Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Troisième partie. Une majorité souffrante

Chapitre II. Un monde à l’abandon

Texte intégral

« No hay viento en la Puna que silbe tan agudo, como silba llamándote el tu niño desnudo. »
Gabriela Mistral
(Noel Indio)

1Outre les épidémies qui pratiquaient des coupes à blanc dans la population indienne la maladie prélevait chaque jour son tribut de vies humaines. Contre elle les Indiens étaient pratiquement sans défense. La mauvaise alimentation, la pauvreté, le manque de médecins et de médicaments contribuaient à les laisser périr loin de tous secours.

1. Hôpitaux

2Seuls les habitants de la ville même de Cuzco et de ses environs les plus proches pouvaient avoir recours aux hôpitaux. La ville en comptait trois : celui de San Juan de Dios dit « des Espagnols », celui de San Andrés réservé aux femmes espagnoles et enfin celui des « Naturels ». L’évêque don Manuel de Mollineda lutta de nombreuses années pour obtenir la permission d’en fonder un quatrième.

  • 1 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl. « Fundaron y dotaron a su costa y de particulares de la dha ciudad el h (...)
  • 2 Id. « ...con la caridad de los vecinos a crecido mucho mas su dotación como consta de los testimon (...)
  • 3 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Es comun tradición que este hospital tuvo a sus principios mas de vein (...)
  • 4 Id. « La ciudad pretende que en virtud de Bullas Apostolicas le esta concedido privativamente su P (...)
  • 5 Id. « Se ordena y manda que los hospitales de enfermos sean visitados por el Juez Eclesiastico por (...)
  • 6 Id. « ...y el que se tomen las quentas de los bienes y rentas de los tres hospitales de esta ciuda (...)
  • 7 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « En ella [enfermería] reconocio y visitó las quatro salas de enfermas : (...)

3L’hôpital des Naturels] avait été fondé en 1556 avec les aumônes des habitants dans le but d’y soigner les Indiens pauvres qui « avant qu’il n’y en eût un, se trouvaient dans le plus complet dénuement et mouraient de faim sans les sacrements et sans connaissance de la foi »1. En 1640, la ville demande au souverain de confirmer la perpétuité de cet établissement dont les revenus ont beaucoup augmenté grâce à la charité des habitants2. Malheureusement, dix ans plus tard les, choses avaient apparemment changé : l’évêque écrit au roi que si l’hôpital jouissait de vingt mille pesos de rente lors de sa fondation il est pour l’heure tellement appauvri que les malades « y entrent pour souffrir de la faim car ils ne trouvent même, pas leur subsistance assurée ni le moindre médicament »3. Cela serait dû à la mauvaise gestion de ceux qui en ont la charge. La ville prétendait qu’en vertu de bulles apostoliques, elle possédait l’exclusivité de la direction du dit hôpital sans que l’ordinaire pût même en vérifier le bon fonctionnement4. En 1626, elle avait demandé la confirmation de ce droit. Or le roi voulant s’enquérir de tous les détails concernant cette œuvre avait donné ordre à l’ordinaire, le 4 avril 1626. de faire une enquête. Cet ordre ayant été subtilisé, l’affaire en était restée là. Mais en 1650, l'évêque pensant que son devoir « en tant que père de ces malheureux était de rendre compte [au roi] de l’état des choses » lui suggère que visite, enquête, et vérification fussent faites. La distance une fois de plus joue son rôle : les lois sont reçues mais non exécutées. Il faut attendre encore trente-cinq ans pour que cette question soit à nouveau soulevée. En effet « La cesion 22 de Reformatione » au chapitre 8 disait : « on ordonne et commande que les hôpitaux soient visités par le juge ecclésiastique car ils sont sous sa juridiction »5. Le 24 juillet, le roi charge alors don Manuel de Mollineda d’exécuter cette loi « ...et de vérifier les comptes des biens et des rentes des trois hôpitaux de la ville »6. En présence du notaire Juan Gutierrez de Montealegre il commence le Ier octobre son inspection par l’hôpital de San Andrés où il examine scrupuleusement chapelle, chambres, infirmerie, cuisines, etc. Son rapport nous donne une idée de l’aspect que pouvait présenter un établissement de ce genre au XVIIe siècle7 Celui-ci comptait trente-deux lits. Tout lui parut être en bon état, la cuisine propre, la nourriture décente, les comptes en règle. Il ordonne seulement la construction d’une salle supplémentaire de quatre lits pour les convalescentes avec un autel à chacun des chevets, d’une lingerie fermant à clef et il demande que l’on peigne sur les murs de la chambre mortuaire une croix avec l’image de la Vierge... La visite effectuée à l’hôpital de San Bartolomé de los Españoles, confiée aux soins des frères de Saint Jean de Dieu lui donne la même satisfaction.

  • 8 Id. « Pedro Arias del Castillo, mercader acomodado, buen cristiano, etc. ».
  • 9 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Tambien e visitado el de San Juan de Dios que lo necesitava mucho por (...)
  • 10 Id. « No excuso de dar quenta a V.Mag. de que oy se halla muy diferente este hospital [...] princi (...)
  • 11 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú. « ...todas (las camas) talladas de madera de realce y dorada con oro co (...)

4Deux ans plus tard le 15 octobre 1682 le roi demande qu’on lui rende compte de l’état des hôpitaux. Le 24 avril 1684 l’évêque dresse un acte de visite : il a trouvé celui de San Andrés en parfait état grâce à l’honnêteté et au zèle de ses administrateurs8, mais celui de San Bartolomé a bien changé ; en quatre ans, divers prélats s’étant succédés dans le gouvernement de cette maison et chacun ayant essayé d’en tirer un bénéfice intéressant en falsifiant les comptes. Il n’y trouva ni médecin ni chirurgien car par souci d’économie ces postes avaient été confiés à des ignorants. La pharmacie renfermait peu de médicaments et ceux-ci furent déclarés après analyse en mauvais état. Les malades s’étaient déjà plaints au vice-roi duc de la Palata et à l’évêque lui-même du manque de soin. Il fit mettre bon ordre et décida qu’aucun prieur ne pourrait désormais se démettre de ses fonctions sans avoir préalablement rendu des comptes. En effet, le prieur alors en place Fray Antonio Raygoza déclarait publiquement que ce prieuré lui ayant coûté cinq mille pesos, il devait s’en dédommager ; et l’évêque de conclure : « je n’en doute pas, et je suis sûr qu’il les prélèvera sur les rentes et les aumônes des pauvres malades... »9. Heureusement, les soins du prélat portèrent leurs fruits car, en 1696, il peut annoncer au roi : « je ne peux m’empêcher de dire a V. Maj. qu’aujourd’hui cet hôpital se trouve dans un tout autre état, surtout depuis que le prieur Fray Juan de Arvides l’administre [...] il a fait à lui seul plus que tous ses prédécesseurs depuis la fondation de cette maison »10. En 1719 enfin, un témoignage de l’écrivain public affirme que l’hôpital est en très bon état, qu’il possède quatre salles et quarante-huit lits décents ; d’après cette description, l’hôpital paraît presque luxueux et cela serait dû à l’administration remarquable du père prieur Fray Bernardo Blanco qui le gère depuis un an et demi11.

  • 12 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...para poner en execución la visita del hospital de los Naturales, au (...)

5Mais lorsque l’évêque prétend inspecter enfin l’hôpital des Naturels il rencontre une hostilité véhémente ; les trente-trois frères s’opposent à cette « intrusion » appuyés par des personnalités telles que le corregidor de la ville don Pedro Balbin et son prédécesseur don Nuño Espinola Villavicencio. Il n’insiste pas afin d’éviter les désordres qui pourraient s’ensuivre, mais il soupçonne cette résistance d’être due à l’état sans doute assez trouble des comptes12.

  • 13 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...en este hospital tienen un capellan, y siendo la renta que goza set (...)

6Il arrive que parmi les trente-trois frères qui gouvernent cet hôpital, cinq ou six d’entre eux soient d’une même famille, ce qui fausse considérablement leur impartialité lors de leurs élections. Il n’y a qu’un seul chapelain qui jouit de sept cent vingt pesos de rente annuelle auxquels s’ajoutent viande, pain, bois de chauffage et maints autres petits bénéfices. L’évêque propose de partager en deux ces avantages et qu’il y ait ainsi deux chapelains : les malades y gagneraient d’être mieux assistés dans leur derniers moments, car, dit-il, un seul ne peut suffire au grand nombre de patients13. La réponse du Conseil des Indes prouve encore combien il était difficile de Taire respecter les lois venant de la métropole : il fera exiger par l’intermédiaire du vice-roi que les frères présentent les papiers au nom desquels ils refusent d’être inspectés ; mais le ton est bien peu convaincu et les documents ne disent pas qui triompha et si l’hôpital fut enfin visité...

  • 14 Id. « ...por no aver casa de convalecencia lo pasan mui mal los pobres que salen del hospital part (...)
  • 15 Id. « Hermanos dé la Compañia Bethlemética de Jesús, María y José ».
  • 16 Id. « Es su principal instituto recoger pobres convalecientes y cuydar de su asistencia, hasta que (...)
  • 17 Il l’avait achetée pour en faire une chapelle à l’usage des fidèles qui habitaient trop loin de l’ (...)
  • 18 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ... pues no solo la tengo [esta construcción] por importante para los (...)
  • 19 Id. « ... y cesará la gran mortandad que se experimenta en dho Hospital de los Naturales por mal a (...)
  • 20 Id. « ...de que ha de seguirse tanta bien al copioso numero de miserables Indios que hay en la ciu (...)
  • 21 Id. « ... respecto de ser el instituto de esta órden de convaleciencia y el de curacion fuera de s (...)

7Malheureusement bien des malades n’ayant personne qui pût leur prodiguer les soins encore nécessaires durant la convalescence, mouraient en sortant des hôpitaux où ils avaient été soignés14. Des frères hospitaliers15 venus depuis Mexico recueillir dés aumônes donnèrent à l’évêque l’idée de créer un hôpital pour les Indiens convalescents. En effet, dit don Manuel de Mollineda, ces religieux exemplaires se consacrent surtout à ces soins16. Il emploierait à cet effet une vaste maison avec jardins et potagers d’une valeur de quarante mille pesos sise en dehors de la ville dans un endroit sain17. Elle servirait également d’hôpital pour lés religieux Sans ressources ; huit mille pesos de rente annuelle sont déjà assurés par ses soins. Bien que la permission royale ne soit pas encore parvenue les travaux sont pourtant mis en chantier « ...de cal y canto... ». Ce nouvel hôpital contiendra deux cents lits bien nécessaires étant donné le nombre des malades. L’évêque explique qu’il en a entrepris la construction sans attendre car le besoin en est extrêmement urgent— : « ...non seulement, écrit-il, je considère [cette œuvre] comme de première importance pour soigner les convalescents et les religieux pauvres, mais je crains bien que les soins aux Indiens malades ne lui incombent aussi, l’hôpital des Naturels de cette ville (qui est sous votre patronat) étant complètement ruiné. Avec le temps et les omissions de certains administrateurs les rentes ont diminué à un point tel qu'elles suffisent à peine à payer les salaires du personnel ; la nourriture des malades, y...est insuffisante et mauvaise de même que les médicaments et les soins prodigués ; les domestiques, des Indiens salariés que souvent l’on ne paie pas, négligent les malades : les lits et les couvertures sont en mauvais état, les courtepointes sont laides, jamais il n’y eut d’oreillers ni de draps de lin, et bien souvent il arrive que par manque de linge même usagé on mette dans un même lit deux malades ce qui est fort préjudiciable ; et bien que les frères assistent comme il est de leur devoir, aux repas qu’on leur sert et qu’ils essaient de remédier aux désordres, ils sont impuissants : ils manquent d’argent ! Il y a très peu d’eau et parfois elle vient à manquer complètement alors qu’elle est indispensable à la propreté de l’hôpital ; de plus les salles menacent de tomber en ruine car on ne s’est jamais soucié depuis leur construction de les réparer à temps ; elles sont maintenues par des étais »18 En permettant cette nouvelle fondation qui pourra accueillir et soigner décemment les Indiens, « ...la mortalité élevée qui les décimait dans le dit hôpital des Naturels à cause du manque de soins cesserait »19 Le vice-roi appuie la demande du prélat ; le Conseil des Indes lui donna l’autorisation en raison « du grand nombre d’indiens misérables, qu’il y a dans la ville de Cuzco »20, mais lui permet seulement d’en faire un lieu de convalescence et non de guérison « les religieux de cet ordre se consacrant aux convalescents et n’étant point autorisés à s’occuper des malades.. »21.

  • 22 A.G.I. Lima 345 Sec. Perú « ...reconociendo que se habia extinguido el hospital que por ordenanzas (...)

8Quant aux Indiens des villages de la montagne, ils avaient peu de chance de se faire soigner. Les seuls documents que nous ayons consultés faisant allusion à des hôpitaux fondés en dehors de la capitale andine sont d’une part le rapport que fit don Manuel de Mollineda des progrès accomplis dans son évêché qu’il constata lors de sa visite ; il accorda à Pissac, province de Calca y Lares quarante jours d’indulgence à ceux qui acceptaient de servir les malades de l’hôpital de San Salvador. D’autre part un résumé du Conseil des Indes nous apprend que le licencié Juan de Castromonte curé de San Sebastian de Huaraz dans la province de Guaylas, avait fondé avec l’autorisation du vice-roi comte de la Monclova un nouvel hôpital car l’ancien, faute de rentes et de soins, était en ruine. Il n’en existait aucun autre dans les trente-quatre villages que comptait la province22. Exemple entre plusieurs. Bien des hôpitaux fondés sur l’ordre de vice-rois tels que don Francisco de Toledo furent avec le temps et les abus laissés à l’abandon, à la ruine. Dans la ville même de Cuzco les lits réservés aux Indiens malades étaient en nombre dérisoire ; les hôpitaux exclusivement destinés aux Espagnols n’étaient certes pas assez nombreux mais ceux-ci pouvaient avoir recours aux médecins et être soignés chez eux. Les Indiens n’en avaient ni les moyens ni la capacité. Malgré efforts et générosités, grande était la détresse des pauvres.

2. Assistance

  • 23 A.G.I. Lima 335 « ...por averse experimentado los años pasados murieron muchos expuestos a las pue (...)
  • 24 Id. « ...a sido de tanto alivio a la república que en el corto tiempo de tres años [...] se an rec (...)
  • 25 Id. « assi. mismo digne V.Mag. de permitir a la dha casa tengan doze telares donde poder labrar la (...)
  • 26 A.G.I. Lima 335 « que antes desda fundación se justificó por los papeles que estan en la secretari (...)

9La situation était encore moins brillante du côté des hospices. En effet, si les malades avaient pour les accueillir un hôpital, fut-il insuffisant, depuis 1556, il n’y eut pas d’hospice avant 1679. Un père de la Congrégation de l’Oratoire, Domingo de Torres, se consacra alors à cette œuvre plus que nécessaire car « ...les années passées nombre d’enfants abandonnés aux portes des maisons y périrent de froid ou dévorés par les chiens... »23. Les habitants qui trouvaient des nouveau-nés sur le seuil de leur demeure les y laissaient ou bien les emportaient en quelque endroit retiré et désert où les chiens les mettaient en pièces, dit, en 1681, l'évêque don Manuel de Mollineda qui qualifie d’héroïque l’œuvre que le père Domingo Torres fonda sans aucune ressource. Selon une lettre du fondateur au roi, en trois ans, cent vingt enfants abandonnés furent recueillis24. Les religieux ne comptant que sur les aumônes de la ville ont bien du mal à les élever. Ils demandent au souverain de bien vouloir assurer une rente ne serait-ce que de six ou huit mille pesos par an et autoriser la fondation de tissages où ils pourraient fabriquer les vêtements des enfants et de leurs nourrices25. Cette demande fut appuyée, le 16 octobre 1683, par un homme célèbre au Cuzco par sa vie scandaleuse, le corregidor don Pedro Balbin. Malheureusement les demandes restent sans réponse et le 13 mai 1687, du Callao, le père Domingo de Torres se voit contraint de rappeler au roi l’utilité de son œuvre et comment des papiers officiels affirment que les enfants étaient dévorés vivants par les chiens et les porcs26. Le roi lui avait cependant attribué mille pesos de rente payable par les, officiers royaux ; mais l’ordre n’ayant pas été exécuté les enfants manquent du nécessaire.

  • 27 Id. « por. ser una de las constituciones de esta casa que los expositos hayan de gozar del privile (...)
  • 28 Id. « Supplico a V.Mag. [...] concediese privilegio de nobleza a los niños y niñas expuestos en dh (...)

10Un autre problème se posa ; dans les « Constituciones » de cette maison, confirmées par le souverain, une clause avait été passée sous silence : les religieux demandaient pour leurs protégés le privilège de la noblesse et que « les Indiens et les Noirs qui seraient élevés dans leur établissement ne puissent être soumis à la servitude lorsqu’ils en sortiraient »27. Le vice-roi duc de La Palata répondit que le Conseil ayant pris en considération toutes les raisons dignes de commisération qu’il lui avait été impossible d’accorder plus de faveurs. Dans un autre document le roi est « supplié de concéder le privilège de la noblesse aux enfants garçons et filles qui par leur aspect physique sembleraient être nés d’Espagnols afin qu’ils puissent avoir accès aux honneurs et aux dignités... »28. Il en était ainsi, affirme le solliciteur, dans tous les hospices d’Amérique.

  • 29 Le gouverneur de Paucartambo avait affirmé que le père Domingo de Torres par sa prédication avait (...)
  • 30 Id. « ...assi mismo participan de las dhas limosnas a mugeres pobres virtuosas, para que con la ne (...)
  • 31 A.G.I. Lima 335 « ...como el padre Domingo de Torres se ocupó de demasiadas cosas a la vez : la ay (...)
  • 32 Id. « ...acometedor sin constancia, arrojado sin prudencia.. ».
  • 33 A.G.I. Lima 531 Sec. Perú « ...lo cual cederá en beneficio comun dé tan populosa ciudad ».

11Le Père Domingo de Torres, homme de grande vertu29, avait trop entrepris. Cette congrégation se consacrait en outre aux soins des religieux malades, à porter des secours aux détenus des prisons, à recueillir des aumônes dont une partie était destinée aux femmes vertueuses et sans ressources afin « d’éviter que la misère ne les contraignît à s’avilir »30. Or, dès 1687 il se trouva dépassé par ses œuvres ; dans une lettre du 8 mai l’évêque apprend au roi a comment le Père Domingo de Torres s’occupa de trop de choses à la fois : l’aide aux malades des prisons fut abandonnée, les secours portés aux religieux nécessiteux également et l’hospice est en voie de l’être faute de ressources... »31. En 1718 l’évêque Gabriel est beaucoup plus sévère dans son jugement, il l’accuse d’avoir été un entrepreneur inconstant et téméraire32. La congrégation fut supprimée de la ville, les enfants élevés dans une maison sise en la paroisse de Saint-Biaise achetée pour la somme de sept ou huit mille pesos que son fondateur était allé recueillir au Potosí. Mais l’œuvre est en déclin constant, peu d’enfants sont désormais recueillis, déclare la Mère Hélène de l’Incarnation qui en a la charge aidée de ses « Beatas Nazarenas » ; admirées de tous, elles vivent à Cuzco depuis quarante ans du travail de leurs mains dans une claustration volontaire. En 1713 le chapitre ecclésiastique de la ville demande au roi l’autorisation pour ces femmes exemplaires de fonder un couvent de Trinitaires Déchaussées, ce qui, affirme-t-il, serait un grand bienfait pour une ville si pluplée33. Des familles aisées leur confient l’éducation de leurs filles. Mais la demande est repoussée comme allant à l’encontre du décret royal de 1700.

  • 34 A.G.I. Lima 176 « ...para que este santo recoximiento no sea defraudado en ningun tiempo, en maner (...)
  • 35 A.G.I. Lima 176 « Por quanto no se ha podido obviar los agravios continuos que generalmente padece (...)

12Un mémoire qu’adresse au roi le 18 mars 1695 doña Andrea de la Trinidad, directrice du collège et pensionnat de jeunes Indiennes orphelines nous apprend qu’il existait en outre une maison où étaient élevées douze jeunes filles indiennes ; cet établissement jouissant de rentes suffisantes, la directrice, demande qu’il soit érigé en couvent où les jeunes indiennes... pourraient faire les trois vœux monastiques et y demeureraient pour s’occuper à leur tour des enfants recueillies. Le Conseil refuse car, dit-il, cela était contraire aux désirs des fondateurs. Pourtant dans un mémoire détaillé doña Andrea exposait déjà les règles auxquelles seraient soumises les nouvelles religieuses : elles porteraient sur leur cape une croix rouge en souvenir du Sang du Christ et bleue, comme évocation du ciel ; l’habit et le scapulaire seraient blancs comme leurs cœurs candides et purs ; comme elles devront avoir toujours présente l’idée de la mort elles porteraient dès l’âge de vingt-cinq ans le voile et la cape noirs. Dans les institutions prévues se trouve une curieuse règle de pureté de sang : « ...pour que cette sainte maison ne soit jamais frustrée il ne sera admis d’aucune manière l’introduction d’une Espagnole, d’une métisse ou d’une mulâtre, ni de qui que ce soit qui puisse être soupçonnée d’appartenir à la race juive, maure ou hérétique ou à celle des nouveaux convertis... car l’intention de ses fondateurs, est que cet établissement soit uniquement destiné aux indigènes orphelines et non aux Espagnoles... »34. Suit un violent réquisitoire où les griefs exposés dépassent le cadre de simples revendications : « ...il n’a jamais été remédié aux affronts subis de façon continue par les Indiens de ce royaume, particulièrement de la part de ceux-là même qui gouvernent et administrent aussi bien dans le domaine spirituel que dans le temporel et qui favorisèrent dans leur propre intérêt des abus,, des droits et des contributions sous divers prétextes et sous couleur de dévotion et de piété. Tout cela conduit à la perte et à la ruine totale des Indiens en les obligeant à payer ce qu’ils ne doivent pas, en les frustrant de leurs petits avoirs, en exploitant leur travail, leurs services, les fruits qu’ils récoltent sans rien leur donner en échange, trahissant ainsi complètement ce que droit, cédules et ordonnances royales, conciles et synodes exigent qu’il soit fait en leur faveur.. C’est pourquoi, afin que cessent certaines intrusions préjudiciables qui menacent davantage encore les dites orphelines sans défense..., la rectrice ne consentira point que les curés, leurs assistants ou le chapelain ni personne en leur nom s’emparent des biens-fonds sous aucun prétexte ; ni qu’ils franchissent les portes du cloître si ce n’est pour administrer les sacrements : ils devront alors porter le surplis et être accompagnés de deux orphelines les précédant en agitant une petite cloche, le visage voilé... »35. Toutes ces précautions laisseraient entendre que bien des abus étaient parfois commis par les religieux eux-mêmes, ce qui est fort vraisemblable étant donné les nombreux scandales dans certains couvents de Lima.

13Le même sentiment d’hostilité anime la rectrice lorsqu’elle exige que ses pensionnaires né puissent être retirées avant l’âge de vingt-cinq ans ; que dans ce cas, les proches parents ou les tuteurs soient tenus de verser cent pesos de dot et cinquante pesos par année passée au pensionnat-couvent ; car dit dona Andrea, il arrive fréquemment qu’à la mort des parents la famille ou des particuliers espagnols, sous prétexte de les prendre sous tutelle, les emploient aux tâches les plus humbles et négligent leur éducation.

14Ces établissements, comme les hôpitaux, sont très insuffisants pour une ville aussi peuplée et surtout aussi peuplée d’indigènes. Nombre d’enfants durent être livrés à eux-mêmes quand le manque de soins ne les faisait pas périr : une des multiples facettes de cette misère endémique qui colore de teintes sombres ces régions andines où vivaient côte à côte deux mondes hostiles l'un à l’autre, deux masses inégales qui pourtant s’équilibraient l’une par le nombre, l’autre par la force et le pouvoir.

3. Enseignement

15De même qu’une ségrégation existait dans le domaine des hôpitaux, Indiens et Espagnols étaient instruits séparément. Le problème de l’enseignement se posait d’ailleurs différemment selon qu’il s’agissait des uns ou des autres.

  • 36 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ... porque no se puede decir sin grandes lagrimas de la suerte que les (...)
  • 37 Id. « ... donde avía mas de veinte años que no había entrado prelado alguno ».
  • 38 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « ...todos les dias canta la misa y oficio divino y luego nos hace doctr (...)

16L’instruction de la masse indienne, surtout d’ordre religieux, [était confiée aux missionnaires ou aux curés. Ceux-ci accomplissaient parfois fort mal leur tâche ; l’évêque de Huamanga par exemple déplore amèrement l’existence de nombreux Indiens théoriquement chrétiens qui ignorent complètement la signification du signe de croix : « on ne peut pas dire sans verser d’abondantes larmes dans quelle ignorance ils se trouvent des mystères de notre Foi comme si on ne les leur avait jamais enseignés »36. En effet, les curés confi aient cette tâche délicate à des fonctionnaires indiens (eux-mêmes ignorant bien souvent ce qu’on les chargeait d’enseigner) qui-pratiquaient alors un enseignement oral. D’après ce même évêque, dans certaines régions la cure de San Cristobal de los Guachos dans la province de Chocorbos par exemple, les Indiens n’avaient pas vu de curé depuis plus de vingt ans37. L’enseignement dispensé aux Indiens était évidement sommaire : on leur apprenait à lire et on leur enseignait la doctrine chrétienne. Pourtant, il arrivait que leur instruction lorsqu’elle était dirigée par un homme de valeur animé d’un indéniable amour pour ses ouailles, s’étendît à d’autres domaines et exploitât même les dons innés de l’Indien. Dans une lettre de 1729 défendant leur curé contre une ligue sordide d’Espagnols, les caciques du village de Quiquixana affirmaient « ...il chante la messe chaque jour et ensuite nous enseigne la doctrine qu’il prêche toute l’année chaque après-midi à nos enfants ; il leur donne à manger et leur apporte des sucreries pour que les petits alléchés, aillent de bon cœur l’écouter et apprendre à prier ; il y a une école qu’il paie de ses propres revenus ; il enseigne aux enfants à écrire puis à certains à jouer de la harpe ou d’autres instruments, à d’autres il apprend à chanter afin qu’ils servent à l’église... »38.

  • 39 A.G.I. Lima 306 « ...que en todas las ciudades, villas, lugares y pueblos indios [...] pongan escu (...)

17Bien souvent, il faut commencer par leur apprendre la langue espagnole pour laquelle ils ne se montrent pas toujours très doués. Un décret royal du 30 mai 1691 ordonne que dans toutes les villes, villages, bourgs et hameaux des deux royaumes de Nouvelle-Espagne et du Pérou on crée des écoles avec des maîtres qui apprennent l’espagnol aux Indiens. Il doit y en avoir deux dans les villes et les gros villages : l’une pour les garçons, l’autre pour les filles ; dans le cas de l’école unique une séparation doit être faite entre écoliers et écolières. Après l’âge de dix ans les filles n’ont plus le droit d’aller à l’école39.

  • 40 A.G.I. Lima 306 « Se ha reconocido que fuera de los Indios que vulgarmente llaman Indios ladinos y (...)
  • 41 Id. « Esto es en los pueblos de afuera porque en la ciudad los mas Indios la hablan y entienden po (...)

18Les naturels semblent mettre assez peu de bonne volonté à apprendre leur nouvelle langue car le roi ordonne aussi que pour stimuler les Indiens à s’appliquer à parler l’espagnol, et à envoyer leur enfants à l’école on interdise l’accès à n’importe quelle fonction publique (oficio de republica) à quiconque ne possèderait parfaitement la langue castillane. En 1699 l’évêque écrit au roi : « il est reconnu que les Indiens, sauf ceux que l’on appelle communément ladinos qui furent dès leur enfance élevés chez les Espagnols, apprennent l’espagnol avec difficulté, le prononcent mal et en comprennent peu ou pas du tout la signification... »40. L’évêque décide alors que l’enseignement des prières et du catéchisme serait donné en langue indigène ; que les enfants disent les prières à la fois dans leur idiome et en espagnol et qu’à l’école ils s’habituent à prononcer la langue officielle. Ce problème se pose uniquement dans les villages car « dans les villes, précise l’évêque, la plupart des Indiens parlent et comprennent le castillan grâce aux contacts journaliers qu’ils ont avec les Espagnols... »41.

  • 42 A.G.I. Lima 82 Sim. Ecl.

19Aux fils de caciques était réservé le collège de San Francisco de Borja à Cuzco appelé « Colegio de los Hijos de Caciques » fondé en 1620 par le prince d’Esquilache vice-roi pour lutter contre l’idolâtrie42.

  • 43 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « Eligiendo antes quedarse sin los honores de los grados que aprender la (...)

20Le problème de l’enseignement en réalité se posait surtout sur le plan des Espagnols. De longues et farouches querelles mettaient aux prises divers établissements. Dès avant 1658 le Real Colegio Seminario de San Antonio Abad fondé en 1598 sur ordre de Philippe II était en guerre ouverte avec le collège-jésuite de San Bernardo fondé en 1618. Les élèves de ce dernier avaient accès aux grades universitaires alors que les élèves du : premier, pourtant plus nombreux, ne l’avaient pas. Querelle autour d’une doctrine : les élèves de San Antonio fervents thomistes, refusaient de suivre doctrines et écoles de la Compagnie de Jésus « ...choisissant plutôt de renoncer aux honneurs et aux grades de l’Université »43.

  • 44 Id. Mais aussi « los mas desacomodados [...] pasanlo con pobreça y los mas no visten de suerte que (...)
  • 45 Id. « Leense en él Gramatica con toda exaccion y curiosidad, Logica, Philosophia, y Metaphisica, T (...)
  • 46 A.G.I. Lima 340 Sim. Ecl. « ...porque la universidad del Estudio General de Lima está distante del (...)
  • 47 Id. « ...hasta tanto que en la dha ciudad del Cuzco se funde Universidad pública ».

21La plupart des étudiants étaient les fils de nobles familles de la ville de Cuzco, des provinces d’Arequipa, de la Paz, du Potosí et de leurs environs44. Us y étudiaient grammaire, logique, philosophie et métaphysique, théologie scolastique et morale45. Selon un bref d’innocent XII daté de 1692, il existait trois chaires de philosophie et deux de « Sagrada Religion » ; deux cents collégiens y résidaient et servaient à la cathédrale ; leurs émules furent très utiles dans les missions. Mais ces jeunes gens n’avaient pas accès à l’Université, celle de Lima étant à cinq cents milles de Cuzco46 ; il leur était également impossible de passer les examens du collège de San Bernardo où les Jésuites conféraient les grades à cause du différend qui les opposait. Le roi d’Espagne Charles II par l’intermédiaire de son ambassadeur le duc de Medinaceli avait obtenu du Pape le droit de recevoir dans le Seminario Real les grades de bachelier, licencié, maître et docteur en philosophie et en théologie pour les jeunes élèves de San Antonio le Ier mars 1692. Cette autorisation serait valable « ...jusqu’à ce qu’il y ait dans la ville de Cuzco une université publique... »47.

  • 48 A.G.I. Lima 340 Sim. Ecl. « El maestro Fray Leonardo Davalos Calificador del Santo Oficio Procurad (...)
  • 49 Id. « Los cathedraticos del colegio seran siempre mas apasionados que los de Santo Domingo que est (...)
  • 50 Id. « ...que los graduados por los cathedraticos de Santo Domingo sean admitidos en qualquier univ (...)
  • 51 A.G.I. Lima 306 « ...[représenté] averse opuesto en Lima la parte de la Universidad que la Compañi (...)

22Cependant dès 1690, l’évêque avait déjà reçu du Pape la faculté de graduer, après de sévères examens, les élèves du collège-séminaire de San Antonio ; en son absence, ce droit revenait au chapitre ecclésiastique. Une question était demeurée litigieuse : cette faveur avait été concédée sans accorder le concours aux dits examens des professeurs dominicains de la ville. En 1690 Fray Leonardo López Davalos48 expose au roi combien il serait préférable de faire appel à ces maîtres — les plus fervents des thomistes — plutôt qu’à ceux du collège de San Antonio ; ces derniers étant inévitablement moins impartiaux que les dominicains qui ne connaissent pas les étudiants49. Il demande en outre au souverain d’obtenir de Rome « que ceux qui auront été gradués par les professeurs dominicains soient admis dans n’importe quelle université des Indes et que tous les séculiers qui auront étudié dans leurs couvents aient accès aux facultés des Arts et de Théologie50. Ces mesures provoquèrent de véritables émeutes de la part des Jésuites à Lima, dès. 169651. L’évêque est chargé en 1699 d’éviter les heurts entre les deux collèges.

  • 52 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Hallé a dho colegio tristemente atendido : porque estaba casi lleno de (...)

23Vingt ans après, se posèrent des problèmes d’un tout autre ordre. Le 5 décembre 1718, l’évêque Gabriel déclarait avoir trouvé le collège de San Antonio en piteux état ; la plupart des collégiens étaient fils illégitimes contrairement aux constitutions de l’établissement52. C’est, dit-il, un mal très répandu dans ces pays — nous en aurons la preuve —. Il constate également que les grades ayant été conférés bien souvent à tort il y a « des docteurs qui n’en ont que le nom... ». Il y mit bon ordre.

24Ajoutons pour avoir une idée de ce que pouvait être le monde étudiant au Cuzco vers 1700, qu’une cédule royale du 16 novembre 1691 permettait sous certaines réserves la fondation d’un « collège d’études » placé sous le patronage de Saint Bonaventure dans le couvent de Saint-François « aussi vieux que la ville elle-même... ». Son fondateur, l’évêque don Pedro de Ortega lui avait légué tous ses biens.

  • 53 A.G.I. Lima 527 « Los Reyes predecesores avían fomentado la ereccion de esta unibersidad, para ten (...)
  • 54 Id. « ...dice que se ha empezado le reedificacion, pero que faltan los medios, siendo su dotacion (...)
  • 55 A.G.I. Lima 1573 « Situó tres cátedras, dos de theologia y una de artes, pero que ninguna sirve po (...)

25Ainsi, dans ces régions, l’enseignement ne semble guère brillant à cette époque. Une université avait été fondée à Huamanga avec bien des difficultés par l'évêque Sancho et son prédécesseur53. Mais en 1725, l’évêque Alfonso, dans une lettre du 30 novembre, dit avoir trouvé l’université et le collège-séminaire ruinés par les grandes calamités : tremblements de terre, pestes, famines, etc... Leur reconstruction s’avère très difficile faute de moyens54. En 1732 un rapport du Conseil des Indes révèle à quel triste sort était vouée cette université : elle possédait trois chaires, deux de théologie et une des arts, mais aucune n’était pourvue en raison du nombre très réduit d’Espagnols que comptait la population ; « c’est la raison pour laquelle l’université n’a pas d’autre rôle que celui de conférer les grades de docteurs à ceux qui n’ont pas pu les obtenir ailleurs... »55.

Notes

1 A.G.I. Lima 110 Sim. Secl. « Fundaron y dotaron a su costa y de particulares de la dha ciudad el hospital de los Naturales para curar y remediar los pobres y enfermos Indios que por no averlo antes padecian muchas necesidades muriendose de hambre y sin conocimiento de Nuestra Santa Fee Catolica ».

2 Id. « ...con la caridad de los vecinos a crecido mucho mas su dotación como consta de los testimonios que presenta ».

3 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Es comun tradición que este hospital tuvo a sus principios mas de veinte mil pesos de renta, oy se halla tan pobre que los que entran en él entran a padecer necesidad, porque ni tiene el mantenimiento necesario, ni medicinas y todos claman que esto a procedido por el mal gobierno de los que lo tienen a cargo ».

4 Id. « La ciudad pretende que en virtud de Bullas Apostolicas le esta concedido privativamente su Patronazgo con prohibicion para que los Ordinarios no se entrometan en cosa tocante al dho hospital a cuya causa hasta oy nadie lo ha visitado ».

5 Id. « Se ordena y manda que los hospitales de enfermos sean visitados por el Juez Eclesiastico por estar sujetos a su jurisdicción... ».

6 Id. « ...y el que se tomen las quentas de los bienes y rentas de los tres hospitales de esta ciudad ».

7 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « En ella [enfermería] reconocio y visitó las quatro salas de enfermas : la primera de la vocacion de María Magdalena con nueve camas ; la segunda de la santa María Egypciaca con ocho camas ; la tercera de la Purísima Concepción de Nuestra Señora con otras ocho camas ; y la otra de San Lorenzo con siete camas con sus cujas de madera, y pabellones de listado azul y blanco de obraxe ordinario de la tierra con rodapies, y sobrecamas de lo mismo y cada una con un colchón, dos sabanas de lienzo, una fresada, y dos almuhadas y un bufete de madera delante de cada una de dhas camas ».

8 Id. « Pedro Arias del Castillo, mercader acomodado, buen cristiano, etc. ».

9 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Tambien e visitado el de San Juan de Dios que lo necesitava mucho por averle governado diferentes prelados y aver procurado cada uno utilizarse, dando descargos supuestos en las quentas de las rentas, y a sido preciso por aora pasar por ellos por no aver a quien ocurrir, aviendose muerto los mas de ellos. Este hospital halle sin médico ni cirujano parque por ahorrar Ios salarios an encargado estos oficios a dos hermanos que no entienden una ni otra facultad, ni saben gramatica ; la botica tenia mui pocas medicinas que hize reconocer y estavan tan anexas que serian de mas daño que provecho a los enfermos : los enfermos se an quexado repetidas veces assi a vuestro virrey Duque de la Palata, como a mi del poco cuydado que tienen los religiosos con ellos en el sustento y asistencia, e proveido auto mandandoles paguen medicos y cirujanos, y que tengan medicinas frescas a satisfacción de estos ; que ningun prior dejase el cargo sin aver dado quentas [...] El prior actual Fray Antonio Raygoza dice publicamente que le costó este priorato cinco mil pesos y que los a de resarcir, lo tengo sin duda, y que tambien saldran de las limosnas y rentas de los pobres enfermos ».

10 Id. « No excuso de dar quenta a V.Mag. de que oy se halla muy diferente este hospital [...] principalmente desde que entré a ser Prior de este convento Fray Juan de Arvides [...] habiendo hecho él solo en su tiempo mas que todos sus antecesores desde que se fundó esta casa ».

11 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú. « ...todas (las camas) talladas de madera de realce y dorada con oro con sus coronaciones que cada una esta en forma de cama de campo con cortinas coloradas de calamaco fino, y las cujas doradas, con colchones de cotense, sabanas de Ruán, frezadas nuevas y sobre camas de algodón de Caxamarca azules, labradas en Caxamarca y cada cama al parecer hecha a todo costo : y assi mismo bi quatro camas de campo en que enferman los sacerdotes con cujas doradas, sábanas de Bretaña y almuadas con encaje fino unas y otras, y cortinas y campo assi en calamaco fino todo el guarnecido con pasamanes de plata y seda, todo muy decente y al parecer costoso ; y asimismo reconoci las testeras de las paredes donde estan dhas camas de los pobres enfermos, todas adornadas de lienzo y cada una guarnecida con chorcholas ( ?) doradas de oro y pinturas de vidas, la una de Nuestra Senora, la otra de Abraham, la tercera de Tomás y la última de los milagros de Christo [...] y la techumbre de dhas salas todas pintadas de colores, y una media maranja en el crucero fabricada con quatro claraboyas que dan luz y mucha claridad y alegria a dhas quatro salas, y los pilares que sostienen dha media naranja esta adornada de azulejos y assimismo vi dos escaparates grandes de cedro tallado perfilado de plata y colores en los quales se encierran las aguas de la vivida de los enfermos y los dulces y demas cossas manuales que se necesitan para la decencia de dha enfermería, y aviendo pasado a la botica la vi muy decente y toda adornada de botes y el enfermero mayor que cuyda de ella [...], dijo estavan todos llenos de medicinas frescas y compradas a todo costo... ».

12 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...para poner en execución la visita del hospital de los Naturales, aunque la e solicitado diferentes vezes, no e podido conseguirla, hallando cada dia mayores dificultades por la repugnancia con que la an resistido los hermanos que son treintitres, y las primeras personas de esta ciudad, y no aviendo tenido ayuda en los corregidores, principalmente en Don Pedro Balbin, que lo es actual ; no me e determinado a hacerla, rezelando los inconvenientes que pueden seguirse, segun la oposición que e experimentado en los interesados, y creo por el mucho tiempo que ha que no dan quentas, y constarles quan disipadas se hallan las rentas... ».

13 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...en este hospital tienen un capellan, y siendo la renta que goza setecientos veinte pesos, en cada un año, con racion de pan, carne y leña, a que se añaden los muchos porventos que tiene, pudiera compartirse en dos, y estuvieran mas bien servidos los enfermos teniendo quien les administrase los sacramentos y ayudase a bien morir, obligaciones con que no puede cumplir uno solo por los muchos enfermos que acuden ».

14 Id. « ...por no aver casa de convalecencia lo pasan mui mal los pobres que salen del hospital particularmente los miserables idios que no aviendo quien cuide de ellos perecen repitiendoseles con fuerça mayor las enfermedades ».

15 Id. « Hermanos dé la Compañia Bethlemética de Jesús, María y José ».

16 Id. « Es su principal instituto recoger pobres convalecientes y cuydar de su asistencia, hasta que logren perfecta sanidad [...] me an parecido hombres mui exemplares y de gran austeridad ».

17 Il l’avait achetée pour en faire une chapelle à l’usage des fidèles qui habitaient trop loin de l’église paroissiale.

18 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ... pues no solo la tengo [esta construcción] por importante para los convalescientes y curacion de sacerdotes pobres sino que juntamente la miro como cosa en que me parece ha de recaer la curacion de Yndios enfermos, respecta de que el hospital de Naturales de esta ciudad, que es de vuestro Real Patronato se halla sumamente descaecido porque en el transcurso del tiempo y omision de algunos administradores se an deteriorado las rentas de modo que apenas alcançan para pagar el salario de los sirvientes, con que es mui escasa y de ningun regalo la comida de los enfermos, y al mismo grado es el descuydo en la aplicacion de medicinas, y asistencias de los sirvientes, que como son Indios pagados para este efecto, y que muchas veces no se les satisface el salario, no los atienden con devida puntualidad, ni aseo alguno : las camas son miserables, de mantas, fresadas toscas sin que les ayan puesto en ningun tiempo sabanas ni almohades de lienzo, y muchas veces acontece que por no aver bastantes ropas, aunque destas malas, ponen en una misma cama dos enfermos, que es de gran perjuicio, y aunque los hermanos del dho hospital cumplan con la obligacion de acudir a ver los dar de corner y quieren reprehender los desordenes que hallan, no pueden remediarlos con la excusa de que no alcançan a mas las rentas ; la agua que tiene es mui poca, y ay ocasiones en que falta del todo siendo tan precisa para la limpieza del hospital, a esta se añaden que las enfermerías estan amenaçando ruina porque no ay cuydado de repararlas desde que se fabricaron y se sostienen con puntales ».

19 Id. « ... y cesará la gran mortandad que se experimenta en dho Hospital de los Naturales por mal asistidos y curados... ».

20 Id. « ...de que ha de seguirse tanta bien al copioso numero de miserables Indios que hay en la ciudad del Cuzco ».

21 Id. « ... respecto de ser el instituto de esta órden de convaleciencia y el de curacion fuera de su regla... ».

22 A.G.I. Lima 345 Sec. Perú « ...reconociendo que se habia extinguido el hospital que por ordenanzas se fundó en él por defecto de dotacion y falta de asistencia, y que en [los treinta y quatro pueblos de que se compone aquella provincia, no habia. alguno, fundó otro donde se pudiessen curar los Indios de ella y los demas forasteros y pasajeros en un solar que cedieron diferentes Indios caciques y ofreció veinte mil pesos para su dotacion... ».

23 A.G.I. Lima 335 « ...por averse experimentado los años pasados murieron muchos expuestos a las puertas de las casas de los vecinos ; y en ellas perecido asi por el rigor del temperamento como por averlos destrozado los perros... ».

24 Id. « ...a sido de tanto alivio a la república que en el corto tiempo de tres años [...] se an recoxido ciento veinte expuestos ».

25 Id. « assi. mismo digne V.Mag. de permitir a la dha casa tengan doze telares donde poder labrar la ropa de la tierra de que necesitan para su vestuario assi dellos como de las amas que los crian ».

26 A.G.I. Lima 335 « que antes desda fundación se justificó por los papeles que estan en la secretaria eran comidos de perros y lechones... ».

27 Id. « por. ser una de las constituciones de esta casa que los expositos hayan de gozar del privilegio de la nobleza por no venir denegado en dha cédula como tambien que los Indios y Negros que se criassen en dha casa no ayan de estar sujetos a servidumbre saliendo de ella ».

28 Id. « Supplico a V.Mag. [...] concediese privilegio de nobleza a los niños y niñas expuestos en dha casa, que por sus aspectos pareciessen hijos de españoles, para que fuessen capaces de cualesquiera honores y dignidades ».

29 Le gouverneur de Paucartambo avait affirmé que le père Domingo de Torres par sa prédication avait réformé dans ces provinces toutes sortes de vices.

30 Id. « ...assi mismo participan de las dhas limosnas a mugeres pobres virtuosas, para que con la necesidad no descaescan de la virtud ».

31 A.G.I. Lima 335 « ...como el padre Domingo de Torres se ocupó de demasiadas cosas a la vez : la ayuda a los enfermos de la carcel la dejó, la asistencia a los sacerdotes pobres tambien, y la casa de niños huérfanos descaeció mucho por falta de rentas ».

32 Id. « ...acometedor sin constancia, arrojado sin prudencia.. ».

33 A.G.I. Lima 531 Sec. Perú « ...lo cual cederá en beneficio comun dé tan populosa ciudad ».

34 A.G.I. Lima 176 « ...para que este santo recoximiento no sea defraudado en ningun tiempo, en manera alguna se admitiran a su gremio ninguna española mestiça o mulata samba (sic) ni a otra persona que tuviere sospecha de raça judia mora o herexe o de los nuevamente convertidos [...] porque la intencion de los fundadores es que este recogimiento sea solamente para naturales huerfanas y no para españolas ».

35 A.G.I. Lima 176 « Por quanto no se ha podido obviar los agravios continuos que generalmente padecen los Indios deste Reyno, especialmente por medio de los mismos que los gobiernan y administran asi en lo espiritual como en lo temporal con aver introducido abusos, derechos y contribuciones con varios pretextos y a titulo de devocion y piedad que todos ceden y redundan en la total ruina y perdicion de los Indios obligandoles a pagar lo que no deben quitandoles sus cortos caudales y aprovechandose de su trabajo y servicios de los frutos que coxen sin darles satisfaccion, en que se falta enteramente a lo que por derecho, cédulas y ordenanças reales, concilio y sinodales, esta prevenido y acordado en su favor [...] Por tanto para que cesen introducciones tan perjudiciales que amenazan mas en las dhas huerfanas por ser parte mas flaca y se acuda al reparo conveniente, la retora no consintiera que los curas o sus ayudantes o el capellan ni otros en su nombre se apoderen ni aprovechen de los vienes raices, con ningun pretexto [...] ni entren en la clausura de la primera puerta sino es cuando la necesidad de la administracion de los Santos Sacramentos lo pidiere y eso sea puestos con sus sobrepellices acompañados de dos huerfanas ».

36 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ... porque no se puede decir sin grandes lagrimas de la suerte que les halle faltos del conocimiento de los misterios de Nuestra Santa Fee, como si no se le hubiere enseñado nunca ».

37 Id. « ... donde avía mas de veinte años que no había entrado prelado alguno ».

38 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « ...todos les dias canta la misa y oficio divino y luego nos hace doctrina y todos los dias la predica en todo el año eritero a nuestros hijos en la doctrina de todas las tardes ; les da de comer y les lleva dulces para que por la golosina vayan de buena gana los muchachos a oyrle y aprender a resar ; tiene escuela y paga los maestros de su plata y luego enseña a escribir, y despues a unos a tocar arpa, a otros instrumentes, y a otros a cantar para que sirvan a la iglesia... ».

39 A.G.I. Lima 306 « ...que en todas las ciudades, villas, lugares y pueblos indios [...] pongan escuelas con Maestros que ensenen a los Indios la lengua castellana con advertencia de que en los lugares, ciudades y pueblos grandes sean dos escuelas, y que en la una ayan de concurir solamente los niños, y en la otra las niñas, y que en los lugares donde no se pudiere mantener demas de una escuela, se haga esten con separacion los muchachos de las muchachas, previniendo que estas an de poder yr a la escuela hasta edad de diez años, y pasando no se les permita que vayan... ».

40 A.G.I. Lima 306 « Se ha reconocido que fuera de los Indios que vulgarmente llaman Indios ladinos y son los que desde su niñez se han criado en las casas de los Españoles, los demas son muy tardos en aprenderla y la pronuncian con dificultad, y no llegan a entender el propio y sustancial de ella... »

41 Id. « Esto es en los pueblos de afuera porque en la ciudad los mas Indios la hablan y entienden por la continua comunicacion y trato con los Españoles. »

42 A.G.I. Lima 82 Sim. Ecl.

43 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « Eligiendo antes quedarse sin los honores de los grados que aprender las doctrinas de los autores de la Compañia. »

44 Id. Mais aussi « los mas desacomodados [...] pasanlo con pobreça y los mas no visten de suerte que puedan honestamente parecer tan continuamente en concurso de otros mas bien vestidos »...certifient le doyen et le chapitre ecclésiastiques en 1658.

45 Id. « Leense en él Gramatica con toda exaccion y curiosidad, Logica, Philosophia, y Metaphisica, Teologia Escolastica y Moral. »

46 A.G.I. Lima 340 Sim. Ecl. « ...porque la universidad del Estudio General de Lima está distante del Cuzco de quinientas millas ».

47 Id. « ...hasta tanto que en la dha ciudad del Cuzco se funde Universidad pública ».

48 A.G.I. Lima 340 Sim. Ecl. « El maestro Fray Leonardo Davalos Calificador del Santo Oficio Procurador y Difinidor General de la provincia de San Juan Bautista del Perú del Orden de Predicadores en esta corte. »

49 Id. « Los cathedraticos del colegio seran siempre mas apasionados que los de Santo Domingo que estan mas alejados de los colegiales. »

50 Id. « ...que los graduados por los cathedraticos de Santo Domingo sean admitidos en qualquier universidad de la Indias, sean admitidos a los grados de Arte y Theologia los seculares y todos los que hubieren estudiado en los conventos de dha religion, teniendo aprobado por sus profesores los cursos necesarios ».

51 A.G.I. Lima 306 « ...[représenté] averse opuesto en Lima la parte de la Universidad que la Compañia de Jesús tiene en esta ciudad ».

52 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Hallé a dho colegio tristemente atendido : porque estaba casi lleno de ilegítimos, contra sus mismas instituciones [...]. Es este defecto muy corriente en esta tierra. »

53 A.G.I. Lima 527 « Los Reyes predecesores avían fomentado la ereccion de esta unibersidad, para tener sujetos de letras y virtud para las prebendas de dha iglesia y curatos del obispado sin necesidad de pasar a Lima y Cuzco cuia distancia ocasiona crecidos gastos. »

54 Id. « ...dice que se ha empezado le reedificacion, pero que faltan los medios, siendo su dotacion muy corta... ».

55 A.G.I. Lima 1573 « Situó tres cátedras, dos de theologia y una de artes, pero que ninguna sirve por la poca vecindad de Españoles que ay en aquella poblacion, que es el motivo porque no tiene otro destino que conferir grados a los que no han podido obtenerlos en otras unibersidades. »

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540