Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre X. Les premières années de l’esclavage légalisé : 1610-1612

Texte intégral

« ... la justice de cette maloca est réservée jusqu’au jour où les Indiens écriront leurs annales ». (J. de Quiroga, Compendio histórico, p. 144.)

1La première période de l’esclavage légal, en contraste avec la seconde, fut très courte, elle comprit à peine les gouvernements de Luis Merlo de la Fuente, qui publia la cédule, et de Juan de Jaraquemada, c’est-à-dire, moins de deux ans, d’août 1610 à mai 1612.

  • 1 D. de Rosales, Historia general..., t. II, p. 479-480.
  • 2 J.T. Medina, Manuscritos, t. CXIII, doc. 1949, p. 295-312.
  • 3 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 82-83.

2Rosales soutient qu’Alonso Garcia Ramón ne voulut pas publier la cédule d’esclavage pour des raisons de conscience1 mais la vérité est que le temps lui manqua pour le faire avant sa mort, car sa décision d’appliquer les ordres royaux est établie dans sa lettre d’octobre 1609, citée plus haut2 Il faut donc avoir une opinion différente, extraordinairement, de celle du Jésuite, qui, peut-être poussé par son zèle, voulut mettre à profit en faveur de ses sentiments, le manque de temps de Garcia Ramón pour prendre les mesures convenables à l’octroi d’une patente légale à l’esclavage. Errázuriz soutient qu’il ne la publia pas par condescendance envers les partisans de l’abolition du service personnel, qu’il avait mécontentés par la résolution prise dans le sens opposé par l’Audience Royale, le 28 septembre 1609 ; cette résolution avait été prise sous la présidence de Garcia Ramón3. Quels que soient les motifs de Garcia Ramón, l’important est que la cédule ne parvint pas à prendre effet légal, durant son gouvernement. C’est à Merlo de la Fuente, son successeur, qu’il appartiendrait d’en faire usage et de mettre en pratique légalement ce que le royaume avait sollicité depuis tant d’années.

  • 4 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 82-83.

3L’opinion générale dans les milieux dirigeants du Chili était pleinement favorable à la publication de la cédule d’esclavage et même, comme le soutient Errázuriz, « militaires, encomenderos et l’Audience royale elle-même, demandèrent au gouverneur (Garcia Ramón) de... ne pas tarder davantage à la mettre en vigueur »4. Il est facile de comprendre alors, qu’à sa mort et au moment où Merlo de la Fuente assuma l’intérim du gouvernement, celui-ci désirât se gagner les militaires, les encomenderos et les fonctionnaires, espérant au moyen de ces flatteries s’ouvrir la voie vers le maintien en titre dans la charge, et espérant aussi par ces moyens réveiller l’enthousiasme guerrier des encomenderos, pour qu’ils vinssent se joindre à l’armée et la renforcer de leur apport matériel et de leur personne.

  • 5 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 188-189.
  • 6 COLHCH, Actas de cabildo, t. XXIV, p. 189.
  • 7 COLHCH, Actas de cabildo, t. XXIV, p. 191.

4Moins d’une semaine après qu’il eut obtenu sa reconnaissance comme gouverneur, Merlo de la Fuente proclamait le 20 août 1610, au moyen d’un arrêté, l’esclavage des Indiens qui seraient pris à la guerre, faisant état dans cet arrêté que quelques habitants à peine, moins d’une douzaine, s’étaient offerts à l’accompagner en campagne et il soulignait que « ce serait peut-être pour eux l’occasion de servir de bon gré Sa Majesté, dans les circonstances présentes, que de piller les Indiens et les jeunes gens pris à la guerre, en les livrant à l’esclavage conformément à la nouvelle cédule5. Emporté par son zèle ou par l’excitation inhérente à la nouveauté de sa nouvelle charge, ou par le désir de flatter les encomenderos le gouverneur faisait marquer au fer sur le visage les Indiens « beliches » pour qu’ils fussent reconnus, et, dépassant les stipulations de la cédule royale, il ordonnait que des esclaves indiens « aucun ne s’évadât, sous peine de deux cents coups de fouets la première fois, et de mort, la seconde »6. Au bout de quelques jours, et après avoir constaté que ces mesures ne suscitaient pas plus d’enthousiasme à la guerre, chez les encomenderos, il limitait au fouet les rigueurs promises aux Indiens qui s’enfuieraient7.

  • 8 Avertissements et remarques que le Dr Luis Merlo de la Fuente..., 1611. C. Gay, Historia Fisica y (...)
  • 9 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 190.

5En même temps qu’il proclamait l’arrêté d’esclavage, Merlo de la Fuente essayait de corriger un vice qu’on pourrait qualifier de préalable à la légalisation de cette institution. Les Espagnols de la province de Chiloé, et spécialement du fort de Carelmapu « maloquaient » les Indiens pacifiques, pour les vendre comme esclaves, destinés aux provinces du Nord et au Pérou, et le gouverneur le savait et en avait l’assurance « en qualité d’auditeur et de juge de quelques causes relatives à cette question, qui furent débattues à l’Audience »8. Vu ces précédents et pour donner du lustre à la guerre contre les Indiens rebelles, il ordonnait que l’esclavage ne s’entendît pas des Indiens de Chiloé et pour renforcer les précautions et la sûreté de ceux qui seraient dorénavant de légitimes esclaves, il autorisait, en plus de la marque au fer rouge sur les joues, l’imposition d’un anneau de fer aux pieds9.

  • 10 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 194-198.

6Le 30 août était définitivement consacrée la publication de l’esclavage et la cédule royale était portée sur les livres du chapitre de Santiago, tandis que les mesures étaient prises simultanément pour le faire dans tout le royaume10.

  • 11 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 199.
  • 12 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 128.

7Mais si Merlo de la Fuente espérait obtenir l’appui, pratique, des encomenderos pour qu'ils d'accompagnassent à la guerre, ses calcules et ses illusions ne correspondaient nullement à la réalité. Le gouverneur ne comprenait pas le changement qui les avait affectés. Ils voulaient, il est vrai, disposer des esclaves nécessaires à leurs activités, mais ils n’étaient pas disposés à partir les chasser à leurs risques et à leurs frais, dans une guerre qui Leur plaisait seulement dans la mesure où ils n’y participaient pas en personne » Maintenant, ils avaient obtenu la formation de Parmée d’État et de métier, payée par l'État. En conséquence ils repousserent l'appel qu'on leur faisait pour aller à la guerre, invoquant leurs occupations et, leur pauvreté et la cédule qui les avait exemptés d’obligations militaires, et ils en demandaient — par l’intermédiaire du chapitre de Santiago — l'application et la...confirmation11. Merlo eut beau faire, il n’obtint rien des vecinos de Santiago, non plus que des encomenderos de Chillán, Concepción et des...cités détruites d’Osorno, Valdivia, Imperial, Villarica et Angol. Tous ces derniers, contraints de la même façon que ceux de Santiago, firent appel devant l’Audience royale et évitèrent ainsi d’être obligés d’aller à la guerre12. L’auditeur déçu, devenu général, dut aller sur le théâtre de la guerre, sans les encomenderos.

8Pour encourager les soldats de l’armée, il les fit dispenser du quint royal sur les esclaves qu’ils prendraient.

9Une fois les opérations engagées contre les Indiens, dans les pays « quecheregua » et « coyunco », « il fit quelques prisonniers, des Indiens corsaires » et l’année suivante, en 1611, Alvaro Núñez à Villiregua « maloqua » soixante Indiens... et un cacique » et à Berrebu et Coipu « ils ne trouvèrent que douze Indiennes dans un bois », tandis qu’à Tirúa, ils en capturèrent 114, qui furent marqués au fer rouge sur le visage, sans délai. (Rosales, II, p. 491-498.)

  • 13 J. de Quiroga, Compendia histórico, p. 140.
  • 14 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 184.

10D’après les données de Rosales, on arrive péniblement à un chiffre inférieur aux deux cents esclaves capturés par Merlo durant son bref gouvernement de quelques mois, mais un chroniqueur postérieur les porte à plus de mille, ajoutant en outre qu’il veilla à ce que les Indiens amis eussent leur part du butin, avec interdiction de leur enlever les pièces qu’ils auraient capturées eux-mêmes13. Errázuriz estime le total des prises à « près de mille Indiens »14.

  • * N. du T. — Le terme employé ici, « cabo » signifie généralement « caporal », mais ici il semble pl (...)
  • N. du T. — Ici encore « cabo », qui, selon le complément de nom, désignait divers grades d'officie (...)
  • 15 C. Gay, Historia Física y política de Chile, Documentas, t. II, p. 238-239.

11En aucun cas le nombre ne peut avoir été très bas, car Jaraquemada, le successeur de Merlo, consacre un grand paragraphe d’un rapport aux esclaves faits pendant le gouvernement de celui-ci, et il critique leur mode de répartition, « car ce qui se passait, c’est qu’on répartissait en trois parties les pièces récoltées : lieutenant*, capitaine* et soldats ; les uns, qui étaient plus puissants, choisissaient le meilleur et donnaient le déchet aux soldats ». Quelques-uns des soldats vendirent leur part à Conception et tentèrent de s’enfuir avec l’argent, à travers la Cordillère. On ajoute dans le même rapport que les maîtres de camps et les officiers envoyaient leurs esclaves aux travaux des champs, sous la garde de soldats de confiance, qui étaient payés par le roi et qu’ils vendaient à l’armée, à hauts prix, les produits ainsi obtenus. Pour remédier à de tels abus, Jaraquemada ordonna que, dorénavant, on entassât toutes les pièces d’indiens capturées, à répartir également entre tous ceux qui avaient pris part à la « maloca », tant par souci d’équité que pour des raisons de sécurité, pour que les soldats ne fussent pas retenus de tuer des ennemis par la convoitise de capturer leurs propres pièces, et pour éviter que, afin de les poursuivre ils n’affrontassent d’inutiles dangers15.

  • 16 C. Gay, Historia Física y politica de Chile, Documentas, t. II, p. 217.

12Quant à Merlo de la Fuente, il ne reste qu’à ajouter qu’il réglementa le système d’octroi des certificats d’esclavage de chaque Indien, s’en attribuant le privilège exclusif là où il était, et en général, tous devaient spécifier clairement « le nom, le pays et l’âge de chaque pièce, pour qu’en tout temps et en toute occasion la vérité fût constante »16.

  • N. du T. — « Chusma », voir ce mot, d’ailleurs défini plus bas, chap. VII (p. 136 sq.).
  • 17 J. de Quinoga, Compendio histórico, p. 140.
  • 18 C. Gay, Historia Fisica y politica de Chile, Documentas, t. II, p. 254-261.

13L’estimation numérique des esclaves pris dans les malocas durant le gouvernement de Jaraquemada n’offre pas non plus de garanties d’une sûreté absolue. Selon Rosales, à Lavapié, « il prit beaucoup de femmes et d’enfants »*, dans les parages du fort de Lebo « environ soixante femmes et leurs enfants », et dans le Purén « il fit prisonnière toute la « chusma » », et ses quinze chefs furent pendus (Rosales, II, p. 507-509). Jerónimo de Quiroga, déjà cité, affirme que « ils firent avec bonheur beaucoup de prises » et que le gouverneur disposa que tous les captifs pris par les Indiens amis lui fussent remis, à lui, en échange d’une petite récompense pour chaque pièce, « et depuis ce temps-là s’est répandue cette-pratique, et ce fut la mine qui enrichit les gouverneurs »17 Également difficiles à ramener à des chiffres sont les informations données par le gouverneur lui-même. Il mentionne que, dans une rencontre qu’il eut avec les Indiens à Pellaguen, ceux-ci abandonnèrent en son pouvoir « un peu des leurs » et dans une seconde bataille « un bon nombre de paresseux et de la « chusma », outre dès prises de moindre importance18. Les expressions de « chusma », et « paresseux », commencent à devenir fréquentes dès cette époque pour signifier les prises constituées par des femmes, des adolescents et des enfants, plus maniables que les adultes guerriers, spécialement les enfants, qui arrivaient à oublier complètement le lieu exact de leur naissance et la date ou l’année où ils avaient été faits prisonniers.

  • 19 C. Gay, Historia Fisica y politica de Chile, Documentas, t. II, p. 254-261.

14Jaraquemada se plaignait au roi que l’Audience royale mettait des obstacles à la sortie des Indiens capturés, pour de Pérou, bien que, selon les instructions royales, on dût en user ainsi avec ceux qui avaient plus de douze ans, mais l’intérêt de certains « de les avoir dans leurs fermes et leurs exploitations l’emporte »19. Cette attitude de l’Audience, protectrice des propriétaires, de fermes et d’exploitations, correspond parfaitement à la protection dispensée aux vecinos appelés à la guerre, empêchant qu’on les y menât. Propriétaires et vecinos étaient en grande, partie les encomenderos eux-mêmes, et ils avaient intérêt à ce que la main-d’œuvre capturée n’émigrât pas du royaume. De son côté, l’Audience avait déjà transigé avec eux, en 1609, en se soustrayant à son obligation de supprimer le service personnel.

15Comme on a pu en juger, dans ces premières années de l’esclavage légal, l’armée fonctionna avec assez d’efficacité pour ce qui est de pourvoir de main-d’œuvre les activités productives, le marché d’esclaves fut bien approvisionné. L’institution si récemment légalisée et consacrée commençait à prendre forme. Cependant, le parti esclavagiste allait subir un nouvel échec, transitoire. Les quinze années suivantes de guerre défensive constituent une parenthèse destinée à chercher une solution nouvelle à un problème déjà si ancien.

16Nous avons conçu cette parenthèse de la guerre défensive et la proclamation de la guerre active et efficace en 1627, avec la pratique sur une grande échelle de l’esclavage indigène durant tout le xviie siècle, comme une investigation qui, par son volume et ses caractéristiques, doit être présentée à part avec l’extension et les détails nécessaires. C’est pourquoi nous arrêtons en 1612 cette première vision d’un thème qui atteint à cette date une véritable limité et nous maintenons aussi l’idée que les liens entre les formes de guerre et les formés de la société et de l’économie montrent de façon très claire leur mutuelle interaction et leur jeu réciproque, durant la période que nous avons embrassée dans les chapitres qui précèdent.

Notes

1 D. de Rosales, Historia general..., t. II, p. 479-480.

2 J.T. Medina, Manuscritos, t. CXIII, doc. 1949, p. 295-312.

3 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 82-83.

4 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 82-83.

5 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 188-189.

6 COLHCH, Actas de cabildo, t. XXIV, p. 189.

7 COLHCH, Actas de cabildo, t. XXIV, p. 191.

8 Avertissements et remarques que le Dr Luis Merlo de la Fuente..., 1611. C. Gay, Historia Fisica y política de Chile, Documentas, t. II, p. 227.

9 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 190.

10 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 194-198.

11 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXIV, p. 199.

12 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 128.

13 J. de Quiroga, Compendia histórico, p. 140.

14 C. Errázuriz, Historia de Chile durante..., t. II, p. 184.

15 C. Gay, Historia Física y política de Chile, Documentas, t. II, p. 238-239.

16 C. Gay, Historia Física y politica de Chile, Documentas, t. II, p. 217.

17 J. de Quinoga, Compendio histórico, p. 140.

18 C. Gay, Historia Fisica y politica de Chile, Documentas, t. II, p. 254-261.

19 C. Gay, Historia Fisica y politica de Chile, Documentas, t. II, p. 254-261.

Notes de fin

* N. du T. — Le terme employé ici, « cabo » signifie généralement « caporal », mais ici il semble plutôt viser le « cabo de escuadra » : capitaine de compagnie. Le « capitán » était en réalité l’équivalent d’un colonel, commandant une unité tactique autonome.

N. du T. — Ici encore « cabo », qui, selon le complément de nom, désignait divers grades d'officiers subalternes.

N. du T. — « Chusma », voir ce mot, d’ailleurs défini plus bas, chap. VII (p. 136 sq.).

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search