Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Première partie. Une terre et des hommes

Chapitre II. La « Sierra », terre indienne

Texte intégral

« Me voy a los cerros altos, a llorar a solas, lejos, a ver si se apura el dolor, subo, subo... »
Chanson péruvienne

1La ville espagnole par excellence était Lima : cette dominante blanche lui donnait un caractère très différent de celui des cités andines. Dans les régions reculées, généralement, seuls les cadres administratifs étaient constitués par des éléments blancs. L’immense majorité de la population était indienne.

I. Le Cuzco, ville et terre indiennes

  • 1 A.G.I. Lima 492 « ...y aunque todo cabe y es posible, se hace mui dificil de creer que tan graves (...)

2Si la ville de Cuzco apparaît dans les documents comme la « gran ciudad del Cuzco, cabeza de estos reynos », elle se présente aussi comme une ville de couleur ; par exemple, en 1719, lors du sinistre procès du marquis d’Esquivel, le Conseil des Indes déclare au roi : « ...bien que tout soit possible, il est bien difficile de croire que de tels crimes, exposés par don Géronimo, l’inquiétude, le trouble, la ruine totale, auxquels s’exposait une ville aussi abondamment peuplée que celle du Cuzco, qui est une des principales ou la principale de tout le Pérou, demeurent non seulement impunis mais soient tolérés par les vice-rois, par intérêt personnel, [...] au risque de voir la ville se soulever et se perdre dans une rébellion, car indiens, métis et menu peuple y abondent... »1.

  • 2 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl.
  • 3 Id. « ... que siempre son mestizos enemigos capitales de los Indios ». (Lettre de l’évêque de Cuzc (...)

3Non seulement la ville est presque entièrement indienne mais encore est-elle isolée du monde espagnol de la côte par les montagnes peuplées d’indiens, chrétiens ou non. En 1674, don Manuel de Mollineda doit avoir recours à un interprète à Sicuani, premier village qu’il visite à une centaine de kilomètres de Cuzco2. Dans ces villages indiens disséminés au cœur des montagnes, dans ces « doctrinas », le seul blanc est souvent le « doctrinero » ou curé qui partage presque toujours la vie misérable de ses ouailles. Le blanc c’est aussi le corregidor, redouté des Indiens comme la peste : il s’accompagne généralement d'un lieutenant métis, qui Je surpasse souvent en cruauté et en manque de scrupules ; le Métis... le pire ennemi de l’Indien3.

  • 4 Id. « ... para que no se permita pedir limosna a los Griegos para los Santos Lugares de Jerusalem, (...)

4Le noir est pratiquement absent de ces régions trop élevées, où il ne pourrait pas s’acclimater physiologiquement ; rare aussi, l’élément étranger : dans les documents que nous avons consultés il n’est question qu’une seule fois d’un présumé Français arrêté à Cuzco en 1747 pour espionnage ; les autorités étaient sur leur garde craignant un soulèvement indigène ; mais il ne se passa rien du tout. On était assez peu accueillant envers les étrangers, fussent-ils des religieux4.

  • 5 A.G.I. Lima 577 « Haviendo venido a estos Reynos Don Francisco Culquirai, indio principal de la pr (...)

5Inversement, des lois sévères interdisaient aux naturels de se rendre en Espagne. En 1702, un noble indien, don Francisco Culquirai de Cajamarca, qui se disait descendant d’Atahualpa Ynca, y était passé sans autorisation spéciale ; enquête fut faite pour savoir qui commandait le Santo Rey David ayant transporté le voyageur. Les lois 16 et 17, titre I du livre 6 de la Recopilación de Indias interdisaient aux vice-rois, présidents et autres ministres, de permettre aux naturels de passer en Espagne5.

  • 6 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « No pudo cumplir todavia [la orden) por haverse ocupado los curas en la (...)

6En 1684, l’évêque du Cuzco, don Manuel de Mollineda, fait allusion à un recensement ordonné par le vice-roi duc de La Palata. Malheureusement ce document nous est demeuré introuvable : ce dénombrement fut-il mené à bien ou fut-il abandonné ? Le roi demandait en effet à l’évêque de lui dresser un relevé des villes, des villages et de la population tant indienne qu’espagnole de son évêché ; le prélat s’excusa de ne pouvoir le faire aussitôt, les curés étant alors occupés à recenser leurs fidèles sur ordre du vice-roi6.

  • 7 A.G.I. Lima 541 Sec. Perú « Sumario de los padrones de los seis pueblos que tiene la conversion de (...)
  • 8 A.G.I. Lima 539 « ...los muchos hijos que procrean [...] de los cuales mueren de las quatro partes (...)

7Lors de sa première visite, don Manuel de Mollineda nota le nombre approximatif des fidèles de chaque village, ce qui nous a permis d’évaluer la population indienne de l’évêché — à l’exclusion de la ville de Cuzco — à plus de cent cinquante-cinq mille personnes. Pour avoir une idée du nombre total d’habitants, il faudrait évidemment tenir compte de la population blanche, et) il faudrait également savoir si l’évêque compte les enfants au nombre des fidèles. On peut supposer que sont considérés comme tels les enfants de plus de sept ans. La famille indienne moyenne de cette époque ne semble pas très nombreuse. Parmi les documents que nous avons consultés, les seuls qui nous en donnent une idée sont d’une part un relevé fait par un franciscain en 1721 des hommes, des femmes, et du nombre d’enfants de chaque couple du village de Patrocinio de Quimiri, dans les missions du Cerro de la Sal : sur un total de trente ménages indiens, quinze sont sang enfants, quatre en ont un seul, cinq en ont deux, un seul en a trois, trois en ont quatre, deux seulement en ont respectivement cinq et six. La moyenne est de un à deux enfants par famille. D’autre part, un catalogue établi en 1748 par les pères de la Compagnie de Jésus des missions des Mojos, permet de calculer la même moyenne à deux centièmes près7. Cette moyenne extrêmement faible est due au fait que les documents ne précisent malheureusement pas l’âge des adultes ; certains ménages peuvent être très jeunes, et avoir peu ou pas d’enfants, par ailleurs d’autres peuvent avoir perdu les leurs, la mortalité infantile étant très élevée8.

  • 9 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...el oficio de Juez de los Naturales en el Cuzco es tan necesario que (...)

8Quant à la population de la ville même de Cuzco, en 1681, don Alonso de Guzmán répondant au roi qui lui avait demandé son avis sur l’utilité de la charge de Juge des Naturels, déclare qu’il l’estime indispensable, le corregidor ne pouvant assumer à lui seul la justice dans une ville qui compte plus de vingt mille Indiens9.

2. Dépeuplement

  • 10 A.G.I. Lima 428 Perú « ...prorrotandolos a proporcion de los caciques y enteradores por ser menos (...)

9Au cours de cette période, de nombreux documents, pour ne pas dire la majorité d’entre eux, dénoncent une situation inquiétante : la population-indienne est en diminution constante. Dans un rapport des officiers de la ville de Lima on trouve cette note (il s’agit de la répartition des Indiens de mitas *) : « On les répartira en proportion des caciques, car ils sont moins nombreux vu la diminution occasionnée par la mortalité et autres accidents... »10. Des lettres des évêques, des chapitres, des Indiens eux-mêmes, se dégage cette menace : si la baisse continue, la population indienne disparaîtra presque totalement. Les deux causes majeures de cette décroissance sont d’une part la mort, d’autre part et surtout la fuite. La raison en est l’oppression par une minorité féodale d’une masse sans défense, jointe à des bouleversements d’ordre cosmique ou épidémiologique.

  • 11 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « ...porque la mayor parte de las rentas decimales se compone del diezmo (...)

10En 1650 le « Chapitre Ecclésiastique de la Sainte Eglise Cathédrale de Cuzco » adresse au roi une lettre de doléances : les dîmes ont diminué à un tel point que les prébendés sont en voie de ne plus pouvoir se subvenir. On apprend ainsi que le tremblement de terre qui ravagea une partie de l’évêché, le 31 mars 1650, fit disparaître un grand nombre d’indiens qui cueillaient la coca dans les vallées... « car la plus grande partie des rentes de l’Eglise se compose de la dîme d’une plante appelée coca* que mangent les Indiens et que l’on ramasse dans certaines vallées d’accès très difficile ; or, les tremblements de terre firent s’effondrer les montagnes, obstruèrent les chemins, détournèrent les cours des rivières, et on ne sut jamais rien de ceux qui restèrent prisonniers dans les vallées où ils cueillaient la coca ; on pense qu’ils furent enterrés vivants ; comme on ne put leur porter aucun secours, aucune nourriture, beaucoup durent périr... »11.

  • 12 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « ...aunque meses despues con grande afan y a mucha costa de vidas y hac (...)

11Ce séisme fut suivi de nombreux autres. En effet « ... plusieurs mois après, au moyen de bien du travail, bien des vies et des fortunes, on ouvrit de nouveaux chemins, des tremblements répétés (qui durent encore aujourd’hui) les coupèrent à nouveau plusieurs fois ; la plupart des terres se perdirent faute de pouvoir être cultivées, et ainsi disparut cette dîme si abondante qui constituait la moitié des rentes décimales...12.

  • 13 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « De nada de esto se ha cuydado con que los Indios mueren desamparados a (...)
  • 14 Id. « ...porque muchos dellos huyendo de las mitas y servicios de los Españoles mueren por esos mo (...)
  • 15 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ... la necesidad tan grande que en sus enfermedades padecen los Indios (...)
  • 16 Id. « ... aunque algunos curas me han asegurado que sin sacar Yndios no dexe de tener efecto, supp (...)

12A la même époque, l'évêque de Huamanga (aujourd’hui Ayacucho) évêché contigu à celui du Cuzco, déplore non pas la diminution des rentes mais la disparition et la misère des Indiens maltraités. Les exhortations du Concile de Lima — dit-il — sont restées lettre morte, « les Indiens meurent dans le plus complet dénuement tant dans le domaine spirituel que dans le temporel, sans une lumière dans leurs pauvres cabanes qui leur permette au moins de lever les yeux vers la Sainte Croix [...], sans le moindre secours, car bien que sur le fruit de leur peine et de leur travail on prélève un tomin pour leurs hôpitaux et leurs soins, il est généralement très mal distribué »13. Il dénonce les ravages causés par les mitas ; nombreux sont les Indiens qui fuient pour les éviter, « ... et beaucoup meurent dans ces montagnes et dans ces ravins, sans confession et sans l’aide des sacrements... »14. Il donne comme exemple le corregimiento de Lucanas qui se trouve dans son évêché : sa population indienne, jadis très abondante, est alors complètement épuisée par les mitas de Huancavélica, car ceux qui en reviennent n’ont même pas le secours du tomin des hôpitaux pour se soigner ». Soucieux de soulager cette misère, il préconise la formation d’un troupeau de moutons qui servirait à la communauté et assurerait de la viande fraîche aux malades ; il offre de fournir les fonds nécessaires ; l’année suivante, en 1652, il réitère sa demande au roi en insistant sur la décimation que provoquent les mines parmi les Indiens : « ...grande est la nécessité dans laquelle se trouvent les Indiens pendant leurs maladies, et particulièrement ceux de mon évêché que le service des mines a presque totalement détruits... »15. Le dépeuplement de son évêché est tel que pour constituer le dit troupeau de charité il faudra faire appel à des Indiens d’autres provinces16.

  • 17 Id. « ... de que resulta irse consumiendo los Yndios, y estar atenuados estos Reynos por la codici (...)
  • 18 Id. « ...pues desde que se descubrió el Perú no emos (sic) tenido descanso alguno... »
  • 19 A.G.I. Lima 175 « ...se a arasado todos los indios tributarios ausentándose a los infieles por ave (...)

13Un quart de siècle plus tard, un autre évêque de Huamanga dénonce encore plus violemment les abus qui détruisent les Indiens par la maladie, la mort, la fuite : « les Indiens disparaissent peu à peu de ces royaumes ruinés par la cupidité des gouverneurs... »17. Malgré ces mises en garde les choses ne s’améliorent pas : en 1690, dans une lettre au roi, don Miguel Garay et don Blas Guaillaxo, cacique et gouverneur de Quinue près de Huanta, déclarent la misère à laquelle ils se trouvent réduits ; ils demandent qu’on les dispense de la mita* pendant vingt ans car « depuis la découverte du Pérou nous n’avons eu aucun répit »18. Lors de la dernière visite ordonnée par le duc de la Palata tous les Indiens, disent-ils, se sont enfuis en terre infidèle la mita étant montée à cinquante pesos par Indien, sans compter les tributs qui sont de six pesos et deux réaux. Comment ces malheureux peuvent-ils payer quand ils ont à peine de quoi se nourrir ? C’est pourquoi la plupart se sont enfuis en abandonnant nos villages... »19.

  • 20 A.G.I. Lima 117 Sim. Ecl. « ...aviendo sido la mas populosa de indios de las referidas a venido en (...)

14En 1696 cette fois les plaintes viennent des officiers royaux de Cuzco : devant la baisse des entrées monétaires ils déclarent au roi qu’elle est due en partie au dépeuplement. En effet des huit paroisses indiennes qui entourent la ville, une d’entre elles, celle de Saint-Jérôme, à deux lieues de Cuzco, « ayant été la plus peuplée [...] a vu sa population diminuer énormément au point qu’elle est en voie de dépeuplement total »20. Cela est dû d’après eux, aux importantes propriétés qu’y possèdent les Dominicains et aux charges excessives que leurs curés imposent au Indiens en créant de trop nombreuses confréries.

  • 21 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « ...en 1702, nos hizo crecer les tributos, poniendolos tan subidos que (...)
  • 22 A.G.I. Lima 434 Sec. Perú « No se le niegue con pretexto alguno por experimentarse que el numero d (...)

15En 1707, les Indiens caciques de la province de Guarochiri demandent au roi secours et protection ; en 1702 l’encomendero disent-ils, « fit monter les tributs de telle sorte que nos forces et notre grande pauvreté ne peuvent parvenir à les payer ; les violences et la rigueur avec lesquelles on nous les extorque nous obligent à chercher l’argent nécessaire dans des régions contraires à la conservation de nos vies, et au moyen de multiples peines ; il s’ensuit que de nombreux Indiens meurent »21. De ce même encomendero don Juan Sancho Davila, se plaint en 1712 dona Maria Alberta Quispivilcavilca Carica, propriétaire du repartimiento de Guarochiri : depuis le règne de don Francisco de Toledo, soit depuis cent quarante ans, chaque Indien payait un tribut annuel de six pesos et deux réaux un quart en argent et le reste en produits ; or, sous prétexte que la valeur de ces derniers avait augmenté, le dit encomendero fit passer le tribut de sa valeur légale à celle de neuf pesos quatre réaux. Cette femme énergique demande la révision de cet état de chose, et, ajoute-elle... « ne refusez de la faire sous aucun prétexte car il est prouvé que le nombre des Indiens de ce royaume diminue chaque jour, et de même donnez ordre que l’on ne contraigne pas les Indiens présents à payer les tributs des absents et des défunts, et à accomplir leurs mitas, mais que chaque Indien paie seulement son dû et serve la mita quand arrive son tour... »22.

  • 23 A.G.I. Lima 538 « ...tengo por cierto que en corto tiempo se habran extinguido los miserables indi (...)
  • 24 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « ...quisa es la causa de que las almas de muchisimos Indios se aian per (...)
  • 25 Id. « ...los pocos Indios que quedan estan decididos a seguir los demás en tierras de Infieles ».

16De tous les points de l’évêché arrivent de semblables plaintes, des protestations désespérées, qui toutes aboutissent presque fatalement à la même démonstration : les Indiens disparaissent. Dans le sud de l’évêché à Quiquixana, lors d’un scandale qui prouve à quel point les Espagnols purent en certaines occasions se révéler abjects, le cacique du village don Joseph de Quibimaza Palomino envoie une lettre de protestation au roi, le 2 décembre 1725. A Lima où il s’était d’abord adressé, il n’avait rencontré que mépris et injustice, et il déclare : « je suis sûr qu’en peu de temps les misérables Indiens seront tous exterminés dans ce royaume par la grande cruauté avec laquelle on nous traite... »23. On leur refuse le minimum vital, on les dépouille du peu de biens qu’ils peuvent avoir amassé, leur seul refuge est la fuite vers les terres non occupées par les Epagnols, donc vers les infidèles, vers les montagnes hostiles où ne pénètre qu’avec appréhension l’Espagnol qui les brutalise ; a et peut-être de nombreuses âmes se perdent-elles à cause de cette fuite en terre infidèle, car ils n’ont pas une once de terre qu’ils puissent fouler en paix alors que la clémence de V. Maj. ordonna maintes fois que l’on donnât aux Indiens tout ce dont ils pouvaient avoir besoin... »24. Cette sinistre affaire dura plusieurs années. Après une attente de quatorze mois, n’ayant reçu aucun secours, les caciques du village de Quiquixana menacent à leur tour de déserter : « les quelques Indiens qui sont restés sont décidés à suivre les autres en terre infidèle... »25.

  • 26 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « ...dho pueblo se halla sin Indios, ni Españoles, porque an desamparado (...)

17En 1744, même accent, même mal] : le village se trouve abandonné car des familles entières ont fui26.

  • 27 Id. « ...por huir de tiranías tan inusitadas, se me han ido familias enteras, desamparando sus cas (...)

18A son tour don Juan del Carpio curé de Limatambo se plaint du même corregidor. Ses Indiens, une fois de plus, ont pris la fuite « ...pour échapper à des tyrannies tellement inouïes, de nombreuses familles ont fui, abandonnant leurs maisons, les unes vers les montagnes reculées, territoires des infidèles au risque d’apostasier, les autres vers divers lieux où ils pourront vivre en fils de Dieu ; le préjudice causé aux finances royales n’est pas moins digne d’intérêt à cause de la diminution des tributs due à ces défections... »27.

  • 28 A.G.I. Lima 345 Sec. Perú « ...dice que el obligarlos a beber vino y aguardiente es mui nocivo par (...)
  • 29 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « ...conforme el tiempo nos veremos totalmente aniquilados sin tener don (...)

19En 1708 pourtant, le Conseil des Indes s’était inquiété, un habitant de Huanuco lui ayant démontré « ...que le fait d’obliger les Indiens à boire du vin et de l’eau-de-vie leur est très nocif, et que beaucoup en meurent [...] que par les travaux excessifs et les oppressions qu’ils leur infligent il y a longtemps que la cruelle tyrannie des corregidores et des encomenderos les a fait diminuer »28. Malheureusement, trente cinq ans plus tard, le sort des Indiens ne s’est pas amélioré ; le 23 novembre 1744, ceux du village d’Ayaviri se plaignent à l’évêque de Cuzco d’achats auxquels les ont obligés par la force le corregidor et ses gens, alors qu’ils ont à peine de quoi vivre eux, leurs femmes et leurs enfants, « ...à mesure que le temps passe nous serons totalement ruinés, anéantis, sans savoir où tourner nos regards […] nous fuirons et abandonnerons alors notre village... »29.

20De nombreux autres documents que nous ne pouvons citer font allusion à ce dépeuplement constant dû surtout à la fuite des indigènes qui échappent ainsi aux persécutions de toutes sortes que leur infligent les Espagnols. Ces plaintes, ces menaces, ces mises en garde d’origines variées, venant aussi bien du plus humble cacique de village que de l’évêque, montrent qu’à la fin de cette première moitié du XVIIIe siècle, la reprise démographique n’est pas encore amorcée.

3. Epidémies

  • 30 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...del trabajo que el año pasado de 1694 padeció este reyno con la epi (...)
  • 31 Id. « ... y aviendo picado con tanta fuerza en esta ciudad, me pareció propio de mi obligación no (...)

21A un quart de siècle d’écart, deux épidémies contribuèrent à décimer le monde misérable et sans défense de ces Indiens. A la force de la Nature, à la perversion des hommes, s’ajoute le 0 poids de la colère de Dieu ». En 1695, l’évêque rend compte au roi des « ravages que fit dans ce royaume en 1694, l’épidémie de rougeole qui fut si générale qu’il n’y eut ville ou village qui échappa à ses rigueurs ; et bien qu’une partie des Espagnols fût atteinte, le mal se manifesta plus violemment chez les Indiens qui périrent en grand nombre. Ces disparitions jointes à la faiblesse de ceux qui survécurent occasionnèrent des retards dans tous les domaines, aussi bien dans les mines que dans les tissages, plantations de canne à sucre ou autres propriétés »30. Il remit à plus tard la visite de l’évêché qu’il s’apprêtait à entreprendre devant l’ampleur que prit le mal dans la ville de Cuzco31.

  • 32 A.G.I. Lima 538 « La universal calamidad que han padecido veinte cinco provincias de este reyno co (...)

22Plus terrible encore fut l’épidémie de peste de 1720. Le roi en est informé le 29 décembre de cette même année par un rapport du Tribunal de la Santa Cruzada de Lima : « L’universelle calamité que subirent vingt-cinq provinces du royaume avec les ravages que causa une terrible peste, a été parmi les plus violentes qui eurent lieu depuis la Découverte, car elle embrasa hameaux, villes et villages, au point de les laisser déchiquetés, vides de leurs habitants. D’après les rapports envoyés par les Pères et les corregidores, le nombre des morts s’élève à quatre cent mille ; dans maints endroits il ne reste que les murs, témoins de la sévérité avec laquelle Dieu châtia nos fautes. De si terribles ravages se poursuivent dans la ville de Cuzco où l’on compte 60.000 morts, où l’on voit chaque jour dans ses rues un sanglant spectacle de cadavres dévorés par les chiens, car les vivants n’ont pas le courage de les enterrer, possédés qu’ils sont de la peur que leur inspire la violence de la contagion. Dans cette ville nous redoutons une non moins lamentable tragédie, si la Miséricorde Divine ne nous en protège... »32.

  • 33 « Protomédico de Lima, Cathedrático de Prima de Medicina de la Real Universidad ».
  • 34 A.G.I. Lima 411 « Introduxose la peste en este reyno con la llegada de un navio de Negros a Buenos (...)
  • 35 A.G.I. Lima 411 « ...aunque es verdad que el influjo de los astros puede alterar de tal suerte las (...)

23L’archevêque vice-roi demande en 1721 au Protomêdico33 de donner son avis sur ce mal qui ravage le Pérou depuis quatre ans et qui se trouvait alors aux portes, de la capitale. Ce professeur assure que la peste fut apportée par un bateau négrier arrivé à Buenos Aires, dont tout le chargement humain était pestiféré, et dit-il, « comme on ne mit point obstacle à son débarquement, cette pestilence contamina facilement les classes inférieures qui sont les plus susceptibles d’être atteintes, car leur pauvreté les oblige à prendre des aliments que nous appelons multe molis et pauce virlutis, et des boissons, nocives, chicha* et autres semblables à celle-ci, par quoi quasi ultime ils se préparent à la corruption... Des espagnols qui pratiquent la diète et prennent des aliments que nous appelons multe virtutis et pauce molis, dans ces régions très peu ont été atteints et ont péri... »34. S’il est vrai, précise-t-il, que l’influence des astres peut altérer de telle sorte la qualité de l’air en y introduisant la corruption qu’il se produise ainsi une pestilence ; la peste qui ravage ces royaumes n’est pas due à l’infection par l’air, mais à la contagion des corps ; le commerce entre Buenos Aires et ces provinces étant constant, toutes celles-ci furent contaminées en quatre ans et il est évident que l’air n’est point un agent si inactif qu’il lui faille tant de temps pour parcourir six cents lieues35.

  • 36 Id. « ...especie de causón hecho de sangre meláncolica adusta tan violenta que destruye al misero (...)
  • 37 Les « chochos amargos » ou « chochos del Perú » qui sont les Lupinus Argentus ou lupins.
  • 38 Id. « ...el sumo (sic) de membrillo ha sido el cuchillo, que por su frialdad, sequedad y restricci (...)
  • 39 Id. « ...a estos remedios se agregan la Pimpinela, la Chicoria, vulgarmenta llamada pillipilli* en (...)
  • 40 A.G.I. Lima 411 « ...escorçonera, que esa en mi opinión es la atratylis y no se halla otra cosa en (...)

24Un long rapport non signé dont l’auteur est vraisemblablement un médecin de Cuzco fut envoyé au Protomédico de Lima. On y trouve mêlés des éléments d’une médecine presque moderne et d’autres qui relèveraient plutôt de la sorcellerie. On y explique les causes de cette épidémie par « ...la conjonction de Mars et de Saturne — qui eut lieu deux ans auparavant — et par une éclipse de soleil observée à Leon... ». La définition donnée de ce mal ne manque pas de saveur36. Quant aux remèdes les avis sont partagés : d’après l’auteur de cet écrit, le jus de coing et les lupins37 employés à tort provoquèrent de nombreuses morts dans les zones montagneuses38. Par contre le Cardus Benedictus serait efficace39 ; la rareté de ce charbon salutaire dans les punas pose hélas un problème ; dans ce cas une plante subsidiaire plus courante, le carthame, pourrait le remplacer ; on l’employait apparemment contre les empoisonnements et les morsures de vipère40.

  • 41 Id. « No propongo aquí los remedios que traen los doctores en sus tratados contra las pestes, y se (...)
  • 42 Id. « Porque de nos querer Dios auxiliamos confiriendo virtud a los remedios, es ocioso discurrir, (...)

25Ce médecin inconnu qui essaie de lutter contre les ravages de ce mal se penche surtout sur le sort des malheureux Indiens perdus dans les montagnes, loin de tout secours : « ...je ne propose pas ici les remèdes que préconisent les docteurs dans leurs traités contre les pestes, et qui se trouvent seulement entre les mains des apothicaires. D’abord parce que la pauvreté des Indiens ne leur permettrait pas de les payer ; ensuite parce qu’ils exigent l’assistance d’un médecin ; or, on n’en trouve pas dans les villages et si par hasard il s’en trouve, ils ne daignent pas soigner les pauvres gens, pour qui seulement j’ai essayé d’établir cette méthode succincte et brève41 [... ] à laquelle ils pourront avoir recours après avoir imploré la Divine Miséricorde, [.. ] car si Dieu refuse de conférer aux remèdes leurs vertus, il est vain d’en discourir et de faire quoi que ce soit... »42.

  • 43 Voir pièce justificative no 1, p. 189.

26Ces efforts n’empêchèrent pas l’hécatombe. Le mal fut surtout grand dans les hautes terres, Cuzco, Bolivie, Las Charcas. Il arriva très atténué à Lima. Les zones pauvres, comme le déclarait doctement le Protomédico de Lima furent les plus violemment frappés...43.

Notes

1 A.G.I. Lima 492 « ...y aunque todo cabe y es posible, se hace mui dificil de creer que tan graves crimenes, como expresa Don Gerónimo y la inquietud y turbación. y total ruina a que se exponía una ciudad tan populosa como es la del Cuzco, que es de las mayores o la maior de todo el Perú, dejasen de castigar y tolerar los virreyes por la contemplación de un particular o sus coechos, aventurando a que se sublevase y perdiese en un tumulto por ser abundantísima de indios, y mestizos y gente vulgar... ».

2 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl.

3 Id. « ... que siempre son mestizos enemigos capitales de los Indios ». (Lettre de l’évêque de Cuzco au roi du 20 mars 1678).

4 Id. « ... para que no se permita pedir limosna a los Griegos para los Santos Lugares de Jerusalem, de que tenía por de igual que se denegase el paso a estos Reynos a otros qualesquiera religiosos extranjeros que los vienen a solicitar por los perjuicios que expresé se experimentaban ». (Lettre de l’évêque de Cuzco au roi de 1699).

5 A.G.I. Lima 577 « Haviendo venido a estos Reynos Don Francisco Culquirai, indio principal de la provincia de Cajamarca ; alegando ser descendiente de Atahualpa Ynga, se solicitó saber quien le habia traydo respecto de aver venido sin licencia por estar prohibido por las leyes 16 y 17, titulo 1°, del libro 6 de la Recopilación de Yndias, que los virreyes, presidentes y demás ministros las concedan a los Naturales, para pasar a estos reynos imponiendo penas a las personas que los trujesen o dieren consentimiento o favor para ello de cien mil maravedises y que demas de esto a su costa sean bueltos los Indios a las provincias de donde los hubieren sacado, y de la diligencia hecha resultó que de el Perú había pasado a Nueva España en un avió que navegó al puerto de Acapulco y que en el de la Vera Cruz se embarcó en un navío nombrado Santo Rey David ».

6 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « No pudo cumplir todavia [la orden) por haverse ocupado los curas en la numeración general de los indios e indias, niños y niñas con sus nombres y edades que le encargó el Duque de la Palata ».

7 A.G.I. Lima 541 Sec. Perú « Sumario de los padrones de los seis pueblos que tiene la conversion del Cerro de la Sal, provincia de Tanna ». La moyenne calculée d’après ce document est de 1,33.
A.G.I. Lima 532 Sec. Perú « Catálogo de las reducciones de las Misiones de los Mojos de esta provincia del Perú de la Compania de Jesus-Año de 1748 ». (Voir pièce justificative no 18, p.).

8 A.G.I. Lima 539 « ...los muchos hijos que procrean [...] de los cuales mueren de las quatro partes más de las tres... »

9 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...el oficio de Juez de los Naturales en el Cuzco es tan necesario que sin su ayuda el corregidor no pudiera atender al gobierno político de aquella ciudad y administrar la justicia a más de veinte mil indios de que se compone ».

10 A.G.I. Lima 428 Perú « ...prorrotandolos a proporcion de los caciques y enteradores por ser menos los que al presente se remiten, respecto de la gran disminución que se a experimentado ocasionada de su mortandad y otros accidentes »

11 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « ...porque la mayor parte de las rentas decimales se compone del diezmo de una hierva que llaman coca que comen los indios que se coxe en unos valles, los quales son fragosos y montuosos, y con temblores se derrumbaron les cerros, y cerraron los caminos, y regresaron los rios, pues en muchos dias de los que quedaron encerrados en los valles donde se coxe la coca no se supo dellos juzgando que vivos quedarian sepultados, ni se les pudo socorrer con vastimentos, con que murieron muchos ».

12 A.G.I. Lima 312 Sim. Ecl. « ...aunque meses despues con grande afan y a mucha costa de vidas y haciendas se abrieron nuevos caminos con la repeticion de tantos temblores sean (sic) vuelto a cerrar muchas veces y perdidose los mas de las haciendas por no averlas podido cultibar con que casi se ha perdido este diezmo tan quantioso, que biene a ser la mitad de todo el cuerpo de rentas decimales ».

13 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « De nada de esto se ha cuydado con que los Indios mueren desamparados asi en lo espiritual como en lo temporal, sin una luz en sus chozuelas con que puedan siquiera alzar los ojos a mirar la Santa Cruz ».

14 Id. « ...porque muchos dellos huyendo de las mitas y servicios de los Españoles mueren por esos montes y quebradas sin confesion y sin la ayuda de los sacramentos ».

15 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « ... la necesidad tan grande que en sus enfermedades padecen los Indios y en especial los de mi obispado por el servicio de las minas que les tiene casi acabados ».

16 Id. « ... aunque algunos curas me han asegurado que sin sacar Yndios no dexe de tener efecto, supplico humildemente a V.Mag. escriva al virrey Conde de Salvatierra que en caso que fuere necesario quitar Indios de otras partes para obra tan útil [...] lo disponga con los medios mas suaves que le pareciere de suerte que pbr falta de Indios no dexe de hacerse obra de tanta utilidad suya ».

17 Id. « ... de que resulta irse consumiendo los Yndios, y estar atenuados estos Reynos por la codicia de estos gobernadores ».

18 Id. « ...pues desde que se descubrió el Perú no emos (sic) tenido descanso alguno... »

19 A.G.I. Lima 175 « ...se a arasado todos los indios tributarios ausentándose a los infieles por aver subido la mita a cinquenta pesos a cada indio, y esto es fuera del tributo que son seis pesos y dos reales ; vea V.Mag. como a de apretar estos pobres miserables esta cantidad ; quando no alcanzan para comer, y por esta razón se an ido casi todos ellos dexando nuestros pueblos solos... ».

20 A.G.I. Lima 117 Sim. Ecl. « ...aviendo sido la mas populosa de indios de las referidas a venido en tan grande disminucion de gente que la paga de tributes en plata y especies recae sobre los pocos que quedan causando muchos rezagos ».

21 A.G.I. Lima 433 Sec. Perú « ...en 1702, nos hizo crecer les tributos, poniendolos tan subidos que no alcanzan nuestras fuerzas y suma pobresa a satisfacerlos, obligandonos el rigor y las violencias con que se nos cobran a buscar en otro clima contrario a la conservacion de nuestras vides, y con grandisimos trabajos, el dinero, de que resulta morirse muchos indios ».

22 A.G.I. Lima 434 Sec. Perú « No se le niegue con pretexto alguno por experimentarse que el numero de indios de este reyno cada dia va en disminucion, y assi mismo mandar que los indios presentes no tributen ni miten por ausentes y difuntos [...] sino que cada indio solo pague el tributo que le estuviera señalado y sirva la mita quando le tocare su tanda ».

23 A.G.I. Lima 538 « ...tengo por cierto que en corto tiempo se habran extinguido los miserables indios, en este reyno de V.Mag. por la gran crueldad con que nos tratan, que es imposible poderla explicar »...

24 A.G.I. Lima 538 Sec. Perú « ...quisa es la causa de que las almas de muchisimos Indios se aian perdido, por averse ausentado a los infieles, por no tener una vara de tierra donde pisar, quando la clemencia de V.Mag. tiene mandado tan repetidas veces se den (sic) a los Indios cuanto necesitaren ».

25 Id. « ...los pocos Indios que quedan estan decididos a seguir los demás en tierras de Infieles ».

26 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « ...dho pueblo se halla sin Indios, ni Españoles, porque an desamparado familias enteras ».

27 Id. « ...por huir de tiranías tan inusitadas, se me han ido familias enteras, desamparando sus casas, los unos a la montaña retirada territorio de infieles, con el peligro de apostar de Nuestra Santa Fee [...] y los demás a distintos lugares donde vivir, con el consuelo de hijos de Dios ; no siendo de menos atención el menoscabo de los Reales Haveres [...] por el descremento de sus Reales Tributos en los Yndios retirados ».

28 A.G.I. Lima 345 Sec. Perú « ...dice que el obligarlos a beber vino y aguardiente es mui nocivo para los Indios, de que mueren muchos [...] por los excesivos, trabajos y opresiones ha tiempo que la cruel tiranía de los corregidores y encomenderos los ha ydo disminuyendo... ».

29 A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « ...conforme el tiempo nos veremos totalmente aniquilados sin tener donde volver los ojos [...] y a ese tono nos ausentaremos y dexaremos nuestro pueblo ».

30 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...del trabajo que el año pasado de 1694 padeció este reyno con la epidemia del sarampión tan general que no a avido ciudad ni pueblo de cualquier temperamento que no aya experimentado su rigor, y aunque alcançó alguna parte a los Españoles fue con mas violencia en los Indios, siendo mui crecido el número de los que han muerto ».

31 Id. « ... y aviendo picado con tanta fuerza en esta ciudad, me pareció propio de mi obligación no dexarla... ».

32 A.G.I. Lima 538 « La universal calamidad que han padecido veinte cinco provincias de este reyno con el estrago que ha causado una terrible peste, ha sido de las mayores que se han experimentado desde su Descubrimiento, pues [...] yncendió los pueblos, villas y ciudades hasta dejarlos desquadernados y yermos de sus originarios habitadores, que según las relaciones de los Padres y corregidores, llega el número de los muertos a quatrocientos mil quedando en muchos lugares solas las paredes para padrón de la severidad con que Dios a castigado nuestras culpas, queda continuandose tan desmedido trabajo en la ciudad del Cuzco en donde se cuentan sesenta mil los que han perecido, viendo en sus calles todos los dias un teatro sangriento de cadaveres despedazados de los perros, por faltar entre los vivos valor para darles sepulturas, poseidos del orror a que les promueve la violencia del contagio. En esta ciudad se recela no menos lamentable tragedia si la Divina Misericordia no nos reserva ».

33 « Protomédico de Lima, Cathedrático de Prima de Medicina de la Real Universidad ».

34 A.G.I. Lima 411 « Introduxose la peste en este reyno con la llegada de un navio de Negros a Buenos Ayres, el qual llegó todo apestado ; y no haviendose puesto embaraso en el desembarque de ellos, con facilidad se comunicó esta pestilente qualidad a todos los de aquella región de Baja Estera, y corta jerarquia, que son los sujetos mas propensos a experimentar semejante fatalidad, parque como pobres usan de aquellos alimentos que llamamos multe molis et pauce virtutis, y de bebidas nocivas, chicha y otras semejantes a esta, con que quasi ultime, se disponen a la corrupción [...] los Españoles que viven con dieta, y usan de alimentos que llamamos multe virtutis et. pauce molis, en estas regiones, ha sido de ellos raro el que ha sido infestado y perecido ».

35 A.G.I. Lima 411 « ...aunque es verdad que el influjo de los astros puede alterar de tal suerte las qualidades del ayre, que indusgan corrupción en él, de tal suerte que mediante esta se produzca qualidad pestilente, advierto que la peste que se ha experimentado en este reyno no ha sido la infestacion por el ayre, sino por la comunicación de el contagio que comunicaron unos cuerpos a otros ; y no cesando el comercio que tiene Buenos Ayres con estas provincias, se ha comunicado con todas ellas en quatro anos ; y es cierto que nos es tan perezoso agente el ayre que tardara tanto tiempo en recorrer seiscientas leguas, que son las que hasta aora ha recorrido... ».

36 Id. « ...especie de causón hecho de sangre meláncolica adusta tan violenta que destruye al misero humano en un instante como se reconoce por las muertes y estragos que ha hecho desde Buenos Ayres aca ».

37 Les « chochos amargos » ou « chochos del Perú » qui sont les Lupinus Argentus ou lupins.

38 Id. « ...el sumo (sic) de membrillo ha sido el cuchillo, que por su frialdad, sequedad y restricción ha destruydo tanta gente por impedir la transpiracion y encarcerar el veneno en las partes mas nobles y principes del cuerpo, de donde no pudiendo salir lo aniquila y destruye enteramente ocasionando la muerte [...] los chochos amargos pudieron haver muerto infinitos Indios de la tierra de arriba [...] por ser calientes y secos se oponen a la malignidad de la fiebre ; siendo cierto que un medicamento que con tiempo pudiera ser antídoto, sin él es veneno ».

39 Id. « ...a estos remedios se agregan la Pimpinela, la Chicoria, vulgarmenta llamada pillipilli* en idioma índico, y el cuerno de ciervo limado o raspado y puesto en un trapo limpio amarrado y hervido con los cosimientos (sic) que se hicieren por los pobres enfermos y el sumo de granada o lamedor, si se hallase para que corrobore el corazón ».

40 A.G.I. Lima 411 « ...escorçonera, que esa en mi opinión es la atratylis y no se halla otra cosa en la puna ».

41 Id. « No propongo aquí los remedios que traen los doctores en sus tratados contra las pestes, y se hallan solo en poder de boticarios. Lo primera porque la pobresa de los Indios no los ha de poder pagar. Lo segundo, porque siendo necesario para dirigirlas la asistencia de el médico, y estos no se hallan en pueblos, ni se exercitan (dado caso que los hubiera) en asistencia del pobre para quienes solo he procurado dirigir este método succinto y breve. »

42 Id. « Porque de nos querer Dios auxiliamos confiriendo virtud a los remedios, es ocioso discurrir, ni poner cosa alguna. »

43 Voir pièce justificative no 1, p. 189.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540