Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Cinquième partie. Le heurt des deux masses

Chapitre I. Une société corrompue

Texte intégral

« ...y que despedazaban el ganado los mismos que lo habian de guardar ».
Cervantes
(El coloquio de los perros)

  • 1 A.G.I. Lima 527 « ...que los Negros y Negras de las Yndias occidentales anden vestidos contra el a (...)
  • 2 Jaime Vicens Vives : Historia social y económica de España y América, Tome IV.

1L’argent et la corruption règnent en maître sur ces terres Dans toutes les classes sociales le vice est trop souvent toléré. C’est un fait alors général en Amérique espagnole. La cupidité, l’orgueil font commettre à certains des crimes odieux ; la misère en conduit d’autres à la déchéance. C’est pourquoi le 2 décembre 1674 le roi ordonne que les Noirs ne sortent pas nus ou à demi1 ; que les esclaves noires ne sortent pas la nuit pour vendre des marchandises. Jaime Vicens Vives nous en donne la raison tristement simple : leurs maîtres les obligeaient à rapporter une certaine somme d’argent, les marchandises vendues ou non ; la mévente les obligeait alors à se prostituer2.

  • 3 A.G.I. Lima 537.
  • 4 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...reconociendo los inconvenientes que se seguían por la indecencia co (...)
  • 5 Id. « ...estando a la mira de que no aya estas juntas aquel dia ni otro alguno despues, sino que a (...)

2Pendant que corregidores et autres obligent les Indiens à acheter des outres d’eau-de-vie et à consommer dans leurs débits du vin qui souvent les rendent malades, le roi et les évêques essaient de lutter contre l’ivrognerie des indigènes. En 1716 le souverain interdit la fabrication d’eau-de-vie de canne à sucre (aguardiente de cana)3. En 1685 l’évêque déclare au roi, le 12 avril, qu’il a dû mettre fin à la coutume qui consistait à amener aux processions de la fête-Dieu les grandes croix et les statues de dix lieues à la ronde, en raison de « l’indécence avec laquelle elles étaient transportées par les sacristains indiens qui généralement non seulement les maltraitaient, mais encore, la cérémonie terminée, les introduisaient avec eux dans les tavernes où ils s’enivrent ; il arrive qu’on les vole ou qu’eux même les jouent... »4. Le 31 août, le roi ratifie cette mesure. Le jour de la Saint-Jacques donnait également lieu à de semblables beuveries. Chaque année un « alférez » indien élu par la ville promenait l’étendard royal à travers les rues la veille et le jour même de la fête. Celui-ci avait coutume de régaler ensuite toute la population espagnole et indienne ; ces banquets coûteux — qui souvent tournaient à l’orgie — le ruinaient et le couvraient de dettes ; l’évêque propose d’interdire de telles réunions5.

  • 6 A.G.I. Lima 174 Sim. Ecl. « ...y lo que en qualquier caso ofrece maior ponderación es ver que para (...)

3Si les Indiens oubliaient leur misère dans cette autre misère qu’est l’ivresse, ceux qui étaient en grande partie responsables de leurs maux se vautraient souvent dans les vices les plus ignobles. La persécution du docteur Marcotegui de Quiquixana, le procès du marquis de Valleumbroso nous en ont donné quelques exemples. La cupidité était le pire des vices ; c’est elle qui anéantissait les. malheureux Indiens par les ventes forcées ; c’est elle qui rendait toutes les charges vénales et confiait aux plus offrants des postes qui leur imposaient des devoirs qu’ils étaient incapables de remplir. Le 12 septembre 1685 don Miguel Aincidelgui Oroz écrit au vice-roi duc de la Palata qui l’a chargé de vérifier les comptes de la caisse du Cuzco : « il est regrettable de voir qu’alors qu’on exige pour exercer en tant que patron n’importe quel métier manuel des années d’apprentissage et des certificats, pour d’autres aussi importants et lourds de responsabilités que celui d’officier royal qui honore du titre de serviteur du roi, d’administrateur absolu de ses finances... on juge les sujets aptes, dignes, intelligents, experts, s’ils versent simplement 4.000 ou 6.000 pesos, sans que leurs origines, leurs aptitudes, leur qualités soient examinées ; la plupart d’entre eux peut-être ne sont jamais entrés, dans les caisses royales, en ignorent tous les ressorts, le maniement, les obligations.... Cette dispense est très préjudiciable et sera cause de la persistance des fraudes et des abus dans ce royaume... »6. Le vice-roi ayant fait la sourde oreille à ces remarques, l’auteur en envoya une copie au souverain.

  • 7 Id. « ... la causa de aver hecho el arçobispo Virrey esta novedad procedió de aver dado el corregi (...)

4Les vice-rois ne semblent pas toujours dignes d’éloges. Le même don Miguel de Aincildegui accuse l’archevêque vice-roi Melchor de Liñán d’avoir, en vue d’intérêts particuliers, changé le mode de vente des produits aux Indiens. Ceux-ci les achetaient depuis les ordonnances de don Francisco de Toledo à prix fixe. En 1679 l’archevêque décida que les marchandises seraient vendues aux enchères ; les corregidores avaient évidemment de leurs hommes qui faisaient monter les prix. Les Indiens s’endettaient. L’Etat y perdait mais corregidores et autres s’enrichissaient. Or le bruit courait que « le vice-roi avait introduit cette nouveauté après avoir donné le corregimiento de Lampa a don Bernardo de Quiros, un de ses serviteurs marié à une fille de l’oidor don Juan de Penalosa et apparenté à trois ministres, afin d’augmenter ses bénéfices7. Cette mesure fut ensuite étendue aux quinze autres corregimientos du Cuzco. L’évêque en 1690 protesta contre un tel abus.

  • 8 A.G.I. Lima 345 Sec. Perú « ...un vecino de la ciudad de Huanuco representó a V. Mag. el mal gobie (...)
  • 9 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Constándome ser uno de los grandes virreyes que V.Mag. ha tenido en es (...)

5En 1706 le Conseil des Indes rend compte au roi d’une lettre d’un particulier de Huanuco qui dénonce les abus et le mauvais gouvernement du comte de la Monclova8. Pourtant en 1695 don Manuel de Mollineda le loue pour sa charité : lors de l’épidémie de rougeole, il avait fait imprimer des ordonnances médicales et les avait fait distribuer dans le royaume ce qui contribua à enrayer le mal. De même, au cours des tremblements de terre qui ravagèrent Lima et sa région, son attitude fut, dit-il, digne d’éloges. C’est à son avis « un des grands vice-rois à qui Votre Majesté confia ce royaume »9.

  • 10 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « El virrey pues sale con su mujer i familia a una casa mui particular d (...)

6Don Sancho Cabrera y Andrade s’indignant en 1704 de la cupidité du vice-roi ajoute un détail assez étrange : « le vice-roi, écrit-il, se rend avec son épouse et sa famille chez une femme fort bizarre, boulangère, appelée dona Clara, mariée à un fabricant de cordes de guitare pour y assister à une représentation qu’elle donne chaque année, avec ce qu’elle vole en falsifiant le poids des pains et en frustrant les pauvres ; cette comédie est représentée par des acteurs noirs et mulâtres... Monsieur, c’est apparemment peu de chose mais en réalité bien inquiétant qu’un noir de Casta Mina, étant décédé, il soit enterré avec sceptre et couronne par ordre du vice-roi, et accompagné de plus de mille noirs de son pays endeuillés et armés la plupart de mousquetons et d’arquebuses au grand scandale de la ville mais non du vice-roi qui sortit voir le cortège passer devant son palais pour se rendre au couvent de la Merci où le mort fut enseveli... »10.

  • 11 A.G.I. Lima 433 « Hace quatro años que no ai pagamento para los soldados del Callao, y quatro mese (...)
  • 12 Id. « ...nunca a estado el Reyno en tal disposición para entregarse, perderse i venderse, como lo (...)

7Par contre, il y a quatre ans que les soldats du Callao n’ont pas touché leurs solde et depuis quatre mois il n’y a plus un denier dans les caisses de secours qui leur sont réservées11. Pendant ce temps un important commerce de contrebande de tissus permit à un navire français d’emporter plus de 4.000.000 de pesos en barres d’or et d’argent brut, ce qui coûta au trésor royal plus de 200.000 pesos de quintos, et le rapporteur de conclure amèrement : « jamais le royaume ne fut aussi prêt à se livrer, à se perdre, et à se vendre... »12.

  • 13 A.G.I. Lima 434 Sec. Perú « Las personas a quien se había concedido futuras de los oficios de los (...)

8Tous les ministres des plus importants aux petits fonctionnaires sont corrompus. Dans les provinces les corregidores font ce que bon leur semble. En 1700 les propriétaires descorregi mientos de Conchucos, Guarochiri, Othoca, Haullos, Chambivilcas, sont accusés d’avoir vendu à des prix très élevés (au total plus de 400.000 pesos) leur charge qu’ils ont acquise à des prix modiques ; les fonctionnaires honnêtes sont découragés par de tels abus13 !

  • 14 A.G.I. Lima 502 Sec. Perú.
  • 15 Id. « Se ha atribuido para los curas un derecho de soberanía disponiendo de su curato, y rentas po (...)
  • 16 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...porque los dhos curas ponen clérigos iliteratos e ignorantes por co (...)

9Les ministres de Dieu n’échappent pas, nous le savons, à la contagion. Ainsi en 1727 le vice-roi de Castelfuerte demande au roi de l’aider contre don Francisco Roldan évêque de Huamanga dont le caractère trop impétueux lui donne à lui seul « plus de soucis que tous les autres réunis »14 ; il s’était querellé avec tout le monde et voulait exercer tous les pouvoirs au mépris de toutes les lois15. Aux exemples déjà en vue s’ajoute une lettre de don Mathias de Lagunes oidor de l’Audience de Quito qui dénonce la négligence de certains prêtres ; le roi ordonne alors en 1685 que les accusés soient punis et que l’on suspende désormais le salaire de tout prêtre qui s’absenterait sans motif valable de sa cure. En outre les coadjuteurs devront être approuvés par l’ordinaire « car certains curés s’associent des clercs ignorants qui leur reviennent moins cher... »16. Dans les couvents, les choses ne vont guère mieux.

  • 17 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « ...no se permita corran los libros de istorias ni materias pertenecien (...)

10Le gouvernement tente d’enrayer cette corruption par des lois, dont certaines aussi inattendues que celle de 1743 qui interdit la circulation des livres d’histoire ou de « sujets touchant à ces royaumes »17 ; ou encore les lois 83, 84, 85 du livre I, titre 14 de la « Recopilación » qui sont rappelées en 1699 à l’évêque du Cuzco : les religieux défroqués doivent être renvoyés en métropole s’ils en sont originaires ; sinon ils devront être exilés des villes ou des. villages où ils reçurent les ordres afin d’éviter le scandale et le mauvais exemple.

  • 18 A.G.I. Lima 577 « ...en mi Consejo de Indias se ha entendido el descaecimiento de la puridad de la (...)
  • 19 A.G. I. Lima 308 Sim. Ecl. « En orden al remedio de los daños que causa en estas partes la profani (...)

11Le 19 juin 1709, le souverain demande personnellement au vice-roi duc de Linares de veiller à freiner la corruption qui fait ravage au Pérou depuis la vice-royauté du marquis de Casteldurrios18. Mais toutes ces mesures et bien d’autres restent inefficaces. Les abus continuent à être tolérés quand ils ne sont pas encouragés par les autorités ; si la corruption prend souvent à la cour vice-royale un aspect quelque peu frivole19 et donne parfois lieu à des incidents burlesques, les hautes terres semblent rendre le vice plus sinistre, plus inquiétant. On y voit quelquefois s’allier la ruse indienne à la cupidité espagnole. Ainsi dans le repartimiento de Anam Guanca, un des trois qui composent la province de Hatum Xauxa, le cacique-gouverneur don Carlos de Apulaya, indien astucieux et fort habile, s’était rendu célèbre dans le royaume par les fabuleux présents d’or et d’argent qu’il envoyait aux vice-rois, oidores, etc. Ce n’était certes pas son salaire de deux cents pesos qui le lui permettait. Un de ses gendres, indien noble de Huamanga, don Lorenzo Astucuri lui ayant succédé et ayant tellement maltraité les Indiens, ceux-ci le dénoncèrent au corregidor qui voulut alors l’arrêter. Mais il s’enfuit à Lima avec l’amant de sa belle-sœur l’espagnol Joseph de Amés ; exceptionnellement les pots-de-vin furent impuissants ; il fut dépouillé du caciquat et le corregidor don Fausto Antonio de Vega découvrit 417 indiens tributaires que la cacique n’avait pas déclarés. Non seulement il frustrait ainsi la Couronne mais encore brimait-il ces malheureux qui n’étaient pas pour autant exempts de tributs : au lieu des cinq pesos réglementaires le cacique en exigeait sept ainsi que deux poules, deux poulets, deux mesures de maïs et deux de blé chaque année. En outre certains indiens payant pour être dispensés du service de mita il exigea cette somme de tous, mitayos* ou non. Il bénéficiait ainsi de plus de 8.000 pesos annuels... Mais le corregidor suivant don Martin de Zamudio, s’allia à Joseph de Amés qui lui révéla les secrets, de la contrebande de tissus, de mules et d’eau-de-vie. Ils réussirent à faire redonner le caciquat à l’indien don Lorenzo Astucuri. Cette fois corregidor et cacique, de connivence, tentèrent de dissimuler à nouveau les 417 indiens tributaires en faisant croire à une erreur du précédent corregidor. Ils réussirent ainsi à obtenir qu’une nouvelle enquête fût ouverte et confiée... à don Martin de Zamudio !

  • 20 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Intentaron echarlos de sus doctrinas el Arçobispo avisado se opuso. Un (...)
  • 21 Id. « Consta entonces que aviendo muerte 14.000 Indios, estavan corrientes los antiguos tributos ; (...)

12Celui-ci commença en 1716 sa visite par la cure de Chupaca tenue par un prédicateur Fray Juan de Guesuraga Zugati qui s’opposa à cette machination et alerta ses confrères. On découvrit de la sorte 130 nouveaux indiens cachés ; le curé de Chongos pour sa part en découvrit 105, celui de Zicaya 43 ; au total 695 indiens tributaires qui payaient leur tribut non au roi mais au cacique furent ainsi trouvés... Le cacique insulta le curé qui s’en plaignit au corregidor ; celui-ci lui répondit ne rien pouvoir faire car le coupable détenait 80.000 pesos de mules et de tissus lui appartenant. La liste des indiens cachés fut présentée à l’archevêque vice-roi don Diego Morcillo Rubio y Aunon qui entreprit de tirer l’affaire au clair ; mais le prince de Santo Bono lui succéda, et l’argent judicieusement distribué par les coupables coupa court aux recherches. Ils tentèrent de faire exiler les curés qui leur avaient résisté, ce qu’ils finirent pas obtenir en 171720. Une querelle éclata entre archevêque, vice-roi et provincial. Les curés subirent les plus grandes vexations : dépouillés, de leur cure, ils furent exilés l’un au couvent de la Paz à trois cents lieues, l’autre à Cuzco à deux cents lieues et celui de Huanuco, trop âgé, fut envoyé à Huancavélica à vingt-cinq lieues seulement. Les deux premiers s’étant réfugiés à Lima dans le couvent des Augustins furent excommuniés ; ils menèrent alors une vie errante de couvent en couvent. En 1722 le roi exigea qu’une enquête fût ouverte sur cette affaire. Le corregidor Zamudio, moyennant des pots-de-vin, réussit à l’éviter. Le curé de Chupaca écrivit alors au souverain en 1723. Le corregidor don Francisco Ximénez enquêta : malgré la peste récente qui avait tué plus de 14.000 Indiens, les survivants couvraient encore à eux seuls les tributs par la couronne perçus avant l’épidémie et pouvaient pourvoir aux salaires des six curés du repartimiento21...

  • 22 A.G.I. Lima 306 « Es más reparable cada día el natural del corregidor por el poco respeto a las co (...)
  • 23 A.G.I. Lima 110 « ..siendo la más sensible en lo que nos asiste de católicos los ultrajes con que (...)
  • 24 A.G.I. Lima 306 « ...pues demás de la summa omisión que a tenido en la administración de la justic (...)
  • 25 A.G.I. Lima 110 « ...muchas veces a sucedido tener los alcaldes ordinarios dada sentencia de muert (...)

13A Cuzco la situation n’est pas plus brillante. Le marquis de Valleumbroso donne une idée de la moralité de ses habitants. Tous évidemment ne devinrent pas des tyrans, mais certains, comme le corregidor don Pedro Balbin dont tous se plaignent, provoquent des scandales. Cet homme quelque peu frondeur et anticlérical se tenait assez mal à l’église qu’il fréquentait d’ailleurs fort peu. Don Juan Fernandez de Guevara comptable des caisses royales rapporte en 1686 que « ... les vêpres terminées, le dimanche de Saint Lazare à la cathédrale, l’évêque et les prébendés passèrent du chœur à la chapelle principale et comme tout le monde se tenait prosterné pendant que l’officient continuait la cérémonie don Pedro Baldin dit que cela lui évoquait une danse de clowns. Il écoute la Passion assis et déclare que ce sont là des balivernes d’un autre âge ; il se moque de la Cène ; tout cela au grand scandale des catholiques »22. La même année le chapitre séculier dénonce son manque d’égards envers l’évêque : il s’arrange toujours pour venir en sens inverse du prélat et aux yeux de tous passer près de lui sans se découvrir23. On lui reproche de faire de la contrebande, de vendre la justice. Il traite tout le monde avec arrogance et méchanceté, et déshonore chacun en des termes injurieux ; il sème partout la zizanie. L’évêque l’accuse d’entretenir une liaison scandaleuse qui l’empêche de faire des rondes la nuit et le fait se lever à midi au détriment de l’administration et de la justice24. Les délinquants ont d’ailleurs beau jeu avec lui : la prison se trouvant dans sa propre maison, il advint plusieurs fois que les détenus s’échappèrent la nuit pour commettre d’autres larcins et rentrèrent à l’aube dans leur cellule. Par esprit de contradiction, il fait relâcher les criminels et si les alcaldes ordinaires prononcent une sentence de mort, il libère le condamné s’il veut bien payer25. Par contre, il traite cruellement les Indiens pour le moindre délit. On l’accuse même de complicité dans certains crimes : il donna le temps de s’enfuir à un assassin qui venait de commettre un meurtre sous ses yeux et une indienne fut poignardée à sa porte par un mulâtre : le corregidor témoin ne fit rien pour la défendre.

  • 26 A.G.I. Lima 535 Sec. Perú « ...y todo esto señor lo a causado la Alternativa por los sujetos que a (...)
  • 27 Id. « ...pues dicen que el Perú no toca a la monarquia de V. Mag. y que esta es la causa de averse (...)
  • 28 Id. « El padre Fray Marcos de Arcossa, siendo general escrivió a los Padres Provinciales de Europa (...)

14Dans les milieux ecclésiastiques la haine règne souvent et déchaîne parfois, nous le savons, de véritables révolutions. Un franciscain âgé de quatre vingts ans et malade, Fray Cristobal Dassa Davalos écrit le 28 novembre 1702 au roi que son ordre déplore le relâchement des mœurs dû aux commissaires envoyés d’Europe qui ne veillent qu’à leurs intérêts : « tout est dû à l’Alternative ; on a envoyé de métropole des sujets sans Dieu, sans religion et sans roi... »26. Il supplie qu’on leur donne des sujets désintéressés. Ceux qui arrivent, dit-il, déclarent que le Pérou n’appartient pas à la Couronne27. Le père Marcos de Arcossa aurait écrit aux provinciaux européens que l’occasion étant bonne pour écumer les couvents des frères dont les procédés étaient douteux, des indociles et des incorrigibles ; qu’ils pouvaient les dépêcher sous prétexte d’envoyer des missionnaires. En fait les missions ne les intéressent pas ; ils détestent la langue indigène et ils infectent l’ordre de leur ignorance et de leur immoralité28.

  • 29 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Esto es señor renovar el antiguo pleito y seguido con tanto empeño que (...)

15Le 12 janvier 1729, l’évêque Bernardo du Cuzco se plaint, au ternie d’une visite de son évêché, des abus commis par les visiteurs augustins dans les doctrines : « c’est, dit-il, renouveler l’ancien conflit qui opposa les ordres sacrés à la juridiction de l’évêque dans leurs cures »29.

  • 30 A.G.I. Lima 336 Sim. Sec. « Una noticia [...] a llegado de que públicamente corre y a corrido en e (...)

16Si encomenderos, corregidores et autres excellent dans l’art de la contrebande et des ventes forcées les Indiens savent parfois admirablement tromper les Espagnols. On découvrit en 1691 que de la fausse monnaie avait cours dans la ville depuis six ou sept ans30. On finit par arrêter une fillette indienne de cinq à six ans qui venait changer une fausse pièce dans une taverne. Elle avoua être envoyée par son oncle ; l’arrestation d’un garçonnet de neuf ans, son frère, confirma cet aveu. Le coupable, méfiant, s’enfuit mais fut retrouvé à la sortie de la ville. Une perquisition fit découvrir que ledit indien partageait une maison avec deux femmes dont on ne put démêler laquelle était son épouse légitime et laquelle, une présumée sœur. Il possédait en outre une pièce indépendante où il travaillait en secret ; on y trouva tout le matériel qui lui servait à la fabrication de ses fausses pièces admirablement imitées. Cet homme arrêté le 25 avril 1691 à six heures du soir s’appelait Asencio Quispe.

  • 31 A.G.I. Lima 526 « Las raices de todos los vicios que son la concupicencia de los oxos, la de la ca (...)
  • 32 A.G.I. Lima 526 « ...pero Dios es tan misericordioso en la dispensación de su providencia, que por (...)

17Le 24 avril 1729 l’évêque de Cuzco déclare : « les racines de tous les vices à savoir l’orgueil et la concupiscence des yeux et de la chair, sont d’autant plus profondes dans ces provinces qu’elles sont commandées par la racine de ces trois racines qui est l’insatiable appétit d’argent... »31. « Mais », ajoute-t-il, « la Miséricorde Divine y remédia en semant la pauvreté et la misère dans ces provinces »32.

  • 33 Id. « ...siendo la parte del mundo más inmunda en atrevimientos carnales ».
  • 34 Id. « Los seculares viven tan animosos y libres en desprecio de los eclesiásticos que el mas ruin (...)
  • 35 Id. « ...es tan vulgar como antiguo que los seculares se constituyan fiscales de los eclesiásticos (...)
  • 36 Id. « ...porque esta inundado de españoles y de mestiços ociosos [...] que en sus costumbres son r (...)
  • 37 Id. « ...allo decir con verdad en este tiempo lo que San Vicente Ferrer decia en el suio :’no ay q (...)
  • 38 A.G.I. Lima 526 « ...esta ciudad convertida en Sodomia ».
  • 39 Id. « ...corregidores y thenientes reparten veinte mil pesos con interes de doscientos o trescient (...)

18En 1732 il dénonce encore plus violemment la sodomie qui règne dans son diocèse. Mais il défend toutefois le clergé trop discrédité à son gré, cependant avoue-t-il, les scandales sont inévitables dans cet évêché et dans toute l’Amérique qui est « la partie du monde rendue la plus ignoble par les appétits charnels... »33. Il règne, paraît-il, un véritable anticléricalisme au Cuzco : « les séculiers vivent dans le libertinage et le mépris des ecclésiastiques ; le plus vil ose diffamer les curés34. « Il est de coutume depuis longtemps, affirme-t-il, que les séculiers s’érigent en juges des religieux35. Cette habitude si répandue dans le monde devient un vrai fléau » dans son évêché « peuplé d’Espagnols et de métis oisifs... qui sont corrompus, vicieux et libertins »36. La chasteté est chose inconnue dans ces terres. L’évêque expose comment après avoir consulté soigneusement les listes et les registres de baptême de plusieurs années de la ville de Cuzco, il calcula que sur le nombre des enfants baptisés chaque année un quart au plus sont légitimes, un quart sont des enfants abandonnés et la moitié sont des enfants naturels parfois de père inconnu. Donc, conclut-il, les trois quarts des citoyens adultes vivent en dehors du sacrement de mariage37. Il demande finalement que le soin de veiller sur la moralité des religieux soit laissé à l’évêque et que les séculiers : justicias mayores, corregidores, etc. commencent par surveiller davantage la moralité des habitants de cette ville « convertie en Sodome... »38 corregidores et lieutenants répartissent 20.000 pesos de marchandises dans des villages qui n’en valent pas la moitié, en obtenant des bénéfices de deux cents ou trois cents pour cent39, car dit-il, tant que de tels abus seront commis et tolérés il y aura des curés qui vivront dans le scandale...

  • 40 A.G.I. Lima 527.
  • 41 A.G.I. Lima 426 Sec. Perú « [Representa) a V.Mag. el gran descaecimiento en que esta toda la noble (...)
  • 42 A.G.I. Lima 642 « Para ocurrir al remedio del lamentable estado de aquellos reynos del Perú, donde (...)

19Dès 1674, l’évêque de Huamanga jugeait le royaume livré à l’injustice et aux désordres40. Le 2 novembre 1701, le chapitre séculier de Lima dressait un triste tableau du pays ruiné par les épidémies, les tremblements de terre, et dix ans de stérilité...41. Trois ans plus tard, don Sancho Cabresa y Andrade dénonçait la corruption, le commerce ruiné et l’état lamentable du Pérou. Des quantités de rapports, de plaintes, les diminutions des envois d’argent en Espagne, preuve de la décadence de ce royaume, provoquent une réaction de la part du souverain qui écrit le 18 novembre 1725 au vice-roi marquis de Castelfuerte une lettre virulente : « ... afin de remédier au lamentable état de ce royaume du Pérou où ont abondé et abondent les abus, les excès dus à la tiédeur avec laquelle les vice-rois vos prédécesseurs, les tribunaux et les ministres, ont respecté les instructions, les lois, et mes ordres répétés, veillant davantage à leurs intérêts qu’à leurs obligations ; de ce désordre est née la ruine totale du royaume et de ses habitants et en conséquence la totale diminution, la décadence et la perte de mes intérêts royaux car ces vastes domaines (opulents jadis) produisent à peine de quoi se subvenir... »42.

Notes

1 A.G.I. Lima 527 « ...que los Negros y Negras de las Yndias occidentales anden vestidos contra el abuso de andar descubiertas las carnes ».

2 Jaime Vicens Vives : Historia social y económica de España y América, Tome IV.

3 A.G.I. Lima 537.

4 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...reconociendo los inconvenientes que se seguían por la indecencia con que los traían por los caminos los mayordomos y sacristanes indios, que de ordinario demás de maltratarlas, acabada la función, se entravan con ellas a las pulperias*, o parages donde se vende vino y chicha* donde quedando embriagados sucedía a veces que las hurtassen, y otras ellos mismos las empenassen... ».

5 Id. « ...estando a la mira de que no aya estas juntas aquel dia ni otro alguno despues, sino que acabada la función en la Iglesia Cathedral y los acompanamientos que se acostumbra de llevar a su casa el alférez actual y su antecesor se buelban a sus casas ».

6 A.G.I. Lima 174 Sim. Ecl. « ...y lo que en qualquier caso ofrece maior ponderación es ver que para entrar a exercer, como Maestro, qualquier oficio mecánico es menester precedan años de aprendizage i examen de suficencia y que en los de tanta autoridad y confianza como de Oficiales Reales honorados con el título de criados del Rei administradores absolutos de su Real Hazienda, jueces privativos en ella, [...] se tengan por idóneos, dignos, inteligentes y a propósito con solo dar quatro o seis mil pesos sin conocimiento de sujetos, su calidad, procedimientos y suficencia ; exercicio y manejo de ella no lo saben los más de ellos, y quizas algunos no han entrado nunca en Caxas Reales [...] Es dispensación perjudicialísima y causa de que se repitan las fraudes y danos que se han experimentado en este reyno ».

7 Id. « ... la causa de aver hecho el arçobispo Virrey esta novedad procedió de aver dado el corregimiento de Lampa a Don Bernardo de Quirós criado suyo y casado con una hija del Oidor Don Juan de Peñalosa que lo era y es actual de la Real Audiencia con otros tres parientes del mismo exercicio en ella, pero que por este medio lograse mayor aumento de sus convenencias... ».

8 A.G.I. Lima 345 Sec. Perú « ...un vecino de la ciudad de Huanuco representó a V. Mag. el mal gobierno y abusos del Conde de la Monclova, su codicia e injusticia... ».

9 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Constándome ser uno de los grandes virreyes que V.Mag. ha tenido en este Reyno ».

10 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « El virrey pues sale con su mujer i familia a una casa mui particular de una mujer panadera llamada dona Clara, i casada con un hombre que su exersisio es haser cuerdas de vihuela a oir y ver representar una comedia que todos los anos costea en su casa con lo que hurta en el peso del pan, que quita a los pobres [...] i esta la representación hecha por negros i mulatos. Señor nimia cosa parece, pero de gran entidad morirse un negro de Casta Mina (?), i enterrarse del orden del virrey con cetro y corona acompañando al cadáver más de mil negros de su nación enlutados, con mosquetes y arcabuses los más deellos, cosa que escandalizó la ciudad i no al virrei, que salió a ver el entierro [...] que pasó por su palacio [...] hasta el convento de la Merced, donde se enterró ».

11 A.G.I. Lima 433 « Hace quatro años que no ai pagamento para los soldados del Callao, y quatro meses que no ai un peso en las aaxas de socorro ».

12 Id. « ...nunca a estado el Reyno en tal disposición para entregarse, perderse i venderse, como lo digo así lo siento, delante de Dios en cuia presencia estoy, sin que quepa en mi ánimo otro que el fiel vassallo, i hijo de V.Mag. a quien amo como padre y venero como senor ».

13 A.G.I. Lima 434 Sec. Perú « Las personas a quien se había concedido futuras de los oficios de los corregidores, con facultad de llevar y nombrar sujetos, las vendieron en pública feria a mui subidos precios, especialmente les corregidores de Conchucos, Guarochiri, Othoca, Haullos, y Chumbivilcas (cuio importe esmera 140.000 pesos) y que las havían beneficiado en esta corte en intimas cantidades, no siendo justo tan excesibo lucro... ».

14 A.G.I. Lima 502 Sec. Perú.

15 Id. « Se ha atribuido para los curas un derecho de soberanía disponiendo de su curato, y rentas por sólo el arbitrio de su agrado con independencia del Real Patronato ».

16 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...porque los dhos curas ponen clérigos iliteratos e ignorantes por costarles menos... ».

17 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « ...no se permita corran los libros de istorias ni materias pertenecientes a estos reynos, sin expresa licencia del Real Consejo de ellos... ».

18 A.G.I. Lima 577 « ...en mi Consejo de Indias se ha entendido el descaecimiento de la puridad de las costumbres que se avía experimentado en aquel reyno desde que llegó a él el marques de Casteldurríos, vuestro antecesor [...] he querido participaros esta noticia manifestandoos el sumo dolor con que las e oydo, encargándoos [...] con el mayor aprieto que como quien tan inmediatamente representa mi persona [...] os apliquéis con el más eficaz cuidado y vigilancia al remedio y reformación de las costumbres y vicios que con tanta relajación se han introducido en aquella ciudad y reyno... ».

19 A.G. I. Lima 308 Sim. Ecl. « En orden al remedio de los daños que causa en estas partes la profanidad de los trajes ».
Une cédule du 18 octobre 1683 demande à l’évêque de Huamanga ce qui, à son avis pourrait être fait « pour éviter dans ces régions les maux causés par le trop grand luxe du costume ». Il répond que dans son diocèse la population est trop pauvre pour commettre de tels abus. Mais cette cédule répondait à une réalité bien connue surtout dans les capitales.

20 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Intentaron echarlos de sus doctrinas el Arçobispo avisado se opuso. Un ano despues el suplicante y otros dos curas se vieron despojados de sus doctrinas sin motivo ».

21 Id. « Consta entonces que aviendo muerte 14.000 Indios, estavan corrientes los antiguos tributos ; y no se necesitaba recurrir a la Caxa de Censos para pagar los sinodos... ».

22 A.G.I. Lima 306 « Es más reparable cada día el natural del corregidor por el poco respeto a las cosas de la Yglesia pues estando en la cathedral el domingo de San Lázaro […] despues de acabada la víspera, passo del coro el obispo con los prebendados a la capilla mayor, y estando prosternados todos en el suelo y el Prelado continuando las ceremonías dispuestas, dixo que aquel era el juego de matachines. La Pasión la oye sentado y dixo tambien que son copias de Calaínos y haze chanza de la Bula de la Cena, acciones todas que dan notable escándalo a los Cathólicos ».

23 A.G.I. Lima 110 « ..siendo la más sensible en lo que nos asiste de católicos los ultrajes con que menosprecia el estado eclesiástico y religiones y con especialidad a Vuestro Reverendo Obispo cuya dignidad desatiende y con particular estudio en los actos públicos con repetidas provocaciones siendo una delias hezersele encontradizo en la plaza y a vista de tanto concurso pasar con desaogo por junto dél faltando la urbanidad de quitarse el sombrero... ».

24 A.G.I. Lima 306 « ...pues demás de la summa omisión que a tenido en la administración de la justicia, por averse puesto únicamente el cuydado en el fin de sus convenencias, y en el ilícito divertimiento de una comunicación escandalosa que le enagena totalmente del cumplimiento de su obligación sin permitirle que ronde la ciudad aun en tiempo de muchos robos e insultos, ni a dar audiencia a los litigantes, levantándose ordinariamente a las doze del día... ».

25 A.G.I. Lima 110 « ...muchas veces a sucedido tener los alcaldes ordinarios dada sentencia de muerte y si los reos apelan el corregidor pagándoselo arrastra la causa y les da por libre ».

26 A.G.I. Lima 535 Sec. Perú « ...y todo esto señor lo a causado la Alternativa por los sujetos que an embiado los Superiores de la Europa, sin Dios, sin Religión, sin Rey ».

27 Id. « ...pues dicen que el Perú no toca a la monarquia de V. Mag. y que esta es la causa de averse entablado la Alternativa ».

28 Id. « El padre Fray Marcos de Arcossa, siendo general escrivió a los Padres Provinciales de Europa, disiendo era buena ocasión esta para espumar los conventos y provincias de frailes que no eran de prosederes religiosos, y literatos discolos que por ser incorregibles los echaron a estas provincias con achaque de misioneros, donde no solo no exercitan en dho ministerio, sino que tienen aborrecimiento a la lengua de los Indios y con este pretexto falso an passado esto tales a Altemar y an contaminado con esta peste de la ignorancia y de la relajación introduciendo la codicia del oro de la plata echando en olvido la profesion y regla de San Francisco ».

29 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Esto es señor renovar el antiguo pleito y seguido con tanto empeño que sobre este punto litigaron las Sagradas Religiones contra la jurisdición de los obispos en sus doctrinas encomendadas ».

30 A.G.I. Lima 336 Sim. Sec. « Una noticia [...] a llegado de que públicamente corre y a corrido en esta ciudad por tiempo de seis o siete años moneda contrahecha y falsa así de reales de a dos, de a quatro y de a ocho con las armas y sello real assi en el comercio de ella como entre las Indias gateras* y demás personas de esta ciudad ».

31 A.G.I. Lima 526 « Las raices de todos los vicios que son la concupicencia de los oxos, la de la carne, y la soberbia de vida ; corren tan radicadas y libres en estas provincias como gobernadoras únicas y solamente por la raiz de estas tres raices que es el apetito insaciable de la plata... ».

32 A.G.I. Lima 526 « ...pero Dios es tan misericordioso en la dispensación de su providencia, que porque ello no logre su lleno, tiene llenas de pobreça y miseria estas provincias, lo que affirmo a V.Mag. por lo que he experimentado en mi visita ».

33 Id. « ...siendo la parte del mundo más inmunda en atrevimientos carnales ».

34 Id. « Los seculares viven tan animosos y libres en desprecio de los eclesiásticos que el mas ruin se atreve a despreciar los curas ».

35 Id. « ...es tan vulgar como antiguo que los seculares se constituyan fiscales de los eclesiásticos ».

36 Id. « ...porque esta inundado de españoles y de mestiços ociosos [...] que en sus costumbres son rotos de conciencia, viciosos y relaxados ».

37 Id. « ...allo decir con verdad en este tiempo lo que San Vicente Ferrer decia en el suio :’no ay quien haga el bien de la castidad, no ai nisiquiera uno, y para que V.Mag. conozca que lo que digo es verdad sin ponderación, yo he rexistrado en la visita eclesiástica con mucho espacio, y por años enteros, los libros de bautisados de las Parroquias de esta ciudad, y he hallado haciendo el cómputo y con gran lástima que de las quatro partes de bautizados en un áno, la una, quando mas, será de hijos legítimos, la otra de expuestos, y las dos de hijos naturales de Don N y Doña N y algunos de Doña N y padres desconocidos ; de que se infiere con necesidad que de las quatro partes de fieles adultos de la numerosa ciudad del Cuzco les tres son amancebados enemigos de Dios, y Este solo sabe lo que de la quarta restante vivere en su gracia ».

38 A.G.I. Lima 526 « ...esta ciudad convertida en Sodomia ».

39 Id. « ...corregidores y thenientes reparten veinte mil pesos con interes de doscientos o trescientos por ciento en pueblos que no valen la mitad ».

40 A.G.I. Lima 527.

41 A.G.I. Lima 426 Sec. Perú « [Representa) a V.Mag. el gran descaecimiento en que esta toda la nobleza deste reino por averse padesido repetidas ruinas y temblores que an asolado sus casas y suntuosos edificios una, dos y tres veces despues de aberlos reedificados con mui crecidos gastos, y la esterilidad de diez años en que an perdido las sementeras de trigo por la epidemia universal que se a padesido y padese y subidos precios a que lo an comprado para mantenerse ».

42 A.G.I. Lima 642 « Para ocurrir al remedio del lamentable estado de aquellos reynos del Perú, donde han sido y son tan frecuentes y reiterados los abusos y ecezos por la tibieza con que los virreyes antecezores vuestros, y los tribunales y ministres particulares de él, han prozedido en la observancia de las instrucciones, Leyes Reales y órdenes mas repetidas, atendiendo mas al cumplimiento de sus intereses que de su obligación, de cuyo culpable desorden ha resultado une general ruyna de todo el reyno y de sus habitantes mis vassallos, y consiguientemente la total minorazión descaezimiento y pérdida de mis intereses reales, pues apenas produze mi Real Erario an aquellos vastos dominios (que en otros siglos fueron tan felizmente opulentos y útiles a mi Real Corona) lo correspondiente a satisfazer las cargas del mismo Reyno ».

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540