Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

 | 
Michèle Colin

Préface

Pierre Chaunu

Texte intégral

1Frédéric Mauro s’étonnait récemment d’une lacune bibliographique sur le Cuzco colonial (« Sur le Cuzco, rien... »). Cette lacune à la fois surprenante et scandaleuse est désormais en grande partie comblée. Grâce à l’excellent travail de Michèle Colin.

2Lacune scandaleuse. En raison de l’importance du Cuzco incaïque, en raison de son rôle dominant à l’époque de la « Conquista » encore, en raison de l’importance intrinsèque de cette réserve de main-d’œuvre. En raison d’une richesse documentaire que l’étude de Michèle Colin commence à mettre en valeur.

3Le Cuzco colonial. Nous avons demandé à Michèle Colin de le saisir à la charnière du XVIIe et du XVIIIe siècle. Parce que dans le Pérou dévasté par l’irrémédiable reflux de la population indienne, le district de Cuzco apparaît mieux que jamais dans son rôle essentiel de réserve de main-d’œuvre. 4 % de l’économie coloniale du Pérou, à la lumière de nos imparfaits indices d’activité d’origine fiscale, 9 % de la population. Le Cuzco exporte des hommes pour la dévorante mita. Première leçon. L'économie du Pérou est commandée par la dialectique des centres miniers (Potosí, Huancavélica) et les réserves indiennes des plateaux (au premier rang, la vieille capitale déchue...).

4Un monde qui continue d’échapper, deux siècles après la Conquista, à la colonisation espagnole. Monde de la peur pour les Indiens traqués et les Espagnols qui souffrent de fièvre obsidionale, où l’insécurité commence aux portes de la ville, où une sorte de « frontière » passe à quarante kilomètres. Machu Pichu, à quelques lieues de l’axe Cuzco-Le Potosi, l’axe essentiel des communications des plateaux, n’est-il pas passé inaperçu, ignoré du Pérou colonial ? Le Pérou incaïque se survit au Cuzco, diminué, décapité, inentamé. Deuxième leçon.

51730-1740. Aucun signe de reprise encore. Au sein du Pérou archaïque, le Cuzco est un pôle d’archaïsme, de lourdeur et de lenteur. A la conjoncture précoce de l’Amérique atlantique, s’oppose la conjoncture tardive, hypercontinentale de l’Amérique andine. Troisième leçon et non des moindres de cette belle étude. Jalon utile sur la route d’une histoire régionalisée de l’Amérique hispanique.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1966

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540