Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre VIII. L’esclavage des Indiens avant sa consécration légale par la monarchie

Texte intégral

« Nos Espagnols sont des vipères pour les Indiens du Chili (car eux-mêmes disent que même notre souffle ou notre haleine les tue), spécialement s’ils savent user des moyens dont ils disposent sans bruit et à la sourdine, comme de bons chasseurs, car cette guerre du Chili n’est pas autre chose qu’une chasse, une grande chasse au fauve. » (Alonso González de Nájera, Desengaño y reparo de la guerra de Chile, p. 254.)

Le seizième siècle

1Bien que la recherche que nous avons effectuée au sujet des antécédents de l’esclavage des Indiens pris à la guerre, au Chili, soit très loin d’être réellement exhaustive pour ce qui touche au xvie siècle, elle suffit cependant à prouver, avec les témoignages produits plus loin, qu’il fut pratiqué largement, bien ayant la cédule royale de 1608, rencontrant dans certaines occasions l’approbation et l’inspiration des gouverneurs, et dans d’autres cas une certaine résistance.

2Déjà pour la période de gouvernement de Melchor Bravo de Saravia, des auteurs aussi sérieux que Rosales et Mariño de Lovera se rejoignent dans l’affirmation que, sous son gouvernement, la coutume exista de saisir des Indiens à la guerre. Lorsque le gouverneur s’embarqua à Valdivia pour Concepción, en septembre 1571, beaucoup des Espagnols qui l’accompagnaient « emmenaient aussi beaucoup d’Indiens contre leur gré, et même dans la peine, car ils laissaient les femmes sans leur mari, et les maris sans leur femme ; et ils faisaient de même avec parents et enfants ; et il y eut de grands scandales à ce sujet parce que la justice séculière prétendait s’y opposer et que l’autorité de l’évêque d’Imperial intervint, l’interdisant et le frappant de censures, car la conscience de certains était si pervertie, qu’ils ne voulurent entendre aucune raison, pour laisser les Indiens et les Indiennes » (Mariño de Lovera, p. 329).

3Rosales s’exprime en termes très semblables, ajoutant que, vu la coutume établie par les soldats si arbitrairement, le sujet fut discuté, et « on l’interdit comme une chose injuste et contre toute loi et toute raison, parce que personne ne peut faire des esclaves s’il n’est autorisé par le roi ou par un très haut seigneur ». Les membres de l’Audience tinrent compte de ces raisons pour essayer de supprimer cet usage « qu’avaient introduit les soldats, de réduire en esclavage les Indiens qu’ils prenaient à la guerre, et d’autres de même, qu’ils vendaient et jouaient, bien qu’ils ne fussent pas des prises de guerre, par la convoitise de l’argent et un désir de tirer des profits d’une guerre si fâcheuse et si désapprouvée, et ils donnaient comme raison que c’étaient des prises de guerre » (Rosales, II, p. 192-193).

  • 1 Cédule royale, du 26-5-1573, à l’Audience royale de los Reyes, sur l'interdiction d’amener au Péro (...)

4Outre l’Audience royale, le roi aussi crut nécessaire de légiférer sur la matière. Par une cédule de 1573, adressée au tribunal de Lima, prenant en considération « un rapport qu’on lui avait fait, selon lequel, à la faveur de la guerre des provinces du Chili, quelques-uns de ceux qui en viennent apportent (au Pérou) des Indiennes de service, qui, avec la différence de climat, meurent en grand nombre », il prescrivait « qu’il soit porté remède à cette situation en interdisant d’apporter aucun Indien, ni Indienne de ces provinces du Chili, pour le service, ou d’une autre façon »1.

  • 2 Lettre de Toledo au licencié Torres de Vera, 1574. CDICH, deuxième série, t. II, p. 73-75.
  • 3 Lettre de Toledo à l’Audience du Chili, 1574. CDICH, deuxième série, t. II, p. 70-73.
  • 4 Instruction de Toledo à R. de Quiroga, 1574. CDICH, deuxième série, t. II, p. 115-124.

5Le licencié Torres de Vera avait écrit au vice-roi Toledo, pour proposer de transférer les Indiens rebelles à la région du nord pour extraire de l’or, afin que les caisses royales 143 pussent l’utiliser pour mieux ravitailler les soldats en garnison2 Toledo, donnant des instructions à l’Audience du Chili sur la manière de conduire la guerre, lui faisait part de son acceptation du plan de ne pas les égorger, mais de les déporter pour leur faire extraire de l’or3. Avec de telles instructions, le gouverneur Quiroga pouvait procéder avec une entière liberté et effectuer le transfert. Le vice-roi pensait qu’avec 600 ou 700 Indiens qu’on mettrait à extraire de l’or, on obtiendrait environ 30.000 pesos d’or par an4.

6Son gouvernement se distingua par la violence des châtiments qu’il infligea aux Indiens rebelles, tirant parti d’eux en même temps, une fois qu’ils étaient faits prisonniers, et avec l’autorisation du vice-roi Toledo, comme main-d’œuvre pour les mines. Au début de son gouvernement « il tenta à nouveau de les amener à soi et de les apaiser par de bons traitements. Et adoucissant le service personnel et modérant les ventes d’esclaves, il leur envoya plusieurs messages et leur dépêcha des ambassadeurs... mais il eut beau faire, cela ne suffit pas à les adoucir et à les ramener à la paix ». « C’est ainsi qu’il se décida à leur faire la guerre et il se mit en campagne cette année-là, en décembre » (Rosales, II, p. 196).

  • * N. du T. — En espagnol « levo ». Chez les Indiens mapuches, c’est une division qui correspond au « (...)
  • 5 Chaco. « Et pour qu’on entende ce vocable qui est particulier au Pérou, il faut savoir que souvent (...)
  • 6 Jerónimo de Quiroga, Compendia histórico, p. 123.
  • 7 Lettre de Lorenzo Bernal au vice-roi Toledo, du 20-1-1578. CDICH, deuxième série, t. II, p. 347-34 (...)

7Vers 1577, le maître de camp Lorenzo Bernai de Mercado « courant les districts* d’Ongolmo, Paicabí, Tucapel et Millarapue, eut l’idée de faire un « chaco » d’Indiens comme on en fait d’ordinaire avec le bétail »5. « Et Lorenzo Bernai trouvant que la ruse était bonne pour une chasse à l’homme, rassembla un grand nombre d’Indiens amis, de, tous ces districts et les disposant comme il est dit, il prit au milieu plus de 400ennemis que le Gouverneur exila à Coquimbo comme des criminels et des fauteurs de troubles » (Mariño de Lovera, p. 363). Rosales donne aussi le chiffre de 400 et il ajoute que « le gouverneur châtia les meneurs et les fit pendre cependant qu’il déporta les autres à Coquimbo pour extraire du métal pour Sa Majesté, laissant tout le pays dans des larmes amères et les Indiens avec une horreur mortelle des Espagnols, parce que beaucoup disaient qu’ils étaient loyaux et qu’ils ne s’étaient pas soulevés,... et que tout se ramenait à la pénurie d’Indiens pour les mines » (Rosales, II, p. 201). Un autre chroniqueur porte le nombre des Indiens faits prisonniers à 500, spécifiant que le gouverneur « dans deux embarcations, les envoya à Coquimbo pour travailler dans les mines »6. Le maître de camp lui-même estimait la prise envoyée à la Serena, à 500 Indiens, avec beaucoup d’enfants7. Rosales ajoute finalement que la plupart de ces Indiens s’enfuirent et regagnèrent leur pays par le chemin le long de la cordillère.

8A la fin de 1578, quatre cents Indiens prisonniers étaient envoyés à Santiago, confiés à la garde de neuf Espagnols et de quelques Indiens amis, mais le cacique Andimapo leur tomba dessus avec cinq cents hommes et « les fit échapper aux chaînes » (Mariño de Lovera, p. 378).

  • N. du T. — Dans le texte « mitimaes ». Voir N. du T. chapitre III (p. 52).
  • 8 Lettre de Rodrigo de Quiroga au vice-roi du Pérou, du 26-1-1578. CDICH, deuxième série, t. II, p.  (...)

9Écrivant au vice-roi, le gouverneur Quiroga spécifiait que « c’est en conformité avec l’instruction et l’arrêté que Votre Excellence m’a envoyé quand elle me fit la grâce de me choisir comme général de ce royaume, que je me suis conduit dans l’affaire relative à la déportation de ces Indiens et de ces rebelles, car en les déportant et en faisant des colonies, on pacifiera ce royaume plus rapidement. Sa Majesté a approuvé cela par une cédule qu’elle m’a envoyée, où elle m’ordonne de faire ce que je trouverai bon dans ce cas ». Quiroga expose, à la suite, le sérieux inconvénient qui se présentait pour effectuer de telles déportations, à savoir l’opposition soulevée par les encomenderos des Indiens rebelles, qui lui avaient fait un procès pour les tributs des Indiens déportés et qui prétendaient que leur fussent restitués à chacun les Indiens de leurs encomiendas respectives8.

  • N. du T. — En espagnol « demora ». Ce terme désignait une période de travail de huit mois dans les (...)
  • 9 Lettre de Gregorio Sánchez au vice-roi du Pérou, du 25-3-1578. CDICH, deuxième série, t. II, p. 37 (...)

10Rodrigo de Quiroga désigna Gregorio Sanchez pour s’occuper des Indiens déportés à la Serena. Nous copions un paragraphe d’une lettre, adressée par celui-ci au vice-roi du Pérou, rendant compte de son administration : « Monseigneur le Gouverneur, qui m’a confié la charge et l’administration des Indiens qu’il déporte à cette cité de la Serena et leur utilisation au profit des grandes dépenses de la guerre, s’en remet à mon opinion, et bien que Sa Seigneurie leur fasse couper les pieds, de ce qui conviendra le mieux au service de Sa Majesté et au bien des Indiens, comme à quelqu’un qui est au courant. Quand ces Indiens furent arrivés à cette cité quelques-uns voulurent fuir et on en prit et pendit six ou sept et on coupa les pieds à cinquante autres et bien que certaines personnes pensent qu’ils seront utiles dans les mines, les pieds coupes ils ne sont bons à rien qu’au travail des fermes et au jardinage. A cause du manque d’outils qu’il y a ici, de vivres et d’autres choses qui sont nécessaires à la mise en valeur des mines, et comme les Indiens n’y sont pas habiles et que la dépense était supérieure au profit pour le moment, et surtout qu’on ne pouvait pas se nourrir et que pour que les Indiens restent en paix, il fallait qu’il y eût le plus possible d’Espagnols, je décidai de les donner à moitié aux habitants et à d’autres personnes pour cette campagne, disposant tout le nécessaire pour la mise en valeur de ces mines et de cette manière ont été faites les écritures. Beaucoup d’entre eux sont morts. Parmi les Indiens qui sont venus, Sa Seigneurie envoie en déportation six grands caciques d’Araucanie, et il me mande qu’il les envoie à Votre Excellence, avec l’acte qu’il a établi sur cette affaire, afin que Votre Excellence fasse d’eux ce qui lui conviendra. Ils sont enregistrés par leur nom et quelques-uns d’entre eux amènent leurs femmes ; je les ai remis à Juan Fernández Martínez, comme il apparaîtra par l’état qui en a été dressé9.

  • 10 Cédule royale, du 13-1-1575, à Rodrigo de Quiroga, gouverneur du Chili, sur le traitement qui doit (...)

11Il n’y a guère de doute possible sur le sort qui attendait ces prisonniers. Une cédule royale avait arrêté qu’il convient « que les Indiens qui seraient pris à la guerre ne soient ni tués, ni mutilés, mais déportés dans des endroits où ils vivent dans la paix et qu’on en fasse des colonies (mitimaes) pour qu’ils extraient de l’or et se livrent à d’autres activités et exploitations dont on puisse tirer quelque profit pour contribuer aux dépenses de la guerre »10. Bien qu’ils eussent la qualité de « mitimaes », octroyée par le roi, la note dominante du temps permet de douter que ce fût leur véritable traitement, comme il se dégage du document récemment cité de l’administration des Indiens déportés.

  • 11 Décision de l’Audience royale, sur le service personnel des Indiens, 28-9-1609. Medina, Manuscrito (...)

12Presque trente ans après ces événements, le 28 septembre 1609, l’Audience royale du Chili, présidée par le gouverneur Alonso García Ramón, adoptait une décision en forme sur le service personnel des Indiens. On y énumérait les catégories d’indigènes existant à ce moment-là dans le royaume. Dans cette énumération on reconnaissait expressément qu’il y avait dans les régions pacifiées, des prisonniers « faits à la guerre du temps de Monseigneur le Gouverneur Rodrigo de Quiroga, auxquels Sa Majesté, par une cédule royale, ordonna de servir dix ans, comme Indiens « mitimaes »11. Ces dix ans avaient duré longtemps si, en 1609, ils étaient encore en déportation.

13Mariño de Lovera raconte une expédition réalisée en 1578, avec l’aide des Indiens amis, par Julián Carrillo, corrégidor d’Osorno, qui organisa une expédition punitive à la région de la Cordillère, toute cette expédition étant embarquée dans des pirogues. « Ils arrivèrent au pays de Pudoa, où les Indiens amis qui étaient dans les pirogues sautèrent sur la berge pour mettre à sac les maisons de ces naturels ; ils avaient pour capitaine, le cacique Quintoia, qui était vaillant et grand ami des Espagnols ». « Et une bataille s’étant engagée, où moururent quelques Indiens de part et d’autre, ceux de notre camp l’emportèrent, emmenant prisonnières beaucoup de femmes ; et une grande quantité de bétail et de vêtements » (Maríño de Lovera, p. 377).

14Vers 1580 ou 1581, à titre punitif également, les Espagnols firent prisonniers des Indiens et à Valdivia « ils les embarquèrent pour qu’ils fussent vendus hors de leur pays, comme esclaves, pris dans une guerre licite. Sur ces entrefaites, il s’éleva sur cette plage une lamentation si douloureuse qu’elle la rendait plus amère de larmes que salée de vagues. Les mères pleurèrent leurs enfants, et les femmes leurs maris, et même les maris pleurèrent leurs femmes, car on les leur enlevait pour en faire des enclaves de soldats, et même de pires choses que ceux-ci ont coutume de faire quand ils ont des femmes dans leur tente » (Maríño de Lovera, p. 406).

15Pour les trois ans que dura le Gouvernement de Martín Ruiz de Gamboa, on n’a trouvé qu’une référence à des prisonniers faits à la guerre, et il n’y est pas fait mention de leur destinée ultérieure : « dans l’île de Gayete... (les Espagnols) parcoururent tout le pays en causant de grands dommages à l’ennemi, et ils pressèrent l’île de telle sorte qu’ils les obligèrent à l’abandonner, faisant prisonniers beaucoup d’Indiens qui l’habitaient » (Rosales, II, p. 214).

16Pendant le gouvernement de Sotomayor, en 1584, parcourant le pays d’Angol, le capitaine Pedro Cortés prit dix Indiens dans une embuscade, mais leur sort postérieur ne doit pas avoir été la captivité, mais la mort, « car il faisait pendre aux arbres tous les Indiens qu’on prenait ». Quatre ans plus tard, également dans le pays d’Angol, les Espagnols tombèrent au milieu des Indiens, « qui ne s’y attendaient pas, et ils en tuèrent beaucoup et firent prisonniers entre autres un jeune homme... qui était fils du cacique Piurume » (Rosales, II, p. 222 et 250).

17En l’année 1592, vint du Pérou un bateau commandé par Pedro Martínez de Leiva pour guetter si les ennemis d’Europe se montraient, il débarqua au port de Arauco et lui prêta son secours, demandant « au maître de camp de lui faire signe quand il y aurait un rassemblement, qu’il se tiendrait près de l’île et viendrait avec ses hommes l’aider à combattre ». « A peu de jours de là, il sauta à terre à nouveau avec ses hommes et ils furent à une « maloca » avec les soldats du fort (d’Arauco), à Millarapue, pour rapporter des vivres, prendre quelques pièces, et chercher des renseignements sur ce qui se passait dans le pays, et tout se passa avec bonheur et un heureux succès » (Rosales II, p. 2623). On ne peut déduire de cette citation que les prisonniers furent emmenés au Pérou, mais si on prend en considération la coutume déjà établie, comme on le verra à travers d’autres témoignages, il ne paraît pas surprenant qu’on en ait usé ainsi, en cette occasion. Il vaut la peine de souligner que des éléments venus de l’extérieur du territoire du royaume prirent part à cette expédition, et bien que leurs objectifs fussent tout autres, ils ne dédaignaient cependant pas de participer, presque à titre d’aventure, à la guerre d’Araucanie.

  • § N. du T. — En espagnol « visitador y numerador ».
  • 12 Acta de cabildo, du 26-5-1589. COLHCH, t. XX, p. 213.

18Le transfert des Indiens du sud du pays vers les zones centrale et septentrionale doit avoir eu une ampleur appréciable pour que le phénomène fût reconnu dans les documents officiels. Gregorio Sánchez, corrégidor de Santiago et de sa juridiction, reçut « commission d’inspecteur et dénombreur d’Indiens »§, et ce titre, octroyé par Alonso de Sotomayor, lui donne qualité pour connaître des torts qu’auraient reçus les « Indiens naturels, tant du territoire de la cité que de la Serena, comme Indiens du service personnel, les « beliches » et autres Indiens qu’il y aurait »12. Si on incluait déjà parmi les Indiens de ces cités les Beliches, c’est-à-dire, les Huilliches, sans doute, étaient-ils présents en grand nombre et la nomination était-elle justifiée dans l’énumération.

19Quoique le gouverneur Martín García Oñez de Loyola défendît les Indiens de la rapacité des encomenderos, dans beaucoup de ses attitudes, en même temps, des références prouvent qu’il accepta en plusieurs circonstances qu’on fît des prisonniers et de plus, compte tenu de ses propres décisions, il est possible d’inférer qu’il combattit aussi une pratique dont les dangers et les injustices ne lui échappèrent pas.

20Au printemps de 1594 « le gouverneur partit avec toutes les forces, décidé à. fonder une colonie à Millapoa. Et ayant fait d’abord quelques incursions, il prit quelques Indiens d’importance et des chefs de provinces, aussi commencèrent-ils à faire la paix, et c’est ainsi qu’il créa la cité de Santa Cruz de Loyola, le 28 octobre 1594 ». « Des fermes et des demeures se créèrent peu à peu et la ville s’accroissait avec une grande rapidité ». « Et le corrégidor don Antonio Avendaño, qui était un très bon soldat, fit beaucoup d’incursions en pays ennemi, avec des hommes à cheval, elles furent très heureuses et firent beaucoup de prises ».

  • ** N. du T. — En espagnol « reguas » ou « rehues ». Le « rehue » est l’arbre sacré des Mapuches ; c’é (...)

21Cette même année, Oñez de Loyola, avec 180 soldats espagnols et « mille deux cents lances d’amis [Indiens] », « fit la guerre à Mariguano, Curalebo et à tout le pays accidenté de Llancutién. Il leur prit tous leurs troupeaux et leur brûla tous leurs villages, incendiant leurs récoltes, sans leur laisser un grain. Et il laissa ces districts** en si piteux état à la suite de cela et de beaucoup d’enfants et de femmes qu’ils firent prisonniers, qu’il fut facile de les amener sous l’obédience et à la sujétion des Espagnols » (Rosales, II, p. 281-2).

  • †† N. du T. — Voir chap. X (p. 213). En espagnol « la chusma », qui désigne tous les éléments de la p (...)

22L’année suivante, l’armée entra dans les marais de Purén, « où les Indiens étaient retranchés, ils combattirent contre eux vaillamment, en égorgeant quelques-uns, capturant les femmes et les enfants††, leur prenant le bétail et mettant le feu à toutes ces agglomérations de la vallée. Et les laissant bien châtiés, il partit de là faire la guerre à ceux qui avaient aidé les Indiens de Purén, comme c’était le cas de ceux de Relomo, Calcoimo et autres provinces rebelles, oú il fit prisonniers beaucoup d’Indiens et d’Indiennes, et il fit de grands châtiments, sans recevoir aucun dommage ».

23(En 1596, le gouverneur s’en fut avec 183 soldats et 1.500 Indiens amis « établir ses quartiers dans les ravins de Lincoya, comme à un endroit bien pourvu et bon à piller. Par là-bas, après avoir incendié les récoltes et fait beaucoup de prisonniers et de tués, il ne se trouva pas un soldat ni un Indien ami, qui n’eût pour dépouille une pièce capturée ou une brebis attachée ».

24En 1597, pour faire une incursion à Tucapel, Oñez de Loyola, demanda de l’aide aux Indiens d’Arauco, qui lui donnèrent 200 Indiens « mal équipés et qui étaient le déchet, et ils préparèrent tous les autres pour combattre de l’autre côté en faveur de l’ennemi et pour l’aider ». « Et le gouverneur, une fois informé de ceux qui avaient fomenté cette trahison, prit vingt caciques coupables et fit « maloquer » leur région, incendier leurs maisons et capturer leurs femmes et leurs enfants, défendant de faire aucun mal ailleurs, et il en fut fait ainsi ».

25Au cours de l’année 1598, dernière année du gouvernement et de la vie du gouverneur, « le corrégidor d’Angol lui écrivit qu’il avait fait une maloca et une incursion à Guadaba et pris quelques pièces » (Rosales, II, p. 286-296).

  • 13 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCV, doc. 1440, p. 326-331.

26Voilà ce qui concerne les Indiens rebelles. Pour les Indiens loyaux, les choses n’allaient pas beaucoup mieux. Peu de temps après qu’il eût assumé le gouvernement, en 1593, Oñez de Loyola prit une mesure sur la liberté des naturels ; de ce texte jaillit la confirmation des innombrables abus qui se commettaient. Bien qu’étendu, ce texte est très révélateur : « ... étant donné que Sa Majesté le Roi Notre Seigneur, par de nombreuses cédules et mesures royales et ordonnances prises à divers moments, m’a ordonné et enjoint le bon traitement des Indiens naturels et ordonne qu’ils soient gouvernés comme de libres vassaux de sa couronne royale, et qu’au moment où je suis entré en fonction comme gouverneur de ce royaume, en son nom royal, j’ai constaté que beaucoup d’entre eux étaient opprimés sous couvert de certains ordres de protection, qui étaient obtenus des gouverneurs et des magistrats, grâce à de faux rapports et à des importunités et dès qu’on n’en donna plus pour personne, comme je le fais de même actuellement, ces ordres sont venus à expiration et maintenant, en visitant ces cités (du Sud) j’ai compris et on m’a informé que beaucoup de personnes de toutes catégories ont coutume d’échanger et de louer pour de l’argent, des Indiens chrétiens fibres, et qu’ils vont chercher parmi les Indiens loyaux et au service du roi Notre Seigneur et qu’en abusant certains, en ravissant d’autres et en se cachant, ils les emmènent de cité en cité, les louent, les échangent et tacitement les vendent, les arrachant à leur communauté, attentant à leurs libertés et les négociant comme s’ils étaient des esclaves et que certaines personnes ont pour coutume et presque pour métier d’emmener ces Indiens et Indiennes de ces cités à celle de Santiago et des unes aux autres et ils les troquent et les échangent et vivent de leur prix et de même les vecinos encomenderos des Indiens de leurs domaines, et d’autres, les envoient à leurs amis et connaissances et quand ils vont faire des affaires ou la guerre, ils les donnent à qui ils veulent et en reçoivent le prix, et le pire est que beaucoup de prêtres et de religieux qui catéchisent les Indiens, font ces louages et ces échanges... j’ordonne que dorénavant personne quelle que soit sa qualité, son état et sa condition, ne restreigne la liberté de ces Indiens, ni d’aucun Indien, sous prétexte d’un quelconque ordre de protection qu’ils auraient » et il ordonnait aussi qu’ils « ne traitent, ni ne contractent, ne louent, n’achètent, ne vendent, ni envoient d’Indiens pour aucune somme, ni en échange de quoi que ce soit »13. L’arrêté se termine par l’indication des peines encourues par ceux qui n’appliqueraient pas ses dispositions.

  • 14 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCVII, doc. 1484, p. 1-4.

27Il n’y a pas de doute que cette manière de prendre les Indiens à la guerre et de les déporter s’était déjà transformée en un usage courant. Par un autre arrêté de García Oñez de Loyola, en date du 5 mars 1594, il était formellement interdit de déporter ou d’aliéner « de ces royaumes, de quelque façon que ce soit, aucun Indien, rebelle ou loyal, ou de quelque qualité qu’il soit ». Cette disposition avait été prise, par suite du fait que le corrégidor de la Villarica, Francisco Galdames de la Vega, après une « maloca », où « une certaine quantité de pièces » avait été prise par Juan Beltrán, commandant d’un fort, celui-ci « les a déportées sans m’en aviser ni avoir d’ordre ni de délégation de moi pour le faire ». Le gouverneur poursuit en déclarant, dans cet arrêté, que les Indiens tellement diminué dans le royaume que celui-ci est « presque dans l’impossibilité de faire valoir ses propres domaines, à cause du manque d’hommes et de service »14. Dans ces conditions on ne pouvait permettre la déportation des Indiens, car le problème du manque de bras ne ferait que s’aggraver.

  • 15 Acta de Cabildo du 28-7-1954. COLHCH, t. XX, p. 619-621.
  • ‡‡ N. du T. — Dans l’armée moderne ce grade équivaudrait sans doute à général en chef.
  • 16 J.T. Medina, t. XCVII, doc. 1487, p. 13-18.

28Quelques mois plus tard, le 27 juillet de la même année, était proclamé à Santiago un nouvel arrêté15, d’une teneur plus ou moins semblable, que Martín García de Loyola avait pris le 15 juin au fort de la Cruz. Dans ce cas-là les accusations d’infraction n’étaient pas portées contre un corrégidor, mais contre son propre lieutenant général‡‡ : « il est venu à ma connaissance que les personnes qui devraient le plus observer ce qui est dit plus haut et que ces Indiens ne soient pas aliénés, les aliènent et les embarquent en grande quantité et l’homme qui en a le plus aliéné et qui a le plus donné de licences pour d’autres... est le licencié Pedro de Vizcarra, mon lieutenant général et de même il a donné licence d’emmener au royaume du Pérou ces pièces, les patrons et les pilotes de ces bateaux, produisant pour se couvrir les licences données par mon lieutenant général ». Il déclarait aussitôt milles les licences, pour « qu’aucun Indien loyal ou rebelle, même exilé, ne s’embarque dans aucun des ports maritimes ou fluviaux de ce royaume... même s’il fait partie des domestiques des personnes qui s’embarquent »16.

29Si l’autorité suprême du royaume prenait de telles mesures pour empêcher que ces abus continuassent à être perpétrés, ces abus, d’autre part, ne tendaient qu’à affaiblir la propre position économique des Espagnols, et si elle les réitérait si souvent, désavouant des fonctionnaires très haut placés, c’était parce que le commerce de chair cuivrée avait atteint un grand développement, dès avant la grande rébellion de 1599. La réitération même des interdictions prouve que le mal n’était nullement facile à déraciner. Et cela n’était pas dû à l’absence de condamnation morale. Il est certain que beaucoup de gens partageaient la pensée exprimée par le chroniqueur, qui expliquait que « sur ce point, il y a jusqu’à maintenant [1595] de grands abus, des patrouilles de soldats partent courir le pays, s’écartant du Ciel par des débordements auxquels ils se livrent en ravissant des troupeaux d’Indiens, pour vendre les garçons et envoyer les filles en cadeau à beaucoup de dames de leur connaissance : et ainsi tout est bouleversé et chacun vit comme il lui plaît » (Mariño de Lovera, p. 406.)

  • 17 F. Núñez de Pineda, Cautiverio feliz, p. 252 et 264.

30Il est impossible, à cause de l’intérêt qu’il offre par son origine, de ne pas citer un témoignage : celui du camp indigène. Une trentaine d’années après la ruine des cités du Sud, et tandis qu’il était encore prisonnier, Francisco Núñez de Pineda eut une conversation avec un vieux cacique, au cours de laquelle celui-ci lui raconta les nombreux affronts qu’avaient subis les Indiens de la part de leurs anciens maîtres, alors qu’ils étaient loyaux et sous leur domination. Entre autres coercitions, il lui rapporta qu’il y avait, en ces temps antérieurs à la dépopulation, des Espagnols « si cupides et tyranniques, qu’ils dérobaient en cachette les garçons et les filles des villages et allaient les vendres comme esclaves au port de Valdivia », « où ils étaient embarqués pour d’autres pays »17. Cette référence est réellement intéressante, parce qu’elle coïncide pleinement avec les renseignements sur cette période, d’une origine différente.

31L’esclavage des aborigènes s’imposa donc comme un véritable style des Indes, dans le royaume du Chili, en dépit des nombreuses dispositions de la monarchie et de ses représentants en vue de l’interdire, bien avant la cédule royale de 1608 qui allait venir le consacrer comme norme légale.

L’esclavage dans les premières années qui suivirent la grande rébellion de 1599

32Le réveil de l’année 1599 fut brusque et de saveur amère pour les Espagnols du royaume du Chili. A la fin du mois de décembre précédent, de 1598, le gouverneur Oñez de Loyola et la fine fleur de son entourage avaient été tués par les Indiens. Ce n’était pas la catastrophe numérique qui donnait à l’événement son aspect tragique, mais le fait qu’un autre gouverneur avait été vaincu et sa suite détruite par la rancœur inextinguible de ces indigènes. Il ne pouvait y avoir de meilleur appel à l’insurrection que la tête d’un gouverneur. Des temps d’épreuves venaient, de danger et d’incertitude et aussi de désespoir. Ce climat psychologique domina les Espagnols et s’exprima par une attitude de violence plus grande que d’habitude, dans un désir de faire des exemples et des châtiments généraux qui prouveraient aux Indiens que la domination européenne était inexpugnable.

  • 18 Lettre de frère Francisco Rivero au roi, du 26-3-1599. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1544(b(...)

33Au milieu de la consternation régnante, fut reconnu gouverneur par intérim le lieutenant général, le licencié Pedro de Vizcarra, que nous connaissons déjà, cet homme à qui Oñez de Loyola reprochait d’avoir autorisé le trafic d’esclaves indiens. La fureur de Vizcarra trouva un champ vaste et bien amendé, et ce qui était illégal quand il était lieutenant général, une fois gouverneur il lui donna force de loi. Dans une lettre de frère Francisco Rivero au roi, il est dit, commentant les actes de son gouvernement, que « le licencié Vizcarra est si absolu qu’il a promulgué un acte dans lequel il donne comme esclaves les Indiens rebelles et on dit qu’il a marqué au fer sur le visage des Indiens et des Indiennes et qu’il en a envoyé maintenant quelques-uns sur un navire, à Arica, à un de ses frères qui a une vigne par là-bas »18. Dans les cinq mois que dura son gouvernement, il imposa donc la violence comme trait caractéristique.

  • 19 Lettre de Quiñones au roi. Lima, 27-4-1602. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1654, p. 114-119.

34Mais si le gouvernement de Vizcarra fut violent, celui de son successeur, Francisco de Quiñones poussa beaucoup plus loin la conviction que le problème posé à ce moment était un problème de vie ou de mort et que la seule issue pour les Espagnols consistait en une défense à feu et à sang, qui les amènerait à s’imposer par la terreur. Il est probable que le désir de vengeance devait avoir aussi sa part dans la détermination. Ce n’est pas à un témoignage étranger qu’on fait appel, mais à celui de Quiñones en personne : « J’ai gouverné ce royaume seize mois et pendant ce temps, personnellement et par l’intermédiaire de mes capitaines, j’ai tué, brûlé, fait prisonniers et pendu plus de deux mille Indiens »19. Et de fait, ces seize mois ont été placés sous un tel signe.

  • 20 Affaires conduites par le gouverneur Quiñones..., Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1610, p. 187-31 (...)
  • 21 Lettre citée de Francisco de Quiñones. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1654, p. 116.

35Cependant, en dépit de ces terribles paroles, tout ne se ramenait pas à tuer, brûler et pendre. Beaucoup de ces Indiens étaient réduits en esclavage. Partant en campagne dans la zone de guerre et « avant d’arriver à La Impérial, Sa Seigneurie donna l’ordre de faire quelques « malocas », au cours desquelles on prit de nombreuses pièces »20. Rosales ajoute que le gouverneur livra une bataille sur les rives du fleuve Tabón, où « il fit prisonniers entre autres quinze caciques de Purén ». Tandis qu’il était à La Imperial « il fit faire quelques « malocas » et incursions dans lesquelles on récoltait de nombreuses pièces ». La Imperial et Angol abandonnées, les Espagnols pensèrent que les Indiens y viendraient par désir des dépouilles ». Et le capitaine Gonzalo de los Bios se proposant pour cette mission, tendit les embuscades avec tant de soin et si secrètement qu’il prit beaucoup d’Indiens et d’Indiennes qui, amenés par la convoitise, mordirent à l’hameçon » (Rosales, II, p. 351-353). Quiñones raconte, dans une lettre au roi, que sur le chemin du retour il fit « une incursion et je pris à cette occasion cent et quelques pièces »21. (Arrivé à Concepción, il tomba au moment où les Indiens rebelles avaient « maloqué » les Indiens loyaux. Pour être quitte, il leur rendit la pareille, et « ils punirent très bien l’ennemi, mettant le feu à ses maisons, leur prenant leurs troupeaux et capturant bien plus encore de pièces, et reprenant les leurs » (Rosales, III, p. 354).

  • 22 Relation des événements du gouvernement de Francisco Quiñones (sans date). Medina, Manuscritos t.  (...)

36Dans la zone d’Angol, Juan Rodulfo Lisperguer fit une incursion, « où il dut prendre une trentaine de pièces »22.

37Dans la région de Concepción un autre capitaine fit aussi du butin en battant une armée indigène. « Don Juan de Añasco partit courir le pays avec quarante Espagnols et quelques amis [Indiens] et il mit en déroute le rassemblement à Gualqui et amena plus de quarante Indiens et Indiennes prisonniers » (Rosales, II, p. 327).

  • 23 Actes des offres de paix et pardon général, faits aux Indiens par le gouverneur Alonso García Ramó (...)

38Quelques années plus tard, dans le fort de Santa Lucía de Yumbel, un cacique rapporta au gouverneur Alonso García Ramón que durant le gouvernement de Quiñones, un capitaine espagnol « les appela comme des amis pour venir avec leurs armes les aider à certaine « maloca » et eux, en sécurité, comme des gens loyaux qu’ils étaient, se présentèrent un à un et au fur et à mesure qu’ils arrivaient, ce capitaine leur attachait les mains derrière le dos et il enferma de cette façon environ cent Indiens et beaucoup d’autres pièces... et il fit croire à ce gouverneur que les gens qu’il amenait attachés étaient des ennemis qui s’étaient révoltés, alors que c’était faux, et ils furent donnés pour être esclaves et vendus comme tels, et ce capitaine rémunéré et honoré pour ce bienfait »23.

  • 24 Information ordonnée par Francisco de Quiñones, 8-11-1599. Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1602, (...)

39Les références sur le sort ultérieur de ces Indiens captifs ne sont pas particulièrement nombreuses, mais il n’est pas difficile de présumer, ni trop aventuré non plus, qu’il ne dut pas être très différent de celui des Indiens qui étaient capturés ou volés antérieurement à l’insurrection indigène. Dans une enquête ordonnée par Quiñones le 8 novembre 1599, il y a quelques renseignements, que donne dans sa réponse le témoin Antonio de Avendaño, vecino encomendero de Concepción. « Au bout de dix questions, ce témoin dit qu’il a vu comment Sa Seigneurie, ledit gouverneur don Francisco de Quiñones, a fait prisonniers, au cours d’incursions, des caciques Indiens rebelles et qu’il a exilé certains d’entre eux de ce royaume pour les envoyer au Pérou et qu’il en tient d’autres en prison et que de certains autres il a fait justice »24. Il n’est donc pas tout à fait improbable qu’un certain pourcentage, au moins, des prisonniers de guerre ait été vendu et exporté au Pérou ou placé dans la zone centrale du Chili.

  • 25 Lettre de A. García Ramón à Sa Majesté, 12-10-1600. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 1622, p. 26- (...)

40Pour les six mois et quelques que gouverna par intérim Alonso García Ramón, après Quiñones, on n’a trouvé aucune allusion à des prisonniers pris dans les malo cas. Mais ce qui paraît manquer sous son premier gouvernement abonde dans le second. Déjà à ce moment là, García Ramón était un partisan résolu de l’esclavage. Dans une lettre au roi il exprimait l’opinion que « ce serait très utile de livrer à l’esclavage les naturels de cette région qui seraient en rébellion, car ils le méritent pour tant de causes justifiées »25.

41A l’inverse de cette attitude passive, dans les quatre années suivantes du premier gouvernement d’Alonso de Rivera, de 1601 à 1605, l’esclavage atteignit une importance numérique inégalée auparavant, et on donna de plus à l’institution des avantages pratiques dont elle avait manqué dans le passé, eu égard aux intérêts et aux vues de l’État.

  • 26 Dans le chapitre « La justification doctrinale de l’esclavage des Indiens » on donne plus d’inform (...)
  • 27 Lettre de D. de Erazo, procureur général du Chili, au nom du gouverneur A. de Rivera, à Sa Majesté (...)

42Lorsque Alonso de Rivera prit le pouvoir, lors de son premier gouvernement, le problème de la légalité de l’esclavage, ou de la justice et de la nécessité de l’imposer, s’était considérablement éclairci. Depuis la mort d’Oñez de Loyola, la société espagnole établie au Chili, prise de panique et de désirs de vengeance, sentant sa situation précaire, en vint à estimer valables tous les moyens de subsister, comme on l’a vu à travers les procédés des gouverneurs Vizcarra et Quiñones. Pendant le court gouvernement de García Ramón fut ouverte, à Santiago, une enquêté « sur l’état misérable » du royaume. Elle révéla la plus totale unanimité d’opinions sur le point d’affirmer qu’on devait demander au roi de décréter l’esclavage. Antérieurement on avait approuvé dans une réunion solennelle à la cathédrale de Santiago, le célèbre Traité de l’importance et de l’utilité qu’il y a à livrer à l’esclavage les Indiens révoltés du Chili, dû à la plume et à l’activité de Melchor Calderón. Beaucoup d’autres documents prouvent cette unanimité26. Rivera ne se contenta pas de cela, mais « ce gouverneur leur fit un procès, en se fondant sur les opinions données par les religieux de la Cité des Rois et par d’autres hommes savants, leur donnant un défenseur, et les écoutant conformément au droit et avec l’assistance et l’avis du licenciado Pedro de Vizcarra, lieutenant général, il rendit une sentence les condamnant à l’esclavage en commutation de la peine de mort qu’ils méritent, en renvoyant la cause à Votre Majesté et à son Conseil royal des Indes »27.

  • 28 Instruction et ordre relatif au compte que D. de Erazo doit rendre au roi au nom du gouverneur A. (...)

43Réduire les Indiens en esclavage semblait au gouverneur « un moyen primordial pour finir cette guerre », et en l’informant du traitement auquel il les avait soumis, il déclarait au monarque « que dans l’intérim on procédera comme il conviendra le mieux au service et au bien du royaume »28, en le suppliant de prendre une décision à ce sujet. Ce qui convenait au service du roi et du royaume, selon les points de vue établis, amena Rivera à pratiquer sur une grande échelle cet esclavage non encore légalisé par la monarchie.

  • 29 C. Errázuriz, Seis años de la historia de Chile, t. II, p. 196.
  • 30 Sentence de Merlo de la Fuente, sur la résidence de A. de Rivera. Medina, Manuscritos, t. CVII, do (...)

44Soit qu’il n’ait eu aucun doute sur l’approbation finale de l’esclavage, soit qu’il l’estimât suffisamment légitimé par le procès, Rivera décida de le pratiquer comme on en avait pris l’habitude depuis l’époque précédente. Mais ce militaire qui avait combattu en Flandres et qui avait une idée très claire du style européen, comprit qu’il pouvait de plus en tirer parti au bénéfice du financement de l’armée. « Et pour aider à l’entretien de l’armée, il prit la décision de faire prélever le quint sur les pièces prises dans les incursions et les malocas, et ces quints étaient vendus et le produit affecté aux excédents de dépenses de la guerre et à l’approvisionnement des soldats » (Rosales, II, p. 391). Il créa donc un nouvel impôt, les quints royaux sur les esclaves, qui fut établi pour longtemps et qu’il consacra à améliorer l’effort de guerre espagnol. Crescente Errázuriz confirme ce processus, suivant probablement aussi Rosales29. Cependant, l’administration qui fut faite de ces quints, ne se distingua pas par sa clarté. Dans la sentence prononcée par Merlo de la Fuente, au jugement de résidence de Rivera, relativement au chef d’accusation 11, il établit que, « ayant enlevé aux soldats les pièces d’Indiens et d’Indiennes qu’ils avaient prises à la guerre, et qui furent nombreuses », on n’a pas trouvé dans le budget royal leur prix, étant donné qu’il ne les fit pas « remettre toutes, ou leur produit, aux officiers royaux pour qu’ils les encaissent au titre du Trésor royal... et aucune pièce, ni aucun argent, pour ces pièces n’y entra ». Sa défense entendue, il ajoute qu’il ne pouvait les donner aux soldats, qui avaient leur paye, ni aux vecinos, qui allaient à la guerre obligés par la possession de leurs encomiendas, en outre il n’y avait aucune preuve de la distribution qu’il prétendait avoir faite. Pour ce chef d’accusation, le juge de résidence le condamna à 3.000 pesos d’or30. Le montant de l’amende donne une idée de la gravité qu’on attribuait à l’accusation, elle n’aurait pas pu être aussi élevée s’il n’avait pas été vrai que les pièces prises « furent nombreuses ».

  • 31 COLHCH, t. XXI, p. 12. Confronté avec l’original, le fer à marquer n’est pas dessiné. En marge, il (...)

45Rivera suivit aussi la coutume de ses prédécesseurs de marquer au fer les Indiens pris à la guerre, bien que ce fût le Chapitre qui payât le fer pour pratiquer la marque. Dans l’acte du Chapitre du 6 mars 1603 il est établi qu’« on fit établir un ordre de payement pour payer cinq pesos d’argent le fer pour marquer les Indiens « aucas »31.

46La relation des incursions opérées dans cette période est relativement laborieuse, les chiffres et les circonstances ne sont pas toujours aussi clairs qu’on le souhaiterait, mais cela n’entame pas l’affirmation déjà énoncée, et qui reste valable : le grand nombre d’esclaves capturés à travers le « maloquage » continuel.

47Alonso de Rivera, bien que capitaine de Flandre, ne dédaigna pas l’aide des Indiens amis.

48En 1602 le gouverneur partait au secours du fort d’Arauco. « En cours de route, il incendia les récoltes, là où il passait, et la cavalerie s’emparait de nombreuses pièces, qui furent prises dans les champs et dans les maisons. » Après une bataille avec les Indiens sur la côte de Villagra, les Indiens amis « fouillèrent la montagne où s’étaient fourrés beaucoup d’Indiens en fuite et ils les égorgèrent, en amenant d’autres portant collier et attachés les uns aux autres, et se répandant dans les villages ils capturèrent beaucoup d’Indiennes et mirent le feu aux maisons ». Quelques-uns de ces prisonniers furent remis en liberté pour porter des ouvertures de paix. De vingt-quatre autres que prit plus tard Alvaro Núñez de Pineda, tous se pendirent (Rosales, II, p. 368-369).

  • §§ N. du T. — En espagnol, « sargento mayor ». Voir N. du T., chapitre VII, p. 138.

49Tant les Indiens loyaux que les rebelles étaient parfaitement conscients de ce qui intéressait les Espagnols, ils savaient l’importance que ceux-ci attribuaient à la chasse aux esclaves. Et dans certaines occasions, ils essayaient de tirer parti de cette convoitise pour leur tendre des embuscades. Cette année même que nous mentionnons, les Indiens d’Itata se confédérèrent secrètement pour se soulever jusqu’au Maule. « Et ils imaginèrent de demander vingt soldats au capitaine du fort qui était de garde, pour les récoltes et le domaine de Sa Majesté, lui disant qu’ils le mèneraient faire une « maloca » où il prendrait des pièces et où il apprendrait où était le gouverneur, qui se trouvait depuis des jours dans l’intérieur du pays. » Les Espagnols, avertis par « des espions à gages qui s’occupaient toujours de l’ennemi », firent prisonniers quelques caciques et en tuèrent plusieurs (Rosales, II, p. 388-389). Pendant ce temps, « le gouverneur militaire§§, Pedro Cortés, passa au Bío-Bío avec les meilleurs chevaux et parcourut le pays avec tant de bonheur qu’il captura quarante pièces et égorgea quarante corsaires indiens, ce qui fit peur à ces vallées ». Le capitaine Francisco Fernández Ortiz partit pour secourir la cité de Villarica. En route il essuya deux rencontres. Dans la première, l’ennemi « lui causa beaucoup de mal et fit quelques prisonniers ». Dans l’autre, « il causa de très grosses pertes à l’ennemi, et dispersa le rassemblement, faisant beaucoup d’Indiens prisonniers et en tuant d’autres » (Rosales, II, p. 370 et 376). Pedro Cortés et Alvaro Núñez furent à nouveau envoyés pour attaquer l’ennemi, « et ils le firent avec leur grand courage, incendiant beaucoup de maisons, coupant les récoltes et capturant beaucoup d’Indiens et d’Indiennes, plus de deux cent cinquante, de sorte que les « Quechereguas » et d’autres clans bien châtiés, vinrent offrir la paix ».

50L’année suivante, en 1603, Rivera était en train de construire le fort de Nuestra Señora de Halle, quand il eut une rencontre avec les indigènes, il les mit en déroute, « et resta maître du terrain et avec quelques Indiens qu’il avait faits prisonniers ». A Antuco « on prit douze Indiennes peguenches avec leurs enfants, et comme ils étaient endormis, leurs maris furent tués dans leur lit ». Au passage de Negrete, du Bío-Bío, « campant là, cette nuit-là, les Indiens amis prirent dans les passages six Indiennes, desquelles ils surent que les gens de l’autre côté ne se méfiaient pas et ignoraient la venue par là des Espagnols. Et comme il donna l’ordre à Pedro Cortés de passer le fleuve et de « razzier » les villages de Peterebe et Mederebe, il le fit dans un grand silence et fondit dessus au moment du dernier quart de veille, sur ces demeures qui devaient être mille feux au total, et il prit cent-neuf pièces, et tua trente des Indiens qui tentèrent de résister ».

  • *** N. du T. — En espagnol, « correr » et « correrías ».
  • ††† N. du T. — En espagnol, « correr » et « correrías ».
  • 32 C. Errázuriz, Seis años de..., t. II, p. 288.
  • 33 Lettre du gouverneur A. de Rivera à Sa Majesté, 29-4-1603. Medina, Manuscritos, t. CVIII, doc. 174 (...)

51En 1603 encore, « le gouverneur voulut « razzier »*** en personne les provinces de Rugaico et de Chichaco, et il tua vingt-sept Chichacos et mit le collier à cent trente pièces, et prit deux troupeaux de moutons qui avaient deux mille deux cents têtes ». Les « razzias »††† continuèrent, car « la cavalerie faisant un saut vers Molchén et descendant la vallée, fit quelques prisonniers et beaucoup de dégâts dans les vivres » (ibid., II, p. 393-399). Résumant le résultat de cette dernière maloca, Errázuriz emploie la même expression de « quelques prisonniers »32. Le gouverneur ordonna au capitaine Alonso de Cáceres de « partir pour Catiray et de prendre ce qu’il pourrait de vivres à l’ennemi, et c’est ce qu’il fit, ainsi ce besoin fut satisfait, et, en plus des vivres, il apporta quelques pièces qu’il prit dans les fermes des Indiens » (Rosales, II, p. 400). Rendant compte au roi des résultats obtenus pendant ce temps, un peu plus de deux mois, Rivera dit dans sa lettre, datée du 29 avril 1603, à Concepción, qu’on a pris « plus de 300 pièces »33. Cette reconnaissance partielle signifie que les chiffres donnés par le chroniqueur que nous citons ne sont en aucune manière fantaisistes ou exagérés.

52L’année 1604 fut plus fructueuse pour Alonso de Rivera, sous divers aspects. Avec ses troupes, « il alla à Mareguano, parcourant la montagne et les vallées, sans laisser de coin qui ne fût fouillé. Cette incursion fut d’une grande importance, parce que, bien qu’on prît peu de pièces, on trouva beaucoup de vivres, grâce auxquels ont remédia aux besoins des compagnies et des garnisons, et l’été se consuma en « razzias » et en incendies, et tout cela eut de si bons résultats que, selon ce qu’on rapporte, on prit et on tua mille cinq cents pièces, sans compter celles qu’on ramena en pays soumis, et on rejeta la guerre de l’autre côté du Bío-Bío, obligeant tous les ennemis à se retirer sur l’autre rive ; ainsi avec les agglomérations et la profondeur du fleuve, le pays soumis se trouva séparé du pays insoumis et ceint en quelque sorte d’une forte muraille ».

53De quelques-unes des citations qui émaillent ce texte, il ressort que les prisonniers n’étaient pas toujours le seul butin. On en profitait aussi pour leur enlever leurs troupeaux et leurs récoltes. Celle que nous copions à la suite en est une preuve. Dans les conditions lamentables où se trouvaient les Espagnols, même la pauvre ferme mapuche ou huilliche n’était pas à dédaigner. Le gouverneur envoya « Thomás Machin avec les Indiens amis qui étaient sous son commandement pour qu’il reconnût en chemin les accès de Rucalao et ses ravins. Et, étant parti à cette fin, il fit prisonniers cinquante huit hommes et femmes, sans compter quinze autres qu’il laissa morts ; il apporta beaucoup de vivres chargés sur les épaules des prisonniers eux-mêmes » (Rosales, II, p. 401-402).

54Le succès des malocas était divers et dépendait de l’habileté du capitaine qui les dirigeait et des précautions qu’il avait prises. Une petite erreur suffisait d’ordinaire à diminuer son rendement. Le même Rosales raconte qu’il y eut un « guide pour qu’Alvaro Núñez se jetât soudain sur Curalebo et fit prisonnier le plus important cacique de cette vallée et avec lui six enfants. De même, le capitaine Juan Agustín, partant aussi avec trente-deux fantassins espagnols du fort de Santa Fé à Catiray, fit deux incursions, et au cours de l’une d’elles, il fut deviné, à cause du hennissement de deux chevaux qu’il amenait et il repartit avec un seul prisonnier. Mais, au cours de l’autre, il fondit sur des fermes et, ayant saisi seize pièces et un peu de bétail, il fut pressé par l’ennemi sur une côte », mais sans autre conséquence.

55Apparemment, même si les Indiens « maloqués » et châtiés faisaient la paix, la coutume n’était pas de libérer les-prisonniers et de les leur rendre, car, lorsque cela se produisait, on le dit expressément, et ce genre de mention n’abonde pas. Un exemple nous est fourni par le récit d’une razzia d’Alvaro Núñez dans la région de Talcamávida, où il captura quatre-vingt-dix pièces. Les Indiens firent la paix et les prisonniers leur furent rendus, mais « ils se couchèrent en pays pacifié et se réveillèrent en pays insoumis, emmenant les pièces qu’on leur avait « maloquées » et rendues, le gouverneur s’étant fié à la paix qu’ils faisaient » (ibid., II, p. 404 et 408). Il est très probable que ces évasions, une fois obtenue la dévolution des prisonniers, empêcha les Espagnols de refaire l’expérience avec les indigènes qui avaient si peur et éprouvaient tant de répulsion à s’établir et à cohabiter avec eux.

  • 34 Lettre du gouverneur A. de Rivera au roi, 13-4-1604, Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1724, p. 2 (...)

56L’homme qui donnait l’impulsion à ce harcèlement constant des indigènes était toujours le gouverneur Rivera, représentant direct d’une monarchie qui n’avait pas encore autorisé l’esclavage des Indiens pris à la guerre. Toujours en 1604, Rivera envoya Alonso Cid Maldonado pour « faire irruption à Angol le vieux » ; en exécutant cet ordre « il donna la mort à neuf Indiens et mit le collier à soixante pièces qu’il prit ». Pedro de la Barrera et Alvaro Núñez coururent « les pays de Naguelburi », où « ils prirent leurs femmes et jusqu’à cinquante Indiennes ». Dans la vallée de Longonabal il y avait un cacique appelé Millain, et Pedro Cortés « lui tomba dessus dans une montagne, alors qu’il dormait entre les bras de sa femme, et il y eut aussi beaucoup d’autres pièces » (ibid., II, p. 410-413). Il ne fait aucun doute qu’une des qualités de ces capitaines était l’agilité à piller. Dans une lettre au roi, datée du 13 avril de cette année 1604, le gouverneur ne craignait pas de lui raconter qu’on avait pris 120 pièces34.

57Rivera eut besoin de passer de la zone de guerre à Santiago, et il laissa à son maître de camp, Pedro Cortés, la direction des hostilités. Celui-ci fut si actif qu’il « ne resta pas un coin qui n’ait été mis à sac ou « maloqué », avec trente-deux malocas qu’il fit, dans lesquelles il prit huit cents chevaux à l’ennemi et fit prisonniers quatre cents Indiens et Indiennes de tout âge, et parmi eux beaucoup de caciques importants » (Rosales, III, p. 416).

58Les Espagnols lancés, pendant la « maloca », à la recherche des pièces, oubliaient la discipline if chacun considérait comme sa principale activité de faire le maximum de prises. L’incident dont Pedro Cortés fut le protagoniste, au cours d’une de ces trente-deux attaques de nuit qu’il effectua, est exemplaire. Rosales dit qu’il « se vit au matin à l’écart et abandonné de ses capitaines, parce que, comme le pays était peuplé de gens et de troupeaux, tous coururent pour faire des prises là où ils voulurent, et, se voyant seul, Cortés piqua son cheval et s’en fut rassembler les soldats les plus indisciplinés, et en passant dans un marécage, son cheval s’embourba de telle sorte que, ne pouvant en sortir, il se vit obligé de mettre pied à terre, et pour cette raison s’enlisa davantage et ne put sortir les pieds du marécage à cause des bottes en veau qu’il portait. Se voyant embourbé et sans avoir personne pour l’aider à sortir, il regarda d’un côté et de l’autre ; il vit un soldat et l’appela pour qu’il l’aidât à sortir ; le soldat irrévérencieux, soit par astuce, soit par malice, lui dit : « que Dieu vous aide, il le peut, car pour moi j’ai trop à faire à m’aider moi-même, car je suis mort de faim et de froid ; appelez donc la mère qui vous a enfanté, pour qu’elle vous aide ».

59Les aspects punitifs n’étaient pas négligés dans les « razzias », les châtiments étaient en général terribles. La guerre était véritablement à feu et à sang, au sens littéral de l’expression. Les exemples qui suivent sont encore de la même année. « Dès que le maître de camp entra avec ses gens à Lavapié, il répartit les patrouilles et lâcha les soldats pour qu’ils courussent le pays, et ils prirent cent et quelques pièces et mirent le feu aux fermes avec leurs réserves de vivres. » « Ce même hiver, le frère du gouverneur don Alonso de Rivera, de ses frontières, avec quatre-vingt cavaliers et cent Indiens cuyunches et gualques alla briser l’orgueil de Catiray ; car, alors qu’ils étaient réunis pour une beuverie dans une grande ferme, il leur fondit dessus, si juste au moment propice, que les prenant dedans et les encerclant, il mit le feu de l’extérieur et les brûla vifs. Il leur enleva quatre-vingt six Indiennes, obligeant ainsi la province à se rendre et faire aussitôt la paix » (ibid., II, p. 416-419).

60Dans d’autres incursions, ils firent prisonniers un cacique « et aussi toutes ses femmes et ses troupeaux, et il y en avait beaucoup » ; à Tucapel ils tendirent une embuscade et « firent vingt prisonniers, et parmi eux le cacique Culacura » continuant « les incendies de récoltes jusqu’à Ilicura et Lleolleo » où l’on fit « beaucoup de prisonniers ».

61Du point de vue du butin recueilli dans de si nombreuses incursions à cheval, l’année avait été productive.

  • 35 Cité dans C. Errázuriz, Seis años..., t. II, p. 468, n. 17.

62Durant les quelques mois que gouverna Rivera, en 1605, il y eut encore du temps pour continuer les malocas. Dans une d’entre elles qui se fit à Puchanqui « on prit trente pièces ». Et dans une autre faite sur « Molchén, Bureo et Loncotaru, deux cents Espagnols sortirent en force avec deux cents amis [Indiens], et poussant un « Santiago ! » dans ces endroits et au milieu d’une beuverie, comme ils étaient à boire sans méfiance, ils tuèrent soixante Indiens et firent prisonniers cent soixante pièces, hommes et femmes, sans compter une grande quantité de bétail qu’ils pillèrent » (ibid., II, p. 421-426). C’est probablement à cette même incursion que se réfère Pedro Cortés, en disant qu’il tua 60 Indiens « et je pris beaucoup de monde, femmes et enfants »35.

63Si on a fait une relation aussi circonstanciée de l’esclavage des indigènes sous le premier gouvernement d’Alonso de Rivera, c’est autant pour démontrer l’ampleur avec laquelle il fut pratiqué, que pour indiquer aussi quelques modalités de la guerre, avec une armée qui s’adaptait de plus en plus à ces usages, qu’il serait difficile d’appeler nouveaux.

  • ‡‡‡ N. du T. — En espagnol, c’est le mot fraile, qui est employé ici.
  • 36 Lettre de A. de Rivera au roi, 26-2-1605. Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1736, p. 113-128. Cit (...)

64Le témoignage de Rosales, si abondamment cité, pourrait passer pour une preuve insuffisante, tant parce qu’il s’agit d’un seul auteur, que de faits dont il ne fut pas le témoin, n’étant pas militaire, mais religieux. Outre la valeur que lui accordent Vicuna Mackenna, Barros Arana et en particulier Crescente Errázuriz, qui n’hésite pas à le suivre même pour beaucoup de détails de cette époque, il se distingue par son sérieux, on pourrait ajouter une référence que fait le chroniqueur à la présence, dans une rencontre avec les Indiens, du soldat Domingo Sotelo Romay (Rosales, II, p. 404), cette donnée est très importante car les détails de ces actions ont été empruntés par le religieux‡‡‡, presque à coup sûr, à la chronique perdue de Sotelo, qui, lui, fut acteur et témoin des événements. D’autre part, dans bien des cas, on remarque dans les citations une nette concordance de Rosales avec d’autres témoins. En plus de cela, le récit fait par Rosales coïncide avec la sentence, déjà citée, du juge de résidence de Rivera. Il y a encore un autre témoignage. C’est celui d’Alonso de Rivera lui-même, qui, dans une lettre au roi du 26 février 1605 dit : « J’ai tué une grande quantité d’ennemis et pris une grande quantité d’hommes, de femmes et d’enfants »36.

  • 37 Arrêté royal sur l’interdiction d’avoir des Indiens du Chili pour esclaves, 28-4-1605. Medina, Man (...)

65S’il pouvait y avoir doute au sujet du sort qui était réservé à ces prisonniers qu’on prenait à la guerre, c’est le vice-roi du Pérou qui se charge d’apporter des éclaircissements. Dans un arrêté royal du 28 avril 1605 il proclamait que les naturels du Chili, sous prétexte de la guerre, étaient pris et livrés à l’esclavage et vendus au Pérou, même des Indiens loyaux, et tant les uns que les autres étaient envoyés marqués au fer sur le visage. L’arrêté interdisait de telles sortes d’esclavage, et annulait tous les contrats passés relativement à ces esclaves. Il autorisait aussi leurs acheteurs, à réclamer aux vendeurs la restitution de la somme qu’ils avaient payée37. Il est impossible de dire ou de se prononcer sur la question de savoir si les dispositions de l’arrêté furent appliquées.

66En prenant en main le gouvernement, en 1605, Alonso García Ramón recueillait les résultats favorables des campagnes, d’une direction et d’une organisation efficaces de la guerre, mises en œuvre par son prédécesseur. La situation du royaume s’était notablement améliorée, bien que le territoire eût diminué de façon appréciable par rapport à sa superficie antérieure à la grande insurrection. Mais Rivera n’avait pas hésité à sacrifier superficie et dispersion au profit de la sécurité et d’une plus grande concentration des effectifs. Le cœur des Espagnols se raffermissait et le panorama dramatique et obscur des temps qui ont suivi Curalaba, perdait les couleurs terribles qui l’avaient assombri. Frère Luis de Valdivia, qui accompagnait maintenant le nouveau gouverneur, avait changé d’avis au sujet de la légalité et de la justice de la guerre qu’on faisait aux Indiens. Sans doute, le jésuite n’aurait il pas souscrit en 1605 au Traité de l’importance et de l’utilité qu’il y a à réduire en esclavage les Indiens révoltés du Chili, de Melchor Calderón, qui a un autre moment avait reçu son approbation à l’assemblée solennelle de la cathédrale de Santiago. Le nouveau Luis de Valdivia avait opté pour le camp de Las Casas. L’écho sonore de frère Gil Gonzalez de San Nicolas, retentirait à nouveau.

67Le signe dominant du gouvernement qui commençait était un traitement de clémence et de conciliation envers les Indiens, le désir de les amener à la paix. Telle fut l’impulsion initiale donnée par la mission de Luis de Valdivia, soutenue par l’approbation, en délibération, des autorités civiles et ecclésiastiques qui s’étaient réunies à Lima pour traiter de cette question. García Ramón semble avoir respecté totalement le principe des moyens pacifiques, qui transparaît dans ses « Actes de la paix et du pardon général donnés aux Indiens », inaugurés dès son arrivée sur le territoire de la capitainerie, avec une amnistie générale. Mais, naturellement, la solution de l’ancien problème de créer des rapports nouveaux entre les Indiens et les Espagnols, ne résidait pas dans de simples bonnes intentions d’une paire de négociateurs, qui ne suffisaient pas à provoquer une restructuration complète de la société. Tant que subsisteraient les intérêts des encomenderos et des membres de l’armée accoutumés à la maloca et au pillage, tant que subsisterait l’exploitation de l’Indien, sous ses multiples aspects, tant que subsisterait la politique à double face, d’un côté le gant de velours et de l’autre la main de fer, tant que ne seraient pas modifiées en substance les méthodes d’intégration des naturels à la nouvelle société créée dans le royaume par la conquête, tant qu’on n’abandonnerait pas la conception seigneuriale et de supériorité, utilitaire, de l’Européen, toutes les paix faites par les Indiens seraient forcément fondées sur la méfiance. La mission de Luis de Valdivia était promise à l’échec, aussi se vit-il obligé de le reconnaître au bout de peu de temps. Vaincu dans ces premiers combats par un milieu hostile, qui rendait sa présence inutile, il retourna à Lima. García Ramón était délivré des importunités continuelles du religieux, dont l’absence, jointe aux revers subis à la guerre par les Espagnols à ce moment là, rétablit le rythme antérieur de la guerre, déchaînée à feu et à sang. On en revenait une fois de plus, après un simulacre d’interlude, à imposer les requêtes d’une société qui ne pouvait voir que dans la guerre, la solution de beaucoup de ses problèmes.

68C’est un fait connu que le père Valdivia échappa à la mort que lui réservaient les indigènes, et que fut attaqué, torturé et tué à sa place un fils du capitaine Francisco Ortiz de Atenas. La vengeance ne tarda pas à venir. Ils firent une attaque de nuit dans les régions de Cunipulli, où ils prirent « beaucoup de pièces ». Alvaro Núñez prit à Mulchén deux caciques.

  • 38 « Relation de la guerre que le gouverneur A. García Ramón fit cet été de 1606 aux Indiens ennemis. (...)
  • 39 Relation de la guerre... » VMCM, t. CCLXXX, p. 156.

69L’année suivante, en 1606, le gouverneur fit une incursion dans la région de Boroa, où l’on prit « des gens de tout âge et beaucoup de bétail ». A Maquegua, on captura quinze Indiens. Pedro Cortés, en « maloca » à Purén et Ilicura « fit quelques prisonniers ». A son tour, Alvaro Núñez, enleva aux chichacos « trente cinq femmes, beaucoup de bétail et de chevaux », et peu de temps après « vingt pièces et beaucoup de bétail » (Rosales, II, p. 431-445). Dans bien des cas, il est difficile d’établir la corrélation nécessaire entre les informations qui figurent dans différents documents ou chroniques au sujet des razzias effectuées par les différents capitaines. Une autre référence établit que Alvaro Núñez fit une maloca chez « l’ennemi de la Cordillera Nevada, où il prit plus de cent pièces »38. Si elle correspond à une de celles que nous venons de mentionner, elle élève le nombre des prisonniers ramassés. Dans ce même document, le résultat des campagnes est estimé — sans compter la dernière énoncée — à 200 Indiens tués ou prisonniers39. La relation des prisonniers de l’armée se termine par la mention que fait Rosales d’une victoire des Espagnols en Araucanie, où ils tuèrent et capturèrent « plus de quatre-vingt-dix notables indiens de la Impérial, Purén et Tucapel ».

70Si l’opinion, ou le témoignage, de Rosales en ce qui concerne les quantités d’Indiens réduits en esclavage a pu paraître jusqu’à maintenant exagéré, dans les années 1607 et 1608, il reste très en dessous de ce qu’indique officiellement le gouverneur García Ramón lui-même, qui semble ignorer la cédule, déjà citée, du 28 avril 1605, qui interdisait l’esclavage des indigènes, rebelles et loyaux, en termes si exclusifs. Ce même fait pourrait nous induire à penser que, en général, les dispositions de la cédule ne furent pas respectées, puisque le rythme de la mise en esclavage resta si élevé.

  • 40 Lettre de A. García Ramón au roi, 13-2-1607. Medina, Manuscritos, t. CIX, doc. 1787, p. 199-200.
  • 41 Lettre de A. García Ramón au roi, 74-1607. Medina, Manuscritos, t. CXIII, doc. 1943, p. 183-205. C (...)
  • 42 Lettre de A. García Ramón au roi, 27-12-1607. Medina, Manuscritos, t. CIX, doc. 1802, p. 303-316. (...)

71Les Espagnols attaquèrent les concentrations des Tucapeles, note Rosales, « et beaucoup de braves perdirent la vie et beaucoup furent faits prisonniers ». Le colonel Miguel de Silva somma les caciques de Lincoya, de faire la paix, et comme ils ne la firent pas, « il les « maloqua » et prit une quantité de gens, et le gouverneur les fit déporter en exil pour désobéissance ». « Le camp se transporta ensuite à la vallée dite de los Zorros, où le capitaine Guillén de Casanova prit trois caciques d’importance, quarante chevaux et soixante-dix Indiennes et enfants » (Rosales, II, p. 463-472). Ce qui précède est tiré du père Rosales. García Ramón établit, dans une lettre au monarque, datée du 13 février 1607, à Monterrey de la Frontera, qu’« on a pris en quelques jours plus de trois cents femmes et enfants »40. Dans une autre lettre au roi, du 7 avril 1607, il raconte qu’il a attaqué à Arauco un rassemblement d’Indiens, « en faisant seize prisonniers, parmi eux deux généraux très vaillants »41, mais ensuite, dans une lettre de la fin de cette même année, et résumant les résultats des campagnes postérieures, il déclare « j’ai essayé de renforcer la guerre de toutes parts cet hiver et ce printemps... » et « on leur a pris plus de onze cents pièces, enfants et femmes et tué et fait prisonniers plus de 300 Indiens »42. Remarquons, donc, que « beaucoup », « une quantité de » et « soixante-dix » chez Rosales correspondent à « plus de onze cents » chez le gouverneur qui rend compte de ses activités.

  • 43 Cédule royale au gouverneur du Chili sur des matières de gouvernement. Madrid, 2-11-1608. Archivo (...)

72Si Alonso García Ramón ne craignait pas de communiquer au roi les résultats de ses razzias, celui-ci n’était pas davantage alarmé par de telles nouvelles. C’est ce que prouve une cédule de 1608, adressée au gouverneur, où il est indiqué qu’on a reçu ses informations sur la guerre et la circonstance de la « prise de beaucoup d’enfants et de femmes et autres captifs »43.

73L’année suivante, dit le chroniqueur, dans le fort de Paicaví, « on fit pendre vingt caciques, des trente qui avaient simulé la paix, et on envoya les dix autres nettoyer les écuries du vice-roi du Pérou », ils partirent ensuite les maloquer « et fondant cette nuit-là sur une vallée, il prit cent quatre-vingt pièces de tout âge ». Le gouverneur entrant à Purén, « fit beaucoup d’Indiens prisonniers et comme il n’avait plus rien à faire là, il passa chez les Coyuncos, où il incendia beaucoup de villages, et à la faveur de la nuit, comme un bon voleur qui entre et met à sac, il fouilla la montagne et captura cent quatre-vingt-dix Indiennes et il prit beaucoup de bétail » (Rosales, II, p. 475-479).

  • 44 Lettre de A. García Ramón au roi, 9-8-1608. Medina, Manuscritos, t. CX, doc. 1816, p. 87-110. Cita (...)

74Dans une lettre de García Ramón, datée du 9 août 1608 à Lebo, est donné d’abord un résultat partiel, qui se réfère à des malocas dans « toute la province de Tucapel... jusqu’à Tirúa », où « furent prises cent quarante pièces et tués ou faits prisonniers trente-deux Indiens, et on prit une grande quantité de moutons du pays et de Castille » ; mais, plus loin dans la même lettre, il est établi que « depuis le début de la campagne, au mois de septembre dernier jusqu’à ce jour, on a tué et fait prisonniers plus de quatre cent cinquante Indiens et emprisonné plus de deux mille âmes »44. En face de ces chiffres, ceux que donne le père Rosales apparaissent franchement modestes.

75Si l’on considère les totaux, il ne faut pas oublier la lettre du gouverneur, citée antérieurement, du 27 décembre 1607, où il était question de 1.100 pièces. Dans cette dernière, d’août 1608, il est évident que ces 1.100 sont comprises, de telle sorte que, ou bien on prend le chiffre de 2.000, ou bien il suffit d’ajouter la différence entre les deux, soit 900.

  • 45 Lettre de A. García Ramón au roi, 28-10-1609. Medina, Manuscritos, t. CXIII, doc. 1949, p. 295-318 (...)

76L’année 1606 ne semble pas avoir été aussi fructueuse. Dans une incursion au Purén, Diego Bravo de Saravia captura 70 pièces et Alonso Jiménez de Lorca 40 autres à Cuyuncabí (Rosales, II, p. 484). Dans une expédition au marais de Purén, le gouverneur fit 84 prisonniers, femmes et enfants45.

77En 1610, l’année de sa mort, García Ramón « entra au Purén, brûlant toutes les maisons, et incendiant leurs récoltes, faisant beaucoup d’Indiens prisonniers, et les patrouilles poussant jusqu’à Chichaco, dans le pays des Coyuncos, ils tuèrent dix Indiens et prirent soixante-dix Indiennes ».

78Alvaro Núñez « passa à Tucapel sans perdre de vue Arauco et il parcourut la côte avec beaucoup de bonheur, faisant beaucoup de mal à l’ennemi, et il tendit plusieurs embuscades aux gens qui de Purén et de Chichaco se rendaient à la pêche, et il en pêcha beaucoup, aussi n’osaient-ils plus venir pêcher, de peur de se faire pêcher eux-mêmes » (Rosales, II, p. 489).

  • 46 Lettre de A. García Ramón au roi, 12-4-1607. Medina, Manuscritos, t. CIX, doc. 1790, p. 243-245. C (...)

79En utilisant la propre correspondance du gouverneur avec le roi, il est possible d’établir la destination d’une partie au moins des prisonniers. « J’ai installé une manufacture... et j’essaierai d’y mettre des Indiens pris à la guerre »46. Cette manufacture avait pour objet de produire diverses fournitures pour l’armée, et en destinant ces Indiens à y travailler, on les utilisait directement à renforcer les préparatifs de guerre.

80Pendant le gouvernement de García Ramón était parvenue la cédule royale de 1608 qui autorisait l’esclavage des Indiens pris à la guerre, et qui, à parler franc, ne venait que le légaliser. Bien que Rosales estime que ce gouverneur « suspendit l’exécution » de la cédule, cependant, tant sa propre chronique que la correspondance officielle se chargent de dire le contraire. On a déjà vu l’ampleur de l’institution durant cette période. Il est probable que García Ramón, qui à diverses reprises avait demandé au roi que les Indiens du Chili fussent réduits en esclavage, estima que la cédule n’avait pas une grande influence, du point de vue pratique, sur une coutume déjà si bien établie.

L’esclavage, l’aliénation des Indiens et leur déportation dans les provinces de Santiago et de la Serena, avant la cédule de 1608

81Les Indiens qu’on prenait à la guerre étaient transférés dans ces regions du pays où la main-d’œuvre était une véritable nécessité, rendue plus aiguë par la diminution de leurs naturels primitifs, qu’il fallait remplacer. Ce courant de main-d’œuvre était dirigé de préférence vers l’agriculture. Celle-ci était une activité de plus en plus importante, et, combinée avec l’élevage et les activités économiques dérivées d’elle, elle constituait le nerf des activités de la société créole.

82Remontant un peu dans le temps, il n’est pas superflu de citer le témoignage du gouverneur Loyola, pour établir que, au moins depuis son époque, les indigènes amenés dans la zone centrale du pays étaient destinés à ce genre d’activités.

  • §§§ N. du T. — Voir du T.*, p. 164.
  • **** N. du T. — C’est-à-dire les villes du Sud chilien, qui se trouvaient placées en haut sur les carte (...)
  • 47 Lettre de M. García de Loyola au roi, 12-1-1598. Medina, Manuscritos, t. IIC, doc. 1542, p. 159-16 (...)

83Dans les premiers jours de l’année 1598, dans une lettre au roi sur les problèmes de gouvernement, il rapportait à celui-ci les traitements subis par les Indiens du diocèse de La Imperial, entre les mains des Espagnols. Il établissait en premier lieu comme un fait indiscutable leur diminution et indiquait, en plus, d’autres raisons, « une autre non moins importante, causée par toute sorte de gens, tant ecclésiastiques que séculiers, est d’enlever couramment des Indiens et des Indiennes, garçons et filles, à ce diocèse pour les faire descendre§§§ à celui de Santiago, pays de climat différent, par tous les moyens humainement possibles, allant jusqu’à les voler dans les rues et dans les champs et les embarquer dans le port de Valdivia, et comme navire négrier on les emmenait au port de Santiago, et souvent la femme qui rentrait au domaine de son maître, avec sa caution, laissant son mari et ses enfants, s’est retrouvée le lendemain naviguant sur la mer ; et cela se pratiquait dans des proportions si excessives, qu’ils les vendaient publiquement, en échange de vêtements et de chevaux, cottes et d’autres choses, et les vecinos et moradores de ces villes d’en haut****, en faisaient cadeau à leurs amis et connaissances de Santiago, c’est à pleurer, et a Santiago ils obtenaient du gouverneur un ordre de protection, et ainsi les Indiens restaient perpétuellement en esclavage »47. Dans des pages antérieures on a mentionné les mesures prises par Loyola pour empêcher ces abus de se poursuivre, parmi elles se signalent les ordres interdisant d’embarquer les Indiens. Dans ce même document il ajoutait qu’il fit « rapporter tous les ordres de protection, n’en donnant pour personne », et ainsi « on a arrêté cet excès, et malgré tout, je vois qu’il s’en trouve pour enfreindre l’arrêté, et on les châtie ». Poursuivant son argumentation, il rapportait qu’une pétition adressée au roi par les vecinos et moradores de Santiago était venue à sa connaissance, elle visait à faire attribuer ces Indiens à la terre, de sorte que les « héritages, quand le cas se présenterait de les vendre, conserveraient leurs Indiens attachés au patrimoine ». Cette grâce serait « très préjudiciable et un véritable péché sur la conscience, parce que la plupart des Indiens qu’ils ont dans leurs domaines sont de ceux dont je parle, qui vivent en travaillant excessivement, exilés de leur pays et dans un climat différent, et ils se perpétueront dans cette servitude, non seulement ceux qui vivent maintenant, mais leurs enfants et leurs descendants ». Notons l’affirmation que ces Indiens avaient été établis dans les fermes et aussi qu’ils étaient « la plupart » de ceux qui se trouvaient dans les fermes. Mais le gouverneur voyait encore un autre danger, bien évident, et qui affecterait à la longue les institutions de la colonie, y compris les cités d’en haut, c’est-à-dire australes. Dans le cas où la pétition serait bien accueillie, les Indiens « seront enlevés aux encomenderos à qui Votre Majesté les a donnés en encomienda, et une porte était ouverte, de cette façon, pour qu’on fît couramment des ponctions et qu’on vous dépeuplât ces cités d’en haut ».

  • †††† N. du T. — Voir note(48), p. 165.

84Pour Loyola, donc, ces Indiens implantés à Santiago avec des ordres de protection restaient dans une condition équivalente à « l’esclavage perpétuel », bien qu’ils fussent des Indiens loyaux volés, offerts ou vendus. Mais ce n’était pas la seule catégorie d’indigènes transplantés. « Il y a ensuite une autre sorte de gens, qui ont été pris à la guerre dans les temps passés et qui sont presque perpétués et naturalisés dans cette cité (Santiago), desquels ils se servent à discrétion, en échange de les catéchiser, de les nourrir, de les habiller et de les soigner, et si l’un d’entre eux prend la fuite pour son malheur, si on peut l’attrapper, le moins mal servi est au moins fouetté et tondu, et à quelques-uns on tranche le tendon du pied††††. Comme je l’ai dit, ceux-ci ne payent d’impôt à personne, et on ne leur donne pas le sixième, qu’on donne aux autres. » « Ce qui est rapporté de la cité de Santiago se passe de la même façon dans la cité de la Serena du même évêché. » La condition d’esclave de ces Indiens était bien manifeste, car ils n’étaient pas soumis à l’impôt comme les Indiens en encomienda et ils ne recevaient pas de biens, d’aucune sorte, en rétribution de leur travail, sauf les aliments et les vivres nécessaires pour subsister, et en cas d’évasion, les châtiments ne se caractérisaient pas par leur douceur.

  • ‡‡‡‡ N. du T. En espagnol hacendados, propriètaires d’haciendas, autrement dit, les colons espagnols vi (...)

85En fait, s’il n’existait que le témoignage du gouverneur Loyola sur ces faits, il serait possible de mettre en doute sa véracité, de considérer ses opinions comme unilatérales ou comme une attaque intéressée contre les encomenderos et les propriétaires‡‡‡‡, avec lesquels il eut des heurts fréquents. Mais il n’est pas le seul à émettre de semblables opinions. Il y a d’autres informations sur ce point, de sources absolument indubitables, liées aussi bien aux habitants créoles qu’aux militaires du royaume, des hommes qui, agissant comme leurs représentants, fournissent des données très utiles. Ce sont Domingo de Erazo et Alonso González de Nájera.

  • 48 Lettre de Domingo de Erazo, commissionné par le défunt gouverneur Martín García de Loyola, à Sa Ma (...)

86Dans le cas des Indiens pris à la guerre, les paroles d’Oñez de Loyola étaient toujours valables en 1600. Erazo expliquait que dans la guerre les Indiens ne souffraient pas de grands maux, sauf la perte de leurs récoltes « et des pièces qu’on prend dans les razzias, attaques de nuit et embuscades, qu’on leur tend communément, tantôt les gouverneurs et les juges les faisaient égorger pour servir d’exemple aux autres et les épouvanter mais généralement exiler aux cités de Santiago et La Serena... amputant les hommes des pieds »48.

  • 49 Témoignage d’une pétition du royaume du Chili présentée par D. de Erazo à Sa Majesté, Concepción, (...)

87Dans un autre document, le même Erazo considérait comme un véritable danger pour Santiago la présence dans la cité et ses environs de tant d’Indiens exilés et comme il n’y a pas « dans cette ville trente hommes valides qui puissent monter à cheval pour la défendre, ni vingt arquebuses et qu’ils sont plus de trois mille, les Indiens veliches de cette région, répartis dans les domaines, les fermes et les exploitations et le service domestique, et ceux-ci et les naturels eux-mêmes ont fait les cérémonies et les rites ordinaires de soulèvement pour raser, cette ville »49. L’estimation d’Erazo dépasse, donc, les trois mille Indiens qui se consacrent aux travaux agricoles dans la région de Santiago.

  • 50 A. González de Nájera, Desengaño y reparo..., p. 253.

88Alonso González de Nájera, sur les vérités et les avertissements de qui il sera nécessaire de revenir plus d’une fois, définissait les Indiens selon leurs occupations et sur la base de cette classification il en trouvait cinq sortes : les Indiens rebelles, les amis, les Indiens loyaux encomendados, les yanaconas et, finalement, les esclaves. Il classait ces derniers spécifiquement : « Les esclaves sont les prisonniers de guerre, qui servent nos Espagnols dans la culture et au travail des champs et a d’autres métiers, auxquels ils les emploient comme des esclaves qu’ils sont »50.

89González de Nájera rejoint Erazo dans son affirmation que le grand nombre d’esclaves indigènes implantés dans les zones pacifiées constituait un danger pour la sécurité des Espagnols, à cause de leur nombre et de leur attitude face à leurs dominateurs. « Les nombreux esclaves dont est peuplée toute la juridiction de la cité (de Santiago), en particulier une très fertile vallée de deux lieues, qu’on appelle de Quillota où, dans les exploitations, fermes ou propriétés et autres rustiques demeures et maisons de campagne des Espagnols, vecinos et moradores de la cité, il y a beaucoup d’Indiens esclaves, amenés de la guerre, mêlés aux Indiens loyaux encomendados, et dans l’affection qu’ils nous portent ils se valent tous et souhaitent d’un même cœur la victoire des leurs... car ils en attendent leur liberté, parce que tous servent les citoyens dans une servitude continuelle. » A un autre endroit, il estime que les Espagnols, dans ces conditions « vivent dans le même danger que les dompteurs qui commandent et gouvernent des lions », et ils y sont obligés et forcés parce qu’ils « ne peuvent faire autrement pour être à même de nourrir leur maison et leur famille avec la culture et le produit de leurs champs ». Cela, concernant la cité de Santiago et son district. Il estimait la région Nord de la colonie dans des conditions très semblables. « Coquimbo, qui est le village le plus retiré et à l’écart des frontières, et qui est à cent soixante-dix lieues de la Concepción, dans la partie la plus sûre de nos contrées, qui est celle du Nord, est un autre petit village pauvre, sa juridiction bien peuplée d’Indiens esclaves, auxquels il n’est que trop exposé et vendu s’il y avait une rébellion » (González de Nájera, p. 81-82).

90González de Nájera finit d’écrire son livre après la promulgation de l’ordre royal qui légalisa l’esclavage des Indiens du Chili, mais ses témoignages sont nécessairement antérieurs à cet ordre, puisque lui-même établit qu’il abandonna le territoire, en partant en voyage pour l’Espagne, le 14 mai 1607, un an avant que le roi eût signé la cédule. D’autre part, ses paroles sont très claires. « Et j’avertis aussi les lecteurs, que partout où je parlerai d’Indiens esclaves, il faudra l’entendre non seulement de ceux qui seraient pris à la guerre, postérieurement à cet ordre, mais de ceux qu’il y avait auparavant au Chili, chez les nôtres et actuellement, pour la raison que, bien qu’ils aient été réduits en esclavage par ce nouvel ordre, qui suppose qu’antérieurement ils ne l’étaient pas, je réponds à cela, que j’ai vu pendant huit ans que j’ai participé à cette conquête (avant que cet ordre fût expédié) qu’on tenait pour esclaves tous les Indiens de tout âge qu’on avait pris et qu’on prenait à la guerre ; et ainsi ils étaient vendus et achetés publiquement comme esclaves, et on les envoyait même pour les vendre et les exposer comme tels à la Cité des Rois, ce qui ne m’a pas paru une nouveauté, mais un usage anciennement établi dans ce pays. La cause et l’origine de ce que je dis, je ne l’ai pas sue et je n’ai pas essayé de la savoir, voyant que c’était un usage si établi et si public » (González de Nájera, p. 247-248).

  • 51 AES, t. XXXV bis, f. 30.
  • §§§§ N. du T. — Le patacón était une monnaie d’argent qui pesait une once.
  • 52 AES, t. XXXVI, f. 62.
  • 53 AES, t. XXXVI, f. 105 v°.
  • 54 AES, t. XXXVI, f. 152 v°.
  • ***** N. du T. — En espagnol d’Amérique « china » désigne une servante de ferme, indienne ou métisse,
  • 55 AES, t. XXXV bis, f. 88.

91Quelques cas particuliers renforceront la véracité de ces affirmations. A la date du 11 septembre 1604, Andrés Henríquez faisait cession, devant le greffier Melchor Hernández, de la Serena, à Lorenzo Núñez, d’un Indien encomendado, « pour éviter des procès et des différends », « étant donné qu’il lui a livré un autre Indien qu’il a en son pouvoir, nommé Joan, un esclave pris à la guerre, avec la caution qui le garantit et après avoir payé le quint à Sa Majesté »51. Dans un autre exemple que nous prenons, est spécifiée la vente du service « d’une Indienne auca prise et attrappée dans la guerre de ce royaume, appelée Joana, naturelle du territoire d’Osorno », pour quatre-vingts patacons§§§§ d’argent à huit réaux »52. En réalité l’expression utilisée relative à la vente du service de l’Indienne, au lieu de l’Indienne elle-même, n’est qu’un euphémisme. Dans un autre acte de 1608, est employée la même expression de « vente du service » d’une Indienne auca prise à la guerre, ajoutant pour qu’« en tout temps elle le serve et qu’il la vende et dispose d’elle comme d’une chose à lui, qu’il a acquise avec son argent et on lui assure qu’elle a été bien acquise et qu’elle est une prise de guerre », pour le prix de 26 pesos d’or sonnant53. Nous avons trouvé une nouvelle répétition, de la même année, de la formule de cession du service d’une Indienne auca, cette fois pour 95 patacons à huit, faite par le patron Joan Nicolao à Pedro Sánchez, armurier, « pour qu’elle le serve à perpétuité ainsi que ses héritiers », et de plus « il lui remit le certificat de cette Indienne, délivré par le maître de camp don Gaspar de la Barrera »54. Analogue au premier exemple, mais offrant quelques variantes, est un arrangement conclu en 1605 entre Diego de Cartagena et Blas Pereira, dans lequel était stipulé l’échange de deux Indiens et d’un cheval de la façon suivante : Pereira avait un mandat de protection d’un garçon appelé Blasillo, qui s’était absenté et était allé servir Cartagena, mais il s’était enfui également de chez lui, ou du moins ils le font établir ainsi d’un commun accord ; pour rétribuer le service de l’Indien, Cartagena cède à l’autre partie « le service d’une Indienne***** d’environ quatre ans d’âge, une Auca, prise à la guerre, et un cheval en plus », et celui-ci recevait de son côté le service du garçon. Il était garanti que « cette Indienne et le cheval présentent toute sécurité et que si d’ici un an elle s’était enfuie ou absentée ou qu’un propriétaire l’ait revendiquée, ou si elle mourait, je lui en donnerai une autre pareille et aussi bonne et la même chose pour le cheval »55.

92Ces ventes ou cessions passées devant greffier, et qui étaient enregistrées, laissent hors de doute l’affirmation de González de Nájera selon laquelle les Indiens « se vendaient et s’achetaient publiquement comme esclaves » et de plus, comme il apparaît dans le premier contrat, on payait le quint du roi, créé par Alonso de Ribera, à l’époque de qui correspond la vente indiquée ; cet impôt les officialisait complètement.

  • 56 Domingo Amunátegui, Las encomiendas de indigenas en Chile, t. I, p. 343.

93Non seulement les particuliers laïcs recevaient ou achetaient les Indiens amenés de la guerre en qualité d’esclaves. Mais naturellement les Jésuites et probablement d’autres congrégations les utilisaient dans leurs domaines. Dans l’ordonnance connue de 1608, sur la suppression du service personnel des Indiens utilisés par les Jésuites, publiée par Domingo Amunátegui, il est dit expressément que, « aux Indiens de la guerre que nous donnent les gouverneurs, on n’est tenu que de donner à manger et de les habiller correctement »56. Il est établi par ces termes que la condition juridique de ces Indiens était différente de celle des Indiens loyaux encomendados, car il n’y avait pas obligation de-rétribuer leur travail par un salaire.

  • 57 Relation et remarques du capitaine D. de Erazo, procureur général du royaume de Chili, 1603. Medin (...)

94Un imprimé mis à jour par Domingo de Erazo et que Medina estime de 1603, contribue à expliquer les raisons qu’avaient les Espagnols de transférer dans les régions agricoles les Indiens pris à la guerre. Il y écrivait que les habitants, « pour compenser la carence des naturels loyaux », « pourront se tirer de difficulté en prenant les Indiens de l’île de la Mocha et un certain nombre de celle de Chiloé... et ceux qu’ils captureront chaque jour à la guerre, en les faisant passer dans la zone pacifiée, et une fois mis dans la cité de Santiago et celle de la Serena, ils seront d’un très grand secours »57.

  • ††††† N. du T., voir ce mot chapitre III. — N. du T., (p. 52).
  • 58 Décision de l’Audience Royale sur le service personnel, 28/IX/1609. Medina, Manuscritos, t. 110, d (...)
  • 59 Lettre d’A. García Ramón au roi, 28-8-1609. Medina, Manuscritos, t. 113, doc. 1949, p. 295-312.

95Une décision de l’Audience royale sur le service personnel, prise à la fin de septembre 1609, à Santiago, donne une idée de l’intensité et de la variété des moyens auxquels les Espagnols avaient recours pour fournir la main-d’œuvre nécessaire aux zones pacifiées. Dans cet acte on énumère jusqu’à huit catégories d’indigènes : 1° « certains sont originaires des provinces et des cités de Santiago et d’autres pacifiées » ; 2° « d’autres sont des Guarpes de la province de Cuyo » ; 3° « il y en a d’autres qui se sont soustraits à la encomienda » ; 4° « d’autres pris à la guerre au temps de Monseigneur le Gouverneur Rodrigo de Quiroga, auxquels Sa Majesté, par une cédule royale, a ordonné de servir dix ans comme Indiens « mitimaes »††††† » ; 5° « d’autres qui furent pris à la guerre au temps de Monseigneur le Gouverneur Alonso de Ribera, qui furent livrés à l’esclavage par crieur public » ; 6° « il y en a d’autres pris à la guerre du temps de Monseigneur le Gouverneur président (A. García Ramón, qui signe la décision), qui, par une cédule royale de Sa Majesté, sont réduits en esclavage » ; 7° « il y a également des Indiens beliches (sic) en grand nombre, qui sont descendus des villes dévastées d’en haut » ; et 8° « il y a également d’autres Indiens qui sont descendus de la cité de Chiloé à celle de Santiago qui est plus paisible »58. L’Audience considérait donc comme esclaves légitimes, les Indiens faits prisonniers au temps de Ribera et de García Ramón qui gouvernait à ce moment-là. Ceux qui avaient été pris pendant gouvernement de ce dernier, en vertu de la cédule royale d’esclavage et les précédents, parce qu’il avaient été vendus « comme esclave à la criée ». Cependant, le gouverneur et président de l’Audience, dans une lettre au roi datée d’un mois après la décision citée, déclarait que la cédule d’esclavage était parvenue entre ses mains le 5 mai de cette année-là, c’est-à-dire il y avait moins de cinq mois, et que, à cause de l’hiver il n’avait pu faire encore toutes les démarches ordonnées avant sa publication, qui lui donneraient sa pleine légalité. Il s’engageait à le faire l’été suivant « et à la fin de l’été, je la ferai publier un jour, dans tout le royaume »59.

96Il est hors de doute que les Indiens pris à la guerre pendant son gouvernement l’avaient été antérieurement à l’arrivée de la cédule royale et à sa publication, ce qui n’était pas un obstacle pour les considérer comme pleinement et de droit esclaves.

  • 60 Lettre du Dr Gabriel de Celada du 6-l-1610. C. Gay, Documentos, t. II, p. 197.

97Le témoignage de l’auditeur Celada coïncide totalement avec les précédents ; parlant des Indiens loyaux de Santiago il insistait sur leur diminution, et indiquait que leurs villages étaient abandonnés et leurs habitants transférés aux domaines et ailleurs, mais en tout cas arrachés mais en tout cas arrachés à leur milieu naturel. Les encomiendas étaient réduites à des nombres qui oscillaient entre quarante et cent tributaires, « et ils se sont épuisés et consumés de telle sorte qu’il n’est pas resté dans tout le district de cette cité deux mille huit cents Indiens tributaires, et plus de deux mille d’entre eux sont des Aucas pris à la guerre »60.

98Il n’est donc pas arbitraire de conclure que l’esclavage des Indiens fut pratiqué au Chili de nombreuses années avant que la monarchie espagnole se décidât à l’autoriser et aussi pue cette pratique était une solution spécifiquement indienne au problème du manque de main-d’œuvre dans les régions agricoles du pays. Par conséquent, la cédule de 1608, en prenant son texte non pas au pied de la lettre, mais en le confrontant à la réalité, signifia plutôt qu’une autorisation ou prescription future, une légalisation d’un état de fait et une instigation à procéder sur une plus grande échelle à l’asservissement des indigènes.

Notes

1 Cédule royale, du 26-5-1573, à l’Audience royale de los Reyes, sur l'interdiction d’amener au Pérou des Indiens du Chili. Medina, Manuscritos, t. CCLXXXVIII, doc. 8388, p. 12-13.

2 Lettre de Toledo au licencié Torres de Vera, 1574. CDICH, deuxième série, t. II, p. 73-75.

3 Lettre de Toledo à l’Audience du Chili, 1574. CDICH, deuxième série, t. II, p. 70-73.

4 Instruction de Toledo à R. de Quiroga, 1574. CDICH, deuxième série, t. II, p. 115-124.

5 Chaco. « Et pour qu’on entende ce vocable qui est particulier au Pérou, il faut savoir que souvent se réunissent 6.000 Indiens ou davantage, dans la campagne, formant tous une roue ou un rond, comme un cercle, prenant un grand espace, et ensuite ils se rejoignent peu à peu, de sorte que tout le bétail qui se trouve dans le cercle se rassemble vers le centre, fuyant les Indiens qui s’approchent, et en resserrant davantage le cercle, ils acculent les bêtes jusqu’à ce qu’ils les saisissent à la main, sans leur laisser de fissure par où s’échapper. » Mariño de Lovera, Crónica del reino, p. 363.

6 Jerónimo de Quiroga, Compendia histórico, p. 123.

7 Lettre de Lorenzo Bernal au vice-roi Toledo, du 20-1-1578. CDICH, deuxième série, t. II, p. 347-349.

8 Lettre de Rodrigo de Quiroga au vice-roi du Pérou, du 26-1-1578. CDICH, deuxième série, t. II, p. 350-355.

9 Lettre de Gregorio Sánchez au vice-roi du Pérou, du 25-3-1578. CDICH, deuxième série, t. II, p. 371-372.

10 Cédule royale, du 13-1-1575, à Rodrigo de Quiroga, gouverneur du Chili, sur le traitement qui doit être fait aux prisonniers de guerre indiens. Medina, Manuscritos, t. CCLXXXVIII, doc 8394, p. 29-30.

11 Décision de l’Audience royale, sur le service personnel des Indiens, 28-9-1609. Medina, Manuscritos, t. CX, doc. 1838, p. 297-304. Cf. p. 300-301.

12 Acta de cabildo, du 26-5-1589. COLHCH, t. XX, p. 213.

13 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCV, doc. 1440, p. 326-331.

14 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCVII, doc. 1484, p. 1-4.

15 Acta de Cabildo du 28-7-1954. COLHCH, t. XX, p. 619-621.

16 J.T. Medina, t. XCVII, doc. 1487, p. 13-18.

17 F. Núñez de Pineda, Cautiverio feliz, p. 252 et 264.

18 Lettre de frère Francisco Rivero au roi, du 26-3-1599. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1544(b), p. 176-181. Voir l’opinion de Crescente Errázuriz, Seis años de la historia de Chile, t. I, p. 93-94.

19 Lettre de Quiñones au roi. Lima, 27-4-1602. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1654, p. 114-119.

20 Affaires conduites par le gouverneur Quiñones..., Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1610, p. 187-314. Citation p. 259.

21 Lettre citée de Francisco de Quiñones. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1654, p. 116.

22 Relation des événements du gouvernement de Francisco Quiñones (sans date). Medina, Manuscritos t. CIV, doc. 1657, p. 64-70.

23 Actes des offres de paix et pardon général, faits aux Indiens par le gouverneur Alonso García Ramón le 20-3-1605. Medina, Manuscritos, t. CXVIII, doc. 2062, p. 5-44. Citation, p. 31-32.

24 Information ordonnée par Francisco de Quiñones, 8-11-1599. Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1602, p. 195. Citation, p. 82-83.

25 Lettre de A. García Ramón à Sa Majesté, 12-10-1600. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 1622, p. 26-31. Citation, p. 30.

26 Dans le chapitre « La justification doctrinale de l’esclavage des Indiens » on donne plus d’informations et on analyse d’une manière plus circonstanciée plusieurs documents concernant ce problème.

27 Lettre de D. de Erazo, procureur général du Chili, au nom du gouverneur A. de Rivera, à Sa Majesté, 1602. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1657, p. 150-181. Citation, p. 175 et 176.

28 Instruction et ordre relatif au compte que D. de Erazo doit rendre au roi au nom du gouverneur A. de Rivera, 1601. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1659, p. 194-261. Citation, p. 252 et 253.

29 C. Errázuriz, Seis años de la historia de Chile, t. II, p. 196.

30 Sentence de Merlo de la Fuente, sur la résidence de A. de Rivera. Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1741, p. 233-254. Citation, p. 241-242.

31 COLHCH, t. XXI, p. 12. Confronté avec l’original, le fer à marquer n’est pas dessiné. En marge, il dit : « des pesos pour le fer des Indiens ». Archivo Nacional, Cabildo de Santiago, actes, t. V, f. 11 v°.

32 C. Errázuriz, Seis años de..., t. II, p. 288.

33 Lettre du gouverneur A. de Rivera à Sa Majesté, 29-4-1603. Medina, Manuscritos, t. CVIII, doc. 1743, p. 8-22. Citation, p. 9.

34 Lettre du gouverneur A. de Rivera au roi, 13-4-1604, Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1724, p. 22-32. Citation, p. 27.

35 Cité dans C. Errázuriz, Seis años..., t. II, p. 468, n. 17.

36 Lettre de A. de Rivera au roi, 26-2-1605. Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1736, p. 113-128. Citation, p. 114.

37 Arrêté royal sur l’interdiction d’avoir des Indiens du Chili pour esclaves, 28-4-1605. Medina, Manuscritos, t. CVIII, doc. 1757, p. 103-108.
Nous avons publié ultérieurement ce document dans nos Fuentes para la historia del trabajo en el reino de Chile, III ; Alquileres y ventas de Indios.

38 « Relation de la guerre que le gouverneur A. García Ramón fit cet été de 1606 aux Indiens ennemis. » VMCM, t. CCLXXX, p. 158. Et aussi chez Medina, Manuscritos, t. CXIII, doc. 1940, p. 107 et suiv.

39 Relation de la guerre... » VMCM, t. CCLXXX, p. 156.

40 Lettre de A. García Ramón au roi, 13-2-1607. Medina, Manuscritos, t. CIX, doc. 1787, p. 199-200.

41 Lettre de A. García Ramón au roi, 74-1607. Medina, Manuscritos, t. CXIII, doc. 1943, p. 183-205. Citation, p. 199.

42 Lettre de A. García Ramón au roi, 27-12-1607. Medina, Manuscritos, t. CIX, doc. 1802, p. 303-316. Citation, p. 303 et 304.

43 Cédule royale au gouverneur du Chili sur des matières de gouvernement. Madrid, 2-11-1608. Archivo Nacional, Fondo Antiguo, t. LIII, pièce 16.

44 Lettre de A. García Ramón au roi, 9-8-1608. Medina, Manuscritos, t. CX, doc. 1816, p. 87-110. Citation, p. 89.

45 Lettre de A. García Ramón au roi, 28-10-1609. Medina, Manuscritos, t. CXIII, doc. 1949, p. 295-318. Citation, p. 295.

46 Lettre de A. García Ramón au roi, 12-4-1607. Medina, Manuscritos, t. CIX, doc. 1790, p. 243-245. Citation, p. 243.

47 Lettre de M. García de Loyola au roi, 12-1-1598. Medina, Manuscritos, t. IIC, doc. 1542, p. 159-169. Les citations suivantes qui ne portent pas d’autre indication appartiennent au même document.

48 Lettre de Domingo de Erazo, commissionné par le défunt gouverneur Martín García de Loyola, à Sa Majesté, 1600. Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1617, p. 345-312. On estropiait les pieds des Indiens pour les empêcher de s’évader. Desgobernar consistait à couper la moitié antérieure du pied et desgarronar consistait à couper le nerf qui soutient le pied, et après cette opération, il perdait le contrôle de ses mouvements et clopinait.

49 Témoignage d’une pétition du royaume du Chili présentée par D. de Erazo à Sa Majesté, Concepción, 4-1-1600. Medina, Manuscritos, t. CIV, doc. 1666, p. 54-62.

50 A. González de Nájera, Desengaño y reparo..., p. 253.

51 AES, t. XXXV bis, f. 30.

52 AES, t. XXXVI, f. 62.

53 AES, t. XXXVI, f. 105 v°.

54 AES, t. XXXVI, f. 152 v°.

55 AES, t. XXXV bis, f. 88.

56 Domingo Amunátegui, Las encomiendas de indigenas en Chile, t. I, p. 343.

57 Relation et remarques du capitaine D. de Erazo, procureur général du royaume de Chili, 1603. Medina, Biblioteca hispano-chilena, t. II, p. 42.

58 Décision de l’Audience Royale sur le service personnel, 28/IX/1609. Medina, Manuscritos, t. 110, doc. 1838, p. 297-304.

59 Lettre d’A. García Ramón au roi, 28-8-1609. Medina, Manuscritos, t. 113, doc. 1949, p. 295-312.

60 Lettre du Dr Gabriel de Celada du 6-l-1610. C. Gay, Documentos, t. II, p. 197.

Notes de fin

* N. du T. — En espagnol « levo ». Chez les Indiens mapuches, c’est une division qui correspond au « ayllu » des Incas. En Araucanie, neuf « levos », ou plus, groupés, constituaient la formation sociale la plus importante, dans un pays où la nation n’existait pas ; on l’appelait « Aillarehue ».

N. du T. — Dans le texte « mitimaes ». Voir N. du T. chapitre III (p. 52).

N. du T. — En espagnol « demora ». Ce terme désignait une période de travail de huit mois dans les mines d’Amérique.

§ N. du T. — En espagnol « visitador y numerador ».

** N. du T. — En espagnol « reguas » ou « rehues ». Le « rehue » est l’arbre sacré des Mapuches ; c’était peut-être le symbole totémique de la tribu. Dans son acception dérivée de « district », ce terme est synonyme de « levo » (cf. p. 143). (D’après Ernesto Wilhelm de Moesbach, Voz de Arauco. Renseignement que nous devons à l’obligeance de l’auteur, le Professeur Alvaro Jara.)

†† N. du T. — Voir chap. X (p. 213). En espagnol « la chusma », qui désigne tous les éléments de la population inapte au combat — y compris les vieillards, qui furent certainement abandonnés ici par les Espagnols.

‡‡ N. du T. — Dans l’armée moderne ce grade équivaudrait sans doute à général en chef.

§§ N. du T. — En espagnol, « sargento mayor ». Voir N. du T., chapitre VII, p. 138.

*** N. du T. — En espagnol, « correr » et « correrías ».

††† N. du T. — En espagnol, « correr » et « correrías ».

‡‡‡ N. du T. — En espagnol, c’est le mot fraile, qui est employé ici.

§§§ N. du T. — Voir du T.*, p. 164.

**** N. du T. — C’est-à-dire les villes du Sud chilien, qui se trouvaient placées en haut sur les cartes du XVIIe siècle.

†††† N. du T. — Voir note(48), p. 165.

‡‡‡‡ N. du T. En espagnol hacendados, propriètaires d’haciendas, autrement dit, les colons espagnols vivant sur la terre, embryon des latifundistes de l’avenir.

§§§§ N. du T. — Le patacón était une monnaie d’argent qui pesait une once.

***** N. du T. — En espagnol d’Amérique « china » désigne une servante de ferme, indienne ou métisse,

††††† N. du T., voir ce mot chapitre III. — N. du T., (p. 52).

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search