Version classiqueVersion mobile

Recherche archéologiques dans la vallée du Tempisque, Guanacaste, Costa Rica

 | 
Claude-François Baudez

V. Résultats et conclusions

La séquence céramique de la vallée du Tempisque

Texte intégral

Graphique montrant révolution des types céramiques dans la vallée du Tempisque. Les niveaux des puits des sites de La Bocana, d’Ortega et de La Guinea ont été ordonnés d’après le degré de similitude des fréquences de leurs types céramiques. La subdivision des périodes et des phases est indiquée à gauche et rappelée à droite du graphique.

Étude du graphique

1. Phase Catalina (période « Bichrome en zones »)

1Catalina est la phase la plus ancienne de notre séquence, et n’y est représentée qu’en partie. Elle y est définie par 33 632 tessons, provenant de la totalité de la céramique de La Bocana (6 314 tessons à l’exception des quelques fragments de phase Bebedero), des cinq niveaux inférieurs d’Ortega (26 979 tessons) et des niveaux 13 et 14 des puits MNOP de La Guinea (339 tessons).

2En outre, la céramique récoltée dans les sites PUE 3 et PUE 4, appartient à cette phase.

3Elle est la mieux définie de notre séquence : une typologie détaillée n’a pu être réalisée que grâce au matériel d’Ortega, dans lequel nous avons distingué 27 types, contre 13 à La Bocana et 12 à La Guinea.

4Les types céramiques caractéristiques de cette phase sont :

5Monochromes culinaires : Monte Cristo, Chaparrita ;

6Monochromes à pâte fine : Delirión, Urruela (type commun à Catalina et à Ciruelas) ;

7Décorés par impressions ou ponctuations : Mojica, Buchón, Huila ;

8Et à un moindre degré : Congo (qui reste important en Ciruelas) et Cervantès (commun aux deux phases) ;

9Incisés et peints (bichromes en zones) : Bocana, Guácimo, Toya, Rosales ;

10Incisés : Ballena, Diria, Tamino, Pozón ; dans une moindre mesure, Guinea (dont les plus hautes fréquences sont atteintes en Ciruelas) ;

11Bichromes : Matazana, Las Palmas, Tempate, Canjel, Zelaya bichrome, Cobano ; à un moindre degré, Charco (commun aux deux phases) ;

12Appliqué : Bretzel ;

13Sifflets : Marbella.

14D’après l’allure générale des courbes de la base du graphique, il semble que la phase apparaisse dans la séquence, à plus de la moitié de son évolution. Il ne paraît pas y avoir de solution de continuité entre la séquence de La Bocana et celle d’Ortega : les types des niveaux supérieurs du premier site et des inférieurs du second ont des fréquences de même ordre ; on peut en déduire que le niveau de surface de La Bocana et le niveau 7 d’Ortega sont proches dans le temps. Pour en être sûr cependant, il faudrait que la céramique des deux sites soit comparable au même titre ; or le nombre des types à Ortega est le double de celui des types de La Bocana.

15Les niveaux 13 et 14 de MNOP (La Guinea) ont été placés par sériation entre les niveaux 2 et 3 d’Ortega : ce sont les seuls du site à représenter cette phase, qui se termine avec eux. Le niveau 14 ne contient que 42 tessons, ce qui explique les anomalies qui se manifestent dans la plupart des courbes à ce niveau (la présence d’un seul tesson est en effet traduite par un pourcentage égal à 2,3 : Rosales, Guinea, Matazana)-

2. Phase Ciruelas (période « Décor linéaire »)

16Le matériel de cette phase consiste en 12 031 tessons qui proviennent des niveaux 1 et 2 d’Ortega (4 995) et, à La Guinea, des niveaux 12 à 9 de MNOP (4 115), 14 à 10 d’IJKL (1841) et 14 à 10 d’ABCD (1 120). Les sépultures du site de Bolson appartiennent à cette phase ; en outre, de la céramique Ciruelas a été trouvée au fond du sondage I de FIL 1, et au site BOL 4.

17La céramique comprend les types caractéristiques suivants :

18Monochromes culinaires : Los Hermanos, Chancho ;

19Monochromes à pâte fine : Urruela (déjà important en Catalina) ;

20Ponctué : Cervantès ;

21A rebords latéraux : Lavanderos ;

22Incisé : Guinea (qui apparaît en Catalina) ;

23Bichrome : Charco (qui apparaît en Catalina) ;

24Trichrome : Zelaya ;

25Polychromes : Lopez, Nosara ;

26Sifflets : Corozal.

27La limite inférieure de la phase est définie arbitrairement par une ligne passant entre le niveau 13 de MNOP et le 2 d’Ortega. Le passage de Catalina à Ciruelas se manifeste par la chute de popularité des types monochromes Monte Cristo et Chaparrita, au profit de Los Hermanos et Chancho. On observe en outre à ce niveau l’extinction des bichromes en zones, de certains bichromes (Matazana, Las Palmas, Canjel...) et de trois types incisés : Tamino, Diria et Ballena. Zelaya trichrome prend la succession de son homonyme bichrome ; les sifflets Corozal remplacent ceux de type Marbella. Guinea, Charco et Urruela augmentent leurs fréquences. Lavanderos, Cervantes et Congo poursuivent leur carrière. Lopez, enfin, apparaît peu après le début de la phase.

28Le graphique montre la présence occasionnelle dans les niveaux supérieurs (de phases San Bosco et Palo Blanco) de tessons de types caractéristiques des phases anciennes Catalina et Ciruelas : Monte Cristo, Bocana, Guinea, Charco, Zelaya bichrome, Zelaya trichrome et Lopez. Il ne s’agit pas, à notre avis de survivances significatives, mais simplement des conséquences de légères perturbations stratigraphiques, qui ont eu pour effet un certain « étirement » des courbes vers le haut.

29Le passage de Catalina à Ciruelas s’opère sans heurts : la plupart des types caractéristiques de la première survivent dans la seconde, et ceux qui définissent Ciruelas avaient déjà fait leur apparition dans Catalina. On ne peut donc attribuer une collection à l’une des deux phases que si elle comprend un certain nombre de types caractéristiques de l’une ou de l’autre. On peut conclure de cette continuité qui s’exprime par l’absence de changements brusques, que le remplacement progressif de certains types céramiques par d’autres n’est pas dû dans ce cas à des influences extérieures massives, mais résulte plutôt du mouvement général de l’évolution et de contacts étrangers limités.

3. Phase San Bosco (période « Polychrome ancien »)

30Le complexe céramique de San Bosco provient des niveaux 8 à 6 de MNOP (2 068), 9 à 7 d’IJKL (1 489 tessons), et 9 à 8 d’ABCD (679 tessons). En outre, de la céramique de cette phase a été recueillie dans les niveaux inférieurs des sondages des sites FIL 1 et TAB 1. Les vestiges San Bosco sont relativement rares à La Guinea, où le nombre total de tessons s’élève à 4 236. A cette pauvreté en quantité, correspond une pauvreté en qualité : la céramique San Bosco n’est en effet définie que par cinq types caractéristiques :

31Monochromes culinaires : Yayal, Mansion ;

32Bichrome : Cortès ;

33Polychromes : Carrillo (et à un moindre degré : Galo).

34La ligne de démarcation entre Ciruelas et San Bosco passe entre les niveaux 9 de MNOP et d’IJKL. Les monochromes Yayal et Mansion occupent bientôt les places laissées libres par la disparition de Los Hermanos et Chancho. Cortès noir-sur-rouge succède à Charco, et l’on assiste au rapide développement du premier polychrome sur fond beige : Carrillo, suivi peu après de l’apparition de Galo. Au même moment, on voit s’éteindre tous les types Ciruelas : Lopez, Zelaya trichrome, Guinea, etc. Cette fois, le passage d’une phase à l’autre exprime un changement radical de la céramique : à la mort des types Ciruelas correspond la naissance des types San Bosco.

35Il est malheureusement difficile d’évaluer l’importance de San Bosco et son rôle dans l’évolution, car cette phase n’a pu être définie que de façon sommaire à La Guinea. Cependant, elle paraît établir la transition entre les phases anciennes bichromes et les phases récentes polychromes.

4. Phase Palo Blanco (période « Polychrome moyen »)

36La céramique de Palo Blanco est très abondante, non seulement à La Guinea, mais dans toute la vallée du Tempisque. Elle a été définie à l’aide de 19 615 tessons récoltés : en MNOP, dans les niveaux 5 à 2 (7 469 tessons), en IJKL, dans les niveaux 6 à 2 (6 455) et en ABCD, dans les niveaux 7 à 3 (5 691). La majorité des sites visités au cours de la reconnaissance sont entièrement ou en partie de cette phase : PUE 1, PUE 2, FIL 1, FIL 2, FIL 3, COM 1, PAL 1, PAL 2, TAB 1, COR 2.

37Palo Blanco dont l’unité est assurée par l’ensemble des types polychromes dits « Nicoya » (Lothrop, 1926), a été divisée en deux sous-phases A et B, d’après des différences de distribution chronologique de certains types.

38Palo Blanco A est caractérisé par les types suivants :

39Monochromes culinaires : Sarnoso, Nautilus et à un moindre degré : Yayal ;

40Incisé : Belen.

41Polychrome : Galo (déjà important en San Bosco).

42Les types caractéristiques de Palo Blanco B sont :

43Monochromes culinaires : Piches, Danta ;

44Polychrome : Asientillo.

45Enfin sont communs à l’ensemble de la phase :

46Monochromes à pâte fine : Moreira, Veronica ;

47Incisés : Palmares, Princesa, Tenorio ;

48Polychromes : Mora, Birmania, Papagayo, Macho, Cabuyal et Guahal.

49La limite inférieure de la phase a été tracée entre le niveau 8 d’ABCD et le 6 d’IJKL. Au-delà, les fréquences des types Yayal, Cortes et Carrillo diminuent progressivement, tandis qu’apparaissent, presque simultanément, tous les types Palo Blanco.

50Dans la sous-phase A, les types Sarnoso, Nautilus, Belen et Galo atteignent leurs plus grandes fréquences. En B, les monochromes Piches et Danta sont les plus populaires, au détriment de Sarnoso, Nautilus et Yayal qui déclinent lentement. Asientillo, dont la courbe est parallèle à celle de Danta, atteint aussi son plein développement en B. Les autres types Palo Blanco (polychromes en particulier) apparaissent également distribués en A comme en B. Parmi les polychromes à pâte fine, Mora est le plus abondant, suivi de Birmania et de Papagayo.

51La valeur chronologique de la division de Palo Blanco en deux parties A et B est peut-être limitée localement, car elle porte essentiellement sur une différence de fréquences des types monochromes culinaires. Ces variations ne sont pas assez pertinentes pour justifier la division de Palo Blanco en deux phases, d’autant plus que l’ensemble des polychromes Nicoya confère à Palo Blanco son unité. L’apparition des types Palo Blanco ne fait pas pour autant disparaître ceux de la phase précédente : la substitution des premiers aux seconds s’opère lentement.

5. Phase Bebedero (période « Polychrome récent »)

52L’apparition et le développement de nouveaux types observés dans les niveaux 1 et 2 d ABCD et 1 d IJKL, nous ont conduit à la création d’une nouvelle phase appelée Bebedero. Dans les trois niveaux qui lui sont attribués, 4 349 tessons ont été récoltés : 2 212 en ABCD et 2 137 en IJKL. La céramique, provenant d’autres sites, a dans certains cas permis une meilleure définition de cette phase ; en particulier, le gisement de Pile Toro (BOC 1) nous a livré une céramique entièrement originale, à l’exception de 151 tessons Murrillo applique et d’un exemplaire Princesa à lèvre incisée (voir p. 50). Grâce à la présence du premier type, la collection de BOC 1 est certainement de période « Polychrome recent » ; nous ne savons malheureusement pas si les différences entre le matériel de BOC 1 et celui des niveaux supérieurs de La Guinea, ont pour origine 1 éloignement dans le temps ou dans l’espace ; en effet, la céramique du premier site peut indiquer un moment de l’évolution bien postérieur à celui représenté à La Guinea ; ou encore, cette céramique peut être contemporaine des niveaux Bebedero de La Guinea, mais à cause de la situation excentrique de l’île, avoir été façonnée par une population de culture différente.

53Quoi qu’il en soit, à La Guinea, les types caractéristiques de Bebedero sont :

54Jicote polychrome et Murrillo appliqué ; à un moindre degré : Piches et Danta.

55D’après les séquences de Coe et Norweb, établies sur la côte Pacifique du Costa Rica et au Nicaragua, Vallejo polychrome est de période « Polychrome récent » : les rares exemplaires de La Guinea sont insuffisants a le confirmer ; pour la même raison, nous ignorons à La Guinea, la réelle position de Mombacho polychrome incisé.

56Le matériel, hors séquence, de BOC 1 a été réparti dans les types suivants :

57Toro appliqué ;

58Murrillo appliqué ;

59Princesa à lèvre incisée (1 ex.) ;

60Luna polychrome (1 ex.) ;

61Tempisque incisé ;

62Fragments d’encensoirs ou de tamis.

63A la fin de la période d’occupation de La Guinea, Piches semble avoir atteint son maximum de popularité. Danta et Asientillo vont sur leur déclin. Les polychromes Mora, Birmania, Papagayo, etc. sont en voie de disparition, et leur place est prise par Jicote, en plein essor.

Traditions

64On désigne sous le nom de tradition la continuité temporelle qui s’exprime dans la persistance de certains attributs ou ensemble d’attributs céramiques.

65Dans la vallée du Tempisque, nous avons observé certains modes décoratifs, dépourvus de valeur chronologique : par exemple, celui qui consiste à peindre en rouge le bord des poteries monochromes culinaires, ou le décor en relief appliqué qui apparaît sur le même genre de récipients. Nous les retrouvons dans toutes les phases depuis Catalina jusqu’à Bebedero.

66Une autre tradition est celle des poteries culinaires engobées en rouge qui persiste à travers les types suivants : Chaparrita, Chancho, Mansion, Piches.

67Le décor incisé qui caractérise le type Guinea, se poursuit sans grands changements dans Belen et Palmares. Plus significative, nous apparaît la tradition de la bichromie noir-sur-rouge, exprimée dans les types successifs, Charco et Cortès. Enfin, le décor polychrome caractéristique d’Asientillo est celui que l’on observait déjà sur les récipients de Carrillo.

Relations de la séquence du Tempisque avec celles de la Côte Pacifique du Costa Rica et du Nicaragua

68En 1960, après une brève étude de notre matériel respectif, nous avons, Michael Coe et moi-même, en comparant nos premiers résultats, observé de nombreux éléments communs (entre nos séquences). Nous avons alors construit une séquence de périodes archéologiques, désignées d’après le mode de décoration caractéristique de chacune.

69La période « Bichrome en zones » qui comprend les phases Chombo (séquence locale de Chahuite Escondido), Monte Fresco (séquence de Tamarindo) et Catalina est la plus ancienne. Elle était suivie de la période « Polychrome ancien », divisée en deux parties (phases Santa Elena, Matapalo et San Bosco), désignées par les lettres A et B. Puis par les périodes « Polychrome moyen » (phases Doscientos, Tamarindo et Palo Blanco) et « Polychrome récent » (phase La Cruz du site de Chahuite Escondido) [Baudez and Coe, 1962].

70Au cours de l’analyse de mon matériel, j’ai dû apporter quelques modifications à ce schéma : l’opposition entre les deux divisions A et B de San Bosco s’est précisée au point que nous avons été amenés à les élever au rang de phases, la plus ancienne appelée Ciruelas, la deuxième gardant le nom de San Bosco. Les périodes correspondantes furent créées et respectivement appelées « Décor linéaire » et « Polychrome ancien ». De plus, la phase correspondant à la période « Polychrome récent », que nous n’avions pas distinguée lors de l’étude préliminaire, a été reconnue plus tard et désignée sous le nom de Bebedero.

71A. Norweb, au XXXVe Congrès des américanistes (1962), a présenté les premiers résultats de ses fouilles au Nicaragua sous le titre : « Ceramic Stratigraphy in Southwestern Nicaragua ». Ses deux séquences de l’isthme de Rivas et de l’île d’Ometepe présentaient assez de points communs avec les notes, pour que Norweb puisse les aligner sur notre séquence de périodes, telle qu’elle avait été définie en 1960 : la période « Bichrome en zones » comprend les phases Aviles et San Jorge ; « Polychrome ancien » : San Roque et Palos Negros ; « Polychrome moyen » : Apompua, La Virgen et El Rosario ; « Polychrome récent », enfin : Las Lajas et Alta Gracia.

Période « Bichrome en zones »

72Jusqu’à plus ample informé, la céramique de phase Chombo de Chahuite Escondido, possède au moins en commun avec Catalina, les types Bocana incisé bichrome, Toya incisé trichrome et Rosales incisé bichrome. Les types de phase Monte Fresco (définie avec plus de précisions par Coe) qui sont communs à Catalina sont nomnombreux ; on peut dès à présent citer : Rosales incisé bichrome, Ballena incisé, Guinea incisé, Charco noir-sur-rouge, Las Palmas rouge-sur-beige ; à cette énumération, il faut ajouter des modes décoratifs identiques à ceux des types Buchón ponctué, Huila à zones ponctuées et Congo ponctué. De très rares exemplaires Bocana incisé bichrome et Mojica à impressions de coquille sont présents en Monte Fresco. Enfin, le tesson d’Ortega décoré d’impressions exécutées à l’aide d’une tige creuse (pl. 27 : G) appartient au type Martinez Reed-impressed de phase Monte Fresco.

73Dans la séquence de l’isthme de Rivas, Norweb distingue deux phases dans la période « Bichrome en zones ». La plus ancienne, Aviles, est caractérisée par les types Rosales incisé bichrome et Schettel incisé. Ce dernier parait identique au type Tamino incisé d’Ortega. Popoyuapa Zoned Ridged dont le décor consiste dans l’alternance de groupes de bourrelets verticaux parallèles et de surfaces peintes en rouge, correspond à notre Bocana incisé bichrome : le principe de la décoration est le même, mais dans un cas il est exécuté en relief, dans l’autre en creux. Garcia Ridged, enfin, est la réplique de Popoyuapa, mais la peinture rouge y est absente. Les types caractéristiques de la deuxième phase San Jorge sont Puerto noir-sur-rouge et Espinoza à bandes rouges. Le premier désigne des bols tripodes dont le fond est constitué par une râpe et dont les parois sont décorées de motifs linéaires peints en noir sur le fond rouge. Le second comprend des jarres engobées en rouge sur le bord et le col, le reste de la poterie s’ornant de larges bandes rouges verticales. Il peut correspondre à Matazana rouge-sur-brun de Catalina. En outre, sont communs aux deux phases, plusieurs exemplaires de Toya incisé trichrome et de Charco noir-sur-rouge. Notons pour finir, la présence de trois tessons décorés en peinture négative, analogues à ceux d’Usulutan Ware, groupe céramique caractéristique du Salvador, Honduras et Guatémala.

74La brève étude comparative à laquelle nous nous livrons est sujette à révision, car les typologies de Coe et de Norweb sont provisoires. Il n’en reste pas moins que d’ores et déjà, nous pouvons en tirer quelques conclusions. Tous les types décorés qui ont été énumérés par Coe pour définir le complexe céramique des phases Chombo et Monte Fresco, sont représentés dans le matériel de Catalina. bien qu’en proportions différentes. La céramique des phases Aviles et San Jorge est plus originale, mais comprend cependant plusieurs types communs aux phases du Costa Rica : Rosales, Toya, Tamino et Charco. Nous sommes donc en droit de supposer ces différentes phases contemporaines et de les réunir dans la même période « Bichrome en zones ».

75En résumé, il apparaît que cette période se distingue des autres qui vont suivre, par la relative unité de la céramique des différentes régions. Le manque de renseignements nous empêche à l’heure où nous rédigeons de tirer d’autres conclusions.

Périodes « Décor linéaire » et « Polychrome ancien »

76Michael Coe a provisoirement fait état (1960) de l’absence dans sa séquence d’une phase correspondante à Ciruelas de la vallée du Tempisque (période « Décor linéaire »). Au site de Matapalo, cependant des tessons de type : Guinea incisé, Zelaya trichrome, Lapez polychrome et Chavez blanc-sur-rouge se trouvaient dans les niveaux inférieurs de la portion de la stratigraphie que Coe attribue à la phase Matapalo de la période « Polychrome ancien » (M. Coe, 1960, communication personnelle).

77Les trois premiers types trouvés associés sont certainement attribuables à la période « Décor linéaire », dans la mesure où ils font partie de notre phase Ciruelas. Quant au dernier, il est représenté dans nos collections par un seul exemplaire (certainement importé) provenant de la sépulture 6 du cimetière de Bolson (phase Ciruelas). Il est donc possible que Coe soit amené, en dernière analyse, à distinguer dans sa séquence de Tamarindo, une phase correspondante à la période dite « Décor linéaire ». La phase Matapalo correspond dans la période « Polychrome ancien » à San Bosco, pour avoir en commun avec cette dernière les types polychromes Galo et Carrillo.

78Nous n’avons reconnu aucun des types qui, selon Norweb, caractérisent les phases San Roque et Palos Negros de période « Polychrome ancien » (à l’exception de Potosi appliqué dont la durée couvre probablement plusieurs périodes). La première possède en commun avec les phases Santa Elena et Matapalo, le type Chavez blanc-sur-rouge, déjà mentionné. La seconde est définie par deux types bichromes et un trichrome dont il n’existe pas d’équivalent à notre connaissance au Costa Rica. Léon Ponctué comprend des bols dont le fond constitue une râpe ; ce type est représenté dans les deux phases nicaraguayennes, ainsi que dans Santa Elena et Matapalo. En résumé, s’il est démontré que dans la séquence de Tamarindo, Chavez blanc-sur-rouge définit une phase de période « Décor linéaire », à cette même période pourra être rattachée la phase San Roque de l’isthme de Rivas. Palos Negros peut correspondre chronologiquement à Matapalo (à cause de la présence commune aux deux phases de Léon Ponctué) et appartenir, comme elle au « Polychrome ancien ».

79On assiste, pendant ces périodes, à une spécialisation régionale de la céramique : les points communs entre la poterie du Nicaragua et celle du Tempisque sont rares. Au Nord, la bichromie blanc-sur-rouge est caractéristique (types Chavez de San Roque et Urcuyo de Palos Negros) ; l’addition d’une peinture noire produit des types polychromes (Caña de San Roque et Tola de Palos Negros). La tradition du bol à râpe, qui avait commencé pendant la période précédente, se poursuit. Au Sud, si l’on s’en tient à la décoration, l’opposition entre les types de Ciruelas et ceux de San Bosco, est beaucoup plus marquée qu’entre San Roque et Palos Negros. Ciruelas, rappelons-le, est caractérisé par le développement de Charco noir-sur-rouge, d’un trichrome noir-rouge-sur-beige naturel (Zelaya), d’un polychrome où un trait blanc vient compléter les motifs peints en noir sur rouge (Lopez). De la phase suivante, sont typiques les polychromes noir-et-rouge-sur-beige (Carrillo et Gala). Le matériel obtenu par Coe dans des gisements situés à mi-chemin entre le Nicaragua et le Tempisque, participe à la fois du Nord et du Sud.

Période « Polychrome moyen »

80Cette période voit la naissance et l’extraordinaire développement des types polychromes, dits « Nicoya », à travers toute la zone. Sur la côte Pacifique du Guanacaste, le matériel des phases Doscientos (Chahuite Escondido) et Tamarindo (Tamarindo) est caractérisé par l’abondance des types polychromes Mora et Papagayo, auxquels s’ajoutent Birmania, Cabuyal, Asientillo et Palmares incisé.

81Dans l’isthme de Rivas, Norweb a distingué trois phases pour cette période, Apompua, La Virgen et El Rosario, chacune d’elles se définissant essentiellement par la présence de certaines variétés du type Papagayo polychrome. (Nous déplorons à ce propos le mauvais état de conservation de cette céramique à La Guinea, qui nous a empêché de la diviser en plusieurs variétés ; une classification plus raffinée nous aurait en effet permis de retracer avec plus de précision la distribution de ce type). Apparemment, les types Mora et Birmania font défaut dans l’isthme de Rivas, alors qu’ils sont les types polychromes les plus importants dans la vallée du Tempisque. Ils étaient sans doute fabriqués quelque part au Guanacaste, d’où ils étaient exportés jusqu’à des distances respectables. (Comme nous le verrons plus loin, la distribution de ces types s’étend à la vallée de Cartago et au delta du Diquis). Le type Papagayo (et ses variétés), probablement d’origine septentrionale, a été abondamment diffusé vers le Sud. Cabuyal polychrome et Palmares incisé paraissent également être représentés partout.

82Cette situation permet ainsi, sans difficulté, de mettre en corrélation les phases Apompua, La Virgen, El Rosario, Doscientos, Tamarindo et Palo Blanco. Pour nous en tenir seulement à la céramique, toute la région Pacifique possède une grande unité pendant cette période.

Période « Polychrome récent »

83Elle est représentée uniquement dans les séquences de Coe, par la phase La Cruz à Chahuite Escondido. Cette phase a été divisée en deux ; A, la plus ancienne, a pour type caractéristique Vallejo polychrome ; B est défini par plusieurs variétés de Luna polychrome. Un autre type, Murrillo appliqué est commun aux deux parties de La Cruz. Dans la séquence du Tempisque, la phase Bebedero est représentée seulement dans trois niveaux stratigraphiques ; elle est définie essentiellement par les types Jicote polychrome et Murrillo appliqué. Nous faisons correspondre dans le temps Bebedero à La Cruz A, à cause de la présence à La Guinea, de Murrillo et de l’absence de Luna polychrome. Au Nicaragua, Norweb a isolé deux phases appartenant à cette période : Las Lajas, de la séquence de Rivas, comprend les types Luna, Vallejo et Madeira ; Alta Gracia, dans l’île d’Ometepe, comprend les types précédents à l’exception de Vallejo. Norweb n’a pas dit si cette différence était due au passage du temps ou n’exprimait que des variations locales.

84La période « Polychrome récent » est trop peu représentée dans la vallée du Tempisque, pour que nous puissions tirer d’autres conclusions d’une comparaison avec les phases contemporaines d’autres régions de la zone. Cette période se poursuit postérieurement à la conquête, car ont été retrouvées associées à des objets de manufacture espagnole, des poteries Luna polychrome (Flint. m. s.).

Relations avec d’autres sites du Guanacaste

I. Las Huacas

85Un amateur passionné, le Père Velasco, avait fouillé ce site dans les années 90, et y avait exhumé la plus riche collection de pendentifs de jadéite d’Amérique centrale. Las Huacas fut ensuite rapidement visité par Bransford en 1881, puis par Hartman en 1897, qui lors de sa seconde mission au Costa Rica, six ans plus tard, décida de travailler sur ce célèbre gisement. Il découvrait un cimetière qui avait été épargné par le Père Velasco : les sépultures étaient de simples fosses non signalées à la surface, et contenaient des ossements en paquets (sépulture secondaire) accompagnés d’un riche matériel funéraire, comprenant essentiellement des metates et des pendentifs en jadéite. Les pièces en céramique étaient malheureusement rares : nous avons pu identifier la plupart d’entre elles au Carnegie Museum de Pittsburgh, où les collections de Las Huacas sont entreposées.

86Les tombes contenant des objets céramiques sont les suivantes : dans la tombe I, une figurine (c, fig. 3, p. 16) creuse, polychrome, de période « Polychrome ancien », était associée à deux metates non décorés, tripodes, de forme rectangulaire (a : pl. III, fig. 3, b). Un grand metate rectangulaire décoré de bas-reliefs (d : pl. IV, 1, 2 et pl. V, 1) se trouvait non loin des précédents et sans doute à la même profondeur. Hartman considère l’ensemble comme le matériel d’une même tombe, qui aurait été creusée à l’aide de trois puits circulaires sécants. L’hypothèse d’enterrements successifs au même endroit nous semble plus probable que celle de Hartman (voir pl. XLVII) ; il en résulte que nous ne pouvons associer les objets c et d.

87Ce que Hartman appelle tombe VIII semble également être le résultat de trois enterrements successifs. Cependant, dans la partie nord de cet ensemble, se trouvait une statuette en céramique (g, fig. 13, p. 20) représentant une femme assise sur un banc et tenant un enfant sur ses genoux. Cet objet est certainement de période « Décor linéaire », car sa décoration par appliqué, incision et pointillé est celle utilisée dans les ocarinas Corozal et certaines poteries Guinea incisé. A cette statuette, étaient très probablement associés :

88Deux pendentifs en jadéite, décorés par incision (b : fig. 6, 7, 8 ; c ; fig. 9, 10, 11) ;

89Un metate tripode à décor géométrique en bas-relief (a ; pl. IV, fig. 1, 2) ;

90Un pilon en terre cuite (f : fig. 12).

91Dans la tombe IX, Hartman a trouvé un ocarina (f : fig. 14, p. 21) de type Marbella en compagnie de :

92Un metate tripode non décoré, de forme rectangulaire (a) ;

93Un pendentif en jadéite (c : fig. 15, 16, 17) ;

94Une pierre à polir (d).

95Dans la tombe XIII, il y avait un petit pot miniature Urruela rouge (: fig. 20, p. 23) accompagné d’un pendentif en jadéite (d) et de pierres à polir (b, c).

96Dans la tombe XV, enfin, à des perles oblongues de jadéite (a-e), était associé un pot miniature de type Guinea incisé (f : fig. 28, p. 25).

97En résumé, les metates décorés de motifs géométriques en bas-relief sont associés à des céramiques de période « Décor linéaire » et les pendentifs en jadéite à celles des périodes « Décor linéaire » et « Bichrome en zones ».

98A quelques mètres de là, Hartman a fouillé un ensemble de fosses, dont il n’a pu distinguer les contours respectifs. Ossements et objets ont été trouvés sur une surface de 3 X 1,50 m environ et à des profondeurs très variables, comprises entre 90 et 240 cm. Cette situation confuse, qui est le résultat sans doute d’une succession d’enterrements dans le même espace, ne nous permet pas d’associer un objet à un autre. Cependant, le travail de Hartman n’aura pas été vain, car la céramique qu’il a recueillie dans cet ensemble, présente une certaine homogénéité, indiquant que les enterrements se sont succédés dans un temps relativement court. Dès lors, les associations entre diverses classes d’objets sont possibles.

99L’inventaire céramique comprend les pièces suivantes :

100Une jarre Congo ponctué (no 2, fig. 33) ;

101Trois vases miniatures Urruela rouge (no 3, fig. 34 ; no 17, fig. 41 ; et no 29) ;

102Une jarre Mojica à impressions de coquille (no 8) ;

103Deux ocarinas Corozal (no 13, fig. 38 ; no 14, fig. 39) ;

104Deux vases miniatures Guinea incisé.

105Cet ensemble de phase Ciruelas permet d’attribuer à la période « Décor linéaire », les différentes classes d’objets trouvés dans cette même partie du cimetière :

106Trois metates non décorés de petites dimensions (no 4, 6, 7) analogues à celui de la sépulture 3 de Bolson ;

107Douze pendentifs en jadéite, bowenite, serpentine ou quartz (nos 1, 12, 18, 19, 23, 24, 27, 28, 32, 33, 34, 36) ;

108Deux casse-têtes zoomorphes en pierre (nos 9, 38) ;

109Deux perles en os (nos 10, 11) ;

110Une perle en pierre (no 25) ;

111Trois pierres à polir (nos 20-22) ;

112Quatre haches de pierre polie (nos 26, 30, 31, 37) ;

113Un battoir à écorce (no 35).

114Ainsi, se trouve confirmée l’association de la céramique Ciruelas et des pendentifs en jadéite, déjà établie lors de l’analyse des sépultures 1 à 15.

115De même qu’à Chircot, Hartman a chargé quelques-uns de ses ouvriers de fouiller une troisième zone, dans le but de se procurer d’autres objets. Nous n’avons d’autres renseignements sur cette partie du cimetière, qu’une liste des objets exhumés ; aucun plan ne nous indique leur position respective.

116Sur les douze objets céramiques, associés à des metates décorés et à des pendentifs en jadéite, nous avons pu en identifier huit :

117Une jarre Bocana incisé bichrome (no 3, pl. II, fig. 7) ;

118Deux vases miniatures Guinea incisé (no 5, fig. 57 ; no 6, fig. 58) ;

119Un support zoomorphe, gardant des traces de peintures noire et rouge sur une engobe crème. Il s’agit d’un fragment de vase polychrome de phase Palo Blanco ou Bebedero (no 8, fig. 59) ;

120Un support anthromorphe, de type Guinea incisé (no 9, fig. 60) ;

121Un petit récipient muni d’une anse, Charco noir-sur-rouge (no 10, pl. II, fig. 5) ;

122Un ocarina Corozal (no 11, fig. 61, 62) ;

123Un ocarina Marbella (no 12, pl. II, fig. 2).

124En résumé, la céramique de Las Huacas, si l’on fait exception de la figurine « Polychrome ancien » et du pied de tripode « Polychrome moyen », comprend en majorité des pièces Ciruelas, et quelques autres Catalina (Bocana, Mojica, Marbella). Le cimetière est donc, dans son ensemble, Ciruelas et plus probablement de la première moitié de cette phase. Cette analyse nous a permis d’élargir considérablement le contenu de Ciruelas, en lui attribuant des metates décorés en bas-relief de motifs géométriques et réalistes, des pendentifs en pierres semi-précieuses, des casse-têtes zoomorphes et des perles tubulaires en pierre, etc. Notons cependant que ces différentes classes d’objets ne sont pas exclusives de Ciruelas : ainsi nous savons qu’à La Guinea, perles en jadéite et metates décorés font partie de la phase San Bosco.

II. Filadelfia

125Lines (1936) a publié 22 objets en céramique provenant d’une excavation ; bien que cet auteur n’ait pas assisté à l’exhumation de toutes ces pièces, il s’en est fait indiquer par les ouvriers la position respective, qu’il a consignée sur un plan.

126Les poteries que nous avons pu identifier comprennent :

1274 vases Jicote polychrome : A (fig. 4) ; H (fig. 11) ;

1281 bol Mora polychrome, variété 1 : D (fig. 7) ;

1292 Alligator « Incensario » ; V (fig. 25) ; R (fig. 21) et 5 fragments du même type, IJKLM (fig. 12 à 16) ;

1302 vases zoomorphes d’un type voisin de Jicote : E (fig. 8 et 9) ; T (fig. 23) ;

131Un manche d’encensoir en forme de « poêle à frire » : B (fig. 5) ;

1322 bols polychromes tripodes qui rappellent fortement certains bols de type Luna, trouvés par Bransford (1881) à Pueblo Viejo : N (fig. 17) ; 0 (fig. 18) ;

133Un vase de couleur noire, piriforme à col évasé, et à décor incisé Guinea ou Belen : P (fig. 19) et :

134Une jarre à décor linéaire peint en noir sur fond rouge, Charco ou Cortès, 9 (fig. 20).

135A l’exception des deux dernières, ces pièces constituent un ensemble de phase Bebedero, composé sans doute du matériel funéraire de plusieurs sépultures. Celles-ci furent creusées à l’endroit où avaient été enfouies antérieurement deux poteries (P et Q) de phase Ciruelas ou San Bosco.

Relations avec la vallée de Cartago (Plateau Central du Costa Rica.)

136La ville de Cartago, autour de laquelle, dans un rayon de 15 km, se trouvent les sites fouillés par Hartman de juillet 1896 à mars 1897, est à près de 200 km à vol d’oiseau du village de Filadelfia (Guanacaste). Le site de Chircot, près du village du même nom, est à 3 km au nord de Cartago. Hartman y fouilla un cimetière, dont les limites étaient indiquées en surface, par un cercle de pierres (Chircot I). Il exhuma 205 caveaux funéraires (stone-cist burials), répartis en trois niveaux superposés : le niveau supérieur comprenait 111 tombes, le deuxième 59 et le dernier 35. Le plancher, le toit et les murs de chaque caveau étaient tapissés de grandes dalles. Les caveaux étaient de forme rectangulaire et de taille variable, et contenaient des sépultures primaires ou secondaires. Dans l’ensemble, le matériel funéraire était pauvre : sur les 205 tombes exhumées, 131 étaient vides de tout objet. Les céramiques furent trouvées généralement dans les caveaux, mais aussi parfois à l’extérieur de la tombe, soit latéralement du côté de la tête, soit sur le toît.

137Le cimetière de Chircot I a livré 86 poteries de types polychromes représentés dans notre séquence : Birmania et Mora. La répartition de ces pièces est la suivante :

Niveau supérieur

1381. Dans la tombe 56, un bol Birmania tripode, à supports zoomorphes (Hartman 1901, p. 85, a pl. 22, 1). A cette poterie étaient associés :

139Un vase presque globulaire, de couleur rouge, à épaulement marqué, à deux anses, et base annulaire. La partie supérieure est décorée d’incisions, bordées de pastilles. Un petit animal est représenté en relief entre les anses (pl. 22, 2) ;

140Un metate en forme de jaguar bicéphale (pl. 22, 3) ;

141Une pierre à polir, oblongue et plate.

1422. Contigu à la tombe 67, un bol tripode Birmania (p. 89, pl. 23, 1, 2), dont le décor interne est très semblable au « two-headed monster pattern », type A de Lothrop (1926), [vol. II, pl. CXLIX].

143Dans la tombe se trouvait un petit bol tripode à anses et décor incisé (semblable à la poterie figurée pl. 37, 2).

Deuxième niveau

1443. Contigu à la tombe 121, un bol Mora polychrome, variété 1 (p. 102, pl. 26, 1). Dans la tombe 121, se trouvaient :

145Un petit bol globulaire tripode, à deux petites anses. Décor incisé sur la partie supérieure (semblable à la poterie figurée pl. 20, fig. 3) ; Un petit bol globulaire tripode, céphalomorphe, décoré par appliqué, pointillé et bichromie (semblable à la poterie figurée pl. 20, fig. 4).

1464. Dans la tombe 142, un bol Mora polychrome, variété 3 (p. 108, a, pl. 28, 1, 2) auquel était associé : un bol évasé tripode à supports céphalomorphes, à motifs géométriques linéaires peints en jaune sur fond rouge (p. 108, fig. 216).

1475. Contigu à la tombe 163, un bol tripode Birmania (p. 114, pl. 29, 1, 2), dont le décor interne est très semblable à F 7/3 de La Guinea (voir « Plumed serpent Motive, Type B » de Lothrop [1926] II, pl. CXLVI). Pas d’associations, la tombe 163 étant vide d’objets.

Troisième niveau

1486. Contigu à la tombe 173, un bol tripode Birmania, à motif « Two-headed monster » (p. 116, pl. 30, 1, 2). La tombe 173 était vide d’objet.

1497. Contigu à la tombe 192, un bol Birmania tripode, en forme de jaguar (p. 121, pl. 31, 1, 2) [voir la poterie analogue de La Guinea : H 11/1 (pl. 41 : H)]. Dans la tombe 192, était une petite jarre globulaire décorée de cordons, ornés eux-mêmes de ponctuations (pl. 33, 2).

1508. Dans la tombe 195 A, un bol Birmania tripode, à motif « two-headed monster » (p. 122, pl. 32). Aucun objet n’y était associé.

151A 50 m environ de ce cimetière (Chircot I), s’en trouvait un autre (Chircot II), à moitié détruit par les fouilleurs clandestins. Profitant de ce que certains de ses ouvriers restaient oisifs, Hartman les chargea de fouiller ce qui en subsistait pour s’en procurer les objets. Nous n’avons donc aucun renseignement précis sur Chircot II ; notamment nous ignorons tout des associations d’objets dans ou près des tombes. D’après Hartman, les caveaux étaient semblables à ceux de Chircot I et se répartissaient aussi en deux et trois niveaux. Le matériel exhumé paraissait analogue à celui du premier cimetière.

152Hartman a sélectionné un certain nombre des pièces de Chircot II pour la publication. Parmi celles-ci :

1531. Plusieurs tessons d’un bol Birmania polychrome (p. 126, b, fig. 281, 282) ;

1542. Un bol Birmania (p. 127, d, fig. 284) ;

1553. Un ocarina en forme de personnage assis, de type Birmania (p. 127, c, fig. 283) ;

1564. Un bol Birmania (pl. 35, 1, 2) ;

1575. Un bol Birmania, à motif « Plumed serpent, type B » (pl. 36, 1, 2) ;

1586. Un jaguar portant une coupe sur son dos, type Birmania (pl. 37, 3) ;

1597-8. Deux bols Birmania en forme de jaguar (pl. 37, 4 et pl. 39, 6).

160L’ensemble du matériel exhumé à Chircot est différent de celui de la vallée du Tempisque, à l’exception de 16 pièces, dont 2 sont de type Mora polychrome et 14 de type Birmania polychrome. Ces deux types, dans notre séquence, ont été attribués à la phase Palo Blanco ; nous pouvons donc nous permettre de rattacher les cimetières de Chircot à la période correspondante « Polychrome moyen ». En effet, la majorité des poteries Birmania, trouvées à Chircot, peut être divisée en trois groupes, distingués par leur motif principal, ou leur forme. Or ces groupes existent tous trois à La Guinea :

  1. Motif « Two-headed monster » (3 pièces) [à La Guinea : H 7/5, pl. 41 : C].
  2. Motif « Plumed serpent, type B » (4 pièces) [à la Guinea : F 7/3, pl. 41 : E].
  3. Bols en forme de jaguar (3 pièces) [à La Guinea : H 11/1, pl. 41 : H].

161Hartman n’a pas observé de différences entre la construction des caveaux et leur contenu, d’un niveau à l’autre. L’ensemble de la céramique de Chircot paraît en effet homogène et on retrouve dans les trois niveaux des poteries similaires ; pour ne prendre que l’exemple de Birmania polychrome, ce type est représenté par 2 exemplaires au niveau supérieur, 3 au niveau intermédiaire et 3 au niveau inférieur. En outre, à l’intérieur de ce type, des poteries du groupe A ont été trouvées au niveau supérieur et au niveau inférieur. En conclusion, il semble bien que l’ensemble des tombes de Chircot I appartienne à une même phase de période « Polychrome moyen », caractérisée par le complexe céramique que Hartman a désigné sous le nom de « stone-cist ware ». A cette céramique est associée une statuaire de petites dimensions qui comprend des représentations féminines debout, des têtes-trophées, des petits personnages accroupis que l’on désigne localement sous le nom de « sukia » et des « metates » en forme de jaguar, décorés en bas-reliefs de motifs géométriques.

162Les ruines du site d’Orosi, à 10 km environ au sud-est de Cartago, consistaient en deux monticules de forme allongée, bordant une « cour » en contrebas, et en un grand nombre de cercles de pierre de 8 à 20 m de diamètre qui limitaient un espace parfois surélevé de quelques pieds (Hartman, 1901, p. 148). Hartman a fouillé cinq de ces cercles, qu’il appelle « groupes » et qui sont, selon lui, des emplacements de maisons circulaires, dans lesquelles on avait parfois procédé à des inhumations.

163Dans le groupe V, Hartman a mis au jour 65 tombes, distribuées en deux niveaux superposés ;

164Le premier comprenait 49 caveaux de pierre, semblables à ceux de Chircot, qui contenaient des sépultures secondaires. Dans l’un d’eux, le caveau 3, Hartman a trouvé des perles de verre Millefiori, démontrant un contact avec les européens.

165Le niveau inférieur consistait en 16 tombes réparties en trois groupes, dont les deux premiers à l’Est et au Sud comprenaient respectivement 5 et 7 caveaux. Le troisième groupe au Nord consistait en 4 sépultures en fosse. Dans l’une d’elles, no 36, se trouvait un tripode Birmania polychrome (p. 174, pl. 56, 1, 2) dont le motif principal était celui désigné par Lothrop comme « Two-headed monster type C » (Lothrop II, pl. CL, a). Un metate en forme de jaguar et décoré en bas-relief (pl. 56, 3) était associé à cette poterie dans la tombe 36.

166La présence d’une seule pièce Birmania polychrome dans le groupe II d’Orosi, ne nous permet pas de décider de l’importance de la différence chronologique entre les deux niveaux : en effet, s’il est vrai que le premier est totalement ou en partie de période « Polychrome récent » (comme l’attestent les perles Millefiori) la poterie Birmania du deuxième niveau peut, comme nous l’a montré notre séquence, être associée à un ensemble « Polychrome moyen », ou, à titre de survivance, à un complexe de période suivante.

167Santiago est un autre site fouillé par Hartman, à près de 15 km à l’est de Cartago, au bord de la rivière Reventazón. Il comprenait plusieurs cercles de pierre, dépourvus de tombes, et un monticule de forme ovale dans lequel Hartman a exhumé 24 sépultures. La moitié consistait en caveaux, les autres étaient de simples fosses dont le sol et les murs étaient tapissés de galets. Dans la fosse 16, a été trouvé seul, un grand vase polychrome piriforme à haut col largement concave, et pied tronconique. Un petit animal figuré en relief paraît s’accrocher à la paroi du col. Le décor est géométrique (pl. 17). Nous ne pouvons identifier cette pièce avec certitude, mais elle nous paraît de type Jicotepolychrome, ou tout au moins d’après la forme, d’un type voisin de période « Polychrome récent ». Le matériel céramique de Santiago comprenait essentiellement des poteries de petite taille décorée par pastillage et parfois bichromes.

168Le vase polychrome, illustré par Hartman dans la pl. 45, 1, paraît également par sa forme (piriforme, pied tronconique, bourrelet horizontal près du fond) être une pièce tardive. Il provient du monticule funéraire III de Los Limones (6 km au sud de Cartago) qui n’a pas été fouillé par Hartman lui-même mais par ses ouvriers. Dans les autres cimetières I et II, Hartman a dégagé 65 caveaux (semblables à ceux de Chircot) contenant une céramique ressemblant très fortement à celle de Santiago : de petite taille, de couleur rouge, décorée surtout par pastillage et incision, rarement par peinture.

169La céramique de Los Limones et de Santiago, à laquelle sont associées deux poteries que nous pensons de période « Polychrome récent », paraît légèrement différente de la poterie de Chircot que l’on trouve accompagnée de pièces Birmania de période « Polychrome moyen ». Il est donc possible que le premier ensemble soit plus récent que le second, mais ceci reste encore à démontrer.

170Pour compléter ses collections, Hartman a acheté un certain nombre de pièces dans plusieurs localités de la vallée de Cartago et en a publié quelques-unes.

171A Las Huacas, le matériel obtenu par des fouilles d’amateurs provenait de caveaux qui se trouvaient à l’intérieur de cercles de pierre. Le type Birmania y est abondamment représenté par des tessons (pl. 74,1, 2, 3, fig. 75,1-6 et pl. 76,1-7), provenant de bols en forme de jaguar et d’autres à motif principal « Plumed-serpent type B ». Un autre bol tripode Birmania polychrome est figuré pl. 71, 1, 2. Enfin, pl. 70, 1, 2 est un tripode qui paraît appartenir à un type polychrome du Nicaragua. Deux bols tripodes Birmania proviennent des caveaux du site de El País. Sur le premier (pl. 78, 1, 2) est figuré le motif « Two-headed monster » et, sur le second (pl. 77, 1 et pl. 79, 1) le motif principal est le crabe.

172Dans la célèbre collection Troyo, achetée par Hartman (dont la majorité des pièces ont été trouvées dans les caveaux du cimetière d’Agua Caliente) 9 poteries Birmania polychrome ont été publiées : trois d’entre elles sont du groupe A (pl. 77, 2 et pl. 79, 2 ; pl. 83, 1, 2 ; pl. 84, 1, 2) et trois autres du groupe B (pl. 81, 1, 2 ; pl. 87, 1,2 ; fig. 286, p. 128). Les trois dernières, de motifs divers, sont figurées pl. 82, 1, 2 ; pl. 85, 1, 2 ; pl. 80, 2 et pl. 79, 3.

173Cette longue énumération aura suffi, je pense, à montrer la fréquence du type Birmania dans la vallée de Cartago. Avant nos fouilles à La Guinea, on pensait que ce type, appelé par Lothrop « Highland polychrome ware » était caractéristique du Plateau Central, et l’on sous-entendait donc qu’il en était originaire, tout en étant très inspiré des polychromes de la péninsule de Nicoya. Nous pensons maintenant que Birmania (ainsi d’ailleurs que Mora) était fabriqué quelque part au Guanacaste, pour être ensuite distribué non seulement dans le territoire de l’actuelle province, mais également dans le Plateau Central. En effet, Birmania est numériquement le plus important des types polychromes de la phase Palo Blanco, alors qu’il ne constitue qu’une très faible proportion des types décorés de la vallée de Cartago. En outre, dans le Nord-Ouest du Costa-Rica, la polychromie est le mode de décoration caractéristique de la phase Palo Blanco et possède une tradition qui remonte à la phase Ciruelas. Par contre, sur le Plateau Central, la décoration peinte est beaucoup moins importante que la décoration par incision, pastillage ou modelage, et se limite généralement à l’application de motifs linéaires d’une seule couleur, sur un fond différent. Les seules poteries polychromes appartiennent à des types que l’on trouve en abondance au Guanacaste et au Nicaragua, tels que Birmania, Mora, Jicote et autres types voisins.

Relations avec le sud-ouest du Costa Rica

A. Delta du fleuve Diquis

174Lothrop a publié tout récemment (Lothrop, 1963) ses travaux exécutés dans cette région en 1948. Outre l’étude des soubassements de maisons, des très curieuses sphères de pierre (dont la taille varie entre 0,10 et 2,50 m de diamètre) et d’une abondante statuaire, Lothrop s’est aussi penché sur le problème chronologique et a pratiqué plusieurs sondages stratigraphiques dans divers sites. Les dépôts n’étaient malheureusement ni épais, ni riches en tessons.

175A la suite de son analyse, l’archéologue américain distingue deux ensembles céramiques d’âge différent. Le plus récent est caractérisé par la présence du « Polychrome Ware » qu’il appelle également Black-and-Red line Ware, groupe très voisin de 1’«Alligatorgator Ware » du Chiriqui, décrit par Holmes (1888) et Mac Curdy (1911). Il est accompagné d’autres « wares » assez vaguement définis tels que « Brown Ware », « Red Ware », « Zone Incised Ware »,... A ce complexe, ont été trouvés associés des tessons importés de Chiriqui (Armadillo Ware), de Coclé (Coclé polychrome), et surtout du Guanacaste. A l’exception d’un fragment d’ocarina qui paraît de type Marbella ( ?) (fig. 70, b), tous les tessons, originaires de cette province, sont de type Mora polychrome, variété 1 (fig. 68, p. 89) et de type Birmaniapolychrome (fig. 70, a, c, d, p. 91). Sur l’un de ces tessons, on distingue clairement une partie du motif « two-headed monster » (d) ; un autre appartient nettement à un bol en forme de jaguar (c).

176La présence de ces tessons dans le Delta du Diquis témoigne encore une fois de la très large distribution géographique des types Mora et Birmania polychrome que nous avions déjà évoquée à l’occasion des fouilles de Hartman dans la vallée de Cartago. Elle démontre en outre que le « Polychrome ware » du Diquis est contemporain de la période « Polychrome moyen » du Guanacaste. Notons enfin que les potiers du delta du Diquis ont parfois reproduit à l’intérieur de leurs bols, le motif « Horizontales, pointes et points » caractéristique de Mora polychrome. Nous n’avons pas trouvé d’autres analogies entre la poterie « récente » de Lothrop et la nôtre.

177Le deuxième ensemble céramique distingué par Lothrop dans le Delta, est, d’après la stratigraphie, plus ancien que le premier. Il est caractérisé par le type « Parallel Line Incised » du « Brown ware » et par des poteries et des figurines recouvertes d’une engobe rouge dite « Fugitive ». Les formes de ce premier type comprennent de très grandes jarres (1,50 m de hauteur) de corps ovoïde et de col concave, munies de larges anses en ruban (fig. 35, p. 60) ; des jarres plus petites à col légèrement rentrant (fig. 37, p. 62), et enfin des bols dont la forme est identique à celle de nos types Zelaya (bichrome et trichrome). Le décor est disposé sur la partie supérieure de la poterie, en une ou deux frises. Il est constitué de groupes de traits incisés parallèles, le plus souvent verticaux, parfois obliques (fig. 21, a, p. 48).

178Entre ces groupes, parfois bordés d’une rangée verticale de ponctuations, peuvent se trouver des pastilles incisées. L’exemplaire de la figure 36, a est en outre décoré de traits verticaux peints en blanc, qui recouvrent les pastilles. Les fragments de plusieurs poteries de ce type ont été trouvés rassemblés dans une cache, qui appartient au niveau inférieur d’occupation dans un puits du site A, farm 4, section 23. Cette découverte établit la position inférieure de ce type dans la stratigraphie. Le « Parallel Line Incised » par son décor, paraît très voisin de Bocana incisé bichrome ; par ses formes, il se rapproche à la fois de Zelaya (fig. 36, c) et de Charco bichrome (fig. 37, b).

179Le support de type Guinea incisé illustré dans notre pl. 48 : L est identique à ceux publiés par Lothrop : fig. 43,1 ; 44,/, qui appartiennent respectivement aux catégories « anciennes » : « Red bowls with brown legs » et « Red bowls » (p. 69). Cette forme de support se retrouve plus tard occasionnellement sur des bols polychromes (fig. 61, n).

180Enfin, on ne peut s’empêcher de remarquer une certaine parenté entre les têtes des figurines « anciennes » du « Fugitive Red » (fig. 50, p. 73) et celles de certains ocarinas Corozal. De ces rares analogies, se dégage l’hypothèse de l’association dans le temps du matériel « ancien » du Diquis, appelé par Lothrop « Upper Monochrome », et de la poterie des phases Catalina et Ciruelas du Tempisque.

B. Zones de Talamanca et Chiriqui (Costa Rica)

181D’après les travaux de Haberland (1959), la stratigraphie permet de reconnaître dans ces régions deux ensembles céramiques d’âge différent. Le premier, appelé culture de Boruca, qui est très proche du complexe Diquis Polychrome de Lothrop, ne présente pas d’analogies pertinentes avec le matériel correspondant du Tempisque. Le second dénommé : « Complexe Aguas Buenas » semble contemporain, au moins en partie, du matériel Catalina de notre séquence, d’après les ressemblances observées entre les types : « Rot auf Braun geritzt » (taf. XIV, a) et Guácimo incisé bichrome, « Rote ritzware » (taf. XIV c-e) et Guinea, « Genarbte ware » (scarified) [taf. XV a-d] et Bocana. Les points de comparaison entre Aguas Buenas et Catalina restent cependant limités à des modes communs de décoration, en particulier la bichromie en zones, et l’incision sur engobe rouge.

Chronologie absolue et comparaisons

Période « Bichrome en zones » (300 av.-300 ap. J.-C.)

182Avec cette période, commence la séquence de la côte pacifique du Nicaragua et du Costa Rica. Il est cependant hors de doute que des phases appartenant à des périodes plus reculées (comme Yojoa Monochrome au Honduras ou Monagrillo [2130 av. J.-C.j au Panama) doivent un jour être découvertes. Deux pointes à cannelure en provenance du Guanacaste (Swauger and Mayer Oakes 1952 ; Bosch-Gimpera 1959) indiquent que cette région était habitée depuis des temps très anciens.

183Nous possédons plusieurs datations au carbone 14, des phases de cette période. On doit d’abord écarter les résultats obtenus à partir de charbon récolté dans la grotte de La Bocana : 1484 ± 85, 1408 ± 85, 954 ± 88 ap. J.-C. (GsY 98 et GsY 99). Les deux premières dates s’appliquent à la deuxième période d’occupation de la grotte (période « Polychrome récent ») et la troisième résulte probablement d’une contamination. Du charbon provenant du même four d’Ortega, deux échantillons ont été soumis à deux laboratoires différents : les dates 259 + 99 et 206 zb 95/98 av. J.-C. ont été obtenus à Gif-sur-Yvette (GsY 100). Le charbon analysé à Yale a été daté de 260 ± 70 ap. J.-C. Au même laboratoire, Michael Coe a soumis du charbon associé à de la céramique de phase Chombo, provenant des niveaux inférieurs du site de Chahuite Escondido, qui a été daté : 90 zb 200 ap. J.-C. (Y-810. Stuiver and Deevey 1961, p. 132-133) ; la moyenne de ces dates se situe aux alentours de l’année 0, et leurs extrêmes, en tenant compte de la marge de déviation de 1 sigma, s’établissent autour de 300 ans avant et 300 ans après J.-C.

184Nous pouvons donc provisoirement assigner ces limites à la période « Bichrome en zones », qui correspondent à celles de la période Formative tardive de la Mésoamérique et du Pérou. Dans ces régions, des phases de cette période possèdent certains traits en commun avec celles du Guanacaste ; nous espérons, grâce à ces comparaisons, confirmer le placement chronologique de « Bichrome en zones ».

185Usulutan Ware désigne une céramique bichrome très répandue en Amérique centrale pendant la fin de la période préclassique et au début de la classique. Son décor caractéristique est constitué de groupes de 3 à 5 lignes, ondulées le plus souvent, qui apparaissent en clair sur un fond beige ou orangé (peinture négative) ; les lignes sont tracées à l’aide d’un « peigne » ou d’un « pinceau multiple ». Bien qu’aucun tesson peint négativement n’apparaisse dans le matériel Catalina, l’emploi d’un peigne pour décorer les poteries des types bichromes de cette phase (Charco, Cobano, Las Palmas, Zelaya...) est caractéristique. Par ailleurs, au Nicaragua, Norweb a trouvé dans un matériel de même période, plusieurs tessons décorés par peinture négative, semblables à Usulutan Ware. Au Honduras, un type bichrome en zones est associé à Usulutan Ware dans la phase III de la séquence de Yarumela (Canby 1951). Dans le même pays, les phases Ulua Bichrome et Playa de Los Muertos (Strong, Kidder and Paul, 1938) peuvent être comparées à Catalina, à Chombo ou à Monte Fresco. La première, à cause de l’abondance du type Usulutan-, la seconde par la présence d’un type trichrome en zones rouge et noir sur beige qui rappelle Toya incisé trichrome (id. p. 74 et pl. XI, g) et d’un bord (représenté pl. XI, n), décoré de lignes verticales noires sur fond rouge, semblable à Zelaya bichrome. Enfin, les zones ponctuées limitées par un trait incisé, qui constituent le décor caractéristique de notre type Huila, le sont aussi de la jarre représentée (fig. 18, a [id.]). Les rapports des phases Bichromes en zones avec la période Archaïque de Copán (Longyear 1952) sont plus lointaines : on peut citer cependant la composition semblable du décor de Zelaya bichrome et du « Burnished ware » de cette période, qui consiste en groupes de lignes parallèles disposées sur le col des jarres.

186Au Salvador, l’ensemble céramique mal connu sous le nom de Cerro Zapote (Lothrop, 1927) est caractérisé par la présence du type Usulután, donc sans doute contemporain de Catalina.

187Dans la région Quiché, dans les hautes terres du Guatemala, Lothrop a découvert un type bichrome (noir sur rouge) en zones, qu’il a appelé Utatlán ware (Lothrop, 1936, p. 21 et fig. 16 ; 74, b, b ; pl. 5, b). Ce type qui semble très voisin de Rosales incisé bichrome, a été plus tard attribué par Wauchope à la phase Balam de la séquence de Zacualpa (Wauchope, 1948, p. 116). Dans la même zone, la présence du type Usulután dans le matériel de la phase Chukumuk (qui comprend en outre de la poterie bichrome en zones. Lothrop, 1933, fig. 37, p. 60) et du type Utatlán dans celui de la phase Providencia de Kaminaljuyu, permet d’associer dans le temps ces deux phases à celle de notre période la plus ancienne. Il en va de même de la phase Chicanel de la séquence de Uaxactún (Petén), dont la céramique comprend le type Usulután (Smith, 1955, fig. 70, c), des jarres à décor ponctué (id., fig. 70, a ; 15, 16), des types décorés de lignes parallèles rouges sur brun clair et noires sur rouge.

188Au Mexique, dans la péninsule du Yucatan, le type décrit sous le nom de Flaky Dichrome (Brainerd, 1958 p. 50, fig. 1, g ; 6 ; 64, a, m ; 66, a) comprend des poteries à décor incisé bichrome et d’autres dont la décoration consiste en zones ponctuées : Brainerd estime que du point de vue du style, ce type est de période Régionale Ancienne. Ailleurs la bichromie en zones est caractéristique des phases suivantes : Cerro De Las Mesas inférieur I (Drucker, 1943), Très Zapotes moyen B (Weiant, 1943), Zacatenco tardif et Ticoman (Vaillant, 1930, pl. 96, pl. IX), Tlatilco (Porter, 1953), le complexe Tancol de la région de Panuco (Ekholm, 1944, Mac Neish, 1954), etc.

189Le même mode de décoration nous permet d’établir des rapports avec des régions situées au sud du Costa Rica. Dans la province de Chiriqui du Panama, le type Scarified ware (Mac Curdy, 1911), caractérisé par l’alternance de zones peintes en rouge et d’autres remplies de traits incisés parallèles, est très proche de Bocana incisé bichrome. Provenant de Barriles, Stirling a décrit des tessons bichromes, où les surfaces peintes étaient limitées par un trait incisé. Linné a publié des exemples analogues (Linné, 1929, p. 36, fig. 10, a, f, i), trouvés à Trigana (Colombie) ainsi que des tessons décorés de zones ponctuées. Le même type de décoration est caractéristique de la phase III du site de Cupica, sur la côte pacifique de Colombie (Reichel-Dolmatoff, 1961), des styles Juan Pablo, Ocucaje et Proto-Nazca de la côte sud péruvienne (Strong, 1957), de la phase Pucara du bassin de Titicaca (Kidder, 1943), etc.

190Nous avons supposé que toutes les phases énumérées ci-dessus sont, dans la mesure où elles possèdent certains traits en commun avec Catalina, contemporaines de cette dernière phase. Peu d’entre elles, malheureusement, ont été datées au carbone 14. Le monticule de phase Providencia de Kaminaljuyu, dans la terre duquel se trouvaient des tessons de type Utatlán, a été daté de 110 ± 60 de notre ère (Deevey, Gralinski and Hoffren, 1959). Du charbon récolté dans une tombe du Chiriqui et associé à de la poterie Scarified ware a été daté 230 ± 60 avant notre ère (Lothrop, 1959). Ces dates rentrent dans les limites que nous avons assignées à la période « Bichrome en zones » (300 av., 300 ap. J.-C.) et semblent confirmer notre estimation.

Période « Décor linéaire » (300-500 ap. J.-C.)

191Nous ne possédons pas de datation au carbone 14 pour cette période, dont nous avons estimé les limites à 300 et à 500 ap. J.-C. En outre les points de comparaison avec des cultures étrangères sont plus rares que pendant la période précédente : d’abord, sans doute parce que Ciruelas est moins bien défini que Catalina, mais ensuite parce qu’à cette époque, sur l’ensemble du continent, la relative unité de la céramique de régions diverses pendant la période Préclassique fait place, à la période suivante, à une certaine spécialisation régionale.

192Cependant, certains traits de la céramique Ciruelas permettent de rattacher la période « Décor linéaire » à la Proto-Classique et la Classique Ancienne de Mésoamérique. Si notre distinction entre trichrome et polychrome a quelque valeur, Lopez est le type le plus ancien de notre séquence qui puisse être appelé polychrome ; son décor consiste, rappelons-le, en motifs peints en noir et bordes d’un trait blanc, sur un fond rouge. Le plus ancien type polychrome de la Vallée de Mexico qui apparaît dans les phases Zacatenco et Ticoman (Vaillant, 1930) a été baptisé par Tolstoy (1958) San Martin polychrome. Bien que faisant appel à des couleurs différentes, il est très voisin de Lopez, dans la mesure où les motifs peints en rouge sur beige, sont aussi bordés d’un trait blanc. Nous pensons que l’origine de ce même principe décoratif (l’addition d’un trait blanc bordant les motifs peints) doit être cherchée au Mexique ; en effet à Zacatenco, San Martin est contemporain du bichrome en zones, alors qu’au Costa Rica, Lopez est postérieur aux types incisés bichromes. Les rebords latéraux qui décorent les bols Lavanderos et Guinea ont certainement aussi une origine septentrionale. Ils apparaissent à Copán au Ve siècle dans la première partie de la période Classique Ancienne, à Zacualpa dans la phase Balam (317-633 ap. J.-C.), à Uaxactùn en Chicanel et Matzanel (Préclassique tardif et Protoclassique) et dans ce site, continuent à décorer les poteries de la phase Tzakol (Classique Ancien 278-593 ap. J-C.).

193Au Panama, le complexe Santa Maria du site Girón (baie de Parita) peut etre contemporain de Ciruelas (Willey and Stoddard, 1954). En effet les deux premières variétés du type Santa Maria polychrome, associées à des bichromes noir-sur-rouge analogues à. Charco, obéissent au même principe décoratif que notre Zelaya trichrome ; des motifs sont peints en noir sur beige sur le col ou la partie supérieure de la poterie, le reste étant engobé en rouge. (Willey and Stoddard, 1954, fig. 89 K-m. Voir aussi Lothrop, 1942. Black line Géometrie Ware, p. 126, fig. 234, 235).

Période « Polychrome ancien » (500-800)

194Dans l’isthme de Rivas, les débuts de la première phase de cette période, i.e. San Roque, ont été datés au carbone 14 : 572 ± 110 et 582 ± 70 ap. J.-C. (Y-1124 et Y-1122). Pour la fin de la phase suivante : Palos Negros, Norweb a obtenu : 792 ± 120 (Y-1125). Par ailleurs, Coe a soumis au laboratoire de Yale, du charbon associé à du matériel de phase Matapalo, provenant du site du même nom ; cet échantillon a été daté de 565 ± 90 (Y-811. Stuiver and Deevey, 1961).

195La phase San Bosco, qui, dans la vallée du Tempisque, correspond à la période « Polychrome ancien », n’est définie que par une poignée de types, ce qui rend difficile toute comparaison avec des phases étrangères. Les seules analogies qui nous semblent significatives sont celles existant entre Galo polychrome et le polychrome Ulua-Yojoa du Honduras (Strong, Kidder and Paul, 1938) : les formes cylindriques (qui rappellent celles des vases Tepeu 1 et 2 de Uaxactùn), l’emploi des memes couleurs, le style enfin, sont des éléments communs à ces céramiques. D’après Epstein (1959), le polychrome Ulua-Yojoa serait de période Classique Tardive (600-900) dans la sequence Mésoamericaine. En tenant compte de cette relation et des datations au carbone 14, nous datons la fin de cette période de l’an 800 de notre ère.

Période « Polychrome moyen » (800-1200)

196Nous ne possédons qu’une seule datation au carbone 14 pour cette période, en provenance du site de Huerta del Aguacate (phase Tamarindo) : 970 ± 70 ap. J.-C. (Y-815. Stuiver and Deevey 1961). Le type Mora polychrome présente plusieurs analogies avec la céramique peinte de la période Classique Tardive de la région Maya :

  • le signe « Kan » (voir Smith, 1955, fig. 9, o ; 39,10, etc. et dans ce travail, pl. 39, a) ;
  • le personnage assis (pl. 39, c) comparable à certains motifs réalistes du Copador polychrome de Copán (Longyear, 1952 ; Lothrop, 1926, pl. XXVI, a) ;
  • le motif décoratif « Horizontales, pointes et points », très proche de ceux qui ornent l’intérieur des bols Copador polychrome (Longyear, 1952, fig. 76, c).

197Papagayo polychrome a été exporté en Mésoamérique sur de longues distances : Lothrop signale la présence de ce type au Salvador (Lothrop, 1927) et dans la région Quiché du Guatemala (Lothrop, 1936, p. 92). A Copán (Honduras), un vase zoomorphe Papagayo (très voisin de celui illustré par Lothrop, 1926, fig. 22) a été découvert dans la tombe X de ce site, en compagnie de plusieurs poteries Tohil Plumbate (Saville, 1916, et Longyear 1952, p. 43). A Zaculeu (Hautes Terres du Guatémala) un bol tripode Papagayo était associé dans la tombe XV à deux bols polychromes à pieds zoomorphes et à deux jarres Tohil Plumbate (Woodbury and Trik, 1953, vol. I, p. 194-195, fig. 99 et vol. II, fig. 265, r). A Tazumal (Salvador), Boggs a trouvé associés à des fragments de Plumbate et d’« incensarios » Mixtèques, des tessons qui paraissent Papagayo ou Jicote (Boggs in Longyear, 1944, p. 66, fig. 30, jj ; pl. XIV, B, 7. Comparer avec, dans ce travail, pl. 51, d). Cet ensemble céramique est attribué par Boggs à la période de construction tardive de Tazumal (1000-1200 ap. J.-C.). L’association de Papagayo polychrome et de Tohil plumbate semble avoir été confirmée en 1962 au site de Nacascolo, sur la côte Pacifique du Costa Rica : si l’on en croit le témoignage d’un paysan, auteur de la découverte, un vase Plumbate fut trouvé associé dans la même tombe à plusieurs vases Papagayo et à d’autres (appartenant à un type absent dans notre séquence) analogues à certaines poteries « Chocolate ware » (Lothrop, 1926, fig. 119, p. 231, et pl. CIII, a, b). De passage à San José, peu après cette découverte, nous avons pu étudier ces pièces : le vase Plumbate est piriforme à pied tronconique et analogue à celui représenté dans Shepard (1948, fig. 10, m, n). L’une des jarres Papagayo zoomorphes reproduit exactement une forme Plumbate (Shepard, 1948, 14, f).

198A proximité du musée de San Salvador (El Salvador), on a découvert un bol tripode qui nous paraît de type Birmania polychrome (Boggs, 1944). Cette poterie se trouvait au même niveau et non loin d’une tombe contenant notamment un vase Tohil Plumbate.

199Ces divers cas d’association du Tohil Plumbate et des types polychromes Papagayo et Birmania permettent de mettre en corrélation notre période « Polychrome moyen » et la période Post-Classique Ancienne de la Mésoamérique (XIe et XIIe siècles) dont Tohil Plumbate est un des types caractéristiques avec X Fine orange, dont une des formes est commune à Papagayo et Jicote polychrome (Smith, 1958). La période « Polychrome moyen » a dû se terminer vers l’an 1200, correspondant à la fin de la période Toltèque en Mésoamérique.

Période « Polychrome récent » (1200-1600)

200Associé à la phase La Cruz A du site de Chahuite Escondido, un échantillon de charbon a été daté : 1120 ± 70 ap. J.-C. (Y-816. Stuiver and Deevey, 1961). Cette unique date est en contradiction avec notre estimation du début de la période à 1200 ap. J.-C., qui devra être infirmée ou confirmée par d’autres datations.

201Nous avons si peu de renseignements sur la phase Bebedero, que les comparaisons que nous pouvons faire avec des phases étrangères, sont rares et hasardeuses. Jicote polychrome apparaît simplement comme une variété tardive de Papagayo polychrome. Nous n’avons rien trouvé de comparable à Murrillo appliqué en Mésoamérique et ses origines doivent être cherchées au sud de notre zone (voir Linné, 1929, p. 81, fig. 17, a). Il en est de même pour Toro appliqué, dont les anses et les bords ornés de têtes animales en relief, paraissent appartenir à une tradition caraïbe. Enfin les quelques tessons perforés, trouvés à BOC 1, qui selon les auteurs sont des fragments d’encensoirs ou de récipients destinés à faire cuire les aliments à la vapeur (steaming vessels) ou de passoires à égoutter le maïs, ont une large distribution sur le continent tant au Nord qu’au Sud (voir Linné, 1929. Carte I, p. 23). A Zacualpa (Guatemala) ils apparaissent dans la phase Tohil (1000-1200 ap. J.-C.) [Wauchope, 1948, p. 151].

202D’après M. Coe, le type Vallejo polychrome (qui n’est représenté à La Guinea que par une poignée de tessons) est révélateur d’une forte influence mésoaméricaine, plus mexicaine que Maya, comme en témoignent certains motifs, têtes d’Ehecatl, et monstres terrestres. Le type Luna, par contre, possède des affinités avec le Sud, et ses motifs comme son style, rappellent ceux des traditions amazoniennes.

203La période « Polychrome récent » se poursuit encore quelque temps dans l’époque coloniale, puisque de la poterie Luna a été trouvée associée à des objets de fabrication espagnole.

Grandes lignes de l’histoire de la vallée du Tempisque

204La vallée était sans doute habitée bien avant 300 av. J.-C., date attribuée aux plus anciens vestiges découverts jusqu’à présent dans cette région. Les sites de phase Catalina sont rares, et la population devait être peu nombreuse. Elle était rassemblée dans des petits villages, mais de petits groupes ont parfois occupé des grottes. A cette époque, les habitants de la vallée vivent des produits de l’agriculture, de la pêche et de la chasse ; leurs outils de pierre sont très rudimentaires, mais ils connaissent le tissage et la poterie ; celle-ci est abondante et d’une grande variété tant en ce qui concerne la technologie que la décoration. Les récipients en céramique devaient donc remplir de multiples fonctions : jarres-magasins, poteries de cuisine, vases à offrandes, etc. Les techniques de décoration comprennent essentiellement l’incision, les impressions et ponctuations, ainsi que la bichromie. La combinaison de deux ou de plusieurs de ces modes (incision et peinture ; incision, ponctuations et peinture...) est caractéristique du décor de la céramique de cette phase. Les potièr(e)s ont employé des outils qui leur permettaient de décorer les récipients de façon rapide et économique : le « peigne » offrait la possibilité de tracer deux à quatre lignes, incisées ou peintes, d’un seul coup ; avec le dos d’une coquille, une douzaine d’impressions pouvaient être produites à la fois. La variété de la céramique et l’utilisation de ces techniques semblent indiquer à la fois un degré assez élevé de spécialisation (technique, sinon régionale) et une assez forte production.

205Les seuls objets non utilitaires qui nous soient parvenus sont des ocarinas zoomorphes. Nous ignorons les modes de sépulture pratiqués à cette époque, et les aspects non matériels de la phase nous sont inconnus.

206Pendant cette période, la céramique de la vallée possède de nombreux traits en commun avec celles d’autres régions proches ou éloignées, au nord comme au sud. Il nous paraît difficile de rattacher Catalina à une sphère d’influence déterminée, mésoaméricaine ou sud-américaine.

207Les sites de la phase suivante, Ciruelas, que nous avons pu découvrir, sont peu nombreux, et se trouvent en majorité dans la région de Bolson et d’Ortega. L’économie repose sur les mêmes bases qu’à la période précédente, et l’outillage lithique semble être resté le même. La céramique comprend un certain nombre de types Catalina et plusieurs types nouveaux caractéristiques. La fouille du cimetière de Bolson, enfin, a révélé des sépultures en fosse, le plus souvent secondaires et parfois primaires. En nous tenant à nos seules découvertes, Ciruelas apparaît, comme Catalina, caractérisée par une culture villageoise de grande simplicité. Cependant, dans la région proche, de Nicoya, le cimetière de Las Huacas, de la même période, a révélé un ensemble dont la richesse contraste avec la simplicité du matériel funéraire de Bolson : metates en forme de jaguar et décorés de bas-reliefs ; casse-têtes zoomorphes en pierre ; ocarinas en céramique, et, enfin, pendentifs en jadéite en quantité impressionnante. Ces diverses manifestations artistiques témoignent à la fois d’une spécialisation technique très poussée, et de l’importance du cérémonial dans la religion. Nul doute, donc, qu’à cette époque, le niveau de civilisation ait été élevé dans l’ensemble du Guanacaste, même s’il ne se manifestait que dans certains centres ou certaines zones.

208La céramique de Ciruelas, comme celle de Catalina, témoigne d’influences autant septentrionales que méridionales. Ces influences sont cependant limitées et la plupart des aspects connus de cette phase sont originaux.

209Au début de San Bosco, on assiste à la disparition de tous les types céramiques de la phase précédente et à leur remplacement par un très petit nombre de types, dont les deux plus caractéristiques, Carrillo, et surtout Galo polychrome, témoignent d’une très grande influence des cultures septentrionales, Maya en particulier. Ce bouleversement (qui apparaît très nettement dans notre graphique), est peut-être dû à un début d’invasion étrangère, qui aurait détruit d’anciennes traditions pour ne les remplacer qu’en partie.

210Si San Bosco peut ainsi apparaître comme une phase de transition et d’insécurité, Palo Blanco semble au contraire caractérisée par l’installation définitive au Guanacaste, d’une culture étrangère. En effet, au IXe siècle, apparaissent soudainement et simultanément dans la région, de nombreux types céramiques nouveaux qui viennent s’ajouter à ceux de la phase précédente. Ce nouvel ensemble est certainement d’origine mésoaméricaine. On se rappelle que la date du départ des Chorotega du Soconusco, a été estimée à 800 ap. J.-C. Si notre hypothèse d’invasion du Guanacaste au IXe siècle est exacte, il y a tout lieu de croire que les Chorotega étaient les envahisseurs.

211Dans la séquence, la phase Palo Blanco apparaît comme l’apogée de l’histoire connue du Guanacaste. Les villages se multiplient et s’accroissent ; la consommation de mollusques s’ajoute aux traditionnelles ressources alimentaires. L’outillage de pierre se diversifie, et l’arc et la flèche font partie de l’équipement du chasseur et du guerrier. La poterie, souvent de haute qualité est très variée, mais en même temps certaines variétés (de Mora, ou de Birmania) sont reproduites à des milliers d’exemplaires. Il est probable que certains ateliers se spécialisaient dans la production de telle variété ou de tel type. Le réseau commercial, très vaste, s’étend des Hautes terres du Guatemala jusqu’au Delta du Diquis. Le tableau que pouvait offrir la société Chorotega de cette époque devait être, dans ses grandes lignes, celui qui a été brossé, quelques siècles plus tard, par les espagnols.

212Au XXIe et au XIIIe siècles, des changements importants se manifestent dans la céramique de l’isthme de Rivas, et du nord du Guanacaste. L’apparition de motifs mexicains sur les vases Vallejo polychrome peut correspondre à l’arrivée des Nicarao dans ces zones. Dans la vallée du Tempisque, le passage de Palo Blanco à Bebedero paraît se faire de façon moins brutale : les quelques fragments de type Vallejo proviennent certainement de poteries importées, et les changements observés dans la vallée sont plutôt dûs à une influence qu’à une invasion Nicarao.

© Éditions de l’IHEAL, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search