Version classiqueVersion mobile

Le climat des Antilles

 | 
Pierre Pagney

Première partie. Les Antilles : un archipel tropical

Chapitre premier. Les Antilles : un arc insulaire montagneux encadre de grandes masses océaniques et continentales

Texte intégral

DISPOSITIONS D’ENSEMBLE DE L’ARCHIPEL ANTILLAIS. (figures 1 et 2)

1Si l’on en exclut les Bahama, l’archipel antillais, situé tout entier dans l’hémisphère Nord, s’étend sur 13 degrés de latitude. Le 10e parallèle passe au Sud de Trinidad et le tropique du Cancer légèrement au Nord de La Havane. Si l’on tient compte des Bahama, la limite septentrionale des Antilles est reportée au 27e parallèle. Notre domaine d’étude est donc dans la zone tropicale. Les îles les plus méridionales appartiennent à la zone subéquatoriale.

2En longitude, l’archipel s’étend sur 25°. Le 60° méridien de longitude Ouest passe entre la Barbade, bastion avancé des Petites Antilles vers l’Adantique, et le reste de l’archipel. Quant au 85e, il est tangent au cap San Antonio qui représente l’avancée ultime des Antilles vers l’Ouest.

3L’archipel s’articule en deux alignements. L’un, de direction W-E correspond aux Grandes Antilles. L’autre, les Petites Antilles, est dirigé du Nord au Sud. Les îlots d’Anguilla, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, font la soudure entre ces deux ensembles. Le premier s’étend sur 2 350 km, du cap San Antonio jusqu’à Saint-Martin. Le second se développe sur 900 km, depuis là jusqu’à la côte Sud de Trinidad.

4L’archipel antillais, dont la superficie totale est d’environ 238 000 km2, constitue donc, à l’Est de l’Amérique centrale, un ensemble insulaire puissant. Pour en bien saisir la position géographique, il est nécessaire de le replacer maintenant dans son cadre continental et maritime.

LE CADRE CONTINENTAL ET MARITIME DE L’ARCHIPEL ANTILLAIS

5Cet important archipel, de plusieurs milliers d’îles, est encadré par des mers profondes et deux fortes masses continentales.

I. — LES MASSES CONTINENTALES

6Les Antilles sont placées entre deux véritables continents. « L’isthme américain » ne permet pas de contester le fait que l’Amérique se trouve divisée en deux ensembles, indépendants l’un de l’autre. Cette indépendance se manifeste par l’influence qu’ils exercent, chacun à sa manière, sur l’archipel, du point de vue climatique. Ceci rend nécessaire l’analyse de leur situation et de leur physionomie.

7L’Amérique du Nord est séparée de l’Amérique du Sud par 20° de latitude. Ces deux continents sont, par ailleurs, fortement décalés l’un par rapport à l’autre en longitude. Tandis que l’Amérique du Sud est tout entière à l’Est du 80e méridien, la plus grande partie de l’Amérique du Nord s’étend à l’Ouest de celui-ci. Les Antilles se placent donc au Nord du continent austral et au S.-E. du continent boréal. De la position de l’archipel par rapport aux masses terrestres voisines découlent, pour lui, des conditions climatiques spéciales. Toutefois ces dispositions sont renforcées par la forme et le relief même des territoires. De ce point de vue, les faits essentiels sont les suivants : extension considérable en latitude, épanouissement de l’Amérique du Nord aux latitudes tempérées et subpolaires, étalement de l’Amérique du Sud à l’Equateur, puissants bourrelets montagneux sur leurs bordures occidentales.

8L’Amérique du Sud s’allonge du 55° parallèle Sud au 10° parallèle Nord. Son maximum de développement longitudinal est, dans l’hémisphère austral, entre l’Equateur et le 10e parallèle. Elle devient étroite aux latitudes subtropicales et tempérées, et disparaît aux latitudes subpolaires. Il faut donc s’attendre à ce que les processus atmosphériques continentaux de nature subtropicale et polaire, y revêtent une importance relativement restreinte, et que ne puissent s’y développer largement, des anticyclones semi-permanents du type de ceux que l’on rencontre au Canada ou en Sibérie. L’indigence de la source polaire continentale en Amérique du Sud, combinée à la barrière équatoriale amazonienne, interdit effectivement aux Antilles de recevoir en abondance, des masses d’air d’origine terrestre depuis l’hémisphère austral. Cependant, un flux brésilien arrivé par la mer n’est pas à exclure sur le Sud de l’archipel au cours de l’hivernage.

9L’alizé austral passe l’Equateur au Nord des Galapagos et provoque un phénomène de mousson sur l’Amérique centrale. Mais, sa source est l’anticyclone maritime du Pacifique Sud. En outre, ce flux ne semble pas atteindre les Antilles. A cette latitude, la mousson est devenue trop peu épaisse pour que l’isthme soit franchi ou largement dépassé. Celui-ci constitue donc pour l’archipel, une barrière efficace contre toute transgression d’air du Pacifique austral. D’ailleurs la mousson ne profite pas, sur l’Amérique du Nord, de fortes dépressions estivales susceptibles de l’aspirer, contrairement à ce qui se produit à la même époque de l’année sur l’Asie. Les basses pressions californiennes, à une latitude où le territoire est exigu, ne jouent pas, pour l’extension d’une mousson vers la Méditerranée américaine, le rôle des basses pressions asiatiques sur le S.-E de ce continent.

10La configuration géographique de l’Amérique du Sud est telle, que son intervention doit plutôt être limitée, au point de vue climatique, sur les Antilles.

11L’Amérique du Nord, abstraction faite du Mexique, s’étend du 30° au 80° parallèle. Par son fort développement longitudinal aux latitudes moyennes et subpolaires, et le contact étroit qui s’y établit avec le bassin glacé arctique, l’élaboration des masses d’air froides y revêt une très grande importance. Ce phénomène a toutefois moins d’ampleur, à situation comparable, que sur le continent asiatique. Ces conditions se trouvent renforcées par la disposition méridienne des reliefs : système montagneux puissant à l’Ouest, domaine de plaines au centre et à l’Est. Le massif ancien des Appalaches, par son altitude médiocre et son orientation, n’altère pas cette articulation d’ensemble. Les montagnes de l’Ouest interdisent aux influences adoucissantes du Pacifique, de pénétrer loin vers l’Est aux latitudes tempérées et subpolaires. Aux mêmes latitudes, l’océan Atlantique, situé « sous le vent » du continent, ne peut, de son côté, intervenir profondément. L’effet de continentalité est donc maximum là où l’Amérique du Nord est justement la plus étendue en longitude. Au total, à partir du 40° parallèle, la pénétration des vents d’Ouest est interdite par les hauts reliefs. Les plaines de la moitié Nord des U. S. A. et du bouclier canadien, sont placées à l’abri de leur influence. Elles sont par contre soumises à celle des masses d’air froides dont la propagation vers le Sud ne connaît pas d’obstacles.

12Situées au S.-E. de l’Amérique du Nord, les Antilles en subissent par moments les conditions géographiques. En ce sens, les processus polaires qui se développent à l’Est du système montagneux de l’Ouest américain, et se propagent jusqu’à la mer du « Golfe », jouent un rôle essentiel sur la structure des centres d’action hivernaux dont dépendent les Antilles. En outre, ces dernières peuvent être considérées comme étant « sous le vent » des hauts reliefs pacifiques. Ceux-ci affectent en effet les flux d’Ouest du courant circumpolaire d’altitude et les dévient en direction du domaine caraïbe. Les Antilles sont, dans leur partie septentrionale, atteintes par ces vents d’altitude, le plus souvent en dehors de la période estivale.

13Il faut donc s’attendre à ce que, à l’inverse du continent Sud-Américain, le continent Nord-Américain pèse pour une part importante sur les conditions climatiques antillaises.

II. — LES MASSES OCEANIQUES

A) L’OCEAN ATLANTIQUE1

  • 1 V. « Deutsche Secwarte, Atlantische Ozean », Ein Atlas von 39 Karten, 1902.
    Pilot charts.
    Goldmanns (...)

14Les Antilles s’étendent à l’Ouest de la partie tropicale de l’océan Atlantique. C’est là un autre fait capital pour l’étude de leur climat. On peut remarquer en effet que l’archipel est « sous le vent » de l’Océan puisque, sous les tropiques, le mouvement général de l’atmosphère est E.-W. (figure 3).

15Par l’intermédiaire du flux maritime, l’Atlantique tropical intervient tout d’abord sur les Antilles par ses dimensions. Des Petites Antilles à la côte d’Afrique, à une latitude comprise entre 10 et 20 degrés Nord, l’Océan s’étend sur plus de 40 degrés en longitude. En ligne droite cela fait environ 5 000 km. En fait, les vents s’enroulent autour des anticyclones subtropicaux et se déplacent sur 6 000 km des Canaries aux Antilles. Le parcours maritime des flux venus de l’hémisphère austral, et susceptibles d’atteindre la région de Trinidad, est plus considérable encore. Ainsi, ce sont des masses d’air qui se sont longuement déplacées au-dessus des eaux que les Antilles subissent.

16L’Océan intervient, ensuite, par ses températures. Les cartes marines montrent qu’en toutes saisons, les eaux superficielles de l’Atlantique central ont une valeur supérieure à 20°, (figure 4). Cette surface d’eaux chaudes est la conséquence directe des fortes chaleurs aux basses latitudes. La répartition de ces températures est partiellement conditionnée par les courants marins, (figure 5). Grâce à l’influence qu’ils exercent, ceux-ci jouent en outre, et d’une façon presque indépendante, un rôle essentiel sur les conditions climatiques antillaises.

17L’archipel est affecté tout d’abord par le courant chaud nord-équatorial. Celui-ci relaie, vers le S.-W., le courant froid des Canaries et aboutit à l’arc, entre Saint-Martin et Trinidad. Nous retrouvons, avec le déplacement des eaux, le parcours qui vient d’être souligné pour les vents. Le courant nord-équatorial est accompagné, vers le Nord, par deux courants chauds plus limités : le « courant des Antilles » qui passe au Nord des Grandes Antilles, et le « courant des Sargasses », le plus septentrional. Au Sud, il est renforcé par une digitation du courant sud-équatorial, qui se partage en deux branches au cap San Roque. Tandis que la plus méridionale donne le courant du Brésil, la plus septentrionale, après avoir doublé l’embouchure de l’Amazone et longé la côte des Guyanes, vient se mêler au courant nord-équatorial. Il y a, là encore, une superposition remarquable entre le cheminement des masses d’air et des eaux.

18Une partie de l’énorme quantité d’eaux chaudes superficielles qui assaille ainsi les Petites Antilles, passe ensuite dans la mer des Caraïbes (26 M de m3/sec).

19Du fait des basses latitudes de l’Atlantique central, et de la convergence de courants chauds sur l’archipel, nous devons donc nous attendre à l’intervention de masses d’air très humides et chaudes, sur notre domaine d’étude. Les processus maritimes antillais ne se réduisent cependant pas à ceux qui découlent du seul Atlantique tropical. Les annexes de celui-ci, la mer Caraïbe et la mer du « Golfe », y ajoutent leurs effets.

B) LA MEDITERRANEE AMERICAINE. (Figure 2)2

  • 2 V. note (1) ci-dessus. Toutes les bonnes cartes d’atlas montrent l’articulation et les reliefs sou (...)

20C’est une mer tropicale intérieure dont la superficie est d’environ 2 650 000 km2 et la moitié des profondeurs, supérieure à 2 000 m. Il est impossible de dissocier ses conditions hydrologiques, qui intéressent directement le climat, de sa configuration d’ensemble.

21L’Amérique centrale et antillaise constitue l’un des domaines du Globe où la tendance à la fragmentation est la plus accentuée, du fait de l’instabilité tectonique passée et présente. D’où les bassins maritimes intérieurs souvent très profonds et séparés par des terres émergées ou de hauts fonds. La Méditerranée américaine correspond en surface à deux grands bassins : la mer du « Golfe du Mexique » au Nord, la mer des Caraïbes au Sud. Ces deux bassins communiquent entre eux par le détroit ou canal de Yucatan, large de 200 km environ et profond de 2 000 m au maximum. Si la mer du « Golfe » n’atteint pas tout à fait 4 000 m de profondeur, la Caraïbe qui se subdivise en bassins du Venezuela, de Colombie, dépression de Bartlett (ou de Cayman) et bassin du Yucatan, descend bien au-delà. Les seuils qui permettent aux eaux le passage de l’une à l’autre des cinq fosses sont plus ou moins marquées.

22Mer à très faibles marées, la Méditerranée américaine reçoit des masses d’eau chaudes considérables qui lui arrivent surtout par les chenaux des Petites Antilles. Une alimentation importante intervient aussi par « le canal du vent », situé entre Cuba et Hispaniola. Ces apports profitent à la mer Caraïbe et provoquent le déversement corrélatif de ses eaux dans le golfe du Mexique, par le seuil de Yucatan (figure 6). Le passage du courant du Golfe dans l’Atlantique en est la conséquence. Les eaux profondes, installées dans les fosses, où le phénomène d’homothermie maintient des températures voisines de 40, constituent autant de masses compartimentées et isolées par les seuils. La circulation de surface et près de la surface (figure 7) s’intègre par contre à la circulation océanique générale.

23Par ses eaux profondes et surtout superficielles, la Méditerranée américaine est l’une des mers les plus chaudes du globe. L’apport atlantique intervient en ce sens par les qualités thermiques du flux. Il intervient aussi par son volume même. Les eaux qui arrivent sans arrêt dans la Caraïbe ont du mal à se déverser par le canal de Yucatan, dans le golfe du Mexique. Le Golfe a plus de mal encore à déverser son trop plein, par le canal de Floride, vers l’Atlantique. Son niveau s’en trouve surélevé d’un mètre environ par rapport à celui de l’Océan. D’une façon plus générale, les difficultés d’écoulement superficiel d’un bassin vers le suivant ou vers l’Océan, favorisent l’établissement de circuits tourbillonnaires à plus ou moins grand rayon de courbure (figure 8). Ceux-ci subissent d’ailleurs l’influence du dessin des côtes et de l’allure des hauts fonds. La configuration du plateau continental, très développé dans le golfe du Mexique, prend ainsi toute son importance. Le ralentissement de l’écoulement favorise alors le réchauffement des eaux de surface, déjà chaudes du fait de leur provenance, et la pénétration de la chaleur jusqu’à une certaine profondeur du fait du brassage.

  • 3 P. Pédelaborde : « La circulation générale de l’atmosphère », I. G., no 3, mai-juin 1956, p. 103 à (...)

24Ce réchauffement ne peut toutefois s’opérer que si l’apport solaire est suffisant. Or, cet apport existe. La latitude de la Méditerranée américaine en fait foi. Invoquer cette latitude comporte, certes, un risque. La mer Caraïbe, dans sa partie la plus méridionale du moins, appartient à la zone subéquatoriale où l’on peut s’attendre à la multiplication des temps couverts. En fait il n’en est rien ici, car les conditions latitudinales sont corrigées par celles de la géographie. La Méditerranée américaine est dans un lieu de divergence atmosphérique. Il y a là, séparation habituelle du flux venu de l’Atlantique tropical en deux rameaux ; l’un remonte vers l’Amérique du Nord, l’autre poursuit en direction du S.-W.3. Ainsi, le ciel caraïbe est-il l’un des plus lumineux qui soient à latitude identique (figure : 9). Pour cette raison, ajoutée à celles dont il vient d’être question, les eaux antillaises sont parmi les plus chaudes qui soient en surface, là aussi à latitude comparable.

25La proximité d’une des mers les plus chaudes du Globe est importante pour le climat des îles. Les « coups de froid » venus des plaines américaines s’y estompent en général rapidement. Toutefois, cette importance n’est pas aussi grande, ou même quasi exclusive, qu’une observation superficielle pourrait le faire croire. En effet, la Méditerranée américaine se situe à l’Ouest des Petites et d’une partie des Grandes Antilles à une latitude où les masses d’air viennent surtout de l’Est. En sorte que, en dehors de leur rôle direct, Caraïbe et mer du « Golfe » paraissent mériter surtout l’attention en tant qu’élaboratrices du rameau le plus puissant du Gulf-Stream : le courant de floride.

C) LE GULF STREAM

26Son individualité est telle, et son influence si puissante, qu’il doit être dissocié de la Méditerranée américaine et de l’océan Atlantique. A l’origine, il passe au Nord de Cuba et à l’Ouest des Bahama. Il ferme ainsi le circuit dont nous avons vu les autres éléments : courants océaniques et mer intérieure. Une véritable chappe d’eaux chaudes cerne donc, au plus prés, tout l’archipel. Mais le courant de sortie du golfe du Mexique n’est pas, du point de vue qui nous préoccupe ici, le seul à intervenir dans le système. Le Gulf-Stream proprement dit, qui apparaît plus au Nord, après la confluence du courant de Floride avec ceux des Antilles et des Sargasses, joue encore un rôle sur les masses d’air affectant notre domaine. Ce courant d’eaux chaudes s’étire sur la façade des Etats-Unis jusqu’au 40° parallèle environ. Or, en hiver, une partie au moins du flux atmosphérique qui intervient sur les îles, est issue de cette façade, venant des anticyclones froids régnant sur le continent. Dans ces conditions, les masses d’air qui atteignent les Antilles après un certain parcours sur mer, dégénèrent par réchauffement et charge en humidité à la base. Il est hors de doute, bien qu’il soit difficile d’en isoler l’influence, que le Gulf-Stream intervient sur cette dégénérescence. Ceci est d’autant plus vraisemblable, que la forme des anticyclones nord-américains hivernaux peut favoriser un long parcours de leur flux oriental sur le domaine habituel du courant chaud. Une forte dépression sur les Bermudes donnera, dans certains cas, un résultat identique. Toute la partie américaine du Gulf-Stream doit donc être envisagée, puisque, à des degrés divers, elle intervient sur le climat des îles. Cette intervention est le plus souvent contenue dans la présence de l’air polaire continental dégénéré.

27L’eau qui passe dans la Caraïbe au niveau des Antilles a un débit de 26 millions de m3/sec. Là-dessus, 6 proviennent de la digitation du courant sud-équatorial. A cet apport (auquel s’ajoutent des eaux plus profondes et plus froides) correspond un volume de sortie équivalent en surface. C’est ainsi que le courant de Floride, avec son débit de 26 millions de m3/sec., constitue un déplacement d’eau puissant et concentré sur une largeur relativement restreinte. Les températures de surface sont supérieures à 20° du côté de la Floride et à 25° du côté de Cuba. Un tel courant constitue donc un fait géographique d’une très grande importance. Les célèbres « coups de froid » qui peuvent descendre jusqu’à Miami, sont inconnus, du moins dans toute leur excessivité, à Cuba. Ce sont les eaux chaudes en mouvement qu’il faut surtout rendre responsables de cet effet de barrière, les 250 km de largeur du détroit ne pouvant l’expliquer à eux seuls. Au Nord des Bahama, au-delà de la confluence avec le courant des Antilles (débit, 12 millions de m3/sec.) et avec celui des Sargasses, le Gulf-Stream prend corps. Il déplace devant la baie de Chesapeake 74 millions de m3 à la seconde. L’épaisseur des eaux en mouvement devient considérable, de l’ordre du kilomètre. On conçoit l’importance de son action climatique.

III. — CONCLUSION SUR LE CADRE CONTINENTAL ET MARITIME

28Deux domaines géographiques semblent destinés à peser d’un grand poids sur les processus climatiques antillais : l’Atlantique central, principalement l’Atlantique Nord tropical et l’Amérique du Nord. La Méditerranée américaine et l’Amérique du Sud, par leur position et leur forme paraissent devoir intervenir de façon plus limitée. La mer intérieure, toutefois, fait partie de la bordure d’eaux chaudes dont profitent les Antilles contre les coups de froid, en même temps qu’elles en subissent l’intervention comme source d’humidité.

29Cependant, le cadre continental et maritime intervient de façon diverse sur un archipel où les îles sont de grandeur et d’orientation variables et se répartissent sur plus de 2.000 km en longitude et près de 1.000 km en latitude.

LES RELIEFS DE L’ARCHIPEL ANTILLAIS

I. — LES ASPECTS GENERAUX DE L’EXPOSITION AUX VENTS DOMINANTS

30Les Grandes Antilles (Cuba, Hispaniola, la Jamaïque, Porto Rico) sont toutes dirigées d’Ouest en Est, suivant leur plus grande dimension. C’est également la disposition des lignes directrices de leurs reliefs. Ces îles offrent donc, dans l’ensemble, deux versants majeurs, l’un vers l’Amérique du Nord et la zone maritime des Bermudes, l’autre vers la Caraïbe. Les Petites Antilles, du moins les plus importantes et les plus caractéristiques d’entre elles, ont une disposition tout à fait différente. Les reliefs s’allongent selon leur plus grand axe qui est N.-S. ou N.N.W.-S.S.E. Ces îles offrent donc un versant Est vers l’Atlantique et un versant Ouest vers le bassin du Venezuela. Sans insister ici sur les différences de superficie, il faut noter les faits qui précisent ces conditions d’exposition.

  • 4 P. Queney : Recherches relatives à l’influence du relief sur les éléments météorologiques, Th. 193 (...)

31Les Grandes Antilles ont des sommets plus élevés que les Petites. Leurs altitudes d’ensemble peuvent rester ainsi sur de longues distances. Les îles du Nord ont donc plus de chance que les autres, d’offrir une nette opposition entre « côtes au vent » et « côtes sous le vent ». En outre, les Grandes Antilles sont beaucoup plus larges que les plus importantes parmi celles de l’arc oriental. Le point mérite d’être souligné car il a une grande importance. M. P. Queney a montré que l’opposition climatique entre versants est non seulement liée aux altitudes, mais aussi à la largeur des chaînes de montagnes qui subissent, perpendiculairement ou obliquement à leur axe, l’assaut des vents dominants4. Or, les plus importantes des Petites Antilles, n’ont à opposer que 20 ou 30 km de largeur aux 60 de Porto Rico, la plus petite des îles du Nord, et aux 150 à 250 km de la plus vaste d’entre elles, Hispaniola.

32Ces caractères différentiels ne s’appliquent pas aux Bahama, à Trinidad ou aux îles comme Aruba, Curaçao et Bonaire qui jalonnent le front caraïbe du Venezuela. De ces dernières nous ne parlerons que très incidemment par la suite, bien qu’elles portent encore le nom d’Antilles. Les problèmes climatiques qui s’y posent ne relèvent pas de ceux qui se présentent dans l’archipel antillais proprement dit. Nous n’en ferons donc pas état ici, d’autant plus qu’il s’agit d’îlots, variables de forme, et d’importance restreinte en superficie. Restent les Bahama et Trinidad. Les Bahama nous préoccupent, certes. Mais il s’agit d’un archipel à part, sa position étant déjà septentrionale et les îles qui le constituent, fort exiguës. Les faibles dimensions et l’absence de reliefs empêchent le contraste de l’exposition aux vents dominants. Trinidad diffère des Petites Antilles par ses dimensions importantes et la disposition de son relief. Elle est beaucoup plus vaste que la Martinique ou que la Basse-Terre de Guadeloupe. Abstraction faite des caps qui la prolongent vers le N.-W., le N.-E. et surtout le S.-W., elle se présente comme un vaste rectangle de 75 km sur 50. Les éléments du relief sont dirigés d’Ouest en Est et prolongent ceux du Venezuela voisin. Trinidad est un morceau d’Amérique du Sud, ce qui ôte à l’île toute similitude avec ce qui se passe plus au Nord. En particulier, les versants « au vent » et « sous le vent » n’y sont pas disposés et développés de la même manière que dans le reste de l’archipel.

33Il importe, ayant esquissé le schéma de la situation des îles et des reliefs, de préciser les directions des vents. Les flux dominants arrivent sur les Antilles du N. N.E., grâce à l’influence majeure du continent nord-américain, du N.-E., depuis la partie occidentale de l’Atlantique subtropical, de l’E.-N.E., depuis sa partie orientale, et du S.-S.E., du fait des transgressions australes. Ces divers domaines interviennent surtout par l’intermédiaire des anticyclones. Au cours de l’année, l’une ou l’autre des directions l’emporte mais souvent dominent à la fois plusieurs d’entre elles sur différentes parties de l’archipel. Ainsi, dans le temps comme dans l’espace, il y a modification de l’allure des flux dominants.

34Les Grandes Antilles, par leur latitude septentrionale, leur proximité à l’égard des anticyclones subtropicaux et au continent nord-américain, sont plus sujettes que l’arc oriental aux changements de direction des flux. Les vents frappent le plus couramment Cuba, Hispaniola, la Jamaïque et Porto Rico, de N.-N.E. à E.-N.E. Les Petites Antilles connaissent surtout les directions d’E.-N.E. à E.-S.E. Les directions de Nord sont plus fréquentes dans la partie septentrionale de l’archipel que dans sa partie méridionale. Le sens des vents selon la latitude se combine donc heureusement à l’orientation des îles et de leur relief. Aux Grandes Antilles, les versants Nord sont « au vent » et aux Petites Antilles, les versants Est. Quand le flux dominant est d’Est, ce qui peut se produire en été, les choses se compliquent sur les îles du Nord. On va alors, dans certains cas, jusqu’à l’inversion des conditions dont il vient d’être question. Le versant Nord passe « sous le vent » des îles. Ceci laisse entrevoir que l’idée classique de « côte au vent » et de « côte sous le vent » n’est pas simple. Les conditions auxquelles cette notion s’attache peuvent en effet varier, en cours d’année, du tout au tout.

35L’exposition, en dehors même des vicissitudes saisonnières, est à lier aux conditions géographiques locales. Suivant les variations d’altitude des reliefs, de largeur des îles, etc., il faut s’attendre, de proche en proche, à des variations dans l’importance des dissymétries climatiques. Ceci pourra se produire d’une île à l’autre et même à l’intérieur d’une même île. Pour aller jusqu’à ce degré de nuances, il est nécessaire de pousser plus avant la description.

II. — LA PHYSIONOMIE REGIONALE DES PRINCIPALES ILES ANTILLAISES5

A) GRANDES ANTILLES

1. — CUBA (figure : 10)6

  • 6 L. Marrero : Geografia de Cuba, La Havane, 1950 ; V. « Mapa geologico », dans Lexique…. fasc. 2c ( (...)

36C’est la plus vaste des Grandes Antilles (114.524 km2 d’après M. Sorre et E. Revert ; 108.050 km2 selon le « Lexique stratigraphique international »). C’est aussi la plus allongée : environ 1.200 km du cap San Antonio au cap Maisi. En comparaison, la largeur est relativement faible : 100 km en moyenne (120 km à la hauteur de Camaguey, 150 km plus à l’Est et seulement 40 km à l’Ouest de La Havane). Le relief de Cuba est, dans l’ensemble, peu hardi et les directions dominantes mal définies. Les exceptions les plus notables se situent aux extrémités, à l’Ouest dans la région de Pinar-del-Rio, à l’Est dans celle de Santiago-de-Cuba et Guantanamo.

37A l’Ouest de l’isthme de Mariel, il y a une ossature de montagnes assez peu élevées (moins de 800 m) mais bien dessinées. Ainsi se présentent les longues arêtes dissymétriques de la Sierra del Rosario et de la Sierra de los Organos.

  • 7 Max Sorre : G. U., Mexique… (ouv. cité), p. 160.

38A l’Est, entre la plaine du Rio Cauto et la fosse de Bartlett, la Sierra Maestra constitue l’ensemble le plus vigoureux et le plus continu de l’île. C’est une « longue épine montagneuse courant sur 240 km environ, du cap Cruz au voisinage de Guantanamo »7. Dans sa partie occidentale elle culmine à 2 560 m au pic Turquino (2 005 m d’après la carte de Cuba dans le « Lexique stratigraphique international »). Elle tombe alors brusquement sur la Caraïbe. Plus à l’Est, entre Santiago et Guantanamo, son pied s’éloigne de la côte laissant la place à une plaine littorale, au demeurant étroite. Les altitudes perdent de leur importance.

39Au Nord et surtout à l’Est du Rio Cauto se situent des sommets, dans l’ensemble plus bas que ceux de la Sierra Maestra, et sans lignes directrices bien marquées (sierras de Nipe et de Cristal). A l’Est du méridien de Guantanamo, le relief reste vigoureux. Il est moins déporté vers la Caraïbe que précédemment, et en particulier que sur la longitude du pic Turquino. Il correspond à la sierra de Purial.

40Dans le reste de Cuba, en dehors des zones basses de la province de Matanzas et de l’Ouest de celle de Camaguey auxquelles il convient d’ajouter la dépression du Cauto, des reliefs timides et mal ordonnés correspondent souvent à des restes de niveaux d’érosion. De tels reliefs se situent surtout dans la province de Camaguey, avec la Loma Borges et la Loma Yucatan, et dans la province Las Villas, avec la sierra de Trinidad et les hauteurs situées à l’Est de Santa Clara.

41Ainsi, en dehors des extrémités de l’île, le relief est peu accentué, mal articulé, donc facilement pénétrable par les influences maritimes. Il ne faut pas s’attendre à des contrastes climatiques entre versants, aussi nets que ceux que suggèrent les forts reliefs et la grande largeur des chaînes montagneuses d’autres grandes Antilles. L’exception la plus notable se situe à l’Est. Or, dans cette région, du moins en ce qui concerne la Sierra Maestra, on est beaucoup plus proche du style d’Hispaniola que de celui du reste de Cuba.

2. — HISPANIOLA (figure : 11)8

  • 8 « Ile d’Haïti » : carte géol. hors texte d’après Small et Butterlin, dans Lexique strat., fasc. 2b (...)

42Cette île est séparée de Cuba par le « canal du vent » dont la largeur est de 90 km à l’endroit le plus étroit. Mais Cuba s’interrompt, vers le Sud, à la latitude où commence, vers le Nord, Hispaniola. Ajouté à l’existence du golfe de la Gonave, ce fait explique que les deux plus grandes Antilles soient séparées par un espace maritime beaucoup plus important que cette distance ne le laisse paraître. Le N.-E. de la Jamaïque est situé au débouché méridional de ce vaste couloir. Il subit fortement les conséquences pluviométriques d’une telle position.

  • 9 A l’ex pic Trujillo.

43La superficie d’Hispaniola est de 77 253 km2. C’est la plus large des Antilles. Sa longueur est de 650 km du cap des Irois au cap Engano. Elle est également la plus montagneuse, et possède le point culminant de l’archipel (3 175 m dans la Cordillère centrale)9. Abstraction faite des puissantes péninsules de l’W., elle représente un ensemble massif et difficilement pénétrable par les influences maritimes.

44Ceci n’interdit pas l’articulation du relief en grands éléments. Les lignes directrices W.-N.W - E.-S.E., correspondent à l’alternance de longues et profondes dépressions et de sierras. L’atteinte des zones basses par les vents généraux est d’autant plus réduite, que ceux-ci ont des directions dominantes perpendiculaires au sens de déploiement des chaînes. Ces reliefs résultent de plissements combinés à des mouvements verticaux ; les éléments structuraux sont autant des horsts et des fossés d’effondrement que des aires anticlinales et synclinales. Cette disposition favorise la brutalité des contrastes climatiques.

45La Cordillère centrale s’étire des parages de Port-de-Paix aux environs du cap Engano. Elle fournit l’armature de l’île. Son exaltation en fait le domaine le plus élevé d’Hispaniola. Dans un rayon de 15 à 50 km autour du point culminant, on y trouve une série de sommets dépassant largement 2.000 m. Ces altitudes diminuent considérablement aux extrémités de la chaîne. Celle-ci est flanquée, au Nord et au Sud, de deux cordillères d’altitudes plus modestes bien qu’encore appréciables.

46La Cordillère septentrionale va du Nord de l’embouchure du Yaque-del-Norte à la péninsule de Samana. C’est un alignement montagneux, d’altitudes moyennes au centre (environ 1.200 m au Nord de Santiago). Aux extrémités, les chiffres tombent à 400 ou 500 m. Il s’agit donc d’une barrière climatique d’altitude médiocre. Son importance est grande, toutefois, du fait de sa position sublittorale, et de l’escarpement de faille qui la limite vers le Sud. A la faveur de cet accident tectonique, s’est réalisée la dépression de Santiago (vallée du Cibao) qui profite de son abri contre les vents océaniques.

47La Cordillère qui flanque au Sud l’épine dorsale de l’île est beaucoup plus complexe, du moins dans sa partie nord-occidentale, en territoire haïtien. Au S.-E., c’est la Sierra de Neiba. Vers le N.-W., elle se dédouble en deux ensembles, les Montagnes Noires au Nord, les Montagnes de Trou d’Eau et la chaîne de Matheaux (ou des Matheux) au Sud. On peut prolonger les Montagnes Noires, dans la péninsule du N.-W., par les « Montagnes du Nord-Ouest ». Cet ensemble complexe garde des altitudes appréciables. Le Neiba, dans la sierra du même nom, culmine à 2 243 m. Le pic Bonhomme, dans les Montagnes Noires, est à 1 793 m. Dans les Montagnes de Trou d’Eau, les altitudes restent de l’ordre de 1 400 à 1 500 m. Il en est de même dans la chaîne de Matheaux. Le Morne Château, point culminant des Montagnes du N.-W., est encore à 900 m.

48Les cordillères centrale, septentrionale et méridionale constituent la masse montagneuse de l’île. Un quatrième alignement s’y ajoute qui, par la hardiesse de ses formes et surtout sa position, mérite d’être mis à part. Il correspond à la Sierra de Bahoruco, au massif de la Selle et à celui de la Hotte. Il donne, avec des altitudes supérieures à 2 000 m. de bout en bout, le relief de l’immense et étroite péninsule du S.-W. Cette muraille s’étire entre le bassin de Colombie où les grands fonds arrivent au plus près de son pied, et le golfe de la Gonave. Combinée avec l’avancée des montagnes du N.-W., cette péninsule favorise les conditions climatiques très spéciales de la région abritée comprise entre Port-au-Prince et Gonaives.

49A ces quatre cordillères répondent de vastes dépressions. La dépression tectonique de Santiago s’étire entre la Cordillère septentrionale et la Cordillère centrale. Une zone basse en position identique se situe entre l’arête centrale et la Sierra de Neiba (surtout vallée de San Juan). Comme la dépression de Santiago, elle est en République dominicaine. En Haïti le Plateau central, organisé autour de la localité d’Hinche, a une position identique puisqu’il est entre la Cordillère centrale, non loin de son extrémité occidentale, et les Montagnes Noires. La dépression de l’Artibonite, qui n’a pas d’équivalent au S.-E., est placée dans l’encadrement montagneux constitué par les chaînes de Matheaux et des Montagnes Noires. Toutes ces zones basses sont bien réalisées. La plus importante de l’île est toutefois celle qui s’étire, au pied du grand alignement méridional, de la baie de Port-au-Prince au golfe de Neiba. Elle est de colmatage récent, et d’ailleurs imparfait, comme en témoignent les nombreux lacs salés qui la trouent : Trou Caïman, Eaux Gaillées, Lagunes Limon et de Rincon, Etang Saumâtre et Lac Enriquillo. Son comblement inachevé, la netteté de ses formes, en font, comme pour l’alignement montagneux voisin, un élément à part.

50Hispaniola présente donc deux versants majeurs regardant, l’un vers l’Atlantique et les vents dominants, l’autre vers la Caraïbe. Cette disposition est en accord avec la puissance et la position de l’épine dorsale que constitue la Cordillère centrale. L’opposition qui en résulte entre régions « au vent » et « sous le vent », est d’autant plus grande qu’à l’importance du volume montagneux s’ajoute celle de la largeur de l’île.

51Ce schéma doit cependant être nuancé. Si en République dominicaine, la réalité lui reste généralement conforme, en Haïti, tout devient plus compliqué. Il y a disparition du plus puissant des axes montagneux au centre, localisation d’une chaîne hardie à l’extrémité méridionale, et exagération de la disposition N.W.-S.E. des lignes directrices du relief. Tout concourt à ce qu’en Haïti, les influences océaniques du N. - N.-E. se dégradent rapidement, et que la côte du golfe de La Gonave devienne une remarquable côte « sous le vent ». Il faut donc s’attendre, à Hispaniola, à une forte opposition entre versants Nord et Nord-Est, soumis aux vents dominants, et régions méridionales et occidentales situées en position abritée. L’analyse des conditions géographiques suggère enfin la multiplicité des conditions atmosphériques originales, surtout dans les dépressions et sur les hauts sommets.

3. — LA JAMAÏQUE. (Figure 12)10

  • 10 « Jamaïque », carte géol. h. t. d’après V. A. Zans et J. Butterlin, dans Lexique stratig., fasc. 2 (...)

52Sa superficie est de 11 424 km2. C’est avec Porto Rico, l’une des deux plus petites des Grandes Antilles. Les deux îles sont en outre, à une latitude identique, les plus méridionales du groupe. Le 18° parallèle passe à Kingston et à Ponce. La Jamaïque s’étire sur un peu plus de 230 km d’Ouest en Est du « South Negril Point » au « Morant Point ». Sa largeur maximale est de 70 à 80 km. Elle a un dessin d’ensemble plutôt massif et s’apparente, de ce point de vue, à Hispaniola et à Porto Rico beaucoup plus qu’à Cuba. Située à 150 km au Sud de cette dernière, elle en est séparée par de grands fonds, et en subit partiellement l’abri à l’égard des vents dominants. Sa partie la plus orientale est à environ 200 km de l’extrémité de la péninsule méridionale d’Haïti.

53Les lignes directrices d’un relief très montagneux, sont moins vigoureuses qu’à Hispaniola. Il est cependant possible de parler d’une dorsale jamaïcaine. A l’Est, les Montagnes Bleues en constituent l’élément le plus puissant face aux vents dominants de N.-E. Elles dépassent 2 000 m (le Blue Mountain Peak atteint sensiblement 2 200 m). Au centre, c’est la Bull’s Head Mountain. Elle garde la direction E.S.E.-W.N.W. des « Blue Mountains ». Son axe est toutefois légèrement décalé vers le Sud par rapport à celui de la chaîne orientale. La direction de ces deux accidents reste celle des Monts Mocho, qui doublent la Bull’s Head Mountain vers le Sud. Un relief aberrant par rapport aux précédents ne dépasse pas 746 m au Mont Diablo. Il court du Nord de la Bull’s Head Mountain jusqu’à la baie d’Annotto. Le centre de La Jamaïque n’a d’ailleurs plus les altitudes des Montagnes bleues, puisqu’il n’oppose à celles-ci aucun sommet supérieur à 1 000 m.

54A l’Ouest de l’île et au Sud-Ouest de l’axe médian, les lignes directrices du relief passent à S.E.-N.W. ou même S.-S.E - N.-N.W. Cette direction est celle des « Santa Cruz Mountains », qui caractérisent le style de l’Ouest jamaïcain.

55D’autres traits encore ont leur importance pour les conditions climatiques. Le versant Nord de la Jamaïque se présente, depuis le faîte médian, sous forme d’un plateau régulier qui aboutit au plus près de la côte septentrionale. Il s’y termine par un escarpement qui domine la mer de quelques centaines de mètres. Le versant Sud est très différent. Un rebord hardi y subsiste le long de « l’Alligator Pond Bay » et de la « Long Bay ». Mais ce sont de larges plaines qui sont le plus souvent au contact de la Caraïbe.

56Il n’est pas superflu de souligner, pour finir, que les puissantes séries tertiaires connaissent en Jamaïque une évolution karstique poussée. Les dépressions ainsi engendrées, associées à la nature calcaire du terrain, sont susceptibles de multiplier les gradients suradiabatiques journaliers et de ce fait les phénomènes de convection.

57Certains éléments du relief jamaïcain rappellent Hispaniola. Les deux îles sont très montagneuses. La direction E.-S.E. - W.-N.W. est dominante sur leurs parties orientales et centrales ; dans les deux cas, les reliefs tendent à passer, à l’Ouest, à S.-S.E. - N.-N.W. Une différence toutefois est à noter. A Hispaniola on assiste à une certaine limitation de l’importance de l’arête centrale, du fait de l’existence des cordillères marginales. A la Jamaïque le faîte médian garde plus de signification, bien qu’il soit généralement peu vigoureux.

58L’opposition majeure entre un versant Nord « au vent » et un versant Sud « sous le vent » apparaît ici particulièrement conforme au schéma d’ensemble. Ainsi faut-il s’attendre, à l’Est, à un vigoureux contraste pluviométrique entre la façade S.-W. abritée, des Montagnes bleues, et leur façade N.-E., fouettée par les vents atlantiques. Plus à l’Ouest, où les altitudes s’abaissent, le contraste climatique doit rester important du fait de l’élargissement de l’île. On peut donc prévoir le maintien d’une pluviosité médiocre dans les plaines du Sud, tandis que la corniche de la face Nord restera arrosée. Enfin, tout comme en Haïti, la côte S.-W. est « sous le vent », puisque adossée à des reliefs perpendiculaires, sur cette partie de l’île, aux vents dominants.

59Certaines nuances, toutefois, s’imposent. La côte Nord, à partir de Port-Maria, cesse d’être perpendiculaire aux vents atlantiques, qui tendent à heurter les reliefs côtiers selon un angle de plus en plus aigu. D’autre part c’est cette côte qui subit le rôle d’abri joué par Cuba. En outre, le N.W. de la Jamaïque, comme le N.W. d’Hispaniola, peut se trouver abrité contre tout flux estival d’Est remontant vers le Nord, après avoir parcouru la mer Caraïbe. C’est alors toute la masse de l’île qui intervient pour aboutir à une dissymétrie pluviométrique inverse.

60Il faut donc s’attendre, par la combinaison de l’action des vents dominants et du relief, et grâce à la position de La Jamaïque au sein d’une mer chaude, à une forte pluviosité d’ensemble. En outre, l’opposition entre côte « au vent » et côte « sous le vent », doit logiquement s’estomper d’Est en Ouest en toutes saisons, du fait du rôle d’abri joué par Cuba. Les phénomènes estivaux de dissymétrie inverse accentueront ce schéma en période d’hivernage.

4. — PORTO RICO (figure 13)11

  • 11 R. Pico : The geographic regions of Puerto Rico. University of Puerto Rico Press, Rio Piedras, P. (...)

61Porto Rico, la plus petite des Grandes Antilles avec ses 8 903 km2, a une largeur constante de l’ordre d’une soixantaine de kilomètres. Sa longueur maximale est de 175 km. C’est un rectangle écorné au S.-E. et allongé d’Ouest en Est. Porto Rico a donc un dessin massif. Le « Mona Passage », large de 125 km environ, sépare cette île d’Hispaniola. L’organisation du relief est, dans l’ensemble, très simple. Porto Rico se présente comme un toit à double pente. Son faîte, déployé selon le grand axe de l’île, est décalé vers le Sud, donnant la Cordillère centrale et la Sierra de Cayey. Les altitudes n’y dépassent guère 1 300 m. La Sierra de Luquilla, où le Yunque culmine à 1058 m, est toutefois aberrante par rapport à ce schéma. Elle est, en effet, reportée à l’extrême N.-E. de l’île. Porto Rico est bordé, au Nord comme au Sud, par des plaines littorales. Ces surfaces, proches du niveau de la mer, rappellent les vastes plaines de formation récente du Sud de la Jamaïque.

62On peut donc s’attendre à une profonde pénétration de l’humidité vers le Sud, sur le versant « au vent », et à une étroite bande sèche sur les plaines littorales et le versant des cordillères, du côté Caraïbe. Quant à la Sierra de Luquilla, fortement décalée vers le Nord et l’Est, elle doit être très arrosée.

5. — LE CAS PARTICULIER DES BAHAMA (OU LUCAYES)

63L’archipel des Bahama est un semis d’îles très basses ; elles se répartissent en avant du front Nord de Cuba et d’Hispaniola. Formées de calcaires récents, remaniés parfois en dunes de sable, ces îles ne peuvent « accrocher » beaucoup de pluie. Par ailleurs, situées à une latitude déjà septentrionale, elles connaissent un abaissement sensible des températures hivernales. Leur position et leurs reliefs en font un domaine marginal par rapport à l’ensemble antillais.

6. — CONCLUSION SUR LA PHYSIONOMIE REGIONALE DES GRANDES ANTILLES

64L’analyse suggère l’opposition générale entre versants « au vent » et « sous le vent », compte tenu de la disposition de N. à N.E. des flux dominants. Il doit cependant y avoir des nuances. Hispaniola, dont le relief est le plus complexe, et Porto Rico où il est le plus simple, le font pressentir. C’est à Hispaniola qu’il faut s’attendre à la répartition des zones d’humidité et de sécheresse la moins conforme au schéma. A Porto Rico, celui-ci à toutes chances d’être le mieux réalisé. A Cuba, les conditions d’une nette opposition entre versants « au vent » et « sous le vent », semblent devoir se localiser surtout dans la partie orientale. C’est également à l’Est qu’elles sont le mieux réunies en Jamaïque. Dans les deux cas, une barre montagneuse suffisamment puissante s’allie à une largeur restée notable.

65Les reliefs, ainsi que la façon dont sont orientées les îles, suggèrent aussi une dissymétrie climatique secondaire. On peut pressentir, à Hispaniola, une position d’abri pour sa partie Ouest. A la Jamaïque, le redressement des axes montagneux vers le Nord, fait de l’W.-S.W. de l’île un lieu plus abrité que l’E.-N.E. A Porto Rico, enfin, la région de Mayaguez semble devoir être moins arrosée que la région montagneuse du Yunque.

66Ce sont donc, en général, les façades Nord et Est des Grandes Antilles qui doivent être considérées comme étant « au vent », leurs façades Sud et Ouest étant beaucoup plus abritées. Il y a là, en fait, la superposition de deux dissymétries climatiques possibles. Mais la plus importante ne peut être que la dissymétrie N.-S. Ceci dit, les flux atmosphériques peuvent arriver du Sud. On doit donc s’attendre par endroits, et à certains moments de l’année, à un renversement complet des dispositions habituelles.

B) PETITES ANTILLES

  • 12 V. p. 25.

67Le canal d’Anegada, de direction N. E. - S. W. vers le Nord et E.-W. vers le Sud, est la limite assignée par les géologues entre Grandes et Petites Antilles. Il s’agit d’une profonde saignée, atteignant 4 500 m dans sa partie méridionale. Cette position a été adoptée plus haut en faisant commencer les Petites Antilles à Anguilla, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, qui surgissent sur le bord oriental du canal en question12. La physionomie des îles Vierges ne diffère cependant pas de celle de ces îlots. De sorte que Saint-Thomas, Saint-John, Sainte-Croix, Anegada, Virgin Gorda et Tortola, constituent avec Saint-Martin, Anguilla, Saint-Barthélemy et aussi Sombrero, un domaine de transition entre les deux alignements antillais, et à cheval sur l’Anegada Passage.

1. — DECOUPAGE ET CARACTERES REGIONAUX DES PETITES ANTILLES

  • 13 E. Revert : Les Antilles (ouv. cité), « Introduction », p. 10.
  • 14 Lexique stratig., fasc. 2b (ouv. cité), « Introduction », par J. Butterlin, p. 4.

68E. Revert distingue trois parties aux Antilles : les Grandes Antilles, les Petites Antilles ou « îles du vent », et les « îles sous le vent », qui s’alignent entre Trinidad et le golfe de Maracaïbo13. Les « îles du vent » sont les « Petites Antilles orientales » de J. Butterlin. Les « îles sous le vent » deviennent pour cet auteur « les Antilles méridionales », c’est-à-dire « les Petites Antilles vénézuéliennes » et « les Petites Antilles néerlandaises ». Nous reconnaissons dans ces dernières, Bonaire, Curaçao et Aruba. J. Butterlin note que certains auteurs réservent le terme de Petites Antilles au seul groupe situé au Nord de Trinidad14. C’est à cette conception restrictive que nous nous sommes arrêté dans cette étude. Au large du Venezuela, à côté des îles hollandaises, les « Antilles vénézuéliennes » comme Los Roques, Tortuga, Margarita, etc., relèvent de conditions climatiques spéciales qu’il faut étudier avec les problèmes climatiques de ce pays.

69Avant d’envisager les caractères régionaux des Petites Antilles au sens où nous l’entendons, nous devons, pour plus de clarté, préciser encore un point de nomenclature. Une ancienne division politique des possessions anglaises de la Caraïbe, aboutissait à la distinction en Leeward Islands, Windward Islands, Trinité et Barbade. Or, les îles anglaises se mêlaient aux possessions hollandaises et françaises. On a donc eu tendance parfois à désigner un groupe de « Leeward », là où se plaçaient les « Leeward » anglaises, et un groupe de « Windward », au Sud, là où se plaçaient les « Windward ». Ainsi, aux Petites Antilles les Leeward correspondent à un ensemble allant d’Anguilla à Montserrat ; au milieu se situent des îles hollandaises et françaises. Les Windward constituent de leur côté un groupe allant de la Dominique à la Grenade ; il comporte la Martinique. Ces expressions n’ont donc aucune signification géographique puisqu’elles recouvrent l’arc oriental.

70Les Petites Antilles ont une importance très restreinte en superficie. Mise à part la Trinité et ses 4 827 km2, elles ont entre 15 000 et 16 000 km2. Elles constituent donc le quinzième environ de la surface de l’archipel. L’étendue des îles prises individuellement est également un élément de comparaison saisissant à l’égard des Grandes Antilles. Les plus vastes d’entre elles atteignent tout au plus 1 000 km2 ; les plus petites descendent à l’échelle de l’îlot rocheux.

71La disposition régionale majeure de ce semis méridien, fait intervenir deux arcs où les différences géologiques et les types de reliefs corrélatifs, expliquent des conditions climatiques très diverses. L’alignement externe est constitué surtout par les îles d’Anguilla, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Antigua, Barbuda, puis par la Grande-Terre de la Guadeloupe, la Désirade, Marie-Galante, la Barbade, Tobago et la Trinité. L’alignement interne, en bordure de la Caraïbe, comprend essentiellement Saba, Saint-Eustache, Saint-Christophe, Nevis, Redonda, Montserrat, la Basse-Terre de la Guadeloupe, la Dominique, la Martinique, Sainte-Lucie, Saint-Vincent, les Grenadines et Grenade.

  • 15 Cette opposition entre arc externe et interne, exposée dans le Lexique stratig., fasc. 2b (ouv. ci (...)

72La Trinité et Tobago mises à part, les îles de l’arc externe sont calcaires, peu accidentées et, dans certains cas même, de formes très surbaissées. Les îles de l’arc interne constituent l’alignement volcanique ; les reliefs postiches y offrent des formes hardies15. Les Petites Antilles calcaires semblent devoir être relativement peu arrosées, bien qu’étant à une latitude tropicale propice aux forts abats. Les Petites Antilles volcaniques qui « accrochent les nuages » doivent connaître des pluies plus considérables. L’opposition entre un arc très pluvieux et un arc qui l’est moins, opposition qui résulte d’un contraste corrélatif dans la structure et le relief, est un fait important à attendre. Pour bien le comprendre, il est nécessaire de décrire maintenant des îles caractéristiques. Nous envisagerons la Martinique qui illustre le système volcanique, la Barbade qui reflète le système calcaire et la Guadeloupe qui combine les deux structures. Nous décrirons enfin Trinidad, l’élément aberrant de l’archipel oriental.

2. — UNE ILE DE L’ARC VOLCANIQUE : LA MARTINIQUE (figure 14)16

  • 16 E. Revert : La Martinique, étude géographique, Th., 560 p., 32 pl. H. T., 1949.
    Pouquet : Les Antil (...)

73Les îles volcaniques des Petites Antilles sont intéressantes. De nombreuses nuances climatiques y interviennent sur de courtes distances, du fait des contrastes de reliefs et d’exposition. La Martinique ne faillit pas à cette règle. Elle se situe entre les 14e et 15e parallèles et sur le 61e méridien. Avec 1 000 km2 de superficie, 60 km de long et 20 à 30 de large, elle s’éloigne fort des conditions insulaires rencontrées aux Grandes Antilles. Les unités du relief s’organisent en massifs, disposés suivant le grand axe de l’île, qui se déploie du N.-N.W. au S.-S.E. C’est tout d’abord, au Nord, la Montagne Pelée, énorme cône volcanique qui culmine à 1 463 m. Plus au Sud, les hauts reliefs correspondent au Morne Jacob (880 m) et aux Pitons du Carbet (1 200 m). Il y a là un alignement à peu près méridien d’appareils volcaniques, dont les bas versants viennent mourir non loin de Fort-de-France. Bien que moins élevée que le massif péléen, cette unité constitue une barrière imposante entre côte « au vent » et côte « sous le vent ». En effet, son étendue est grande dans le plan horizontal, et selon une disposition perpendiculaire aux vents dominants. La Pelée et le massif du Carbet, déjetés vers l’Ouest, imposent à l’île de fortes altitudes, qui opposent un versant « au vent » développé, à un versant caraïbe beaucoup plus raide et plus court.

74La troisième unité se situe dans la partie la plus étroite de la Martinique, à hauteur de la baie de Fort-de-France. Elle correspond à la juxtaposition de petits mornes (le Vert-Pré, la Duchène, la Roche Carrée, Pitault, etc.). Ces mornes aux altitudes médiocres, comprises entre 300 et 350 m, barrent vers l’Est, l’horizon de la plaine du Lamentin. Plus rien de comparable ici avec ce que nous venons de rencontrer. Au lieu d’un écran vigoureux, un fouillis de creux et de bosses qui forment un pédoncule reliant le Nord très montagneux, au Sud qui le redevient.

75Au Sud de Saint-Esprit, en effet, là où l’île acquiert sa plus grande largeur, le relief reprend vigueur. Dans le quadrilatère Saint-Esprit, Sainte-Luce, le Marin, Le Vauclin, les mornes approchent des 400 m ; la Montagne du Vauclin dépasse de peu les 500. C’est elle qui donne d’ailleurs au Sud-Est de la Martinique son caractère. Un autre élément du Sud, mais qui ne peut être juxtaposé purement et simplement aux mornes du quadrilatère, est fourni par les croupes du Sud-Ouest. La Montagne Pelée, le massif des Pitons, les mornes du Vert-Pré et de Pitault, la Montagne du Vauclin, etc… ont tous une face « au vent » de l’Atlantique. Il n’en est plus de même ici. Les altitudes demeurent pourtant appréciables : 479 m au morne du Diamant. Le Sud offre donc dans son ensemble sur une largeur de 30 km, une série de reliefs moyens. Ils intercalent leur masse entre côte « au vent » et côte « sous le vent ». Seuls ceux qui sont à l’Est ont cependant chance d’être frappés par l’humidité océanique.

76L’analyse qui précède suggère deux dissymétries climatiques. L’une, classique, intervient entre façades caraïbes et atlantiques. L’autre, originale, se présente entre le Nord et le Sud, en accord avec les différences d’altitude des deux régions.

77Les conditions de la dissymétrie « classique » varient sur les divers parallèles de l’île. C’est à la hauteur de la Montagne Pelée et du massif des Pitons qu’il faut attendre les plus fortes pluies sommitales et les plus forts contrastes entre versants « au vent » et « sous le vent ». La puissance altitudinale des reliefs milite en ce sens, ainsi que le décalage des plus hauts sommets vers la Caraïbe. Au niveau de la plaine du Lamentin, on peut prévoir l’effacement de ces aspects. Quant au Sud, il constitue un cas plus compliqué puisque, en dehors du relief qui reprend vigueur, il faut tenir compte de la plus grande largeur de l’île. Mais ni l’un ni l’autre de ces deux facteurs n’est déterminant. Aussi les conditions de la dissymétrie classique E. - W. restent-elles moins décisives qu’au Nord.

78Aux 1 400 m de la Pelée et aux 1 200 des Pitons du Carbet, le Sud n’oppose que des reliefs timides. Il s’ensuit que des totaux pluviométriques beaucoup plus considérables doivent être enregistrés dans la moitié Nord de la Martinique que dans sa moitié Sud.

79Restent des conditions géographiques plus locales. La presqu’île de Sainte-Anne qui se termine à la Savane des Pétrifications est une exagération des dispositions du Sud. On peut donc s’attendre à y trouver une pluviosité très médiocre. Par ailleurs l’étonnante presqu’île de la Caravelle s’étire au milieu de l’Océan, parallèlement aux vents dominants. La médiocrité des altitudes aidant, il y a là, sur une côte « au vent », réunis les éléments d’une pluviosité relativement faible.

80L’analyse des facteurs géographiques du climat en Martinique rejoint ce qui a été dit au sujet de l’archipel tout entier. Cette analyse laisse toutefois entrevoir dans le détail, une grande diversité. C’est que la structure volcanique y impose de forts contrastes sur des espaces restreints. Certes, l’étude minutieuse du modelé des Grandes Antilles aurait révélé des nuances nombreuses. Mais les îles du Nord sont liées à des unités structurales et tectoniques en général puissantes et peu compartimentées. D’où, une certaine simplicité dans leur cloisonnement climatique probable.

3. — LA BARBADE. (figure 15)

81L’extrémité méridionale de la Bardade se situe à quelques kilomètres au Nord du 13e parallèle. L’île est perdue à 160 km à l’Est de Saint-Vincent, en plein Atlantique, là où l’arc calcaire est le plus éloigné de l’arc volcanique. Avec 430 km2 de superficie, c’est une petite île. Les dimensions linéaires sont nécessairement modestes : 33 km suivant le grand axe, entre North Point et South Point, 24 km dans la plus grande largeur. La Barbade s’inscrit à peu près dans un triangle dont le sommet pointe vers le Nord. Le côté occidental est de direction méridienne, et le bord oriental perpendiculaire aux vents dominants d’E. - N.-E.

82C’est une île sans reliefs appréciables. Le point culminant, le mont Hillaby, atteint 336 m. Le centre comporte des collines médiocres, raccordées à l’Ouest et au Sud à la zone littorale, insensiblement ou par des ressauts de corniches calcaires. Vers le N.-E., le raccord est plus brutal avec la côte. Il est constitué par un abrupt hardi qui correspond, au S.-E. du mont Hillaby, à l’Hackleston’s Cliff. La disposition du relief de la Barbade indique donc une certaine dissymétrie puisque sa crête, jalonnée par l’Hackleston’s Cliff, le mont Hillaby, la Farley Hill et la Cherrytree Hill est fortement décalée vers l’E.-N.E. Cette dissymétrie qui offre le versant le plus court au vent, est toutefois trop peu importante, par la faiblesse des reliefs impliqués, pour accentuer sérieusement l’opposition entre côte « au vent » et côte « sous le vent ».

83Les conditions géographiques sont au total très uniformes, et militent en faveur d’une certaine égalisation des conditions pluviométriques. Il ne faut pas prévoir ici les contrastes auxquels on peut s’attendre en Martinique entre massifs élevés et côtes abritées. On ne saurait, de même, relever de très forts totaux de pluie à la Barbade. A la complexité des conditions géographiques du climat dans l’île volcanique, s’oppose la simplicité de celles-ci dans l’île calcaire.

4. — LA GUADELOUPE. (figure 16)17

  • 17 G. Lasserre : « La Guadeloupe, étude géographique » (T. I., La nature et les hommes ; T. II, Les î (...)

84Il faut d’abord préciser le terme même de Guadeloupe. Le département de la Guadeloupe comporte une série d’îles proches les unes des autres (Guadeloupe, Désirade, Marie-Galante et Les Saintes), auxquelles s’ajoutent Saint-Barthélemy et la partie française de Saint-Martin. Or, ce sens administratif n’est pas le nôtre. Pour nous, la Guadeloupe est l’ensemble territorial de 1 509 km2 qui, par 16° de latitude Nord et 61° de longitude Ouest, exclut, outre les possessions du Nord, celles, toutes proches, de Marie-Galante, des Saintes et de la Désirade. Pourtant, réduite à cela, la Guadeloupe demande encore à être précisée. Tel quel, en effet, le territoire est formé de deux îles, séparées par un petit bras de mer large de quelques dizaines de mètres : la Rivière Salée. C’est, à l’Ouest, la Basse-Terre et à l’Est, la Grande-Terre. Ces deux appellations ne sont d’ailleurs pas liées à des notions dimensionnelles, puisque la Basse-Terre est la plus haute et la Grande-Terre la moins vaste. Mais ce n’est pas tout. Au sens le plus strict du terme, c’est à la Basse-Terre qu’on doit réserver le nom de Guadeloupe. Pour nous, cependant, la Guadeloupe sera l’ensemble Basse-Terre - Grande-Terre. Nous décrirons successivement chacune des deux îles et donnerons quelques indications rapides sur Marie-Galante.

85En Guadeloupe, les arcs volcanique et calcaire sont contigus. La Basse-Terre, l’équivalent de la Martinique, offre un territoire de relief hardi. C’est une île allongée dans le sens méridien sur 45 km environ, de la Pointe Allègre à la Pointe du Vieux Fort. La largeur, à peu près constante, est de l’ordre de 20 à 30 km. Une certaine régularité du dessin s’accompagne de la simplicité des formes topographiques. Une ligne de crêtes, fortement décalée vers l’Ouest, s’étire du Nord au Sud, avec des altitudes croissantes. Elle est jalonnée par le Piton de Sainte-Rose (357 m), le Gros Morne (620 m), la Couronne, les Mamelles, le Mont Sans-Toucher qui culmine à 1 354 m et enfin la Soufrière. Celle-ci, qui se dresse au-dessus de Basse-Terre, atteint 1467 m. Le versant de l’île le plus développé est exposé aux vents dominants. Il contraste avec celui, plus court et de pente plus raide, qui regarde vers la Caraïbe. La dissymétrie du relief en Basse-Terre rappelle en cela celle que nous avons notée en Martinique au niveau de la Pelée et des Pitons du Carbet. Les conditions normales de dissymétrie climatique, correspondant à la présence d’une barrière montagneuse dans le lit des vents de N.-E. se trouvent ainsi accentuées. Il faut donc s’attendre à l’aggravation de la sécheresse « sous le vent », en même temps qu’au rétrécissement de cette région, au bénéfice de la région pluvieuse. Ces conditions topographiques rappellent par ailleurs, dans leurs conséquences climatiques prévisibles, celles de Porto Rico et de l’Est de Cuba.

86En Grande-Terre, où le sol est presque exclusivement calcaire, le schéma topographique change radicalement, de même que le dessin de l’île. Celui-ci offre un triangle imparfait dont la base, très large, est tournée vers le Sud. Le relief est quasi inexistant, le point culminant dépassant de peu 120 m. La Grande-Terre de Guadeloupe rompt donc complètement avec les îles volcaniques. A Marie-Galante, 149 km2 de superficie et forme en galette, on retrouve des conditions aberrantes par rapport à celles de l’arc montagneux. Les altitudes maximales sont faibles ; il n’y a pas de relief orienté au cœur de l’île.

87La Basse-Terre, la Grande-Terre et Marie-Galante permettent de mesurer l’écart considérable qui sépare les conditions géographiques du climat entre îles volcaniques et îles calcaires.

5. — LE CAS PARTICULIER DE TRINIDAD. (figure 17)18

  • 18 « Trinidad » : carte géol. d’après Suter, Kugler et Butterlin, H. T., dans Lexique…, fasc. 2b (ouv (...)
  • 19 V. p. 35.
  • 20 V. p. 30.

88La Trinité dont nous avons vu, chemin faisant, la superficie19, les dimensions linéaires20 et la latitude, rompt complètement, par ses proportions et l’organisation de son relief, avec les Petites Antilles. Elle est toute proche de l’Amérique du Sud dont elle est séparée, au Nord-Ouest, par les Bouches du Dragon et au Sud-Ouest par celles du Serpent. Les lignes directrices des reliefs, dirigées suivant les parallèles, sont constituées par trois chaînes : la Chaîne septentrionale, la Chaîne centrale et la Chaîne méridionale. La première prolonge, par delà les Bouches du Dragon, l’arête montagneuse vénézuélienne de la presqu’île de Paria. C’est le seul domaine de l’île dont les altitudes soient appréciables (l’El Cerro del Aripo culmine à 940 m et le Tacuche [ou Tucuche] à 925 m). Cette barrière montagneuse est sensible aux vents dominants, bien qu’ils l’atteignent sous un angle faible, car elle offre une façade abrupte au Nord, du côté de la mer. C’est dans cette partie de l’île que sont le mieux réalisées les conditions géographiques d’une forte pluviosité. La chaîne centrale, qui va du S.-W. au N.-E., a des reliefs de collines. Le mont Tamana en est le point culminant à 307 m. La chaîne méridionale se déroule de l’Icacos Point à Point Radix et à Galeota Point. Elle est, elle aussi, assez peu marquée dans le relief.

89Entre ces cloisons se situent les larges couloirs des plaines centrales ; leur niveau est proche de celui de la mer. Au Sud de l’alignement central, la plaine s’ouvre largement sur l’Atlantique, par le Nariva Swamp (marais de Nariva). Celle du Nord donne sur le golfe de Paria, en bordure duquel s’étend le Caroni Swamp (marais du Caroni).

90L’impression est celle d’un vaste territoire dont le relief est incapable, sauf au Nord, de provoquer une aggravation sensible de la pluviosité. En outre, rien ne laisse prévoir une dissymétrie climatique appréciable entre l’Est et l’Ouest, sauf si l’on tient compte de la largeur de l’île. Ainsi, peut-on pressentir ici un cloisonnement climatique sans grand rapport avec celui que suggèrent les autres Petites Antilles et, en particulier, les Antilles volcaniques.

6. — CONCLUSION SUR LA PHYSIONOMIE REGIONALE DES PETITES ANTILLES

91Dans ces îles, la notion de façades « au vent » et « sous le vent » est devenue classique. Il peut donc paraître vain d’en reprendre l’analyse. Pourtant, aux Petites comme aux Grandes Antilles, elle mérite d’être serrée de près car elle demande des conditions topographiques et des directions de vent qui ne sont pas toujours réalisées. A ce titre, en dehors même de Trinidad, l’opposition est fondamentale entre les îles montagneuses et les îles basses. Les premières, par leur allongement et leurs reliefs, sont propices à la réalisation du schéma classique ; les secondes, par leur dessin et la faiblesse des altitudes, tendent vers son effacement.

III. — CONCLUSION SUR LES RELIEFS DE L’ARCHIPEL ANTILLAIS

92Replacés dans leur cadre continental et maritime, les reliefs constituent le facteur géographique régional fondamental de la climatologie antillaise. On peut se demander toutefois s’ils sont susceptibles d’agir avec autant de force, chaque fois que, compte tenu de leur immuabilité, ils se combinent aux conditions atmosphériques, qui varient nécessairement. Aux Petites comme aux Grandes Antilles, n’y a-t-il pas des moments de l’année où la puissance des processus atmosphériques efface, ou du moins estompe, l’action des reliefs, les dissymétries climatiques ne se manifestant plus, ou que de façon limitée ? Cette question pose, en fait, l’un des problèmes les plus importants de cette étude.

LES CONDITIONS GEOGRAPHIQUES DU CLIMAT ANTILLAIS : LE SCHEMA

93L’analyse des conditions géographiques du climat antillais suggère en premier lieu le rôle fondamental de la mer, de l’océan Atlantique d’abord, de la Méditerranée américaine ensuite. Celui de l’Océan semble primordial, compte tenu de sa position par rapport à l’archipel et des flux atmosphériques qui dominent à ces latitudes.

94Cette analyse suggère ensuite l’intervention des masses continentales américaines, continent austral, mais surtout continent boréal. Il faut s’attendre à ce que l’action de ce dernier s’exerce au maximum sur les îles qui en sont le plus proches, sous forme d’invasions extratropicales hivernales.

95Elle suggère enfin, par la combinaison des reliefs et de leur orientation à l’égard des vents dominants, des dissymétries pluviométriques imposant aux versants caraïbes le minimum d’humidité. La question se pose toutefois, surtout aux Grandes Antilles, de savoir quel degré de permanence gardent ces dispositions moyennes, à travers les situations isobariques successives.

96Au total, les conditions géographiques font pressentir un climat tropical maritime, chaud et humide. C’est ce que va confirmer l’étude des principaux éléments de ce climat.

« Antilles humides » (fougères arborescentes - Centre de la Martinique)

« Antilles sèches » (végétation xérophile - Centre de Saint-Martin) (Cliché de l’auteur)

Notes

1 V. « Deutsche Secwarte, Atlantische Ozean », Ein Atlas von 39 Karten, 1902.
Pilot charts.
Goldmanns grosser Weltatlas, Herausgegeben von Pr L. Visintin, H. Bayer und W. Goldmann, München, 1955.
A. Guilcher : Cours d’océanographie, deux fascicules, C. D. U., Paris, 1950, 235 p. Notre étude hydrologique de l’Atlantique et de la Méditerranée am. doit beaucoup à cet ouvrage.

2 V. note (1) ci-dessus. Toutes les bonnes cartes d’atlas montrent l’articulation et les reliefs sous-marins de la Médit. am. Carte bathymétrique très claire dans Goldmanns…, pl. 192, Mittel America. Voir aussi dans J. Butterlin La constitution géologique et la structure des Antilles, C. N. R. S., 1956, 453 p., la fig. 1 : carte structurale des Antilles.

3 P. Pédelaborde : « La circulation générale de l’atmosphère », I. G., no 3, mai-juin 1956, p. 103 à 109.

4 P. Queney : Recherches relatives à l’influence du relief sur les éléments météorologiques, Th. 1936.

5 Max Sorre : Géog. Univ., T. XIV, Mexique, Amérique centrale, 1928 ; E. Revert : Les Antilles, A. Colin, 1954, 220 p. ; J. Butterlin : La constitution géologique et la structure des Antilles (ouv. cité) ; Lexique stratigraphique international, vol. V, Amérique latine, fasc. 2b, Antilles (sauf Cuba et Antilles vénézuéliennes), C. N. R. S., 1956, 494 p., fasc. 2c, Cuba et les îles adjacentes, C. N. R. S., 1959, 140 p.

6 L. Marrero : Geografia de Cuba, La Havane, 1950 ; V. « Mapa geologico », dans Lexique…. fasc. 2c (ouv. cité) ; V. La rép. de Cuba, 1re partie, section I, chap. I, p. 17 et suivantes dans J. Butterlin : La constitution géol. et la struct. des Antilles (ouv. cité).

7 Max Sorre : G. U., Mexique… (ouv. cité), p. 160.

8 « Ile d’Haïti » : carte géol. hors texte d’après Small et Butterlin, dans Lexique strat., fasc. 2b (ouv. cité) ; V. dans La constitution géol. et la struct. des Antilles (ouv. cité), de Butterlin, les « Principales régions naturelles de l’île d’Haïti », fig. 6, p. 93 et la « Carte géol. de l’île d’Haïti », fig. 7, p. 105.

9 A l’ex pic Trujillo.

10 « Jamaïque », carte géol. h. t. d’après V. A. Zans et J. Butterlin, dans Lexique stratig., fasc. 2b (ouv. cité) ; V. dans La constitution géol. et la struct. des Antilles (ouv. cité), de Butterlin, la « Carte physique de la Jamaïque », fig. 4, p. 69 et la « carte géol. de la Jamaïque », fig. 5A, p. 73.

11 R. Pico : The geographic regions of Puerto Rico. University of Puerto Rico Press, Rio Piedras, P. R., 1950. « Porto Rico » : carte géol. H. T., d’après R. C. Mitchell et J. Butterlin, dans Lexique…, fasc. 2b (ouv. cité). V. dans La constitution géol. et la structure des Antilles la « carte géomorphologique de Porto Rico », fig. 8, p. 143 et la « carte géol. de Porto Rico et dépendances », fig. 9, p. 149.

12 V. p. 25.

13 E. Revert : Les Antilles (ouv. cité), « Introduction », p. 10.

14 Lexique stratig., fasc. 2b (ouv. cité), « Introduction », par J. Butterlin, p. 4.

15 Cette opposition entre arc externe et interne, exposée dans le Lexique stratig., fasc. 2b (ouv. cité), p. 14 et suivantes doit être éclairée. Les deux alignements sont volcaniques et tous les auteurs sont d’accord là-dessus. Mais dans l’arc externe, il s’agit de formations anciennes recouvertes pour la plus grande partie de formations calcaires récentes. Dans l’arc interne, le volcanisme est beaucoup plus récent, d’où la fraicheur des formes et l’incidence qu’elles ont sur le climat.

16 E. Revert : La Martinique, étude géographique, Th., 560 p., 32 pl. H. T., 1949.
Pouquet : Les Antilles françaises, P. U. F., « Que sais-je ? », no 516, 128 p., 1952.
Couverture topog. I. G. N. de la Martinique au 1/50.000e (couleurs).
Carte routière et touristique de la Martinique en couleurs au 1/100.000e (I. G. N.).

17 G. Lasserre : « La Guadeloupe, étude géographique » (T. I., La nature et les hommes ; T. II, Les îles et leurs problèmes), Th. Bordeaux, 1961, 1135 p.
Pouquet : Les Antilles françaises (ouv. cité). Couverture topog. I. G. N. de la Guadeloupe au 1/50.000e
(couleurs). Carte routière et touristique de la Guadeloupe en couleurs, 1/100.000e (I. G. N.).

18 « Trinidad » : carte géol. d’après Suter, Kugler et Butterlin, H. T., dans Lexique…, fasc. 2b (ouv. cité). « Carte géomorphologique de la Trinité », fig. 13, p. 213, et « carte géol. de la Trinité », fig. 14, p. 219 (cette dernière id. celle du Lexique) dans La constitution géol. et la struct. des Antilles (ouv. cité), J. Butterlin.

19 V. p. 35.

20 V. p. 30.

Table des illustrations

Légende « Antilles humides » (fougères arborescentes - Centre de la Martinique)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Légende « Antilles sèches » (végétation xérophile - Centre de Saint-Martin) (Cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/4476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search