Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre VII. La « maloca »*, style de guerre du XVIIe siècle

Texte intégral

  • * N. du T. — Ce terme est défini par tout le chapitre qui suit ; des indications d’ordre philologiqu (...)
  • N. du T. — En espagnol « feria ».

« ... ceux qui ne pillent pas se désespèrent, et ceux qui ont fait bonne chasse disent du bien des « malocas », par où il se confirme que chacun raconte la fête selon la chance qu’il y a eue. » (Diego de Rosales, Historia General, t. III, p. 56.)

1Un vocable d’origine mapuche — incorporé à l’idiome des militaires, des encomenderos et des chroniqueurs — devint le symbole du xviie siècle, vu sous l’angle militaire. Ce symbole des actions de guerre espagnoles au cours des années 1600 est la maloca.

2Lenz établit, d’accord avec Febrés, l’étymologie du mot, dérivé de « malón, malocan, faire un acte hostile envers l’ennemi, ou entre soi pour venger des torts, mettant à sac ses maisons et volant tout ce qu’on trouve, le mot désigne aussi cet acte hostile ». Il définit malón comme « un assaut par surprise comme en donnaient les Indiens mapuche et tous ceux de la pampa argentine les uns contre les autres, entre tribus ennemies, ou aux domaines et aux villages chrétiens » ; et une autre acception : « sortie, assaut par surprise que donnaient les Espagnols aux Indiens pour voler et faire des prisonniers de guerre ».

3Lenz ajoute que malón et maloca sont des vocables correspondants, bien que le second soit le plus ancien, tandis que malón se généralisa seulement au xixe siècle. Au sujet du passage du vocable mapuche à l’espagnol, il cite les mots de Miguel de Olivares « … dans leur langue, malocas, nom qui par son usage continuel est admis dans ce pays par les Espagnols comme s’il appartenait à notre langue ».

  • N. du T. — En espagnol « maloquear », comme coiffe donne coiffer.
  • § N. du T. — En espagnol « maloquero », comme coiffer donne coiffeur.
  • 1 Dr Rodolfo Lenz, Diccionario etimológico de las voces chilenas derivadas de lenguas indígenas amer (...)

4L’action de faire des malocas donna naissance au verbe « maloquer » et on appela l’auteur de l’action « maloqueur »§, et il cite des exemples de ce dernier vocable, empruntés à Pineda y Bascuñán : « pillards, comme par ici maloqueurs » et « je me mis à cheval sur une vaillante rosse maloqueuse »1.

  • 2 Frère Félix José de Augusta, Diccionario Araucano-Español y Español-Araucano, t. I, p. 129, Santia (...)

5Augusta ne mentionne pas maloca, mais il mentionne malón, et sa définition coïncide avec celle indiquée2.

  • 3 Augusto Malaret, Diccionario de Américanismos, Buenos-Aires, 1946, p. 529.

6Malaret aussi accepte l’origine araucane du vocable et sa correspondance avec malón3.

  • 4 Real Academia Española, Diccionario de la lengua española, Madrid, 1947, p. 804.

7Le Dictionnaire de la Real Academia définit la maloca comme « une invasion en territoire indien, accompagnée de pillage et d’extermination »4, on a ainsi la transformation historique complète du mot. D’abord d’indiens à Indiens et finalement d’Espagnols à Indiens.

8Le résultat pratique de la maloca était l’obtention d’un butin déterminé qu’on ravissait aux Indiens rebelles. Mais comme les Indiens du Chili étaient pauvres, comme leur capacité de création de richesses était minime, le profit qu’on pouvait tirer du sac de leurs villages n’allait pas au-delà de quelques têtes de bétail et de quelques produits agricoles, qu’ils pouvaient avoir en réserve. Il est certain qu’au long du siècle les indigènes multiplièrent d’une façon appréciable leurs ressources en bétail, tant les ovins que les chevaux, ce qui constituait une part non négligeable des prises. Cependant, au sein d’une économie d’élevage, comme celle développée par les Espagnols dans les régions pacifiées, chevaux et brebis n’étaient pas d’une vente facile ni avantageuse, et, pour ces motifs, le profit à réaliser était fortement limité. Une meilleure prise, plus demandée, d’une vente plus rapide, à de meilleurs prix, était constituée par la personne même des Indiens rebelles et, en particulier, de leurs femmes et de leurs enfants. Dans les chapitres précédents on a vu le besoin de main-d’œuvre dominant dans le royaume et si l’on considère aussi les possibilités d’achat du marché péruvien, réduire les Indiens en esclavage était la meilleure occupation annexe à laquelle pouvaient aspirer les membres de l’armée qui combattait en Araucanie. Le simple soldat pouvait échapper à sa misérable solde en augmentant sa rémunération par la vente de quelques « pièces » et les officiers, grâce à leurs possibilités plus grandes à l’occasion de la distribution des prises saisies dans les chasses, pouvaient aspirer à posséder des fortunes issues de ce trafic, s’ils savaient le pratiquer avec un critère commercial bien orienté et s’ils laissaient de côté les scrupules qui auraient pu les assaillir.

9Dès une époque antérieure à la publication de la cédule d’esclavage, la maloca avait commencé à s’imposer comme forme de guerre. Avec la création de l’armée d’État, elle fut consacrée et les grandes batailles entre l’armée espagnole et l’armée indigène firent place peu à peu à. cette manière plus agile et plus rémunératrice. On peut considérer, d’une façon générale, que grâce aux transformations effectuées dans l’armée espagnole, celle-ci augmenta sa puissance combative et les indigènes, conscients de ce fait, évitaient d’engager le combat durant les incursions qui avaient lieu sur leur territoire, redoutant de subir un revers. La guerre prit la forme de petites opérations qui étaient essentiellement des incursions en territoire ennemi, non avec le but de lui infliger une défaite écrasante, mais de s’emparer de prisonniers et de bétail.

  • ** N. du T. — En espagnol « maloqueo », de « maloca ». Comme en français, « lavage » de « laver ».
  • 5 C. Errázuriz, Historia de Chile …, t. I, p. 324.

10Même avant la publication de la cédule d’esclavage, le gouverneur García Ramón donnait son opinion sur quelques aspects importants du « malocage »**. Dans un rapport adressé au vice-roi du Pérou en réponse à une consultation de celui-ci sur la question de savoir si on devait reconnaître plus de droits aux Indiens amis sur la valeur des pièces capturées, il estimait qu’une telle politique serait préjudiciable et qu’il valait mieux « qu’on suivît en cela la règle en usage, qui était de donner aux Indiens amis pour chaque cheval qu’ils auraient pris à la guerre, douze brebis, et pour eux c’était bien payé, et pour chaque pièce de femme ou d’enfant qu’ils prendraient, une capote ou une cape de drap, dont ils sont grands amateurs et avec lesquelles ils se trouvaient suffisamment payés... ; innover sur ce point serait donc leur donner de mauvaises habitudes et ôter aux Espagnols l’envie d’aller nulle part avec plaisir, parce que les Indiens en tireraient seuls tout le profit »5. Le gouverneur opinait en faveur des incitations au combat qu’éprouvaient les soldats espagnols et il estimait que les Indiens amis, moins exigeants que les soldats, se contenteraient d’une moindre part du butin. On permettait aux simples soldats, au moyen même de l’armée d’État, de bénéficier d’une certaine façon de l’effort des indigènes. Ainsi, les Indiens amis qui collaboraient à la guerre contre les rebelles payaient, inconsciemment, un certain tribut aux Espagnols : ils leur fournissaient les prises à bas prix et leur permettaient d’obtenir de bons rendements commerciaux de ces prises.

  • 6 Memorias de los virreyes ..., t. I, p. 114.
  • 7 Santiago de Tesillo, Guerra de Chile, p. 69.

11Au moment où se pratiquait la guerre défensive qui fut loin de l’être, au sens chimiquement pur, le vice-roi du Pérou, don Francisco de Borja écrivait en 1621, qu’« il est impossible d’imposer une limite à la guerre, parce que les malocas ne sont pas destinées à conquérir le pays, mais à le voler et à arracher du gibier d’esclaves et à brûler leurs récoltes, ce qui est incompatible avec les procédés évangéliques qui tolèrent et justifient d’entrer en armes en pays gentil »6. Ce n’est pas seulement le vice-roi du Pérou qui reconnaissait les vices d’un semblable style de guerre. Santiago de Tesillo, le chroniqueur partial du gouverneur Laso de la Vega, le faisait aussi, des années plus tard, et en termes encore plus explicites, déclarant que « beaucoup d’hommes publics, faiseurs de discours au sujet de cette guerre, ont tenu pour indues les commodités des malocas et la façon dont on utilise ces prises que sont les esclaves, moyen d’enrichissement pour un grand nombre, qui convertissent en profit personnel ce qui pourrait faire leur mérite, à tel point qu’on l’observe comme une pratique constante ». Il ajoutait même que « cela a été la ruine de cette guerre et la cause de sa durée, parce que sans se soucier de causes plus hautes, ils les ont vendus et exportés hors du royaume, de là pour une grande part l’irritation de l’ennemi, conscient malgré sa barbarie, que les Espagnols se sont limités à leur intérêt particulier plutôt qu’au bien commun, ou aux intentions justes du Roi ». Il développait même l’argument selon lequel le droit d’enlever leur prise aux Indiens amis n’en était pas un, parce qu’il appartenait en dernier ressort au Roi, sous la protection de qui se trouvaient les Indiens amis et que, par conséquent, les gradés agissaient injustement en s’appropriant les pièces rapportées par les auxiliaires indigènes »7.

  • †† N. du T. — En espagnol « maestre de campo general » : mestre de camp.
  • ‡‡ N. du T. — En espagnol « sargento mayor » (de provincia), dont il a été question plus haut, au cha (...)
  • 8 D. Barros Arana, Historia General …, t. IV, p. 472, n. 4.

12Bien qu’il se rapporte précisément au gouverneur Acuña y Cabrera, le rapport du capitaine Diego de Vivanco, remis à Lima en 1656, est valable dans ce même ordre général d’une caractérisation institutionnelle de la maloca. Son témoignage apporte des détails d’un grand intérêt : « Naturellement, il convient au plus haut point de supprimer les abus que cette guerre a provoqués dans l’esclavage des Indiens ; c’est la principale raison de sa durée, à cause de l’intérêt considérable qu’y ont trouvé et y trouvent encore les têtes qui gouvernent : celles du gouverneur, du général en chef†† et du gouverneur militaire‡‡, car les pièces prises au cours des incursions et des malocas chez l’ennemi sont très convoitées ; et celles qui ont le moins de valeur, les Indiens, se vendent plus de cent pesos, et chaque femme et enfant plus de deux cents, et les moins de dix ans, dits de service, valent aussi plus de cent pesos ; et ce sont principalement nos Indiens amis qui les prennent, parce qu’ils vont en éclaireurs et sont en avant-garde, et ainsi ils font des prises plus vite que les Espagnols, et on les leur paye vingt pesos chacune, et ils ne peuvent les vendre à d’autres personnes que celles indiquées plus haut ; et sur le nombre de ces pièces, vingt pour cent revient au général en chef et au gouverneur militaire et le resté au gouverneur [civil du Chili], il est ainsi prouvé d’une façon claire et nette que cet important intérêt s’interposant, on ne doit pas avoir d’autre but que de prétendre faire durer la guerre »8.

13Les historiens du siècle dernier, Miguel Luis Amunátegui, Diego Barros Arana et Benjamán Vicuña Mackenna, se rejoignent pour juger la maloca dans ce même sens. Domingo Amunátegui l’a fait également.

14Avec son œil pénétrant, comme d’habitude, González de Nájera l’a reconnu clairement à son époque, lorsqu’il affirme que « un des autres buts poursuivis par notre camp, c’est de tuer des ennemis et de faire des prisonniers » (op. cit., p. 165), et n’oublions pas qu’il quitta le Chili avant l’approbation de la cédule d’esclavage. Et il signale aussi que, déjà vers cette époque, les Indiens commençaient à s’adapter aux systèmes des razzias, substituant à la culture du maïs, celle du blé et de d’orge, qui mûrissaient plus tôt et pouvaient être récoltés avant que les Espagnols, profitant de la venue de l’été, vinssent les « maloquer » (ibid., p. 175-176).

  • 9 F. Núñez de Pineda, Cautiverio Feliz, p. 95.
  • 10 F. Núñez de Pineda, Cautiverio Feliz, p. 146.

15Presque à soixante-dix ans de distance, écrivait Núñez de Pineda y Bascuñán, mais, pour tardif qu’il soit, son témoignage n’en a pas moins de valeur pour caractériser toute une époque qu’il avait vu se dérouler depuis bien longtemps. Ses mots sont très forts : « cette cupidité infernale a mis le Chili aussi mal en point qu’on le voit, et la guerre empire tous les jours »9. A titre anecdotique on peut mentionner ce que raconte Pineda de sa captivité, survenue en 1629 ; dans une occasion où le cacique, au pouvoir duquel il se trouvait, fut averti qu’un autre cacique voulait venir le tuer, et pour se préserver de l’incursion annoncée, se tint caché dans une hutte très petite, bâtie au sommet d’un arbre. Le fugitif explique que « cette petite maison et d’autres du même genre dans des ravins et des montagnes abruptes et inexpugnables appartenaient aux frontaliers qui, à la saison d’été et dans les périodes d’alertes et de combats, y rentraient pour dormir la nuit, redoutant les malocas continuelles dont ils étaient inquiétés »10.

  • §§ N. du T. — En espagnol « capellan mayor ».
  • 11 Frère Francisco Ponce de León, Descripción del reino de Chile, p. 7 v° et 8.

16Frère Francisco Ponce de León, dans sa Description publiée à Madrid en 1644, rapporte en témoin direct d’autres aspects de l’adaptation des indigènes au système des malocas. « Et quand nous partions en campagne (je parle par expérience, car je suis souvent parti avec l’armée, comme aumônier général§§, et par deux fois, je suis arrivé à La Impérial) c’était toujours une incursion et un repli à toute vitesse : parce qu’ils nous brûlent les pâturages et nous ne pouvons nourrir les chevaux, et pour deux mille cinq cents Espagnols, et naturels qui peuvent s’y ajouter, il faut plus de neuf mille chevaux, et dans celles où je me suis trouvé (qui, comme je l’ai dit, ont été nombreuses) j’en ai compté dans certaines, dix mille, parce qu’on leur fait porter tout le train, aussi faut-il faire retraite à toute vitesse, après avoir donné l’assaut, ou « maloqué» quelques villages »11. Plutôt que de livrer bataille, il valait donc mieux pour les Indiens, brûler les pâturages et supprimer ainsi la base de ravitaillement de l’armée espagnole.

17La nouvelle organisation de l’armée espagnole du xviie siècle, l’amena à se transformer en une véritable machine à chasser les esclaves, qui, comme on le verra dans les pages suivantes, opérait très efficacement pour y parvenir. Tant cette organisation de l’armée que les besoins de main-d'œuvre du royaume et les possibilités du marché péruvien, plus riche que le marché chilien, attiraient la convoitise des soldats, gradés, officiers et même gouverneurs.

  • 12 J.T. Medina, Manuscritos, t. CXXXII, doc. 2403, p. 214-290. Cf. p. 267 v° et 268.

18Vers 1634, un homme offensé — Miguel de Miranda Escobar — portait les plus terribles accusations contre le gouverneur Laso de la Vega. Il dénonçait le fait que les Indiens pris à la guerre par les soldats, leur étaient enlevés, sous menace d’être mis au garrot, et le gouverneur faisait marquer ces pièces au fer sur le visage et les faisait vendre et même envoyer au Pérou « en grande quantité », où beaucoup mouraient du changement de climat. Parmi ces esclaves il y avait une forte proportion de jeunes garçons et de fillettes, « et on les flanqua sur le marché du Callao, les uns vendus, d’autres à vendre et d’autres en montre »12.

19Le personnage offensé jurait au Roi que ce n’était pas lui l’auteur des chansons et d’un sonnet qui avaient fait le tour du royaume deux ans auparavant et pour lesquels il avait été jugé et sévèrement condamné comme leur auteur présumé. Les derniers vers du sonnet étaient les suivants :

  • 13 J.T. Medina, Manuscritos, t. CXXXII, doc. 2404, p. 291-293.

« Et qu’on vende sous le manteau
Les pièces qu’il a enlevées
Au yanacona et au malheureux soldat
Et pour que ces manigances soient connues
Qu’on les annonce toujours à son de trompe »13.

20Authentiques ou fausses, les accusations poétiques relatives à la conduite du gouverneur Laso de la Vega reflétaient une pensée beaucoup plus vaste au sujet du style de guerre de l’époque, la maloca. Et comme définition d’un tempérament, d’un type de conduite et d’un vice grave, elles étaient pleinement valables, quel que fût leur auteur, dont le nom est sans intérêt, si ce n’est à titre bibliographique ou littéraire.

Notes

1 Dr Rodolfo Lenz, Diccionario etimológico de las voces chilenas derivadas de lenguas indígenas americanas, Santiago, 1910, p. 467-469.

2 Frère Félix José de Augusta, Diccionario Araucano-Español y Español-Araucano, t. I, p. 129, Santiago, 1916.

3 Augusto Malaret, Diccionario de Américanismos, Buenos-Aires, 1946, p. 529.

4 Real Academia Española, Diccionario de la lengua española, Madrid, 1947, p. 804.

5 C. Errázuriz, Historia de Chile …, t. I, p. 324.

6 Memorias de los virreyes ..., t. I, p. 114.

7 Santiago de Tesillo, Guerra de Chile, p. 69.

8 D. Barros Arana, Historia General …, t. IV, p. 472, n. 4.

9 F. Núñez de Pineda, Cautiverio Feliz, p. 95.

10 F. Núñez de Pineda, Cautiverio Feliz, p. 146.

11 Frère Francisco Ponce de León, Descripción del reino de Chile, p. 7 v° et 8.

12 J.T. Medina, Manuscritos, t. CXXXII, doc. 2403, p. 214-290. Cf. p. 267 v° et 268.

13 J.T. Medina, Manuscritos, t. CXXXII, doc. 2404, p. 291-293.

Notes de fin

* N. du T. — Ce terme est défini par tout le chapitre qui suit ; des indications d’ordre philologique sont données dès les premiers alinéas.

N. du T. — En espagnol « feria ».

N. du T. — En espagnol « maloquear », comme coiffe donne coiffer.

§ N. du T. — En espagnol « maloquero », comme coiffer donne coiffeur.

** N. du T. — En espagnol « maloqueo », de « maloca ». Comme en français, « lavage » de « laver ».

†† N. du T. — En espagnol « maestre de campo general » : mestre de camp.

‡‡ N. du T. — En espagnol « sargento mayor » (de provincia), dont il a été question plus haut, au chapitre V.

§§ N. du T. — En espagnol « capellan mayor ».

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search