Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Quatrième partie. Dualité d’une minorité dominante

Chapitre IV. La féodalité du Cuzco

Texte intégral

« ...en Madrid el rey, en Lima el virrey, en el Cuzco el Marques de Esquivel... ».

  • 1 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « Conozco que mis reyes an sido y son tan cristianos y católicos que sol (...)
  • 2 Id. Las leyes, ordenanças y cédulas del Rey miran todas al alivio y conservación de los Yndios Nat (...)
  • 3 Id. « ...porque es tal la desgrarcia de los Yndios que cuanto se solicita para su alivio se convie (...)

1En métropole cette lutte est menée par le roi et le conseil des Indes. Dans aucun des documents que nous avons consultés le souverain ne prend le parti du plus tort, il protège toujours virtuellement l’Indien. En 1678 l’évêque Cristobal de Huamanga reconnaît « que [les rois] ont été et sont si chrétiens et si catholiques qu’ils maintiennent seuls dans sa pureté Notre Foi, que leurs lois sont justes et saintes mais ne sont point accomplies avec la ponctualité qui conviendrait... »1. En 1681, don Alonzo de Guzmán répond au roi que « les lois, ordonnances et cédules royales visent toujours à soulager et à protéger les Indiens naturels du Pérou, mais que la cupidité et l’ambition des ministres chargés de leur exécution les modifient en les appliquant et convertissent le remède en poison... »2. Chose courante dit-il, dans toutes les Indes dont le bon gouvernement consistait simplement en l’observance des lois, et en ce que chacun accomplisse son devoir sans qu’il soit besoin de rien changer, mais, ajoute-t-il « comme l’essentiel qui est la crainte de Dieu manque chez les hommes chargés de gouverner le pays » bien des abus sont commis et entre autres « l’infortune des Indiens est telle que tout ce qui est disposé en leur faveur se retourne contre eux... »3.

  • 4 Jaime Vicens Vives affirme que : « en la práctica los territorios americanos tienen un medio efica (...)
  • 5 A.G.I. Lima 175 « ...que no se de lugar a que los Yndios necesiten de ocurrir al Consejo con semej (...)

2De multiples décrets royaux ordonnent aux vice-rois, aux présidents, gouverneurs, archevêques et évêques de veiller au bon traitement des Indiens et au soulagement de leurs misères. Devant les plaintes qui lui parviennent la réponse du Conseil des Indes déplore toujours amèrement les abus et les préjudices portés aux naturels. Il essaie d’y remédier... mais l’Espagne est loin4 ! Il rappelle que tous les ministres ont pour premier devoir de protéger les Indiens5.

  • 6 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « Señor, certisimo ese que no ai rei más mal servido que Vuestra Magesta (...)

3Dans un rapport sur l’état du Pérou daté du 20 novembre 1704 don Sancho Cabrera y Andrade déclare au souverain : « Sire, il est certain qu’il n’existe pas de roi plus mal servi que Votre Majesté, ni de ministres mieux payés... »6. A cause des distances, de la lourdeur de la machine administrative, et des besoins sans cesse accrus des finances royales l’autorité du roi sur ce nouveau monde allait en diminuant ; à mesure que croissait le groupe des créoles les difficultés augmentaient.

4Dans le monde fermé, isolé qu’est le Cuzco, cette rivalité grandissante entre Espagnols et Créoles qui est un des faits principaux du xviiie siècle américain, cette désinvolture avec laquelle les lois venant d’Espagne sont méprisées, prennent des teintes particulièrement sombres et donnent à ce monde andin un aspect féodal.

1. Espagnols et Créoles

  • 7 A.G.I. Lima 338 Sec. Perú « El demonio con sus astucias a sembrado tal cizaña en este Nuebo Reyno, (...)

5Dans la première moitié du xviie siècle, la question de prééminence entre Espagnols et Créoles était soulevée par les ecclésiastiques. Ainsi, de Santa Fe, le 14 juillet 1640, le docteur Jorge de Herrera y Castillo écrivait au roi : « ...le diable avec ses astuces a semé une telle zizanie dans ce nouveau royaume, dans les saints ordres des Dominicains et des Augustins que non seulement la catholique conscience de Votre Majesté mais n’importe quel sujet doit s’affliger du peu de charité avec laquelle les religieux se querellent au sein de leur ordres afin de savoir qui doit commander : ceux que l'on appelle Espagnols ou ceux que l’on nomme créoles qui l’emportent pour le moment... »7.

  • 8 A.G.I. Lima 338 « ...por esta causa se originó el buscar medio con que ni los Españoles tuviessen (...)
  • 9 Des scissions s’étaient produites au sein même des Espagnols, entre ceux qui avaient reçu les ordr (...)

6En 1678, l’affaire se rallume avec violence. Un document vraisemblablement incomplet non daté, non signé, résume la situation : un décret tenta d’apaiser les heurts fréquents qui se produisaient surtout lors des élections des prélats entre Espagnols et Créoles8 Il fut décidé que seraient élus alternativement uniquement des religieux espagnols et uniquement des religieux créoles, : ce fut « l’alternative » qui fut appliquée, en 1622 dans la province des Augustins de Mexico en vertu d’une bulle de 1622 et des cédules de 1629 et 1637. La province des Franciscains de Lima obtint la bulle le 15 janvier 1625 et les Augustins vraisemblablement entre 1625 et 1629. Malheureusement cette mesure sage attisa le conflit9.

  • 10 A.G.I. Lima 338 « Al cabo de gran rato subió el obispo, demudado, rodeado de muchos frailes gritan (...)
  • 11 Id. « ...pero en el convento de San Francisco ay más de trescientos religiosos que para que no se (...)
  • 12 Id. « Criollos volved por vuestra patria, que os la tiranizan, no ay alternativa ».
  • 13 Id. « ...el mandamiento de la Alternativa causó horror en la ciudad del Cuzco. No querían admitir (...)

7Le 26 juillet 1678 l’évêque de Cuzco ayant reçu de l’archevêque vice-roi Melchor de Linán l’ordre de se rendre au couvent des Franciscains de la ville afin de faire reconnaître l’Alternative par les pères vice-commissaire général et ministre provincial de cette province de San Antonio de las Charcas, y envoya le corregidor donner lecture du décret. Celle-ci fut d’abord interrompue par un groupe de moines qui entouraient le lecteur Fray Nicholas Tribino lequel, un papier à la main, hurlait qu’ils demandaient justice et voulaient être entendus... Ils furent jetés dehors avec difficulté. Puis l’évêque arriva au milieu des cris et des vociférations, certains religieux brandissaient des bâtons ; l’évêque put enfin parvenir, blême, à la cellule où se trouvaient réunis le corregidor, l’écrivain, les pères et des témoins10. Il fallut plus de deux heures pour calmer le tumulte. Un frère lai se présenta et montra son poignet ensanglanté, il avait été blessé sans savoir par qui près de la porterie. Lorsque, la lecture terminée, le prélat sortit, une foule d’indiens et d’Indiennes se pressaient aux portes du couvent. Dans une lettre du 3 août 1678 l’évêque dit au roi que, certes, les moines avaient fomenté cette manifestation mais les supérieurs devaient y être aussi pour beaucoup ; même le corregidor don Nuño Espinola Villavivencio était passé au rang des insurgés. Celui-ci pourtant avait conseillé le 28 juillet à l’évêque de ne point se rendre à nouveau au couvent où se trouvaient rassemblés trois cents religieux armés ; ils avaient ramassé la plupart des armes de la ville11. S’y étant présenté néanmoins le jour suivant dans l’intention de respecter l’ordre royal, il s’était heurté à une véritable coalition ; les religieux soulevés criaient par les fenêtres « ...Créoles, défendez votre partie, on vous la tyrannise ; à bas l’Alternative !... »12. Un autre document précise que « ...l’Alternative inspire l’horreur dans la ville de Cuzco. Ils ne voulaient pas admettre ceux d’Espagne... »13.

  • 14 A.G.I. Lima 338 « Quieren a los de España sólo para legos, porque los han experimentado de trabajo (...)
  • 15 Id. « Somos oy en esta provincia del Cuzco quarenta y uno de España entre los quales ay cinco que (...)

8Le 16 juin 1679 plusieurs religieux espagnols de ce même couvent demandent protection au roi : l’Alternative n’a pas été admise. Ils supplient le souverain de n’accorder aucun crédit aux rapports qu’on lui envoie contre eux. On admet seulement les Espagnols, affirment-ils, comme clercs car on les sait travailleurs et appliqués contrairement à ceux du pays qui ne sont d’aucune utilité ; on n’en veut pas comme prêtres car ils sont intelligents et zélés14. Ils disent être alors quarante et un Espagnols parmi lesquels cinq professeurs et les autres prédicateurs. Us sont donc numériquement les plus faibles. Ils comptent pour ennemis mortels les pères commissaires qui en vue de leurs intérêts particuliers se joignent contre eux aux Créoles15.

  • 16 Id. « Le obligó la osadía y libertad de los frayles criollos naturales desta tierra a retirarse a (...)

9En 1681, si l’on en croit Juan de Sayaeta comptable de la cour des comptes de Lima, les choses ne s’étaient pas arrangées. Le père commissaire général voulant faire enfin respecter l’Alternative et obéir ainsi aux bulles du Pape, aux cédules du roi et aux patentes de son général, fut obligé devant « la hardiesse et la liberté des frères créoles, naturels de cette terre » de se retirer au Palais et de demander de l’aide. Il exila deux chefs de bande ; mais peu de temps après ceux qui étaient restés attentèrent à sa vie en incendiant sa cellule ; il fut sauvé par un Espagnol que les autres laissèrent pour mort. Le père commissaire s’étant, enfui à nouveau au Palais, les religieux créoles se firent alors les maîtres du couvent que trois compagnies durent assiéger ; on exila encore neuf religieux suspects. Les autres refusèrent d’obéir et s’enfuirent16.

  • 17 A.G.I. Lima 338. Voir pièce justificative no 19, p. 218.

10Cette insurrection inquiéta beaucoup le rapporteur de ces faits. Il mit en garde le roi contre ces soulèvements de naturels qui risquaient de provoquer une révolution plus importante. Cette ville disait-il, contient plus de mille frères, autant de clercs, tous créoles et prêts à suivre les franciscains dissidents. A ceux-là s’ajoute la communauté des séculiers créoles, puis des esclaves, et même des Indiens valles et serranos qu’un rien soulèverait. Les métis abondent dans ces hautes terres et sont particulièrement séditieux, ils haïssent leurs origines paternelles ; au sein de chaque famille métisse mère et enfants se liguent et déclarent guerre ouverte au père espagnol. Le venin, dit-il, s’est répandu partout chez les séculiers comme dans les couvents. En outre les chefs de l’armée sont aussi créoles. Il conseille vivement qu’aucun créole ne soit pourvu de quelque charge publique dans son pays d’origine. Le danger est très grave et le gouvernement de ce pays a plutôt besoin de l’épée et du bâton que de la crosse épiscopale17.

2. « Obedezco pero no cumplo ».

  • 18 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « Buen exemplo es el actual (virrey) cuya pobreza fue notoria en España (...)

11L’autre plaie : l’inobéissance aux lois venues d’Espagne. De multiples intermédiaires les déformaient ou simplement les annulaient. La surveillance était évidemment difficile à assurer de la métropole. Parfois une voix s’élève qui s’indigne de ces abus : en 1690 l’évêque de Cuzco dénonce le cumul de deux charges incompatibles, celles de « protector de los naturales » et de « juez de Censos », qui porte préjudice aux Indiens. Maints autres abus sont parfois signalés, nous l’avons vu. En 1704 don Sancho Cabrera y Andrade dans un rapport fort sinistre sur l’état du royaume met l’accent sur cet aspect des choses : « ...bon exemple en est, dit-il, l’actuel vice-roi dont la pauvreté fut notoire en Espagne et dont la fortune actuelle est incroyable... son salaire étant de 36.000 pesos annuels, ses émoluements s’élèvent à 300.000 car on vend tout ici y compris les cédules de Votre Majesté... »18.

  • 19 A.G.I. Lima 433 « Cada corregidor en su provincia es un virrei ».
  • 20 Id. « ...y los que más comercian en esto prohibido, son los que tienen el mando, porque nadie les (...)
  • 21 Id. « ...aiudalos a ser malos, el ser hijos de la tierra ; señor, no sea juez ninguno donde es nat (...)
  • 22 Id. « Los curatos se dan según los empeños, incluso a niños a que se llega la ignorancia de la len (...)
  • 23 Id. « Las conversiones no se exercitan porque las misiones estan mui resfriadas por falta de limos (...)
  • 24 A.G.I. Lima 433 « ...i el Reino no tiene (fuerzas), porque no tiene virrey ni ministros, ni se hal (...)

12Contrairement aux lois, les oidores possèdent tous des terres et détournent souvent l’eau dont ils privent ainsi les Indiens qu’ils occupent par ailleurs sur leurs terres alors qu’il y a pénurie de main-d’œuvre dans les mines. Dans la « Caja de Censos » des Indiens il y a un déficit d’autant plus regrettable que ceux-ci ne peuvent ni ne savent faire valoir leurs droits : le comte de Lemos qui fut vice-roi en ayant prélevé 300.000 pesos ne les rendit jamais. Les caisses royales sont « un labyrinthe » et les regidores ne s’intéressent qu’au lucre. La justice est corrompue : « chaque corregidor est vice-roi dans sa province »19 car il soudoie dès son entrée en fonction celui de Lima avec quinze ou vingt mille pesos. La contrebande à laquelle participent activement les gouvernants eux-mêmes mine l’économie « car personne ne peut l’interdire puisque la famille vice-royale et les oidores cachent chez eux des magasins pleins de ces produits... »20. Les ministres gagnent trop ; leur salaires, à Lima, représentent 200.000 pesos par an, et ajoute-t-il, le fait qu’ils soient naturels de ce pays les rend encore plus pernicieux. Il conseille lui aussi qu’aucune charge ne soit confiée aux natifs du royaume21. Les abus sont tels que les cures elles-mêmes sont données aux plus offrants, parfois à des enfants qui ignorent, bien sûr, la langue des indigènes qu’ils devront instruire22. Le manque d’argent et de stimulation ralentissent par ailleurs les missions et, précise-t-il, « ...le cœur saigne en voyant qu’à cinquante lieues de Lima on rencontre une quantité innombrable d’indiens infidèles... »23. Ce royaume, débilité n’a en fait, conclut-il, ni vice-roi ni ministres ; de Buenos Aires à Carthagène on ne trouve sur terre comme sur mer pas un chef qui sache commander, tous ceux qui jouissent de postes politiques ou militaires les ayant achetés24.

  • 25 A.G.I. Lima 117 Sim. Secl. Les officiers du Cuzco accusent réception en 1664 d'un ordre royal : «  (...)
  • 26 Ce mal semble bien ibérique, car il faisait encore des ravages en Espagne même à la fin du siècle  (...)

13En dépit de la touchante cérémonie par laquelle on recevait les ordres du roi25 son autorité était parfois bien utopique26. En fait une sorte d’anarchie régnait dans le pays.

3. Querelles et anarchie

14Le Cuzco n’échappait pas à cette contagion. La preuve en est un scandale qui assombrit pendant des années la vie de sa capitale et qui met en lumière la haine entre Espagnols et Créoles et Je mépris de l’autorité royale, deux maux intimement liés. Si la rareté des documents concernant la première décade du xviiie siècle empêche d’avoir des renseignements précis sur la vie de Cuzco à cette époque, un document postérieur nous donne une assez sinistre image des années 1700-1710.

15Tout éclata à cause d’un petit incident : don Géronimo de Losada, un particulier originaire de Séville et résidant à Cuzco bouscula le corregidor marquis de Valleumbroso qui venait à dos de mule en sens inverse... Ainsi s’enchaîna la triste histoire dudit marquis, don Diego de Esquivel. Un procès fut intenté et dans sa défense, don Géronimo révéla qui était cet homme : un tyran, un criminel... De grand’père Rodrigo de Esquivel originaire du Cuzco acquit ses bien malhonnêtement. Le père et le fils Joseph assassinèrent un homme et son domestique qui, venant du Potosí pour vendre de l’argent logèrent chez eux ; après une odieuse mise en scène ils tuèrent également un de leurs domestiques qui voulaient les dénoncer. Mais les Esquivel étant riches, on fit le silence sur cette affaire. En 1690 lors des élections des alcades de la ville le marquis se présenta accompagné de ses gens en armes et déclara que serait élu qui bon lui lui semblerait. La séance fut suspendue, le vice-roi informé, mais une fois de plus le coupable obtint le silence par des pots-de-vin et se lia d’un étroite amitié avec le fils du vice-roi comte de la Monclova. En mars 1691, le général don Joseph de Villalta vint procéder à certaines vérifications le marquis soutenu par l’évêque et par des prébendés y fit couper court.

  • 27 A.G.I. Lima 492 Sec. Perú « ...decia que era APO*, que descendia de los emperadores de halli, y qu (...)
  • 28 A.G.I. Lima 492 « ...y siendo los dos iguales en genio, natural y codicia, se dudaba qual hera el (...)

16Le marquis se disait Apo (c’est-à-dire roi en langue indigène) et se faisait passer pour descendant des empereurs du Pérou. Il estimait que tous lui devaient obéissance et ne s’en cachait pas : le vice-roi et le corregidor ne faisaient-ils pas, ses volontés ? Le corregidor n’était là que pour gouverner les Guampos entendez les Espagnols venus d’Espagne27. Sa haine pour eux était de notoriété publique. Le marquis déclarait aux gens de la ville, en langue indienne, que le gouverneur était un homme pernicieux qu’ils devaient chasser et tuer ainsi que tous ces chiens de Guampos et que nul autre qu’eux n’avait le droit de vivre sur ces terres. Peu de temps après, la ville se souleva ; ce fut une véritable révolution fomentée par le marquis et son fils. Les insurgés, des Indiens et des métis, tentèrent de défoncer les portes de la maison du corregidor pour le mettre à mort et s’emparer des clés de la prison afin de libérer les détenus. L’évêque, avant essayé d’intervenir et de les rappeler à la raison vit sa chaise brisée à coups de pierres. Il enjoignit alors au corregidor d’éviter une effusion de sang en ouvrant les cachots pour contenter le peuple. Le marquis porté en triomphe s’en fut délivrer les prisonniers tandis que la foule excitée réclamait la mort du corregidor et d’autres Espagnols. Ledit corregidor don Juan Calderon de la Barca a alcalde del crimen » à Lima était pourtant de la même trempe que don Diego de Esquivel28. Ce fut sur lui cependant que le marquis réussit à faire peser la responsabilité de l’émeute aux yeux du vice-roi alerté. On déplaça le corregidor et le général don Joseph de la Torre vint tenter d’apaiser la ville en constante ébullition depuis ces événements. Ayant appris que le marquis continuait à fomenter la révolte en encourageant certains à s’ériger en « caudillos » le général procéda à une arrestation... avec l’aide du marquis lui-même qui jouait alors double jeu. Le calme revint pour un moment.

17Le marquis menait, on peut s’en douter, une vie scandaleuse. Etant en relation illégitime avec une femme de la ville et soupçonnant un homme de Cochabamba de faire à celle-ci une cour assidue, il le fit saisir par ses domestiques qui l’emmenèrent dans un de ses tissages où ils le tuèrent à coups de fouet et jetèrent le corps atrocement mutilé dans un chaudron à teinture. Le vice-roi informé donna ordre au corregidor de procéder à l’arrestation du coupable et aux vérifications nécessaires. Bien d’autres meurtres antérieurs furent de ce fait découverts. Cette fois la ville exigeait la mise à mort du marquis. Condamné â la peine capitale il eut recours au moyen le plus sûr : 50.000 pesos furent glissés au vice-roi, 10.000 â son secrétaire don Blas de Ayesa, 10.000 au procureur et 10.000 à don Antonio Portocarrero, ami intime de Son fils ; le criminel fut gracié au grand scandale de la ville. Il n’en fut que plus puissant et plus orgueilleux. Le corregidor, désespéré, en mourut ; avant lui son prédécesseur don Luis César était mort de chagrin. Don Fernando de la Fuente y Rojas le remplaça et accomplit ses trois ans de nomination. Puis le marquis de Casteldurrios prit le pouvoir ; le roi modifia alors toutes les attributions) de futurs corregimientos (« futuras ») ; celle du marquis fut ainsi supprimée. Celui-ci fit alors diligence et parvint à faire nommer corregidor par intérim son fils qui exerça pendant moins d’un an, mais on imagine aisément, dit le rapport, les abus qui purent être commis) pendant ce temps !

  • 29 A.G.I. Lima 492 « ...perro guampo de corregidores ».

18Don Rodrigo de Venegas, chevalier de l’ordre de Saint Jacques. corregidor en titre commença alors son calvaire : le marquis et son fils le menacèrent de mort, levèrent des faux témoignages contre lui, etc... Un incident banal leur donna l’occasion de provoquer un nouveau soulèvement dans la ville ; une querelle entre un Espagnol dénommé Pimentel et une indigène à qui il jeta un encrier à la tête. Le marquis et ses hommes harcelèrent le peuple en criant que cette infamie était due à ce « chien de guampo de corregidor »29. Celui-ci apprenant la cause de ce tumulte fit arrêter Pimentel. Le calme revint ; mais don Diego de Esquivel fit savoir au vice-roi que ces troubles étaient dus à don Rodrigo de Venegas qui fut alors relevé de ses fonctions et ne revint qu’une fois son innocence démontrée. Le désordre ne fit alors que s’accroître. Une couronne de grand prix ayant été volée à la Vierge de la Merci on arrêta une métisse qui portait sur elle quelques-uns de ces joyaux qu’elle avait achetés ; elle fut condamnée à recevoir deux cent coups de fouet. Le marquis fomenta une insurrection pour empêcher le châtiment qui fut alors prudemment suspendu. Peu de temps après, une mine avant été découverte sur le territoire de Cuzco, le marquis voulut empêcher le corregidor de s’y rendre en alléguant que cette mine était sur le territoire de Calca dont le gouvernement lui appartenait ; il menaça de le pendre. Malgré cela don Rodrigo s’en fut à la mine où l’attendaient trois mille hommes armés et une potence déjà dressée ; il se retira. Quelques jours plus tard la faction du marquis brisa portes et fenêtres de la maison du corregidor en réclamant la liberté d’un détenu.

  • 30 Id. « ...con el fin de suceder a Venegas y de ser diez años corregidores siendo a la sazón alcalde (...)
  • 31 A.G.I. Lima 492 « ...valiendose para todo esto de trese mulatos facinerosos que tiene a su disposi (...)
  • 32 Id. « ...de tal suerte que todo es sedición y enredo queriendo dominarlo todo y hacer creer a todo (...)

19Le successeur de don Rodrigo, don Alonso de Talavera, étant au courant du peu d’agrément que procurait alors cette charge tenta de la vendre : don Diego de Esquivel lui-même l’acheta pour 40.000 pesos... son frère bâtard don Joseph de Esquivel et son oncle don Manuel de Pisanna devinrent alcaldes30 ! Fourberies, mauvais coups redoublèrent. Ils falsifièrent honteusement d’importantes quantités de mercure dont ils assuraient qu’elles provenaient des caisses royales à l’aide de faux certificats que son frère officier des caisses de Cuzco fournissait. Le marquis se mit à vendre tous les produits de ses tissages et de ses magasins, en donnant pour cinq pesos ce qui en valaient trois ailleurs. Il était aidé dans ces diverses tâches par trois mulâtres malfaisants qu’il avait à sa disposition, une véritable équipe de tueurs à gages31. « Tout n’est qu’intrigue et sédition ; il veut tout dominer et faire croire à tous qu’il est puissant et maître absolu, à tel point que même les clôtures sacrées des couvents de religieuses n’échappent pas à sa malice... Si son esprit impur lui fait convoiter quelque séculière enfermée dans un couvent il donne ordre d’escalader les murs et d’enlever la personne ; de même il soustrait n’importe quelle jeune fille à la garde de ses parents ou de son mari. S’il lui vient l’idée de tuer quelqu’un son désir est exécuter sur-le-champ ; si la fortune d’autrui lui fait envie il la lui vole par ruse ou par force32 ; c’est ainsi qu’une nuit il dépouilla une Indienne de tout son avoir — huit mille pesos — sous prétexte qu’elle le lui devait puisqu’il descendait de ses Incas... La malheureuse en mourut trois jours plus tard. En 1716 il tenta de pendre le 8 mars le corregidor d’Oropesa qui venait procéder à quelques vérifications dans ses tissages : encore un beau scandale qu’une fois de plus l’argent étouffa... » Le marquis avait obtenu du roi le renouvellement de son corregimiento, mais comme personne ne pouvait exercer ces fonctions deux fois de suite don Clemente de Campo fut nommé pour les cinq années suivantes ; don Diego de Esquivel réussit pour 44.000 pesos à lui acheter la charge qu’il confia à un de ses acolytes.

20Don Géronimo de Losada s’attira sa haine pour avoir témoigné deux fois contre lui. Ayant refusé de vendre au marquis des miroirs sachant qu’il serait trompé, celui-ci le fit jeter en prison au mépris de son titre de noblesse, lui fit mettre les fers et interdit qu’on lui donnât un lit et des aliments ; il l’obligea à payer de fausses dettes. Doña Tomasa, femme de la victime, tint tête au marquis et obtint du gouvernement la liberté de son mari mais encore fallut-il que l’évêque lui-même intervînt pour qu’il fût relâché. Libéré, il partit à Lima pour intenter un procès. La haine du marquis redoubla ; il provoqua don Géronimo chez lui, sur ses terres, par tous les moyens ; il fit détruire ses clôtures et piétiner ses récoltes par les bêtes. Enfin il obtint la ruine totale de son ennemi. Puis ce fut l’incident de la rue : ils se croisèrent, le marquis le traita de chien éhonté, de berbère, de mulâtre, etc... et tenta de le faire tuer par ses hommes. En 1717 il fit arrêter, en l’absence de don Géronimo, l’administrateur de ses tissages, don Gabriel de Betancur... Ainsi fut ouvert un procès contre ce tyran qui maltraitait tout le monde, Indiens et Espagnols.

  • 33 A.G.I. Lima 492 « ...sabiendo que V. Mag. se le ha hecho informe contra el crédito de Don Géronimo (...)

21En 1718, don Géronimo s’enfuit sur un navire qui partait du Callao pour Panama en direction de l’Espagne. Quelqu’un eut le courage de braver le marquis et de témoigner en faveur de l’absent. Don Miguel de la Torre écrit au roi le 18 mai 1718 : « sachant que l’on informera Votre Majesté contre don Géronimo Losada Sotomayor, je ne peux en conscience éviter de prévenir Votre Majesté de l’injustice avec laquelle on procéda contre cet homme ; il n’est coupable que de ne s’être pas laissé vaincre par les violences du corregidor de cette ville le marquis de Valleumbroso, qui, sachant qu’il partait en Espagne chercher aux pieds de Votre Majesté quelque protection obligea la plupart des membres du chapitre de cette ville à écrire une lettre infamante et, bien que j’en sois, je n’ai pas été amené à signer ce mémoire. Rien de moi ne s’y trouve donc écrit ; mieux valait ne pas signer que d’être obligé ensuite de se disculper comme l’ont fait la plupart des autres33 ».

22Le fin de cette affaire est peu claire. De Madrid le 2 avril 1719 don Gonzalo Vaquedano déclare au roi qu’il n’y a pas de preuves suffisantes pour procéder à l’arrestation des coupables. Il faudrait ordonner au marquis et à son frère de rester à Lima sous peine de 10.000 pesos d’amende et de dix ans d’exil au pénitencier de Valdivia. Le dernier document que nous avons trouvé ayant trait à cette affaire explique comment l’on voulut éloigner le marquis en l’envoyant à Santiago du Chili pour faire à Cuzco pendant ce temps les vérifications nécessaires ; mais la présence des accusés s’étant révélée indispensable on l’emprisonna au callao pendant cinq ans ; puis il fut relâché et retourna vraisemblablement au Cuzco. L’argent « qui fait dans ce royaume plus de mal que Lucifer » agit peut-être une fois de plus avec efficacité !

  • 34 A.G.I. Lima 492 « ...radicóse toda la disprizencia en el ymplacable odio que tiene el marques a to (...)

23Le marquis était peut-être bien aussi puissant qu’il voulait le faire croire : il était riche, avait à sa disposition tous les métis et les gens de vie libre et licencieuse. Il avait en outre réussi à gouverner dans son propre pays et haïssait les européens si bien qu’on put voir un beau matin s’étaler sur les places de la ville ce slogan : « A Madrid le roi, à Lima Je vice-roi, au Cuzco le marquis d’Esquivel... »34.

  • 35 A.G.I. Lima 342 Sim. Ecl. « Prosiguen en el escándalo de entrar en casas sospechosas Don Agustin d (...)

24Le Conseil des Indes avait sans doute fort à faire avec tous les dossiers qui lui parvenaient : plaintes, querelles, demandes diverses... La moindre hostilité se teintait dans ces terres de sauvagerie. Par exemple un différend mit aux prises pendant huit ans l’évêque de Cuzco et trois prébendés : le docteur don Joseph Vasquez de Castro chanoine écolâtre, don Agustin de Vargas et don Diego Honton, chanoines. Chaque parti reprochait à l’autre un gain excessif. Ainsi l’évêque démontra en 1684 avec, à l’appui, des relevés officiels du comptable des rentes ecclésiastiques des années 1678 et 1679 que les prébendés percevaient annuellement environ quinze cents pesos en espèces et en produits divers. Ceux-ci en effet pleuraient misère et chacun réclamait une aune en plus de ses prébendes. Leurs gémissements remontaient d’ailleurs à 1622 ; ils se plaignaient déjà de la diminution des rentes. L’évêque accusait en outre don Agustin de Vargas et don Ignacio Castelin, un autre chanoine, de fréquenter des maisons peu recommandables et d’intriguer constamment35. Un an plus tard, les mêmes prébendés exposent au roi comment leurs vies exemplaires leur ayant valu diverses récompenses royales il est impensable qu’à leur âge on puisse les taxer d’agitation. Ils se plaignent de ce que l’évêque ne réunit pas le chapitre comme il le devrait chaque mardi et chaque vendredi pour traiter des questions tant spirituelles que temporelles de l’évêché et qu’ils sont ainsi frustrés de la plupart des bénéfices. Ils défendent don Ignacio Castelin, homme intègre s’il en fut, disent-ils, que l’évêque poursuit de sa haine et menacerait même d’emprisonner dans un étroit cachot qu’il possède dans sa maison et de l’y laisser mourir de faim. Don Ignacio avait été à l’origine chargé de vérifier des comptes troubles de cet évêché : 20.000 pesos avaient été détournés. Or, il découvrit, le 4 janvier 1681, que la moitié de cet argent avait été subtilisée par un neveu de l’évêque ce qui lui aurait attiré les foudres de ce dernier.

  • 36 Id. Voir pièce justificative no 20, p. 220.

25Les prébendes adressèrent à l’archevêché plusieurs lettres de dénonciation contre l’ordinaire. L’accusé fut ainsi amené à son tour à révéler leurs trafics et le commerce assez original d’un quatrième acolyte, le chanoine écolâtre : celui-ci avait monopolisé toute la cire de la ville au nom d’une belle-sœur. Ce produit devenu rare atteignit des prix si élevés que l’évêque fut obligé d’en réglementer la consommation dans les cérémonies religieuses36. Cette minutieuse réglementation permet de constater, une fois de plus, qu’aux yeux de ces ministres de Dieu les fidèles n’étaient même pas égaux devant la mort. L’ordinaire interdit formellement d’enfreindre ces ordres « sous peine d’excommunication »...

26Ainsi se succèdent les lettres tantôt de l’évêque contre les prébendés, tantôt de ceux-ci contre l’évêque qui dénonce leur manque d’assiduité à la cathédrale, leur commerce frauduleux, leur conduite trop légère, et les mauvais traitements qu’ils infligent, don Diego Honton notamment, aux Indiens de leurs propriétés. Le conflit reprend avec plus de virulence puis prend fin en 1688. Le roi avait demandé à son vice-roi de mettre un terme à ces basses querelles qui finirent le plus naturellement du monde deux des prébendes étant morts.

  • 37 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « En contradictorio juizio por la declaración de ritos de 28 de noviembr (...)
  • 38 Id. « ...por ser materia de cumplimiento de erección y de repetidas cédulas de V. Mag. en que tien (...)
  • 39 A.G.I. Lima 312 « ...para que en el core de la yglesia del Cuzco y fuera del, no pueda tener lugar (...)

27En 1676 la guerre est ouverte entre le proviseur et vicaire général de Cuzco don Juan Bravo Davila y Cartagena et le doyen allié au chapitre ecclésiastique : ces derniers lui refusèrent la place qui lui revenait lors des cérémonies publiques et privées et à laquelle il avait droit en l’absence de l’ordinaire en tant que vicaire général : il était de tradition en Amérique de placer celui-ci près du doyen du chapitre même s’il n’en faisait pas partie37. Il en appelle au roi. De son côté le chapitre se défend contre certaines innovations introduites par l’évêque don Manuel de Mollineda dans le domaine de la préséance38. Des mémoriaux aussi nombreux que volumineux sont rédigés et envoyés au roi sur des questions aussi délicates ! En 1694 doyen et chapitre ecclésiastiques se plaignent encore amèrement : ils rappellent que leur église fondée en 1538 (la plus ancienne du royaume) suit en tous points l’église métropolitaine de Lima et que ni dans celle-ci ni dans d’autres il n’est admis que « des prélats réguliers ou d’autres personnes non prébendes puisse s’asseoir parmi les prébendes ». Ils supplient le roi de bien vouloir envoyer un décret conforme à celui de 1659 pour qu’aucune personne de quelque état, qualité et condition qu’elle soit ne puisse s’asseoir ou se tenir dans le chœur pendant les offices39.

  • 40 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...fue querer el corregidor que los capitulares entrassen sin espadas, (...)
  • 41 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl.

28En 1696 le roi ayant appris que l’évêque était intervenu personnellement dans un chapitre de la ville le somme de s’abstenir dorénavant de semblables initiatives. Don Manuel de Mollineda dans une lettre de justification explique que le Ier janvier 1692 l’ancien corregidor et les oidores s’étant réunis pour certaines élections un différend s’éleva dès l’entrée qui dégénéra en violente querelle ; on sollicita l’évêque de rétablir le calme ; le motif de la discussion n’était qu’une banale question d’étiquette40. Trois ans plus tard on en appelle à nouveau au souverain ; une question de préséance a mis aux prises les membres du cabildo de la ville41 ; le Conseil donne ordre de ne rien changer aux coutumes jusqu’alors respectées...

29En 1700 une querelle moins futile met en conflit la ville de Cuzco avec certains corregidores des environs qui veulent la frustrer du droit de juridiction sur dix lieues à la ronde.

  • 42 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl.

30Des demandes diverses importunent souvent le Conseil des Indes. En 1679 la ville de Cuzco demande confirmation de la faveur accordée par les vice-rois comtes d’Alba et de Castelar, en vertu de laquelle elle pouvait élire chaque année un alcade ordinaire parmi les membres du chapitre42 à l’exemple de Lima et du Potosí. Elle avait obtenu cette grâce pour 2.500 pesos sous condition de la faire proroger après un temps défini ; c’est ainsi que 1.200 pesos furent à nouveau versés.

  • 43 Id. « ...dha ciudad está padeciendo grande necesidad de agua dulce, por estar los conductos y cañe (...)
  • 44 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl. « ...se sirva de conceder a dha ciudad facultad por tiempo de ocho años (...)

31En 1699 la ville manquait d’eau douce43. N’ayant pas les moyens de réparer les conduites endommagées elle sollicite la prérogative de prélever un impôt pendant huit ans sur le vin, l’huile, le vinaigre, le poisson, l’aji, le coton et la viande qui entreraient dans cette ville44. Le Conseil n’accède pas à cette demande et fait enquêter sur les causes, les responsables, etc. de cette affaire. Etant donné la lenteur des communications on imagine aisément que la pénurie d’eau fût de longue durée.

  • 45 A.G.I.. Lima 174 « Le concedió la merced de titulo de Conde de la Laguna de Conchacallas de la pro (...)
  • 46 Id. « El intento del suplicante no es tener señorio sobre los Indios sino sólo, en sus tierras par (...)
  • 47 A.G.I. Lima 336 Sim. Ecl.
  • 48 A.G.I. Lima 175 « En atención a que la dha ciudad tenia quantiosos propios y cortos gastos, y ser (...)

32Les demandes pleuvent : qui sollicite l’autorisation de fonder un majorat comme le comte de la Lagune de Conchacallas, qui se plaint par ailleurs d’être privé des terres attachées au titre que lui concéda le vice-roi duc de la Palata contre 300.000 pesos45. Il ne prétend pas — dit-il — avoir main haute sur les Indiens mais seulement sur ce territoire qui bien que très pauvre donnerait quelque lustre à sa dignité46. Qui, après avoir prouvé par une généalogie scrupuleusement établie qu’il est descendant direct de l’Adelantado Hernando de Soto et de la fille légitime de l’Inca Guayna Capac Ynga, Otochimbo Coricoyllor Coya, demande quelque petite faveur : son illustre ancêtre après avoir joui deux ans d’une encomienda de trente mille Indiens la légua à la Couronne et mourut au service de son souverain47. En 1699 les membres du chapitre demandent qu’on les autorise à percevoir les quelques petites gratifications que leur procurent leurs occupations. En 1690 le général don Juan Céspedes y Cardenas regidor et alférez royal de la ville de Cuzco voudrait voir doubler son salaire « étant donnés les bons revenus et les infimes dépenses de cette ville et les frais qui au contraire l’accablent lui quand il doit promener l’étendard du roi la veille et le jour de la Saint-Jacques avec toute la pompe due à une si insigne cérémonie. Il propose de verser mille pesos à cet effet »48.

  • 49 Id. Voir pièce justificative no 21, p. 221.

33Dans ce monde éloigné de la métropole, où règne en maître une minorité qui se dit blanche les Indiens nobles ne sont point à l’abri d’extorsions et de vexations multiples. C'est sans doute ce sentiment d’insécurité qui pousse Luis Clemente Topa naturel de la ville de Cuzco à demander au roi confirmation de ses titres. Lui et les siens sont descendants direct et reconnus par là Couronne du grand Pachatuti Ynga seigneur naturel de ce royaume ; ils peuvent donc porter les armes qui leur furent assignées le 9 mai 1. Ils sont exempts de tributs, de mitas et de services personnels. Ils portent sur la tête l’insigne rouge appelé « mascapaicha » attribué à certains nobles indiens lors d’une réunion générale des vingt-quatre Incas des provinces de Cuzco nommés par le gouvernement. Enfin ils peuvent porter l’épée. Luis Clemente Topa demande pour lui et pour ses fils confirmation royale de tous ces privilèges49.

  • 50 Id. « ...para ser util en lo temporal y saver dar consejos espirituales, juntamente ayudarse a sus (...)

34Mais généralement les sollicitations viennent surtout des Espagnols et des Créoles. Parfois même le roi reçoit des, conseils, des propositions, comme celle de ce noble Indien don Domingo Missa Paucar Nimantai Ynga, qui se sent, dit-il, de pieuses inclinations : il propose de fonder une communauté d’indiens nobles, libres, exempts de tributs, qui comme lui apprendraient la peinture, la musique et un peu de médecine afin de l’aider dans son apostolat50. Il demande pour lui-même une « plazamuerta » qui lui permette de s’occuper nuit et jour de son œuvre.

  • 51 A.G.I. Lima 175 « ...siendo tan útil al común y de especial alivio a los Naturales que las lanas d (...)
  • 52 Id. « ...que no es gravoso para los Indios el trabajo de los obraxes, lo tiene comprobado el tiemp (...)

35D’autres sont moins utopiques : tel cet habitant de Cuzco don Juan Francisco Centeno qui préconise en 1692 la fondation de tissages où travailleraient des Indiens volontaires : ils s’agirait donc de créer une petite industrie qui remédierait à la carence de tissus de pays dont s’habillent les pauvres, et en partie à la misère des Indiens chômeurs en leur procurant un travail sûr. Le principal avantage en serait enfin la multiplication des relations entre Indiens et Espagnols51. Par ailleurs, ajoute-t-il, ces occupations n’ont rien de pénible pour les Indiens, la preuve en est — qui à nos yeux n’en est pas une — le nombre supérieur et la procréation plus, intense des Indien de ces régions52. On peut se demander puisque l’évêque don Manuel de Mollineda comparait les tissages aux galères dans quelle mesure ces mots ne sont point hypocritement dictés par l’intérêt ; le solliciteur demande évidemment la permission de monter lui-même un tissage « de vingt métiers sur lesquels seraient tissés les tissus de laine, de coton, et autres... ». Il propose de payer en conséquence. Le Conseil des Indes accède finalement à cette demande sans précédent, à deux conditions : le versement à des œuvres pieuses de deux mille écus d’argent, et l’engagement formel de n’employer que des indiens volontaires... Mais, cette clause sera-t-elle respectée ? Tous les Indiens sont juridiquement libres mais l’usure, la force, les dettes les enchaînent souvent à vie. En 1699 la même demande terme, pour terme est formulée par le général don Thomas Vasquez de Velasco trésorier de la Santa Cruzada de Huamanga ; il reçoit l’autorisation contre 1.800 pesos...

  • 53 A.G.I. Lima 474 Sec. Perú « Por despacho de 5 de mayo de 1706 tuve por bien de acer merced a Don G (...)
  • 54 A.G.I. Lima 110 Sim. Sec. « ...se despachó cédula el año pasado de 653 para que ningún corregidor (...)
  • 55 Id. « ...y por las visitas que hacen les obligan los dhos corregidores a que les paguen en cada un (...)

36Le mal financier n’était pas uniquement le propre de l’Amérique. Si la Couronne défend sincèrement les Indiens, elle est partagée entre le devoir qui l’honore et les exigences de plus en plus impérieuses de ses finances malades. Aussi lorsqu’en 1709 particuliers auxquels il avait promis de confier la visite des terres du Cuzco, de Huamanga, des Audiencias de Quito et de Lima, « étant donnés les inconvénients qui résultaient de telles visites », on voit qu’une fois de plus « le remède s’était converti en poison »53. Dès 1654 la ville de Cuzco demandait confirmation d’une cédule de 1653 qui interdisait les visites des terres de dix lieues à la ronde En effet les corregidores qui effectuaient généralement de telles visites, dont le but officiel était de vérifier le bon traitement des Indiens employés sur ces terres, extorquaient de l’argent aux propriétaires qui souvent abandonnaient leurs cultures ne pouvant pourvoir à de telles inspections54. En 1696-1697 le roi ayant reçu de semblables plaintes interdisait 0 aux corregidores de visiter les propriétés pendant le temps de leurs fonctions... ». Sous prétexte de soulager les Indiens (nous savons combien ils s’en souciaient peu) ils exigaient de chaque fermier une gratification de cent cinquante pesos par visite55. Par ailleurs l’Indien brimé ou mécontent pouvait légalement en appeler au corregidor ou à son lieutenant : mesure bien illusoire !

  • 56 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Cuanto conviene que tengan (los Indios) cerca jueces que los desagravi (...)
  • 57 Id. « ...no es esto culpa del oficio, si de las personas que lo sirven ».

37Un autre défenseur de l’Indien, le juge des naturels, s’était aussi bien vite converti en exploiteur. Après une visite effectuée en 1574 1e grand vice-roi don Francisco de Toledo décréta la création de ce poste pour protéger les Indiens contre les abus des Espagnols et des caciques56. Il était entendu que les personnes à qui serait confiée une telle charge devaient être notoirement honnêtes et charitables... Quarante-trois longues ordonnances précisent minutieusement les devoirs de ces ministres : on exigeait d’abord que leur vie fût exemplaire ; leurs tâches étaient très variées : surveiller à la fois le bon traitement et le travail des Indiens, dépister l’idolâtrie, entre autres choses interdire aux indigènes la représentation de figures sur les tissus, les vases, ou dans les maisons. Ordre leur était donné de faire démolir les sépultures, et de faire construire un ossuaire où seraient rassemblés les restes de tous ceux qui moururent dans l’infidélité. Ils devaient veiller à ce que les terres ne soient jamais arrachées aux Indiens, à ce que leur travail soit justement rétribué... Ils devaient également veiller à ce que les indigènes ne déforment pas les têtes des nouveau-nés par des bandes et des bonnets comme ils avaient coutume de le faire par superstition ; à ce qu’ils ne soient par armés ; ils devaient toujours s’enquérir des endroits où ils se réunissaient secrètement. Ils avaient un pouvoir judiciaire fort étendu ; cette autorité qui leur était conférée, les devoirs qui leurs incombaient auraient dû leur permettre de soulager réellement le monde indien, mais comme le dit justement don Alonso de Guzman qui tient cette charge pour indispensable, les abus sont dus « ... non aux charges mais aux personnes indignes à qui elles sont confiées... »57.

Notes

1 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « Conozco que mis reyes an sido y son tan cristianos y católicos que solos an mantenido en pureza Nuestra Santa Fee, que sus leyes son justas y sanctas, pero que no se guardan con aquella entereza que conviene para un perfecto gobierno ».

2 Id. Las leyes, ordenanças y cédulas del Rey miran todas al alivio y conservación de los Yndios Naturales del Perú, pero la codicia y ambición de los ministres que la han de executar perturban el uso y conbierten en veneno la atriaca ».

3 Id. « ...porque es tal la desgrarcia de los Yndios que cuanto se solicita para su alivio se convierte en daño suyo... ».

4 Jaime Vicens Vives affirme que : « en la práctica los territorios americanos tienen un medio eficaz : el incumplimiento de la ley... verdadera institución indiana”... » (Historia social y económica de España y América - Tome III p. 566-568).

5 A.G.I. Lima 175 « ...que no se de lugar a que los Yndios necesiten de ocurrir al Consejo con semejantes representaciones, pues es de la primera yncombenencia de todos los ministros al amparalos y protegerlos ».

6 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « Señor, certisimo ese que no ai rei más mal servido que Vuestra Magestad, ni ministros más bien pagados ».

7 A.G.I. Lima 338 Sec. Perú « El demonio con sus astucias a sembrado tal cizaña en este Nuebo Reyno, en las sagradas religiones de Santo Domingo y San Agustin, que no sólo a la cathólica conciencia de V. Mag. pero a cualquiera de sus vassallos, deve lastimar la mucha émulción y poca charidad con que los religiosos contienden en sus religiones, sobre quales an de quedar absolutamente mandanto en ellas, o los que llaman de España, o los que laman criollos, que por aora llevan la Victoria ».

8 A.G.I. Lima 338 « ...por esta causa se originó el buscar medio con que ni los Españoles tuviessen siempre el gobierno, ni los Criollos careciessen desta honra y calidad ».

9 Des scissions s’étaient produites au sein même des Espagnols, entre ceux qui avaient reçu les ordres en Espagne et ceux qui les avaient reçus en Amérique, ce qui donna lieu à une « Ternativa ».

10 A.G.I. Lima 338 « Al cabo de gran rato subió el obispo, demudado, rodeado de muchos frailes gritando tanto que no se podía oir ni unos a otros ».

11 Id. « ...pero en el convento de San Francisco ay más de trescientos religiosos que para que no se admitan los despachos resisten al ingreso del obispo, prevenidos de armas de fuego, espadas, broqueles, y otros instrumentos [...] an recogido las más armas que ay en esta ciudad ».

12 Id. « Criollos volved por vuestra patria, que os la tiranizan, no ay alternativa ».

13 Id. « ...el mandamiento de la Alternativa causó horror en la ciudad del Cuzco. No querían admitir a los de España ».

14 A.G.I. Lima 338 « Quieren a los de España sólo para legos, porque los han experimentado de trabajo y cuydado, y a los nacidos en esta tierra de ningún provecho ; no los quieren para sacerdotes porque son de valor y zelo... ».

15 Id. « Somos oy en esta provincia del Cuzco quarenta y uno de España entre los quales ay cinco que pudieron leer facultad y otros que son predicadores. Los mayores enemigos que solemos tener en estas provincias son los Padres Comisarios que por sus fines particulares se hacen del gremio de los criollos ».

16 Id. « Le obligó la osadía y libertad de los frayles criollos naturales desta tierra a retirarse a palacio, y de allí, con auxilio que pidió al Real acuerdo, desterré dos que hacían cabeça, con que por entonces parece se templó algo la materia, pero a pocos lanzes, experimentó los malos ánimos de los que quedaron, que le quisieron quitar la vida dando fuego a su celda. Le salbó un religioso de España que los demás dejaron por muerto. El Padre comisario se volvió a Palacio, haciéndose fuertes en el convento todos los frailes criollos. Fué preciso sitiarlo con tres compañias, y sacar otros nueve frayles. Los demás se negaron a obedecer, haciendo fuga... ».

17 A.G.I. Lima 338. Voir pièce justificative no 19, p. 218.

18 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « Buen exemplo es el actual (virrey) cuya pobreza fue notoria en España y su caudal oy no será creido, porque excede a toda ponderación [...] siendo su salario 36.000 pesos cada ano, son 300.000 los manuales porque todo se vende, la cédulas de V. Mag. para que valgan se avaluan... ».

19 A.G.I. Lima 433 « Cada corregidor en su provincia es un virrei ».

20 Id. « ...y los que más comercian en esto prohibido, son los que tienen el mando, porque nadie les puede impedir teniendo almasenes públicos de esta ropa de China en sus casas los oidores y familia del virrey... ».

21 Id. « ...aiudalos a ser malos, el ser hijos de la tierra ; señor, no sea juez ninguno donde es natural, premie V. Mag. sus méritos sus letras, a los hijos de este reino en otro, a los de otro en esté... ».

22 Id. « Los curatos se dan según los empeños, incluso a niños a que se llega la ignorancia de la lengua india con que los an de instruir ».

23 Id. « Las conversiones no se exercitan porque las misiones estan mui resfriadas por falta de limosnas o fomento, i llora el coraçon viendo que a cinquenta leguas de esta ciudad se alla un número sin número de Yndios fuera del cathólica rebaño ».

24 A.G.I. Lima 433 « ...i el Reino no tiene (fuerzas), porque no tiene virrey ni ministros, ni se hallará desde Buenos Ayres a Cartagena un cabo que sepa mandar, ni ne mar, ni en tierra, porque todos los que están puestos en oficios políticos o militares los obtienen porque los an comprado ».

25 A.G.I. Lima 117 Sim. Secl. Les officiers du Cuzco accusent réception en 1664 d'un ordre royal : « Recibieron sus mercedes esta Real Cédula, la qual puesto en pie y quitados los sombreros besaron y pusieron sobre sus caveças y obedecieron con el respeto devido como a Cédula de su Rey y Señor natural ».

26 Ce mal semble bien ibérique, car il faisait encore des ravages en Espagne même à la fin du siècle : Ponz écrit lui aussi que tandis qu’il existe de bonnes lois édictées par un sage gouvernement,” los decretos y ordenes se olvidan regularmente por ignorancia o por malicia de los subalternos y quedan cubiertos de polvo en los archivos”... » (Cité par Jean Sarrailh dans L’Espagne éclairée de la seconde moitié du xviiie siècle - p. 85).

27 A.G.I. Lima 492 Sec. Perú « ...decia que era APO*, que descendia de los emperadores de halli, y que asi a él solamente havian de obedecer, que ya verían como el virrey y los gobemadores no hacían más que lo que él queria. que los corregidores sólo yban allí a governar los guampos*... ».

28 A.G.I. Lima 492 « ...y siendo los dos iguales en genio, natural y codicia, se dudaba qual hera el más pernicioso... ».

29 A.G.I. Lima 492 « ...perro guampo de corregidores ».

30 Id. « ...con el fin de suceder a Venegas y de ser diez años corregidores siendo a la sazón alcaldes Don Joseph de Esquivel su hermano natural y Don Manuel de Pisanna su tío ».

31 A.G.I. Lima 492 « ...valiendose para todo esto de trese mulatos facinerosos que tiene a su disposición ».

32 Id. « ...de tal suerte que todo es sedición y enredo queriendo dominarlo todo y hacer creer a todos que ees poderoso y absoluto, de tal suerte que aun ni las sagradas clausuras de conventos de religiosas están preservadas de su rigor y maldad, pues si su torpe ydea le propone gozar alguna seglar que en dhas claususras se mantiene o por vía de depósito o en servicio y asistencia de algunas religiosas manda escalar el combento y sacarla ; si sacar alguna doncella de la recámara de sus padres o alguna casada del lado de su marido, executa lo mismo ; si se le antoja maten a fulano, se executa al punto ; si valerse del caudal ajeno, lo quita o por engaño o por violencia... ».

33 A.G.I. Lima 492 « ...sabiendo que V. Mag. se le ha hecho informe contra el crédito de Don Géronimo Losada Sotomayor no puedo omitir, en conciencia representar a V. Mag. la sinrazón con que se ha procedido contra este caballero ; no tiene otro delito que el no permitir dejarse ajar de las violencias del corregidor de esta ciudad el Marques de Valleumbroso quien, saviendo que este caballero pasaba a esa corte a buscar en las Reales Plantas de V. Mag. toda su defensa, obligó a los más del cavildo de esta ciudad a esecribir carta desedorando sus prosederes... ».

34 A.G.I. Lima 492 « ...radicóse toda la disprizencia en el ymplacable odio que tiene el marques a todos los sujetos europeos e inclinerle su genio a querer entabler una universal dominación en todos los vezinos, alentado de la representación de su persona, de las quantiosas haciendas que posee y de la autoridad del gobierno que exerce en su mesma patria y oye espera continuar por diez años y para hacerse más formidable tiene a su devoción a todos los mestiços y gentes de vida libre y licenciosa para aterrar los ánimos de los vezinos prudentes [...] lo que dió motivo a que amaneciessen en las plazas de la ciudad del Cuzco (el 8 de maio de 1713) diferentes pasquines que dezían en Madrid el Rey, en Lima el Virrey, y en el Cuzco et Marques de Esquivel... ».

35 A.G.I. Lima 342 Sim. Ecl. « Prosiguen en el escándalo de entrar en casas sospechosas Don Agustin de Vargas y Don Ignacio Castelin, y este persiste en fraguar los malicioses enredos que dispone su cavilación ».

36 Id. Voir pièce justificative no 20, p. 220.

37 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « En contradictorio juizio por la declaración de ritos de 28 de noviembre de 1595 confirmada por la Santidad de Clemente octavo ».

38 Id. « ...por ser materia de cumplimiento de erección y de repetidas cédulas de V. Mag. en que tiene mandado que en las iglesias de esos reynos no se de lugar en su cabildo a ninguno Provisor que no sea prebendado... ».

39 A.G.I. Lima 312 « ...para que en el core de la yglesia del Cuzco y fuera del, no pueda tener lugar ni asiento ninguna persona de qualquier estado, calidad, y condiciones ».

40 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...fue querer el corregidor que los capitulares entrassen sin espadas, y estos que el corregidor asistiese con vara alta dexando el bastón... ».

41 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl.

42 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl.

43 Id. « ...dha ciudad está padeciendo grande necesidad de agua dulce, por estar los conductos y cañerías arruinados, y no tener bastantes rentas y propios para poderlos adereçar por ser mui dilatada la distancia que ha desde que nace a dha ciudad ».

44 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl. « ...se sirva de conceder a dha ciudad facultad por tiempo de ocho años para imponer una sissa sobre el vino, azeites, vinagre, pescados, aji*, algodón, y carnes que entran en dha ciudad ».

45 A.G.I.. Lima 174 « Le concedió la merced de titulo de Conde de la Laguna de Conchacallas de la provincia de dha ciudad del Cuzco por aver servido a V. Mag. con treinta mil pesos para las necesidades presentes con los onores de titulo de Castilla ».

46 Id. « El intento del suplicante no es tener señorio sobre los Indios sino sólo, en sus tierras para que la merced de Conde que se le ha hecho tenga estimación y decoro ».

47 A.G.I. Lima 336 Sim. Ecl.

48 A.G.I. Lima 175 « En atención a que la dha ciudad tenia quantiosos propios y cortos gastos, y ser tan crecidos los que dho alferez real haze todos los años en sacar estandarte la vispera y dia de Santiago con el lucimiento debido que requiere función tan autorizada se sirva V. Mag. de hacerle gracia y merced de que se le de otro tanto más de salario del que por su titulo se le señala, y ofrece servir a V. Mag. con otros mil pesos... ».

49 Id. Voir pièce justificative no 21, p. 221.

50 Id. « ...para ser util en lo temporal y saver dar consejos espirituales, juntamente ayudarse a sustentar con sus oficios y diligencias en todo lo que se ofrecia con los afligidos, forasteros, enfermos ».

51 A.G.I. Lima 175 « ...siendo tan útil al común y de especial alivio a los Naturales que las lanas del mucho ganado que se cria en aquella tierra se fabrique en los géneros de ropa que comunmente gastan los pobres y que desta aya abundancia para que no estén sujetos a la carestía que precisamente ocasiona la falta y siendo tan evidente esta consideración se sigue otra de no menor convenencia a los Indios, por reducirse a un trabajo corporal limitado como el que se tiene en los abraxes, que se sirvan de Indios voluntarios respeto que el yncentivo del buen trato, la puntual satisfacción de sus jornales y tener oficio de donde sacar con que satisfacer el tributo y sustentarse sin la miseria que por no cultivar ni trabajar los ministerios del campo padecen y ultimamente estan juntos donde la comunicación más frecuente de los políticos y la de los curas y religiosos les exercita la enseñanza, y esta misma sociedad les reconcilia en buenas costumbres y mayor adelantamiento en el conocimiento de Nuestra Santa Fee ».

52 Id. « ...que no es gravoso para los Indios el trabajo de los obraxes, lo tiene comprobado el tiempo, pues donde los ay es mayor la abundancia y procreación de los Yndios ».

53 A.G.I. Lima 474 Sec. Perú « Por despacho de 5 de mayo de 1706 tuve por bien de acer merced a Don Geronimo Fernandez de Obregón de las visitas de tierras, obraxes y estancias de granados mayores y menores, ingenios de azúcar, characas*, tambos*, y exidos de molinos, para desagraviar a los Indios de los que residen por sus administradores en la provincia del obispado del Cuzco y Huamanga [...] habiéndome servido con 1.400 escudos de plata [...J considerando las perniciosas consecuencias de estas visitas, devolveré el dinero entregado por conseguir tal merced ».

54 A.G.I. Lima 110 Sim. Sec. « ...se despachó cédula el año pasado de 653 para que ningún corregidor ni sus (thenientes) nombrados por el vuestro virrey de dho reyno pudiese visitar las haziendas que ay en el distrito de su jurisdicción de ella, donde se siembra trigo, maiz y otras legumbres que la abastecen, por aberse reconocido las extorsiones que los visitadores hacían a los dueños [...] los quales yban desamparando y en poco tiempo no avia quien los cultibase por lo costoso que le eran semejantese visitas... ».

55 Id. « ...y por las visitas que hacen les obligan los dhos corregidores a que les paguen en cada un año cien pesos cinquenta por cada una... ».

56 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Cuanto conviene que tengan (los Indios) cerca jueces que los desagravien de los Españoles, caciques y principales, donde a vista de ojos reconozcan sus danos y tiranías experimentadas en sus personas, hijos y haciendas, faltándoles osadía para yr a quejarse ante las justicias ».

57 Id. « ...no es esto culpa del oficio, si de las personas que lo sirven ».

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540