Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Introduction

Texte intégral

« En Cajamarca empezó la agonía. El joven Atahualpa, estambre azul, árbol insigne, escuchó al viento traer rumor de acero... »
Pablo Neruda
(Canto General)

1Tahuantinsuyu, l’empire des quatre sillons, fut l’un des foyers les plus importants des civilisations précolombiennes. Seuls l’empereur Pachacuti et ses quatre successeurs appartiennent à l’histoire. Celui-ci s’illustra comme rassembleur de terres et unificateur de l’Empire et consacra l’organisation quadripartite de son royaume : Tahuantinsuyu... La capitale traditionnelle de cet immense pays était la ville de Cuzco.

2Cette division fut à l’origine de dissensions intestines qui favorisèrent sans doute l’entreprise de Pizarre. Ce fut en quelque sorte la lutte entre l’empire traditionnel, les provinces du sud et du centre, commandé depuis la capitale par Huascar, fils légitime de l’Inca Huana Capac, présumé mort en 1525, et celles du nord, récemment acquises, gouvernées par Atahualpa, fils illégitime. Puis ce fut le traquenard tendu par les Espagnols à Cajamarca et la chute soudaine de l’Empire. La résistance s’organisa pourtant aussitôt et Cuzco s’opposa avec acharnement à l’entrée des conquérants. Depuis la citadelle de Saxahuaman, Manco II, fils de Huascar, mit Cuzco à feu et à sang en 1536. Mais il fut vaincu. Apparemment, la conquête était terminée avec la prise de la capitale séculaire de l’Empire inca. Pourtant elle ne s’acheva, en réalité, qu’à la fin du XVIIIe siècle, après la terrible répression de la dernière grande révolte indienne.

3La vice-royauté du Pérou se scinda de fait en deux régions, centrées chacune sur une capitale : la côte avec Lima l’espagnole, et les plateaux avec l’incaïque Cuzco. C’est cette dernière que nous nous proposons d’étudier. Officiellement reléguée au second plan, elle ne cessa pourtant de jouer un certain rôle dans l’histoire du Pérou. Si Lima était le centre politique, administratif, le siège de la vice-royauté, Cuzco détrônée n’en resta pas moins le véritable cœur de l’Empire. On ne saurait envisager la ville isolément, elle n’acquiert son véritable visage qu’en relation avec les régions montagneuses qui l’entourent. La délimitation de la région étudiée s’avère assez difficile, car ses caractéristiques physiques et humaines se retrouvent dans une grande partie du monde andin. Dans les documents, le Cuzco apparaît avant tout comme un évêché. — L’évêque, lorsqu’il accomplit scrupuleusement ses devoirs, est l’élément coordinateur des provinces, des villages : il est le seul à les connaître entièrement par les visites qu’il doit effectuer. Nous prendrons donc comme limites, en gros, pour cette étude celles de l’évêché aux XVIIe et XVIIIe siècles, c’est-à-dire une région à peu près contenue entre le 13e et le 15e de latitude sud et le 74e et le 70e de longitude ouest. Nous serons parfois dans l’obligation d’étendre ces limites, notamment pour l’étude des missions et des soulèvements, au nord jusqu’à la région de Huanuco, foyer de rébellion et au coude du Rio Tambo, au nord duquel le Grand Pajonal fut le siège d’insurrections violentes.

4Aux deux tiers, environ, de la période appelée coloniale, comment se comportaient ces régions ? On sait de source sûre qu’à la fin du XVIe ou au début du XVIIe siècle commence une période de décadence. Dans certains secteurs de l’Amérique, surtout en Nouvelle-Espagne, une reprise s’amorce au début du XVIIIe siècle. Le Pérou semble reproduire avec un certain décalage l’évolution du Mexique.

  • 1 Cf. ci-dessous p. 225.

5A l’origine, l’étude devait spécialement porter sur la charnière des deux siècles, et le début du XVIIIe siècle. Or, on constate une raréfaction très nette des documents concernant la première décennie, et une absence totale de papiers de la Contaduria1 de 1686 à 1707. Deux raisons peuvent être avancées pour justifier cette lacune. Une partie des documents qui sont actuellement aux Archives des Indes de Séville, ont été tranférés des Archives de Simancas, en deux vagues : la première s’étant arrêtée aux documents de l’année 1699 ; il se peut qu’il y ait eu des pertes ; d’autre part certains documents n’ont pas encore été classés, et renferment peut-être des renseignements sur le Cuzco. Par ailleurs, à cette époque nombre de documents furent pris par les corsaires, souvent de simples pirates : les convois étaient pillés, les métaux précieux, les marchandises « intéressantes » passaient aux mains des flibustiers, les papiers, lettres, comptes, mémoires étaient détruits ou jetés par-dessus bord. Au début du XVIIIe siècle, pirates français et surtout anglais ravageaient les mers américaines. Dans les ports, mal armés, celui de Lima par exemple, la peur de ces aventuriers tournait à l’obsession : on en voyait partout. L’Espagne, saignée par des guerres européennes longues et onéreuses, n’était d’aucun secours. Mais ces causes restent tout à fait hypothétiques.

6La période étudiée embrasse à peu près les années 1680-1730. Ces limites dans le temps, comme les limites dans l’espace, pourront être dépassées.

7Les études concernant cette région sont à peu près inexistantes. Cet aperçu de la vie de ces plateaux s’appuie donc uniquement sur une documentation d'archives. Pour toute bibliographie nous renvoyons aux ouvrages concernant le Pérou en général.

Notes

1 Cf. ci-dessous p. 225.

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540