Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche archéologiques dans la vallée du Tempisque, Guanacaste, Costa Rica

 | 
Claude-François Baudez

II. Les sites

Texte intégral

1N.B. — Chaque site est désigné par les trois premières lettres de la carte au 1/25 000 sur laquelle il se trouve (PUE indique par exemple, que le site se trouve sur la carte Puerto Humo, de l’Institut national géographique du Costa-Rica), et par un chiffre qui désigne l’ordre dans lequel le site a été découvert.

PUE 5 : Grotte de La Bocana (10° 19’ 55” N — 85° 16’ 7” W)

2La Bocana est une colline calcaire de 1 200 mètres de long sur 500 mètres de large en moyenne, et dont les deux sommets atteignent 140 et 155 mètres. Elle fait partie d’un ensemble de collines de même nature qui s’étend d’Est en Ouest sur près de 15 kilomètres dans la plaine alluviale, au nord du Tempisque. Le site occupe une petite grotte qui se trouve presque au pied de la colline, à son extrémité Est, à un kilomètre environ à l’Ouest de l’hacienda Catalina, et à une altitude estimée à 35 mètres. La grotte est d’accès facile : de la plaine on monte à travers bois vers le Nord pendant 100 mètres environ, en longeant la falaise calcaire. Un des ouvriers de l’hacienda la découvrit un jour, et remarqua que des tessons jonchaient sa surface. Aucun indice ne nous a permis de supposer que la grotte ait été visitée postérieurement à son abandon à l’époque précolombienne : ni graffiti, ni objets modernes, ni traces d’excavations ou de perturbations quelconques.

3La grotte de La Bocana a une superficie de 20 mètres carrés environ ; elle est orientée Sud-Est Nord-Ouest, et sa longueur comme sa largeur maxima mesurent près de 6 mètres. L’entrée est de 2,50 mètres de large et de 4,50 mètres de hauteur. C’est vers le fond que le plafond est le plus haut : 7 mètres (pl. 2). Un petit diverticule se trouve à gauche, trois mètres avant l’entrée : il mesure près d’un mètre de long sur deux de large, et 50 centimètres de haut. Nous y avons recueilli quelques tessons en surface. Une deuxième ramification de petites dimensions se trouve dans la grotte a gauche de l’entrée ; elle se situe à 1,50 mètre de hauteur environ par rapport au sol, et a la forme d’un étroit tunnel qui s’élargit vers le fond. Seuls, quelques tessons jonchaient sa surface. Enfin, la grotte se prolonge vers l’Ouest par une deuxième salle a laquelle on accède par un passage étroit qui débouche à un mètre de hauteur au Nord-Ouest du carré A. Elle se trouve à trois mètres plus haut que la salle principale, et mesure 3 x 6 mètres. Au fond de cette chambre, à 3 mètres en contre-bas, est un espace semi-circulaire de 4 mètres de long sur 2 de large, flanqué de trois petits diverticules. Cet espace communique avec l’extérieur par une large ouverture située à près de 15 mètres de haut. L’exploration méthodique de la salle secondaire et de ses prolongements n’a donné aucun résultat.

4La salle principale de la grotte n’est pas parfaitement sèche à l’heure actuelle. Les eaux d’infiltration attaquent maintenant la paroi Est par plusieurs fissures situées au-dessus du sondage, et par une faille qui se trouve à la hauteur du carré N. De fortes pluies tombèrent dans la nuit qui suivit le sondage. Le lendemain, nous avons observé que près de la moitié Est du sol de la grotte était humide, et qu’en outre, un gros bloc s’était détaché de la paroi et remplissait notre excavation. Il n’en était sans doute pas de même au temps d’occupation de la grotte : en effet, comme nous le verrons, la partie Est de la salle était occupée par des foyers, que l’on imagine mal, inondés pendant les six mois de saison humide.

5La première fois que nous avons pénétré dans la grotte, nous avons trouvé sur son sol de nombreux blocs calcaires de dimensions variables et des tessons, parfois recouverts d’une mince couche de chaux ; nous en avons déniché aussi dans les anfractuosités des parois. Notre premier travail a consisté à faire un sondage au fond de la salle vers la droite. Il mesurait un mètre de côté et fut fouillé par niveaux de 20 centimètres, jusqu’à la roche, à une profondeur de 80 centimètres. La terre était une argile fine, collante, de couleur noire, qui contenait, outre des pierres, des tessons, du charbon de bois, et en bien moindre proportion, des débris de cuisine : os et arêtes, et deux coquilles marines.

6Le grand intérêt de ce gisement résidait dans la nature de la céramique qui s’y trouvait : les tessons, en excellent état, recueillis en surface et dans le sondage, appartenaient certainement à une phase ancienne, caractérisée par l’absence de types polychromes et la présence de types incisés bichromes. Nous étions, en outre, intéressés par la fouille d’une grotte, type de gisement qui n’avait jamais été exploité dans la région. Par ailleurs, nous nous heurtions à de multiples inconvénients : le manque d’espace utilisable à l’horizontale, la faible épaisseur du dépôt, surtout à proximité des parois ; l’encombrement et les perturbations stratigraphiques dues au délitage des parois et du plafond, etc. Aussi, avant d’entreprendre la fouille systématique de la grotte, nous avons exploré ses alentours dans l’espoir d’y découvrir un site offrant de meilleures conditions de travail.

7Nous avons visité une autre grotte, à moins de 50 mètres de la première ; elle comprenait deux grandes salles, dont une à toît effondré, réunies par un corridor. Nous n’y avons relevé aucune trace d’habitation. Nos efforts pour découvrir d’autres grottes ou tout autre type de gisement dans le Cerro de La Bocana, et dans les collines avoisinantes, ont été vains ; cependant, nous trouvions çà et là une poignée de tessons sur la hauteur (a 70 et à 100 m), ou au pied des collines. D’autres pouvaient être ramassés sur la pente entre la grotte et la plaine ; trois sondages y furent pratiqués à 50 mètres l’un de l’autre. Le premier a révélé un dépôt peu fertile de 20 centimètres d’épaisseur, le second de 15 centimètres ; le troisième était parfaitement stérile. II est tout à fait improbable que la région de La Bocana ait été habitée uniquement par les occupants peu nombreux de la grotte, et d’autres gisements restent à découvrir.

Sol de la grotte

Moitié Est (sondage et carrés F, G, I, J, M, N)

8Par suite d’infiltrations que nous pensons récentes (postérieures à l’occupation de la grotte), le sol est composé d’argile fine et collante, de couleur brune à noire, mêlée à la poussière calcaire provenant de la décomposition de la roche.

Moitié Ouest

9De 0 à 80 centimètres : poussière calcaire jaune à grise ; De 80 à 160 centimètres : à cette poussière, se trouve mélangée pendant les premiers 20 ou 40 centimètres, une argile de couleur ocre à brune, fine et compacte, qui devient plus pure à mesure que l’on s’approche de la roche.

10Partout dans la grotte et à tous les niveaux, se trouvait une grande quantité de pierres calcaires détachées du plafond ; le plus gros bloc occupait les carrés F et I, et mesurait approximativement : 200 X 200 X 100 centimètres (pl. 2 : coupe XX’).

Interprétation

11Pendant une première période, les eaux qui s’infiltraient dans toute la grotte déposèrent sur le fond rocheux une couche d’argile fine, de 20 à 40 centimètres d’épaisseur. Les infiltrations cessèrent alors, la grotte devint habitable et fut occupée (la couche d’argile pure est stérile). L’apport sédimentaire eût alors pour origine essentielle le délitage et la désagrégation de la roche des parois et du plafond. Nous ne savons pas si la deuxième phase d’infiltration, limitée cette fois à la partie Est de la grotte, coïncida ou non avec le départ de ses occupants. Quoiqu’il en soit, la grotte partiellement humide n’offrait plus guère d’intérêt pour l’habitation.

Histoire de la fouille

12Après avoir réservé comme témoin un certain espace autour du sondage, nous avons divisé la surface en 14 unités, autant que possible de un mètre de côté, désignées par une lettre de A à N (les carrés D, G, N sont plus petits, et le carré M est plus grand). Nous avons complété notre fouille de la grotte par un puits creusé à l’extérieur, de 2 mètres de côté. Il se trouvait à 5 mètres de l’entrée, et fut divisé en quatre carrés désignés par les lettres O, P, Q, R (pl. 2). Comme d’habitude, nous avons procédé à la fouille par niveaux arbitraires de 20 centimètres d’épaisseur.

Surface

13Les vestiges récoltés en surface (sur le sol et dans les anfractuosités des parois) ont été comptés ensemble comme faisant partie d’un niveau zéro. Ils furent recueillis surtout dans la partie Est, et en moindre quantité dans la partie Ouest ; la zone centrale, s’étendant sur les carrés L, H, E, C, en était à peu près dépourvue. Vestiges recueillis : 232 tessons ; la moitié d’un « metate » (meule) de forme circulaire ; un fragment de « mano » (molette) ; deux broyeurs ; dix galets.

14La valeur toute relative de la stratigraphie de la grotte est démontrée par l’exemple suivant : quatre tessons d’un même bol Papagayo polychrome (datant de la deuxième phase d’occupation) furent trouvés respectivement en II, Jl, J3 et G5.

Niveau 1 (0-20 cm)

15Si l’on excepte le carré M, dont le quart Sud est occupé par la roche, le niveau 1 est le seul où l’ensemble de la surface soit libre de roches. Comme pendant toute la durée de la fouille, les vestiges étaient plus abondants dans la partie Est de la grotte, c’est-à-dire dans les carrés F, G, I, J, L, M. La zone des foyers s’étendait le long de la paroi Est, en G (250 g de charbon), J et M. Les vestiges culinaires, qui comprenaient essentiellement des arêtes de poissons, des os de mammifères et de très rares coquilles de bivalves, étaient surtout entassés en M, I et L (100 g en M). Également, les tessons étaient très abondants en I, G, N, M, F. La zone la plus pauvre comprenait les carrés A, B, D. Vestiges recueillis : 1.104 tessons ; un fragment de « mano » ; quatre galets martelés en bouts ; 25 petits galets sans traces visibles d’emploi.

Niveau 2 (20-40 cm)

16Le volume de terre fouillée à ce niveau est déjà moins important qu’au niveau précédent. Les carrés B, C, D, F, K, M sont occupés en partie par de gros blocs rocheux, et la fouille de N doit être abandonnée à 40 centimètres. La concentration de charbon est la plus forte en M (340 g), mais reste très importante en J, N et G. Les débris de cuisine et les tessons sont distribués de la même façon. Les trois sortes de vestiges se trouvent dans les autres carrés en proportions très réduites, à la seule exception de A, où les fragments de charbon sont assez abondants, pour y indiquer l’existence d’un petit foyer. Vestiges recueillis : 801 tessons ; un fragment de « mano ».

Niveau 3 (40-60 cm)

17A ce niveau tous les carrés sont encombrés de roches, à l’exception de L. La fouille de A, B, D doit être abandonnée. La distribution du charbon, dans la moitié Est, montre l’existence de deux foyers principaux : l’un en M, l’autre en G. Les tessons et les débris de cuisine sont abondants dans et autour de la zone des foyers. Vestiges recueillis : 694 tessons ; une « mano » ; 14 petits galets.

Niveau 4 (60-80 cm)

18Il reste peu de place dans la partie Nord de la grotte. Le charbon n’est jamais abondant, sauf dans les carrés J et G. Les débris de cuisine sont concentrés en M et G ; enfin, les tessons sont très abondants en M, F, G, et L. Vestiges recueillis : 1.201 tessons ; un galet martelé en bout ; 18 petits galets.

Niveau 5 (80-100 cm)

19La fouille des carrés C et E se limite à la terre des cavités et des failles de la roche ; par ailleurs, l’espace des carrés F, I et J est réduit de moitié ; E, F et G ont dû être abandonnés à la fin de la couche. Les fragments de charbon, peu abondants, sont surtout concentrés en G ; les autres vestiges sont répartis à peu près également partout, sauf en G où se trouve un véritable dépôt d’ordures. Vestiges recueillis : 1.055 tessons ; deux gros galets martelés en bouts ; 16 petits galets sans traces visibles d’utilisation.

Niveau 6 (100-120 cm)

20Dans le carré C, on ne trouva qu’une poignée de terre ; à cette exception près, la fouille se limite à H, I, J, K, L, M. Le charbon est très rare partout, sauf en J. Les tessons et restes culinaires sont abondants surtout en M, mais aussi en I et L. Vestiges recueillis : 577 tessons ; 7 galets.

Niveau 7 (120-140 cm)

21La terre argileuse en H est parfaitement stérile, et n’est pas loin de l’être dans les carrés K et I ; dans ce dernier, fait exception la partie située sous le gros bloc qui occupe les carrés F et I, où la terre des niveaux supérieurs a été « aspirée » (pl. 2, coupe XX’). On ne note pas de charbon en quantité appréciable, mais les tessons sont relativement abondants en M et J. Vestiges recueillis : 350 tessons ; deux petits galets.

Niveau 8 (140-160 cm)

22La terre est stérile en K ; celle de L ne renferme que 10 tessons. Les vestiges trouves en M proviennent en réalité du niveau supérieur, et ont glissé dans une cavité de la roche (pl. 2, coupe XX’). Ceux récoltés en I proviennent uniquement de la poche d’aspiration. En résumé, on peut considérer que le sol de la grotte est stérile a partir de 120 à 150 centimètres suivant les carrés. A l’exception de L, la présence de vestiges au niveau 8 est le résultat d’affaissements, de glissements ou d’aspirations. Vestiges recueillis : 234 tessons.

Niveau 9 (160-180 cm)

23Partout stérile à l’exception du fond de la poche en I, qui a livré 62 tessons.

24Puits OPQR. — La couche de terre ne dépasse pas 40 centimètres dans les carrés P et R, et 50 centimètres en O et Q. Dans le premier niveau, les vestiges sont proportionnellements aussi abondants que dans la grotte (182 tessons) ; dans le niveau 2, la concentration est plus forte en débris de cuisine et en tessons (236) ; le niveau 3, enfin, est très pauvre (25 fragments). En conclusion, la proportion de débris n’est pas plus élevée à l’extérieur qu’à l’intérieur de la grotte.

Résumé de l’histoire de l’occupation de La Bocana

25On distingue dans la grotte deux phases d’occupation : la plus ancienne est représentée par un dépôt de phase Catalina ; la plus récente, de très courte durée, est indiquée par la présence en surface de quelques tessons de phase Bebedero : types Papagayo polychrome, Murrillo appliqué et Princesa à lèvre incisée.

26Phase Catalina. — Il nous est impossible d’apprécier la durée que représente le dépôt de cette phase, dans la mesure où nous ignorons la proportion de débris qui ont été jetés en dehors de la grotte par ses occupants. Ceux-ci ne semblent s’être intéressés à la grotte que dans la mesure où elle leur procurait un abri commode, qui les dispensait de construire une maison ; ils n’ont laissé aucune trace de leur visite dans la deuxième salle, obscure et d’accès malaisé. La première ne pouvait être habitée de façon permanente, que par un petit nombre de personnes (une famille composée de quatre à cinq individus). La partie située à droite de l’entrée, servait de cuisine ; les foyers sont installés suivant les niveaux en M, G ou J ; les ordures de toutes sortes jonchaient le sol, particulièrement autour des foyers ; en outre, une partie des débris était jetée au dehors. Les habitants de La Bocana cultivaient le maïs, comme en témoigne la présence d’un « metate » et de fragments de « manos ». Les produits de la pêche semblent avoir joué un plus grand rôle dans leur alimentation, que ceux de la chasse. La présence dans la grotte de coquilles marines est tout à fait accidentelle. L’outillage de pierre est très rudimentaire, et se limite à des broyeurs et à de simples galets, auxquels il faut ajouter le « metate » et les « manos » ; nous n’avons pas de renseignements sur l’outillage de pêche et de chasse, utilisé par les occupants de la grotte. La céramique est abondante et variée : quinze types sont représentés par plus de 6 300 tessons ; les types les plus abondants sont : Monte Cristo beige, Chaparrita rouge, Bocana incisé bichrome, Matazana rouge-sur-brun et Charco noir-sur-rouge. En dépit des multiples perturbations de la stratigraphie, l’évolution des types céramiques, telle qu’elle apparaît sur le graphique, peut être considérée comme normale. La seule anomalie importante se trouve au niveau 7, où l’on constate une fréquence anormalement élevée de Bocana incisé bichrome ; elle est due à une forte concentration de tessons de ce type en I, dont la majorité proviennent sans doute, d’une même poterie.

27Phase Bebedero. — Trois datations au Carbone 14 ont été obtenues à partir de charbon de bois trouvé dans la grotte. Un premier échantillon provenant de M3, a été daté : 954 + 88 ap. J.-C (Gif-sur-Yvette 99) ; nous écartons cette date, qui ne peut convenir à aucune des phases d’occupation de la grotte. Sur le second échantillon récolté en Gl, deux analyses ont été faites : la première a donné comme résultat 478 ans + 85, et la seconde 554 + 85 (Gif-sur-Yvette 98). Ces dates tardives, 1484 et 1408 ap. J.-C., qui correspondent à la période « Polychrome récent », ont été obtenues certainement à partir de charbon brûlé lors de la seconde période d’occupation de la grotte, indiquée par la présence en surface de tessons de phase Bebedero.

BOL 3 : Ortega (10° 22’ 15” N — 85° 28’ 30” W)

28Ce site se trouve au lieu-dit Las Pilas, à 6,5 kilomètres du village d’Ortega et à 150 mètres de la rivière Las Palmas. A l’époque de notre première visite (fin novembre), le site était recouvert de hautes herbes qui rendaient la visibilité nulle. Des tessons se trouvaient sur le sommet et sur les pentes d’une éminence ovale de 56 mètres de longueur et 2 mètres de hauteur (pl. 3, A). Deux sondages distants de 15 mètres pratiqués sur cette plate-forme, révélèrent une couche de terre épaisse seulement de 20 centimètres, recouvrant la roche (jaspe). La céramique comprenait les mêmes types qu’à La Bocana. Nous sommes revenus sur le site, au début du mois de mars : la visibilité et l’accès étaient très aisés, la végétation ayant été dévastée par le feu quelque temps auparavant. Nous avons pratiqué dans la plaine plusieurs sondages. Deux à l’Est du monticule donnèrent des résultats décevants : la couche archéologique ne dépassait pas 50 centimètres d’épaisseur. Dans le sondage 7, à 80 mètres au Nord de la colline, les tessons ne cessaient qu’à une profondeur de 80 centimètres. C’est, enfin, à proximité du sondage 6, où la couche fertile était épaisse de 120 centimètres, que nous avons décidé de creuser un puits de 4 mètres de cote, installe en terrain plat, orienté suivant les points cardinaux et divisé en carrés de 1 mètre, désignés par des lettres de A à P. La fouille procédait par niveaux de 20 centimètres. La céramique recueillie dans ce puits avait beaucoup souffert de l’action des eaux de la rivière Las Palmas, qui recouvrent la plaine la moitié de l’année.

Sol

29On peut distinguer trois couches naturelles : A (0-20 cm). Argile de couleur jaune, très fine, poudreuse.

30B (20-100 cm). Argile compacte, dure, de couleur variant du brun rouge à l’ocre.

31C (100- ?). Argile de couleur ocre à jaune, très fine, poudreuse.

Histoire de la fouille

32Niveau 1. — Rien de particulier n’a été observé à ce niveau. Vestiges recueillis : 686 tessons.

33Niveau 2. — Les tessons sont plus abondants dans la partie Ouest du puits (carrés E, I, M). Une bande de terre charbonneuse se trouve au sud du carré O, et on remarque les traces d’un petit foyer au centre Nord de N. Vestiges recueillis : 4 269 tessons.

34Niveau 3. — Les fragments céramiques sont surtout concentrés dans les carrés A, E et P. Le foyer observé en N, se poursuit dans ce niveau : des morceaux de charbon entouraient plusieurs grands tessons d’une même jarre de type Monte Cristo beige (variété de pâte A). Vestiges recueillis : 8 409 tessons ; une « mano » courte.

35Niveau 4. — Un sol est indiqué par la présence de plusieurs pierres disposées horizontalement à la même profondeur, dans les carrés H, G, O ; des traces de charbon sont observables en J, M, N, L, et P. Vestiges recueillis : 8 584 tessons ; un broyeur et un fragment de « mano » en A ; un fragment de pied de « metate » en P.

36Niveau 5. — Les tessons deviennent rares en B, G, N et la plus grande partie de E, K et L. L et P sont occupés partiellement par un grand four, consistant en une fosse de forme ovale, mesurant 160 centimètres de long sur 120 de large, et 100 de profondeur. La terre des parois est cuite, et la fosse contient en abondance des petites pierres mêlées à des fragments de charbon. Les tessons sont très abondants dans les carrés voisins K et O, où un trou de 60 centimètres de diamètre et de 20 centimètres de profondeur, avait été creusé. Vestiges recueillis : 5 946 tessons ; un fragment de « mano » (J) ; deux fragments de pieds de « metates » (E, O) ; un fragment de hache polie (M).

37Niveau 6. — Les vestiges des niveaux 6 et 7 auraient pu sans grand mal être confondus avec ceux du niveau 5 ; en effet, il semble que dès la profondeur de 110 centimètres environ, le sol n’ait plus été habité et que les vestiges trouvés en 6 proviennent de 5, soit par suite d’affaissements, soit de trous creusés par les habitants du niveau 5. Les tessons sont rares un peu partout, sauf sur une surface circulaire de 1 mètre de diamètre, située dans les carrés E, F, I et J, et en H, L, et P ; dans ces deux derniers, le four continue à occuper une grande place. Dans le carré H, se trouvent groupés plusieurs grands fragments d’une même jarre Monte Cristo beige (variété de pâte C). Nous avons récolté du charbon en L, pour être soumis à l’analyse de C 14.

38Le four pourrait être tenu pour responsable de perturbations stratigraphiques : elles sont en réalité négligeables. Vestiges recueillis : 3 509 tessons ; un broyeur (P) ; un fragment de « mano ».

39Niveau 7. — Ses vestiges sont limités dans trois zones : la première est constituée par le fond du four (jusqu’à une profondeur de 130 cm) qui occupe la majeure partie de P, et l’angle Sud-Est de L. La seconde occupe la moitié de H. La dernière, enfin, se trouve dans les carrés F et J. Vestiges recueillis : 531 tessons.

Résumé

40Le puits A-P d’Ortega a été creusé dans une zone d’habitation, comme l’indique la présence d’un foyer en N, s’étageant sur les niveaux 2 et 3, d’un sol en 4, et enfin d’un four en fosse, qui occupe les niveaux inférieurs des carrés L et P. Dans ce four, les aliments étaient cuits entre des pierres de toutes sortes, préalablement chauffées. L’agriculture est attestée par des fragments de « metates » et de « manos ». Nous ignorons tout de l’importance respective des autres activités économiques, telles que la chasse et la pêche, tous les vestiges osseux ayant disparu. A l’exception d’un talon de hache polie, l’outillage lithique consiste en galets martelés en bouts, et en broyeurs. Les fragments de poterie, particulièrement abondants, nous ont permis une analyse détaillée de la céramique de ce site, que nous avons répartie en 33 types. Le matériel des cinq niveaux inférieurs a été attribué à Catalina, et nous a permis de définir avec précision le complexe céramique de cette phase. Les niveaux 2 et 1 appartiennent à la phase Ciruelas : le passage d’une phase à l’autre se manifeste par le remplacement des types Monte Cristo beige et Chaparrita rouge, par Los Hermanos et Chancho, et par le développement de Guinea incisé, de Zelaya trichrome et de Charco noir-surrouge. Certaines oppositions fondées sur la qualité de la pâte, entre types de décor semblable, sont propres à la céramique de ce site (Matazana/Las Palmas ; Charco/Cobano ; Diria/Guinea.) La régularité de l’ensemble des courbes de la portion du graphique correspondant aux niveaux de ce site, témoigne des bonnes conditions de la stratigraphie. La seule anomalie importante se manifeste dans la courbe du type Urruela rouge, dont les pourcentages à Ortega apparaissent anormalement élevés. L’explication doit être cherchée dans le fait qu’à Ortega, un nombre important de tessons qui ont été comptés comme Urruela, auraient été distribués dans plusieurs types décorés (Cobano, Zelaya bichrome, Canjel rouge-sur-rouge...), si l’érosion n’avait pas effacé les peintures caractéristiques de chacun d’eux. Du charbon de bois provenant du four, en L6, a été soumis pour analyse de 04, à deux laboratoires différents : celui de Yale a attribué à l’échantillon (Y-850) un âge de 1 700 ans + 70 (260 ap. J.-C.) ; le laboratoire de Gif-sur-Yvette a procédé à deux analyses qui ont donné les résultats suivants :

41G-s-Y 100 :

421. 2 221 ans ± 100 (259 av. J.-C.) ;

432. 2 168 ans ± 98 (206 av. J.-C.).

44Si l’on fait la moyenne de ces différents résultats, on obtient la date 0.

COR 1 : La Guinea (10° 25’ 20” N — 85° 29’ 40” W)

45Ce gisement se trouve sur la rive droite du Tempisque, à 1 000 mètres environ en amont du hameau de La Guinea. On y accède facilement, soit en barque, en descendant le fleuve, soit par la petite route qui le longe et qui relie Filadelfia à La Guinea (pl. 3, B). Nous l’avons découvert en novembre 1959, et avons exécuté un sondage lors de cette première visite ; nous sommes revenus vérifier les possibilités qu’offrait ce site, en décembre de la même année, et enfin, nous nous y sommes installés du 15 avril au 15 mai 1960 pour y travailler.

46Une des particularités du site de La Guinea est d’être recouvert par une couche de sable, épaisse au moins d’un mètre, due à la sédimentation du fleuve, en crue à chaque saison des pluies. L’existence du dépôt archéologique est cependant bien visible pendant plus de 20 mètres, sur la berge haute de 5. En saison humide, les eaux grossies du fleuve, attaquent la paroi et mettent au jour les fragments de poterie qui s’y trouvent enfouis. Le terrain où nous avons travaillé était cette année-là en jachère, et recouvert d’une végétation peu dense de taillis, d’arbustes et de jeunes arbres. Notre premier travail a consisté à égaliser la coupe que nous offrait naturellement la berge, afin d’y observer l’épaisseur et la nature du dépôt.

Sondage 1

47Couche A (0-100 cm). Sable brun clair, stérile.

48Couche B (100-250 cm). Argile sablonneuse brun foncé ; fertile.

49Couche C (250-310 cm). Argile brun clair ; stérile. Nous y avons exhumé une sépulture en très mauvais état : des traces osseuses et des dents humaines étaient accompagnées des fragments de trois poteries de forme allongée à l’horizontale, munies d’anses aux extrémités, et d’un bol large et bas à fond presque plat et à parois rentrantes, type Mora polychrome, variété 3 (pl. 40 : F). Cette poterie permet d’attribuer un âge récent (puisqu’elle est de phase Palo Blanco ou Bebedero) à cette sépulture.

50Couche D (310-355 cm). Sable jaune ; fertile.

51Couche E (355-375 cm). Argile brun clair ; fertile.

52Couche F (375-380 cm). Gravier ; fertile.

53Couche G (380-440 cm : arrêt de la fouille). Argile brune ; stérile.

54Les résultats de ce premier sondage nous incitèrent à poursuivre nos recherches dans ce site. Nous étions particulièrement intéressés par l’épaisseur du dépôt et par les changements que nous avions pu remarquer rapidement dans la céramique provenant de différents niveaux. Les trois autres sondages qui furent pratiqués ensuite, eurent pour but de confirmer les résultats du premier, et de déterminer la zone la plus favorable où creuser les puits stratigraphiques.

Sondage 2

55Il se trouve à 50 mètres au Sud du sondage 1. Dimensions : 150 X 125 centimètres.

56Couche A (0-165 cm). Sable argileux jaune ; stérile.

57Couche B (165-300 cm). Argile sablonneuse brune ; fertile : abondance de tessons, morceaux de terre brûlée, traces d’os et de charbon, une coquille et un fragment d’outil en os.

58Couche C (300-325 cm). Argile sablonneuse brune ; stérile.

59Couche D (325-425 cm). Sable jaune, puis gris ; fertile.

60Couche E (425-440 cm). Argile sablonneuse rougeâtre ; fertile.

61Couche F (400-600 cm : arrêt de la fouille). Argile brun clair ; stérile.

Sondage 3

62A 50 mètres au Sud du précédent. La fouille a été poursuivie jusqu’à une profondeur de 240 centimètres, sans aucun résultat. Nous avons observé la même alternance des couches de sable et d’argile.

Sondage 4

63A 50 mètres à l’Est du sondage 2. Dimensions : 210 X 140 centimètres, de 0 à 280 centimètres de profondeur ; 140 X 95 centimètres, de 280 à 490 centimètres : arrêt de la fouille.

64Couche A (0-110 cm). Sable fin, jaune ; stérile.

65Couche B (110-300 cm). Argile sablonneuse, brune ; fertile : grande concentration de tessons ; traces osseuses ; emplacement de foyer de 40 centimètres de diamètre a 230 centimètres de profondeur. A 210 centimètres, a été trouvée une petite jarre céphalomorphe, Birmania polychrome (pl. 40 : C).

66Couche C (300-360 cm). Sable argileux fin, brun ; stérile.

67Couche D (360-380 cm). Argile sablonneuse, brun clair ; très fertile en tessons.

68Couche E (380-385 cm). Gravier ; fertile (correspond à la couche F du sondage 1).

69Couche F (385-490 cm). Argile brun rougeâtre ; stérile.

70Des quatre sondages effectués, le dernier avait donné les meilleurs résultats. Il possédait l’avantage sur le 2 de révéler un dépôt recouvert d’une couche stérile épaisse de 110 centimètres seulement, et sur le 2 et 1, une concentration plus élevée de vestiges. Ces considérations nous ont amené à creuser les puits stratigraphiques dans les proches environs du sondage 4. Au cours de la fouille de ces puits, nous avons pu observer la relative pauvreté en vestiges de certains niveaux, mais n’avons jamais pu conclure à l’existence d’une couche véritablement stérile isolant deux dépôts et indiquant une période d’abandon du site comme celle observée dans les sondages. Cette différence a deux causes possibles : contrairement à celle des puits, la terre des sondages n’était pas tamisée, et certains tessons ont pu ainsi échapper à notre vigilance ; en outre, il semble que l’occupation du site ait été sporadique pendant une certaine période, et que certains endroits aient été délaissés par la communauté au profit d’autres.

71Nous avons creusé quatre puits dans un espace de 15 mètres de rayon (pl. 3, B). Chacun d’eux mesurait deux mètres de côté, et était orienté suivant les points cardinaux. L’unité de fouille à l’horizontale était un carré de 1 mètre de côté, désigné par une lettre. L’ordre de désignation est de gauche à droite et de haut en bas : ainsi dans le puits ABCD, par rapport au centre, le carré A se trouve au Nord-Ouest, B au Nord-Est, C au Sud-Ouest, et D au Sud-Est. Nous avons fouillé par niveaux de 20 centimètres d’épaisseur, le niveau 1 commençant à 100 centimètres de profondeur jusqu’à 120 centimètres, et ainsi de suite. Nous n’avons pas remarqué de correspondance entre les changements de nature du sol et ceux observables dans la céramique : autrement dit, il ne semble pas que nous puissions mettre en corrélation une certaine couche géologique avec une phase culturelle déterminée. Nous mentionnerons cependant, en énumérant les diverses couches naturelles de chaque puits, la ou les phases qui y sont représentées.

Puits ABCD

Sol

72Couche A (0-100 cm). Sable fin, jaune à gris ; stérile.

73Couche B (100-330 cm). Argile sablonneuse qui, brune les premiers 20 centimètres, devient ocre foncé, puis jaune clair.

74Phases : Bebedero, Palo Blanco, San Bosco et Ciruelas.

75Couche C (330-385 cm). Sable fin, de jaune à gris.

76Phase Ciruelas.

77Couche D (après 385 cm). Argile sablonneuse, brune ; stérile.

Histoire de la fouille

78Niveau 1 (100-120 cm). Nombreux morceaux de terre brûlée ; deux fragments d’os de cerf ; 1 413 tessons.

79Niveaux 2 et 3 (120-140 et 140-160 cm). En C 2, nombreux fragments d’une même jarre Danta beige ; au-dessous, en C 3 deux grands tessons d’une jarre Piches rouge. Tessons obtenus : 799 en 2 ; 909 en 3.

80Niveau 4 (160-180 cm). Au centre du puits, mais surtout dans le carré A, traces de foyer : charbon et morceaux de terre brûlée. 1 442 tessons recueillis.

81Niveaux 5 et 6 (180-200 et 200-220 cm). Rien n’est à signaler dans ces niveaux ; 1 104 tessons en 5 ; 1 190 en 6.

82Niveau 7 (220-240 cm). Restes d’une sépulture, en mauvais état, probablement perturbée, dans les carrés B et D : des traces osseuses étaient accompagnées de deux poteries brisées et incomplètes : un bol Mora polychrome, variété 1 ; une jarre Piches rouge, à anses latérales horizontales. 1 046 tessons obtenus.

83Niveau 8 (240-260 cm). Tessons recueillis : 425.

84Niveau 9 (260-280 cm). Sol indiqué par une mince couche de terre brûlée à une profondeur de 270 centimètres. 254 tessons.

85Niveaux 10 et 11 (280-300 et 300-320 cm). Du premier, nous avons récolté 144 tessons, du second 146.

86Niveau 12 (320-340 cm). Un crâne de chien, isolé ; les tessons sont très rares, à l’exception du carré A (74 fragments).

87Niveau 13 (340-360 cm). Mise au jour d’un sol en A : traces de charbon au Nord-Est du carré, grosses pierres placées horizontalement au sud-ouest. Tessons : 208.

88Niveau 14 (360-390 cm). Toujours en A, fragment de plateau de « metate ». 548 tessons obtenus. Les derniers ont été récoltés à 390 centimètres de profondeur, mais nous n’avons pas cru nécessaire de les compter séparément dans un niveau 15, à cause de leur trop petit nombre (entre 380 et 390 cm).

89Observations. — La sépulture rencontrée au niveau 7 est probablement responsable de légères perturbations observées dans la stratigraphie : des tessons des phases Palo Blanco et Bebedero ont été recueillis à des niveaux plus profonds dans les carrés B et D que dans A et C.

Puits IJKL

Sol

90Couche A (0-100 cm). Sable fin, jaune à gris ; stérile.

91Couche B (100-300 cm). Argile sablonneuse, brune à ocre. Phases Bebedero, Palo Blanco, San Bosco, Ciruelas.

92Couche C (300-380 cm). Sable jaune. Phase Ciruelas.

93Couche D (après 380 cm). Argile sablonneuse, brune ; stérile.

Histoire de la fouille

94Niveau 1 (100-120 cm). Dans le carré I, un fragment de plateau de « metate », et en L, un galet martelé en bout ; 2 137 tessons.

95Niveau 2 (120-140 cm). En J, fragment de plateau de « metate », et en L, la moitié d’une pierre à cupule. 1 527 tessons.

96Niveau 3 (140-160 cm). Probable emplacement de foyer : terre brûlée, accompagnée de quelques fragments de charbon. 697 tessons.

97Niveau 4 (160-180 cm). 707 tessons.

98Niveau 5 (180-200 cm). Sol de cuisine dans la moitié Est du puits : os de mammifères, d’oiseaux et de poissons ; traces de charbon, et deux poteries : deux jarres Yayal brun, l’une au centre de la paroi Nord du carré J, l’autre au centre de la paroi Est de L. En outre : 987 tessons.

99Niveaux 6 et 7 (200-220 et 220-240 cm). Nous y avons recueilli respectivement 400 et 544 tessons.

100Niveau 8 (240-260 cm). En L, un fragment de plateau de « metate » et la moitié d’une perle en jadéite. 678 tessons.

101Niveau 9 (260-280 cm). 267 tessons.

102Niveau 10 (280-300 cm). En K, une boule d’une matière blanche, poudreuse, légère et molle (diatomite). 215 tessons.

103Niveaux 11 et 12 (300-320 et 320-340 cm). Les tessons ont presque tous été récoltés dans la moitié Sud du puits, les carrés I et J étant presque stériles. En 11, 298 ; en 12, 310 tessons. En J, à ce dernier niveau, une pierre à polir la poterie.

104Niveaux 13 et 14 (340-360 et 360-380 cm). Ils ont livré respectivement 972 et 46 fragments céramiques.

Puits MNOP

Sol

105Couche A (0-115 cm). Sable fin, jaune à gris ; stérile.

106Couche B (115-300 cm). Argile sablonneuse brune, puis ocre. Phases Palo Blanco, San Bosco, Ciruelas.

107Couche C (300-360 cm). Sable jaune à brun clair, de grosseur variable. Phases Ciruelas, Catalina.

108Couche D (après 360 cm). Argile sablonneuse compacte, brun clair ; stérile après 380 centimètres. Phase Catalina.

Histoire de la fouille

109Niveau 1 (100-120 cm). Les premiers tessons n’apparaissent qu’à 115 centimètres ; étant peu nombreux, ils ont été comptés avec ceux du niveau 2.

110Niveau 2 (120-140 cm). Morceaux de terre brûlée. En 0, un pied de « metate ». 2 286 tessons.

111Niveau 3 (140-160 cm). Nombreux fragments d’os d’animaux et 2 440 tessons.

112Niveau 4 (160-180 cm). Traces charbonneuses ; 1 916 tessons.

113Niveau 5 (180-200 cm). Sol, indiqué par de la terre brûlée, des traces de charbon, et trois morceaux de torchis (herbes et brindilles mélangées à de la terre séchée), trouvés en O. Tessons : 827.

114Niveau 6 (200-220 cm). En N, un fragment de plateau de « metate », décoré sur les deux faces ; en P, un perçoir en silex. Au centre de M, un foyer : cendre, traces charbonneuses, terre brûlée, fragments d’os animaux. Faisant partie d’une sépulture, située au Nord du puits, un crâne d’enfant est apparu sur la paroi Nord du carré N, à 210 centimètres de profondeur. Tessons recueillis : 822.

115Niveau 7 (220-240 cm). A une profondeur de 230 centimètres, une deuxième sépulture se trouvait sous la première, et dépassait de quelques centimètres de la paroi Nord de N. Il s’agissait d’une sépulture secondaire : deux paquets d’os longs se trouvaient de chaque côté du crâne très endommagé, d’un adulte. Nous n’avons trouvé aucun matériel funéraire à proximité. 613 tessons.

116Niveau 8 (240-260 cm). Troisième sépulture, de type primaire, dont seule la partie supérieure est visible dans le carré N, sortant de la paroi Est. Il s’agit d’un squelette adulte féminin, orienté Ouest-Est, la tête se trouvant à l’Ouest. A la hauteur du bras gauche du squelette, contre la paroi, était un crâne écrasé d’adulte. Sur la trochlée du bras gauche, se trouvait une perle tubulaire en jadéite. Aucun autre matériel funéraire ne fut trouvé à proximité. 633 tessons.

117Niveau 9 (260-280 cm). Quelques fragments d’os animaux, et un petit morceau de copal (résine utilisée comme encens). 444 tessons.

118Niveau 10 (280-300 cm). En M, fragment de plateau de « metate ». 808 tessons.

119Niveau 11 (300-320 cm). Dans les carrés N et P : la moitié d’un grand bol Hermanos brun, des fragments d’os de cerf et de pécari, des traces de charbon. Tessons : 1 185.

120Niveau 12 (320-340 cm). Un fragment de pied de « metate » en N, et 1 678 tessons.

121Niveaux 13 et 14 (340-360 et 360-380 cm). Respectivement 297 et 42 tessons.

122Observations. — On notera d’abord que le sol observé au niveau 5, correspond à celui du puits IJKL. Les trois sépultures qui ont occupé partiellement et à différents niveaux le carré N, sont responsables de quelques perturbations de la stratigraphie. Pour ne donner que quelques exemples, le type Jicote polychrome de phase Bebedero, qui n’est plus représenté dans les carrés M, O et P à partir du niveau 5, l’est encore en N 5 pour trois exemplaires, en N 6 pour un, en N 7 pour deux. Des tessons Mora polychrome de phase Palo Blanco, ont été trouvés en N, aux niveaux 6, 7 et 8, alors qu’ils font défaut dans les autres carrés aux niveaux correspondants. Le tesson Mombacho polychrome incisé trouvé en N 8, provient aussi certainement de niveaux supérieurs. Nous pouvons en conclure que ces sépultures ont été enfouies à une période récente (comme celles des puits ABCD et EFGH), pour avoir permis à des tessons de phases Bebedero et Palo Blanco, de « descendre » de plusieurs niveaux.

Puits EFGH

123Il occupe une place à part dans nos travaux à La Guinea. Après avoir fouillé et récolté les tessons et autres vestiges par niveaux de 20 centimètres pendant près de 2 mètres de profondeur, nous sommes tombés sur plusieurs sépultures étagées sur une épaisseur de plus de 150 centimètres. Le creusement des fosses avait tant bouleversé la stratigraphie que nous avons dû renoncer à utiliser les tessons récoltés. Si la fouille de ce puits ne nous a pas permis de réaliser notre premier but (l’établissement d’une séquence céramique), du moins avons-nous obtenu vingt-neuf pièces entières réparties en deux groupes superposés. Ces pièces ont largement contribué à une meilleure définition de certains types céramiques des phases tardives ; en outre, la répartition des types à l’intérieur de chacun des deux groupes confirmait la stratigraphie obtenue dans les autres puits ; enfin, nous avons pu avoir quelques renseignements sur les modes de sépulture des périodes tardives. II s’est avéré difficile et souvent impossible de relier entre eux les restes humains et le matériel funéraire, d’une part parce que l’emplacement des fosses n’était pas visible, d’autre part, parce que nous n’avions de cet ensemble de sépultures qu’une vue très partielle limitée à la superficie du puits : aucune tombe complète n’a pu être fouillée, chacune d’elles n’apparaissant dans le puits qu’en partie. Comme nous l’avons déjà signalé, les sépultures sont réparties en deux étages : le supérieur occupe les niveaux 7 à 10, entre 210 et 300 centimètres de profondeur (pi. 4 : plan supérieur). Les pièces qui en font partie sont désignées par la lettre du carré, suivie, par souci de simplification, du chiffre 7 (le premier niveau auquel ont pu être rattachées les premières sépultures) et d’un numéro d’ordre : exemples F 7/3 ; H 7/11 ; G 7/1. Le second étage occupe les niveaux 10 à 13, et comprend les pièces désignées par leur carré, leur niveau, et un numéro d’ordre (pl. 4 : plan inférieur), exemples : H 11/1 ; F 12/2 ; F 13/1.

Sol (pl. 4 : coupe)

124Couche A (0-100 cm). Sable fin, jaune à gris ; stérile.

125Couche B (100-300 cm). Argile sablonneuse brune, puis ocre.

126Couche C (300-360 cm). Sable argileux, brun.

127Couche D (après 360 cm). Argile sablonneuse, brune ; stérile.

Histoire de la fouille

128Dans les six premiers niveaux, les tessons étaient abondants, et nous trouvions, en outre, les vestiges habituels : morceaux de terre brûlée, traces de charbon, et fragments d’os animaux. Nous avons remarqué en H 3 et H 4, quelques fragments d’os humains et des dents, qui laissaient prévoir la proximité de sépultures. En E 7, à 40 centimètres au-dessus du squelette III, on notera la découverte d’un mince fragment de pyrite polie, qui faisait sans doute partie d’un miroir.

Premier groupe d’enterrements (pl. 4 : plan supérieur)

129A une profondeur moyenne de 250 centimètres, dépassant jusqu’à mi-hauteur de la paroi Est du puits, deux squelettes reposaient sur le dos. Bien que la tête de l’un se trouvât sur celle de l’autre, les deux individus n’avaient pas été enterrés ensemble. Le squelette I a été déposé le premier, puis a été bouleversé par l’enterrement du squelette II, comme l’indique le déplacement de certains os de I : mâchoire inférieure vers la gauche, vertèbre et deux côtes vers la droite. Les os de I étaient en très mauvais état : sa mâchoire indique un sujet adulte, probablement masculin. Pas de matériel funéraire qui puisse, semble-t-il, lui être associe. Le squelette II, mieux préservé, appartenait à une femme adulte. Il était accompagné de deux poteries, placées près de l’épaule gauche. La première était renversée sur la seconde et en recouvrait l’ouverture à la façon d’un couvercle :

130F 7/1 : bol large et bas à parois rentrantes (pl. 45 : E) ;

131F 7/2 : jarre piriforme céphalomorphe (pl. 45 : C).

132Les deux de type Jicote polychrome.

133La moitié supérieure du squelette III est apparue dans les carrés E et F, à une profondeur moyenne de 260 centimètres. Le corps était orienté Nord-Sud, la tête dans cette dernière direction. Il s’agissait d’un sujet masculin adulte. Le matériel qui lui était associé, comprend : deux poteries, dont l’une couvrait l’autre, placées près du bras droit :

134F 7/3 : bol évasé tripode Birmania polychrome (pl. 41 : E) ;

135F 7/4 : vase ovoïde à pied évasé Papagayopolychrome (pl. 40 : B) ;

136E 7/1 : hache taillée en silex blanc (pl. 54 : A), qui se trouvait sous l’avant-bras gauche.

137Dans la partie ouest du carré G, deux crânes ont été découverts à 290 centimètres de profondeur. L’un d’eux, qui fait face au Nord, est accompagné d’un groupe d’os longs placé derrière lui. L’ensemble est en très mauvais état, mais il doit s’agir d’une sépulture secondaire. L’autre crâne, face à la paroi ouest, devait faire partie d’une sépulture non visible dans le puits. Les trois poteries G 7/1, 2, 3 n’étaient sans doute associées à aucun d’eux, car elles en sont trop éloignées à l’horizontale comme à la verticale (40 cm plus haut). Les restes osseux qu’elles devaient accompagner ont disparu.

138G 7/1 : bol large et bas à bord évasé Vallejo polychrome ;

139G 7/2 : grand bol globulaire aplati, à parois rentrantes et bord légèrement éversé, type Jicote polychrome (pl. 45 : A).

140G 7/3 : petit bol globulaire Jicote polychrome (pl. 45 : B). Le bol 1 renversé recouvrait le 3 à la façon d’un couvercle. La partie sud du carré H était occupée par un groupe de onze poteries, serrées les unes contre les autres. La ou les sépultures auxquelles elles étaient associées, devaient se trouver vers le Sud, en dehors des limites du puits.

141H 7/1 : bol globulaire aplati à bord rentrant Jicote polychrome.

142H 7/2 : grand vase globulaire zoomorphe à ouverture étroite et pied évasé Jicote polychrome (pl. 44 : A).

143H 7/3 : vase globulaire à pied et col évasé Jicote polychrome (pl. 44 : B).

144H 7/4 : bol hémisphérique tripode à parois légèrement rentrantes Palmares incisé (pl. 37 : G).

145H 7/5 : bol tripode hémisphérique Birmania polychrome (pl. 41 : C).

146H 7/6 : bol à fond légèrement arrondi, à parois concaves évasées Jicote polychrome (pl. 45 : D).

147H 7/7 : vase globulaire tripode à col évasé Jicote polychrome (pl. 44 : C).

148H 7/8 : grand vase piriforme à pied évasé Jicote polychrome.

149H 7/9 : bol tripode à fond arrondi et parois évasées Piches rouge (pl. 37 : F).

150H 7/10 : grande jarre monochrome. Type indéterminé (pl. 37 : A).

151H 7/11 : vase piriforme très aplati Mora polychrome variété 6 (pl. 40 : E).

152Ces poteries étaient groupées sur une épaisseur de 75 centimètres. Les vases et les jarres étaient souvent couvertes par un bol : le 8 par le 9 ; le 3 par le 4 ; le 2 par le 1.

Deuxième groupe d’enterrements (pl. 4 : plan inferieur)

153Au deuxième groupe de poteries, entre 300 et 360 centimètres de profondeur, nous n’avons pu découvrir d’association avec un groupe d’ossements quelconques : le ou les squelettes que ces poteries pouvaient accompagner, ont disparu. Quoiqu’il en soit, les poteries étaient relativement groupées dans les carrés H et F, au niveau 11 12 et 13 : E 11/1 : petit bol tripode à pieds zoomorphes Birmania polychrome (pl. 41 : B). F 11/1 : petite jarre piriforme aplatie Piches rouge (pl. 37 : B).

154F 11/2 : petite coupe globulaire à pied évasé Birmania polychrome (pl. 41 : G).

155H 11/1 : bol zoomorphe tripode Birmania polychrome (pl. 41 : H).

156H 11/2 : petite jarre anthropomorphe Birmania polychrome (pl. 41 : F).

157H 11/3 : jarre anthropomorphe Piches rouge (pl. 37 : D).

158F 12/1 : coupe évasée tripode Papagayo polychrome (pl. 40 : A).

159F 12/2 : Vase piriforme à pied évasé Birmania polychrome (pl. 41 : D).

160H 12/1 : grand bol hémisphérique Morapolychrome variété 1 (pl. 40 : D).

161F 13/1 : brûle-parfums zoomorphe en deux parties Alligator incensario (pl. 34 : F).

162La terre vierge a été atteinte à 360 centimètres, et la fouille poursuivie jusqu’à 4 mètres.

163Observations. — Le premier groupe comprend 18 poteries réparties ainsi :

16410 Jicote polychrome ;

1652 Birmania polychrome ;

1661 Papagayo polychrome ;

1671 Mora polychrome ;

1682 Piches rouge ;

1691 Palmares incisé ;

1701 Vallejo polychrome.

171Le second, 10 pièces :

1725 Birmania polychrome ;

1731 Papagayo polychrome ;

1741 Mora polychrome ;

1752 Piches rouge ;

1761 Alligator incensario.

177Le deuxième groupe doit être plus ancien que le premier, à cause de sa position stratigraphique inférieure, confirmée par le fait que lui sont superposées les sépultures en place I, II et III, accompagnées de poteries. Si l’on compare la répartition des types dans chacun des deux groupes, on constate que leur sont communs les types Birmania, Papagayo, Mora et Piches ; la seule différence qui nous paraisse pertinente, est la prédominance dans le premier, et l’absence dans le second de poteries des types Jicote et Vallejo. Ils sont, comme nous le verrons, caractéristiques de la phase tardive Bebedero, et les plus récents de tous les types polychromes de la séquence. Cette différence de répartition paraît confirmer la différence d’âge entre les deux groupes, déjà indiquée par la stratigraphie.

Conclusions

178Le site de La Guinea paraît représenter l’emplacement d’un petit village, situé en bordure du fleuve sur une superficie minima de 150 sur 75 mètres. Le site est caractérisé par une sédimentation importante de couches alternées de sable et d’argile, témoins des variations des crues du fleuve. Si l’on suppose que la base du dépôt date de 200 ap. J.-C. et le sommet de 1 200, la couche supérieure de sable stérile (100 cm) doit correspondre à l’espace de temps compris entre 1 200 et 1 950. Nous avons donc 360 centimètres de sol qui représenteraient 1 750 ans, soit une vitesse de sédimentation de l’ordre de 1 centimètre pour 4,8 ans. La durée d’occupation du site va de la fin de la phase Catalina jusqu’au début de Bebedero (1 000 ans minimum en chiffres absolus). Dans chaque puits, nous avons observé à une profondeur variant légèrement, une couche comprenant trois ou quatre niveaux, relativement pauvre en vestiges : niveaux 7 à 9 de MNOP, 9 à 12 de IJKL et ABCD. La profondeur et l’épaisseur de ces couches correspondent aux couches « stériles » des sondages, et dans la stratigraphie à la phase San Bosco et à la moitié de Ciruelas. On peut en conclure qu’aux périodes correspondantes, le site, ou tout au moins la partie que nous avons fouillée, était habitée de façon plus sporadique qu’aux autres périodes. Des sols ont été observés aux niveaux 2 et 3 en ABCD et IJKL, au niveau 5 en MNOP et IJKL, au niveau 13 en ABCD etc. En outre, des sépultures primaires et secondaires de phases Bebedero et Palo Blanco ont été mises au jour dans les carrés ABCD, MNOP et EFGH, sensiblement au même niveau. La nature du gisement est mixte : emplacements d’habitations (sols, morceaux de torchis en MNOP) lieux de décharge (indiqués par la concentration élevée de débris dans certains puits et à certains niveaux), cimetières, enfin, des phases tardives.

179Céramique. — La plus grande partie de notre séquence a été établie grâce à la fouille de trois des puits de ce site. Des cinq phases que nous avons distinguées, la plus récente Bebedero n’est représentée à La Guinea que par les deux premiers niveaux d’ABCD, et par le niveau 1 de IJKL. La plus ancienne, Catalina, par les niveaux 13 et 14 de MNOP ; grâce à ces derniers, nous avons pu mettre en corrélation par sériation la séquence de La Guinea avec celle d’Ortega. Le dépôt du puits MNOP représente le plus long temps d’occupation du site ; celui d’ABCD, le plus court. Dans son ensemble, la stratigraphie à La Guinea est excellente, mais les courbes les plus régulières ont été obtenues en MNOP (voir graphique hors texte).

BOL 5 : Bolson (10° 20’ 40” N — 85° 26’ 25” W)

180Des collines, alignées suivant une direction Nord-Ouest-Sud-Est, émergent de la plaine alluviale, entre deux affluents du Tempisque, le Bolson et le Charco. La plaine, inondée pendant la saison des pluies, est parcourue en « été », par de nombreux ruisseaux qui forment parfois des zones marécageuses. Ces collines, d’origine sédimentaire (jaspes), sont d’altitude variable, sans toutefois dépasser 80 mètres. La région a été déboisée à l’exception de quelques boqueteaux que l’on a laissés subsister çà et là. La terre n’est pas cultivée et sert de prairie naturelle.

181Plusieurs dizaines d’années auparavant, des fouilleurs amateurs avaient exhumé des tombes sur le sommet d’un petit plateau long de 200 mètres et large de 60 à 100, orienté Nord-Sud, et s’élevant à 15 mètres au-dessus de la plaine. Le site se trouve à 2,5 kilomètres au Sud-Est du village de Bolson, et à 1500 mètres au Nord-Ouest de l’un des bras du Charco. Un paysan nous y conduisit en décembre 1959 : les excavations antérieures avaient eu surtout pour cadre la partie de la colline située au Sud : des tessons jonchaient la surface autour de fosses partiellement comblées. Nous avons fait un sondage de 150 X 100 centimètres à l’extrémité Nord du plateau. La terre était une argile brune, riche en tessons, et recouvrait à cet endroit la roche d’une épaisseur de 140 centimètres. L’examen des tessons recueillis nous révéla une céramique probablement ancienne, puisque dépourvue des types polychromes caractéristiques des phases tardives. L’endroit nous semblait bien choisi pour y pratiquer des puits stratigraphiques qui nous permettraient d’étudier la céramique des phases pré-polychromes.

182De retour sur le site au mois de mars 1960, nous avons délimité à 2 mètres au Sud du sondage, sur une surface relativement plane, un carré de 4 mètres de côté qui, comme à Ortega, était orienté suivant les points cardinaux, et divisé en mètres carrés de A à P. Nous avons récolté les tessons et autres vestiges par niveaux de 20 centimètres comme précédemment, mais dès le deuxième niveau, des sépultures sont apparues dans certains carrés. Contrairement à nos prévisions, déduites de la fouille du sondage, nous étions en présence, non d’un lieu de décharge ou d’une zone d’habitation, mais d’un cimetière. Dans le puits, le fond rocheux descendait lentement du Sud-Ouest vers le Nord-Est, et était recouvert d’une épaisseur de terre variant entre 40 et 100 centimètres. Au Nord et à l’Est, on pouvait distinguer deux couches d’argile de couleur différente : une couche inférieure jaunâtre, une supérieure brune ; au Sud et à l’Ouest, on ne pouvait observer qu’une seule couche d’argile brune (pl. 6). Le tracé et les dimensions des fosses des sépultures 1, 5 et 9, ont pu être observées ; celles des autres, ne sont que supposées (pl. 5). A plusieurs reprises, nous avons remarqué que les fossoyeurs indigènes avaient, en creusant, attaqué la roche assez tendre, sur 10 ou 20 centimètres de profondeur. Les sépultures sont désignées par un chiffre indiquant leur ordre d’apparition au cours de la fouille.

Sépulture 1 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Nord)

183Situation. — Dans les carrés C et D, entre 20 et 60 centimètres de profondeur. La fosse était sans doute de forme ovale, de 120 centimètres de longueur maxima ; une partie s’enfonce dans la paroi Nord de 10 à 20 centimètres.

184Restes osseux. — Vers l’Est, deux crânes décomposés, l’un à 30 centimètres, l’autre à 60 centimètres de profondeur ; vers l’Ouest, plusieurs fragments de diaphyses d’os longs. Traces osseuses visibles entre les crânes et les os.

185Matériel funéraire :

1861. Jarre globulaire à bord évasé, munie d’anses verticales Yayal brun (pl. 34 : C).

1872. Bol hémisphérique tripode à bord évasé à l’horizontale Guinea incisé (pl. 30 : G).

1883. Bol hémisphérique tripode à rebord latéral Guinea incisé (pl. 31 : C).

1894. Ocarina à quatre trous en forme de gourde Sifflets Corozal (pl. 26 : E).

1905. Petite jarre double Galo polychrome ( ?) [pl. 28 : C].

1916, 7, 8. Perles tubulaires en jadéite.

1929. Bol hémisphérique à fond aplati Galo polychrome ( ?)

193La différence de profondeur de la situation des deux crânes et le désordre apparent des restes osseux et des poteries, paraissent indiquer deux enterrements successifs. Le mélange de pièces de phase San Bosco (types Yayal et Galo) avec d’autres Ciruelas (Guinea), peut être le résultat, soit d’un enterrement Ciruelas bouleversé ultérieurement par un enterrement San Bosco, soit de deux sépultures contemporaines de l’époque de transition d’une phase à l’autre. Nous ferons observer qu’au cours de la fouille du sondage et des premiers niveaux du puits A-P, nous avons récolté parmi quantité de tessons Ciruelas, une infime proportion de fragments San Bosco, notamment de type Carrillo polychrome.

Sépulture 2 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Est)

194Situation : dans les carrés H et L, à une profondeur moyenne de 30 centimètres.

195Restes osseux : trois fragments de diaphyses (fémur et tibia) et quatre dents. La disparition des autres ossements est due à la superficialité de l’enterrement. Si l’on peut en juger par la disposition des vestiges osseux préservés, le mode de sépulture était probablement secondaire.

196Matériel funéraire :

1971. Jarre globulaire à bord éversé Charco noir-sur-rouge (pl. 29 : G).

Sépulture 3 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Sud)

198Situation : dans la partie Sud du puits, dans les carrés J, K, O, N, entre 50 et 90 centimètres de profondeur. Les limites de la fosse n’ont pu être observées.

199Restes osseux : squelette étendu sur le dos, les bras le long du corps et les jambes très repliées, d’un sujet probablement adulte, de sexe que nous n’avons pu déterminer Certaines parties du squelette avaient disparu : cubitus et radius droits, vertèbres et côtes, la majeure partie du pelvis, mains et pieds, etc. Du crâne, ne subsistait que le contour.

200Matériel funéraire : rassemblé aux pieds du squelette.

201Il se compose de :

2021. Vase tripode Charco noir-sur-rouge (pl. 29 : B).

203Il était renversé et recouvrait l’ouverture de la jarre 2, à la façon d’un couvercle.

2042. Jarre globulaire à bord éversé Charco noir-sur-rouge.

2053. Vase tripode zoomorphe à rebord latéral Guinea incisé (pl. 31 : F).

2064. Petite jarre globulaire à bord éversé Congo ponctué (pl. 28 : B).

2075. Bol campaniforme Urruela rouge.

2086. Cruche Guinea incisé (pl. 30 : F).

2097. Petit « metate » tripode.

2108. « Mano » cylindrique.

2119. Bol miniature tripode Charco noir-sur-rouge (pl. 26 : F).

Sépulture 4 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Sud)

212Situation : près de la sépulture 3, dans les carrés M, N, I et J, entre 60 et 110 centimètres de profondeur. La fosse entame la roche de 10 à 20 centimètres.

213Restes osseux : squelette d’un sujet masculin adulte, enterré assis, les avant-bras croisés et les jambes très repliées. Avaient disparu : clavicules, vertèbres, pelvis et quelques phalanges.

214Matériel funéraire rassemblé à gauche du corps :

  1. Jarre à bord éversé Los Hermanos beige (pl. 28 : G).
  2. Bol zoomorphe tripode Guinea incisé (pl. 30 : A, B).
  3. Bol tripode Guinea incisé (pl. 31 : G).
  4. Jarre à col cylindrique Chancho rouge (pl. 28 : E).
  5. Jarre (incomplète) Charco noir-sur-rouge.

Sépulture 5 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Ouest)

215Situation : dans les carrés E, F, J, I, entre 60 et 90 centimètres de profondeur. La fosse, de forme ovale (130 X 100 cm), entame la roche de 10 à 20 centimètres.

216Restes osseux : se composent de trois crânes rangés côte à côte, et d’os longs groupés surtout dans la partie nord de la fosse. L’état des crânes n’a pas permis de diagnostiquer l’âge et le sexe des individus.

217Matériel funéraire : sauf exception, il se trouve rangé le long de la paroi Est de la fosse :

  1. Jarre à col évasé (incomplète) Chancho rouge.
  2. Jarre Cobano noir-sur-rouge (pl. 29 : A).
  3. Jarre à col cylindrique (incomplète) Delirión noir ( ?).
  4. Jarre à bord éversé Charco noir-sur-rouge (pl. 29 : F).
  5. Coupe tripode Guinea incisé. Le plus grand fragment de cette poterie se trouvait entre l’un des crânes et la jarre 1 ; d’autres tessons furent découverts, presque au centre de la fosse, non loin de la jarre 4.
  6. Petite jarre Nosarapolychrome (pl. 29 : E). On observera la situation excentrique de cette poterie.
  7. Petit pilon cylindrique en lave.
  8. Ocarina zoomorphe à quatre trous Sifflets Corozal (pl. 26 : D). Était posé sur la jarre 3.
  9. Petite jarre à bord éversé (incomplète) Charco noir-sur-rouge.

218La position de 6, la division de 5 en deux parties, et l’éparpillement de certains ossements près des crânes semblent indiquer que la sépulture 5 est, en réalité, le résultat d’au moins deux enterrements successifs. Les ossements et certaines poteries du premier enterrement auraient été déplacés par des sépultures postérieures. Si le ou les derniers enterrements furent certainement secondaires, il n’est pas impossible que le premier fût primaire, il s’agirait d’un squelette qui aurait appartenu au crâne place maintenant le plus à l’Ouest (pl. 5). Toutes les céramiques de cette tombe sont de phase Ciruelas ; on peut en déduire que les enterrements successifs furent assez rapprochés dans le temps.

Sépulture 6 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Ouest)

219Situation : seule une petite partie en est visible dans le puits, en E et en I, à une profondeur de 90 centimètres. La fosse est bien visible sur la paroi Ouest : sa longueur est de 110 centimètres.

220Restes osseux : crâne de sujet adulte et esquilles ; mode de sépulture inconnu.

221Matériel funéraire :

  1. Bol miniature tripode Chavez blanc-sur-rouge ( ?) [pl. 30 : C].
  2. Grelot zoomorphe en céramique (pl. 26 : C).

Sépulture 7 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Ouest)

222Situation : dans les carrés A et E, entre 30 et 80 centimètres de profondeur. Le contour de la fosse n’a pas été observé.

223Restes osseux : sépulture secondaire composée d’un crâne en mauvais état de préservation, et d’un groupe d’os longs alignés.

224Matériel funéraire disposé entre le crâne et les os :

  1. Jarre à bord éversé (incomplète) Charco noir-sur-rouge.
  2. Jarre ornithomorphe Guinea incisé (pl. 30 : D).
  3. Écuelle Los Hermanos beige (pl. 28 : F). Trouvée renversée sur le crâne, le recouvrant en partie.
  4. Petite jarre à ouverture étroite Urruela rouge (pl. 28 : D).
  5. Galet ovale.

Sépulture 8 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Sud)

225Situation : dans les carrés L, P et O, entre 60 et 90 centimètres de profondeur. La fosse n’est pas visible.

226Restes osseux : se composent uniquement d’un groupe d’os longs : sépulture secondaire.

227Matériel funéraire : les deux poteries sont situées à 50 centimètres de part et d’autre des ossements :

  1. Jarre a bord éversé (incomplète) Charco noir-sur-rouge.
  2. Bol hémisphérique tripode Los Hermanos beige (pl. 28 : H).

228Nous avons supposé que les ossements et les deux poteries faisaient partie du même enterrement, puisqu’ils furent trouvés au même niveau, et qu’on ne peut rattacher ni le groupe d’os, ni aucune des céramiques à une autre sépulture. Cependant, l’absence de crâne, et l’éloignement des poteries par rapport aux ossements, constituent deux éléments troublants. II faut admettre que nous avons affaire à une sépulture bouleversée par une cause inconnue.

Sépulture 9 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Est)

229Situation : apparaît partiellement en H et L, à une profondeur de 80 à 120 centimètres. Nous avons agrandi le puits de 10 centimètres vers l’Est, afin d’avoir une vue plus complète de la sépulture. La fosse était bien visible, à la fois sur la paroi et sur le sol, la roche ayant été creusée de 20 centimètres. De forme ovale, elle est orientée Est-Ouest et mesure 1 mètre de large.

230Restes osseux : comprennent deux crânes en très mauvais état, l’un à 95, l’autre à 105 centimètres de profondeur, et d’os longs non groupés, mais de même orientation.

231Matériel funéraire :

  1. Coupe tripode Urruela rouge. Elle était brisée en deux fragments, trouvés à 40 centimètres l’un de l’autre. L’un d’eux recouvrait la jarre 6, elle-même placée sur la pièce 3.
  2. Gobelet Cobano noir-sur-rouge (pl. 29 : C). Trouvé renversé sur la poterie 3.
  3. Grand tesson retaillé en forme de moitié de calebasse Cobano noir-sur-rouge (pl. 29 : D).
  4. Bol zoomorphe tripode Guinea incisé (pl. 31 : E).
  5. Fragments de panse de jarre Urruela rouge. Les pièces 4 et 5 furent trouvées 20 centimètres plus bas que les autres.
  6. Moitié inférieure de jarre Charco noir-sur-rouge.

232Comme dans le cas de la sépulture 5, nous avons affaire ici, au moins dans la partie visible du puits, à deux enterrements successifs, comme l’indiquent les poteries brisées ou incomplètes, et la différence de niveau des deux crânes et des poteries 4 et 5 par rapport aux autres. La première sépulture, bouleversée, comprenait probablement le crâne situé le plus bas, et les pièces 4, 5 et 1. Toutes les céramiques sont de phase Ciruelas.

Sépulture 10 (pl. 5 ; non figurée dans la pl. 6)

233Situation : en H et G, à une profondeur moyenne de 100 centimètres. La fosse n’était pas visible.

234Restes osseux : ont disparu par une cause inconnue.

235Matériel funéraire :

  1. Jarre tripode Guinea incisé (pl. 31 : D).
  2. Bol miniature zoomorphe tripode Guinea incisé (pl. 31 : B).
  3. Jarre miniature Guinea incisé (pl. 30 : E).

Sépulture 11 (pl. 5 ; pl. 6 : paroi Nord)

236Situation : en C et G, à une profondeur de 80 à 95 centimètres. Fosse non visible.

237Restes osseux : calotte crânienne et fragments de diaphyse de fémur. N’étaient accompagnés d’aucun matériel funéraire : il s’agit là, sans aucun doute, des restes d’une sépulture bouleversée.

Sépulture 12 (pl. 5 ; non figurée dans la pl. 6)

238Situation : carrés G et K ; profondeur : 100 centimètres.

239Restes en place d’une sépulture primaire bouleversée.

Poteries trouvées isolées dans le puits

240Dans le carré L, à une profondeur de 40 centimètres : vase bouteille à goulot placé obliquement Guinea incisé (pl. 31 : A).

241En B, à 50 centimètres de profondeur : fragments d’un bol Lavanderos à rebords latéraux.

Poterie trouvée à proximité du site

242A 300 mètres au Sud-Est du plateau, un lit de torrent intermittent traverse une colline : des tessons apparaissent çà et là sur la berge, d’une hauteur moyenne de 1 mètre. Dans le lit du torrent, nous avons recueilli en surface une jarre à col concave Congo ponctué (pl. 28 : A).

Conclusions

243Les sépultures mises au jour dans ce site n’avaient pas été déposées dans un sol vierge, mais dans une terre déjà riche en tessons. Le sondage avait révélé l’existence d’un tel dépôt, épais de 140 centimètres ; les tessons provenant du sondage et du puits A-P, sont en majorité de phase Ciruelas (types Charco noir-sur-rouge, Lopez polychrome, Zelaya trichrome, Guinea incisé), mais la phase Catalina est aussi représentée par quelques exemplaires des types Bocana incisé bichrome, Toya incisé trichrome, Matazana rouge-sur-brun et Mojica à impressions de coquille et la phase San Bosco par de rares tessons Carrillo polychrome et Galo polychrome. On peut en conclure que le site a été occupé pendant toute la phase Ciruelas depuis la fin de Catalina jusqu’au début de San Bosco. Les enterrements sont tous Ciruelas, à l’exception de 1, qui est, au moins en partie, San Bosco. Si le dépôt et les sépultures sont de même phase, les tombes ont été creusées pendant le temps de formation du dépôt, ou peu de temps après. Pendant la période « Décor linéaire » (à laquelle correspond Ciruelas), la colline sur laquelle se trouve le site, aurait été à la fois une zone d’habitation (ou de décharge) et un cimetière. La présence de tessons San Bosco indique une occupation de courte durée, postérieure aux inhumations, pendant la période « Polychrome ancien ».

244Comme les tombes n’étaient pas signalées à la surface et que la place disponible sur la colline est réduite, il arrivait fréquemment qu’une tombe soit creusée à l’emplacement d’un enterrement antérieur : dans ce cas, les restes de la première sépulture bouleversée étaient généralement conservés et redisposés avec les ossements et le mobilier funéraire de la seconde (sépultures 1, 5, 9). Parfois, cependant, aucun effort n’était tenté pour sauver ce qui pouvait l’être d’une tombe bouleversée : il ne subsiste dans ce cas qu’une partie réduite du premier enterrement (sépultures 2, 11 et 12). Les poteries trouvées isolées en L et B, faisaient probablement partie du matériel de sépultures maintenant disparues. Seuls, les enterrements 3, 4 et 7, n’ont pas été bouleversés. Le mode de sépulture des deux premiers est primaire : le sujet est enterré assis ou couché, les jambes repliées. L’enterrement 7, par contre, est secondaire : le crâne d’un côté, les os longs alignés, de l’autre. Dans le cas de sépultures successives, si les dernières sont de type secondaire, il est difficile de se prononcer sur le type des premières, leurs restes ayant été remaniés lors de la disposition de la sépulture intruse. En résumé, pendant la période « Décor linéaire », les deux modes de sépulture avaient cours, mais le secondaire était le plus commun.

Sites visités au cours de la reconnaissance

COM 1 (10° 30’ 25” N — 85° 34’ 10” W)

245Ce gisement, d’une extension minima de 225 X 100 mètres, se trouve sur la rive gauche du fleuve, face au village de San Rafael. Les premiers tessons sont visibles en surface à 100 mètres de la rive. Deux sondages ont été effectués à 100 mètres l’un de l’autre : le premier a révélé un dépôt de phase Palo Blanco, épais de 100 centimètres. Dans le second, la couche archéologique avait 130 centimètres d’épaisseur ; dans le fond de notre excavation, nous avons découvert une petite fosse circulaire de 80 centimètres de diamètre et de 30 centimètres de profondeur, qui avait été creusée dans la terre vierge. Au centre de cette fosse, dans laquelle avait été installé un foyer, se trouvaient deux grands bols, de forme et de dimensions identiques (55 cm de diamètre et 30 cm de hauteur), de type Piches rouge. Le premier était renversé sur le second, et en masquait l’ouverture. Les deux poteries étaient brisées, et des fragments de la première étaient tombés à l’intérieur de la seconde. La terre charbonneuse qu’elle contenait, renfermait des vestiges culinaires (fragments d’os de mammifères et d’oiseaux, arêtes de poissons, une coquille marine), sept petits perçoirs (pl. 54 : C-I), une vingtaine de petits éclats de taille en silex, et des tessons de poterie des types : Piches rouge, Danta beige, Cabuyal polychrome, Mora polychrome, Papagayo polychrome, Veronica rouge (phase Palo Blanco).

FIL 1 : Birmania (10° 25’ 45” N — 85° 31’ 35” W)

246Il se trouve à 3,2 kilomètres en aval de Filadelfia, sur la rive gauche du fleuve. Il s’étend le long de la rive sur plus de 100 mètres, et sur une largeur de près de 150 mètres. Le dépôt archéologique est recouvert, près de la rive, par une couche de sable stérile d’une épaisseur moyenne d’un mètre ; 100 mètres à l’Est, par contre, les tessons sont visibles à la surface. Le terrain, parfaitement plat, a été déboisé en 1956, et planté de maïs, puis de riz ; le soc de la charrue avait bouleversé les premiers 40 centimètres du dépôt.

247Notre premier travail a consisté à régulariser la coupe que présentait la berge, haute de 5 mètres. A cet endroit, le dépôt était épais de 135 centimètres. A 100 mètres à l’est, nous avons fait un sondage qui a révélé une épaisseur de vestiges de 285 centicentimètres ; l’inspection de la céramique a montré que les phases Palo Blanco, San Bosco et Ciruelas y étaient représentées. Dans un deuxième sondage, à 50 mètres à l’Est du précédent, les vestiges cessaient à 240 centimètres. Nous avons découvert à 150 centimètres de profondeur, une petite jarre tripode Palmares incisé (pl. 37 : E). Dans le sondage 3, à 22 mètres au Sud du premier, nous avons mis au jour à 130 centimètres, un sol, indiqué par une mince couche de terre brûlée, de plusieurs pierres disposées à l’horizontale, et de deux foyers en fosse : le plus grand mesurait 55 centimètres de diamètre et 20 centimètres de profondeur. A 150 centimètres, un squelette d’un sujet masculin adulte, allongé sur le dos, est apparu dans la partie Sud-Est du puits. A droite de la tête, on avait disposé :

  1. Vase zoomorphe tripode. Non classifié (pl. 41 : A).
  2. Jarre monochrome rouge. Non classifiée.
  3. Hache polie (pl. 54 : B).

248La terre vierge fût atteinte à une profondeur de 240 centimètres. Dans le sondage 4, enfin, à 20 mètres au Sud du 3, le dépôt était épais de 225 centimètres.

249Stratigraphie. — Les phases Palo Blanco et San Bosco étaient représentées dans les sondages 2, 3 et 4. En outre, des tessons Ciruelas se trouvaient au fond du puits 1. La sépulture découverte dans le sondage 3, est Palo Blanco ou Bebedero. Bien que l’épaisseur du dépôt de FIL 1, ait retenu sérieusement notre attention, celui de La Guinea lui a été finalement préféré.

FIL 2 : Charcón del Varado (10° 25’ 50” N — 85° 32’ 00” W)

250Il se trouve sur la rive droite du Tempisque, en face de FIL 1. Des tessons apparaissent sur les talus du sentier encaissé, qui relie la rive au chemin Filadelfia-La Guinea, pendant 150 mètres environ. De part et d’autre du sentier, près duquel nous avons effectué un sondage et une collection de surface, des tessons sont visibles dans les champs, sur une longueur totale de 400 mètres. D’après le sondage, le dépôt de céramique Palo Blanco, est épais de 260 centimètres. 201 tessons recueillis en surface ont été répartis dans les types suivants : Piches rouge (164), Danta beige (16), Asien tillo polychrome (5), Cabuyal polychrome (3), Mora polychrome (4), Birmania polychrome (2), Papagayo polychrome (2), Belen incisé (4), Palmares incisé (1) [phase Palo Blanco],

FIL 3 : Higuerales (10° 25’ 20” N — 85° 31’ 00” W)

251Ce gisement est situé à 4,2 kilomètres en aval de Filadelfia, sur la rive droite du Tempisque, à 50 mètres de la berge. Dans un petit bois, on peut voir plusieurs fosses partiellement comblées, qui témoignent des travaux des fouilleurs clandestins. A proximité, nous avons fait deux sondages, qui ont révélé une couche archéologique épaisse de 60 centimètres, recouverte de près d’un mètre d’argile sablonneuse stérile. Le dépôt, dans son ensemble, est de phase Palo Blanco.

FIL 4 (10° 25’ 30” N — 85° 31’ 12” W)

252A 4 kilomètres environ en aval de Filadelfia, sur la rive gauche du fleuve, des tessons étaient visibles sur la berge, haute de 5 mètres. La régularisation de la coupe a fait apparaître un dépôt Palo Blanco, épais de 150 centimètres, recouvert d’une couche de sable stérile de 120 centimètres.

COU 2 (10° 25’ 10” N — 85° 28’ 45” W)

253Ce site se trouve à la sortie du hameau de La Guinea, au bord du chemin qui mène à l’hacienda El Viejo. Les tessons sont visibles en surface sur une superficie de 50 mètres de diamètre. Un sondage a révélé un dépôt de 110 centimètres d’épaisseur, de phases Palo Blanco et Bebedero.

BOL 2 (10° 23’ 10” N — 85° 23’ 55” W)

254Il est situé sur la rive gauche du Tempisque, à 6 kilomètres à l’Est de l’hacienda El Viejo, en face de la colline Hato Viejo. Près de la berge, des tessons jonchaient le sol sur une superficie de 300 sur 100 mètres. D’après un sondage, la couche de terre superficielle (60 cm) qui recouvre la roche, est dépourvue de vestiges. Les tessons récoltés à la surface, étaient très érodés : cinq sur trois cents, avaient conservé des traces de peinture. Seuls les critères de pâte purent être retenus dans l’étude de cette collection : de nombreux tessons étaient de pâte Jicote polychrome, ainsi que d’autres de pâte Piches rouge et Danta beige. En outre, le lot comprenait un bord Toro appliqué. Il semble donc que ce gisement superficiel soit de phase Bebedero.

BOL 4 (10° 21’ 55” N — 85° 27’ 32” W)

255Ce gisement a été découvert au bord du chemin qui relie Ortega à Bolson, à égale distance entre les deux villages. Des tessons apparaissaient sur le talus, pendant 150 mètres environ. Un sondage a mis en évidence un dépôt de phase CIRUELAS, de 120 centimètres d’épaisseur.

PAL 1 (10° 20’ 00” N — 85° 21’ 00” W)

256Le site se trouve à 200 mètres au Nord-Est de l’hacienda Paio Verde, sur la pente d’une colline calcaire. Des tessons et des coquilles marines étaient abondants à la surface, et dans la couche d’humus, épaisse de 25 centimètres, qui recouvre la roche. La céramique est de phase Palo Blanco.

PAL 2 : La Botija (10° 20’ 60” N — 85° 17’ 50” W)

257La colline de La Botija se trouve à 2 500 mètres à vol d’oiseau, au Nord-Ouest de La Bocana. Le site occupe une grande plate-forme d’une superficie approximative de 400 sur 150 mètres, comprise entre deux crêtes de 100 et 115 mètres d’altitude. Le sol n’est pas cultivé ; il est recouvert de bois et de broussailles. Les tessons sont abondants en surface, et l’on observe çà et là des petits amas de coquilles. Nous avons pratiqué à divers endroits des sondages dans la couche de terre épaisse de 70 centimètres. Les tessons recueillis appartiennent aux phases Palo Blanco et Bebedero, et nous n’avons pu observer de changements remarquables dans la répartition des types, d’un niveau à l’autre.

PUE 1 : Las Huacas (10° 18’ 00” N — 85° 21’ 35” W)

258Le site se trouve dans un bois, à 2 kilomètres au Sud-Ouest de Puerto Humo, sur une plate-forme à 70 mètres d’altitude, située à l’Ouest d’un massif de collines. La plateforme est de dimensions réduites : 100 mètres de long et 50 mètres de large. La couche de terre au-dessus de la roche, d’une épaisseur de 50 à 80 centimètres, est fertile en tessons et en coquilles. La céramique est de phase Palo Blanco.

PUE 2 (10° 16’ 30”.N — 85° 21’ 35” W)

259A 4 kilomètres au Sud de Puerto Humo, des tessons PALO BLANCO et des coquilles sont visibles, sur près de 100 mètres, le long du chemin qui relie Pozo de Agua à Nicoya, à l’Ouest du Cerro Conchal (124 m). Au pied de cette colline, des vestiges de même nature s’étendent sur une distance de 100 mètres. Dans les deux cas, l’épaisseur du dépôt ne dépasse pas le mètre.

PUE 3 (10° 15’ 45” N — 85° 17’ 20” W)

260Ce gisement est un abri sous roche situé sur le flanc Ouest du Cerro La Cueva, à 300 mètres environ de la rive droite du fleuve. Son existence nous fut révélée par la présence de tessons au pied de la colline. L’espace habitable mesure 30 mètres de long sur 10 de large. Nous y avons creusé un sondage qui révéla une première couche de débris calcaires de 110 centimètres d’épaisseur, stérile les premiers 80 centimètres. La deuxième couche (jusqu’à 200 cm), se composait d’une argile brun clair qui contenait quelques vestiges : tessons, os animaux et coquilles. La céramique est de phase Catalina. Les tessons qui ont été récoltés sur la pente, devant l’abri, ont été ainsi répartis : 159, Monte Cristo beige (57,3 %) ; 43, Chaparrita rouge (15,5 %) ; 8, Guinea incisé (2,8 %) ; 2, Ballena incisé (0,7 %) ; 6, Charco noir-sur-rouge (2,1 %) ; 6, Cobano noir-sur-rouge (2,1 %) ; 46, Urruela rouge (16,6 %) ; 7, Tempate rouge-sur-engoberouge (2,5 %). Bien que cette collection ne soit pas assez représentative pour être située avec précision dans notre séquence, les fréquences obtenues la placent approximativement entre celles des niveaux 6 et 7 d’Ortega.

PUE 4 : La Cueva (10° 15’ 10” N — 85° 17’ 32” W)

261La grotte qui a donné son nom au Cerro La Cueva, se trouve au pied du flanc Ouest de cette colline, à 1 000 mètres environ de PUE 3. Elle mesure 25 mètres de long sur 3 à 10 de large, et 10 de hauteur en moyenne. Elle est souvent visitée, comme en témoignent des graffiti sur ses parois. La couche de poussière calcaire qui recouvre la roche est épaisse de 30 à 50 centimètres. Nous avons récolté 215 tessons ainsi répartis : 94, Monte Cristo (43,7 %) ; 26, Chaparrita (12 %) ; 76, Urruela (35,3 %) ; 4, Guinea (1,8 %) ; 1, Congo (0,4 %) ; 1, Bocana (0,4 %) ; 10, Cobano (4,6 %) ; 1, Matazana (0,4 %) ; 2 non classés. Le gisement est donc de phase Catalina. Un sondage à l’extérieur, à quelques 10 mètres de l’entrée, n’a donné aucun résultat.

QUE 1 : Coyolar (10° 14’ 35” N — 85° 16’ 30” W)

262Le gisement est situé sur la pente du Cerro Coyolar, à 3 kilomètres de la rive droite du fleuve, à proximité du chemin qui unit Puerto Coyolar à Quebrada Honda. Des tessons très roulés peuvent être recueillis sur une superficie de plus de 100 mètres de diamètre. La couche de terre a une épaisseur de 20 centimètres en moyenne. La classification des tessons récoltés a été rendue très difficile par leur déplorable état de conservation. Cependant, la présence des types Jicote polychrome et Toro appliqué permet d’attribuer ce gisement à la phase Bebedero.

TAB 1 : Porozal (10° 16’ 12” N — 85° 12’ 00” W)

263Le site se trouve non loin du hameau de Porozal, sur la rive gauche du Tempisque, au Sud de son affluent, le Bebedero. Des vestiges qui sont visibles à la surface d’une petite colline pierreuse de 40 mètres de haut, et de la plaine avoisinante, couvrent une superficie minima de 400 X 150 mètres. Le sol était recouvert d’une prairie naturelle de hautes herbes. Au pied de la colline, on pouvait voir sur les berges de deux ruisseaux asséchés, un important dépôt constitué de tessons et de coquilles ; nous avons pratiqué le premier sondage à proximité : les bords et les tessons de panse décorés ont été récoltés par niveaux de 40 centimètres. Dans les deux premiers, une argile de couleur brun clair, contenait en abondance de la céramique Bebedero associée aux outils de pierre suivants : une pointe de flèche à pédoncule, deux extrémités de bâton-plantoir ( ?), et un talon de hache ( ?). De 80 à 135 centimètres, se trouvait un important dépôt de coquilles, auquel se mêlaient des tessons des phases San Bosco et Palo Blanco, et une herminette-gouge en pierre noire. Dans le deuxième sondage, pratiqué sur le flanc de la colline, les vestiges étaient moins nombreux, mais la séquence céramique était la même que dans le premier. Un sol avec emplacement de foyer fut découvert à 130 centimètres.

BOC 1 : Île Toro (10° 12’ 20” N — 85° 14’ 20” W)

264L’île Toro se trouve à l’embouchure du Tempisque dans la Boca del Toro, face à l’embarcadère de rive droite de Puerto Moreno. Orientée Nord-Sud, elle mesure 500 mètres de long sur 200 mètres de large, en moyenne. Cet îlot rocheux comprend une plate-forme flanquée au Nord et au Sud de deux sommets de 24 et 20 mètres. Il n’est pas habité, est privé d’eau douce, et recouvert d’une maigre végétation d’arbustes épineux et de plantes grasses. On nous avait signalé l’existence d’une grotte dans l’île Toro, mais nous n’avons pu la découvrir, en dépit d’une inspection minutieuse. Sur la plate-forme, des fouilleurs clandestins avaient laissé des traces de leur passage ; tessons et coquilles jonchaient la surface. La roche est couverte d’une couche de terre épaisse de 10 à 50 centimètres, selon les sondages effectués. L’un d’eux nous fit découvrir une sépulture primaire : le squelette était allongé sur le dos, à 40 centimètres, la tête à l’Ouest ; il était accompagné de trois hameçons en coquille (pl. 47 : H, I), et d’une poterie mammiforme de couleur grise (pl. 45 : F), qui se trouvaient à gauche de la tête.

265534 tessons ont été récoltés à la surface. Dans cette collection, la presque inexistence de tessons polychromes retient d’abord l’attention ; les seules exceptions sont six exemplaires engobés en blanc, et un pied de tripode zoomorphe, qui paraît de type Luna polychrome. La présence de 151 tessons Murrillo appliqué permettent d’attribuer cette collection à la phase Bebedero ; elle comprend en outre : 364, Toro appliqué ; 8, Tempisque incisé ; 1, Princesa à lèvre incisée, et trois fragments (dont un bord) à plusieurs perforations (tamis ?). Beaucoup de ces types sont nouveaux pour nous.

266Les caractéristiques de la céramique de l’île Toro sont l’abondance du type Murrillo, l’extrême rareté des polychromes, et la présence de types nouveaux. Les différences entre ce matériel et celui des autres sites de la Vallée peuvent être d’abord dues au facteur temps : la collection de l’île Toro peut représenter un moment avancé de l’évolution de la céramique Bebedero, non représenté dans les autres sites, où les polychromes auraient été remplacés par des types décorés par pastillage ou par incision. D’autre part, la position excentrique de l’île nous fait supposer qu’elle aurait pu être habitée par un groupe possédant une céramique contemporaine mais différente de celle de la vallée (à l’exception du type Murrillo).

© Éditions de l’IHEAL, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter