Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Conclusion

Texte intégral

  • 1 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Traxeron a la Carcel de Corte por Enero del año pasado de 725 a un Ind (...)

1Dans ce lointain Cuzco, à la fois cœur et frontière d’un empire, cerné par des montagnes au mystère redoutable pour l’Espagnol qui répugne à s’y aventurer, vit un monde tragique, Deux masses inégales par le nombre et par la force vivent côte à côte dans une apparente quiétude. Elles ne se sont pas assimilées et se craignent réciproquement : l’Indien croupit dans sa misère et dans la peur haineuse du maître espagnol ; celui-ci est en alerte à la moindre rumeur ; il craint plus que tout cet hermétisme, cette résignation incompréhensible, la traîtresse soumission de l’Indien : « Dios nos libre del furor de los Indios, que cierto es de temer ouando pueden efectuar su deseo... » disait Cieza de Leon dans la Cronica del Péru. Il sent confusément que ce monde qu’il brime, qu’il exploite et détruit lui échappe en partie. Fray Juan de Guesuraga frère prêcheur et ex-curé d’un village de l’archevêché de Lima écrivant au roi en 1727 au sujet d’indiens tributaires non déclarés par un cacique insiste sur le danger que présentent les vexations et les mauvais traitements qui suscitent chez les indigènes la haine de la loi chrétienne imposée par la force et la tyrannie. Il donne pour exemple un incident alors récent : « en janvier de l’année 1725 on amena à la prison de Lima un Indien appelé Pedro Quinones apparemment plus que centenaire, à la silhouette de monstre, petit, aux pieds tordus ; aux genoux garnis de deux excroissances de chair formant des sortes de pieds : il était accusé de servir l’idolâtrie et fut arrêté avec trois de ses idoles (que le correspondant a vues et tenues de ses mains), ; il avoua avoir sacrifié neuf Indiens dont certains s’offrirent volontairement au sacrifice, désespérés par les mauvais traitements qui leur étaient infligés ; les autres furent sacrifiés de force ; il leur liait pieds et poings, les égorgeait, portait leur sang dans un calice de bois à l’idole qui communiquait avec lui et qu’il tenait cachée dans une grotte où il lui déposait l’offrande, et le jour suivant le calice était vide. Il dénonça lors de sa confession d’autres sorciers qui pratiquaient les mêmes rites et l’enquête était en cours lorsque le correspondant quitta Lima. Ceci était arrivé dans une des provinces plus proches (de capitale), et si l’on s’occupait sérieusement de cette affaire fort grave que ne découvrirait-on point dans les régions les plus reculées ! Tous est dû à la terrible cupidité et à la cruauté sans nom avec laquelle on traite les pauvres Indiens pour thésauriser au prix de leurs larmes, de leurs vies et de leurs âmes... »1.

2Cela se passait presque deux siècles après la conquête et près de Lima... De la fin du XVIIe au début du XVIIIe siècle, la note dominante est — dans les documents consultés — la compassion de quelques cœurs nobles révoltés par le triste spectacle de la misère indienne. Mais, peu à peu, pointe un autre sentiment : la peur. 1735 représente ce tournant de la peur : on demande armes pour les missions, les Espagnols refusent de s’aventurer dans les montagnes et les forêts, quelques esprits clairvoyants mettent le gouvernement en garde contre la puissance occulte des masses indigènes. L’osmose continuelle entre chrétiens et infidèles à l’insu des Espagnols crée un climat d’inquiétude.

3La reprise démographique qui s’amorce, au début du siècle, dans certains pays américains ne semble pas avoir commencé au Cuzco à la fin ed la troisième décade ; au contraire, tout porte à croire que la baisse continue dans ces régiins. L'élan évangélique semble très ralenti dans ce premier tiers du siècle. La scission entre Créoles et Espagnols, fait capital dans l'histoire de l’Amérique espagnole, s’y précise violemment. La masse apparemment indolente des indigènes pourrait être, comme certains le redoutent, un allié important du camp créole contre le pouvoir d’une Espagne affaiblie, ruinée par une longue guerre de succession.

4Avant que n’éclatent les violentes insurrections, la silencieuse révolte des Indiens qui s’enfuient en abandonnant maisons, villages, cultures et mines paralyse en partie l’activité de ces régions : le commerce décroît, les mines ne peuvent plus être exploitées, parfois, par manque de main-d’œuvre... La période étudiée est trop courte pour que l’on puisse conclure ; il semble néanmoins que les caisses de Cuzco et des régions voisines soient en baisse autour de 1720, alors que dans d’autres pays une reprise est marquée vers 1700. Dans l’ensemble même du Pérou les hautes terres sont en décadence par rapport à la côte ; les régions de plateaux n’évoluent pas au même rythme que celle-ci.

5On peut dire qu’à la fin de la période étudiée, vers 1735, cette région est encore en décadence dans tous les domaines : économique, démographique et même moral.

6Il n’y a là rien de nouveau : que l’Indien ait été brutalisé de façon honteuse par les Espagnols, que sa conscience sociale ait été lentement anéantie comme le dit Jaime Vicens Vives, que la Couronne ait été l’avocat constant mais souvent impuissant des misères sont choses bien connues. Le Cuzco non seulement n’échappait pas à la règle mais voyait tous ces maux sauvagement accentués. Qu’est-ce que ce monde ? Une masse souffrante, une poignée d’exploitants sans scrupules, quelques voix généreuses mais inefficaces ; une région économiquement secondaire, humainement primordiale ; un monde où règnent la peur, la violence et la mort. Des liasses sévères et poussiéreuses dormant entre les murs des Archives des Indes, des mémoriaux fatidieux, des. lettres déchirantes de certains particuliers, s’élève selon l’expression d’un évêque de Cuzco « un clamor universal de las tiranios, violencias, rigores » qui nous fait mieux comprendre et surtout aimer le triste et mystérieux visage de l’Indien péruvien.

Notes

1 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Traxeron a la Carcel de Corte por Enero del año pasado de 725 a un Indio llamado Petro Quiñones, de edad de mas de cien años, de una figura monstroso, pequeño de cuerpo, con los pies torcidos para dentro, y de las choquezuelas de salían otras porciones de carne como pies ; fue éste acusado, por sacerdote de la idolatria, y preso con tres de sus idolos (que vido el suplicante y tuvo en sus manos) ; confesó el delito, y que avía sacrificado nueve Indios, unos que voluntariamente se ofrecieron al sacrificio exasperados de los agravios que padecían ; y otros que sacrificó violentemente. Atábalos los pies, las manos, los degollaba, en un caliz de madera levaba la sangre a un idolo pequeño, que era el que le hablaba, y tenia oculto en una cueva, donde le dexaba la sangre, y el dia siguiente se hallaba el cáliz vacío. Avía condenado en su confesión otros sacerdotes, que hacían lo mismo y se quedaba haciendo la averiguación quando el suplicante salió de Lima ; y esta caso sucedía en una de las Provincias muy cercanas ; y si se pusiera cuydado en esta materia tan grave, hallarían muchos mas en las provincias mas retiradas, ocasionandolo todo la mucha codicia, y gran crueldad con que se tratan a estos miserables Indios, por athesorar a costa de sus lágrimas, sus vidas y sus almas ».

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540