Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Troisième partie. Une majorité souffrante

Chapitre I. Une masse opprimée

Texto completo

— Yaravi —
« Como los candos que caen de su rama en los caminos para que todos los pisen, así los pobres nacimos. »
A.M. Gamarra
« Cien años de vida perdularia ».

1La région du Cuzco, région économique secondaire, est avant tout, nous Pavons vu, une réserve de main-d’œuvre. La diminution de cette richesse humaine n’alla pas sans de nombreuses plaintes, les unes dictées par un élan d’amour et de charité envers ces pauvres êtres persécutés, les autres, par intérêt. Cuzco, mine d’hommes continue à s’épuiser pendant cette première moitié du XVIIIe siècle. Nous avons déjà vu comment cette décroissance est due en partie à la mort, mais surtout à la fuite. Cet exode endémique certains l’expliquent par le caractère éminemment instable de l’Indien péruvien.

  • 1 Cf. ci-dessus, p. 60.
  • 2 A.G.I. Lima 1.351 Sim. Secl. « Son unos fanáticos que no se puede conceptuar hasta tocar prácticam (...)
  • 3 Id. « ... unas gentes en quienes no hace el agrado, la persuasión invirtuosa (sic), el beneficio n (...)

2« Des fanatiques, dit le mémoire du Tribunal des Mines1, que l’on ne peut point imaginer sans connaître de près leurs mœurs... »2. En effet, pour cette société espagnole où l’intérêt et la cupidité tiennent une place primordiale, le caractère apathique, l’indifférence de l’Indien est un véritable scandale : l’argent même ne les intéresse pas ! « ...ce sont des gens sur qui la gentillesse, la persuasion, l’intérêt n’ont aucune prise... »3.

I. Excès commis par les Espagnols

  • 4 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ...se de vista al Sr. Fiscal Protector para que vea lo que mas les con (...)

3Si les Indiens préféraient fuir plutôt que travailler dans les mines, c’était d’abord — n’en déplaise aux membres du Tribunal — parce que le travail y était extrêmement pénible. Beaucoup en mouraient, surtout parmi ceux qui étaient envoyés dans les mines de mercure. L'Indien est, avant tout, traditionnellement agriculteur. D’autre part, il ne s’intéresse-pas à un monde qui le brime, l’exploite, à un monde auquel souvent il ne comprend rien, et dont il ignore généralement jusqu’à la langue Pour lui, l’Espagnol est presque toujours un tyran, voire même un bourreau. Les documents plaidant en faveur des pauvres, les lettres des évêques, des curés, de quelques particuliers espagnols, parfois des Indiens eux-mêmes, nous ont laissé une sinistre image de ces personnages théoriquement dévoués à la christianisation, à la protection des Indiens qui leur furent confiés : encomenderos, corregidores, et bien d’autres. Souvent les fonctionnaires dont les charges sont expressément défensives, le fiscal protecteur, le juge des naturels, etc. sont les plus acharnés contre l’Indien ignorant et sans défense. En 1651 l’évêque de Huamanga, militant pour le fameux « tomin des. hôpitaux », rappelle que « ...monsieur le fiscal protecteur doit prendre les dispositions nécessaires, car il est de son devoir de veiller paternellement sur ces malheureux Indiens, et à ce qu’ils soient secourus dans leurs maladies... »4.

  • 5 Id. « E puesto el exemplo de la codicia de los corregidores en los casos referidos reservando los (...)
  • 6 Id. « ...los que no van a comprar a las pulperías del corregidor son sus enemigos, y con mano de j (...)
  • 7 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ...y porque sus ganancias sean maiores compran barato vino de mala qua (...)

4En 1678 plusieurs lettres des évêques Manuel de Cuzco et Cristóbal de Huamanga dénoncent les excès commis par les Espagnols. En mars une lettre de ce dernier généralise d’une façon inquiétante son accusation : « ...j’ai exposé cet exemple de la cupidité des corregidores, en en passant maints autres sous silence afin d’être bref, car sur ce sujet on pourrait noircir des liasses de papier, et V. Maj. peut être persuadée qu’aucun córregidor n’échappe à cette règle, et il n’est pas d’exemple que l’un d’entre eux ait cessé de commettre ces abus... »5. Le péché capital de ces corregidores est le commerce illicite. Ils introduisent en tous lieux leurs marchandises, enfreignent ainsi les lois, et font tout pour ruiner les commerçants légaux. Puis ils obligent tous les Indiens qui se trouvent sous leur juridiction à acheter leurs produits, et pas d’autres, sinon ils trouvent toujours le moyen de se venger en les faisant arrêter sous le moindre prétexte. Evidemment ils vendent leurs denrées à des prix excessifs. Ceux qui ne peuvent pas payer ces achats forcés — et ils sont nombreux — répondent de leurs dettes devant le corregidor qui est en cette occasion à la fois juge et créancier. Si un de ses débiteurs l’est aussi d’un tiers, il refuse évidemment à ce dernier toute assistance afin d’être payé le premier. De même il refuse la justice à quiconque n’achète pas dans ses magasins et de ce fait est son ennemi juré6. En outre, pour que le gain soit plus élevé les corregidores achètent du vin de mauvaise qualité que les Indiens sont tenus d’acheter, donc de boire. Nombre d’entre eux en sont malades et parfois en meurent7.

  • 8 Id. « ...pues por permisión divina sacando cada uno 40 o 60 mil pesos de un corregimiento conforme (...)
  • 9 Id. « No son dueños de vender una vaca ni un carnero a otro que no sea el corregidor, y este sin q (...)
  • 10 A.G.I. Lima 306 « Sin que vean, sino rara ves en moneda un real ».

5L’évêque de Huamanga déclare connaître plus de cent cinquante corregidores de cette espèce : chacun — dit-il — gagne de quarante à soixante mille-pesos dans le temps de ses fonctions ; mais bien mal acquis ne profitant jamais, il ajoute qu’il n’en connaît pas un seul qui ait réussi à conserver cette fortune8. Seize jours plus tard une lettre de l’évêque de Cuzco dénonce un autre scandale : l’Indien n’est pas libre de vendre une vache ou un veau, par exemple, à qui bon lui semble, mais il doit le proposer au corregidor qui ne le lui paie évidemment pas ; bien mieux, lorsqu’une bête met bas, le corregidor ou son lieutenant, toujours un métis, s’empare des petits ; chose assez déconcertante, lorsqu’un des animaux meurt, le propriétaire est obligé de le « racheter » au corregidor, c’est pourquoi, dit l’évêque, certains Indiens quand ils sont malades saignent une bête pour en boire le sang, sans oser la tuer pour avoir de la viande fraîche. En échange on leur vend de force à des prix arbitraires nombre d’objets dont ils n’ont que faire : couteaux, chapeaux, savons, miroirs, etc...9. Les curés eux-mêmes n’échappent pas à la contrainte ; ils perçoivent leur traitement de la même manière et ils « voient très rarement un réal en espèce »10 ; ils s’en plaignirent à l’évêque lors de sa dernière visite.

  • 11 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Espero que V. Mag. le remediará pues se van perdiendo muchas provincia (...)
  • 12 Id. « ... y añado que esclavos en Argel no tienen la opresión y violencia que padecen estos Indios (...)
  • 13 Id. « Tambien no excuso repetir a V. Mag. que en esta ciudad ay un oficio que probee el cabildo se (...)
  • 14 Id. « ...porque el recurrir a Lima dicen que es pasión y no valen nuestras representaciones. »

6Celui-ci en appelle au roi, car dit-il, « bien des provinces se perdent à cause de la tyrannie des corregidores... »11, et il ajoute cette comparaison fort éloquente encore pour un Espagnol de la fin du XVIIe siècle : « ...pas même les esclaves ne subissent à Alger les violences et les oppressions exercées sur les Indiens »12. Dans une lettre au roi du 22 août le même défenseur dénonce un autre mal : l’esclavage des Indiens tout à fait contraire aux lois des Indes ; le commerce en est exercé par ceux qui sont précisément payés pour les défendre « ...je répète à V. Maj. qu’il existe dans cette ville une charge que pourvoit le Chapitre Séculier, celle de juge des Indiens ; elle est généralement octroyée au fils, gendre ou frère d’un regidor, lesquels rendent fort peu la justice, mais en revanche infligent maintes vexation aux indigènes, car ils ont chez eux des tissages [... ] et ils pratiquent parfois la vente d’indiens comme esclaves dans les Andes, et font tout ce qu’ils peuvent pour porter préjudice aux malheureux... »13. L’évêque propose que cette charge soit confiée au corregidor ou aux alcaldes ordinaires qui ne sont point débordés de travail par leurs fonctions respectives. L’année suivante, le 13 juin il se plaint à nouveau au souverain et déclare son impuissance devant de tels abus, car dit-il, « ...lorsque nous faisons appel à Lima on nous accuse d’être passionnés et nos doléances sont annulées... »14.

  • 15 A.G.I. Lima 342 Sim. Ecl.

7La cruauté n’est pas l’apanage des fonctionnaires civils, certains écclésiastiques, leur font à l’occasion concurrence, tel ce prébendé, le docteur don Diego Honton, dont se plaignent les caciques d’Oropesa le 5 juillet 1680. Il annexa les terres communes des Indiens malgré l’opposition, pour une fois, du corregidor. Il menace les naturels de leur prendre leur blé, et il déplace chaque année les bornes des champs à sa guise (il va sans dire, dans son intérêt) ; il arrête et châtie les Indiens qui travaillent dans les terres contiguës aux siennes. Il détourne même l’eau pour les empêcher de cultiver les champs, et il lâche le bétail sur les récoltes pour les détruire. Les Indiens que les caciques lui envoient en « septima » sont tellement maltraités qu’ils fuient. Il ne les paie jamais et condescend parfois à leur donner du maïs pourri et des bêtes crevées. Ces extorsions touchèrent même un de ses propres majordomes ; celui-ci ayant loué aux indigènes une parcelle de terre, le docteur fit faucher le blé qui y poussa et le fit mettre dans ses greniers sous prétexte qu’il avait mûri sur des terres lui appartenant !15.

  • 16 A.G.I. Lima 117 Sim. Ecl. Lettre des Officiers Royaux du 6 août 1696.

8En 1696, dans la paroisse de Saint-Jérôme les dominicains et le curé s’allient pour maltraiter les Indiens au point de dépeupler complètement le village16.

  • 17 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. Voir pièce justificative no 15, p. 00.

9Le roi ayant demandé à l’évêque de Cuzco son opinion sur l’utilité des visites » effectuées dans ces terres, il répond en 1695 qu’il les tient pour indispensables, car l’éloignement des Audiences (ils leur faut avoir recours à celle de Lima, celle de Cuzco n’ayant été créée qu’en 1787) ôte à bien des opprimés tout espoir d’être défendus. Il affirme que les excès des corregidores sont dus en partie au fait qu’ils ne craignent aucune vérification des autorités supérieures, et qu’ils sont pratiquement assurés de la complicité de leur successeur17. Il avait déjà demandé au roi que les comptes (las residencias) ne soient pas rendus par le corregidor au successeur, mais au ministre chargé de ces visites ou à des particuliers intègres. Etant donné les distances qui sont de Lima à Cuzco de plus de deux cents lieues, et le nombre de villages disséminés entre ces deux capitales, il pense que le Visiteur devrait se mettre en chemin après avoir annoncé sa visite et l’itinéraire choisi, afin que puissent accourir les plaignants des villages périphériques qu’il ne pourra visiter individuellement. Cette visite devrait être faite tous les deux ans. D’autre part la stérilité et la pauvreté des régions traversées l’obligeant à se pourvoir au départ des provisions nécessaires, il faudrait lui allouer annuellement quatre mille pesos de frais de route qui assureraient son désintéressement, condition première pour que les visites soient efficaces.

10Ainsi l’Indien a besoin d’être protégé par un fonctionnaire envoyé expressément pour recueillir ses doléances contre d’autres fonctionnaires qui étaient à l’origine également ses défenseurs.

  • 18 A.G.I. Lima 577. « En contravención de las leyes del Reyno que prohiben a los ministros compren po (...)

11La proximité d’une Audiencia n’était pas une garantie contre les mauvais traitements, la preuve en est cet ordre de perquisition envoyé eu 1701 par le roi à don Juan Penalosa oidor de Lima, contre un autre oidor, don Miguel de Sanabria. Celui-ci, à l’encontre des lois des Indes18, avait acheté au nom d’un fils ou d’un frère vingt-sept fanègues de terre dans un village de la Magdalena (sorte de faubourg de Lima, au sud de Callao), contre une rente annuelle de quatre cent cinquante pesos alors que par leur situation ces terrains en valaient au moins mille six cent vingt. En outre cette rente n’était même pas payée aux Indiens, à qui appartenaient les terres : cinquante pesos allaient à un précepteur de la cure, cent allaient au curé, les trois cents qui restaient étaient versés au corregidor qui les touchait en plus de son salaire. Par ailleurs, le nouveau propriétaire détourna l’eau du village au point que les Indiens n’en avaient plus pour boire, et qu’ils devaient aller la quérir à la rivière distante d’une demi-lieue, ou bien, mieux encore, aller l’acheter dans la propriété de l’oidor. Les Indiens et autres habitants abandonnaient les cultures par manque d’eau. Ce même oidor était également-soupçonné d’avoir acquis de la même façon la propriété de Mitocancha dans la province de Tarma. Le souverain, une fois de plus, tente de protéger les opprimés, mais les courriers ne sont guère rapides, les procédures non plus, et pendant ce temps les Indiens-exaspérés fuient comme-toujours...

  • 19 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú. Voir pièce justificative no 16, p. 215.
  • 20 A.G.I. Lima 433 Sec. Pérú « ...Don Juan de Peralta, protector fiscal de los Naturales con su acost (...)

12En 1707 les caciques du village de Guarochiri se plaignent au roi, leur lointain protecteur. Il s’agit cette fois d’une véritable coalition, les Indiens étant pris dans une réseau serré de fourberies et d’intérêts divers. Le corregidor de la province don Pedro Legaria voulut leur vendre de force deux gros troupeaux de mules et un grand nombre d’outres d’eau-de-vie, à des prix scandaleux. Devant leur résistance il les fit fouetter et emprisonner pendant des mois après leur avoir rasé la tête ; leurs femmes qui tentèrent de les défendre par la supplication furent si maltraitées que plusieurs avortèrent. Enfin, il fit introduire dans chaque maison de deux à quatre mules et un bon nombre d’outres ; les acquéreurs forcés furent de la sorte presque tous endettés de quatre cents pesos, somme considérable pour un Indien pauvre. Les malheureux tentèrent alors leur chance auprès des oidores qui refusèrent de les écouter. Les Procureurs des naturels ayant été soudoyés firent la sourde oreille. Une coalition d’oidores menée par le corregidor et son complice don Miguel Nuñez se forma. Protecteur et Fiscal étant proches parents de ce dernier n’agirent pas. Le corregidor n’en fut que plus fort pour se venger des malheureux19. Une seconde lettre nous apprend que cette vente lui rapporta cent cinquante mille pesos. Il était de plus allié à l’encomendero qui menait grand train entre son palais de Lima, des tissages et des troupeaux de moutons dans la province de Guamachuco qui lui rapportaient annuellement cinq mille pesos, et d’autres propriétés dans la région de Lima qui valaient quelque cinquante mille pesos. Ces tyrans comptaient d’ailleurs sur la faiblesse et l’inertie des Indiens qui à leur avis n’avaient aucun moyen d’en appeler aux autorités supérieures et surtout pas au Conseil des Indes20.

13L’encomendero que nous connaissons déjà, don Juan Sancho Davilla, n’avait rien à envier à son acolyte ; le Ier octobre 1712, doña Maria Alberta Quispivilcavilca adressait au roi, cette fois seule, une lettre de plaintes contre lui ; elle devait être efficace car le souverain ordonnait le 28 octobre 1714 à l’Audience de Lima de mettre un terme à ces abus et déclarait qu’il surveillerait l’affaire de près.

2. La montée des scandales

  • 21 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Saquearon el pueblo, entraron en la iglesia, profanaron las imagenes y (...)
  • 22 Id. « ...ya se ha hecho delito el querellarse... »
  • 23 Id. « Este pueblo lo tiene avassallado Don Fernando Moscoso y Benero, Marques de Buenavista, y sol (...)

14Ces mesquineries, ces extorsions continuelles dont un grand nombre sans doute demeureront à jamais inconnues, cristallisent parfois en scandales retentissants où haine, corruption et mort s’entremêlent. Un scandale de cet ordre bouleversa la vie paisible du village de Quiquixana (province de Quispicanche) en 1725. Le premier témoignage, celui du « vecino » don Joseph de Rada, daté du 20 novembre, relate la destruction du village et l’anéantissement de ses habitants indiens et espagnols. Ceux-ci coulaient des jours paisibles et même heureux sous la garde vigilante de leur pasteur le docteur don Alonzo Marcotegui y Salazar. Tous les témoignages le dépeignent comme un saint homme uniquement occupé du. bien de ses fidèles qu’il instruisait avec amour et qu’il avait soignés de ses propres mains lors de la récente épidémie de peste. Mais un nouveau corregidor arriva et commença son frauduleux commerce de mules et de drap de Castille que lui avait procurés don Gaspar Pérez Buelta, oidor de Lima. Le docteur s’opposa à cette vente étant donné l’état des Indiens qui se remettaient à peine de la peste et de la famine. Sur cela, le corregidor s’allia avec don Juan de Ugarte commissaire de Cruzada, ecclésiastique pervers qui ne s’occupait que de trafic douteux, et avec le Proviseur de Cuzco ; les trois complices accompagnés d’un millier d’hommes armés et de quarante ecclésiastiques se rendirent à Quiquixana dans l’intention d’arrêter le curé qu’ils avaient réussi à excommunier sous un prétexte fallacieux ; celui-ci, averti, s’était enfui la veille. Alors les nouveaux venus et leurs gens se livrèrent au pillage, « ...ils mirent le village à sac, entrèrent dans l’église et profanèrent les statues et le Tabernacle du Saint-Sacrement. Le corregidor lui-même et son lieutenant grimpèrent sur les autels [...] pour arracher les joyaux d’or et d’argent que le curé avait achetés de ses propres deniers... ils saccagèrent sa maison ainsi que d’autres appartenant à des Indiens et à des Espagnols. Ils pénétrèrent dans le couvent (beatorio) attenant à l’église et violèrent toutes les religieuses. Les punas, les propriétés, les troupeaux subirent également toutes sortes de dommages... »21. Le lieutenant du corregidor, le métis Bernardo Zegarra, était inculpé de plusieurs homicides à la cour de Lima ; mais là aussi les pots-de-vin avaient agi. L’auteur de la lettre fut même, malgré son grand âge, arrêté par les alcades sur une fausse dénonciation22. Il ajoute « que le village est asservi par don Fernando Moscoso y Venero, marquis de Buenavista, qui y règne en maître avec ses capitaines [...]. Ceux-là réussirent au moyen de la fortune qu’ils accumulèrent aux dépens des Indiens à exiler le curé, véritable père des pauvres... »23.

  • 24 A.G.I. Lima 538.
  • 25 Id. « No solo sacan corrientemente doscientos mil pesos a Costa de la sangre de los Indios, en el (...)

15Le 2 décembre don Joseph de Quibimaza, cacique du village, se plaint d’avoir été violemment dépouillé du caciquat par le corregidor qui l’ayant accusé faussement lui usurpa ses biens. Il porte plainte contre le vice-roi marquis de Castelfuerte, contre don Thomas Brun, don Gaspar Pérez Buelta, ministres de l’Audience de Lima, contre le comte de Las Torres, qui annexa toutes les terres et les vendit à don Fernando Moscoso et à d’autres métis. Ceux-ci furent les principaux responsables de ces crimes ; en effet, en 1725, le comte de Las Torres commença à vendre toutes les terres des Indiens sans rien leur laisser ; les fidèles menaçant de fuir dans les montagnes, le curé prit leur défense et fit suspendre la vente. Les métis le poursuivirent rageusement et obtinrent de don Antonio de Ugarte l’excommunication de ce bon pasteur. Le cacique relate lui aussi la mise à sac du village. Nombre d’indiens effrayés s’enfuirent dans les montagnes ; ceux qui se réfugièrent dans l’église furent fouettés et vendus dans des tissages, et nombre d’entre eux moururent à la suite des châtiments qui leur furent infligés. Le curé réfugié dans le couvent de la Merci à Cuzco, ses ennemis menaçaient de le pendre s’il tombait entre leurs mains (ils avaient d’ailleurs dressé des potences dans le village)24. Le cacique ajoute qu’il est courant qu’un corregidor tire un bénéfice de deux cent mille pesos pendant ses fonctions et qu’il entretienne à Lima un oidor ou quelque proche parent du vice-roi afin que les plaintes des opprimés ne soient jamais écoutées25.

  • 26 A.G.I. Lima 502 Sec. Perú.

16La version du vice-roi est évidemment tout à fait différente. Selon lui, devant le refus de comparaître de don Alonso Marcotegui, le commissaire du Saint Tribunal de l’Inquisition accompagné du corregidor se rendit à la cure où le prêtre insurgé avait brisé le pont afin de couper le passage et menaçait de tuer l’évêque, le proviseur et le vicaire général s’ils entraient dans le village26.

  • 27 Id. « ...comitres o jefes facinerosos, y enemigos de los Indios... ».
  • 28 A.G.I. Lima 538 « ...todos viven escandalosamente y se glorian de cometer los mas atroces delitos (...)

17De nombreux documents plaident par contre en faveur du curé persécuté. Lui-même écrit de Lima le Ier novembre et le 15 décembre. Il dénonce comme étant le plus acharné à la perte des Indiens don Fernando Moscoso qui tient toute la province sous sa coupe et qui emploie dans ses terres, ses tissages et ses plantations, plus de quatre cents malheureux Indiens qui sont malmenés par des gardes-chiourme de la pire espèce27 « ...Tous mènent une vie de débauche et se vantent de commettre les plus atroces délits au grand scandale des Indiens... »28. Il expose dans une troisième lettre comment les juges ecclésiastiques ont coutume d’user de semblables violences et de faire des levées d’hommes pour en venir à leurs fins ; de cette façon, don Fernando Armassa neveu et proviseur de l’évêque Gabriel de Cuzco, aurait par exemple fait arrêter à l’aide de deux cents hommes armés le corregidor de Cotabamba don Francisco de Salas.

18En 1729 l’affaire n’est pas terminée. Les caciques de Quiquixana attendant toujours une aide qui ne vient pas menacent de fuir. Ils font, une fois de plus, l’apologie de leur curé exilé qui les soignait et recueillait chez lui les enfants devenus orphelins lors de l’épidémie de peste. « Ses seuls ennemis, disent-ils, étaient les métis concubins ou cupides qu’il empêchait de nous voler nos filles et nos terres, et le corregidor et ses odieux complices qu’il gênait dans leurs trafics inavouables ». Les plaintes envoyées au vice-roi sont traitreusement transmises au corregidor qui en châtie les auteurs en les vendant comme esclaves dans les tissages et les plantations de canne à sucre ou de coca.

  • 29 A.G.I. Lima 577 « ...antes bien al rigor de los açotes y excomuniones les cobran impuestos de mane (...)

19Le commerce illicite à l’origine de la plupart des maux et des souffrances des Indiens est parfois exercé dans les domaines pour le moins inattendus ; le 2 novembre 1730, le roi écrit à l’évêque de Huamanga que les Indiens des cures de Chipas, Amara et Cavana dans la province de Lucanas, accusent leurs curés de leur faire payer illégalement plus de trente pesos pour un enterrement, douze pour un mariage et de leur vendre le sacrement du baptême. Leurs protestations transmises à Lima restèrent vaines et les curés redoublèrent de violence en leur extorquant l’argent à coups de fouet et d’excommunications ; les femmes elles-mêmes n’échappèrent pas à cette rigueur. Le curé ayant été arrêté puis relâché se vengea cruellement29.

20Pendant une quinzaine d’années les plaintes deviennent plus rares pour fleurir de plus belle en 1744.

  • 30 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Requiero a V. Mag. [...] suspenda el repartimiento que viene a hacer, (...)

21Le 30 octobre, le curé de Limatambo don Juan del Carpio s’élève contre les dommages causés à ses fidèles depuis deux ans par le maestrecampo don Esteban Ortiz de la Riva, lieutenant du corregidor ; il s’agit encore de ventes de drap de Castille et de mules. De nombreuses familles ont fui définitivement. Il demande au roi de faire suspendre ce commerce car en deux ans, dit-il, vingt et un mille pesos de marchandises ont été répartis, le bénéfice du corregidor étant de cent pour cent. Il est impuissant devant ce mal, son intervention ayant été accueillie par des injures, des blasphèmes et des menaces de mort30.

  • 31 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Ios excesos que han executado con otros caciques, bajándoles los calso (...)
  • 32 Id. « ...respecto de haberle cargado a dho mi marido el importe de 2.941 pesos en tres reparticion (...)
  • 33 Id. « ...pues después de Dios no tenemos otro refugio... ».

22Le 22 novembre, deux indiennes nobles, dona Simona Pallasca Nuna Roma et dona Fernanda Tupa Suma y Mandor, se plaignent à l’évêque de Cuzco des abus du général don Joseph Gonzalez Pimentel corregidor de la province d’Abancay et de son lieutenant le même don Esteban Ortiz de là Riva, ainsi, que de l’alguacil mayor Juan de Dios del Pieso. Là seconde explique comment son mari don Nicholas Tito Atanchi, descendant direct de l’Inca Capac Yupanqui Inca Roca qui fut seigneur de ces terres, fut dépouillé de son caciquat à l’encontre du décret royal, tandis qu’un Espagnol dénommé Isidro Dias s’en voyait pourvu à sa place. L’ex-cacique fut privé de ses terres, chassé de sa maison sans le moindre égard à son rang, maltraité ainsi que d’autres nobles Indiens qui furent humiliés de la plus vile façon31. Son épouse se retira à Cuzco avec ses enfants pour échapper aux violences et demander secours. Cette famille ruinée par de tels abus dut payer deux mille neuf cent quarante et un pesos de mules achetées de force en deux ans32. Ses plaintes étant demeurées jusqu’alors sans effet, la pauvre femme s’en remet à l’évêque en espérant qu’il fera parvenir ses doléances aux audiencias royales car, dit-elle, « vous êtes notre seul recours après Dieu »33. Le successeur espagnol s’étant avéré incapable de percevoir les tributs l’ancien cacique fut sommé de reprendre ses fonctions, ce que déplore sa femme car avoue-t-elle, il est impossible de demander aux Indiens à la fois le tribut et les dettes que les ventes forcées leur ont fait contractées, dans ce cas le cacique est souvent tenu de payer pour les autres.

  • 34 A.G.I. Lima 526 « ...decimos querellándonos amargamente de nuestros caciques y gobernadores [...] (...)
  • 35 Id. « ...me ha lastimado el corazón ver a los pobres Indios sumamente maltratados, aniquilados, y (...)
  • 36 A.G.I. Lima 306 « ...(ordené) que los thenientes de corregidores y otros ministros de justicia que (...)
  • 37 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ... que los españoles hacendados o dueños de labranza no impidan a los (...)
  • 38 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú. Voir pièce justificative no 17, p. 216.

23Le jour suivant, une lettre désespérée est adressée à l’évêque de Cuzco par les Indiens du village d'Ayaviri : ils se plaignent eux aussi de ventes illicites. Le corregidor leur impose par l’intermédiaire des gouverneurs et des caciques complices cette fois, des mules â trente pesos pièce et d’autres produits trois fois par an. Avant, disent-ils, on ne leur demandait que vingt cinq pesos par mule payables en plusieurs années, mais désormais ils doivent payer chaque mois et ils ne peuvent plus subvenir à leurs besoins34. L’évêque, le docteur don Pedro Morcillo Rubio de Auñón, transmet au vice-roi ces plaintes ainsi que d’autres, accompagnées de son propre témoignage : il vient de terminer la visite de la partie sud de son évêché et, dit-il, « ...le spectacle de ces pauvres Indiens terriblement maltraités, anéantis, détruits, par la tyrannie des cortegidores m’a déchiré le cœur... »35. Quatre jours plus tard, il brosse au secrétaire (du Conseil des Indes ?), don Miguel des Villanueva un triste tableau de la situation de l’Indien. Il insiste sur ces exactions éhontées et précise que les malheureux s’enfuient et n’osent plus se rendre aux offices religieux sachant trop bien qu’à l’entrée ou à la sortie ils seront arrêtés et punis. En 1674 don Manuel de Mollineda avait déjà menacé d’excommunication les corregidores de la province de Lampa qui profiteraient des offices religieux pour arrêter les Indiens. Une amende de mille pesos serait ajoutée en vertu d’un décret royal36. Quant aux fonctionnaires indiens qui faciliteraient ces abus, ils recevraient cent coups de fouet et auraient la tête rasée. Il fut par la même occasion interdit aux propriétaires d’empêcher les Indiens qui étaient à leur service de se rendre à l’église37. L’ordinaire accuse ensuite les corregidores de frustrer les nobles de leur caciquat au profit de leurs complices espagnols ou métis. Il ajoute que ni lui ni les curés ne sont respectés38.

  • 39 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú. « Discurro que estos estan retirados los mas por las tiranias que hacen (...)

24Le 18 décembre 1713, Fray Francisco de San Joseph, commissaire des missions, écrivait au roi au sujet d’un village entier d’indiens ayant fui les Espagnols qui fut redécouvert en pleine montagne « ...je pense que la plupart se sont enfuis par suite des tyrannies exercées sur eux ; si V. Maj. en entendait le récit elle ne le croirait pas : car il semblerait incroyable que même les nations les plus barbares fassent ce que les Espagnols font subir aux pauvres Indiens [...]. L’argent dans ce royaume fait plus de mal que Lucifer... »39.

Notas

1 Cf. ci-dessus, p. 60.

2 A.G.I. Lima 1.351 Sim. Secl. « Son unos fanáticos que no se puede conceptuar hasta tocar prácticamente sus costumbres ».

3 Id. « ... unas gentes en quienes no hace el agrado, la persuasión invirtuosa (sic), el beneficio no opera... ».

4 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ...se de vista al Sr. Fiscal Protector para que vea lo que mas les conviene por ser la obligacion de su oficio tener cuidado paterno de estos miserables Indios y que sean ayudados en sus enfermedades ».

5 Id. « E puesto el exemplo de la codicia de los corregidores en los casos referidos reservando los demás [...] porque en ello se pudiera gastar una resma de papel, y puede estar cierto V.Mag. que de estos abusos no escapa corregidor alguno, ni ay exemplar de que alguno aya dexado de cometerlos... ».

6 Id. « ...los que no van a comprar a las pulperías del corregidor son sus enemigos, y con mano de jueces les niegan la gracia y a veces la justicia en lo que se les ofrece ».

7 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ...y porque sus ganancias sean maiores compran barato vino de mala qualidad para vender en las pulperías de que resultan graves enfermedades y muertes de los Indios ».

8 Id. « ...pues por permisión divina sacando cada uno 40 o 60 mil pesos de un corregimiento conforme en breve tiempo se les desvanece esta plata mal adquirida, y de estos conozco mas de 150 sujetos y ninguno que aya podido conservar la plata... ».

9 Id. « No son dueños de vender una vaca ni un carnero a otro que no sea el corregidor, y este sin que se lo pague, porque al tiempo de pariciones va el corregidor o sus thenientes [...] y le quitan el ganado, y si muere alguno les obligan a comprarlo para el entero del corregidor ; llega a ser tan grande la lástima que padecen estos pobres que sucede estando enfermos sangrar una res para aprovechar la sangre sin atreverse a matarla, porque no haga falta al corregidor ; en satisfaccion le dan cuchillos, sombreros, jabon y otros generos que no necesitan al precio que se le antoja ».

10 A.G.I. Lima 306 « Sin que vean, sino rara ves en moneda un real ».

11 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « Espero que V. Mag. le remediará pues se van perdiendo muchas provincias, por las tiranias de los gobernadores. »

12 Id. « ... y añado que esclavos en Argel no tienen la opresión y violencia que padecen estos Indios... ».

13 Id. « Tambien no excuso repetir a V. Mag. que en esta ciudad ay un oficio que probee el cabildo secular, que es ser juez de Indios, este recae de ordinario en hierno, hijo o hermano de regidor, los quales administran mui poca justicia, muchas vexaciones si a los Indios, porque en sus casas tienen un obraxe, estilan Indios de faldriquera (?), que tanto ofendo a las reales cédulas [...] Passan a veces a vender Indios para los Andes y todo lo que es en daño de los miserables Indios executan... ».

14 Id. « ...porque el recurrir a Lima dicen que es pasión y no valen nuestras representaciones. »

15 A.G.I. Lima 342 Sim. Ecl.

16 A.G.I. Lima 117 Sim. Ecl. Lettre des Officiers Royaux du 6 août 1696.

17 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. Voir pièce justificative no 15, p. 00.

18 A.G.I. Lima 577. « En contravención de las leyes del Reyno que prohiben a los ministros compren posesiones. »

19 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú. Voir pièce justificative no 16, p. 215.

20 A.G.I. Lima 433 Sec. Pérú « ...Don Juan de Peralta, protector fiscal de los Naturales con su acostumbrada impiedad no solo no nos patrocinió (sic.) conforme a su obligación sino que le experimentamos contrario en todo hasta pedir que no fuesemos oidos en este reyno, determinando el virrey llevasemos nuestra causa al Real Consejo, asegurado de que nuestra pobreza no podia costear la saca del proceso ni el espiritu apagado del Indio tendria valor para llevar la contienda a un reino tan apartado de este. »

21 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « Saquearon el pueblo, entraron en la iglesia, profanaron las imagenes y el sagrario del Soberano Sacramento, subiendo en sus altares el mismo corregidor y sus thenientes [...] robaron las alhajas preciosas de oro y plata, que con tanto anhelo puso el cura Don Alonso, quien a gastado sesenta mil pesos propios suyos en el aseo de las iglesias, robaron su casa y la de los miserables Indios y Españoles. Entraron en el Beatorio adjunto a la enunciada iglesia de N.S. del Cabildo estruparon todas sus vírgenes consagradas ; las punas, estancias, y ganado padecieron el mismo estrago... »

22 Id. « ...ya se ha hecho delito el querellarse... »

23 Id. « Este pueblo lo tiene avassallado Don Fernando Moscoso y Benero, Marques de Buenavista, y solo el manda con sus capitanes [...] Estos han conseguido con la mucha plata que han sacado de los robos de los Indios, quitar de cura al Don Alonso, verdadero padre de los pobres... »

24 A.G.I. Lima 538.

25 Id. « No solo sacan corrientemente doscientos mil pesos a Costa de la sangre de los Indios, en el tiempo de su corregimiento, sino que siempre mantiene en Lima un ministro oidor, y a los allegados del virrey para que nunca tengan audiencia nuestras quexas. »

26 A.G.I. Lima 502 Sec. Perú.

27 Id. « ...comitres o jefes facinerosos, y enemigos de los Indios... ».

28 A.G.I. Lima 538 « ...todos viven escandalosamente y se glorian de cometer los mas atroces delitos con gran escándalo de los Indios ».

29 A.G.I. Lima 577 « ...antes bien al rigor de los açotes y excomuniones les cobran impuestos de manera que ni las mugeres se libran de este castigo ».

30 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Requiero a V. Mag. [...] suspenda el repartimiento que viene a hacer, considerando prudentemente que en el espacio de dos anos se han repartido en esta mi doctrina mas de veinte mil pesos, en diferentes ocasiones... »

31 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Ios excesos que han executado con otros caciques, bajándoles los calsones sin guardarles las excepciones, libertades, que debemos gozar los Indios principales... ».

32 Id. « ...respecto de haberle cargado a dho mi marido el importe de 2.941 pesos en tres reparticiones que a hecho en menos de dos años. »

33 Id. « ...pues después de Dios no tenemos otro refugio... ».

34 A.G.I. Lima 526 « ...decimos querellándonos amargamente de nuestros caciques y gobernadores [...] que sin temor de Dios N.S. y sin tenernos piedad biéndonos tan cargados con nuestros tributos, nos an cargado de aypos del señor corregidor forsadamente encajándonos la ierba y mulas al año tres veces viendo que no tenemos ni aun para mantenernos y sustentar nuestros pobres hijos y mujeres, y tener tantos cargos a que atender nos apuran a que paguemos en borregos, lanas, machorcas de qualidad, que conforme el tiempo nos veremos tan totalmente aniquilados sin tener donde volver los ojos... ».

35 Id. « ...me ha lastimado el corazón ver a los pobres Indios sumamente maltratados, aniquilados, y destruydos con la tirania que usan los corregidores en sus repartimientos... ».

36 A.G.I. Lima 306 « ...(ordené) que los thenientes de corregidores y otros ministros de justicia que embarazan a los Indios el que oygan misa los domingos y fiestas, prendiéndolos y maltratándolos por ocasiones de las mitas u otros intereses suyos, no lo hiciessen pena de excomunion mayor y de mil pesos aplicado segun el nuebo orden de S. Mag. y a los ministros indios pena de cien açotes y tresquilamiento de cabellos : fué preciso usar de las mayores (penas) porque los mismos que devieran promover la religión christiana a estas nuevas plantas de la Iglesia la atrasan, impidiendo que oygan la predicacion del Evangelio, y haciendo de la obligación de juntarse a oyr misa, ocasion de hallarlos más a mano para encarcecarlos, causa de esconderse los pobrecillos por chozas y quiebras... ».

37 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ... que los españoles hacendados o dueños de labranza no impidan a los Indios jornaleros o Yanaconas, de su servicio, el que los domingos y fiestas vaian a misa... ».

38 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú. Voir pièce justificative no 17, p. 216.

39 A.G.I. Lima 536 Sec. Perú. « Discurro que estos estan retirados los mas por las tiranias que hacen con ellos, que si V.Mag. lo oyera no les habia de dar crédito : porque parece increible que las mas bárbaras naciones hicieran lo que los-Españoles hacen con los pobres Indios [...] La Plata en estos reynos hace mas daño que Lucifer... ».

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540