Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre VI. Le budget royal et la transformation de l’armée espagnole en armée permanente d’État

Texte intégral

« Ce n’étaient que demandes d’hommes et d’argent, car c’est l’aliment de toutes les guerres. » (Santiago de Tesillo, Guerra de Chile, p. 15.)

1Du Chili parvenaient à la Cour de continuelles demandes de secours, émanant surtout et en premier lieu des encomenderos, de leurs représentants et procurateurs et de tous ceux qui par position ou par convenance se retrouvaient pour défendre les intérêts de leur parti. S’ajoutant à ces demandes arrivaient aussi les nouvelles alarmantes de l’angoissante situation créée par la rébellion générale des indigènes et de la présence des corsaires sur les côtes du royaume, les unes et les autres amenèrent Philippe III et son Conseil à la conviction que le seul remède possible pour sauver cette colonie était de pour voir aux dépenses de la guerre, au moins pendant quelque temps, et de lui donner un nouveau style, d’y adapter les méthodes de guerre imposées par les longues expériences de la guerre des Flandres.

  • 1 Voir Barros Arana, Historia general..., t. III, p. 347.

2Par une cédule du 21 mars 1600, le monarque disposait qu’on aidât le Chili avec les deniers du Pérou, pour trois ans, à raison de 60.000 ducats par an, ce qui représentait, à 11 réaux le ducat, 82.500 pesos courants1. C’était déjà un budget de guerre, temporaire, mais concret, et de plus, indispensable à la maintenance des renforts qu’on envoyait d’Espagne.

  • 2 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 181.
  • 3 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 225.
  • 4 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 225.
  • 5 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 226.
  • 6 Gil Gonzalez Dávila, Historia de la vida … de don Felipe Tercero, p. 69.

3Que la monarchie espagnole décadente se décidât à dépenser dans la pacification du Chili, cette somme, révèle son intérêt pour retenir une possession d’une grande valeur stratégique. Le Trésor de l’Espagne, malgré les gros envois de métaux précieux qui voguaient chaque année vers la péninsule, était de plus en plus amoindri. En 1575, les dettes de l’État espagnol se montaient à 37 millions de ducats2en 1596, Philippe II dut essuyer le refus des banquiers de lui prêter de l’argent3 et quand il mourut, les dettes dépassaient 100 millions de ducats4. La guerre des Flandres coûtait 110 millions de ducats aux Habsbourg, au peuple espagnol et aux trésors d’Amérique extraits avec le sang des Indiens et des noirs5. Cependant, après la mort de son inexorable père, Philippe III dépensa en 1599, dans les festivités de son mariage, 950.000 ducats et le duc de Lerma en ajoutait 300.000 de plus, au dire de Gil González Dávila6.

4La prudence de la somme assignée par la cédule royale de 1600 donne une idée de la gêne du Trésor espagnol.

5Le premier gouverneur qui put bénéficier de ce budget de guerre, dont la nouveauté résidait dans le fait qu’on le lui octroyait pour trois années consécutives, fut Alonso de Ribera, un capitaine qui avait acquis son expérience de l’armée dans les guerres de Flandre.

  • 7 D. Barros Arana, Historia general ..., t. III, p. 347. Dans le chapitre xviii et dans les suivants (...)

6En passant par le Pérou, en route pour le Chili, Ribera demanda au vice-roi la remise du budget royal, cette remise lui fut faite principalement en vêtements pour habiller les soldats. En même temps le vice-roi refusa d’établir les soldes fixes pour les membres de 1’armée du Chili7, qui jusqu’alors, ne recevaient qu’une prime initiale en s’enrôlant, qui, comme on l’a déjà vu, leur était retenue quand ils voulaient sortir du royaume. De la sorte, cette première fixation d’une somme déterminée pour trois ans, afin de subvenir aux dépenses de la guerre d’Araucanie, n’impliquait pas encore la formation d’une armée d’État permanente, à la manière européenne. On croyait à la Cour, qu’avec ce remède transitoire on pourrait aboutir à la solution définitive.

  • 8 J.T. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 1635, p. 176-198.

7Alonso de Ribera avait reçu une éducation militaire européenne, autrement dit, il connaissait les méthodes de l’armée la plus avancée et la plus moderne de son époque. Point n’est besoin d’un grand effort pour imaginer sa déception lorsqu’il prit en main au Chili, une troupe qui avait tous les défauts possibles des Indes. A deux mois de son arrivée, il décrivait en ces termes l’armée du Chili, dans une lettre adressée au roi : « tous les hommes qui en font partie sont si mal disciplinés que leur méthode et leur style de guerre ressemble plutôt à de la confusion et de la barbarie qu’à une milice espagnole, répugnant à son bon ordre et à sa bonne organisation et à l’importance et la force de l’infanterie, car ils ont contracté ce vice de la cavalerie, amenant dans un camp de trois cents hommes, cinq ou six mille chevaux et chaque soldat ayant une maison comprenant des vivres surabondants, un service d’indiens et de femmes, de sorte qu’avec les dépenses et les approvisionnements d’un tel train d’équipage, ce royaume, et en particulier la communauté des naturels loyaux, aura plus souffert que de la guerre faite par l’ennemi »8.

  • 9 C. Gay, Documentos, t. II, p. 144-159.

8Dans un autre document émané de Ribera et dont la minutie caractéristique de Barros Arana a également tiré parti, la Relation du mode et de l’ordre militaire qu’il y avait en ce royaume du Chili9 de 1601, la description des vices et des défauts de l’armée espagnole au Chili ressort avec plus de force, tellement que le gouverneur estimait comme « un miracle de Dieu que les ennemis ne les aient pas anéantis souvent ». A partir du mois d’août, l’armée commençait à partir par petits paquets et sans aucun ordre, de Santiago, se réunissant sur la rive du Maule, des rives duquel elle se dirigeait sans plus d’ordre ni d’organisation vers le théâtre de la guerre, sans conserver d’ordre dans ses déplacements, ni dans ses campements, sans avoir d’habiles sentinelles, car elles considéraient cela comme déshonorant, sans emporter d’étendards, ni de trompettes, sans lieutenants, les compagnies sans formation, l’infanterie sans piques et à peine quelques arquebuses et mousquets et presque dépourvue de cottes et de salades. Tout le monde allait à cheval, tant la cavalerie que l’infanterie et les chevaux, au moment de camper étaient lâchés en liberté, sauf quelques-uns appartenant à des particuliers qui avaient du service spécialement à cet effet. Dans les forts l’organisation n’était pas meilleure, à tel point que leurs portes étaient ouvertes tous les matins par l’émoucheur de chandelles tout seul et avec la même tranquillité que s’il « se fût trouvé en plein Tolède ».

  • 10 J.T. Medina Manuscritos, t. CII, doc. 1635, p. 176-198.

9En outre, dans le cadre du style seigneurial de la société créole, personne ne se piquait d’être soldat, mais tous voulaient être capitaines et ceux qui pouvaient payer les droits du titre s’empressaient de l’acquérir, de telle sorte que sur 270 hommes que Ribera trouva en campagne, 50 étaient capitaines, c’est-à-dire un pour quatre soldats et quelque10.

  • 1 N. du T. — En espagnol « real situado ».
  • 11 J.T. Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1728, p. 59-61.

10L’obstination dont fit preuve le gouverneur pour démontrer l’état précaire de l’armée et du royaume induisit la monarchie espagnole à faire le pas définitif d’assumer complètement fa responsabilité dans la guerre d’Araucanie. Convaincu, tant par les demandes de Ribera que par les continuelles démarches des procurateurs que les cités du Chili envoyaient à la Cour, le Roi prit, en janvier 1603, une mesure pour qu’on organisât dans le royaume une armée permanente d’un effectif de 1.500 hommes, dont les soldes devaient être fixées par le vice-roi du Pérou. Par cette disposition le budget royal1 [du Chili] était élevé à la somme de 120.000 ducats par an. Sur cette base, le gouverneur publiait le 22 janvier 1604, un arrêté dans la cité de Concepción, invitant les habitants du royaume à remplir les rangs de cette nouvelle armée11.

  • 12 Voir une partie de son texte dans C. Errazuriz, Seis años.... t. II, p. 450-452.
  • 13 D. Barros Arana, Historia general …, t. III, p. 418, n. 34.

11Avec l’avis de l’Assemblée de Guerre qui eut lieu le 15 mai 160312, le Roi, par une cédule datée du 4 septembre 1604, élevait la situation des payements pour l’armée du Chili à 140.000 ducats pour trois ans, « en faisant entrer dans cette somme ce qui resterait à verser des quatre premières années pour lesquelles on avait inscrit ces cent vingt mille ducats ». Cependant, et malgré l’augmentation, on diminuait la solde de tous les membres de l’armée13.

12Mais la structuration imposée par la main royale à l’armée du Chili n’était pas encore définitive, m non plus suffisante. La cédule du 5 décembre 1606 fournit une nouvelle augmentation du budget royal, élevé à la somme de 212.000 ducats, équivalant à 293.279 pesos 3 féaux (en pesos à huit réaux), ce budget se maintint désormais d’une façon stable durant tout le siècle, encore que, en plus d’une occasion, les difficultés du Trésor espagnol aient fait oublier d’envoyer l’argent au Chili. Avec ce nouveau budget, l’effectif de l’armée était fixé à 2.000 hommes, et les soldes étaient augmentées, leur montant définitif fut fixé par une cédule, en date du 24 mars de l’année suivante.

  • 2 N. du T. — Le mot espagnol est « tercios ». On sait que cette unité, équivalente à un régiment et c (...)

13Avec l’ensemble de ces dispositions le régime de guerre imposé par la conquête espagnole était fondamentalement transformé, l’armée d’État, et permanente, était constituée, et c’était là, du point de vue de l’organisation de la violence dans les États modernes, dans les nouvelles monarchies absolues, un trait distinctif propre à l’État. L’ost des Indes et ses successeurs les encomenderos cédaient le pas aux phalanges2, encore que la nécessaire adaptation aux conditions de la guerre du Chili n’ait pas permis de copier fidèlement le modèle européen.

14La création de l’armée d’État, permanente, au Chili, est un phénomène qui revêt une importance plus grande que celle que les historiens nationaux lui ont attribuée. Elle marque réellement un jalon dans le développement de la société chilienne, de cette société fondée sur la conquête. Et ce n’est pas un jalon arbitraire ni accidentel. Il ne dépend pas de la mort du gouverneur Oñez de Loyola, qui n’est qu’une confirmation de l’état de faiblesse générale du royaume. Avec ou sans sa mort, la situation militaire aurait provoqué une crise avant peu de temps. Il est clair que ce fut un appel angoissant à l’attention de la Cour et qu’elle détermina aussi les conditions spécifiques de la rébellion indigène commencée avec sa mort en décembre 1598.

15La création du budget royal fut en premier lieu un certificat de reconnaissance de l’absence de revenus royaux au Chili, car si ceux-ci avaient existé il n’y aurait pas eu besoin d’inscrire les dépenses pour l’armée sur les rentes péruviennes. En revanche, si des rentes royales plus importantes avaient existé au Chili, elles auraient été un signe de la prospérité de l’économie privée du royaume, et dans ce cas l’effort privé aurait pu continuer à maintenir le système de guerre sans que l’intervention de l’État fût nécessaire.

  • 3 N. du T. — En espagnol « capitanía ». Cette unité territoriale — ici le Chili entier — correspond a (...)

16La dépendance budgétaire du Chih à l’égard du Pérou se maintint pendant tout le XVIIe siècle et encore une partie du XVIIIe. Le budget de guerre et l’entretien de la lutte contre les Araucans n’auraient pas été possibles sans la richesse du Potosí et les rentes péruviennes. La capitainerie3 fut dépourvue pendant longtemps d’une vie économique propre et suffisamment active qui permît à ses rentrées de tributs d’entretenir une machine aussi coûteuse que l’armée permanente dont l’effectif était fixé à deux mille hommes.

17Avec la modification de la structure de l’armée, s’établit donc, à partir de ce moment, une relation de dépendance presque absolue vis-à-vis de la vice-royauté [du Pérou], cette dépendance fut peu à peu complétée par le développement du commerce entre les deux provinces, ce commerce était conditionné tant par les modalités de la navigation à l’époque, que par des raisons géographiques propices à cette véritable sujétion économique.

18Comme on l’a vu dans les pages précédentes, la transformation de l’armée se fit peu à peu et sa nouvelle structuration tarda plusieurs années. Elle commença sous le premier gouvernement de Alonso de Ribera et se termina pendant le second de Alonso García Ramón. Ce fut au cours des dix premières années du XVIIe siècle qu’elle prit sa nouvelle physionomie, puisque la réforme n’affecta pas seulement son financement, mais aussi sa structure quant à la modernisation militaire, englobant tous les aspects, discipline, organisation en corps et armes et plans tactiques.

19On a déjà mentionné les défauts notés par Alonso de Ribera dans l’armée trouvée par lui à son arrivée au gouvernement du Chili. Le militaire formé dans les guerres européennes concevait l’art militaire, conformément à toutes les innovations et tactiques qu’on appliquait là-bas et il était naturel qu’il essayât d’adapter toutes ces formes à la guerre d’Araucanie.

20Bien que, au commencement, Ribera ne disposât que d’un budget royal pour l’armée, de faible importance : 60.000 ducats, il entreprit avec cette somme la transformation de structure la plus profonde qu’on eût tentée depuis le temps de Valdivia, c’est-à-dire, en soixante années de guerre, au cours desquelles celle-ci ne s’était pas renouvelée, et n’avait pas suivi le rythme de l’époque, tandis que la milice indigène au contraire, s’était développée jusqu’à s’égaler aux Espagnols par son potentiel de guerre.

  • 14 Voir, en particulier, l’ouvrage de F. Lot, déjà mentionné, L’art militaire …, t. II, p. 412 et suiv (...)

21Le financement royal que l’armée du Chili aurait à partir de ce moment-là, peut être considéré comme une caractéristique décisive dans sa définition comme une nouvelle armée d’État, permanente et modernisée, c’est-à-dire, conforme aux usages de l’époque en Europe. Il ne paraît pas nécessaire d’insister sur la haute qualité des armées d’État surgies sur le continent européen, dans les temps modernes14, mais le problème a un intérêt particulier et moins connu — du point de vue historiographique — dans le cas du Chili, où l’État absolu arrivait tempéré par la distance et par les conditions particulières de la conquête.

  • 15 Nous donnerons plus de détails sur les quints royaux des esclaves indigènes dans le chapitre « L’es (...)

22En relation avec le financement de l’armée, il est également intéressant de remarquer l’initiative du nouveau gouverneur, de lui destiner le produit des quints royaux des esclaves indigènes faits prisonniers à la guerre. Devant l’absence de quints royaux provenant de l’or des lavoirs, et devant l’insuffisance du budget royal, celui-ci conçut le quint sur les esclaves comme un revenu pour l’armée, cet impôt paraissant sans doute à son auteur, quantitativement important15.

23Le manque de discipline et l’hétérogénéité de l’armée du Chili induisirent Ribera a essayer de remédier au mal, ordonnant de maintenir jour et nuit des rabatteurs qui ramèneraient les chevaux et les vaches qui s’éloigneraient du campement, et il imposa l’obligation aux gardes et aux sentinelles d’utiliser un mot de passe ; « avec la rigueur qui convient à la discipline militaire et au souci et à la garde de leurs camps ». (Rosales, II, p. 366.)

  • 16 Ludwig Pfandl, Carlos II, p. 33, Madrid, 1947.
  • 17 Jerónimo de Quíroga, Compendio histórico p. 137.

24A l’époque gui nous occupe, l’usage de l’infanterie était prédominant en Europe, particulièrement sous la forme des « tercios » espagnols, qui jouèrent un rôle notoire à travers le XVIe et une partie du XVIIe siècle, probablement jusqu’à la bataille de Rocroy, qui eut lieu en mai 1643, et qui représente « la fin de la prépondérance militaire, que l’Espagne avait conservée jusqu’à cette date, au moins en ce qui concerne l’infanterie »16 Tant que l’artillerie n’acquit pas un plus grand développementale, hérisson constitué par la formation de combat du tercio, était pratiquement invincible. Ses longues piques mises en position horizontale empêchaient ou désorganisaient les attaques de la cavalerie ennemie, et les armes à feu entremêlées avec les piques rendaient impossible à l’infanterie adverse, la pénétration dans ses rangs compacts. Une formation semblable, avec prédominance absolue de l’infanterie, et qui avait prouvé sa formidable puissance dans de nombreuses batailles victorieuses, sur différents théâtres de guerre européen, devait forcément influer sur les conceptions de l’organisation de la guerre du militaire qui prenait en main le gouvernement du royaume de Chili, mal en point en 1601. Tandis que sur le vieux continent, l’infanterie espagnole était crainte et respectée, dans ce coin des Indes quelques milliers de barbares tenaient en échec une cavalerie espagnole désuète, qui combattait avec des armes blanches et un peu, très peu, d’armes à feu. Dans ces circonstances, il était naturel que le nouveau gouverneur, qui disposait pour la première fois d’un budget annuel pour l’entretien de l’armée, voulût transformer cette vieille cavalerie en une infanterie nouvelle. Avec une grande intelligence des particularités militaires des Indiens et du terrain, Ribera transforma une grande partie de la cavalerie en infanterie et les mêla, « pour que l’une aidât l’autre, car l’une et l’autre sont nécessaires, et il les utilisait selon le moment et l’occasion ». (Rosales, II, p. 368.) Le chroniqueur Jerónimo de Quiroga souligne en termes très pittoresques les réformes introduites, insistant sur l’importance des armes à feu dont l’infanterie fut dotée. Il déclare que, voyant que presque tout le monde « avait un cheval et une lance, il démonta la plupart et l’instruisit aux armes à feu, c’est ainsi qu’il assura ses victoires », cependant, « les Indiens commencèrent à déprécier les fantassins, les appelant boiteux, parce qu’ils marchaient avec la béquille de l’arquebuse ; mais dans les premières rencontres, ils virent que ces boiteux couraient si vite que personne ne pouvait les atteindre, et à moins que ces boîteux n’aillent dans notre armée les victoires seront boiteuses »17.

  • 18 C. Errazuriz, Seis años..., t. II, p. 435.
  • 19 R. Oñat et C. Roa, Régimen legal del éjercito en el reino de Chile, p. 71.

25Cette réforme choqua même les Espagnols du royaume, qui étaient habitués à leur cavalerie, qui leur donnait une plus grande commodité dans les campagnes. Lorsqu’en 1604 Ribera reçut définitivement l’ordre de transformer l’armée, en armée permanente, sa pensée au sujet de la valeur de la cavalerie dans les conditions offertes par le terrain et le caractère de la guerre du Chili, avait subi quelques variations et il finit par accorder une plus grande place et une proportion plus importante à la cavalerie. Le conseil de guerre réuni sous sa direction en juillet 1604 estimait nécessaire un effectif total de 2.850 hommes, entre l’armée d’intervention et les troupes des garnisons et des forts, et pour compléter cet effectif, on demandait 1.500 hommes à l’Espagne, et on en affectait 940 à l’infanterie et 1.910 à la cavalerie18. Cependant, le règlement approuvé par Philippe III en 1607 fixa définitivement le nombre des compagnies d’infanterie à 15, composées chacune de cent hommes et les compagnies de cavalerie à 7, de soixante-dix hommes chacune, maintenant ainsi une proportion d’un cavalier pour trois fantassins19.

26L’expérience qu’avait acquise Ribera dans les campagnes européennes lui faisait très bien connaître l’importance des approvisionnements de l’armée, tant en vivres qu’en équipement, en tenant compte spécialement du fait que pendant les incursions en pays ennemi au Chili, on ne pouvait compter sur aucune espèce de ressources, situation dérivée de la précarité de l’économie indigène, tandis que les armées européennes pouvaient bénéficier largement des ressources des cités ennemies comprises dans le territoire envahi. A ces considérations s’ajoutaient les hauts prix et les difficultés d’acquisition des denrées alimentaires nécessaires à l’armée et le manque d’industries dans le royaume, qui rendaient impossible l’approvisionnement en nombreux articles de l’équipement militaire. Afin de remédier à ces inconvénients, le gouverneur Ribera prit l’initiative de plusieurs mesures, qui, bien que certaines d’entre elles ne fussent pas une nouveauté absolue dans les pratiques déjà établies, avaient été abandonnées à la suite du soulèvement araucan.

  • 20 D. Barros Arana, Historia General …, t. III, p. 387.
  • 21 COLHCH, Actas de Cabilda, t. XXI, p. 32.
  • 4 Vecinos y moradores. Voir glossaire initial.

27A la fin de l’année 1602 étaient rétablies les fermes pour la culture du blé dans la zone de Concepción20, celle que mentionne Rosales près du fort de las Cangrejeras, pourrait bien être du nombre, selon son témoignage ; Ribera organisa aussi des emblavures royales dans les territoires de Itata et de Colchagua, « et il épargna ainsi au patrimoine royal la dépense de l’achat, le souci de l’amener par mer, et la peine d’aller à sa recherche de droite et de gauche : car, outre l’argent et la sollicitude qu’il en coûte de l’importer, l’armée est toujours à avoir faim, et dès qu’elle a le blé chez elle, elle se nourrit abondamment et à contre-temps ». (Rosales, II, p. 390-391). A Quillota fut établie une autre emblavure, dont la production était estimée en 1603 à 2.000 fanègues de blé, récolté « sur l’initiative de monseigneur le gouverneur et avec l’aide d’indiens et de charrettes appartenant aux vecinos et aux résidents214. Il disposa aussi qu’on fît des charrettes en grand nombre pour charrier le blé, « parce qu’il voyait que les habitants donnaient les leurs à contre-cœur, car elles leur faisaient défaut ».

  • 22 D. Barros Arana, Historia General ... t. III, p. 415.
  • 23 J. Borde et M. Góngora, Evolución de la propiedad rural en el valle del Puangue, t. I, p. 44.

28Pour satisfaire le besoin de bétail de l’armée, « il bâtit une ferme d’élevage de bovins, dans les Cauquenes » et une autre sur le territoire de Concepción. (Rosales, II, p. 391.) Pour l’approvisionnement en vêtements et en couvertures, le gouverneur créa dans le village de Melipilla un atelier qui produisit du drap ordinaire et des couvertures, d’une grande utilité pour les soldats22. La main-d’œuvre nécessaire à la manufacture fut empruntée, par Ribera aux Indiens de Melipilla eux-mêmes et de plus « les naturels de Pichidegua furent transférés dans le voisinage, et on leur tailla sur mesure un nouveau village »23.

  • 24 D. Barros Arana, Historia General ..., t. III, p. 415-416.

29Il établit aussi une tannerie à Santiago, où l’on préparait des badanes, du chevreau, du veau et des cuirs à semelle, pour la fabrication des chaussures destinées aux soldats, et des selles24, car l’approvisionnement de ces articles importés de Lima était lent et difficile, c’est aussi ce qui se produisait avec les chapeaux, la corde à mèches et autres choses indispensables. Il trouva parmi les soldats eux-mêmes les artisans nécessaires, ils savaient certains métiers et « il put disposer d’une chapellerie, d’une fabrique de chaussures, d’une sellerie, d’un attirail à faire les cordes et autres travaux qui se faisaient pour le compte de Sa Majesté et lui épargnaient beaucoup de dépenses ».

30Dans cet ensemble de créations nouvelles et d’éléments dispensés à la nouvelle armée d’État, le gouverneur fit aussi un moulin, pour que les soldats pussent disposer de farine et manger du pain, au lieu du système traditionnel employé jusqu’alors et selon lequel ils devaient manger leur ration de blé, simplement cuite et s’ils voulaient avoir du pain, ils devaient moudre leur blé à la main « à grand peine ». « Ainsi, les soldats eurent de la farine sans peine, et le roi du profit sur les droits de mouture ».

31Le gouverneur compléta son œuvre par la fondation d’un hôpital pour les soldats, « car, par son défaut, beaucoup d’entre eux mouraient... et il le fit commun pour les soldats et les Indiens, l’équipant de lits et du nécessaire avec une grande libéralité et pour le grand profit des soldats ». (Rosales, II, p. 393-394.)

32Il est évident que du point de vue de l’organisation de l’armée toutes ces améliorations faisaient apparaître clairement l’étatisation dont elle était l’objet, car dans quelques-uns de ses aspects elle se transformait en une entreprise économique de gouvernement, diversifiée, essayant de compenser les déficiences et les carences d’une industrie presque inexistante, qui par son absence tendait à affaiblir et à priver de stabilité le nouvel effort de guerre, sous bien des aspects. Le manque de ressources industrielles nécessaires à la permanence d’une armée d’État, imposa encore pour longtemps que les importations d’armes et de vêtements dussent se faire à travers le Pérou, d’où elles venaient avec le budget royal, donnant lieu à des abus très sérieux et à des pratiques vicieuses.

33Mais le gouverneur eut beau vouloir changer la physionomie de l’armée en un court laps de temps, même en comptant sur des ressources auparavant inconnues, c’était là une entreprise qui devait prendre de longues années. Naturellement, l’insuffisance du développement économique du Chili devait prolonger le retard de certains aspects de l’armée, indiqués par González de Nájera, qui avait quitté le royaume en 1607, principalement en ce qui concerne les préparatifs des vecinos pour se rendre à la guerre. Il dit que « la première chose pour les habitants qui doivent partir en campagne, c’est de commencer à se préparer presque dès qu’ils rentrent de la précédente, car ce qui leur reste d’une campagne qui soit utilisable pour la suivante, se ramène à très peu de choses ; et ainsi ils commencent naturellement à dresser des poulains et à chercher des chevaux, s’endettant pour les acheter, puis ils les font ferrer et ils réparent les selles et les armes défensives et offensives. Chacun fait chez lui les provisions de bord qu’il emportera, pour six mois au moins que dure chaque campagne, par exemple de la viande séchée, du pain de mer, de la farine, de la graisse, du vin et les outres dans lesquelles on l’emportera, les tentes de grosse toile pour la campagne, des bâts, des cordes, des fers et des outils pour ferrer les chevaux à la guerre et finalement, même des faux pour faucher l’herbe, avec mille autres détails irritants, parce que rien de tout cela ne se vend tout fait au Chili, mais chacun doit le fabriquer chez soi ». (González de Nájera, p. 158.)

34Cependant, tels étaient les préparatifs que devaient faire les habitants, en tant que particuliers. Avec les réformes introduites par Ribera, beaucoup de ces pénibles déficiences devaient être peu à peu résorbées pour l’armée d’État, qui, avant elles, connaissait les mêmes épreuves, avec la différence que les soldats professionnels qui la composaient n’avaient pas à leur portée les moyens ni la fortune des vecinos encomenderos. Mais la vérité c’est que les souffrances et les privations des soldats ne prirent pas fin avec l’institution de la structure étatique de l’armée permanente.

35On ne peut passer sous silence — comme un des éléments de la définition théorique de l’armée d’État — une considération dont la monarchie espagnole a tenu compte au sujet d’un des problèmes les plus brûlants de sa politique de guerre en ce qui concerne le Chili. En commençant ce chapitre, on a mentionné d’une manière générale, les raisons avancées pour parvenir à la création de l’armée d’État permanente. Viennent en tête les demandes des encomenderos, pour que soit mis fin aux exigences qui faisaient reposer l’effort de guerre sur leurs épaules, pour que soit mis fin aux réquisitions, pour qu’on cessât de les obliger à partir chaque été en campagne, en somme, pour qu’on leur permît de se livrer à leurs activités de conquérants réalisés, en toute liberté, ou déjà, plutôt, de fils de conquérants qui voulaient jouir de ce que la sueur et le sang paternels avaient gagné. Il est probable que — surtout après la mort de Oñez de Loyola — il n’était nullement difficile de constater, d’Espagne, qu’un semblable régime de financement de la guerre conduisait à la ruine et à la perte, à bref délai, d’une possession d’une aussi grande valeur stratégique que le Chili.

  • 25 J.T. Medina, Manuscritos, t. CCLXXXVIII, doc. 8452, p. 186-186.

36C’est pourquoi, simultanément à la création de l’armée permanente, se manifestait l’idée de réaffirmer le contenu de la cédule du 15 octobre 1597 relative à l’allègement des obligations militaires des encomenderos et qu’on ne les emmenât pas à la guerre « si ce n’est dans des cas de force majeure et qu’on ne puisse éviter »25. Tant qu’il n’y eut pas de budget royal destiné à subventionner la dépense des soldats qui combattaient contre les Araucans, une telle disposition apparaissait comme théorique, mais soutenue également par le nouveau critère de financement, si contraire dans le domaine américain, au régalisme espagnol, elle signifiait une reconnaissance forcée de la réalité et une nette concession à la classe des encomenderos. Toutes les cédules relatives à l’organisation de la nouvelle armée coïncident avec ce critère de libérer les encomenderos de leurs obligations militaires et de rejeter sur l’État, le poids de la guerre. Il n’y a pas de doute qu’il s’agissait d’un bouleversement complet d’une politique suivie pendant un siècle pour toute l’Amérique. C’est le caractère exceptionnel du cas chilien, sous cet aspect, qui mérite qu’on y insiste, bien qu’il ne soit pas nécessaire d’indiquer à nouveau toutes les raisons mises en avant pour arriver à cette décision apparemment si insolite pour une monarchie toujours prête à se dérober devant les dépenses occasionnées par ses colonies d’outre-mer.

  • 26 Diego De Rosales, Historia General ..., t. II, p. 403, et C. Errázuriz, Seis años..., t. II, p. 318
  • 27 R. Oñat et C. Roa, Régimen legal del ejército en el reino de Chile, p. 91-97, où est présenté un ré (...)

37Cependant, la décision de la Couronne ne resta pas si ferme durant tout le cours du XVIIe siècle et les gouverneurs ne se résignèrent pas à perdre complètement un appui qui était d’une grande importance pour l’effort de guerre du royaume et parce que, de plus, le budget royal ne parvenait pas toujours à couvrir les dépenses engagées. Alonso de Ribera essaya d’emmener dans ses campagnes les encomenderos, desquels il obtint aussi d’importantes contributions26 ; et ses continuateurs, jusqu’à Laso de la Vega, essayèrent toujours d’obliger les vecinos feudataires à prêter leur concours pour la guerre, mais ces faits aboutirent à de bruyants scandales au temps de ce dernier gouverneur, jusqu’au moment où, dans une cédule du 30 mars 1635, le roi décrèta que c’était le gouverneur qui avait qualité pour déterminer s’il y avait besoin de recruter les vecinos en cas de péril27, renforçant par cette disposition l’autorité du gouverneur et le principe régaliste auquel on paraissait avoir renoncé dans les premières années du siècle. Cependant, malgré la réaffirmation de sa position par le décret royal, Laso de la Vega traita la question avec beaucoup de prudence, après l’émission de la cédule en question et les gouverneurs suivants optèrent pour la même politique. Les représentants du Roi ne pouvaient méconnaître que depuis la création de l’armée permanente, il n’y avait plus la même urgence à contraindre les encomenderos à partir pour la guerre, étant donné qu’ils pouvaient compter sur un contingent considérable, à solde et doué — ou du moins, il devait en être ainsi — de la nécessaire combativité et de discipline. Ce n’était donc pas le triste tableau du XVIe siècle, quand les encomenderos constituaient le principal soutien de la guerre et quoique, théoriquement, on réaffirmât le principe régalien de la Couronne, les conditions dominantes ne poussaient pas à l’obligation matérielle des exigences militaires et de plus, les encomenderos, comme classe aristocratique, avaient de plus en plus conscience de ce qu’ils valaient et de leur importance dans l’ensemble social existant dans le royaume [du Chili]. En résumé, la création de l’armée d’État signifia pour les encomenderos une libération très appréciable — même si elle n’était pas totale, elle n’était pas bien loin de l’être — des obligations militaires qu’ils devaient à la Couronne en échange de la possession de leurs Indiens.

  • 28 J.T. Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1731, p. 85-90.

38Un autre point sur lequel l’attitude de Ribera présentait de la nouveauté et une négation du passé, était son plan militaire de pacification du royaume. Selon Rosales, il réunit un conseil « et avança que l’objectif principal de cette guerre ... était de dominer le Bío-Bío et de fortifier ses rives pour imposer un frein à l’ennemi et comme une muraille qui séparerait ses territoires des nôtres ». (Rosales, II, p. 361.) Sa pensée, exprimée dans une lettre au Roi du 21 juillet 1604, était centrée surtout sur l’idée d’une occupation graduelle, de sorte que les agglomérations qui se créeraient au fur et à mesure se donnassent la main, soumettant toutes les régions, pour qu’il ne demeurât pas de pays rebelle sur les arrières et qu’on pût disposer d’une masse de gens efficace, prête à intervenir où il serait nécessaire »28.

39Cette façon de concevoir le plan de campagne était une véritable reconnaissance de la faiblesse à laquelle avait conduit l’extension excessive de la conquête espagnole. Il comprit qu’il était impossible de conserver un territoire aussi vaste entre des mains espagnoles tant qu’on ne disposerait pas de plus abondants moyens de guerre. Pratiquement, il livra aux indigènes toute la région située au-delà du Bío-Bío, effectuant ainsi un repli profond, et consolidant des positions sur un espace plus réduit ; d’ailleurs, la rébellion de 1598 avait obligé à le faire. Mais dans le cas de Ribera, l’important était sa vision de la réalité, ajuster les plans à ce que cette réalité permettait et abandonner des entreprises illusoires qui ne pouvaient qu’affaiblir encore l’armée espagnole et ses positions.

40Ce plan, consistant en une ligne frontière fortifiée et avançant peu à peu, était de sens complètement différent de l’entreprise antérieure, de style seigneurial, vaste et éparpillée, qui avait comme objectif de satisfaire les ambitions d’un groupe petit en nombre mais grand par ses aspirations dominatrices. Ce nouveau plan pourrait être qualifié par rapport aux réalités militaires en premier lieu et ensuite, en fonction de sa base étatique, dont les considérations visaient avant tout une sécurité générale, d’ordre stratégique, reléguant au dernier plan les intérêts privés et particularistes des encomenderos et des vecinos. L’expédition à la façon du XVIe siècle, pénétrante mais sans saturation de pouvoir militaire à cause de son individualisme, n’entrait pas dans les calculs de soldat de métier d’Alonso de Ribera. Ses plans coïncidaient avec la création de l’armée permanente et avec les changements que cela apportait aux façons de faire la guerre dans le royaume du Chili. Le nouveau gouverneur venait procurer la sécurité au royaume et non reconquérir les encomiendas du Sud, pour les encomenderos vaincus et dépouillés par la défaite.

  • 29 C. Errázuriz, Historia de Chile durante los gobiernos..., t. I, p. 38-39.
  • 30 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXI, p. 205-208.

41Après le départ d’Alonso de Ribera, en 1605, Alonso García Ramón prenait à nouveau en main le gouvernement du Chili, et sous son pouvoir l’armée allait finir de prendre administrativement sa forme définitive. En dépit de cette apparente continuité, qui découlait de la politique de guerre implantée directement par la monarchie, le plan de García Ramón pour mener à bien la guerre était opposé à celui de son prédécesseur. Il pensait diviser l’armée en deux camps, pour faire la guerre simultanément par la côte et par l’intérieur, en réunissant ces forces plus au Sud et réédifier les cités de Valdivia et Imperial, bien qu’il reconnût que l’expérience avait montré qu’il ne convenait pas qu’il y eût tant de cités, ni que les forces fussent divisées29. Dans son désir de repeupler le Sud, le gouverneur García Ramón en vint même à faire proclamer à Santiago, le 22 mai 1605, une mesure ordonnant aux encomenderos de Valdivia, Osorno, Imperial, Villarica, Angol, des États de Arauco et Tucapel, qui s’étaient installés à Santiago pour y vivre après la ruine de leur cité, de se préparer pour le 1er octobre de cette même année « à venir avec leur maison et leur famille, chacun dans sa cité, pour la peupler et l’habiter »30. Mais Ribera avait vu la réalité militaire d’un œil plus juste que García Ramón et le Sud resta dépeuplé, à part l’occupation et la fortification du port de Valdivia, vers le milieu du siècle, grâce à une expédition organisée au Pérou, à des fins différentes et avec des moyens spécifiques.

42Définissant García Ramón, Rosales écrivit avec beaucoup de pertinence que « si le secours ne vient pas d’en haut ainsi que l’art de la faire, il y a de la guerre pour beaucoup de gouverneurs » (Rosales, II, p. 357).

  • 5 N. du T. — « Maloca ». Voir chap. VII la définition de ce mot.

43Dans son essence, le plan de Ribera, de stabiliser une frontière sur le Bío-Bío, fut appliqué en pratique pendant longtemps. Bien que beaucoup de ses successeurs aient eu une appréciation différente de la réalité militaire, cette même réalité empêcha d’avancer la ligne de domination et le camp espagnol se vit circonscrit aux limites territoriales que le soulèvement de 1598 lui avait imposées. Les incursions profondes dans les régions araucanes ne vont pas à l’encontre de cette affirmation, car elles visaient d’autres fins, que ce fût de terroriser l’ennemi pour prévenir ses attaques de ce côté-là de la frontière, ou bien pour faire la chasse aux esclaves dans des malocas5 et de rapides incursions.

44Quoique beaucoup des vicissitudes de la guerre d’Araucanie méritent une explication à part, ainsi la période de la guerre défensive, cependant on peut affirmer d’une manière générale, que le XVIIe siècle débuta, dans le domaine militaire, par une transformation profonde des formes de guerre, qui pour l’essentiel se sont conservées à travers tout un siècle et qu’à partir de cette transformation, l’armée conserva définitivement son caractère étatique et permanent. Une ère nouvelle commençait dans le domaine militaire et cela devait amener aussi de profondes transformations à la société dans le cadre de laquelle cette armée allait opérer, d’une manière qualitativement différente de l’armée du siècle précédent et avec des objectifs différents.

Notes

1 Voir Barros Arana, Historia general..., t. III, p. 347.

2 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 181.

3 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 225.

4 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 225.

5 R. Trevor Davies, El Siglo de Oro Español, p. 226.

6 Gil Gonzalez Dávila, Historia de la vida … de don Felipe Tercero, p. 69.

7 D. Barros Arana, Historia general ..., t. III, p. 347. Dans le chapitre xviii et dans les suivants de son ouvrage, Barros Arana consacre de minutieuses citations à donner tous les détails de l’organisation de la nouvelle armée d’État au Chili ; nous y renvoyons ceux qui peuvent désirer connaître tous ces détails, qui ne pourraient trouver leur place dans un travail de la nature de celui-ci. Voir aussi Crescente Errázuriz, Seis años de la historia de Chile, t. II, chapitres viii et xxxvi. Utile également le livre de Roberto Oñat et Carlos Roa, Régimen legal del ejército en el reino de Chile, p. 65-97, avec de larges informations sur le sujet.

8 J.T. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 1635, p. 176-198.

9 C. Gay, Documentos, t. II, p. 144-159.

10 J.T. Medina Manuscritos, t. CII, doc. 1635, p. 176-198.

11 J.T. Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1728, p. 59-61.

12 Voir une partie de son texte dans C. Errazuriz, Seis años.... t. II, p. 450-452.

13 D. Barros Arana, Historia general …, t. III, p. 418, n. 34.

14 Voir, en particulier, l’ouvrage de F. Lot, déjà mentionné, L’art militaire …, t. II, p. 412 et suiv., et aussi Georges Castellan, Histoire de l’armée, Presses universitaires de France, Paris, 1948, chapitre iii, « L’armée monarchique (XIIIe-XVIIIe siècles) », p. 49 et suiv.

15 Nous donnerons plus de détails sur les quints royaux des esclaves indigènes dans le chapitre « L’esclavage comme institution », de la deuxième partie de Guerre et société ... que nous préparons. (N. de l’auteur.)

16 Ludwig Pfandl, Carlos II, p. 33, Madrid, 1947.

17 Jerónimo de Quíroga, Compendio histórico p. 137.

18 C. Errazuriz, Seis años..., t. II, p. 435.

19 R. Oñat et C. Roa, Régimen legal del éjercito en el reino de Chile, p. 71.

20 D. Barros Arana, Historia General …, t. III, p. 387.

21 COLHCH, Actas de Cabilda, t. XXI, p. 32.

22 D. Barros Arana, Historia General ... t. III, p. 415.

23 J. Borde et M. Góngora, Evolución de la propiedad rural en el valle del Puangue, t. I, p. 44.

24 D. Barros Arana, Historia General ..., t. III, p. 415-416.

25 J.T. Medina, Manuscritos, t. CCLXXXVIII, doc. 8452, p. 186-186.

26 Diego De Rosales, Historia General ..., t. II, p. 403, et C. Errázuriz, Seis años..., t. II, p. 318.

27 R. Oñat et C. Roa, Régimen legal del ejército en el reino de Chile, p. 91-97, où est présenté un résumé du problème depuis le dernier gouvernement de García Ramón, jusqu’au milieu du siècle.

28 J.T. Medina, Manuscritos, t. CVII, doc. 1731, p. 85-90.

29 C. Errázuriz, Historia de Chile durante los gobiernos..., t. I, p. 38-39.

30 COLHCH, Actas de Cabildo, t. XXI, p. 205-208.

Notes de fin

1 N. du T. — En espagnol « real situado ».

2 N. du T. — Le mot espagnol est « tercios ». On sait que cette unité, équivalente à un régiment et constituant une unité tactique complète, a fait la gloire de l’armée espagnole jusqu’à Rocroi.

3 N. du T. — En espagnol « capitanía ». Cette unité territoriale — ici le Chili entier — correspond assez bien en général à notre notion de « région militaire ».

4 Vecinos y moradores. Voir glossaire initial.

5 N. du T. — « Maloca ». Voir chap. VII la définition de ce mot.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search