Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre II. Le régime seigneurial espagnol dans le domaine économique

Texte intégral

« Il y a des seigneurs féodaux qui disent ce que certain avait coutume de répéter de ses vassaux : « Ce sont nos brebis ; nous pouvons bien les tondre », leur arrachant souvent avec la laine, la peau et le sang. » (Diego de Rosales, Historia General, t. II, p. 434.)

1L’analyse de la structure et des variations de l’économie créée par les conquérants espagnols dans les zones soumises du pays fournit des éléments de jugement très précieux pour la considération des formes générales de l’évolution de cette société et de ses impératifs.

2La tendance des conquérants espagnols à l’obtention de trésors en métal dans leur entreprise américaine est trop connue. Ceux du Chili ne furent pas une exception à cette caractéristique, qui conduisit dans les premiers temps à reléguer comme une occupation subsidiaire et de seconde catégorie la production agricole. Elle devait venir après la première poussée de la conquête. Les Espagnols se contentèrent, à cet égard, de la création d’une économie de subsistance, de la production d’aliments, seulement dans la mesure nécessaire pour maintenir le rythme de l’économie minière, qui était leur préoccupation essentielle. Et c’est explicable. Il n’existait pas en Amérique de marchés alimentaires ni de production agricole diversifiée qui aurait rendu possible un commerce d’échange, sauf dans les cas où des régions nouvelles ne parvenaient pas encore à créer leur propre économie de subsistance ; mais une fois ce résultat atteint, l’approvisionnement en provenance de l’extérieur n’était plus nécessaire. D’autre part, avec des moyens de transport aussi rudimentaires que ceux de l’époque, la surcharge que devaient supporter les produits était nécessairement une tentation de mettre fin au plus tôt à un commerce onéreux et facile à remplacer. Si on ajoute l’important facteur distance, caractéristique ajoutée par le sens seigneurial de la conquête qui amena une forte dispersion et une grande extension géographique, on aura un autre des éléments typiques de la définition.

3Voilà ce qui se rapporte à l’élément espagnol. Les sociétés indigènes avaient, à l’arrivée des conquérants, leur manière propre de résoudre le problème de leur subsistance, déficiente ou non, mais adaptée à des besoins beaucoup plus modestes. De cette façon, les Espagnols ne devaient affronter que leur propre problème, et comme la densité d’occupation était très faible, cela ne signifie pas un bouleversement profond. Avec une petite élévation du niveau de productivité de l’économie indigène, l’alimentation des nouveaux seigneurs était assurée. En outre, l’introduction de variétés européennes de semences et de bétail, qui fut à l’origine de nouvelles ressources, est digne d’être prise en considération.

4Il n’entre en aucune façon dans le propos de cette étude de présenter l’activité minière au cours de tout le xvie siècle, mais seulement d’indiquer que, pour diverses raisons,, dans les dernières années de celui-ci. cette activité était en complète décadence, particulièrement dans la zone où se maintint la domination espagnole, car dans les régions perdues elle prit évidemment fin.

5Un facteur de première importance pour la constitution de l’économie minière fut, dans tout l’orbite de la conquête espagnole, l'utilisation de la main-d’œuvre aborigène. Sans cela il serait absolument impossible même de concevoir qu’elle ait pu réussir à naître. Dès le premier moment de l’aventure américaine, on trouve la plus large utilisation des indigènes aux travaux des mines et au lavage de l’or.

  • * N. du T. — « Repartimiento » : voir glossaire initial.
  • 1 P. Marino de Lovera, Crônica del reino de Chile, p. 307.

6Dès le temps de Pedro de Valdivia les Espagnols se consacrèrent avec opiniâtreté au lavage de l’or, exploitant les sables aurifères avec une véritable passion. La rentabilité de ce travail fut dans certains cas franchement encourageante pour les encomenderos qui l’avaient entrepris et beaucoup d’entre eux accumulèrent d’importantes fortunes, parmi eux, citons l’exemple de Rodrigo de Quiroga, qui atteignit comme beaucoup d’autres une grande prospérité. Au dire d’un chroniqueur, notoirement bien informé, l’ex-concubine de Valdivia, Inés Suarez, « avait reçu un repartimiento* d’où Quiroga tira plus de quatre cent mille pesos en trente-deux ans qu’il fut marié »1. Francisco de Villagra, qui avait en encomienda les villages d’indiens sis entre le fleuve Tolten et le Cautin, recevait beaucoup de tributs « et ainsi la rente atteignait cent mille pesos » (op. cit., p. 134). Il est très probable que les chiffres relevés par le chroniqueur puissent être exagérés, mais il demeure hors de doute que beaucoup d'encomenderos, même en rectifiant les sommes, percevaient des rentes qui les transformèrent rapidement en petits potentats locaux.

7On a beaucoup parlé de la pauvreté des indigènes du Chili et point n’est besoin d’insister sur les témoignages pour confirmer cette vérité. Dans ces conditions, les tributs qui leur étaient imposés ne pouvaient être obtenus d’eux que par leur travail forcé à des tâches productives, parmi lesquelles la plus simple et la plus directe fut le lavage de l’or. Marino de Lovera affirme qu’il a constaté, en témoin direct, que, en 1553, les Indiens qui venaient travailler aux lavoirs de Quilacoya « étaient plus de vingt mille » (op. cit., p. 144) et tiraient de l’or en grande quantité chaque jour. Dans les lavoirs de Marga-Marga, Rodrigo de Quiroga avait « six cents Indiens de son repartimiento, moitié d’hommes et moitié de femmes, tous des jeunes gens de quinze à vingt et vingt-cinq ans, qui étaient tous occupés à laver de l’or huit mois par an » (op. cit., p. 75). Plus d’un document et d’une chronique confirment que ces activités suscitèrent une grande prospérité dans le royaume, car il y eut « des hommes à qui leurs Indiens donnèrent trois cent mille pesos d’or fin, en plus de leurs autres tributs ». La vie des conquérants devint facile et joyeuse, insouciante et prometteuse, « ils tenaient pour certain que cette richesse ne leur ferait jamais défaut ; au contraire elle devait toujours aller en augmentant. Et ainsi, tout n’était que banquets, fêtes, jeux de hasard et. semblables exercices, rendant les Indiens si infortunés, que si un jour un d’entre eux tirait cent pesos de la mine, il devait les donner tous à l'encomendero sans en retrancher un grain. Mais comme leur vie était un jeu, ils furent joués. Parceque les vaches grasses et l’opulence prirent rapidement fin avec les guerres continuelles, et comme ils avaient tout dépensé, ils restèrent sans rien jusqu’à ce jour, et si misérables qu’ils meurent de faim, eux et leurs enfants, sans laisser cinq sous à leurs héritiers, mais des dettes » (op. cit., p. 76).

  • 2 J. Lôpez de Velásco, Geografía y descripción universal de las Indias, p. 517.

8Les rendements des premiers temps furent appréciables, à n’en pas douter, car une autorité comme López de Velasco le donne comme certain, établissant qu’entre les années 1542 et 1560, on a extrait « plus de sept millions d’or brut »2.

  • 3 D. Barros Arana, Historia General, t. III, p. 164 et suiv.
  • N. du T. — Voir figure no 1 ci-contre.

9Les quints royaux sur l’or recueilli dans les lavoirs reflètent avec assez d’exactitude, même en considérant le pourcentage de fraude fiscale, la courbe de productivité de leur exploitation. En 1568, on recueillait de 35.000 à 40.000 pesos ; en 1571, les revenus de la couronne atteignaient 32.000 pesos ; en 1583, à peine 22.000, et les dettes du Trésor atteignaient 300.000 pesos3.

  • 4 Exposé de J. Núñez de Vargas et Francisco Gudiel à S.M., 22-5-1569. CDICH, deuxième série, t. I, p (...)
  • 5 « La raison pour laquelle on lui donna le nom de Villarica fut la grande quantité d’or et d’argent (...)
  • 6 J. Lôpez de Velasco, op. cit., p. 517.
  • N. du T. — Licenciado : voir glossaire initial.
  • § N. du T. — Le Callao est le port proche de Lima, débouché naturel de la capitale péruvienne.
  • 7 CDICH, deuxième série, t. I, p. 55-56.
  • 8 D. de Rosales, Historia General, t. II, p. 271.
  • ** N. du T. — Le « quinto » est un impôt fixé au cinquième d’un revenu — donc un indice intéressant d (...)
  • 9 Lettre de M. Garcia de Loyola au roi..., sur le budget, 12-1-1598. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, (...)
  • 10 A. González de Najera, Desengano y réparo de la guerra de Chile, p. 35-36.
  • 11 Lettre de Santiago du Chili, à S.M. sur les épreuves qu’on traverse, 19-4-1601. Medina, Manuscrito (...)

10Un document de 1569 estimait les revenus de la couronne à 40.000 ou 46.000 pesos, mais sans laisser de signaler en même temps la vicieuse administration qui en était faite4. La richesse aurifère des premiers temps se reflète même dans le nom d’une ville5. Cependant, la diminution de telles richesses fut rapide. Pour une date qui ne peut pas être reculée au-delà de 1574, on note que « en la montagne et ailleurs, on a découvert de bonnes mines d’argent, mais on n’y donne pas suite par manque d’indiens et parce que le pays est en guerre, et beaucoup de mines de cuivre et de fer qu’on n’exploite pas non plus »6. Dans une lettre écrite au roi, de Lima, par le licenciado Castro en 1566, on peut déjà observer les fluctuations de la production minière car il indique qu’un bateau avec 160.000 pesos d’or était arrivé du Chili, au Callao§, et que cette somme destinée aux marchands fut pour eux un grand sujet de joie, car depuis des années ils recevaient leur dû irrégulièrement et pour cette raison le trafic des marchandises avait diminué7. Rosales rapporte que, fin 1592, beaucoup de caciques offrirent la paix à Onez de Loyola « et Culacoyo vint offrir ses mines et l’or et des gens pour l’exploitation ». Grâce à quoi « on recommença à exploiter les mines d’or, qu’on n’exploitait plus depuis trente ans à cause des guerres continuelles, et par amour de l’or les marchands commençaient aussitôt à amener les marchandises d’Europe, soies, étoffes, tissus et autres choses »8. Malgré tout, en 1598, le gouverneur informait le roi que « le quint** est maigre »9. L’année suivante, celle du soulèvement, les Espagnols perdaient les meilleures mines d’or, car, bien que (« les unes fussent plus riches que les autres, et de teneur différente, parmi lesquelles celles de Valdivia ont la plus forte teneur, ces dernières et celles qui étaient les plus riches en quantité et les plus utiles aux nôtres furent recouvrées par les Indiens dans les territoires qu’ils reprirent par leurs nouvelles victoires, bien qu’ils ne fassent pas plus de cas de l’or que du plomb », celles qui restèrent au pouvoir des Espagnols étaient « les plus stériles et les plus mauvaises »10. Il n’est pas surprenant alors qu’en 1600 les impôts perçus par la couronne n’atteignissent pas 3.000 pesos, le quint, qui était évalué à 2.500 pesos, faisant partie de cette somme. « Et ce sont là tous les revenus royaux qu’il y a ici à l’heure actuelle, car tout le pays est si affligé de la guerre qu’il est impossible aux Indiens loyaux d’extraire de l’or, car ils sont tous occupés à pourvoir à la guerre »11.

Fig. 1. — Production d’or de 1545 à 1600 (moyenne annuelle).
Selon A. Herrmann, La producción de oro, plata… en Chile.

11A travers ces références on observe très clairement la situation critique que traversaient les mines à mesure que le siècle avançait et qui à la fin arrivaient à des rendements presque nuls, désastreux pour une société qui s’était fondée en grande partie sur leur prospérité.

  • 12 D. Barros Arana, Historia general, t. III, p. 164 et 165.
  • 13 Relation du mode et de l’ordre militaire qu’il y avait dans ce royaume de Chili, à l’arrivée du Go (...)

12Quelles étaient les causes déterminantes de ce véritable effondrement de la production de métaux précieux ? Pour Barros Arana la solution du problème se trouve dans « la réduction considérable des Indiens de service... et sûrement aussi l’épuisement relatif des terrains aurifères »12, critère qui s’ébauchait aussi en 1601, dans la « Relation du mode et de l’ordre militaire... à l’arrivée de A. de Rivera », qui expliquait la diminution de l’extraction d’or, d’une façon très semblable : « les uns disent que c’est par manque de main-d’œuvre et d’autres parce qu’il n’y en a plus autant que par le passé »13.

  • 14 Information de Miguel de Olaverrfa, 1594. C. Gay, Documentas, t. II, p. 33.
  • 15 Information citée. C. Gay, Documentas, t. II, p. 14-19.
  • †† N. du T. — Indios de paz : littéralement « Indiens pacifiques ». Voir glossaire initial.
  • 16 P. Marino de Lovera, op. cit., p. 49 et 50.
  • 17 Lettre du bachelier Francisco de la Hoz, procurateur de la cité de Santiago-du-Chili, 1597. Medina(...)
  • 18 Fray Reginaldo de Lizârraga, Descripciôn breve, t. II, p. 252
  • 19 Lizârraga, op. cit., t. II, p. 244.

13Il est constant que les témoignages de l’époque, sauf celui de Lizárraga, s’accordent à attribuer à la diminution des Indiens une grande importance dans la décadence de la_production métallifère. C’est ainsi qu’il est établi en 1594, dans l’information de Miguel de Olavarría : « Les Indiens qui servent maintenant, des cités de la Serena, Santiago, Concepción et des autres, ont tellement diminué, qu’on n’extrait presque plus d’or dans tout le royaume et qu’ils suffisent à peine à maintenir et à cultiver les fermes et les troupeaux de leurs encomenderos et les fermes de ces Indiens qui étaient généralement riches sont si dissipées, dilapidées et détruites par la continuelle distribution qu’on en a fait pour nourrir la guerre, que les pauvres Indiens n’ont même, pas de quoi porter remède à leurs maux »14. Dans la même information il y a un calcul relatif à la, population indigène de service, pour toutes les cités du royaume, seul y manque le chiffre correspondant à la Villarica. Le total atteint 37.000 Indiens. Pour Santiago, le nombre indiqué était de « 4.000 Indiens naturels et elle en avait quand elle s’est peuplée 60.000 ; ils ont tant diminué parce qu’ils sont les Indiens les plus accablés de ce royaume et ceux qui ont le plus contribué de leur personne et de leurs biens à pourvoir à la guerre et à ses charges »15. La guerre conduisait donc à une extermination pure et simple des Indiens loyaux,†† bien que cela semble un paradoxe. Mariño de Lovera estimait que « les Indiens avaient tellement diminué que ceux de cette vallée (Santiago) atteignent à peine sept-mille en l’année où nous sommes, c'est-à-dire en mille-cinq-cent-quatre-vingt-quinze, bien que les Espagnols en aient trouvé plus de cinquante mille en mille-cinq-cents-quarante-et-un, et encore ceux de cet endroit sont les mieux protégés ; parce que ceux d’autres régions ont diminué et diminuent encore davantage par suite des interminables guerres, en plus de ceux qui sont morts en 91 d’une épidémie de variole et de typhoïde, qui fut générale » et au cours de laquelle « mourut le tiers des natifs de cette contrée, tant Espagnols qu’Indiens16. » Passablement plus modeste était le calcul que faisait en 1597 le bachelier Francisco de la Hoz, qui s’accordait à reconnaître qu’ils avaient grandement diminué et estimait leur nombre à trois mille Indiens tributaires pour la cité de Santiago17. Reginaldo de Lizárraga émettait, vers 1604, une opinion concordante au sujet de la diminution de l’élément aborigène18 ; nonobstant, en dépit de ce fait, en donnant des renseignements sur les mines d’Andacollo, il estimait que « chaque année on en tire 75.000 et 80.000 pesos, sans compter ce que les Indiens s’approprient » et « tous les ans pendant neuf mois plus de deux-cent-cinquante Indiens y travaillent »19. En réalité, ce témoignage apparaît isolé, contredisant tous les autres témoins, qui connaissaient probablement le pays d’une façon plus approfondie. De toute manière, même si cette donnée était réelle, elle ne se réfère pas à tout le royaume, mais seulement à Andacollo, et elle n’ébranlerait pas l’affirmation de la décadence générale des mines.

14Gonzalez de Nájera était beaucoup plus explicite pour éclairer le problème, affirmant que « les Gouverneurs emmènent aussi, chaque année, à la guerre, beaucoup d’indiens de ces villages, avec les caravanes de ravitaillement, et ils laissent ensuite une bonne partie de ces caravanes pour le service des forts, et bien que la plupart des Indiens soient mariés, c’est miracle s’ils revoient leur femme et leurs enfants, parce que, ou bien ils sont tués dans les attaques contre l’escorte, ou bien ils meurent dans les forts par suite du mauvais traitement ou de maladies. C’est ainsi qu’ils ont fini et qu’ils se sont éteints, de sorte que le chemin qu’il y a de la cité de Santiago jusqu’aux frontières est presque dépeuplé et vide d’indiens par rapport au grand nombre qu’il y en avait ».

  • 20 A. González de Nájera, Desengano y reparo de la guerra de Chile. Geografía y descripciôn universal (...)

15En conséquence, l’insuffisance de la main-d’œuvre ne permettait pas de poursuivre le travail des lavoirs d’or, où les besoins de bras étaient grands si l’on voulait obtenir des rendements appréciables. Mais, naturellement, priorité était donnée sur de tels travaux, à l’organisation de la production alimentaire nécessaire à la subsistance du royaume, encore que, même pour ces travaux, les Indiens fissent défaut, car de leur diminution « naissent mille carences importantes et générales, principalement dans l’agriculture, parce que, comme je l’ai déjà dit souvent, ces Indiens encomendados qui sont loyaux, sont les cultivateurs qui font vivre les Espagnols dans ce royaume »20.

16Il est évident que, dès le moment où les conquérants pénétrèrent à l’intérieur du pays, le problème se posa pour eux, de subvenir à leurs besoins d’alimentation et de subsistance. A mesure de leur pénétration ils profitaient, de gré ou de force, des ressources des groupes indigènes qu’ils rencontraient sur leur chemin. Tant qu’ils ne parvinrent pas à soumettre les indigènes et à leur imposer un rythme de travail sur la base du service personnel, les Espagnols se virent dans l’obligation d’empoigner eux-mêmes, et avec assez de déplaisir, la charrue en plus de la lance. Une fois obtenues les premières victoires, ils organisèrent la production agricole avec les indigènes nouvellement pacifiés. Mais cette économie agricole était une économie d'auto-subsistance, puisqu’il eût été dépourvu de sens de penser à produire pour des marchés qui n'existaient pas. Et là où il y a de la terre en abondance et de la force de travail pour tous, ou au moins pour la plupart, cela n’aurait pas de sens non plus de songer à fournir le voisin des mêmes produits qu’il est en état d’obtenir lui-même. D’autre part, les conquérants étaient tout à fait étrangers à ces préoccupations. L’exploitation des sables aurifères semblait à leurs yeux une tâche plu3 attrayante, plus noble et un chemin plus court pour devenir, avec une magique rapidité, de véritables seigneurs. Cet ensemble de circonstances conduisit à ce que l’agriculture eût un rôle très modeste à l’origine. Mais, peu à peu, elle se développa, parallèlement à l’élevage, pour parvenir à être, à la fin du xvie siècle, une activité importante, particulièrement quand les mines perdirent leur prospérité et cessèrent d’être une source de revenus. Il se produisit une sorte de substitution progressive d’une activité à l’autre, conditionnée par la formation d’un marché de consommation au Pérou et d’un autre dans l’intérieur du royaume, constitué par suite de l’augmentation de la population espagnole, tant par accroissement spontané que par l’affluence des renforts militaires qui venaient participer à la guerre d’Araucanie, et qui, en grossissant l’armée, augmentaient aussi les nécessités de ravitaillement de celle-ci.

  • 21 Juan López de Velasco, Geografia y descripciôn universal de las Indias, p. 524.
  • 22 J. Lopez de Velasco, op. cit., p. 522.
  • ‡‡ N. du T. — Estancia : le mot a ici son acception ancienne : « demeure », où s’annonce la nouvelle  (...)
  • 23 A. Vázquez de Espinosa, Compendio y descripción de las Indias Occidentales, p. 693-694.
  • 24 P. Marino de Lovera, Crónica..., p. 139.
  • 25 A. Vázquez de Espinosa, Compendio…, p. 692-693.
  • 26 P. Mariño de Lovera, Crônica..., p. 139

17L’enquête effectuée par Juan López de Velasco entre 1571 et 1574 permet d’affirmer que sur le territoire du royaume, il y avait une certaine abondance de produits de la terre. A propos de la Serena, il dit qu’il y avait « abondance de pain et de vin et de fruits et légumes d’Espagne et d’autres produits alimentaires21. » Dans la région de Santiago on produisait « une grande quantité de blé et d’orge et beaucoup de vin et toutes les autres subsistances et les fruits et le bétail d’Espagne ; il y a aussi beaucoup de jardins dans la ville et hors de la ville, et dans la campagne beaucoup de pâturages et de basilic dont elles sont toutes remplies »22. Dans les cités du Sud la prospérité était plus grande. Dans le territoire d’Osorno « c’était très peuplé de villages d’indiens, et de demeures‡‡ d’Espagnols, où ils avaient de grands élevages de troupeaux, et des emblavures, du maïs et d’autres céréales ». Il y avait aussi dans cette province des manufactures de tissus « et autres travaux curieux » et beaucoup de porcs. Les lettres de A. de Ribera, de 1604, affirment également les grandes récoltes et les grands troupeaux qu’avait eus Osorno. Le chroniqueur cité plus haut définissait Valdivia, avant sa dépopulation, en disant que « la cité et ses parages, semblait un coin de paradis, à cause du beau ciel et du bon sol qu’elle avait, ainsi qu’un air salutaire » et « c’était la meilleure, la plus riche et la plus commerçante de tout le royaume de Chili, parce que, outre l’abondance qu’elle connaissait de tous les fruits de la terre, elle était très riche en minerai d’or de haute teneur »23, encore que l’opinion de Marino de Lovera fût qu’elle occupait « la seconde place dans tout le royaume24. » Mais, première ou seconde, « il y avait des moulins à farine, des potagers et des vergers avec tous les fruits d’Espagne, qui venaient en abondance, et très savoureux : le blé, le maïs et les autres céréales avaient un rendement très élevé ; d’une fanègue de blé on en récoltait trente, quarante et davantage, selon les procédés de culture » et aussi « il y avait dans le district de la cité de très bons élevages de gros et de petit bétail et de porcs, car le pays y est propice, et bien pourvu de pâturages »25. L’autre chroniqueur mentionné confirme ce témoignage, ajoutant que tout se récolte « merveilleusement multiplié » et qu’on tirait aussi « beaucoup de très beau bois de construction, et une grande quantité de planches larges, comme du cèdre, qu’on emporte au Pérou à pleins bateaux »26. Pour les autres cités, les descriptions sont semblables.

  • 27 Lettre de Nicolas de Garnica au roi, du 15 janvier 1573. CDICH, deuxième série, t. II, p. 384-386.
  • 28 Lettre de Antonio Carreno au roi, du 6 mai 1579. CDICH, deuxième série, t. II, p. 402-407.

18Lorsque Francis Drake mit à sac Valparaiso, il prit le bateau de Hernando Lamero, qui était chargé de 2.500 jarres de vin, destinées au Potosí. Quelques jours avant cet événement, en décembre 1578, un autre bateau était parti pour Valdivia, chargé aussi de vin27. Cette précoce organisation du commerce du vin est prouvée par le fait que, en 1579, on trouve déjà des références à des caves installées à Valparaiso, décrites comme « certaines pièces et boutiques qu’il y a là-bas, où l’on entrepose les marchandises en provenance du Pérou et où l’on conserve le vin qui est emporté de cette cité »28.

  • 29 AES, t. II, f. 334.
  • 30 AES, t. II, f. 290.

19Il n’est pas superflu de mentionner la vente faite par Antonio Núñez en 1565 d’une boutique dans le port à Pedro de Miranda, pour 250 pesos d’or29, et une autre à Alonso de Escobar pour 270 pesos d’or, situées sur le chemin « par lequel les charrettes vont prendre leur chargement sur la plage »30 ; ces faits militent en faveur de l’importance commerciale du port.

  • 31 Mesure de l’Audience de Lima pour que les fonctionnaires royaux ne prélèvent pas de droits aux hab (...)

20C’était en considération de cette activité productrice et exportatrice des cités du royaume que l’Audience de Lima décréta une mesure pour la protéger, étant donné l’importance de cette source d’approvisionnement pour le marché péruvien, qu’il convenait de n’interrompre par aucun obstacle d’aucune sorte. C’est pourquoi elle ; concéda qu’au Chili on ne perçût point de droits de douane sur les approvisionnements qui entreraient dans le royaume ou en sortiraient. Ces avantages furent accordés eu égard à une représentation faite par le procurateur général de Santiago, Luis Monte de Sotomayor, dans laquelle on avait avancé « qu’il est impossible d’exploiter les mines et que son principal négoce et sa principale subsistance est de vendre les produits des récoltes » du Chili, au Pérou. En égard à cela, l’Audience de Lima concéda en l594 que « sur le blé, la farine, les salaisons de porc, les fruits, les peaux et autres approvisionnements qu’on apporte à ces provinces de celles du Chili, il ne soit pas perçu de droits »31. Cette mesure était un véritable coup de fouet à l’agriculture chilienne, à l’élevage et aux industries dérivées.

  • 32 P. Marino de Lovera, Crónica..., p. 49-50.
  • 33 Enquête faite à Santiago..., septembre 1600. Medina, Manuscrites, t. CIV, doc. 1685, p. 228-253.

21Mariño de Lovera déclare expressément qu’« il y a beaucoup d’ateliers de tannage où l’on produit une grande quantité de cuirs de veau, de chevreau et de mouton qu’on emporte au Pérou ». Toute cette production n’aurait pas été possible s’il n’y avait pas eu des troupeaux en grandes quantités, que le même auteur estimait en 1595, en disant que « il y a actuellement plus de huit cents mille moutons dans le seul district de cette cité, et le nombre des vaches, porcs, chèvres et pouliches et autres animaux est du même ordre32. » C’est une affirmation très semblable que nous trouvons en 1600 chez Melchor Calderón, qui dans une Enquête faite à Santiago cette année-là « dit savoir que, à cause du petit nombre des indigènes dans le territoire de cette cité et de Serena, on extrait fort peu d’or et que pour cette raison, ceux qui y vivent et y résident tirent leur subsistance du suif et des peaux de chevreau et de mouton qu’ils envoient vendre au Pérou »33.

  • 34 Lettre au roi du gouverneur A. de Rivera, Arauco, 10-3-1601. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 163 (...)
  • §§ N. du T. — Voir figure 2, p. 44.

22L’insurrection indigène de 1599 fut un coup très sérieux pour cette économie, qui vit l’amputation des parties les plus riches et les plus productives du territoire ; et les habitants durent faire face à une véritable pénurie alimentaire. C’est ainsi que le pensait Alonso de Ribera peu de temps après son arrivée dans le pays, dans une lettre adressée au roi, le pays, disait-il, « très fertile en denrées alimentaires, en manque présentement, et ils se ravitaillent au Pérou, où l’on emmenait des récoltes entières par des bateaux chargés de blé et parce que l’ennemi s’est emparé de toutes les fermes et de tous les patrimoines des frontières, tous les indigènes étant en rébellion, il n’est pas commode de faire des semailles, ni de réunir les approvisionnements nécessaires, sauf le peu qui est récolté dans les provinces de Santiago et de la Serena34 » D’exportateur de divers produits, le pays se voyait donc relégué au rang d’importateur de ces produits, s’il ne voulait pas mourir de faim. Le Sud était déjà en partie perdu et ce qui tenait encore était branlant et bien près de sa fin. Le territoire de la période coloniale se voyait désormais limité à celui compris entre la Serena et le fleuve Bío-Bío, qui devait être la frontière pour longtemps§§.

  • 35 A. Gonzalez de Nájera. Desengano y reparo de la guerra de Chile, p. 22.

23La production du territoire réduit semble s’être rétablie avec une certaine rapidité, car au bout de peu de temps, on trouve de nouveaux témoignages probants de contentement. Ce royaume « est riche de toutes sortes de bétail de notre Espagne, apporté dans cette contrée, et ce sont les principaux biens de nos Espagnols, dont ils utilisent seulement le suif et la graisse et les peaux, dont ils font du chevreau et quelques badanes et des cuirs pour semelles, et tout cela constitue la principale exportation par mer vers la Cité des Rois » et « en général ils brûlent toute la viande... et le nombre de têtes de bétail qu’ils brûlent chaque année est si grand, qu’il dépasse cent mille entre les moutons et les chèvres, et il doit y avoir plus de douze mille vaches, on y voit des moutons et des bovins d’une grosseur prodigieuse, et leur nombre est d’autant plus étonnant, que celui des Espagnols qui sont établis dans ce pays est réduit, et ce sont eux qui négocient de telles productions »35.

  • 36 Fray R. de Lizârraga, Descripción breve..., p. 249.

24Sur le caractère de l’agriculture, l’information consignée par Lizárraga est très intéressante : « les habitants des villages et des campagnes ont tous leur vigne, grande ou petite, et des terres à céréales, où ils récoltent blé, maïs, pois chiches, lentilles, melons et les autres légumes, de sorte qu’il n’y a pas de lieu où l’on vende quoi que ce soit, ni de boutiques de comestibles »36. Le sens autarcique et fermé de chaque économie particulière n’éclatait, en général, qu’en ce qui concerne les possibilités d’exportation hors du royaume, puisque tout le monde produisait pour soi, et qu’il était sans objet d’installer des commerces où l’on vendît au public, car chacun produisait de ces articles la quantité dont il avait besoin.

25Une source de consommation non négligeable des produits de l’économie créole, à partir du dernier quart du xvie siècle et spécialement après 1600, était constituée par l’armée de la frontière. Le caractère permanent de la guerre créa nécessairement un afflux d’approvisionnements destinés à couvrir les besoins des troupes espagnoles et des troupes auxiliaires indigènes, assez nombreuses. En 1600 et dans les années suivantes l’armée atteignit deux mille hommes espagnols, auxquels il faut ajouter plusieurs milliers d’indigènes, femmes et hommes, dont les besoins étaient immenses en comparaison de la grandeur modeste des quelques rares villes espagnoles qui étaient encore debout. Il ne fait pas de doute qu’une grande partie des récoltes était consommée par ce marché qui était financé à l’aide de la subvention royale provenant des caisses du Pérou. En ce sens l’armée agit comme un facteur véritablement tonifiant sur l’économie du royaume, qui se trouvait bénéficier de la présence d’une armée au financement étatique.

Fig. 2. — Zone des villes espagnoles dépeuplées après la crise de 1598

  • 37 A. Gonzalez DE Nájera, Desengano y reparo de la guerra de Chile, p. 273.

26Une autre des caractéristiques de cette agriculture est décrite par González de Nájera, Espagnol de la péninsule, qui put voir d’un œil averti la mentalité des créoles, dont il signale la tendance à ne pas travailler la terre de leurs propres mains, dans un ample paragraphe, mettant en lumière la nécessité inéluctable qu’ils avaient des bras indigènes, pour cette raison. « Nous savons bien — dit-il — combien il est difficile à n’importe quelle société de se nourrir sans le secours des cultivateurs : il n’y a que les Indiens loyaux, encomendados, qui le sont dans le royaume de Chili ; pour ce qui est des Espagnols venus d’Espagne à ces provinces, bien que la plupart d’entre eux aient fait ce métier dans leur pays, ils ne vont pas là-bas avec de si humbles projets, qu’il puisse leur venir à l’esprit de faire la même chose dans nos contrées ; et comme leurs descendants n’ont jamais vu de leur vie des Espagnols s’occuper à des exercices de cette nature, ils imaginent que dans le monde entier tout se passe comme ils ont vu dans leur monde à eux, depuis leur naissance. Je veux dire qu’ils tiennent pour certain qu’on se sert partout d’indiens et d’esclaves, aussi bien pour cultiver la terre, que pour élever ou dépecer le bétail et autres emplois de journaliers. D'où le grand étonnement de ces créoles qui viennent ensuite en Espagne, quand, arrivés là, ils vioient des Espagnols, labourer, fouir, faucher ou garder des troupeaux. J’ai dit cela pour qu’on voie de quelle importance sont dans ce royaume les Indiens loyaux, encomendados, car généralement tous nos Espagnols sont nourris par leur labeur et le travail de leurs mains et maintiennent grâce à leur sueur tout ce que j’ai rapporté dans « La Vérité sur les expéditions militaires »37.

  • 38 J. Solórzano Pereira, Política indiana, t. I, p. 164-165.
  • 39 D. DE Rosales, Historia general, t. II, p. 391.

27Même Philippe III était convaincu de cette réalité, comme le confirme Solórzano Pereira : « il est connu qu’il y a beaucoup d’Espagnols dans ces provinces, tant de ceux qui viennent ordinairement d’Espagne, que de créoles nés là-bas. Et il est bien connu également, que, bien que beaucoup d’entre eux soient des gens très humbles, et pauvres, ils ne sont pas disposés à travailler aux champs, dans les mines, ni à d’autres travaux agricoles, ni à servir d’autres Espagnols et ils considèrent que c’est s’abaisser ; de là tant de gens égarés, et de là aussi que les Indiens supportent le poids de tout le travail et du service des Espagnols »38. Les femmes de ces Espagnols avaient une mentalité très semblable. En 1602, le gouverneur Alonso de Rivera, trouvant justifiées les réclamations des Indiens contre les encomenderos, interdit qu’on utilisât les Indigènes « pour transporter des chaises à porteur dans lesquelles les femmes allaient à la messe et en visite, à moins que spontanément et en échange d’un salaire ils voulussent bien le faire »39.

  • 40 p, Marino de Lovera, Crónica..., p. 74.

28Un autre chroniqueur dit que les femmes espagnoles qui arrivaient « avaient tant de colifichets que... (chacune)... voulait à son service personnel trente Indiennes qui lavent et cousent pour elles, comme si elle était une princesse »40.

29Sur la base contraignante de la conquête, cette manière de concevoir les relations et les positions respectives de l’Espagnol et de l’Indien, mena à l’organisation d’une société très fortement stratifiée, non seulement en ce qui concerne la position sociale, mais aussi pour ce qui est, plus concrètement, des fonctions productives et de travail, et ce furent celles-ci qui conduisirent à une division déterminée de la société et s’y reflétèrent. On sait — et la citation de Gonzalez de Nájera le confirme — qu’aucun Espagnol ne venait au Chili « avec d’humbles projets ». Tous étaient seigneurs ou aspiraient à l’être. Les Indes occidentales furent le bouillon de culture où germa une mentalité qui correspondait à celle d’une société féodale en décomposition et d’un milieu trop étroit pour que pussent s’y satisfaire les ambitions des nombreux seigneurs en puissance qu’étaient les gentilshommes espagnols. D’autre part, ceux qui ne l’avaient pas été à beaucoup près, en foulant le sol d’Amérique, l’étaient aussitôt. Tous conçurent l’Indien comme un véritable serf, destiné à donner du prestige à ses nouveaux maîtres. Même s’il est exact que la encomienda, comme forme juridique pure ne peut être considérée comme essentiellement féodale, au sens où quelques historiens classiques d’Europe, trop attentifs à un froid formalisme, entendent le terme de « féodalisme », il est patent néanmoins que le contenu seigneurial fut fondamental dans l’institution de la encomienda. Il est du plus haut intérêt de constater, qu’au siècle dernier encore, se conservait dans la campagne chilienne une structure franchement seigneuriale, aussi accentuée, ou plus accentuée que dans le féodalisme européen classique, structure qui subsiste encore de nos jours dans de nombreux endroits. Cette structure seigneuriale de fait est l’héritage du passé colonial, que plus d’un historien du siècle passé et du nôtre n’a pas hésité à reconnaître. Il est évident que les formes juridiques sont généralement plus prudentes que la réalité. Il serait très surprenant qu’un groupe dominant voulut faire étalage de formes qui, vu l’état d’avancement social du reste ou d’une partie du monde, peuvent apparaître comme rétrogrades. Fréquemment, il n’est pas besoin de la conservation théorique et écrite de formes juridiques pour maintenir un système donné.

30L’Indien fut la force de travail et bien qu’on ait prétendu présenter la colonisation espagnole sous les traits d’un doux paternalisme, c’est là une position difficile à défendre, face à l’ensemble des documents de l’époque. Bien qu’il soit possible de trouver en abondance les appels de la monarchie en vue de diminuer la pression exercée sur l’Indien, leur répétition ne fait que donner la mesure de l’inaccomplissement d’ordres qui avaient besoin d’être ainsi réitérés. La rencontre sporadique de données relatives au respect porté à des normes imposées n’indique pas non plus, en aucune façon, que ces normes fussent toujours appliquées. La quantité de témoignages critiquant la cupidité et l’ambition sans mesure des Espagnols, critiques issues du milieu contemporain lui-même, donnent la mesure et la force des événements.

31L’indigène fut, par la contrainte, obligé à s’incorporer à un système de production, dans lequel il était tenu de fournir à l’Espagnol un excédent qui dépassât de beaucoup ses propres besoins — qui étaient réduits. Le problème fondamental dans le cas des indigènes du Chili était leur manque d’habitude de vivre dans un semblable système de production. C’est pourquoi ils furent incorporés avec une extrême difficulté au régime espagnol.

32Les témoignages cités, relatifs à l’exportation de produits vers le Pérou, prouvent l’efficacité du système espagnol pour ce qui est d’obtenir des indigènes, des rendements d’une certaine importance. Mais si ces derniers allaient continuellement en décroissant, pour diverses raisons, le problème qui se posait avec une véritable urgence était celui de leur remplacement, car, dans le cas contraire, il se produirait avec l’agriculture et l’élevage la même chose qu’avec les mines : on manquerait de bras et les travaux tomberaient à un niveau d’indigence.

33Les solutions que cherchèrent les Espagnols furent essentiellement pratiques. La guerre d’Araucanie fournissait un terrain excellent pour obtenir des bras dont l’agriculture avait besoin. Dans la même proportion où les indigènes de la zone centrale diminuaient, on tendit à les remplacer par d’autres amenés de la région Sud. Dans les chapitres qui suivent on a consacré une place particulière à cet approvisionnement, à son importance numérique et aux raisons invoquées pour le justifier.

34La guerre, bien qu’elle fût décisive comme source de main-d’œuvre pour les travaux de l’agriculture et de l’élevage, ne fut pas une source unique et exclusive d’autres solutions partielles. Cependant, celles-ci ne font pas partie de cet ouvrage, mais même dans ces conditions, on ne peut laisser de les mentionner.

35L’histoire de l’esclavage noir au Chili est encore à faire et provoquera sans aucun doute des surprises quand on la mènera à bonne fin. Au long de ces pages surgiront quelques données qui s’y rapportent et à titre de comparaison, mais sans prétendre plus qu’à illustrer occasionnellement.

  • 41 Dans notre article « Importación de trabajadores indígenas en Chile en el siglo xvii », Miscellane (...)

36Quelque chose de très semblable se produisit avec les Indiens huarpes de la région de Cuyo et d’autres régions limitrophes. Leur transfert à Santiago et dans les zones voisines s’est pratiqué sur une assez grande échelle, mais jusqu’à présent il n’a pas fait l’objet d’une monographie41.

  • 42 Colección de Historiadores de Chile, Actas de Cabildo, t. XVIII, p. 66-68.

37Ce qui contribue à donner une idée de l’intérêt des habitants du royaume du Chili pour obtenir des Indiens, c’est l’expédition qu’organisait Antonio Chacón, à Conlara, de l’autre côté de la cordillère, dans la région actuelle de Cérdoba, à la fin de 1578. Le chapitre de Santiago vit avec inquiétude que Chacón, sans montrer la commission qu’il prétendait tenir pour cela du gouverneur, recrutait des gens pour son expédition et avait déjà « levé plus de quatre vingts hommes pour l’accompagner hors de cette ville et de ses limites », « parce que s’il advenait que le capitaine Chacón faisait cette expédition dans cette conjoncture, ce serait la destruction totale de ce royaume, parce que les gens de guerre abandonneraient la milice et s’en iraient participer à l’invasion, et les. Indiens rebelles prévaudraient et s’empareraient de tout ce royaume ». Pour cette raison, « quand bien même il n’y en aurait pas d’autre que celle-ci », le lieutenant-général, le licencié Melchor Calderón, interdit l’expédition et adopta des mesures drastiques pour l’empêcher, allant même jusqu’à recommander à l’évêque de séquestrer un prêtre, Gregorio Astudillo, « qui est un des principaux instigateurs42 » C’est ainsi qu’on essayait de sauvegarder le royaume, encore que le désir effréné de ses habitants de razzier les indigènes des autres régions voisines demeure patent.

  • 43 Ricardo Levene, Investigaciones acerca de la historia económica del virreinato del Plata, t. 1, p. (...)
  • 44 Ricardo Levene, Investigaciones…, t. I, p. 179.

38L’historien argentin Ricardo Levene attribue la dépopulation de Tucumán, au désordre excessif dans le transfert de ses indigènes. Il dit qu’« on louait les Indiens, destinés au Potosí ou au Chili comme s’ils étaient des bêtes de somme, par groupes de dix ou vingt, sans leur payer leur travail »43. Parmi les considérations émises au Conseil des Indes pour séparer le territoire de Tucumán du gouvernement du Chili, mesure adoptée en 1563, il y avait que les soulèvements indigènes étaient dus au fait qu’« à chaque voyage que les Espagnols faisaient au Chili. ils emmenaient des Indiens qui mouraient en route »44.

39Il est hors de doute que la solution du transfert d’indigènes provenant d’autres régions fut pratiquée à une assez grande échelle, mais ce ne fut pas toujours au point de satisfaire complètement et de façon stable à la demande de travailleurs.

40L’apport d’esclaves noirs et d'indiens huarpes ou, d’autres endroits correspondait donc à la solution par l’importation. Les prisonniers faits pendant la guerre d’Araucanie constituaient la solution nationale du problème de l’approvisionnement en maind’œuvre.

41En l’occurence, il s’agit d’élucider les formes adoptées historiquement par cette solution nationale, autrement dit, le rapport entre la guerre d’Araucanie et les besoins de main-d’œuvre de la société espagnole dans le royaume du Chili.

42Devant le coût élevé et les difficultés de la solution noire, on opta pour la solution cuivrée. On verra que l’ample asservissement des Indiens dans beaucoup de cas et dans d’autres le travail forcé, mais sous des formes juridiques atténuées, donnèrent aux Espagnols les moyens de développer leur économie et de créer au Chili des sources de richesses qui consolidèrent leur position de classe dominante.

Notes

1 P. Marino de Lovera, Crônica del reino de Chile, p. 307.

2 J. Lôpez de Velásco, Geografía y descripción universal de las Indias, p. 517.

3 D. Barros Arana, Historia General, t. III, p. 164 et suiv.

4 Exposé de J. Núñez de Vargas et Francisco Gudiel à S.M., 22-5-1569. CDICH, deuxième série, t. I, p. 175-193.

5 « La raison pour laquelle on lui donna le nom de Villarica fut la grande quantité d’or et d’argent qu’il y a dans ses mines ». P. Mariño de Lovera, Crónica del reino de Chile, p. 141.

6 J. Lôpez de Velasco, op. cit., p. 517.

7 CDICH, deuxième série, t. I, p. 55-56.

8 D. de Rosales, Historia General, t. II, p. 271.

9 Lettre de M. Garcia de Loyola au roi..., sur le budget, 12-1-1598. Medina, Manuscritos, t. XCVIII, doc. 1516, p. 29-37.

10 A. González de Najera, Desengano y réparo de la guerra de Chile, p. 35-36.

11 Lettre de Santiago du Chili, à S.M. sur les épreuves qu’on traverse, 19-4-1601. Medina, Manuscritos, CII, doc. 1634, p. 172-175.

12 D. Barros Arana, Historia general, t. III, p. 164 et 165.

13 Relation du mode et de l’ordre militaire qu’il y avait dans ce royaume de Chili, à l’arrivée du Gouverneur Alonso de Rivera, qui eut lieu le 9 février de l’an 1601. C. Gay, Documentas, t. II, p. 151.

14 Information de Miguel de Olaverrfa, 1594. C. Gay, Documentas, t. II, p. 33.

15 Information citée. C. Gay, Documentas, t. II, p. 14-19.

16 P. Marino de Lovera, op. cit., p. 49 et 50.

17 Lettre du bachelier Francisco de la Hoz, procurateur de la cité de Santiago-du-Chili, 1597. Medina, Manuscritos, t. C, doc. 1568, p. 33-36.

18 Fray Reginaldo de Lizârraga, Descripciôn breve, t. II, p. 252

19 Lizârraga, op. cit., t. II, p. 244.

20 A. González de Nájera, Desengano y reparo de la guerra de Chile. Geografía y descripciôn universal de las Indias, p. 163.

21 Juan López de Velasco, Geografia y descripciôn universal de las Indias, p. 524.

22 J. Lopez de Velasco, op. cit., p. 522.

23 A. Vázquez de Espinosa, Compendio y descripción de las Indias Occidentales, p. 693-694.

24 P. Marino de Lovera, Crónica..., p. 139.

25 A. Vázquez de Espinosa, Compendio…, p. 692-693.

26 P. Mariño de Lovera, Crônica..., p. 139

27 Lettre de Nicolas de Garnica au roi, du 15 janvier 1573. CDICH, deuxième série, t. II, p. 384-386.

28 Lettre de Antonio Carreno au roi, du 6 mai 1579. CDICH, deuxième série, t. II, p. 402-407.

29 AES, t. II, f. 334.

30 AES, t. II, f. 290.

31 Mesure de l’Audience de Lima pour que les fonctionnaires royaux ne prélèvent pas de droits aux habitants sur l’entrée et la sortie de provisions, 26-10-1594. Medina, Manuscrites, t. XCVII, doc. 1490, p. 56-58.

32 P. Marino de Lovera, Crónica..., p. 49-50.

33 Enquête faite à Santiago..., septembre 1600. Medina, Manuscrites, t. CIV, doc. 1685, p. 228-253.

34 Lettre au roi du gouverneur A. de Rivera, Arauco, 10-3-1601. Medina, Manuscritos, t. CII, doc. 1635, p. 176-198.

35 A. Gonzalez de Nájera. Desengano y reparo de la guerra de Chile, p. 22.

36 Fray R. de Lizârraga, Descripción breve..., p. 249.

37 A. Gonzalez DE Nájera, Desengano y reparo de la guerra de Chile, p. 273.

38 J. Solórzano Pereira, Política indiana, t. I, p. 164-165.

39 D. DE Rosales, Historia general, t. II, p. 391.

40 p, Marino de Lovera, Crónica..., p. 74.

41 Dans notre article « Importación de trabajadores indígenas en Chile en el siglo xvii », Miscellanea Paul Rivet, Mexico, 1958, t. II, p. 733, nous avons réuni bon nombre de renseignements sur ce sujet. — Publié aussi dans la Revista Chilena de Historia y Geografía, no 124, 1956-1957.

42 Colección de Historiadores de Chile, Actas de Cabildo, t. XVIII, p. 66-68.

43 Ricardo Levene, Investigaciones acerca de la historia económica del virreinato del Plata, t. 1, p. 185 et suiv.

44 Ricardo Levene, Investigaciones…, t. I, p. 179.

Notes de fin

* N. du T. — « Repartimiento » : voir glossaire initial.

N. du T. — Voir figure no 1 ci-contre.

N. du T. — Licenciado : voir glossaire initial.

§ N. du T. — Le Callao est le port proche de Lima, débouché naturel de la capitale péruvienne.

** N. du T. — Le « quinto » est un impôt fixé au cinquième d’un revenu — donc un indice intéressant des revenus.

†† N. du T. — Indios de paz : littéralement « Indiens pacifiques ». Voir glossaire initial.

‡‡ N. du T. — Estancia : le mot a ici son acception ancienne : « demeure », où s’annonce la nouvelle : « ferme ». A rapprocher du bas-latin « villa ».

§§ N. du T. — Voir figure 2, p. 44.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Production d’or de 1545 à 1600 (moyenne annuelle).Selon A. Herrmann, La producción de oro, plata… en Chile.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 2. — Zone des villes espagnoles dépeuplées après la crise de 1598
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search