Version classiqueVersion mobile

Le climat des Antilles

 | 
Pierre Pagney

Quatrième partie. Les cyclones tropicaux

Conclusion générale

Texte intégral

I. — RAPPEL DES PRINCIPAUX TRAITS DU CLIMAT ANTILLAIS

1Il s’agit d’un climat tropical dont la chaleur et l’humidité permettent de distinguer une tendance subéquatoriale (Petites Antilles), et une tendance plus typiquement tropicale (Grandes Antilles). L’opposition entre la saison sèche et la saison pluvieuse est partout bien établie. Ce rythme saisonnier oppose toutefois encore les Petites Antilles, où la saison pluvieuse est massive, aux Grandes Antilles où elle s’articule en trois phases, la phase intermédiaire étant celle d’une certaine rémission.

2Si l’archipel, dans son entier, subit les mêmes conditions hivernales par l’intervention des processus polaires (ces conditions vont cependant en s’estompant vers le Sud, d’où absence de coups de froid aux Petites Antilles en même temps que pluviosité plus grande qu’au Nord) il connaît des effets relativement différents en période pluvieuse. L’arc oriental n’a pas l’équivalent de la culmination de mai sur les Grandes Antilles, du fait de l’absence, au seuil de l’été, de l’affrontement actif d’air polaire en retrait et d’air tropical. Une convergence identique se retrouve, par contre, à la fin de l’hivernage sur les deux régions (octobre au Nord, novembre au Sud). C’est la cause du 2e paroxysme pluviométrique des Grandes Antilles et du paroxysme unique des Petites.

3Quel que soit leur mode de distribution saisonnière sur l’archipel, les précipitations font partout intervenir les mêmes processus de détail : pluies de convection, pluies de perturbations et pluies orographiques. Le cycle thermique diurne existe en toutes saisons. La thermoconvection n’est effectivement inconnue à aucun moment de l’année. Pourtant son rôle ne devient déterminant sur les chutes d’eau qu’en été, car c’est alors que se substituent des masses d’air chaudes et humides, aux masses d’air généralement fraîches et subsidentes de l’hiver.

4Les perturbations existent de même en tous temps. Mais leur nature diffère suivant les saisons. En hiver, les pluies arrivent surtout par fronts et lignes de discontinuité d’W. ou de N.-W. Les perturbations hivernales sont en général d’intensité médiocre ou moyenne car elles sont étroitement enserrées par les masses d’air stable. D’ailleurs, elles sont le plus souvent peu épaisses. Ce qui explique le fort avantage pluviométrique hivernal donné au Nord sur les Grandes Antilles. Les Petites Antilles subissent, de leur côté, une dissymétrie due aux advections froides de N.-N.E., séquelles de celles qui donnaient plus haut des fronts polaires.

5En été, les pluies de perturbations arrivent par ondes de l’Est, cyclones tropicaux et remontées de Z. I. C. Les trois processus interviennent sur les Petites Antilles ; les deux premiers seulement atteignent les Grandes. Cependant, si les remontées de Z. I. C. semblent bien limitées, dans leurs effets directs, à l’arc oriental, elles n’en provoquent pas moins des temps troublés sur les îles du Nord, par les perturbations secondaires (ondes de l’Est ou cyclones) qu’elles suscitent. Toutes ces perturbations estivales sont épaisses et établies en air plutôt instable. Il en découle une diminution, voire une annulation, de l’opposition pluviométrique entre côtes « au vent » et côtes « sous le vent ». Les pluies estivales de convection agissent dans le même sens. Les perturbations de période chaude prenant les îles à revers (arrivée par la Caraïbe aux Grandes Antilles) peuvent même aboutir aux dissymétries inverses. La thermoconvection est susceptible, là encore, d’intervenir parallèlement.

6Il faut rompre avec le schéma classique par trop rigide des côtes « au vent » pluvieuses parce qu’exposées aux vents dominants, et des côtes « sous le vent » nécessairement plus sèches. La vérité est que si le bilan pluviométrique annuel est le plus souvent conforme à ce schéma, il ne l’est que par le résultat algébrique d’effets mensuels successifs dont certains, parfois fort nombreux et démonstratifs, sont en désaccord formel avec lui. Tout ceci dépendant en outre de l’importance et de la disposition des reliefs. On doit s’attendre, en effet, à une égalisation pluviométrique dans l’année et dans le mois d’autant plus grande sur les différentes parties d’une île, que son relief sera plus modeste.

7Ceci dit, les aspects majeurs du climat antillais et en particulier les rythmes pluviométriques, sont une remarquable expression de la circulation atmosphérique générale.

II. — LE CLIMAT ANTILLAIS : EXPRESSION DE LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE

  • 1 P. Birot : Précis de géog. physique générale (ouv. cité), 2-C, p. 51.

8« L’explication de la circulation atmosphérique générale constitue… le problème majeur de toute la climatologie »1. Il est donc normal que nos préoccupations nous aient amené à rechercher les mécanismes les plus généraux du temps antillais.

9Constatons tout d’abord que telle que nous l’avons observée, l’évolution hivernale et estivale des événements de la haute troposphère concorde avec ce qu’expriment les auteurs. La topographie absolue moyenne de la surface 500 mb, d’après Sherhag, montre l’existence dans l’hémisphère Nord hivernal, d’une forte onde planétaire du courant-jet circumpolaire sur l’Est des U. S. A., et le maintien d’un courant d’Ouest jusque sur les Antilles. Ch. P. Pogosjan indique en janvier à ce niveau standard, outre l’onde sur les U. S. A., un noyau anticyclonique chaud sur la Caraïbe et le proche Atlantique. La combinaison des vues de ces auteurs aboutit aux nôtres : le flux hivernal d’Ouest demeure le fait essentiel des Grandes Antilles, une circulation d’Est régnant sur le Sud de la Caraïbe à la faveur du noyau chaud. Dans l’hémisphère Nord estival, la remontée générale du flux d’Ouest jusqu’à la latitude des Grands Lacs laisse la place, sur l’Atlantique, la Caraïbe et une partie des U. S. A., à une crête chaude, puissante par les pressions et le développement en latitude. Le flux d’Ouest hivernal des Grandes Antilles et de la partie septentrionale des Petites, se trouve alors remplacé par un flux d’Est.

10La position saisonnière du jet qui se balance entre la Floride et les Grands Lacs, domine la disposition des flux et des centres d’action d’altitude au-dessus des Antilles. Tandis que les Grandes Antilles et une partie des Petites se trouvent fréquemment sous ses linéaments en hiver, l’ensemble des Antilles se situe sous la crête chaude en été et plus spécialement sous le flux d’Est de son bord équatorial. Il y a là, abstraction étant faite des nuances du 1er maximum des Grandes Antilles et du maximum d’octobre-novembre, commun à toutes les îles, l’explication majeure de l'opposition entre saison sèche et saison humide.

11L’avancée du jet vers l’Equateur, en hiver, aboutit à l’avancée corrélative dans les basses couches, des anticyclones pelliculaires américains froids et subsidents. Elle aboutit aussi, par bipartition anticyclonique subtropicale, à la réalisation d’un couloir dépressionnaire méridien plus ou moins large, avec divergence à son débouché du côté tropical. La thermoconvection ne pouvant guère intervenir dans de telles conditions, les pluies, aspect mineur de la période, sont alors le fait essentiel des fronts qui ourlent les invasions froides. Ainsi la saison sèche antillaise résulte de la transgression des processus polaires, habituellement jusqu’aux alentours du 20e parallèle.

12Le recul du jet vers les Grands Lacs en été marque le triomphe des processus tropicaux pluvieux avec une circulation épaisse d’Est. C’est dans ces conditions qu’en air humide s’installe la thermoconvection et que se déplacent ondes de l’Est, cyclones et effets de Z. I. C. Ainsi, le mouvement apparent du Soleil n’agit-il pas directement sur les pluies estivales mais par l’intermédiaire du dynamisme des centres d’action.

13Le lien des processus atmosphériques généraux et du climat antillais permet d’aller plus loin et d’apporter une contribution à l’explication théorique de la circulation atmosphérique générale.

III. — LE CLIMAT ANTILLAIS CONTRIBUE A L’EXPLICATION DE LA CIRCULATION ATMOSPHERIQUE GENERALE

A) LA SOURCE POLAIRE DE LA CIRCULATION

14Nous appuierons le raisonnement sur l’hémisphère Nord.

15La vitesse des vents forts (courant-jet) qui ceinturent la dépression polaire boréale, est en relation directe avec l’activité hivernale. C’est en hiver de l’hémisphère que ces vents sont les plus rapides, en même temps que les plus étendus autour du pôle, avec trajectoire très appuyée en direction de l’Equateur. Les vicissitudes de ce flux d’Ouest circumpolaire constituent un fait d’observation qui a été abondamment illustré au cours de cette étude. Pour Rossby, sa puissance hivernale est liée aux perturbations de front polaire. Quel qu’en soit le point de départ et bien que son appartenance à la circulation tempérée, du moins pour l’essentiel, ne fasse aucun doute, il est certain qu’il a un rôle édificateur ou directeur sur les centres d’action subtropicaux, émissifs à leur tour de flux atmosphériques.

  • 2 F. Durand-Dastès : « Remarques sur les pluies d’été aux Indes », A. G., no 379, mai-juin 1961, p.  (...)

16Le courant-jet hivernal édifie, ou participe largement à l’édification des hautes pressions d’altitude situées au Sud de sa trajectoire (crête chaude). Cette édification est le fait de processus cinématiques. La figure 301 inspirée de F. Durand-Dastès2 et adaptée aux besoins de notre démonstration, montre le jet boréal encadré par les vents d’Ouest, moins rapides, de son bord polaire et de son bord tropical. De ces différences de vitesses en flux parallèles et de même direction, résulte la tendance cyclonique sur la gauche et la tendance anticyclonique sur la droite. Le fait est que le jet a bien sur sa gauche la dépression polaire et sur sa droite la crête tropicale. On peut donc admettre que cette dernière est la conséquence de celui-ci.

17Lorsque le courant-jet n’est pas rectiligne, il amorce, par ses linéaments, des vallées à valeur cyclonique ouvertes du côté du pôle et des crêtes à valeur anticyclonique. C’est ainsi qu’à la vallée qu’il dessine sur les U. S. A. hivernaux succède, plus à l’Est, sur l’Atlantique, une courbure anticyclonique. Celle-ci recouvre alors, et consolide, le domaine de hautes pressions maritimes qu’au niveau de la mer on convient d’appeler l’anticyclone des Açores. La question reste posée, il est vrai, de savoir quel lien exact existe entre ces pressions à divers niveaux.

18Les processus polaires hivernaux, par l’intermédiaire du jet, ne dominent pas la zone tropicale de l’hémisphère uniquement en altitude. L’avancée de l’onde cyclonique provoque, dans les basses couches, l’avancée corrélative des anticyclones froids nord-américains sur la mer du Golfe, l’Amérique centrale et les Antilles. Ceux-ci agissent alors en tant qu’individus isobariques. Ensuite, ils renforcent l’anticyclone maritime. Le renforcement incessant des hautes pressions subtropicales par les injections polaires est un fait capital qui ne disparaît pas complètement en été d’ailleurs.

  • 3 P. Birot : Précis (ouv. cité), 2-B, p. 49.

19La puissance des pénétrations froides sur la Caraïbe pose un problème. Non loin de leur source arctique, les anticyclones polaires ont un diamètre restreint. Leur mouvement de translation vers le Sud s’accompagne toujours de leur étalement, c’est-à-dire du relâchement de leur courbure anticyclonique. Pierre Birot parle, à ce propos, de l’affaiblissement de leur « tourbillon anticyclonique ». Ce tourbillon « ne peut plus contenir l’air froid et dense qui se trouve à l’intérieur… la colonne anticyclonique s’étale sur le sol ; ainsi est assurée la constance du tourbillon absolu »3.

  • 4 P. Pédelaborde : « Le Tourbillon, principe général à la base de la climatologie dynamique », A. G. (...)

20Sans que cette évolution se trouve en défaut, il arrive cependant que des anticyclones polaires se maintiennent, fortement dessinés, très bas en latitude. Nous en rencontrons qui atteignent le Yucatan. De telles décharges froides devraient pourtant subir un très puissant effet de latitude. En sorte que dans la formule du tourbillon absolu f + ζ = K, f diminuant beaucoup, ii devrait s’ensuivre une grande augmentation de ζ, donc une forte tendance à courbure cyclonique. S’il n’en est pas ainsi, c’est parce que le tourbillon absolu ne se conserve en fait qu’en atmosphère libre. P. Pédelaborde note que « les valeurs du tourbillon absolu sont… variables à la surface du globe »4 du fait de plusieurs facteurs parmi lesquels la nature de la masse d’air. Dans le cas des anticyclones pelliculaires liés au continent refroidi, l’affaissement de l’air froid en tant que tel, maintient une subsidence qui peut compenser provisoirement, mais de façon appréciable, l’effet de latitude.

21Tous ces processus, qui font de la zone froide le moteur tropical, intéressent la partie tropicale de l’hémisphère d’hiver.

B) LA SOURCE TROPICALE

22En période estivale le jet régresse vers le pôle. Il y a parallèlement disparition des renforcements polaires à la latitude des Antilles et du Sud des U. S. A. Les processus polaires perdent toute importance majeure sur la zone tropicale de l’hémisphère (nous nous plaçons toujours dans l’hémisphère Nord). Or, le retrait du jet correspond à un étalement et à un renforcement de la crête chaude. On ne peut plus attribuer au courant circumpolaire le rôle essentiel dans l’édification de ces hautes pressions d’altitude. On ne peut pas davantage attribuer ce rôle au jet austral. Celui-ci est, de toute façon, séparé de la crête chaude boréale par une crête chaude australe et par le courant d’Est équatorial.

23Les faits constatés suggèrent alors que la crête tropicale Nord doit une grande part de son existence, pour le moins, aux événements tropicaux. C’est ainsi que, par son déplacement en direction du pôle, le flux d’Est équatorial d’altitude peut, sur sa droite, participer à la construction de cette crête. En outre, sur une Z. I. C. active et dont la position est la plus septentrionale de l’année, l’ascendance dynamique est forte. Le transfert d’air qui en résulte vers l’altitude peut participer au gonflement des hautes pressions dans la troposphère libre, ainsi qu’à leur étalement. D’ailleurs, à l’ascendance dynamique de la convergence des alizés, doit logiquement s’ajouter l’ascendance thermique due à une thermoconvection que l’on sait maximale en été.

  • 5 P. Birot : Précis… (ouv. cité), 2-C, p. 57.

24C’est là, avec des retouches (la prise en considération de l’ascendance dynamique), une réaffirmation de la vieille théorie de la cheminée équatoriale. On doit, dans cette perspective, considérer les hautes pressions de la crête chaude comme l’intermédiaire obligé entre le flux ascendant et le contre-alizé. Celui-ci n’est autre que le courant de S.-W ou d’W. du bord occidental ou septentrional de cette crête. Le contrealizé rejoint finalement le jet. Les deux flux, celui qui est l’expression des événements polaires et celui qui vient des basses latitudes, cheminent alors parallèlement et selon la même direction. En somme si nous ne pensons pas que « le jet stream n’est autre que le contre-alizé des classiques »5, nous croyons toutefois qu’il en est bien ainsi pour « sa branche méridionale, celle qui est liée aux hautes pressions subtropicales » (5).

25La source tropicale est donc essentielle dans la circulation atmosphérique générale pour l’hémisphère d’été. La source polaire n’en reste cependant pas moins présente. Celle de l’hémisphère n’intervient plus guère, certes. C’est surtout celle de l’hémisphère d’hiver (ici l’hémisphère austral) qui entre en jeu. Car c’est l’air austral, qui a passé l’Equateur et converge haut en latitude avec l’air boréal, qui établit une Z. I. C. active avec processus ascendants générateurs de hautes pressions d’altitude.

  • 6 P. Birot : Précis…, 2-C, p. 52.

26Au total, si suivant la saison, le moteur de la circulation de l’hémisphère est à rechercher dans des processus initiaux tantôt polaires, tantôt tropicaux, il n’empêche qu’une part fondamentale des événements revient, en toutes saisons, aux régions polaires ou tempérées, qu’elles soient boréales ou australes. En ce sens, nous rejoignons, avec quelques réserves, les vues de Rossby dont P. Birot a pu dire qu’elles sont une « conception révolutionnaire, suivant laquelle le moteur de la circulation générale serait le tourbillon cyclonique véhiculé à partir des pôles par les langues froides s’écoulant vers l’Equateur »6. Nous sommes en outre en accord avec les vues « modernes » par l’importance que nous attribuons aux conditions géographiques sur la circulation atmosphérique générale. Il ne serait pas possible, selon nous, d’expliquer la circulation générale au-dessus de l’Amérique du Nord, de l’Amérique centrale et de l’Atlantique, sans faire intervenir la forme du continent, la répartition de ses masses aux diverses latitudes, la place des reliefs, leur ampleur et leur orientation.

27La dépendance du climat antillais à l’égard de la circulation atmosphérique générale et des impératifs géographiques, permet de poser le problème des variations climatiques et de leurs modalités.

IV. — LE SENS PROBABLE DES VARIATIONS DU CLIMAT ANTILLAIS A L’EPOQUE GLACIAIRE

28Les Antilles étaient, à l’époque glaciaire, soumises à l’égard du continent nord-américain à des conditions rappelant, en plus intense et plus durable, celles de l’hiver actuel.

29Actuellement, Cuba et Hispaniola, et accessoirement la Jamaïque, subissent plus étroitement les vents froids issus du continent nord-américain, que Porto Rico et surtout que les Petites Antilles. Cette réaction différentielle vient de la répartition géographique des îles. Il est normal que les effets réfrigérants du continent soient estompés sur celles qui en sont le plus éloignées, en même temps que les plus implantées dans le milieu maritime. Il en résulte une différence dans les températures, les plus basses étant au N.-W. de l’archipel, et dans les pluies, la sécheresse maximale ayant la même localisation.

30Nous constatons, aujourd’hui aussi, que les montagnes enregistrent beaucoup plus profondément les advections froides que les régions basses.

31Or, les réactions, variables suivant la longitude, la latitude et l’altitude, ne pouvaient pas ne pas jouer déjà à l’époque glaciaire. D’ailleurs dans un temps où une part considérable de l’Amérique du Nord était englacée, les décharges froides disposaient d’une source plus méridionale et plus puissante qu’aujourd’hui. Si les Antilles étaient dans leur ensemble plus froides qu’actuellement, la sévérité des températures était de toute façon plus grande sur les Grandes Antilles (Porto Rico mis à part) que sur les Petites, et aussi en montagne qu’au plus près du niveau de la mer. Il faut admettre, de même, que l’archipel était plus sec que maintenant, avec, cependant, une multiplication des pluies à caractère frontal. Mais là encore, la sécheresse devait l’emporter sur les îles du Nord.

32Il semble certain, au total, que ce sont les massifs montagneux des Grandes Antilles qui ont enregistré au maximum les contre coups de l’épisode glaciaire. Il est en outre certain que les Grandes Antilles ont été les plus affectées dans le sens du refroidissement et de l’assèchement. D’ailleurs, à cause même de l’influence régulatrice de l’Océan, les variations climatiques, de l’époque glaciaire à l’époque actuelle, ont eu de toute façon une amplitude beaucoup plus considérable à Hispaniola et à Cuba qu’aux Petites Antilles.

33Ce qui aboutit à la question de savoir si l’archipel possède des traces irréfutables de ce à quoi nous aboutissons par le raisonnement (témoignages morphologiques et végétations reliques). C’est aux Grandes Antilles, et surtout en altitude, que de tels témoignages pourraient être recherchés. Qu’il nous soit toutefois permis, dans cet ordre d’idée, de livrer une impression, valable pour les Petites Antilles centrales et septentrionales. Nous n’avons jamais cessé de nous étonner d’y trouver des paysages végétaux dont la xérophylie ne semble pas vraiment en accord avec des totaux, et aussi des répartitions pluviométriques, actuellement relativement appréciables. Nous ne devons pas ignorer, il est vrai, que l’homme est passé par là, et aussi qu’un bilan de l’évapotranspiration serait peut-être susceptible d’accorder ces conditions biogéographiques avec le climat actuel.

V. — LE CLIMAT ANTILLAIS CONTRIBUE AU RAPPROCHEMENT DES CLIMATS DITS D’ALIZE ET DES CLIMATS DITS DE MOUSSON

34P. Pédelaborde a mis en lumière les divers critères possibles de la mousson. A la base, il y a l’idée de vents alternés. Nous retiendrons pour notre part le critère des météorologistes tropicaux : passage d’un alizé dans l’hémisphère d’été.

35Entre l’hémisphère austral hivernal et l’Amérique du Nord estivale, il n’y a pas de mousson. En ce sens les Antilles ne sont pas, en période chaude, dans la situation dans laquelle se situe le S.-E. asiatique. Certains facteurs propices à la mousson d’été apparaissent cependant sur les U. S. A. La dépression thermique de Californie a même valeur que la dépression saharienne et que celle qui règne alors sur le Pendjab. Or, si le F. I. T. remonte haut en latitude, aspiré par les dépressions du Sahara et du Pendjab, il n’en est pas de même au S.-S.W. des U. S. A. où il ne se signale que par un faible déplacement au Nord de l’Amérique du Sud. Pourquoi en est-il ainsi ?

  • 7 P. Pédelaborde : Les Moussons, p. 61-62.
  • 8 Id. ibid., p. 62.
  • 9 P. Pédelaborde : Les Moussons, p. 63. Dans la dernière citation, lire dans le texte original, est (...)

36Pour P. Pédelaborde, la remontée considérable du F. I. T. sur l’Asie est une conséquence du « ralentissement zonal » donc, de la « chaleur continentale »7. Il pense qu’en Amérique du Nord « où les chaleurs peuvent rivaliser avec celles de l’Inde »8 l’insignifiance de l’oscillation du F. I. T. s’explique finalement par l’intervention de la « vallée polaire qui couvre l’Est des U. S. A. été comme hiver »9. Cette vallée polaire est « la conséquence de l’onde anticyclonique déclenchée un peu plus à l’Ouest sur les Rocheuses » (9). Ainsi, « l’effet thermique saisonnier du continent [serait] écrasé par l’effet hydrodynamique permanent du relief, et les translations de la C. I. T. ne [différeraient] pas de celles qu’on observe sur les océans voisins » (9).

37En fait, si la courbure cyclonique du jet sur l’Amérique estivale existe, le fond de la vallée planétaire a une position suffisamment élevée en latitude pour dégager la plus grande partie des U. S. A. Tout particulièrement, le Sud surchauffé n’est pas dominé par le jet qui y règne par contre en hiver.

38L’inactivité de la dépression californienne résulte finalement, semble-t-il, avant tout de la forte masse continentale équatoriale de l’Amérique du Sud, ainsi que de la barrière méridienne des montagnes de l’Ouest nord-américain. L’Amérique du Sud serait favorable aux mécanismes qui nous préoccupent si elle s’épanouissait aux latitudes tempérées et s’amincissait, ou disparaissait, aux latitudes équatoriales. Si, par ailleurs le bourrelet montagneux occidental n’existait pas, le flux estival du Pacifique pourrait atteindre l’Amérique du Nord et sans doute aussi, l’Ouest au moins des Grandes Antilles.

39Au total, la transgression estivale de la circulation intertropicale se manifeste en altitude jusqu’au-dessus des U. S. A. grâce à la puissance et à l’étalement de la crête chaude ; près du sol, par contre, il n’y a pas de mousson, et en particulier, pas de mousson en Caraïbe.

40Absence de mousson, certes, mais pas absence de poussées d’air austral. Si nous n’avons pas, dans la troposphère inférieure, une mousson au sens d’une advection australe de grande envergure, nous nous trouvons en présence d’un phénomène advectif limité qui, par sa nature, n’en diffère pas essentiellement. En ce sens, le climat antillais n’est pas un climat d’alizé pur, c’est-à-dire un climat tropical qui résulterait de la seule intervention des vents de l’hémisphère. Sous la forme directe de remontées de Z. I. C., sous celle indirecte de perturbations nées de ces remontées, l’air austral joue en période d’hivernage un rôle sans doute important sur les Petites Antilles et appréciable sur les Grandes. En somme, aux Antilles comme dans le S.-E. asiatique, dans le domaine Malais par exemple, le rôle de l’air austral est tel, avec des nuances, que sans lui, les caractères de l’hivernage seraient différents.

41C’est toutefois en hiver que le parallélisme entre le climat « d’alizé » antillais et le climat « de mousson » du monde Malais, des Philippines entre autre, devient quasi total.

42Les Philippines s’étendent de la mer de Célèbes, au Sud, au détroit qui les sépare de Formose au Nord, c’est-à-dire du 5e au 21e parallèle. L’île Palaouan mise à part, l’archipel va en longitude du 120 au 127e méridien Est. Tandis que les Antilles s’étendent considérablement en longitude (25°), les Philippines s’y étendent donc peu. En d’autres termes, les Philippines, fortement montagneuses, sont à peu près l’équivalent de ce que seraient des Grandes Antilles disposées dans le sens de l’arc oriental. Ceci dit, chaque groupe d’îles se situe au S.-E. d’une masse continentale dont il est séparé par une mer chaude. La mer de Chine méridionale joue à cet égard le même rôle que la Méditerranée américaine. Or les masses continentales sont, en hiver, élaboratrices d’air froid générateur de hautes pressions mobiles.

43De même que les anticyclones polaires américains émettent des flux qui irriguent les Antilles, les hautes pressions asiatiques projettent des masses froides de la Mandchourie à l’Indonésie. Directes au Nord, elles sont dégénérées au Sud, surtout si la configuration isobarique leur impose un trajet maritime important. Le régime de N.-N.E. sur l’Est de l’Asie est alors ce que l’on est convenu d’appeler la mousson d’hiver, qu’on la décompose ou non en mousson japonaise, chinoise et malaise. Or, les processus de saison froide ainsi reconnus sont exactement les mêmes que ceux de l’Est des U. S. A. et des Antilles. Et pourtant aux Antilles on parle de régime alizéen. La chose méritait d’être soulignée, même si l’on admet qu’à une mousson asiatique d’été indéniable, doit correspondre, (principe des vents alternés) une nécessaire mousson d’hiver.

44A la vérité d’ailleurs, le parallélisme de saison froide ne s’arrête pas là, en ce sens que l’on retrouve sur le Pacifique Nord, des combinaisons isobariques identiques à celles que l’on rencontre sur l’Atlantique. On peut noter en particulier une bipartition anticyclonique avec un noyau oriental maritime (l’équivalent de A3) et un noyau occidental, également maritime (équivalent de A2) ou plus ou moins dégagé du continent (équivalent de A1-2) (figures 302 et 303).

45Enfin, de conditions isobariques hivernales voisines de celles des Antilles, il découle aux Philippines des conditions pluviométriques voisines. La dissymétrie de saison froide entre versants pluvieux (à l’Est) et secs (à l’Ouest) (figure 304), y rappelle celle de l’arc antillais.

46Ainsi, seule la climatologie dynamique, en replaçant la région étudiée dans le cadre le plus général, peut permettre de comparer valablement la nature et la genèse des climats. Dans le cas présent, cette méthode aboutit à l’idée que la distinction classique entre climats d’alizés et climats de mousson est par trop systématique puisque aussi bien en hiver, en ce qui concerne les Antilles, les événements ne diffèrent pas de ceux du S. E. et qu’en été ils impliquent, bien que limitée dans l’espace, l’intervention australe.

47Dijon, le 3 janvier 1965.

Notes

1 P. Birot : Précis de géog. physique générale (ouv. cité), 2-C, p. 51.

2 F. Durand-Dastès : « Remarques sur les pluies d’été aux Indes », A. G., no 379, mai-juin 1961, p. 225-254.

3 P. Birot : Précis (ouv. cité), 2-B, p. 49.

4 P. Pédelaborde : « Le Tourbillon, principe général à la base de la climatologie dynamique », A. G., no 358, nov.-déc. 1957, p. 481-498.

5 P. Birot : Précis… (ouv. cité), 2-C, p. 57.

6 P. Birot : Précis…, 2-C, p. 52.

7 P. Pédelaborde : Les Moussons, p. 61-62.

8 Id. ibid., p. 62.

9 P. Pédelaborde : Les Moussons, p. 63. Dans la dernière citation, lire dans le texte original, est pour serait et différent pour différeraient.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search