Version classiqueVersion mobile

Guerre et société au Chili. Essai de sociologie coloniale

 | 
Alvaro Jara

Glossaire

Texte intégral

« Portrait du Maître de camp général, Alvaro NÚÑEZ DE PINEDA, père de l'auteur »

1(Établi d’un commun accord entre l’auteur et le traducteur)

2Nous expliquons ici des termes qu’il a paru finalement préférable de conserver en espagnol, et certains équivalents français approximatifs, retenus faute de mieux, et dont nous sommes conscients qu’ils comportent une part d’arbitraire. Le lecteur hispaniste en verra les raisons ou les faiblesses ; le non-hispaniste pourra se reporter au présent glossaire.

Conquistador : conquérant

Désigne en Amérique les membres des expéditions de conquête, ou les vétérans, même longtemps après la fin de la conquête.

Ejército : armée

Le mot s’applique exclusivement à l’armée des conquérants espagnols, jamais à celle des Indiens.

Empresa : expédition

S’appliquait chez les chroniqueurs aux expéditions de conquête ; exactement, et en espagnol moderne, entreprise ; nous l’avons traduit parfois ainsi.

Encomienda ou Repartimiento

Nous avons conservé ces deux termes, qui apparaissent souvent associés, comme des synonymes.

Repartimiento, le plus ancien, désignait l’attribution, pendant la conquête de l’Amérique, de communautés indiennes aux conquérants, d’abord, puis à d’autres.

Encomienda, c’est le repartimiento institutionalisé. Son bénéficiaire est appelé encomendero.

Encomendero

L’encomendero est le bénéficiaire d’une encomienda, c’est-à-dire qu’il est chargé de l’administration et de l’endoctrinement spirituel des Indiens qui lui sont confiés en tutelle. En échange de cette charge, il est habilité à lever sur eux des tributs, dont il doit un pourcentage à la couronnes.

Encomendado

Qualifie l’Indien qui a été l’objet d’un repartimiento, considéré dans ses rapports avec son encomendero.

Hueste : Ost

L’ost est l’armée constituée par les encomenderos et les vecinos, remplissant leurs obligations militaires occasionnelles en vue de la défense de leurs encomiendas ou de leurs villes menacées, selon des modalités comparables à celles des tenants de fiefs dans l’Europe féodale.

Indios amigos : Indiens amis

C’est-à-dire ceux qui combattaient aux côtés des Espagnols dans, les guerres de conquête ou de défense, en Amérique. Ce sont des groupes de supplétifs.

Indios guerreros : Indiens combattants

Indiens incorporés individuellement, à la différence des Indios amigos, dans les rangs de l’armée espagnole.

Indios de paz : Indiens loyaux

Littéralement, Indiens pacifiques, soit qu’ils aient accepté loyalement de se soumettre aux Espagnols, soit simplement qu’ils ne les combattent pas. L’expression s’oppose à Indios de guerra.

Indios de guerra : Indiens rebelles

La notion de rebelle n’implique pas nécessairement ici la révolte contre une souveraineté préalablement acceptée. De guerra, mot à mot en guerre s’applique à toutes les communautés indiennes qui combattaient les Espagnols — qu’il s’agisse de tribus insoumises ou en révolte.

Licenciado : homme de loi

Exactement licencié en droit. Pratiquement, et encore dans l’Amérique latine contemporaine, ce terme désigne tous les Hommes possédant des diplômes juridiques supérieurs. A l’époque coloniale, licenciado s’appliquait souvent à des fonctionnaires envoyés d’Espagne précisément pour instaurer aux Indes occidentales le règne de la loi.

Milicia : milice

Il s’agit bien d’une milice au sens moderne, la milice populaire des Indiens, opposée à l’ost, puis à l’armée (ejército) des Espagnols.

Paz (de) : pacifié

Si elle ne s’applique pas aux Indiens, l’expression désigne une région où les Espagnols sont en sécurité, soit que les Indiens se soient soumis sans opposer de résistance armée, soit qu’ils aient été vaincus.

Pieza : pièce

Terme de chasse : une pièce de gibier. Désignait, dans la guerre d’Araucanie, l’Indien considéré comme une prise, un butin, le plus précieux des butins, qui était l’objet d’un négoce lucratif.

Repartimiento : voir Encomienda. Vecino

Le plu3 souvent c’est le vecino encomendero (voir ce mot). Il était tenu de résider sur les lieux de son encomienda. Il ne pouvait se rendre en Espagne, par exemple, sans autorisation royale et sous peine (après deux ans d’absence), de perdre son encomienda.

Il existait, dans les cités, des vecinos moradores, c’est-à-dire des habitants y possédant une demeure et remplissant diverses conditions qui leur conféraient le privilège d’être représentés notamment, et le devoir de défendre la ville.

3Nous ne croyons pas nécessaire de compléter ce glossaire par la définition de nombreux termes juridiques et surtout budgétaires, en usage sous Philippe II. Afin d’alléger la traduction ou simplement de la rendre intelligible au lecteur moderne, nous avons eu parfois recours à des équivalents anachroniques tels que budget, indemnité, prime, préférant toujours la réalité d’un usage ou d’une institution à l’étrangeté de son appellation ancienne. Chaque fois que cela a paru souhaitable, nous avons indiqué en note le terme espagnol.

4L’orthographe espagnole n’étant pas fixée absolument à l’époque considérée, celle des noms propres cités est capable de variations ; par exemple, on peut écrire aussi bien Ribera que Rivera.

5L’expression la cité des Rois (la ciudad de los Reyes), désigne Lima, capitale actuelle du Pérou, où résidaient les vice-rois.

6Indiquons encore que Arauco désigne tantôt une ville, et dans ce cas nous lui avons conservé sa forme espagnole, tantôt une région, l’Araucanie.

Table des illustrations

Légende « Portrait du Maître de camp général, Alvaro NÚÑEZ DE PINEDA, père de l'auteur »
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 703k

© Éditions de l’IHEAL, 1961

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search