Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherche archéologiques dans la vallée du Tempisque, Guanacaste, Costa Rica

 | 
Claude-François Baudez

I. Méthodes de travail

Texte intégral

1D’après les écrits des chroniqueurs et les travaux précédant les nôtres, le type de gisement que nous devions rencontrer était celui du village de dimensions modestes pouvant comprendre emplacements d’habitation, cimetières, espaces réservés au culte, lieux de décharge, etc. Ni villes, ni architecture de pierre n’avaient été signalées. A l’exception de quelques grottes d’occupation brève, tous les sites que nous avons reconnus étaient des emplacements de villages.

2S’agissant d’une région pratiquement inconnue, la première tâche consistait à établir une chronologie relative des cultures qui s’y étaient succédées. Pour ce faire, nous devions travailler sur des vestiges répondant aux conditions suivantes : être dans un état de conservation satisfaisant ; à la fois communs et abondants ; enfin, sensibles au passage du temps. La céramique remplit parfaitement ces conditions. Son seul défaut est d’être fragile, et l’on ne trouve qu’exceptionnellement les récipients entiers. Il faut alors se contenter de travailler avec des tessons de poterie, ce qui n’offre pas que des inconvénients, comme nous le verrons plus loin.

3L’établissement d’une chronologie est obtenue par l’étude de l’évolution de la céramique au cours du temps. Quelques grandes divisions, appelées phases, sont pratiquées dans la séquence ; chacune d’elles n’est d’abord définie qu’en fonction de la fréquence de certains types céramiques. Les autres aspects culturels qui leur sont associés sont ensuite attribués à la même phase et en complètent la définition. Jusqu’à ce point, nous avons distingué plusieurs unités culturelles, dont nous connaissons la succession chronologique. Pour leur donner une dimension temporelle, nous les rattachons à une période, dont les limites sont estimées à l’aide de comparaisons avec des phases déjà datées d’autres régions, et grâce à des analyses de carbone 14.

Historique des travaux sur le terrain et méthodes de fouille

4Pour les raisons développées dans l’introduction, nous avons decide de limiter nos recherches à la vallée du Tempisque. Les deux premiers mois de la saison 1959-1960 furent consacrés à une reconnaissance de la vallée, qui s’est effectuée en barque et à pied. J’étais accompagné de trois ouvriers, dont l’un me servait de guide et d’informateur. Le fleuve a été parcouru sur une distance de 75 kilomètres environ, depuis Comunidad (à quelques kilomètres au nord du village de Tempisque) jusqu’à l’embouchure. Nous avons complété l’inspection des rives et de leurs alentours immédiats par de fréquentes incursions à l’intérieur. Quelques sites ont été découverts par hasard, mais en majorité ils nous ont été indiqués par des informateurs locaux des villages de Filadelfia, El Viejo, etc. Nous étions à la recherche de toutes sortes de gisements mais particulièrement de dépôts stratifiés riches en tessons, dans lesquels pouvaient être observées des variations importantes de la céramique d’un niveau à l’autre. La visite de chaque site comprenait une brève étude topographique (accompagnée d’un croquis) et l’inspection de la surface du sol (parfois suivie d’une collection de tessons à la surface). Sauf exceptions, nous pratiquions un ou plusieurs sondages pour obtenir des renseignements sur la nature, la richesse et la profondeur du dépôt, ainsi que sur les diverses couches géologiques. Les quelque vingt sites visités ne représentent certainement qu’une faible proportion des sites de la vallée. La région étant très peu cultivée et habitée, nous n’avons pu recueillir sur place que peu d’informations.

5N’ayant pas découvert de site dans lequel toutes les phases reconnues dans la vallée soient également représentées, nous avons dû fouiller quatre gisements de durée d’occupation différente : la Bocana, Ortega, la Guinea et Bolson (pl. 1). La séquence de La Guinea qui est la plus longue a été complétée par celle d’Ortega, elle-même par celle de La Bocana. Même dans le cas où la même phase est représentée dans plusieurs sites, les résultats obtenus dans l’un d’eux sont susceptibles de confirmer ou d’infirmer ceux obtenus dans les autres. La comparaison de céramiques de même phase, provenant de sites différents, a permis, en cours d’analyse, de juger de la pertinence de certains critères, de déceler et de neutraliser les variations locales minimes, non signifiantes. Enfin, la fouille de plusieurs sites en augmentant quantitativement notre collection, nous a permis de travailler sur un échantillonnage plus étendu, et ainsi de définir certains ensembles céramiques avec plus de précision.

6A La Guinea et a Ortega, nous avons fait des sondages à différents endroits pour déterminer l’emplacement du ou des puits stratigraphiques à venir : là où étaient le dépôt le plus épais et où les tessons étaient les plus abondants. A l’exception de la grotte de La Bocana, dans laquelle toute la surface utilisable a été fouillée, l’unité de fouille était un puits carré de 2 ou 4 mètres de côté, orienté suivant les points cardinaux et divisé en mètres carrés désignés par une lettre. La fouille avait essentiellement pour but de recueillir les fragments de poterie par niveaux successifs d’une même épaisseur, que nous avons fixée à 20 centimètres. Cette décision de fouiller par niveaux arbitraires n’implique évidemment pas une façon de fouiller mécanique, qui ne tiendrait aucun compte de la stratification naturelle. La terre de chaque carré, à chaque niveau, était passée au tamis à mailles de 5 millimètres. Les tessons, outils de pierre, débris culinaires, etc. étaient récoltés à part. La fouille achevée, les vestiges étaient lavés, puis marqués ; la marque qui indiquait le site, le carré et le niveau, était imprimée sur les tessons a l'aide d’un tampon encreur. Un autre système de marquage était parfois utilisé pour les pièces du mobilier funéraire.

7La première étape de notre travail étant achevée, nous étions alors en possession d’un abondant matériel qu’il restait à analyser. Les vestiges récoltés se composaient presque uniquement de fragments de poterie. Les premiers problèmes qui se sont présentés à nous en laboratoire ont été ceux relatifs à la classification de ces tessons.

Choix d’un système de classification

8La classification constitue le premier niveau de l’analyse : elle consiste à mettre de l’ordre dans les faits, à les rendre à la fois intelligibles et utilisables. Nous pensons que toute classification est une opération construite par l’analyste dans le but de contrôler et de comprendre le matériel qu’il étudie, et que toute tentative de « retrouver » ou de « redécouvrir » des classes qui préexisteraient au classificateur, est illusoire. Si 1'on admet le principe de l’arbitraire de l’unité classificatoire, le choix d’un système de classification dépendra de son aptitude à répondre aux buts que l’on se propose. La valeur de toute classification est pragmatique, et il s’agit alors pour nous d’utiliser celle qui saura le mieux rendre sensible le passage du temps dans la diversité des formes céramiques : l’unité de classification choisie doit servir à indiquer une petite fraction de l’évolution. Nous rejetterons certains systèmes comme inadéquats à résoudre nos problèmes, tels que le type de classification utilisé en sciences naturelles, qui classe des individus par groupes de complexité croissante, allant du particulier au général. Un système de ce type peut rendre par ailleurs de grands services pour classer des pièces dans un musée, par exemple ; l’ethnologue pourra aussi classer des récipients d’après la fonction qui leur est reconnue dans la société qu’il étudie, à partir de quelques grandes divisions ; par exemple, ustensiles de cuisine allant au feu, récipients destinés à garder les provisions, vases utilisés lors de cérémonies, etc. chacune se subdivisant en groupes plus restreints selon la forme, le contenu qui leur est destiné, la taille, etc. Deux sortes de classifications peuvent être sérieusement retenues pour l’établissement d’une séquence céramique :

  • la première est analytique : après avoir sélectionné certains critères (ex : engobe rouge, décor incisé après cuisson, décor polychrome sur fond blanc...) que l’on suppose pertinents du point de vue chronologique, les individus sont groupés en classes, chacune étant définie par la présence d’un seul de ces critères, (appelés modes par Rouse). Ce type de classification a pour avantages sa souplesse et son aptitude à indiquer clairement certains cas de persistance ou de diffusion. Les archéologues qui le préfèrent à la classification typologique, estiment que ces critères représentent des éléments simples et premiers, et ont ainsi plus de réalité que les types (qui eux sont définis par une combinaison de plusieurs critères). J. Ford (1962, p. 16) a montré que chacun de ces critères traits, ou modes, est le plus souvent le résultat complexe de plusieurs opérations qui peuvent être différentes, et que donc les modes sont de même nature que les types, et se situent simplement à un niveau d’abstraction moins élevé. En outre, on risque avec cette méthode de voir se multiplier à l’infini le nombre des classes, d’avoir beaucoup de difficultés à classer tous les individus d’une collection, et enfin, d’hésiter longtemps sur l’attribution d’un individu à une classe déterminée, dans le cas où il réunit plusieurs critères qui sont utilisés pour définir les classes ; en d’autres termes, le problème de la hiérarchie des critères que nous aurons à affronter dans la méthode typologique, sera beaucoup plus difficile à résoudre dans la classification par modes ;
  • dans la méthode typologique, que nous utiliserons, l’unité de classification est le type, dont la définition résulte de la combinaison de plusieurs attributs. Cette méthode a l'avantage sur la précédente, d’utiliser un nombre plus restreint d’unités tout en faisant intervenir un plus grand nombre d’éléments. Le principe, déjà posé, de l’arbitraire du type est vérifié empiriquement pendant l’élaboration de la typologie : entre les manifestations bien caractérisées de deux types en cours de définition, se trouvent de nombreux individus « atypiques » qui, à première vue, participent autant de l’un que de l’autre. Pour trancher la difficulté, on est obligé de tracer de nettes frontières entre les deux types, et de décider arbitrairement que les individus possédant tel trait seront attribués au type A et que ceux possédant tel autre, au type B.

9La première fonction du type est d’indiquer un moment de l’évolution. Sa durée doit être relativement courte et sa « vie » doit pouvoir se traduire par une courbe de Gauss exprimant sa popularité au cours du temps : naissance, croissance, optimum, décroissance et extinction. En outre, et dans la mesure du possible, la typologie doit pouvoir servir d’autres buts. On peut par exemple distinguer certains types, même rigoureusement contemporains, si ces distinctions sont susceptibles d’exprimer des variations dues à la distance. Nous nous devons également de prendre en considération les critères de destination ou d’utilisation, bien qu’ils aient peu de rôle dans l’évolution ; on évitera, par exemple, de classer dans le même type des tessons de texture grossière, ayant appartenu à des poteries d’usage domestique, avec des tessons dont la qualité laisse prévoir qu’ils proviennent de vases à destination uniquement cérémonielle.

10Il est demandé au type, enfin, d’être suffisamment défini et limité, pour pouvoir être identifié facilement.

Élaboration d’une typologie

11Parmi les attributs qui entrent dans la définition d’un type céramique (qualités et composantes de la pâte, traitement de la surface, formes, décors, etc.) il en est certains dont la combinaison est particulière à chaque type, et qui jouent un rôle privilégié ; ce sont eux qui permettent l’identification du type et sont indispensables à sa définition. Par rapport à ces critères, les autres attributs complètent simplement la description et admettent tous une marge de variation assez large. Plus un type possède de critères, plus il est homogène ; d’un autre côté, certains types ne sont définis que par un seul critère (il est alors analogue à la « classe » définie par un « mode »). Dans la typologie, chaque type se définit en opposition aux autres : les oppositions se font dans le sens vertical (entre types de phase différente) et dans le sens horizontal (entre types de même phase). Par exemple, le type Cortès Noir-sur-Rouge s’oppose par sa décoration aux types contemporains Yayal, Carrillo, etc. et par sa pâte, au type antérieur de même décoration, Charco Noir-sur-Rouge.

12La première démarche dans l’élaboration de la typologie, est de dégager ces critères, qui doivent être d’abord pertinents du point de vue chronologique. Certains apparaissent clairement dès que l’on a déposé sur une table des échantillons provenant des différents niveaux : des attributs qui se manifestent dans certains, sont absents dans les autres. Les oppositions moins évidentes seront découvertes peu à peu par la suite. Après avoir utilisé les critères ainsi dégagés, dans la construction d’une typologie provisoire, on met à l’épreuve leur validité, en procédant aux opérations que l’on décrira plus loin : compte des tessons de chaque type à chaque niveau, et calcul des fréquences. On s’aperçoit alors que certains types doivent être conservés, et d’autres doivent être éliminés ; on doit supprimer des oppositions inutiles en regroupant certaines unités, et à l’inverse, créer de nouvelles oppositions pour diviser un ensemble non signifiant. On établit alors une nouvelle typologie dont on éprouve la validité, puis une autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’on croie avoir construit un système cohérent dont les unités paraissent pouvoir remplir leurs diverses fonctions de façon satisfaisante. Notre typologie doit non seulement nous aider à atteindre les buts que nous nous sommes proposés, mais en outre, elle doit pouvoir être utilisée avec profit par des chercheurs qui travailleront plus tard dans la même région ou dans les régions voisines ; dans certains cas, il nous a paru utile de créer certains types, qui bien qu’ayant peu d’importance dans notre travail, nous ont paru susceptibles d’en avoir dans d’autres.

Dénomination du type

13Le type est désigné par deux noms : le premier est un nom propre (en général géographique) et le second un attribut ou une expression indiquant l’un des critères particulièrement significatif. Ex. : Guinea incisé ; Los Hermanos beige ; Papagayo Polychrome. En général, il faut éviter de donner le même nom propre à deux types différents. Nous avons fait une exception à cette règle, quand il s’est agi de nommer deux types identiques qui ne s’opposaient que par la décoration : Zelaya bichrome et Zelaya trichrome.

Définition et description des types

14Toute typologie doit être systématique : les principaux attributs observables dans le matériel céramique seront étudiés et décrits pour chaque type dans le même ordre. Des observations générales précéderont la description du type : nous y énumérerons ses critères et justifierons s’il y a lieu ses raisons d’existence. Les principaux attributs que nous avons utilisés dans la définition et la description des types sont de valeur inégale : les uns jouent souvent le rôle de critères, d’autres au contraire se limitent à compléter la description :

1. Mode de fabrication

15Cet attribut est dépourvu de signification dans nos collections car il reste invariable : autant que nous le sachions, toutes les poteries dont proviennent nos tessons, ont été façonnées par la méthode du colombin ; la fracture de certains tessons de panse et de fond, les sutures mal effacées de deux boudins sur la face interne de tessons de jarres, l’indiquent parfois clairement. Si une autre méthode a pu être utilisée conjointement, nous n’avons pu en découvrir les traces.

2. Pâte

16Son étude porte sur les points suivants :

  • Dégraissant : nature ; taille des grains.
  • Texture : pourcentage du dégraissant ; qualité de texture.
  • Couleur.
  • Cuisson.

17Dans nos collections qui, rappelons-le, proviennent de plusieurs sites, le dégraissant est de même nature : c’est un sable composé essentiellement de grains de quartz, de particules noires d’aspect vitreux correspondant probablement à des éléments de lave andésitique et d’autres opaques et blanchâtres (feldspath). Cependant, les différentes proportions de chacune des trois catégories de particules que l’on peut observer dans une pâte, constituent souvent un bon critère. Cet exemple montre qu’un trait peut être très signifiant pour nous, sans avoir besoin pour cela d’avoir signifié quoi que ce soit aux potiers responsables, consciemment ou inconsciemment, de sa présence. Les variations de composition du dégraissant peuvent être expliquées de la façon suivante : le sable utilisé à une certaine période provenait d’un dépôt particulièrement riche en andésite par exemple, et celui employé pendant la période suivante, d’un autre dépôt, choisi probablement non intentionnellement, dans lequel dominaient les grains de feldspath et de quartz.

18La texture est surtout fonction de la taille et de la quantité des grains du dégraissant ; c’est un critère qui seul ne peut être utilisé que pour exprimer des oppositions relatives à la destination de poteries contemporaines ; à un même moment de l’évolution, coexisteront des jarres-magasins (de texture grossière), des vases de texture fine aux parois minces qui pourront être couvertes de peintures délicates, et des cruches à eau (de texture plus compacte).

19La cuisson d’une poterie peut avoir été réalisée en atmosphère oxydante ou en atmosphère réductrice : l’oxydation plus ou moins complète est inférée de la couleur de la pâte et de la présence ou de l’abscence d’un nucléus noir visible en section. On peut observer en outre la présence de taches noires sur la surface, qui sont dues à son contact avec le combustible. Dans notre typologie, les éléments relatifs à la cuisson ne constituent que des attributs secondaires de description.

20Si chacun des éléments d’analyse de la pâte pris isolément a peu de valeur pour constituer le terme d’une opposition, l’ensemble des caractéristiques d’une pâte s’oppose souvent à celui d’une autre de façon significative. C’est souvent uniquement à l’aide du critère de pâte que nous avons pu distinguer entre eux des types culinaires non décorés et non contemporains (ex. : Monte Cristo beige et Los Hermanos beige ; ce dernier et Yayal brun ; ce dernier et Danta beige...) Seule l’étude de la pâte permet d’identifier des tessons érodés pour lesquels les attributs de surface ne sont plus observables. Il arrive que dans des sites différents, on observe une opposition de même signification chronologique entre deux sortes de pâtes, bien que les pâtes ne soient pas identiques dans les deux sites : la pâte du type Los Hermanos beige qui succède à Monte Cristo beige, est caractérisée à la Guinea par une texture moyenne, plus compacte ; à Ortega, par contre, elle est plus grossière et plus lâche. Ces deux oppositions cependant se produisent en même temps et ont pour nous la même signification. Il est donc inutile de subdiviser Los Hermanos d’après un critère de texture.

3. Surface

21L’étude de la surface comprend les éléments suivants :

  • couleur de la face externe et de la face interne (qui peut être différente ou non de celle de la pâte) ;
  • aspect visuel et tactile ;
  • traitement : engobée ou non engobée, raclée, lissée ou polie ;
  • dureté (établie d’après l’échelle de Moh).

22Pour les surfaces non engobées, la couleur est généralement un très mauvais critère, tant la marge de variation est large non seulement d’une poterie à l’autre, mais entre tessons de la même poterie. Il arrive cependant que la couleur de surface soit caractéristique d’un type et il est bon alors de la décrire soigneusement à l’aide d’une échelle de couleurs ; on se référera dans ce travail à la Munsell s Color Chart. La couleur est, par contre, de première importance quand la poterie est engobée car cette opération est généralement réalisée pour donner à la surface d’un récipient une couleur différente de celle de la pâte. Les modes de traitement de la surface ne jouent pas le rôle de critères dans notre typologie.

4. Forme

23Elle est étudiée à l’aide des bords, des fonds et de certains tessons de panse (ceux qui montrent un changement de direction, par exemple). Sa description demande le plus souvent de décomposer le récipient en plusieurs parties :

  • le corps : c’est la partie essentielle du récipient. Les poteries les plus simples n’ont qu’un corps. Dans le cas de poteries de forme plus complexe, c’est la partie inférieure « contenante ». On la décrit de préférence en termes de volumes : corps en calotte, hémisphérique, sphéroïde (ce dernier terme s’appliquant à une section de sphère supérieure à l’hémisphère), ovoïde, piriforme, cylindrique, etc... ;
  • le fond : il désigne la partie inférieure du corps. Il peut être (vu de l’extérieur), arrondi (ou convexe), concave, plat ;
  • l’encolure : le corps de la poterie est souvent surmonté par une partie, appelée suivant le rapport largeur/hauteur, col ou goulot. L’encolure est généralement une partie contenante, mais peut être utilisée pour la préhension ou le transvasement. Elle sera décrite parfois en termes de volume, mais le plus souvent par la forme et la direction de ses parois ; la forme sera, vue de l’extérieur : concave, convexe ou rectiligne. La direction sera qualifiée (vue de bas en haut), de rentrante (dirigée vers l’intérieur), évasée (dirigée vers l’extérieur) ou verticale ;
  • le bord : le bord désigne la partie non contenante du récipient qui sur un ou deux centimètres de hauteur, limite l’ouverture. Quant à sa forme, il peut être appelé :
  • direct : quand on ne constate pas à son niveau de variation d’épaisseur par rapport à la paroi de l’encolure ou du corps ;
  • épaissi progressivement : quant à partir d’un certain point jusqu’à l’ouverture, l’épaisseur du bord ne fait que croître ;
  • épaissi à l’extérieur, épaissi à l’intérieur, épaissi des deux côtés : par l’addition d’un cordon dont les bords qui ont été lissés se confondent avec la paroi ;
  • doublé : par l’addition d’un cordon dont le bord inférieur n’a pas été lissé, et qui se détache de la paroi.

24La direction du bord sera rentrante, éversée ou verticale ;

25— la lèvre : désigne la partie terminale du bord. Elle peut être aplatie, arrondie, biseautée, amincie...

26Au récipient proprement dit, peuvent s’ajouter dans nos séries :

27— des organes de préhension : anses et oreilles.

28Les anses sont des bandes d’argile, placées latéralement sur le récipient, qui prennent appui en deux points. Elles sont implantées verticalement ou horizontalement, et sont définies par la forme de leur section : circulaire ou elliptique.

29Les oreilles sont des morceaux d’argile aplatie, placés horizontalement et latéralement sur le récipient. Elles n’ont souvent qu’un rôle décoratif : celui de figurer par exemple, les ailes et la queue d’une poterie ornithomorphe.

30Leurs formes sont diverses : ellipsoïde, hémisphérique, rectangulaire ou irrégulière.

31— des supports : ce terme est employé pour désigner les pieds des récipients tripodes. Leurs formes variées seront décrites au cours de la description des types. Les récipients peuvent être en outre isolés du sol par une base annulaire ou un pied évasé.

32Cette méthode de description ainsi que la terminologie employée ont une valeur limitée à notre travail ; en effet, nous avions la chance d’avoir affaire à des formes relativement simples, et qui, sauf exceptions, sont symétriques par rapport à un plan vertical. D’autres concepts seraient certainement nécessaires pour la description de formes plus complexes que les nôtres.

Classification des bords

33Les bords de chaque type céramique ont été classés suivant leur forme et leur direction, en un certain nombre de groupes, dont chacun était défini par un type déterminé de forme de récipient. (Ex. : Le groupe II rassemble les bords qui sont sensés provenir de jarres à bord éversé.) Au cours de ces opérations, nous avons constaté que le nombre des formes que nous pouvions reconstituer était limité et qu’en outre les mêmes formes se retrouvaient dans des types céramiques différents. Un même système de référence pouvait donc être utilisé pour les descriptions et l’illustration des bords de tous les types. Tous les bords de nos collections ont alors été répartis en seize groupes arbitraires, numérotés de I à XVI, et ainsi définis :

  1. Jarres (hauteur supérieure au diamètre maximum), à col concave, vertical ou rentrant ; bord de même direction (pl. 7, 11, 13) ;
  2. Jarres à bord éversé (pl. 7, 11, 13) ;
  3. Bol (hauteur maximum inférieure au diamètre maximum) à corps en calotte ou hémisphérique, à bord saillant à l’extérieur (éversé, doublé ou épaissi) [pl. 8, 11, 14] ;
  4. Bol à bord rentrant (le diamètre de l’ouverture est inférieur au diamètre maximum) [pl. 10, 12] ;
  5. Bol à corps en calotte ou hémisphérique, à large bord évasé et épaissi (variante de III) [pl. 8, 14] ;
  6. Écuelle ou bol à corps en calotte ou hémisphérique, à bord direct ou épaissi à l’intérieur (pl. 8, 12, 15) ;
  7. Gobelet de parois rectilignes verticales et fond arrondi (pl. 10) ;
  8. Vase à corps en calotte, à col concave, vertical ou rentrant (pl. 9, 12, 14) ;
  9. Bol » à corps en calotte, à col rectiligne vertical (pl. 10) ;
  10. Vase à corps en calotte, à col rectiligne rentrant (pl. 9, 15) ;
  11. Bol à corps en calotte ou hémisphérique, à bord éversé de largeur irrégulière (pl. 12) ;
  12. Bol à corps hémisphérique, à bord en retrait (pl. 9, 12) ;
  13. Haut vase cylindrique à parois légèrement concaves, verticales (pl. 10) ;
  14. Bol à parois évasées (pl. 10, 15) ;
  15. Vase piriforme (pl. 15) ;
  16. Vase bas à parois très concaves verticales et fond plat (variante du XIII).

34Cette liste ne prétend pas être exhaustive et ne comprend que les formes que nous avons pu reconstituer à l’aide des bords de notre collection. En outre, on doit supposer un pourcentage élevé d’erreurs d’attribution. Cette classification ne doit donc être considérée que comme un système commode de référence utilisé dans la description de nos formes.

35Pour chaque type céramique, les bords, ainsi que d’autres parties du récipient, ont été décrits et comptés dans le groupe auquel ils appartiennent. En ce qui concerne l’illustration, nous avons procédé de la façon suivante : nous avons dessiné sur des ronds de papier les profils des bords les plus représentatifs de chaque groupe de chaque type. Nous avons ensuite disposé sur une table, en les maintenant par des élastiques placés à l’horizontale, les profils des bords du même groupe d’une même phase. Nous avons alors vérifié l’orientation respective de ces profils, nous avons éliminé les doubles ou les formes trop voisines, pour ne conserver que les bords les plus caractéristiques avec leurs variantes, qui ont été ensuite reproduits sur une planche. Quand le même groupe était représenté dans deux phases successives par des formes très voisines, elles ont été réunies sur la même planche. En regard des profils, nous avons fait figurer les reconstructions hypothétiques des récipients, en nous aidant dans la mesure du possible de la forme des poteries entières à notre disposition.

36Cette méthode nous a permis de décrire et d’illustrer l’essentiel des formes de notre collection, tout en évitant de fastidieuses répétitions. Nous avons cherché en vain à construire une typologie des formes, susceptible de nous indiquer le passage du temps, qui aurait utilement complété notre typologie céramique. Sans doute les formes VIII, IX, et X sont plutôt caractéristiques des phases anciennes (Catalina et Ciruelas), et XV et XVI des phases récentes (Palo Blanco et Bebedero), mais les autres formes sont communes à toutes les phases, sans montrer de variations significatives. Nous devons en conclure que dans la vallée du Tempisque, pendant le temps représenté par notre séquence céramique, les formes des poteries ont peu varié. En outre et d’une façon générale, les attributs de forme ne jouent qu’exceptionnellement le rôle de critères, car ils ne sont observables que sur une proportion infime de tessons. La situation serait tout autre si on devait classer des récipients entiers, ou même seulement des bords. La forme peut cependant dans certains cas servir de critère d’appoint : par exemple, le type Sarnoso s’oppose aux autres types par sa qualité différente de pâte, et sa singularité est confirmée par les formes illustrées pl. XIII, 29, 30, qui lui sont propres.

5. Décoration

37Cinq techniques de décoration sont représentées dans notre matériel : incision, peinture, ponctuation, impression, modelage et pastillage (appliqué). Pour chacun de ces modes, nous mentionnerons les points suivants :

38Localisation ou emplacement du décor ;

39Technique. Pour l’incision, on précisera le moment de l’opération par rapport aux différents états de l’argile (fraîche, légèrement sèche, séchée, cuite) ; l’outil employé (observer l’opposition entre La Bocana et Ortega, qui se manifeste dans le type Bocana incise bichrome : dans le premier site, les incisions furent faites une à une avec un stylet ; dans le second, un peigne a été utilisé). La décoration peinte est, bien entendu, d’abord caractérisée par le nombre des couleurs employées : nous appellerons bichrome une poterie sur laquelle des motifs peints en une couleur se détachent sur un fond (naturel ou engobé), d’une autre couleur. Sur une céramique trichrome, on distingue l’emploi de trois couleurs différentes, mais on ne trouve jamais plus d’une couleur sur une autre : une partie de la poterie est bichrome, l’autre est peinte d’une troisième couleur (ex. : Zelaya trichrome). La polychromie, enfin, est définie comme l’emploi de deux couleurs ou plus sur la couleur naturelle de la surface, ou sur une engobe de teinte différente. La nature de l’outil employé peut être un élément important : il faut savoir si la couleur a été étendue à l’aide d’un instrument à un seul ou à plusieurs éléments d’application ; Décor proprement dit : la description porte sur les points suivants : composition (symétrique ou asymétrique, encadrée ou libre, à motifs répétés ou alternés, etc...), éléments décoratifs (souvent géométriques), motifs naturalistes ou géométriques, style.

40Ce sont les modes de décoration qui constituent généralement, et particulièrement dans notre typologie, les meilleurs critères. Du point de vue pratique, ils offrent l’avantage d’être facilement identifiables et d’être moins sujets aux variations locales non signifiantes que les attributs technologiques de pâte et de surface. En outre, ils sont très sensibles au passage du temps. Pour ne donner qu’un exemple, anticipons sur les résultats de notre travail, en considérant le critère du nombre des couleurs dans les diverses phases de notre séquencet : les types peints de la phase Catalina sont seulement bichromes, à l’exception de Toya incise trichrome qui est trichrome. La Phase Clruelas est caractérisée par un type trichrome et deux types polychromes. Les polychromes sur surface non engobée sont typiques de San Bosco. Enfin, les phases tardives, Palo Blanco et Bebedero, voient la naissance et le développement des polychromes sur engobe. Les types décoratifs sont les plus utiles pour les études de distribution géographique (Mora polychrome).

41La description d’un type étant achevée, on doit la compléter par plusieurs rubriques qui, sous forme de conclusions, ont pour objet d’indiquer la situation du type par rapport aux autres :

42Variations chronologiques et variations locales (différences temporelles dans le type). S’il y a lieu on peut indiquer les changements observables dans le type, au cours de son évolution ou dans des régions différentes : par exemple, certaines formes n’apparaissent que tardivement, ou les surfaces sont de moins en moins bien traitées, ou dans un site, le col des jarres est poli alors qu’il ne l’est pas ailleurs ;

43Position chronologique. Il faut préciser si le type est caractéristique d’une phase, ou commun à deux d’entre elles ; retracer son histoire et apprécier sa valeur ;

44Matériel de comparaison. Nous donnons les références des pièces du même type publiées dans des travaux antérieurs. Nous signalons enfin les analogies que nous observons entre le type et d’autres de régions voisines.

Classification et compte des tessons

45Pour construire notre typologie, nous avons d’abord travaillé sur le matériel de l’un des puits de La Guinea ; par la suite, l’étude des tessons des autres puits du même site nous a obligé à apporter quelques modifications à notre première typologie ; de même, l’analyse du matériel des autres sites. Ainsi, par tâtonnements successifs, sommes-nous arrivés à établir une typologie valable pour l’ensemble de nos collections. Après la définition des types, nous avons repris l’ensemble de notre matériel pour le classer de façon définitive. Au cours de cette opération, distincte de la construction de la typologie, nous avons dû résoudre un certain nombre de problèmes.

46Par souci de limiter le nombre des unités de la typologie, nous n’avons pas voulu créer un type supplémentaire, chaque fois que nous avions affaire à un ou quelques tessons qui se singularisent des types existants. D’un autre côté, leur singularité même pouvait avoir une certaine signification et devait donc être préservée : ces exemplaires rares ou uniques pouvaient provenir, par exemple, de poteries importées. Aussi la description typologique sera-t-elle suivie d’une présentation de ces tessons non classifiés. Pour ne donner qu’un bref exemple, les deux exemplaires illustrés (pl. 27, A, C) sont analogues à une poterie découverte par W. Haberland dans une sépulture de l’île d’Ometepe (Nicaragua). S’il s’avère que dans cette région, des céramiques semblables sont courantes pendant cette période (correspondant à la phase Ciruelas), c’est au Nicaragua que nous devrons rechercher l’origine de nos deux exemplaires.

47Il arrive parfois que des critères qui définissent deux types différents se trouvent ensemble sur un même individu. Pour décider de son attribution, il faut alors établir une hiérarchie des critères en question, fondée si possible sur leur degré relatif de pertinence. Exemple : Las Palmas rouge-sur-beige est caractérisé par sa pâte et sa décoration qui consiste en peintures rouges sur une surface beige légèrement polie. Le critère de Mojica est un décor par impressions de coquille. Deux tessons provenant d’Ortega possèdent à la fois des impressions de coquille et des peintures rouge-sur-beige. Si nous voulons éviter de créer un nouveau type possédant ces deux caractéristiques nous devons choisir pour l’attribution de ces deux exemplaires entre Mojica et Las Palmas. Ce dernier type qui n’a été reconnu que dans le matériel d’Ortega est moins abondant que Mojica. Ces deux limitations lui confèrent une valeur relative plus grande. Les deux tessons en litige ont donc été attribués à Las Palmas, et dans la description de ce type, nous avons indiqué que certains tessons pouvaient être décorés, outre de peintures, d’impressions de coquille.

48On peut grouper ensemble des fragments qui peuvent provenir de poteries de types differents : les types Monte Cristo et Mojica sont définis par la même qualité de pâte. Le premier est généralement uni ou décoré exceptionnellement par pastillage ; le second est défini par son décor (impressions de coquille sur l’épaule de la jarre). Les tessons non décorés de pâte Monte Cristo ont pu appartenir à des poteries de l’un ou de l’autre type. Mojica a été créé pour mettre en valeur un mode décoratif qui nous paraît signifiant du point de vue chronologique, et s’oppose aux autres types par deux critères. Monte Cristo, qui n’est qu’exceptionnellement décoré, se définit négativement par rapport aux types décorés Mojica, Huila, Buchón, Bocana, etc... et à ce titre est moins signifiant. Il faut donc attribuer à Mojica tous les tessons où l’on observe des impressions, et à Monte Cristo tous les fragments unis. Cet exemple simple montre clairement qu’il est parfaitement vain d’espérer grouper ensemble les fragments d’une même poterie dans un même type : ce sont des tessons que nous classifions et non des récipients. Le même problème peut se poser parfois dans des termes plus compliqués : dans le matériel des phases Palo Blanco et Bebedero, les tessons de pâte fine, engobés en rouge et polis, peuvent théoriquement être attribués indifféremment aux six types suivants :

  • Moreira rouge, caractérisé par son engobe et l’absence de décoration ;
  • Tenorio à bord crénelé, caractérisé par son engobe et sa décoration ;
  • Princesa à lèvre incisée, caractérisé par son engobe et sa décoration ;
  • Cabuyal polychrome, caractérisé par sa décoration peinte. La partie inférieure de la poterie est engobée en rouge ;
  • Macho polychrome, caractérisé par sa décoration peinte ;
  • Birmania polychrome, caractérisé par sa décoration peinte. La partie inférieure de certaines poteries est engobée en rouge.

49L’attribution de ces tessons à l’un ou à l’autre de ces types serait une opération parfaitement arbitraire qui risquerait de fausser leur courbe d’évolution. La solution adoptée consiste dans la création d’un nouveau type Veronica rouge, dans lequel sont comptés tous les tessons de pâte fine engobés en rouge, à l’exception des bords qui eux sont comptés avec Moreira. Ce nouveau type, défini négativement, sera le moins signifiant de tous : mais sa création va permettre de préserver la signification de chacun des six types impliqués.

50Quand tous les tessons ont été classifiés, nous avons, pour chaque site, compté tous les individus de même type d’une même unité de fouille (carré et niveau). Supposons que nous ayons réuni tous les tessons Monte Cristo du carré A au niveau 6 d’Ortega. Nous divisons alors ces tessons en fragments de panse non décorés, fragments décorés, anses, supports, bords qui eux-mêmes à leur tour sont classés par groupe, etc... On fait ensuite la somme des individus de chacune de ces catégories, que l’on reporte ensuite sur un tableau réunissant tous les comptes d’un type déterminé pour un gisement ou pour un puits (voir Annexe II). Même si dans ce travail, nous n’utilisons pas ces comptes détaillés, ils peuvent servir par la suite à calculer par exemple, la distribution dans le temps d’un certain trait que notre typologie n’a pas mis en valeur : supports de tripodes, groupes de formes, modes de décoration, etc... En dernier lieu, les totaux de chacun des types par niveau ont été répartis sur un tableau à deux entrées (types et niveaux), et leur somme a été calculée (voir Annexe I).

Calcul des pourcentages et traduction graphique

51Pour montrer la répartition des types céramiques dans les divers niveaux de la stratigraphie, on s’est contenté, dans les premiers temps où l’on a utilisé ce genre de méthode, d’indiquer dans chaque niveau la présence ou l’absence des unités de la typologie. Les résultats obtenus n’étaient guère précis, car les types récents et les types tardifs se trouvaient mélangés dans les niveaux intermédiaires, et par conséquent les oppositions n’étaient claires qu’aux deux extrémités de la séquence. On a beaucoup gagné en précision quand on s’est préoccupé non plus seulement d’indiquer la présence d’un type, mais aussi sa fréquence. On s’est aperçu alors que dans la majorité des cas, si l’on portait en abcisse les niveaux stratigraphiques et en ordonnée, les pourcentages d’un type déterminé, une courbe de Gauss résumait l’histoire du type : naissance, croissance, optimum, déclin et disparition. Par souci de clarté dans la présentation et pour rappeler le sens de la stratigraphie, on a coutume de tracer l’ensemble des courbes des types sur une échelle verticale. A chaque type est attribué un axe, de part et d’autre duquel, on dessine, à chaque niveau, une barre horizontale dont la longueur est proportionnelle à la fréquence de ce type à ce niveau (c’est-à-dire le pourcentage du nombre d’individus du même type calculé sur le nombre total des tessons recueillis dans le même niveau). Si nous rangeons les courbes par ordre d’ancienneté (les plus « basses » à une extrémité du graphique, les plus « hautes » à l’autre) on voit apparaître plus ou moins clairement des ensembles de courbes, situés sur le graphique à des hauteurs différentes. Chaque ensemble constitue le matériel céramique d’une phase de la séquence.

52Les frontières que l’on trace entre deux ensembles sont plus ou moins arbitraires d’une séquence à l’autre. L’histoire de la céramique d’une région peut être marquée de bouleversements (dûs généralement à des influences étrangères) : dans le cas de la substitution brutale d’un certain nombre de types par d’autres, la ligne de démarcation entre deux phases sera facile à tracer. Au contraire, dans d’autres régions plus isolées et plus traditionnelles, le passage d’une phase à l’autre s’opère parfois insensiblement.

53Des courbes qui s’écartent trop de la forme idéale (courbes tronquées au milieu de la séquence, courbes en dents de scie, étirées, etc.) indiquent soit une typologie défectueuse, soit des perturbations stratigraphiques importantes. Si, par exemple, nous avions créé un type défini par une pâte grossière et une engobe rouge, sa courbe aurait la forme d’un rectangle allongé qui s’étendrait du haut en bas de la séquence, puisqu’à toutes les phases, une partie des poteries de cuisine ont été engobées en rouge ; un tel type n’aurait aucune signification et devrait être écarté.

54D’un autre côté, il serait vain d’exiger la parfaite régularité des courbes. En premier lieu, la popularité de certains types peut ne pas évoluer de façon régulière : à la mode, pendant un certain temps, ils peuvent ensuite tomber en désuétude, pour redevenir en faveur, enfin. Ensuite la stratigraphie est toujours imparfaite : d’une part, parce que les dépôts ne sont pas constitués régulièrement ; un lieu de décharge, par exemple, peut être approvisionné abondamment pendant un certain temps, beaucoup moins ensuite, et plus après... D’autre part, parce que l’ordre des dépôts est généralement perturbé : glissements et affaissements dûs aux tremblements de terre, ou au ruissellement, à l’action des racines et des rongeurs, à celle de l’homme enfin qui s’exerce de diverses façons (travail de la terre pour la cultiver, creusement de trous, de fosses, etc.) Nous devons donc admettre une certaine marge d’irrégularité de nos courbes. Cependant, les anomalies les plus importantes devront si possible être expliquées par l’histoire de la fouille (par exemple, à la Guinea, le creusement des fosses des sépultures dans une partie du carré N est responsable de certaines « chutes ») ou à défaut, localisées : dans le cas où une grave perturbation peut être circonscrite dans un carré déterminé, il faudra écarter les résultats de ce carré pour préserver la signification de ceux des autres. Si les courbes les plus larges ont plus tendance à la régularité que les courbes étroites, cela est dû à la moindre valeur statistique des petits nombres.

55Nous voudrions terminer en répondant à une objection que l’on a souvent faite au traitement statistique des tessons de poterie. Partant du fait que plus un récipient est grand, plus le nombre des fragments qui en proviennent, risque d’être élevé, on met en cause la méthode en faisant remarquer que les pourcentages n’expriment pas uniquement la popularité des types, puisqu’ils sont fonction de la taille des poteries. Cette observation est parfaitement exacte, mais nous pensons avec Ford qu’elle ne compromet pas la validité de nos résultats. En effet, il est regrettable que nous ne puissions pas connaître les proportions exactes de chaque type de poterie, mais tel n’est pas notre but : nous voulons construire une chronologie qui puisse servir d’instrument précis de datation. Or, si l’apparente augmentation de la popularité d’un type est dû à l’accroissement de la taille des récipients et non à celui de leur nombre, cela est également signifiant du point de vue chronologique.

Sériation

56Le mot anglais « seriation », que nous préférons ne pas traduire, est employé par tes archéologues américains pour désigner l’ensemble des techniques qui consistent à ordonner chronologiquement des dépôts qui ne sont pas en relation stratigraphique. Le postulat sur lequel elles sont fondées est que des pourcentages similaires de différents types, trouvés dans deux dépôts distincts, indiquent que ces dépôts sont proches l’un de l’autre dans le temps, alors que des pourcentages dissemblables signifient au contraire que les dépôts sont éloignés dans le temps. Brainerd a tenté de justifier théoriquement ce postulat de la façon suivante : la présence, l’absence ou la fréquence d’un seul même attribut dans deux dépôts différents n’ont aucune signification ; mais si l’on découvre l’existence d’une relation constante entre la présence, l’absence ou les différentes fréquences de plusieurs attributs apparemment sans relation les uns avec les autres, trouvés en combinaison ou en association, nous nous devons de l’expliquer. La cause de ces interrelations doit être linéaire, et le facteur linéaire le plus commun est le temps. En outre, ces constances ont souvent été démontrées dans la stratigraphie.

57La sériation peut s’effectuer par des techniques statistiques (Robinson 1951 et Brainerd 1951) ou des techniques graphiques. Nous préférons les dernières, qui ont 'avantage d’être d’un emploi plus aisé et plus rapide que les premières. Nous utiliserons la méthode graphique mise au point par J. Ford, qui est la plus couramment employée dans l’archéologie américaine. Cette technique va nous permettre de mettre en corrélation nos cinq stratigraphies (dont trois ont été obtenues à la Guinea, et les deux autres à la Bocana et à Ortega).

58Le principe de la méthode est de porter les pourcentages des types sur un graphique à échelle verticale et d’ordonner verticalement chaque série horizontale (qui représente un niveau de l’une des stratigraphies) de façon à reproduire pour chacun des types, la courbe caractéristique. Sur une bande de papier millimétré nous avons commencé par construire une échelle, sur laquelle nous avons indiqué l’emplacement des axes correspondant aux types. En nous référant à cette échelle, nous avons traduit graphiquement les pourcentages des types représentés dans un niveau sur une lanière (de 2 cm de large) de papier millimétré. Nous avons répété cette opération pour chacun des niveaux de nos cinq stratigraphies. Nous avons ensuite disposé sur la table dans leur ordre stratigraphique les lanières représentant les niveaux du site d’Ortega. Sur ce graphique ainsi constitué, nous avons fait circuler verticalement les deux premiers niveaux de La Bocana et constaté qu’ils ne pouvaient être placés que sous l’ensemble de la séquence d’Ortega. De la même manière, nous avons fait circuler successivement les lanières du puits MNOP de La Guinea, puis celles des puits ABCD et IJKL, en cherchant pour chacune sa place, et en veillant à respecter la stratigraphie de chaque puits.

59Ces opérations une fois achevées, il ne nous restait plus qu’à faire reproduire sur une même feuille les résultats graphiques de chaque lanière dans l’ordre qui avait été déterminé. Les résultats provenant de cinq unités de fouille différentes se trouvaient mis en rapport les uns avec les autres, et rassemblés dans un même graphique. Celui-ci représente une partie de l’histoire de la céramique précolombienne dans la vallée du Tempisque, que nous devrons interpréter dans la dernière partie de notre travail (voir graphique hors-texte).

60Avant de clore cet expose méthodologique, il nous faut parler de nos tentatives pour élargir l’utilisation des techniques de sériation. Celles-ci permettent non seulement de mettre en corrélation plusieurs stratigraphies mais aussi d’ordonner chronologiquement plusieurs dépôts isolés (des collections de surface, par exemple) ou de les rattacher à une stratigraphie préexistante. Les archéologues qui ont utilisé des collections de surface dans la construction d’une séquence, ont insisté sur les limitations de la méthode. Pour que celle-ci soit valable, il faut :

  • que le matériel ait été récolté dans une région limitée, pour que les différences géographiques jouent le moins possible ;
  • que chaque collection se compose d’individus non sélectionnés, en assez grand nombre pour donner des pourcentages satisfaisants (100 individus est le nombre communément adopté) ;
  • qu’elle représente le plus court laps de temps possible : la collection idéale représenterait un instant ;
  • que les collections enfin soient d’âge différent.

61Au cours de notre reconnaissance, nous avons récolté à la surface de divers sites, des collections composées de 100 à 300 tessons. Nous souhaitions les inclure dans notre séquence, d’une part pour la compléter, d’autre part pour dater relativement certains sites avec le maximum de précision. Nous avons appliqué les mêmes techniques que celles décrites plus haut ; après avoir classifié et compté les tessons, calculé les pourcentages des types d’une collection, ceux-ci étaient portés graphiquement sur une lanière que l’on cherchait ensuite à insérer dans notre graphique. Nous avons dû reconnaître notre échec en constatant que pour chaque dépôt, plusieurs places étaient possibles dans la séquence, ce qui retirait donc toute signification à la méthode. Les barres de pourcentage de certains types plaçaient la collection entre deux niveaux supérieurs, d’autres entre deux niveaux moyens, d’autres encore plus bas. Les causes de l’inaptitude de ces dépôts à s’inscrire dans le graphique sont de deux sortes :

  1. Le nombre des types représentés dans un des dépôts est toujours très inférieur à celui de n’importe quel niveau de l’une des stratigraphies. La place du dépôt était alors plus difficile à déterminer puisque nous cherchions à comparer des séries partiellement comparables (qualitativement) ;
  2. Les pourcentages des types d’une collection de 100 à 300 individus et ceux d’un niveau stratigraphique qui en a fourni souvent plus d’un millier, ont statistiquement une valeur différente et sont donc difficilement comparables.

62En résumé, nous estimons que les dépôts isolés n’ont pu être compares utilement avec les niveaux stratigraphiques, parce qu’ils n’étaient pas assez représentatifs à la fois qualitativement et quantitativement. Nous pensons maintenant que si le nombre total de tessons de chaque collection avait été du même ordre que ceux des niveaux stratigraphiques, la sériation des dépôts aurait eu toutes chances d’aboutir.

© Éditions de l’IHEAL, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter