Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Introduction

Alvaro Jara

Texte intégral

1Le métier d’historien, bien compris, est un métier ardu. Reconstruire le passé et présenter une réalité cohérente, trouver les véritables lignes structurales d’une société, implique non seulement des responsabilités, mais aussi des difficultés considérables. Plutôt qu’à l’élaboration d’un thème ou d’un tableau complet du passé sur ce thème, nous n’avons prétendu qu’à l’indiquer dans ce livre.

2Le titre a été donné avec une véritable crainte. Trop ambitieux, il présuppose une conception globale de tous les problèmes de la société espagnole établie au Chili et de leur interaction avec l’élément indigène depuis la conquête jusqu’à l’année 1612, date avec laquelle s’achève le dernier chapitre.

3Cependant, conscient de tant de carences et de tant de problèmes qui sont restés intacts, on a voulu conférer une permanence au titre, plus comme une façon de mettre en lumière la perspective générale du sujet que de refléter tout son contenu véritable. Cette détermination a été fortifiée par la conscience que notre histoire doit être, de plus en plus, orientée vers de nouveaux objectifs et par l’idée qu’il faut appeler l’attention sur cette direction du renouvellement scientifique.

4Nous avons eu présent à l’esprit, également, que les principes de l’histoire universelle ont eu et ont encore, force de loi dans le cadre étroit de notre histoire nationale. Nous sommes le produit d’un des divers courants de la colonisation européenne et sous cet aspect, il est intéressant de connaître notre réalité passée, partie d’un tout plus important, mais qui, comme simple portion, présente certaines caractéristiques propres, qui coïncident à certains égards avec celles d’autres régions et à d’autres égards en diffèrent. Son étude contribue donc à une meilleure connaissance de la réalité espagnole en Amérique et aussi à une meilleure connaissance du vaste mouvement colonisateur européen qui s’est développé à partir de l’époque des grandes découvertes.

5Plus précisément, nous avons été guidés par une idée centrale : les formes de la guerre ne peuvent être étrangères au devenir du reste de la réalité historique. Dans le Chili des xvie et xviie siècles, il serait difficile de ne pas apercevoir l’attraction exercée par le thème de la guerre, qui paraît dominer toute la société. La guerre est présente dans les chroniques, dans les poèmes, dans les récits, dans les documents. C’est un motif constant dans cette société structurée par la violence, dans la formation de laquelle l’élément conquérant a joué un rôle décisif. Il est inutile d’insister sur la force et la valeur des méthodes de guerre employées pour soumettre la population indigène. Aussi, l’étude de l’exercice de la violence et de ses transformations historiques a-t-elle paru d’un intérêt qui l’impose.

6La capacité et le désir de violence ne sont pas toujours les mêmes et les conditions et les modes selon lesquels elle s’exerce ne restent pas identiques ni stationnaires. Si on arrive à percevoir certains changements, ils doivent refléter des modifications subies par la structure sociale. Violence et société se modifient réciproquement en une véritable et mutuelle interaction.

7On a tenu compte aussi du fait que l’éloignement panoramique d’une vision trop générale de la très longue guerre d’Araucanie, les Flandres indiennes, comme l’a appelée le Père Diego de Rosales, a fait penser assez fréquemment qu’elle est restée ankylosée dans ses formes primitives, et plus encore, que son développement n’a pas été en étroite relation de dépendance — active et passive — avec la société qui s’est structurée dans le territoire par l’effet de la conquête espagnole.

8Insistons ; l’idée centrale de cette investigation est inspirée par la recherche de l’évolution dans le temps des formes de guerre, considérées dans une plus grande dimension que leur seul aspect matériel extérieur, dans lesquelles se reflètent les transformations qu’éprouve la société, mais non une société type, au contraire une société concrète et particularisée, avec ses nécessités et ses exigences propres. L’ost de Pedro de Valdivia est diamétralement opposé à l’armée d’État, permanente, créée par la monarchie espagnole au commencement du xviie siècle, et les besoins de main-d’œuvre pour les activités économiques de la société créée par les conquérants ne trouvent pas les mêmes solutions dans les premiers temps que dans les années suivantes où commence à se manifester une grave diminution des travailleurs indigènes.

9Nous le répétons, nous n’avons prétendu qu’à indiquer la valeur de ces principes. Leur étude exhaustive sera le fruit d’un labeur et d’un effort plus prolongé qui nous conduira à une plus ample connaissance de la richesse et de la variété des Collections de documents nationaux et étrangers afférents et que nous espérons pouvoir mener à bonne fin dans l’avenir.

10Il est impossible, actuellement, de songer à épuiser la documentation inédite de la période présentée, étant donné son énorme variété et sa multiplicité. Nous pensons également que des travaux monographiques permettront plus tard de compléter et de préciser beaucoup d’aspects et de problèmes.

11Nous avions conçu ce sujet avec une plus grande ampleur chronologique. Nous l’avons limité provisoirement au début de la guerre défensive afin de nous permettre de saisir plus profondément la période suivante de l’esclavage indigène à grande échelle, jusqu’à son extinction et les causes déterminantes de son extinction. Cette manière de procéder nous permettra aussi de traiter en détail, comme nous le désirons, quelques problèmes particuliers à cette époque.

12Ces lignes, que nous avions placées en tête de ce livre, en le terminant il y a exactement trois ans, en appellent aujourd’hui d’autres.

  • 1 Nous avons donné une information générale à ce sujet dans l’article : Una investigación sobre losp (...)

13Dans cet intervalle, notre travail a subi un changement de méthode assez prononcé et nous avons entrepris une recherche en équipe, qui est en cours de réalisation et qui, nous l’espérons, mènera à une vision plus concrète de la période coloniale chilienne1.

14Est-il besoin de dire que si nous entreprenions à nouveau aujourd’hui ce travail, des différences très appréciables apparaîtraient sous de nombreux aspects ? Il est cependant nécessaire de réaffirmer que les conclusions seraient les mêmes, ainsi que le noyau d’idées centrales qui a permis de les formuler.

15Disons également que, songer à réviser et à compléter le manuscrit dans le moment présent, ou prétendre changer et refaire certains aspects formels, comme cela eût été notre intention, n’est pas possible sans sacrifier un programme collectif de recherches.

16Nous espérons que l’avenir nous permettra de présenter un tableau de notre histoire où se refléteront dans toute leur vérité et leur vigueur, non seulement les lignes structurales de son déroulement, mais aussi tout ce contexte qui est indispensable pour éclaircir de tonalités propres, franches et définies tout processus de l’évolution humaine.

17La circonstance assez curieuse que ce livre paraisse pour la première fois dans une traduction française et non en espagnol, la langue de sa rédaction originale, appelle la gratitude de l’auteur envers des personnes et des institutions d’un pays avec lequel les liens professionnels et de sympathie sont déjà anciens.

18C’est un honneur, non pas pour nous personnellement, mais pour le thème de la guerre d’Araucanie, et de l’esclavage des indigènes, que l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine ait bien voulu l’inclure dans ses préoccupations. Nos remerciements, à titre personnel cette fois, à son directeur, le Professeur Pierre Monbeig. Nous sommes absolument certains que le Professeur Jacques Lafaye en est également digne, qui s’est chargé de la lourde tâche d’en préparer la traduction française avec un soin vraiment patient.

19Enfin, je ne saurais terminer cette introduction sans exprimer ma gratitude envers la VIe section de l’École pratique des Hautes Études, qui a prêté généreusement sa collaboration pour faciliter et rendre possible la publication de cet ouvrage. Notre reconnaissance va au compagnon de nombreuses soirées amicales, alors qu’il travaillait dans nos archives, au Professeur Ruggiero Romano, de la VIe section ; elle va tout particulièrement au Professeur Fernand Braudel, qui a bien voulu donner son appui aux études historiques chiliennes, par cette stimulante preuve d’intérêt. Très sincèrement, nous devons avouer que son accueil nous a fait sentir, comme une légère et aérienne présence, le souffle vivifiant de Marc Bloch, cet historien de qui nous sommes tant à avoir tant appris.

20Santiago du Chili, 21 décembre 1959.

21N. B. — Les mots et expressions entre parenthèses sont de l’auteur, Alvaro Jara. Les mots et expressions entre crochets sont ajoutés par le traducteur pour éclairer le texte, là où cela a paru nécessaire.

22Le texte, à l’exception de certains termes, définis dans le glossaire initial, et qui ont été imprimés en italique, a été intégralement traduit de l’espagnol en français.

23Les titres d’ouvrages cités en notes ont été conservés dans leur langue originale (espagnole ou autre). Toutefois, en ce qui concerne les Manuscrits et les Documents, dont les titres particuliers, souvent assez longs, constituent en réalité des analyses succinctes des documents cités, nous avons cru bon de les traduire, afin de mieux éclairer le texte.

24Les notes au bas de page précédées d’un numéro entre parenthèse (7) sont de l’auteur.

25Les notes sans numéro ont été ajoutées pour le lecteur français par le traducteur. Indiquées dans le texte par un astérisque, elles sont précédées de la mention « N. du T. ».

Notes

1 Nous avons donné une information générale à ce sujet dans l’article : Una investigación sobre losproblemas del trabajo en Chile durante elpériodo colonial, The Hispanic American Historical Review, vol. XXXIX, no 2, Mai 1959. Sont déjà publiés actuellement les premiers résultats de cette recherche, selon un plan spécifique, dans le cadre d’une série intitulée : Trabajo y Salario en el périodo colonial, No 1, A. Jara, LOS asientos de trabajo en la ciudad de Santiago, 1586-1600, et No 2, de notre collègue et camarade de travail, Rolando Mellafe : La introducción de la esclavitud negra en Chile. Tráfico y rutas. Universidad de Chile, Santiago, 1959. D’autres volumes suivront bientôt ces premières monographies.

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search