Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Quatrième partie. Dualité d’une minorité dominante

Chapitre II. Les missions pacifiques du Carabaya

Texte intégral

« La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux. »
Saint Matthieu

1Pendant que les prébendes se querellent et défendent jalousement leurs intérêts, pendant que dans les couvents les moines s’entredéchirent pour des questions d’origine, d’autres religieux pénètrent dans ce monde inconnu et redouté : la montagne, terre des infidèles. Frontières de la chrétienté, mais aussi d’un monde, d’une civilisation.

2On peut distinguer à cette époque trois importants foyers de missions dans cette zone du Haut-Pérou : les Jésuites s’occupent activement de la région de Mojos ; dans celles de Carabaya et du Cerro de la Sal des missions franciscaines essaient péniblement de progresser. Les premières étant déjà éloignées du Cuzco, nous S’avons rencontré que peu de documents ; les secondes dépendant directement de la région étudiée, les renseignements au contraire abondent ; quant aux troisièmes leur étude s’impose par l’importance des séditions et des rébellions qui y éclatèrent.

  • 1 A.G.I. Lima 308 « ...abra ocho años que asenté el paso en la provincia de los Lecos donde fué el Sa (...)
  • 2 Id. « Pero como no me dan el ydolo que adoran que llaman Anabe, no estoy mui sabroso, causa porque (...)
  • 3 Id. « El cura de Camatta me certificó que los mismos Lecos vienen a feriar oro en Parauri provincia (...)
  • 4 A.G.I. Lima 306 « Los Lecos son (gente) retirada de las del Collao, y son mui feroces en su obrar, (...)

3Ces documents nous font pénétrer dans un monde inquiétant ; ces zones représentent réellement pour les Espagnols les frontières de l’inconnu ; ils ne s’y risquent pas volontiers. Un fait assez curieux : la plupart des papiers concernant les missions de Carabaya ont pour dates limites 1677 et 1681, ensuite il faut attendre 1715 ; tous présentent l’Indien infidèle comme un être docile ne demandant qu’à se laisser convertir ; le ton des lettres, alors paternel et bienveillant, change complètement lorsqu’en 1713 apparaissent les premiers documents relatifs aux Indiens du Cerro de la Sal. nous, révèlant un monde, effrayant sauvage. belliqueux. Cette évolution est-elle uniquement due aux différences de tribus ? Un document permet d’en douter. Il s’agit d’une lettre émouvante adressée en 1651 par un missionnaire dominicain à l’évêque de Huamanga ; ce vieillard écrit par la main d’un tiers car il ne peut « incliner la tête pour écrire » ; depuis quatorze ans il prêche parmi les infidèles dont huit parmi les Lecos, où, dit-il « les Saints Evangiles furent accueillis par des danses et des festins, les dits Lecos se rendent à la mission, prient et assistent aux offices ; ils sont pleins d’humilité, nous respectent mes compagnons, et moi ; lorsque nous leur prêchons la Parole de Dieu ils sont très attentifs... »1. Un seul nuage : ils refusent obstinément de livrer leur idole qu’ils appellent Anabe2. Cette région contiguë à celle de Carabaya semble être riche en or puisque les Lecos en troquent avec d’autres tribus3 ; il conseille vivement de pénétrer dans cette zone où, dit-il, la conquête sera extrêmement facile. Or, trente ans plus tard en 1681 des franciscains qualifient ces mêmes Lecos de féroces et de belliqueux4 ; à la même époque éclatent des révoltes dans les missions et dans les zones chrétiennes. Tout cela ne serait-il pas la conséquence d’un commerce constant entre fidèles et infidèles ? La réputation de violence et de cruauté des Espagnols n’aurait-elle pas imprégné peu à peu ces populations « barbares » et rendu de ce fait plus incertaine et plus dangereuse l’œuvre missionnaire ? Les fuites continuelles des Indiens christianisés ont miné peu à peu les possibilités de conquête pacifique de ces terres encore inconnues des Epagnols.

  • 5 A.G.I. Lima 78 « Mas lo que mas nos llevó los ojos fue las maravillas que el Altisimo avia obrado m (...)

4La ville de Cuzco, capitale traditionnelle de l’Inca, se trouve aux confins du monde chrétien La cordillère de Carabaya en marque la limite. Au-delà, c’est l’aventure, l’inconnu... pour l’Espagnol mais non pour l’Indien : en 1677 lorsque le franciscain Fray Juan de Ojeda arrive avec ses compagnons dans une zone sise au-delà de la sierra de Carabaya, son émerveillement n’a plus de borne quand il constate que les barbares « ayant appris » leur venue renversèrent leurs idoles et mirent à la place des croix et cela dans les douze villages qu’ils découvrirent5.

  • 6 Id. « No me admiro, Ser. Exmo. de que estos bárbaros con la ausencia de quatorce años de los religi (...)
  • 7 A.G.I. Lima 306 « ...dhos Indios despues de estar el pueblo en silendo entraron en el adoratorio y (...)

5Les missionnaires parcoururent, en s’enfonçant dans ces terres, le même chemin que les Indiens fuyant Cuzco prise par les Espagnols. Le 12 août une équipe de missionnaires franciscains quitte le gisement de Saint Christophe et se rend à une vingtaine de lieues, à Santa Ursula de Maciapo (ou de Miziguapo), « dernier village de la chrétienté », dont les habitants n’ayant pas vu un seul religeux depuis quatorze ans étaient retournés de fait à l’infidélité6. Les pères les trouvèrent tous ivres sous une sorte de hangar car ils venaient de fêter leur idoles ; ils furent cependant bien accueillis et les Indiens brisèrent en cachette leurs statues pendant la nuit7.

  • 8 A.G.I. Lima 78 « Ban allá todos los demas pueblos a buscar almendras de que abundan para sus rescat (...)
  • 9 Id. « ...y aviendo inquirido les tradiciones de estos Indios, dicen que fueron vassallos tributario (...)
  • 10 Id. « ...preguntando a un viejo que mostraba tener capacidad, por el Paititi, nos dijo no era puebl (...)
  • 11 Id. « ...un mulato del Cuzco de mucha capacidad y gran lenguaraz, por averse criado entre los chunc (...)

6Dans chaque village les religieux se renseignent auprès des indigènes sur ce qui se trouve plus loin. Le point commun frappant de toutes les réponses est l’annonce d’une très nombreuse population. A Santa Ursula vivent soixante-dix Indiens dont cinquante chrétiens, leurs territoires semblent couvrir plus de quarante lieues et comptent plus de vingt villages. Toromonas en est le dernier mais aussi le plus important, gouverné par quatre caciques qui n’en sortent jamais ; tous les Indiens des autres villages s’y rendent pour acheter les amandes qui y abondent et qui leur servent de monnaie8. Ces indigènes de Toromonas jadis tributaires de l’Inca de Cuzco étaient précisément en route pour cette capitale, chargés des tributs qu’ils allaient remettre aux autorités, lorsqu’ils rencontrèrent les Indiens de Cuzco qui fuyaient vers l’intérieur devant l’invasion espagnole9. Ils continuent d’ailleurs à parler d’un mystérieux Inca. Un vieil indigène plein de sagacité apprit aux pères que le « Paititi (ou Paitité) était un fleuve qui se trouvait entre deux autres dont l’un s’appelait Mano (ou Manu) et qu’à cet endroit se trouvait un grand village d’incas au milieu duquel s’élevait la maison de l’Apo (c’est-à-dire du roi), qui était servi, disait-on, dans une vaisselle d’or et d’argent ; le sanctuaire de l’idole était intérieurement tapissé de métaux précieux... »10. Les religieux leur ayant habilement demandé si eux-mêmes payaient encore le tribut de l’Inca ils répondirent que non ; que les Guarayos, vassaux de ce dernier attaquaient souvent les Toromonas, tuaient les vieillards et emmenaient les jeunes pour servir leur roi. Les missionnaires recueillirent en divers endroits (Panataguas, Quimiri, Comas et Huamanga) les mêmes renseignements, grâce à leur interprète, un mulâtre de Cuzco élevé au milieu des Indiens et expert dans ces langues indigènes11.

  • 12 A.G.I. Lima 78 « ...oy nos hallamos sin un charque que comer ni para llevar a la exploracion que in (...)

7Ces religieux voudraient poursuivre leur expédition, mais ceux de la province de Saint Antoine refusent de leur donner un frère lai qui recueillerait quelques aumônes pour assurer leur subsistance : seule la libéralité des Indiens les empêche de mourir de faim12.

8Une lettre du capitaine Diego de Zecenarro qui aida les religieux au début de leur voyage relate le 17 septembre les mêmes faits.

  • 13 Id. « ...que la que veyamos alli era mui poca gente respecto de muchos pueblos que estaven a su obe (...)
  • 14 Id. « ...y solo estuvieron remisos en llegar a la petaca grande, bajamosla nosotros de donde estava (...)

9Trois mois plus tard ce même Fray Juan de Ojeda rend compte des découvertes qu’ils ont faites. A quatre jours de chemin de Santa Ursula ils trouvèrent au-delà de la cordillère un terrain plat planté d’arbres où abondent palmiers, dattes, cacao, amandes, vanille, etc... Au dire des Indiens, il y aurait de l’or dans la région. Le cacique du village de Zemita les reçut fort courtoisement. Il portait sur la tête un llayto* (ou couronne) d’argent et leur dit sa joie de les recevoir et combien lui et son peuple désiraient devenir chrétiens. Il ajouta que son autorité s’étendait sur de nombreux villages13. Ils brisèrent, à la demande des pères, tous les objets de leur « culte démoniaque » mais s’opposèrent à la destruction d’un grand coffre contenant sept ou huit peaux de tigres, autant de pièces de coton et enfin quatre idoles évidées qui intriguèrent fort les religieux ; ils trouvèrent en outre une mascapaicha* (couronne) comme en portaient les Incas et une feuille d’argent cylindrique que l’Inca en déroute14 aurait remis au grand-père du cacique ainsi qu’une couronne d’or disparue depuis lors Ils fournirent les mêmes renseignements que les autres Indiens au sujet du mystérieux Inca du fleuve Paititi, et leur nommèrent soixante et onze villages qu’ils ne connaissaient pas encore ; les missionnaires rencontrèrent dans cette région une trentaine de chrétiens retournés à l’infidélité. Après avoir jeté les bases de trois villages distants d’une journée de marche les uns des autres, l’hiver approchant, ils firent demi tour.

  • 15 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Auto sobre al estado que tiene la conversion de los Indios infieles de (...)
  • 16 Id. « Vió y reconoció que era gente mui dócil, sin malicia ni doblez alguna. »
  • 17 Id. « El asiento de Montserrate viene a ser — dicen — frontera de dha tierra de los infieles. »
  • 18 A.G.I. Lima 306 « ...anduvo quatorze pueblos sin reciviese él y otras dos personas que le acompañab (...)
  • 19 Id. « ...habiendo hecho ellos todo lo que les mandaron, y que por mandado de los padres dejaron a s (...)
  • 20 Id. « ...asimismo declara que los dhos chunchos son gente mui docil y amorosa a todos los Españoles (...)
  • 21 Id. « ...no le hicieron daño alguno por decir que era cristiano y que no era bien matar a ningun cr (...)

10En 1678, un acte est dressé de l’état de ces missions. Il comporte les déclarations de cinq personnes assermentées15. Don Antonio Henriquez Camargo curé de Santiago de Buenavista et de San Juan del Oro visita deux fois, en 1675 et 1676, le gisement de Montserrate « qui est comme la frontière des Infidèles ». Les Indiens, dit-il, s’y rendent chaque année ; la première fois il en vit environ quatre cents réunis chrétiens ou non ; la seconde il en vit soixante-dix. Nombre d’entre eux comprenant, l’espagnol et le témoin parlant assez bien leur langue il constata « que ce sont des gens très dociles, sans malice ni hypocrisie »16. Ils demandaient le baptême avec ferveur et des prêtres qui leur enseigneraient la doctrine chrétienne ; ils le priaient parfois de leur ouvrir l’église ; ils s’y agenouillaient, offraient des présents à la Vierge : ceux que les Franciscains avaient déjà christianisés venaient lui baiser la main et demander en pleurant quand on leur enverrait des pères pour baptiser leurs enfants. En 1676 deux jeunes Indiens, Joseph et Isabelle, mariés in fade ecclesiae amenèrent leur petite fille âgée d’un an et demi pour la faire baptiser ; le curé craignant leur retour à l’infidélité refusa ; alors pendant quinze jours, ils le harcelèrent si bien qu’il finit par accéder à leur désir : l’enfant fut baptisée ; ce jeune couple était venu plusieurs fois dans ce but par tous les temps. Le témoin est d’avis qu’il serait très facile de réduire ces indigènes à l’obéissance car ils vivent en villages et non éparpillés, et il n’y a que deux jours de chemin de Monserrate à leur pays17 ; en outre, un Espagnol de San Juan del Oro, Juan Texero, parcourut en un an quatorze de leurs villages sans remarquer la moindre hostilité ; il les tient au contraire pour des gens charitables18. Un témoignage du capitaine Zecenarro confirma ces renseignements : lorsque les pères fransciscains s’en revinrent à Cuzco après avoir baptisé les Indiens, Mata, un de leurs chefs vint les trouver en pleurant et leur demander pourquoi ils les abandonnaient, eux qui leur avaient scrupuleusement obéi : ils n’avaient gardé qu’une seule de leurs femmes, ils avaient construit une église, etc...19. Les Indiens du village de Parauri sont tous chrétiens sauf ceux qui naquirent dans les seize dernières années, mais tous portent une croix sur la poitrine et se disent chrétiens ; ils demandent au témoin de leur apprendre à prier. Il ajoute que ces « Indiens sont des gens dociles, très attachés aux Espagnols... ils s’appliquent à parler le castillan mieux que leur langue »20. Un forgeron espagnol venu de Lima avec les religieux, ayant tué un des leurs, ils ne lui firent point de mal, car, disaient-ils, « c’est un chrétien et il ne faut pas tuer un chrétien... »21. Les Indiens du village de Mazici ayant tué un père qui avait fouetté leur curraca* vingt jours après son arrivée furent mis en quarantaine par les autres tribus ; le capitaine affirme que cette conquête peut être faite sans aucun risque.

11Salvador de Figueroa témoin de la première visite de deux frères, Fray Francisco Lozano et Fray Diego Jayme, rapporte que les indigènes leur firent bon accueil, « bien qu’au début ils furent tous effrayés par leur habit qu’ils ne connaissaient pas... » Il donne maints exemples de la bonne foi, de la loyauté, de la noblesse des. Indiens qui n’hésitaient pas à exposer leur vie pour prouver leur sincérité. Le maître de mines don Martin de Zecenarro affirme que chaque été trois ou quatre cents Indiens sortent des montagnes.

  • 22 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « En un adoratorio vieron un bulto grande de la semejanza de una persona (...)
  • 23 Id. « Ilegamos al pueblo de Toraniguapo [...] y frente de una casa redonda muy hermosa y bien enluc (...)
  • 24 Id. « ...que fomentados y ayudados los misioneros se podra lograr mucho fruto en el servicio de amb (...)
  • 25 Id. « Segun le an dho a este testigo los dhos Indios Infieles, la tierra es mui dilatada y la gente (...)

12A sept ou huit lieues ils rencontrèrent quelques fermes appelées Guaygapo où neuf chrétiens les accueillirent avec joie puis ils passèrent au village de Madene où une croix avait été plantée depuis longtemps par quelque chrétien ; mais deux édifices renfermaient aussi des idoles. Ils virent dans une espèce de chapelle une grosse masse de forme humaine flanquée d’une sorte de couleuvre et sur le mur des figures de démons, de monstres, de singes et d’autres animaux ; ils firent tout détruire22. A Toraniguapo où seize des quarante-cinq habitants étaient chrétiens, ils ne trouvèrent aucune trace d’idole mais une grande croix face à un bel édifice blanchi à la chaux23. Le témoin pense que les Indiens n’étant point hostiles et les terres étant de bonne qualité, la conquête serait très facile ; il faudrait seulement ouvrir vingt-cinq lieues de chemin dans la Cordillère24. Il ajoute que ces Indiens sont les plus dociles de tous ceux qu’il connut au Pérou et que d’après les indigènes le pays est immense et la population innombrable25.

  • 26 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl.
  • 27 A.G.I. Lima 80 « ... dando providencia assi mismo para que los corregidores y thenientes de Laricax (...)

13Le 23 avril 1680 Melchor de Liñán archevêque de Lima et vice-roi du Pérou, exécutant le décret royal du 8 juillet 167926 leur concéda six mille pesos payables par les caisses de Cuzco au procureur général des missions ; en outre, les autorités judiciaires de Sandia et de Puno devront fournir la main-d’œuvre nécessaire pour l’ouverture des chemins. Par ailleurs les corregidores et leurs lieutenants de Laricaxa et Carabaya reçoivent l’ordre formel d’interdire entre chrétiens et infidèles le commerce de machettes, couteaux, et « autres instruments offensifs » afin d’éviter tout accident ; de même aucune mine d’or, d’argent ou de cuivre ne pourra être mise en exploitation en territoire infidèle jusqu’à ce que conversions et chemins étant assurés, ordres soient donnés par le gouvernement27. Mesures de prudence, certes, mais sans doute peu effectives ; l’osmose continue de deux mondes qui en réalité n’en faisaient qu’un : Indiens chrétiens et Indiens infidèles échappant à tout contrôle.

  • 28 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ... mas fructo an de conseguir cinquenta españoles cun sus armas sin ha (...)
  • 29 Id. « La poblacion de esta Pampa que vamos continuando es Cabeza principal de toda la obra por esta (...)

14Malgré les preuves de bonne volonté prodiguées par les Indiens, le bon accueil que reçoivent partout les religieux, la peur est toujours latente chez les Espagnols ; la preuve en est l’ordre précédent. C’est le même sentiment d’insécurité qui dicte ces mots à don Andrés de Mollineda chargé par son oncle l’évêque de Cuzco d’enquêter sur l’état des missions en 1681. « ...cinquante Espagnols armés tireront plus-de bénéfice, sans leur faire aucun mal qu’autant de missionnaires sans escorte et sans arme ; de cet avis sont tous les religieux et quiconque connaît cette question... »28. Il ajoute que cette entreprise touchant à la témérité, ils ne se hasardent pas à rassembler les indigènes en grands villages. Il manque également l’argent nécessaire à la conduite de ces missions pourtant si utiles et qui constituent un « point de départ capital vers les régions de l’intérieur... »29. Il est difficile de discerner le véritable caractère de telles expéditions : évangélisation et avant tout recherche de territoires, de richesses et d’hommes nouveaux ?

  • 30 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...a trece de noviembre salió el gobernador de los agoachiles con seten (...)

15Il s’agit parfois d’une entreprise de repeuplement ; dans le même compte-rendu don Andrés déclaré : « le 13 novembre, le gouverneur des Agoachiles vint nous voir dans la Pampa de Nuestra Señora de Apolobamba avec soixante-quatorze Indiens ; il apporta des graines de maïs de mani*, de yuccas*, de patates, de haricots noirs et d’autres légumes qu’ils cultivent dans leurs villages ; nous les avions prévenus [...] que nous étions en train de repeupler et ils nous aidèrent à construire et à semer ; ils n’avaient pu venir plus tôt occupés qu’ils étaient avec deux cents Indiens à ouvrir des chemins nouveaux afin d’éviter un fleuve qui barre la route en période de crue... »30. Tout cela s’avéra très exact. Cette tribu se composait de douze villages et ses territoires côtoyaient à l’est ceux des Churumanos qui en comptaient une centaine.

  • 31 Noms de ces tribus : Lecos-Agoachiles-Sabanionas-Uchupiomonas-Pasaramonas-Antonio ou Pamaynos-Masiz (...)
  • 32 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Estas son veintiuna naciones y que asimismo ay otras muchisimas nacione (...)
  • 33 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « La tierra de Apolobamba es de mui buen temple con viento norte y sur, l (...)
  • 34 Id. « Lo primero de ha de reconocer si el trigo grana en la pampa de Apolobamba, y que tanto acude (...)
  • 35 Id. « ...porque los Indios solo cultivan lo que está a las orillas de los rios que es adonde abitan (...)
  • 36 Id. « en nos haciendose dha poblacion de españoles le pareze a este testigo imposible la conquista (...)
  • 37 Id. « ...en sus tierras viven como brutos sin sujecion ni justicia [...] y que en viendo machetes y (...)
  • 38 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...que tambien se lleven algunos herreros con su fragua por ser estos l (...)

16Ces missions paraissant d’intérêt capital, des enquêtes sont menées par le gouvernement en mars 1681 afin de vérifier l’authenticité des renseignements donnés. Don Mateos Bravo de Laguna gaditan résidant au Pérou affirme avoir eu des. nouvelles sûres de vingt et une tribus différentes qui rassembleraient au moins trente mille Indiens31, et de l’existence de nombreuses autres32 : voilà qui constituerait une intéressante réserve de main-d’œuvre. D’autre part la terre semble propice à la culture et à l’élevage ; il faudrait seulement savoir si le blé, céréale inconnue des indigènes, y pousserait33 ; le maïs y donne trois récoltes par an34 ; le bétail prospère dans les pâturages fertiles et abondants. Il faut absolument que le sol en soit occupé par des familles espagnoles et que l’on distribue des terres aux volontaires, ; la place ne manque pas les Indiens n’occupant que les rives des cours d’eau à cause de la pêche, et dans cette pampa de vingt lieues de long sur deux lieues dans sa moindre largeur le gibier de toute sorte abonde : daims, sangliers, lapins, perdrix, dindes, etc...35. Sans l’intervention d’une population espagnole fixe la conquête semble peu sûre car les Indiens « ...bien qu’étant de nature humble et docile ne souhaitent devenir chrétiens qu’à la vue de machettes... »36. Un autre témoin, le franciscain Fray Juan de Ugarte prieur du couvent de San Juan de Sahagun de los Mojos est du même avis : « les Indiens vivent à l’état animal et ne font preuve d’intelligence et même de cupidité que pour ce qui touche à leurs intérêts et aux échanges [..., ils n’expriment le désir de devenir chrétiens qu’à la vue des haches et des couteaux étant donné le prix qu’ils y rattachent, mais dès qu’ils les ont en leur possession, ils s’en retournent chez eux, si heureux qu’il semble qu’il n’y a pas d’autre dieu que la machette puisqu’elle leur donne à manger en les aidant à cultiver les terres ; celui qui en possède une la tient pour un majorat de grande valeur »37. Le premier témoin recommande d’ailleurs l’envoi de prêtres, d’administrateurs, d’interprètes et « de quelques forgerons avec leurs forges car ce sont eux que les Indiens prisent le plus parce qu’ils leur réparent leurs outils ; ils devront demeurer continuellement au village avec les autres Espagnols... »38.

  • 39 Id. « Los dhos religiosos no haran mas que entrar y salir todos los anos haciendo muchos gastos sin (...)
  • 40 Id. « ...an visto los religiosos un cerro Colorado llamado abamara que es el terruño color de tierr (...)
  • 41 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...los Indios no sacan plata ni oro a sus rescates porque dicen que si (...)

17L’autre élément primordial aux yeux des témoins est l’assistance militaire. Sans armes, les religieux ne feront que des conquêtes illusoires, éphémères, ; rien ne vaut « le peuplement par de nombreux Espagnols armés afin que tous soient réduits à l’obéissance de V. Maj... »39 ; voilà qui prouve combien il est difficile de discerner l’entreprise de colonisation de la mission purement évangélique. Tous ces rapports mettent d’ailleurs l’accent sur le nombre apparement élevé des infidèles, sur la qualité des terrains et surtout sur les ressources minières. Don Mateo Bravo de Laguna donne sur ce sujet des renseignements alléchants : la cordillère qui sépare les infidèles des chrétiens est la cordillère de l’or celle de Carabaya. On exploite des filons à Carabaya, à Laricaxa et en d’autres points du territoire chrétien. Les religieux ont découvert un coteau, de terre rougeâtre appelé Abarama (ou Abamara) d’aspect semblable à celui des zones de production déjà connues ; les Indiens leur dirent en passant devant cette colline qu’elle renfermait de l’or : mais ils feignirent l’indifférence afin que leurs guides ne se rendissent point compte que c’était dans ce but qu’ils étaient venus40. Quatre lieues plus loin, le témoin constata que les croupes et les ravins du lieu-dit Santa Teresa étaient aurifères. Un Indien envoyé à cet effet y trouva, après une demi-heure de recherche, des pépites d’or grosses comme des castillans. A l’intérieur, une chaîne montagneuse orientée vers le nord serait riche en or et en argent selon certains missionnaires. La cupidité des Espagnols était connue même des infidèles qui déclarèrent aux religieux « que les Indiens n’utilisent ni or ni argent pour leurs échanges dans la crainte que les Espagnols ne le découvrent et n’aillent les capturer pour le leur prendre... »41. C’était assez bien vu ! A la ligne suivante, par contre, le témoin donne son avis sur les moyens à employer pour mener à bien cette « conquête spirituelle... ».

  • 42 Id. « ...para explicarse los infieles de las demas naciones del numero de gente que tienen pregunta (...)
  • 43 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Los Indios le parecieron bien a este testigo, par ser humildes, mas alt (...)

18D’après ces récits, les infidèles semblent être très nombreux : des indigènes venus faire des échanges répondirent à Fray Juan de Ugarte qui les interrogeait sur leur nombre, en remplissant leurs deux mains de sable qu’ils étaient aussi nombreux que ces grains de poussière42. Des grains de sable, ces Indiens, en effet, aux yeux de la plupart des Espagnols plutôt que des êtres humains ; mais ce nombre impressionnant, insaisissable d’hommes libres dans ces montagnes inconnues, c’est aussi pour l’Espagnol la peur... Les missionnaires n’osent plus se risquer seuls et désarmés ; nous sommes déjà loin de ce temps où, vers le milieu du XVIIe siècle un vieux missionnaire à demi infirme errait dans ces régions,. et demandait deux religieux pour les occuper dans divers endroits car il devait lui-même retourner très loin parmi les Churumanos qui l’attendaient et les féroces Lecos « ...ennemis même de toutes les autres tribus... » Seul un témoin plus curieux nota quelques détails sur ces Indiens insoumis : « ils sont plus aimables et plus grands que les Indiens conquis et leurs visages plus avenants ; ils sont vêtus de chemisettes qui leur arrivent aux genoux et les femmes ne sont couvertes que de la taille jusqu’à mi-jambe par des sacs de coton... »43.

  • 44 Id. « ...si no se pone a premio a que vayan muchas familias y soldados no an de querer yr por estar (...)

19Si les infidèles ne craignent point de faire des incursions en zone chrétienne pour leurs échanges et notamment pour y trouver du sel dont ils manquent particulièrement, les Espagnols montrent en revanche peu d’enthousiasme pour faire le chemin inverse. Ils redoutent la montagne ; Fray Juan de Ugarte conseille d’y envoyer des soldats ; sinon, dit-il, rien ne sera possible, comme c’est le cas depuis quatre-vingts ans : des religieux franciscains, dominicains, augustins, n’ont fait qu’entrer et sortir ; beaucoup périrent aux mains des infidèles ou par la maladie. Il faut, ajoute-t-il, attirer les familles et les soldats par l’appât du gain sinon ils n’iront pas ; ceux qui sont entrés dans les terres des Andes en sont revenus terrorisés et nul ne veut croire que les montagnes d’Apolobamba et d’autres ne sont point les Andes44.

  • 45 Id. « ...diez arcabuses o escopetas para el resguardo de los religiosos y gente en casso necesario (...)

20En 1681 les missionnaires demandent que le reste des six mille pesos donnés par le gouvernement soit consacré à l’achat de fournitures pour les missions : dix quintaux de fer et deux d’acier pour la fabrication de machettes et de haches ; seize mules harnachées pour le transport de ces marchandises et des aumônes éventuelles ; dix arquebuses ou dix fusils pour la protection en cas d’ennuis45 Deux arrobes de poudre et quatre de munitions ; deux casseroles, deux grands chaudrons de cuivre et deux petits pour la cuisine ; douze faux, quatre bonnes poulies, de gros marteaux de forge, un forgeron.., quelques Indiens du Callao ou de Laricaxa avec leur familles afin d’aider au peuplement et à la culture des champs ; enfin trois cents pesos pour mettre les chemins en état et en ouvrir d’autres.

  • 46 A.G.I. Lima 306 « No se a mudado el fin de la mision, mas tan solamente el camino ».
  • 47 Id. « ...por aver sido poblacion del Ynga como tambien por aver poblado equi el governador Don Pedr (...)
  • 48 Id. « ...deste valle va un camino Real ancho del Ynga y dicen los Chunchos que va a sus tierras y p (...)
  • 49 Id. « ...si bien no nos fiamos de ellos por traidores y cosarios y son asta trescientos indios de a (...)

21Le 6 mai de la même année, les missionnaires informent l’évêque de Cuzco de l’état de leurs missions ; ils expliquent comment, contrairement aux ordres reçus, ils pénètrent non par le gisement de San Cristobal contigu à Carabaya les chemins étant trop difficiles et aucun bétail ne pouvant passer, mais par les Mojos46 qui se trouvent à vingt lieues de là. La mission se trouve sise dans la vallée d’Apolobamba endroit qu’ils choisirent pour sa bonne exposition mais aussi parce que, du temps de l’Inca, un village y existait et que le gouverneur Pedro de Zegui l’avait peuplé quatre-vingts ans auparavant ; d’autre part, les tribus infidèles sont toutes proches à une journée ou une journée et demie de marche47. De cette vallée part une voie royale de l’Inca dont les Indiens disent qu’elle s’enfonce vers l’intérieur jusqu’à une grande lagune très peuplée48. Toutes ces populations — excepté les Lecos — manifestent très docilement le désir de devenir chrétiens. Mais les religieux ne s’y fient pas pour autant49. Fray Juan de Ojeda écrit que chaque tribu compte trente, vingt, seize ou huit villages de cinq cents à deux mille habitants chacun. Mais vers l’intérieur la population serait plus nombreuse. Il semblerait en outre qu’il y ait des mines d’argent.

  • 50 A.G.I. Lima 541 « ...todos los avitadores son tan pobres que comunmente no tienen con que cubrir su (...)
  • 51 Id. « ...no hemos podido escudriñar si por esta inopia o por el odio que tienen unos pueblos a otro (...)

22Ces missions avaient éveillé l’attention des gouvernants : on leur avait concédé six mille pesos des caisses royales, l’évêque de Cuzco avait fait ouvrir à ses frais plus de dix lieues de chemin de montagne et avait ordonné aux curés des villages proches des zones infidèles de fournir à ses frais nourriture et présents aux « barbares » ; de nombreuses aumônes avaient été recueillies dans la ville de Cuzco. Trente-quatre ans plus tard Fray Estevan de Aramburu ministre provincial au Cuzco, écrit à l’évêque de Quito que cette mission fomentée pendant la vice-royauté de Melchior de Linan, reçut six mille pesos, auxquels le duc de la Palata ajouta deux mille à titre personnel qui permirent de pénétrer jusqu’à plus de trente-six-lieues au-delà de la cordillère. Plusieurs villages furent fondés : Purisima Concepción de Apolobamba, San-Juan de Buenavista. Nuestra Señora del Juncal de los Algoachiles, San Francisco de las Pasaramonas, Santisima Trinidad de Zarapio, San Joseph de Uchipiamonas, six villages qui groupaient plus de quatre mille personnes sur une soixantaine de lieues de la cordillère. Trois autres villages comptant plus de mille âmes chacun furent aussi conquis : San Antonio de Isiomas, San Buenaventura de Luchirivas, San Pedro de Alcantara de los Araonas. Les habitants de ces régions très rudes sont souvent si pauvres qu’ils n’ont rien pour se vêtir50. Leur nourriture se compose de bananes, de yuccas, de patates, de mani, de fruits sauvages et en certains endroits de poissons ; ils mangent peu de viande à cause de la rareté du gibier et du bétail. Les missionnaires ne purent vérifier si cette carence ou la haine qu’ils éprouvaient les uns pour les autres était cause que dans leurs batailles ils assouvissaient leur inhumain appétit en se gavant de la chair des morts51. Le commerce des religieux leur fit peu à peu abandonner cette coutume barbare. Les missionnaires manquent de pain, de vin, de sel, d’huile. Ce dénuement joint aux rigueurs du climat provoque des fièvres qui découragent les plus enthousiastes. Il serait indispensable de fonder à vingt-quatre lieues du dernier village chrétien, dans un endroit propice aux confins du corregimiento de Laricaxa, un collège et un hospice où pourraient être soignés les missionnaires malades et où l’on enseignerait les diverses langues indigènes. Une bulle d’innocent XII contresignée par Charles II permettait à l’ordre de Saint-François de fonder un ou deux collèges dans chacune de ses provinces. Or, le premier couvent de la Paz se trouve à plus de cent lieues des missions qui sont destinées à périr si ce projet n’aboutit pas. Le gouvernement autorise cette fondation le 22 juin 1715.

23Mais il n’est désormais plus question de cette région dans les documents. A partir de ce moment, un autre centre missionnaire retient l’attention des gouvernants et les inquiète.

Notes

1 A.G.I. Lima 308 « ...abra ocho años que asenté el paso en la provincia de los Lecos donde fué el Santo Evangelio aplaudido con danzas y festines [...]. Los dhos Lecos bienen a la doctrina, rezan y asisten al Sancto Sacrificio de la Misa, son mui humildes, respetanme, y mis compañeros quando les predico la Palabra de Dios son mui atentos ».

2 Id. « Pero como no me dan el ydolo que adoran que llaman Anabe, no estoy mui sabroso, causa porque no los cristiano. »

3 Id. « El cura de Camatta me certificó que los mismos Lecos vienen a feriar oro en Parauri provincia de los Maciagos quarenta leguas de Carabaya, que es toda tierra continuada. »

4 A.G.I. Lima 306 « Los Lecos son (gente) retirada de las del Collao, y son mui feroces en su obrar, y tienen enemistad con todas las naciones. »

5 A.G.I. Lima 78 « Mas lo que mas nos llevó los ojos fue las maravillas que el Altisimo avia obrado moviendo a los bárbaros que tuvieron noticia de nuestra entrada para que derribando Idolos, pusieron en su lugar cruzes antes de nuestra llegada. »

6 Id. « No me admiro, Ser. Exmo. de que estos bárbaros con la ausencia de quatorce años de los religiosos ubieran vuelto a su idolatria como desesperados y sin esperança de tener mas religiosos la gente de este pueblo y nación araona en su idioma. »

7 A.G.I. Lima 306 « ...dhos Indios despues de estar el pueblo en silendo entraron en el adoratorio y casa del Ydolo, y le sacaron y hicieron pedaços arrojándolo por el monte, y que por los fragmentos se reconoció ser de la somejanza de un hombre, la armazon de madera y perficionado con barro negro... ».

8 A.G.I. Lima 78 « Ban allá todos los demas pueblos a buscar almendras de que abundan para sus rescates. »

9 Id. « ...y aviendo inquirido les tradiciones de estos Indios, dicen que fueron vassallos tributarios del Ynga del Cuzco a donde le llevaban tributo de oro que llaman VIO* y de plata que llaman CIPRIO (ou cipiro)* y plumas y otras cosas de valor de estas tierras, y en la ocasion que los Españoles llegaron a este reyno yban muchos para el Cuzco con el dho tributo y en camino encontraron grande muchedumbre de Yndios Yngas, que asi llaman a los del Cuzco, que les dijeron que ya su Ynga se habia muerto por los Españoles y que todos juntos se volvieron a esta provincia pasando los Yngas a tierra adentro que dicen es llana y pajonales... ».

10 Id. « ...preguntando a un viejo que mostraba tener capacidad, por el Paititi, nos dijo no era pueblo como decian sino un rio que llamava asi entre este y otro rio que llamaben Mano dicen asisten los Yngas en una poblacion grandísima... ».

11 Id. « ...un mulato del Cuzco de mucha capacidad y gran lenguaraz, por averse criado entre los chunchos... ».

12 A.G.I. Lima 78 « ...oy nos hallamos sin un charque que comer ni para llevar a la exploracion que intentamos hacer, que parece que nos han querido coger por ambre, mas Nuestra Señora, con yucas y camotes que nos dan estos Indios liberales nos tienen grandisima confianza en la Divina Majestad ».

13 Id. « ...que la que veyamos alli era mui poca gente respecto de muchos pueblos que estaven a su obediencia ».

14 Id. « ...y solo estuvieron remisos en llegar a la petaca grande, bajamosla nosotros de donde estava y abierta hallamos siete u ocho pellejos de tigres y debajo otros tantos paños de algodón y luego cuatro ydolos que por ser vacios nos dió ciudado, una mascapaicha* de las que usavan los Yngas y una plancha redonda como la copa de un sombrero que parecia de plata y preguntándoles quien les avia dado aquello respondió el cazique que todo juntamente con un llayto* de oro que se avia perdido lo avia dado a su abuelo el Ynga Capac quando pasó por alli de retirada huyendo de los Españoles que llegaron al Cuzco ».

15 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Auto sobre al estado que tiene la conversion de los Indios infieles de las provincias contiguas a la de Carabaya en el obispado del Cuzco. »

16 Id. « Vió y reconoció que era gente mui dócil, sin malicia ni doblez alguna. »

17 Id. « El asiento de Montserrate viene a ser — dicen — frontera de dha tierra de los infieles. »

18 A.G.I. Lima 306 « ...anduvo quatorze pueblos sin reciviese él y otras dos personas que le acompañaban daño alguno, antes reconoció ser gente de caridad ».

19 Id. « ...habiendo hecho ellos todo lo que les mandaron, y que por mandado de los padres dejaron a sus mujeres quedandose con una sola, y que aviendoles mandado que hiciessen la iglesia la habian hecho ».

20 Id. « ...asimismo declara que los dhos chunchos son gente mui docil y amorosa a todos los Españoles [...] aplicanse a hablar la lengua española mejor que a la de los Indios... ».

21 Id. « ...no le hicieron daño alguno por decir que era cristiano y que no era bien matar a ningun cristiano ».

22 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « En un adoratorio vieron un bulto grande de la semejanza de una persona humana, y a su lado sentada una culebra grande, y en la pared muchas figuras de demonios, monos y otros animales, que los hicieron todos pedazos. »

23 Id. « Ilegamos al pueblo de Toraniguapo [...] y frente de una casa redonda muy hermosa y bien enlucida y obrada hallamos puesta una cruz grande y en dha casa no hubo rastro de ydolo. »

24 Id. « ...que fomentados y ayudados los misioneros se podra lograr mucho fruto en el servicio de ambas magestades, porque le gente es mui docil y amigable, y la tierra abiertos los caminos de la cordillera, que podran ser al parecer de veinticinco leguas, poco mas o menos, lo demas es tierra llena y fértil... ».

25 Id. « Segun le an dho a este testigo los dhos Indios Infieles, la tierra es mui dilatada y la gente inumerable. »

26 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl.

27 A.G.I. Lima 80 « ... dando providencia assi mismo para que los corregidores y thenientes de Laricaxa y Carabaya, ympidan el trato que los infieles tienen con los Indios christianos de machetes, achas y cuchillos y otros instrumentes ofensivos, por los ynconvenientes que de lo contrario pueden resultar ; y que asimismo ; no se labrasen minas de oro, platta ni cobre en las tierras de Indios Infieles hasta que reducidos a Nuestra Santa Fee y descubiertos los caminos se den por este gobierno los ordenes que convengan... »

28 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ... mas fructo an de conseguir cinquenta españoles cun sus armas sin hazerles mal alguno que otros tantos religiosos sin soldados ni armas y deste mesmo sentir son los religiosos y todos los demas que tienen conocimiento de la materia » (janvier 1681).

29 Id. « La poblacion de esta Pampa que vamos continuando es Cabeza principal de toda la obra por esta frontera a todas las partes de la Tierra dentro y al Perd ».

30 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...a trece de noviembre salió el gobernador de los agoachiles con setenta y quatre Yndios a vernos, traxo semillas para sementeras de maiz, mani*, yuca*, camotes, platanos, frijoles*, y otras legumbres de las que tienen en sus pueblos por aviso que les dimos con otras tropas que salieron antes como estavamos poblando y ayudaron juntamente a las obras y charcas que estavamos haciendo, plantando y sembrando por sus manos las semillas que traxeron y dixo no aver salido antes por aver estado ocupados con mas de doscientos Indios de sus pueblos en abrir caminos nuevos por tierra por desechar un rio que embaraça la comunicacion en tiempos de agua ».

31 Noms de ces tribus : Lecos-Agoachiles-Sabanionas-Uchupiomonas-Pasaramonas-Antonio ou Pamaynos-Masizes-Vaconaguas-Saxionas-Sapuranas-ChumanosSuquitunas-Ubamonas-Jubanonas-Chiriguas-Joromonas-Guaracos-Urichiapos-Aba-ramonas-Caramayas...

32 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Estas son veintiuna naciones y que asimismo ay otras muchisimas naciones de las quales no se acordaron los religiosos que le dixeron que era infinitas y tambien el número de los pueblos hasta el mar del norte con quien van a confinar que el número de Indios que vieron los religiosos era de mas de treinta mil que ellos no los pudieron numerar por ser muchos ».

33 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « La tierra de Apolobamba es de mui buen temple con viento norte y sur, llana fuera de la montaña con pajonales, algunas quebradas con arboles y agua todo mui a propósito para la habitacion humana [...] y solo no sabe ni dará trigo porque esta semilla no la tienen los Yndios ».

34 Id. « Lo primero de ha de reconocer si el trigo grana en la pampa de Apolobamba, y que tanto acude por fanega y por qué tiempo, porque de maiz se dan tres cosechas al año ».

35 Id. « ...porque los Indios solo cultivan lo que está a las orillas de los rios que es adonde abitan par la comodidad de los pescados que hay en ellos, que la dha pampa de Apolobamba tiene mas de veinte leguas de largo y dos de ancho por lo mas angosto y que en ella ay antas, venado, jabalies, liebres, conejos, perdices, pavas y otros géneros de aves en abundancia ».

36 Id. « en nos haciendose dha poblacion de españoles le pareze a este testigo imposible la conquista porque aunque los Indios son de buen natural humildes y dóciles, solo quando ven los machetes dicen que quieren ser cristianos ».

37 Id. « ...en sus tierras viven como brutos sin sujecion ni justicia [...] y que en viendo machetes y cuchillos por el precio que hacen de ellos dicen quieren ser cristianos, mas en consiguiéndolos se buelben tan contentos a sus tierras que les parece que no ay mas Dios que el machete por ser el que les da de comer ».

38 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...que tambien se lleven algunos herreros con su fragua por ser estos los que mas quieren los Indios por que les aderecen sus machetes y cuchillos y que estos an de estar siempre en el pueblo que se fundare con los demas españoles ».

39 Id. « Los dhos religiosos no haran mas que entrar y salir todos los anos haciendo muchos gastos sin sacar ningun fruto como se a experimentado en repetidas ocasiones, que de las vocas de fuego se asombran dhos Indios con gran admiracion y temen mucho a los soldados y que juzga por el único medio el de la poblacion con número de españoles en armas para que todos vengan a la obediencia de V. Maj ».

40 Id. « ...an visto los religiosos un cerro Colorado llamado abamara que es el terruño color de tierra de la misma suerte que los aventaderos de Aporoma y que pasando cerca de él les dixeron los Indios a dhos religiosos que aquel cerro era de oro de que no hicieron aprecio porque no entendiesen era el fin que los llevaba a buscarle ».

41 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...los Indios no sacan plata ni oro a sus rescates porque dicen que si los descubren a los espanoles yran y cautivaran para quitarselo ».

42 Id. « ...para explicarse los infieles de las demas naciones del numero de gente que tienen preguntandoselo este testigo quando salian a sus rescates varias veces le dixeron cogiendo arena del suelo que avia alla dentro tantos Indios como dha arena, que levantaban con las dos manos... ».

43 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Los Indios le parecieron bien a este testigo, par ser humildes, mas altos y bien tratados que los conquistados y de mejores rostros ; que andan con unas camisetas que le llegan sobre las rodillas y las mujeres solamente cubiertas desde la cintura hasta media pierna con sacos de algodón ».

44 Id. « ...si no se pone a premio a que vayan muchas familias y soldados no an de querer yr por estar horrorizados los que an entrado por las tierras que llaman Andes sin persuadirse a que no lo son las de Apolobamba y otras muchas de estos ynfieles ».

45 Id. « ...diez arcabuses o escopetas para el resguardo de los religiosos y gente en casso necesario por la poca satisfaccion que se deve tener de los Indios... ».

46 A.G.I. Lima 306 « No se a mudado el fin de la mision, mas tan solamente el camino ».

47 Id. « ...por aver sido poblacion del Ynga como tambien por aver poblado equi el governador Don Pedro de Zegui que hora ochenta años y estar este valle vecino y rodeado de muchas naciones a dia y medio de camino de sus pueblos como son Pomaynos, Arahonas, Uchupamonas, Pasaramonas, Aguachiles, Sabanionias, Chumanos, Lecos, Ynhamonas, Saparunas, estas naciones son las que estan alrededor de este valle fuera de muchas que dan noticias los Yndios ».

48 Id. « ...deste valle va un camino Real ancho del Ynga y dicen los Chunchos que va a sus tierras y pasa a la tierra dentro a una laguna grande alrededor de ella ay muchas poblaciones ».

49 Id. « ...si bien no nos fiamos de ellos por traidores y cosarios y son asta trescientos indios de arco y flecha, y para esto y lo que se ofreciere necesitamos de las vocas de fuego, polvora y valas... ».

50 A.G.I. Lima 541 « ...todos los avitadores son tan pobres que comunmente no tienen con que cubrir su desnudez, y una de las mortificaciones de los operarios evangelicos es el dar alguna forma a que se vistan y anden con honestidad ».

51 Id. « ...no hemos podido escudriñar si por esta inopia o por el odio que tienen unos pueblos a otros, que cuando en sus encuentros se daban batalla, con el que derribavan saciaban su inhumano apetito, cebandose crueles en las carnes de los muertos, causa sin duda de hallarse tan poca gente en tan dilatado término de las cien leguas. Oy por el comercio de los religiosos se abstienen de tan bárbara costumbre ».

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540