Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche archéologiques dans la vallée du Tempisque, Guanacaste, Costa Rica

 | 
Claude-François Baudez

III. Typologie céramique

Texte intégral

Monte Cristo beige

1Critères : Pâte. — Absence générale de décoration, à l’exception du bord parfois peint en rouge et de quelques cas de décor en relief (attributs sans signification chronologique).

2Échantillonnage : 21 044 tessons, dont 4 885 à La Bocana, 15 801 à Ortega, et à La Guinea : 117 en IJKL, 200 en MNOP, et 41 en ABCD.

3Pâte et surface.

4Variété A. Constitue 90 % de l’ensemble.

5Dégraissant : sable provenant de l’érosion de roches volcaniques, composé essentiellement de grains de quartz (le plus souvent roulés), et, en proportions minimes, de particules blanches opaques (feldspath), et d’autres noires, vitreuses (andésite ?). La taille des grains, assez régulière, varie de 0,25 à 0,50 mm. De grandes inclusions (entre 1 et 1,5 mm) de feldspath sont fréquentes à La Bocana.

6Texture : le dégraissant, bien mélangé à l’argile, constitue de 30 à 60 % de la pâte. La texture est en général homogène et compacte, et la fracture plutôt régulière.

7Couleur : de beige à brun rouge.

8Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante, plus de 50 % des tessons montrent un épais nucleus brun foncé ou noir.

9Surface.

10Couleur : beige, brun rougeâtre clair, brun.

11Aspect : surface généralement égale, sauf à La Bocana, où l’on sent parfois sous le doigt des ondulations dues aux boudins. Les grains de quartz affleurent à la surface, et sont visibles à l’œil nu. Toucher rugueux.

12Traitement : la surface interne est raclée ; la surface externe est lissée à bien lissée. Des tessons de La Bocana, qui sont les mieux conservés, sont parfois légèrement polis. Parfois, le col de la jarre est raclé, et le reste de la poterie est bien lissé.

13Dureté : 3-4.

14Variété B. Constitue 5 % de l’ensemble ; elle est représentée à Ortega et à La Guinea.

15Dégraissant : grains de feldspath, d’andésite et de quartz, en proportions diverses. La taille des grains varie de 0,25 à 0,50 mm. Des inclusions ferrugineuses caractéristiques se présentent sous la forme de boules de couleur rouge ou noire de 0,5 à 2 mm de diamètre.

16Texture : les éléments non plastiques sont irrégulièrement distribués, et constituent 30 à 50 % de l’ensemble. La coupe fraîche du tesson a un aspect très accidenté, et les poches d’air sont fréquentes. La texture est, cependant, assez compacte et non friable ; la fracture est irrégulière. Cette céramique est remarquablement lourde.

17Couleur : brun rougeâtre foncé (Reddish brown : 2.5 YR 4/45 YR 4/3).

18Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante.

19Surface.

20Couleur : identique à celle de la pâte.

21Aspect : légères irrégularités sensibles au toucher ; grains de dégraissant non visibles.

22Traitement : bien lissée, surtout sur la paroi externe.

23Dureté : 4.

24Variété C. Constitue 5 % de l’ensemble ; est représentée à Ortega seulement.

25Dégraissant : abondance des grains de feldspath ; en proportion minime, des particules d’andésite. Leur taille est très variable : 0,50 mm en moyenne. Les inclusions ferrugineuses sont fréquentes et peuvent atteindre 2 mm de diamètre.

26Texture : pâte abondamment dégraissée (à 50 %) ; la distribution est irrégulière ; on observe des îlots de concentration et des poches d’air. La texture est lâche, hétérogène, friable. La fracture est irrégulière. Céramique lourde.

27Couleur : de brun à rouge.

28Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante ; présence exceptionnelle d’un nucleus noir.

29Surface.

30Couleur : identique à celle de la pâte.

31Aspect : assez inégal ; les particules de feldspath sont visibles.

32Traitement : bien lissée.

33Dureté : 3.

34Forme.

35Groupe I (pl. 7 : 1,9,11-13).

36Col : plus ou moins concave ; de direction verticale.

37Bord : généralement épaissi à l’extérieur ; rarement épaissi progressivement ou direct ; de section circulaire (parfois triangulaire, ovale, ou même rectangulaire). De même direction que le col (un exemplaire éversé).

38Lèvre : arrondie, le plus souvent.

39Épaisseur des parois : 8 mm en moyenne (varie entre 6 et 15 mm).

40Dimensions : la majorité des jarres devait être de grandes dimensions (hauteur minima : 30 cm) ; d’autres, de plus petites : hauteur : 1.5 cm.

41Groupe II (pl. 7 : 23, 24).

42Fond : arrondi (comme ceux du groupe I).

43Bord : soit allongé, mince ; la face supérieure est alors convexe, la face inférieure rectiligne ou concave ; soit court et trapu, de section presque circulaire. Direction : éversé ; il fait avec la paroi externe un angle variant entre 45 et 90°, qui peut être marqué ou arrondi.

44Lèvre : généralement directe ; parfois, légèrement épaissie ou amincie.

45Épaisseur des parois : 8 mm en moyenne.

46Dimensions : hauteur moyenne estimée à 20 cm.

47Groupe III (pl. 8 : 8).

48Fond : arrondi ; tripode.

49Corps : hémisphérique ou en calotte.

50Bord : soit : direct, la face supérieure est plate ou convexe, la face inférieure, concave ; éversé. Soit : épaissi des deux côtés, et de même direction que la paroi.

51Lèvre : arrondie, parfois amincie.

52Épaisseur des parois : 6 mm en moyenne.

53Dimensions : variables : les plus petits bols ont 3 cm de haut, et 6 de diamètre à l’ouverture ; les plus grands 8 cm de haut et 16 de diamètre.

54Groupe VI.

55Fond : arrondi ou aplati ; parfois tripode.

56Bord : légèrement épaissi à l’extérieur.

57Lèvre : aplatie.

58Épaisseur des parois : 6 mm en moyenne.

59Dimensions : inconnues.

60Groupe V (pl. 8 : 11, 12).

61Fond : arrondi ; tripode.

62Corps : en calotte.

63Bord : large ; la face supérieure est convexe, la face inférieure, concave ou convexe ; épaissi à l’intérieur, en surplomb avec la paroi interne du corps.

64Lèvre : aplatie ou arrondie.

65Épaisseur des parois : 7 mm en moyenne.

66Dimensions : le diamètre de l’ouverture varie entre 15 et 30 cm.

67Groupe IV (pl. 10 : 18, 20).

68Fond : arrondi ; parfois tripode.

69Corps : sphéroïde.

70Bord : direct ; ou épaissi progressivement, ou épaissi à l’intérieur ; direction rentrante.

71Lèvre : arrondie ; parfois amincie.

72Épaisseur des parois : varie de 4 à 8 mm.

73Dimensions : le diamètre du bol varie entre 7 et 15 cm.

74Groupe XII (pl. 9 : 21).

75Bord : légèrement en retrait par rapport à la paroi externe, grâce à une profonde rainure horizontale. Direct.

76Lèvre : arrondie.

77Épaisseur des parois : 5 mm.

78Dimensions : diamètre probable de l’ouverture : 7 cm.

79Groupe VIII.

80Sans être assuré de son existence en Monte Cristo, nous pensons que certains bords rangés dans le groupe I, peuvent, en fait, provenir de poteries du VIII.

81Oreilles.

82Deux exemplaires en provenance de La Bocana ; elles mesurent 3,5 cm de long et 1 cm de large, et sont disposées à l’horizontale sur la lèvre d’une jarre de groupe II (pl. 7 : 24) et d’un bol IV (pl. 10 : 20).

83Supports (pl. 48 : B-F).

84Pleins.

85Coniques : sont les plus abondants ; leur hauteur varie de 20 à 35 mm, et leur diamètre au point d’application, de 15 à 35 mm.

86Tronconiques : mêmes dimensions que ci-dessus.

87Boutons en forme de calotte sphérique (5 à 7 mm de haut, 15 mm de diamètre au point d’application).

88En forme de corne (pl. 48 : E, F). Le plus long, qui mesure 14 cm, présente neuf facettes de largeur variable. Il est probable que des supports de cette taille aient été appliqués à de grandes jarres des groupes I et IL Creux.

89Un seul exemplaire trouvé à La Bocana : fragment de support sphérique à perforations circulaires.

90Décoration.

91Peinture.

92Un bord sur trois environ est peint en rouge, et les bords de bols sont les plus souvent peints. La peinture peut orner le bord (formes I, III, IV, VI), ou la lèvre (forme II), ou la lèvre et la face interne du bord (II), ou le col (I), ou, enfin, la lèvre et la face supérieure du bord (V).

93Modelé et appliqué (pl. 24 : A, C, D, F, I).

94Technique : le modelé est rudimentaire ; l’appliqué est peu soigné : les bords des morceaux d’argile appliqués n’ont pas été lissés pour les confondre avec la paroi.

95Récipients ornithomorphes et zoomorphes ( ?) Un bord de forme IV présente à 10 mm sous l’ouverture, une oreille placée horizontalement sur la paroi externe portant trois larges et profondes incisions. Il s’agit sans doute d’une figuration d’aile ou de queue d’un bol ornithomorphe. De même, une tête d’oiseau modelée dont les yeux sont indiqués par des pastilles, devait être placée sur le bord d’une poterie du même genre (pl. 24 : F).

96Motifs zoomorphes figurés en relief sur des récipients. La figure D (pl. 24) montre une grenouille indiquée par pastillage, qui semble grimper vers le col de la jarre qui lui sert de support. Le même animal est représenté sur la face interne d’un bord de forme I (pl. 24 : A). L’interprétation de la figure C est douteuse. Plusieurs tessons de panse portent des petits boudins appliqués qui se terminent à une extrémité par une pastille circulaire ou ovale munie de trois ou quatre incisions (pl. 24 : I). Il s’agit de représentations de pattes d’animaux.

97Variations géographiques : à La Bocana les bords peints en rouge sont en majorité par rapport aux unis ; la situation est inverse à Ortega.

98Position chronologique : Monte Cristo est le type culinaire le plus important de la phase Catalina, dont il est caractéristique. Au début de notre séquence, il est presque à son optimum (voir le graphique). Il reste assez important pendant la première moitié de Ciruelas, où il finit par céder la place à Los Hermanos. Son apparition épisodique en San Bosco ne nous paraît pas signifiante, et est certainement due à des perturbations de la stratigraphie (remarquer des « remontées » du même genre des types Chaparrita rouge, Congo ponctué, Bocana incisé bichrome, Guinea incisé, etc.).

Chaparrita rouge

99Critères : Pâte. — Engobe rouge.

100Échantillonnage : 2 925 tessons, dont 538 à La Bocana, 2 342 à Ortega, et à La Guinea : 13 en IJKL, 26 en MNOP, et 6 en ABCD.

101Pâte : on distingue les mêmes variétés A, B, C de Monte Cristo.

102Surface : parties non peintes : voir Monte Cristo ; parties peintes : avec une engobe de couleur rouge orangé ou rouge framboise. Lissée, parfois légèrement polie.

103Forme.

104Groupe I : voir Monte Cristo.

105Les dimensions des jarres sont cependant inférieures en moyenne à celles de Monte Cristo : 10 à 20 cm de hauteur.

106Groupe II : voir Monte Cristo.

107Jarres de taille plus réduite : 10 cm de hauteur.

108Groupe III : voir Monte Cristo.

109Groupe VI (pl. 18 : 18, 19).

110Fond : arrondi ; parfois tripode.

111Bord : soit direct, soit légèrement épaissi à l’extérieur.

112Lèvre : arrondie ou aplatie.

113Dimensions : diamètre maximum entre 15 et 25 cm.

114Épaisseur des parois : 6 mm en moyenne.

115Groupe IV : voir Monte Cristo.

116Groupe VIII.

117Col : haut, concave ou rectiligne ; direction verticale ou légèrement rentrante. Bord : épaissi à l’extérieur.

118Lèvre : arrondie ou aplatie.

119Épaisseur des parois : 7 mm en moyenne.

120Dimensions : diamètre maximum estimé à 15 cm.

121Groupe XIV : un exemplaire (pl. 10 : 4).

122Fond : arrondi, tripode.

123Corps : en calotte.

124Col : concave ; évasé.

125Bord : épaissi à l’extérieur.

126Lèvre : arrondie.

127Épaisseur des parois : 7 mm.

128Dimensions : hauteur : 10 cm.

129Supports (pl. 48 : A, J).

130Pleins.

131Coniques : voir Monte Cristo.

132Boutons : voir Monte Cristo.

133En boucle : une des extrémités d’un petit boudin est appliquée sur la paroi du fond ; le boudin est ensuite courbé de façon que son autre extrémité en pointe vienne effleurer la paroi (pl. 48 : J). Longueur : 20 mm ; hauteur : 10 mm.

134Semi-creux (1 ex.) Sur un pied plein de forme conique, on a pratiqué une large perforation verticale.

135Creux (1 ex.) : voir Monte Cristo.

136Décoration.

137Engobage.

138L’engobe rouge peut recouvrir le bord et la face interne du récipient (formes III, IV, XIV), ou le bord et la face externe (I, VIII, III, IV), ou encore, le récipient tout entier (I, VIII, II, III).

139Modelé et appliqué (pl. 24 : B, G, J).

140Technique semblable à celle décrite pour Monte Cristo. Des pastilles ornees de ponctuations et d’incisions peuvent décorer certains bords (pl. 24 : B). Provenant d’Ortega, sont trois représentations de têtes animales, qui étaient appliquées sur la paroi externe de récipients ; elles sont modelées et décorées en outre par incision et pastillage ; on reconnaît un jaguar en G et un crocodile en J (pl. 24).

141Variations géographiques : si les trois variétés de pâte sont représentées à Ortega, seules A et B le sont à La Guinea, et A à La Bocana.

142Position chronologique : ce type est caractéristique de Catalina. Bien qu’il soit en pleine croissance au début de la séquence, il semble, si 1 on compare les courbes des deux types, être plus récent que Monte Cristo. Sa plus grande fréquence est atteinte au niveau de surface de La Bocana ; le type se poursuit quelque peu en Ciruelas.

Mojica à impressions de coquille (pl. 16)

143Critères : Décor. — Pâte.

144Échantillonnage : 199 tessons, dont 97 à La Bocana, 97 à Ortega, et à La Guinea, 1 en IJKL, et 4 en MNOP.

145Pâte : identique à la variété A de Monte Cristo.

146Surface : idem.

147Forme.

148Groupe I : 1 exemplaire (pl. 7 : 6 ; pl. 16 : A).

149Col : très concave, de direction verticale.

150Bord : légèrement épaissi à l’extérieur.

151Lèvre : arrondie.

152Épaisseur des parois : 8 mm en moyenne.

153Décoration.

154Impressions faites à l’aide d’une coquille.

155Emplacement : ces impressions constituent une bande horizontale de 5 à 12 mm de largeur, qui fait le tour de l’épaule de la jarre.

156Technique : décor effectué quand la pâte est encore bien plastique (avant séchage complet). La potière tenait sans doute la jarre, l’ouverture dirigée vers elle, et faisait tourner la poterie dans le sens direct pour appliquer la coquille légèrement de gauche à droite.

157Coquille utilisée : il doit s’agir d’un gastéropode dont la coquille est munie de pointes placées à intervalles réguliers sur chacune des spirales. Les coquilles qui répondent à cette condition et qui peuvent provenir de la côte Pacifique à ces latitudes, peuvent appartenir surtout aux familles Cancellaridae et Thaididae (notamment le genre Purpura). Nous avons fait des essais avec une coquille de Purpura columellaris : les impressions produites, sans être identiques, sont similaires à celles de Mojica ; ces tentatives nous ont au moins démontré la technique de ces impressions. Il en existe différentes sortes :

  • la plus commune est faite avec la partie supérieure du dos de la coquille ; celle-ci peut être roulée ou simplement appliquée ; dans ce dernier cas, l’impression comprend de 3 à 4 rangées parallèles de 3 cavités chacune (pl. 16 : A, B ; et pl. 17 : A) ;
  • la potière peut aussi utiliser le bord externe de la coquille, soit en l’appliquant par petites touches verticales, soit en le traînant sur 5 ou 10 mm. L’effet produit est celui de petites vagues concentriques (pl. 16 : C, D, F, G, H ; pl. 17 : C, B, D, G). ;
  • le dos de la coquille peut être aussi traîné sur la surface, par à-coups ou de façon continue. Ce mouvement produit alors simplement des sillons parallèles (pl. 16 : E, I, J, L, ; pl. 17 : E, H) ;
  • un exemplaire d’Ortega présente des lignes zigzagantes parallèles, produites avec le bord interne de la coquille (pl. 16 : K ; pl. 17 : F). En général, le décor se compose d’une seule largeur d’impressions ; certains exemplaires, cependant, montrent une bande composée de deux largeurs (8 rangs). La profondeur des cavités varie entre 0,5 et 1 mm, leur longueur entre 2 et 3, et leur largeur entre 1 et 2 mm. L’écart entre les cavités est de l’ordre du millimètre.

158Peinture rouge.

159Sur quatre exemplaires d’Ortega, de la peinture rouge a été étendue au-dessus et au-dessous de la bande d’impressions. En outre, le seul bord en notre possession, est aussi peint en rouge.

160Position chronologique : type caractéristique de Catalina ; sa présence en quantités infimes dans les niveaux Ciruelas, est accidentelle et dûe à des accidents de la stratigraphie. Mojica est relativement très abondant à La Bocana.

161Références et comparaisons.

162La poterie décrite par Hartman (1907) sous le no 8, p. 27, semble être de ce type ; elle provient de la partie du cimetière de Las Huacas, où les enterrements n’ont pu être distingués entre eux.

163Un tesson analogue à celui figuré pl. 16 : K, a été publié par Willey and Stoddard (1954), fig. 89 : r ; il est associé au complexe Santa Maria du site Girón (p. 335). Des exemplaires analogues proviennent de Coclé (Lothrop 1942, vol. II, p. 171 ; fig. 346, c) et de la Vallée du Rio Grande (ibid. p. 215 ; fig. 426, c).

Huila à zones ponctuées (pl. 18 : H, J-L)

164Critères : Décor par incision, peinture et ponctuation. — Pâte.

165Échantillonnage : 11 tessons, dont 10 à Ortega et 1 à La Guinea (ABCD).

166Pate : voir Monte Cristo, variété A.

167Surface.

168Couleur : beige à brune.

169Aspect : voir Monte Cristo.

170Traitement : lissée.

171Dureté : 4.

172Forme.

173Groupe II : un exemplaire (pl. 18 : J).

174Bord : progressivement aminci, de section triangulaire. Éversé.

175Lèvre : arrondie.

176Épaisseur des parois : 4 mm.

177Dimensions probables : 10 cm de hauteur.

178Groupe IV : un exemplaire.

179Bord : légèrement aminci ; rentrant.

180Lèvre : arrondie.

181Épaisseur des parois : 4 mm.

182Dimensions : inconnues.

183Décoration : Consiste dans la combinaison de trois modes : incision, ponctuation, et peinture.

184Emplacement : partie supérieure de la paroi externe.

185Incision : des traits horizontaux et verticaux sont incisés dans l’argile à l’état plastique, avant l’application de peinture, et probablement en même temps que les ponctuations. Ils mesurent de 0,5 à 1 mm de large, et de 0,25 à 0,50 mm de profondeur. Leur fonction est de limiter les zones ponctuées.

186Ponctuations : exécutées dans l’argile à l’état plastique, avant peinture. L’outil utilisé, de pointe conique ou cylindrique, peut avoir été manié verticalement (ponctuations circulaires de 1 à 2 mm de diamètre, et de 0,5 à 1,5 mm de proprofondeur ; pl. 18 : J, H), ou latéralement (dépressions ovales de longueur variant entre 4 et 6 mm, de largeur entre 1 et 3, de profondeur de l’ordre du millimètre ; pl. 18 : K). Les ponctuations sont soit disposées en rangées parallèles, soit en désordre.

187Peinture rouge : on en retrouve parfois des traces sur la face interne des tessons. A l’extérieur, elle se combine avec les traits incisés et les ponctuations de deux façons : soit elle recouvre également les zones ponctuées et non ponctuées ; soit elle ne couvre que les surfaces non ponctuées : l’effet produit est alors l’alternance de zones ponctuées sans peinture et de zones peintes (pl. 18 : L).

188Position chronologique : Phase Catalina.

189Comparaisons.

190Le décor par zones ponctuées est caractéristique de la période Pré-classique Tardive et Proto-Classique de la Mésoamérique : phases Chukumuk II (Lothrop 1933), Balam (Wauchope 1948), Ticoman Ancien-Zacatenco Récent (Vaillant 1930) Playa de los Muertos (Strong, Kidder and Paul 1938), Complexe Tancol ou Huasteca II (Ekholm 1944 ; Mac Neish 1954), etc. Dans la Province de Chiriqui, au Panama, ce mode de décoration a été décrit par Mac Curdy sous le nom de « Serpent Ware » (Mac Curdy 1911 ; p. 72, 73 ; pl. XVII).

191Un type décoré analogue à Huila a été reconnu dans le matériel de phase Monte Fresco, zone de Tamarindo (Coe, communication personnelle).

Buchón ponctué (pl. 18 : C-E, G, I)

192Critères : Décor ponctué. — Engohe rouge.

193Échantillonnage : 51 tessons à Ortega.

194Pâte : Grande variété : en majorité, identique à Monte Cristo A ; parfois, aux variétés B et C, ainsi qu’à la pâte d’Urruela rouge.

195Surface : difficile à étudier à cause du mauvais état de la céramique d’Ortega.

196Traitement : engobée soit entièrement, soit seulement à l’extérieur, en rouge orangé, ou en rouge framboise. Les surfaces non engobées sont lissées, les parties engobées étaient peut-être polies.

197Couleur et dureté : sont fonction de la variété de pâte.

198Forme.

199Groupe IV (pl. 18 : C, D).

200Bord : direct, parfois aminci. Rentrant.

201Lèvre : arrondie ou légèrement aplatie.

202Épaisseur des parois : 6 mm en moyenne.

203Dimensions probables : diamètre : 10 cm.

204Groupe I : un seul exemplaire.

205Bord : épaissi à l’extérieur ; de section circulaire.

206Lèvre : arrondie.

207Épaisseur des parois : 5 mm.

208Décoration : Plusieurs rangs de ponctuations faites une à une.

209Emplacement : sur la paroi externe du récipient. Sur les bols IV, le décor couvre la partie supérieure du corps : elle commence à 1 ou 2 cm de l’ouverture, et paraît se terminer au niveau de l’équateur. Sur les jarres de forme I, d’après notre unique exemplaire, le décor paraît s’étendre sur tout le col.

210Technique : les ponctuations sont exécutées dans l’argile à l’état plastique, avant engobage. Les outils utilisés possédaient une pointe de forme conique, cylindrique, ou rectangulaire. Si l’on suppose l’ouverture des récipients dirigés vers la potière, les coups étaient portés soit verticalement de bas en haut (rarement de haut en bas), soit latéralement de gauche à droite. Par suite de l’état fragmentaire des tessons, nous ignorons le nombre de rangées horizontales de ponctuations qui constituaient la décoration (sans doute entre 3 et 6). D’une rangée à l’autre, avec un écart moyen de 3 mm, les ponctuations ont en général la même direction : nous possédons, cependant, un exemplaire où celles d’une rangée sont exécutées de haut en bas, et celles de l’autre de bas en haut. Elles ont des formes variées : circulaires (pl. 18 : G), rectangulaires (D), ovales (C, E), en goutte d’huile, triangulaires. L’écart moyen de l’une à l’autre est de 2,5 mm ; elles mesurent en moyenne, 2 mm de profondeur, 5 mm de longueur sur 3 de largeur.

211Position chronologique : Phase Catalina.

212Comparaisons : Un type analogue à Buchón a été reconnu dans le matériel de phase Monte Fresco (Coe, communication personnelle).

Congo ponctué (pl. 18 : A, B, F ; pl. 28 : A, B)

213Critères : Décor par une ou deux rangées de ponctuations.

214Échantillonnage : 50 tessons, dont 8 à La Bocana, 24 à Ortega, et à La Guinea : 1 en IJKL, 14 en MNOP, et 3 en ABCD. Deux poteries à Bolson.

215Pâte : Grande variété : Monte Cristo A et Los Hermanos ; en moindres proportions : Monte Cristo C et Urruela.

216Surface.

217Couleur : de beige à brun.

218Aspect : inégale au toucher ; grains de dégraissant visibles.

219Traitement : lissée. Souvent à La Guinea, le col est raclé, et le corps bien lissé ou légèrement poli.

220Dureté : dépend de la variété de pâte employée.

221Forme.

222Groupe I (pl. 28 : A, B).

223Corps : globulaire plus ou moins aplati.

224Col : très concave ; à direction verticale ou rentrante.

225Bord : épaissi à l’extérieur ; de section circulaire.

226Lèvre : arrondie.

227Épaisseur des parois : varie de 4 à 10 mm.

228Dimensions : la jarre no 4 de la sépulture 3 de Bolson, a pour dimensions : 13 cm de diamètre maximum ; 7 cm de diamètre à l’ouverture, et 9 cm de hauteur. Celle trouvée dans les environs du cimetière : 25 cm de diamètre maximum ; 14 cm de diamètre à l’ouverture, et 24 cm de hauteur.

229Décoration.

230Ponctuations : disposées en une ou deux rangées sur l’épaule de la jarre. Dans le dernier cas, quelques millimètres seulement séparent une rangée de l’autre.

231Technique : exécutées dans l’argile à l’état plastique, généralement avec un outil à pointe de section rectangulaire, manié soit verticalement (de haut en bas, comme de bas en haut), soit perpendiculairement, soit latéralement. Les ponctuations sont de forme triangulaire (pl. 18 : F), losangique (A), ou rectangulaire (B). Dimensions : longueur de 2 à 6 mm, largeur de 3 à 6, profondeur de 1 à 2. Des ponctuations sont parfois exécutées avec l’ongle ; les coups sont portés verticalement ou latéralement : dépressions en forme de demi-lune (longueur de 5 à 10, largeur de 3 à 4, profondeur de 1 à 2 mm).

232Peinture rouge : un tesson d’Ortega en possède des traces sous les ponctuations. Sur un exemplaire de La Guinea, une bande horizontale de 15 mm de large, se trouve à 2,5 cm sous les ponctuations.

233Position Chronologique : Ce type est commun à Catalina et à Ciruelas, mais semble plus caractéristique de la première phase.

234Comparaisons : La jarre décrite par Hartman (1907) p. 26, et illustrée hg. 33, est de ce type ; elle provient de la partie du cimetière de Las Huacas, où les enterrements n’ont pu être distingués entre eux.

235Voir également dans Lothrop (1926), la jarre figurée pl. CXII, a.

236Le décor caractéristique de Congo a été reconnu dans le matériel Monte Fresco (Coe, communication personnelle).

Bocana incisé bichrome (pl. 19)

237Critères : Peinture rouge sur fond naturel beige. — Pâte. — Motifs très simples, linéaires parallèles.

238Échantillonnage : 1 913 tessons, dont 544 à La Bocana, 1 353 à Ortega, et à La Guinea : 7 en IJKL, 4 en MNOP, et 5 en ABCD.

239Pâte : en général Monte Cristo 4 ; exceptions : Monte Cristo B et C, Los Uermanos.

240Surface.

241Couleur : beige, brun clair, brun rouge.

242Aspect : inégale au toucher.

243Traitement : lissée à polie.

244Dureté : 3-4.

245Variété « Peignée » (pl. 19 : A, B, D, F-H, K, L).

246Forme.

247Groupe I.

248Col : court ; généralement très concave ; de direction verticale.

249Bord : épaissi à l’extérieur, parfois doublé.

250Lèvre : arrondie.

251Épaisseur des parois : 5 mm en moyenne.

252Dimensions probables ; hauteur de 20 à 25 cm.

253Groupe VIII ?

254Un tesson provenant d’Ortega présente une cambrure très marquée (pl. 19 : A) ; il peut être rattaché soit au groupe VIII, soit à une forme semblable à celle publiée par Lothrop (1926) : pl. CXIV, e : bol à corps en calotte à col convexe ou rectiligne fortement rentrant.

255Groupe XV : un exemplaire provenant de PUE 4.

256Bord : épaissi des deux côtés ; très rentrant.

257Lèvre : arrondie.

258Épaisseur : 6 mm.

259Décoration : Elle est caractérisée par la combinaison de la peinture rouge et de l’incision exécutée à l’aide d’un peigne.

260Emplacement : le bord est peint en rouge. Le col (groupe I) est généralement décoré de lignes horizontales continues (1 à 4), espacées de 3 à 12 mm, et tracées une à une (largeur : 1 mm ; profondeur : 0,5 mm). Le corps porte la décoration principale qui consiste dans l’alternance de surfaces peintes en rouge et de zones décorées de lignes incisées verticales, rigoureusement parallèles. Sur quelques tessons, la peinture recouvre les zones incisées.

261Technique : les incisions sont faites dans la pâte fraîche avant peinture. Les traits verticaux ont été tracés à l’aide d’un « peigne » à 3 ou 4 dents : les traits sont très rapprochés (1,5 mm en moyenne) ; ils ne se coupent jamais ; l’écart entre les traits est constant ; on peut souvent observer que les traits sont moins profonds au centre que sur les côtés ; sur certains tessons, on remarque que plusieurs sillons contigus ont une coupe identique : par exemple, plusieurs sillons de pente abrupte à droite et douce à gauche, indiquent que le « peigne » était alors manié, légèrement incliné vers la gauche. On observe parfois sur le même tesson, deux coups de « peigne » voisins, grâce à la légère différence d’orientation de deux groupes de traits. Ceux-ci sont tracés de bas en haut ; ils prennent leur départ à quelques centimètres du fond et se terminent au niveau de l’épaule, en joignant à angle droit le dernier trait horizontal du col. Les zones peignées se composent de 3 à 15 traits (ou plus ?). En section, les sillons ont une forme en U, plus ou moins ouvert ; leur largeur est en moyenne de 1,5 mm, et leur profondeur varie entre 0,25 et 1,50 mm.

262Variété « Non Peignée » (pl. 19 : C, E, I, J).

263Forme.

264Groupe I (pl. 7 : 8, 10 ; pl. 19 : E).

265Voir ci-dessus : variété « Peignée ».

266Groupe IV (pl. 10 : 15).

267Bord : direct ou aminci progressivement ; rentrant.

268Lèvre : arrondie.

269Épaisseur des parois : 5 mm en moyenne.

270Dimensions : inconnues.

271Décoration : Trois modes différents :

  1. Alternance de surfaces peintes et de zones décorées de lignes incisées verticales (comme dans la « Peignée »), Le bord est peint en rouge. Le col peut être ou non décoré de lignes horizontales. Les incisions sur le corps comme sur le col, sont faites une à une (le trait est parfois tremblé, le parallélisme n’est pas rigoureux, et l’on observe parfois des recoupements et des chevauchements) dans la pâte fraîche, avant peinture et avant lissage ou polissage (dans plusieurs cas, les sillons ont été partiellement oblitérés sous l’action du polissage). Les groupes se composent de 3 à 10 traits. Les largeurs respectives des zones peintes et des zones incisées sont extrêmement variables. Les sillons ont une section en U, de 1 mm de largeur, et de 0,5 mm de profondeur en moyenne ;
  2. Alternance de surfaces peintes et de groupes d’incisions obliques. Ces groupes sont en disposition rayonnante, et les zones peintes qu’ils limitent sont des trapèzes. La technique de l’incision est celle décrite pour a ;
  3. Alternance de zones peintes et non peintes limitées par un trait incisé vertical. Ce type de décor n’est représenté que par quelques tessons de La Guinea et d’Ortega : le trait est incisé dans la pâte fraîche avant peinture, et les zones sont larges de 5 à 10 mm.

272Variations géographiques : La variété « Peignée » est la règle à Ortega, tandis qu’à La Bocana, l’incision est pratiquée à l’aide d’un outil à une seule pointe. A La Guinea, les deux techniques sont représentées, sans que nous puissions savoir, à cause du petit nombre d’exemplaires de ce type, laquelle est la plus importante.

273Position chronologique : Type caractéristique de Catalina.

274Références et comparaisons.

275Ce type est présent dans la phase Chombo, zone de Chahuite Escondido (Coe, communication personnelle).

276Voir Lothrop (1926) : pl. CXIV, e.

277Hartman (1907), décrit p. 35 sous le no 3 une jarre de ce type, illustrée pl. II, fig. 7. Il s’agit d’une jarre tripode à bord étroit, dont le corps est « presque » couvert de lignes incisées verticales parallèles (hauteur : 9 cm ; diamètre : 11,7 cm).

278Le « Scarified Ware » du Chiriqui, Panama, est la céramique la plus voisine de Bocana incisé bichrome. Dans ce type, des traits verticaux ou obliques remplissent des zones, qui alternent avec des surfaces peintes (voir MacCurdy 1911 : p. 96-100, fig. 165,167-169, pl. XXVI. Haberland 1959, Tafel XV, a-d).

279Le « Palmar Ware » du Nicaragua, découvert par Bransford (1881), est aussi très proche de Bocana. Dans les deux cas, l’incision alterne avec la peinture, la partie supérieure du récipient est décorée de motifs horizontaux, la partie inférieure de verticaux. Cependant, l’incision, faite dans une pâte très fraîche, est plus large et plus superficielle que celle de Bocana ; en outre, les groupes ne sont composés que de 3 traits au maximum ; les motifs sont souvent plus compliqués et les formes semblent plus variées (voir Bransford 1881 : pl. I : 19 ; p. 69, fig. 134 et p. 70, fig. 134 [sic]).

Guácimo incisé bichrome (pl. 20 : A-E)

280Observations : Ce type a été difficile à définir, car il est surtout représenté à Ortega, par des tessons très fragmentaires et en mauvais état. Comme Bocana, il est incisé bichrome, mais s’en distingue par sa technique (il n’est jamais peigné) et par ses motifs plus variés. Nous avons décrit et compté ensemble des bords décorés sur la face interne, et des tessons de panse qui portent leur décoration sur la face externe. Nous ne pouvons affirmer que la même poterie était à la fois décorée sur ces deux parties. Cependant, nous nous sommes crus autorisés à réunir ces deux sortes de tessons, parce qu’ils ont un décor identique, et parce qu’ils occupent une position semblable sur l’échelle chronologique.

281Critères : Peinture rouge sur fond naturel beige. — Pâte. — Motifs.

282Échantillonnage : 112 tessons, dont 6 à La Bocana, 104 à Ortega, et à La Guinea : 1 en ABCD et 1 en MNOP.

283PÂTE : Voir Monte Cristo A.

284Surface : Idem.

285Forme.

286Groupe I.

287Col : généralement concave ; de direction évasée ou verticale.

288Bord :

  1. Large, épaissi à l’extérieur ; parfois direct. La face supérieure est légèrement aplatie, la face inférieure convexe. Éversé ;
  2. Parfois épaissi à l’extérieur ; non éversé.

289Lèvre : arrondie.

290Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

291Dimensions probables : 20 à 30 cm de hauteur.

292Groupe III.

293Bord : épaissi à l’extérieur ; face supérieure plate ou convexe. Éversé.

294Lèvre : arrondie.

295Épaisseur des parois : 6 mm.

296Dimensions : inconnues.

297Groupe V.

298Bord : large ; épaissi à l’intérieur sur toute la largeur ; en surplomb avec la paroi interne ; de section presque rectangulaire. Légèrement éversé.

299Lèvre : arrondie.

300Épaisseur des parois : 6 mm.

301Dimensions : inconnues.

302Groupe IV.

303Bord : direct ; rentrant.

304Lèvre : arrondie.

305Épaisseur des parois : 5 mm.

306Dimensions : inconnues.

307Décoration.

308Emplacement : sur la face interne du bord et parfois également du col ; sur la paroi externe du corps (trois exceptions).

309Technique : l’incision est faite généralement dans la pâte fraîche, avant peinture (deux exceptions où l’incision est exécutée après peinture et après cuisson). Même dans le cas où sont tracés des traits parallèles, ils ont été tirés un à un. Les sillons ont une section en U, due sans doute à l’emploi d’une pointe arrondie (dimensions : largeur : 1 à 2 mm ; profondeur : 0,5 à 1 mm).

310Composition : la décoration de Guácimo est beaucoup plus variée que celle de Bocana : les combinaisons de l’incision et de la peinture sont multiples ; par ordre de fréquence, on observe : l’alternance de zones peintes et de zones incisées ; de zones incisées, les unes peintes, les autres non ; de zones non décorées et de zones incisées et peintes ; enfin, de zones peintes et zones non peintes, dépourvues d’incisions. En dépit de cette variété, demeure un élément constant : même si la peinture recouvre souvent des zones incisées, c’est toujours par une incision que prend fin une zone peinte. Certains tessons, qui sont décorés par incision et peinture sur la face externe, sont peints en rouge sur la face interne.

311Éléments géométriques :

  • groupes de traits parallèles horizontaux et verticaux ;
  • groupes de traits parallèles obliques orientés tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre ;
  • groupes de traits parallèles obliques, entrecroisés, formant des triangles ;
  • triangles hachurés horizontalement ;
  • rectangles ou ovales concentriques ;
  • zones hachurées obliquement, limitées par des horizontales et des verticales, etc.

312Motifs : plusieurs tessons témoignent de l’existence de représentations zoomorphes (pl. 20 : C). Certains des éléments énumérés ci-dessus faisaient sans doute partie de motifs réalistes, tandis que d’autres, soit répétés, soit combinés, composaient un décor géométrique.

313Position chronologique : phase Catalina.

314Comparaisons : la céramique du Chiriqui publiée par Haberland (1959) sous le nom « Rot auf Braun, geritzt », est très semblable à Guâcimo.

Toya incisé trichrome (pl. 20 : F-H)

315Critères : peintures rouge et noire sur fond naturel beige. — Incision. — Pâte. Échantillonnage : 23 tessons à Ortega.

316Pâte : voir Monte Cristo A.

317Surface : idem.

318Forme.

319Groupe I : un seul exemplaire.

320Bord : épaissi à l’extérieur.

321Lèvre : arrondie.

322Épaisseur des parois : 5 mm.

323Décoration.

324Emplacement : paroi externe.

325Incision.

326Technique : les traits sont tracés un à un dans la pâte fraîche, avant peinture (une exception où les incisions sont pratiquées après peinture et avant cuisson). Sillon de section en U, de 1 mm de largeur, et 0,5 mm de profondeur.

327Peinture : la peinture rouge est d’abord appliquée, puis la peinture noire, qui peut recouvrir directement la surface beige, ou partiellement les zones peintes en rouge.

328Composition : le contour des motifs est indiqué par un trait incisé : les surfaces ainsi définies sont laissées beiges, ou peintes en rouge ou en noir. Comme dans Guàcimo, les zones peintes sont ainsi toujours limitées par une ligne incisée.

329Éléments et motifs :

  • traits parallèles horizontaux et verticaux ;
  • rectangles et ovales concentriques. Il semble que Toya était décoré de motifs réalistes.

330Position chronologique : phase Catalina.

331Références et comparaisons :

  • type présent dans la phase CHOMBO (Coe, communication personnelle) ;
  • la jarre provenant de la grotte de Cacao, Guacatepe, Nicaragua, publiée par Lothrop (1926. vol. II ; fig. 136 : b), semble appartenir à ce type.

Rosales incisé bichrome (pl. 20 : I-M ; pl. 8 : 9, 10 ; pl. 9 : 11)

332Critères : Peinture noire sur rouge. — Incision.

333Échantillonnage : 79 tessons, dont 75 à Ortega, et à La Guinea : 3 en MNOP, et 1 en IJKL.

334Pâte et surface : deux variétés :

335Variété A. Constitue 75 % de l’ensemble.

336Dégraissant : essentiellement grains de feldspath de près de 0,25 mm de diamètre. Inclusions ferrugineuses naturelles, qui se présentent sous la forme de petites boules bleu-noir.

337Texture : le matériel plastique, qui représente de 30 à 50 % de la pâte, est bien mélangé à l’argile. La texture est homogène et compacte, la fracture plutôt régulière.

338Couleur : de brun clair à brun.

339Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante : nucleus noir, fréquent.

340Surface : Couleur : brune.

341Aspect : dégraissant non visible à l’oeil nu ; toucher « poussiéreux ».

342Traitement : certainement lissée, peut-être polie.

343Dureté : 4-5.

344Variété B. Voir Monte Cristo A, et exceptionnellement B et C.

345Forme.

346Groupe III (pl. 8 : 9, 10).

347Bord : épaissi à l’extérieur, et souvent aussi à l’intérieur ; de section circulaire, semi-circulaire, ou triangulaire.

348Lèvre : arrondie.

349Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

350Dimensions probables : de 15 à 20 cm de diamètre.

351Groupe VI.

352Bord : direct.

353Lèvre : légèrement aplatie.

354Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

355Dimensions : inconnues.

356Groupe IV : un exemplaire de La Guinea.

357Bord : progressivement aminci.

358Lèvre : arrondie.

359Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

360Dimensions : inconnues.

361Groupe II : un exemplaire d’Ortega.

362Bord : court, épaissi à l’intérieur ; de section triangulaire. Éversé à 45°.

363Lèvre : arrondie.

364Dimensions : inconnues.

365Épaisseur des parois : 5 mm.

366Groupe VIII : un exemplaire de la Guinea.

367Col : rectiligne ; de direction verticale.

368Bord : épaissi à l’extérieur ; de section circulaire.

369Lèvre : arrondie.

370Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

371Dimensions probables : hauteur entre 15 et 20 cm.

372Décoration : sur un fond rouge, des motifs réalistes et géométriques sont peints en noir, et leur contour est souligné par un trait incisé.

373Emplacement : les deux tiers des tessons portent la décoration sur la paroi externe, le tiers restant sur la paroi interne. Un seul exemplaire est décoré sur les deux faces.

374Incision.

375Technique : sur les deux tiers des tessons de ce type, les incisions ont été exécutées sur la pâte sèche (ou cuite ?), après peinture : le trait est irrégulier en largeur comme en profondeur, les bords du sillon sont éclatés, et sa section a une forme générale en U (dimensions : largeur : entre 0,5 et 1 mm ; profondeur : entre 0,15 et 1 mm). Les autres tessons sont incisés quand la pâte est légèrement sèche (ligne tremblée, largeur irrégulière), et avant peinture. Section du trait en forme de U (mêmes dimensions que ci-dessus). Les exemplaires de pâte A sont rarement incisés avant peinture. Certains tessons décorés ont été frottés d’un pigment blanchâtre, qui a rempli les sillons et accusé ainsi leur tracé.

376Peinture : La peinture rouge sert de fond, et ne recouvre souvent qu’une partie de la paroi externe ou interne de la poterie. La peinture noire est toujours appliquée sur la peinture rouge.

377Composition : le plus souvent, le décor se compose d’un motif principal réaliste, et d’une frise d’éléments géométriques.

378Éléments géométriques :

  • traits parallèles incisés, verticaux et horizontaux ;
  • alternance de bandes noires et rouges, horizontales ou verticales (pl. 20 : J) ;
  • ligne brisée incisée sur une bande horizontale noire (pl. 20 : M).

379Motifs réalistes : ils sont représentés à deux dimensions en noir sur rouge, et rarement complétés par des éléments linéaires incisés. Ils figurent le plus souvent des animaux : on peut reconnaître une queue fourchue (pl. 20 : I), une autre enroulée (L), un œil, etc.

380Style : le décor de Rosales représente un progrès par rapport aux types précédents. Le tracé a beaucoup plus de liberté, la stylisation semble moins schématique, et les lignes courbes sont fréquentes. L’exécution, cependant, reste maladroite.

381Variations chronologiques et géographiques : d’une façon générale, il semblerait que l’incision avant peinture soit un attribut plus ancien que l’incision après peinture. Type absent à La Bocana.

382Position chronologique : phase Catalina.

383Références.

  • Type abondant en Monte Fresco, et rare en Chombo (Coe, communication personnelle).
  • Des poteries de ce type ont été publiées par Lothrop (1926, vol. II, pl. CXV) et par Stone (1958 ; fig. 11 : d en provenance du Guanacaste ; fig. 20 : c, en provenance de Linea Vieja ; et pl. I : b, e, d, trouvées dans la péninsule de Osa).

Ballena incisé (pl. 21 : K-N ; pl. 10 : 13)

384Critères : Incision. — Engobe rouge. — Motifs (voisins de ceux de Rosales et différents de ceux de Guinea).

385Échantillonnage : 60 tessons à Ortega.

386Pâte.

387Dégraissant : voir Guinea incisé.

388Texture : idem.

389Couleur : idem.

390Cuisson : les deux tiers des tessons possèdent un important nucleus ; de plus, la surface est souvent noircie, partiellement ou entièrement.

391Surface.

392Aspect : égale au toucher ; grains de dégraissant non visibles à l’œil nu.

393Traitement : engobée en rouge framboise ou rouge orangé. Polie.

394Forme.

395Groupe I.

396Col : concave ; évasé.

397Bord : épaissi à l’extérieur ; parfois direct, ou épaissi progressivement.

398Lèvre : arrondie, ou légèrement amincie.

399Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

400Dimensions probables : hauteur de 15 à 20 cm.

401Groupe IV (pl. 10 : 13).

402Corps : globulaire ; tripode ?

403Bord : direct ou épaissi à l’intérieur ; de direction très rentrante.

404Lèvre : arrondie ou en biseau.

405Épaisseur des parois : 6 mm.

406Dimensions probables : diamètre maximum : 20 cm.

407Groupe III.

408Bord : direct ou épaissi à l’extérieur ; face supérieure aplatie. Légèrement éversé.

409Lèvre : arrondie ou en biseau.

410Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

411Dimensions : inconnues.

412Décoration.

413Emplacement :

  • forme I : face interne du bord et parfois aussi du col ;
  • forme IV : partie supérieure de la paroi externe du corps ;
  • forme III : face supérieure du bord.

414Technique : en règle générale, les incisions sont pratiquées après engobage, avant ou après cuisson (deux exceptions où les incisions sont faites dans la pâte fraîche avant engobage). Les traits sont habituellement tirés un à un, mais certains exemplaires montrent des paires de lignes au parallélisme si rigoureux, qu’un instrument à deux pointes a pu être utilisé (dimensions du trait : largeur : 0,5 mm ; profondeur : de 0,15 à 0,25 mm). Certaines incisions ont été frottées de pigment blanc.

415Motifs : géométriques, simples et peu variés :

  • le plus caractéristique est une ligne brisée ou ondulée, comprise entre deux paires de droites horizontales (pl. 21 : N) ;
  • à ce même motif, des triangles hachurés peuvent être ajoutés ; leur base se confond avec la dernière horizontale inférieure (M) ;
  • enfin, triangles hachurés, la pointe vers le haut, au-dessus de lignes horizontales, ou compris entre deux paires de ces mêmes lignes (K), etc.

416Position chronologique : phase Catalina.

417Références : Ballena est présent en Monte Fresco (Coe, communication personnelle).

Diria incisé (pl. 21 : I, J)

418Critères : Incision. — Pâte.

419Échantillonnage : 22 tessons, dont 6 à La Bocana, et 16 à Ortega.

420Pâte : voir Monte Cristo A et B.

421Surface.

422Couleur : brun rouge.

423Traitement : engobée le plus souvent ; généralement sur la face externe, parfois sur les deux faces. Surface externe polie.

424Dureté : 3-4.

425Forme.

426Groupe IV.

427Bord : direct ou épaissi progressivement ; rentrant.

428Lèvre : arrondie ou légèrement aplatie.

429Épaisseur des parois : 6 mm.

430Dimensions : inconnues.

431Décoration.

432Emplacement : partie supérieure de la paroi externe.

433Technique : incisions pratiquées dans la pâte fraîche ou sèche, avant ou après engobage. Les traits sont tracés un à un (dimensions : largeur de 0,5 à 1 mm ; profondeur de 0,15 à 0,25 mm).

434Éléments :

  • droites parallèles horizontales, verticales ou obliques ;
  • petits triangles à une hachure ;
  • rectangles concentriques.

435Position chronologique : phase Catalina.

Guinea incisé (pl. 30 ; pl. 31)

436Critères : Incision. — Pâte et surface. — Motifs.

437Échantillonnage : 562 tessons, dont 5 à La Bocana, 437 à Ortega, et à La Guinea : 27 en IJKL, 80 en MNOP, et 13 en ABCD. En outre, 13 poteries du cimetière de Bolson.

438Pâte.

439Dégraissant : sable composé de grains très petits de feldspath, d’andésite et de quartz (par ordre de fréquence décroissante), de 0,25 mm de diamètre. Les inclusions ferrugineuses sont abondantes (2 à 3 mm de diamètre).

440Texture : le dégraissant est bien mélangé à la pâte, dans une proportion de 30 à 50 %. Texture fine, homogène, compacte, mais légèrement friable. Fracture régulière.

441Couleur : brun rougeâtre (5 YR 5/4) surtout, mais aussi diverses nuances du rouge au brun sombre.

442Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante ; à La Guinea, 50 % des exemplaires possèdent un nucleus (10 % à Ortega). De plus, 20 % des tessons présentent des taches noires sur la surface externe.

443Surface.

444Couleur : de rouge à brun.

445Aspect : bien égale.

446Traitement : 50 % des tessons sont engobés, soit sur les deux côtés, soit seulement à l’extérieur. La paroi externe est soigneusement polie ; à l’intérieur, le polissage est irrégulier, et ses traces sont visibles.

447Dureté : 4-5.

448Forme.

449Groupe III (pl. 8 : 4-6 ; pl. 30 : G).

450Fond : arrondi ; tripode.

451Corps : en calotte.

452Bord : épaissi à l’extérieur, très saillant ; de section circulaire, ovale ou triangulaire. Lèvre : aplatie à l’horizontale.

453Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

454Dimensions : de 15 à 30 cm de diamètre maximum (dimensions de G, pl. 30 : diamètre maximum : 22,6 ; hauteur : 12 cm).

455Groupe X (pl. 9 : 13-15, 17 ; pl. 29 : D, F, G).

456Fond : arrondi ; tripode.

457Corps : en calotte.

458Col : rectiligne, concave ou convexe ; rentrant.

459Bord : épaissi à l’extérieur ; de section ovale ou triangulaire.

460Lèvre : aplatie à l’horizontale.

461Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

462Dimensions :

463Pl. 29 : D = diamètre maximum : 13,5 ; diamètre ouverture : 9,5 ; hauteur : 11,5 ;

464Pl. 29 : G = diamètre maximum : 13,9 ; diamètre ouverture : 9,6 ; hauteur sans les pieds : 9,4 cm ;

465Pl. 29 : F = diamètre maximum : 14 ; diamètre ouverture : 8,3 ; hauteur sans les pieds : 10,7 cm.

466Groupe II (pl. 30 : D, F).

467Corps : globulaire aplati.

468Bord : large et mince ; direct. Éversé à 45° ou à la verticale.

469Lèvre : légèrement épaissie et arrondie.

470Épaisseur des parois : 6 mm.

471Dimensions :

472Pl. 30 : D = diamètre maximum : 11 ; diamètre ouverture : 4,8 ; hauteur : 9 cm ;

473Pl. 30 : F = diamètre maximum : 15,8 ; diamètre ouverture : 4 ; hauteur : 13,4 cm.

474Groupe IV (pl. 29 : E ; pl. 30 : A).

475Fond : arrondi ; tripode.

476Corps : sphéroïde.

477Bord : direct ou épaissi à l’extérieur ; rentrant.

478Lèvre : arrondie ou aplatie.

479Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

480Dimensions :

481Pl. 31 : E = diamètre maximum : 11 ; diamètre ouverture : 8,5 ; Ht : 7,7 ;

482Pl. 31 : B = diamètre maximum : 7,8 ; diamètre ouverture : 4,9 ; Ht : 5 cm ;

483Pl. 30 : A, B = diamètre maximum : 15 ; diamètre ouverture : 9,6 ; Ht : 11.

484Groupe I.

485Col : concave, de direction verticale.

486Bord :

487Soit : épaissi à l’extérieur ; éversé ;

488Soit : direct, à face supérieure aplatie.

489Lèvre : arrondie.

490Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

491Dimensions : inconnues.

492Groupe VIII (pl. 9 : 7).

493Fond : arrondi ; tripode.

494Corps : en calotte ; équateur arrondi.

495Col : concave, à direction verticale.

496Bord : direct.

497Lèvre : arrondie.

498Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

499Dimensions : hauteur probable : 5 cm.

500Groupe VII (pl. 10 : 7,8).

501Fond : arrondi.

502Corps : de parois rectilignes à direction verticale.

503Bord : direct.

504Lèvre : arrondie.

505Épaisseur des parois : 6 mm.

506Dimensions : inconnues.

507Groupe V (pl. 8 : 14).

508Fond : arrondi, tripode.

509Bord : à face supérieure aplatie, en surplomb avec le corps, et à face inférieur concave. Légèrement éversé.

510Lèvre : épaissie à l’extérieur ; arrondie.

511Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

512Dimensions : inconnues.

513Groupe VI (pl. 8 : 22 ; pl. 31 : C).

514Fond : arrondi ; tripode.

515Bord : soit épaissi à l’intérieur, soit direct.

516Lèvre : aplatie à l’horizontale ou arrondie.

517Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

518Dimensions : pl. 31 : C = diamètre maximum : 15,5 ; hauteur sans les pieds : 5,6.

519Groupe XI.

520Corps : en calotte.

521Bord : face inférieure rectiligne, face supérieure légèrement convexe. De largeur variable, à contour en forme de croissant. Éversé légèrement.

522Lèvre : arrondie.

523Épaisseur des parois : 7 mm.

524Dimensions : inconnues.

525Autres formes :

526Pl. 31 : A. Vase bouteille à corps globulaire aplati, à goulot cylindrique à direction oblique. Le bord direct est légèrement éversé, la lèvre, arrondie. Une petite anse de section circulaire reliait la face supérieure du corps à sa jonction avec le goulot ;

527Pl. 30 : E. Vase miniature, à corps globulaire, dont l’ouverture est limitée par un bord rectiligne légèrement rentrant. La lèvre est arrondie.

528Anses : Généralement implantées verticalement, elles sont de section elliptique (17 X 11 mm) ou circulaire (10 mm de diamètre). L’un de nos exemplaires s’élargit au niveau de l’implantation jusqu’à 25 mm. Elles peuvent être parfois décorées par incision ou par appliqué.

529Supports (pl. 48 : L ; pl. 49).

530Pleins.

531Coniques : plus ou moins asymétriques, suivant la courbure du fond ; extrémité légèrement aplatie. Leur hauteur varie entre 10 et 25 mm.

532Tronconiques à extrémité arrondie (dimensions : largeur de la base : entre 20 et 25 mm ; hauteur : entre 15 et 35 mm).

533Coniques à épaulement (hauteur : 50 mm).

534En forme de battant de cloche : la tige, de forme cylindrique, s’élargit en boule à l’extrémité (hauteur : 20 mm environ).

535Boutons (largeur moyenne : 15 mm ; hauteur : 7 mm).

536« En fausse boucle » (pl. 48 : L) : de forme tronconique, ils portent sur l’un des côtés, un petit cordon appliqué verticalement, qui part de la pointe. L’ensemble donne l’impression d’une boucle aplatie (hauteur : 25 mm).

537En forme de patte ou de pied : (pl. 49 : B, D, E, F) ils sont cylindriques ou tronconiques, et renflés à l’extrémité. Juste au-dessus de ce renflement, se trouvent parfois deux ou trois cordons appliqués horizontalement, ou un groupe de larges incisions horizontales. Un des supports provenant de La Guinea (B) est un pied représenté de façon réaliste, dont le talon et les orteils sont clairement indiqués.

538Creux.

539Mammiformes (pl. 49 : K) : hémisphériques et munis de plusieurs perforations circulaires : sans doute contenaient-ils des grelots. Le contact avec le sol est assuré par une petite pastille circulaire (diamètre moyen : 40 mm).

540Coniques larges et bas (pl. 49 : I) : ils portent sur un ou deux côtés, une perforation de forme rectangulaire ou irrégulière, et mesurant 45 mm de diamètre au niveau de l’implantation, et près de 30 mm de hauteur.

541Coniques allongés (pl. 49 : H) : nous n’en possédons que des fragments (hauteur probable : 6 cm).

542Coniques ou tronconiques à épaulement (pl. 49 : G, A, C ; pl. 30 : A, B, G ; pl. 31 : D) : comme tous les supports creux, ils contiennent des grelots ; ils sont ornes de perforations circulaires ou rectangulaires. Certains sont en forme de tête humaine : les traits du visage sont indiqués par appliqué (le plus grand pl. 49 : A, mesure 85 mm de hauteur et 90 mm de diamètre maximum).

543En boucle (pl. 49 : J) : ils rappellent ceux de Zelaya bichrome. L’un des côtés de la boucle est creux, renflé, orné d’une perforation verticale et muni de grelots.

544Rebords latéraux (pl. 31 : C, F).

545Ils sont disposés horizontalement sur la ligne de jonction du col et du corps, et peuvent décorer les vases de forme X, VIII et VI.

546Rebords de largeur constante : ils sont constitués par un cordon de section semi-circulaire ou triangulaire (dans ce cas, la face supérieure est large et plate, la face inférieure étroite et convexe).

547Rebords de largeur variable : deux à quatre sur la même poterie : comme ceux de Lavanderos, ils sont en forme de croissant ou de triangle au sommet arrondi et aux côtés concaves.

548Décoration.

549Incision.

550Emplacement : sur la lèvre ou le bord (formes I, III, XI, V), sur la paroi externe du col (formes I, VIII, X), ou sur la partie supérieure du corps (IV, VI, VII).

551Technique : l’incision est généralement exécutée après engobage et polissage, et avant ou après cuisson (quelques exceptions où l’incision a été faite avant engobage). Quand la lèvre de certains bords (X, notamment) est ornée d’une ou de deux lignes parallèles à l’ouverture, celles-ci sont toujours tracées dans la pâte fraîche, avant engobage. Les traits sont généralement tirés un à un : le peigne est cependant parfois utilisé pour dessiner des groupes de traits parallèles. La section du sillon est en forme de Y ou de U, due à l’utilisation d’un stylet pointu. Le trait est assuré et droit. (Dimensions : largeur : 1 mm en moyenne, et profondeur : 0,25 mm).

552Motifs : sont toujours géométriques.

553Sur la lèvre :

  1. Une ou plusieurs lignes parallèles à l’ouverture ;
  2. Horizontales interrompues par des verticales, dirigées vers le haut sur la gauche et vers le bas sur la droite ;
  3. Groupes de traits verticaux ;
  4. Ligne hérissée sur un côté de petites pointes régulièrement espacées (barbelures) ;
  5. Triangles hachurés, larges et courts ;
  6. Chevrons compris entre des zones de treillis, etc.

554Sur le col et le corps :

555Composition : en général, des motifs géométriques sont inscrits à l’intérieur de panneaux (deux, trois ou quatre) rectangulaires horizontaux :

  1. Sur un fond hachuré ou de treillis, apparaît un motif géométrique simple : rubans obliques ; ruban ondulé ; tresse à deux brins. L’effet produit rappelle celui de la technique du champlevé ;
  2. Horizontales interrompues par des verticales se dirigeant vers le bas ;
  3. Rectangles concentriques ;
  4. Frise de triangles hachurés, orientés vers le haut ;
  5. Damiers ;
  6. Groupes de traits obliques orientés tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre ;
  7. Volutes, etc.

556Autres motifs : quand il s’agit d’un récipient caréné (où l’angle de jonction du col et du corps est bien marqué : X et VIII), la partie inférieure du col s’orne de 4 à 6 horizontales continues, parfois exécutées à l’aide d’un peigne. Autour des surfaces d’implantation des supports, on a souvent tracé des cercles concentriques ; le plus extérieur est barbelé. Les rebords latéraux sont souvent décorés de traits perpendiculaires à leur contour.

557Style : le décor est construit de façon rigoureuse, les masses sont bien équilibrées, avec beaucoup de symétrie. Mais ce décor purement géométrique est très conventionnel, les éléments sont très limités, et les initiatives sont rares.

558Ponctuation.

559Emplacement : sur la lèvre de certains bords (X, notamment), et des rebords latéraux.

560Technique : les ponctuations faites dans la pâte fraîche, sont ovales ou rondes, disposées verticalement, et rapprochées les unes des autres (2 à 3 mm). Elles donnent à la lèvre un aspect crénelé (dimensions moyennes : largeur : 2 à 3 mm ; profondeur : 0,5 mm).

561Modelé et appliqué : du point de vue technique, les exemplaires d’Ortega sont supérieurs à ceux de La Guinea.

562Emplacement.

563Sur la lèvre des bords III et la face supérieure des bords V : groupes de pastilles, compris entre des zones incisées (voir un décor analogue de Chaparrita, pl. 24 : B) ; Près de l’ouverture, sur la paroi externe de bols de direction rentrante (IV et X) : bols zoomorphes : des têtes animales que nous avons pu identifier, celle de l’oiseau est la plus commune (pl. 30 : A, D ; pl. 31 : B, E) ; viennent ensuite, le coati (pl. 30 : F), le crocodile, le jaguar ( ?), et un rongeur ( ?). Les yeux sont figurés soit par des pastilles ornées d’une profonde perforation circulaire centrale, soit par des pastilles entourées d’un petit cordon. Pour figurer les ailes et la queue d’un bol ornithomorphe, sont façonnées des « oreilles » semi-circulaires plates (12 mm de rayon ; 6 mm d’épaisseur), ou ovales épaisses (9 mm de rayon et d’épaisseur). Dans le même but, on a parfois appliqué de simples pastilles circulaires (7 à 15 mm de diamètre ; 3 à 9 mm de hauteur), ou des cônes. Ces éléments sont fréquemment décorés par incision ; Sur la panse : quelques tessons portent sur la face externe, des petits cordons aplatis à une extrémité : il s’agit de représentations de pattes ; Sur des supports : une coupe tripode incomplète du cimetière de Bolson (sépulture 5, no 5) possède des pieds décorés sur leur partie supérieure, d’un petit oiseau en relief.

564Peinture noire : sur l’exemplaire de Bolson provenant de l’enterrement 4 (pl. 30 : B), on distingue encore des traces de peinture noire ; des groupes de lignes parallèles partent du fond et remontent à la verticale jusqu’à la frise incisée ; d’autres traces étaient visibles également sur les « ailes » et la « queue ».

565Variations chronologiques et géographiques : Ce type est d’une homogénéité remarquable, en dépit de sa large distribution à la fois dans le temps et dans l’espace. On peut supposer à ce type un seul centre de fabrication.

566Position chronologique : Guinea est commun aux phases Catalina et Ciruelas, mais atteint ses plus hautes fréquences dans la dernière.

567Comparaisons : Beaucoup de poteries de ce type ont déjà été publiées :

568Voir : Lehmann (1913) : Taf. 26 : 52, 52a ; 53 ; 54.

569Également, quatre bols ornithomorphes provenant de Las Huacas, ont été publiés par Hartman (1907) : p. 25, fig. 28 (tombe 15, f) ; p. 27, fig. 40 (no 15) ; p. 27 (no 16) ; p. 35, fig. 58 (no 6).

570Dans Lothrop (1926) : pl. CVIII : b, d ; CIX : a, c, d ; CX : a, f ; CXI : c, e ; CXXXI : a, b ; ; fig. 139 : a, etc.

571En outre, Guinea est présent dans une phase de période « Décor linéaire » au site de Matapalo (Coe, communication personnelle).

Tamino incisé (pl. 21 : E-H)

572Critères : Décor linéaire incisé.

573Échantillonnage : 90 tessons, dont 3 à La Bocana, et 87 à Ortega.

574Pâte : Deux variétés :

575Variété A.

576Matériel non plastique : il comprend essentiellement des grains de feldspath, et en quantité moindre, de quartz. Leur taille est très irrégulière, mais ils sont, en majorité très petits (0,15 mm). De plus, de grosses inclusions de feldspath et d’autres ferrugineuses, sont caractéristiques. Il semble que l’argile n’ait pas été dégraissée.

577Texture : le matériel non plastique, mal mélangé à l’argile, constitue de 20 à 30 % de la pâte. La texture est homogène et compacte ; la fracture, régulière.

578Couleur : beige foncé à brun clair.

579Cuisson : 50 % des tessons possèdent un nucleus ; les autres proviennent de poteries cuites en atmosphère oxydante.

580Variété B : est plus abondante que la première ; voir Urruela rouge.

581Surface.

582Couleur : beige à brun clair.

583Aspect : les grosses inclusions ont disparu sous l’action du polissage, et la surface apparaît comme piquetée.

584Traitement : parfois engobée en rouge framboise. Polie.

585Dureté : 4-5.

586Forme.

587Groupe I (pl. 7 : 2, 5).

588Col : concave ; évasé.

589Bord : épaissi à l’extérieur ; légèrement éversé.

590Lèvre : arrondie ou aplatie.

591Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

592Dimensions probables : grandes jarres jusqu’à 30 cm de haut.

593Groupe III.

594Bord : épaissi à l’extérieur ou direct ; face supérieure aplatie ou arrondie. Légèrement éversé ou éversé presque à l’horizontale.

595Lèvre : arrondie.

596Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

597Dimensions : inconnues.

598Groupe IV.

599Bord : direct ; ou épaissi progressivement ; ou épaissi à l’intérieur.

600Lèvre : arrondie ; ou légèrement aplatie ; ou en biseau.

601Épaisseur des parois : entre 5 et 6 mm.

602Dimensions probables : entre 10 et 15 cm de diamètre.

603Groupe VI (pl. 8 : 15).

604Fond : arrondi ; tripode.

605Bord : direct ; légèrement rentrant.

606Lèvre : arrondie ou aplatie.

607Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

608Dimensions probables : diamètre entre 15 et 20 cm.

609Groupe XII (pl. 9 : 20).

610Bord : direct ; légèrement en retrait par rapport au corps.

611Lèvre : aplatie.

612Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

613Dimensions : diamètre maximum : 6 cm.

614Décoration : Une, deux ou trois (rare) lignes incisées horizontales près du bord.

615Emplacement :

616Forme I : face interne du bord ;

617Forme III : face supérieure du bord ou lèvre ;

618Forme IV : face externe du bord ou lèvre ;

619Formes VI et XII : face externe ou interne du bord ou de la lèvre.

620Technique : les traits sont tracés un à un dans la pâte fraîche, avant engobage et polissage. La section du sillon est en U (dimensions : 1 à 3 mm de largeur, de 0,25 à 1,5 mm de profondeur).

621Position chronologique : Phase Ciruelas.

622Comparaisons : La céramique de l’Isthme de Rivas, Nicaragua, décrite par Norweb sous le nom « Schettel Incised », semble très proche de Tamino.

Pozón cannelé (pl. 21 : A-D)

623Critères : Décor par cannelures. — Engobe rouge.

624Échantillonnage : 18 tessons à Ortega.

625Pâte : Très grande variété : les pâtes Urruela, Monte Cristo C, Tamino A, sont représentées dans les quelques exemplaires en notre possession.

626Surface.

627Traitement : engobée en rouge sur la paroi externe, ou sur les deux faces ; légère ment polie.

628Forme.

629Groupe IV.

630Bord : épaissi à l’intérieur ; très rentrant. Lèvre aplatie ou directe. Peu rentrant presque vertical. Lèvre arrondie.

631Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

632Dimensions : inconnues.

633Groupe II

634Bord : direct ; éversé à la verticale.

635Lèvre : arrondie.

636Épaisseur des parois : 5 mm.

637Dimensions : inconnues.

638Groupe X : forme probable à cause de la présence de deux tessons très cambrés.

639Corps : en calotte.

640Col : rentrant.

641Supports : un exemplaire : forme rectangulaire à côtés concaves ; il est décoré de cannelures de part et d’autre d’un cordon placé verticalement.

642Rebords latéraux : Un fragment de rebord à largeur variable, de forme triangulaire ( ?).

643Décoration : Cannelures.

644Emplacement : paroi externe.

645Technique : faites une à une sur la pâte fraîche, avant engobage. Sillon en U ouvert (dimensions : largeur, de 2 à 4 mm ; profondeur, de 0,25 à 2 mm).

646Motifs :

647Traits verticaux parallèles ;

648Courbes ;

649Spirales ;

650Profondes dépressions ovales au niveau de l’équateur.

651Repoussé : un fragment de petite jarre de forme II qui montre plusieurs surfaces ovales en relief, séparées par des cannelures verticales. Elles sont produites par repoussé.

652Position chronologique : Phase Catalina.

Charco noir-sur-rouge (pl. 29 : B, F, G)

653Critères : Peinture noire. — Engobe rouge. — Pâte.

654Échantillonnage : 474 tessons, dont 59 à La Bocana, 231 à Ortega, et à La Guinea : 52 en IJKL, 105 en MNOP et 27 en ABCD. Enfin, 10 poteries de Bolson.

655Pâte : Elle varie légèrement d’un site à l’autre ; à La Guinea, elle est semblable à celle de Los Hermanos. A Ortega, elle est dégraissée avec un sable riche en andésite ; les grains de dégraissant (entre 0,25 et 0,50 mm), constituent 40 % de la pâte, et la texture est tantôt homogène et compacte, tantôt lâche et granuleuse. A La Bocana, enfin, le quartz domine les autres constituants du dégraissant qui représente 50 % de la pâte ; les grains mesurent entre 0,25 et 0,50 mm, la texture est assez compacte, et la fracture plutôt régulière. Dans les trois sites, les 3/4 des tessons possèdent un épais nucleus noir.

656Surface.

657Couleur : des parties non engobées : beige à brun.

658Aspect : assez lisse au toucher ; grains de dégraissant souvent visibles.

659Traitement : engobée en rouge, le plus souvent sur la paroi externe seulement ; parfois sur les deux faces, rarement sur la seule paroi interne. Les surfaces non engobées sont raclées ; les parties engobées sont légèrement, mais régulièrement, polies.

660Dureté : 4.

661Forme.

662Groupe II (pl. 7 : 14, 16 ; pl. 29 : F, G).

663Corps : globulaire aplati ; ou piriforme ; ou ovoïde.

664Bord : soit large et mince, aux parois rectilignes ; soit plus court, de face inférieure rectiligne, et de face supérieure convexe ; soit, enfin, de section triangulaire, épaissi au niveau de l’angle interne. Direction : éversé à 45° ; généralement, les angles interne et externe sont bien marqués.

665Lèvre : arrondie, amincie ou aplatie.

666Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

667Dimensions : pl. 29 : F = diamètre maximum : 19,4 ; diamètre ouverture : 6 ; hauteur : 15 cm.

668Pl. 29 : G = diamètre maximum : 22,2 ; diamètre ouverture : 9 ; hauteur : 19 cm.

669Groupe III.

670Fond : arrondi ; tripode.

671Corps : hémisphérique.

672Bord : épaissi à l’extérieur ; de section ovale.

673Lèvre : arrondie.

674Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

675Dimensions : inconnues.

676Groupe IV.

677Fond : arrondi ; tripode.

678Bord : direct ou légèrement épaissi à l’intérieur.

679Lèvre : arrondie.

680Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

681Dimensions : inconnues.

682Groupe VI.

683Fond : arrondi ; tripode.

684Corps : hémisphérique.

685Bord : épaissi à l’intérieur ; de section de forme variable.

686Lèvre : arrondie ; ou légèrement aplatie ; ou en biseau.

687Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

688Dimensions : inconnues.

689Groupe VIII (pl. 9 : 10).

690Col : concave ; vertical.

691Bord : doublé.

692Lèvre : aplatie.

693Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

694Dimensions : inconnues.

695Groupe I.

696Col : concave ; vertical ou légèrement évasé.

697Bord : épaissi à l’extérieur ; de section triangulaire ou circulaire Lèvre : en biseau ou arrondie.

698Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

699Dimensions probables : de 15 à 20 cm de hauteur.

700Groupe X (pl. 29 : B).

701Fond : arrondi ; tripode.

702Corps : en calotte.

703Col : rectiligne ; rentrant.

704Bord : épaissi à l’extérieur, en surplomb ; de section trapézoïdale. Légèrement éversé.

705Lèvre : aplatie à l’horizontale.

706Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

707Dimensions : pl. 29 : B = diamètre maximum : 15,6 ; diamètre ouverture : 8,4 ; hauteur : 12,5 cm.

708Autres formes : pl. 26 : F. Bol miniature tripode, à corps bas, en calotte, à col haut, concave, évasé ; le bord est légèrement éversé, et la lèvre arrondie (dimensions : diamètre maximum : 5,5 ; hauteur : 3 cm).

709Supports : Les formes III, IV, VI, VIII et X, en sont généralement pourvues. Les rares exemplaires que nous possédons sont pleins, coniques ou tronconiques, avec ou sans épaulement.

710Décoration.

711Emplacement : sur la paroi externe (formes II, L X, IV) ou interne (VIII, VI, IV).

712Technique : la peinture noire est appliquée à l’aide d’un instrument à 3, 4 ou 5 éléments. Il ne s’agit pas d’un pinceau multiple, car dans les cas de dépassement, nous n’avons pu observer de traces de poils, mais plutôt d’un « peigne », taillé dans du bois souple, ou dans un roseau. La largeur des traits varie de 1 à 5 mm, et l’écartement entre 2 et 5. Sur certains tessons plus épais, le trait est beaucoup plus large : entre 9 et 17 mm.

713Éléments :

  1. Groupes de droites parallèles, horizontales et verticales ;
  2. Groupes d’ondes horizontales, seules ou comprises entre des droites ;
  3. Série de triangles espacés régulièrement, disposés sur une ligne, et dont les sommets, parfois prolongés d’un court trait vertical, sont dirigés vers le haut ou vers le bas ;
  4. Triangles opposés deux à deux par la pointe ;
  5. Rectangles dont les angles sont occupés par un petit triangle, etc.

714Motifs :

715Le col ou la partie supérieure du corps des jarres II et I, sont décorés d’éléments horizontaux. Quatre groupes de verticales divisent la partie inférieure du corps en quatre surfaces égales. Sur les vases de forme X, le col s’orne de motifs horizontaux, et quatre groupes de courts traits verticaux décorent la partie supérieure du corps.

716Les bols, enfin, sont ornés de motifs linéaires très simples, généralement verticaux.

717Position chronologique : Ce type est commun à Catalina et à Ciruelas, mais ses plus hautes fréquences sont atteintes dans cette dernière phase. En San Bosco, il sera remplacé par Cortes noir-sur-rouge, qui poursuivra la tradition de ce mode de décoration.

718Références et comparaisons : Des poteries Charco ont été publiées par Lehmann (1913) : Tafel 26, 48 : a et par Lothrop (1926), pl. XCIX ; C : a ; CIX : e.

719Ce type est abondant dans le matériel de phase Monte Fresco, zone de Tamarindo (Coe, communication personnelle).

720Un décor linéaire noir-sur-rouge orne des poteries du complexe Santa Maria du site Girón (Willey and Stoddard, 1954), baie de Parita, Panama ; et dans la Mésoamérique, il est représenté dans les phases de période préclassique : Chukumuk I et II (Lothrop, 1933), Huasteca II (Ekholm, 1944), Playa de los Muertos et Yarumela II (Strong, Kidder and Paul, 1938 ; Canby, 1951), Chicanei (Smith, 1955), Balam (Wauchope, 1948), etc.

Cóbano noir-sur-rouge (pl. 29 : A, C, D)

721Critères : Peinture noire. — Engobe rouge. — Pâte.

722Échantillonnage : 302 tessons, dont 277 à Ortega, et à La Guinea : 6 en IJKL et 19 en MNOP. 3 pièces de Bolson.

723Pâte : Voir Guinea incisé.

724Surface.

725Couleur : des parties non engobées : beige à brun.

726Traitement : engobée en rouge généralement sur la paroi externe ; parfois, sur la face interne, ou sur les deux côtés. Les surfaces non engobées sont raclées, les engobées sont polies.

727Forme.

728Groupe II (pl. 7 : 18) : voir Charco noir-sur-rouge.

729Groupe IV (pl. 8 : 21) : idem.

730Groupe VI : idem.

731Groupe VII (pl. 29 : C).

732Fond : arrondi.

733Corps : de parois convexes, verticales.

734Bord : légèrement rentrant.

735Lèvre : aplatie.

736Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

737Dimensions : diamètre maximum : 13,8 ; hauteur : 9,5 cm.

738Autres formes :

739Pl. 29 : A.

740Corps : globulaire aplati.

741Col : court ; rectiligne ; rentrant.

742Bord : large ; rectiligne ; éversé.

743Lèvre : amincie et arrondie.

744Épaisseur des parois : 5 mm.

745Dimensions : diamètre maximum : 24 ; diamètre ouverture : 6,5 ; hauteur : 17,5 cm.

746Pl. 29 : D. Grand tesson retaillé provenant d’une jarre de grandes dimensions (diamètre maximum estimé à 60 cm). Une partie de son décor est encore visible sur le fragment. Celui-ci a une forme de demi-calebasse, qui est encore, de nos jours, un des instruments de cuisine les plus communs au Guanacaste. Dimensions : longueur : 31 cm ; hauteur : 6,5 cm.

747Supports.

748Pleins : coniques et tronconiques : voir Guinea incisé.

749Creux : idem.

750Décoration.

751Peinture noire.

752Emplacement et technique : voir Charco.

753Éléments et motifs : les mêmes que Charco, plus :

754Damiers ;

755Rectangles concentriques.

756Modelé et appliqué : bols anthropomorphes (pl. 24 : L, M). Les yeux sont indiqués par deux pastilles ovales entourées d’un cordon ; les oreilles, par deux pastilles circulaires déprimées des deux côtés ; la bouche, par une dépression rectangulaire au fond de laquelle apparaissent les dents (traits courts incisés verticaux) ; le nez est réaliste et les narines sont clairement indiquées.

757Position chronologique : Identique à celle de Charco noir-sur-rouge.

Matazana rouge-sur-brun (pl. 22 : A-E)

758Critères : Peinture rouge. — Surface non engobée. — Pâte.

759Échantillonnage : 234 tessons, dont 124 à La Bocana, 105 à Ortega, et à La Guinea : 5 en MNOP.

760Pâte : Voir Monte Cristo A.

761Surface.

762Couleur : de beige à brun foncé.

763Aspect : assez inégale au toucher, mais lisse.

764Traitement : la paroi interne est généralement raclée ; la paroi externe, bien lissée à légèrement polie.

765Dureté : 4-5.

766Forme : Dans nos collections, un seul bord peut être attribue avec certitude à Matazana : le col est rectiligne, le bord légèrement épaissi et éversé (forme I ou VIII ; cette dernière plus probable, à cause de l’existence d’un tesson caréné). Presque tous les exemplaires de ce type sont décorés seulement sur la face externe, la face interne étant simplement raclée : les formes probables sont donc des jarres (II, I, VIII). Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

767Décoration.

768Emplacement : le bord, signalé plus haut, est décoré sur ses deux faces ; c’est l’unique exception à la règle qui veut que seule la paroi externe soit décorée : col et/ou corps.

769Technique : d’après les tessons de La Bocana, les traits sont tirés un à un ; les exemplaires d’Ortega, en trop mauvais état, ne nous ont pas permis de le confirmer.

770Éléments :

  1. Larges droites horizontales ou verticales (10 à 20 mm) ;
  2. Groupe de quatre droites horizontales (largeur : 2 mm) ;
  3. Groupe de quatre droites verticales (largeur : 2 mm) ;
  4. Horizontales brisées ou ondulées (pl. 22 : E) ; e. Rangée horizontale de points ovales (diamètre : 4 mm) [pl. 22 : D] ;
  5. Triangles dont la hase repose sur une horizontale, et dont le sommet, dirigé vers le bas, se prolonge d’un petit trait vertical (pl. 22 : A) ;
  6. Grands à-plats triangulaires ( ?)...

771Motifs : le plus courant est celui déjà décrit dans Charco : combinaison de motifs horizontaux et de quatre groupes (opposés deux à deux) de verticales. L’élément g est parfois encadré de droites parallèles ; on observe aussi jusqu’à trois groupes de quatre droites horizontales, espacés d’une dizaine de centimètres, etc.

772Position chronologique : Type caractéristique de Catalina, et plus particulièrement de la première partie de cette phase (comparer avec la courbe de Charco).

773Comparaisons.

774Au Nicaragua, le type « Espinoza Red Banded » de la phase San Jorge, peut être le même que Matazana.

775Le décor linéaire rouge sur brun ou sur beige, est fréquent en Mésoamérique, durant la période Préclassique (voir les phases énumérées dans Charco).

Las Palmas rouge-sur-beige (pl. 22 : F, G, I)

776Critères : Peinture rouge. — Surface non engobée. — Pâte.

777Échantillonnage : 339 tessons à Ortega.

778Pâte.

779Matériel non plastique : grains de feldspath et, en moindres proportions, d’andésite et de quartz, difficilement perceptibles, même à la loupe. Leur taille, assez régulière, se situe entre 0,15 et 0,25 mm. Les grandes inclusions sont absentes. La pâte ne semble pas avoir été dégraissée volontairement.

780Texture : les grains sont bien mélangés à l’argile et représentent de 10 à 40 % de la pâte. La texture est très homogène et compacte. La fracture est très régulière : le plan de fracture est perpendiculaire aux surfaces.

781Couleur : de beige clair à brun clair.

782Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante : un nucléus noir occupe le plus souvent les deux premiers tiers internes de la fracture. La surface interne des poteries est souvent noircie.

783Surface.

784Couleur : paroi externe : beige à brun clair ; paroi interne : beige à gris.

785Aspect : très égale et lisse au toucher.

786Traitement : la paroi externe est légèrement polie, tandis que la paroi interne est raclée ou lissée. Le polissage a pour effets de foncer quelque peu la surface, de la rendre brillante et légèrement réfléchissante, mais aussi de faire baver les peintures rouges ; aussi, les surfaces comprises entre des traits peints, sont-elles parfois de couleur rosâtre.

787Dureté : 5.

788Forme.

789Groupe I.

790Col : assez court, et quelque peu concave ; légèrement évasé.

791Bord : épaissi à l’extérieur.

792Lèvre : arrondie.

793Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

794Dimensions probables : de même ordre que celles de Charco.

795Groupe II.

796Bord : légèrement concave ou rectiligne ; éversé à 45°.

797Lèvre : doublée à l’extérieur ; arrondie.

798Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

799Dimensions : de même ordre que celles de Charco.

800Supports : un fragment en forme de calotte peut être une partie de support creux ou d’un bol miniature globulaire.

801Décoration.

802Peinture rouge.

803Emplacement : la lèvre des jarres II et le bord des I, sont peints en rouge. Des motifs peints de la même couleur décorent la paroi externe des jarres.

804Technique : le « peigne » est utilisé pour tracer des groupes de traits parallèles de 2 à 4 mm de large, espacés de 2 à 5 mm (l’outil employé possédait deux ou trois dents).

805Éléments :

806Groupes de 3 à 6 horizontales, droites ou ondulées ;

807Groupes de 3 à 4 droites verticales ;

808Triangles au sommet dirigé vers le bas, accolés à une horizontale (pl. 22 : F).

809Motifs : analogues à ceux de Charco et de Matazana : le tiers supérieur du corps de la jarre est orné d’éléments horizontaux, et les deux tiers inférieurs de quatre groupes de traits verticaux.

810Ponctuation.

811Emplacement : à l’extérieur, sous le bord des jarres II.

812Technique : les ponctuations de forme triangulaire ont été exécutées dans la pâte fraîche (dimensions minima : 2 X 1,5 X 1 ; maxima : 5 X 4 X 0,5 mm).

813Composition : elles sont disposées en deux ou trois rangées horizontales, soit alignées verticalement, soit décalées, l’une par rapport à l’autre (effet de « nid d’abeille »).

814Combinaison du décor ponctué et du décor peint : sauf exception, les motifs peints se trouvent sous les rangées de ponctuations.

815Impressions de coquille (pl. 22 : I) : 2 exemplaires.

816Technique : voir Mojica.

817Composition : un rang d’impressions est disposé horizontalement au-dessus des motifs peints.

818Position chronologique : phase Catalina.

819Références : type rare en Monte Fresco (Coe, communication personnelle).

Tempate rouge-sur-engobe brune (pl. 22 : H)

820Critères : Peinture rouge. — Engobe brune.

821Échantillonnage : 149 tessons à Ortega.

822Pâte : identique à celle d’Urruela rouge, à deux exceptions près : la pâte est dégraissée à 50 % ; un nucleus noir est visible sur plus de la moitié des tessons.

823Surface.

824Traitement : la paroi externe ou les deux, sont revêtues d’engobe. Examinée en coupe, celle-ci comprend une pellicule superficielle de couleur brun clair, recouvrant une mince couche d’un blanc laiteux. Il ne s’agit pas d’une double application de couleur différente, mais d’une seule engobe à haut contenu d’oxyde de fer. Le polissage a pour effet de concentrer à la surface ces particules, et, pendant la cuisson, la couche superficielle s’oxyde davantage que la couche inférieure (un phénomène analogue est caractéristique de Birmania Polychrome).

825Dureté : surfaces trop érodées pour permettre d’en juger.

826Forme.

827Groupe I ou VIII.

828Col : concave.

829Bord : épaissi à l’extérieur, ou épaissi progressivement.

830Lèvre : arrondie.

831Groupe IV.

832Fond : arrondi ; tripode.

833Bord : direct, ou épaissi à l’intérieur ; rentrant.

834Lèvre : arrondie, ou aplatie, ou en biseau.

835Groupe VI.

836Fond : arrondi ; tripode.

837Bord : épaissi à l’intérieur.

838Lèvre : arrondie.

839Épaisseur des parois (des trois groupes) : 6 à 7 mm.

840Dimensions : inconnues.

841Anses : 1 exemplaire : fragment d’anse de section circulaire (diamètre : 10 mm).

842Supports.

843Pleins : coniques.

844Creux (fragments).

845Décoration.

846Peinture rouge.

847Emplacement : sur la paroi externe ou sur les deux.

848Technique : l’érosion des surfaces ne nous permet pas de savoir si un « peigne » a été ou non utilisé. Les traits sont larges de 2 à 4 mm, et espacés de 3 à 5.

849Motifs : groupes de droites parallèles, le plus souvent horizontales ; cependant, la paroi interne du col de forme I ou VIII est souvent décorée de groupes verticaux.

850Ponctuation (pl. 22 : H) : un exemplaire.

851Il montre sur sa face externe deux rangées (au moins) de ponctuations triangulaires, au sommet dirigé vers le haut (4 x 4 x 1 mm), légèrement décalées l’une par rapport à l’autre. Au-dessous, sont peintes six droites horizontales.

852Appliqué : un exemplaire qui porte sur sa paroi externe une pastille circulaire de 12 mm de diamètre, et 3 mm de hauteur.

853Position chronologique : phase Catalina.

Canjel rouge-sur-rouge

854Critères : Peinture rouge. —-Engobe rouge, différente de celle de Tempate.

855Échantillonnage : 73 tessons à Ortega.

856Pâte : voir Urruela rouge ; trois exceptions en pâte Monte Cristo A.

857Surface.

858Couleur : des parties non engobées : brun rouge.

859Traitement : le plus souvent, seule la paroi externe est engobée ; parfois les deux. L’engobe (homogène, à la différence de celle de Tempate) est de couleur rouge (10 R 5/7), identique à celle d'Urruela. Les surfaces engobées sont polies, les non engobées, raclées.

860Dureté : surfaces trop érodées pour permettre d’en juger.

861Forme.

862Groupe I.

863Col : légèrement concave.

864Bord : épaissi quelque peu à l’extérieur.

865Lèvre : arrondie.

866Dimensions probables : hauteur : 15 cm.

867Groupe II.

868Bord : presque rectiligne ; éversé à 45°.

869Lèvre : amincie et arrondie.

870Dimensions : hauteur probable : 15 cm.

871Groupe VI.

872Bord : légèrement épaissi à l’intérieur.

873Lèvre : arrondie.

874Dimensions : inconnues.

875Groupe IV : représenté par un seul grand fragment de corps d’un bol miniature.

876Fond : arrondi ; tripode.

877Corps : globulaire.

878Dimensions probables : diamètre maximum : 6 cm.

879Épaisseur moyenne des parois (des quatre groupes) : 5 mm.

880Supports.

881Pleins : le petit bol de forme IV possède des supports tronconiques de 10 mm de haut, et 15 mm de diamètre maximum.

882Creux : empreintes de ces types de supports sur un fond de bol (diamètre : 27 mm).

883Décoration : peinture de couleur grenat.

884Emplacement : sur les surfaces engobées et polies (seulement à l’extérieur, ou sur les deux faces).

885Technique : surfaces trop érodées pour permettre d’identifier le type d’instrument utilisé.

886Éléments : Groupes de droites, horizontales et verticales (largeur de 2 à 4 mm ; écart de 3 mm en moyenne) ; À-plats de forme triangulaire.

887Motifs : ils sont sans doute semblables à ceux de Charco, Tempate, Matazana, etc. La seule innovation observée, consiste dans un quadrillage qui orne parfois le fond des bols. Il est produit par l’entrecroisement de deux groupes de plusieurs traits verticaux, qui sont disposés en croix, et divisent le corps de la poterie en quatre parties égales.

888Position chronologique : phase Catalina.

Bretzel rouge (pl. 24 : K)

889Critères : Décor du bord. — Pâte.

890Échantillonnage : 4 bords à Ortega.

891Pâte : voir Urruela rouge.

892Surface : idem.

893Forme : type de forme inconnu.

894Col : très concave.

895Bord : doublé.

896Lèvre : arrondie.

897Épaisseur des parois : 5 mm.

898Décoration.

899Appliqué : une partie du cordon qui double le bord, a été ramenée obliquement (vers la droite ou vers la gauche) sur le col. A 10 mm de l’ouverture, elle est recouverte par un cordon placé verticalement ; l’une de ses extrémités se confond avec le bord, l’autre est écrasée d’un coup de pouce sur le col, aussitôt après avoir recouvert le premier cordon.

900Position chronologique : phase Catalina.

Urruela rouge (pl. 28 : D)

901Critères : Pâte. — Engobe rouge. — Absence de décor.

902Observations : par conséquent, sont comptés dans ce type, tous les tessons non décorés, provenant de poteries de types décorés : Guinea, Rosales, Tamino, Zelaya bichrome, Bretzel, etc. De la même façon, les anses et les supports, décrits comme Guinea, ont été comptés dans Urruela.

903éChantillonnage : 7 014 tessons, dont 15 à La Bocana, 6 518 à Ortega, et à La Guinea : 101 en IJKL, 318 en MNOP, 62 en ABCD. De plus, 4 pièces de Bolson.

904Pâte.

905Dégraissant : sable contenant en proportions diverses des grains de feldspath, de quartz, et d’andésite, de 0,15 à 0,25 mm de diamètre. Inclusions ferrugineuses de couleur ocre ou bleu noir.

906Texture : la pâte est dégraissée de 10 à 50 % ; suivant la quantité de matériel non plastique, la texture est homogène, compacte, ou, au contraire, lâche et légèrement friable. Fracture plutôt régulière.

907Couleur : brun clair à brun rouge foncé.

908Cuisson : le plus souvent, en atmosphère oxydante.

909Surface.

910Couleur : rouge brun.

911Aspect : très égale, parfaitement lisse. Grains de dégraissant non visibles.

912Traitement : engobée sur les deux faces, ou seulement sur la face externe. Soigneusement polie.

913Dureté : 4-5.

914Forme.

915Groupe I.

916Col : concave ; évasé.

917Bord : épaissi à l’extérieur ; ou direct.

918Lèvre : arrondie ; ou amincie.

919Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

920Dimensions probables : très variables : jarres de 15 à 20 cm de hauteur, et jarres miniatures.

921Groupe II.

922Bord : rectiligne ou concave ; éversé.

923Lèvre : arrondie ; ou amincie.

924Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

925Dimensions : voir groupe I.

926Groupe III.

927Fond : arrondi ; tripode.

928Corps : hémisphérique, ou en calotte.

929Bord : épaissi à l’extérieur, en surplomb ; à face supérieure convexe ou aplatie.

930Lèvre : arrondie ou aplatie.

931Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

932Dimensions probables : diamètre maximum : 30 cm.

933Groupe IV (pl. 10 : 12, 16, 17).

934Fond : arrondi ; tripode.

935Bord : épaissi progressivement ; ou direct ; ou épaissi à l’intérieur. Rentrant.

936Lèvre : arrondie ; ou amincie ; ou en biseau.

937Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

938Dimensions probables : diamètre maximum : 10 à 15 cm.

939Groupe V.

940Bord : large ; direct ou légèrement épaissi à l’extérieur ; la face supérieure est aplatie, en surplomb par rapport à la paroi interne. Légèrement éversé.

941Lèvre : arrondie.

942Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

943Dimensions : inconnues.

944Groupe VI.

945Bord : épaissi à l’intérieur ; épaissi progressivement ; ou direct.

946Lèvre : arrondie ; aplatie ; ou en biseau.

947Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

948Dimensions : inconnues.

949Groupe VIII.

950Col : concave ; vertical.

951Bord : épaissi à l’extérieur.

952Lèvre : arrondie.

953Dimensions et épaisseur des parois : voir groupe VI.

954Groupe X.

955Col : rectiligne ; rentrant.

956Bord : doublé à l’extérieur ; légèrement éversé.

957Lèvre : quelque peu aplatie.

958Épaisseur des parois : 5 mm.

959Dimensions probables : 10 à 15 cm de hauteur.

960Groupe XII (pl. 9 : 18, 19).

961Bord : épaissi à l’intérieur ; à l’extérieur, isolé du corps, par une large rainure horizontale. Légèrement éversé.

962Lèvre : arrondie.

963Épaisseur des parois : 5 mm.

964Dimensions : inconnues.

965Autres formes : PL 28 : D. Petite jarre à corps sphéroïde aplati, à ouverture étroite limitée par un bord court vertical, en anneau. Dimensions : diamètre maximum : 9,2 cm ; diamètre ouverture : 2,3 cm ; hauteur : 7 cm ;

966Une autre pièce provenant de Bolson (no 5, sépulture 3), est un bol campaniforme, à bord replié, de section rectangulaire. La lèvre est aplatie. Dimensions : diamètre maximum à l’ouverture : 11,7 cm ; hauteur : 7 cm.

967Anses et supports : voir Guinea incisé.

968Position chronologique : phases Catalina et Ciruelas.

969Références : à Las Huacas, Hartman a exhumé deux petits vases de ce type (voir Hartman 1907 : fig. 20, p. 23 ; et fig. 41, p. 27).

Delirión noir

970Critères : Pâte. — Couleur noire. — Absence de décor.

971Échantillonnage : 136 tessons d’Ortega.

972Pâte.

973Dégraissant et texture : voir Urruela.

974Couleur : noire.

975Cuisson : en atmosphère réductrice.

976Surface : noircie ; polie le plus souvent sur les deux faces, parfois seulement sur la face externe (dans ce cas, la face interne est raclée). Autres attributs : voir Urruela.

977Forme.

978Groupe I.

979Bord : épaissi à l’extérieur ; rarement direct.

980Lèvre : arrondie.

981Épaisseur des parois : 6 mm.

982Dimensions : inconnues.

983Groupe IV.

984Bord : direct ; ou épaissi à l’intérieur ; rentrant.

985Lèvre : arrondie ou en biseau.

986Épaisseur des parois : 6 mm.

987Dimensions : inconnues.

988Groupe VI.

989Bord : direct.

990Lèvre : arrondie.

991Épaisseur des parois : 6 à 10 mm. Dimensions : inconnues.

992Position chronologique : phase Catalina.

Zelaya bichrome (pl. 23 : A, B)

993Critères : Décor peint, noir sur rouge. — Emplacement et type de décor. — Forme unique VIII. — Supports en boucle.

994Échantillonnage : 464 tessons, dont 13 à La Bocana, 431 à Ortega, et à La Guinea, 2 en IJKL, et 18 en MNOP.

995Pâte : en règle générale, elle est identique à celle d’Urruela ; plusieurs exemplaires, cependant, sont de texture fine, et dégraissés à l’andésite ; d’autres, ont une pâte semblable à celle de Los Hermanos.

996Surface.

997Aspect : est fonction de la variété de pâte.

998Traitement : les deux faces sont engobées en rouge orangé. La paroi externe du col est lissée ; les autres surfaces sont légèrement polies.

999Forme.

1000Groupe VIII (pl. 9 : 2-5, 8, 9).

1001Corps : en calotte ; angle généralement marqué à l’équateur (poterie carénée).

1002Col : concave ; rarement rectiligne. Vertical, rarement rentrant.

1003Bord : épaissi à l’extérieur ; rarement doublé ; de section circulaire ou ovale.

1004Lèvre : arrondie.

1005Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1006Dimensions : très variables ; en moyenne, 10 cm de hauteur, et 15 cm de diamètre à l’équateur (les extrêmes étant 4 et 20 cm de hauteur, et 7 et 25 cm de diamètre).

1007Supports : en boucle (pl. 48 : K, M).

1008Caractéristiques de ce type (Zelaya), on les confondrait facilement avec des anses, si l’usure observable à leur extrémité, n’était pas aussi visible.

1009Technique : un boudin cylindrique est disposé en boucle sur la paroi. Si les points d’implantation sont assez éloignés l’un de l’autre, le jour formé par la boucle, est de forme semi-circulaire ; s’ils sont plus rapprochés, le jour est ovale ou circulaire, et le support paraît alors un simple morceau d’argile percé (dimensions moyennes : longueur : 40 mm ; hauteur : 30 mm).

1010Décoration.

1011Peinture noire.

1012Emplacement : sur les deux faces du col, ou sur sa seule face externe.

1013Technique : application de peinture noire en traits parallèles verticaux, à l’aide d’un « peigne » à deux ou trois dents. Ils sont tracés le plus souvent de bas en haut, depuis l’équateur jusqu’à la base du bord. Les lignes d’un même groupe sont plus rapprochées entre elles, que deux traits contigus de groupes différents (écart variant entre 2 et 6 mm ; largeur des traits : entre 3 et 7 mm).

1014Variations géographiques : à Ortega, seule la paroi externe du col est décorée, tandis qu’à La Bocana la peinture orne également la face interne.

1015Position chronologique : type caractéristique de Catalina, qui persiste en Ciruelas, en faibles proportions.

1016Comparaisons : les supports en boucle, sont caractéristiques de l’archéologie de certaines régions du Panama : dans la province de Chiriqui (MacCurdy 1911 ; Red Line Ware : pl. XXV, e) ; et de Veraguas (Lothrop 1950, p. 38, 39 et fig. 42-46).

Zelaya trichrome (pl. 23 : C, D)

1017Critères : Peinture noire sur le col beige. — Partie inférieure engobée en rouge.

1018Échantillonnage : 264 tessons, dont 67 à Ortega, et à La Guinea : 46 en IJKL, 122 en MNOP, et 29 en ABCD.

1019Pâte : voir Los Hermanos (quelques exceptions en pâte Guinea).

1020Surface.

1021Couleur et traitement : toute la poterie est engobée en rouge, à l’exception de la paroi externe du col, de couleur beige ; elle est raclée ou lissée, rugueuse au toucher ; les parties engobées sont lissées ou légèrement polies.

1022Dureté : 4.

1023Forme.

1024Groupe VIII (pl. 9 : 1,6).

1025Même description que pour Zelaya bichrome ; on doit y ajouter, cependant, plusieurs bords de section triangulaire, à lèvre en biseau.

1026Groupe I : un exemplaire (pl. 7 : 7).

1027Corps : sphéroïde.

1028Col : concave ; vertical.

1029Bord : épaissi à l’extérieur ; de section circulaire.

1030Lèvre : arrondie.

1031Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1032Supports : en boucle (pl. 48 : N).

1033A la différence de ceux de Zelaya bichrome, ils sont faits avec un boudin plus épais, et le jour formé par la boucle, est beaucoup plus petit : parfois même, la boucle est tout à fait aplatie (N). Mêmes dimensions que ceux de Zelaya bichrome.

1034Décoration. Trichromie : dans ce cas, le décor comprend les trois couleurs : beige, rouge, et noire, mais à la différence de la décoration polychrome, deux couleurs ne se trouvent jamais à la fois sur une troisième.

1035Emplacement : sur la paroi externe du col, non engobée, beige, et parfois sur la paroi interne engobée en rouge.

1036Technique : des traits verticaux sont tracés de bas en haut, à l’aide d’un « peigne » à 3, 4, ou même, 5 dents. Parfois à l’intérieur, une ligne horizontale placée à la base du col, arrête les traits verticaux.

1037Position chronologique : caractéristique de Ciruelas, il apparaît en Catalina, mais ne devient véritablement important que dans la phase suivante, où il prend la place de son homonyme bichrome.

1038Références et comparaisons.

1039Type très rare dans la phase de période « Décor Linéaire » au site de Matapalo (Coe, communication personnelle).

1040Une poterie de ce type a été publiée par Lothrop (1926) : vol. I, p. 224, fig. 116 : b.

1041La céramique de la côte Atlantique du Costa-Rica, appelée par Lothrop : « Reddip Ware » et figurée dans Lothrop 1926 : pl. CLXVI : d-g, pl. CLXVII : c, et la fig. 217, p. 328, rappelle fortement Zelaya trichrome : la partie supérieure du récipient est de couleur naturelle beige, décorée de traits verticaux noirs ; les autres surfaces sont engobées en rouge (voir aussi dans Stone 1958, la fig. 13 : e).

Lopez polychrome (pl. 33 : A, B, D, E)

1042Critères : Peintures noire et blanche sur engobe rouge. — Pâte.

1043Échantillonnage : 31 tessons de La Guinea : 11 en IJKL, 11 en MNOP, et 9 en ABCD.

1044Pâte : voir Los Hermanos.

1045Surface.

1046Couleur : des parties non engobées : beige ou brun clair.

1047Traitement : la paroi externe est toujours engobée en rouge ; la paroi interne l’est parfois. Les surfaces engobées sont légèrement polies, les autres sont raclées.

1048Dureté : 4.

1049Forme.

1050Groupe I.

1051Bord : épaissi à l’extérieur ; de section circulaire.

1052Lèvre : arrondie.

1053Épaisseur des parois : 8 mm.

1054Dimensions : inconnues.

1055Groupe III.

1056Bord : épaissi à l’intérieur ; en surplomb avec la paroi ; face supérieure légèrement aplatie ; éversé obliquement.

1057Lèvre : arrondie.

1058Épaisseur des parois : entre 5 et 6 mm.

1059Dimensions : inconnues.

1060Groupe IV.

1061Bord : épaissi à l’intérieur, ou épaissi progressivement ; rentrant.

1062Lèvre : arrondie.

1063Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1064Dimensions : inconnues.

1065Décoration.

1066Peintures noire et blanche sur engobe rouge :

1067Emplacement : forme I : face interne du bord et du col ; partie supérieure du corps.

1068Forme III : face supérieure du bord, et partie supérieure du corps.

1069Forme IV : partie supérieure du corps externe.

1070Technique : la peinture noire est d’abord appliquée, puis la blanche. La première est épaisse et résistante ; la seconde est très fragile : en se détachant, elle a souvent emporté avec elle l’engobe sous-jacente (pl. 33 : D).

1071Éléments géométriques :

1072Traits horizontaux et verticaux (jusqu’à 2 cm de large ; tirés un à un) ;

1073Ondes (pl. 33 : E) ;

1074Rangée de croissants (B).

1075Motifs : les motifs peints en noir sont le plus souvent bordés d’un trait blanc. Des éléments simples en blanc, peuvent aussi se combiner avec ceux peints en noir, mais se trouvent très rarement isolés. Les bords sont le plus souvent ornés de traits noirs et blancs alternés. La paroi externe du col et du corps des récipients, porte une frise horizontale dans laquelle sont inscrits des motifs géométriques ou réalistes (D).

1076Ponctuations. Deux exemplaires portent au-dessus de la décoration peinte, une double rangée de ponctuations triangulaires, analogues à celles de Congo. (N.B. Ils ont été classés dans Lopez, car le critère de la polychromie nous est apparu plus pertinent que celui du décor ponctué).

1077Position chronologique : phase Ciruelas.

1078Références et comparaisons.

1079Des poteries Lopez (ou Nosara ?) ont été publiées par Lehmann (1913. Tafel 26 ; fig. 49, 50, 51), par Lothrop (1926. PL C : c, d), et par Stone (1958, fig. 7, e).

1080La céramique « White and Black on Red Ware » de Code, Panama, parait très proche de Lopez (Lothrop 1942, vol. II, p. 146, fig. 288).

1081Enfin, le premier polychrome à faire son apparition dans la vallée de Mexico obéit au même principe que Lopez : sur un fond beige, sont peints des motifs en rouge, bordés d’un trait blanc (phase Zacatenco Tardive. Vaillant 1930, pl. IX).

Nosara polychrome (pl. 33 : C ; pl. 29 : E)

1082Critères : Peintures noire et blanche sur engobe rouge. — Pâte.

1083Échantillonnage : 3 tessons, dont 1 à Ortega, et à La Guinea : 1 en MNOP, et un autre en EFGH. Une pièce de Bolson.

1084Pâte : voir Guinea incisé.

1085Surface.

1086Traitement : engobée en rouge, entièrement ou partiellement (seulement l’extérieur). Polie.

1087Dureté : 4.

1088Forme.

1089Groupe IV (pl. 10 : 14) : un exemplaire.

1090Bord : doublé à l’extérieur ; rentrant.

1091Lèvre : amincie.

1092Épaisseur des parois : 5 mm.

1093Groupe X (pl. 9 : 12) : un exemplaire.

1094Corps : en calotte basse.

1095Col : rectiligne ; rentrant.

1096Lèvre : aplatie.

1097Autres formes :

1098Le tesson provenant d’Ortega est fortement cambré, et appartenait certainement à un récipient caréné : forme VIII ou X.

1099La poterie no 6 de la tombe 5 de Bolson (pl. 29 : E), est de corps globulaire, et de col très convexe, légèrement rentrant. Le bord (manquant), était sans doute éversé. Dimensions : diamètre maximum : 12 cm ; hauteur sans le bord : 11,5 cm.

1100Décoration.

1101Emplacement : forme X : col externe. Jarre de Bolson : col et corps externes. Technique : voir Lopez.

1102Éléments :

1103Groupes de traits horizontaux et verticaux ;

1104Chevrons ;

1105Rangée de points ;

1106Triangles concentriques.

1107Composition et motifs : très proches de ceux de Charco (voir pl. 33 : C ; pl. 29 : E)

1108Position chronologique : phase Ciruelas.

Sifflets Marbella (pl. 25 : A-G ; pl. 26 : A, B)

1109Critères : Sifflets ou ocarinas. — Décor par impressions ou ponctuations, en zones.

1110Échantillonnage : 10 fragments provenant d’Ortega.

1111Pâte : voir Urruela rouge.

1112Surface.

1113Traitement : engobée en rouge ; légèrement polie.

1114Forme : tous paraissent être zoomorphes ; le plus souvent, cependant, seule la tête de l’animal est figurée de façon réaliste ; le jaguar (pl. 25 : C), le tatou (D), et le singe( ?) (A) sont les animaux que nous avons pu identifier. Le corps du sifflet étant de forme arrondie (sphérique, cylindrique, ovoïde, etc.), on lui a parfois ajouté trois petits supports, qui permettent ainsi de le poser. Sur l’exemplaire D de la pl. 25, on compte 4 trous ; l’embouchure devait se trouver dans la partie postérieure de l’animal.

1115Décoration.

1116Modelé et appliqué : la tête de l’animal est creuse, et comme le reste du sifflet, a été façonnée au colombin. Les yeux, le nez, les oreilles, etc. sont indiqués par des pastilles, des incisions, des dépressions ovales ou circulaires, et des perforations, Zones d’impressions ou de ponctuations, limitées par une ligne incisée : Emplacement : sur le corps, et parfois aussi sur la tête.

1117Technique : ce type de décor est fait dans l’argile fraîche, avant engobage. Il est parfois, après cuisson, frotté de pigment blanc.

1118Impressions de coquille :

  1. Rangées de ponctuations exécutées à l’aide du bord d’une coquille de Pélécypode, que l’on applique ou que l’on fait pivoter. La coquille est levée, après chaque rangée, car on n’observe pas de lignes en zig-zag, qui sont produites dans le cas contraire (rocker-stamping). Les ponctuations sont circulaires et de petite taille (0,5 mm de diamètre ; 0,15 mm de profondeur) [pl. 25 : B, C]. On a parfois utilisé le bord de la même coquille pour produire un piqueté irrégulier : les mouvements devaient être rapides, et la coquille orientée dans diverses directions (pl. 25 : F).
  2. Rangées de ponctuations circulaires, plus grandes, exécutées à l’aide du dos d’une coquille, du genre de celles utilisées dans le décor de Mojica. Elle était maniée perpendiculairement à la surface, sans poussée latérale (pl. 25 : G).
  3. Un exemplaire (pl. 25 : E) est décoré d’un très fin quadrillage en impression, produit probablement par un dos de coquille.

1119Ponctuations : circulaires, faites une à une avec un stylet pointu, et disposées sans ordre (diamètre : 1 mm ; profondeur : 0,5-1 mm ; Pl. 25 : D).

1120Position chronologique : phase Catalina.

1121Références.

1122Les deux ocarinas ornithomorphes Marbella (pl. 26 : A, B), ont été achetés par Bransford à Nicoya (Bransford 1881. Pl. I, fig. 10 et 12 ; fig. 135, p. 75. Wilson 1896, fig. 263, p. 616). Ils sont décorés de zones d’impressions faites avec le bord d’une coquille. Ils possèdent quatre trous chacun, qui permettent d’obtenir les notes suivantes :

  1. fa, la, do, ré, mi ;
  2. ré, mi, fa dièze, sol, la.

1123Un autre exemplaire du même type provient d’une fouille de Bransford à Punta del Monte, près de Nicoya (in Wilson 1896, fig. 262, p. 615).

1124A Las Huacas, plusieurs sifflets Marbella ont été exhumés par Hartman (1907) : le premier représente une chauve-souris (fig. 14, p. 21), le second un tatou (fig. 38, p. 27), les deux derniers des oiseaux (fig. 39, p. 27 et pl. II, fig. 2).

1125Voir aussi dans Lothrop (1926) : vol. II, fig. 159, p. 268 (pécari), fig. 160 : a, p. 269 (oiseau), et pl. CXXX : j (tatou) et 1( ?).

1126Nous avons déjà publié la majorité des fragments de notre pl. 25 (Coe and Baudez 1961, fig. 3 : e-j), en les décrivant comme décorés par la technique d’estampage en zigzag ou « rocker-stamping ». Nous en tirions alors argument pour attribuer un âge ancien à la phase Catalina, cette technique décorative étant caractéristique de la période préclassique moyenne de Mésoamérique, de Colombie et du Pérou. Nous pensons maintenant que le décor des sifflets Marhella a peu de rapports avec celui des tessons « rocker-stamped » de La Venta, de l’Ulua Bichrome, de Tlatilco, ou de Momil.

Sifflets Corozal (pl. 26 : D, E, G)

1127Critères : Sifflets ou ocarinas. — Décor appliqué et incisé.

1128Échantillonnage : 17 fragments, dont 14 à Ortega, et à La Guinea, 1 en IJKL, et 2 en MNOP. 2 pièces complètes de Bolson.

1129Pâte : voir Guinea incisé.

1130Surface.

1131Traitement : le plus souvent, non engobée (couleur : beige, brune ou noire). Lissée ; parfois, légèrement polie sur certaines zones.

1132Forme : zoomorphes. Deux de nos exemplaires ont une forme allongée (pl. 26 : D) ; l’instrument repose sur deux supports coniques à l’avant, et à l’arrière sur le sifflet cylindrique. Provenant de Bolson, est un ocarina en forme de gourde (pl. 26 : E). Outre les quatre trous de l’instrument, il peut en exister un cinquième destiné à la suspension ; une petite anse verticale joue le même rôle sur l’exemplaire E.

1133Décoration.

1134Modelé et appliqué : des pastilles sont employées pour représenter yeux, oreilles, pieds, etc. et des cordons pour figurer un plumage et des pattes.

1135Incision et ponctuation : des traits incisés limitent certaines zones (généralement polies), qui figurent sans doute certaines parties du corps de l’animal. Les ponctuations faites une à une, et disposées en une ou deux rangées, peuvent décorer ces zones, ou des cordons appliqués. Incisions et ponctuations sont faites dans la pâte fraîche, avant polissage (dimensions des incisions : largeur : 0,5 à 1 mm ; profondeur : 0,25 à 0,50 mm ; des ponctuations : 0,5 à 1 mm de diamètre).

1136Position chronologique : phase Ciruelas.

1137Références.

1138L’exemplaire figuré pl. 26 : G, est un achat de Bransford à Sardinal. Il s’agit d’un fragment d’ocarina Corozal, représentant un félin.

1139Deux exemplaires du même type d’instruments ont été trouvés par Hartman (1907) à La Huacas : un sifflet figurant un oiseau (fig. 39, p. 27), un autre en forme d’anneau (fig. 61, 62, p. 37). Enfin, la figurine représentant une femme assise sur un metate ( ?) et tenant un enfant sur ses genoux, est très proche des sifflets Corozal, par la technique et par le style.

1140Voir aussi dans Lothrop (1926, vol. II), les ocarinas de ce type figurés, pl. CXXX : a, c, h, i, m, et des figurines anthropomorphes, décorées par pastillage et incision, qui sont étroitement apparentées à ces sifflets et au type Guinea incisé.

Los Hermanos beige (pl. 28 : F-H)

1141Critères : Pâte. — Absence générale de décoration (à l’exception de bords peints en rouge, et de panses occasionnellement décorées d’éléments appliqués).

1142Échantillonnage : 7 332 tessons, dont 2 442 à Ortega, et à La Guinea : 1 344 en IJKL, 2 802 en MNOP et 758 en ABCD. 3 pièces de Bolson.

1143Pâte.

1144Dégraissant : sable composé essentiellement de grains de quartz et de feldspath, et, en quantités minimes, de particules d’andésite et de cristaux de mica. La taille des grains est de 0,5 mm en moyenne ; elle varie peu à La Guinea, et beaucoup à Ortega. Certaines inclusions de feldspath peuvent atteindre 2 à 3 mm de diamètre. L’argile d’Ortega est riche en inclusions ferrugineuses.

1145Texture : pâte dégraissée à 50 % et plus ; le matériel non plastique est bien mélangé à l’argile, la texture est compacte et la fracture régulière à La Guinea. Par contre, à Ortega, les tessons de ce type sont de texture hétérogène, granuleuse et friable, et de fracture très irrégulière.

1146Couleur : très variable. Brun (7.5 YR 5/4), mais aussi rouge, rouge brun, brun jaunâtre, gris, etc.

1147Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante ; presque tous les tessons possèdent un nucleus gris ou noir. Sur la surface, des taches de mêmes couleurs indiquent un contact avec le combustible.

1148Surface.

1149Couleur : de beige à brun foncé.

1150Aspect : toucher rugueux ; grains de dégraissant très apparents.

1151Traitement :

1152Jarres (I et II) : l’intérieur est raclé ou lissé. A l’extérieur, le corps et le bord sont légèrement polis (polissage irrégulier, peu soigné, qui a laissé des stries horizontales) ; le col est raclé ;

1153Bols (III et VI) : généralement, les deux faces sont lissées, parfois polies.

1154Dureté : à La Guinea : 4 ; à Ortega : 3.

1155Forme.

1156Groupe I (pl. 7 :3).

1157Col : généralement concave ; très rarement rectiligne ; rentrant, parfois vertical.

1158Bord : épaissi à l’extérieur ; rarement direct ; de section circulaire, parfois triangulaire.

1159Lèvre : arrondie ou aplatie.

1160Épaisseur des parois : de 5 à 10 mm.

1161Dimensions : en moyenne, hauteur : 25 cm. Jarres miniatures de 7 cm de haut.

1162Groupe II (pl. 7 : 15, 17, 19-22 ; pl. 28 : G).

1163Bord : large ou court ; à face supérieure plate ou convexe, à face intérieure rectiligne ou concave ; section de forme ovale, rectangulaire, ou triangulaire. Éversé.

1164Lèvre : directe, ou épaissie à l’extérieur ; arrondie ou en pointe.

1165Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1166Dimensions : pl. 28 : G = diamètre maximum : 21,2 ; diamètre ouverture : 5,8 ; hauteur : 17,5 cm.

1167Groupe III (pl. 8 : 1-3, 7 ; pl. 28 : H).

1168Fond : arrondi ; tripode.

1169Bord : direct ou épaissi ; face supérieure le plus souvent convexe ; parfois aplatie ; en surplomb avec la paroi interne. Éversé presque à l’horizontale.

1170Lèvre : arrondie ou aplatie.

1171Épaisseur des parois : 6 mm en moyenne.

1172Dimensions variables : diamètre maximum entre 10 et 35 cm ; hauteur entre 6 et 20 cm. Pl. 28 : H : diamètre maximum : 17 ; hauteur 8,5 cm.

1173Groupe VI (pl. 8 : 17, 20 ; pl. 28 : F).

1174Fond : arrondi ; tripode.

1175Corps : en calotte.

1176Bord : direct, ou épaissi à l’intérieur, ou épaissi progressivement ; de section ovale, triangulaire, ou rectangulaire.

1177Lèvre : arrondie ou aplatie.

1178Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1179Dimensions : pl. 28 : F : diamètre maximum : 16,5 cm ; hauteur : 4 cm.

1180Anses : sont rares ; de petite taille, elles étaient placées verticalement sur l’épaule de jarres (section circulaire ou elliptique : 17 X 10 mm ; longueur probable de l’arc : 6 à 8 cm).

1181Supports.

1182Pleins : coniques (2,5 cm de diamètre de surface d’implantation ; 2 cm de haut).

1183Creux : nous n’en possédons que quelques fragments ; l’un d’eux est orné de trois perforations circulaires.

1184Décoration.

1185Peinture rouge parfois appliquée sur le bord des poteries.

1186Groupe I : sur le bord ; ou sur le bord et la face interne du col.

1187Groupes II et III : sur la lèvre et la face interne (ou supérieure) du bord.

1188Groupe VI : sur le bord.

1189Modelé et appliqué.

1190Technique : voir Monte Cristo.

1191Éléments : un bord de forme I porte sur sa face interne un petit boudin terminé par une pastille aplatie ornée de larges incisions parallèles : figuration de bras ou de patte. Des tessons de panse sont décorés de larges pastilles circulaires ou ovales (20 mm de diamètre ; hauteur : de 3 à 8 mm), ornées aussi d’incisions de 2 à 6 mm de profondeur.

1192Variations géographiques : différence de nature de la pâte d’Ortega et de celle de La Guinea.

1193Position chronologique : type culinaire caractéristique de Ciruelas.

Chancho rouge (pl. 28 : E)

1194Critères : Pâte. — Engobe rouge.

1195Échantillonnage : 1 649 tessons, dont 594 à Ortega, et à La Guinea : 241 en IJ KL. 650 en MNOP, et 164 en ABCD. Deux poteries de Bolson.

1196Pâte : voir Los Herrnanos.

1197Surface.

1198Couleur : des surfaces non engobées : voir Los Herrnanos.

1199Traitement : une engobe rouge orangé est étendue sur la surface externe (formes I, II, IV), ou sur les deux faces (I, VIII, III, VI, V). Les parties engobées sont lissées à légèrement polies.

1200Forme.

1201Groupe I (pl. 28 : E).

1202Voir Los Herrnanos.

1203Poterie no 4, tombe 4 de Bolson : corps globulaire aplati ; col court, concave et vertical ; bord doublé ; lèvre aplatie. Dimensions : diamètre maximum : 2,4 cm ; diamètre ouverture : 7 cm ; hauteur : 9,2 cm.

1204Groupe II.

1205Voir Los Hermanos.

1206Poterie no 1, tombe 5 de Bolson : jarre de corps ovoïde, à bord éversé concave, et lèvre épaissie. Dimensions : diamètre maximum : 18,4 cm ; diamètre ouverture : 6 cm ; hauteur : 9,2 cm.

1207Groupe VI (pl. 8 : 16).

1208Voir Los Hermanos.

1209Groupe IV (pl. 10 : 19).

1210Fond : arrondi ; tripode ?

1211Bord : épaissi à l’intérieur ; de section circulaire ou triangulaire ; parfois en surplomb avec la paroi interne.

1212Lèvre : arrondie.

1213Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1214Dimensions probables : diamètre maximum entre 10 et 15 cm.

1215Groupe VIII.

1216Fond : arrondi ; tripode.

1217Col : rectiligne, légèrement rentrant.

1218Bord : épaissi à l’extérieur ; de section carrée.

1219Lèvre : aplatie.

1220Épaisseur des parois : 7 mm.

1221Dimensions probables : diamètre maximum : 15 cm.

1222Groupe V (pl. 8 : 13).

1223Fond : arrondi ; tripode ?

1224Bord : épaissi à l’intérieur ; en surplomb avec la paroi interne ; face inférieure concave, face supérieure légèrement aplatie.

1225Lèvre : arrondie.

1226Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1227Dimensions probables : diamètre entre 15 et 30 cm.

1228Groupe III : un exemplaire.

1229Bord : direct, face supérieure légèrement aplatie ; en surplomb avec la paroi interne. Éversé presque à l’horizontale.

1230Lèvre : en biseau.

1231Épaisseur des parois : 6 mm.

1232Anses : quelques rares exemplaires (voir Los Hermanos).

1233Supports.

1234Pleins.

1235Coniques : voir Los Hermanos.

1236En forme de pied ou de patte (pl. 48 : G, H) : les orteils peuvent être indiqués au moyen de larges incisions verticales ; un petit cordon fait souvent le tour du support au niveau de la « cheville » : il peut être décoré de pastilles appliquées et de ponctuations triangulaires.

1237Autre forme (pl. 48 : I) : sur un support conique, un petit cordon est placé obliquement autour de la pointe.

1238Creux : de formes inconnues : nous ne possédons que de rares fragments, souvent décorés de perforations circulaires.

1239Décoration.

1240Appliqué. Deux exemplaires sur lesquels était appliqué un cordon se terminant par une pastille aplatie ornée d’incisions.

1241Position chronologique : la même que celle de Los Hermanos : phase Ciruelas.

Cervantes incisé et ponctué (pl. 32 : A, D)

1242Critères : Décor ponctué, incisé et peint. — Décor par cordon ponctué appliqué.

1243Échantillonnage : 25 tessons, dont 1 à La Bocana, 21 à Ortega, et à La Guinea : 1 en IJKL, 1 en MNOP, et 1 en ABCD.

1244Pâte : pour la majorité, voir Los Hermanos (exceptions de pâte Monte Cristo A). Surface : voir Los Hermanos.

1245Forme.

1246Groupe I (pl. 7 : 4).

1247Col : rectiligne ou concave ; généralement vertical.

1248Bord : soit épaissi progressivement ; soit épaissi à l’intérieur sur toute sa largeur, en surplomb avec la face interne du col. Légèrement éversé.

1249Lèvre : parfois épaissie ; arrondie ou aplatie.

1250Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1251Dimensions probables : de 20 à 30 cm de hauteur.

1252Groupe III.

1253Bord : épaissi ou non à l’extérieur ; en surplomb avec la paroi interne ; face supérieure légèrement aplatie. Éversé presque à l’horizontale.

1254Lèvre : arrondie, ou en biseau.

1255Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1256Dimensions probables : voir Los Hermanos.

1257Décoration.

1258Ponctuation, incision, peinture (pl. 32 : A, B).

1259Emplacement : sur la face interne ou supérieure du bord.

1260Composition : des zones ponctuées sont le plus souvent limitées par des groupes de traits incisés verticaux ; la peinture rouge intervient parfois, comme dans Huila, soit pour ne décorer que les surfaces non ponctuées, soit pour recouvrir également les zones de ponctuations.

1261Technique : les ponctuations sont groupées en zones rectangulaires ou triangulaires ; elles sont rarement disposées en rangées, mais plus souvent en désordre. De forme triangulaire, ovale ou linéaire, leurs dimensions sont variables : les plus grandes mesurent : 10 X 5 X 2 mm ; les plus petites : 3 X 2 X 0,5 mm. L’écart entre elles varie de 2 à 5 mm. Les coups étaient portés verticalement ou latéralement dans la pâte fraîche. Les traits incisés, qui par groupes de 2 à 4, limitent parfois les zones ponctuées, étaient le plus souvent tirés un à un ; il est possible, cependant, que le peigne ait été utilisé dans la décoration de certains exemplaires d’Ortega (largeur du trait : varie entre 0,5 et 3 mm ; profondeur : entre 0,25 et 1 mm). Notons, enfin, que la peinture rouge qui peut se combiner avec les ponctuations et les incisions, décore parfois en outre, la lèvre et la face inférieure du bord.

1262Cordon ponctué appliqué (pl. 32 : C, D).

1263Un cordon entoure l’épaule de jarres de forme I ; généralement large (10 à 12 mm) et épais (2 à 3 mm), il est orné d’une rangée de ponctuations triangulaires, disposées latéralement, et espacées de 2 à 3 mm (dimensions : 7 X 5 X 2,5 mm). Les exemplaires ainsi décorés indiquent que l’extérieur du corps de la jarre était peint en rouge, tandis que le col conservait sa couleur naturelle ; l’intérieur était parfois peint.

1264Variations Chronologiques : non observées : les deux modes de décoration de ce type ont exactement la même signification du point de vue chronologique.

1265Position Chronologique : phases Catalina et Ciruelas.

1266Références : deux poteries qui semblent Cervantes, proviennent de Las Huacas (Hartman 1907, p. 35, no 4, pl. II, fig. 3 ; et p. 36, no 7, pl. II, fig. 6).

Lavanderos à rebords latéraux (pl. 32 : E)

1267Critères : Rebords latéraux. — Forme IX. — Lèvre ponctuée.

1268Échantillonnage : 42 tessons, dont 25 à Ortega, 2 à La Bocana, et à La Guinea : 3 en IJKL, 8 en MNOP, et 4 en ABCD. Un bol incomplet de Bolson.

1269Pâte : voir Los Hermanos.

1270Surface.

1271Couleur : de rouge clair (10 R 6/6) à brun (7.5 YR 5/4).

1272Traitement : la lèvre et la paroi externe du col sont raclées. Le bord, la paroi externe du corps et toute la surface interne sont engobées en rouge et polies.

1273Dureté : 3-4.

1274Forme.

1275Groupe IX (pl. 10 : 1, 2, 3).

1276Corps : en calotte.

1277Col : le plus souvent rectiligne ; parfois concave. Vertical.

1278Bord : épais à l’extérieur, ou doublé ; de section rectangulaire ou triangulaire ; face supérieure aplatie, proche de l’horizontale.

1279Lèvre : arrondie ou en biseau.

1280Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1281Dimensions (d’après le bol de Bolson) : diamètre maximum : 18 cm ; hauteur : 7 cm.

1282Décoration.

1283Rebords latéraux : ils sont appliqués horizontalement au niveau de l’équateur du bol. On peut en distinguer trois formes :

  1. Rebord de section semi-circulaire, constitué par l’application d’un cordon de près de 9 mm d’épaisseur ;
  2. Rebord en forme de croissant ;
  3. Rebord en forme de triangle au sommet arrondi et aux côtés concaves.

1284Ces deux derniers types sont de section triangulaire allongée ; la longueur de la corde de l’arc qu’ils dessinent, varie entre 7 et 10 cm, et la largeur maxima du rebord, entre 2 et 3 cm. L’exemplaire de Bolson possède deux rebords en croissant.

1285Ponctuations : elles sont exécutées sur la lèvre, et peuvent être, soit latérales (de forme triangulaire, distantes de 4 à 6 mm, et mesurant 5 x 4 x 1 mm), soit verticales (rectangulaires, ovales ou losangiques : 5,5 X 1,5 mm, et espacées de 2 à 7 mm).

1286Incisions : deux exemplaires d’Ortega sont décorés par deux lignes incisées continues et parallèles à l’ouverture, l’une sur la face supérieure du bord, l’autre, sous le bord, à l’intérieur. Elles sont tracées dans la pâte fraîche, avant engobe, et mesurent 1 mm de large et 0,25 mm de profondeur.

1287Appliqué : les éléments qui décorent le col du bol de Bolson, indiquent les traits d’un visage : juste au-dessus du rebord, deux pastilles circulaires incisées figurent les yeux ; une pastille ovale, le nez ; la bouche est représentée par une grosse pastille informe placée sur la lèvre du rebord.

1288Position chronologique : phase Ciruelas.

Yayal brun (pl. 34 : A, C)

1289Critères : Pâte. — Absence de décor caractéristique.

1290Échantillonnage : à La Guinea, 6 332 tessons (1 910 en IJKL, 2 176 en MNOP, 2 246 en ABCD), et une poterie trouvée en L 5. De plus, une jarre provenant de Bolson : (tombe 1, no 1).

1291Pâte.

1292Dégraissant : sable composé essentiellement de grains de quartz (dont les plus gros ont été préalablement broyés), et en quantités variables, de particules de feldspath et d’andésite. La taille des grains est plutôt régulière dans chaque tesson, mais varie d’un tesson à l’autre : dans certains cas, entre 0,25 et 0,50 ; dans d’autres, entre 0,50 et 1 mm. On observe souvent des inclusions de grande taille (jusqu’à 2 mm) de quartz et de feldspath, ainsi que d’hématite.

1293Texture : le dégraissant, qui constitue plus de 50 % de la pâte, est bien mélangé à l’argile. La texture est granuleuse, friable, et la fracture irrégulière.

1294Couleur : brun-rouge, rouge, rouge-gris.

1295Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante : un nucléus noir est presque toujours présent.

1296Surface.

1297Couleur : identique à celle de la pâte.

1298Aspect : au toucher, inégale et souvent rugueuse ; particules de quartz visibles.

1299Traitement : varie suivant la forme : l’extérieur et l’intérieur des bols, sont lissés ou légèrement polis. La face interne des jarres est raclée, la face externe est lissée à légèrement polie, à l’exception des cols de forme I et de la face inférieure des bords II, qui sont raclés. Le polissage est en général peu soigné et irrégulier, et a laissé des traces horizontales visibles et sensibles au toucher.

1300Dureté : 4-5.

1301Forme.

1302Groupe II (pl. 34 : A, C ; pl. 11 : 6, 8-12, 14, 15, 17, 19).

1303Bord : soit large, de section rectangulaire ou ovale ; soit court, souvent épaissi à l’intérieur, de section triangulaire, ovale ou circulaire. Redressé à la verticale, ou éversé à 45°.

1304Lèvre : arrondie, en biseau, ou aplatie.

1305Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1306Dimensions : pl. 34 : A = diamètre maximum : 28,6 ; diamètre ouverture : 16 ; hauteur : 22 cm ; pl. 34 : C = diamètre maximum : 20,5 ; diamètre ouverture : 10 ; hauteur : 15 cm.

1307Groupe I (pl. 11 : 1-5).

1308Col : légèrement concave ; vertical ou légèrement rentrant.

1309Bord : épaissi à l’extérieur, ou doublé.

1310Lèvre : arrondie ou en biseau.

1311Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1312Dimensions probables : entre 20 et 40 cm de hauteur.

1313Groupe III (pl. 11 : 20-22, 29, 30).

1314Fond : arrondi ; tripode.

1315Bord : soit doublé ou épaissi à l’extérieur, et de même direction que les parois du corps ; soit légèrement épaissi à l’intérieur, et éversé presque à l’horizontale (la face supérieure est alors parfois aplatie).

1316Lèvre : arrondie ou en biseau.

1317Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1318Dimensions probables : diamètre maximum : 20 cm.

1319Groupe IV (pl. 12 : 16, 17).

1320Fond : arrondi ; tripode.

1321Corps : en calotte.

1322Bord : épaissi ou doublé à l’intérieur ; rentrant.

1323Lèvre : arrondie ou aplatie.

1324Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1325Dimensions probables : diamètre maximum entre 7 et 15 cm.

1326Groupe VIII (pl. 12 : 5).

1327Corps : en calotte ou hémisphérique.

1328Col : concave ou rectiligne ; vertical.

1329Bord : direct.

1330Lèvre : arrondie, aplatie ou en biseau.

1331Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1332Dimensions : inconnues.

1333Groupe XI (pl. 12 : 10).

1334Fond : arrondi ; tripode ?

1335Bord : de largeur variable ; épaissi à l’extérieur ou des deux côtés ; face supérieure convexe ou aplatie.

1336Lèvre : arrondie ou en biseau.

1337Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1338Dimensions : inconnues.

1339Groupe VI.

1340Bord : direct ou épaissi progressivement.

1341Lèvre : arrondie, aplatie ou en biseau.

1342Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1343Dimensions : inconnues.

1344Supports.

1345Pleins :

1346Coniques (pl. 50 : A, B) ; hauteur : 1,5 à 2 cm ;

1347Coniques à épaulement (face antérieure renflée) ; hauteur : 4 cm (pl. 50 : E) ;

1348En forme de corne ;

1349En forme de patte (pl. 50 : J).

1350Anses (pl. 35 : A, C-F).

1351Emplacement : partie supérieure du corps des jarres I, II.

1352Implantation : horizontale ou verticale : dans ce dernier cas, l’anse peut unir la lèvre et le corps, ou se trouver entièrement sur le corps.

1353Forme : généralement, symétriques sont les anses verticales, et asymétriques, les horizontales : la face inférieure est plus large que la supérieure. Section de forme variable : circulaire à ovale allongée. Dimensions : longueur de la corde (surfaces d’implantation comprises) : 7 à 10 cm ; épaisseur maxima : de 2 à 5 cm.

1354Décoration : voir ci-dessous.

1355Décoration.

1356Appliqué.

1357Sur les anses. Trois types de décor :

  1. Une paire de cordons appliquée transversalement près de chaque point d’implantation ; sauf exceptions, les cordons ne font pas le tour de l’anse, mais se contentent d’en orner seulement la partie visible (dimensions : 2 à 5 mm de largeur ; 2 à 6 mm d’épaisseur) ;
  2. Cordons décorés d’impressions digitales, placés seuls ou par paires près des points d’implantation ;
  3. Pastilles ovales ou circulaires incisées : d’un trait en longueur (« grain de café », pl. 35 : A), ou de deux traits croisés (pl. 35 : D). Elles sont disposées en deux ou trois rangs (de 3 à 4 pastilles chacun), sur la partie visible de l’anse, entre les paires de cordons (dimensions : 1 à 2 mm de diamètre, et 3 à 4 mm d’épaisseur).

1358Sur la panse : deux exemplaires seulement, sur lesquels les éléments appliqués sont incomplets et non identifiables.

1359Technique : les bords des pastilles ou des cordons n’ont pas été lissés, et sont en surplomb sur la paroi.

1360Peinture rouge : elle peut décorer certains bords des formes I, II, III et XI.

1361Emplacement :

1362Formes III et XI : le bord ;

1363Forme II : la lèvre et la face supérieure du bord ;

1364Forme I : le bord seul, ou le bord et la partie supérieure de la paroi interne du col.

1365Position chronologique : Type caractéristique de San Bosco, et, à un moindre degré, de Palo Blanco A. II apparaît timidement en Ciruelas, et pendant tout San Bosco, constitue de 60 à 70 % de la céramique de cette phase. Les fréquences de Yayal diminuent progressivement en Palo Blanco A, souffrant de la concurrence des types culinaires Sarnoso, Nautilus, puis Piches et Danta.

1366Comparaisons : La céramique de phase Matapalo, zone de Tamarindo, comprend un type culinaire analogue à Yayal, dont les anses sont aussi décorées par pastillage (Coe, communication personnelle.)

Mansión rouge

1367Critères : Pâte. — Engobe rouge. — Absence de décoration.

1368Échantillonnage : A La Guinea, 1 193 tessons, dont 364 en IJKL, 378 eh ABCD et 451 en MNOP.

1369Pâte : Voir Yayal.

1370Surface.

1371Couleur : des parties non engobées : rouge-brun (5 YR 5.5/3 et 4).

1372Traitement et aspect : les jarres sont engobées seulement à l’extérieur ; les bols sont engobés sur les deux faces, ou sur une seule. Les surfaces engobées sont légèrement polies, les non engobées sont raclées ou lissées (intérieur des jarres), lissées ou légèrement polies (bols). L’engobe rouge a tendance à s’écailler.

1373Dureté : 4-4,5.

1374Forme.

1375Groupe I (pl. 11 : 4).

1376Col : concave ; vertical ou rentrant.

1377Bord : épaissi à l’extérieur ; exceptionnellement direct.

1378Lèvre : arrondie, aplatie ou en biseau.

1379Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

1380Dimensions : hauteur probable : 20 à 30 cm.

1381Groupe II (pl. 11 : 16, 18).

1382Bord : soit court et de section ovale ou triangulaire ; soit, moyen ou large (2 à 4 cm), de section rectangulaire. Éversé à 45°.

1383Lèvre : arrondie, aplatie ou en biseau.

1384Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1385Dimensions probables : hauteur de 25 à 30 cm.

1386Groupe III (pl. 11 : 24, 27).

1387Fond : arrondi ; tripode.

1388Bord : soit épaissi ou doublé à l’extérieur, de section circulaire ou ovale, et de même direction que les parois du corps ; soit direct, de section ovale, et éversé presque à l’horizontale ; la face supérieure est parfois alors, légèrement aplatie.

1389Lèvre : arrondie.

1390Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1391Dimensions probables : diamètre maximum entre 10 et 15 cm.

1392Groupe IV.

1393Fond : arrondi ; tripode.

1394Bord : de forme très variable : direct, épaissi progressivement, épaissi, doublé à l’intérieur ; ou progressivement aminci. Rentrant.

1395Lèvre : arrondie, aplatie ou en biseau.

1396Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1397Dimensions probables : diamètre maximum entre 10 et 15 cm.

1398Groupe VI (pl. 12 : 1).

1399Bord : épaissi progressivement.

1400Lèvre : arrondie.

1401Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1402Dimensions : inconnues.

1403Supports.

1404Pleins (pl. 50 : C, D, I) : coniques, tronconiques, coniques à épaulement ; l’exemplaire I, est décoré d’une rangée de ponctuations circulaires. Un exemplaire en forme de patte. Hauteur moyenne des supports : 3 cm.

1405Creux : deux fragments de supports globulaires de près de 5 cm de diamètre maximum.

1406Anses : Un seul exemplaire est un fragment de 40 mm de large et 15 mm d’épaisseur.

1407Position chronologique : Identique à celle de Yayal.

Cortes noir-sur-rouge

1408Critères : Pâte. — Décor noir-sur-rouge.

1409Échantillonnage : A La Guinea, 118 tessons, dont 34 en IJKL et en ABCD, et 50 en MNOP.

1410Pâte et surface : Voir Mansión rouge.

1411Forme.

1412Groupe I : voir Mansion rouge.

1413Groupe II (pl. 11 : 7) : idem.

1414Groupe III (pl. 11 : 28) : idem.

1415Groupe IV : idem.

1416Groupe VI.

1417Fond : arrondi ; tripode.

1418Bord : direct ou épaissi progressivement.

1419Lèvre : arrondie ou aplatie.

1420Épaisseur moyenne des parois : 4 mm.

1421Dimensions probables : diamètre maximum de 15 à 20 cm.

1422Supports : Ne peuvent être distingués de ceux de Mansión.

1423Décoration : Peinture noire.

1424Emplacement : extérieur des jarres ; extérieur ou intérieur des bols.

1425Technique : peinture plus fragile que celle de Charco. L’état de notre collection ne nous a pas permis de déterminer l’outil utilisé. Les traits minces (de 3 à 5 mm) sont beaucoup plus communs que les traits épais (entre 5 et 12 mm).

1426Motifs : les seuls observés sont des groupes de lignes parallèles, horizontales et verticales, espacées en moyenne de 3 à 4 mm ; et des traits épais, beaucoup plus espacés. Il est probable que, comme dans Charco, la partie supérieure du corps des jarres était décorée de motifs horizontaux, et la partie inférieure de traits verticaux. Le décor extérieur des bols IV consiste surtout en éléments horizontaux ; le décor intérieur des bols VI et III, de motifs verticaux.

1427Position chronologique : Phase San Bosco. Cortes assure la tradition du décor noir-sur-rouge, en remplaçant dans cette phase, le type Charco, caractéristique des phases antérieures. Si, dans la séquence, nous avions constitué un seul type caractérisé par ce décor, en ne tenant pas compte de l’opposition de pâte Charco/Cortes, ses fréquences maxima apparaîtraient à la fin de Ciruelas, et au début de San Bosco.

1428Références : Type rare en phase Santa Elena, zone de Chahuite Escondido (Coe, communication personnelle).

Carrillo polychrome (pl. 34 ; D, E ; pl. 33 : F-I)

1429Critères : Peintures noire et rouge sur fond jaune-rouge. — Pâte.

1430Échantillonnage : A La Guinea, 380 tessons, dont 147 en IJKL, 153 en MNOP et 80 en ABCD. De plus, deux poteries provenant des environs d’Ortega, achetées sur place.

1431Pâte : Voir Yayal.

1432Surface.

1433Couleur : jaune-rouge (5 YR 5.5/6), rouge (2.5 YR 5.5/6), ou brun (7.5 YR 5.5/4). Le polissage a pour effet de foncer la couleur de la surface : exemple d’un tesson dont l’intérieur lissé est brun clair (7.5 YR 6.5/4) et dont l’extérieur bien poli est rouge (2.5 YR 4.5/8). Les rares tessons engobés sont de couleur rose ou gris-rose (7.5 YR 7/3).

1434Aspect : les grains de dégraissant ne sont pas visibles, mais les stries de polissage sont décelables à la vue comme au toucher. La surface est légèrement brillante, mais non réfléchissante.

1435Traitement : en règle générale, la surface n’est pas engobée, et polie le plus souvent sur les deux faces.

1436Dureté : 4.

1437Forme.

1438Groupe IV (pl. 12 : 12-15 ; pl. 34 : D, E).

1439Fond : arrondi ; parfois tripode.

1440Bord : épaissi à l’intérieur ; direct ou épaissi progressivement ; rentrant.

1441Lèvre : arrondie ; parfois, aplatie ou en biseau.

1442Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1443Dimensions : pl. 34 : D = diamètre maximum : 12,7 ; diamètre ouverture : 10 ; hauteur : 7,2 cm. Pl. 34 : E = diamètre maximum : 14,4 ; diamètre ouverture : 13,5 ; hauteur : 8 cm.

1444Groupe III (pl. 11 : 26).

1445Fond : arrondi ; tripode.

1446Bord : épaissi à l’extérieur ; de section circulaire, ovale ou triangulaire.

1447Lèvre : arrondie ou en biseau.

1448Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1449Dimensions probables : diamètre maximum entre 15 et 25 cm.

1450Groupe XI.

1451Fond : arrondi ; tripode ?

1452Bord : de largeur variable ; épaissi à l’extérieur ; à face supérieure convexe.

1453Lèvre : arrondie.

1454Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1455Dimensions : inconnues.

1456Groupe VI.

1457Bord : direct.

1458Lèvre : arrondie.

1459Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

1460Dimensions : inconnues.

1461Groupe II.

1462Bord : direct ; de section ovale. Éversé à 45°.

1463Lèvre : arrondie.

1464Épaisseur des parois : entre 3 et 12 mm.

1465Dimensions : inconnues.

1466Groupe XIV (pl. 10 : 5).

1467Corps : en calotte basse.

1468Col : concave, évasé. Équateur non marqué.

1469Bord : épaissi extérieurement.

1470Lèvre : arrondie.

1471Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1472Dimensions : inconnues.

1473Supports.

1474Pleins (pl. 50 : F-H).

1475Courts : coniques et tronconiques à épaulement (F) ; 10 à 20 mm de hauteur.

1476Longs (30 à 40 mm) : en forme de « corne tronquée », ou coniques à épaulement. La figure H de la pl. 50 montre un support placé au bord de la poterie : cette forme unique n’a pu être reconstituée.

1477Creux : un exemplaire zoomorphe (pl. 50 : G) a les yeux indiqués par pastillage, et la gueule par une large fente longitudinale.

1478Décoration.

1479Peinture : Emplacement : sur les bols de forme IV et III, le décor se trouve sur les deux tiers supérieurs du corps, le dernier tiers étant parfois peint en rouge. Presque toujours, l’intérieur des bols est peint en rouge, et les bords de forme IV en noir. Le seul bord VI que nous possédions porte la décoration à l’intérieur, alors que l’extérieur est peint en rouge. En ce qui concerne les récipients de formes II et XI, nous savons qu’au moins, la face supérieure du bord est décorée.

1480Technique : peintures :

1481Rouge ;

1482Noire.

1483La peinture noire est appliquée la première.

1484Composition : les motifs sont disposés à l’intérieur de deux ou trois panneaux rectangulaires horizontaux, constitués par des groupes de droites parallèles rouges et/ou noires. En règle générale, le contour des motifs est indiqué par un trait noir de 2 mm de largeur moyenne ; les surfaces ainsi définies sont ensuite couvertes de peinture rouge, sous forme de taches, de larges bandes, de traits parallèles horizontaux et verticaux, qui se combinent fréquemment en quadrillage. Une exception dans laquelle de larges traits rouges dessinent un motif, sans l’aide de peinture noire.

1485Motifs : formes animales stylisées (pl. 34 : E = crocodile), ou formes conventionnelles, sans doute symboliques d’un animal (croix, scalaires affrontés ou disposés en forme de X : pl. 34 : D).

1486Exécution et style : l’exécution est rapide et peu soignée : les traits, souvent tremblés, sont mal raccordés. L’ensemble du décor est assez confus ; on observe peu de liberté dans le choix, et plus dans l’exécution, des motifs.

1487Appliqué.

1488Emplacement : bord externe des bols IV, et lèvre des III.

1489Technique : en général, les bords des éléments appliqués ne sont pas lissés.

1490Éléments :

1491Pastilles circulaires, parfois ornées d’une large et profonde dépression centrale (épaisseur : 4 à 8 mm ; diamètre : 15 mm) ;

1492Pointes coniques (hauteur : 10 mm) ;

1493« Oreilles » plates et semi-circulaires (rayon de 12 mm).

1494Les pastilles et les oreilles sont fréquemment décorées de larges et profonds traits incisés parallèles.

1495Motifs : ces éléments peuvent figurer certaines parties du corps d’un animal (ailes et queue de l’oiseau, écailles du crocodile) sur des poteries zoomorphes, ou être utilisés simplement dans un but purement décoratif, non figuratif.

1496Des poteries anthropomorphes figurent aussi dans Carrillo, aux côtés des bols zoomorphes. Sur l’exemplaire représenté pl. 33 : F, l’œil est indiqué par une pastille cerclée, et le bras par une bande large et plate. Les éléments appliqués sont le plus souvent ornés de peintures.

1497Position chronologique : Type caractéristique de San Bosco. Il apparaît assez brutalement au début de cette phase, et acquiert très rapidement une grande popularité qu’il conservera jusqu’au début de Palo Blanco. Dans cette phase, il subit la concurrence de nombreux types polychromes, et ses fréquences diminuent progressivement. Certains éléments caractéristiques de Carrillo vont se retrouver dans le type Asientillo polychrome, qui va maintenir la tradition d’un polychrome sur pâte grossière, aux côtés de nombreux types polychromes sur pâte fine.

1498Références.

1499Des poteries de ce type ont été publiées par Lothrop (1926) : voir figure 72, p. 175 ; fig. 73, p. 176 ; fig. 75 : b, p. 178 ; pl. LXVIII : b ; pl. LXXV, etc.

1500Des vases en forme d’anneau ou de beignet (doughnut vessels) appartiennent à Carrillo, selon l’exemplaire acheté par Bransford à Sardinal, et qui se trouve dans les collections de l’Institution Smithsonian sous le no 60027 ; voir aussi dans Lothrop (1926, pl. CX), un vase de même forme qui semble Carrillo.

1501Ce type est abondant en Matapalo, rare en Santa Elena. La variante de Santa Elena est la plus proche de celle de San Bosco (Coe, communication personnelle).

Sarnoso à pâte grossière

1502Critères : Pâte.

1503Échantillonnage : A La Guinea, 645 tessons, dont 171 en IJKL, 197 en ABCD et 277 en MNOP.

1504Pâte.

1505Dégraissant : se compose de grains de feldspath et d’autres particules opaques, non identifiées. Leur taille est irrégulière, et varie de 0,50 à 1 mm. Les inclusions de grande taille (jusqu’à 2 mm) sont fréquentes : grosses particules de feldspath, petites pierres, inclusions ferrugineuses sphériques de couleur bleu-noir.

1506Texture : le dégraissant est mal mélangé à l’argile, et constitue près de 50 % de la pâte. La texture est hétérogène et lâche. La fracture est très irrégulière, d’aspect déchiqueté.

1507Couleur : brun rouge à brun foncé.

1508Cuisson : en atmosphère oxydante.

1509Surface.

1510Couleur : brun rouge.

1511Aspect : inégale au toucher, légèrement ondulée. Les grains de dégraissant sont visibles.

1512Traitement : généralement lissée, parfois légèrement et irrégulièrement polie (stries visibles).

1513Dureté : 3-3,5.

1514Forme.

1515Groupe II (pl. 13 : 29, 30).

1516Bord : soit épaissi à l’intérieur, de section triangulaire ; éversé à l’horizontale ; à face supérieure aplatie ; soit large, direct ; éversé à 45°.

1517Lèvre : arrondie.

1518Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1519Dimensions probables : hauteur : de 20 à 30 cm.

1520Groupe I (pl. 13 : 1,3).

1521Col : rectiligne ; évasé ou vertical.

1522Bord : épaissi ou doublé à l’extérieur.

1523Lèvre : arrondie ou aplatie.

1524Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1525Dimensions probables : hauteur de 20 à 30 cm.

1526Groupe III (pl. 14 : 4) : un exemplaire.

1527Bord : épaissi à l’intérieur ; à face supérieure aplatie. Éversé à l’horizontale.

1528Lèvre : arrondie.

1529Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1530Dimensions probables : diamètre maximum : 25 cm.

1531Groupe XIV : un exemplaire (bichrome).

1532Col : concave ; évasé.

1533Bord : à face supérieure épaissie, et aplatie à l’horizontale.

1534Lèvre : arrondie.

1535Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1536Dimensions : inconnues.

1537Décoration.

1538Engobe rouge.

1539Elle peut recouvrir entièrement la poterie mais le plus souvent seulement l’extérieur, partiellement ou totalement ; le col des jarres de forme I ou la partie supérieure du corps de celles de forme II sont souvent dépourvus de peinture. Il est très rare que seule la face interne soit engobée.

1540Cordons ornés d’incisions ou d’impressions digitales.

1541Emplacement : sur l’épaule des jarres de forme I.

1542Technique : les bords du cordon sont lissés et se confondent avec la paroi. (Dimensions : largeur : 7 mm ; épaisseur de 1 à 2 mm). Le cordon est souvent décoré de courts traits incisés de forme ovale, disposés obliquement, parfois par groupes de trois, orientés tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre. Ces traits gravés dans la pâte fraîche mesurent : 4 X 1,5 X 0,5 mm et sont espaces de 3 à 6 mm. Les cordons sont parfois décorés d’impressions digitales serrées les unes contre les autres.

1543Incision.

1544Sur un exemplaire, des traits incisés décrits ci-dessus ont été tracés directement sur la paroi de la jarre.

1545Dans le cas d’engobage partiel, une ligne horizontale limite parfois la surface engobée.

1546Un fragment de bol III est décoré sur sa paroi externe engobée, par une frise, dépourvue de peinture, limitée par deux lignes horizontales. Des groupes de trois à quatre traits obliques orientés tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre, forment des triangles dont le centre s’orne d’une dépression circulaire.

1547Ponctuation.

1548La lèvre de certains bols III peut être décorée de larges ponctuations ovales (longueur : 7 mm) espacées de 4 à 5 mm.

1549Peinture noire/rouge : un exemplaire.

1550Emplacement : sur le bord du bol.

1551Composition : entre deux lignes, parallèles à l’ouverture, des traits obliques sont disposés par paires d’orientation différente alternée.

1552Peintures rouge et noir/crème : 3 exemplaires.

1553Sur la face externe engobée en blanc crème ont été peints des groupes de traits parallèles horizontaux et verticaux, tantôt en rouge, tantôt en noir.

1554Position chronologique : Caractéristique de Palo Blanco A, Sarnoso apparaît timidement en San Bosco, il diminue progressivement en Palo Blanco B et semble disparaître en Bebedero.

Nautilus brun

1555Critère : Pâte.

1556Échantillonnage : A La Guinea, 739 tessons, dont 296 en IJKL, 164 en MNOP et 279 en ABCD.

1557Pâte.

1558Dégraissant : composé en majorité de particules d’andésite et de feldspath ; les grains de quartz sont peu abondants ; les grains mesurent 0,25 mm en moyenne. De grandes inclusions ferrugineuses sont fréquentes.

1559Texture : le dégraissant est bien mélangé à l’argile, et constitue 50 % de la pâte ; on note la présence de bulles d’air. La texture est assez lâche, friable et la fracture irrégulière.

1560Couleur : de beige à brun rouge.

1561Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante ; un tesson sur trois possède un nucléus noir.

1562Surface.

1563Couleur : brun rouge, brun clair, brun.

1564Aspect : égale au toucher, légèrement « poussiéreuse ». La surface est piquetée de petites cavités, témoins de la disparition des grains de dégraissant.

1565Traitement : lissée ou légèrement polie irrégulièrement.

1566Dureté : 4.

1567Forme.

1568Groupe II.

1569Bord : épaissi à l’intérieur, trapu ; à face externe rectiligne et face interne plus ou moins convexe.

1570Lèvre : arrondie ; parfois amincie.

1571Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1572Dimensions probables : 25 à 30 cm de hauteur.

1573Groupe I.

1574Col : concave ; vertical.

1575Bord : épaissi extérieurement.

1576Lèvre : arrondie ou aplatie.

1577Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

1578Dimensions probables : 20 à 25 cm de hauteur.

1579Groupe III (pl. 11 : 23, 25).

1580Fond : arrondi ; tripode ?

1581Bord : épaissi à l’extérieur ; de section triangulaire ou rectangulaire ; à face légèrement aplatie.

1582Lèvre : amincie ou épaissie.

1583Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

1584Dimensions probables : 20 cm de diamètre.

1585Groupe IV.

1586Fond : arrondi ; tripode ?

1587Bord : direct ; rentrant.

1588Lèvre : amincie.

1589Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1590Dimensions probables : diamètre de 10 à 15 cm.

1591Groupe XII (pl. 12 : 9).

1592Corps : en calotte.

1593Bord : en retrait de plusieurs millimètres par rapport au corps ; à face externe rectiligne et interne convexe.

1594Lèvre : arrondie.

1595Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1596Dimensions probables : diamètre de 10 à 15 cm.

1597Anses : Trois exemplaires, de section ovale ou circulaire, étaient places verticalement sur le corps des jarres.

1598Décoration.

1599Appliqué sur les anses (pl. 35 B).

1600Le décor consiste en deux paires de cordons placées latéralement près des points d’implantation ; ils peuvent être ornés d’impressions digitales.

1601Sur un exemplaire sont appliquées des pastilles ovales décorées d’incisions.

1602Peinture : quelques bords sont peints en rouge.

1603Position chronologique : Type caractéristique de Palo Blanco A ; il reste important pendant la deuxième partie de la phase.

Belen incisé (pl. 36 : A-D, F)

1604Critères : Décor incisé. — Pâte. — Surface non engobée.

1605Échantillonnage : A La Guinea, 490 tessons, dont 190 en IJKL, 160 en ABCD et 140 en MNOP.

1606Pâte.

1607Dégraissant : sable composé, en proportions diverses, des particules d’andésite, de feldspath et de quartz, de taille régulière (0,25 mm). Les grandes inclusions (entre 0,5 et 1 mm) sont fréquentes.

1608Texture : pâte dégraissée de 25 à 50 %. La texture est homogène et compacte ; la fracture régulière.

1609Couleur : brun rouge, rouge.

1610Cuisson : le plus souvent en atmosphère oxydante.

1611Surface.

1612Couleur : noircie le plus souvent ; mais aussi ocre jaune et brun rouge clair.

1613Aspect : surface très égale, très lisse ; réflexion des surfaces polies.

1614Traitement : non engobée, polissage très régulier et très soigné sur une seule ou sur les deux faces.

1615Dureté : 4-5.

1616Forme.

1617Groupe VIII (pl. 12 : 4, 6, 7).

1618Fond : arrondi ; tripode.

1619Col : concave ou rectiligne ; vertical ou rentrant, équateur arrondi.

1620Bord : épaissi ou doublé à l’extérieur, parfois aussi à l’intérieur ; ou direct.

1621Lèvre : arrondie ou en biseau ; ou parfois aplatie.

1622Épaisseur moyenne des parois : 4 mm.

1623Dimensions probables : diamètre maximum entre 5 et 10 cm.

1624Groupe VII (pl. 10 : 9, 11).

1625Corps : à parois légèrement convexes ou rectilignes ; de direction verticale.

1626Lèvre : directe ou épaissie à l’intérieur ; amincie.

1627Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1628Dimensions : inconnues.

1629Groupe IV.

1630Fond : tripode ?

1631Bord : épaissi progressivement ou direct ; rentrant.

1632Lèvre : aplatie ou en biseau.

1633Épaisseur des parois : 4 mm.

1634Dimensions probables : diamètre maximum : moins de 10 cm.

1635Supports.

1636Pleins : un exemplaire tronconique à épaulement peu marqué (hauteur : 15 mm).

1637Creux : un autre, zoomorphe (pl. 50 : K) décoré de lignes incisées et d’une large dépression longitudinale qui figure la gueule de l’animal.

1638Décoration.

1639Incision.

1640Emplacement : sur la paroi externe, col des bols VIII, et partie supérieure du corps des bols VII et IV.

1641Technique : à part de très rares exceptions, elle est faite après polissage et après cuisson. La gravure est étroite (0,5 mm) et superficielle (0,15 à 0,25 mm de profondeur). Les traits incisés ont été parfois remplis de pigment blanc.

1642Composition : les motifs s’inscrivent dans une frise limitée par des droites horizontales.

1643Éléments :

1644Traits verticaux et obliques, par groupes ;

1645Triangles et losanges hachurés ;

1646Lignes hérissées de pointes, etc.

1647Motifs : ils résultent de la combinaison de ces divers éléments, et sont toujours géométriques.

1648Appliqué : un exemplaire qui porte un élément en relief non identifié.

1649Perforations : un tesson, mince de 3 mm, est orné de trois rangs de perforations circulaires (diamètre : 1 mm) espacées de 2 mm.

1650Bord crénelé : un exemplaire dont la lèvre est décorée de ponctuations ovales, verticales.

1651Position chronologique : Les fréquences maxima de Belen sont atteintes en Palo Blanco A.

1652Références : Type rare en Santa Elena, zone de Chahuite Escondido (Coe, communication personnelle).

Palmares incisé (pl. 36 : E, G-K ; pl. 37 : E, G)

1653Critères : Décor incisé. — Pâle.

1654Échantillonnage : 67 tessons à La Guinea, dont 13 en IJKL, 22 en ABCD et 32 en MNOP. Deux poteries, l’une provenant de EFGH (H 7/4), l’autre de FIL 1.

1655Observations : Dans Bel en, nous avons pu compter ensemble tessons décores et non décorés. Par contre, seuls des tessons décorés ont été comptés dans Palmares, le critère de pâte étant à lui seul insuffisant. Cela explique le petit nombre de tessons Palmares dans nos collections.

1656Pâte.

1657Dégraissant : sable composé, en proportions variables, de grains d’andésite, de feldspath et de quartz, de taille irrégulière (de 0,5 à 1 mm). Des inclusions ferrugineuses et des particules de feldspath dépassent parfois 1 mm de diamètre.

1658Texture : pâte dégraissée à plus de 50 %. Le dégraissant est bien mélangé ; la texture est assez homogène, mais friable. La fracture est irrégulière.

1659Couleur : rouge, brun rouge, brun.

1660Cuisson : le plus souvent en atmosphère partiellement oxydante ; un tiers des tessons ont un nucléus et la moitié montre des taches de cuisson sur la surface.

1661Surface.

1662Couleur : brun rouge, brun, rouge.

1663Aspect : assez égale et lisse au toucher. Les grains de dégraissant sont visibles.

1664Traitement : non engobée (à deux exceptions près, engobées en rouge). Les deux faces sont généralement lissées, parfois légèrement et irrégulièrement polies.

1665Dureté : 4.

1666Forme.

1667Groupe I (pl. 13 : 5, 8, 9 ; pl. 37 : E).

1668Fond : arrondi ; parfois tripode.

1669Col : plus ou moins concave ; vertical ou rentrant.

1670Bord : épaissi ou doublé à l’extérieur ; parfois direct.

1671Lèvre : arrondie ; aplatie, ou en biseau.

1672Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1673Dimensions : pl. 37 : E = diamètre maximum : 12,6 ; diamètre ouverture : 10,4 ; hauteur (sans les supports) : 11 cm.

1674Groupe VIII.

1675Fond : arrondi ; tripode ?

1676Col : concave ou rectiligne ; vertical ou légèrement rentrant ; équateur marqué ou arrondi.

1677Bord : direct ; ou épaissi des deux côtés ; ou épaissi seulement à l’extérieur. Lèvre : arrondie ou en biseau.

1678Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1679Dimensions probables : entre 7 et 15 cm de hauteur.

1680Groupe II.

1681Bord : épaissi à l’intérieur : angle interne bien marqué ; de section triangulaire. Éversé à 45°.

1682Lèvre : arrondie.

1683Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1684Dimensions : inconnues.

1685Groupe III (pl. 14 : 5, 6).

1686Bord : épaissi des deux côtés ; ou épaissi à l’extérieur.

1687Lèvre : arrondie.

1688Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1689Dimensions probables : très variables, entre 7 et 25 cm de diamètre maximum.

1690Groupe VI (pl. 15 : 5).

1691Fond : arrondi ; tripode.

1692Corps : en calotte.

1693Bord : épaissi à l’extérieur.

1694Lèvre : arrondie.

1695Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1696Dimensions probables : diamètre maximum : 15 cm.

1697Groupe IV (pl. 37 : G).

1698Bord : direct ; rentrant.

1699Lèvre : légèrement aplatie ou en biseau.

1700Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1701Dimensions : pl. 37 : G = diamètre maximum : 14,7 ; diamètre ouverture : 14,5 ; hauteur : 8,2 cm.

1702Groupe VII.

1703Bord : direct ; vertical.

1704Lèvre : légèrement aplatie.

1705Épaisseur des parois : 6 mm.

1706Dimensions : inconnues.

1707Groupe X.

1708Corps : en calotte ; équateur peu marqué.

1709Col : légèrement convexe ou rectiligne. Rentrant.

1710Bord : très épaissi progressivement ; légèrement en surplomb avec la paroi externe.

1711Lèvre : aplatie.

1712Épaisseur des parois : de 6 à 15 mm.

1713Dimensions probables : diamètre : 30 cm.

1714Groupe XIV.

1715Fond : arrondi ; tripode.

1716Corps : calotte basse.

1717Col : concave ; évasé.

1718Lèvre : amincie.

1719Épaisseur des parois : 6 mm.

1720Dimensions : inconnues.

1721Supports : Un seul exemplaire attribuable avec certitude à Palmares. creux, conique, à fort épaulement (pl. 51 : G).

1722Décoration.

1723Incision et excision.

1724Emplacement : toujours sur la paroi externe, soit du col (I, VIII, X, XIV), soit de la partie supérieure du corps (II, III, IV, VI, VII). De plus, la lèvre aplatie de certains bords I, peut être décorée de motifs incisés.

1725Technique : l’incision est exécutée après lissage ou polissage de la surface, le plus souvent, semble-t-il, après cuisson (traits apparaissant en clair sur des taches de cuisson). Le trait est irrégulier, tremblé, aux bords éclatés. Il est large (de 0,25 à 2 mm) et peu profond (0,25 mm). Les motifs ont été parfois frottés d’un pigment blanc (pl. 36 : H).

1726Excision : certaines surfaces « en creux » sont le plus souvent dues au chevauchement de plusieurs traits larges. Parfois, cependant, on a fait intentionnellement apparaître en relief un motif, en frottant légèrement la surface à l’entour (pl. 36 : H).

1727Composition : les motifs sont disposés dans une frise limitée par deux paires de lignes horizontales.

1728Éléments :

1729Traits parallèles obliques ;

1730Triangles, rectangles, carrés ou losanges, hachurés ou quadrillés (pl. 36 : J) ;

1731Droite hérissée sur un côté de pointes ou de triangles régulièrement espacés (pl. 36 : G, I ; pl. 37 : E) ;

1732Chevrons (pl. 37 : G) ;

1733Lignes brisées et ondulées ;

1734Deux brins entrelacés (pl. 36 : H)...

1735Motifs : toujours géométriques, ils consistent dans la combinaison de ces différents éléments, en arrangements symétriques : alternance de triangles à pointe dirigée vers le haut et vers le bas (pl. 37 : E) ; alternance de rectangles hachurés et non hachurés, etc.

1736Style et exécution : en régression par rapport à Guinea incisé : les motifs semblent plus limités, l’exécution rapide et peu soignée, et la composition assez lourde.

1737Appliqué : un exemplaire.

1738Sur un tesson de poterie carénée (VIII), un cordon a été appliqué sur l’équateur.

1739Ponctuations : 2 exemplaires (PAL 2).

1740Des ponctuations linéaires ornent la lèvre du premier. La face interne du bord du second est décoré de ponctuations triangulaires.

1741Position chronologique : Type caractéristique de Palo Blanco, et particulièrement de la sous-phase A. Il apparaît vers la fin de San Bosco, et subsiste encore en Bebedero.

1742Références et comparaisons :

1743Certaines des poteries réunies par Lothrop sous l’appellation « Chocolate Ware », sont Palmares (Lothrop, 1926, vol. II, pl. CII, a, d, e).

1744Ce type est représenté en petites quantités en phase Doscientos, zone de Chahuite Escondido (Coe, communication personnelle).

1745La céramique brune incisée du Plateau Central (Lothrop, 1926, vol. II, p. 324-327) « Maroon Incised Ware » et « Chocolate Ware », est très proche de Palmares, tant par sa technique et son style, que par ses motifs. (Ibid., pl. CLXIII ; pl. CLXIV.)

Galo polychrome (pl. 38 : A-F)

1746Critères : Peintures noire et rouge sur engobe rouge jaunâtre. — Pâte. — Surface polie. — Composition du décor et motifs.

1747Échantillonnage : 88 tessons à La Guinea, dont 26 en IJKL, 23 en MNOP et 39 en ABCD. Deux pièces de Bolson ont été attribuées à ce type, avec réserves (peintures et engobe ayant disparu).

1748Pâte.

1749Dégraissant : sable composé de particules de feldspath, de quartz et d’andésite, d’une taille moyenne de 0,15 mm. Les seules grandes inclusions sont ferrugineuses.

1750Texture : la pâte est dégraissée de 30 à 50 %. En dépit de fréquentes bulles d’air, la texture est homogène et compacte, et la fracture très régulière.

1751Couleur : brun rouge (5 YR 5/4), rouge, rouge jaunâtre, etc.

1752Cuisson : en atmosphère oxydante.

1753Surface.

1754Couleur : de l’engobe : rouge jaunâtre (5 YR 5.5/6) ou brun clair.

1755Aspect : très égale et très lisse au toucher. Brillante et réfléchissante.

1756Traitement : la face externe est engobée et polie. La face interne est le plus souvent peinte en rouge et polie ; parfois engobée, et polie ou lissée ; enfin, rarement, non engobée et polie. Le polissage très soigné, est très accentué.

1757Dureté : 5.

1758Forme.

1759Groupe I.

1760Fond : aplati.

1761Col : concave ; vertical.

1762Lèvre : légèrement amincie.

1763Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1764Dimensions probables : hauteur : 25 cm.

1765Groupe II.

1766Bord : légèrement concave ; éversé à 45°.

1767Lèvre : arrondie.

1768Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

1769Dimensions : inconnues.

1770Groupe IV.

1771Corps : sphéroïde (ou bol caréné à corps en calotte et col rentrant).

1772Bord : épaissi progressivement ou épaissi à l’intérieur.

1773Lèvre : en biseau ou arrondie.

1774Épaisseur des parois : 5 mm.

1775Dimensions probables : diamètre maximum entre 15 et 20 cm.

1776Groupe VI (pl. 12 : 2).

1777Fond : arrondi ou aplati.

1778Corps : en calotte.

1779Lèvre : arrondie.

1780Épaisseur moyenne : 6 mm.

1781Dimensions de la pièce 9 de la tombe 1 de Bolson : diamètre maximum : 14,5 ; hauteur : 5,2 cm.

1782Groupe XIII (pl. 10 : 6).

1783Fond : légèrement arrondi ou aplati. Tripode ?

1784Corps : cylindrique à parois rectilignes ou légèrement concaves.

1785Lèvre : arrondie.

1786Épaisseur moyenne : 6 mm.

1787Dimensions : inconnues.

1788Autre forme : sur la petite jarre double no 5, tombe 1 de Bolson (pl. 28 : C), ne subsistent que quelques traces isolées d’engobe ; il semble cependant que cette poterie soit Galo polychrome. Chacun des deux vases qui la composent, a un corps globulaire aplati, un court col en retrait, rectiligne et rentrant, et un bord éversé. La partie communicante de la poterie est moins large que les jarres, concave en dessous, rectiligne au-dessus.

1789Décoration.

1790Peinture : des motifs figuratifs stylisés sont peints en rouge et en noir sur l’engobe rouge jaunâtre.

1791Emplacement : le plus souvent, sur la paroi externe ; parfois à l’intérieur (bols VI).

1792Technique : suivant les cas la peinture rouge ou la noire est appliquée la première.

1793Composition : les motifs sont disposés à l’intérieur de panneaux rectangulaires horizontaux, de largeur variable. Selon la forme du récipient, il peut y avoir plusieurs panneaux superposés : dans les plus larges, sont inscrits les motifs réalistes, et les étroits constituent des frises décoratives géométriques. Sur le plan horizontal, un ou deux panneaux font le tour du récipient. Le contour est toujours indiqué par un trait noir, et les à-plats sont tantôt rouges, tantôt noirs.

1794Éléments géométriques :

1795Traits horizontaux parallèles, parfois de couleur différente, en alternance ;

1796Anneaux ;

1797Chevrons ;

1798Carrés noirs « en drapeau » sur un trait vertical ;

1799Tache circulaire noire, entourée d’une rangée de points de même couleur (figure une tache du pelage du jaguar) ;

1800Alternance de triangles et de points noirs ;

1801Natte.

1802Motifs zoomorphes stylisés :

1803Quand le vase est décoré uniquement de peintures, la représentation du jaguar est la règle (comparer pl. 38 : A et Lothrop, 1926, fig. 44, b, p. 142).

1804Style : les motifs sont peints avec beaucoup de soin, et l’équilibre des masses est recherché. La représentation du jaguar est stéréotypée : on en connaît de nombreux exemples identiques.

1805Modelé et appliqué.

1806Sur les récipients qui représentent un singe, la tête de l’animal peut être modelée et appliquée sur la paroi ; ou bien, être simplement indiquée par certains traits de la face qui apparaissent en relief sur le vase.

1807Des surfaces circulaires aplaties, et dépourvues de peintures (pl. 38 : B) peuvent faire partie du décor de certains récipients (I, VI).

1808Un bord de forme I ou XIII porte sur la lèvre deux pastilles semi-circulaires rapprochées.

1809Position chronologique : Type commun aux phases San Bosco et Palo Blanco. Ses fréquences maxima sont atteintes à la fin de la première et en Palo Blanco A. Galo s’oppose aux types polychromes plus tardifs : Mora, Birmania, Papagayo, etc.

1810Références et comparaisons.

1811Type abondant en Matapalo et rare en Santa Elena (Coe, communication personnelle).

1812Plusieurs poteries de ce type ont été publiées par Lothrop (1926, vol. I, fig. 44, p. 142 ; pl. XL, LXIX, fig. 75, a) et par Stone (1958, fig. 10 : a, b ; fig. 7 : b).

1813Galo polychrome est étroitement apparenté à la céramique du Honduras, connue sous le nom de « Ulua polychrome » (Strong, Kidder and Paul, 1938), et particulièrement du style « Bold Géométrie » : ils ont en commun certaines formes (cylindriques, vases piriformes), des caractéristiques techniques (mêmes couleurs) des motifs (dans les deux cas, ceux empruntés à la vannerie sont très importants), la composition et le style, enfin.

Mora polychrome (pl. 39 : A-K ; pl. 40 : D-F)

1814Critères : Peintures noire, rouge (et parfois brune) sur engobe rougeâtre. — Motifs essentiellement géométriques.

1815Échantillonnage : A La Guinea, 901 tessons (235 en IJKL, 392 en MNOP, 274 en ABCD) et 3 poteries : Io : sondage 1 ; 2° : H 12/1 ; 3° : H 7/11.

1816Pâte.

1817Dégraissant : sable composé essentiellement de grains de feldspath et de quartz d’une taille moyenne de 0,25 mm ; font exception des inclusions ferrugineuses et des petites pierres qui peuvent atteindre 2 mm.

1818Texture : pâte dégraissée de 30 à 50 %. Le dégraissant est souvent mal mélangé à l’argile, et les bulles d’air ne sont pas rares. La texture est cependant relativement compacte, et la fracture régulière.

1819Couleur : rouge (2.5 YR 4.5/6). Brun rouge.

1820Cuisson : près de la moitié des tessons ont été cuits en atmosphère partiellement oxydante (nucléus, taches de cuisson, pâte de couleur foncée).

1821Surface.

1822Couleur : de l’engobe est très variable : rouge clair, rouge, rouge jaunâtre, brun rougeâtre, etc.

1823Aspect : égale et lisse au toucher.

1824Traitement : engobée et polie sur les deux faces. Le polissage est égal et soigné, mais reste de qualité inférieure à celui de Galo.

1825Dureté : 4-5.

1826Forme.

1827Groupe VI (pl. 15 : 1 ; pl. 40 : D).

1828Fond : arrondi ou parfois déprimé sur une surface circulaire de 8 mm de diamètre environ. Non tripode.

1829Corps : hémisphérique ou en calotte.

1830Lèvre : arrondie, aplatie ou en biseau.

1831Épaisseur des parois : varie entre 4 et 8 mm.

1832Dimensions probables : diamètre maximum entre 15 et 30 cm et pl. 40 : D = diamètre maximum : 25,8 ; hauteur : 11 cm.

1833Groupe IV (pl. 12 : 18 ; pl. 40 : F).

1834Bord : direct ou épaissi progressivement.

1835Lèvre : arrondie ou en biseau.

1836Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1837Dimensions de pl. 40 : F = diamètre maximum : 16 ; diamètre ouverture : 13,2 ; hauteur : 7,2 cm.

1838Groupe VIII.

1839Corps : en calotte ; équateur arrondi.

1840Col : légèrement concave ; vertical.

1841Bord : direct.

1842Lèvre : arrondie.

1843Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1844Dimensions probables : hauteur entre 7 et 10 cm.

1845Groupe VII.

1846Fond : arrondi.

1847Corps : en calotte très basse.

1848Col : haut, rectiligne, vertical.

1849Lèvre : arrondie.

1850Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1851Dimensions probables : hauteur entre 7 et 10 cm.

1852Groupe XV (pl. 15 : 16 ; pl. 40 : E).

1853Fond : presque plat.

1854Corps : de parois légèrement concaves rentrantes. Piriforme aplati.

1855Lèvre : arrondie.

1856Épaisseur des parois : 5 mm.

1857Dimensions de pl. 40 : E = diamètre maximum : 19 ; diamètre ouverture : 10,3 ; hauteur : 12,4 cm.

1858Décoration.

1859Peinture : Mora polychrome est divisé en 6 variétés selon l’emplacement du décor et la présence de certains motifs. Certains attributs sont communs à l’ensemble du type.

1860Technique : les peintures employées sont :

1861Rouge brun ;

1862Noir (soutenu et brillant) ; auxquelles vient parfois s’ajouter un brun. Le peigne est parfois employé pour tracer des groupes de lignes parallèles. Les traits minces ont 2 mm d’épaisseur, et les larges qui encadrent la frise mesurent plus de 10 mm de large.

1863Style : les motifs sont stéréotypés ; l’exécution est rapide, la composition symétrique.

1864Variété 1 (pl. 39 : A, B ; pl. 40 : D).

1865Caractéristiques : la partie supérieure du corps est décorée, à l’extérieur, d’une large frise, composée d’éléments géométriques. A l’intérieur, le motif décrit plus bas sous le nom de « Horizontales, Pointes et Points », est dispose sous la lèvre.

1866Composition : la lèvre est peinte en rouge. Le décor extérieur consiste en une frise large de 4 à 7 cm, divisée par des traits verticaux, en panneaux carrés ou rectangulaires de taille variable. La frise est encadrée de deux paires de trois lignes horizontales. Sous le décor, se trouve un large trait rouge qui fait pendant à celui qui orne la lèvre.

1867Éléments géométriques : plus fréquemment peints en noir qu’en rouge :

1868Carrés décorés d’un point au centre et aux quatre angles internes (pl. 39 : A rappellent le signe maya « Kan ») ;

1869Carrés ou rectangles quadrillés en rouge ou en noir (pl. 40 : D) ;

1870Lignes horizontales barbelées ;

1871Carrés ornés d’une croix ;

1872Carrés ou losanges hachurés ;

1873« Horizontales, Pointes et Points » : au-dessus d’un groupe de trois lignes horizontales, se dressent des triangles étroits et courts, espacés de 1 à 2 cm. Un point ou un anneau est peint entre deux triangles (pl. 39 : B). Ce motif qui orne toujours l’intérieur des bols des variétés 1 et 2, fait parfois partie du décor extérieur de plusieurs variétés. Il est peint en noir.

1874Formes : VI, VIII.

1875Variété 2 (pl. 39 : C).

1876Caractéristiques : le décor extérieur se compose d’un motif réaliste et d’éléments géométriques.

1877A l’intérieur, la seule décoration consiste dans le motif « Horizontales, Pointes et Points ».

1878Composition : comme dans la variété précédente, le décor extérieur est compris entre deux paires de lignes noires, et deux larges traits rouges horizontaux. La représentation stylisée d’un homme portant un masque d’oiseau est répétée deux fois sur le même bol (pl. 39 : C et Lothrop, 1926, vol. I, fig. 38, p. 132). Des éléments géométriques simples encadrent les répétitions.

1879Forme : VI.

1880Variété 3 (pl. 39 : F, J ; pl. 40 : F).

1881Caractéristiques : décor interne : sous la lèvre sont peints en rouge ou en noir, de 1 à 3 traits horizontaux (larges de 5 mm et espacés de 5 mm également). La partie supérieure ou la totalité de la paroi externe porte un décor qui peut être semblable à celui de la variété 1, ou au contraire très différent.

1882Motifs : en règle générale, ils sont plus variés, et témoignent de plus de liberté que ceux de la variété 1 :

1883Traits parallèles obliques ;

1884Rangée horizontale de points ;

1885Triangles disposés en drapeau sur une verticale ;

1886Surfaces triangulaires ornées au centre d’un point ou d’un anneau ;

1887Carrés décorés d’une croix ;

1888Scalaires, etc.

1889Comme dans la variété 1, les motifs sont plus volontiers peints en noir qu’en rouge. Des à-plats rouges sont parfois bordés d’un trait noir. Exceptionnellement, une peinture supplémentaire de couleur brune, peut être employée.

1890Formes : VI, IV, VIII.

1891Variété 4 (pl. 39 : E, D).

1892Caractéristique : les deux faces sont décorées, et le décor interne est aussi important que l’autre.

1893Composition : certains tessons portent parfois une décoration identique des deux côtés (pl. 39 : E). Le bord est peint en noir ; la partie supérieure du bol était probablement la seule recouverte de peinture. Les motifs sont sensiblement les mêmes que ceux de la variété 3, et la peinture brune s’ajoute parfois aux deux autres.

1894Formes : VI, VII.

1895Variété 5 (pl. 39 : G, H).

1896Caractéristiques : à l’extérieur, une bande noire couvre le bord sur une largeur de 15 à 20 mm. A l’intérieur, les motifs sont variés et traités avec une certaine liberté : éléments curvilignes. Des motifs réalistes étaient peut-être figurés. Comme dans les variétés précédentes, les éléments sont dessinés en noir, rouge, ou brun, ou traités par à-plats rouges ou bruns cernés d’un trait noir.

1897Formes : IV, VIII.

1898Variété 6 (pl. 39 :1, K ; pl. 40 : E).

1899Caractéristique : l’intérieur est dépourvu de toute décoration.

1900Éléments : le décor est essentiellement géométrique : sa composition doit être semblable à celle de la variété 1.

1901Nous avons relevé les éléments suivants :

1902Traits parallèles, horizontaux, verticaux et obliques ;

1903Ligne barbelée ;

1904Ondes verticales en noir limitant des à-plats rouges ou bruns ;

1905Losanges ou rectangles quadrillés, etc.

1906Formes : IV, VIII, VII.

1907Appliqué : un seul tesson provenant de COR 2, de variété 3 ; il porte un petit cône appliqué sur la paroi externe.

1908Variations chronologiques et géographiques.

1909Les fréquences de chacune des 6 variétés ont été calculées, mais cette opération n’a pas fait apparaître de différences de distribution chronologique, entre elles : soit notre échantillonnage était trop réduit, soit les variations observables sont dues à un autre facteur que le temps.

1910Position chronologique : Mora apparaît timidement en San Bosco, atteint son plein développement en Palo Blanco, et décroît légèrement dans la phase suivante. Ce type est le plus abondant des types polychromes de pâte fine, de la phase Palo Blanco.

1911Références et comparaisons.

1912Toutes les variétés de ce type sont présentes en Tamarindo. Par contre, Mora est rare en Doscientos (Coe, communication personnelle).

1913Deux poteries de type Mora (une de variété 1, l’autre de variété 3) ont été trouvées par Hartman dans les cimetières de Chircot, vallée de Cartago, Plateau Central (voir p. 199-201).

1914De nombreuses représentations de ce type figurent dans l’ouvrage de Lothrop (1926, vol. I, fig. 38, p. 132 ; fig. 80 : b, p. 182, comparer avec notre figure E, pl. 40 ; pl. LXXX : c, d, e,f ; pl. LXXXI : e).

1915Enfin des bols de variété 1 ont été publiés par Lines (1939, fig. 7) et Stone (1958, fig. 18 :/en provenance du Plateau Central).

1916Lothrop (1926, p. 131-132) a fait observer les analogies existant entre le motif réaliste de notre variété 2 (qu’il appelle « Seated Human Figure ») et celui du personnage assis qui orne les vases « Copador polychrome » de Copán.

1917D’autres éléments sont communs aux deux types :

1918La croix « Kan » (Longyear 1952, fig. 105, j) ;

1919Le motif « Horizontales, Pointes et Points » (ibid, fig. 76 : c).

Birmania polychrome (pl. 41 : B-H ; pl. 40 : C)

1920Critères : Emploi de quatre peintures : rouge, noir, brun, jaune rouge. — Nature de l’engobe.

1921Échantillonnage : A La Guinea, 401 tessons (129 en IJKL, 114 en ABCD, 158 en MNOP) et 8 poteries : sondage 4 (pl. 40 : c) ; F 7/3 (pl. 41 : E) ; H 7/5 (C) ; E 11/1 (B) ; F 11/2 (G) ; H 11/1 (H) ; H 11/2 (F) ; F 12/2 (D).

1922Pâte.

1923Dégraissant : particules de quartz, de feldspath et, plus rarement, d’andésite, de 0,25 mm en moyenne. La pâte des deux tiers des tessons examinés contient un petit nombre d’inclusions dont la taille atteint parfois 2 mm. Le dégraissant est mal mélangé à l’argile : il constitue de 30 à 50 % de la pâte. La texture est hétérogène (bulles d’air) et parfois friable. Fracture plutôt irrégulière.

1924Couleur : brun rouge (5 YR 5/4) ; rouge ; rouge jaune.

1925Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante : la moitié des tessons montre un nucléus noir.

1926Surface.

1927Traitement : les deux faces sont engobées. L’engobe est riche en particules d’hématite qui, sous l’action du polissage se concentrent à la surface ; pendant la cuisson, leur oxydation donne à la surface une couleur qui peut varier entre le jaune rouge (Reddish yellow 5 YR 6/8) et le rouge clair (2.5 YR 6/8) sur la même poterie.

1928Par contre sous la pellicule superficielle, l’engobe est de couleur blanchâtre (rose 7.5 YR 8/4 à jaune rouge 7.5 YR 7/4) qui apparaît quand la surface est érodée (un phénomène analogue a été observé lors de l’étude de Tempâte).

1929Le polissage est général : il est égal, soigné et régulier.

1930Dureté : 4.

1931Forme.

1932Groupe VI (pl. 41 : B, C, E).

1933Fond : arrondi, tripode.

1934Corps : en calotte ou hémisphérique.

1935Lèvre : arrondie.

1936Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1937Dimensions : pl. 41 : B = diamètre maximum : 13,8 cm ; hauteur : 6,3 cm.

1938Pl. 41 : C = diamètre maximum : 18 cm ; hauteur : 11 cm.

1939Pl. 41 : E = diamètre maximum : 25 cm ; hauteur : 13 cm.

1940Groupe IV (pl. 12 : 22, 23 ; pl. 41 : G).

1941Fond : arrondi ; tripode, ou à pied creux évasé.

1942Bord : direct ; légèrement rentrant.

1943Lèvre : arrondie ou amincie.

1944Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1945Dimensions : pl. 41 : G = diamètre maximum (à 1 cm sous l’ouverture) : 11 ; hauteur : 7,3 cm.

1946Groupe XIV (pl. 15 : 19, 24).

1947Fond : arrondi ; tripode.

1948Corps : en calotte basse ; équateur marqué ou arrondi.

1949Col : concave ; évasé.

1950Lèvre : arrondie.

1951Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

1952Dimensions probables : diamètre : 20 cm.

1953Groupe II (pl. 40 : C).

1954Corps : globulaire aplati.

1955Bord : concave ; éversé.

1956Lèvre : en biseau ou arrondie.

1957Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

1958Dimensions : Pl. 40 : C = diamètre maximum : 12 cm ; diamètre ouverture : 8 cm ; hauteur : 10 cm.

1959Groupe XV (pl. 41 : D).

1960Fond : arrondi ; à pied creux évasé.

1961Corps : piriforme.

1962Lèvre : aplatie.

1963Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

1964Dimensions : pl. 41 : D = diamètre maximum : 14,2 cm ; diamètre ouverture : 9,5 cm ; hauteur : 17,5 cm.

1965Autres formes :

1966Pl. 41 : H = bol zoomorphe tripode : corps profond de contour ovale ; bord large et plat, éversé en pente vers le bas, de périmètre presque rectangulaire. La tête et la queue du jaguar sont appliquées sur le bord. Les pieds fourchus sont creux et munis de grelots.

1967Dimensions : largeur : 14,5 cm ; longueur : 17,5 cm ; hauteur : 8,3 cm.

1968Pl. 41 : F = petite jarre anthropomorphe : corps globulaire aplati surmonté d’un col de contour ovale, aux parois rectilignes évasées.

1969Dimensions : diamètre maximum : 9 cm ; ouverture : 5,2 X 4,4 cm ; hauteur : 9,7 cm.

1970Supports.

1971Pleins (rares) : en boutons ; ou coniques ; ou cylindriques avec épaulement (hauteur de 10 à 20 mm).

1972Creux : les formes en sont variées (pl. 51 : A, C ; pl. 41) ; le plus souvent, ils sont en forme de tête d’animal : jaguar (pl. 41 : B) ou oiseau. Les yeux, la gueule ou le bec sont souvent figurés par des perforations circulaires ou des fentes (pl. 41 : E). Certains supports sont anthropomorphes (Lothrop 1926 : pl. CXLVIII, b). Tous sont munis d’un ou de deux grelots.

1973Pied creux évasé : (pl. 41 : D, G).

1974Décoration.

1975Peinture.

1976Emplacement et composition :

1977Forme VI : une décoration géométrique simple (le plus souvent linéaire) se trouve sur la paroi externe. Le décor principal se trouve à l’intérieur ; le plus souvent, il comprend trois zones de décoration concentriques : le fond, sur lequel est généralement peint le motif principal ; les parois et le bord (pl. 41 : B, E). Il arrive parfois cependant, que le fond et les parois soient traités comme un seul même champ de décoration (pl. 41 : C) ;

1978Forme IV : le décor principal se trouve sur la paroi externe, et se compose de plusieurs frises horizontales, généralement composées d’éléments géométriques. Une frise d’éléments géométriques orne parfois la face interne du bord ;

1979Forme XV : voir forme IV ;

1980Forme XIV : seul l’extérieur semble avoir été décoré ; l’intérieur est de la couleur de l’engobe ou peint en rouge ;

1981Jarres anthropomorphes : le col (pl. 41 : F) ou la partie supérieure du corps (pl. 40 : C) est engobé et peint ; le reste de la poterie est peint en rouge ;

1982Sur le bol en forme de jaguar (pl. 41 : H), une décoration linéaire se trouve sur la paroi externe, tandis que les parties du corps de l’animal et le bord sont ornées d’un pointillé qui rappelle le pelage du jaguar.

1983Technique. On distingue quatre peintures :

1984Rouge (10 R 4/4 à 10 R 4/8) ;

1985Noir (5 YR 2/1) ;

1986Brun (2.5 YR 4/4) ;

1987Jaune rouge.

1988On a obtenu une grande variété de nuances en diluant plus ou moins les pigments : la couleur brune n’est que la peinture noire délayée ; par contre, la peinture jaune rouge est la même barbotine que celle qui a servi d’engobe, en solution plus concentrée. Il suffit donc que la peinture soit plus foncée que l’engobe (par exemple la couleur 2.5 YR 6/8 sur un fond 5 YR 7/6).

1989Des lignes très fines (0,5 mm de large) sont caractéristiques de Birmania. Le peigne a été parfois utilisé.

1990Éléments géométriques :

1991Droites parallèles horizontales et verticales, de couleurs différentes ;

1992Ondes (rare) ;

1993Lignes barbelées ;

1994Anneaux noirs isolés ou en groupes ;

1995Anneau rouge inscrit dans un carré noir ;

1996Parallèles flanquées de demi-anneaux opposés et alternés rouge et noir ;

1997Cercles concentriques de différentes couleurs et épaisseurs (ils limitent le champ décoratif du fond) ;

1998Cercles hachurés ;

1999Une ou plusieurs rangées de points comprises entre deux droites ;

2000Taches de couleur limitées par des lignes ondulées noires ;

2001Surfaces décorées en pointillé ;

2002Damiers rouge et jaune rouge ;

2003Spirales disposées obliquement par rapport à une droite ;

2004Scalaires terminés ou non par une volute ;

2005Éléments de grecque ;

2006Motif : « Horizontales, Pointes et Points » (rare ; voir Mord) ;

2007Tresse ;

2008Losanges concentriques dont le centre est marqué d’un point ;

2009Étoile à trois branches égales s’élargissant aux extrémités, à la façon d’une croix de Malte. Elle est tracée en rouge sur le fond externe de bols tripodes, et chacune des branches passe entre deux supports.

2010Motifs réalistes : représentations animales stylisées : jaguar, crocodile, oiseau, pieuvre, serpent à plumes (pl. 41 : E), monstre à deux têtes (pl. 41 : C). Elles peuvent être traitées en à-plats de couleur, cernés de noir, ou parfois simplement dessinées.

2011Style : la construction est rigoureuse, mais l’ensemble est traité librement : les éléments sont nombreux et diversement combinés. Les motifs curvilignes ne sont pas rares, et la gamme des couleurs est très riche. Certains décors sont reproduits sur un grand nombre de pièces (comparer pl. 41 : E et Lothrop, 1926, vol. Il, pl. CXLVI), et sans doute, aucun détail n’est laissé au hasard.

2012Modelé et appliqué : ces techniques sont utilisées dans la décoration des poteries zoomorphes et anthropomorphes (pl. 41 : H, F ; pl. 40 : C).

2013Position chronologique : Birmania est caractéristique de Palo Blanco, et sa courbe est parallèle à celles de Mora et Papagayo.

2014Références.

2015Type abondant en Matapalo (Coe, communication personnelle).

2016Une trentaine de poteries Birmania provenant de divers sites de la Vallée de Cartago, ont été publiées par Hartman (1901). Voir p. 199-203.

2017Ce type est par ailleurs abondamment illustré dans le travail de Lothrop (1926) : vol. I, fig. 21 : a, c, p. 118 ; pl. XV : a ; fig. 30 : c et fig. 31, p. 125 ; pl. XXXIX : a ; pl. XLVII ; pl. XLVIII : a ; LII : a ; LIV ; fig. 57 : a, p. 159 ; LXXVI ; LXXVII ; vol. II : CXXVI : d ; et l’ensemble des pièces réunies sous le nom de « Highland Polychrome ware », pl. CXLII : c ; CXLIII : a, c, d ; CXLV ; CXLVI ; CXLVII, et — comme nous le verrons en détail à la fin de ce travail — Birmania polychrome a une distribution géographique étendue.

Papagayo polychrome (pl. 42 : A-E ; pl. 40 : A, B)

2018Critères : Peintures rouge orangé, brun et noir. —-Couleur de l’engobe.

2019Échantillonnage : 269 tessons, dont 1 à la Bocana et à La Guinea : 268 (très érodés) 78 en IJKL, 108 en MNOP, 82 en ABCD et deux poteries : F 7/4 (pl. 40 : B) et F 12/1 (C).

2020Pâte.

2021Dégraissant : particules de quartz et de feldspath (rarement d’andésite), dont la taille varie entre 0,12 et 0,50 mm. Les inclusions de grande taille sont fréquentes.

2022Texture : pâte dégraissée de 30 à 50 %. Texture homogène et compacte, fracture plutôt régulière.

2023Couleur : rouge (10 R 4/6 ; 2.5 YR 4.5/8, etc.).

2024Cuisson : en atmosphère oxydante pour les deux tiers des tessons ; taches de cuisson fréquentes sur la surface.

2025Surface.

2026Couleur de l’engobe : crème (Very pale brown : 10 YR 7/3 ;8/4. Reddish yellow 7.5 YR 8/6).

2027Aspect au toucher : égale et lisse.

2028Traitement : engobée sur les deux faces, généralement. Quand on peut l’observer, le polissage est égal et régulier, mais léger. (Surface peu brillante.) Dureté : l’état de conservation des tessons ne permet pas de la mesurer.

2029Forme.

2030Groupe VI (pl. 15 : 3 ; pl. 40 : A).

2031Fond : arrondi ; tripode.

2032Corps : en calotte ; rarement hémisphérique.

2033Bord : direct ou épaissi à l’intérieur.

2034Lèvre : amincie.

2035Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2036Dimensions : pl. 40 : A = diamètre maximum : 26,3 cm ; hauteur : 10 cm.

2037Groupe XIV (pl. 15 : 20, 21).

2038Fond : arrondi ; tripode.

2039Corps : en calotte basse ; équateur marqué.

2040Col : légèrement concave ; évasé.

2041Lèvre : arrondie.

2042Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2043Dimensions probables : diamètre maximum : 20 cm.

2044Groupe XV (pl. 15 : 17, 18 ; pl. 40 : B).

2045Fond : arrondi ; à pied creux évasé.

2046Corps : piriforme ou ovoïde.

2047Bord : épaissi progressivement, ou épaissi à l’intérieur. Rentrant.

2048Lèvre : arrondie ou aplatie.

2049Épaisseur des parois : 5 mm.

2050Dimensions : pl. 40 : B = diamètre maximum : 21 cm ; diamètre ouverture : 10,8 cm ; hauteur : 24 cm.

2051Groupe I (pl. 13 : 4).

2052Fond : arrondi ; tripode ? ou supporté par un pied creux évasé.

2053Col : concave ; rarement rectiligne. Vertical.

2054Bord : direct ; rarement épaissi à l’extérieur.

2055Lèvre : en biseau ou arrondie.

2056Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

2057Dimensions probables : hauteur : 25 cm.

2058Groupe IV : 2 exemplaires.

2059Fond : arrondi ; tripode ou à pied évasé.

2060Lèvre : amincie.

2061Épaisseur des parois : 6 mm.

2062Dimensions : inconnues.

2063Groupe II : un exemplaire.

2064Bord : rectiligne ; éversé à 45°.

2065Lèvre : amincie.

2066Épaisseur : 4 mm.

2067Dimensions probables : hauteur : 10 cm.

2068Supports (pl. 51 : B, E).

2069Creux : de formes très variées : tronconiques ; cylindriques ; de contour ovale ; oblongs, etc. et en forme de tête d’animal (pl. 51 : B). Ils sont munis de grelots, et portent des ouvertures latérales.

2070Pied creux évasé : de parois rectilignes ou concaves.

2071Décoration.

2072Peinture.

2073Emplacement : les récipients de formes XV, I et II sont décorés à l’extérieur et le bord interne est peint parfois. Les bords VI, IV et XIV peuvent porter la décoration sur l’une ou sur les deux faces, les motifs principaux étant représentés sur le côté le plus visible. Le côté non décoré est parfois barbouillé de rouge sur l’engobe.

2074Composition : le décor peut être entièrement géométrique, mais le plus souvent il comprend des motifs réalistes entourés de frises composées d’éléments géométriques répétés. A l’extérieur, les frises sont disposées horizontalement et font le tour du récipient. A l’intérieur, les zones décoratives sont concentriques.

2075Technique : 3 peintures :

2076Rouge orangé caractéristique (Red : 10 R 4.5/8) ;

2077Noir ;

2078Brun.

2079La gamme des nuances a été élargie par la dilution des pigments. Des rouges orangé plus ou moins foncés se trouvent parfois en opposition ; du même pigment, on obtient une peinture noire, quand il est concentré, brune, quand il est dilué. Le peigne n’est pas utilisé ; les traits sont larges (5 à 10 mm) et tracés un à un. Les motifs colorés sont cernés de noir, le plus souvent ; parfois, non.

2080Éléments géométriques :

2081Bandes parallèles horizontales de même couleur ou de couleurs différentes, en alternance ;

2082Éléments composés de deux formes fourchues imbriquées ;

2083Grecque ;

2084Scalaires prolongés d’une volute (pl. 40 : A) ;

2085Cocarde ;

2086Rang de petits cercles (peints en orange foncé sur une bande orange clair).

2087Motifs : les motifs principaux sont figuratifs : zoomorphes et anthropomorphes (pl. 40 : B montre la représentation du serpent à plumes).

2088Style : exécution plus soignée et moins rapide que celle de Mora ou de Birmania. On observe une plus grande liberté dans la composition et le choix des motifs, plus d’initiative semble avoir été permise à l’artiste.

2089Modelé et appliqué : les formes XV et I ont été choisies de préférence aux autres pour représenter des animaux : oiseaux, jaguar... Certaines parties du corps de l’animal sont alors indiquées en relief plus ou moins accentué. Les traits du visage sont figurés par appliqué sur les bols céphalomorphes et les vases anthropomorphes.

2090Position chronologique : Papagayo est caractéristique de l’ensemble de Palo Blanco.

2091Références : La majorité des pièces publiées par Lothrop sous l’appellation « Nicoya Polychrome », sont de ce type (voir Lothrop, 1926, vol. I ; pl. XXXII : a, b ; pl. XXXIII ; XXXV ; XXXVII ; XXXVIII ; XXXIX : B ; fig. 88 a, p. 189, etc.).

Macho polychrome (pl. 42 : G, J)

2092Critères : Peintures noire et crème. — Engobe rouge.

2093Échantillonnage : A La Guinea, 12 tessons, dont 6 en IJKL, 2 en MNOP, 4 en ABCD.

2094Pâte.

2095Dégraissant : particules de feldspath, de quartz et d’andésite en proportions diverses, d’une taille moyenne de 0,25 mm.

2096Texture : pâte dégraissée à 50 % : la texture est variable, de compacte à friable.

2097Fracture régulière ou irrégulière.

2098Couleur : de rouge à brun rouge.

2099Cuisson : en atmosphère oxydante ( ?).

2100Surface.

2101Traitement : l’intérieur est raclé. L’extérieur est engobé en rouge foncé et poli. Dureté : 3.

2102Forme : Nous ne possédons pas de bords de ce type ; d’après le traitement des surfaces de nos exemplaires, ils proviennent de jarres.

2103Décoration.

2104Emplacement : sur la face externe.

2105Technique. Peintures :

2106Noir ;

2107Crème (light brown 7.5 YR 6/4).

2108Le trait a 5 mm d’épaisseur.

2109Éléments observés :

2110Droites noires horizontales ;

2111Ondes horizontales peintes en blanc (pl. 42 : G) ;

2112Ovales blancs alignés compris entre deux traits noirs (J).

2113Position chronologique : Phase Palo Blanco.

Cabuyal polychrome (pl. 43 : C-E)

2114Critères : Polychromie. — Composition. — Motifs.

2115Échantillonnage : A La Guinea, 519 tessons, dont 118 en IJKL, 229 en MNOP et 172 en ABCD.

2116Pâte.

2117Variété A.

2118Dégraissant : particules d’andésite, de feldspath et de quartz, en proportions variables, de 0,25 mm de diamètre en moyenne.

2119Texture : pâte dégraissée à 50 % et plus, le matériel non plastique est bien mélangé à l’argile. La texture est compacte et la fracture régulière.

2120Couleur : rouge pâle et brun rouge (10 R 4/4 ; 2.5 YR 4/4).

2121Cuisson : en atmosphère oxydante ( ?).

2122Variété B.

2123Dégraissant : grains de quartz en majorité, et particules de feldspath et d’andésite en proportions variables, qui mesurent de 0,5 à 1 mm maximum.

2124Texture : dégraissage à 50 % et plus. La texture est assez lâche, friable, et la fracture irrégulière.

2125Couleur : brun clair et brun ; parfois rouge.

2126Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante : la moitié des tessons examinés montre un nucleus noir.

2127Surface.

2128Traitement et couleur : suivant la forme des jarres, le col ou la partie supérieure sont revêtus à l’extérieur d’une peinture de couleur brun clair (7.5 YR 6.5/4) ou jaune rouge (5 YR 5.5/6). Le reste de la paroi externe, ainsi que parfois la face interne du col, sont peints en rouge. La surface non peinte est de couleur brune. L’ensemble des surfaces est lissé à légèrement poli.

2129Dureté : 3-4.

2130Forme.

2131Groupe I (pl. 13 : 6, 13, 14).

2132Col : légèrement concave ; exceptionnellement rectiligne. Rentrant (rarement vertical).

2133Bord : en règle générale, épaissi à l’extérieur ; de section triangulaire, à face supérieure aplatie (exceptionnellement doublé ou direct).

2134Lèvre : aplatie ou en biseau ; rarement arrondie.

2135Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2136Dimensions probables : hauteur de 20 à 25 cm.

2137Groupe II (pl. 13 : 25).

2138Col : un exemplaire de parois convexes, rentrantes.

2139Bord : allongé ; aux deux faces rectilignes ou à face externe rectiligne et face interne convexe. Éversé à 45°.

2140Lèvre : arrondie ou aplatie.

2141Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

2142Dimensions probables : hauteur de 20 à 25 cm.

2143Groupe IV : un exemplaire (pl. 12 : 21 ; pl. 43 : E).

2144Bord : épaissi progressivement ; rentrant.

2145Lèvre : aplatie.

2146Épaisseur des parois : 6 mm.

2147Dimensions : inconnues.

2148Décoration.

2149Peinture.

2150Emplacement : les motifs sont peints à l’extérieur sur le col (forme I) ou sur la partie supérieure du récipient (formes II et IV).

2151Technique : deux peintures :

2152Rouge ;

2153Brun noir.

2154Les traits larges de 2 à 3 mm, semblent avoir été tracés un à un : l’emploi d’un peigne n’est pas démontré.

2155Éléments et motifs : le décor caractéristique consiste en une frise composée de 3 à 6 ondes horizontales peintes en rouge, comprises entre 2 traits noirs (pl. 43 : C, E). En outre, nous avons observé les éléments suivants :

2156Traits parallèles obliques ;

2157Chevrons ;

2158Quadrillage rouge et noir.

2159Exécution : rapide et peu soignée.

2160Position chronologique : Phase Palo Blanco.

2161Références : Cabuyal est présent en petites quantités en Tamarindo et Doscientos (Coe, communication personnelle).

Guabal polychrome (pl. 38 : G-J)

2162Critères : Polychromie. — Motifs inspirés de la vannerie.

2163Échantillonnage : A La Guinea, 17 tessons, dont 1 en IJKL, 6 en MNOP, 3 en ABCD (et 7 en EFGH).

2164Pâte.

2165Dégraissant : grains de quartz, de feldspath et d’andésite en proportions variables, d’une taille moyenne de 0,15 mm (variante de 0,12 à 0,50 mm).

2166Texture : pâte dégraissée de 15 à 30 %. La texture est compacte, et la fracture régulière.

2167Couleur : brun rouge.

2168Cuisson : en atmosphère oxydante ( ?)

2169Surface.

2170Couleur : brun rouge clair, rouge jaune, rouge clair.

2171Traitement : la face interne non engobée, est raclée. L’extérieur est engobé et poli.

2172Dureté : 4-5.

2173Forme : un seul bord.

2174Groupe II (pl. 13 : 24).

2175Bord : large (42 mm) et légèrement concave ; éversé à 45°.

2176Lèvre : amincie.

2177Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2178Dimensions probables : hauteur : 30 cm.

2179Décoration : Peinte.

2180Emplacement : les motifs sont peints sur la partie supérieure du corps de la jarre, à l’extérieur. Selon un exemplaire, la partie inférieure du corps est peinte en rouge.

2181Techniques : peintures :

2182Brun noir ;

2183Rouge (cette couleur n’est visible que sur deux tessons). Les traits fins (0,5 mm) ont été tracés avec un peigne.

2184Eléments et motifs : le décor caractéristique s’inspire de motifs de vannerie : groupes de 7 à 10 brins, tressés (pl. 48 : G, I). Autres éléments observés : Droites parallèles ;

2185Surfaces pointillées ;

2186« Horizontales, Pointes et Points » ;

2187Chevrons.

2188Position chronologique : Phase Palo Blanco.

2189Références.

2190Voir dans Lothrop (1926) : fig. 74 : c, p. 177 et fig. 79, p. 181.

Moreira rouge

2191Critères : Pâte. — Engobe rouge. — (Bords).

2192Observations : Pour préserver la possible signification d’une céramique de pâte fine engobée en rouge, nous avons compté dans ce type tous les bords répondant à ces deux critères, nous refusant à les compter dans Veronica rouge, type « fourre-tout » de peu de signification.

2193Échantillonnage : A La Guinea, 43 tessons, dont 10 en IJKL, 13 en MNOP et 20 en ABCD.

2194Pâte.

2195Dégraissant : particules de quartz, feldspath et andésite en proportions variables, d’une taille variant entre 0,15 et 0,25 mm. Des inclusions de près de 1 mm de diamètre, sont fréquentes.

2196Texture : pâte dégraissée à 50 % et plus. Texture homogène, compacte et fracture régulière.

2197Couleur : brun, brun rouge, rouge.

2198Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante (pour la majorité).

2199Surface.

2200Couleur : des surfaces engobées : voir celles de la pâte.

2201Traitement : l’extérieur, l’intérieur ou les deux côtés sont engobés en rouge. L’engobe montre une tendance à s’écailler ; les surfaces non engobées sont lissées, les engobées, polies.

2202Dureté : surfaces trop érodées pour permettre de la mesurer.

2203Forme.

2204Groupe IV.

2205Bord : direct ou épaissi progressivement ; rentrant.

2206Lèvre : arrondie ou amincie.

2207Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

2208Dimensions : inconnues.

2209Groupe III (pl. 14 : 8).

2210Bord : épaissi à l’extérieur ; de section circulaire.

2211Lèvre : arrondie.

2212Épaisseur des parois : 5 mm.

2213Dimensions probables : diamètre maximum : 15 cm.

2214Groupe VIII (pl. 14 : 24).

2215Corps : en calotte.

2216Col : concave ; vertical.

2217Bord ; direct ou épaissi progressivement.

2218Lèvre : arrondie ; aplatie ou amincie.

2219Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2220Dimensions probables : hauteur : 15 cm.

2221Décoration.

2222Peinture : les bords de forme IV sont toujours peints en noir ; ceux des formes VIII et III, parfois.

2223Position chronologique : Phase Palo Blanco.

Veronica rouge

2224Critères : Pâte fine. — Engobe rouge. — (tessons).

2225Observations : Voir p. 13.

2226Échantillonnage : A La Guinea, 1 437 tessons, dont 440 en IJKL, 522 en ABCD, 475 en MNOP.

2227Pâte et surface : Voir Moreira, Guabal, Birmania, Cabuyal (variété A), Macho, etc.

2228Position chronologique : Phase Palo Blanco.

Princesa à lèvre incisée

2229Critères : Décor. — Engobe rouge.

2230Échantillonnage : 7 tessons dont 2 à la Bocana et à La Guinea : 1 en IJKL et 2 en ABCD.

2231Pâte.

2232Dégraissant : particules de feldspath, de quartz et d’andésite en proportions variables de 0,5 mm de diamètre, en moyenne. Grandes inclusions ferrugineuses.

2233Texture : dégraissée à 50 % et plus. Tantôt homogène et compacte, tantôt hétérogène et friable. Fracture variable.

2234Couleur : rouge à brun rouge.

2235Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante.

2236Surface.

2237Traitement : engobée en rouge, et polie sur les deux faces.

2238Dureté : 3-4.

2239Forme.

2240Groupe VI.

2241Corps : hémisphérique ou en calotte.

2242Lèvre : arrondie ou aplatie.

2243Épaisseur des parois : 5 mm.

2244Dimensions : inconnues.

2245Groupe I.

2246Col : concave ; légèrement épaissi à l’extérieur.

2247Lèvre : arrondie ou aplatie.

2248Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

2249Dimensions : inconnues.

2250Décoration.

2251Incision : tracés dans la pâte fraîche, avant engobage, de courts traits obliques sont disposés obliquement sur la lèvre des récipients : ils peuvent être tous de même orientation, ou être rangés en groupes alternés de direction différente.

2252Position chronologique : Palo Blanco ?

Piches rouge (pl. 38 : B-D, F)

2253Critères : Pâte. — Engobe rouge.

2254Échantillonnage : A La Guinea, 7 655 tessons : 2 380 en IJKL, 2 728 en ABCD et 2 547 en MNOP.

2255Pâte.

2256Dégraissant : composé essentiellement de particules noires vitreuses (andésite) et à un moindre degré, de cristaux de quartz ; les grains de feldspath sont rares. La taille des particules est assez régulière (entre 0,25 et 0,50 mm). Les inclusions de grande taille (jusqu’à 2 mm) : hématite, quartz et feldspath, sont observées fréquemment.

2257Texture : pâte dégraissée à plus de 50 %. Le matériel non plastique est mal mélangé à l’argile, et les bulles d’air ne sont pas rares ; la texture est hétérogène, lâche et friable. La fracture, irrégulière.

2258Couleur : brun rougeâtre, rouge, brun.

2259Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante ; la fracture montre une zone centrale de couleur plus foncée que les parties externes. Les taches de cuisson sont fréquentes en surface.

2260Surface.

2261Couleur (de l’engobe) : rouge brun.

2262Aspect : inégale au toucher ; souvent piquetée par des grains de dégraissant.

2263Traitement : engobée en rouge sur une ou deux faces, suivant la forme. Les surfaces non engobées sont lissées, les engobées, polies légèrement mais régulièrement.

2264Dureté : 3.

2265Forme.

2266Groupe II (pl. 13 : 16-18, 22, 23).

2267Grande variété des bords de ce groupe.

2268Bord : rarement allongé ; le plus souvent, épais et trapu, concave ; épaissi à l’intérieur. Éversé à la verticale ou à 45°.

2269Lèvre : généralement arrondie ; parfois amincie.

2270Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

2271Dimensions probables : hauteur : de 40 à 50 cm.

2272Groupe I (pl. 13 : 10, 11).

2273Col : concave ; vertical ou parfois, légèrement rentrant.

2274Bord : épaissi à l’extérieur ou doublé ; exceptionnellement direct.

2275Lèvre : arrondie ou aplatie.

2276Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

2277Dimensions probables : grandes jarres pouvant atteindre 50 cm de hauteur ; jarres miniatures d’une hauteur de 10 cm.

2278Groupe XV (pl. 15 : 15 ; pl. 37 : B).

2279Corps : piriforme.

2280Bord : direct ou légèrement épaissi à l’extérieur.

2281Lèvre : arrondie ou amincie.

2282Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

2283Dimensions : pl. 37 : B = diamètre maximum : 17,5 cm ; diamètre ouverture : 9,5 cm ; hauteur : 13,8 cm.

2284Groupe VI (pl. 15 : 2, 4, 6, 10-13).

2285Fond : arrondi ou aplati ; tripode ou non.

2286Corps : hémisphérique ou en calotte.

2287Bord : direct ou épaissi à l’intérieur.

2288Lèvre : arrondie ; aplatie ou amincie.

2289Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2290Dimensions probables : diamètre : 20 cm.

2291Groupe III (pl. 14 : 7, 11).

2292Fond : arrondi ; tripode.

2293Corps : hémisphérique ou en calotte.

2294Bord : épaissi à l’extérieur ou doublé ; de section circulaire, triangulaire ou rectangulaire. Parfois une large rainure est tracée sous le bord pour en accentuer la saillie.

2295Lèvre : arrondie ou aplatie.

2296Épaisseur des parois : varie de 5 à 15 mm.

2297Dimensions probables : très variables (de 15 à 30 cm de diamètre).

2298Groupe XI (pl. 46 : A).

2299Ces bols sont probablement tous zoomorphes ; voir un exemplaire provenant du site de Papagayo, pl. 37 : C.

2300Fond : arrondi ; tripode.

2301Corps : de contour ovale ; profond.

2302Bord : de largeur variable ; à face supérieure, convexe ou aplatie ; en surplomb avec la paroi interne. Éversé obliquement ou à l’horizontale.

2303Lèvre : sa forme varie en fonction de celle du bord.

2304Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2305Dimensions probables : longueur entre 20 et 30 cm.

2306Groupe V (pl. 14 : 12-14).

2307Fond : arrondi ; tripode ?

2308Corps : en calotte.

2309Bord : large et généralement peu épais ; à face supérieure aplatie ; en surplomb avec la paroi interne. Éversé légèrement.

2310Lèvre : arrondie ou en biseau.

2311Épaisseur des parois : entre 5 et 15 mm.

2312Dimensions probables : diamètre de 20 à 30 cm.

2313Groupe VIII (pl. 14 : 22).

2314Corps : en calotte ou hémisphérique.

2315Col : légèrement concave ; vertical. Équateur généralement arrondi.

2316Bord : épaissi à l’extérieur (de section circulaire ou triangulaire ; rarement direct, parfois doublé).

2317Lèvre : arrondie ou aplatie.

2318Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

2319Dimensions probables : hauteur : 10 à 15 cm.

2320Groupe XIV (pl. 15 : 23 ; pl. 37 : F).

2321Fond : arrondi ; tripode.

2322Corps : en calotte très basse ? Équateur marqué.

2323Col : concave ; évasé.

2324Bord : légèrement épaissi à l’extérieur.

2325Lèvre : arrondie.

2326Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2327Dimensions : pl. 37 : F = diamètre maximum : 20,4 cm ; hauteur : 10,5 cm.

2328Groupe IV : existence probable de cette forme. Mais les bords qui peuvent la représenter n’ont pu être distingués des bords VI.

2329Autres formes.

2330Pl. 37 : D : vase anthropomorphe ( ?) à ouverture étroite limitée par un court col évasé : le corps a la forme d’un ballon ovale, vu horizontalement. L’ouverture est légèrement décentrée vers l’arrière. La partie antérieure s’orne de deux renflements tronconiques, horizontaux. Entre eux et l’ouverture, sur la partie supérieure du corps, s’en trouve un autre. Ces trois saillies sont produites par repoussé. Il semblerait que cette poterie soit anthropomorphe : le col représenterait la tête, le renflement central, le ventre, et les deux prolongements à l’extrémité, les jambes.

2331Dimensions : grand diamètre : 20,4 cm ; petit diamètre : 13 cm ; diamètre ouverture : 6,6 cm ; hauteur : 16,5 cm.

2332(Comparer avec Lothrop, 1926, vol. II, fig. 157, b, p. 267.)

2333Supports.

2334Pleins : un exemplaire tronconique (hauteur : 30 mm).

2335Creux : un exemplaire conique (hauteur : 40 mm), voir aussi pl. 37 : F, supports en forme de tête d’animal.

2336Pied creux évasé : un fragment.

2337Anses.

2338Emplacement : sur la partie supérieure du corps des jarres.

2339Implantation : horizontale ou verticale ; dans les deux cas, les points d’implantation sont situés sur le corps de la jarre.

2340Forme : les anses verticales sont symétriques, alors que les horizontales sont disymétriques : la face inférieure est plus large que la supérieure, et le jour formé par la boucle est plus étroit vu du dessus que du dessous.

2341Section ovale (10 X 6 mm en moyenne ; 4 x 2 mm pour les petites).

2342Rayon : de 5 à 7 cm.

2343Un exemplaire provenant de TAB 1 montre une anse verticale en forme de bras : elle part du col et se termine par une main qui paraît étreindre le bord éversé à l’horizontale, d’une jarre de forme I.

2344Décoration : Exceptionnelle.

2345Appliqué : 2 exemplaires.

2346Un tesson porte sur sa face externe, un cordon décoré d’une rangée d’impressions digitales.

2347Sur une anse, se trouve une pastille, qui a été pressée entre le pouce et l’index.

2348Cannelure : un exemplaire.

2349Sur la face interne d’un bord de forme II, on a tracé une large cannelure parallèle à l’ouverture (largeur : 5 mm ; profondeur : 3 mm).

2350Variations chronologiques : Dans ce type les anses apparaissent tardivement.

2351Position chronologique : Caractéristique de Palo Blanco et de Bebedero, Piches est le type culinaire le plus important de ces deux phases, sauf pendant la sous-phase A, où la première place est occupée par Yayal.

Tenorio à bord crénelé (pl. 46 : C, D)

2352Critères : Décor. — Engobe rouge.

2353Échantillonnage : A La Guinea, 7 tessons : 1 en ABCD, 3 en MNOP (et 4 en EFGH).

2354Pâte : Voir Moreira.

2355Surface.

2356Traitement : les deux faces sont engobées en rouge et soigneusement polies. Dureté : 4-5.

2357Forme.

2358Groupe VI (pl. 15 : 7).

2359Fond : arrondi ; tripode.

2360Corps : en calotte très basse.

2361Bord : voir plus bas.

2362Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

2363Dimensions probables : diamètre : 15 cm.

2364Supports : un exemplaire (pl. 15 : 7).

2365Creux : de forme elliptique (hauteur probable : 6 à 7 cm).

2366Décoration.

2367Crénelure.

2368Emplacement : bord supérieur externe, juste sous la lèvre.

2369Technique : la crénelure peut être obtenue : Soit par une rangée horizontale de larges et profondes dépressions ovales exécutées latéralement (largeur maximum : 5 mm ; profondeur : 5 mm ; écart : 5 mm) ;

2370Soit par un rang de petites pointes coniques appliquées (hauteur : 5 mm).

2371Incision : sur quatre de nos exemplaires, la lèvre est décorée d’une ligne incisée continue. Elle est faite dans la pâte fraîche avant peinture (3 mm de large et 1,5 mm de profondeur).

2372Peinture (5 exemplaires) : la lèvre et la face externe du bord sont couvertes d’une peinture blanche, sur laquelle on distingue des traces de peinture noire.

2373Position chronologique : Phase Palo Blanco ?

2374Comparaisons.

2375Les types Granada polychrome (période « Polychrome moyen ») et Madera polychrome (« Polychrome tardif ») de l’Isthme de Rivas, sont représentés par des bols au bord crénelé.

Danta beige

2376Critères : Pâte. — Surface. — Absence de décor caractéristique.

2377Échantillonnage : 3 054 tessons à La Guinea : 753 en IJKL, 1 756 en MNOP, 545 en ABCD.

2378Pâte.

2379Dégraissant : les grains de quartz en constituent la majorité, les particules de feldspath et d’andésite étant en quantités minimes. Leur taille varie entre 0,5 et 1 mm ; les grandes inclusions de quartz et d’hématite ne sont pas rares.

2380Texture : la pâte est dégraissée à 50 % et plus. La texture assez lâche et friable est due à la taille et à l’abondance des grains de dégraissant. En outre, les bulles d’air sont fréquentes. La fracture est irrégulière.

2381Couleur : très variable, brun rouge, rouge, brun clair, etc.

2382Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante (50 % des tessons montrent un nucléus noir, et 25 % des taches noires en surface).

2383Surface.

2384Couleur : brun clair (7.5 YR 5.5/4), le plus souvent, et brun gris, brun foncé, brun rouge...

2385Aspect : inégale au toucher ; les grains de quartz sont visibles, et l’ensemble de la surface apparaît comme piquetée de points brillants.

2386Traitement : les deux faces sont lissées ou l’une d’elles est simplement raclée.

2387Dureté : 4.

2388Forme.

2389Groupe II (pl. 13 : 15, 20, 21).

2390Bord : le plus souvent, court et trapu ; épaissi à l’intérieur, de section ovale ou triangulaire (le bord large rectiligne est exceptionnel). Redressé à la verticale ou éversé à 45°.

2391Lèvre : amincie en pointe ou arrondie.

2392Épaisseur moyenne des parois : 9 mm.

2393Dimensions probables : grandes jarres de 20 à 50 cm de hauteur.

2394Groupe I (pl. 13 : 12).

2395Col : concave ; légèrement rentrant.

2396Bord : épaissi à l’extérieur ; section circulaire ou ovale.

2397Lèvre : arrondie.

2398Épaisseur des parois : varie de 5 à 15 mm.

2399Dimensions probables : hauteur : 20 à 30 cm.

2400Groupe VI.

2401Voir Piches rouge.

2402Groupe III.

2403Idem.

2404Groupe XI.

2405Idem.

2406Groupe IV.

2407Idem.

2408Supports : 2 exemplaires : Pleins : l’un est tronconique à extrémité arrondie, l’autre conique à fort épaulement (hauteur : 3 cm).

2409Anses.

2410Localisation : partie supérieure du corps des jarres, Implantation : verticale, à part deux exceptions horizontales.

2411Forme : la boucle constituée est semi-circulaire (rayon de 5 à 8 mm). Les anses sont de section ovale ou rectangulaire (5 X 3 cm ; 4 X 2,5 cm ; 8 X 4 cm).

2412Décoration.

2413Peinture : les bords de formes III et XI sont peints en rouge ; ceux de forme II le sont parfois.

2414Appliqué :

2415Une anse porte sur sa face supérieure près du point d’implantation une pastille incisée, comprise entre deux bourrelets transversaux, modelés ;

2416Un tesson porte sur sa face externe, un cordon décoré d’une rangée d’impressions digitales ;

2417Sur un autre, partie d’une poterie anthropomorphe ou zoomorphe, cinq petits cordons sont disposés en éventail pour figurer une patte ou une main ;

2418Un fragment de bol zoomorphe de forme IV, appartient à ce type : la carapace d’un tatou est indiquée en relief sur le corps, et décorée de ponctuations circirculaires ; la queue de l’animal est figurée par un cône appliqué.

2419Ponctuation : quelques tessons sont décorés d’une rangée horizontale de ponctuations triangulaires ou de coups d’ongle en forme de croissant.

2420Position chronologique : Danta est caractéristique de Palo Blanco B, bien qu’il apparaisse dans la séquence dès la fin de San Bosco. Contrairement à celles de Piches, les fréquences de Danta diminuent significativement en Bebedero.

Asientillo polychrome (pl. 43 : A, B ; pl. 34 : B)

2421Critères : Pâte. — Décor polychrome.

2422Échantillonnage : 550 tessons à La Guinea : 192 en IJKL, 13 en ABCD, 226 en MNOP.

2423Pâte : Voir Danta (pour quelques exceptions, voir Piches).

2424Surface.

2425Traitement et couleur : en règle générale, tout l’intérieur, et à l’extérieur, la partie inférieure et le bord de la poterie, sont engobés en rouge. La paroi externe du col ou la partie supérieure du récipient est de couleur jaune rouge (7.5 YR 6.5/4). Celle-ci est, soit la couleur naturelle de la surface, soit celle d’une engobe.

2426Dureté : 4.

2427Forme.

2428Groupe III (pl. 14 : 1-3, 9, 10).

2429Fond : arrondi ; parfois tripode ?

2430Corps : plus ou moins hémisphérique : les parois sont légèrement convexes ou presque rectilignes.

2431Bord : épaissi à l’extérieur ; de section triangulaire, ovale ou circulaire. La partie supérieure est généralement convexe, parfois aplatie.

2432Lèvre : arrondie, amincie ou en biseau.

2433Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

2434Dimensions probables : diamètre maximum entre 25 et 30 cm.

2435Groupe VIII (pl. 14 : 15-21, 23 ; voir aussi le bol provenant du site de Papagayo, pl. 34 : B).

2436Corps : en calotte ou hémisphérique.

2437Col : légèrement concave ; vertical ou légèrement évasé ; équateur arrondi le plus souvent.

2438Bord : épaissi à l’extérieur ; de section triangulaire ou circulaire. Face supérieure plate ou convexe (celui de la pl. 34 : B est éversé).

2439Lèvre : arrondie ; amincie ou en biseau.

2440Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

2441Dimensions probables : diamètre entre 25 et 30 cm.

2442Groupe IV (pl. 12 : 19, 20).

2443Fond : arrondi ; tripode ?

2444Bord : épaissi à l’intérieur ou épaissi progressivement. Rentrant.

2445Lèvre : arrondie ou aplatie.

2446Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2447Dimensions probables : diamètre maximum : 15 cm.

2448Groupe II.

2449Bord : à face externe rectiligne et face interne convexe ; éversé à 45°.

2450Lèvre ; arrondie.

2451Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

2452Dimensions probables : hauteur de 15 à 20 cm.

2453Supports.

2454Pleins :

2455Coniques (hauteur : 20 mm) ;

2456Boutons (hauteur : 15 mm).

2457Creux : Coniques (hauteur de 30 à 60 mm).

2458Anses.

2459Implantation : horizontale et verticale, sur la partie supérieure du corps des jarres. Forme : de section ovale (7 x 4 mm ; 6 x 3 mm), elles mesurent 5 cm de rayon. Décoration : elles sont soit engobées en rouge, soit peintes en rouge et noir sur fond beige.

2460Décoration.

2461Peinture.

2462Emplacement : généralement à l’extérieur, sur le col ou la partie supérieure du corps ; quelques exceptions décorées seulement sur la face interne. Nous avons enfin l’exemple d’un fragment de bol III (en provenance de COR 2) où la poterie toute entière est engobée en rouge à l’exception du corps à décor polychrome.

2463Technique : peintures :

2464Rouge (2.5 YR 4/4) ;

2465Brun noir.

2466Rien n’indique l’emploi du peigne ; le trait est large de 2 à 4 mm.

2467Composition : les motifs ne sont pas inscrits dans des panneaux, comme ceux de Carrillo. Un trait noir, parfois double, cerne des surfaces incomplètement coloriées à l’aide de traits rouges horizontaux et verticaux.

2468Éléments géométriques :

2469Droites parallèles horizontales et verticales ;

2470Lignes ondulées horizontales, larges et paresseuses ;

2471Lignes brisées verticales ;

2472Scalaires ;

2473Chevrons ;

2474Treillis, etc.

2475Motifs : ils rappellent ceux de Carrillo, et sont le plus souvent des stylisations d’animaux, que nous n’avons pu identifier.

2476Style : analogue à celui de Carrillo, mais de qualité inférieure : l’exécution est grossière, rapide et souvent bâclée.

2477Modelé et appliqué.

2478Éléments de bols zoomorphes : consistent en cordons, pastilles, cônes, etc. décorés ou non d’incisions, qui ornent le plus souvent la partie supérieure externe des bols IV.

2479Impressions digitales : un exemplaire.

2480Elles sont disposées côte à côte en une rangée, sur la paroi externe.

2481Incision : un exemplaire : la lèvre d’un bol III est ornée de courts traits verticaux incisés (5 x 2 x 1 mm ; espacés de 5 mm).

2482Position chronologique : Type caractéristique de Palo Blanco B ; sa courbe est parallèle à celle de Danta.

2483Références : Un type analogue est présent en petites quantités en Matapalo, zone de Tamarindo (Coe, communication personnelle).

Mombacho polychrome incisé (pl. 42 ; I, K)

2484Critères : Polychromie sur engobe crème. — Incision.

2485Échantillonnage : 7 tessons à La Guinea : 1 en IJKL, 3 en ABCD, 1 en MNOP (et 2 en EFGH).

2486Pâte et surface : voir Papagayo polychrome (une exception : voir Jicote).

2487Forme : nous ne possédons pas de bord, mais un tesson de poterie carénée (forme VIII ou X).

2488Décoration.

2489Incision : faite avant engobage. Le trait est large de 0,25 à 0,50 mm. L’exemplaire de pâte Jicote porte des incisions qui semblent avoir été tracées avec l’ongle.

2490Peintures :

2491Brun noir ;

2492Rouge orangé.

2493Motifs : probablement figuratifs : les éléments curvilignes (cercles concentriques, spirales), sont caractéristiques.

2494Position chronologique : indéterminée.

2495Références.

2496Type rare en La Cruz, zone de Chahuite Escondido (Coe, communication personnelle).

2497Bransford a illustré pour la première fois ce type, découvert par lui à Santa Elena, Nicaragua (Bransford, 1881, fig. 112, p. 54).

2498Des vases de ce type ont été publiés par Lothrop (1926, vol. I) sous le titre « Underslip Incised ware » : pl. LXXXII ; pl. LXXXIV-LXXXVII.

2499Dans l’isthme de Rivas, Mnmbacho est de période « polychrome moyen » (Norweb).

Jicote polychrome (pl. 44 : A-C ; pl. 45 : A-E)

2500Critères : Pâte. — Aspect de la surface. — Polychromie.

2501Échantillonnage : A La Guinea, 691 tessons très érodés (221 en IJKL, 350 en ABCD, 120 en MNOP) et 10 poteries : G 7/3 (pl. 45 : B) ; H 7/1 ; F 7/1 (pl. 45 : E) ; H 7/6 (pl. 45 : D) ; F 7/2 (C) ; G 7/2 (A) ; H 7/8 ; H 7/3 (pl. 44 : B) ; H 7/7 (C) ; H 7/2 (A).

2502Pâte.

2503Dégraissant : sable particulièrement riche en andésite ; il comprend aussi en quantités minimes des particules de feldspath et de quartz. La taille des grains varie de 0,12 à 1 mm, mais la majorité des particules mesure entre 0,25 et 0,50 mm.

2504Texture : dégraissage à 50 % et plus. Le matériel non plastique est bien mélangé à la pâte, mais la texture est assez lâche, friable ; la fracture est irrégulière.

2505Couleur : varie de rouge à brun.

2506Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante, le plus souvent.

2507Surface.

2508Couleur (de l’engobe) : les teintes les plus caractéristiques sont brun clair (7.5 YR 6/4) et brun rouge (2.5 YR 5.5/4).

2509Aspect ; égale et lisse. Les multiples points noirs d’andésite qui apparaissent en surface, lui donnent souvent un aspect « sale » caractéristique.

2510Traitement : engobée et polie très légèrement (sans réflexion) le plus souvent sur les deux faces.

2511Dureté : 3 ?

2512Forme.

2513Groupe I (pl. 13 : 2,7 ; pl. 44 : B, C).

2514Fond : arrondi ; tripode ou pourvu d’un pied creux évasé aux parois concaves.

2515Corps ; globulaire ou piriforme.

2516Col : concave ou rectiligne ; vertical ou évasé.

2517Lèvre ; arrondie et directe ; ou amincie.

2518Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

2519Dimensions :

2520Pl 44 : C = diamètre maximum : 23,2 cm ; diamètre ouverture : 11,4 cm ; hauteur : 29 cm.

2521Pl. 44 : B = diamètre maximum : 24,6 cm ; diamètre ouverture : 12,5 cm ; hauteur : 31,4 cm.

2522H 7/8 (non illustré) = diamètre maximum : 25,2 cm ; diamètre ouverture : 12,8 cm ; hauteur : 39 cm.

2523Groupe IV (pl. 45 : B, E).

2524Fond : arrondi ; parfois tripode.

2525Corps : globulaire plus ou moins aplati.

2526Bord : direct ; rentrant.

2527Lèvre : arrondie ; amincie ; ou en biseau.

2528Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2529Dimensions :

2530Pl. 45 : B = diamètre maximum : 14 cm ; diamètre ouverture : 11,6 cm ; hauteur : 9,3 cm.

2531Pl. 45 : E = diamètre maximum : 22,9 cm ; diamètre ouverture : 20 cm ; hauteur : 10 cm.

2532H 7/1 (non illustré) = diamètre maximum : 25 cm ; diamètre ouverture : 17 cm ; hauteur : 16 cm.

2533Groupe XV (pl. 45 : C).

2534Corps : piriforme.

2535Lèvre : arrondie.

2536Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2537Dimensions : pl. 45 : C = diamètre maximum : 24 cm ; diamètre ouverture : 12,6 cm ; hauteur : 25 cm.

2538Groupe II (pl. 13 : 19 ; pl. 45 : A).

2539Corps : globulaire aplati.

2540Bord : étroit ; direct ou épaissi à l’intérieur, légèrement éversé.

2541Lèvre : arrondie ou amincie.

2542Épaisseur moyenne des parois : 5 mm.

2543Dimensions : petites jarres de 10 à 15 cm de haut et : pl. 45 : A = diamètre maximum : 24,6 cm ; diamètre ouverture ; 13,8 cm ; hauteur : 15,2 cm.

2544Groupe X (pl. 15 : 14) : un exemplaire.

2545Corps : en calotte ; équateur marqué.

2546Col : rectiligne ; rentrant.

2547Lèvre : arrondie.

2548Épaisseur des parois ; 6 mm.

2549Dimensions probables : diamètre maximum : 15 cm.

2550Groupe VI (pl. 15 : 8, 9).

2551Fond : arrondi ; parfois tripode.

2552Corps : depuis en calotte très basse jusqu’à hémisphérique.

2553Bord : direct ou épaissi à l’intérieur.

2554Lèvre : aplatie, arrondie, ou amincie.

2555Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2556Dimensions probables : diamètre maximum de 20 à 25 cm.

2557Groupe XIV (pl. 15 : 22 ; pl. 45 : D).

2558Corps : en calotte très basse. Équateur marqué ou arrondi.

2559Col : concave ; évasé.

2560Lèvre : arrondie.

2561Épaisseur moyenne des parois : 6 mm.

2562Dimensions : pl. 45 : D = diamètre maximum : 16 ; hauteur : 7,5 cm.

2563Autres formes : pl. 44 : A. Vase zoomorphe.

2564Fond : arrondi, muni d’un pied creux évasé (celui-ci a disparu, mais la trace de son implantation demeure visible).

2565Corps : sphéroïde, à ouverture étroite.

2566Bord : court, éversé à la verticale.

2567Dimensions : diamètre maximum : 36 cm ; diamètre ouverture : 13,8 cm ; hauteur : 30 cm.

2568Supports.

2569Pleins : un exemplaire tronconique, d’une hauteur de 45 mm (pl. 51 : F).

2570Creux : en règle générale, ils sont plus allongés que ceux de Birmania ou de Papagayo : tronconiques à épaulement (face antérieure renflée) est la forme la plus courante (pl. 51 : H ; pl. 44 : C). Le plus souvent ils représentent une tête d’animal (pl. 51 : D), dont les yeux et la gueule sont indiqués par des perforations ou des fentes. Tous les supports creux munis de grelots, sont décorés de peintures, et parfois d’appliqué.

2571Pied évasé : creux, aux parois légèrement concaves, celui de pl. 44 : B, mesure 18 cm de diamètre à la base et 7 cm de hauteur.

2572Décoration.

2573Emplacement et composition.

2574Le décor des récipients « ouverts » (VI, XIV) se compose généralement de trois zones décoratives concentriques disposées à l’intérieur : le fond, sur lequel est peint le motif principal ; les parois et le bord, qui sont ornés d’une frise décorative géométrique. Sur les récipients « fermés », le décor est à l’extérieur, et comprend le plus souvent une frise principale, divisée en panneaux à l’intérieur desquels s’inscrivent des motifs figuratifs stylisés, et des frises secondaires, constituées par la répétition d’éléments géométriques. Sur les vases de formes IV, II et XV, la frise principale bordée de groupes de lignes horizontales, décore la paroi externe supérieure. Sur ceux de forme X, le décor se trouve sur le col. Sur les vases de forme I, enfin, les deux types de décor sont disposés sur le col, et parfois des frises secondaires décorent la partie inférieure du corps, le pied évasé et les supports. De larges bandes verticales espacées, peuvent unir le décor supérieur et le décor inférieur (pl. 44 : B).

2575Technique : peintures :

2576Rouge orangé ;

2577Brun noir ;

2578Auxquelles s’ajoute parfois : brun clair.

2579Les éléments et motifs sont soit linéaires, soit en à-plats coloriés cernés d’un trait noir.

2580Éléments géométriques (frises secondaires) :

2581Lignes parallèles ;

2582Volutes verticales ;

2583Triangles juxtaposés ;

2584Scalaires terminés parfois par une volute ;

2585Éléments de forme imprécise en deux parties emboîtées l’une dans l’autre ;

2586Deux brins entrelacés ;

2587Rangées de points, etc.

2588Motifs zoomorphes : ils consistent : soit en représentations plus ou moins stylisées (le jaguar pl. 44 : C), soit en motifs conventionnels symbolisant un animal (le serpent à plumes sur la frise principale de pl. 44 : B ; comparer avec Lothrop 1926 : pl. LI : a).

2589Vases zoomorphes et céphalomorphes (pl. 44 : A ; pl. 45 : C). La peinture s’ajoute aux éléments appliqués pour la figuration des parties du corps de l’animal ou des traits du visage.

2590Style : l’exécution est soignée ; la composition, équilibrée et rythmée. L’ensemble est souvent gauche et lourd, cependant.

2591Modelé et appliqué.

2592Certains vases de forme I, sont décorés d’un bourrelet horizontal (dont les bords sont lissés avec la paroi) placé à la partie inférieure du corps au-dessus du pied (pl. 44 : B).

2593Vases zoomorphes : sur le vase A (pl. 44) la tête d’un tatou est modelée et appliquée, entre deux cordons semi-circulaires qui figurent les pattes antérieures. Au-dessous une pastille circulaire, le ventre, se trouve entre deux pastilles ovales appliquées pour représenter les pattes postérieures.

2594Vases céphalomorphes : pl. 45 : C : les principaux traits du visage sont indiqués au moyen de pastilles ou de cônes. Une peinture faciale rouge orne les joues et le menton.

2595Position chronologique : phase Bebedero.

2596Références et comparaisons : Un grand nombre de vases Jicote ont été illustres par Lothrop (1926) ; comparer pl. 44 : B et vol. I, pl. LI, a. Le motif serpentiforme (deux brins enlacés) qui apparaît pl. 44 : C, se retrouve pl. XXIII a, sur une poterie céphalomorphe analogue à C de la planche 45. Comparer également pl. 45 : B et, dans Lothrop pl. XLVIII : a et fig. 50 : a, p. 154. Le motif difficilement identifiable de A (pl. 45) est très voisin du « Monkey Pattern » qui décore des bols Luna polychrome (voir Lothrop 1926, vol. I, pl. XCIV : a, et XCV : b. Bransford 1881, fig. 86). Cet exemple confirme la contemporanéité de Jicote et de Luna (période « Polychrome récent »).

2597Voir aussi dans Lines (1936, fig. 4, 8 et 9,11, 22 et 24) et dans Stone (1958, fig. 8, g).

2598Enfin, ce type est représenté dans les phases Doscientos et La Cruz, zone de Chahuite Escondido (Coe, communication personnelle).

Murrillo appliqué (pl. 46 : E-I ; pl. 47 : F, G)

2599Critères : Pâte. — Décor par appliqué et incision.

2600Échantillonnage : 530 tessons, dont 1 à La Bocana, 387 à La Guinea (94 en IJKL, 93 en MNOP, 191 en ABCD) et 151 à BOC 1.

2601Pâte.

2602Dégraissant : grains de quartz et de feldspath, en proportions variables, dont la majorité mesure de 0,25 mm à 0,50 mm.

2603Texture : le dégraissant est irrégulièrement réparti dans l’argile, et constitue de 30 à 50 % de la pâte. La texture est cependant très compacte, et la fracture très régulière.

2604Couleur : très variable : brun clair, jaune-rouge, rouge-jaune...

2605Cuisson : soit en atmosphère oxydante, soit volontairement en atmosphère réductrice : pâte et surface noires.

2606Surface.

2607Couleur : identique à celle de la pâte ; en outre, parfois gris foncé (10 YR 4.5/1-7.5 YR 4/0).

2608Aspect : égale et lisse ; grains de dégraissant visibles.

2609Traitement : l’extérieur est lissé à poli ; l’intérieur est raclé, le plus souvent. Le polissage est léger, mais régulier.

2610Dureté : 3,5.

2611Forme.

2612Groupe II (pl. 13 ; 26, 27).

2613Bord : large, rectiligne ou concave ; ou court, de section ovale. Éversé à 45°.

2614Lèvre : directe ou épaissie à l’extérieur, arrondie, amincie, ou aplatie.

2615Épaisseur moyenne des parois : 7 mm.

2616Dimensions probables : hauteur entre 15 et 20 cm.

2617Groupe I.

2618Col : concave ; vertical.

2619Bord : direct ou épaissi à l’extérieur.

2620Lèvre : aplatie ou arrondie.

2621Épaisseur des parois : 7 mm.

2622Dimensions probables : hauteur entre 15 et 20 cm.

2623Groupe IV : un exemplaire de BOC 1.

2624Bord : épaissi progressivement ; rentrant.

2625Lèvre : en biseau.

2626Épaisseur de la paroi : 5 mm.

2627Dimensions probables : diamètre maximum : 15 cm.

2628Groupe XVI : un exemplaire de BOC 1 (pl. 47 : F).

2629Fond : plat.

2630Corps : de parois très concaves ; de direction verticale.

2631Lèvre : amincie.

2632Épaisseur de la paroi : 6 mm.

2633Dimensions probables : hauteur : 9 cm.

2634Supports.

2635Creux.

2636Un exemplaire en forme de tête d’animal (pécari ?), tronconique à épaulement. Il est décoré par appliqué et de deux perforations circulaires qui figurent les yeux ; hauteur : 25 mm.

2637Décoration.

2638Appliqué et incision.

2639Sur la face externe des bords II :

2640Le décor typique comprend deux cordons (de 3 à 5 mm d’épaisseur) placés horizontalement à quelques millimètres l’un de l’autre. Leurs bords sont parfaitement lissés avec la paroi. Le cordon supérieur est orné de traits obliques incisés, qui par groupes de trois sont orientés tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre. Le cordon inférieur est décoré de petites dépressions ovales disposées verticalement ou latéralement (pl. 46 : E, G).

2641Sur la paroi externe :

2642Sont figurées en relief et ornées de larges incisions, certaines parties du corps d’animaux ; parfois, cependant, il ne s’agit plus d’éléments isolés, mais d’une représentation totale (pl. 47 : G et pl. 46 : F, H, I). Le décor du seul fragment de bol XVI que nous possédions est exceptionnel (pl. 47 : F) : sous un cordon orné de dépressions ovales, se trouve une frise décorée de traits horizontaux et obliques incisés.

2643Technique : les bords des éléments appliqués, sont parfaitement lissés, et se confondent avec la paroi. Les larges traits et dépressions incisés ont été faits dans la pâte fraîche avec un outil à pointe large et arrondie (dimensions des traits : 2 mm de large et 0,25 mm de profondeur ; dépressions ovales : 4 mm de longueur, 0,25 mm de profondeur et espacées de 2 mm en moyenne).

2644Engobe rouge.

2645Certaines poteries sont engobées en rouge ; le plus souvent seulement sur la paroi externe, parfois aussi sur le bord et le col internes.

2646Position chronologique : type caractéristique de la phase Bebedero.

2647Références et comparaisons.

2648Nous n’avons pas trouvé dans Lothrop (1926) de références à ce type.

2649Une petite jarre Murrillo, qui se trouve dans les collections de l’Institution Smithsonian (no 28 916) provient des fouilles de Bransford à Paios Negros, près de Palmar, Nicaragua : de couleur beige polie, elle est décorée d’éléments appliqués ornés de dépressions et incisions, larges et superficielles.

2650Une poterie zoomorphe, rappelant ce type, a été publiée par Linné (1929, fig. 17 : a, p. 81). Elle provient du site 2 de Saboga, Archipel des Perles, Panama.

2651Murrillo est abondant dans le matériel La Cruz A et B, de Chahuite Escondido (Coe, communication personnelle).

Vallejo polycrome (pl. 42 : F, H)

2652Critères : Polychromie sur engobe blanche. — Peinture grise ajoutée aux peintures traditionnelles.

2653Échantillonnage : A La Guinea, 6 tessons, dont 2 en MNOP (et 4 en EFGH), et 1 poterie : G 7/1.

2654Pâte et surface : voir Papagayo polychrome.

2655Forme.

2656Groupe XV : un exemplaire.

2657Corps : ovoïde.

2658Bord : épaissi à l’intérieur ; rentrant.

2659Lèvre : arrondie.

2660Épaisseur de la paroi : 5 mm.

2661Dimensions : inconnues.

2662Décoration.

2663Emplacement : nos exemplaires sont décorés sur la face externe.

2664Technique : Peintures :

2665Rouge orangé ;

2666Brun noir ;

2667Gris (2.5 YR 6/0-5/0).

2668Cette dernière peinture, caractéristique, est en général, homogène ; la même teinte est cependant obtenue sur l’un de nos tessons, par l’application d’une couche de peinture blanche sur un trait de couleur noire.

2669Éléments et motifs : G7/1 (non illustré) est un bol à fond plat et à parois évasées (diamètre maximum à l’ouverture : 27 cm ; hauteur : 10 cm). La frise extérieure est constituée par l’alternance de deux motifs : le premier est un groupe de quatre plumes disposées à l’horizontale ; le second une croix à larges branches inscrite dans un rectangle. Tout l’intérieur du bol est traité comme un seul même champ de décoration. Le motif qui est est reproduit quatre fois, est semblable à celui décrit par Lothrop sous le nom de « winged-head motive », qui décore habituellement des poteries « Luna ware » (voir Lothrop 1926, vol. I, p. 207 et pl. XCIII : a). Cet ensemble indique la contemporanéité de Vallejo et de Luna.

2670Position chronologique : indéterminable.

2671Références : Vallejo polychrome est caractéristique de la La Cruz A (zone de Chahuite Escondido. Coe I960, p. 362 et fig. 2 : g, h, j) et de Las Lajas (isthme de Rivas. Norweb 1962), toutes deux de période « Polychrome récent ».

TYPES CÉRAMIQUES HORS SÉQUENCE

Toro appliqué (pl. 47 : A, B)

2672Critères : Anses et oreilles ornées de figurations en relief. — Pâte.

2673Échantillonnage : 364 tessons très érodés provenant essentiellement de BOC 1, et quelques exemplaires de QUE 1 et TAB 1.

2674Pâte : très semblable à celle de Piches.

2675Surface : la description en est difficile, à cause de l’érosion de notre matériel : la majorité des tessons a conservé quelques traces rouges, mais nous ignorons si toutes les poteries de ce type étaient engobées.

2676Forme.

2677Groupe IV.

2678Corps : globulaire.

2679Lèvre : amincie, aplatie ou en biseau.

2680Épaisseur des parois : varie de 6 à 12 mm.

2681Dimensions probables : variables (de 10 à 35 cm de diamètre).

2682Groupe II.

2683Bord et lèvre : trois types :

2684Court, épaissi à l’intérieur ; de section triangulaire ; éversé à 45°. Lèvre amincie.

2685Plus large ; à face inférieure rectiligne et face supérieure, convexe ; éversé à 45°. Lèvre amincie.

2686Allongé ; légèrement éversé, presque à la verticale. Lèvre amincie.

2687Épaisseur moyenne des parois : 10 mm.

2688Dimensions probables : hauteur ; 30 cm.

2689Groupe I.

2690Col : légèrement ou fortement concave.

2691Bord : épaissi à l’extérieur ou direct.

2692Lèvre : arrondie ou en biseau.

2693Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

2694Dimensions probables : hauteur de 20 à 40 cm.

2695De groupe indéterminé.

2696Col ou corps : de parois rectilignes.

2697Bord : direct ou épaissi à l’extérieur.

2698Lèvre : arrondie.

2699Épaisseur moyenne des parois : 8 mm.

2700Dimensions : inconnues.

2701Supports.

2702Plein : 1 exemplaire tronconiquc (3 cm de hauteur).

2703Oreilles (pl. 47 : B).

2704Emplacement : disposées horizontalement sous le bord externe de grands bols de forme IV.

2705Forme : en forme de tête d’animal (de contour triangulaire, ou semi-ovale). La face supérieure est convexe ; la face inférieure concave.

2706Décoration : les bords des éléments appliqués sont lissés et se confondent avec la paroi. La gueule est habituellement figurée par un cordon orné d’impressions digitales. Les yeux : par une pastille circulaire cernée d’une rainure, ou par une pastille incisée en « grain de café » ; le nez est une petite pastille déprimée, etc.

2707Dimensions : 7 X 3 X 2,5 cm ; 9,5 X 3 X 2,5 cm ; 9 X 3,5 X 2 cm, etc.

2708Anses.

2709Implantation : verticale, sur l’épaule des jarres.

2710Forme : semi-circulaire. De section ovale allongée (3 X 3 ; ou 4 X 1,5 cm), elles mesurent de 5 à 8 cm de rayon (épaisseur de l’anse comprise).

2711Décoration : sur la face supérieure légèrement aplatie, des éléments appliqués (identiques à ceux décrits ci-dessus) figurent les traits d’une tête d’animal.

2712Décoration.

2713Cordon ponctué.

2714Il est disposé horizontalement sur l’épaule de la jarre, ou autour de l’équateur, ou sous le bord à l’extérieur d’un bol de parois rectilignes ; large de 5 à 10 mm, et épais de 3 à 4 mm, il est orné de ponctuations ovales, disposées verticalement (5 X 2,5 X 1 à 2 mm).

2715Appliqué. Deux tessons de panse sont décorés de pastilles.

2716Incision (exemplaires de PAL 2 et TAB 1).

2717Emplacement : sur la partie supérieure de la paroi externe, non engobée.

2718Technique : traits courts incisés dans la pâte fraîche (longueur : de 7 à 10 mm ; profondeur et largeur : 1 à 2 mm).

2719Composition : en deux ou plusieurs rangées, par paires disposées obliquement, et de direction différente en alternance.

2720Position chronologique (hors séquence) : phase Bebedero.

2721Références : Stone (1958, fig. 4) publie une céramique assez proche de Toro, qui, selon elle, est caractéristique des îles San Lucar et Chira, et du littoral du golfe de Nicoya.

Tempisque incisé (pl. 47 : E)

2722Critères : Décor.

2723Échantillonnage : 8 tessons à BOC 1.

2724Pâte.

2725Dégraissant : les particules d’andésite en constituent la majorité, puis celles de quartz et de feldspath. Leur taille varie de 0,25 à 0,50 mm.

2726Texture : pâte dégraissée de 30 à 50 %. La texture est assez lâche, friable et la fracture irrégulière.

2727Couleur : brun rouge à rouge.

2728Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante.

2729Surface.

2730Couleur (des parties non engobées) : identique à celle de la pâte.

2731Traitement : le plus souvent engobée en rouge, et polie légèrement mais régulièrement.

2732Dureté : 3.

2733Forme.

2734Groupe VII.

2735Fond : plat ou très légèrement convexe.

2736Corps : cylindrique ; de parois rectilignes.

2737Lèvre : directe ou légèrement amincie.

2738Épaisseur des parois : de 4 à 10 mm.

2739Dimensions probables : hauteur : 8 à 10 cm.

2740Décoration : incision et ponctuation.

2741Emplacement : sur la paroi externe, sous la lèvre.

2742Technique : incisions et ponctuations sont faites dans la pâte à l’état plastique. (Dimensions des incisions : largeur = 0,25 à 1,50 mm ; profondeur : 0,15 à 1 mm). Les ponctuations sont triangulaires ou ovales (longueur maxima : 2 mm ; profondeur : 1 mm).

2743Composition et motifs : le décor caractéristique est une frise qui se compose de deux groupes de lignes incisées horizontales parallèles, entre lesquelles se trouve une rangée de ponctuations triangulaires verticales, de direction différente, en alternance. Quand elles sont suffisamment rapprochées, le motif produit est celui d’un ruban ondulé (pl. 47 : E). Parfois, une simple ligne brisée, incisée, remplace, entre les droites, la rangée de ponctuations. Sur un dernier exemplaire, le décor consiste en trois groupes de trois traits obliques de direction différente en alternance. Les triangles formés par deux de ces groupes ont leur centre indiqué par une ponctuation circulaire ou ovale (voir un motif analogue sur un bord de Murrillo appliqué, pl. 47 : F).

2744Position chronologique (hors séquence) : phase Bebedero.

2745Comparaisons : voir dans Linné (1929, fig. 55 c, g) un décor analogue sur des tessons provenant de El Cementerio, Colombie.

Alligator incensário (pl. 34 : F)

2746Critères : Brûle-parfums. — Bol surmonté d’un couvercle. — Décor appliqué et modelé.

2747Échantillonnage : A La Guinea (3 tessons en EFGH) et une pièce entière (restaurée) F 13/1 (pl. 34 : F).

2748Pâte.

2749Dégraissant : particules d’andésite, de feldspath et de quartz en proportions diverses, d’une taille variant entre 0,15 et 1,25 mm.

2750Texture : dégraissage de 30 à 50 % ; texture homogène, et fracture plutôt régulière.

2751Couleur : brun rouge (5 YR 4/3).

2752Cuisson : en atmosphère partiellement oxydante.

2753Surface.

2754Couleur : identique à celle de la pâte.

2755Traitement : l’extérieur est raclé ; l’intérieur, lissé.

2756Dureté : 3, 5.

2757Forme, comprend deux parties :

2758Le bol tronconique qui repose sur une base circulaire (15 mm de hauteur) ; Un couvercle de même forme surmonté par la représentation modelée d’un animal (crocodile). La partie supérieure du couvercle et l’animal sont creux et munis de perforations, qui permettent ainsi à la fumée de l’encens de s’échapper.

2759Dimensions : diamètre maximum : 33 cm ; hauteur du bol : 15 cm ; hauteur totale : 50 cm.

2760Décoration (pl. 34 : F).

2761Modelé : voir l’animal qui surmonte le couvercle.

2762Appliqué : ce type de décor consiste essentiellement en zones constituées de cônes d’argile en rangées juxtaposées.

2763Peinture. Une épaisse peinture blanche est étendue sur les surfaces munies de pointes et sur certaines parties de la tête du crocodile.

2764Position chronologique : indéterminée.

2765Références.

2766Le type Potosi appliqué décrit par Norweb est identique à notre Alligator Incensario, et apparaît pendant la période « Polychrome ancien ».

2767Voir dans Lothrop 1926, la pl. CXVII, vol. II

CERAMIQUE NON CLASSIFIEE

2768Nous rangeons dans cette catégorie les exemplaires rares ou uniques qui se singularisent des types existants, et qui sont trop peu nombreux pour permettre la création de nouveaux types.

27691. Ponctuations linéaires verticales sur le bord et sur l’équateur d’un bol caréné (pl. 27 : A, C) [2 exemplaires].

2770Pâte semblable à celle de Monte Cristo, variété B. Surfaces engobées en rouge et polies.

2771Provenance : Ortega (associé à matériel de phase Catalina).

27722. Impressions en anneau exécutées à l’aide d’une tige creuse, (pl. 27 : G) [1 exemplaire].

2773Provenance : Ortega (associé à matériel de phase Catalina).

2774Références : (Lothrop 1942, vol. II, p. 170, fig. 343, 344).

27753. Rangée d’impressions digitales (pl. 27 : E) : on a d’abord, avec l’ongle, imprimé une rainure en forme de croissant ; puis dans la direction opposée, et à partir de cette rainure, l’ongle a été raclé de quelques millimètres, ce qui a produit une dépression semi-circulaire, bordée d’une pastille aplatie par le doigt (2 exemplaires).

2776Provenance : Ortega (associé à matériel de phase Catalina).

27774. Décor brossé (pl. 27 : B, D, F) [3 exemplaires].

2778La figure B montre la face interne d’un bord de forme I.

2779Provenance : Ortega (l’un est associé à Catalina, les deux autres à Ciruelas).

27805. Décor trichrome (pl. 23 : E) [4 exemplaires].

2781De forme indéterminée (sans doute VIII ou I), la poterie est peinte en rouge sur le corps et le bord. Le col est beige, et porte des motifs géométriques peints en noir.

2782Provenance : la Bocana (trois exemplaires ont été trouvés en surface, ce qui rend leur association incertaine).

27836. Céramique incisée (pl. 32 : F) [2 exemplaires].

2784Pâte : Los Hermanos. Surface de couleur brun foncé ou noir, polie. Forme X. Motifs linéaires simples gravés dans la pâte sèche. Le trait est large et profond. L’un des bords est décoré d’un rebord latéral en forme d’aile.

2785Provenance : La Guinea (associée à matériel Ciruelas).

27867. Vase miniature tripode à décor blanc sur rouge (pl. 30 : C).

2787Pâte : voir Urruela rouge. Surfaces engobées en rouge et lissées. De chaque côté du bol, on a figuré une tête animale en relief, qui est entourée d’une rangée de points blancs, le tout inscrit dans un cadre rectangulaire de même couleur.

2788Dimensions : diamètre maximum : 6,4 cm ; diamètre ouverture : 4 cm ; hauteur : 5 cm.

2789Provenance : pièce 1 de la tombe 6 de Bolson (associée à matériel Ciruelas).

2790Références : il peut s’agir d’une poterie Chavez blanc sur rouge, type caractéristique sur la côte nord du Costa-Rica et dans l’isthme de Rivas, des phases correspondant à la période « décor linéaire » ou « polychrome ancien ».

27918. Vase zoomorphe tripode (pl. 41 : A). La tête et les pattes antérieures d’un tatou sont indiquées en relief et se détachent de la paroi. Par contre, les pattes postérieures et la queue de l’animal sont représentées en léger bas-relief. Sous le bord se trouvent deux frises, dont la principale se compose d’une procession de jaguars accroupis ou rampants.

2792Provenance : tombe du sondage 3 de FIL 1 (phase indéterminée).

2793Références : Lothrop 1926, pl. XVIII, b. Stone 1958, fig. 7, d. Cette poterie semble être du type décrit par Norweb sous le nom de Pataky polychrome. (Phase La Virgen, période « polychrome ancien »).

27949. Grande jarre monochrome (pl. 37 : A). La pâte est dégraissée avec un sable dans lequel dominent les grains de quartz (taille de 0,12 à 0,25 mm). Elle est dégraissée à 30 % environ. La texture est homogène et compacte. La couleur de la surface varie du beige au brun foncé, en passant par les teintes intermédiaires. Elle ne semble pas engobée ; elle est bien polie. Le corps de la jarre est de forme sphéroïde ; il est surmonté d’un col tronconique, et d’un bord en retrait, large et très éversé.

2795Dimensions : diamètre maximum : 32 cm ; diamètre ouverture : 6,5 cm ; hauteur : 32 cm.

2796Provenance : La Guinea (H 7/10) [associée à matériel Bebedero].

279710. Ocarina en forme d’oiseau ou de tortue (très proche de celui publié par Lothrop, vol. II, fig. 151, a). La pâte et la surface sont identiques à celles de Birmania polychrome, ainsi que la technique et le style des peintures. Il possède deux trous. Longueur : 7 cm.

2798Provenance : La Guinea (G 11) [association imprécise].

279911. Jarre mammiforme (pl. 45 : F). Surface de couleur beige, noircie par endroits, et lissée. Les parois du col, qui n’ont pas été égalisées, après le façonnage, sont ondulées.

2800Dimensions : longueur maxima : 17,8 cm ; diamètre ouverture : 9,8 cm ; hauteur : 17 cm.

2801Provenance : tombe du sondage de BOC : 1 (contexte Bebedero).

280212. Fragments d’encensoir ou de tamis ? (pl. 47 : C, D). 3 tessons, dont un bord, sont pourvus de perforations circulaires de 5 à 7 mm de diamètre, disposées en rangées et espacées de 5 mm en moyenne.

2803Provenance : BOC 1 (contexte Bebedero).

2804Références : voir Linné 1929, p. 20 et Carte 1 pour la distribution continentale de cette sorte de céramique. Leur fonction est encore discutée : encensoirs (de type Mixtèque), passoires à maïs, ou récipients destinés à contenir les aliments à cuire à la vapeur.

DIVERS OBJETS EN CÉRAMIQUE

Figurines

2805Nous possédons dix fragments de figurines : ils proviennent tous des niveaux Palo Blanco de La Guinea.

2806Une tête trouvée en H 3 est très proche des figurines du Nicaragua, et particulièrement de celle publiée par Lothrop 1926, vol. II, pl. CXXV i.

2807Tous les autres fragments trouvés en D 4, P 3, M 4, J 5, J 12, I 3, L 3, F 6 sont de pâte et de surface Birmania polychrome, et proviennent de figurines semblables à celles illustrées dans Lothrop (1926), vol. II, pl. CXXY c, f.

Manche d’encensoir (pl. 52 : I)

2808La partie centrale du manche d’un encensoir en forme de poële à frire a été découverte en J 5 à La Guinea. La pâte et la surface sont semblables à celles de Veronica rouge (Phase Palo Blanco).

2809Ce fragment se présente sous la forme d’un cylindre creux légèrement courbé ; il présente plusieurs perforations opposées diamétralement (longueur du fragment : 12 cm. Diamètre de 3 à 4 cm).

Fusaïoles

2810Les six exemplaires en notre possession sont tous différents :

2811Le premier, qui provient de La Guinea en F 10 (phase Ciruelas) est un disque plein au bord aminci, à surface de couleur brune, lissée. La face supérieure est décorée par plusieurs svastika incisées ayant la perforation comme centre. Ces motifs ont été frottés de blanc. Dimensions : diamètre : 5,8 cm ; épaisseur au centre : 1,6 cm (pl. 52 : A).

2812Du même site en L 6 (phase Palo Blanco), nous avons récolté la moitié d’une fusaïole creuse en forme de toupie. La surface est grise, lissée. La partie supérieure est décorée de motifs incisés, concentriques. Dimensions : diamètre : 4,5 cm ; hauteur : 2,8 cm (pl. 52 : B).

2813Toujours de La Guinea en B 5 (phase Palo Blanco) provient la moitié d’un exemplaire plein en forme de calotte sphéroïde. La surface est engobée en rouge et lissée. Le décor, limité à la face supérieure plane, consiste en éléments géométriques incisés, en disposition rayonnante. Dimensions : diamètre : 4,7 cm ; hauteur : 1,7 cm.

2814Dans un des sondages de FIL 1, associé à des tessons de phase Palo Blanco, nous avons recueilli une fusaïole pleine, en forme de toupie. La surface brune est bien lissée. La face supérieure est décorée d’un même motif vertical incisé répété trois fois. Dimensions : diamètre : 3,8 cm ; hauteur : 2,8 cm.

2815Les deux derniers exemplaires proviennent du premier niveau du sondage I de TAB 1 (phase Bebedero) : L’un d’eux est un simple disque, grossièrement façonné, irrégulier de couleur et d’épaisseur. La surface brune est à peine lissée. L’une des faces est décorée de coups d’ongle, disposés en désordre sur toute la surface.

2816L’autre se présente comme une bobine pleine. L’objet est d’abord construit en forme de toupie que l’on modifie par une gorge au milieu. La surface, de couleur noire, légèrement polie, ne porte pas de décor. Dimensions : diamètre maximum : 3,2 cm ; hauteur : 3 cm ; diamètre au niveau de la gorge : 2,8 cm ; largeur de la gorge : 1 cm.

Disques

2817La fonction de ces objets très largement distribués, reste encore énigmatique. Ce sont des tessons retaillés, auxquels on a donné une forme circulaire, plus ou moins régulière.

2818Certains, qui possèdent une perforation centrale, ne peuvent cependant avoir servi de fusaïoles, car ils ont pour la plupart peu d’aptitude à faire fonction de volants. Les disques, percés ou non, mesurent en moyenne 4 cm de diamètre et 0,5 cm d’épaisseur.

2819Disques percés (pl. 52 : D, E, G). Six exemplaires : l’un d’eux provient de La Bocana (M 6) et a été taillé dans un tesson Monte Cristo. Deux autres, d’Ortega, ont pour origine des fragments de type Las Palmas (A 5 et P 4). Deux exemplaires de la Guinea, proviennent de tessons Veronica rouge, et un troisième de Mora polychrome.

2820Disques non percés. Quatre exemplaires qui proviennent tous de La Guinea ont été taillés dans des tessons Urruela rouge (L 13) Nautilus (K 4) et Piches (M 2 et M 3).

2821Sur d’autres tessons retaillés, de forme ovale, on a pratiqué à l’extrémité une encoche latérale, sans doute pour y faire passer un lien (pl. 52 : F, H).

© Éditions de l’IHEAL, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter