Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre IV. Le régime seigneurial espagnol dans le domaine militaire

Texte intégral

« L’événement heureux, la victoire, la renommée et les possessions qu’ils acquéraient, tout cela les amena à une telle superbe, à une telle jactance, que dans mille lieues, dix hommes ne pouvaient tenir ; et jamais il ne leur venait à l’esprit que toute leur enflure, leur vaine gloire et leurs vaines prétentions, finiraient au bout du compte par tenir dans sept pieds de terre. »
(Alonso de Ercilla, La Araucana, chant I.)

L’ost des Indes et l’État

1Le style seigneurial eut une profonde répercussion sur la formation du système de guerre des Espagnols au Chili pendant le XVIe siècle ; cette répercussion fut accentuée par la circonstance suivante : la résistance araucane soumit ses ennemis à une rude et continuelle épreuve.

2Dans d’autres endroits d’Amérique, l’ost des Indes ou l’expédition de conquête (c’est la même chose), eut une épreuve initiale qui se vit rapidement couronnée de succès et donna par conséquent son assiette à la domination espagnole. Les obligations militaires des encomenderos étaient partie intégrante du système, mais grâce au caractère pacifique des indigènes, et mis à part quelques soulèvements sporadiques, ces obligations n’avaient pas à être rappelées, et exigées, année après année. En même temps, les encomiendas qu’ils avaient reçues et les entreprises économiques auxquelles se consacraient ces conquérants, leur rapportaient une richesse qui s’accroissait sans grandes difficultés et qui, par conséquent, ne faisait qu’augmenter leur puissance. L’indigène de culture plus avancée, comme celui de l’empire incaïque, favorisa par le rythme soutenu de son travail, la stabilité de la domination à laquelle il fut soumis. Le problème des guerres civiles entre Espagnols, des factions pour des raisons d’opposition entre des groupes, ou des mécontents contre les forces attachées au roi, ne fait pas partie du sujet, puisqu’il se réfère à un ordre de choses distinct.

  • * N. du T. — On appelait « reducción » une zone peuplée d’indiens convertis au christianisme. Sur le (...)

3En revanche, au Chili, la domination sur le territoire situé au sud du fleuve Bío-Bío fut instable. Les cités fondées dans les limites de ce territoire devaient faire face constamment aux tracas inhérents aux soulèvements de telle ou telle « réduction »* indigène et couramment, elles se trouvaient dans des situations d’une urgence inquiétante.

4On a déjà analysé les raisons pour lesquelles l’Indien araucan ne se soumettait pas à la domination espagnole avec la même facilité que celui du Pérou du d’autres régions plus évoluées et aussi l’évolution militaire subie par les indigènes pendant les soixante premières années de guerre. Il convient d’indiquer maintenant quelques-uns des traits les plus importants du style seigneurial espagnol dans la guerre, durant la même période.

5L’expédition organisée par Pedro de Valdivia pour réaliser la conquête du territoire était conditionnée par son caractère privé ; ce caractère persista dans une large mesure jusqu’à la fin du siècle.

6On peut dire d’une manière presque générale, pour toutes les expéditions de conquête en Amérique, dans l'ère espagnole, que leur caractère privé les empêcha, du point de vue de leur organisation matérielle, d’être au niveau des armées européennes de premier plan. La précarité, des moyens utilisés rendait impossible que l’armement fût aussi complet et aussi moderne qu’un État pouvait le mettre en œuvre pour une même fin. Ce fut particulièrement sensible en ce qui concerne l’emploi de l’artillerie. Tandis qu’on l’utilisait en Europe comme une partie importante des moyens de guerre, en Amérique les conquérants remployaient a une très petite échelle et elle était d’une catégorie très inférieure. Il en était de même pour les armes à feu individuelles. Dans les premiers temps, elles furent très peu nombreuses et leur usage eut un caractère décisif plus comme facteur psychologique que comme véritable moyen de guerre. Le cheval aussi était rare dans les premiers temps et son prix très élevé, mais même avec quelques chevaux seulement, les Espagnols remportèrent de notables victoires.

7Donc, sur le plan matériel, l’ost des Indes, se caractérise par une énorme faiblesse, si on la compare à une armée d’État de l’époque. Au Chili, faisant face à une guerre continue contre les Araucans, l’ost espagnol se vit soumis à une destruction permanente et placé devant la nécessité de renouveler son armement de façon constante, pour remplacer celui qui se perdait dans les batailles, ou la poudre et les munitions qui se consommaient. Il était absolument impossible que les conquérants devenus encomenderos pussent supporter sur leurs épaules, et avec succès, une charge aussi lourde durant tant d’années. C'est pour cette raison que la monarchie dut supporter, bien que très modérément, une partie du poids de la guerre durant le XVIe siècle, comme il sera indiqué plus loin.

Les chevaux, l’armement et les fortifications

8L’ost des Indes, comparé à la milice indigène, avait d’énormes avantages en sa faveur, en matière de technique et d’armement. La cavalerie, les armes à feu, les armes blanches tranchantes, les chiens, les moyens défensifs, l’usage d’une véritable tactique militaire, mettaient les Espagnols à cent coudées au-dessus des Araucans, qui m’étaient pas encore sortis du stade néolithique.

9Les chevaux apportés du Pérou, dans les premiers temps, furent peu nombreux et chacun d’eux valait un prix énorme. Il est mentionné que, quand Valdivia revenait de là-bas, il disposait à cette époque de cinq cents Espagnols « et [d’]une grande quantité de chevaux, qu’il vendait deux mille pesos la pièce » (Mariño de Lovera, p. 104), un prix qui sans aucun doute était exorbitant et très loin d’être à la portée de la plupart des soldats. Si l’on songe aux risques courus par les chevaux pendant les batailles, investir un capital aussi considérable dans un seul cheval supposait de la part de son possesseur une certaine fortune. Et il est difficile de concevoir qu’un cavalier ne disposât que d’une monture et ne fût pas en mesure de la remplacer en cas de nécessité, puisqu’ils étaient très conscients « que ce sont les chevaux qui font la supériorité des Espagnols sur les Indiens, à la guerre ». (Mariño de Lovera, p. 201.)

10Cependant, les chevaux qui existaient dans le royaume ne doivent pas avoir été bien nombreux, compte tenu de leur prix de deux mille pesos pièce. C’est peut-être pour cette raison que Garcia Hurtado de Mendoza, venant au Chili en 1556, en amena un grand nombre et comme ils étaient trop nombreux, il ne put les envoyer par mer, mais dut le faire par terre. L’expédition de Mendoza fut organisée pour une grande part avec des fonds royaux, par le vice-roi son père, qui voulut ainsi assurer le succès de son fils dans la conquête du Chili, de telle sorte que les chevaux envoyés étaient à la mesure de la quantité d’artillerie et autres matériels utilisés pour équiper l’expédition. Au bord du fleuve Maule les chevaux de l’armée de Hurtado de Mendoza « étaient plus de deux mille ». (Mariño de Lovera, p. 192 et 203.) A partir de ces années-là, les chevaux qu’il y avait dans le royaume se multiplièrent et devinrent nombreux. L’armée espagnole était fondamentalement cavalerie en campagne et « il n’y avait pas d’habitant qui ne menât chaque été à la guerre cent et cent cinquante et même deux cents chevaux en comptant ceux du train ». (González de Nájera, p. 109.) Cependant cette situation se modifia au cours des années. En 1601, on voyait encore au sud de Santiago de grands troupeaux de chevaux, mais cinq ans plus tard, il semble qu’ils avaient fortement diminué. L’explication fait appel à plusieurs causes : la nécessité dans laquelle se trouvaient les gens du royaume, qui, afin de pouvoir s’habiller, se voyaient obligés de vendre les poulains de leurs prés ; les mauvais traitements infligés aux poulains par les Indiens gardiens de troupeaux, dont un grand nombre étaient des prisonniers de guerre, qui délibérément les crevaient et leur cassaient les membres ; la guerre aussi, sous diverses formes, avait absorbé beaucoup de chevaux ; l’intensification de l’élevage des mules, tant pour leur prix que par crainte des voleurs de chevaux et enfin, les raids des Indiens, véritables artistes du vol de chevaux à grande échelle, procédé grâce auquel (associé à leur extraordinaire intérêt pour la cavalerie, qui les conduisit aussi à élever des chevaux) ils arrivaient à mettre en ligne dans les batailles jusqu’à quatre mille chevaux à la fois, tandis que les Espagnols arrivaient à peine à quatre cents pour donner l’assaut, et avec beaucoup d’effort, en faisant appel aux réserves des forts et des garnisons, ils pouvaient atteindre six cents.

La bataille qui fut livrée à « Las Cangregeras »

11Un autre désavantage de la cavalerie espagnole résidait dans le fait qu’elle était rassemblée à Santiago, pour être aussitôt envoyée sur le théâtre de la guerre, dans le sud. A cause de la grande distance et des difficultés du chemin, elle arrivait là-bas si défaite qu’elle manquait complètement d’ardeur pour affronter la cavalerie indigène, qui sans sortir de son pays, l’attendait reposée et avec la supériorité numérique. Sans doute la fatigue des montures était-elle accrue par le poids énorme des armes et de la selle des Espagnols, problème que les Indiens ignoraient, car leur simplification de ces éléments était arrivée à un tel degré d’efficacité que leur cavalerie se distinguait par sa grande mobilité.

12En même temps qu’ils diminuaient en nombre dans le royaume, les chevaux augmentèrent de prix. Un cheval de bât arriva à valoir dans les premières années du XVIIe siècle la somme de trente et quarante pesos, un cheval de marche ou de guerre, soixante-dix, cent et même plus de cent cinquante pesos, sans exclure la possibilité d’acheter un très bon cheval jusqu’à trois cents pesos (González de Nájera, p. 107-112).

13Telle était la situation de la cavalerie espagnole au commencement du XVIIe siècle et cependant elle était l’arme essentielle sur laquelle s’appuyait la domination hispanique. C’était l’époque où ne s’implantait pas encore dans le royaume l’usage à grande échelle de l’infanterie et où les Espagnols ne remarquaient pas la valeur contre la cavalerie ennemie de « l’infanterie en terrain accidenté, et méconnaissent la valeur de la mousquetterie, des piques, des formations et du déploiement pour lui résister » (González de Nájera, p. 124).

  • 1 F. Lot, L’art militaire et les armées au moyen âge, t. II, p. 317.

14Depuis le commencement du XVIe siècle l’infanterie espagnole était une des meilleures d’Europe et spécialement depuis 1525. Vers 1534 apparurent pour la première fois « les tercios »1, unité tactique composée de trois mille fantassins ou davantage, formés en carré, qui s’imposèrent dans les batailles par leur extraordinaire organisation. 'Cependant, au Chili, durant la même époque et jusqu’à la fin du siècle, les Espagnols combattirent principalement à cheval. Le retard des innovations militaires à s’appliquer en Amérique est surtout explicable par le caractère privé des expéditions de conquête, comme on l’a déjà indiqué.

15L’artillerie ; dès le début, fut une arme très chère et en Europe, à part les rois, il y avait peu de seigneurs qui pussent assurer efficacement la maintenance de pièces d’artillerie. Cette raison contribue à expliquer qu’on en utilisât en petit nombre en Amérique, dans les batailles de la conquête. Au commencement, l’artillerie fut employée en Europe comme un engin de siège et ultérieurement, plus avant dans le XVIe siècle, comme artillerie de campagne. Le genre de guerre que faisaient les Indiens du Chili n’était pas le plus propre à l’utilisation de l'artillerie de siège, difficile à transporter à cause du manque de chemins, et l’artillerie de campagne ne pouvait être très efficace contre les forts que ceux-ci construisaient. Les chroniques ne fournissent pas plus de renseignements sur l’artillerie dans les premiers temps, bien que dès la fin du gouvernement de Valdivia et peu avant sa mort il soit fait état de l’arrivée, du Pérou, des premiers canons. Quelques jours après la mort du premier gouverneur, Francisco de Villagra partait de Concepción emportant « huit pièces de bronze avec les munitions nécessaires », qui en peu de temps tombaient aux mains des Indiens à la bataille de Arauco (Mariño de Lovera, p. 166 et 171).

  • 2 C. Errázuriz, Don García de Mendoza, p. 40.

16García Hurtado de Mendoza ne négligea pas cet aspect de son expédition et apporta « de l’artillerie et des munitions, en telle quantité, que c’est avec elles qu’on fait encore la guerre aujourd’hui (1595) dans ce royaume » (Mariño de Lovera, p. 192). Errázuriz mentionne six canons2. Le même Hurtado de Mendoza utilisait des bombes explosives et des bombes incendiaires pour attaquer les forts des Indiens, on les lançait de l’extérieur avant l’attaque des soldats. Plusieurs années plus tard, le gouverneur Bravo de Saravia introduisit dans le royaume, selon le chroniqueur, « une très bonne artillerie » (Mariño de Lovera, p. 239-312).

17En 1589, au temps de Sotomayor, on mentionne quatre pièces de campagne pour attaquer les Indiens retranchés sur la côte de Villagra (Rosales, II, p. 255).

18Les citations prouvent que, d’une façon générale, l’artillerie espagnole au Chili n’eut pas, durant le XVIe siècle une extraordinaire importance tactique, comme en Europe, et qu’elle ne formait pas un corps spécial de l’armée. Dans la conception mixte d’ost des Indes et d’apports limités de l’État espagnol pour continuer la guerre d’Araucanie, il était bien difficile qu’elle eût existé comme élément d’une réelle importance. Ajoutons aussi à cette circonstance que l’artillerie devait être envoyée du Pérou, ainsi que les munitions et la poudre indispensables.

  • 3 Alberto Mario Salas, Las armas de la Conquista, p. 217-218.

19Cette idée est confirmée par un livre récent sur cette question, dont l’auteur estime « que le caractère réduit de l’artillerie au cours des grandes batailles de la conquête, où son absence est plus que remarquable, est dû à la pauvreté avec laquelle furent organisées les expéditions et à la nature même de la guerre »3.

20Plus abondantes que l’artillerie furent les armes à feu portatives, principalement l’arquebuse et dans une moindre proportion, les escopettes. Cela ne signifie pas qu’elles aient été des armes d’usage courant dès le début de la conquête. Les difficultés d’approvisionnement en munitions et en poudre étaient grandes, et les réserves qu’on avait apportées s’épuisèrent rapidement. La dépendance à l’égard du Pérou, dans ce domaine, fut décisive. Mariño de Lovera atteste que, au moment où Valdivia quitta Santiago pour aller vers le Sud, et où la cité fut attaquée par Michimalongo, la charge finale contre les Indiens fut donnée par la cavalerie, « emportant tout à la pointe des lances, qui était l’instrument dont ils usaient ; car il y avait à peine quelques arquebuses et escopettes, et encore sans munitions ni rien de ce qui est nécessaire pour s’en servir dans les batailles » (Mariño de Lovera, p. 64). Après son retour d’un voyage au Pérou, il semble que l’armement se soit amélioré, car Jerónimo de Alderete pouvait aller à la Serena, qui avait été détruite, avec trente arquebusiers. Hurtado de Mendoza amena son expédition bien pourvue d’arquebuses et il y eut des cas où la moitié de ses forces était constituée par des soldats équipés d’arquebuses. Il divisa le commandement de ses troupes entre des capitaines de cavalerie, des capitaines d’infanterie et des capitaines d’artillerie, et « il prit pour lui-même une compagnie de cinquante arquebusiers montés ». Il est fait mention que Bravo de Saravia, dans une bataille livrée en janvier 1569 contre les Indigènes avait « des arquebuses et des munitions de reste ». (Mariño de Lovera, p. 205 et 317). Nous pourrions continuer à citer des références relatives à l’usage des arquebuses au XVIe siècle, mais cela ne voudrait pas dire que ce fût une arme d’un usage aussi fréquent que l’eussent souhaité les Espagnols. Le système de financement de la guerre ne permettait pas d'en disposer en grandes quantités, non plus que de mousquets, une arme qui depuis la fin du siècle commence peu à peu à déplacer l’ancienne arquebuse. D’autre parti l’arquebuse, comme arme à feu, avait de sérieux défauts, entre autres sa lenteur, sa faible portée et aussi sa dépendance du beau temps pendant la bataille ; car s’il y avait de la pluie les mèches se mouillaient et l’arme devenait inefficace, circonstance que les Indiens connaissaient très bien. Durant les marches, il était également nécessaire de porter quelques mèches allumées, afin de pouvoir tirer rapidement, avec la dépense corrélative d’un matériau très précieux, qui se consumait irrémédiablement.

  • 4 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 208 et 210.
  • 5 C. Gay, Historia física y política. Documentas, t. II, p. 213.

21C’est seulement au milieu du XVIIe siècle que la mèche fut remplacée en Europe par un système moins primitif, consistant en un morceau de silex qui produisait une étincelle sous le choc d’une lame d’acier, la batterie. Mais son application fut très tardive en Amérique. Cependant, il arrivait encore que, pour économiser des mèches, les soldats marchassent avec une partie seulement des mèches allumées, et quand survenait l’attaque des Indiens, dans la hâte qu’avaient les autres d’allumer leurs mèches, ils se les éteignaient les uns les autres et toutes les armes étaient finalement inutiles »4. Compte tenu de cette observation, un expert militaire du royaume recommandait qu’« on portât les mèches allumées, particulièrement dans les mauvais passages où des embuscades sont à craindre, car pour économiser un peu de chanvre il arrive qu’on ait été ignominieusement traité par les ennemis5 ».

  • 6 C. Errázuriz, Seis años de la historia de Chile, t. I, p. 47-49.

22On a une idée, partielle certes, des ressources en armements par le fait que, en 1599, il y avait à Chillán, Concepción, Angol, Arauco et Santa Cruz 282 arquebuses, 44 mousquets et 26 canons, manquant presque totalement de munitions, de poudre et de chanvre6. Et toutes ces cités étaient en plein dans l’insurrection araucane.

  • 7 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 159-176.
  • N. du T. — En espagnol « aperrear » de « perro » : chien. Le préfixe a- et la désinence active -ea (...)
  • N. du T. — Gonzalo Fernández de Oviedo est un des principaux historiens primitifs des Indes occide (...)
  • § N. du T. — En espagnol « montería » : chasse, signifie exactement : chasse à courre.

23Au Chili non plus, ne manquèrent pas les dogues que les Espagnols utilisèrent à la conquête d’autres régions d’Amérique ; Salas leur a consacré un chapitre particulier de son livre déjà mentionné7. Comme moyen de guerre ils étaient formidables et leurs exploits remplissent bien des pages de l’histoire de la conquête où se mêlent l’horreur, la cruauté et la terreur qu’avaient les Indiens de ces molosses. « Chienner » était une expression courante, et Oviedo parle même de chasse§ à l’Indien.

24Au dire du chroniqueur Mariño de Lovera, Lautaro demanda en certaine occasion, aux Espagnols — entre autres choses et en compensation de l’abandon par eux du territoire « une douzaine de ces chiens géants, que vous utilisez pour chienner les Indiens ». En confirmation des citations de Salas, pour vérifier l’usage des molosses dans la guerre du Chili, on peut ajouter qu’en une occasion, vers 1563, le même chroniqueur — cité plus haut — écrit que dans les abords du fort de Arauco les Espagnols sortirent patrouiller dans le pays, « emmenant quatre féroces mâtins, comme il est d’usage » (Mariño de Lovera, p. 187 et 286).

  • 8 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 177 à 198.
  • 9 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 237 à 257.

25Quant aux armes blanches, les Espagnols bénéficiaient d'une nette supériorité face aux indigènes. On peut voir dans Salas une description complète de ces armes8. Ce qui est intéressant dans la guerre d’Araucanie, c’est la suprématie que leur possession leur assurait. L’arme tranchante était inconnue des indigènes du Chili et la technique du travail du fer leur faisait défaut. C’est seulement comme butin de guerre qu’ils purent incorporer de telles innovations à leur armement ; elles sont traitées dans le chapitre convenable. L’importance des moyens de défense, cottes, armures et casques a été également décrite par le même auteur qui insiste sur leurs caractéristiques techniques supérieures9.

26Les forts ou fortifications construits par les Espagnols eurent aussi une grande importance pour la guerre, encore que tous ne fussent pas toujours justifiés du point de vue stratégique bien compris, ou par rapport à l’économie de guerre.

27La construction de forts sur le territoire ne peut pas avoir constitué une exception en ce qui concerne l’emploi de la main-d’œuvre indigène, tout comme dans d’autres travaux publics et d’autres édifices. Selon toute probabilité les Indiens furent employés à leur construction, sous la direction d’Espagnols avertis, bien que les forts n’exigeassent pas de techniciens très expérimentés en fortifications militaires, puisque « ces forteresses du Chili n’avaient pas un grand appareil ni un aspect impressionnant, étant donné que les Indiens n’usaient pas de bombardes, ni d’autres machines de guerre pour abattre les murailles ».

  • 10 C. Gay, Historia física y política. Documentos, t. II, p. 202 et 203.

28La forteresse de Cañete, édifiée du temps de García Hurtado de Mendoza, fut bâtie « avec un grand soin, toute en maçonnerie ». (Mariño de Lovera, p. 399 et 234). Apparemment, ce genre de forteresse fut une véritable exception dans les habitudes de guerre des Espagnols au Chili, puisque les descriptions postérieures révèlent la fragilité et la pauvreté générale de cette sorte de construction. L’auditeur Gabriel de Celada les décrivait en 1610, c’est-à-dire après la réforme de l’armée, en disant que « ce ne sont rien de plus que de grandes cours entourées de murs en terre battue avec quelques pièces à l’intérieur, où les soldats se mettent à l’abri, et quelques-uns de ces forts ne sont pas en terre battue, mais en planches et en palissades, avec des cabanes, sans autre garnison que les soldats à la solde de Votre Majesté »10.

  • ** N. du T. — Voir figure 4, p. 80 bis.

29La description de González de Nájera, qui est de quelques années antérieure à celle de Celada, établit que les forts consistaient en une palissade extérieure en troncs, bordée vers l’intérieur d’un solide assemblage ; cette palissade extérieure était renforcée par derrière d’une autre palissade plus basse et entre les deux palissades il y avait un remblai de terre battue, qui servait aux soldats de muraille ou de plate-forme pour combattre. Au centre de ces forts se trouvaient la place d’armes, le corps de garde et quelques baraques de laîche pour le logement de la garnison. La palissade extérieure était protégée dans certains cas par un fossé et celui-ci à son tour était d’ordinaire précédé par une bande de terrain dans laquelle on avait enterré des pieux très pointus, dépassant de quelques centimètres du sol et destinés à blesser les pieds nus des assaillants indiens (González de Nájera, p. 181 et 182)**.

30Si l’on pense à l’architecture défensive espagnole, ces forts n’étaient qu’une modeste adaptation de leurs usages, faite par les conquérants aux conditions spéciales de la lutte contre les Araucans, et la pauvreté des éléments employés à leur construction est aussi une preuve nouvelle du manque de ressources qui dérivait du style seigneurial de la guerre.

  • 11 C. Gay, Historia física y política. Documentos, t. II, p. 158 et 159.

31La peinture du fort de Arauco, brossée dans la Relation du mode et de l'ordre militaire... à l'arrivée du gouverneur Alonso de Rivera, qui date de 1601, fournit des indications très curieuses au sujet de sa construction, d’où il ressort que les architectes improvisés n’avaient guère de savoir en cet art. « Le fort, dit-il, occupe un espace d’un « solar », comme on dit dans ce pays, ou un peu plus, soit 180 pieds ordinaires sur les deux grands côtés et 170 sur les deux autres, ce qui forme un rectangle ; à chaque angle il a une tour circulaire de vingt-deux pieds carrés, qui prend sur le mur d’enceinte, cinq pieds de chaque côté, et ces tours de huit sont creuses et couvertes en tuile et elles ont un entresol sous lequel se trouve l’artillerie et au-dessus il y a trois fenêtres par où donne l’artillerie, je veux dire l’arquebusade, vers les deux murs d’enceinte et la campagne ; à la muraille même du fort est adossé le quartier et la demeure des soldats, avec un toit à deux pentes, l’une d’elles tombe en dehors du fort par dessus la muraille elle-même et de l’intérieur des maisons il y a quelques meurtrières, à peine plus grandes que les trous faits par les tirants de coffrage dans la construction des murs en terre battue et de la même forme, les orifices égaux à l’intérieur et à l’extérieur, c’est pour cette raison et parce que le mur a quatre pieds d’épaisseur, que les arquebusiers ne peuvent tirer par ces meurtrières sauf droit devant eux et sans dégagement, non plus que du rempart, car il est couvert en tuile et il n’y a rien pour en faire le tour, il n’a pas de défense, et ce fort n’a d’autre défense que ses quatre tours, de sorte que ce fort est finalement du genre des maisons castillanes, qui ont une cour et une demeure adossée aux quatre murs qui la limitent et c’est pourquoi tous les remparts sont sans défense, à part celle des quatre tours, comme nous l’avons dit »11.

32Cependant, le fort de Arauco était, du point de vue de la solidité de la construction, le meilleur des forts espagnols au Chili. Selon les paroles de Rosales « il se conserva comme un roc inexpugnable au milieu de la mer, battu par les vagues, car nombreuses furent les vagues d’ennemis qui chaque jour venaient combattre ». Il reconnaît que sa force était dans l’armement de ses défenseurs, car « avec l’artillerie et la mousquetterie ils les arrosaient de telle sorte qu’ils les faisaient repartir en vitesse » (Rosales, II, p. 318). Le reste des forts espagnols n’était pas aussi inexpugnable que ce roc battu par les flots et leurs palissades ne résistaient pas toujours aux assauts ennemis, mais le manque de ressources et d’un budget de guerre durant le XVIe siècle interdisait de penser à des constructions plus sérieuses ; cette circonstance ne changea pas d’un coup avec la création de la subvention royale, puisque peu d’années après cette création, González de Nájera pensait que les forts étaient excessivement dispersés, qu’ils ne formaient pas un véritable rempart contre les ennemis et qu’ils étaient dépourvus de pouvoir offensif et de valeur stratégique, et que pour ces raisons « c’est inutilement que s’y engloutissent les principales dépenses de cette guerre ». (González de Nájera, p. 188.)

Fig. 4. — Un fort espagnol au Chili vers 1600

Les « Indiens amis », partie intégrante de l’armée espagnole

33Un chant tlaxcaltèque de l’époque de la conquête espagnole du Mexique exprime une attitude des indigènes qui revêt un extraordinaire intérêt comme problème historique, actuellement et dans le passé, un élément qui pourrait être qualifié de décisif pour les conquérants. Cette attitude est en rapport avec l’aide fournie par des éléments aborigènes contre d’autres, en collaborant à la guerre de conquête et en faisant partie de l’armée espagnole sous la désignation d’« Indiens amis ». Ce chant dit :

  • †† N. du T. — Poesía indigena, par A. María Garibay K., Ediciones de la Universidad Naciona Autónoma, (...)

34« Aidez nos seigneurs, qui sont habillés de fer, ils assiègent la ville, ils assiègent la Nation mexicaine. Allons, du courage ! »††

35Cette idée des tlaxcaltèques d’aider les nouveaux seigneurs habillés de fer, qui venaient combattre contre les anciens seigneurs et les remplacer dans leur domination d’autres groupes indigènes, comme idée et comme action, est très loin d’être exclusivement tlaxcaltèque. Elle se répète tout au long de la conquête espagnole en Amérique, et constitue un facteur favorable à la conquête, qui n’a pas encore été analysé ni suffisamment mis en valeur. On peut dire, d’une façon générale, que, sans cette aide, la conquête de beaucoup de régions n’aurait pas eu lieu ou bien n’aurait pas eu cette rapidité qui nous apparaît aujourd’hui quasi miraculeuse. Une étude détaillée de l’aide reçue par les Espagnols pendant la conquête par de nombreux groupes indigènes modifiera, très probablement, des aspects et des conceptions qui sont devenus traditionnels. Mais le panorama général de l’Amérique déborde le cadre de cette recherche et nous devons nous limiter au Chili seulement ; dans ce territoire la collaboration indigène fut très précieuse pour les Espagnols.

36Les chroniques et les documents de l’époque d’origine chilienne nous ont laissé d’abondants témoignages relatifs à la conscience qu’on avait de la valeur de l’aide indigène, c’est pourquoi faire la lumière sur cet aspect de l’organisation de l’armée n’est pas une vue élaborée a posteriori.

37Étant donné le caractère historique de notre recherche, nous ne sommes pas tenus d’élucider tous les mobiles de guerre qui existaient au sein de la société primitive, ni les raisons particulières qui amenaient les Indiens de certaines régions du Chili à combattre contre ceux d’autres régions. Il suffira d’en indiquer quelques-unes, sans prétendre asseoir une théorie définitive sur le problème.

38L’historien Barros Arana a établi, il y a une soixantaine d’années, quelques-unes des caractéristiques de l’aide des Indiens amis, dont la collaboration ressort à plusieurs reprises au long de la prolixe relation de la guerre de Arauco, qu’il a faite dans son Histoire générale. Mais il est indubitable que depuis cette époque les conceptions et la façon de poser les problèmes historiques ont considérablement changé et en dépit de ce fait, ses appréciations, bien que partielles, conservent sur cette question beaucoup de leur validité.

  • 12 Diego Barros Arana, Historia General..., t. II, p. 133.

39Barros Arana estime que « les Indiens de service allaient de bon gré à la guerre et ils prêtaient aux Espagnols la coopération la plus résolue. Ce n’était pas la sympathie envers leurs oppresseurs qui les animait ; mais la guerre, si pénible qu'elle fût, était une occupation beaucoup plus commode et surtout plus adaptée aux penchants naturels de ces barbares, que les travaux de l’agriculture et des mines », car « la guerre flattait, en outre, les instincts de destruction et de rapine des Indiens »12.

40La société indigène que les Espagnols ont trouvée au Chili n’avait pas un caractère unitaire. La conception actuelle du territoire induit à penser, un peu inconsciemment, à un sentiment préalable de nationalité, qui était totalement absent au commencement de l’époque hispanique. Au contraire, non seulement ce sentiment était absent, mais les différences entre les divers groupes étaient très marquées. Les antagonismes de subsistance sont assurément plus forts dans les sociétés primitives, où l'homme qui recherche avec angoisse sa nourriture, avec moins de sécurité, avec moins de régularité, est plus tributaire des contingences des éléments et d’un plus grand nombre de circonstances imprévisibles. Tout cela aboutit à stimuler fortement l’instinct de conservation du groupe et un esprit jaloux en face de ceux qui peuvent menacer la subsistance de ses membres, et explique en partie le manque de sympathie de certains groupes pour d’autres, qui avec le recul du temps nous est masqué par le sentiment territorial et national actuel.

41De la même façon, les habitudes de travail de la société chilienne primitive, ou de ses groupes, n’étaient qu’à leurs débuts, et, comme le fait remarquer Barros Arana, le métier de la guerre était considéré comme plus commode et plus rémunérateur.

42Ajoutons le choc psychologique provoqué par la présence des nouveaux seigneurs européens, vainqueurs des Incas et les ayant remplacés sur une zone importante du territoire qu’ils dominaient, ces « seigneurs habillés de fer », que chantaient les Tlaxcaltèques, demandant de l’aide pour eux, et qu’au premier abord, bien éphémère, ils regardèrent comme leurs libérateurs. Pour l’Indien de la région centrale du Chili, déjà habitué à la domination incaïque, le passage sous la protection espagnole ne fut pas si surprenant, bien que la différence du degré d’exploitation de leur force de travail fût appréciable et peut-être cette circonstance même l’amena-t-il à préférer la dureté de la guerre, comme allié des Européens, à la dureté des travaux des mines et des exploitations agricoles.

43Combattre comme allié des Espagnols, supérieurs par leur technique et leur armement, signifiait une victoire plus sûre et plus fréquente. Par conséquent, le butin de guerre était aussi plus fréquent.

44Mais quelles que fussent les raisons...qui amenaient les Indiens, à prendre part à la guerre de conquête en faveur des Espagnols, on ne doit pas oublier non plus la contrainte, fréquemment employée, pour obtenir la collaboration indigène.

45Le capitaine Bernardo de Vargas Machuca, auteur de la Milice et description des Indes, publié pour la première fois à Madrid, en 1599, résuma dans ce livre l’expérience espagnole d’un siècle de conquêtes en Amérique. Ce n’est pas un hasard s’il consacre de nombreuses réflexions à mettre en valeur l’aide des Indiens et à indiquer les diverses manières de tirer parti au maximum de leur utilisation, comme aussi à signaler les risques et les préventions qu’on devait avoir présents à l’esprit en se servant des Indiens.

46Vargas Machuca distingue très nettement Indiens de service et Indiens amis. Étant donné le sentiment seigneurial espagnol, les premiers étaient chargés dans l’armée du rôle modeste et varié, mais indispensable, de pourvoir aux besoins quotidiens et habituels des soldats espagnols, c’est proprement le service. Ces Indiens-là n’étaient pas des alliés militaires, ils ne combattaient pas dans les batailles. Le transport des bagages, les soins aux bêtes, l’approvisionnement en eau et en bois de chauffage, la préparation du repas et en général toutes les occupations serviles leur incombaient.

  • 13 Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, t. I, p. 185.

47En particulier dans les premiers temps de la conquête, quand les chevaux étaient rares et très coûteux, on ne pouvait les destiner au transport des éléments nécessaires à l’expédition. Alors les porteurs Indiens prenaient une extraordinaire importance. Vargas Machuca remarque que, avec « les porteurs, le chef s’efforce toujours qu’ils se désaltèrent et qu’on leur donne à manger, parce qu’il y a souvent sur ce point beaucoup de négligence et de cruauté, et qu’il prenne garde que le fardeau ne soit pas trop grand, car, sans aucun respect humain, les soldats ont coutume de les charger comme des chevaux et ils les tuent en quatre jours »13.

48L’Indien de service n’était pas un allié pour faire la guerre, mais dans le style espagnol il était indispensable pour la faire. Son adhésion aux conquérants ne dépendait pas nécessairement de sa propre volonté, mais, au contraire, très souvent on l’y ramenait de force. Tel est le cas des Indiens emmenés par Almagro et Valdivia, dans leurs expéditions issues du Pérou et de la multitude d’indiens de service chiliens, utilisés ensuite au cours de la guerre d’Araucanie. Il est impossible de ne pas faire valoir cette force de travail employée à la guerre par les Espagnols. Sans son concours ils auraient difficilement pu poursuivre leurs efforts de guerre. Ce concours est ce qu’on pourrait appeler la coopération involontaire des indigènes à la conquête.

  • 14 Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, t. I, p. 264. Voir aussi p. 186, (...)

49Mais là où le conquérant trouve la véritable aide militaire, c’est dans ces groupes indigènes qui combattent à ses côtés contre ceux qui refusent de se soumettre, en renforçant le potentiel militaire de l’armée espagnole. Que les contemporains aient eu conscience de l’importance de la collaboration indigène peut nous être indiqué à plusieurs reprises par l’intérêt et la fréquence avec lesquels les Espagnols obtenaient le concours des Indiens en leur faveur. Cette conscience apparaît aussi avec des caractères bien nets chez Vargas Machuca, qui recommandait les alliances, disant que « notre chef essaie de s’allier avec eux, qu’ils y viendront facilement »14. La vérité est que tout conquérant a besoin de la collaboration de l’élément indigène pour promouvoir son entreprise avec plus de succès et plus de facilité. C’est l’indigène qui connaît le terrain, les coutumes locales, c’est lui qui est adapté à une ambiance qui pour le conquérant est étrange. Son aide n’est donc pas exclusivement celle du moment de la bataille, dont il supporte une partie du choc, mais elle est beaucoup plus permanente. Il n’occupe pas simplement la place d’un corps de bataille, sa collaboration est plus large. Il aide aux marches, il aide à découvrir les pièges et les embuscades qui peuvent avoir été disposés sur le chemin, il aide à connaître les mouvements de l’ennemi, grâce aux espions qu’il fournit, sa facilité de mouvements est plus grande, son adaptation au terrain plus facile, il tolère mieux le climat et sa rancœur et sa férocité dans la lutte sont en général très aiguisés par son primitivisme.

50Méconnaître l’importance du concours prêté aux Espagnols par quelques groupes indigènes revient à élaborer un tableau unilatéral de la conquête et de la guerre d’Araucanie. Sans ce concours, les caractéristiques de la guerre auraient été complètement différentes et il est probable que bien des succès espagnols n’auraient pas été des succès. En général, la conquête espagnole en Amérique a été obscurcie par un véritable mythe de la supériorité du conquérant sur l’Indien, mais si on recherche et si on détermine la valeur exacte de la collaboration reçue des indigènes, le mythe subira probablement des modifications sensibles.

51On ne prétend pas entrer, pour le moment, dans le détail exact de la collaboration prêtée par les Indiens du Chili aux Espagnols dans la guerre d’Araucanie, mais plutôt à signaler seulement sa fréquence constante, afin d’établir un fait qui n’a pas été suffisamment mis en relief, et qui contribuera à une compréhension plus grande des caractéristiques et des éléments de cette guerre.

52Les chroniqueurs donnent d’abondants renseignements sur ce sujet. Quelques citations suffiront pour donner une idée de l’importance que les Espagnols eux-mêmes attribuaient à la collaboration militaire indigène.

53Dans une expédition à Arauco organisée par Pedro de Valdivia, celui-ci était accompagné « d’un bon nombre d’indiens qu’il amenait avec lui des villages conquis, dont le capitaine était le fameux Michimalongo, qui avait été capitaine général de l’armée opposée aux Espagnols eux-mêmes avant la pacification du pays, mais comme il y avait déjà quelques années qu’elle était pacifique, les Indiens ne servaient pas seulement aux Espagnols à extraire de l’or et ce qu’on a dit plus haut, mais ils étaient aussi leurs coadjuteurs dans la guerre contre les Indiens qui vivaient plus loin, c’est un fait très remarquable, d’autant qu’ils étaient très loyaux, et qu’on n’a jamais trouvé un traître parmi eux ». Le 24 février 1550, une bataille fut livrée sur la rive du fleuve Andalién, au cours de laquelle « le brave capitaine Michimalongo ne se dépensait pas peu, encourageant ses hommes en faveur des Espagnols, leur criant de toutes ses forces : sus, soldats, à ces Araucans, au nom de sainte Marie ; ce qu’ils faisaient tous d’un cœur valeureux et avec un fier orgueil, bandant leur arc et fonçant sur les ennemis avec une ferveur égale à celle des Espagnols » (Mariño de Lovera, p. 112-113).

  • ‡‡ N. du T. — Voir plus haut N. du T., p. 31.

54Il est fait mention, dans la période de Pedro de Valdivia, de compagnies d’Indiens yanaconas‡‡, qui jouaient ce rôle dans les opérations militaires (Mariño de Lovera, p. 131). Bien qu’on n’ait pas encore fait une étude du « yanaconage » au Chili et qu’il soit pour le moins aventureux d’avoir un jugement sur cette institution, il pourrait se faire que ces compagnies de. yanaconas aient été issues des Indiens amenés du Pérou par Valdivia et ensuite par Alonso de Monroy, qui fut envoyé par le précédent pour aller chercher des renforts là-bas. Ceux qui vinrent avec Monroy ne le firent pas « très spontanément, mais forcés pour la plupart, et sous l’effet de violences et mêmes d’offenses indignes de chrétiens comme on en a commises dans des raids comparables dans ces royaumes ; parce que non seulement ils traînaient à leur suite les malheureux Indiens, les arrachant à leurs congénères et les faisant servir gratis, mais aussi leur femme, en les laissant eux-mêmes, et d’autres fois la fille en laissant la mère, et tout le reste allait sur ce ton, damnant nos âmes, et offrant aux indigènes l’occasion de damner les leurs ». Mais, quoique emmenés de force en peu de temps, ces Indiens du Pérou avaient été adaptés par les Espagnols à leurs coutumes, et transformés, selon le chroniqueur, en « exécuteurs de scélératesses ». S’ils étaient devenus si facilement des exécuteurs de scélératesses, il n’est pas surprenant qu’ils aient été aussi utiles à la guerre.

55Quand Valdivia commençait la fondation de la cité « Imperial », il emmenait « beaucoup de yanaconas de service et d’autres Indiens amis, pour l’aider à la guerre ». Après une bataille près du fleuve Toltén, les Indiens battus « qui fuyaient, tombaient aux mains des yanaconas qui étaient sur le passage, et leur frappaient sur la tête à l’aide de grandes matraques avec une cruauté extrême, car ce sont de viles gens qui n’éprouvent ni amour ni pitié même pour leurs compatriotes, et encore moins pour leurs parents eux-mêmes, ni pour leurs frères » (Mariño de Lovera, p. 127 et 130). Il semble ressortir de cette citation que ces yanaconas étaient des Indiens chiliens et non péruviens, comme ceux que nous avons mentionnés auparavant.

56García Hurtado de Mendoza utilisa aussi les Indiens dans ses campagnes (Mariño de Lovera, p. 218).

57Pendant le gouvernement de Francisco de Villagra eut lieu la défaite de Lincoya, en janvier 1563, où moururent le fils du gouverneur et de nombreux Espagnols « et sans les Indiens amis qui apportèrent une aide d’importance, aussi bien pour réfréner l’élan des ennemis par des combats de diversion, qu’en portant secours à leurs maîtres et en leur amenant les chevaux, il n’y aurait pas eu un seul survivant » (Mariño de Lovera, p. 273). Dans une bataille du même temps, près de la ville de Los Infantes, se prépara pour y prendre part « une compagnie d’indiens yanaconas bien armés ». Le chroniqueur rapporte cette anecdote : « Une Indienne convertie, Juana Quinel, prit la tête de la compagnie, comme capitaine, et promit ses faveurs comme récompense au plus courageux. » Les Espagnols remportèrent la victoire et poursuivirent les fuyards, « donnant des coups de lance aux uns et capturant les autres, avec l’aide non négligeable des Indiens amis qui les accompagnaient » (Mariño de Lovera, p. 275-277).

58Le chroniqueur qu’on vient de citer mentionne que, pendant le gouvernement de Bravo de Saravia, l’Indien converti don Pedro Levolican accompagnait l’armée espagnole avec deux cents Indiens amis (Mariño de Lovera, p. 315-319), et son groupe n’était pas le seul d’indiens amis qui leur apportait son aide. Pendant le siège de Cañete, les yanaconas défiaient constamment l’ennemi et à la bataille de Tomelmo, après la défaite des Espagnols, les Indiens en tuèrent plusieurs « et tous les yanaconas, et les femmes de service » (Mariño de Lovera, p. 324 et 329). En général, les Indiens rebelles accordaient une attention particulière au châtiment des Indiens qui collaboraient avec les conquérants, de telle sorte que le comportement qui suivit cette bataille n’est pas fortuit. Les représailles dans ces cas-là avaient un caractère plus sanglant) à leur égard.

59Dans certaines occasions la proportion de collaborateurs indigènes dans les batailles était de première grandeur. En 1576, sur le territoire de la Villarica, se produisit une rencontre où les Espagnols n’avaient que trente soldats des leurs et « jusqu’à deux mille Indiens yanaconas », qui furent sans doute le facteur décisif de la victoire remportée. Les Espagnols eux-mêmes reconnurent « la grande bravoure avec laquelle les Indiens yanaconas suivaient la poursuite sans épargner un seul homme à portée de leur lance » (Mariño de Lovera, p. 351). Deux années plus tard, on dit que Rodrigo de Quiroga, au cours d’un raid dans la vallée de Chivilingo, avait dans son armée mille Indiens amis. L’année suivante, en 1579, une forteresse, Mague, était confiée à trois cents Indiens amis, « avec deux capitaines très loyaux et très amis des chrétiens, qui s’appelaient Talcahuano et Revo » (Mariño de Lovera, p. 370 et 383).

  • §§ N. du T. — Le « corregidor » est un « alcalde » : alcade (de l’arabe caïd), c’est-à-dire le bourgm (...)
  • *** N. du T. — La mita est un système de corvée appliqué aux Indiens du Pérou et du Chili par tirage a (...)

60Le témoignage de Rosales confirme ce qui est affirmé par Marino de Lovera au sujet de la garde des forts par des Indiens amis. Il rapporte qu’en 1595 le gouverneur Oñez de Loyola laissa « tout le fleuve de la Imperial couronné de forts qui protégeaient les Indiens et les maintenaient en paix. Et ces forts étaient entre les mains des Indiens amis eux-mêmes et de quelques Espagnols ». Des cinq forts, chacun « avait deux cents et quatre cents Indiens, et celui de Maquegua en avait plus de six cents, et tous faisaient front à l’ennemi, servant les Espagnols avec une grande loyauté ». Cependant, le sens seigneurial de la société espagnole et les exigences économiques qui en dérivaient, entraient d’ordinaire en contradiction violente avec la sécurité personnelle des Espagnols et les nécessités militaires. Les Indiens d’un des forts mentionnés firent savoir aux Espagnols qu’ils étaient menacés d’une attaque et demandèrent secours à la Imperial, mais le corregidor§§ de la ville pensa qu’il s’agissait d’un alibi pour éviter de fournir l’équipe de mineurs d’or et sans tenir compte des avis envoya chercher l’équipe de mita***, en toute rigueur « faisant sortir du fort cent Indiens pour les mines, les meilleurs jeunes gens et les plus courageux soldats ». Les forces ennemies arrivées, l’attaque eut lieu, et ne put être endiguée par les Indiens amis, réduits en nombre par le départ des hommes de mita, et vaincus, ils furent tous égorgés, « pas un ne fut laissé vif ». Quand les cent jeunes gens de la mita revinrent « leur ressentiment contre les Indiens rebelles n’était pas si grand que contre les Espagnols, qui n’avaient pas voulu les croire ni leur donner de l’aide et qui, au moment où ils devaient défendre leur fort, leurs maisons, leurs femmes et leurs enfants, les avaient envoyés extraire de l’or pour leur insatiable cupidité. Et ainsi, maudissant les Espagnols et leur amitié, ils s’en furent désespérés dans le maquis, jurant de n’avoir de cesse qu’ils ne se soient vengés d’eux » (Rosales, II, p. 285-286).

61González de Nájera qui a vu la réalité chilienne d’un œil aiguisé et pénétrant, a même fait la théorie des mesures qu’il fallait prendre à son avis, pour éviter que les Indiens, amis laissassent d’aider les Espagnols, en considération des abus dont ils étaient l’objet de leur part. Et il justifie son raisonnement en décrivant l’aide importante et variée qu’ils dispensaient. Bien que le paragraphe soit étendu, il vaut la peine d’être transcrit pour sa minutieuse énumération : « en premier lieu, ils nourrissent nos chevaux à la guerre, ce sont eux qui fabriquent nos forts et nos baraques et qui creusent des tranchées autour de nos casernes et les fortifient. Ce sont de sûrs et diligents messagers pour envoyer des lettres dans des régions dangereuses, en cas d’avis importants. Ils franchissent de puissants fleuves à la nage, sans mouiller les lettres, les brandissant d’une main ou sur un bâton fendu. Ce sont les pires ennemis des Indiens rebelles ou insoumis, et c’est d’eux que ces mêmes rebelles reçoivent les plus grands dommages, outre qu’ils sont très cruels avec eux, parce que, en voleurs de la maison, ils connaissent le pays et savent où les trouver. Ils sont agiles et experts pour marcher dans les montagnes, comme des gens qui y ont été élevés, ils y poursuivent et y atteignent les ennemis, mieux que nos Espagnols, pour qui ils sont des guides avisés et sûrs dans leurs patrouilles et leurs attaques nocturnes. Ils ouvrent le passage, à la hache, à notre camp, frayant un chemin au plus épais des bois. Ce sont des sentinelles et des guetteurs fidèles dans les embuscades que tendent nos Espagnols et dans celles qu’ils disposent eux-mêmes, ils sont très endurants et pleins de précautions. Il n’y a ni sauterelles, ni orage, ni même le feu pour détruire comme eux les récoltes et les maisons des ennemis, quand ils traversent leurs terres ; et en résumé, ils combattent avec courage, jusqu’à la mort, pour les nôtres. Nos amis remplissent tous ces offices pour nous aider, en notre faveur, particulièrement s’ils ne reçoivent pas d’offenses de notre part. Nos Espagnols savent que s’ils faisaient défaut dans un quelconque de ces offices, ils ne pourraient pas eux-mêmes les suppléer, ni personne » (González de Nájera, p. 277).

62Les Indiens amis qui accompagnaient l’armée espagnole en campagne étaient placés sous les ordres de l’intermédiaire ou interprète, un métis généralement, qui jouissait d’une position enviable pour les attentions dont il était l’objet de la part des Indiens, tant des soldats qui étaient avec lui que des Indiens des régions pacifiées qu’ils traversaient, « s’adressant tous à lui avec autant de sollicitude que s’il était un nouvel Inca adoré » (González de Nájera, p. 147).

63Déjà dans les premières années du XVIIe siècle, que décrit González de Nájera, la principale prise de guerre était constituée par les prisonniers qu’on y faisait. Les Indiens amis, plus agiles et connaissant le pays, faisaient de leurs mains le plus grand nombre d’esclaves, mais les soldats espagnols les leur enlevaient, gardant ainsi le bénéfice pour eux, ou bien le métis, qui les commandait directement, le faisait « et s’ils y échappent, le métis interprète du camp leur fait le même coup, quand l’affaire vient à sa connaissance » (González de Nájera, p. 165). Afin que les Indiens amis continuassent à être le « véritable couteau à tailler les rebelles », l’auteur proposait « que le soldat qui enlèverait un esclave, un cheval ou toute autre prise de guerre à un Indien ami, soit puni de mort, s’il y a des témoins qu’il a enfreint le règlement publié à cet effet, et en l’absence de témoins, que la déclaration de l’Indien suffise à le faire fouetter de cordes et exiler pour un an à l’île de Santa María » (González de Nájera, p. 289). Apparemment, la gravité des peines suggérées était proportionnée à l’importance de l’aide des Indiens amis, il serait inexplicable autrement qu’on demande la peine de mort s’il y avait des témoins et le fouet ou l’exil sur les simples dires de l’Indien offensé.

64González de Nájera proposait aussi que les Indiens amis qui allaient à la guerre avec les Espagnols fussent exempts de tout tribut aux encomenderos, qu’on pourrait dédommager avec des nègres ou avec d’autres encomiendas. Pour comparer le travail fait par ces amis, il convenait également de les ramener à une milice organisée. Il estimait les Indiens coyunches, gualques, quilacoyas, reres, quechuereguas, talcaguanos, andalicans et araucans à environ six mille guerriers, « on pourra en faire trente compagnies de deux cents soldats » et on devrait donner tous les deux ans à leurs caciques une cape de drap bleu et au reste des Indiens amis un chapeau de la même couleur tous les ans » (González de Nájera, p. 286-287).

  • 15 A. Vázquez de Espinosa. Compendio y descripción…, p. 690.

65Un autre chroniqueur se préoccupe de l’importance des espions indiens, qui se recrutaient même chez les ennemis, toujours disposés à avertir des rassemblements qui étaient organisés dans la zone de guerre, pour la rétribution qu’ils recevaient du renseignement, et qui consistait en un vêtement ou un cheval, « car eux aussi, par cupidité et s’ils étaient assurés de la paye, étaient diligents pour avertir de tout, même s’ils vendaient père et mère »15.

66Il serait difficile de mettre en doute l’importance que revêtait pour l’armée espagnole, l’aide indigène sous ses formes d’indiens de service, Indiens combattants et espions indiens. Sans eux tout le poids de la guerre serait retombé sur les épaules des conquérants. Mais les changements survenus dans la société hispano-indigène de la fin du XVIe siècle influèrent aussi sur cet aspect de la réalité militaire.

67L’effort de guerre soutenu durant les soixante années du XVIe siècle qui séparent l’entrée de Valdivia, de la mort du gouverneur Loyola, affaiblit l’économie espagnole et aussi l’économie indigène — privée de subsistance et relativement séparée de l’économie espagnole — de la zone pacifiée. Un rôle important fut joué dans cette désorganisation de l’économie du royaume par la diminution de la population autochtone, qui entraîna une carence aiguë de main-d’œuvre et la guerre provoqua en partie, à son tour, cette diminution des Indiens loyaux, qui étaient loyaux envers les Espagnols et en guerre contre d’autres groupes indigènes qui refusaient de se soumettre au conquérant.

  • 16 J. T. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 1634, p. 172-175.

68Ainsi, l’économie indigène pacifiée, affaiblie, son apport à l’effort de guerre diminua nécessairement et avec lui la quantité de ravitaillement et de fournitures qu’ils apportaient, volontairement ou non, chaque année, pour l’armée qui partait en campagne. Le nombre des Indiens de service et aussi le nombre des Indiens combattants souffrit également une diminution. Les Espagnols de l’époque eurent parfaitement conscience de ce phénomène et se plaignirent officiellement de leurs maux. Une lettre du Chapitre de Santiago adressée au roi en 1601 faisait état expressément de cette façon de penser et de l’impossibilité de poursuivre la guerre pour ces raisons. Le Chapitre disait que « il semblait les années passées que cinq cents hommes suffisaient et que maintenant, ni quinze cents ni deux mille ne suffisent, et c’est parce qu’il manque plus de quatre mille amis que nous emmenions d’ordinaire à la guerre, qui valaient plus de six mille hommes pour cette guerre, et il manque aussi de deux à trois mille yanaconas de service que les soldats emmenaient, dont l’aide était aussi de taille, et c’est la cause pour laquelle on ne fait rien, parce que, comme nous le disons, fout l’évêché de la Imperial est soulevé et en rébellion, ce qui doit représenter plus de cinquante mille Indiens en guerre »16.

  • 17 J. T. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1657, p. 150-181.

69Dans un exposé fait par Domingo de Erazo, en 1602, comme procurateur du gouverneur Alonso de Rivera, l’auteur faisait remarquer que Santiago et la Serena « se sont trouvées vidées de leur substance, sans Indiens amis pour les aider, et c’étaient eux qui assuraient la maintenance de la guerre en fournitures et en ravitaillement et les principaux services des armées et du camp » et « maintenant, manquant de tout et avec sept cents hommes à maintenir en campagne, ledit gouverneur n’a pu réunir plus de deux cents quarante-deux Indiens amis, au grand détriment de la communauté du petit nombre qui sont restés loyaux »17.

70La crise générale traversée par l’armée espagnole à la fin du XVIe siècle, crise de système, était visible sous tous les aspects et sous toutes les faces de ses éléments constitutifs et en particulier l’aide et la participation de l’élément indigène, fondement de toute la société seigneuriale établie par les conquérants espagnols au Chili.

Le financement de la guerre

71Dans le premier chapitre on a déjà établi le système d’obligations militaires qui dérive pour les encomenderos de la possession de leurs encomiendas. En vertu de ces obligations, les conquérants devaient être l’expression de la force de l’État espagnol dans le royaume du Chili, la main qui assurait la continuité de la domination, la stabilité et la permanence du nouvel ordre créé par la conquête.

72Mais les conditions et les caractères particuliers de la population indigène du Chili créèrent tout au long du XVIe siècle une situation de fait qui mit à rude épreuve le système de domination espagnol et le conduisit finalement à une crise profonde, qui obligea l’État espagnol à effectuer une restructuration-complète du système militaire du Chili et à transformer l’armée en armée d’État, permanente, à la manière européenne.

73Le processus de cette transformation et sa culmination en une crise totale du système, c’est ce qu’on prétend indiquer, mais seulement dans ses traits les plus frappants, au cours des pages qui suivent.

74A la différence d’autres régions d’Amérique où les obligations militaires des encomenderos n’avaient pas besoin d’être rendues effectives grâce à la nette stabilité de la domination, au Chili elles durent être exigées fréquemment, presque annuellement, par le gouverneur et les autres représentants du Roi.

75Même la conception selon laquelle tous les habitants, en qualité de vassaux du Roi, et même s’ils ne bénéficiaient pas de grâces particulières, devaient être contraints de coopérer à l’effort de guerre en cas d’urgence, dut prévaloir en son temps au Chili, fondée sur l’exaspération de la résistance indigène ; ainsi fut atteinte la limite extrême des obligations militaires individuelles. Il est probable que cette extension des obligations fut regardée avec plaisir par les encomenderos, qui perdaient leur caractère de bailleurs de fonds exclusifs de la guerre. Il est clair que l’expression bailleurs de fonds doit être entendue à la façon seigneuriale, avec l’Indien comme base de l’économie du royaume, car dans la pratique et en dernier ressort, les véritables bailleurs de fonds furent les Indiens des régions pacifiées, quoique l’encomendero, qui couronnait la société de sa position supérieure, soit apparu comme celui qui fournit l’effort suprême. La vérité est qu’ils étaient les exploitants seigneuriaux.

  • 18 Néstor Meza, Régimen jurídico de la conquista y de la guerra de Arauco, p. 19.
  • ††† N. du T. — Le mot « gobernación » : gouvernement, doit être entendu ici dans son acception territo (...)
  • 19 Néstor Meza, Régimen jurídico de la conquista y de la guerra de Arauco, p. 24-30.

76La domination du pays conquis, comme base des obligations militaires des encomenderos et de l’apport du reste des colons était une illusion. « Les cités, par leur constitution même, ne pouvaient avoir une nombreuse population. La capacité des encomenderos tuteurs pour maintenir des soldats à leurs frais était limitée »18. Le gouvernement de García Hurtado de Mendoza revêtit les caractéristiques d’un financement étatique modéré, mais selon le principe de la transgression des normes établies. Après le départ de don Garcia, les anciennes dispositions furent rétablies, mais sans que cela améliorât en rien le problème. Face à l’insurrection araucane, en 1561, « chaque cité dut essayer de la réprimer avec ses propres ressources » et « les cités qu’elle n’affectait pas directement maintenaient leur attitude d’abstention ». Ces circonstances obligèrent à imposer des frais au Trésor royal et aux encomenderos, même s’il n’y avait pas de guerre dans les limites de leurs parages ; cette politique fut élargie au bout de peu de temps par l’Audience royale, car, selon celle-ci, « les cités étaient parties d’un tout : le Gouvernement†††, et étaient tenues de maintenir la paix en quelque point qu’elle fût altérée. Cette conception était renforcée par le fait évident que la tranquillité du royaume serait un bienfait pour toutes les cités. C’est pour la même raison que les obligations militaires qui retombaient, dans chaque cité, sur les encomenderos, furent étendues à tous les membres de la cité ». A partir du gouvernement de l’Audience royale, le régime de maintenance de la guerre devint mixte, financé en partie par les encomenderos et les autres habitants des cités, et le budget royal prenant aussi en charge quelques frais d’organisation de l’armée. Bravo de Saravia « dépensa, en 1569, huit mille pesos pour équiper des soldats qu’il recruta à Santiago et vingt mille qu’exigea l’équipement des recrues à Osorno, Valdivia, Castro, Villarica et Imperial », et, plus encore, « on entretient des soldats à solde, ceux qu’on répartit dans les cités avec l’obligation d’y résider, ce sont les garnisons. Ils étaient deux cents, en 1571, et leur salaire est de deux cents pesos par an, mais semble insuffisant pour leurs besoins »19.

77Un très bon exemple de l’attitude des représentants du Roi devant les frais que l’on voulait imposer au budget de la couronne nous est donné par le fait suivant, un peu antérieur au changement introduit par l’Audience : « Et le maréchal (Francisco de Villagra) désirant se mettre aussitôt à la tâche, ordonna de retirer du coffre royal, une partie de l’or qui s’y trouvait, pour l’expédition et la mise en condition des soldats qui devaient aller défendre les villages les plus menacés. Les officiers royaux ne voulurent pas obéir à cet ordre, et en particulier le trésorier appelé Juan Fernandez de Alderete qui était un homme blanchi et d’un cœur viril en toute rencontre. Et le gouverneur, voyant qu’il n’y avait pas moyen de les convaincre autrement s’en fut en personne ouvrir le coffre, et les trois officiers royaux s’assirent dessus, l’empêchant de l’ouvrir, tant et si bien que Villagra dut prendre une hache et briser le coffre à grands coups, pour sortir l’or qui s’y trouvait, soit une somme de cent mille pesos, et il pourvut les hommes pour la guerre ». (Mariño de Lovera, p. 174.)

78Le même chroniqueur note la persistance du financement privé de la guerre et le sentiment d’hostilité provoqué par de telles mesures, disant que « ils commencèrent aussitôt (les Auditeurs, les licenciés Torres de Vera et Egas Venegas) à donner des ordres concernant les affaires du royaume et très particulièrement celles de la guerre, envoyant le capitaine Alonso Ortiz de Zúñiga aux cités du haut pour notifier aux habitants de partir pour la guerre, et en même temps, collecter des fournitures, armes et vêtements pour les soldats ; et d’autre part, ils envoyèrent un autre capitaine à la cité de Santiago, de Coquimbo, pour la même fin, désignant à cet effet le capitaine Joan Alvarez de Luna. Ce ne fut pas une peine légère, pour tous les anciens du royaume, de voir qu’après avoir conquis le pays, on voulait encore les faire travailler et qu’on leur arrachait leurs biens, et même les biens des pauvres, tous les jours, pour nourrir la guerre, et que ceux qui arrivaient d’Europe, avec leurs mains blanches, s’occupaient à des fonctions de corregidors, et autres semblables, et un grand nombre à pourvoir les armées, au grand détriment de tout le royaume ». (Maríño de Lovera, p. 308.)

  • 20 CDICH, deuxième série, t. I, p. 251-254.

79Le gouverneur Bravo de Saravia affirmait, dans une lettre écrite au Roi, à la fin de 1569, que les habitants avaient promis de l’aider pour la guerre avec le huitième de l’or des mines pendant deux ans, grâce à quoi il espérait installer une garnison de cent hommes sur la frontière des Indiens rebelles. Il expliquait, dans la même lettre, que le manque d’enthousiasme de la population espagnole pour participer à la pacification conduisait à ce que « beaucoup de ceux que l’on convoque pour la guerre, se fourrent dans les monastères et les églises et s’enfuient dans la montagne »20.

  • ‡‡‡ N. du T. — Ancienne monnaie, le « castellano », qui valait le cinquantième d’un marc d’or.
  • 21 CDICH, deuxième série, t. I, p. 175-193.

80Les officiers royaux calculaient que ce huitième atteignait 18.000 pesos, mais ils se plaignaient que le Gouverneur les employait à son gré et il en était de même du quint, qu’ils estimaient à quelques 45.000 castillans‡‡‡, dont la moitié devait servir à l’amortissement des dettes que les gouverneurs précédents avaient contractées pour couvrir les dépenses de guerre, et cependant, on ne faisait ni l’un ni l’autre, car Saravia administrait les fonds à sa fantaisie, désignant à différentes charges des amis et des parents21.

  • §§§ N. du T. — La « fanega » vaut 55 litres environ.
  • 22 AES, t. II, f. 57 v.
  • 23 AES, t. II, f. 62 v.
  • 24 AES, t. II, f. 92 v.

81Il y a des preuves de quelques dépenses effectuées sur les caisses royales pour les besoins de la guerre. Le 11 novembre 1564, on enregistrait une vente de 700 fanègues§§§ de blé, faite par Pedro de Miranda, aux officiers royaux, qui reconnaissaient avoir « acheté ce blé au nom de Sa Majesté, pour l’envoyer à la cité de la Concepción pour secourir les gens de guerre qui se trouvent dans cette cité, conformément à l’accord que nous avons passé au sujet de ces dépenses de guerre »22. Le 28 novembre de la même année on achetait, avec le même objet, à Diego García de Cáceres, 500 autres fanègues à la charge du budget royal23, et le 6 février suivant s’y ajoutaient 300 autres fanègues, achetées à Juan de Barros, « pour envoyer avec les autres qu’ils ont achetées et qu’ils viendraient à acheter »24.

  • 25 AES, t. II, f. 162.
  • **** N. du T. — Le « tomín » est une monnaie de l’Amérique coloniale, qui valait le huitième d’un peso (...)
  • 26 AES, t. II, f. 151 v.
  • 27 AES, t. II, f. 284.

82Le 12 mars 1565 est enregistré un pouvoir, par lequel il est établi que Gonzalo de los Ríos et Pedro de Miranda, se firent ouvrir un crédit de deux mille pesos d’or dans la boutique d’Alonso de Escobar, en vêtements et en marchandises, qui furent remises aux officiers royaux, « pour que les susdits vinssent en aide aux soldats et gens de guerre qui devaient partir de cette cité pour porter secours à la cité de Concepción, qui était assiégée par les Indiens en rébellion ». Cet emprunt serait amorti par les officiers royaux grâce au quint de l’or qui serait fondu, et à cet effet les habitants de Santiago prirent une décision devant greffier s’engageant à faire fondre assez de poudre d’or pour couvrir le remboursement de la dette contractée par le budget royal25. Un document du 22 mai de la même année établit le revers de la médaille. Les officiers royaux avaient prêté, par l’intermédiaire de Pedro de Miranda, 126 pesos et 3 tomins**** à Diego de Guzman, pour qu’il se rendît à la guerre, cette somme devait être prélevée sur ses biens pour indemniser le créancier26. On trouve la même année une dette de la Caisse royale envers Francisco Gudiel, de cent pesos d’or, valeur d’un cheval qu’on lui avait pris pour « donner à un de ces soldats qui vont servir Sa Majesté »27.

  • 28 CDICH, deuxième série, t. I, p. 248-249.
  • †††† N. du T. — Région d’Argentine correspondant approximativement aux provinces actuelles de Córdoba e (...)
  • 29 AES, t. II, f. 255 v.

83Les termes d’une lettre de l’Audience royale, écrite au roi à la fin de 1569, sont en conformité avec cette manière de procéder. Elle dit qu’on secourait les soldats « en vêtements, en armes et autres, tenant un compte pour chacun de ce qu’il reçoit, et plus tard, si ce soldat vient à avoir de quoi payer, on le lui fait réclamer par les officiers royaux et par l’inspecteur et même s’il meurt, on lui saisit ses pauvres dépouilles ». L’Audience ajoutait qu’avec ce système les soldats vivaient « comme s’ils étaient engagés et attendaient leur rachat », car on ne les laissait pas sortir du royaume tant qu’ils ne remboursaient pas leurs dettes envers le Trésor royal et elle se terminait en envisageant un arrangement « qui évitât de leur réclamer ces secours », puisque, pour leurs services, ils méritaient une récompense28. Mariño de Lovera protestait également contre le système qui obligeait les soldats à rendre tout ce qu’ils avaient reçu « en solde ou comme secours » quand ils voulaient sortir du royaume, après avoir servi quinze ou vingt ans, ajoutant que « on en use de même avec les morts, dont les biens sont saisis à concurrence de leur dette » (Mariño de Lovera, p. 322). Les dires du chroniqueur sont confirmés par un exemple que nous avons trouvé à une date aussi reculée que 1565. Un soldat, nommé Juan de Escobar, qui était venu dans le renfort amené par Jerónimo Costilla avait reçu comme subvention d’équipement, en s’enrôlant au Pérou, la somme de 200 pesos d’or et il allait en voyage aux « Juríes »†††† avec une commission et une licence délivrées par le gouverneur Quiroga, mais les officiers royaux exigeaient de lui la dévolution de la subvention d’équipement ou bien la caution équivalente et c’est Santiago Pero Gómez, habitant de Santiago, qui dut lui consentir l’avance29.

  • 30 Reproduites par S. Zavala, Las instituciones jurídicas..., voir en particulier les dispositions du (...)
  • 31 J. T. Medina, Manuscritos, t. CCXXX, doc. 5983, p. 183-185.

84Encore que Philippe II dût insister sur l’idée, jalousement imposée par ses prédécesseurs dès les premiers temps de la conquête, d’éviter à tout prix de dépenser le Trésor royal, principe exprimé avec beaucoup de clarté dans ses « Ordonnances sur les nouvelles découvertes et colonies », de 1573, maintenant le système du financement privé30, cependant, l’année précédente, par une cédule du 2 janvier 1572, il autorisait de secours au Chili, permettant au vice-roi du Pérou et aux autres fonctionnaires de dépenser de l’argent du Trésor royal à cette fin. La modération était recommandée dans les débours du Trésor « pour l'équipement des gens de guerre et le reste relatif au secours »31. L’important dans le contenu de cette cédule est la reconnaissance, par la Cour elle-même, de la situation de fait créée par la prolongation de la guerre, qui exigeait un continuel apport de moyens, et aussi la reconnaissance de l’incapacité à maintenir la domination et la subsistance des Espagnols sur la base du système seigneurial. L’État espagnol commença à assumer peu à peu la responsabilité-totale, bien que les mesures tendant à une telle modalité fussent le signe d’une diminution, petite, il est vrai, de ses disponibilités monétaires au Pérou.

  • 32 CDICH, deuxième série, t. I, p. 85.

85Dès une époque assez lointaine et avant cette cédule, les vice-rois et l’Audience de Lima se virent dans l’obligation de dépenser de l’argent prélevé sur le Trésor péruvien, en secours pour la guerre du Chili. Le licencié Monzón écrivait au Roi en décembre 1566 que le renfort envoyé au royaume [de Chili] avec Jerónimo Costilla avait coûté à la Caisse royale de Lima, la somme de 70.000 pesos32. L’origine de ces dépenses ou la décision de les engager découlait de la subordination du Chili à la vice-royauté [du Pérou], cette subordination impliquait pour les autorités la responsabilité de maintenir la domination espagnole dans une région si importante. stratégiquement, à l’extrême sud du continent.

  • 33 Témoignage de l’arrêté qui a été publié à Lima par ordre du vice-roi don Francisco de Toledo, 15-1 (...)

86En 1570, était publié à Lima, un arrêté du vice-roi Toledo, dans lequel on promettait aux hommes qui voudraient s’enrôler pour participer à la pacification du Chili, que les officiers royaux leur « donneront de l’argent, des armes, des vêtements, des victuailles et autres choses nécessaires à cette expédition ». On leur faisait connaître dans l’arrêté qu’il leur serait tenu compte de ces services pour de futures grâces et gratifications. Il ressort du même document qu’un seul soldat s’est enrôlé33.

87L’effort de guerre ne pouvait être soutenu au Chili avec les ressources exclusives, humaines et financières, du royaume, bien que la couronne et ses représentants ne se résignassent pas si facilement à épargner les possibilités offertes par les domaines de ses vassaux. Il était courant aussi que les gouverneurs, eux-mêmes, allassent jusqu’à payer de leur cassette dans les circonstances exceptionnelles, dans l’espoir que le Roi reconnût leur désintéressement et les récompensât.

88C’est ainsi que l’effort interne, dans lequel les encomenderos s’efforçaient de rendre leur participation de plus en plus faible, dut être complété de l’extérieur, dans une large mesure. La guerre d’Araucanie n’aurait pu que s’éteindre sans le courant de contingents humains venus du Pérou et d’Espagne, et sans les nécessaires approvisionnements de guerre et l’argent indispensable pour les financer. Le ne tut donc pas une guerre à laquelle la société des conquérants participait exclusivement, puisque l’apport de l’État espagnol alla en augmentant, dans la mesure où l’incapacité interne ou le manque d’intérêt des encomenderos augmentait. La diminution du potentiel économique de la société créole est aussi un facteur important et un aspect qui doit être analysé comme une des questions-clés du problème.

  • 34 CDICH, deuxième série, t. II, p. 469-470.
  • 35 Fco Caro de Torres, Relación de los servicios de don Alonso de Sotomayor, p. 46-47.

89En ce qui concerne le financement privé de la guerre, les témoignages abondent. Les gouverneurs prélevaient assez fréquemment de l’argent sur leur propre fortune. Rodrigo de Quiroga était un riche encomendero, et on prit en considération cette circonstance pour lui attribuer cette charge. Par l’intermédiaire de son procurateur Alonso de Herrera, il soutenait dans un rapport au Roi, daté de 1579, qu’il avait « dépensé jusqu’à présent, dans la guerre du Chili, plus de 250.000 ducats de ce qu’il avait acquis dans ces royaumes du Pérou et avec les tributs des Indiens de son encomienda et avec cette somme il aurait pu acheter douze mille ducats de rente perpétuelle dans nos régions34 » Bien que l’intéressé ait sûrement forcé le chiffre de ses dépenses et que, pour cette raison, on puisse en douter, cependant, le fait que le rapport fut adressé au Roi prouve que Quiroga pensait qu’il pouvait être pris en considération à la Cour. Alonso de Sotomayor, envoyé au Chili, d’Espagne, se fit accompagner de « beaucoup d’autres valeureux soldats des Flandres, pour qu’ils l’aidassent dans cette guerre et il leur donna de sa fortune pour partir et s’équiper, les pourvoyant de ce dont ils avaient besoin pour un si long voyage... dépensant tout son patrimoine et le revenu de son domaine ». Arrivé au Rio de la Plata « il vendit tous les vêtements qu’ils avaient, lui et son frère Don Luis de Sotomayor et c’est avec cela qu’il acheta la nourriture nécessaire à ses hommes »35.

90Pour une expédition de secours que fit préparer le comte du Villar, vice-roi du Pérou, vers 1588, il mandata comme organisateurs Fernando de Córdoba et Luís de Carvajal, qui « déployèrent bannière au Potosí et dans son territoire, et réunirent chacun deux cents soldats ». Le chroniqueur ajoute que « ledit don Fernando... dépensa beaucoup de milliers de pesos de sa bourse, en victuailles qu’il ajouta et en cadeaux et présents qu’il fit aux soldats dans les forts et sur les chemins pour les garder jusqu’au Chili » (Mariño de Lovera, p. 430).

  • 36 L’archevêque de Los Reyes informe le Roi de la mort du gouverneur Loyola et de la nomination de Fr (...)

91Encore en 1600, « le gouverneur Quinones fit ce qu’il put et de grandes faveurs aux habitants des cités éloignées et aux soldats, leur donnant beaucoup de sa fortune avec une grande libéralité, dépensant pour eux plus de trente mille pesos d’or en quinze mois qu’il gouverna » (Rosales, II, p. 357). Un parent de Quiñones élevait cette somme à plus de quarante mille ducats dans une lettre qu’il écrivait au Roi36.

92On a déjà vu que le critère fixé par l’Audience royale était, que tous les habitants, et non seulement les encomenderos, devaient contribuer, d’une façon ou d’une autre, à l’effort de guerre. Ce qui prouve la richesse avec laquelle ils pouvaient s’équiper, c’est que, vers 1571, les vecinos de Valdivia arrivaient « en deux compagnies de soldats très élégants, tous avec chaîne d’or au cou, beaucoup de beaux habits et beaucoup de victuailles, car étant de riches vecinos et venant d’un pays où l’on extrait beaucoup d’or, ils faisaient un grand étalage de vêtements et de voitures » (Rosales, II, p. 187).

93Il est très important de faire ressortir, ce qui indique le manque de sens unitaire de la société indigène, que les indigènes loyaux eux-mêmes participaient aussi au financement de la guerre. Il ne s’agit pas ici de l’aide apportée pendant les campagnes par les soldats indiens appelés « amis », mais des prélèvements et des emprunts à leur fortune personnelle. En 1590, « le Gouverneur fit une proposition en vue d’obliger les vecinos de Santiago à contribuer, le Chapitre s’y rangea, et tout le monde donna généreusement la part qui lui était proportionnée, et de même les Indiens du territoire de Santiago, car il y en avait alors beaucoup de très riches, qui se servaient, comme ceux du Pérou, de vaisselle d’argent, d’un grand nombre de domestiques et qui avaient d’importantes rentes de la communauté indigène et donnaient avec grand plaisir dans les réquisitions opérées au profit de Sa Majesté et de son armée royale. C’est fini désormais, et il n’est pas resté un Indien avec un tel train ni richesse, car, outre que les Indiens se sont éteints, la guerre les a tous nivelés et appauvris » (Rosales, II, p. 203-204). Il ressort de ces renseignements que les Indiens contribuaient pour une part appréciable aux nécessités de la guerre. Il y a d’autres preuves de cette affirmation.

94Mariño de Lovera raconte que Martin Ruiz de Gamboa, « pour fournir ses soldats d’équipements et de victuailles nécessaires, fit une réquisition parmi les marchands et autres personnes dans la cité de Santiago, comme le fit aussi son maître de camp dans celle de Valdivia, et comme l’ont fait couramment d’autres gouverneurs, délivrant un bon à payer sur la caisse royale quand elle contiendrait de quoi payer ; et par la volonté de Dieu, jusqu’à présent elle n’a pas un grain de reste. En plus de cela il donna l’ordre de préparer en chemin, dans la province des Paramocaes, le ravitaillement nécessaire pour l’armée ; ce qui fut fait aussitôt, on prépara sur-le-champ trois mille quintaux de pain de mer, quatre mille cochons salés, une grande quantité de charges de viande séchée, beaucoup de moutons et de rafraîchissements : et tout cela était produit par la sueur des pauvres Indiens, et c’est sur leurs épaules que pesait le transport des charges, après qu’on les eût sucés jusqu’aux os » (Mariño de Lovera, p. 408).

  • 37 Enquête et mission de don García Hurtado de Mendoza, vice-roi du Pérou, confiée au licenciado Mald (...)
  • 38 Enquête au sujet d’une mesure prise par l’Audience royale de Los Reyes, relative à l’interdiction (...)
  • 39 J. T. Medina, Manuscritos, doc. 1439, p. 250-259.

95Étant devenu vice-roi du Pérou, don García Hurtado de Mendoza confia une mission secrète au licenciado Alonso Maldonado de Torres pour vérifier les méthodes de Alonso de Sotomayor dans le gouvernement du Chili, et de cette mission sortit une vaste information. Un des informateurs, Baltasar Sánchez, déclarait que « les Indiens loyaux ont été très maltraités par ce gouverneur dans les réquisitions d’or et de bêtes qu’on leur a prises et autres objets d’équipement, chevaux et approvisionnement dont on les a taxés et on les a emmenés dans les villes fortifiées, où sont morts et se sont consumés par excès de travail, beaucoup d’indiens et ceux qui sont restés sont très pauvres et très dispersés et si surchargés de travaux, car on leur impose généralement des offrandes et d’autres choses, qu’ils ne peuvent les supporter et ainsi, ils se consument »37. Un document de 1593, établit plusieurs faits très significatifs en ce domaine. Une des questions de l’enquête tendait à faire apparaître si les témoins savaient si, pendant le gouvernement de Oñez de Loyola, comme les secours ne venaient pas du Pérou, il avait fallu « Emprunter à ces Indiens les approvisionnements qu’on leur a pris actuellement, c’est-à-dire des vaches, des moutons, du maïs, du blé, des chevaux, des fromages, du cochon, du chanvre à mèches et d’autres choses »38. Le premier informateur fut Alonso de Sotomayor. « A la troisième question ce témoin dit que, bien que des provinces du Pérou viennent à ce royaume des secours de vêtements comme, au temps de ce témoin, les vice-rois en ont envoyés pour habiller les gens de guerre ; la guerre devant se poursuivre, on ne peut aucunement éviter d’approvisionner les forts, les frontières et l’armée en campagne, en vivres, chevaux et beaucoup d’autres matériels nécessaires à la guerre, qu’on a pris l’habitude de se procurer chez les habitants et les naturels de ce royaume, et en particulier de cette cité, parce qu’il n’y en a pas d’autres qui puissent le faire et c’est ainsi qu’on a emprunté à ces gens tous les approvisionnements nécessaires ; on l’a fait parce qu’on n’avait pas d’autre moyen, et que Sa Majesté n’avait pas dans ses caisses royales ni nulle part en ce royaume, un trésor où l’on pût puiser et se pourvoir. » C’est ce qu’il répondit à la question, et « qu’ils ont l’habitude de prendre de ces choses-là et de prélever des secours, sous le gouvernement de ce témoin ; on leur a donné généralement le libre accès à la Caisse royale de cette cité et du royaume, pour se payer comme ils se sont payés et se payent sur le quint de l’or qu’ils mettent à fondre, et qui appartient à Sa Majesté, et ce témoin a compris que ses prédécesseurs ont eu la même méthode dans ce gouvernement ». Un autre des témoins fut le capitaine Gaspar de la Barrera, vecino et encomendero ; sa déclaration est plus ou moins similaire. « Au sujet de l’article 4, ce témoin dit que, d’après ce qu’il a vu, on aurait très mal pu nourrir la guerre et les frontières si ces gouverneurs n’avaient pas procuré les approvisionnements en les prenant aux naturels, mais les réquisitions ont été si continuelles et de tant de sortes de choses et en telles quantités que les Indiens dépérissent et se consument, hommes et biens »39.

96Sans l’ombre d’un doute, les naturels des régions pacifiées contribuaient donc, avec d’importants moyens, à nourrir la guerre. Il est également indubitable que de telles charges sont, dans une large mesure, la cause de la pauvreté où ils se sont trouvés réduits, mentionnée par le document que nous avons partiellement transcrit.

  • 40 Cédule royale, du 9-9-1584, au gouverneur Alonso de Sotomayor, l’avertissant qu’on s’est rendu com (...)

97Les encomenderos et les colons, en particulier les premiers, s’équipaient personnellement, en principe, et de plus, ils apportaient l’aide de leur fortune, soit en argent, soit en nature, mais ils ne le faisaient qu’en rechignant, et avec le désir de se voir libérés au plus tôt d’obligations qui ne concordaient pas avec leurs intérêts immédiats, et qui même, parfois, leur étaient contraires, du moins selon eux. C’était le cas d’opérations militaires en certaines zones où vivaient des Indiens rebelles, qui appartenaient à des encomiendas, dont les propriétaires espéraient qu’ils se soumettraient à nouveau. D’où leur désir de détourner la guerre vers d’autres lieux. Ces faits, qui, du point de vue de la sécurité générale, devaient donner de graves préoccupations aux autorités espagnoles, trouvèrent leur expression dans une cédule de 1584, qui dans une de ses considérations établit qu’« on a rarement réussi sur le plan de la guerre, parce que, quand on veut aller la faire dans une région, les encomenderos des Indiens de cette région les avertissent de ce qu’on va faire et ainsi les Indiens sont prévenus et font des passes devant les Espagnols et ces Espagnols ne remplissent pas efficacement leur mission »40.

  • 41 Relation de ce qu’écrit le gouverneur du Chili dans une lettre du 17-1-1598, sur les choses de la (...)
  • 42 Avertissements et arrêtés destinés aux vecinos de Tucapel, relatifs à la guerre du Chili, 16-10-15 (...)

98La faible densité de la population empêchait que la participation des colons du royaume fût décisive dans le déroulement de la guerre. Les obligations militaires étaient éludées par tous les moyens possibles, même en entrant dans les ordres, ou bien, au moyen d’un rachat en argent. D’autre part, une analyse du problème effectuée par Oñez de Loyola aboutissait à la conclusion qu’il était indispensable de continuer la guerre avec des gens payés, parce que sinon « elle sera interminable, parce que les personnes entre qui étaient réparties les encomiendas d’indiens des États de Arauco et de Tucapel se sont consumées dans la guerre ou que les encomiendas sont échues à des veuves, des mineurs ou des vieillards qui ne sont d’aucune utilité à la guerre », et bien que quelques-unes aient été confiées à d’autres personnes et « qu’on leur ait donné des avertissements et en particulier aux encomenderos de Tucapel, il n’y a eu personne pour se rendre à la guerre, depuis quatre ans ; et même s’ils y allaient tous, cela ne ferait pas huit hommes valides »41. En réalité, on les avait sommés à quatre reprises de se présenter avec leurs armes et leur cheval, ou d’envoyer en leur nom un écuyer ; « leur infligeant comme peine la perte de leur fief, s’ils n’obtempéraient pas »42, mais cela n’améliora pas la situation.

  • 43 Lettre de frère Domingo de Villegas, datée de Los Reyes, le 23-10-1599. Medina, Manuscritos, t. C, (...)

99Durant tout le gouvernement de Loyola, les encomenderos redoublèrent d’efforts pour obtenir d’être exemptés des obligations militaires et des taxes qu’on leur imposait pour financer les besoins de la guerre, taxes qui de l’avis de frère Domingo de Villegas atteignaient certaines années vingt, trente et quarante mille pesos, la normale étant de dix à douze mille pesos, sans compter les dépenses individuelles qu’entraînait la participation personnelle à la campagne militaire »43.

100Mariño de Lovera ne voyait pas les réquisitions avec une grande sympathie : « On commet beaucoup de vexations semblables car c’est une chose courante, et si introduite et si consolidée, qu’elle dure jusqu’à présent, que les gouverneurs fassent imposer des réquisitions dans tout le peuple pour nourrir les guerres, et ravitailler les soldats. Il suffit de sortir dans la campagne, et de prendre un troupeau de moutons ou de vaches, ou d’entrer dans les caves, ou dans un stock de jarres de vin, et ainsi de suite avec le maïs et le blé et les autres victuailles en disant : ceci est pour la guerre, cela est pour la guerre, et en le prenant aux pauvres Indiens, et aux Espagnols à crédit, et en leur donnant un bon sur la caisse royale qui les payera quand notre Seigneur voudra bien qu’il y tombe quelque chose ; car pour l’instant, avec la guerre continuelle, elle n’a même pas un grain » (Mariño de Lovera, p. 292-293).

  • ‡‡‡‡ * N. du T. — Il serait très difficile de proposer une équivalence en francs français actuels. Rema (...)
  • 44 C. Gay, Historia Física... Documentos, t. II, p. 32.

101Dans l’information connue sur les choses du royaume, de Miguel de Olaverría, en 1594, calculant les dépenses faites par le Roi dans cette pacification, on estimait qu’il s’était dépensé « de son trésor royal plus de quatre millions‡‡‡‡ au total, en faisant entrer dans cette sommé deux millions de pesos d’or qu’il doit à ses vassaux au Chili et en particulier aux Indiens des cités de la Serena, Santiago, Imperial, Valdivia, Osorno, Chiloé et la Villa Rica, en vêtements et en or qu’ils ont donné et fourni à titre de prêt pour les dépenses de guerre et en chevaux, vaches, moutons, pain de munition et autres sortes de vivres, car depuis l’année 48 il ne s’est pas passé une année au Chili sans maintenir en campagne et sur les frontières plus de 400 hommes aux frais de Sa Majesté, en leur donnant leur ration personnelle et des secours en or et en vêtements, tant de ce que les vice-rois du Pérou ont envoyé, que de ce qu’on a collecté au Chili »44.

102Mais cette libéralité était tombée en décadence, « parce que les hommes qui arrivent encore sont nombreux, et ainsi on ne peut faire face à tant de monde » (Mariño de Lovera, p. 53).

  • 45 Voir sur ces faits Barros Arana, Historia General, t. III, p. 195 et suiv. ; N. Meza, Régimen jurí (...)

103Les efforts des encomenderos se virent finalement couronnés de succès, car le 28 janvier 1594, une mesure de l’Audience de Lima limitait leurs devoirs à livrer seulement les repas qui seraient nécessaires. En septembre de la même année, devant une réquisition du gouverneur, demandant de l’aide pour la guerre, le scandale fut énorme, et il se vit obligé de renoncer à ses intentions45.

  • 46 Lettre du bachelier Francisco de la Hoz, procurateur de la cité de Santiago du Chili, 10-11-1597. (...)

104La mesure de 1594 fut rapportée ultérieurement, mais après des démarches et des pétitions, dont la lettre du bachelier Francisco de la Hoz, procurateur de la cité de Santiago, n’est qu’un exemple46, les vecinos obtinrent du roi la cédule de 1597, les exemptant de leurs obligations militaires. Naturellement, ni les incidences, ni la législation sur ce sujet ne prirent fin avec la cédule, mais la reconnaissance par la monarchie de l’impossibilité de continuer la guerre avec les efforts privés de ses sujets, fut décisive. Cette conclusion à laquelle en arriva peu à peu la cour, conduisit à la fin, à la création de l’armée d’État, mais, on ne saurait trop le répéter, la mesure ne fut prise que quand les grands périls le rendirent inéluctable.

105En apparence, un peu surprenante est l’attitude d’opposition des encomenderos du Chili à l’effort de guerre, durant le XVIe siècle, non opposition totale, mais tendance à se libérer des charges personnelles et économiques que signifiait la poursuite de la guerre.

  • §§§§ N. du T. — En espagnol : « ya que comían de ellas » : littéralement puisqu’ils mangeaient grâce à (...)
  • ***** N. du T. — En espagnol « se cargaba » littéralement : se chargeait, mais c’est le même verbe qui s (...)

106Évidemment la tendance à l’abstention quand les activités pacificatrices devaient se développer sur le territoire des autres cités, était notoire, Comme on l’a déjà indiqué. Cet individualisme est très particulier au système de-conquête à financement privé. L’Espagnol qui avait déjà fait sa conquête devait naturellement faire des difficultés pour continuer les conquêtes des autres. Il entendait toute pacification ultérieure comme une entreprise à la charge des intéressés. Si les vecinos de Santiago vivaient dans une région déjà pacifiée, une insurrection des naturels du territoire de La Imperial était considérée comme concernant les vecinos de La Imperial, qui devaient maintenir l’ordre dans leurs encomiendas puisqu’ils en vivaient§§§§. Le conquérant de ces premiers temps ne pouvait concevoir un sentiment national fondé sur le lien des cités récemment fondées, des récompenses obtenues et de la participation à une expédition de conquête d’ordre accidentel, hétérogène et absolument utilitaire. Les liens entre les membres de l’ost des Indes se brisaient dans l’exacte mesure où ils voyaient se concrétiser leurs espérances dans le nouveau territoire dominé. Et il ne faut pas oublier qu’une fois réalisée une conquête, le pays s’embarrassait***** facilement, c’est-à-dire qu’il devenait exiguë pour les ambitions des conquérants, et quand cet état d’esprit inquiet n’engendrait pas de factions ni de guerres civiles — que le Chili ne connut pratiquement pas — les procès au sujet des Indiens et des terres devenaient l’expression du mécontentement et de l’envie entre les plus et les moins favorisés par le sort. Au moment du partage, prenait donc fin l’unité première et apparente de l’ost des Indes. Par conséquent, l’attitude abstentionniste des habitants d’une cité vis-à-vis des problèmes militaires de quelque autre du royaume, correspond parfaitement à la mentalité des conquérants.

107Le sentiment individualiste du conquérant espagnol du XVIe siècle n’est qu’une explication partielle de ses comportements au cours de la guerre dans les années suivantes du siècle.

  • ††††† N. du T. — En espagnol « hidalgo ».
  • ‡‡‡‡‡ N. du T. — En espagnol « acá » : l’auteur écrit au Chili, ne l’oublions pas.

108Les membres de l’expédition de conquête et ceux qui leur succédèrent dans les années immédiatement postérieures étaient, dans leur ensemble, de typiques gentils-hommes††††† ou pseudo-gentilshommes espagnols, aventureux qui venaient ici‡‡‡‡‡ pour être des seigneurs au moyen de leurs armes. A mesure que la domination s’étendit sur le territoire, ils réalisèrent dans une certaine mesure leurs ambitions et reçurent les récompenses inhérentes au système de conquête privé. Une fois qu’ils eurent obtenu les récompenses désirées, les conquérants subirent l’influence du milieu qui les transforma.

109Ce processus de la transformation sociale du conquérant n’a pas encore été étudié au Chili avec la profondeur que le problème mérite. En le mentionnant ici, nous faisons ressortir que ce problème demande de façon urgente et péremptoire une recherche propre, destinée à le traiter et à l’éclairer à l’aide d’idées dégagées des thèmes traditionnels — de saveur provinciale — qui ont ankylosé beaucoup d’aspects de la connaissance du passé colonial.

110Dans les lignes qui suivent nous ne prétendons qu’à signaler la présence du problème de la transformation du conquérant, dans le milieu conquis par lui, traçant seulement quelques-unes de ses lignes générales, en les centrant — pour des raisons de structure de cette recherche — sur ce qui touche à la vie militaire, mais sans que cela signifie un esprit d’exclusive ni même la suggestion que cette transformation n’a pas eu de multiples faces. Au contraire, en insinuant la nécessité d’approfondir son étude, il faut faire ressortir conjointement que le thème doit être abordé dans toute sa complexité, que, bien que les proportions de cette histoire du Chili au XVIe siècle soient petites et à une échelle modeste, modestie et petitesse ne portent pas atteinte à des lignes et à des lois qui sont générales et valables universellement.

111Découvrir les traits de l’évolution de la conduite des conquérants espagnols au Chili fait partie du même problème dans les limites de leur expansion en Amérique et dans le monde à cette époque, et celui-ci, à son tour, est une fraction de quelque chose de plus général, qui affecte toute l’histoire de la colonisation à partir des grandes découvertes, et probablement même toute la vieille et ancienne coutume humaine de conquérir et de soumettre des hommes et des pays.

112C’est à l’abri de ces raisons que nous nous permettons de croire à l’urgence d’élucider le problème.

113Sans doute la présence des nouvelles cités fondées par les conquérants devait-elle conduire, avec tout le contexte économique, administratif, religieux et social, à une transformation profonde de ceux-là mêmes qui avaient changé la réalité existant Sur le nouveau continent à leur arrivée. La conception de la vie devait suivre les changements éprouvés par le milieu qui était, à son tour, nouveau et différent de la réalité qu’ils avaient abandonnée. La société des Indes était différente de la société d’Espagne. Les conquérants étaient donc des hommes situés dans une réalité nouvelle et le choc de cette réalité se répercute au point de les amener à acquérir des caractéristiques absolument propres, à eux et à la société dont ils faisaient partie.

  • 47 José Durand, La transformación social del conquistador, 2 vol., Mexico, 1953.
  • §§§§§ N. du T. — En espagnol « honra ». Un volume ne suffirait pas à définir ce terme. Nous avons choisi (...)

114L’ambiance d’Amérique était en grande partie libre des entraves qui existaient sur le sol espagnol pour les gentilshommes et en général pour tous les soldats de l’ost des Indes qui se sentaient désormais gentilshommes sans l’avoir été auparavant. Cette expression aller valoir davantage aux Indes, analysée avec beaucoup de pertinence par José Durand47 avait une signification très large, dans laquelle on trouvait parallèlement l’amour de l’or et l’amour de la dignit駧§§§. Comme le dit cet auteur, sans la convoitise de l’or il était impossible d’accroître sa dignité, à la façon des Indes, c’est-à-dire la qualité sociale.

115La plus-value personnelle était fonction, pour les conquérants, des conditions existantes dans les territoires conquis. On ne pourrait pas faire de comparaison entre les bénéficiaires du partage du trésor d’Atahualpa et les compagnons de Pedro de Valdivia. La richesse immédiate et quasi miraculeuse des premiers est trop éloignée des faibles possibilités offertes par les indigènes du Chili. Évidemment, ici il n’y avait pas de trésors. L’or des lavoirs devait être extrait avec difficulté et exigeait des dons d’organisation d’entreprise économique pour obtenir de bons rendements et aussi de disposer d’un grand nombre d’indiens et de collaborateurs qui fissent fonction de chefs d’équipe et de techniciens. Peu de documents de première main nous sont restés des quinze premières années de domination, mais le reste du siècle offre déjà une richesse de documents qui devront être examinés plus à loisir et sous un jour nouveau.

116Sans entrer dans des cas particuliers en ce domaine, sans en venir aux cas individuels qui trouveraient leur place dans une étude spéciale, on peut mentionner comme fait primordial qu’il était indispensable de disposer de main-d’œuvre pour mener à bien la plupart des entreprises économiques qu’offrait le nouveau milieu.

  • ****** N. du T. — Voir N. du T. p. 31.

117Au commencement prédomine la encomienda comme réserve de main-d’œuvre, complétée par le « yanaconage »******, institution qui n’a pas non plus été étudiée avec sa véritable importance au Chili. Apparaissent aussi avec une certaine fréquence les Indiens établis au moyen d’arrangements individuels. Ultérieurement et dans la mesure où l’accroissement de la richesse le permit, apparurent les esclaves noirs.

118Beaucoup des premiers conquérants employèrent la main-d’œuvre à leur portée dans diverses activités économiques. Dans les premiers temps l’activité minière fut de première grandeur, bientôt suivie par le travail des fermes, agriculture et élevage, avec tous leurs travaux complémentaires. D’autres y ajoutèrent des activités nouvelles, comme celle des manufactures de drap, l’exploitation et la vente du bois, les arsenaux, la navigation et le commerce, les moulins pour les céréales, et aussi la traite des esclaves noirs. Le commerce ne fut pas le privilège de ceux qui se considéraient comme des commerçants de profession et beaucoup d’habitants de classe — et sans classe — pratiquaient, en plus d’autres activités mercantiles, le louage et la vente d’indiens. Sans aller jusqu’à l’énumération prolixe des activités économiques, on peut percevoir qu’elles étaient suffisamment variées pour que les anciens soldats oubliassent ou du moins voulussent oublier leur occupations militaires, qui, il est inutile de le dire, une fois obtenues les récompenses de la conquête, étaient dépourvues, sauf exception, de raison d’être, du point de vue personnel.

119Toutes ces activités économiques étaient les possibilités des Indes pour des individus qui avaient en Espagne un horizon bien limité en ce domaine, et ils n’auraient pas pu en bénéficier là-bas dans les conditions normales offertes par une économie plutôt étroite et d’une structure très différente du milieu ouvert d’Amérique.

120La structuration d’une société de type seigneurial mêlée à des caractéristiques économiques plus proches du capitalisme, dans le cadre d’une monarchie absolue, nécessita la présence de toute une gamme bureaucratique, et quelques-unes des fonctions supérieures revinrent dans les premiers temps aux conquérants, qui à travers elles — en s’incorporant aux travaux de gouvernement — augmentèrent leur qualité sociale, leur « plus-value » personnelle. Gouverneurs, régidors, alcades ou corrégidors qui connaissaient le pouvoir pour la première fois, à une distance respectable de la métropole, multipliée par la précarité des communications, et qui, même sans nécessité d’abuser de leurs attributions, pouvaient exercer une autorité qui leur était agréable et flattait leurs ambitions, firent partie de ce nouveau cadre social des Indes.

  • 48 René Grousset, L’empire du Levant, Payot, Paris, 1949, p. 188-191.

121Le conquérant espagnol qui rengainait le sabre et commençait à jouir de cette nouvelle vie, avec de nouveaux horizons économiques et sociaux, devait forcément orienter sa conception de la vie vers d’autres cours que la vie de guerre, produit de sa « moins-value » espagnole, qui l’avait conduit à réaliser aux Indes des entreprises presque incroyables. Le guerrier ne pouvait plus l’être, au moins celui qui était satisfait de la nouvelle position conquise et qui n’était plus intéressé par les nouvelles invasions et expéditions. C’est ce que René Grousset appelle le fait colonial, qui suit le fait de conquête et qu’il a expliqué si clairement dans le cas des croisés de Syrie et de Palestine, où la transformation de l’esprit primitif fut également profonde48.

122Ajoutons que la continuelle exigence des devoirs militaires tendait à affaiblir la fortune des conquérants, le nombre de leurs Indiens, les empêchait aussi de se consacrer complètement à leurs occupations économiques, et tout cela ne menait qu’à l’amoindrissement de leur qualité sociale.

123Après ces considérations il n’est pas difficile de comprendre que les Espagnols établis au Chili aient perdu peu à peu leur esprit aventureux et militaire et que cette attitude se soit répercutée à son tour sur l’efficacité du système de guerre conçu par la monarchie pour assurer ses possessions d’Amérique, employant les obligations militaires des encomenderos comme contre-partie de la grâce qu’ils ont reçue.

124Donc, la transformation de l’esprit de conquête en esprit colonisateur, d’abord, et ensuite l'affaiblissement continu entraîné par les conditions spéciales de la guerre d’Araucanie, contribuèrent à préparer la grande crise de la fin du XVIe siècle et la réforme de l’armée que la monarchie espagnole dut réaliser consécutivement.

125L’armée privée devait, dans ces circonstances, perdre son efficacité. Le manque d’enthousiasme et, fréquemment, le refus de partir pour la guerre, limitaient les effectifs et la capacité de combat de l’armée espagnole. Si l’on ajoute la dispersion et l’insuffisante densité de l’occupation espagnole, unies à l’excessive longueur du territoire et à la tendance des habitants à ne pas prêter leur service militaire hors des limites de leurs cités respectives, on comprendra plus facilement l’instabilité causée par tout cela.

126En plus de l’épuisement économique provoqué dans les rangs des encomenderos par les contributions exigées pour aider au financement de la guerre, à côté de la transformation sociale des conquérants, qui les écartait de plus en plus des préoccupations et des activités de guerre, il faut insister, parmi les éléments qui se combinèrent pour précipiter la crise de la fin du siècle sur ces innovations et ces pratiques adoptées par la milice indigène, dont nous avons déjà parlé, qui augmentèrent son pouvoir offensif, jusqu’à l’égaler à l’armée espagnole et même la dépasser durant la grande rébellion qui commença dans les derniers jours de décembre 1598. Un autre aspect d’importance dans la décomposition de l’armée espagnole était l’extraordinaire misère où vivaient ceux qu’on pouvait appeler des soldats de métier ou de simples soldats. On a déjà vu qu’on exigeait d’eux la dévolution des secours ou des sommes qu’ils avaient reçus, des secours qui d’autre part n’avaient pas une régularité permanente. C’est pour celà que, comme le raconte Rosales, les soldats s’habillaient de badane et faisaient des bas et des bonnets dans les vieilles capes, et manquaient même de chemises, usage qu’avait introduit, selon le chroniqueur, le maître de camp Lorenzo Bernai de Mercado (Rosales II, p. 203). Dans de telles conditions et sans qu’il y eût dans le royaume, de quoi récompenser les efforts des soldats, il est expliquable que l’armée espagnole s’en ressentît moralement et que ce sentiment conduisît à un amoindrissement de l’effort de guerre, extrêmement périlleux pour la stabilité de la conquête.

127Tels furent les traits et les facteurs les plus saillants dans la configuration de la guerre d’Araucanie, durant le XVIe siècle et qui obligèrent à réaliser, dans les premières années du siècle suivant, une profonde réforme de structure, la création de l’armée permanente d’État, dont il s’agit de présenter les antécédents, tant en matière de dépenses de la Couronne, que de pétitions de réforme, dans les pages qui suivent.

Notes

1 F. Lot, L’art militaire et les armées au moyen âge, t. II, p. 317.

2 C. Errázuriz, Don García de Mendoza, p. 40.

3 Alberto Mario Salas, Las armas de la Conquista, p. 217-218.

4 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 208 et 210.

5 C. Gay, Historia física y política. Documentas, t. II, p. 213.

6 C. Errázuriz, Seis años de la historia de Chile, t. I, p. 47-49.

7 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 159-176.

8 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 177 à 198.

9 A. M. Salas, Las armas de la Conquista, p. 237 à 257.

10 C. Gay, Historia física y política. Documentos, t. II, p. 202 et 203.

11 C. Gay, Historia física y política. Documentos, t. II, p. 158 et 159.

12 Diego Barros Arana, Historia General..., t. II, p. 133.

13 Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, t. I, p. 185.

14 Bernardo de Vargas Machuca, Milicia y descripción de las Indias, t. I, p. 264. Voir aussi p. 186, 221, 239, 242 et 270 du même volume.

15 A. Vázquez de Espinosa. Compendio y descripción…, p. 690.

16 J. T. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 1634, p. 172-175.

17 J. T. Medina, Manuscritos, t. CIII, doc. 1657, p. 150-181.

18 Néstor Meza, Régimen jurídico de la conquista y de la guerra de Arauco, p. 19.

19 Néstor Meza, Régimen jurídico de la conquista y de la guerra de Arauco, p. 24-30.

20 CDICH, deuxième série, t. I, p. 251-254.

21 CDICH, deuxième série, t. I, p. 175-193.

22 AES, t. II, f. 57 v.

23 AES, t. II, f. 62 v.

24 AES, t. II, f. 92 v.

25 AES, t. II, f. 162.

26 AES, t. II, f. 151 v.

27 AES, t. II, f. 284.

28 CDICH, deuxième série, t. I, p. 248-249.

29 AES, t. II, f. 255 v.

30 Reproduites par S. Zavala, Las instituciones jurídicas..., voir en particulier les dispositions du chapitre XXV, en p. 162-163.

31 J. T. Medina, Manuscritos, t. CCXXX, doc. 5983, p. 183-185.

32 CDICH, deuxième série, t. I, p. 85.

33 Témoignage de l’arrêté qui a été publié à Lima par ordre du vice-roi don Francisco de Toledo, 15-1-1570. Medina, Manuscritos, t. XCIX, doc. 1547, p. 1 à 4.

34 CDICH, deuxième série, t. II, p. 469-470.

35 Fco Caro de Torres, Relación de los servicios de don Alonso de Sotomayor, p. 46-47.

36 L’archevêque de Los Reyes informe le Roi de la mort du gouverneur Loyola et de la nomination de Francisco de Quiñones. Medina, Manuscritos, t. C, doc. 1590, p. 153-155.

37 Enquête et mission de don García Hurtado de Mendoza, vice-roi du Pérou, confiée au licenciado Maldonado pour qu’il vérifie secrètement comment se conduit don A. de Sotomayor dans le gouvernement du Chili, 304-1590. GMCM, t. CI, p. 156-240.

38 Enquête au sujet d’une mesure prise par l’Audience royale de Los Reyes, relative à l’interdiction d’imposer aux Indiens des collectes de ravitaillement, fournitures, du 27-10-1593. Medina, Manuscritos, t. XCV, doc. 1439, p. 242-324, cit. p. 247.

39 J. T. Medina, Manuscritos, doc. 1439, p. 250-259.

40 Cédule royale, du 9-9-1584, au gouverneur Alonso de Sotomayor, l’avertissant qu’on s’est rendu compte que certains capitaines et d’autres personnes excitent les Indiens rebelles et qu’on punisse les personnes coupables de ces agissements et d’autres semblables. Medina, Manuscrites, t. CCLXXXVIII, doc. 8429, p. 135-136.

41 Relation de ce qu’écrit le gouverneur du Chili dans une lettre du 17-1-1598, sur les choses de la guerre. Medina, Manuscrites, t. XCVIII, doc. 1519, p. 67-70.

42 Avertissements et arrêtés destinés aux vecinos de Tucapel, relatifs à la guerre du Chili, 16-10-1596. Medina, Manuscrites, t. XCVII, doc. 1507, p. 205-209.

43 Lettre de frère Domingo de Villegas, datée de Los Reyes, le 23-10-1599. Medina, Manuscritos, t. C, doc. 1594, p. 167-182.

44 C. Gay, Historia Física... Documentos, t. II, p. 32.

45 Voir sur ces faits Barros Arana, Historia General, t. III, p. 195 et suiv. ; N. Meza, Régimen jurídico de la conquista y de la guerra de Arauco, p. 36-37 ; Vicuña Mackenna, Historia de Santiago, t. I, p. 135-167-168 ; COLHCH, t. XX, Acta de Cabildo du 17-9-1597, p. 624-625, dont le ton dramatique et pathétique donne une idée de l’importance que les vecinos attachaient à leurs protestations contre les contributions pour la guerre, qu’on exigeait d’eux. Voir aussi Supplique du Chapitre de la cité impériale afin qu’on ne prenne pas de soldats ni d’habitants de cette cité pour la guerre. Medina, Manuscritos, t. XCV, doc. 1441, p. 332-341.

46 Lettre du bachelier Francisco de la Hoz, procurateur de la cité de Santiago du Chili, 10-11-1597. Medina, Manuscritos, t. C, p. 30-32.

47 José Durand, La transformación social del conquistador, 2 vol., Mexico, 1953.

48 René Grousset, L’empire du Levant, Payot, Paris, 1949, p. 188-191.

Notes de fin

* N. du T. — On appelait « reducción » une zone peuplée d’indiens convertis au christianisme. Sur les méthodes d’évangélisation en Amérique, voir les chroniqueurs, pour la plupart des religieux missionnaires. Les plus célèbre « réductions » sont celles du Paraguay, que les Jésuites administrèrent jusqu’en 1767.

N. du T. — En espagnol « aperrear » de « perro » : chien. Le préfixe a- et la désinence active -ear sont à rapprocher du verbe « apedrear » de piedra : pierre, qui signifie « lapider ».

N. du T. — Gonzalo Fernández de Oviedo est un des principaux historiens primitifs des Indes occidentales, auteur de la Natural Historia de las Indias.

§ N. du T. — En espagnol « montería » : chasse, signifie exactement : chasse à courre.

** N. du T. — Voir figure 4, p. 80 bis.

†† N. du T. — Poesía indigena, par A. María Garibay K., Ediciones de la Universidad Naciona Autónoma, Mexico, 1952, p. 57.

‡‡ N. du T. — Voir plus haut N. du T., p. 31.

§§ N. du T. — Le « corregidor » est un « alcalde » : alcade (de l’arabe caïd), c’est-à-dire le bourgmestre d’une cité, nommé par le roi.

*** N. du T. — La mita est un système de corvée appliqué aux Indiens du Pérou et du Chili par tirage au sort.

††† N. du T. — Le mot « gobernación » : gouvernement, doit être entendu ici dans son acception territoriale.

‡‡‡ N. du T. — Ancienne monnaie, le « castellano », qui valait le cinquantième d’un marc d’or.

§§§ N. du T. — La « fanega » vaut 55 litres environ.

**** N. du T. — Le « tomín » est une monnaie de l’Amérique coloniale, qui valait le huitième d’un peso d’or, ou douze grains.

†††† N. du T. — Région d’Argentine correspondant approximativement aux provinces actuelles de Córdoba et Santiago del Estero.

‡‡‡‡ * N. du T. — Il serait très difficile de proposer une équivalence en francs français actuels. Remarquons seulement que les encomenderos (riches exploitants) avaient en moyenne 12.000 pesos d’impôts directs par an ; que l’expédition de Jerónimo Costilla envoyée du Pérou, en renfort, avait coûté 70.000 pesos ; que le salaire annuel d’un soldat au Chili était de 200 pesos « ce qui semble insuffisant poux couvrir ses besoins » ; qu’un cheval réquisitionné était payé 100 pesos ; que la prime accordée à un engagé pour s’équiper était de 126 pesos.

§§§§ N. du T. — En espagnol : « ya que comían de ellas » : littéralement puisqu’ils mangeaient grâce à leurs encomiendas.

***** N. du T. — En espagnol « se cargaba » littéralement : se chargeait, mais c’est le même verbe qui sert à désigner les embarras d’estomac.

††††† N. du T. — En espagnol « hidalgo ».

‡‡‡‡‡ N. du T. — En espagnol « acá » : l’auteur écrit au Chili, ne l’oublions pas.

§§§§§ N. du T. — En espagnol « honra ». Un volume ne suffirait pas à définir ce terme. Nous avons choisi ici l’équivalent qui nous a semblé le moins inadéquat, compte tenu du contexte.

****** N. du T. — Voir N. du T. p. 31.

Table des illustrations

Légende La bataille qui fut livrée à « Las Cangregeras »
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Légende Fig. 4. — Un fort espagnol au Chili vers 1600
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4617/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 989k

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search