Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre V. L’échec du système de la guerre privée et la crise de la fin du XVIe siècle

Texte intégral

  • 1 N. du T. — Le maravedí symbolise traditionnellement une très faible valeur, comme en français : « u (...)

Au Chili le roi « n’a pas un maravedi1 de bénéfice, inais il a une infinité de dépenses ». (Santiago de Tesillo, Guerra de Chile, p. 65.)

L’apport de l’État octroyé au Chili avant 1600

1Bien que la conquête des Indes fût réalisée grâce à la contribution pécuniaire privée des sujets des souverains d’Espagne, elle signifia une inclusion directe de ces nouveaux pays dans le domaine de la Couronne, dont l’intérêt — à ce point de vue — était parallèle à celui de ses vassaux conquérants.

  • 1 La question de la possibilité d’abandonner les Indes fut envisagée par la monarchie espagnole. On p (...)
  • 2 Lettre du licenciado Castro, du 20-11-1564. CDICH, deuxième série, t. I, p. 24-26.

2Dans le cas du Chili et à travers le XVIe siècle, il y eut de très nombreuses raisons de le secourir avec des fonds d’État, afin de pouvoir maintenir le rythme de la guerre. Il y eut le devoir tutélaire de l’État, il y eut des raisons d’ordre théologique et religieux, dans la mesure où l’on ne pouvait abandonner, ces. Indiens qui s’étaient déjà convertis au christianisme1. De la même façon, il y eut aussi des raisons de maintien de l’ordre et de la stabilité dans d’autres régions déjà soumises, comme le Pérou. Les différentes explications qui s’affrontaient là-bas, dès les années 1564, pour promouvoir l’aide au Chili, sont significatives. Le licenciado Castro énumérait dans une lettre plusieurs arguments, qui ont de l’intérêt du point de vue de la manière de raisonner dans la vice-royauté [du Pérou]. Les bons effets qui résulteraient pour le Pérou de porter secours à la Capitainerie [du Chili] étaient divers : « un d’entre eux est de pacifier ce pays là, un autre de se défaire de beaucoup de gens inutiles qu’il y a dans celui-ci, un autre est d’éviter que les gens du Chili viennent chez nous, car si on ne leur porte pas secours, ils viendront tous ici, et d’éviter que s’enhardissent les Indiens de notre pays »2.

  • 2 N. du T. — Si l’on observe, sur une carte, l’orientation de l’isthme de Panama, on comprendra aisém (...)
  • 3 GMCM, t. LXXX.
  • 4 P. Sarmiento de Gamboa, Viajes al estrecho de Magallanes, t. II, p. 281.
  • 5 P. Sarmiento de Gamboa, Viajes al estrecho de Magallanes, t. II, p. 284.
  • 6 GMCM, t. LXXX.

3Il y eut de plus, un autre facteur de première importance : la valeur stratégique du détroit de Magellan, clé et porte maritime d’accès par le Sud. A la Cour d’Espagne, on comprit par les incursions des pirates et des corsaires, en quel péril se trouvaient les riches possessions d’Amérique — le Pérou spécialement — si l’on négligeait le Détroit et les territoires limitrophes, les provinces du Chili, dont l’abandon pouvait servir de véritable tremplin pour une aventure capable de placer les colonies de l’Amérique méridionale tournées vers la Mer du Sud2, dans une situation angoissante. Même avant de posséder une nette connaissance géographique des régions du Détroit, on pensait déjà à la manière de pouvoir l’interdire aux incursions des ennemis et cela aussi, même avant que de telles incursions se fussent produites. Une lettre du docteur Hernán Pérez à Sa Majesté, datée du 21 septembre 1549, à Séville, est symptomatique. Il dit dans cette lettre : « Des hommes de mer se sont ouverts à moi ici de leur désir de tenter le franchissement du détroit de Magellan, si on leur en donne licence, et même ils insinuent qu’ils désirent longer la côte sud, soupçonnant que ce doit être une île, comme l’est la Sicile à la pointe de l’Italie et il ne serait pas surprenant qu’il en fût ainsi et qu’il y eût une vaste mer au-delà, par où aller au Pérou et cependant je souhaite que le Détroit soit navigable, parce que s’il l’est, on pourrait à certains endroits le verrouiller, car ils me disent qu’il y a certains passages si étroits que du bateau, les deux rives sont à un jet de pierre »3. Dans une lettre du Conseil-royal des Indes à Philippe II, sur l’envoi d’un gouverneur au Chili et d’une flotte au détroit de Magellan, datée du 3 septembre 1580, à Madrid, les idées sont beaucoup plus claires, car il y est dit, à propos du voyage de Drake et des communications de l’ambassadeur d’Espagne à Londres, Mendoza, « ce qui est clair dans tout cela c’est qu’en Angleterre et en France, on a et on constitue et on constituera des flottes pour passer aux Indes, et en particulier par le Détroit du Chili et à tout le reste de ces côtes qu’on peut facilement longer de là, et on aurait pu avoir constitué ou constituer une force dans le Détroit lui-même, où ils auraient pu se fortifier et défendre ce passage, et ils pourraient sans peine s’emparer de tout le territoire chilien, où il est clair qu’ils ont les yeux braqués, parce que ce pays est en guerre avec les naturels et manque d’hommes et de tête pour gouverner, et en essayant (comme cela a été fait) d’avoir leurs intelligences chez les naturels eux-mêmes, ils se joindront à eux contre les Espagnols, et on pourrait soupçonner les Espagnols eux-mêmes de vouloir se joindre à eux en grand nombre, parce qu’ils mènent une vie relâchée et vicieuse et non sujette aux lois divines, et c’est ce que veulent et cherchent les gens perdus et sensuels, d’où cet incendie qui s’est allumé par là et pourrait gagner tous ces états, et de là naîtraient les grands maux qui sont bien faciles à prévoir ». Elle ajoutait plus loin : « il semble qu’il soit nécessaire de disposer d’une personne de qualité et de toute confiance dans l’affaire du Chili, et qu’elle emmène le plus d’hommes possible, et qu’elle s’y rende avec toute la rapidité possible »4. Dans une réponse du Conseil Royal des Indes à Philippe II, motivée par une consultation au sujet de la flotte pour le détroit de Magellan et datée du 1er mars 1581, à Madrid, on insiste sur le fait que « le Chili a besoin d’être rapidement secouru, parce qu’il est gravement en péril, et si les ennemis étaient passés là-bas c’est un très grand mal qu’aurait causé cette dilation »5. Un intérêt tout semblable à celui des documents récemment cités est offert par une « Déclaration des neuf Anglais, prisonniers au Chili, relative à leur voyage et à leur passage par le détroit de Magellan », interrogés en présence d’Alonso de Sotomayor, en 1587 ; dans les questions on note la même pré occupation d’ordre stratégique et l’impression de danger qu’éprouvaient les fonctionnaires espagnols devant l’insécurité du Détroit »6.

  • 7 Lettre au roi de don Francisco de Toledo, du 27-11-1579, GMCM, t. LXXXVII, p. 1.

4Le vice-roi Toledo répète ces mêmes idées dans une lettre adressée au Roi en 1579, estimant que « la principale remarque qui semble devoir être faite d’ici, concernait le royaume de Chili, où à mon avis n’importe quelle flotte qui franchirait le Détroit viendrait se refaire, car il est évident qu’on ne peut pas trouver un pays plus riche et plus abondant pour se nourrir »7.

5C’est ainsi que commencèrent, pour divers motifs, d’abord avec lenteur et parcimonie, les sacrifices pécuniaires de la monarchie, pour maintenir sa domination dans l’instable royaume du Chili ; nous avons déjà donné quelques renseignements à ce sujet. Le Roi ne pouvait ignorer la réalité, et le remède fut toujours appliqué avec économie, jusqu’à ce qu’il vienne un moment où la responsabilité apparut très brutalement, sous les traits d’une catastrophe. C’est alors, et seulement au bord de l’abîme, que fut créée une armée d’État, entièrement payée avec des fonds publics et selon l’usage imposé depuis longtemps en Europe. C’est ce processus qu’il est intéressant de décrire, car sa signification est profonde et d’une extrême importance dans l’avènement de la société créole.

6Les exigences de la guerre du Chili étaient variées, et comprenaient : les armements nécessaires aux combattants, qui ne se fabriquaient pas dans le pays ; des contingents d’hommes pour combler les pertes continuelles, dues à la mort ou à la défection, et, finalement de l’argent, pour faire face aux dépenses variées qu’impose une guerre. De telles dépenses excédaient les possibilités de la société des encomenderos, qui, de plus, n’avaient d’autre désir que d’échapper aux expéditions de guerre. Les fonds ou rentes de la Couronne, disponibles au Chili à cet effet, étaient bien diminués, et, comme on l’a déjà vu, elles allèrent en diminuant à mesure que l’économie minière des premiers temps de la conquête tomba en décadence.

  • 3 N. du T. — Le quint ; cf. N. du T., p. 36.

7La diminution de la productivité des quints3 royaux sur les métaux précieux, or et argent, réduisait donc les disponibilités du gouverneur, susceptibles d’être employées pour la guerre. Il est indubitable que, comme facteur économique interne de la société créole, cet aspect est d’une grande importance pour expliquer bien des événements qui constituent la trame de cette époque.

8Les armements et autres fournitures destinées à ravitailler l’armée du royaume accompagnaient en général les contingents qu’on envoyait de divers endroits, particulièrement du Pérou, bien que, en de nombreuses occasions, ceux-ci vinssent d’Espagne, du Mexique ou de Panama. Sur les armes et munitions envoyées au Chili, on trouve des chiffres, d’ordinaire, dans les états de dépenses du trésor royal de la Vice-Royauté [du Pérou], mais reconstituer minutieusement, en détail, chaque particularité de ces secours, est une entreprise très probablement impossible, ou pour le moins, difficile. Ce qu’il importe d’établir, c’est leur abondance, et leur proportions approximatives. Mais, établir le montant exact des dépenses, sans disposer de toutes les archives de la trésorerie de Lima, ne peut aboutir à un résultat satisfaisant, et les chiffres relevés plus loin équivaudront pour cela, à un minimum, susceptible d’être augmenté si on réunit une information plus vaste. De la collection « Trésorerie Principale », des Archives nationales du Chili, on ne peut espérer beaucoup, car les documents du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe sont peu nombreux.

  • 8 Cédule royale sur l’envoi d’artillerie au Chili, 12-6-1581. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 15 (...)

9Ce qui est clair, c’est qu’à partir de la cédule du 2 janvier 1572, autorisant le secours au Chili, la monarchie dut augmenter ses préoccupations en faveur des Espagnols qui participaient à la guerre d’Araucanie. La preuve en est une cédule en date du 12 juin 1581, dans laquelle le Roi dit, qu’ayant été informé qu’il y avait aux Philippines « beaucoup d’artillerie et de bonnes conditions pour fondre des canons », on envoya l’ordre là-bas d’embarquer des canons pour le Pérou et que soient envoyés de là au Chili, ceux qui seraient nécessaires8. On n’a pas trouvé d’information relative à l’arrivée dans un port du royaume de si lointains canons.

  • 9 Cédule royale, du 19-3-1581, à Alonso de Sotomayor, lui donnant la faculté de dépenser du Trésor ro (...)

10Au cours de l’année 1583, le gouverneur Alonso de Sotomayor eut besoin de préparer « les vêtements, les armes et les primes d’engagement des soldats, et pour cela il passa plusieurs accords avec les officiers du Trésor royal, au terme desquels il fut décidé qu’on tirerait des caisses royales, quatre vingt mille pesos à cet effet, et ainsi on fit face à tous les besoins, et faisant une levée en masse de tous les habitants et de toutes les personnes capables de porter les armes, il partit en campagne à la recherche de l’ennemi ». (Rosales, II, p. 219). De telles dépenses pouvaient avoir lieu en vertu d’une cédule royale, de 1581, par laquelle on avait donné « licence et faculté à ce gouverneur pour qu’il puisse, avec modération et après consultation de nos officiers... dépenser de notre trésor... ce qui serait absolument nécessaire à cet effet ». Aux officiers royaux on ordonnait de payer sur la base « des ordres de payement qui leur seraient adressés par ce gouverneur »9.

11Cet argent prélevé dans les caisses royales provenait très probablement des quints royaux de l’or qu’on extrayait des lavoirs. Un peu plus tard, les caisses du royaume étaient constamment vides et les richesses du Pérou étaient la source où s’alimentait la guerre du Chili.

12Aux soldats qu’on envoyait combattre en Araucanie, d’autres régions de l’Amérique, on ne payait pas en général une solde fixe, mais une prime initiale dont le montant variait avec le grade. A ce qu’il semble, s’il y avait de l’argent disponible, il était d’usage qu’ils reçoivent plus tard de nouvelles primes, et ce à quoi ils pouvaient aspirer c’était aux récompenses à l’ancienne manière des premiers temps de la conquête bien que cette sorte de récompenses ne fût pas abondante dans les « Flandres des Indes » devenues maigres. Les gouverneurs étaient toujours à demander qu’on donnât tous les ans des prix à quelques soldats méritants du Chili. Il vaut la peine de faire ressortir aussi qu’« on rattachait à ce manque d’avantages, le peu d’efficacité des soldats dans cette guerre inutile et débilitante et au fait qu’ils la faisaient contre.de pauvres Indiens infortunés qu’on ne pouvait pas espérer piller, car ni sur leur personne ni dans leurs maisons ils n’avaient d’objets précieux dignes d’intérêt » (Rosales, II, p. 203).

  • 10 Mesure du comte de Villar pour la paye qu’on doit faire aux soldats... pour le Chili, à Potosí, le (...)

13Une mesure expédiée en 1587 par le comte de Villar, vice-roi du Pérou, donne le montant de l’aide fournie aux officiers et soldats envoyés au Chili. Elle détaille de la façon suivante ce qu’on devait donner comme prime à chacun : aux capitaines, mille pesos d’argent essayé et estampillé ; aux lieutenants, 300, aux sergents, 250, et aux soldats, 200. Avec ces derniers, on devait prendre la précaution de ne leur verser que la moitié de l’argent au comptant et l’autre moitié dans le port d’Arica à l’embarquement10.

14Alonso García Ramón fut envoyé au Pérou en 1591 pour chercher des renforts, et autorisé par le vice-roi « il fit une levée de deux cent cinquante soldats payés pour deux ans ». « Le vice-roi envoya aussi avec lui beaucoup de vêtements et d’argent pour secourir l’armée » (Rosales, II, p. 258) quoique, de l’avis d’un autre chroniqueur, l’argent fut seulement « quelques subventions pour en finir avec une guerre aussi importune ». (Mariño de Lovera, p. 435.)

  • 11 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCIV, doc. 1418, p. 79-83. Également dans VMCM, vol. CCLXXII, p. 95-99

15Des « Résolutions de l’Audience de Lima sur l’aide au royaume de Chili », prises le 30 juin 1591, on peut extraire quelques données intéressantes. On décida de lever 300 hommes et « qu’on donne en prime à chaque soldat cent cinquante pesos courants et qu’on accorde quelques avantages aux vétérans ». Pour ceux qui sont en service actif « actuellement et qui servent dans cette guerre, qu’on leur envoie à chacun, en prime, une tenue ordinaire ». Ce « qu’il serait nécessaire d’acheter pour cette prime doit être couvert et payé par le budget de la guerre et de la sécurité du royaume, et à défaut, par le trésor royal qui sera remboursé quand les crédits susdits seront disponibles ». On autorisait aussi le vice-roi à envoyer « pour cette guerre, les armes, la poudre et les munitions que sa seigneurie jugerait opportunes »11. Il ressort du texte que dans les états du trésor royal du Pérou, on avait déjà créé une rubrique spéciale, bien distincte, pour l’aide militaire apportée au Chili.

16Pour une partie de la dernière décade du XVIe siècle il a été possible de réunir quelques informations, assez détaillées, relatives au coût de l’aide envoyée du Pérou, par le trésor royal. En laissant de côté quelques détails infimes, les versements compris entre 1589 et 1594, sont exprimés dans le « Sommaire général des pesos qui, dans les cinq dernières années mentionnées plus haut, ont été envoyés sur ordre de Son Excellence, comme aide pour la guerre du Chili ».

  • 12 Sommes utilisées pour secourir le Chili, 1589 à 1594. Medina, Manuscritos, t. XCIV, doc. 1420, p. 9 (...)

« Les 64.762 pesos 7205 « essayés » des articles ci-dessus rapportés, qui, sur ordre de Son Excellence, ont été emportés au Chili, à titre d’aide, ramenés à 42 (intérêt payé) et les réaux, évalués en ducats de onze réaux, représentent

75.243

ducats

« Les 1.393.217 réaux envoyés de la façon indiquée ci-dessus représentent 126.656 ducats de 11 réaux

126.656

201.899

ducats »12

  • 13 Lettre de Martín García de Loyola, au Roi, sur des questions budgétaires, 12-1-1598. Medina, Manusc (...)

17En six ans on avait dépensé plus de deux cents mille ducats du trésor royal de la Vice-Royauté, ce qui, en moyenne, n’atteignait pas trente mille par an. Dans les trois années suivantes, de 1595 à 1597, d’après l’estimation du gouverneur, on avait dépensé « en dépenses extérieures, au titre du Chili, plus de 150 mille pesos courants », qu’on avait investis pour recruter des soldats au Pérou, en vêtements et en matériels13. Ce qui caractérise ces années c’est l’irrégularité du montant, qui offrait de fortes oscillations d’une année à l’autre, ce qui démontre sa nature occasionnelle. Ce fait ajoutait un facteur d’instabilité à la guerre d’Araucanie, car l’importance de l’aide extérieure dépendait, dans une large mesure, de l’attitude du vice-roi et de ses conseillers.

  • 4 N. du T. — Vecinos y moradores. Voir glossaire initial.
  • 5 N. du T. — Pour le sens de ce mot, se référer à la « Maison de Contratation » de Séville, grande co (...)
  • 14 Attestation du secours qui fut envoyé de Lima au royaume du Chili, 2-1-1595. Medina, Manuscritos, t (...)
  • 15 Arrêté du vice-roi du Pérou pour lever des hommes pour le Chili, 7-6-1597. Medina, Manuscritos, t.  (...)

18En établissant, dans l’énoncé de la « Résolution pour l’aide au Chili », le 28 janvier 1594, les raisons qui la justifiaient, on dit qu’« il ne convient pas de faire la guerre comme on l’a fait jusqu’à présent, c’est-à-dire en volant et en achevant les Indiens loyaux, et jetant le trouble dans les exploitations des Espagnols et en les leur prenant, ce que Sa Seigneurie tient pour un grand péché et une mauvaise façon de servir notre Seigneur et Sa Majesté ». Cette préoccupation pour le bien public, coïncidait avec les pétitions réitérées des habitants pour qu’on les exemptât des servitudes de toute sorte que leur imposaient leurs obligations militaires. Par la même Résolution, interdiction était faite au gouverneur d’envoyer à la guerre les vecinos et les résidents4, ainsi que de leur imposer des réquisitions « il devait seulement les obliger à ce que chaque cité du voisinage envoie la quantité de vivres, prélevée sur les produits de leurs fermes, qui serait jugée nécessaire compte tenu du nombre d’hommes qui seraient stationnés dans leurs positions, et que Sa Seigneurie le leur ordonne et écrive en ces termes ». On envisageait aussi pour « les gentilshommes, lanciers et arquebusiers, qui sont là-bas pour servir Sa Majesté qu’on leur envoie sur le compte de la dette de ces compagnies le montant de six mois de solde à chacun ». Dans le témoignage de ce secours, l’aide envoyée était fixée à 56.400 pesos courants, valant 9 réaux pièce, « qui furent tirés de la Caisse royale, sous forme de cinq cent sept mille six cents réaux, comme il appert des états qui sont couchés sur les livres de cette Contratation »514. Dans le document cité antérieurement, il apparaît que la somme payée aux soldats, lanciers et arquebusiers, fut de 60.000 réaux, c’est-à-dire, 6.666 pesos 6 réaux, et si c’était la paye de six mois, comme on vient de le copier, elle était bien maigre. En juin 1597, on donna aux membres d’un contingent de 200 soldats, 150 pesos d’argent courant, « pour un an à chacun, en leur donnant l’assurance que ceux qui voudraient revenir au bout de ce délai pourraient le faire sans qu’on pût leur faire aucune difficulté »15. Le même arrêté stipulait que le soldat qui se présenterait avec cote et arquebuse, recevrait 200 pesos d’argent courant et celui qui n’apporterait pas ces équipements, 150 seulement. Il est intéressant de remarquer qu’à ce niveau du siècle encore, les effets personnels avaient de la valeur.

19Les secours envoyés au Chili de l’extérieur étaient dépourvus, comme on vient de le voir, d'un rythme et d'un montant constants. Ils étaient sporadiques et ils étaient versés dans la mesure où l’urgence des événements les rendait indispensables. Ils n’obéissaient absolument pas à un plan déterminé et précis de mettre un terme à la guerre selon certains principes et dans un laps de temps déterminé. On improvisait en face de l’événement et toujours en retard sur les circonstances. C’étaient comme les gouttes d’huile qu’on met dans la lampe pour empêcher de s’éteindre une flamme faible et moribonde.

La conscience de l’échec : les demandes de budget royal

« ... de nos contrées nous chassons les Espagnols. »
(Francisco Núñez de Pineda.)

20Il a déjà été fait mention de diverses mesures prises par la couronne pour éviter que les Espagnols demeurant au Chili succombassent sous la poussée des indigènes. Mais toute l’aide apportée avait un caractère occasionnel, sporadique et elle était fondée sur l’espoir que la pacification définitive ne tarderait pas à venir. De cette façon, c’étaient des sacrifices pécuniaires temporaires que s’imposait la monarchie, et dont le montant était toujours très modeste comparé aux besoins réels du royaume.

21La décision royale d’accepter que son trésor péruvien soit grevé de certaines dépenses en faveur de l’armée espagnole au Chili, amena beaucoup de personnes qui connaissaient la réalité chilienne à se convaincre peu à peu, que seule la budgétisation, au Pérou, des soldes des soldats qui combattaient en Araucanie permettrait de poursuivre la guerre. Mais en général, selon ce critère, la mesure était nécessaire temporairement pour quelques années, au bout desquelles, avec cette armée efficace on obtiendrait ce qu’avaient rêvé tous les gouverneurs et qu’ils avaient tous promis : la soumission complète des naturels. L’analyse des efforts de la société chilienne pour obtenir du monarque le transfert définitif de la responsabilité de la guerre est très suggestive. Ce désir était le fait non seulement des encomenderos, des vecinos et des habitants en général mais aussi des autorités espagnoles, y compris gouverneur et autres fonctionnaires, qui constataient l’impossibilité absolue de continuer à lutter avec des moyens aussi limités, face à un ennemi qui au lieu de s’affaiblir, comme c’était le cas du côté européen, avait augmenté sa capacité offensive.

22S’il serait trop long d’étudier une à une, en détail, les demandes faites au roi ou à ses représentants, dans le sens de l’obtention de moyens plus importants, et tendant à l’organisation d’une force d’inspiration purement étatique, on peut, cependant, faire ressortir, que ce fut pendant le gouvernement d’Oñez de Loyola, et assez longtemps avant le désastre de Curalaba, que cette nécessité se fit déjà impérieusement sentir. Les Espagnols avaient parfaitement conscience de l’instabilité qui les menaçait. L’armée traversait une période de décomposition complète, les désertions des soldats étaient fréquentes, la moralité n’existait pratiquement pas, on avait faim, on était nu, il n’y avait presque pas d’armes, la guerre paraissait interminable. La récompense des sacrifices paraissait n’exister qu’au Ciel. Ce n’étaient plus les temps lointains de la conquête avec sa dynamique propre. Cette armée de « résistance » n’avait pas la force morale nécessaire, et, matériellement, elle était en décrépitude.

  • 16 CDICH, deuxième série, t. I, p. 222-225.

23La nécessité de recevoir une aide extérieure est déjà patente dans une lettre de Lorenzo Bernai, écrite en 1569, où il soutenait que « pour que les gens qui sont dans ce royaume soient aidés et secourus de façon qu’ils puissent servir Votre Majesté, il faut que le gouverneur du Pérou ait soin d’envoyer deux années consécutives vingt mille pesos de vêtements, car même si l’on veut faire appel à ce royaume-ci, ce n’est pas possible »16.

  • 17 CDICH, deuxième série, t. II, p. 108-109.

24Plus péremptoire est une autre demande de secours faite cinq ans plus tard par les officiers royaux de Santiago, dans laquelle ils suppliaient le monarque « de faire prendre des dispositions et puisque vous tendez à des royaumes et à des princes étrangers, votre main royale et apportez votre aide pour leur salut et leur conservation, ce royaume-ci qui fait partie de votre couronne royale et qui peut permettre de gagner d’autres royaumes limitrophes, ne permettez pas qu’il se perde »17.

25Ce ton angoissé des demandes allait continuer pendant un quart de siècle, jusqu’au moment où la mort du gouverneur Loyola vint démontrer l’urgence de prendre des décisions d’ordre drastique.

  • 6 N. du T. — Dans l’armée espagnole des Indes Occidentales, le « sargento mayor de provincial » était (...)
  • 18 Enquête de Miguel de Olaverría. 1594. C. Gay, Documentos, t. II, p. 38.
  • 19 Démarches faites à l’Audience de Los Reyes par Miguel de Olaverría, 1594. Medina, Manuscritos, t. X (...)

26En 1594, se trouvait à Lima le général commandant en chef pour le Chili6, Miguel de Olaverría, demandant devant le vice-roi et devant l’Audience, des moyens pour la guerre. Les efforts faits par lui, mettaient bien en évidence le véritable état des nécessités auxquelles il fallait faire face. La position des Espagnols en face des indigènes était très incommode et ne pouvait plus attendre. Dans son « Enquête », tant utilisée par les historiens, il déclare que « on peut voir clairement que c’est une erreur de penser les réduire sur le champ avec si peu d’hommes et des forces aussi limitées que celles qu’il y a au Chili et qu’on peut y envoyer, et encore moins avec de nombreuses forces, car ce royaume est si épuisé et vidé de sa substance, si abattu et si affaibli qu’il ne peut d’aucune sorte réchauffer la guerre18. Pour ces raisons, il soutenait « la nécessité impérative que Votre Altesse fasse envoyer, pendant ce mois de janvier-ci, avec moi, les cinq cents soldats en question, armés et dotés de primes, comme on a dit, et surtout, pour l’avenir, soixante mille pesos d’argent chaque année ou une solde de douze pesos essayés par mois, pour six cent soldats ». Il disait plus loin : « pourvu que Votre. Altesse veuille bien envoyer en cette occasion les soixante mille pesos d’argent considérés et chaque année à venir quarante mille autres jusqu’à ce que vienne l’ordre de secourir ce pays comme il convient, le gouverneur pourra se maintenir jusqu’à ce moment-là et conserver les frontières »19.

27L’idée était bien définie, désormais, d’un secours permanent et aussi l’idée que l’ordre devrait venir de la Cour, de le faire « comme il convient », c’est-à-dire, plus largement, sans quoi on ne pouvait rien faire de plus que « conserver les frontières ».

  • 20 Fragments de lettre de don Luis de Velasco à Sa Majesté, du 22-1-1595. Medina, Manuscritos, t. CCXX (...)

28Le vice-roi Velasco, partageait cette manière de voir, mais il préférait en référer au monarque, sans l’avis favorable de qui, on ne pouvait pas prendre une décision. Il l’exprimait dans une lettre de janvier 1595 : « Le gouverneur et d’autres personnes de là-bas m’ont écrit qu’ils souffrent d’une grande nécessité et d’une grande pauvreté, parce qu’il n’y a pas de moyens de subsistance dans le pays tant qu’il n’est pas pacifié et à part le premier secours qu’on donne ici aux hommes qui vont servir et d’autres, en vêtements, de temps à autre, ils n’ont pas d’autre solde. Ils prétendent que Votre Majesté leur fasse la grâce d’en inscrire quelques-uns au budget pour leur subsistance ». « Il semble qu’on doive leur donner quelque chose, c’est justice... et il en résulterait les meilleurs effets, car en inscrivant une somme modérée pour deux ou trois ans ce serait utile et de plus commode pour les vecinos qui contribueraient de bon cœur à la guerre »20. La sagesse du vice-roi lui faisait limiter à deux ou trois ans le conseil de la dépense.

  • 21 Lettre de Domingo de Erazo au nom de Martin Garcia de Loyola sur les affaires du gouvernement et de (...)

29Le gouverneur Oñez de Loyola envoya à Madrid, en qualité de procurateur, Domingo de Erazo, qu’on verra figurer à plusieurs reprises en de telles fonctions et refléter, comme un miroir, les sentiments du royaume. En deux ans, 1596 et 1597, il adressa onze lettres pour demander du secours en faveur du Chili, faisant même allusion à trois mutineries provoquées par le manque de ressources chez les soldats d’Alonso de Sotomayor, et il démontrait ainsi la gravité du problème et l’urgence d’une prompte solution. Même si l’on obtenait la pacification, il estimait qu’il « y aura besoin de crédits budgétaires inscrits sur les caisses du Potosí ou de Lima pour la garnison qu’il faudrait entretenir dans ce royaume »21.

  • 22 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1516, 1518, 1519 et 1520.

30Dans plusieurs lettres et documents de 1598 il apparaît que le gouverneur Loyola ne se contentait pas de l’activité déployée par Erazo, son envoyé à la Cour. Il demandait, à plusieurs reprises, des soldes fixes pour les soldats, tantôt 80 pesos par an, plus tard 300 et pour les capitaines, 450. Il suggérait aussi que les sommes fixes fussent versées pour neuf ans22.

31Dans un des documents cités, le gouverneur exprimait sa conviction que « si ce n’est avec des gens payés et si l’on n’envoie d’ici les hommes réclamés, cette guerre sera interminable ». Bien qu’il ne pensât pas que sa mort allait déchaîner la plus formidable des insurrections, Oñez de Loyola semblait pressentir l’extrême instabilité de la domination espagnole.

  • 23 Lettre du Chapitre de Santiago à Sa Majesté, 30-4-1599. Medina, Manuscritos, t. CIV, doc. 1675, p.  (...)
  • 24 Lettre de frère Domingo de Villegas, 23-10-1599. Medina, Manuscritos, t. C, doc. 1594, p. 167. 182.
  • 25 Lettre de Domingo de Erazo, 1600. Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1617, p. 345-392.

32Après décembre 1598, quand la tête du gouverneur volait au bout d’une pique pour inciter à la rébellion générale, les efforts des cités du Chili pour obtenir une aide royale plus importante prirent un caractère urgent et pressant. Dans une lettre du Chapitre de Santiago, on disait que « si le secours vient rapidement du Pérou, et abondant, nous pourrons conserver le royaume quelque temps, car pour ce qui est de le conquérir et de terminer la guerre, il faut que Votre Majesté lui envoie de ces royaumes mille hommes de renfort et avec une paye suffisante pour se nourrir23 » Frère Domingo de Villegas fut envoyé à Lima comme procurateur des cités du Chili, et il demandait aussi là-bas qu’on affectât leur paye aux soldats, « par mois ou par trimestres »24. Domingo de Erazo continuait à demander la même chose à la Cour, opinant qu’« on pourrait la fixer pour quatre ans et au-delà, avec le temps, la réduire ou la supprimer »25.

  • 26 J. T. Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1607 A, p. 147-173.

33Bernardo de Vargas Machuca, aspirant au gouvernement du Chili, était partisan que en plus de la fixation d’une solde d’origine royale aux soldats, on ordonnât en même temps par une cédule que les Indiens loyaux encomendados qui seraient disponibles fussent livrés dorénavant à ce même titre, aux soldats, comme la meilleure façon de payer leurs épreuves26.

  • 27 Errazuriz, Seis años de la historia de Chile, t. I, chap. XXXIII, p. 391-402.
  • 28 J.T. Medina, Manuscritos, t. CIV, doc. 1683, p. 168-185.

34Les vecinos du Chili ne se contentèrent pas des démarches du procurateur qu’ils avaient envoyé à Lima. Pour renforcer leurs demandes ils donnèrent mandat au provincial de l’ordre de Saint-Augustin, frère Juan de Vascones, qui partit pour la Cour, et y déploya un zèle et une diligence tels que l’espéraient ceux qui l’avaient envoyé. Errázuriz a traité avec ampleur de la commission donnée au provincial de Saint-Augustin, dans un chapitre spécial d’une de ses œuvres27. Avec un véritable don du raccourci schématique, Vascones intitulait son exposé devant le roi : « Mémoire de ce que demande le Chili pour sa restauration et son salut »28.

35Si la moitié du royaume avait été rasé, on pouvait bien en propres termes parler de restauration et les deux mille hommes à la solde du roi, que demandait Vascones devaient être le principal instrument de la restauration.

  • 29 Voir chapitre IX.

36Toutes les autres mesures sollicitées par Vascones étaient complémentaires pour le salut du Chili, parmi elles, celle qui concerne l’esclavage des Indiens, que nous traitons à part29.

37Il est probable que Vascones et Erazo, grâce à leurs démarches comme procurateurs à la Cour, furent les artisans directs de la grande transformation de la politique de la couronne d’Espagne à l’égard du Chili, au début du XVIIe siècle. En ce sens, il est nécessaire d’accorder la plus grande importance à tous les arguments avancés par eux, ils représentaient la quintessence de la pensée des milieux dirigeants du royaume. La mise en œuvre de cette politique est particulièrement importante dans la mesure où elle vint modifier des traits profonds de structure, dans la mesure où elle vint innover ou consacrer des modalités différentes dans toute une série de domaines institutionnels, où elle vint légaliser des pratiques qui étaient estimées nécessaires au salut du Chili.

38Pour que la monarchie se décidât à effectuer ces modifications substantielles de sa politique au Chili il fallut qu’apparût un symptôme aussi évident de crise totale, que la mort d’un second gouverneur espagnol aux mains des Indiens rebelles. Cependant, la mort de Oñez de Loyola n’étant que la manifestation externe d’une crise profonde et complexe, n’étant que la démonstration d’une partie ou d’une face de cette crise, sa portée alarmante et les conséquences immédiates de l’insurrection indigène servirent d’avertissement angoissant. La mort de Loyola vint démontrer combien étaient justifiées les demandes qu’on faisait depuis des années, mit en relief des aspects d’une réalité dont la dangereuse et instable faiblesse n’avait pas été appréciée à ses justes proportions. Les circonstances mirent à nu l’imminence et la proximité de la catastrophe, l’urgence de restructurer sur des bases nouvelles et plus solides les formes de la domination espagnole, menacée de disparaître balayée par la puissance de la rébellion.

39Si en Espagne on craignit sérieusement la perte du Chili, il est aisé d’imaginer que le climat surgi sur le théâtre même des événements était imprégné de terreur et d’épouvante, de désespoir et de danger, de haine et de surprise, de douleur et de misère. Tout le monde bâti par les conquérants commençait à s’abîmer, démoli précisément par ces Indiens qui constituaient la couche inférieure, la base indispensable de la construction. Un ton profondément dramatique se dégage des chroniques et des documents qui se rapportent à ces dures années cruciales ; le sentiment religieux du châtiment pour les péchés n’y est pas étranger, comme le décrivit Rosales en se référant à la destruction des villes du sud : « Et les Pères, voyant leurs vices et leurs péchés, et les affronts et les mauvais traitements qu’ils faisaient subir aux Indiens, le prédisaient avec des larmes, leur disant, comme aux habitants de Ninive, que ces cités seraient détruites ; et plus tard les prisonniers le rapportaient, disant : les Pères nous le disaient bien » (Rosales, II, p. 278).

  • 30 A. de Ovalle, Histórica relación, t. II, p. 81.

40Les mots douloureux que Alonso de Ovalle consacre à la description de ces moments donnent une idée claire de l’effondrement que les Espagnols voyaient se produire sous leurs yeux. « Les Indiens s’habillaient des dépouilles des Espagnols, en signe de triomphe ; c’est ainsi qu’en une heure tout le pays fut mis à l’envers, les Espagnols habillés en Indiens et les Indiens en Espagnols ; ceux-ci, sujets et esclaves, obéissant aux Indiens comme à leurs seigneurs et les Indiens donnant des ordres comme maîtres et propriétaires ; chacun d’eux fit le plus possible de prisonniers, selon la bonne façon qui avait cours de les prendre, et emportant chacun les siens, ils se retirèrent dans leurs contrées, car ils ne firent aucun cas des villes, si ce n’est pour les incendier et les réduire en cendres, laissant ce qui resta debout au temps, pour qu’il achevât de le détruire et de le consumer, comme il l’a fait, et on n’y voit aujourd’hui rien d’autre que les ruines lamentables de ce qu’elles furent »30.

41La domination espagnole au sud du Bío-Bío, sur le continent, fut démantelée et rapidement cités et forts jurent des ruines, tantôt rasés par les Indiens, tantôt dépeuplés par leurs propres habitants, impuissants devant l’avalanche de la guerre. Toute la vie édifiée au cours de plus d’un demi-siècle s’effondrait, tout-à-coup détruite, les richesses perdues, les maisons, les terres et les troupeaux anéantis, les familles désagrégées pour une grande part, tantôt la vie perdue, parfois, et tantôt la liberté changée en une rude captivité. Perdu le présent et perdu l’avenir, la moitié du royaume était rayée du monde.

  • 31 F. Nuñez de Pineda, Cautiverio feliz, p. 198.
  • 7 N. du T. — Voir fig. 2, p. 44.

42La crise qui avait longtemps couvé dans la structure même du système de conquête et de domination, se déchaînait en une véritable catastrophe. C’est ce sentiment qui amène un chroniqueur à rappeler les paroles de Jérémie : « et ces murs sont abattus, et la cité déserte et solitaire ! »317.

La défaite où l’auteur fut fait prisonnier et cent hommes tués... (F. Nuñez de Pineda)

Notes

1 La question de la possibilité d’abandonner les Indes fut envisagée par la monarchie espagnole. On peut voir le livre de Silvio Zavala, Las instituciones jurídicas en la conquista de América, 1re partie. Théorie de la pénétration espagnole en Amérique. Voir aussi Juan Manzano, La incorporación de las Indias a la corona de Castilla, Madrid, 1948, spécialement les pages 127-130, où il détermine exactement le problème et établit que le critère de non-abandon des Indes fut adopté à l’assemblée de Valladolid, sur les instances de Vitoria. Dans un document dont la date est difficile à déterminer et qui s’intitule « La relation qu’on doit donner à monseigneur l’archevêque sur la question de savoir si la guerre (du Chili) a été juste ou injuste », on avance un intéressant argument, fondé sur les précédents établis à l’époque de Charles Quint. Il dit textuellement : « Premièrement, on présuppose que Sa Majesté l’Empereur, qu’il soit au Ciel, se demandant s’il pouvait posséder justement ou non les Indes, fit réunir en l’an quarante-quatre [1544], beaucoup de savants, de théologiens et de juristes et en cette assemblée on conclut qu’il les pouvait tenir justement et qu’il commettrait un péché mortel s’il les privait de sa protection ». J. T. Medina, Manuscritos, t. XCIV, doc. 1421, p. 101-102.

2 Lettre du licenciado Castro, du 20-11-1564. CDICH, deuxième série, t. I, p. 24-26.

3 GMCM, t. LXXX.

4 P. Sarmiento de Gamboa, Viajes al estrecho de Magallanes, t. II, p. 281.

5 P. Sarmiento de Gamboa, Viajes al estrecho de Magallanes, t. II, p. 284.

6 GMCM, t. LXXX.

7 Lettre au roi de don Francisco de Toledo, du 27-11-1579, GMCM, t. LXXXVII, p. 1.

8 Cédule royale sur l’envoi d’artillerie au Chili, 12-6-1581. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1532, p. 126.

9 Cédule royale, du 19-3-1581, à Alonso de Sotomayor, lui donnant la faculté de dépenser du Trésor royal ce qui serait nécessaire à la pacification du Chili. Medina, Manuscritos, t. CCLXXXVIII, doc. 8410, p. 69-70.

10 Mesure du comte de Villar pour la paye qu’on doit faire aux soldats... pour le Chili, à Potosí, le 22-7-1587. Medina, Manuscritos, t. CCXXX, doc. 5984, p. 221-240.

11 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCIV, doc. 1418, p. 79-83. Également dans VMCM, vol. CCLXXII, p. 95-99.

12 Sommes utilisées pour secourir le Chili, 1589 à 1594. Medina, Manuscritos, t. XCIV, doc. 1420, p. 92 et suiv. On peut voir sur le document plus de détails dans les chapitres de dépenses.

13 Lettre de Martín García de Loyola, au Roi, sur des questions budgétaires, 12-1-1598. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1516, p. 29-37.

14 Attestation du secours qui fut envoyé de Lima au royaume du Chili, 2-1-1595. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1514, p. 21-26.

15 Arrêté du vice-roi du Pérou pour lever des hommes pour le Chili, 7-6-1597. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1528, p. 109-110.

16 CDICH, deuxième série, t. I, p. 222-225.

17 CDICH, deuxième série, t. II, p. 108-109.

18 Enquête de Miguel de Olaverría. 1594. C. Gay, Documentos, t. II, p. 38.

19 Démarches faites à l’Audience de Los Reyes par Miguel de Olaverría, 1594. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1530, p. 113-119.

20 Fragments de lettre de don Luis de Velasco à Sa Majesté, du 22-1-1595. Medina, Manuscritos, t. CCXXX, doc. 5996, p. 288-291.

21 Lettre de Domingo de Erazo au nom de Martin Garcia de Loyola sur les affaires du gouvernement et de la guerre du Chili. Medina, Manuscritos, t. XCVII, doc. 1511, p. 218-248.

22 J.T. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1516, 1518, 1519 et 1520.

23 Lettre du Chapitre de Santiago à Sa Majesté, 30-4-1599. Medina, Manuscritos, t. CIV, doc. 1675, p. 108-112.

24 Lettre de frère Domingo de Villegas, 23-10-1599. Medina, Manuscritos, t. C, doc. 1594, p. 167. 182.

25 Lettre de Domingo de Erazo, 1600. Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1617, p. 345-392.

26 J. T. Medina, Manuscritos, t. CI, doc. 1607 A, p. 147-173.

27 Errazuriz, Seis años de la historia de Chile, t. I, chap. XXXIII, p. 391-402.

28 J.T. Medina, Manuscritos, t. CIV, doc. 1683, p. 168-185.

29 Voir chapitre IX.

30 A. de Ovalle, Histórica relación, t. II, p. 81.

31 F. Nuñez de Pineda, Cautiverio feliz, p. 198.

Notes de fin

1 N. du T. — Le maravedí symbolise traditionnellement une très faible valeur, comme en français : « un liard » ; ici, « un rouge liard ».

2 N. du T. — Si l’on observe, sur une carte, l’orientation de l’isthme de Panama, on comprendra aisément pourquoi les Espagnols, découvrant par une expédition terrestre, vende du golfe du Mexique, l’Océan Pacifique, l’ont appelé « Mer du Sud ».

3 N. du T. — Le quint ; cf. N. du T., p. 36.

4 N. du T. — Vecinos y moradores. Voir glossaire initial.

5 N. du T. — Pour le sens de ce mot, se référer à la « Maison de Contratation » de Séville, grande compagnie qui bénéficiait d’un monopole de droit dans le commerce avec les Indes occidentales.

6 N. du T. — Dans l’armée espagnole des Indes Occidentales, le « sargento mayor de provincial » était une sorte de gouverneur de région militaire — ici de tout le Chili, et l’autorité militaire suprême, après le « Gobernador » lui-même.

7 N. du T. — Voir fig. 2, p. 44.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende La défaite où l’auteur fut fait prisonnier et cent hommes tués... (F. Nuñez de Pineda)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 782k

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search