Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Cinquième partie. Le heurt des deux masses

Chapitre II. Les soulèvements

Texte intégral

« Señor Inca, padre cacique, todo en tus ojos se guardaba como en un cofre calcinado por el amor y la tristeza. »
Pablo Neruda
Canto General)

1Dans ces mondes juxtaposés où régnaient la violence, l’injustice, l’immoralité, dans ces terres mal connues et mal défendues par une lointaine Espagne affaiblie l’opposition était de règle : opposition entre Espagnols et Créoles, opposition apparemment passive des Indiens, de ces êtres dont l’indifférence, l’hermétisme inspiraient une sourde crainte aux Espagnols. Dans les régions andines frontières bien souvent des terres infidèles, dans ces montagnes redoutables presque inconnues des conquérants la révolte prit, au cours du XVIIIe siècle, une violence accrue et les insurrections, les foyers de résistance qui existaient depuis la conquête, à partir de 1740, une dangereuse extension.

  • 1 A.G.I. Lima 176 « El Conde de Lemos le nombró por juez pesquisidor general en todo el Reyno del Pe (...)

2En 1699 par exemple, le général don Juan Céspedes Cardenas officier royal du Cuzco, ex-corregidor de Aymaraes et qui fut deux fois alcade ordinaire de la capitale andine rappelle au roi ses bons services afin d’obtenir la légitimation de ses deux fils-naturels ; entre autres mérites il compte celui d’avoir été nommé par le vice-roi comte de Lemos, inspecteur général du royaume pour enquêter sur certaines séditions qui le troublèrent1.

1. Le temps des troubles

  • 2 A.G.I. Lima 642 « No ha sido de corto momento el (cuydado) de los acaecimientos de la provincia de (...)
  • 3 Id. « Despues de varios disturbios que tuvieron los Indios que havitavan las estancias de ganados (...)
  • 4 Id. « ...proveí decreto mandando que el corregidor congregase a los Indios del pueblo de Asillo en (...)
  • 5 A.G.I. Lima 642 « ...y cuando esperaba que esta templada providencia produgesse los buenos efectos (...)
  • 6 Id. « ...y aunque ofrecieron con disimulada umilidad le enmienda con su genial inconstancia faltar (...)

3A partir de 1736 plusieurs insurrections éclatèrent en divers points du royaume. Du Callao le 20 juin 1739 le vice-roi marquis de Villa Garcia rend compte au roi des soulèvements indiens de la région d’Azangaro et plus précisément du village d’Asillo appartenant à l’évêché du Cuzco2. Les troubles commencèrent en] 1736 : le corregidor don Melchior Martin de los Infantas avait envoyé plusieurs lettres relatant les faits qui aboutirent le 25 mai à l’attaque du village d’Asillo par quatre cents Indiens armés qui voulaient expulser le curé don Manuel de Arroyo et les autres religieux qui l’accompagnaient. S’étant réfugiés dans l’église ils durent s’enfuir secrètement pour échapper à la hargne des insurgés3. Lorsque l’alcade de la Hermandad de Cuzco se rendit sur les lieux escorté de soldats le corregidor avait réussi à apaiser le tumulte. Le vice-roi lui ordonna de rassembler les Indiens d’Asillo et de leur annoncer que bien qu’ils n’en fussent point dignes ils étaient pardonnés mais qu’au moindre mouvement ils seraient punis avec une extrême sévérité, allant jusqu’à la peine capitale4. Les intéressés furent apparemment peu sensibles à cette générosité ou à ces menaces : lorsque le corregidor se rendit à Asillo pour exécuter cet ordre, il fut conspué et il dut se retirer avec sa troupe dont deux soldats étaient blessés. Les indiens les poursuivirent et leur coupèrent les chemins ;... « leur hardiesse insolente croît de jour en jour »...5. L’évêque dut intervenir pour les obliger à rendre les biens de l’église qu’ils avaient annexés. Devant les menaces les coupables eurent recours à un feint repentir6. Un nouveau juge don Alfonso de Santa Ortega, ayant essayé en vain d’user de douceur et d’indulgence, dut devant l’hypocrisie et la traîtrise des indiens employer la force. Il apprit qu’ils complotaient secrètement d’autres soulèvements et contaminaient les provinces voisines. Il prit alors dans un guet-apens plus de quatre-vingts Indiens dont un des principaux chefs de file don Andrés Ignacio Caxma Condori... La province retrouva ainsi le calme.

4Le vice-roi expose les trois cause possibles de ces troubles. Certains pensèrent qu’ils furent dus aux abus et aux mauvais traitements infligés par des corregidores et d’autres Espagnols ; d’autres, que les responsables étaient les curés qui employant des journaliers dans des élevages qu’ils avaient loués les payaient fort mal. Enfin on émit l’opinion la plus inquiétante : l’ambition de quelques Indiens nobles et orgueilleux qui voulaient être nommés caciques et capitaines des mitas* de Potosí serait cause de ce tumulte. Mais ces trois raisons étaient-elles sans doute valables.

  • 7 A.G.I. Lima 642.

5Le 26 février 1741, le même vice-roi rend compte au souverain d’un soulèvement indien fomenté par Juan Vélez de Cordoba à Oruro en Bolivie. Il y eut condamnation à mort et exécution immédiate7.

  • 8 A.G.I. Lima 541 Sec. Perú « ...que avía aparecido en el Pajonal un Indio que decía ser Ynga que ll (...)
  • 9 Id. « Es corriente que por el año de 729 à 730 vino el referido Yndio corriendo toda la sierra des (...)
  • 10 Id. « Su ánimo es-dice-cobrar la corona que le quitó Pizarro y los demás Españoles matando a su Pa (...)
  • 11 Id. « Mañana 3 de junio, llegaron los negros que fueron al Pajonal, el Congo y Francisco mui asora (...)
  • 12 A.G.I. Lima 541 « Viene este Indio que dice ser Ynga del Cuzco traído por el río llamado Tagualpa (...)
  • 13 Id. « ...y luego que acabe de juntar esta gente sube con ella a Quimiri en donde Ilamará a los ser (...)
  • 14 A.G.I. Lima 542 « Llama a todos los Yndios Amages, Antes, Conivos, Setibos, y Simirinches, y ya lo (...)
  • 15 Id. « ...todos clamando que no quieren padres, que no quieren ser cristianos e instándoles a que l (...)

6Si, en 1744, le vice-roi disait au souverain que les missions du Cerro de la Sal étaient perdues en partie à cause d’un imposteur qui se disait Inca, dès 1742 apparaissait dans le Gran Pajonal un indien qui cherchait à rallier tous les gens de la montagne en se disant leur roi8 et les officiers de Pasco affirment, le 14 mai 1744, que dès 1729 cet indien parcourait toutes les cordillères de Cuzco à Caxamarca en déclarant aux caciques et aux gouverneurs qu’il était descendant légitime des Incas9. Ils les avertissait qu’un jour il les convoquerait tous pour se lancer à la reconquête de son royaume « car il avait l’intention de récupérer la couronne que lui avait volée Pizarre et les autres Espagnosl en tuant son père (c’est ainsi qu’il appelait Je dernier empereur) dont ils envoyèrent la tête en Espagne... »10. Il tint parole puisqu’en 1742, les Indiens des missions du Pajonal se rendaient en masse à son appel sans s’occuper des injonctions des missionnaires. Le 3 juin, deux noirs, Francisco et el Congo, revinrent terrifiés du Pajonal, porteurs du message de l’Indien11 Celui-ci était originaire du Cuzco où il avait laissé trois frères, dont deux plus jeunes que lui ; un curraca simirinche appelé Loisabequi le guida sur le fleuve Tagualpa. L’imposteur était âgé d’une trentaine d’années et déclarait avoir voyagé en Angola, et au Congo, avoir pris contact avec les Anglais qui lui promirent leur aide. Il venait rassembler ses gens sur l’ordre de son frère aîné. Il affirmait qu’il ne voulait pas introduire d’autre loi que celle des pères qui était à ses yeux la véritable12. Il demandait d’ailleurs instamment au père Fray Manuel del Santo de se rendre près de lui sans escorte pour écrire de sa part au vice-roi et lui réclamer sa couronne que sinon il reprendrait par la force13. Il parlait les langues « serrana, Ande y Española »... Il faisait appel aux tribus les plus redoutables : Amages, Andes, Conivos, Setibos, Simirinches... La plupart étaient déjà prêtes à lui obéir14. Cet étrange personnage était un indien des plateaux (Indio Serrano) ; il interdisait à ses gens de maltraiter les noirs et réprimendait ceux qui proposaient d’employer la violence15.

  • 16 A.G.I. Lima 542 « Hacen los Indios tanto cristianos como ynfieles, muchos bayles y estan mui conte (...)
  • 17 Id. « ...que sus vassallos se han acabado por los Españoles, pero que ya se acavaron obraxes, pana (...)
  • 18 Id. « ...y si los Padres no quisiesen asi que él traerá al obispo del Cuzco para que ordene destos (...)
  • 19 Id. « Del gobernador dice que vino a su montaña como puerco (son términos suios) espantando a sus (...)

7Indiens chrétiens ou infidèles fêtaient par des danses et des festins la venue de leur nouveau roi en qui ils voyaient le remède à tous leurs maux16. Il avait pour programme l’abolition des tissages, de l’esclavage, le renvoi des Espagnols qui avaient décimé les Indiens17. Seuls seraient admis les religieux qui leur enseigneraient la doctrine chrétienne ; au besoin, même, il ferait venir de force l’évêque du Cuzco afin qu’il ordonne des prêtres indigènes. Il réclamait l’abolition de la ségrégation18. Il dénonçait les abus des gouverneurs qu’il traitait de porcs, mais dès lors il n’y aurait, disait-il « pas d’autre gouverneur ni d’autre roi que lui... »19.

  • 20 Id. « que en este mundo no ai mas que tres reynos : España, Angola y su reyno, y que él no ha ido (...)

8Sa conception du monde semblait assez limitée ; il déclarait que seuls trois royaumes existaient : l’Espagne, l’Angola et le sien que les Espagnols lui volèrent ; mais le règne de ceux-ci était terminé tandis que le sien commençait20.

  • 21 Id. « ...masca mucha coca y embia recados a los pueblos para que le lleven y él de ella reparte a (...)
  • 22 Id. « Es Indio serrano, bestido con cusma* no más ».
  • 23 A.G.I. Lima 542 « ...que no se admiren de verle pobre pues todo se lo han robado ; pero que tiene (...)
  • 24 Id. « ...y sacando un crucifijo de plata que trae al pecho les dijo que por aquel Christo les pedí (...)
  • 25 Id. « ...ya esta aora en Quisopango en donde manda que se junten todos ».

9Ce jeune et mystérieux indien, le « Rebelde », mangeur de coca21, caudillo au cœur noble, ralliait les foules des Andes par ses discours, ses promesses, son prestigieux titre de roi. Vêtu fort simplement d’une pièce d’étoffe22. il déclarait que son dénuement n’était qu’apparent ; les Espagnols lui avaient, certes, tout volé mais il possédait de l’or et de l’argent cachés ; on le verrait bien lorsqu’il aurait reconquis son royaume23 ! Il tint ainsi à Sabirosqui un long discours aux noirs éberlués en leur demandant de répéter ses paroles aux Espagnols sans rien y changer ce dont il les priait au nom du Christ d’argent qui pendait sur sa poitrine24. Il leur avait même révélé le lieu de son quartier général : le village de Quisopango où tous les Indiens devaient se rassembler25.

  • 26 Id. « Un negro se huyó de noche por la via de Quisopango y a este suplicó Santobancori que hablase (...)

10Les indigènes lui obéissaient et le craignaient. Un des noirs s’étant échappé une nuit, un certain Santobancori lui recommanda de parler en bien de cet indien afin que les Espagnols ne vinssent pas l’attaquer ce dont pâtiraient ceux qui l’avaient reconnu comme roi ; il régnait en maître dans le village et il était impossible de lui résister26.

  • 27 A.G.I. Lima 542 « Confirmamos las noticias [...] menos la resolución de vajar de los padres Fray M (...)
  • 28 Id. « Lo que se encarga es que no se ponga la menor duda en las noticias aqui expresadas y se part (...)

11Ce rapport fait par les pères Fray Manuel del Santo et Fray Domingo Garcia d’après le récit des noirs est suivi d’un postscriptum annonçant que les pères se voyaient contraints à se retirer à Quimiri en emportant les trésors des églises et des couvents tous les villages s’étant soulevés ; les indiens s’en, allaient avec leur femme et leurs enfants retrouver leur roi27. Les religieux demandent instamment que l’on remédie à cet état de choses ; le royaume, disent-ils, est en danger car, les Indiens sont décidés à obéir aveuglément aux ordres de leur nouveau chef28.

  • 29 A.G.I. Lima 541 « ...que de las caxas de Jauja y Pasco se subministren 6.000 pesos, y se remitan d (...)

12Quinze jours plus tard, le vice-roi donna ordre aux corregidores de Tarma et de Xauxa de prêter main forte au gouverneur de cette « frontière ». Puis le 12 juillet 1742, le vice-roi annonce au père commissaire que 6.000 pesos des caisses de Pasco et de Xauxa seront utilisées pour la défense ainsi que cent bouches à feu et la poudre nécessaire... la chasse à l’homme est alors commencée. Le 6 août le corregidor de Huanuco est payé de l’expédition ; on exhorte ceux de Tarma et de Xauxa à faire vite et à capturer dès que possible le rebelle29.

  • 30 A.G.I. Lima 541 « El dho levantado asomó a la salida de la montaña y seja (sic) de la Sierra dos a (...)
  • 31 Id. « ...que estando encargado infinitas veces el buen tratamiento de los Yndios por V.Mag. [...] (...)

13Les oficiers de Pasco demandent, dès mars 1744, qu’une forteresse soit construite dans le Gran Pajonal. Ils affirment aussi que le métis soulevé était apparu à l’orée de la montagne environ deux ans et demi auparavant accompagné d’infidèles qu’il avait rassemblés, et avait alors réduit à l’obéissance certains indiens chrétiens par la force et la peur ; que plusieurs indiens des corregimientos frontières s’étaient enfuis pour se joindre à lui30. Et les officiers de rappeler que malgré les décrets royaux, les Indiens ont été et sont si maltraités qu’ils fuient en masse vers les terres infidèles, proie bien facile pour le chef rebelle31.

2. Montée des périls

14Désormais la peur jusqu’alors plus ou moins latente chez les Espagnols devient une véritable obsession. Ils craignent que cette rebellion ne s’étende au-delà des zones de missions. La contagion, la propagation de cette fièvre leur est incontrôlable. Le rebelle de la montagne est chez lui ; son domaine, c’est ce monde inconnu et tourmenté des Andes qui effraie bien des Espagnols. Cet être insaisissable qui mina patiemment et secrètement les missions et les zones infidèles les plus proches des chrétiens, où s’arrêterait-il ? Les Espagnols se sentent traqués dans ces régions qui en fait ne leur appartiennent pas. Des maladresses sont commises. En avril 1744 le bruit court à Cuzco qu’une insurrection est prévue pour le Vendredi Saint. L’évêque bien qu’incrédule prend les précautions nécessaires : il dispose des rondes de nuit sous prétexte que des vols ont été commis ; les routes sont surveillées les nuits de mardi, mercredi, jeudi et vendredi. Tout est calme.

  • 32 A.G.I. Lima 526 « Aunque nuanca le dí tal ascenço [...] por no benir fundamentada dha noticia, nun (...)
  • 33 Id. « Lo executaron asi con tan poca precaución y silencio que luego se publicó que era por traedo (...)
  • 34 Id. « El alboroto que hubo aquellos dias mas lo ocasionaron los soldados y cabos que los mandavan (...)

15Les indiens se montrent plus dévots que jamais32. Malheureusement l’armée fut en cette occasion fort maladroite : le colonel don Miguel de Thorrejon ayant appréhendé le dimanche de Pâques un étranger qui se prétendait français il fit également arrêter les caciques de la ville en les accusant d’être complices de l’indien rebelle de Tarma ; cette nouvelle et la présence des troupes mirent la ville en émoi33. L’évêque fit relâcher les caciques qui lui demandèrent protection et déclara que cette fois le tumulte était dû aux soldats et non aux malheureux indiens. Mal conseillé, le corregidor voulut arrêter à nouveau les caciques qui affirmèrent à l’évêque être prêts à mourir pour prouver leur loyauté et que jamais ils ne trahiraient leur roi Philippe V34. Il fallut ensuite remédier aux dommages causés non par les indigènes mais par les soldats de la garnison qui volaient pour vivre et nourrir leur famille.

  • 35 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Mi dictamen al principio de que se sigilase esta noticia y no se publi (...)
  • 36 Id. « ...no ha hallado mi cuidadoso desvelo por mas que lo he procurado inquirir et más leve indic (...)

16L’évêque déplore cette maladresse, ce bruit fait autour d’un incident bénin, car dit-il, les indiens de Cuzco se sont ainsi rendu compte que les Espagnols les craignent et les croient capables de se soulever35. Peu après il entreprit de visiter les provinces de Paucartambo, Calca, de la vallée de l’Urubamba, et d’Abancay. Il déclare, le 12 juin 1744, n’avoir pas trouvé le moindre indice d’esprit de révolte chez les pauvres Indiens de son diocèse36, mais avoir recueilli de nombreuses plaintes dues aux mauvais traitements qui les obligent à fuir dans les montagnes.

  • 37 A.G.I. Lima 642 « Afin que su aprensión pudiesse sosegar aquellos pueblos que con facilidad nacida (...)
  • 38 A.G.I. Lima 642 « Subsitían en el Perú los recelos de algunas provincias de Indios que se avían le (...)

17La peur ne disparaît pas pour autant : il y eut quelques escarmouches dans les zones montagneuses mais le rebelle demeure insaisissable, son domaine, inviolable37 : il se retranche au-delà des missions dans des régions totalement inconnues des Espagnols. La peur est si grande qu’on en parle dans les royaumes voisins : le 15 mai 1744, le vice-roi de Nouvelle-Grenade affirme « que l’on craint encore au Pérou quelques factions d’Indiens soulevés sous le commandement d’un métis qui se disait descendant des anciens Incas et restaurateur de la liberté de tous les Indiens qui persuadés de tout cela s’étaient insurgés sans que les soldats dépêchés par le vice-roi aient suffi à les neutraliser ; ce dernier mouvement inattendu promet de coûter au vice-roi bien du souci et de l’argent... »38.

  • 39 Id. « ...que cada día se iba aumentando el partido de aquel caudillo rebelde de suerte que el meno (...)

18Ce dernier déplorait, en juin 1743, le triste était auquel te royaume était peu à peu réduit : « les partisans de ce caudillo rebelle sont de jour en jour plus nombreux ; le chiffre le moins élevé que l’on avance est celui de 5.000 indiens armés ; l’insurrection commencée dans les missions franciscaines de Xauxa se propagea à celles de Tarma et l’on craint beaucoup que la perturbation ne devienne générale dans le royaume »39.

  • 40 Id. « ...quando solo distaban de su capital quarenta o cinquanta leguas y que la osadía de los Ind (...)

19L’angoisse est d’autant plus grande que les Indiens avaient attaqué une forteresse distante d’une cinquantaine de lieues de la capitale et gardée par soixante-dix hommes sous les ordres de don Fabricio Bartoli. Ils le surprirent une nuit, l’égorgèrent, lui et ses hommes, et se présentèrent au matin devant un autre fort commandé par don Benito Troncoso en brandissant les vêtements ensanglantés des victimes40. Le vice-roi insiste sur l’affliction et l’inquétude générales.

  • 41 A.G.I. Lima 642 « Tengo participado a V.Ex hallarse en tranquilidad la provincia de Tarma con la r (...)
  • 42 Id. « Este pais se halla con serenidad [...] solo no ha alcanzado el fusil a encontrar al Rebelde (...)

20L’affaire est grave et le gouvernement essaie d’y remédier. Un nouveau vice-roi Joseph Manso remplace le vieux marquis de Villa Garcia âgé de soixante-quinze ans, malade et sourd. Le nouveau représentant du roi écrit à celui-ci, le 18 janvier 1746, que la province de Tarma est apaisée ; le rebelle s’est retiré dans ses montagnes. Dès que la mauvaise saison sera terminée, il enverra des troupes pour capturer ce caudillo41. Six mois plus tard, le 12 août, le même vice-roi déclare que le royaume est en paix mais que le rebelle aux repaires impénétrables est demeuré introuvable. Cependant son prestige a bien décru : « ce tocsin trouve désormais bien peu de résonnance parmi ces gens-là »42.

3. D’Atahualpa à Tupac Amant

21Alfred Métraux dans son livre sur les Incas affirme que : « La première révolte sérieuse éclate en 1737 et s’étend sur dix-sept provinces. Elle est durement réprimée. L’année suivante, une conjuration est dénoncée à Oruro. Un métis, prétendu descendant des Incas la dirige avec l’intention de restaurer l’Empire. Vers le milieu du siècle, un certain Santos, élève des jésuites, qui assurait avoir voyagé en Europe et en Afrique, réussit à soulever les tribus des Indiens campas et ameshas, parmi lesquels les franciscains avaient établi de florissantes missions. Les Indiens qui se révoltèrent à la voix de ce mystérieux personnage, n’avaient pas été soumis par l’Inca et vivaient en dehors des limites du Tahuantinsuyu. Santos ne s’en proclama pas moins Inca et, troquant son nom contre celui d’Atahuallpa, prit le titre d’Apu-Inca. Aucune expédition ne parvint à se saisir du rebelle, qui s’enfonçait dans la forêt chaque fois qu’une action était dirigée contre lui.

  • 43 Métraux Alfred : Les Incas, page 170.

22L’agitation provoquée au Pérou par la révolte de Santos Atahuallpa amena les caciques du Cuzco à s’interroger sur leurs responsabilités. C’est alors qu’aurait pu se former l’idée d’une insurrection destinée à la restauration de l’Empire. Un moine franciscain, descendant par sa mère de l’empereur Topa-Yupanqui, prêcha la modération, et proposa de porter devant la Couronne d’Espagne la cause des Indiens opprimés. Il rédigea un mémoire intitulé : « La représentation véritable et l’exclamation humble et lamentable que la nation indienne fait à sa Majesté ». Il fit publier son texte à Lima et, muni de ses exemplaires, réussit, trompant la vigilance des autorités espagnoles, à s’embarquer à Buenos Aires, pour l’Espagne. Par un acte d’audace assez remarquable, il jeta dans le carrosse royal un exemplaire de son opuscule. Le roi en prit connaissance ainsi que le Conseil des Indes. L’impression qu’ils reçurent fut favorable, mais leurs bonnes intentions se perdirent une fois de plus dans les sables de la bureaucratie »43.

  • 44 A.G.I. Lima 541.
  • 45 Id. « ...el Indio levantado llamado Pablo Chapi, que con nombre de Ynga Guaynacapac ».
  • 46 Métraux Alfred : Les Incas, page 171.

23Nous n’avons pas trouvé dans les documents concernant notre rebelle ce nom de Santos ; il s’agit vraisemblablement du même ; il se faisait en effet appeler Atahuallpa44. Mais le Révérend père Mathias de Velasco commissaire général des franciscains aux Indes le cite sous le nom de Pablo Chapi45. Cet Indien échappa donc toujours à la vengeance des Espagnols. Si, comme l’affirme le vice-roi Manso, cette cloche ne trouvait plus guère d’écho au milieu du siècle parmi les "populations indigènes, son exemple avait cependant semé dans ce monde sévère et inquiétant des plateaux la graine de haine et de révolte qui éclata à la fin du siècle, avec la terrible insurrection de Tupac Amaru II : « Les Espagnols ne se sentirent sérieusement menacés que par la révolte déclenchée par un curaca, José Gabriel Condor Canqui (1780-1781), plus connu sous le nom de Tupac Amaru II, qu’il prit en souvenir de l’Inca décapité en 1572 et dont une fille avait épousé un de ses arrière-grands-pères. José Gabriel, qui prétendait au titre de marquis d’Oropesa, était un représentant typique de la classe indienne la plus privilégiée. Relativement riche, il avait reçu une bonne éducation et maintenant d’excellentes relations avec les autorités coloniales. Aucun motif personnel ne semble l’avoir poussé à prendre la tête de la plus formidable jacquerie que les Espagnols eurent à affronter depuis le soulèvement de Manco-Capac. Seules la pitié et la colère semblent l’avoir jeté dans la rebellion. Depuis longtemps, José Gabriel s’était intéressé au sort de ses sujets indiens et avait essayé d’obtenir la suppression des abus dont ils souffraient. A-t-il jugé que ses démarches n’aboutiraient pas et, exaspéré par les excès des coregidores, a-t-il cédé à un accès de rage aveugle ? Le fait est qu’il donna le signal de la révolte en faisant pendre un corregidor espagnol particulièrement détesté. Soixante mille paysans indiens le suivirent, mais Tupac-Amaru n’était ni un stratège, ni un politique. Il ne sut pas tirer parti de sa supériorité numérique et de l’effet de surprise qui lui avaient valu quelques victoires initiales. Il fut finalement battu par des troupes espagnoles mieux équipées ; capturé, il fut condamné à être torturé, puis écartelé sur la grande place de Cuzco »46.

24Ce fut le dernier et douloureux sursaut de la souffrance indienne. Cuzco fut témoin de ces deux tragédies, de la résistance farouche et désespérée de Manco Capac, de la passion de Tupac Amaru. Capitale déchue, elle semble avoir été condamnée à être le théâtre de la longue agonie de son peuple.

Notes

1 A.G.I. Lima 176 « El Conde de Lemos le nombró por juez pesquisidor general en todo el Reyno del Perú para la averiguación de las sediciones y fumultos que en él hubo ».

2 A.G.I. Lima 642 « No ha sido de corto momento el (cuydado) de los acaecimientos de la provincia de Azangaro, y commozión de sus naturales, principalmente los del pueblo de Asillo ; pertenecen estos a la juridicción del obispado del Cuzco, y tienen la común nota de ser de genios inquietos y dispuestos a alterarse con facilidad ».

3 Id. « Despues de varios disturbios que tuvieron los Indios que havitavan las estancias de ganados de aquella serranía, se avían juntado el día veintecinco de Mayo en más númro de quatrocientos y acometidos armados al pueblo de Asillo a fin de expulsar con violencia al cura de la doctrina Doctor Don Manuel de Arroyo y otros sacerdotes que le acompañaban... ».

4 Id. « ...proveí decreto mandando que el corregidor congregase a los Indios del pueblo de Asillo en la forma acostumbrada y les hiciese saver que aunque sus graves delitos no los hacian dignos de que se les tretase con piedad usando de ella, venia por entonces en aprovar el indulto y perdón que les avia concedido, y que les aperciviese seriamente que si bolbiessen a incurrir en ello, o hiciessen el menor movimiento serían severamente castigados con el mayor rigor de las penas hasta la del último suplicio sin oirlos, ni admitirles disculpa que les diesse esperança de que se bolbiese a practicar con ellos alguna equidad, y que el corregidor y theniente estuviesen a la mira por darme cuenta de la más leve alteración y que se llevase a debido efecto su merecido escarmiento ».

5 A.G.I. Lima 642 « ...y cuando esperaba que esta templada providencia produgesse los buenos efectos a que se dirigió, me halle con nuevos autos que metitió el referido corregidor en que constaba que aviendo pasado al pueblo de Asillo el día 14 de octubre del mismo año de 736 a hacer saber a los Indios et indulto concedido, y apercevirlos como se les previno en el citado decreto y carta órden le recibieron con tumultuosa vocería y embistieron con tal ímpetu que sin embargo de la defensa que interpuso con las personas armadas que le acompañaban, se vió precisado a retirarse con dos de ellos heridos, y salvarse en la fuga que le fue dificultuosa por tenerles los Indios tomados los caminos con desenfrenada osadía, ocuparon las manadas pertenecientes a la yglesia y disiparon en mucho número, crecido cada día más su insolente atrevimiento... ».

6 Id. « ...y aunque ofrecieron con disimulada umilidad le enmienda con su genial inconstancia faltaron a cumplirlo, valiéndose de un afectado arrepentimiento siempre que los estrechaba el temor del castigo, y la persuación y amenaza del prelado ».

7 A.G.I. Lima 642.

8 A.G.I. Lima 541 Sec. Perú « ...que avía aparecido en el Pajonal un Indio que decía ser Ynga que llamaba todas las gentes de la montaña ».

9 Id. « Es corriente que por el año de 729 à 730 vino el referido Yndio corriendo toda la sierra desde el Cuzco hasta Caxamarca previniendo todos los caciques y gobernadores de los Indios que era el legítimo descendante de los Incas [...] lo que les asegura para que le ayuden con sus Indios en el intento quando desde la montaña en que se introduciría los avisase... ».

10 Id. « Su ánimo es-dice-cobrar la corona que le quitó Pizarro y los demás Españoles matando a su Padre (que así llama el Ynga) e inviando su cabeça a España ».

11 Id. « Mañana 3 de junio, llegaron los negros que fueron al Pajonal, el Congo y Francisco mui asorados y trabajosos con las novedades que el Ynga les dijo para que hablasen... ».

12 A.G.I. Lima 541 « Viene este Indio que dice ser Ynga del Cuzco traído por el río llamado Tagualpa por un curraca* Simirinche que se llama Loisabequi, y dice que deja en el Cuzco tres hermanos uno mayor que él otros deos menores y que él tendrá poco más de treinta años, que su casa se llama Piedra ( ?) [...] Dice que estuvo y viene de Angola y de los Congos que habló con los Yngleses con quienes dejó pactado que le ayudassen a cobrar su Corona por mar, y que él vendría por tierra recogiendo su gente para el fin de recobrar la corona, y que a ese fin le embiaron sus hermanos, principalmente el mayor a la montaña [...] Que él es bueno, que no intenta introducir Ley nueba, más que la que predican los Padres, que es la verdadera... ».

13 Id. « ...y luego que acabe de juntar esta gente sube con ella a Quimiri en donde Ilamará a los serranos sus vessallos para que le acompañen a la empresa, pero antes que vaya el Padre Fray Manuel del Santo, solo, que quiere que escriba al señor Virrey para que le restituya esto es su corona, y sino él la pasaría a tomar por fuerça... ».

14 A.G.I. Lima 542 « Llama a todos los Yndios Amages, Antes, Conivos, Setibos, y Simirinches, y ya los más los tiene juntos y obedientes a su voz ».

15 Id. « ...todos clamando que no quieren padres, que no quieren ser cristianos e instándoles a que les deje matar los Negros, para que ya tuvieron tres amarrados, cortando a una la cara con un cuchillo, que aun sin saberlo el Ynga que él a todo se opone y en hablándole de eso les riñe ».

16 A.G.I. Lima 542 « Hacen los Indios tanto cristianos como ynfieles, muchos bayles y estan mui contentos con su nuevo Rey, y dicen mil cosas contra españoles y negros, y ni de los padres hacen caso alguno, dandose mil parabienes de que ya hubiesse llegado el remedio de sus trabajos ».

17 Id. « ...que sus vassallos se han acabado por los Españoles, pero que ya se acavaron obraxes, panaderías y esclavitudes, pues no ha de permitir en su Reyno esclavo, ni las demas tiranías de los Españoles. Que aora han de venir Padres a la montaña a ensenar sus Indios, pero que no los han de acompañar negros ni viracochas ».

18 Id. « ...y si los Padres no quisiesen asi que él traerá al obispo del Cuzco para que ordene destos Indios para Padres, pues tambien entre los Negros ha visto él Padres negros con barbas largas diciendo misa [...] y que aunque no sean blancos como los Españoles bien pueden ser Padres y Sacerdotes ».

19 Id. « Del gobernador dice que vino a su montaña como puerco (son términos suios) espantando a sus Indios y llevándoles amarrados a fuerça y que ya aora no ai más gobernador ni rey que él ».

20 Id. « que en este mundo no ai mas que tres reynos : España, Angola y su reyno, y que él no ha ido a robar a otro su reyno y que los Españoles han venido a robarle el suyo. Pero que ya a los Españoles se les acabó su tiempo y a él le llegó el suyo ».

21 Id. « ...masca mucha coca y embia recados a los pueblos para que le lleven y él de ella reparte a los que no tienen ; dice que es yerba de Dios y no de brujos como dicen los viracochas* ».

22 Id. « Es Indio serrano, bestido con cusma* no más ».

23 A.G.I. Lima 542 « ...que no se admiren de verle pobre pues todo se lo han robado ; pero que tiene mucho oro y plata escondido, lo que luego que se coronase lo mifestaría, pero que no lo poseerían mas los Españoles ».

24 Id. « ...y sacando un crucifijo de plata que trae al pecho les dijo que por aquel Christo les pedía hablassen verdad y no añadiesen ni quitasen de lo que él decía y los despidió ».

25 Id. « ...ya esta aora en Quisopango en donde manda que se junten todos ».

26 Id. « Un negro se huyó de noche por la via de Quisopango y a este suplicó Santobancori que hablase bien de él. Que las cosas del mundo iban y venían, y que no fuesen a venir los Españoles a echarse por sobre este Ynga, luego diesen tambien sobre él porque lo admitía. Que él no lo admitía sino que ya él se había hecho Señor del pueblo, y que a tanto poder no le era posible resistir, que hablase bien del, que ya estuvo escamado de las pasadas ».

27 A.G.I. Lima 542 « Confirmamos las noticias [...] menos la resolución de vajar de los padres Fray Manuel y Fray Domingo por no contravenir a las órdenes del Reverendo Padre Presidente de Quimiri, antes de común consentimiento de los tres aqui firmamos determinamos retirarnos hasta Quimiri con todas las alhaxas de las Yglesias y combentos porque la gente de todos los pueblos esta toda levantada, pues sin hacer caso de lo que los Padres les mandan vajan desalados Ilebándose a sus mugeres e hijos en busca de su nuebo Rey o Ynga... ».

28 Id. « Lo que se encarga es que no se ponga la menor duda en las noticias aqui expresadas y se participen para que se den las providencias necesarias y que en ningún tiempo ni se diga ni menos suceda que por omisión de los combersores, se pierdan las conversiones y acaso el Reyno, y no tengo esta resolución por ligera porque esta la gente en estado de que a la menor insinuación ovedece las órdenes de su nuebo Rey ».

29 A.G.I. Lima 541 « ...que de las caxas de Jauja y Pasco se subministren 6.000 pesos, y se remitan de la Real Sala de Armas cien bocas de fuego y la pólvora necesaria para que los corregidores de Tarma y Guanuco con acuerdo de los gobernadores de las fronteras determinen y observen los medios mas promptos y oportunos que aseguren el sosiergo de ese movimiento con la aprensión de dho Indio ».
— « ...que los 6.000 pesos destinados para la entrada a la montaña de los Andes contra el Indio Rebelde que la inquieta se den a los corregidores de esa provincia de Tarma y supenda concurrir el de Huanuco a las juntas de la expedición, y que esta se adelante todo lo posible logrando lo favorable de el tiempo y procurando cortar los pasos, y aprehender al Rebelde ».

30 A.G.I. Lima 541 « El dho levantado asomó a la salida de la montaña y seja (sic) de la Sierra dos años y medio a poco mas o menos con los Indios Infieles que su engaño pudo recoger en que no se duda gastaría algún tiempo anterior para reducirlos, y hazer las prehensiones de su salida, y que asi mismo vino agregándose con el temor y la fuerza los Indios reducidos y cristianos que en las partes más internas de la montaña estaban convertidos, como tambien lo ha conseguido con los demás que avitaban hasta la salida y con novedad tan divulgada, algunos Indios serranos sujetos a los Corregimientos inmediatos se han huido y hecho a su partido ».

31 Id. « ...que estando encargado infinitas veces el buen tratamiento de los Yndios por V.Mag. [...] se experimentan las más injustas continuas crueldades de quienes debieron ser mas piadosos y dar el mejor exemplo ; y con esta noticia huyen del benigno yugo de V.Mag. y se entregan a la torpeza irracional de otros, por no padecer, no allando por ningún camino su alivio ».

32 A.G.I. Lima 526 « Aunque nuanca le dí tal ascenço [...] por no benir fundamentada dha noticia, nunca se devió despreciar en cuyo supuesto fui de parecer que con toda sagacidad prudencia y silencio se dispusiesen rondas por toda la ciudad y sus aravales, para descubrir si avía algunas juntas de Indios, que para semejantes empresas no podian dejar de tener sus juntas u borracheras ; y asimismo selar (sic) las entradas de los caminos para reconocer si de las Provincias vecinas, venían algunos que pudiessen ser indicio de socorro o prevención para el intento ; [...] en todas la noches del martes, miércoles, jueves y viernes santo, no se halló el mas leve indicio en los Indios, antes si una asistencia mui puntual a sus Yglesias ».

33 Id. « Lo executaron asi con tan poca precaución y silencio que luego se publicó que era por traedores y porque tenian correspondencia con el Indio Revelado de Tarma, con cuio hecho y el de aver aquartelado las compañias fue tal el alboroto que se conmovió en la ciudad que aseguro a Vuestra Excelencia que me dió mucho cuydado ».

34 Id. « El alboroto que hubo aquellos dias mas lo ocasionaron los soldados y cabos que los mandavan y la gente popular que los pobres Indios inocentes, porque estos ni noticia tenian la mas leve de tal impostura ».
— « ...que asi ellos como todos lesos indios primero perderian las vidas mil veces que faltar en un punto a la lealtad que deven tener a su Rey y Señor Phelipe Quinto a quien únicamente conocían por su senor natural ».

35 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Mi dictamen al principio de que se sigilase esta noticia y no se publicase fue dirigido a que no viniesen ellos en el conocimiento de lo que se recelaba, y que con esta noticia se les abría los ojos a que pudiesen pensar eran capaces de executarlo : todo eso me motivó a que encargase que las rondas [...] fuesen con el pretexto de algunos ladrones ».

36 Id. « ...no ha hallado mi cuidadoso desvelo por mas que lo he procurado inquirir et más leve indicio de infidelidad en los pobres Indios ; solo si un clamor universal de las tiranías y violencias y rigores con que los tratan [...] de que resulta que muchos se ausentan con su familia y se entran en las montañas ».

37 A.G.I. Lima 642 « Afin que su aprensión pudiesse sosegar aquellos pueblos que con facilidad nacida de sus bárbaros genios se revelan contra los religiosos de las Doctrinas, y vuelven a su infidelidad, siendo impracticable aprisionarle por la seguridad que le daria (el progreso) y lo fragoso de las montañas no descubiertas ni transitadas, hasta aora quedandose expuestas las conversiones a continuos movimientos ».

38 A.G.I. Lima 642 « Subsitían en el Perú los recelos de algunas provincias de Indios que se avían levantado al abrigo de un mestiço que se ha fingido descendante de los Antiguos Incas y restaurador de la libertad común de aquellos Naturales que, persuadidos de este deseo se havian puesto en estado de défensa, sin que hubiese sido bastante a sujetarlos la gente que el Virrey del Perú avia destacado y que le sería a este de grande cuydado y gasto aquel impensado movimiento ».

39 Id. « ...que cada día se iba aumentando el partido de aquel caudillo rebelde de suerte que el menos número de gente que unos computan era el de 5.000 Indios armados, y que habiéndose comenzado el levantamiento en las montañas o misiones de Religiosos de San Francisco de la provincia de Xauxa, se había sublevado tambien la de Tarma que era inmediata y una de las que siempre avía reconocido la obedencia a los corregidores, y que a esta semejanza se temía que las otras provincias se commoviesen y fuese casi general la conturbación de aquel reyno... ».

40 Id. « ...quando solo distaban de su capital quarenta o cinquanta leguas y que la osadía de los Indios tuvo aliento para atacar un fuerte que se havía construído en sus fronteras y tenía de guarnición setenta hombres al mando de Don Fabricio Bartoli, et qual sorprendieron una noche y le pasaron a cuchillo con toda su gente de que quedaron tan complacidos y arrogantes que la mañana siguiente se presentaron con las ropas ensangrantadas de los difuntos al trente de otro fuerte que cubría Don Benito Troncoso, provocándole con dicterios y acciones... ».

41 A.G.I. Lima 642 « Tengo participado a V.Ex hallarse en tranquilidad la provincia de Tarma con la retirada del Indio Rebelde a la montaña a ochenta leguas de distantes, y que sólo aguardo el fin del mes de maio, que cesen las aguas para que la tropa mandada por Don Joseph Hamaes execute la entrada si antes no se consigue dar fin a los intentas del Rebelde, con su muerte o fuga, por medio de algunos de sus mismos confidentes, y de otros caciques confinantes encargados de practicar las diligencias conducentes a este asumpto ».

42 Id. « Este pais se halla con serenidad [...] solo no ha alcanzado el fusil a encontrar al Rebelde de las montañas de Tarma por las más eficaces diligencias practicadas, pues son sus retiros impenetrables. Ha descaecido su séquito y practicamente (se harán) cuantas diligencias sean dables por romper este caccabel que ya tiene poco sonido entre estas gentes ».

43 Métraux Alfred : Les Incas, page 170.

44 A.G.I. Lima 541.

45 Id. « ...el Indio levantado llamado Pablo Chapi, que con nombre de Ynga Guaynacapac ».

46 Métraux Alfred : Les Incas, page 171.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540