Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Quatrième partie. Dualité d’une minorité dominante

Chapitre III. Missions en armes et nouvelles missions

Texte intégral

« Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. »
Saint Luc

  • 1 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú « ...tan afamado asta en esta corte por las muchas naciones que nabegan s (...)

1Dans les régions de Tarma et Andamarca se trouvaient les missions du « Cerro de la Sal » célèbre jusqu’à Lima pour le grand nombre de tribus qui, moyennant parfois six mois de navigation, y venaient en quête de sel1. Ces missions ayant été abandonnées depuis 1674 après que les Indiens eussent tué deux prêtres et deux frères lais, d’autres franciscains s’y aventurèrent en 1699 mais ne purent fonder aucun village. Puis en 1709, elles furent reprises en trois centres : celui de Cerro de la Sal, de Xauxa et enfin celui de Huanuco.

1. Les missions du Cerro de la Sal

  • 2 A.G.I. Lima 541 « Comenzase desde este famoso cerro un reyno dilatadisimo [...] Estando tendida la (...)
  • 3 A.G.I. Lima 541 « Son de suma utilidad para introducirse a ellos la predicacion evangelica ».
  • 4 Id. « ...que estas conversiones del Cerro de la Sal son la primera condicion para que se logren con (...)

2Le centre du Cerro de la Sal fut inauguré par la messe dite le 4 décembre 1709 au village de Quimiri à soixante-trois lieues de Lima et à seize lieues des « derniers chrétiens ». Ce Cerro fut dès lors considéré comme le centre principal2. En 1713, Fray Francisco de San Joseph déclare au roi que le village abrite 585 personnes y compris femmes et enfants ; beaucoup d’autres avaient péri lors d’une épidémie de variole. 213 sont baptisés. L'âpreté des chemins rend difficiles les communications avec d’autres villages ; dix lieues plus loin les 600 habitants de la Purisima Concepción de Eneno ayant manifesté un désir évident de tuer les religieux, le village avait été abandonné car il n’y avait pas d’armes pour le défendre. Le Cerro de la Sal jouait un rôle primordial étant donné le grand nombre d’indigènes qui y accouraient de toutes les régions3 et Fray Francisco de la Huerta disait qu’il était la condition première de la réussite de toutes les missions du royaume4.

3Dans la région de Huanuco une mission d’indiens Payansos y Panataguas, fut également abandonnée : trente mille Indiens étaient morts au début du XVIIIe siècle de diverses épidémies. Les survivants avaient tué un religieux en 1704. Elle compte, en 1713, cinq petits villages de trois cents âmes dont quarante-sept baptisés.

  • 5 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú « ...media legua de este gran pueblo vive un español viejo con el traje d (...)

4Dans la province de Xauxa une mission fut supprimée en 1687, les Indiens ayant tué trois prêtres et trois frères lais. La population en fut reconvertie par le frère prêcheur Fray Pedro Ortiz de Tuesta qui redécouvrit incidemment un village anciennement chrétien appelé Anapâti ; son cacique Matachari s’étant cassé les deux jambes envoya quérir les pères pour recevoir le baptême. Ils accoururent et construisirent une église ; à l’occasion d’un incendie qui s’y déclara en leur absence les Indiens prouvèrent cette fois leur loyauté : le cacique exhorta les femmes â éteindre le feu et les hommes à construire en toute hâte une nouvelle église et un nouveau presbytère pour ne pas être soupçonnés par les religieux d’avoir volontairement provoqué cet incendie. Ceux-ci faisaient par ailleurs des découvertes de toute sorte ; par exemple à une demi lieue de là, ils rencontrèrent un vieil Espagnol encore vêtu à la mode castillane qui vivait dans ces régions reculées entre soixante enfants et petits-enfants ; il était sans doute caché pour échapper à quelque arrestation5. A trois jours de chemin se trouvait dissimulé un grand village d'Indiens qui avaient fui les Espagnols.

  • 6 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú « ...este es un pueblo de Indios huidos de los cristianos. Tienen Iglesia (...)

5Ils avaient une église et se baptisaient entre eux ; leur village comptait une « rue des orfèvres » dont un nommé Castillo6.

6En 1716 Fray Francisco de San Joseph, dans un rapport au père Francisco Joseph Saenz commissaire général des Indes, rappelle que depuis quatre-vingt-dix ans l’ordre, de Saint-François travaille aux conversions des et des Amages qu’il paya du sang de vingt-cinq religieux et de trente séculiers tués" par les barbares ; mais, dit-il, la récolte fut abondante.

  • 7 A.G.I. Lima 541 « Nos ha atajado común y diabolica coligacion de sus caciques, quienes han promulga (...)
  • 8 Id. « Si nosotros insisteremos en explorar sus regiones, predicando el Evangelio, y que no adoren e (...)
  • 9 A.G.I. Lima 541 « Lo que mas nos lastima es el ver el fiero orgullo con que algunos protervos pagan (...)

7L’œuvre fut rendue difficile par l’hostilité des caciques d’autres tribus7. Si les religieux s’entêtaient, disaient-ils, à aller extirper l’idolâtrie en les empêchant d’adorer le soleil et de lui sacrifier des aveugles ils étaient prêts â les massacrer comme leurs prédécesseurs. Ils redoutaient avant tout que les Espagnols connaissant la fertilité de leurs terres ne les envahissent8. Seuls les travaux déjà réalisés : la conquête effective des Indiens du Cerro de la Sal, soixante lieues de chemin ouvertes en pleine montagne pour le passage des caravanes de mules et deux ponts enjambant chacun des fleuves qu'ils tenaient pour infranchissables, les intimidaient. Malgré toutes les souffrances endurées les missionnaires déplorent surtout cette opposition des Indiens non convertis : « ce qui nous chagrine le plus est de voir avec quel acharnement, quel sauvage orgueil, quelques païens dénaturés, enchanteurs ou sorciers diaboliques pervertissent les masses ignorantes ; afin qu’elles n’écoutent ni ne croient les Mystères Sacrés que nous leur révélons ils leur suggèrent avec une infernale malice des idées pernicieuses ; et pour irriter davantage ces populations contre nous ils leur affirment que tous leurs maux viennent de ce qu’ils nous acceptent sur leurs terres et que nous leur prêchons de ne pas adorer le soleil ; que pour cette raison ils sont consumés par de nombreuses épidémies ; l’air leur subtilise le gibier, l’eau leur dissimule le poisson, la terre leur refuse ses fruits ; la montagne leur cache les animaux, et qu’enfin nous leur apportons les maladies mortelles qui les achèvent... »9.

8La docilité même des Indiens des missions de Carabaya rendaient les Espagnols méfiants mais au Cerro de la Sal la guerre est ouverte. Cependant les religieux ne réclament pas encore d’escorte.

9Un recensement de 17 établit pour le Cerro de la Sal une population de 1547 habitants répartis en 209 familles ; neuf églises, et trois chapelles servies par vingt-sept religieux y furent construites. Quatre-vingt-sept lieues furent, rendues praticables pour le passage des mules, trois grands ponts furent jetés. Des poules, des dindes et 246 têtes de bétail assurent la subsistance des missionnaires ; deux fours à pain, une forge et quatorze mules complètent l’équipement ; huit noirs y travaillent.

  • 10 A.G.I. Lima 537 Sec. Perú « Padrón de los pueblos e Indios convertidos que tiene la conversión del (...)

10Les missions de Xauxa et de Guanuco sont plus petites, mais en neuf ans plus de mille enfants baptisés y moururent d’une épidémie de variole10. Un relevé daté de 1721 précise les noms des hommes et des femmes et le nombre d’enfants de chaque ménage du village de Quimiri. Celui-ci n’a pas de cacique et c’est — dit-on, — le Valdivia des missions, sa population ne comptant que des gens coupables de quelque forfait et des fuyards. Des épidémies survenues l’année même expliquent le nombre de familles sans enfants et le nombre d’orphelins...

11Après la peste qui ravagea le royaume une mise, au point du nombre de survivants-est faite en 1725 : le Cerro de la Sal rassemble à Quimiri, au dire de son curé, 215 personnes nouvellement converties, et 42 « vieux chrétiens », sans compter les enfants. A huit lieues au nord San Joaquín de Nixandari fut dépeuplé par la peste ; sept familles soit une quarantaine de personnes commencent à le repeupler. Cinq lieues plus loin le village de Cristo Crucificado du Cerro de la Sal rassemble 230 habitants ; encore vingt lieues vers l’est et l’on trouve 330 personnes au village de la Concepción de Eneno ; à treize lieues se cache San Francisco de Pichana avec 329 âmes tandis que San Tadeo abrite à vingt lieues de là plus de 500 personnes et constitue la frontière d’un territoire (pajonal) très vaste et très peuplé. Deux autres villages, la Concepción de Metraro et San Pedro de Alcantara de Pillo ont été complètement vidés par la peste. C’est tout ce qu’il reste.

12A Huanuco le nombre des rescapés était encore inconnu ; on savait seulement qu’avant l’épidémie 1600 personnes étaient répatries en six villages dont le principal Asumpción de Pususu se trouvait à quatre-vingt-onze lieues de Lima. Les missions de Xauxa perdirent trois villages. Le principal, San Joaquín de Sonamoro, à quatre-vingt-dix lieues de la capitale, compte alors 210 habitants ; la mission qui comprend encore trois autres hameaux est entourée de nombreuses tribus : Simirinches, Masarovenes, Piros, Mochebos, et au sud Abacheas, Putuchinis, Chichirenes qui venait volontiers faire baptiser leurs enfants

  • 11 A.G.I. Lima 541 « ...y asi Religiosos escogidos y plata prompta por amor de Dios... ».
  • 12 A.G.I. Lima 1606. Coût de leur transport : « son necesarios 426.936 maravedises de vellón a razon d (...)

13Malgré la sueur et le sang versés pour la fondation de ces centres missionnaires le nombre d’ouvriers évangéliques est insuffisant ; ils ne peuvent pas toujours s’occuper des villages restés loyaux et attachés au christianisme. Les religieux demandent qu’on leur envoie d’urgence des hommes capables et de l’argent11. Le 17 décembre 1724 soit neuf ans plus tard une équipe de vingt et un religieux et de deux séculiers fut dépêchée pour les conversions de Pisco, Xauxa, et du Cerro de la Sal12.

  • 13 A.G.I. Lima 539 « ...haciendo falta su presencia por ser pocos los operarios y crecida la mies... »

14Les Espagnols eux-mêmes compromettent les chances de réussite de ces conversions déjà si péniblement obtenues : en 1736, don Joseph de Salazar y Minatones syndic général des missions franciscaines proteste énergiquement. En effet trois décrets royaux datés de 1719, 1729 et 1734 ordonnèrent le paiement annuel de six mille pesos aux dites missions. Or, depuis 1722, soit pendant quatorze ans, 22.000 pesos seulement au lieu de 84.000 furent versés, soit un arriéré de 62.000 pesos. Les missionnaires, ne se faisant guère d’illusion sur l’état des finances, pensèrent que leurs cures de Comas et Andamarca rassemblant cent neuf tributaires, étant exemptes de mitas* en tant que zone frontière, et payant seulement le tribut de cinq pesos et cinq réaux, l’arriéré pourrait être couvert peu à peu par l’exemption de cet impôt. Le gouvernement refusa. On accorda seulement aux religieux de pouvoir toucher l’argent aux caisses de Xauxa et non de Lima où un père devait se rendre et perdre ainsi trois ou quatre mois en chemin13.

  • 14 Id. « Se agrega tambien la facilidad que los Indios tienen en mudarse de una campana a otras, sin e (...)
  • 15 Id. « Solo les contiene la presencia de los Padres y continuas dádivas de herramientas, chacinas y (...)
  • 16 Id. « ...porque totalmente estaban ya extinguidas estas conversiones y reducidos sus pueblos a Mont (...)

15En 1736 ordre fut donné aux gouverneurs et corregidores de Tarma, Xaura et Huanuco de faire connaître leur avis sur ces missions ; il fut déclaré le 4 décembre que vingt ans auparavant il y avait plus de seize mille convertis avant les épidémies. Mais les maladies et attaques des autres infidèles leur portèrent Une sérieuse atteinte. Il ajoute que le caractère instable de l’Indien rend la tâche difficile14 ; seuls la présence des pères et les dons continuels d’outils, de charcuteries, de bagatelles pour lesquels ils livrent facilement leurs enfants au baptême, les retiennent15. En 1733 ils trouvèrent malgré l’œuvre de Fray Francisco de San Joseph sept villages dépeuplés « car presque toutes ces missions s’étaient éteintes et les villages retournés à. l’infidélité »16. Elles comptent alors quelque onze...cents-âmes ; dix nouveaux villages ont été créés dans le Pajonal à vingt-cinq lieues du dernier village chrétien et rassemblent 4700.âmes. La moisson fut bonne puisqu’ils réussirent à baptiser en partie les deux nombeuses et redoutables tribus des Simirinches et des Conivos ; les Piros et les Mochopos sont à demi conquis.

16Faute de moyens les missions de Xauxa et de Huanuco n’ont guère progressé. Avant l’épidémie la première comptait plus de treize mille âmes. Les témoins insistent sur le manque de moyens financiers et de missionnaires nécessaires pour que cette entreprise puisse survivre.

  • 17 A.G.I. Lima 539 « Dice que más que nunca necesitan las conversiones ayudas pues los chunchos se hac (...)

17Mais il est déjà trop tard : dès 1737, s’amorce un processus de révoltes. Le 14 avril, le père commissaire demande de l’aide d’urgence. Les Indiens deviennent intolérables. Le 20 mars, ils envahissent Sonomoro et tuent des missionnaires17. L’expédition était conduite par un cacique dont le père avait lui-même tué trois religieux. Le 13 mai 1737 les pères abandonnent les villages de San Tadeo et de Pichana envahis par les Indiens.

  • 18 A.G.I. Lima 541 « Reconozco infelizmente malogrados sus trabajos por haberselos rebelado los Indios (...)

18En 1741, nouvelle mise au. point : les pertes causées par ces révoltes sont élevées : dans les missions du Cerro de la Sal 1269 personnes, dans celles du Pajonal 4160. Le 28 août 1744 le vice-roi marquis de Villa. Garcia déclare au roi que ces pertes ne doivent pas être imputées aux religieux mais au manque d’argent et à l’œuvre néfaste d’un Indien imposteur18. Ces missions sont désormais irrécupérables.

  • 19 A.G.I. Lima 541.

19Le zèle des missionnaires ne semble pas, en effet, pouvoir être mis en cause ; de tous les coins du royaume sont envoyées des lettres de louanges. Dès 1732 le vice-roi marquis de Castelfuerte exposait au souverain la nécessité d’envoyer de nombreux Franciscains aux missions du Cerro de la Sal19. En 1743 la ville de Potosi louant l’œuvre de prédication de Fray Francisco Joseph de San Antonio demande qu’on lui envoie encore de tels sujets. L’Audience de la Plata formule la même demande. En 1744 le chapitre ecclésiastique de Huamanga loue les missionnaires franciscains et leurs œuvres ; celui de Cuzco loue le zèle du père Joseph de San Antonio qui pénétra les hautes terres jusqu’à l’archevêché de La Plata et purifia par son enseignement et son exemple trente six des plus vastes et lointaines provinces. En 1748 l’évêque Miguel de Tucumán renouvelle ces louanges ainsi que le chapitre et l’archevêque de Buenos Aires. En 1747 les rapports du vice-roi, des Audiences et des chapitres ecclésiastiques rappellent au roi que le père Joseph de San Antonio prêcha jusqu’à « la Raya del Tucumán », soit à plus de cinq cents lieues de Lima et étouffa les rébellions des provinces d’Oruro, d’Azangaro et d’Asillo en 1738 et 1739. Le doyen et le chapitre de Lima relatent en 1747 l’incident de Huaraz (province de Guailas), village très peuplé : les Franciscains y avaient un couvent de Récollets qui fut dispersé ; les Indiens se soulevèrent, dérobèrent les montures et empêchèrent les religieux de s’en aller, en présentant une pétition devant le corregidor.

  • 20 A.G.I. Lima 541 « Desde el año 731 hasta el presente han muerto veintecinco sujetos de los destinad (...)

20Mais les vertus de ces religieux ne pouvaient suppléer au nombre. De 1731 à 1744, vingt cinq misionnaires moururent à la tâche dont huit sous les flèches20.

  • 21 Id. « ...todos sin atender los conversores fueron con gran regocijo y acceleración a dar la obedien (...)

21En 1745 Fray Gil Munoz relate les faits au roi. Au début du mois de mai 1742, un Indien qui se disait roi des Incas fit son apparition dans les missions du Gran Pajonal contigu au Cerro de la Sal. Il jeta le trouble dans les vingt cinq villages ; tous les Indiens faisant fi des missionnaires se précipitèrent en hâte pour jurer obéissance à l’imposteur21. L’inquiétude devint de plus en plus grande. Le 17 septembre, des Indiens du Cerro de la Sal invitèrent traîtreusement deux religieux de Quimiri, Fray Joseph Cabanes et Fray Domingo Garcia, à se rendre à leur village en disant hypocritement que l’Inca était un menteur et que tous les Indiens étaient détrompés. Confiants, ils s’y rendirent avec trois frères lais pour toute escorte. Sur les rives d’un fleuve proche du village de la Sal tous les Indiens souriants les accueillirent de l’autre rive ; mais ils retournèrent au milieu de la rivière les radeaux des pères et lancèrent des flèches aux malheureux qui essayaient de nager. Blessé à mort Fray Joseph Cabanes, priant pour ses bourreaux, coula ; le père Domingo, bien que couvert de flèches, gagna la rive, là ils l’achevèrent à coups de bâtons et le décapitèrent. Ils enterrèrent la tête dans l’église et jetèrent les corps à l’eau. Trente jours plus tard, les sodats tentèrent en vain trois expéditions punitives ; ils durent battre en retraite, perdant hommes et armes. Au total vingt-sept villages ont été abandonnés : dix-huit dans le Gran Pajonal, sept dans le Cerro de la Sal ; et deux à Huancabamba (corregimiento de Tarma).

22Fray Gil porta plainte contre le gouvernement : il n’avait pas été tenu compte de la proposition faite six ans auparavant d’envoyer quarante familles espagnoles fonder une ville dans le Gran Pajonal. Il avait été demandé alors un crédit de douze mille pesos pour acheter des outils et laisser aux femmes de quoi vivre à Lima pendant la fondation. L’Audiencia a donna l’autorisation mais refusa les crédits ce qui revenait à tout refuser. Fray Gil dénonça également les ministres qui répugnèrent à les aider et même à leur payer l’aumône royale de six mille pesos annuels. Il termina en affirmant que la construction d’une forteresse au confluent des fleuves Enne et Perenne est indispensable..

  • 22 A.G.I. Lima 541 c Se cortaron las cabeças y las hecharon al rio, con los cuerpos celebraron los inf (...)

23Mais l’hécatombe continue : en février 1747 le Révérend Père Manuel Albarran prêcheur apostolique commissaire des missions et président du collège de Santa Rosa de Ocopa et Fray Bernardo de Jésus, ainsi que Fray Jacobo, frère lai, se rendirent accompagnés de dix Espagnols et de vingt Indiéns de Huanta et de Laricocha sur les rives du Mantaro à l’appel des infidèles des montagnes de Xauxa : ceux-ci les encerclèrent et les tuèrent à coups de flèches (les Indiens de l’escorte les avaient abandonnés) « ils décapitèrent les treize morts dont dix Espagnols et jetèrent les têtes à l’eau : avec les corps ils célèbrèrent leurs crimes comme des loups carnassiers sur les plus innocents agneaux ; les uns se mettant l’aube, les autres les chasubles, ils tournèrent en dérision les habits sacrés et les emportèrent avec le calice dans la montagne pour célébrer leurs crimes par des beuveries... Quarante-neuf ouvriers évangéliques arrosèrent ainsi de leur sang cette vaste vigne »22. Depuis quatorze ans que leur mission existe, précise-t-il, cent vingt religieux furent massacrés par les Indiens des tribus Andes, Conibos et Simirinches. Et, ajoute-t-il, Dieu seul connaît le nombre d’indiens convertis, hommes, femmes et enfants, de noirs et de mûlâtres qui travaillaient dans ces missions et furent tués comme les pères.

  • 23 A.G.I. Lima 532 « ...dexándola incapaz de cultivo por la inmediación que tiene a sus montañas las q (...)
  • 24 Id. « ...existiendo mui lastimoso y destruydo el estado de estas misiones que estamos promptos a po (...)
  • 25 Id. « ...y es tan bárbara y cruel esta gente muchos misioneros han sido pasto de su tiránica brabez (...)
  • 26 A.G.I. Lima 532 « ...a leves tentaciones de los rebeldes no solo abandonan la Fee recibida, sino qu (...)

24En 1749, Fray Bernardo Davila, vicaire général de l’ordre des dominicains, rend compte au roi des missions de son ordre, celle de Tarija eh Bolivie et celle de la région de Cochabamba où de nombreux missionnaires furent tués par les infidèles. Depuis le xviie siècle ils avaient également des missions dans la région de Tarma qui furent supprimées en 1740. Il affirme que les dommages causés par les récents soulèvements furent tels qu’ils ruinèrent leur propriété de Chanchamayo qui assurait la subsistance de leur collège de Santo Thomas, « ...la proximité de leurs montagnes qui leur servent de bouclier pour se défendre et attaquer impunément les Espagnols... » la rend incultivable23. Il insiste sur le manque d’aide et affirme être prêt à essayer de reconstituer ces missions détruites si les secours nécessaires lui sont assurés24 ; l’assistance militaire est indispensable pour éviter de telles atrocités. Il donne comme exemple certaines missions de son ordre dans le Darien où les infidèles se révélèrent particulièrement cruels et dévorèrent des missionnaires vivants25. L’élan d’évangélisation n’en fut pas freiné pour autant car l’assistance continue des soldats assurée par l’Audience de Panama permet aux missionnaires de poursuivre leur tâche en sécurité : en effet, dit-il, les Indiens sont tellement instables et changeants que même les convertis se retournent parfois contre les pères qui les ont évangélisés avec plus d’acharnement que les autres26.

  • 27 A.G.I. Lima 541 « ...pues movidos por el deseo de la exaltación de la Fee, por aver oído leer en su (...)
  • 28 Id. « Sólo con competente número de misioneros se podrá ocurrir a los estragos que ha ocasionado el (...)

25Malgré toutes ces pertes les missionnaires essaient désespérément de maintenir le reste des missions. En 1751, le roi avait, devant cet état de choses, permis l’envoi de soixante missionnaires et de six séculiers ; Fray Joseph de San Antonio, commissaire des missions du Cerro de la Sal, démontre que cela est insuffisant et que faute d’assistance, nombre de ces missions se perdent. L’appel est entendu dans les couvents : un médecin, un chirurgien, deux apothicaires, trois barbiers, deux forgerons, deux sculpteurs, et deux organistes demandent à être envoyés dans ces missions ainsi qu’au centre de Santa Posa de Ocopa qui se trouve fort isolé27. Grâce à cette aide indispensable, les missions pourront peut-être freiner les mouvements de révolte car a...seul un nombre suffisant de missionnaires pourra contenir les ravages causés par l’Indien Pablo Chapi qui sous le nom de « Ynga Guaynacapac » maintient dans la rebéllion ces provinces en voie de perdition... »28.

  • 29 A.G.I. Lima 1.606 « Missiones de San Francisco de Andamarca ».
  • 30 A.G.I. Lima 541 « Con las hachas que sobraron compré algunos niños y niñas que los mismos infieles (...)
  • 31 Id. « ...o ya porque como dhas Providencias corren por tantas manos generalmente llegan bastantes d (...)

26Les mission s’égrenaient à l’est de la courbe des trois mille mètres. Celles du Gran Pajonal et d’Andamarca — qui fut pratiquement le point de départ des missions du Pajonal29. — dépendaient de la province de Lima. En 1750 le chapitre ecclésistique de Cuzco assigna aux franciscains un couvent de récollets dans la vallée de l’Urubamba pour en faire en vertu de bulles apostoliques un centre de formation de missionnaires qui s’occuperaient des conversions entreprises en 1743 dans la vallée de Quillabamba où apparaissent de nombreux infidèles. Le manque d’hommes ralentit les progrès ; ils ont à peine de quoi se nourrir et ne peuvent pas acheter les haches et les couteaux avec lesquels il appâtent ordinairement les Indiens La seule personne qui s’intéressa de façon positive à cette œuvre, déclare le 12 mai 1752 Fray Joseph Gil Muñoz vice-commissaire des missions de Cuzco, fut l’évêque du Paraguay le docteur don Fernando Pérez de Oblitas. Sa générosité leur permit de fonder deux petits villages et d’acheter avec les haches qui leur restèrent quelques enfanta « que les infidèles eux-mêmes viennent vendre ; le prix de chaque âme qui ne coûta à Jésus Christ rien moins que son précieux Sang étant une hache de Biscaye ou deux de celles qui se fabriquent dans ce royaume... »30. Il leur faut, dit-il, le double sinon le triple des moyens dont ils disposent, les grandes distances, les difficultés des chemins exigent beaucoup de frais, les dons qui leur sont accordés passant par tant de mains ils parviennent généralement fortement diminués31. Il préconise aussi la fondation en pleine montagne d’une ville espagnole qui reviendrait à environ trente mille pesos.

27En 1651 le docteur don Fernando Godoy évêque de Huamanga, déplorait amèrement que les conversions ne fussent pas fomentées dans cette région : les Indiens fuyant les Espagnols se réfugiaient dans ces montagnes et apostasiaient. Cet évêque essayait par ses propres moyens d’entretenir quelques points de missions.

2. Les missions Jésuites des Mojos

  • 32 A.G.I. Lima 1.606.

28Au-delà de Carabaya la chaîne des missions se prolonge vers le sud-est par celles de la région des Mojos entreprises en 1675 par les pères de la Compagnie de Jésus. En 1713 selon les affirmations du procureur général Francisco Rottalde, elles sont au nombre de seize et rassemblent plus de trente mille convertis confiés aux soins de trente-sept religieux32.

  • 33 A.G.I. Lima 1.606 « ...que a cada uno de los dhos les diesedes un vestuario conforme al que acostum (...)
  • 34 Id. « ... que la tercera parte de ellos pudiese ser extranjeros vassallos de los dominios de la Cas (...)
  • 35 A.G.I. Lima 540 « La tierra más baja de todo lo descubierto ».
  • 36 A.G.I. Lima 540 « Los misioneros [que] más parecen cadáveres animados que razionales vivientes ».
  • 37 Voir pièce justificative n° 18, p. 217.
  • 38 A.G.I. Lima 540 « ...sin embargo de tamañas calamidades [...] han conseguido sembrar en tan intrinc (...)

29Elles bénéficient apparemment d’une aide plus efficace de la part du gouvernement : en 1664, la reine avait permis le passage de vingt religieux et des frères coadjuteurs correspondants. Huit seulement étant partis en 1672, le roi autorise les autres à les suivre et leur procure les moyens nécessaires pour le transport de leurs bagages depuis leur collège d’origine jusqu’à Séville, Sanlucar ou Cadix. Chacun reçoit l’équipement réglementaire : un matelas, une courtepointe, un oreiller33. En 1693 souverain autorise un nouveau départ de quinze religieux et de deux frères coadjuteurs pour les missions de Juli (Santa Cruz de la Sierra) et autres. Il accède également à cette demande des pères « ...que le tiers de ceux-ci puisse être composé d’étrangers Ressortissants des domaines de la Maison d’Autriche... »34, Ils obtiennent aussi l’aide nécessaire de 306.040 maravedis. Le 12 octobre 1716 le roi ordonne aux officiers des caisses du Potosí, ou à défaut ceux d’Oruro, de payer deux cents pesos de congrue à chacun des missionnaires qui s’occupaient alors des missions des Mojos et qu’il en soit désormais de même pour ceux qui s’y rendaient ultérieurement. Le 17 janvier 1712 déjà, ordre avait été donné aux mêmes officiers de couvrir les frais occasionnés par le passage de Buenos Aires à Lima de quarante-quatre missionnaires de la Compagnie se rendant aux Mojos. Le 8 juillet 1723 les officiers de Buenos Aires ou à défaut ceux du Potosí sont chargés de payer un arriéré, de 2.156 pesos au procureur des missions. Quatorze religieux et trois coadjuteurs seulement ayant pu partir, en 1723 on permet le passage des vingt-neuf restants ; cette fois vingt et un seulement ainsi que quatre coadjuteurs passèrent et en 1734 Phelipe del Castillo chargé de conduire ces religieux vers les missions, demande cinquante missionnaires, les coadjuteurs correspondants et les cinq sujets qui n’étaient pas partis lors du précédent départ. Tout lui est accordé le 12 octobre 1734 : les frais de voyage seront prélevés sur les droits de passage des marchandises transportées par les navires qui les amèneront et les autres frais seront couverts par les caisses de Lima. Cette aide jointe à une organisation remarquable donna des résultats satisfaisants : en 1735 l’évêque de Santa Cruz de la Sierra (plus précisément San Lorenzo de la Barranca) lors de la visite de son évêché, alla voir les missionnaires des-Mojos et de Chiquitos. Son évêché s’étendait sur plus de mille deux cents lieues pour la plupart désertes et arides. La ville de Santa Cruz marquait la frontière du monde chrétien. Entre la ville de Mizque qui comptait vingt-quatre Espagnols et celle de Santa Cruz qui en rassemblait deux cents se répartissait toute la population espagnole ! Le premier village de la Compagnie se trouvait à quatre-vingts lieues de San Lorenzo. C’est, dit-il, la terre la plus basse des contrées découvertes35 ; de nombreux cours d’eau y convergent et viennent l’inonder en formant une petite mer d’eau douce bien amère cependant pour les pères qui y voient nombre de leurs Indiens dévorés par les caïmans. La chaleur intolérable jointe à l’humidité constante provoque annuellement des épidémies, Quant aux missionnaires « ...ils ressemblent davantage à des cadavres animés qu’à des vivants doués de raison... »36. Malgré ces obstacles qui décourageaient les cœurs les plus enthousiastes « ils réussirent à semer dans d’aussi impénétrables forêts le grain de l’Evangile avec un succès tel que sur plus de deux cents lieues ils comptent vingt villages dont certains de plus de trois mille âmes, et tous d’au moins mille37. Tous ces Indiens sont si bien instruits qu’ils ressemblent plus à des communautés de récollets que d’infidèles convertis »38.

30Les missions de Chiquitos dirigées par des Jésuites de la province du Paraguay comptent sept villages dont le dernier se trouve à plus de deux cents lieues de San Lorenzo dans des terres arides et encore plus chaudes. Des six que visita l’évêque aucun ne compte moins de trois mille âmes et l’un d’entre eux en a même quatre mille, et tous aussi bien organisés et instruits, car, dit-il, la méthode employée est la même.

  • 39 Id. « Es necesario reemplazar cada año al menos treinta sujetos ».

31En 1746 Pedro Altamirano procureur général de la Compagnie aux Indes, expose au roi qu’étant données les difficultés naturelles il est nécessaire de remplacer tous les six ans au moins trente sujets39 et que la dernière mission envoyée date de plus de dix ans ; il est donc urgent d’en fournir une autre. En outre les douze nombreuses tribus du rio Beni (dans les Mojos) ont besoin d’au moins vingt-quatre religieux. Il ajoute qu’en dépit de l’aide financière qu’on leur accorde chaque sujet qui passe au Pérou leur coûtant mille pesos, la Compagnie ne dépenserait par inutilement trente mille pesos si le besoin n’en n’était pas certain. Le souverain permit le passage le 4 février 1747.

  • 40 A.G.I. Lima 540 « ...y quizaz por la inmediación a los españoles, no se halla tan entablada como la (...)

32Sur le chemin du retour l’évêque de San Lorenzo visita une mission dirigée par des religieux de l’ordre de la Merci à quatre lieues de Santa Cruz, où il constata que « ...à cause peut-être de la proximité des Espagnols elle ne se trouve pas aussi avancée que les autres... »40.

  • 41 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Ande, señor, no sea usted escrupuloso, y coja estos reales que le dan, (...)

33S’il est bien connu que les Jésuites furent des organisateurs d’élite ils avaient néanmoins l’avantage de prendre en main des tribus où n’avait pas joué la propagande anti-espagnole des Indiens chrétiens retournés à l’infidélité. L’histoire du Pérou, entre autres., semble être dominée par une lutte absurde et inégale : lutte entre une minorité qui se pose en défenseur de l’Indien opprimé ou refoulé dans les montagnes hostiles, en conquérant des âmes, et une majorité qui ne songe qu’à exploiter au maximum un peuple anéanti. En 1727 lorsque des frères prêcheurs découvrirent qu’un nombre important d’indiens tributaires avaient été dissimulés par le cacique allié au corregidor celui-ci essayant de soudoyer un des religieux lui tint ce discours : « ...allons, monsieur, n’ayez pas tant de scrupules et prenez ces sous que l’on vous donne ! C’est bien pour cela que nous sommes venus ici, que nous nous sommes exilés, pour trouver quatre sous pour nos vieux jours ; allez, prenez les donc !... »41.

Notes

1 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú « ...tan afamado asta en esta corte por las muchas naciones que nabegan su rio a buscarla (la sal) de tan lejos que suelen gastar en el viaje seis meses... ».

2 A.G.I. Lima 541 « Comenzase desde este famoso cerro un reyno dilatadisimo [...] Estando tendida la Red de la Divina Palabra por estas mencionadas misiones, desde 1709, y prendido en estos salinistas y en los de la frontera de Quimiri ».

3 A.G.I. Lima 541 « Son de suma utilidad para introducirse a ellos la predicacion evangelica ».

4 Id. « ...que estas conversiones del Cerro de la Sal son la primera condicion para que se logren conversiones en el reino... ».

5 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú « ...media legua de este gran pueblo vive un español viejo con el traje de acá todavia con sesenta hijos y nietos [...] Discurro que se retiraria por algun delito ».

6 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú « ...este es un pueblo de Indios huidos de los cristianos. Tienen Iglesia, se baptizan unos a otros. Tienen calle de plateros, y uno se llama Castillo ».

7 A.G.I. Lima 541 « Nos ha atajado común y diabolica coligacion de sus caciques, quienes han promulgado bando entre sus vasallos, imponiendoles graves penas, nos nieguen el natural alimento, no nos muestren sus caminos, si nos permitan el paso ; de tal suerte que nos lleguemos a comunicar en el interior de sus tierras ».

8 Id. « Si nosotros insisteremos en explorar sus regiones, predicando el Evangelio, y que no adoren el sol (a quien sacrifican ciegos), tienen dispuesto darnos cruel muerte, como lo han hecho con nuestros antepasados. Han publicado esas iniquas leyes, porque se recelan que sabida la fertilidad de sus tierras y muchedumbre de sus gentes, concurran à la noticia nuestros Españoles ».

9 A.G.I. Lima 541 « Lo que mas nos lastima es el ver el fiero orgullo con que algunos protervos paganos y diabolicos Encantadores o Brujos pervierten esta ignorante plebe ; para que no atiendan ni den asenso a los Sagrados Mysterios que les predicamos, sugeriendoles con infernal malicia perniciosisimas sectas. Y para mas irritar a la vulgaridad contra nosotros, les intiman que todos sus azares les acaecen porque nos permiten en sus tierras, y les predicamos que no adoren el sol y por esta causa las frequentes epidemias les consumen ; el ayre les remonta la caza ; el agua les oculta la pesca, la tierra les escasea el fruto, el monte les oculta los animales ; y por fin, que nosotros los introducimos las mortales pestes que los acaban... ».

10 A.G.I. Lima 537 Sec. Perú « Padrón de los pueblos e Indios convertidos que tiene la conversión del Cerro de la Sal que está a cargo de los religiosos de Nuestro Padre San Francisco »...

11 A.G.I. Lima 541 « ...y asi Religiosos escogidos y plata prompta por amor de Dios... ».

12 A.G.I. Lima 1606. Coût de leur transport : « son necesarios 426.936 maravedises de vellón a razon de 19.616 por cada uno de los sacerdotes y 7.500 cada lego ».

13 A.G.I. Lima 539 « ...haciendo falta su presencia por ser pocos los operarios y crecida la mies... ».

14 Id. « Se agrega tambien la facilidad que los Indios tienen en mudarse de una campana a otras, sin estimar los vienes raices, sustentándose de la caza ».

15 Id. « Solo les contiene la presencia de los Padres y continuas dádivas de herramientas, chacinas y bagatelas, por cuya codicia entregan facilmente los muchos hijos que procrean para que les bautizen ».

16 Id. « ...porque totalmente estaban ya extinguidas estas conversiones y reducidos sus pueblos a Montaña ».

17 A.G.I. Lima 539 « Dice que más que nunca necesitan las conversiones ayudas pues los chunchos se hacen intolerables ».

18 A.G.I. Lima 541 « Reconozco infelizmente malogrados sus trabajos por haberselos rebelado los Indios chunchos que componían los cortos pueblos que habían fundado en lo interior de la montaña desde el de Quimiri, introducido en ellos un indio impostor con el título de ynga » (Cet indien se faisait appeler Atahualpa).

19 A.G.I. Lima 541.

20 A.G.I. Lima 541 « Desde el año 731 hasta el presente han muerto veintecinco sujetos de los destinados a el colegio de Ocopa fundado en el valle y provincia de Xauxa para el servicio de misioneros, los ocho de ellos flechados, a mano de los indios infieles y se han perdido muchos pueblos que estaban convertidos, por algunos levantamientos que se han experimentado asi de los infieles como de los apostatas destruyendo los templos y robando los vasos sagrados ».

21 Id. « ...todos sin atender los conversores fueron con gran regocijo y acceleración a dar la obediencia al fingido rey inca ».

22 A.G.I. Lima 541 c Se cortaron las cabeças y las hecharon al rio, con los cuerpos celebraron los infieles las muertes que como lobos carniceros executaron en los más inocentes corderos, poniéndose unos el alba, otros la casulla haciendo irrisión de las vestiduras sagradas de Nuestra Santa Ley, y se las llevaron al monte con el calis para celebrar sus borracheras, y sin duda beberán en él y con él el calis de la hira de Dios [...] Quarenta y nueve son los operarios evangélicos que an regado con su sangre esta dilatadisima viña... ».

23 A.G.I. Lima 532 « ...dexándola incapaz de cultivo por la inmediación que tiene a sus montañas las que les sirven de escudo para defenderse sin detrimento, y damnificar con seguridad ».

24 Id. « ...existiendo mui lastimoso y destruydo el estado de estas misiones que estamos promptos a poblar a costa de nuestra vida como se probea lo necesario para conseguir el fin que se intenta ».

25 Id. « ...y es tan bárbara y cruel esta gente muchos misioneros han sido pasto de su tiránica brabeza comiéndoselos vivos, como lo executaron con el Padre Fray Ambrosio Gómez, presidente de dhas misiones ».

26 A.G.I. Lima 532 « ...a leves tentaciones de los rebeldes no solo abandonan la Fee recibida, sino que se indignan con los que les ensenaron, de donde resulta las tiranias, mortandades de los religiosos, y, la principal, la ruina y deestrucción de las misiones ».

27 A.G.I. Lima 541 « ...pues movidos por el deseo de la exaltación de la Fee, por aver oído leer en sus conventos y comunidades la carta circular, le piden patentes un médico graduado, un cirujano, mui singular, dos boticarios, tres barberos sangradores, dos herreros mui necesarios, para las erramientas de los indios, dos carpinteros, dos escultores, un dorador y dos organistas, cuios oficios son mui necesarios para dhas misiones y para el colegio de Santa Rosa de Ocopa por estar en un desierto y no haber en toda aquella provincia de Xaura un médico, cirujano ni botica para la curación de los misioneros... ».

28 Id. « Sólo con competente número de misioneros se podrá ocurrir a los estragos que ha ocasionado el indio levantado... ».

29 A.G.I. Lima 1.606 « Missiones de San Francisco de Andamarca ».

30 A.G.I. Lima 541 « Con las hachas que sobraron compré algunos niños y niñas que los mismos infieles sacan a vender, siendo el precios de cada alma que a Jesucristo le costó no menos que el Infinito de su Preciosisima Sangre, una hacha de Biscaya o dos de las que en estos reynos se hacen ».

31 Id. « ...o ya porque como dhas Providencias corren por tantas manos generalmente llegan bastantes disminuidas ».

32 A.G.I. Lima 1.606.

33 A.G.I. Lima 1.606 « ...que a cada uno de los dhos les diesedes un vestuario conforme al que acostumbran traer, un colchón, una frazada, y una almohada para la mar... ».

34 Id. « ... que la tercera parte de ellos pudiese ser extranjeros vassallos de los dominios de la Casa de Austria ».

35 A.G.I. Lima 540 « La tierra más baja de todo lo descubierto ».

36 A.G.I. Lima 540 « Los misioneros [que] más parecen cadáveres animados que razionales vivientes ».

37 Voir pièce justificative n° 18, p. 217.

38 A.G.I. Lima 540 « ...sin embargo de tamañas calamidades [...] han conseguido sembrar en tan intrincadas selvas el grano del Evangelio, con tan copioso fruto que en más de doscientas leguas cuentan oy veinte poblaciones, de las quales algunas pasan de tres mil almas, y ninguna baja de mil, y todas tan bien instruidas que más parecen comunidades de recoletos que de gentiles convertidos ».

39 Id. « Es necesario reemplazar cada año al menos treinta sujetos ».

40 A.G.I. Lima 540 « ...y quizaz por la inmediación a los españoles, no se halla tan entablada como las otras ».

41 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Ande, señor, no sea usted escrupuloso, y coja estos reales que le dan, que para eso venimos aqui y nos desterramos de nuestra patria para buscar quatro pesos para la vejez, ande y cojalos ».

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540