Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Chapitre I. Implantation du régime seigneurial espagnol dans le Royaume du Chili

Texte intégral

« Que les chevaliers qui se tiennent pour des conquérants viennent à la guerre, car c’est leur patrie et ils jouissent de fiefs, et dans ces royaumes et dans tous les autres que possède Votre Majesté, ces bénéfices sont donnés, à charge pour eux de concourir avec leurs armes et leurs chevaux aux opérations de pacification. » (Juan de Jaraquemada, in C. Gay, Documentas t. II, p. 237.)

  • 1 Voir en particulier Silvio Zavala, Las instituciones jurídicas en la conquista de América, Madrid, (...)

1Les formes et l’organisation des expéditions de la conquête espagnole en Amérique ont mérité l’attention, ces dernières années, de nombreux chercheurs de premier ordre. Grâce à ces travaux ont été élucidés ses aspects les plus importants, comme aussi beaucoup des modes de formation de la nouvelle société structurée sur le continent par suite de la conquête avec de tels fondements, et s’est développée une interprétation de la conquête qui diffère substantiellement de l’ancienne façon de la concevoir. On a établi que les intérêts privés des conquérants — qui composaient les troupes des Indes — furent le véritable moteur de l’expansion, du vaste mouvement d’occupation du continent américain1.

2L’expression ost des Indes est devenue la meilleure définition du caractère privé des expéditions de conquête. Elle apparaît comme le pôle opposé des armées d’État qui surgissaient vers ces années-là en Europe, où le processus de formation de la monarchie absolue était en pleine phase ascendante. L’avènement d’un régime comme la monarchie absolue serait difficilement concevable sans l’armée d’État et de métier, entièrement subventionnée par l’État. Cependant, la conquête de l’Amérique ne s’est conformée qu’exceptionnellement au modèle qui se profilait déjà en Espagne. Tandis que là-bas finissait de se parfaire un nouveau type d’État, ici régnaient des formes de guerre appartenant au passé espagnol.

3L’État espagnol vérifia en pratique, que la meilleure façon de protéger ses intérêts était de céder aux particuliers la possibilité de découvrir et de soumettre les nouveaux territoires à incorporer à la couronne, tant sur le continent américain que dans d’autres expéditions d’outre-mer. Les expéditions d’État furent l’exception et quand elles ont eu lieu, elles ont été justifiées par des causes très particulières.

4Du trait dominant dans l’expansion espagnole, caractérisée par l’absence d’expéditions étatiques, naquit comme une conséquence obligée, un sentiment de rétribution ou de récompenses pour les capitaines qui avaient mené à bonne fin une conquête, soit qu’ils fussent autorisés d’avance par les termes d’une capitulation, soit que l’entreprise fût fondée sur un fait accompli, dont la ratification par la couronne avait été arrachée ensuite. La rétribution n’était pas exclusivement réservée au capitaine de l’ost, mais elle atteignait tous ses membres proportionnellement, car ils avaient apporté des éléments payés à leurs frais, outre leur concours personnel dans les risques de l’expédition.

  • 2 Nous renvoyons à la description complète du système dans l’ouvrage de Silvio Zavala, déjà mentionn (...)

5La conquête se fonda sur cette base contractuelle et privée résumée dans la capitulation. Les récompenses octroyées par la monarchie, malgré leur apparente saveur de dons gracieux, furent-des exigences indispensables pour susciter l’intérêt de l’expansion2.

  • 3 L’influence des romans de chevalerie et de leur monde mythique est décrite dans le livre de Irving (...)
  • 4 De l’intervention des capitalistes allemands traite V. Teitelboim, El amanecer del capitalismo y l (...)

6Vers cette époque existait en Espagne un nombre considérable d’individus prêts à se lancer à l’aventure dans ce nouveau et merveilleux mondé récemment découvert, où l’irréel et le légendaire se confondaient avec le vrai et l’authentique d’une réalité éblouissante3. Les études réalisées prouvent que ce sont surtout les gentilshommes qui ont alimenté les osts des Indes, bien que la participation économique de la bourgeoisie espagnole et en général du capitalisme naissant, n’ait pas encore été suffisamment définie4.

  • * N. du T. — Le mot désignait dans l’Espagne du moyen âge, les terres et les rentes attribuées à un (...)

7La solution établie en matière de récompenses fut une solution de type plus médiéval que moderne et ses éléments, Indiens et terres, étaient fournis par le milieu conquis lui-même. Les grâces de terres contribuèrent à créer en Amérique les latifundi et, comme institution juridique distincte bien que complémentaire, la encomienda* des mdigènes, qui, conçue comme une institution à la fois civilisatrice et lucrative, fut utilisée par les conquérants pour leur profit personnel, détournée de son intention primitive et transformée en une source de tributs à l’exclusion d’autres fins, quand ce ne fut pas une simple source de travail ou de ravitaillement en main-d’œuvre forcée.

8Le fait de recevoir ces grâces comportait pour les conquérants une série d’obligations annexes de style très féodal.

  • Encomendero : celui qui recevait en tutelle les Indiens vivant sur un territoire déterminé. Voir gl (...)

9L’encomendero était tenu de prêter son service militaire dans les limites de la juridiction de la cité ou même au-delà. Dans les endroits où la pacification et l’assise du nouveau pouvoir étaient complètes, de telles obligations n’entraînaient pas un sacrifice pour les encomenderos, mais il y eut d’autres endroits où la guerre ne s’éteignit pas de sitôt et l’institution fut mise à rude épreuve.

10Des caractéristiques seigneuriales de la conquête espagnole découla une occupation très peu dense, dispersée et instable.. Son efficacité était plus grande dans les territoires où les masses indigènes, à cause de leur développement social supérieur, avaient été soumises à un régime social et à un régime coproduction qui les avaient contraintes à fournir un excédent à la caste dominante. Dans les endroits à niveau d’évolution plus primitif, le problème consista dans le fait que l’indigène était inaccessible pour être soumis” aux violentes contraintes des dominateurs et on ne put pas non plus compter sur une caste indigène pour servir d’intermédiaire entre ce nouveau baspeuple et ses maîtres.

11Tel fut, d’une manière générale, le panorama de la conquête espagnole au xvie siècle et il n’entre pas dans nos fins de la décrire et de l’analyser plus en détail, sauf sous quelques aspects des événements qui se rapportent au territoire du Royaume de Chili.

12Ce qu’on a indiqué, qui vaut pour la conquête espagnole en Amérique, vaut également pour l’entreprise de Pedro de Valdivia au Chili, et, au milieu de l’instabilité générale de la domination espagnole, elle est un des nombreux exemples probants.

13Valdivia était un encomendero notoire au Pérou. Cependant, ses aspirations l’amenèrent vers de nouvelles régions,. laissant ce qu’il avait pour ce qu’il aurait et désirant s’élever au rang de gouverneur, et de capitaine général.

14Son expédition fut alimentée par des mécontents et des débris d’autres expéditions avortées et elle s’accrut en cours de route.

  • 5 Voir sur l’expédition de Valdivia et son gouvernement, D. Barros Arana, Historia general de Chile,(...)

15Le financement se fit sous forme de compagnie et Valdivia eut des associés temporaires, de qui il sut se défaire à temps, par transaction ou par d’autres moyens5.

  • 6 A. Vásquez de Espinosa dit : « si en capitaine très expert, qui connaissait la nature si fière et (...)

16A part les fondationsde cités, une de ses premières mesures fut de répartir des encomiendas entre ses compagnons, les utilisant comme un excellent facteur politique pour la poursuite de ses desseins. Aujourd’hui, il nous apparaît presque incompréhensible que, du point de vue tactique, Valdivia ait pu étendre dans de telles proportions sa conquête avec un ost aussi réduit. Il n’y a aucun doute que ce lui fut fatal6. L’explication se trouve dans les ambitions seigneuriales des conquérants.

17L’économie des premiers temps se caractérisa par sa tendance résolue à l’obtention de métaux précieux. Pour le lavage on obtint le concours des indigènes, hommes et femmes, qui en nombre appréciable durent concourir à satisfaire par leur travail la soif de l’or.

  • 7 « Michimalongo, voyant qu’il contenterait de cette façon les vainqueurs, décida en accord avec les (...)

18L’impératif de cette époque-initiale, outre de donner satisfaction aux désirs de thésaurisation particulière de chacun des membres de l’ost7, était, du point de vue tactique et militaire, d’obtenir des valeurs métalliques qui rendraient possible la poursuite de la conquête et le financement de nouveaux contingents et d’éléments combattants venus du Pérou.

19Cette extension excessive des conquêtes de Valdivia obéissait d’une façon caractéristique aux normes générales des expéditions espagnoles en Amérique. Il n’est pas surprenant qu’avec si peu d’hommes il prétendît embrasser une aire aussi vaste, bien qu’il s’agît plus que d’un problème territorial, d’englober des hommes, des indigènes. Étant donné qu’un très petit nombre de ces Espagnols saturaient de leurs ambitions les possibilités du pays, force était d’étendre la domination. La faible densité d’occupation qui résultait de tels principes se traduisait naturellement par de la faiblesse et il était difficile de se faire des illusions sur la stabilité d’une telle conquête.

  • N. du T. — Descargar la tierra ; littéralement : décharger le pays.

20L’expression de l’époque : débarrasser le terrain est assez connue. — Quelques Espagnols insatisfaits étaient suffisants pour susciter des factions et des discussions. Au Chili n’ont pas eu lieu les révoltes du Pérou parce que le pays se débarrassa de lui-même, fondé sur la domination d’une masse nombreuse d’indigènes et dispersé sur un vaste territoire.

21Les événements qui précipitèrent la mort de Pedro de Valdivia et ceux qui la suivirent sont connus. Le mal qui consuma le premier conquérant passa à ses successeurs. Le territoire ne se soumit pas, la guerre se fit éternelle et interminable.

22Grâce à cette expansion de la conquête commencée par Valdivia et continuée par ses successeurs avec la collaboration d’un nombre appréciable de soldats qui avaient été attirés par les récompenses qui pourraient découler de l’expédition, s’établit sur le territoire la domination de l’État espagnol, qui occupa par conséquent au Chili sa place à travers les intérêts privés et non comme résultat de l’utilisation de ses propres moyens.

23Comme conséquence logique de ce type de conquête, devait s’appliquer au Chili le même système de rétribution aux membres de l’ost des Indes, que dans les autres endroits de l’Amérique.

  • 8 On peut voir de nombreux exemples chez Domingo Amunátegui, Las encomiendas de indígenas en Chile, (...)

24C’est ainsi que pendant tout le xvie siècle, les terrains répartis dans les villes, indispensables pour s’installer comme vecinos, des fermes dans les alentours pour subvenir à leurs besoins et principalement des grâces de terres appropriées à leurs services ou à leur protection avec leurs commandements et leurs encomiendas d’indiens, constituèrent des récompenses appréciables pour les conquérants du Chili. Les grâces de terres étaient étendues, et en général beaucoup plus vastes que les véritables nécessités ou possibilités économiques des conquérants. Les encomiendas des premiers temps étaient aussi extrêmement nombreuses : mille Indiens n’était pas un chiffre extraordinaire et beaucoup dépassaient dix mille8.

25De ce même système dérivait la forme ultérieure d’organisation et de permanence des nouveaux territoires incorporés sous la domination de l’État espagnol. Entre le monarque et les nouveaux sujets acquis dans les Indes, les encomenderos restaient en place. A travers la couche intermédiaire que représentaient les encomenderos, il était nécessaire d’obtenir l’intégration complète, l’intégration spirituelle même, des Indiens au régime espagnol ; c’est de cette conception qu’émanaient les obligations de l'encomendero quant à endoctriner et instruire ses protégés. Mais l’ordre et la paix, la stabilité indispensable à tout État, le maintien de la sécurité dans des régions où n’existait aucune armée d’État espagnole, devaient retomber aussi sur les encomenderos. Les obligations militaires en vinrent à constituer un élément indispensable de la encomienda.

  • 9 T. Thayer et C. J. Larrâin, Valdivia y sus compañeros, p. 110-114.

26Dans l’excellente monographie consacrée par Thayer au conquérant du Chili et à ses compagnons d’ost, il y a un chapitre intitulé « Los encomenderos ». Il ressort des études de Thayer que des 150 membres de l’expédition de Valdivia, 132 furent encomenderos dans différentes régions du Chili. Des 18 restants, on sait de source digne de foi que 12 n’ont pas reçu d’encomiendas et que les 6 autres n’en ont probablement jamais eues. Ces 18 membres de l’expédition qui n’auraient pas eu d’encomiendas représentent 12 %, contre 88 % de encomenderos9. Or, de ces 18, deux quittèrent le Chili et d’autres moururent prématurément, circonstance qui diminue le pourcentage des membres de l’ost qui restèrent insatisfaits, car il est probable que quelques-uns de plus encore auraient pu recevoir des encomiendas, si les événements qui les affectèrent en tant qu’individus avaient été différents.

  • 10 A. de León Pinelo, Tratado de confirmaciones reales, Introduction.

27Le licenciado Francisco de Barreda, greffier du Conseil des lndes, définissait la encomienda de 1630, époque où l’on était parvenu à une clarté totale autour de l’institution, comme : « un contrat que passe le roi avec Yencomendero, qui oblige les deux contractants : le roi, à céder à l'encomendero la perception des tributs ; l' encomendero, à instruire l'Indien, qu’il reçoit sous sa protection dans les deux sagesses, divine et humaine » et à défendre « la province à ses frais, comme le feudataire »10.

  • 11 J. de Solórzano Pereira, Política indiana,. t. II, p. 282.
  • 12 J. de Solórzano Pereira, Política indiana, t. II, p. 283.

28Pour Solórzano, la encomienda constitue une donation faite par le roi à l’encomendero. Son caractère de donation est accentué par le fait que ce qui est donné par le roi excède ce que peuvent valoir les charges et les dépens dont l’institution est grevée, « étant bien entendu que le vassal tire toujours plus de profit du fief que ne peuvent s’élever les frais des services auxquels il s’engage, et cela se passe de la même façon dans nos encomiendas »11. En appliquant la doctrine des fiefs aux encomiendas, l’auteur du traité établit les charges qui doivent les grever, « et parmi celles-ci la première et la principale est que l'encomendero qui reçoit du roi la encomienda, lui promette et lui jure fidélité, service particulier et vasselage pour cette grâce, et d’être prestement avec ses armes et à cheval, pour lutter militairement pour le roi contre n’importe quels ennemis, et veille, dans toute la mesure de son possible, à la défense du royaume, en particulier de la province où lui échoit la èncomienda »12. Les charges des encomenderos étaient établies sur les titres mêmes qui leur conféraient la encomienda et ils devaient faire serment de s’exécuter de la façon dont on les y obligeait.

  • 13 CDICH, première série, t. VIII, p. 452-455.
  • 14 CDICH, première série, t. IX, p. 395-397.
  • 15 CDICH, première série, t. IX, p. 397-398.
  • 16 CDICH, première série, t. IX, p. 410-411.
  • 17 CDICH, première série, t. IX, p. 412-414.
  • 18 CDICH, deuxième série, t. I, p. 17-24.
  • 19 CDICH, deuxième série, t. I, p. 63-64.

29On peut citer comme exemple les termes dans lesquels étaient conçus les titres de encomienda au Chili. Une encomienda octroyée en 1549 à Juan Bautista Pastene établissait qu’il pourrait se servir des Indiens « pourvu que vous vous engagiez à avoir des armes et un cheval et à entretenir les chemins et les ponts royaux qui pourraient se trouver sur le territoire de vos dits caciques et Indiens ou près d’eux, là où il vous serait ordonné par la justice ou bien s’il vous échoit par le sort »13. Les mêmes obligations militaires figuraient dans d’autres données en 1551 à Diego Díaz14 et à Ortún Jiménez de Vertendona15, en 1552 à Pedro Martin de Villarroel16 et à Cristóbal Pérez17. En 1564, dans la encomienda donnée par Pedro de Villagra à Francisco de Irarrâzaval, on disait : « à charge pour vous d’avoir des armes et des chevaux, et de servir à la guerre s’il vient à se produire un soulèvement, selon ce que la justice vous ordonnera et de la manière dont elle en disposera »18. Dans une encomienda donnée par Rodrigo de Quiroga à Julian Gutierrez Altamirano en 1566 [il est question] du service militaire « quand un soulèvement viendra à éclater »19.

30Les obligations militaires des encomenderos étaient donc indiquées, dans les titres mêmes qui leur concédaient la jouissance de leur encomienda.

  • 20 J. Solórzano Pereira, Politica indiana, t. II, p. 289.

31Poursuivant son argumentation, Solórzano déduisait que les obligations embrassaient non seulement les limites de la province où se trouvait la encomienda, mais aussi toutes les autres provinces des Indes en cas d’urgence qui rendrait nécessaire le concours des encomenderos, étant donné qu’elles étaient toutes soumises au même roi et seigneur, émettant expressément l’opinion que « ses vassaux encomenderos seront également tenus d’aller à leurs frais au secours d’autres provinces voisines, ou peu éloignées de celles où ils résident et ont leur encomienda, pourvu qu’ils y fussent appelés par le roi, ou ses lieutenants »20.

32.Au sujet des peines encourues par les encomenderos peu empressés de remplir leurs obligations militaires, Solérzano est très formel. Même pour la première défaillance, ils pouvaient être privés de leur encomienda, et considérés comme rebelles « d’une certaine manière » et insoumis (op. cit., II, p. 290-291).

  • § N. du T. — On appelait : « fief droit » (feudo recto), par opposition à « fief franc » (feudo fran (...)

33Quant au service, il estimait que « doivent normalement le prêter en personne les encomenderos et feudataires, parce que la nature de ces bénéfices et de ces fiefs droits§ exige qu’il en soit ainsi, et aussi la formule même de l’hommage et du serment qu’ils prêtent à leur seigneur au moment où ils les reçoivent » (op. cit., II, p. 293), mais, de même qu’en droit féodal, on acceptait quelques dérogations, pour raison d’âge, de sexe ou d’état.

34Le raisonnement de Solórzano prend un tour intéressant quand il établit « que puisque les encomenderos se chargent de la défense de leur roi et de son royaume, et qu’ils en font le serment particulier qu’on a vu, comme les feudataires, et les nobles d’Espagne, ils doivent de ce seul fait, dès qu’ils reçoivent les encomiendas, être tenus pour tels et jouir de toutes les franchises et privilèges ; mais je n’ose l’affirmer, parce que jusqu’à présent je n’ai vu aucune cédule, ni autre droit municipal des Indes qui le leur concède ». Cependant « considérant le droit féodal, sur le plan duquel je place les encomiendas », la noblesse ne s’acquérait pas même par la simple concession de la juridiction inhérente au fief, juridiction que les encomenderos n’avaient pas sur leurs Indiens, « mais je ne prétends pas nier pour autant, que d’avoir aux Indes ces encomiendas (à plus forte raison si elles sont importantes), donne et apporte beaucoup d’honneur, de considération et d’autorité à ceux qui arrivent à les obtenir. De là est venue la coutume, que j’y ai trouvée admise, de leur donner (du simple fait qu’ils sont encomenderos) place dans les Tribunaux des Audiences et des Chancelleries royales, et de ne pas les emprisonner pour dettes civiles, parce que sur ce point le droit n’exige pas de très rigoureuses lettres de noblesse » (op. cit., II, p. 296).

35Il serait intéressant d’effectuer une étude parallèle de l’ost des Indes et de l’ost médiéval. Il est probable que plus d’un trait commun ou analogue se révélerait à l’analyse de l’un et de l’autre, et aussi, beaucoup de différences substantielles. Naturellement, dans l’ost des Indes le rapport du capitaine conquérant est un rapport direct avec le monarque, issu d’une base contractuelle. Le vasselage est présent, mais ce qui est décisif, du point de vue de l’origine, c’est le contrat exprimé dans la capitulation. Le rapport entre les membres de l’ost des Indes n’est pas un rapport personnel de vasselage, comme dans le système féodal, mais un rapport accidentel et qui résulte de leur participation à l’expédition. Cependant, les obligations militaires imposées aux encomenderos ont une saveur de féodalité. Il est évident qu’une analyse simultanée des deux types d’ost ne pourrait négliger les circonstances historiques contemporaines de chacun.

36Les obligations militaires des encomenderos rappellent d’une certaine façon le service d’ost exigé par le seigneur de son vassal. La différence consiste d’une part dans la nature du bien octroyé, fief et encomienda, et de l’autre, dans la nature du concesseur, seigneur et roi. Il ne fait pas de doute que dans le système féodal, le seigneur était aussi ou pouvait être le roi, mais en Amérique le seul véritable et principal seigneur, de qui émanaient les récompenses, était le roi.

  • 21 F. Lot, L’art militaire et les armées au moyen âge, t. II, p. 261.

37Dans l’Espagne médiévale existait le principe, comme ailleurs, qu’en cas d’invasion tout le monde était tenu de combattre, mais les non-libres n’étaient pas admis au service actif, ils devaient prêter leurs services comme pourvoyeurs de l’armée ou autres occupations similaires, La population urbaine était également tenue de faire partie de l’armée, dans l’ost, en cas de nécessité, encore que cette obligation fût limitée par la coutume à quelques jours et à une petite distance21

  • ** N. du T. — Yanacona, mot quichua, de yana : domestique. Au Pérou et au Chili ce terme désignait le (...)

38En Amérique les mêmes principes furent en vigueur, avec une valeur particulière pour les encomenderos, sur lesquels pesait une sanction concrète en cas d’insoumission. Cependant, à cause de circonstances particulières, les Espagnols n’eurent aucune vergogne à employer dans la guerre les non-libres, c’est-à-dire les Indiens. Soit que ceux-ci fussent « yanaconas »**, soit qu’ils fussent tributaires, ils prirent part très fréquemment aux batailles, non seulement comme auxiliaires, mais aussi comme combattants, et dans beaucoup de cas avec le droit de participer au butin.

  • 22 Très bonne information dans F. Lot, L’art militaire et les armées au moyen âge, t. II, p. 312-322.

39Pendant le règne des Souverains Catholiques, de profondes réformes furent faites dans l’armée espagnole22, qui ne semblent pas avoir atteint la population hispanique établie en Amérique, qui était régie selon d’autres normes et qui affrontait des problèmes complètement différents. Le style privé et seigneurial s’était déjà imposé aux Indes.

  • 23 Silvio Zavala, Las instituciones jurldicas en la conquista de Âmérica, p. 270 et 272.

40Mais, comme l’indique Zavala, quant aux résultats des conquêtes américaines, « les récompenses seigneuriales furent pour les chefs les plus en vue » ; mais le commun des soldats ne reçut que des parts de butin ou des Indiens en encomienda, forme plus réduite d’économie seigneuriale et cela se situe dans la perspective selon laquelle les encomiendas « furent un exemple patent de transition des formes organiques médiévales à l’économie propre aux États de l’âge moderne »23

41Cette petite seigneurie, en moyenne, avec de fréquentes exceptions de plus grande envergure, fut la base de la structure de la société coloniale espagnole au Chili et dans le reste de l’Amérique. Bien que l’étude détaillée des institutions et de leur expression concrète pendant le xvie siècle fasse défaut, de tels faits restent valables et sont le point de départ pour éclairer objectivement la réalité. La véritable matière de cette étude est constituée par les faits de la fin du siècle et du commencement du suivant, et il ne nous convient pas, pour cette raison, d’avancer pied à pied dans cette époque initiale, mais de fixer seulement les traits considérés comme essentiels à notre propos.

Notes

1 Voir en particulier Silvio Zavala, Las instituciones jurídicas en la conquista de América, Madrid, 1935 ; idem, Ensayos sobre la colonización espanola en América, Buenos Aires, 1944 ; José M. Ots Capdequi, El estado espanol en las Indias. Mexico, 1941 ; idem, Manual de historia del derecho espanol en las Indias, Buenos Aires, 1945 ; Charles Verlinden, Précédents médiévaux de la colonie en Amérique, Mexico, 1954 ; idem, Les origines coloniales de la civilisation atlantique ; Antécédents et types de structure, Cahiers d’Histoire mondiale, vol. I, no 2, octobre 1953, Paris. Nous ne prétendons pas avec ces références donner une bibliographie des nouvelles tendances dans le domaine de l’histoire de l’Amérique, mais seulement indiquer quelques œuvres fondamentales et significatives.

2 Nous renvoyons à la description complète du système dans l’ouvrage de Silvio Zavala, déjà mentionné, Las instituciones jurídicas en la conquista de América.

3 L’influence des romans de chevalerie et de leur monde mythique est décrite dans le livre de Irving A. Leonard, Los libros del conquistador, Mexico, 1953.

4 De l’intervention des capitalistes allemands traite V. Teitelboim, El amanecer del capitalismo y la conquista de América, Santiago du Chili, 1943.

5 Voir sur l’expédition de Valdivia et son gouvernement, D. Barros Arana, Historia general de Chile, I ; C. Errazuriz, P. de Valdivia, 2 vol. ; Marino DE Lovera, Crônica del reino de Chile ; T. Thayer et C. J. Larráin, Valdivia y sus compañeros ; A. de Góngora Marmolejo, Historia de Chile desde su descubrimiento hasta el ano 1575.

6 A. Vásquez de Espinosa dit : « si en capitaine très expert, qui connaissait la nature si fière et si ennemie de la sujétion des Indiens, il n’avait divisé ses forces en fondant tant de cités si éloignées, s’il n’avait commis d’imprudence, aveuglé par la soif de l’or, il n’aurait pas trouvé la fin qu’on verra, et les rebelles n’auraient pas réussi », Compendio y descripción de las Indias Occidentales, p. 701.

7 « Michimalongo, voyant qu’il contenterait de cette façon les vainqueurs, décida en accord avec les autres seigneurs qui étaient en prison avec lui, d’emmener le capitaine aux mines de Malgamalga près du grand fleuve de Chili et Quillota. Valdivia accepta la proposition, et il trouva bon d’y aller puisqu’il n’y avait pas plus de deux lieues de là aux mines ; arrivé là-bas, il trouva sur le terrain beaucoup de fourneaux et de creusets en argile pour l’exploitation.
La joie et la jubilation des Espagnols quand ils virent de tels signes, sont indescriptibles, et comme s’ils avaient déjà eu l’or en sacs, il leur semblait, que rien ne leur manquait, ni ne les préoccupait si ce n’est la crainte qu’il n’y ait pas assez de sacs et de besaces dans le royaume pour y mettre tant d’or, ainsi commencèrent-ils à se gonfler et à s’enfler démesurément, ayant déjà de plus hauts pensers, comme des gens riches considérant que d’ici peu ils iraient en Espagne créer des majorats, et même des comtés et des tours en or, commençant sur le champ à les bâtir de vent ». F. Marino de Lovera, Crônica del reino de Chile, p. 54.

8 On peut voir de nombreux exemples chez Domingo Amunátegui, Las encomiendas de indígenas en Chile, t. II, Apuntaciones y documentos, p. 3-140.

9 T. Thayer et C. J. Larrâin, Valdivia y sus compañeros, p. 110-114.

10 A. de León Pinelo, Tratado de confirmaciones reales, Introduction.

11 J. de Solórzano Pereira, Política indiana,. t. II, p. 282.

12 J. de Solórzano Pereira, Política indiana, t. II, p. 283.

13 CDICH, première série, t. VIII, p. 452-455.

14 CDICH, première série, t. IX, p. 395-397.

15 CDICH, première série, t. IX, p. 397-398.

16 CDICH, première série, t. IX, p. 410-411.

17 CDICH, première série, t. IX, p. 412-414.

18 CDICH, deuxième série, t. I, p. 17-24.

19 CDICH, deuxième série, t. I, p. 63-64.

20 J. Solórzano Pereira, Politica indiana, t. II, p. 289.

21 F. Lot, L’art militaire et les armées au moyen âge, t. II, p. 261.

22 Très bonne information dans F. Lot, L’art militaire et les armées au moyen âge, t. II, p. 312-322.

23 Silvio Zavala, Las instituciones jurldicas en la conquista de Âmérica, p. 270 et 272.

Notes de fin

* N. du T. — Le mot désignait dans l’Espagne du moyen âge, les terres et les rentes attribuées à un commandeur d’un ordre militaire. En Amérique, il correspond à « encomendar » (confier) des Indiens à un conquérant, à charge pour lui de les endoctriner dans la vraie foi. Voir glossaire.

Encomendero : celui qui recevait en tutelle les Indiens vivant sur un territoire déterminé. Voir glossaire initial.

N. du T. — Descargar la tierra ; littéralement : décharger le pays.

§ N. du T. — On appelait : « fief droit » (feudo recto), par opposition à « fief franc » (feudo franco), celui dont le feudataire doit à son suzerain le service personnel.

** N. du T. — Yanacona, mot quichua, de yana : domestique. Au Pérou et au Chili ce terme désignait les Indiens utilisés pour le service personnel.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search