Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Première partie. Une terre et des hommes

Chapitre Premier. La « Sierra », terre d'angoisse

Texte intégral

« Mas tú la andina, la de greña oscura, mi Cordillera, la Judith tremenda, hiciste mi alma cual la zarpa dura y la empapaste en tu sangrienta venda. »
Gabriela Mistral
(El Ixtlazihuatl)

1Un simple coup d’œil sur la carte montre un relief tourmenté, et des hautes terres s’avançant très près de la mer. Sur le schéma qui en a été tiré nous avons privilégié la courbe des trois mille mètres ; la plus grande partie du pays se trouve comprise entre trois et cinq mille mètres. La plupart des villes et des villages de l’évêché de Cuzco s’étagent de trois à quatre mille mètres. Quelques villes seulement, Quillabamba, Huanta, San Miguel..., à la limite de l’évêché, sont entre deux et trois mille mètres. Il faut atteindre la côte pour trouver, à Arica, à Tacna..., des hauteurs de cinq cents et deux cents mètres.

I. Hautes terres, terres isolées

2Les hautes terres sont donc le domaine des Cuzquenos. La capitale est située entre deux sous-affluents de l’Amazone : l’Apurimac, au sud, qui coule à trois mille mètres et, au nord, l’Urubamba dont les eaux reflètent les ruines de la forteresse inca de Machu-Pichu. Nous n’avons retenu que les principaux éléments du chevelu hydrographique extrêmement dense qui couvre l’ensemble de la région.

  • 1 Les mots frappés d’une astérisque figurent dans la liste des américanismes, cf ci-dessous, p. 222.
  • 2 A.G.I. Lima 1351 Sim. Ecl. « ...hacian los indios un año de ausencia de sus casas [...] la obligac (...)

3Nul mieux que l’indien « mitayo * »1 n’était à même d’apprécier l’hostilité de cette nature, qui pour se rendre aux mines du Potosí, devait parcourir une distance de plus de neuf cents kilomètres à vol d’oiseau, en pleine montagne, 4000 kilomètres de sueur d’homme. Il y mettait trois mois, à moins qu’il ne mourût en chemin2.

  • 3 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...Las más rígidas y destempladas de esta comarca... »
  • 4 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...y para atravesar la sierra de Vilcanota, segundos Alpes de este nue (...)
  • 5 Id. « ...llegando ya al llano quise usar de una litera que llevaba por ser todo lo restante del vi (...)
  • 6 Id. « ...y consagre muchas campanillas contra los rayos y las tempestades que en esta region son f (...)
  • 7 Id. « ...penetrando a lo más interior del Collao, región frigidisima, y que cria a los naturales d (...)

4De même, l’évêque lorsqu’il accomplissait ses devoirs et visitait, village par village, son évêché. Tel, don Manuel de Mollineda, à la fin du XVIIe siècle. Le prélat commence sa visite, le 3 août 1674, par les provinces du Collao et de Canas, « les plus âpres et les plus rudes de cette contrée »3. Il doit traverser, pour se rendre de Sicuani à Ayaviri, les chaînes du Vilcanota, qui longent l’Urubamba, et qu’il compare aux Alpes4. Lorsqu’il atteint enfin des terrains plats, les marécages encombrent à leur tour sa marche5. A Lampa, il bénit de nombreuses petites cloches destinées à « conjurer » les orages très fréquents et dangereux dans ce pays6. Entre Lampa et Juliaca, à Hatumcollas, région au cœur du Collao, il remarque avec intérêt quelques différences ethniques chez les Indiens ici plus robustes et plus bruns, différences qu’il attribue au climat. Il signale aussi que des ruines témoignent d’une population qui dut être très nombreuse, dans ces terres si rudes, car un roitelet rival des Incas y eut sa cour avant l’arrivée des chrétiens7.

  • 8 A.G.I. Lima 306 « ...y pude bien temer que amenazaba la ira de Dios al sacerdocio viendo sacudir s (...)

5Trois semaines plus tard, un terrible orage surprend l’évêque dans une église ; la foudre calcine l’autel consacré à la Vierge, épargnant la statue ; l’évêque y voit la menace de la colère de Dieu8. Il termina cette première partie de la visite par Nuñoa, il y bénit encore une grande cloche contre l’orage, puis Quiquixana, Urcos, Andaguailas, Oropesa et enfin, aux abords de Cuzco, les paroisses de Saint-Sébastien et de Saint-Jérôme. Soit, en trois mois, la visite de quelque trente-trois villages et de plus de trente-six mille fidèles.

  • 9 Id. « ...y como es mi fin comensar este ministerio por las más arduas y rigurosas, asi de malos te (...)

6L’année suivante, il poursuivit cette inspection que les rigueurs de l’hiver l’avaient obligé à interrompre. Et commençant son ministère par la visite des provinces les plus âpres et les plus rudes quant aux températures et à la difficulté des chemins9, il se rendit dans la région de Canas. Il examine cette fois le nombre de confréries de chaque village ; leurs modestes biens composés surtout de produits de la terre : blé, vaches, brebis, avoine, fèves, maïs ; du chuno*, quelques arobes de cire blanche, un peu d’argent... La vocation traditionnelle de l’Indien est une vocation d’agriculteur.

  • 10 Id. « ... camine el día siguiente jornada bien penosa por durarnos una nevada de tres leguas, por (...)

7Des chutes de neige, une bise glaciale rendent souvent le voyage pénible10. L’évêque se voue surtout à la consécration des cloches qui répond à la peur quelque peu superstitieuse dés Indiens face à la nature sauvage et belliqueuse de ces parages.

  • 11 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...Bendixe una campana contra las tempestades, obligandome el deseo pa (...)
  • 12 Id. « ...habiendo caminado por horribles y penosas cerranias (sic) por los altos de Chuma, y vadea (...)

8A Belille, dans la province de Chumbivilcas, l’évêque dut lui-même grimper jusqu’en haut du clocher pour bénir une cloche qui refusait d’être décrochée11. Après les neiges et le vent, les marécages et le passage des fleuves posent des problèmes. Pour se rendre à Yanacoa, il faut traverser à gué l’Apurimac au risque de se noyer12.

  • 13 Id. « ...mando que se reparassen antes de entrar el agua y que siempre que el cura pueda passar el (...)

9La troisième partie de la visite eut lieu en mai 1676, dans la région septentrionale de l’évêché comprenant les provinces des « Grandes Andes de Paucartambo », entre les deux cordillères de Vilcanota et de Carabaya. Mais l’évêque étant tombé malade à Limatambo, il dut confier la fin de son inspection à un de ses neveux, don Andrés de Mollineda « Visiteur Général ». Crues et intempéries encore : le rapport général signale que la célébration des offices religieux était parfois étroitement liée aux phénomènes climatiques : par exemple, dans le village de Circa, les églises étant en ruine, il ordonna qu’on les réparât avant la saison des crues, et que chaque fois que le curé pourrait franchir le Rio Grande, il vînt dire la messe pour le réconfort des fidèles13.

  • 14 Id. « ...que los curas de indios que legítimamente no estuvieren impedidos visiten la sierra y par (...)
  • 15 A.G.I. Lima 306 « ...que el cura visite las punas para administrar los sacramentos a los viejos e (...)

10En conclusion, l’évêque enjoint aux curés des villages de visiter « la sierra et les parages montagneux appelés punas où éleveurs et autres indiens vivent isolés, de leur enseigner la doctrine et de leur administrer les sacrements en célébrant la messe sous quelque ramée décente où ils laisseront une croix pour vénérer les lieux »14. Dans son compte rendu, le Visiteur Général met l’accent sur le même fait : il faut contraindre les curés à visiter les terres isolées, « ...le curé devra parcourir les punas pour administrer les sacrements aux vieillards et aux malades, tous les trois mois... »15.

11Aux rigueurs du climat et du relief s’ajoutent, nous le verrons, de nombreux séismes qui ravagèrent aussi bien Lima que les régions andines.

  • 16 Id. « ...e confirmado muchos millones, porque [...] avia muchos años que no se administraba este s (...)
  • 17 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « La provincia de los Chocorvos donde avia mas de veinte anos que no avi (...)

12Hautes terres, terres sauvages, terres isolées. Problème de l’isolement. Dix ans plus tard, Je même évêque visite à nouveau, dans la partie nord de son évêché, les provinces de Quispicanche, Paucatambo, Calca y Lares et Oropesa. Puis il n’y a plus trace de visite dans les documents ; il faut attendre 1715 pour que l’évêque Gabriel, venant de La Paz prendre possession de son nouvel évêché, confirme, sur le chemin de Cuzco, « plusieurs milliers d’âmes, ce sacrement n’ayant pas été administré depuis de longues années »16. Il entreprit aussitôt l’inspection des terres. Certaines régions restaient sans visite plus de vingt où trente ans17. Dans le domaine des missions aussi, l’isolement joint au manque d’hommes fit perdre bien des moissons qui promettaient d’être fructueuses.

13Le relief est la cause de cet enchevêtrement de régions qui parfois s’ignorent les unes les autres, de cet isolement intérieur. Le seul fait que l’extraordinaire forteresse du Machu-Pichu qui surplombe la vallée de l’Urubamba, et se trouve à une distance en ligne droite d’environ quatre-vingts kilomètres de Cuzco, et à une trentaine de kilomètres de l’importante cure d’Ollantaitambo, pût être ignorée pendant des siècles par les Espagnols, montre combien ce monde vaincu demeura mystérieux, inconnu de ses propres vainqueurs.

2. Distances et communications

  • 18 A.G.I. Cont. Gen. Perú 1791 — « En la provincia de Abancay una de las del reino del Perú que baña (...)
  • 19 Id. « ...por lo que importa su duracion respecto de no aver otro para la comunicacion de aquellas (...)
  • 20 Id. « Se ha de cumplir inviolablemente que no se ha de pasar a proveer escrito alguno contra el ad (...)
  • 21 A.G.I. Cont. Gen. Perú 1791 « ...y ha de tener jurisdición para poder hacer la causa y sumaria inq (...)
  • 22 Id. « Y asi mismo habeis de tener continuamente (souligné dans le texte) ocho negros y mulatos vue (...)

14Au relief s’ajoutent les distances : il fallait quatre-vingts jours pour aller de Cuzco à Lima. Un élément vital de cette route était le pont de l’Apurimac. Une cédule royale datée du Buen Retiro le 28 juillet 1708, donnait en bail contre sept mille écus d’argent le corregimiento de la province d’Abancay et, à vie, la gérance du pont à don Domingo Géronimo Amable. « Dans la province d’Abancay, baignée par l’Apurimac se trouve un pont de cordes et de câbles, qui permet le commerce et les communications entre les provinces de Lima et de Cuzco... »18. Avant cette date, les officiers royaux avaient ordre de vendre cette charge aux enchères. La personne qui s’en voyait pourvue contractait de sérieux devoirs : elle devait veiller au bon état du pont, aux réparations, et à ce qu’il y eût en permanence un nombre suffisant de personnes attachées au service de cet ouvrage public, « car sa conservation est de première importance, étant donné qu’il n’en existe pas d’autre pour passer d’une province à l'autre »19. Suit une ordonnance du roi qui en règle très minutieusement l’administration : aucun officier de justice d’Abancay ne peut connaître des choses civiles ou criminelles touchant au pont, à son administrateur et aux serviteurs qui l’entretiennent. Il est srictement interdit de diffamer par paroles ou par écrits l’administrateur, ses majordomes, les noirs ou toute autre personne qui y travaillerait20. L’administrateur ou son majordome peut, quand il le juge nécessaire, démonter le pont pour le réparer, le reconstruire, changer les câbles, etc... Lorsque le pont est trop vieux ou endommagé, un délai de quinze jours est accordé pour sa remise à neuf ; une seule restriction à ce droit : ne pas couper le passage à l’époque où passe le Chasqui, c’est-à-dire le courrier, sauf, évidemment, en cas de force majeure : qu’une crue emporte l’ouvrage ou que des saboteurs coupent ou incendient les câbles, comme cela s’était déjà., produit. On était d’ailleurs sans pitié pour ce genre d’attentat ; les coupables, que l’administrateur avait tous pouvoirs de faire rechercher et arrêter, étaient envoyés à Cuzco où ils étaient condamnés à mort et exécutés21. Une surveillance sévère était organisée ; l’administrateur était tenu de veiller « à ce qu’il y eût en permanence huit esclaves noirs et mulâtres, ouvriers et maîtres habiles pour l’entretien du dit pont »22.

  • 23 Id. « ...que todas las cargas que se pasaren por el dho puente de ser a ombros de peones y arriero (...)

15Tous les passagers payaient sur place un droit de péage ; s’ils payaient à Cuzco, ils devaient verser un réal supplémentaire par peso... Toutes les marchandises devaient être passées à dos d’homme, et non à dos de mule ; sinon quand une des bêtes tombait à l’eau c’était aux risques et périls de la personne qui les conduisait23.

16Un service de douane très sévère contrôlait entrées et sorties des produits ; toute marchandise non déclarée, tissus, or, argent, dentelles, etc., était envoyée à Cuzco après confiscation.

  • 24 A.G.I. Cont. Gen. Perú 1791 « El corregidor y demas justicias deben auxilio en caso necesario para (...)

17Enfin le corregidor et autres officiers de justice devaient prêter main forte, en cas de besoin, pour éviter que les esclaves noirs et autres ne fussent malmenés, comme il était de coutume, par les passagers24.

18L’importance accordée à ce passage par le roi lui-même est révélatrice d’une situation qui joua un rôle dans tous les domaines : l’isolement. Cela montre combien il était facile de tromper la surveillance douanière et d’introduire des marchandises par d’autres voies plus périlleuses sans doute, mais non surveillées. Isolement, possibilité de fraude, voilà deux facteurs qui favorisèrent une minorité blanche au détriment de la majorité indienne.

Notes

1 Les mots frappés d’une astérisque figurent dans la liste des américanismes, cf ci-dessous, p. 222.

2 A.G.I. Lima 1351 Sim. Ecl. « ...hacian los indios un año de ausencia de sus casas [...] la obligación de cada mita era de seis meses, pero como havian docientas leguas de distancia ; el resto lo consumían en la ida y regreso, que o no lo verificaban porque morian muchos, o llegaban a sus casas sin traher a ellas el meno provecho... »

3 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...Las más rígidas y destempladas de esta comarca... »

4 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...y para atravesar la sierra de Vilcanota, segundos Alpes de este nuebo mundo, hize posada en la agua caliente sitio al pie de aquella altísima sierra llamada asi porque brotan por alli unos borbollones y manantiales de agua hirviendo y humeando con olor grave de azufre... ».

5 Id. « ...llegando ya al llano quise usar de una litera que llevaba por ser todo lo restante del viaje por tierra llana, mas las ciénagas y tremedales eran tales que una de las mulas se encenegó, y me vi en riesgo de cayda... ».

6 Id. « ...y consagre muchas campanillas contra los rayos y las tempestades que en esta region son frequentes y peligrosos. »

7 Id. « ...penetrando a lo más interior del Collao, región frigidisima, y que cria a los naturales della robustos de cuerpo y mas morenos de color, llegue a visitar el pueblo de Hatumcollas, corte en su gentilidad de un reyezuelo competidor de los incas, como lo testifican sus ruinas indicando aver sido una ciudad bien populosa... »

8 A.G.I. Lima 306 « ...y pude bien temer que amenazaba la ira de Dios al sacerdocio viendo sacudir su açote en el altar. »

9 Id. « ...y como es mi fin comensar este ministerio por las más arduas y rigurosas, asi de malos temples como de caminos asperos [...] continuó mi visita por las provincias de los Canas, con termino a la del Collao, y semejante a ella en lo rígido del destemple de los ayres, nieves, tempestades... »

10 Id. « ... camine el día siguiente jornada bien penosa por durarnos una nevada de tres leguas, por une correria la mas fria de estas partes, molestandonos un cierzo que nos daba por las caras intolerable. »

11 A.G.I. Lima 306 Sim. Ecl. « ...Bendixe una campana contra las tempestades, obligandome el deseo paternal de condecender al ruego de las pobres obejas a subir a la misma torre en que pendia por no ser posible bendecirla de otra manera... »

12 Id. « ...habiendo caminado por horribles y penosas cerranias (sic) por los altos de Chuma, y vadeado con riesgo y grima el famoso rio que los naturales llaman Apurimac [...] bien que en sus principios es vadeable. »

13 Id. « ...mando que se reparassen antes de entrar el agua y que siempre que el cura pueda passar el Rio Grande diga missa en los domingos y fiestas para el consuelo de sus feligreses. »

14 Id. « ...que los curas de indios que legítimamente no estuvieren impedidos visiten la sierra y parages montuosos, que llaman Punas adonde viven retirados los ganaderos y otros indios ; y alli les enseñen y les administren los sacramentos diciendoles missa en alguna ramada o sombrera decente dexando en el sitio una cruz por reverencia del lugar. »

15 A.G.I. Lima 306 « ...que el cura visite las punas para administrar los sacramentos a los viejos e impedidos [...] que el cura visite las punas y estancias de tres en tres meses. »

16 Id. « ...e confirmado muchos millones, porque [...] avia muchos años que no se administraba este sacramento. »

17 A.G.I. Lima 308 Sim. Ecl. « La provincia de los Chocorvos donde avia mas de veinte anos que no avia entrado prelado alguno. » (lettre de l’évêque de Huamanga, de 1657).
A.G.I. Lima 526 Sec. Perú « Este obispado basto en sus provincias y tan inaccessible en sus caminos como inconstante en sus temples, ya de calor, ya de frios nieves y yelos, que en cada seis u ocho leguas lo tiene opuesto y distinto, tengo ya visitados [...] curatos y doctrinas regulares que avia treinta años que no se visitaba... » (lettre de l’évêque du Cuzco au roi, du 12 janvier 1729).

18 A.G.I. Cont. Gen. Perú 1791 — « En la provincia de Abancay una de las del reino del Perú que baña el rio Apurimac está situado un puente de cables, sogas, maromas por el tráfico y communicacion de las provincias del Cuzco con las de Lima. »

19 Id. « ...por lo que importa su duracion respecto de no aver otro para la comunicacion de aquellas dos provincias ».

20 Id. « Se ha de cumplir inviolablemente que no se ha de pasar a proveer escrito alguno contra el administrador de dho puente, sus mayordomos, negros ni otros oficiales del servicio de dho puente [...] porque se ha experimentado por que tienen los pasajeros por agravio el que les cobren lo que deben por pasar sus cargas, se ponen a calumniar a las personas que administran y sirven. »

21 A.G.I. Cont. Gen. Perú 1791 « ...y ha de tener jurisdición para poder hacer la causa y sumaria inquisicion, y prender los delicuentes y remitirlos a la ciudad del Cuzco [...] para que los oficiales Reales la califiquen, fenezcan y sentencien y probada la executen en ellos la pena ordinaria de muerte ».

22 Id. « Y asi mismo habeis de tener continuamente (souligné dans le texte) ocho negros y mulatos vuestros esclavos, diestros oficiales y maestros para el aderezo y cuidado de dho puente. »

23 Id. « ...que todas las cargas que se pasaren por el dho puente de ser a ombros de peones y arrieros y no cargados en mulas, porque de hacerlo asi, si caieren en el rio, ha de ser por cuenta y riesgo del arriero o dueño o persona a cuyo cargo fueren ».

24 A.G.I. Cont. Gen. Perú 1791 « El corregidor y demas justicias deben auxilio en caso necesario para quitar los malos tratamientos que suelen hacer los pasageros a los negros esclavos y demas gente... ».

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540