la colonie, celle-ci sombra dans la tourmente et céda la place en 1804 à la République d’Haïti.

MÉLANGE DE PEUPLES ET DE LANGUES

  • 2 On pense ici aux œuvres poétiques telles que la Fille du Kacik, de Henri Chauvet et Anacaona, de F (...)

9L’aventure européenne en Haïti n’a pas seulement suscité des bouleversements politiques et la naissance d’un nouvel État, elle a aussi provoqué un grand mélange de races et de peuples et un étonnant brassage de langues. Les rencontres meurtrières avec les Espagnols, les travaux des mines et la maladie eurent bientôt décimé les premiers habitants de l’île d’Haïti. De un million qu’elle était à l’arrivée de Christophe Colomb, d’après M. Louis E. Elie (Hist. H. Port-au-P., 1944, I, p. 61), la population caraïbe d’Hispagnola avait déjà tellement diminué en 1502 que les conquistadores durent penser déjà, pour remplacer les indigènes, à l’introduction des esclaves noirs dans la colonie et que, cinq ans plus tard, une importation de naturels des Lucayes se révéla nécessaire pour faire contrepoids à l’effrayante mortalité qui frappait les Indiens. Au début du xvie siècle, la race indienne était presque éteinte ; quelques rares survivants en étaient dispersés sur différents points de l’île. Du parler des premiers habitants d’Haïti, il n’est resté qu’un nombre infime de vocables qui ont été recueillis par des historiens espagnols contemporains de l’époque de la découverte (Oviedo, Las Casas, Herrero). Quelques-uns de ces mots, qui se rapportent surtout aux plantes, aux animaux et aux objets usuels, se retrouvent dans la langue populaire des Haïtiens, soit sous leur forme primitive : mabouya, coui, lambi, colobri, soit en passant par un intermédiaire français ou espagnol (rãmak : Hamac ; Jupa : « Ajoupa »). Notre toponymie a également conservé Haïti (Ayti), Arcahaie (Cayaha), Léogane (Yaguana), Aquin (Yaquino), etc. La langue littéraire en a ressuscité un assez grand nombre2.

10De leur côté, les premiers fondateurs de Saint-Domingue, parmi lesquels prédominaient les éléments français et anglais, appartenaient un peu à tous les pays de l’Ouest européen : Flamands, Irlandais, Allemands, Danois, Italiens se retrouvaient parmi eux. Anglais et Français tantôt se faisaient la guerre, tantôt vivaient côte à côte et s’entraidaient lorsque l’intérêt de la flibuste le leur commandait : c’est d’un commun accord qu’en 1630 ils occupèrent l’île de La Tortue, c’est avec l’aide des Français qu’en 1655 les Anglais conquirent la Jamaïque sur les Espagnols.

11De nombreux esclaves ont été ramenés à Saint-Domingue à la suite des descentes opérées à la Jamaïque à la fin du xviie siècle par les Français. C’est sans doute à ces contacts que le créole doit plusieurs mots anglais. L’occupation passagère de certains points de l’île pendant la Révolution française par les soldats du roi d’Angleterre a aussi probablement laissé quelques traces dans notre langue populaire.

12Quant aux Français, ils appartenaient à des provinces diverses dont les parlers étaient assez différents les uns des autres. Quel a été l’apport de chaque province française dans le peuplement de Saint-Domingue ? La réponse à cette question eût projeté un jour nouveau sur le problème linguistique en Haïti. Mais malheureusement la pauvreté de nos archives n’a pas permis à nos historiens de l’aborder. Seul un long et patient dépouillement des papiers du bord et des minutiers des notaires conservés dans les archives des ports français du Nord et de l’Ouest eût fourni à une équipe de chercheurs les éléments d’une solution. Et encore se trouverait-on en présence de sérieuses lacunes. « On ne possède pas sur les débuts de l’établissement de nos compatriotes à Saint-Domingue, dit M. P. Barrey, des documents aussi probants que pour les Petites Antilles (op. cit., p. 219). D’autre part, M. G. Debien, dans « les plans et débuts d’une caféière à Saint-Domingue » (Revue Soc. Hist. Géog. H., P.-au-P., oct. 1943, p. 12) note ce qui suit : « C’est à partir de 1776-1778 seulement que les fonds de nos archives coloniales sont assez riches et assez complets pour permettre une véritable histoire du peuplement et de la mise en valeur des îles au xviiie siècle. Pour suivre leur développement social et économique au xviie et au début du xviiie siècle, il convient de recourir à une autre catégorie de documents : aux papiers des anciennes familles coloniales. »

13Par conséquent, les travaux déjà existants : ceux de M. Debien sur les engagés de la Rochelle (1683-1715), ceux de MM. Bréard et Barrey à Honfleur et au Havre peuvent tout au plus confirmer ce que nous savons déjà sur la diversité d’origines des Français de Saint-Domingue. Ils venaient principalement des provinces de l’Ouest et du Centre ou bien se recrutaient parmi les gens de passage dans les ports de mer. Les Normands arrivaient par Rouen, le Havre, Dieppe et Honfleur ; les Bretons, par Saint-Malo et Morlaix ; Nantes déversait les Manceaux et les Angevins ; les navires de la Rochelle transportaient des Angoumois, des Aunisiens, des Saintongeais et des Poitevins ; Bordeaux drainait la Gascogne, le Bayonnais et le pays basque ; Marseille, la Provence.

  • 3 Voir en particulier Jules Faine, Philologie créole, P-au-P. 1936, chap. I et passim.

14Il est bon de relever ici une erreur qui consiste à affirmer l’origine essentiellement normande des colons de Saint-Domingue3. Les Pères Lepers et Charlevoix notent, il est vrai, en parlant des premiers aventuriers, que « la plupart de ces nouveaux colons étaient Normands » (op. cit., I, p. 6). Mais si l’on se rappelle que jusqu’en 1664 la population de La Tortue et de la Côte Saint-Domingue ne dépassait pas 500 habitants, on se rendra compte que les termes « la plupart » se rapportent en réalité à un nombre restreint de colons. « L’ère proprement coloniale » ne commence pour Saint-Domingue qu’à la signature du traité de Ryswick, au moment où les capitalistes pouvaient engager leurs fonds sans trop de crainte. Or, à cette époque, la Rochelle, Nantes, Bayonne et Marseille jouaient dans le peuplement des Antilles un rôle peut-être plus actif que les ports normands. « Il est possible, écrit M. Debien, que le mouvement des ports bretons et normands vers l’Amérique ait diminué très sérieusement à la fin du xviiie siècle. Quoi qu’il en soit, il est hors de conteste qu’en les années prospères de leurs relations avec le Canada et les îles, ceux que le Havre, Dieppe et Honfleur ont vu s’embarquer en plus grand nombre après les Normands, ce sont les gens de la Saintonge et du Poitou. Marguy, qui était Normand, faisait des îles et du Canada des terres de colonisation essentiellement normande. Cette vue manque de nuances. Elle est vraie probablement pour les premiers débuts. Mais bientôt Poitevins et Saintongeais, par la Rochelle et les ports de la Seine, vinrent en affluence assez grande dans ces colonies pour y laisser dans les noms de lieux, dans les coutumes et le parler, des traces aussi visibles encore que celles de leurs aînés » (G. Debien, Les engagés de la Rochelle, Le Caire, 1942, p. 31). Parmi ces Français venus de provinces diverses, beaucoup patoisaient fort. Leur présence sur la terre de Saint-Domingue rendait peut-être déjà nécessaire l’existence d’une langue commune, et le français de l’île de France eût sans doute servi de moyen de communication s’il n’y avait pas eu la traite des noirs.

15Mais l’introduction des esclaves africains dans la colonie vint encore compliquer les données du problème linguistique. Nous avons vu que dès l’année 1502 les Espagnols avaient décidé d’en importer un certain nombre pour remplacer la main-d’œuvre indienne. Les noirs ne devaient pas être très nombreux cependant à l’arrivée des premiers aventuriers français, puisque les durs travaux de défrichement et de premier établissement étaient assurés par les « trente-six mois » ou « esclaves blancs » et que les Français se voyaient forcés, pour se procurer des manœuvres, d’opérer des rapts à la Jamaïque et dans les autres possessions anglaises ou espagnoles. La situation n’avait pas beaucoup changé dans les dernières années du xviie siècle, puisque en 1692 le gouverneur Du Casse écrivait à Mgr de Pontchartrain : « Cette colonie dépérit annuellement et continuera si vous n’avez pas la bonté de la regarder des yeux de votre protection, les vaisseaux y apportaient d’ordinaire grand nombre d’engagé (sic). Ce qui a cessé depuis la guerre, mais ce qu’il y a de plus fâcheux est que les Compagnies ny (sic) fournissent aucun naigre (sic) et depuis qu’elle est fondée, il n’en est pas venu mille, et ceux qui y sont viennent de l’industrie des habitants qu’ils ont eu des étrangers ou de rapine de corsaire » (Recopilacion diplomatica, II, p. 233-234, Ref. Archives nationales, Col. C 9 1a série 2). C’est probablement après le traité de Ryswick que les noirs sont arrivés en masse à Saint-Domingue : en 1701, on en comptait plus de dix mille rien qu’à Léogane. Ce rythme alla croissant : en 1786, la colonie reçut vingt-sept mille noirs et, l’année suivante, plus de quarante mille (P. de Vaissière, Saint-Domingue, Paris, 1909, p. 164).

16La traite des noirs était pratiquée sur une étendue de côte allant de l’embouchure du Sénégal à la côte d’Angola. Les négriers transportaient à Saint-Domingue des Sénégalais, des Yoloffes, des Foulbé, des Bambarras, des Mandingues, des Cangas, des Aradas, des Caplaous, des Congos, des Mondongues, etc. Mais les Sénégalais, les Aradas et les Congos constituaient les éléments prédominants. Bien plus différents de mœurs que ne l’étaient les Français, les noirs africains parlaient des idiomes qui variaient profondément d’un village à l’autre. La multiplicité de leurs parlers d’une part, la grande différence entre ces parlers et ceux des Français, la nécessité pour tous, maîtres et esclaves, de communiquer entre eux, firent naître rapidement une langue commune : le créole.

17Issu de la collaboration du Français et de l’esclave africain, le créole est assez fortement marqué de l’empreinte du noir. Celui-ci a conservé certes sans changement un grand nombre de mots de la langue du maître relatifs aux animaux (coq, poule, cochon, pigeon, mouton, etc.), aux objets usuels ou aux parties du corps (lampe, clou, drap, rideau, papier, cou, main, bras, peau, menton), aux actes de la vie journalière (manger, acheter, aller, (se) coucher, etc.), aux caractéristiques des hommes et des choses (bon, grand, bas, mou), quelques-uns sous leur forme dialectale du xvie siècle (bocaut, vouèle, fale, grafigner, cani, calebossé, etc.). Mais il en a modifié d’autres qu’il entendait de façon imparfaite en y pratiquant des aphérèses (écouter> couter, déchirer> chirer, attacher> tacher) ; des coupures fausses ont amené de nombreuses formations par agglutination du nom et de l’article ou d’un déterminatif (lécole = école ; léglise = église ; zos = un os, des os ; matante = tante ; mononcle = oncle, etc.). A ce fond proprement français se sont ajoutés des mots caraïbes, anglais espagnols et un petit nombre de vocables africains relatifs surtout à la vie spirituelle des noirs.

18La grammaire du créole se caractérise par l’absence presque absolue de flexions désinentielles dans les emplois du nom, de l’adjectif, de l’article, du pronom et du verbe : cet idiome n’ignore pas la catégorie du genre, mais, d’une part, il n’y fait entrer que les êtres sexués, de l’autre, si l’on excepte quelques rares formes motivées héritées du français (des formes en èze <euse : malérèze <malheureuse), il ne comporte pas de marque flexionnelle du féminin : c’est au lexique et aux immotivées du français qu’il a recours pour marquer le genre : mamman cabrite (mãmã kabrit) = chèvre ; femelle mouton (fèmèl mutõ) = brebis ; matante/mon-onc (le), etc. Les représentants ne varient ni en genre ni en cas ; le verbe ne comporte pas de formes distinctes suivant la voix active ou passive ; les notions même de « mode », de « voix », « d’aspect » n’y sont exprimées que par des particules invariables antéposées à la forme verbale. Par contre, l’opposition du singulier et du pluriel est nette : mais elle n’est marquée que par des déterminants postposés ou des préfixes : liv la/liv yo : le livre/les livres.

19La syntagmatique fait en général l’économie des mots de jonction qui sont nécessaires, en français moderne, pour unir le nom déterminant au nom déterminé, la proposition subordonnée conjonctionnelle à la principale, etc.

CRÉOLE ET FRANÇAIS EN CONTACT

20Le créole fut pendant la période coloniale la langue commune qui a rendu possibles les rapports entre les noirs originaires de différentes tribus africaines, d’une part, entre les blancs et les noirs de l’autre. Quant au français, il était plutôt la langue des grands planteurs, de l’administration, de la justice, des cercles mondains. Les circonstances n’étaient pas particulièrement propices à sa diffusion par l’école. Moreau de Saint-Méry a déploré de « la voir (la Colonie) sans nul établissement propre à donner de l’éducation à ceux des enfants que la fortune de leurs parents ne permet pas d’envoyer en France ».

21Quant à l’esclave, il était encore bien plus négligé : la notion de la propagation de l’instruction n’effleurait même pas l’esprit du colon ; bien plus, sa conception du rôle de l’esclave s’opposait à une telle idée.

22Aujourd’hui encore, en dépit des progrès réels, mais toujours insuffisants, de l’enseignement public, le créole constitue l’unique langue de la majorité des Haïtiens et le trait d’union entre les masses et les élites du pays.

23Quand nos ancêtres se sont rendus indépendants en 1804 et qu’ils ont voulu faire connaître au monde, dans un acte d’indépendance solennel, leur détermination de vivre « à jamais séparés de la France », c’est à la langue de leurs anciens maîtres qu’ils recoururent à cette fin, puisqu’elle était entendue dans le monde entier. Ils acceptaient ainsi, dans l’ensemble de l’héritage colonial, la langue française comme langue officielle du nouvel État. Elle l’est demeurée sans discontinuité, en dépit des velléités de changement, des contraintes, des menaces et des suggestions de toutes provenances. La constitution de 1918, votée en pleine occupation américaine, a même, pour la première fois, consacré dans un article spécial le voeu des fondateurs de la nation : le constituant pensait préserver, par cette disposition, un bien appartenant au patrimoine national, contre la menace que représentait la langue de l’occupant. Le français est donc aujourd’hui en Haïti la langue de l’administration, de la justice, de l’enseignement. Il se transmet par la voie orale, de génération en génération, dans un petit nombre de familles, mais pour tous ceux qui le parlent, il se maintient par la radio, le film, le disque et surtout par le livre, le journal et l’école qui l’enseigne à coups de grammaire, d’exercices grammaticaux, de dictées et d’explications de textes, et qui utilise, de façon générale, les manuels préparés en France. Le contact d’éléments français avec la masse de la population ne joue pas dans la circonstance un rôle éminent : il n’y a en Haïti que 750 citoyens français dont un grand nombre, il est vrai, appartiennent aux congrégations religieuses enseignantes.

  • 4 Tout dernièrement, au cours d’une discussion sur un problème de méthode historique, l’un des deux (...)

24À cet instrument de communication d’une portée universelle, l’élite haïtienne a toujours attaché un très grand prix. Voici ce qu’en disait en 1909 le Dr Nemours Auguste, lauréat de la Faculté de Médecine de Paris, en réponse à des compatriotes qui exaltaient les mérites de la culture anglo-saxonne : « Dans le miracle de notre indépendance et dans le tumulte de nos origines, la fortune complaisante nous a laissé deux outils, instruments les plus parfaits pour la régénération de notre société : une langue, la plus claire, la plus sobre, la servante la plus souple et la plus intelligente de la pensée que le monde ait connue, depuis que la Grèce n’est qu’une terre de souvenirs ; une doctrine, la plus désintéressée et la plus généreuse... Ces outils sont deux forces d’égale puissance, inappréciables leviers qui nous permettraient de déplacer ces poids de préjugés et d’ignorance sous lesquels nous sommes menacés de succomber. Gardons-les précieusement de la rouille du temps et de la moquerie des incrédules » » (Sur le choix d’une discipline, Cap, 1909, p. 252-253). Plus près de nous, M. Dantès Bellegarde exprime les mêmes vues : « Si la langue française n’est pas la première du monde au point de vue du nombre des personnes qui la parlent, elle est sans conteste l’idiome dont la connaissance importe le plus aux gens cultivés de tous les pays. Par la richesse de son vocabulaire (philosophie, science, médecine, droit, théologie, critique), par ses qualités supérieures de clarté, de précision et de souplesse ; elle mérite bien le nom de « langue de civilisation ». Ces qualités, qui l’ont fait considérer comme la langue diplomatique par excellence et la maintiennent aujourd’hui comme l’un des deux idiomes officiels des Nations Unies, lui ont également assuré une diffusion mondiale... Nos programmes scolaires font à l’anglais et à l’espagnol une place légitime parmi les matières obligatoires de l’enseignement des lycées et des écoles normales : des nécessités politiques, commerciales et culturelles rendent désirable la diffusion de ces langues en Haïti. Mais ce n’est pas une raison pour que nous portions atteinte aux droits imprescriptibles de la langue française que nos constitutions ont toujours respectée, parce qu’elle est à la base de notre vie morale, et qu’elle constitue l’une des assises spirituelles de la nationalité haïtienne » (Conjonction n° 19, fév. 1949, p. 40). De leur côté, les professeurs et les critiques haïtiens veillent avec un soin jaloux à la correction, à la pureté et même à l’élégance du français4. L’homme de la masse admire ceux qui le parlent et aspire, lui aussi, à le parler, car la connaissance de cette langue est l’un des facteurs essentiels du progrès social : les échelons supérieurs de l’administration ne sont pas accessibles à ceux qui l’ignorent.

25Mais comme au temps lointain de Saint-Domingue, cet idiome demeure la langue d’une très petite minorité de citoyens. Suivant le recensement de la ville de Port-au-Prince fait en 1950, sur un total de 142 000 habitants, 15 978 parlent le français en famille comme langue principale. Mais ces mêmes personnes entendent aussi le créole et le parlent au besoin. Le reste de la population de la capitale comprend, d’une part, des gens qui sont en mesure de parler français, mais qui recourent plus spontanément à la langue populaire et, de l’autre, ceux qui emploient uniquement le créole. Les chiffres, pour ces deux dernières catégories d’usagers, ne peuvent être fixés avec une grande exactitude. Le nombre des habitants sachant lire et écrire le français à Port-au-Prince est de 64 848 ; mais on ne peut pas en inférer que tous soient francophones : leur degré d’instruction est fort variable et, dans notre pays, au-dessous d’un certain niveau, la faculté de lire n’implique pas nécessairement celle de parler le français.

26Nous nous heurtons encore à de plus grandes difficultés lorsque nous désirons établir avec précision la situation de la langue française dans toute l’étendue d’Haïti : au cours du recensement général de 1950, la question relative à la première langue parlée en famille a été omise même pour les villes de la province, et l’on ne peut pas, en cette matière, procéder par la règle de trois en étendant à la province les résultats acquis pour Port-au-Prince.

27Si la concurrence entre le français et le créole date de la colonie française, les efforts de l’État haïtien pour répandre l’éducation dans les couches les plus défavorisées de la nation, les tentatives d’un groupe d’ethnologues pour relever le créole de son état d’infériorité sociale en face du français, l’usage qui en est fait par les diverses confessions religieuses pour la conversion des illettrés, l’expérience d’un enseignement donné dans le dialecte désormais orthographié, les récents essais d’adaptation de grandes œuvres littéraires (Antigone, Œdipe roi) ont donné à cette concurrence une âpreté toute nouvelle. Le français reculera-t-il devant l’idiome local pour devenir de plus en plus la langue d’une élite restreinte, des salons, des délibérations et des cérémonies officielles ? Ou bien, au contraire, l’évolution sociale que l’on s’évertue à favoriser par l’emploi provisoire du créole aidera-t-elle à l’expansion d’un français dialectal chaque jour plus caractérisé ? Question intéressante, mais malheureusement obscurcie, lorsqu’elle est mise en débat, par les préjugés et les passions partisanes.

28Avant 1915, date de l’occupation d’Haïti par les Américains, nos rapports surtout commerciaux avec l’Angleterre, la Jamaïque et les États-Unis avaient donné lieu à l’infiltration de quelques mots anglais dans le français de chez nous. Mais la mainmise brutale du yankee pendant dix-neuf ans, les nouvelles relations économiques et les changements moraux qui en sont nés, le prestige politique de la République Étoilée après les deux guerres mondiales de 1914 et 1939, les échanges culturels qui s’intensifient chaque année ont favorisé l’introduction dans notre français d’un grand nombre de mots anglais et d’anglicismes qui menacent d’en altérer la physionomie.

PROPOSITION

29Quel que soit cependant le sort que l’avenir réserve au français d’Haïti, nous nous proposons de l’étudier ici tel qu’il s’est transformé sous l’influence de la géographie, des mœurs et des différentes circonstances politiques et sociales que nous venons d’exposer. Transplantée dans un milieu différent de son milieu d’origine, appelée à exprimer de nouvelles formes de vie et de nouveaux rapports sociaux, parlée par une élite bilingue qui demeure soumise, pendant un laps de temps plus ou moins long, à l’emprise de l’enseignement grammatical et qui la superpose à une langue maternelle très différente, la langue française a acquis en Haïti certaines particularités bien saillantes. Nous voudrions donner de ce français dialectal une description complète. Débarrassée des détails accessoires faciles à suppléer, cette description se concentrera sur les traits caractéristiques et essentiels. Sans vouloir nous limiter aux seules particularités, puisqu’un parler régional est « un tout qu’il est intéressant de connaître dans son ensemble », nous nous garderons cependant de redire ce qui se trouve dans toutes les bonnes grammaires françaises, même élémentaires, et nous nous contenterons de renvoyer à Lanusse et Yvon, Damourette et Pichon, C. de Boer, G. et R. Le Bidois, etc., implicitement ou explicitement, pour tous les cas où le français parlé en Haïti ne s’écarte pas du français commun. C’est donc sur les différences que nous insisterons dans notre étude grammaticale et, forcément, dans notre étude du lexique.

30Notre étude, qui embrassera la phonologie, la grammaire et le vocabulaire, se limitera à une période allant de 1915 à 1959. Mais comme la délimitation d’un état de langue comporte toujours une part d’arbitraire, nous élargirons au besoin la perpective en donnant à cette période un peu plus de dimension : nous n’avons aucune raison, par exemple, d’écarter un fait de lexique ou de grammaire attesté dans les premiers romans de Fernand Hibbert, qui datent de 1905 et 1907, alors que la carrière de cet écrivain s’est poursuivie jusqu’en 1929 et que sa langue et son style ont conservé à peu près les mêmes caractéristiques.

31Notre plan est large, très large même, et notre travail risque de pécher par son dessein trop vaste. Nous devons reconnaître que l’on peut creuser plus avant dans l’une ou l’autre des nombreuses directions que nous avons indiquées. Mais comme il s’agit pour nous de caractériser un état de langue et que nous n’avons pas de devancier dans ce domaine (du moins pour le français dialectal d’Haïti), il nous a bien fallu nous étendre et nous contenter d’indiquer çà et là des directions de recherches.

32Dans les exemples choisis, nous avons nettement donné le pas aux faits de la langue usuelle, c’est-à-dire de la langue parlée et de la langue « cursive », pour employer une expression empruntée à M. H. Frei. Par langue « cursive », nous entendons la langue des lettres familières, celle des enseignes, celle des journaux, qui représentent des transpositions du langage parlé, celle des dialogues de romans et de comédies enfin qui reproduit parfois des propos pris sur le vif.

33Nous n’avons pas écarté systématiquement la langue littéraire, mais nous n’avons fait intervenir les écrivains que pour montrer la puissance de rayonnement d’un mot, d’une expression ou d’un tour, c’est-à-dire quand ils suivent l’usage parlé et lui donnent une sorte de consécration, mais non quand ils le précèdent : trop souvent, pour donner à leurs œuvres un cachet d’originalité qui ne se dégage pas assez du sujet ou de l’étude des mœurs, les romanciers et les dramaturges haïtiens multiplient les traits de couleur locale extérieure et les cherchent plutôt dans la langue ; dans ces conditions, on risque de fausser la réalité si l’on fonde sur leurs seuls ouvrages la description d’un état.

34Tous les faits de langue parlée que nous avons retenus ont été observés chez des sujets que nous connaissions bien et dont nous pouvions déterminer l’âge, la profession, le degré de connaissances : nous avons plus souvent utilisé le critère du niveau de culture que celui de la classe sociale : en Haïti, d’une part, le premier est plus facile à déterminer que le second, de l’autre, niveau social et niveau de culture ne vont pas toujours de pair. Nous avons donc rangé dans la catégorie dite de grande culture (gr. cult.) les gens qui ont fait des études assez poussées (enseignement secondaire complet et enseignement supérieur, enseignement normal) et que leurs occupations habituelles astreignent à parler journellement, à lire et à écrire le français ; tous les autres, nous les rangeons dans la catégorie des gens de culture moyenne. Il n’est peut-être pas nécessaire que cette démarcation soit très rigoureuse, car, à nos yeux, un fait de langue ne constitue une particularité haïtienne que s’il passe pour normal dans l’ensemble de la communauté linguistique ou s’il est du moins toléré, car, à côté de la norme parisienne, qui est celle des puristes et par rapport à laquelle le français dialectal décrit « une courbe de poursuite », suivant l’heureuse expression d’Albert Dauzat, il existe bien une norme locale.

35On nous reprochera peut-être de n’avoir employé la méthode de l’enquête que pour notre étude phonologique. Il nous a semblé cependant que des observations faites sur le terrain et pendant de longues années par un chercheur qui enseigne le français normal (de Paris) et qui parle le français dialectal et le créole — l’enquête directe en un mot — valaient mieux que des questionnaires auxquels on répond parfois sans attention ou sans intelligence.

36Bien que nos observations aient été faites surtout à Port-au-Prince (de rares voyages nous ont mis en contact avec la province), le titre de notre travail est pourtant justifié : le français se maintient en Haïti par la voie savante et cette circonstance lui vaut de présenter, sur tout le territoire de la république, une plus grande unité que le créole.

37Il nous paraît maintenant nécessaire de préciser pour nos compatriotes, si attachés à la langue française et si chatouilleux sur ce chapitre, que notre travail n’est pas une critique de leur langage, mais une œuvre d’observation objective qui aidera peut-être nos professeurs de français à discerner des éléments sur lesquels leur enseignement devrait insister : notre point de vue n’est pas celui d’un censeur ; nous ne relevons pas des fautes, nous faisons au contraire la description objective des aspects réels du français parlé chez nous par la moyenne des locuteurs. Que des Haïtiens soient capables d’écrire un français absolument correct et même élégant, les différentes anthologies de la littérature haïtienne ne le prouvent que trop. Mais l’objet de cette étude est bien différent.

Notes

1 C’est-à-dire pour faire une fortune avantageuse en Amérique.

2 On pense ici aux œuvres poétiques telles que la Fille du Kacik, de Henri Chauvet et Anacaona, de F. Burr-Reynaud et M. Dominique Hyppolite, à certains ouvrages historiques dans lesquels le souci de la couleur antique fait multiplier les termes d’origine indienne. Mais la langue en prend un caractère nettement artificiel et de telles productions ne peuvent se lire sans un glossaire spécial.

3 Voir en particulier Jules Faine, Philologie créole, P-au-P. 1936, chap. I et passim.

4 Tout dernièrement, au cours d’une discussion sur un problème de méthode historique, l’un des deux adversaires disait de l’autre : « Après avoir lu sa réplique du samedi 21 novembre, nous avons relevé des perles qui ne font point honneur à quelqu’un qui se dit intellectuel et qui doit connaître d’abord les règles élémentaires de la grammaire française avant d’essayer d’analyser et de confronter les données combien difficiles de notre histoire nationale. Car il court le risque... de se perdre dans les arcanes de l’histoire et de mal interpréter les documents : 1) Ainsi, dans cette phrase : « Que ces derniers, même s’ils n’auraient pas voyagé à l’étranger... » On ne peut pas dire : s’ils n'auraient pas, mais bien : s’ils n’avaient pas ! (S. V. J. B. in Nouv. 25-11-1958-4-5). Et la liste des fautes et des vétilles s’allonge jusqu’à atteindre le chiffre 13.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540