Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche archéologiques dans la vallée du Tempisque, Guanacaste, Costa Rica

 | 
Claude-François Baudez

IV. Industrie lithique

Texte intégral

1L’industrie lithique est très mal représentée dans nos collections. Il a été parfois impossible de définir certaines classes d’objets, car nous n’en possédions que trop peu d’exemplaires, et souvent incomplets. Pour la même raison, on ne peut tirer de conclusions de l’absence d’un type d’objets dans un site ou dans certains niveaux. Il nous est donc impossible de retracer l’histoire de cette industrie ; nous devons nous contenter de présenter les pièces récoltées et d’indiquer leurs associations.

2Galets ne portant pas trace d’usage (91 à La Bocana, 3 à Ortega, 1 à Bolson, 70 à La Guinea). — De forme ovale, sphéroïde, triangulaire ou allongée, leur longueur varie de 2 à 9 cm. Ils ne présentent aucune trace d’utilisation, soit par percussion, soit par polissage, soit même par éclatement au feu. Ils sont communs à tous les sites et à tous les niveaux, et ont été parfois récoltés en quantités considérables. A Bolson, l’un d’eux faisait partie du matériel de la sépulture 7. A La Guinea, nous avons recueilli, en outre, à différents niveaux, 10 morceaux de lave, de forme plus ou moins régulière, circulaire ou ovale ; ils ne portaient pas trace d’utilisation. La fonction de ces galets et de ces pierres reste problématique.

3Galets martelés en bouts (6 à La Bocana, 1 à La Guinea, 1 à FIL 1). — Ils sont de forme ovale ou circulaire, de dimensions moyennes (5 à 8 cm de long) ; la surface piquetée de l’une ou de leurs deux extrémités indiquent l’utilisation de ces galets comme marteaux. De tels outils paraissent avoir été employés tout au long de la séquence : 6 sont de phase Catalina, 1 de phase Palo Blanco, un autre enfin est attribuable à Bebedero.

4Broyeurs (2 à La Bocana, 3 à Ortega, 1 à La Guinea). — Ces outils sont utilisés pour broyer et écraser des aliments (le plus souvent des grains), sur une meule dormante, dans un mouvement de va-et-vient. Par opposition aux « manos », ce sont des instruments courts, maniés d’une seule main. Ceux qui proviennent de La Bocana sont de gros galets, de forme naturelle non retaillée. Le premier (K 6) est un trièdre irrégulier, de contour piriforme ; les deux grandes faces sont légèrement convexes, la petite est aplatie et lisse, et constituait certainement la partie active (pl. 53 : B). L’instrument est très facilement tenu en main. Ses deux extrémités sont piquetées et étaient utilisées soit pour faire éclater par percussion les éléments résistants, soit pour marteler la surface devenue trop lisse de la meule pour lui redonner du mordant (dimensions : 12,2 X 8 X 5 cm). L’autre exemplaire de La Bocana est lourd, épais, de contour ovale, de section irrégulière. On reconnaît deux faces actives, une large de 7 cm, l’autre de 4 cm. La surface de l’une des extrémités est piquetée (dimensions : 13,4 X 9,2 X 7 cm).

5Les trois broyeurs d’Ortega sont au contraire des précédents, des outils dont la forme très régulière a été obtenue par le travail de la pierre préalablement à son utilisation. P 6 est une moitié de broyeur en basalte rouge, de forme ovale (pl. 53 : D). Les côtés sont piquetés et perpendiculaires aux faces actives plates et lisses. La section est rectangulaire (dimensions : longueur probable, 13 cm ; largeur, 9 cm ; épaisseur moyenne, 4,5 cm). Le broyeur trouvé en A 4, dont ne subsiste que la moitié, est en pierre volcanique grise ; il est de contour ovale, les côtés sont arrondis et de différentes épaisseurs. Une seule extrémité est piquetée. Les deux faces sont légèrement aplaties, et l’une d’entre elles est plus lisse que l’autre (dimensions : longueur probable, 18 cm ; largeur, 11,5 cm ; épaisseur maxima, 5 cm). Le dernier exemplaire (P 3) fut taillé dans de la lave et se présente sous la forme d’un cylindre légèrement aplati, aux extrémités plates (longueur, 8 cm ; diamètre, 3 cm) [pl. 53 : C]. Signalons enfin un outil provenant de La Guinea (O 4) associé à de la céramique Palo Blanco. C’est une pierre volcanique rougeâtre, dont la forme naturelle est un ovale irrégulier. Il présente une face aplatie, manifestement lissée par frottement (dimensions : 13 X 8 X 5,4 cm). Il est probable que ce type d’instrument peu spécialisé ait été présent tout au long de la séquence.

6Pilon (un seul exemplaire provenant de la sépulture 5 de Bolson). — Taillé dans la lave, il est de forme cylindrique et possède une extrémité aplatie et l’autre convexe arrondie (diamètre, 3,2 cm ; longueur, 7,3 cm).

7« Manos » (3 à La Bocana, 4 à Ortega, 1 à Bolson). — Suivant l’usage en Amérique centrale, nous désignons sous le nom de « mano », l’outil de pierre de forme allongée qui est utilisé pour moudre sur le « metate » ou meule dormante. L’instrument est saisi à deux mains aux deux extrémités, et frotté sur le metate d’avant en arrière. Cet outil est très répandu en Amérique Centrale et a une longue histoire.

8Le seul exemplaire entier de nos collections provient de la sépulture 3 du cimetière de Bolson. Taillé dans la lave, il affecte la forme d’un cigare, avec les extrémités progressivement amincies. Sur une largeur de 20 cm, la partie centrale est fort lisse sur certains côtés (longueur, 27,2 cm ; diamètre au centre : 5,7 cm ; aux extrémités, 3,2 cm).

9Six fragments de manos récoltés à La Bocana et à Ortega, sont très semblables entre eux. Ils sont tous en lave, et appartiennent à des outils oblongs, en forme de cylindre légèrement aplati, de section ovale (dimensions maxima : 8,5 X 6 cm ; minima : 5,5 X 3,5 cm). Une seule ou les deux grandes faces sont presque planes, et lissées sinon polies par l’usage. Un dernier fragment provenant d’Ortega est de forme différente : en pierre volcanique gris clair, de grain plus fin, l’outil est plus mince, et ne comprend que deux faces limitées par deux arêtes de contour légèrement concave. Les deux faces sont convexes, et l’une d’elles est fort lisse (largeur, 4,5 cm ; épaisseur, 2 cm). Il semblerait que la longueur des manos soit en général supérieure à celle de l’exemplaire de Bolson, et atteigne 30 cm environ.

10Metates est le nom donné en Amérique centrale aux meules dormantes généralement supportées par des pieds. Ce type d’objets n’est représenté dans nos collections que par un seul exemplaire entier, deux incomplets, auxquels s’ajoutent plusieurs fragments de plateaux ou de pieds, tous en lave.

11Différents morceaux trouvés en surface dans la grotte de La Bocana, ont permis de reconstituer les deux tiers d’un metate tripode, de forme circulaire. Le plateau présente sur sa face supérieure légèrement concave, des zones polies et des stries. La face inférieure est convexe. L’épaisseur varie du centre (4 cm) à la périphérie (20 cm). Les pieds sont des rondelles de 8 cm de diamètre et 2 cm de hauteur. Le diamètre du metate est de 25 cm environ.

12Trouvés près de la surface du cimetière de Bolson (M 1), en dehors de toute sépulture, plusieurs fragments rassemblés ont reconstitué un metate en forme de trapèze. Les pieds sont coniques à extrémité aplatie, et mesurent 7 cm de haut, et 5,8 cm de diamètre maximum. La longueur probable du plateau est de 30 cm. Dans le même site, mais provenant de la sépulture 3, nous avons mis au jour un metate de petites dimensions, également tripode, et de même forme ; sa face supérieure est plate et usée sur 16 cm de long, et les extrémités sont relevées. Le plateau n’est pas parfaitement horizontal, et le bord du petit côté est à 12 cm de hauteur, alors que celui du grand est plus bas de 2 cm. La face inférieure du plateau est convexe. Le petit côté est soutenu par un pied conique et trapu, le grand par deux ; dimensions : longueur maxima, 22,5 cm ; hauteur maxima, 12 cm ; largeur du grand côté, 18,5 cm ; largeur du petit, 16 cm ; hauteur des pieds, 5 cm ; épaisseur maxima au centre, 4,4 cm.

13Outre ces trois exemplaires, plusieurs fragments de plateaux, d’une épaisseur variant de 20 à 35 mm, ont été récoltés à La Guinea, associés à de la céramique Ciruelas (A 14, M 10), Bebedero (I1) et San Bosco (N 6). Ce dernier, de quelques centimètres de côté, est le plus intéressant de tous, car il présente sur ses deux faces, un décor en bas-relief, produit par de larges incisions. Il s’agit, semble-t-il, de motifs empruntés à la vannerie : traits parallèles et angles droits concentriques.

14Les deux fragments de pieds trouvés à Ortega ainsi qu’un autre à La Guinea (N 12, phase Ciruelas) sont de forme conique ou tronconique.

15De La Guinea (en L 8, phase San Bosco) provient un pied situé à l’angle d’un plateau quadrilatéral. Il appartenait certainement à un metate de grandes dimensions, d’une épaisseur de 52 mm. Le support, de section semi-circulaire, est très fort avec un diamètre de 13,5 cm. Un autre, de phase Palo Blanco (O 2) est de section triangulaire aux arêtes arrondies.

16D’un nombre aussi restreint d’objets, il est évidemment impossible de tirer des conclusions. Notons cependant que dans nos collections :

  • Un metate de forme circulaire a été trouvé dans un contexte Catalina ;
  • Les metates de forme trapézoïdale ou rectangulaire apparaissent au moins dès la phase Ciruelas et se poursuivent jusqu’en Bebedero incluse ;
  • Un exemplaire de metate à décor en bas-relief est associé à de la céramique San Bosco ;
  • Les pieds attribués aux phases Catalina et Ciruelas sont coniques et tronconiques ;
  • Les supports plus lourds et plus grands, de section triangulaire ou semi-circulaire situés à l’angle du plateau, sont de phases San Bosco et Palo Blanco.

17Pierre à cupule. — Nous avons trouvé à La Guinea, en L 2 (phase Palo Blanco), la moitié d’une pierre tendre, de couleur blanchâtre non calcaire, de forme régulière ovale, et portant en son centre une large cupule circulaire de 35 mm de diamètre et de 2 mm de profondeur. Si l’on prend en considération la fragilité du matériel, il est vraisemblable que cet objet ait servi à broyer et mélanger des substances peu résistantes, des pigments par exemple.

18Hachereau hiface. — Cet outil très fruste, en silex, de forme rectangulaire, a été trouvé en surface du gisement PUE 3 (phase Catalina). Il a été façonné à l’aide de quelques enlèvements longitudinaux. Le tranchant de la base a été obtenu par de larges retouches latérales portées sur les deux faces. L’outil a été ensuite soumis à l’action du feu, comme en témoignent éclatements et fissures (longueur, 9 cm ; largeur, 7 cm ; épaisseur, 3 cm).

19Hache taillée. — Elle a été trouvée à La Guinea, associée au squelette III, en E 7 (phase Palo Blanco) ; taillée dans un silex ( ?) de couleur crème, veiné de rose, elle a la forme d’un trapèze allongé (pl. 54 : A). Le tranchant est large et légèrement convexe, le talon est étroit et arrondi. Vue en section transversale, ses deux faces sont parfaitement symétriques par rapport à la ligne du tranchant. Les enlèvements sont larges, et le contour est finement retouché. On ne distingue pas de traces d’emmanchement (longueur 15 cm ; largeur aux extrémités, 7 et 2,3 cm ; épaisseur maxima au milieu : 2,5 cm).

20Bien que cet objet soit typologiquement une hache, il est probable qu’en réalité il ait été utilisé, comme les objets taillés décrits ci-dessous, pour travailler la terre : en tant qu’herminette ou extrémité de bâton à fouir. Il est en effet peu vraisemblable que cet outil ait servi à tailler le bois, quand, à la même époque, étaient façonnées des haches polies, beaucoup mieux adaptées au travail de ce matériau.

21Herminette-gouge taillée. — Elle est originaire du troisième niveau du premier sondage de TAB 1 (phase Palo Blanco).

22Taillée dans un basalte noir, elle est plus courte et plus étroite que la hache précédemment décrite. Le tranchant est convexe, arrondi, et présente une assez forte courbure ; vue en section transversale, ses deux faces sont évidemment asymétriques par rapport au tranchant. Le talon est arrondi. On a procédé à la taille en pratiquant de larges enlèvements dans le sens de la longueur ; on a ensuite retouché tous les contours, qui sont tranchants. On n’observe pas de lustrage aux extrémités, ni de marques de fixation. Il est certain, cependant, que l’outil a été emmanché au talon, lame et manche se trouvant dans le même plan. (Dimensions : longueur, 13,2 cm ; largeur du tranchant, 5,2 cm ; du talon, 2,5 cm ; épaisseur maxima au centre, 2 cm).

23Extrémités de bâtons plantoirs ( ?). — Le seul outil complet de cette catégorie provient du premier niveau du sondage I de TAB 1 (phase Bebedero). Taillé grossièrement dans du quartz, il est piano-convexe, de forme allongée ; les deux extrémités sont arrondies et la base est deux fois plus large que le talon. L’épaisseur maxima est au centre, où la section transversale est triangulaire. Les enlèvements ont été pratiqués dans le sens de la longueur. La base, épaisse et peu tranchante, est remarquablement lustrée, effet dû sans doute plus à l’action de la silice du sol qu’au frottement du bois. Aussi peut-on penser que cet outil constituait l’extrémité d’un bâton plantoir, qui était à l’époque précolombienne, l’instrument agricole le plus répandu dans toute la Mésoamérique (longueur, 12 cm ; largeur de la base, 4,8 cm ; du talon, 2,2 cm ; épaisseur maxima au centre, 2,6 cm).

24Associé au précédent, on a trouvé un outil brisé au quart supérieur, taillé sur les deux faces dans le même quartz, et dont la base est également très lustrée. La forme de cette pièce est cependant celle d’une hache : trapézoïdale aux angles arrondis, faces symétriques par rapport au tranchant, contour retouché. Nous attribuons cependant à cet effet la même fonction qu’à la pièce précédente, le critère du lustrage nous paraissant le plus pertinent (longueur actuelle, 9,5 cm ; longueur totale probable, 13 cm ; largeur de la base, 6 cm ; épaisseur maxima, 3 cm).

25Signalons enfin la présence dans nos collections de deux fragments d’outils problématiques, qui peuvent être les extrémités soit de pics, soit de haches, soit enfin, de lames de bâtons plantoirs. Le premier, trouvé avec les deux objets précédents, est un tétraèdre irrégulier, pointu, à contour retouché, en basalte noir. Le second, en basalte vert, veiné de jaune et de rouge, est semblable au précédent, si l’on excepte l’arrondissement de la pointe. Il a été récolté en surface du gisement QUE 1 (section : 4,2 X 2,4 cm, 4,4 X 2,4 cm ; longueur totale supposée, 14 à 17 cm).

26Haches polies. — A Ortega, nous avons récolté en M 5, le talon d’une hache polie en matière verte et blanche ; la section de la base du fragment est un ovale allongé, et l’extrémité est arrondie (section : 3 X 1,7 cm). Nos trois autres exemplaires ont été recueillis dans divers sites, à céramique Palo Blanco-Bebedero. Faisant partie du matériel funéraire de la sépulture découverte dans le sondage 3 de FIL 1, est une hache polie en basalte noir de forme trapézoïdale, d’aspect trapu (pl. 54 : B). Les deux faces sont parfaitement symétriques par rapport au tranchant convexe. Le talon de section ovale est aplati. Au premier tiers supérieur de la hache, on distingue nettement des traces d’usure consécutives à l’emmanchement de l’outil ; elles constituent une bande transversale de 15 mm d’épaisseur, qui fait le tour de la pièce (longueur, 8,6 cm ; largeur du tranchant, 5,4 cm ; du talon, 3,6 cm ; épaisseur maxima au centre, 2,3 cm).

27La hache provenant de PAL 2 a été faite à partir d’une pierre dure, verte et blanche. Elle est sensiblement de même forme que la précédente, mais plus petite et plus épaisse. L’extrémité du talon est brisée (longueur actuelle, 7,1 cm ; longueur totale probable, 8 cm ; largeur du tranchant, 4,4 cm ; épaisseur, 3 cm).

28La dernière pièce, petite et trapue, provient du sondage 2 de TAB 1. Elle est faite d’une pierre de couleur verte. Trois éclatements sur l’une des faces du tranchant l’ont rendu inutilisable. Le talon, au niveau duquel se trouve l’épaisseur maxima, est arrondi et presque aussi large que le tranchant ; sa surface et ses bords sont très piquetés, ce qui indique son emploi ou son réemploi comme marteau (longueur, 6,4 cm ; largeur du tranchant, 4,2 cm ; largeur du talon, 3,9 cm ; épaisseur maxima, 3 cm).

29Pointes de flèche à pédoncule. — Le premier exemplaire de PAL 2 (phases Palo Blanco et Bebedero) consiste en une longue pointe de silex blond, taillée sur les deux faces ; il subsiste une mince couche de cortex à l’extrémité du pédoncule (pl. 54 : J). La pointe à bords retouchés tranchants, est de forme triangulaire allongée à extrémité finement pointue. La section transversale est triangulaire. La base, dont les bords sont légèrement arrondis, se prolonge par un court pédoncule de forme rectangulaire (longueur totale, 7,2 cm ; longueur du pédoncule, 1,2 cm ; largeur de la base, 2,1 cm ; épaisseur maxima au tiers inférieur, 0,8 cm).

30La deuxième pointe provenant du même site est extrêmement différente : remarquablement épaisse, elle est taillée très grossièrement dans un basalte gris (on peut même se demander si cette pièce est achevée). Elle a la forme d’un triangle isocèle, dont la base se rétrécit légèrement pour donner naissance à un long et large pédoncule (longueur totale, 5,2 cm ; largeur de la base, 2,8 cm ; longueur du pédoncule, 2,2 cm ; épaisseur au centre, 1,4 cm.)

31Un dernier exemplaire provient du premier niveau du sondage 1 de TAB 1 (phase Bebedero). C’est une pièce de petites dimensions, taillée dans un éclat de quartz. La pointe a la forme d’un triangle isocèle ; le pédoncule légèrement aminci à l’extrémité est bien détaché de la base de la pointe. Tout le contour de la pièce, à l’exception de la base du pédoncule, est retouché et tranchant (longueur totale, 3,1 cm ; longueur du pédoncule, 1 cm ; largeur de la base, 2,2 cm).

32Perçoirs. — A La Guinea, en P 6 (phase San Bosco) a été trouvé un perçoir, fait d’un petit éclat de silex blanc de forme allongée (pl. 54 : I). La surface d’enlèvement n’a pas été retouchée. La pointe est un trièdre ; le « manche » a été rendu préhensible par deux retouches en longueur (longueur, 23 mm ; largeur, 6 mm ; épaisseur, 6 mm). Six autres perçoirs ont été trouvés ensemble à COM 1 (phase Palo Blanco). Taillés dans des petits éclats de silex, ils sont de forme triangulaire, à pointe mince, allongée, et à base large (pl. 54 : C-H). Les bords sont retouchés ; les plus grands ont pu être utilisés à la main, les autres étaient sans doute emmanchés. Leur taille varie de 4 à 23 mm.

33Perles de jadéite. — Trois d’entre elles proviennent de la sépulture 1 de Bolson (phase Ciruelas ou San Bosco). La matière est de couleur bleu vert et contient des impuretés blanches (saussurite). Elles ont une forme cylindrique plus ou moins régulière, et leur surface est bien polie. Comme toutes les perles tubulaires de cette région, elles ont été forées aux deux extrémités, et l’ensemble de la perforation dont les deux parties se rejoignent au centre, est vu en section sous la forme de deux cônes opposés par le sommet (longueur, de 14 à 24 mm ; diamètre, de 5 à 9 mm).

34A La Guinea, en K 8 (San Bosco), nous avons récolté un fragment d’une perle en jadéite vert d’eau, non polie (diamètre, 8 mm). Enfin, un dernier exemplaire a été trouvé associé à un enterrement en N 8, qui n’a pu être attribué à une phase déterminée (pl. 54 : K) ; cette perle est en saussurite, à surface bien polie. Elle a la forme d’un parallépipède rectangle aux arêtes arrondies. Les grandes faces sont plates, les petites légèrement convexes (longueur, 29 mm ; section : 15 X 11 mm).

35Divers.

36A La Guinea, en J 12 (Ciruelas) : une petite pierre dure de forme ovale, de couleur grise, très polie. 11 s’agit sans doute d’une pierre utilisée pour polir la surface des poteries (dimensions : 2,8 X 2 X 1,5 cm).

37Du même site, en K 10 (même phase) : une boule de matière blanche, poudreuse, légère et molle (diatomite). Sa fonction est inconnue (diamètre : 4,5 cm).

38Dans le puits EFGH du même gisement : un petit éclat d’obsidienne noire (F 5) ; un fragment d’une lamelle de pyrite de fer, extrêmement poli sur les deux faces, qui devait sans doute faire partie d’un miroir [voir dans Stone (1958), la représentation d’un miroir composé de lamelles de pyrite trouvé dans la région de Linea Vieja (fig. 7, f)]. Ces deux objets n’ont malheureusement pu être attribués à une phase déterminée, et peuvent être San Bosco, Palo Blanco ou Bebedero.

39Hameçons en coquille (pl. 52 : H, I) : trois exemplaires semblables ont été trouvés dans la tombe du sondage de BOC 1, associés à la poterie mammiforme 11. Ils sont en forme de J et leur pointe est brisée ; ils sont de section circulaire, mais la partie supérieure de la tige est élargie et aplatie, pour permettre d’y attacher une ligne. Dimensions : longueur moyenne : 6 cm ; section : 6 mm.

40A défaut de conclusions, nous pouvons tout au moins dégager de cette analyse, les points suivants :

41Des outils très rudimentaires, tels que galets et broyeurs, qui ont joué un rôle important dans les phases anciennes, n’ont jamais complètement cessé d’être employés plus tard ;

42Le metate et sa mano, qui sont liés à l’agriculture du maïs, sont très importants pendant toutes les phases de la séquence. Cependant les variations de forme du plateau et des pieds que l’on a pu observer, donnent à penser qu’à la suite de fouilles plus importantes que les nôtres, une typologie de ces instruments pourra être établie pour exprimer des variations dans le temps ;

43Des haches polies ont été utilisées pendant toute la durée de la séquence. Nous avons supposé qu’elles étaient employées pour le travail du bois.

44Il est d’autre part probable que des outils lithiques aient été employés en agriculture [le bâton plantoir utilisé actuellement (macana) est muni à 1'une de ses extrémités d’une lame d’acier de forme rectangulaire].

45Des pointes de flèche ont été trouvées associées à de la céramique des phases Palo Blanco et Bebedero.

46Notons pour finir, la présence de perles de jadéite en San Bosco.

© Éditions de l’IHEAL, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter